Les profils de photoablation cornéenne en chirurgie réfractive. Partie 1 : la quête de l excellence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les profils de photoablation cornéenne en chirurgie réfractive. Partie 1 : la quête de l excellence"

Transcription

1 Journal français d ophtalmologie (2011) xxx, xxx xxx Disponible en ligne sur REVUE GÉNÉRALE Les profils de photoablation cornéenne en chirurgie réfractive. Partie 1 : la quête de l excellence Ablation profiles in refractive surgery. Part 1: In search of excellence D. Smadja a,,b, G. Reggiani-Mello b,c, D. Touboul a, J. Colin a a Unité de segment antérieur et de chirurgie réfractive, service d ophtalmologie, hôpital Pellegrin, centre hospitalier universitaire de Bordeaux, place Amélie-Raba-Léon, Bordeaux cedex, France b Cole Eye Institute, Refractive surgery department, Cleveland Clinic, 9500 Euclid avenue, Cleveland, Ohio, États-Unis c Federal University of Paran Rua XV de Novembro, 1299, CEP , Curitiba, Brésil Reçu le 13 juin 2011 ; accepté le 2 septembre 2011 MOTS CLÉS Chirurgie réfractive ; Photoablation cornéenne ; Traitements aberrométriques ; Topographie ; Traitements asphériques Résumé Objectif. Discuter les différents profils d ablation en chirurgie réfractive, leurs caractéristiques techniques, les résultats cliniques et leurs limitations. Matériel et méthodes. Revue de la littérature. Résultats. Avec l émergence de la technologie basée sur le front d onde, de nouveaux profils de photoablation ont été développés, permettant la personnalisation des traitements réfractifs et la diminution des symptômes visuels nocturnes qui entachaient la réputation des chirurgies réfractives. De nombreuses études comparant ces nouveaux traitements ou les différentes plateformes excimer ont été publiées dans la littérature ces dix dernières années. Cependant, ces nouveaux algorithmes de traitement ont-ils démontré une réelle supériorité par rapport au traitement conventionnel en termes de performances visuelles? Conclusion. Malgré les avancées technologiques, et l amélioration des résultats visuels par les photoablations personnalisées par rapport aux photoablations conventionnelles, la promesse de l excellence en termes de performance visuelle n a pas encore été atteinte avec ces différentes technologies. L émergence d une nouvelle technologie basée sur le «ray tracing» est actuellement en cours d étude et pourrait théoriquement produire un profil d ablation personnalisée idéal Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Auteur correspondant. Adresse (D. Smadja) /$ see front matter 2011 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. doi: /j.jfo

2 2 D. Smadja et al. KEYWORDS Refractive surgery; Ablation profiles; Wavefront guided; Topography guided; Wavefront optimized; Aspheric treatment Summary Purpose. To provide an overview of the clinical results of various ablation profiles and discuss their technical characteristics and limitations. Materials and methods. Literature review. Results. With the emergence of wavefront technology, new photoablation profiles have been developed, allowing for customization of refractive treatments and reduction of nocturnal visual symptoms, which adversely affect the reputation of refractive surgery. Over the past decade, several comparative studies have been published in the literature aiming to demonstrate either the superiority of wavefront-guided correction over conventional, or one laser platform over another. However, has an ideal treatment algorithm really emerged from these studies? Does one ablation profile clearly demonstrate superiority over another, in terms of visual performance? Conclusion. Despite technological advances as well as improved visual results for custom versus conventional photoablation, the promise of excellence in visual performance has not been achieved with these various technologies. The concept of an individualized eye model has emerged recently, based on an optical ray tracing algorithm, and could theoretically provide an ideal ablation profile, thus fulfilling the promise of supernormal vision Elsevier Masson SAS. All rights reserved. Introduction Ces dix dernières années, la chirurgie réfractive a connu un essor considérable avec l introduction de nouvelles technologies tels que le laser femtoseconde, les nouvelles générations de lasers excimer ou encore la personnalisation des profils d ablation. Sous l impulsion de ces avancées technologiques, le but premier de la chirurgie réfractive, étant de restaurer une bonne acuité visuelle, a évolué et tend aujourd hui vers l excellence en termes de performances visuelles. En ce sens, de nouveaux algorithmes de traitement, basés non plus seulement sur l erreur réfractive sphérocylindrique, mais prenant aussi en compte le profil aberrométrique et topographique de chaque patient, ont été développés. Ainsi le traitement est dit «personnalisé» ou «customisé» en fonction des caractéristiques optiques propres de chaque patient. De nombreuses études comparant ces différents profils d ablation, ou les différentes plateformes excimer ont été publiées dans la littérature. Cependant, certaines questions subsistent, ces nouveaux algorithmes de traitement ont-ils démontré une réelle supériorité par rapport au traitement conventionnel, en termes de performances visuelles (acuité visuelle, sensibilité au contraste ou encore symptomatologie nocturne postopératoire)? Un profil d ablation s est-il démarqué des autres au regard des différentes études comparatives? Le profil d ablation personnalisé idéal existe-il? Apres avoir décrit les caractéristiques techniques de ces différents profils d ablation, nous avons tenté de fournir une vue d ensemble des résultats cliniques des différentes études comparatives de la littérature. Les facteurs tendant à limiter le succès de ces nouveaux traitements ont ensuite été discutés. L apport des traitements personnalisés dans les situations complexes tels que les retraitements, la correction d astigmatismes géants irréguliers induits par un traumatisme cornéen, greffes de cornée, kératocône, traitements décentrés ou encore petites zones optiques, n a pas été traité dans cette présente revue. Problématique des photoablations cornéennes conventionnelles La dégradation de la qualité visuelle rapportée par les patients, tels que halos, éblouissements ou impression de voile en condition mésopique, représente la principale plainte fonctionnelle après chirurgie réfractive par photoablation cornéenne conventionnelle [1]. Ces plaintes, pouvant être recueillies malgré une acuité visuelle non corrigée (AVSC) de 10/10 e, sont généralement liées à un taux accru d aberrations optiques de haut degré (AOH) induites par le traitement [2]. En délivrant le traitement, le laser sculpte la cornée et modifie ainsi sa cambrure et son asphéricité, induisant une forme plus oblate après chirurgie demyopisante et une prolatisation après chirurgie corrigeant l hypermétropie. Cette différence de cambrure accrue entre le centre et la périphérie cornéenne entraîne une augmentation des aberrations optiques, particulièrement de type sphérique (AS), dont la magnitude est proportionnelle au degré de la correction réfractive délivrée [3]. et inversement proportionnelle à la taille de la zone optique programmée. Un taux accru d AOH peut avoir un effet délétère sur la qualité de l image rétinienne. Certaines études ont démontré que leur correction pouvait conduire à une amélioration de l acuité visuelle et de la sensibilité aux contrastes [4,5]. Au vu de ces constatations, l introduction de profils d ablation guidés par l aberrométrie visant à diminuer le taux d aberrations optiques, prend alors toute sa valeur. En ajoutant une composante qualitative aux objectifs postopératoires visant à restaurer l acuité visuelle, ces nouveaux traitements sont apparus comme très prometteurs pour pallier aux principales complications fonctionnelles des chirurgies réfractives conventionnelles.

3 Les profils de photoablation cornéenne en chirurgie réfractive. Partie 1 : la quête de l excellence 3 Caractéristiques techniques des différents profils d ablation Les profils de photoablation cornéenne utilisés en chirurgie réfractive ont considérablement évolué depuis la formule décrite par Munnerlyn et al. en 1988 [6], visant à corriger uniquement l erreur réfractive sphérocylindrique. Avec le regain d intérêt généré par l aberrométrie et la compréhension des phénomènes optiques impliqués dans la dégradation de l image rétinienne, de nouveaux algorithmes de traitement, incluant la correction des AOH, ont été développés. Photoablations personnalisées guidées par le front d onde : «Wavefront guided treatment» (WFG) Ce profil d ablation a été développé de façon à sculpter la cornée en corrigeant à la fois les aberrations optiques préexistantes et en tentant de diminuer l induction d aberrations optiques supplémentaires. Pour parvenir à un tel niveau de précision, les plateformes de laser excimer ont dû s équiper de certaines caractéristiques techniques. Le faisceau laser doit être de petit diamètre (0,5 1,0 mm) et délivré à l aide d une technologie de type «flying spot» ou à balayage, de façon à pouvoir traiter de fines irrégularités stromales avec une précision de l ordre du micron. En effet, la correction d un micron RMS de déphasage en un point précis du front d onde, requière la correction d environ 3 m de volume stromal correspondant. Des spots de diamètre inferieur à 1 mm sont nécessaires pour corriger les aberrations optiques jusqu au quatrième ordre (AS), tandis qu un diamètre de 0,6 mm est requis pour la correction des aberrations de sixième ordre [7]. Par ailleurs, le profil énergétique du spot laser est aussi un élément important, car influençant la régularité de la photoablation. Un profil de type Gaussien (énergie maximale au centre et réduite en périphérie), permet, par un décalage constant entre deux spots, égal à la moitié du diamètre du spot, d obtenir une découpe plus lisse et plus régulière. La fréquence de répétition des pulses est une caractéristique des lasers directement corrélée à la durée de traitement. De longs traitements augmentent à la fois les risques de déshydratation stromale et de perte de fixation. Cela n est pas tolérable pour les traitements personnalisés, de par le risque d induire, par décentrement, des AOH plutôt que de les corriger. De plus, les spots laser étant délivrés par un système à balayage, le temps de traitement est théoriquement plus long qu avec un système à faisceau plein. Par conséquent, pour ces différentes raisons, une augmentation de la fréquence des tirs est nécessaire pour diminuer la durée de la procédure des traitements personnalisés. Les systèmes d asservissement aux poursuites oculaires «eye tracker» sont des dispositifs indispensables à la réalisation d un traitement personnalisé, dont le centrage est primordial. Ces dispositifs permettent d assurer un centrage du traitement pendant tout le temps de la procédure. En pratique, le recueil d information du front d onde, centré sur la pupille en préopératoire, est transmis au logiciel qui équipe le laser excimer. Ces informations sont ensuite utilisées pour calculer le profil d ablation correspondant. Après repérage de la position de référence de l œil en position de «fixation» par le «tracker», assurant un parfait centrage du traitement, le laser délivre le traitement centré sur la projection cornéenne de la pupille d entrée. Bien que conçu pour réduire à la fois le taux préopératoire d aberrations optiques ainsi que le taux d aberrations sphériques induites par le traitement, de récentes études semblent dévoiler les limites de ces traitements personnalisés. Bottos et al. [8] ont récemment rapporté une forte corrélation entre le niveau d amétropie préopératoire et le taux d aberrations sphériques cornéennes induites ainsi que le changement dans l asphéricité cornéenne (facteur Q). Cette étude a été réalisée sur une large population ayant été traitée par LASIK customisé (177 yeux myopiques et 32 yeux hypermétropiques), avec le laser VISX S4 CustomVue IR (Abbott Medical Optics, Inc.). Plus le niveau de myopie préopératoire à corriger était important, plus le taux d aberrations sphériques positives induites était élevé (max = +0,99 m) et plus l asphéricité cornéenne tendait vers l oblatisation (Facteur Q max = +1,63). À l inverse, plus le taux d hypermétropie préopératoire était important, plus le taux d aberrations sphériques négatives induites était élevé (max = 0,51 m) et plus l aphéricité cornéenne tendait vers la prolatisation (Facteur Q max = 1,44). Keir et al. [9] ont rapporté les résultats de photoablations personnalisées sur une série d yeux traités par LASIK pour hypermétropie avec le laser LADARvision Les auteurs ont rapporté des résultats similaires en termes d aberrations sphériques négatives induites, ainsi qu une corrélation entre cette induction et une diminution postopératoire de la sensibilité au contraste en condition mésopique. De plus, une augmentation significative du coma vertical (moyenne = 0,144 m) en postopératoire a été retrouvée, soulignant la sensibilité de ces profils d ablation à un centrage parfait, particulièrement dans les traitements pour hypermétropie. Photoablations optimisées ou profils asphériques : «Wavefront optimized» (WFO) En 2004, Mrochen et al. [10] ont élaboré un modèle de photoablation asphérique optimisé, visant à diminuer l induction d AS après traitement mais en préservant les aberrations optiques préexistantes. En effet, certains auteurs ont rapporté que les yeux présentant le plus petit taux d aberrations optiques n étaient pas forcement ceux ayant la meilleure qualité de vision [11]. Cet algorithme de traitement a été développé secondairement, et tient compte d un effet optique observé avec les traitements personnalisés guidés, tenu en partie responsable de l induction d AS. En raison de l angle d incidence du faisceau laser avec la cornée périphérique, il existe une dispersion de l énergie du faisceau, entraînant une diminution du taux d ablation du laser en moyenne périphérie cornéenne. Cet effet, appelé «effet cosinus», entraîne donc une diminution de la profondeur d ablation des spots en périphérie, et par conséquent, une augmentation du taux d aberration sphérique par oblatisation (cambrure plus prononcée en périphérie qu au centre de la cornée). Les profils d ablation asphériques compensent

4 4 D. Smadja et al. cet effet par une augmentation de la fluence des spots en périphérie. Photoablations asphériques personnalisées par utilisation d un facteur Q ajustable : «Custom Q» L asphéricité est une caractéristique géométrique d une surface optique, et désigne l absence de sphéricité de cette surface. Elle peut être décrite à l aide d une section conique de géométrie différente (parabolique, hyperbolique ou ellipsoïdale) qui se caractérise par deux éléments : Le rayon de courbure apicale et le facteur «forme», c est-à-dire la variation de courbure cornéenne le long d un même méridien de l apex vers la périphérie. Le facteur Q est l un des quatre composants mathématiques de l asphéricité cornéenne. Sa valeur est négative dans les surfaces prolates et positive dans les surfaces oblates [12]. L idée d une asphérisation intentionnelle de la surface cornéenne a pour but de contrôler le taux d aberration sphérique induit par cette même surface. Reposant sur l idée qu une asphéricité cornéenne idéale pourrait permettre de meilleures performances visuelles, ce profil d ablation a été développé de façon à pouvoir induire l asphéricité désirée en fonction de la valeur Q déterminée en préopératoire. Cet algorithme de traitement repose sur le modèle de Manns et al. [13] qui ont suggéré que le minimum d AS serait obtenu pour une valeur d asphericité Q = 0,4. Contrairement au profil optimisé (WFO) qui vise à maintenir l asphéricité préopératoire sans induire d AS, ce profil d ablation permet théoriquement de choisir l asphericité désirée en postopératoire, indépendamment du taux d AS préexistantes. Cependant, les questions autour de la valeur idéale du facteur Q persistent encore aujourd hui. Photoablations guidées par topographie cornéenne Les analyseurs de front d onde permettent des mesures très précises et reproductibles lorsqu il s agit des yeux présentant un taux faible à modéré d AOH. Cependant, pour des cornées ayant un taux élevé d AOH, l analyse devient difficile et les résultats peu fiables avec certains systèmes de type Schack Hartman. Le recueil du front d onde, étant basé sur la focalisation des spots à la sortie de l œil sur le réseau de microlentilles, en cas de surface cornéenne très irrégulière, les spots peuvent se chevaucher, de telle façon que le logiciel d interprétation ne reconnaisse pas la source d origine de chaque spot, entraînant ainsi une mesure imprécise. De plus, le nombre de points mesurés par les systèmes de topographie cornéenne (environ ) est beaucoup plus important que celui des analyseurs de front d onde (environ 300), résultant en un plus grand nombre de données analysées par la topographie. Ces limitations de la photoablation guidée par front d onde dans les yeux présentant un taux élevé d AOH (astigmatisme irrégulier, post-greffe, décentrements, petites zones optiques) ont conduit au développement de la photoablation guidée par topographie cornéenne. Pour ce faire, une topographie d élévation de la surface cornéenne est calculée à partir du recueil de l élévation de celle-ci en chaque point, puis, la différence d élévation entre cette surface initiale et la surface idéale désirée est calculée pour obtenir le profil d ablation. Résultats cliniques : revue de la littérature Comparaison des traitements conventionnels avec les traitements personnalisés Traitements conventionnels versus traitements guidés par front d onde (WFG) Les premiers résultats de photoablations guidées par aberrométrie ont été rapportés en 2000 par Seiler sur 35 yeux ayant été traités par LASIK [14]. À trois mois postopératoires, 93,5 % des yeux avaient une AVSC de 10/10 e et 16 % atteignaient une «supervision» définie par les auteurs comme une acuité visuelle de 20/10 e. Le taux postopératoire d AOH était diminué dans 22,5 % des yeux, cependant, en moyenne, sur l ensemble des patients, il était 1,44 fois supérieur au taux préopératoire. Malgré ces premiers résultats encourageants, il existe aujourd hui, une grande disparité dans les conclusions rapportées par les différentes études comparatives. On pourrait distinguer trois différentes tendances. Un premier groupe d études comparatives dans lequel les auteurs n ont pas réussi à démontrer un avantage clair du traitement guidé par rapport au traitement conventionnel pour des myopies faibles à modérées et astigmatismes myopiques [15]. Dans une étude controlatérale comparant dix yeux opérés par LASIK conventionnel et dix yeux opérés par LASIK guidé, Phusitphoykai et al. [16] n ont rapporté aucune différence statistiquement significative concernant les résultats visuels et le taux d AOH postopératoire. Comparant ces mêmes traitements sur une plus large série de 209 yeux traités par LASIK, Dougherty et al. [17] n ont pas non plus retrouvé de différence statistiquement significative en termes de sûreté, efficacité et prédictibilité entre les deux traitements. D autres études comparatives ont mis en évidence la diminution du taux d AOH induites par le traitement guidé par rapport au traitement conventionnel, observant cependant toujours une augmentation postopératoire du taux d AOH quel que soit le traitement choisi [17 19]. L étude menée par Mastropasqua et al. [18] comparant les résultats obtenus après photokératectomie réfractive (PKR) conventionnelle et PKR guidée souligne cette tendance. Les auteurs ont rapporté une plus petite induction d AOH après traitement guidé qu avec le traitement standard, particulièrement chez les patients ayant un taux préopératoire d AOH élevées. En postopératoire le taux d AOH était cependant augmenté dans les deux groupes : augmentation de 70 % après PKR guidée contre une augmentation de 139 % après PKR conventionnelle. Kim et al. [19], dans une étude controlatérale comprenant 24 patients traités par LASIK standard dans un œil et LASIK guidé dans l autre, ont rapporté une diminution accrue du taux d AOH induit après traitement guidé par rapport au traitement conventionnel. Cependant, aucune différence clinique en termes d acuité visuelle, de sensibilité au contraste en ambiance mésopique et de préférence du patient n a été observée entre les deux traitements. Plus récemment, D Arcy et al. [20] dans une étude prospective controlatérale ont comparé les résultats du

5 Les profils de photoablation cornéenne en chirurgie réfractive. Partie 1 : la quête de l excellence 5 LASIK myopique guidé à ceux obtenus par LASIK myopique conventionnel avec le laser Technolas 217z (Bausch & Lomb, Surrey, UK). Là encore, une augmentation du taux d AOH a été observée dans les deux groupes avec cependant une induction moindre associée au traitement guidé (d un facteur 1,32 contre 1,54 pour le traitement conventionnel). Par ailleurs, aucune différence n a été observée en termes d acuité visuelle postopératoire, cependant une diminution significative de la sensibilité au contraste en condition scotopique a été retrouvée après traitement conventionnel et non après traitement guidé. Enfin, un dernier groupe d études a rapporté des améliorations significatives après traitement guidé par rapport au traitement standard, en termes de symptômes d éblouissement et de performances visuelles nocturnes [21,22]. Lee [21] a étudié la sensibilité au contraste en ambiance scotopique sur 96 yeux ayant été opérés soit par LASIK conventionnel, soit par LASIK guidé. Ils ont rapporté de meilleurs résultats en termes de sensibilité aux contrastes et moins de plaintes fonctionnelles après traitement guidé. Schallhorn [22] étudiant les performances visuelles nocturnes après chirurgie réfractive, a aussi rapporté une nette amélioration après traitement guidé. Par ailleurs, très peu d études ont rapporté la supériorité du traitement conventionnel par rapport au traitement guidé en termes d induction d AOH. Karimian et al. [23] ont rapporté une induction d AOH significativement plus importante après PKR guidée (0,74 ± 0,36 m) que PKR conventionnelle (0,54 ± 0,18 m) sur une série de 56 yeux myopiques. Cependant, il est à noter que ces résultats n ont été retrouvés que pour les myopies inférieurs à 5D, avec par ailleurs un taux d AOH préopératoire inférieur à 0,35 m. Or les traitements guidés par front d onde ont justement montré leurs bénéfices pour des niveaux de correction d amétropies importantes, ainsi que pour des yeux présentant un taux préopératoire d AOH élevé [24]. De plus le diamètre de la zone optique utilisée dans cette étude était inférieur à 6 mm, or il été démontré que plus le diamètre de la zone optique était petit, plus le taux d AOH induit par la chirurgie était élevé [25]. Traitement conventionnel versus profils d ablation asphériques (WFO) De très bons résultats visuels ont été rapportés, utilisant la photoablation cornéenne de type asphérique. George et et al. [26] ont analysé rétrospectivement les résultats obtenus en utilisant le profil asphérique au cours de PKR ou LASIK sur 285 yeux, toute amétropie confondue. À trois mois postopératoire, 92 % des yeux traités pour myopie et 63 % des yeux traités pour hypermétropie, obtenaient une AVSC de 10/10 e et aucune induction statistiquement significative d AS n a été notée parmi les yeux ayant reçu un traitement démyopisant. Bien que certains auteurs aient rapporté de très bons résultats et un faible taux d AOH induites après photoablation cornéenne de type asphérique [26,27] peu d études comparant ce profil au traitement conventionnel ont été publiées dans la littérature. Mastropasqua et al. [28] ont comparé les résultats de 50 yeux traités pour myopie par PKR avec le profil asphérique à 24 yeux myopiques traités par PKR conventionnelle. En postopératoire, le taux d AOH était augmenté dans les deux groupes, cependant, le taux d aberrations sphériques était significativement plus faible dans le groupe ayant bénéficié du traitement asphérique. Le taux d AOH total et d AS, mesuré à travers un diamètre pupillaire de 6 mm, était respectivement augmenté de 85 % et de 160 % après traitement conventionnel et de 45 et 100 % après le traitement asphérique. De la même manière, Ortueta [29] après avoir comparé 70 yeux traités avec le profil asphérique à 70 yeux traités par photoablation conventionnelle, mais cette fois par LASIK, a aussi retrouvé une moindre induction d AOH et d AS dans le groupe ayant bénéficié du profil asphérique. Cependant, les résultats visuels étaient excellents dans les deux groupes, avec un équivalent sphérique postopératoire à ±0,5D de l objectif réfractif dans 96 % des yeux. Toutefois, constat intéressant, Tuan [30] dans une analyse multivariée comprenant 160 yeux ayant reçu un traitement personnalisé guidé par front d onde pour tout type d amétropie, n a pas retrouvé de corrélation entre la modification de la forme de la cornée et la performance visuelle. Il en a conclu qu il n y avait pas d asphéricité optimale standard, mais que la forme cornéenne idéale à induire par photoablation pour obtenir la meilleure performance visuelle, devrait être personnalisée en fonction des caractéristiques optiques préopératoires propres à chaque patient. Face à une telle disparité des résultats retrouvés dans les différentes études comparatives, le lecteur est forcé de constater que la suprématie des traitements guidés par front d onde et topographie cornéenne n a toujours pas été clairement démontrée dans la littérature. Comparaison des traitements personnalisés Traitements guidés par front d ondes (WFG) versus profils asphériques (WFO) Au vu des résultats rapportés par rapport à la photoablation conventionnelle, ces deux profils d ablation semblent induire moins d AOH en postopératoire. Les profils asphériques ont été introduits dans le but de préserver la forme naturelle de la cornée et d y maintenir les aberrations préexistantes, réduisant ainsi les variables à prendre en compte dans les photoablations guidées par front d onde (reproductibilité et qualité de la mesure du front d onde, centrage parfait, système de poursuite oculaire très rapide), et résultant donc en une procédure plus simple. Essayant de trouver la juste place des profils d ablation asphériques dans la stratégie de traitement des erreurs réfractives, Stonecipher et Kezirian [24,31] ont comparé 374 yeux myopes ayant reçu de façon aléatoire, soit un traitement personnalisé guidé par front d onde (WFG) soit un traitement personnalisé optimisé de type asphérique (WFO). Au troisième mois postopératoire, la plupart des résultats visuels ne présentaient aucune différence statistiquement significative entre les deux groupes en dehors du pourcentage des yeux atteignant une AVSC de 20/16 e, qui était légèrement supérieur après traitement asphérique (76 contre 64 %). En termes d aberrations optiques, aucune différence n a été notée entre les deux groupes dans les 83 % des yeux qui présentaient en préopératoire un taux d AOH < 0,3 m RMS. Cependant, les yeux qui en préopératoire, avaient un taux d AOH > 0,3 m RMS, présentaient moins d AOH en postopératoire, après avoir reçu un traitement guidé qu avec la photoablation de type asphérique.

6 6 D. Smadja et al. Face à ces résultats, les auteurs en concluent deux points importants. D une part, le profil d ablation guidé ne présente pas d avantage par rapport au profil asphérique dans la majorité des cas (17 % uniquement). D autre part, ces résultats leur ont permis de définir plus clairement la place de ces profils d ablation dans la stratégie de traitement. Ils suggèrent donc que le traitement guidé par font d onde peut être utilisé principalement en cas d AOH préopératoire supérieur à 0,35 m RMS, soit environ 20 à 25 % des yeux dans la population générale. D autres auteurs ont rapporté des résultats similaires en comparant ces deux profils d ablation [32]. Les résultats visuels rapportés étaient très bons dans les deux groupes, sans différence statistiquement significative, et le taux d AOH induites par la photoablation était plus faible dans les yeux traités par traitements guidés par rapport à ceux traités avec les profils asphériques. En revanche, d autres études comparatives n ont rapporté aucune différence entre ces deux profils d ablation. Yu et al. [33] ont étudié au cours d une large étude prospective, randomisée et en double insu, les résultats obtenus sur 200 yeux myopes ayant été traités par l un ou l autre des traitements. Aucune différence statistiquement significative n a été retrouvée entre ces deux profils en termes d acuité visuelle, de sensibilité aux contrastes en condition mésopique et d AOH au sixième mois postopératoire. De plus, aucune différence n a été relevée concernant le niveau de satisfaction des patients entre les deux traitements. La conduite nocturne, les symptômes d éblouissement, halos, fluctuations de la vision et sécheresse oculaire ont été évalués. Peretz-Straziota et al. [34] ont aussi comparé ces deux profils dans une étude comprenant 66 yeux dans chaque groupe, et ont rapporté des conclusions similaires, aucune différence postopératoire n ayant été observé en termes d AVSC ou d AOH. Mais cette étude soulève un autre point intéressant, 14 yeux initialement programmés pour un traitement guidé par front d onde ont dû être convertis en traitement asphérique pour mauvais alignement et centrage au cours de la chirurgie (huit yeux), les données préopératoires recueillis par l aberromètre ne coïncidant pas avec la réfraction subjective (cinq yeux), et un cas de non enregistrement de la position de l iris par le système de poursuite oculaire. Cette observation vient donc souligner le niveau d exigence requis pour la réalisation d un traitement guidé par front d onde par rapport aux traitements asphériques. Enfin, plus récemment, Miraftab et al. [35] ont comparé les résultats obtenus par l un ou l autre des traitements au cours d une étude controlatérale sur 41 patients. À trois mois, aucune différence en termes d acuité visuelle, d induction d AOH ou de sensibilité au contraste n a été observée entre les deux groupes, rejoignant ainsi les conclusions de Peretz-Straziota et Yu. Augmentant encore la disparité des résultats existant entre les différentes études, George et al. [26] ont étudié de façon rétrospective les résultats obtenus après photoablation asphérique sur 285 yeux traités par le laser excimer Wave- Light ALLEGRETTO (Alcon Laboratories, Inc., Fort Worth, Texas), et les ont comparés à ceux obtenus plus tôt par traitement guidé utilisant le laser LADAR CustomCornea (Alcon Laboratories, Inc., Fort Worth, Texas). Au troisième mois postopératoire, le taux d AS induit après traitement guidé était significativement supérieur à celui induit après traitements asphériques (0,00 ± 0,07 m RMS) au cours des LASIK myopiques. Ces résultats, bien que contrastant avec ceux des études précédentes, sont pourtant en accord avec le concept même du profil asphérique, qui se veut de maintenir les aberrations préexistantes et prévenir l induction d AOH supplémentaires en conservant la même asphéricité que celle existante en préopératoire. Facteur Q personnalisé Koller et al. [36] ont comparé cet algorithme de traitement aux photoablations guidées par front d onde, au cours d une étude controlatérale sur 35 patients traités par LASIK myopique. Au cours de cet étude, la valeur du facteur Q était programmée à 0,4 au sein d une zone optique de 6,5 mm de façon à obtenir une cornée prolate en postopératoire. Bien que l asphericité cornéenne ait été moins altérée pour les amétropies jusqu à 5D après photoablation utilisant le facteur Q, aucune différence statistiquement significative n a été notée en termes de résultats visuels et optiques, y compris dans le taux d AS induits après traitement. Ghoreishi et al. [37] ont aussi comparé de façon controlatérale sur 56 patients ces deux algorithmes de traitement, mais au cours de PKR et avec une valeur Q programmée à 0,2. Là encore, aucune différence en termes de résultats visuels et d AS induites n a été observée en postopératoire. Stonajovic et al. [38] ont quant à eux, comparé au cours de PKR demyopisantes, le profil asphérique, visant à maintenir l asphéricité cornéenne préopératoire, au profil d ablation utilisant le facteur Q, qui lui vise à induire une certaine asphéricité prédéterminée par la valeur du facteur Q choisie. Au cours de cette étude, le facteur Q a été programmé pour une valeur située entre 0,5 et 0,6, en fonction de l asphéricité préopératoire et de l âge du patient. En postopératoire, toutes les cornées ont montré une tendance vers l oblatisation, avec cependant un changement plus faible après traitement utilisant le facteur Q. Par ailleurs, aucune différence n a été retrouvée en postopératoire en termes d acuité visuelle, sensibilité aux contrastes en condition mésopique, et d AOH entre les deux groupes. Malgré le peu d études publiées dans la littérature comparant les photoablations basées sur le facteur Q personnalisé, aux autres profils d ablations, la majorité d entre elles n ont pas réussi à démontrer une quelconque supériorité de ce traitement par rapport aux autres. L une des raisons réside dans l incapacité à induire, avec exactitude, l asphericité cornéenne voulue avec les technologies actuelles, probablement altérée par les réponses biomécaniques et biologiques postopératoires. Par ailleurs, d autres facteurs limitants sont à la fois liés à la simplification de l attribution d un facteur Q unique pour décrire l asphéricité cornéenne (qui varie selon les méridiens au sein d une même cornée), et le fait que le taux d aberrations sphériques ne dépend pas uniquement du facteur Q. Limitations des traitements personnalisés Facteurs limitant l interprétation des résultats Devant l inégalité des résultats rapportés par les différentes études comparatives, et bien que les traitements personnalisés semblent globalement induire moins d AOH

7 Tableau 1 Vue d ensemble de la disparité des caractéristiques des études comparatives sur les profils d ablation. Références Profils d ablation Conception de l étude Technique Plateforme excimer Paramètres analysés CL Non CL P ou R PKR LASIK LASIK vs PKR Identique Différente AV Aberro Contraste Symptômes Fs Mk Fs vs Mk Mastropasqua et al. WFC vs Conv X P X MEL70 X X (2004) Kim et al. (2004) WFC vs Conv X P X Zyoptix X X X Phusitphoykai et al. WFC vs Conv X P X NidekNAVEX X X (2003) Vongthongsri (2002) WFC vs Conv X P X NidekEC5000 X X Karimian et al. (2010) WFC vs Conv X P X Technolas X X X 217z Awwad et al. (2005) WFC vs Conv X R X X X Dougherty et Bains WFC vs Conv X R X X X (2008) Lee (2006) WFC vs Conv X P X Visx X X X Schallhorn (2009) WFC vs Conv X R X X X X Yu et al. (2008) WFC vs WFO X P X Allegretto X X X X Padmanabhan et al. WFC vs WFO X P X Allegretto X X X (2008) Stonecipher et Kezirian WFC vs WFO X P X Allegretto X X (2008) Tran et Shah (2006) WFC vs WFO X P X X X X Perez-Straziota et al. WFC vs WFO X R X X X X (2009) George et al. (2010) WFC vs WFO X R X X X X Koller et al. (2006) WFC vs Custom Q X P X Allegretto X X X Ghoreishi et al. (2009) WFC vs Custom Q X P X Allegretto X X X Stojanovic et al. (2008) Custom Q vs WFO X R X Allegretto X X X Mastropasqua et al. Custom Q vs Conv X P X X X X X (2006) Keir et al. (2011) WFC X P X Ladar vision X X X Bottos et al. (2011) WFC X R X Visx X X D Arcy et al. (2010) WFC vs Conv X P X Technolas X X X 217z Miraftab et al. (2011) WFC vs WFO X P X Allegretto X X X Tran et al. (2005) Conventionnal X P X Technolas X X 217A Durrie et al. (2005) WFC X P X LADAR vision X X Buzzonetti et al. (2008) Conventionnal X R X Technolas X X 217A Ortueta (2009) WFO vs Conv X R X Schwind X X ESIRIS Conv : conventionnel ; TPG : traitement personnalisé guidé par front d onde ; TopoG : photoablation guidée par topographie cornéenne ; CL : étude controlatérale ; P : étude prospective ; R : étude rétrospective ; Fs : laser femtoseconde ; Mk : microkératome ; AV : acuité visuel ; Aberro : aberrométrie ; Symptômes : symptomatologie nocturne et préférences Les profils de photoablation cornéenne en chirurgie réfractive. Partie 1 : la quête de l excellence 7 Modele +

8 8 D. Smadja et al. que les traitements conventionnels, aucun profil d ablation n a clairement démontré sa supériorité par rapport à un autre. L une des raisons principales réside dans la difficulté à analyser et comparer ces résultats entre eux de façon rigoureuse. Le Tableau 1 expose les caractéristiques de certaines de ces études comparatives, et met en évidence la diversité existante entre ces différentes études. Ce manque de standardisation dans la sélection des patients, le type et la magnitude des amétropies traitées, la conception de l étude (controlatérale ou non, prospective/rétrospective), les paramètres analysés en postopératoire (acuité visuelle, contraste, AOH, symptômes nocturnes), la plateforme laser excimer utilisée, les profils d ablation choisis ou encore les procédures chirurgicales réalisées (PKR ou LASIK, femtoseconde ou microkératome) conduisent inévitablement vers un nombre important de biais pour l interprétation des résultats et par conséquence une grande disparité aussi. De plus, au cours des dix dernières années, de nombreuses avancées technologiques sont venues équiper les plateformes excimer, tels que de meilleurs systèmes de poursuite oculaire et des fréquences de pulses plus rapides, mais aussi de meilleurs systèmes d analyse du front d onde permettant des mesures plus précises. Ces continuelles améliorations ont conduit à optimiser et améliorer les résultats réfractifs, induisant ainsi encore plus de variables et rendant l analyse comparative des résultats encore plus difficile. Facteurs limitant l efficacité des traitements personnalisés Considérations préopératoires Il est aujourd hui admis que les aberrations optiques d un même patient fluctuent au cours de la journée [39]. Ces fluctuations, pouvant être liées à l état accommodatif du patient, le diamètre pupillaire ou encore la distribution du film lacrymal, peuvent altérer la précision et la reproductibilité de la mesure du front d onde. De plus, un décentrement, même minime, au moment de la mesure, est susceptible d entraîner une modification du front d onde enregistré, et ainsi, impacter sur les résultats visuels finaux. Par ailleurs, différents systèmes d analyse du front d onde ne fournissent pas tous les mêmes mesures chez un même patient, ayant donc pour conséquence de traiter différents taux d AOH en fonction de l aberromètre utilisé. Une grande partie de la promotion des profils d ablation personnalisés s est concentrée vers leur capacité à induire moins d AOH que les traitements conventionnels, en particulier, par la correction des aberrations optiques préexistantes. Cependant, la relation entre le profil aberrométrique d un patient et ses performances visuelles est complexe. Une étude récente [40] a mis en évidence que certaines combinaisons d aberrations optiques pouvaient avoir un effet bénéfique ou au contraire délétère sur la qualité visuelle. De ce fait, découlent deux conséquences. D une part, le simple taux d AOH total n est pas un bon facteur prédictif de la qualité visuelle, puisque certains polynômes de Zernike se compensent entre eux. D autre part, et pour les mêmes raisons, la correction d un certain nombre d AOH pourrait supprimer cet effet de compensation entre les différentes aberrations et entraîner alors une dégradation de la qualité visuelle dès lors que certaines aberrations s expriment seules. Il reste donc à déterminer quelles combinaisons d aberrations optiques sont les plus critiques et les plus à même d influencer la qualité visuelle. Exigences peropératoires Corriger les AOH préexistantes exige un centrage parfait sur la pupille d entrée. En effet, il a été démontré qu un décentrement supérieur à 0,1 mm pouvait induire des AOH supplémentaires plutôt que de les réduire, et ainsi altérer les performances visuelles [41]. Par conséquent, l efficacité du traitement personnalisé est donc très dépendante de la qualité du centrage. Il nécessite à la fois la prise en compte des mouvements de cyclotorsion [42] un système de poursuite oculaire rapide et un temps de photoablation réduit, diminuant ainsi le risque de mouvements oculaires supplémentaires et de perte de fixation. Réponse biologique et biomécanique La technologie excimer actuelle permet de sculpter la cornée avec une précision inferieure au micron. Cependant, le très haut niveau de précision théorique des profils d ablations guidés par front d onde ne permet pas de reproduire les mêmes effets sur les tissus vivants, du fait de la complexité des processus de cicatrisation et de la réponse biomécanique qui entrent en jeu après la photoablation cornéenne. Le remodelage stromal ainsi que l hyperplasie épithéliale tendent à gommer et lisser le modèle précisément sculpté sur la cornée et destiné à corriger les AOH. Les traitements personnalisés (ou asphériques) induisent une profondeur d ablation supplémentaire qui peut induire des effets biomécaniques et cicatriciels plus importants [43]. Ainsi une partie de l efficacité du traitement personnalisé pourrait être diminuée voire annulée. Comme l ont souligné Netto et Wilson [44], l effet d une hyperplasie épithéliale survenant au sein d une zone photoablatée au laser excimer, par la présence d une seule cellule, pourrait compromettre l efficacité du traitement. En effet, la quantité de tissu stromale à photoablater pour corriger 1 m RMS d irrégularité du front d onde en regard d un point précis, est de l ordre de 3 m d épaisseur. Considérant que le diamètre d une simple cellule épithéliale est de l ordre de 10 m, la forme cornéenne sculptée par le laser pour corriger les AOH serait donc aisément masquée par l effet d une hyperplasie épithéliale dans la zone photoablatée. Par ailleurs, un modèle biomécanique proposé par Dupps et Roberts [45], a permis d expliquer certaines modifications inattendues de la cambrure et de l asphéricité cornéenne après photoablation, venant aussi compromettre les résultats du traitement personnalisé. Il a été suggéré que la photoablation centrale, en permettant le relâchement des tensions élastiques sur les lamelles stromales périphériques, induisait un épaississement cornéen en périphérie, entraînant secondairement un aplatissement de la cornée centrale. Ces réponses biologiques et biomécaniques postopératoires n étant pas prises en compte dans la majorité des profils d ablation, leur survenue conduit à entraver la précision du traitement délivré.

9 Les profils de photoablation cornéenne en chirurgie réfractive. Partie 1 : la quête de l excellence 9 Efficacité sur le long terme Le profil aberrométrique d un patient évolue au cours du temps, et le taux d aberrations optiques tend à augmenter avec l âge, entre autre, en raison de la perte de la compensation cristallinienne sur les aberrations cornéennes [46] (changement de géométrie et d indice de réfraction du cristallin). Autrement dit, même avec la délivrance d un profil d ablation personnalisé extrêmement précis, les modifications du front d onde survenant avec l âge, représentent un probable facteur limitant la durée d efficacité des traitements personnalisés. Perspectives Malgré les nombreuses avancées technologiques de ces dernières années, et bien que l introduction des photoablations personnalisées aient globalement amélioré les performances visuelles par rapport aux traitements conventionnels, les résultats rapportés ne sont pas aussi bons que promis à l origine. Il a été démontré dans plusieurs études que les traitements personnalisés pouvaient conduire à des corrections incomplètes des AOH, voire même induire des aberrations supplémentaires. Récemment, Mrochen [47] a développé un modèle d œil qui intègre les caractéristiques optiques propres de chaque patient, basé sur le principe de traçage des rayons optiques (optical ray tracing). Il suggère que seul un modèle individuel peut permettre de développer un profil d ablation idéal conduisant au plus haut degré de customisation. Les paramètres pris en compte dans l élaboration de ce modèle regroupent l analyse du front d onde de l œil tout entier, la forme et cambrure de la face antérieure et postérieure de la cornée et du cristallin, l épaisseur de la cornée et du cristallin, la profondeur de la chambre antérieure et la longueur axiale de l œil. Les premiers résultats obtenus avec ce profil d ablation, non encore publiés à ce jour, et collectés au cours d une étude européenne multicentrique, sont excellents en termes de sûreté et d efficacité. Au troisième mois postopératoire, 75 % des yeux ont gagné une ligne de meilleure acuité visuelle corrigée (MAVC) et 5 % ont gagné deux lignes, tandis qu aucun œil n a perdu de ligne de MAVC. Ces résultats semblent pour l heure, être très prometteurs, et si cette tendance se confirme, il se peut que ce nouveau profil d ablation, basé sur le ray tracing, puisse prétendre remplir la promesse de l excellence. Déclaration d intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d intérêts en relation avec cet article. Remerciements Les auteurs tiennent à remercier le Dr Damien Gatinel (Fondation ophtalmologique A. de Rothschild, Paris) pour ses conseils d expert. Références [1] Chalita MR, Chavala S, Xu M, Krueger RR. Wavefront analysis in post-lasik eyes and its correlation with visual symptoms, refraction, and topography. Ophthalmology 2004;111: [2] Marcos S, Barbero S, Llorente L. Optical response to LASIK surgery for myopia from total and corneal aberration measurements. Investigative Ophthalmology 2001;42: [3] Moreno-Barriuso E. Ocular aberrations before and after myopic corneal refractive surgery: LASIK-induced changes measured with laser ray tracing. Investigative Ophthalmology & Visual Science 2001;42: [4] Williams D. Visual benefit of correcting higher order aberrations of the eye. Journal of Refractive Surgery 2000;16:S [5] Rocha KM, Vabre L, Chateau N, Krueger RR. Enhanced visual acuity and image perception following correction of highly aberrated eyes using an adaptive optics visual simulator. Journal of Refractive Surgery (Thorofare, NJ: 1995) 2010;26:52 6. [6] Munnerlyn C, Koons S, Marshall J. Photorefractive keratectomy: a technique for laser refractive surgery. Journal of Cartaract & Refractive Surgery 1988;14: [7] Waheed S, Krueger RR. Update on customized excimer ablations: recent developments reported in Current Opinion in Ophthalmology 2002;14: [8] Bottos KM, Leite MT, Aventura-Isidro M, Bernabe-Ko J, Wongpitoonpiya N, Ong-Camara NH, et al. Corneal asphericity and spherical aberration after refractive surgery. Journal of Cataract and Refractive Surgery 2011;37: [9] Keir NJ, Simpson T, Hutchings N, Jones L, Fonn D. Outcomes of wavefront-guided laser in situ keratomileusis for hyperopia. Journal of Cataract and Refractive Surgery 2011;37: [10] Mrochen M, Donitzky C, Fh DI, Wu C, Lo J. Wavefront-optimized ablation profiles: theoretical background. Journal of Cataract & Refractive Surgery 2004: [11] Artal P. What aberration pattern (if any) produces the best vision? Presented at the 6th International Wavefront Congress February, Athens, Greece [12] Gatinel D, Haouat M, Hoang-Xuan T. A review of mathematical descriptors of corneal asphericity. Journal francais d ophtalmologie 2002;25: [13] Manns F. Ablation profiles for wavefront-guided correction of myopia and primary spherical aberration. Journal of Cataract and Refractive Surgery 2002;28: [14] Seiler T. Operative correction of ocular aberrations to improve visual acuity. Journal of Refractive Surgery 2000;5:S [15] Vongthongsri A. Comparison of wavefront-guided customized ablation vs. conventional ablation in laser in situ keratomileusis. Journal of Refractive Surgery 2002;18:S [16] Phusitphoykai N, Tungsiripat T, Siriboonkoom J, Vongthongsri A. Comparison of conventional versus wavefront-guided laser in situ keratomileusis in the same. Journal of Refractive Surgery 2003;19: [17] Dougherty PJ, Bains HS. A retrospective comparison of LASIK outcomes for myopia and myopic astigmatism with conventional NIDEK versus wavefront-guided VISX and Alcon platforms. Journal of Refractive Surgery 2008;24: [18] Mastropasqua L, Nubile M, Ciancaglini M, Toto L, Ballone E. Wavefront-guided and conventional with the Meditec MEL 70 Laser. Journal of Refractive Surgery 2004;20: [19] Kim T, Yang S, Tchah H. Bilateral comparison of WFC versus conventional laser in situ keratomileusis with Bausch and Lomb Zyoptix. Journal of Refractive Surgery 2004;20: [20] D Arcy F, Kirwan C, Qasem Q, O Keefe M. Prospective contralateral eye study to compare conventional and wavefront-guided laser in situ keratomileusis. Acta Ophthalmologica [21] Lee HM. Measurement of contrast sensitivity and glare under mesopic and photopic conditions following wavefront-guided

10 10 D. Smadja et al. and conventional LASIK surgery. Journal of Refractive Surgery 2006;22: [22] Schallhorn SC. Comparison of night driving performance after wavefront-guided and conventional LASIK for moderate myopia. Ophthalmology 2009;116: [23] Karimian F, Feizi S, Jafarinasab MR. Conventional versus custom ablation in photorefractive keratectomy: randomized clinical trial. Journal of Cataract and Refractive Surgery 2010;36: [24] Stonecipher KG, Kezirian GM. Wavefront-optimized versus wavefront-guided LASIK for myopic astigmatism with the ALLE- GRETTO WAVE: three-month results of a prospective FDA trial. Journal of Refractive Surgery 2008;24: [25] Kosaki R, Maeda N, Hayashi H, Fujikado T, Okamoto S. Effect of NIDEK optimized aspheric transition zone ablation profile on higher order aberrations during LASIK for myopia. Journal of Refractive Surgery 2009;25: [26] George MR, Shah RA, Hood C, Krueger RR. Transitioning to optimized correction with the wavelight ALLEGRETTO WAVE: case distribution, visual outcomes, and wavefront aberrations. Journal of Refractive Surgery 2010;26:S [27] Arbelaez MC, Vidal C, Arba-mosquera S. Excimer laser correction of moderate to high astigmatism with a non-wavefrontguided aberration-free ablation profile: six-month results. Journal of Cartaract & Refractive Surgery 2009;35: [28] Mastropasqua L, Toto L, Zuppardi E, Nubile M, Carpineto P, Di Nicola M, et al. Photorefractive keratectomy with aspheric profile of ablation versus conventional photorefractive keratectomy for myopia correction Six-month controlled clinical trial. Journal of Cartaract & Refractive Surgery 2006;32: [29] Ortueta DD. Comparison of standard and aberration-neutral profiles for myopic LASIK with the SCHWIND ESIRIS platform. Journal of Refractive Surgery 2009;25: [30] Tuan K-mon A. Corneal asphericity and visual function after wavefront-guided LASIK. Optometry and Vision Science 2006;83: [31] Padmanabhan P, Mrochen M, Basuthkar S, Viswanathan D, Joseph R. Wavefront-guided versus wavefront-optimized laser in situ keratomileusis: contralateral comparative study. Journal of Cataract & Refractive Surgery 2008;34: [32] Tran DB, Shah V. Higher Order Aberrations Comparison in Fellow Eyes Following IntraLase LASIK With WaveLight Allegretto and CustomCornea LADARVision4000 Systems. Journal of Refractive Surgery 2006;22: [33] Yu J, Chen H, Wang F. Patient satisfaction and visual symptoms after wavefront-guided and wavefront-optimized LASIK with the WaveLight platform. Journal of Refractive Surgery 2008;24: [34] Perez-straziota CE, Randleman JB, Stulting RD. Visual acuity and higher-order aberrations with wavefront-guided and wavefront-optimized laser in situ keratomileusis. Journal of Cartaract & Refractive Surgery 2010;36: [35] Miraftab M, Seyedian MA, Hashemi H. Wavefront-guided vs wavefront-optimized LASIK: a randomized clinical trial comparing contralateral eyes. Journal of Refractive Surgery 2011;27: [36] Koller T, Iseli HP, Hafezi F, Mrochen M, Seiler T. Q-factor customized ablation profile for the correction of myopic astigmatism. Journal of Cartaract & Refractive Surgery 2006;32: [37] Ghoreishi SM, Naderibeni A, Peyman A, Rismanchian A, Eslami F. Aspheric profile versus wavefront-guided ablation photorefractive keratectomy for the correction of myopia using the Allegretto Eye Q. European Journal of Ophthalmology 2009;19: [38] Stojanovic A, Wang L, Jankov MR, Nitter TA, Wang Q. Wavefront optimized versus custom-q treatments in surface ablation for myopic astigmatism with the WaveLight ALLEGRETTO laser. Journal of Refractive Surgery 2008;24: [39] Macrae SM, Wavefront-guided ablation. American Journal of Ophthalmology 2001;132: [40] Applegate R. Interaction between aberrations to improve or reduce visual performance. Journal of Cataract & Refractive Surgery 2003;29: [41] Bueeler M. Maximum permissible lateral decentration in aberration-sensing and wavefront-guided corneal ablation. Journal of Cartaract & Refractive Surgery 2003;29: [42] Ciccio AE, Durrie DS, Stahl JESF. Ocular cyclotorsion during customized laser ablation. Journal of Refractive Surgery 2005;21:S [43] Gatinel D, Malet J, Hoang-xuan T, Azar DT. Analysis of customized corneal ablations: theoretical limitations of increasing negative asphericity. Investigative Ophthalmology 2002;2: [44] Netto MV, Wilson SE. Corneal wound healing relevance to wavefront guided laser treatments. Ophthalmology Clinics of North America 2004;17: [vii]. [45] Dupps W, Roberts C. Effect of acute biomechanical changes on corneal curvature after photokeratectomy. Journal of Refractive Surgery 2001;17: [46] Amano S, Amano Y, Yamagami S, Miyai T, Miyata K, Samejima T, et al. Age-related changes in corneal and ocular higher-order wavefront aberrations. American Journal of Ophthalmology 2004;137: [47] Mrochen M. Optical ray tracing for the calculation of optimized corneal ablation profiles in refractive treatment planning. Journal of Refractive Surgery 2008;24:S

Comparaison des résultats visuels et réfractifs des traitements myopiques Zyoptix Asphérique versus Zyoptix Tissue Saving : une étude rétrospective

Comparaison des résultats visuels et réfractifs des traitements myopiques Zyoptix Asphérique versus Zyoptix Tissue Saving : une étude rétrospective Comparaison des résultats visuels et réfractifs des traitements myopiques Zyoptix Asphérique versus Zyoptix Tissue Saving : une étude rétrospective Pilly B. 1, MD, Farpour B. 1,2, MD, Von Gunten S. 2,

Plus en détail

OUTILS DE DIAGNOSTIC EN CHIRURGIE RÉFRACTIVE UTILE POUR QUI? Dr B. Farpour 18 octobre 2007

OUTILS DE DIAGNOSTIC EN CHIRURGIE RÉFRACTIVE UTILE POUR QUI? Dr B. Farpour 18 octobre 2007 OUTILS DE DIAGNOSTIC EN CHIRURGIE RÉFRACTIVE UTILE POUR QUI? Dr B. Farpour 18 octobre 2007 Outils diagnostiques Outils diagnostiques La Topographie L Orbscan II L Orbscan II L Orbscan II Source :www.laser-vision-rothschild.com

Plus en détail

Chapitre 2 : Chirurgies réfractives

Chapitre 2 : Chirurgies réfractives Chapitre 2 : Chirurgies réfractives 1. Techniques d examen... 2 1.1 Aberrométrie (voir chapitre cornée)... 2 1.2. Topographie cornéenne (voir chapitre cornée)... 2 2. Chirurgies incisionnelles... 2 3.1.

Plus en détail

Les particularités de la photoablation hypermétropique au laser Excimer en chirurgie réfractive cornéenne

Les particularités de la photoablation hypermétropique au laser Excimer en chirurgie réfractive cornéenne Les particularités de la photoablation hypermétropique au laser Excimer en chirurgie réfractive cornéenne LES PARTICULARITES DU PROFIL D ABLATION Qu il soit fidèle au modèle initial de Munnerlyn [1] ou

Plus en détail

12 PANORAMA. Figure 1 Simulation de la vision selon l astigmatisme.

12 PANORAMA. Figure 1 Simulation de la vision selon l astigmatisme. L astigmatisme est le plus souvent généré par la géométrie torique de la cornée, en particulier de sa face antérieure. Il est plus rarement d origine cristallinienne, par irrégularité de la forme ou de

Plus en détail

Le Laser Blended Vision

Le Laser Blended Vision Zoom sur La chirurgie de la presbytie avec le logiciel Laser Blended Vision (LBV) Principe, mode d emploi et résultats n Dans la pratique de la chirurgie réfractive, le traitement de la presbytie représente

Plus en détail

Information générale de la Société Française d'ophtalmologie

Information générale de la Société Française d'ophtalmologie 1 Information générale de la Société Française d'ophtalmologie La chirurgie réfractive a pour but de corriger les anomalies de vision optique, de façon à améliorer l acuité visuelle sans correction et

Plus en détail

Aberrométrie : intérêt en pratique courante. Dr. Solange Leroux Les Jardins

Aberrométrie : intérêt en pratique courante. Dr. Solange Leroux Les Jardins Aberrométrie : intérêt en pratique courante. Dr. Solange Leroux Les Jardins PARIS SAFIR 2006 CHNO des Quinze-Vingts, Paris Cabinet: 13 bd Raspail, 75007 Paris Aberrométrie : intérêt en pratique courante.

Plus en détail

Les aberrations sphériques

Les aberrations sphériques Les aberrations sphériques en question S? D. GATINEL sphérique est définie en optique géométrique par une L aberration différence de puissance réfractive entre les rayons réfractés près et loin de l axe

Plus en détail

ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009

ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009 ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009 Chirurgie Réfractive Correction de: Myopie Hypermétropie Astigmatisme Historique J. Barraquer : le kératomleusis années 50 en Colombie Historique

Plus en détail

CONGRES PRESBYTIE STRASBOURG SOFITEL PLATE FORME L.B.V. 18 MARS 2012 DR S. DERHY WWW.OCULAIRE.FR

CONGRES PRESBYTIE STRASBOURG SOFITEL PLATE FORME L.B.V. 18 MARS 2012 DR S. DERHY WWW.OCULAIRE.FR CONGRES PRESBYTIE STRASBOURG SOFITEL 18 MARS 2012 PLATE FORME L.B.V. DR S. DERHY WWW.OCULAIRE.FR Comprenant : La station de mesures CRS Master ZEISS Le logiciel L.B.V. ZEISS Le laser Excimer Mel 80 Le

Plus en détail

Chirurgie de la presbytie

Chirurgie de la presbytie Chirurgie de la presbytie IntraCor utilise le laser femtoseconde L IntraCor est une méthode innovante, efficace et peu invasive, de compensation chirurgicale de la presbytie chez les emmétropes. Cette

Plus en détail

Le bilan ophtalmologique préopératoire

Le bilan ophtalmologique préopératoire Le bilan ophtalmologique préopératoire Le bilan ophtalmologique préopératoire comprend plusieurs examens spécialisés effectués au cabinet médical. Préalablement à toute décision chirurgicale, votre chirurgien

Plus en détail

Dr Bijan Farpour. 22 novembre 2007

Dr Bijan Farpour. 22 novembre 2007 Dr Bijan Farpour 22 novembre 2007 La chirurgie réfractive n est pas une panacée et des critères strictes doivent être rencontrés avant de proposer toute chirurgie. Plus le patient comprend Plus ses attentes

Plus en détail

Lasik or not Lasik? Arbre décisionnel de la chirurgie de la myopie présenté en partie à la Safir en mai 2014 (Paris)

Lasik or not Lasik? Arbre décisionnel de la chirurgie de la myopie présenté en partie à la Safir en mai 2014 (Paris) Lasik or not Lasik? Arbre décisionnel de la chirurgie de la myopie présenté en partie à la Safir en mai 2014 (Paris) Dr Michael Assouline* Introduction L évolution des pratiques de chirurgie réfractive

Plus en détail

Implants Toriques. Phakes - Artisan T Pseudophake - Acrysof T - Acritec T - Rayner Flex T. Lasik, PKR KR Cataracte Kératocône Kératoplastie Ptérygion

Implants Toriques. Phakes - Artisan T Pseudophake - Acrysof T - Acritec T - Rayner Flex T. Lasik, PKR KR Cataracte Kératocône Kératoplastie Ptérygion 176-181_OPHT15_chirurgie.qxp 27/05/08 17:19 Page 176 CHIRURGIE Traitement chirurgical de l astigmatisme Des moyens très divers pour des indications très variées Le bilan pré-opératoire élimine les contre-indications

Plus en détail

CORRECTION DES TROUBLES DE LA REFRACTION PAR LASER EXCIMER : PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE ET LASIK

CORRECTION DES TROUBLES DE LA REFRACTION PAR LASER EXCIMER : PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE ET LASIK CORRECTION DES TROUBLES DE LA REFRACTION PAR LASER EXCIMER : PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE ET LASIK Avril 2000 Service évaluation des technologies L AGENCE NATIONALE D ACCREDITATION ET D EVALUATION EN SANTE

Plus en détail

Les techniques chirurgicales au laser

Les techniques chirurgicales au laser Les techniques chirurgicales au laser Evolution dans le temps des techniques laser : La chirurgie réfractive peut corriger rapidement et avec une très grande sécurité différents types de troubles de la

Plus en détail

Lasik Xtra: Résultats cliniques. Dr Philippe Charvier Dr David Donate Thaëron Rozenn (optometriste) Lyon, France

Lasik Xtra: Résultats cliniques. Dr Philippe Charvier Dr David Donate Thaëron Rozenn (optometriste) Lyon, France Lasik Xtra: Résultats cliniques Dr Philippe Charvier Dr David Donate Thaëron Rozenn (optometriste) Lyon, France Introduction Lasik Xtra : Lasik combiné à un cross-linking cornéen accéléré Traitement de

Plus en détail

Coup d oeil sur la chirurgie réfractive

Coup d oeil sur la chirurgie réfractive Coup d oeil sur la chirurgie réfractive Dr Jean-Pierre Chartrand, MD Q et R La chirurgie réfractive au laser excimer pratiquée par les ophtalmologues est l une des deux procédures chirurgicales les plus

Plus en détail

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Vision Clinic : Une compétence à tous les niveaux Depuis toujours, bien voir est un besoin fondamental de l homme. Avoir une meilleure

Plus en détail

Chirurgie oculaire au laser Excimer

Chirurgie oculaire au laser Excimer Chirurgie oculaire au laser Excimer Ce document préparé par L'Hôpital d'ottawa présente des renseignements généraux. Il ne vise pas à remplacer les conseils d'un professionnel de la santé qualifié. Consultez

Plus en détail

Peut-on implanter une lentille intraoculaire multifocale après photoablation cornéenne?

Peut-on implanter une lentille intraoculaire multifocale après photoablation cornéenne? 1 D. GATINEL Fondation Ophtalmologique A. de Rothschild, CEROC, PARIS. gatinel@aol.com Peut-on implanter une lentille intraoculaire multifocale après photoablation cornéenne? L implantation d une lentille

Plus en détail

Explications sur les équipements Laser Vision Future Lyon

Explications sur les équipements Laser Vision Future Lyon Pour y voir plus clair? C est taupe! Explications sur les équipements Laser Vision Future Lyon Les différents examens Evaluation des défauts optiques Mesure de la tension oculaire Topographie et pachymétrie

Plus en détail

La chirurgie de la presbytie sur la cornée ou le cristallin?

La chirurgie de la presbytie sur la cornée ou le cristallin? La chirurgie de la presbytie sur la cornée ou le cristallin? D. GATINEL Fondation Ophtalmologique A. de Rothschild, CEROC, PARIS. La presbytie est définie par la perte progressive du pouvoir d accommodation

Plus en détail

Comparaison entre le Lasik au laser femtoseconde et le Lasik au microkératome mécanique : prédictibilité des découpes, biomécanique cornéenne et

Comparaison entre le Lasik au laser femtoseconde et le Lasik au microkératome mécanique : prédictibilité des découpes, biomécanique cornéenne et Journal français d ophtalmologie (2012) 35, 2 8 ARTICLE ORIGINAL Comparaison entre le Lasik au laser femtoseconde et le Lasik au microkératome mécanique : prédictibilité des découpes, biomécanique cornéenne

Plus en détail

MANUEL D ADAPTATION A utiliser avec Kerasofttraining.com

MANUEL D ADAPTATION A utiliser avec Kerasofttraining.com is a trademark of Bausch & Lomb Incorporated MANUEL D ADAPTATION A utiliser avec Kerasofttraining.com MOROCCO AV : MOUVEMENT - ROTATION - CENTRATION - CONFORT - ACUITÉ VISUELLE MANUEL D ADAPTATION : CONTENU

Plus en détail

SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES...

SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES... ENVIE DE VOIR CLAIR SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES... INTRODUCTION : Vous présentez une anomalie de la réfraction et souhaitez remédier à cette anomalie par le biais d une intervention chirurgicale. Cette

Plus en détail

Casablanca Laser Vision

Casablanca Laser Vision Casablanca Laser Vision Située au cœur de la Clinique Val d Anfa, Casablanca Laser Vision est un centre ophtalmologique spécialisé dans la chirurgie réfractive. Grâce à l expertise de ses chirurgiens et

Plus en détail

Efficacité, Sécurité des Anneaux Intra-Cornéens (ICR) Ferrara pour Kératocône (KC).

Efficacité, Sécurité des Anneaux Intra-Cornéens (ICR) Ferrara pour Kératocône (KC). S. Leroux Les Jardins 1,2, F. Poisson,2 G. Leroux les Jardins, 3. 1-Cabinet Paris. 2-CHNO des Quinze Vingts, Paris, 3-Chef de clinique-assistant, Groupe hospitalier Cochin Hôtel Dieu, Paris. SFO 2012 PAS

Plus en détail

CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE

CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE Votre rendez-vous est prévu : Le Au centre Aix Laser Vision 44 Av de Lattre de Tassigny 13090 AIX EN PROVENCE Tel: 04 42 99 09 81 Docteur OPHTALMOLOGISTE Ancien

Plus en détail

LA RÉFRACTION OBJECTIFS

LA RÉFRACTION OBJECTIFS CHU Dr Benbadis Constantine le 12/04/2011 Service d Ophtalmologie/Module d ophtalmologie. Dr Z.Berkani-Kitouni :Maître de conférences, Chef de Service. LA RÉFRACTION OBJECTIFS : 1- Savoir définir l œil

Plus en détail

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies Il existe de nombreuses anomalies de la cornée plus ou moins importantes qui entraînent soit une modification de la vision, soit la perte de la vue

Plus en détail

LA CHIRURGIE DE LA PRESBYTIE ; QU EN EST-IL EN 2009? Alors que la chirurgie réfractive dans le but de corriger une anomalie de la réfraction (myopie,

LA CHIRURGIE DE LA PRESBYTIE ; QU EN EST-IL EN 2009? Alors que la chirurgie réfractive dans le but de corriger une anomalie de la réfraction (myopie, LA CHIRURGIE DE LA PRESBYTIE ; QU EN EST-IL EN 2009? F. Malecaze, Professeur des Universités en Ophtalmologie, Service d Ophtalmologie, Hôpital Purpan, Place du Dr Baylac, 31059 TOULOUSE Cedex, Tél : 05

Plus en détail

L optique adaptative pour l étude et la correction des défauts optiques de l œil humain

L optique adaptative pour l étude et la correction des défauts optiques de l œil humain D O S S I E R Optique adaptative 1 D. GATINEL Hôpital Bichat Claude Bernard, Fondation A. de Rothschild, PARIS. L optique adaptative pour l étude et la correction des défauts optiques de l œil humain L

Plus en détail

Retraitement après PKR pour myopies faibles et moyennes

Retraitement après PKR pour myopies faibles et moyennes J Fr. Ophtalmol., 2; 23, 4, 333-339 Masson, Paris, 2. ARTICLE ORIGINAL Retraitement après PKR pour myopies faibles et moyennes Résultats et étude de la sensibilité au contraste M. Montard (1), J.-L. Fau

Plus en détail

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain L œil humain Points essentiels Fonctionnement de l œil humain: La vision éloignée La vision rapprochée Le pouvoir d'accommodation Les défauts de l œil humain L hypermétropie La myopie La presbytie Fonctionnement

Plus en détail

Nouveau. Rose K Rose K2. Rose K2 NC. Rose K2 IC. Rose K2 Post Graft. contrôle des aberrations. Nipple cone. irregular cornea.

Nouveau. Rose K Rose K2. Rose K2 NC. Rose K2 IC. Rose K2 Post Graft. contrôle des aberrations. Nipple cone. irregular cornea. Rose K Rose K2 contrôle des aberrations Rose K2 NC Nipple cone irregular cornea post-greffe Nouveau Semi-sclérale XL 5 profils de lentilles pour équiper toutes les cornées Protocole d adaptation systématisée

Plus en détail

Chirurgie de l astigmatisme : nouveautés

Chirurgie de l astigmatisme : nouveautés Le dossier Chirurgie de l astigmatisme : nouveautés Composantes de l astigmatisme oculaire réalités ophtalmologiques # 2_Février 24 Résumé : Cet article concerne l étude des composantes qui permettent

Plus en détail

La correction de la presbytie chez un emmétrope représente une des missions

La correction de la presbytie chez un emmétrope représente une des missions REVUES GENERALES Rubrique 1 D. GATINEL Conduite à tenir devant une demande de chirurgie réfractive chez l emmétrope presbyte La correction de la presbytie chez un emmétrope représente une des missions

Plus en détail

Si les myopies faibles et

Si les myopies faibles et Place du Lasik pour la correction de la myopie forte Résumé : Technique de choix pour les myopies faibles et moyennes, le Lasik est concurrencé par d autres techniques chirurgicales sur le terrain de la

Plus en détail

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille 1 Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE Myopie - Hypermétropie - Astigmatisme Madame, Mademoiselle, Monsieur. Vous êtes intéressés par la chirurgie

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. INTRODUCTION 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. INTRODUCTION 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE? INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. INTRODUCTION 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE? 3. LES OPERATIONS DE CHIRURGIE REFRACTIVE 4. RISQUES COMMUNS A TOUTES LES TECHNIQUES

Plus en détail

TROUBLES DE LA REFRACTION. Dr.BENLARIBI.M

TROUBLES DE LA REFRACTION. Dr.BENLARIBI.M TROUBLES DE LA REFRACTION Dr.BENLARIBI.M Introduction - Définition La réfraction oculaire : _ l ensemble des déviations que subit un rayon lumineux lors de sa traversée du système dioptrique oculaire,

Plus en détail

Comparaison des lasers femtoseconde Partie 1 : Chirurgie cornéenne

Comparaison des lasers femtoseconde Partie 1 : Chirurgie cornéenne Comparaison des lasers femtoseconde Partie 1 : Chirurgie cornéenne Dr Michael Assouline* Introduction Le Lasik a été révolutionné par l introduction du premier laser femtoseconde (IntraLase en 2001 par

Plus en détail

TD Ingénierie système

TD Ingénierie système CORRECTION DE LA VUE PAR LASIK 1 Compétences travaillées : Situer le système industriel dans son domaine d activité, Identifier les matières d oeuvre entrante et sortante, Préciser les caractéristiques

Plus en détail

TD Étude Système 1 Correction de la vue par LASIK 2

TD Étude Système 1 Correction de la vue par LASIK 2 TD Étude Système 1 Correction de la vue par LASIK 2 Il est conseillé de lire l ensemble du sujet avant de commencer. FIG. 1 LADARVISION 4000. L objet de cette étude est la validation partielle des solutions

Plus en détail

Remodelage cornéen (RMC) : quelle incidence sur l architecture de la cornée?

Remodelage cornéen (RMC) : quelle incidence sur l architecture de la cornée? p13cdo92 24/04/06 16:18 Page 13 Remodelage cornéen (RMC) : quelle incidence sur l architecture de la cornée? Brigitte Lutcher*, Michel Puech**, Bernard Barthélémy***, Adil El Maftouhi**, Christophe Baudouin*

Plus en détail

EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout!

EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout! EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout! Grâce à nos techniques avant-gardistes, des milliers de gens sont en mesure d oublier, à jamais, qu ils ont déjà eu

Plus en détail

FICHE D INFORMATION SUR LE

FICHE D INFORMATION SUR LE FICHE D INFORMATION SUR LE LASER EXCIMER DE SURFACE (PRK OU PARK) 1. QU EST-CE QUE LA PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE DE SURFACE (PRK OU PARK)? 2. LES LIMITES DE LA PRK 3. COMPARAISON TRAITEMENT DE SURFACE

Plus en détail

Avertissement. Anisométropie et aniséïconie. L anisométropie. L anisométropie. L anisométropie. L anisométropie

Avertissement. Anisométropie et aniséïconie. L anisométropie. L anisométropie. L anisométropie. L anisométropie www.strabisme.net Avertissement On distingue classiquement deux types d anisométropie Anisométropie et aniséïconie Alain Péchereau es anisométropies axiles es anisométropies de puissance Du fait de la

Plus en détail

CENTRE LASER VICTOR HUGO. Au service de votre vue depuis 1997

CENTRE LASER VICTOR HUGO. Au service de votre vue depuis 1997 CENTRE LASER VICTOR HUGO Au service de votre vue depuis 1997 Le centre laser Historique Localisation Accès Infrastructures Le matériel et les techniques Matériel d examen Traitement du kératocône Lasers

Plus en détail

Le dépistage du kératocône dans sa forme infraclinique

Le dépistage du kératocône dans sa forme infraclinique 1 D. Gatinel, A. Saad Fondation Rothschild, Centre d Expertise et de Recherche en Optique Clinique (CEROC), Paris. gatinel@gmail.com Détection automatisée du kératocône fruste avec l Orbscan Le dépistage

Plus en détail

Optique géométrique. La lumière est à la fois une onde et un corpuscule!

Optique géométrique. La lumière est à la fois une onde et un corpuscule! Optique géométrique UE3 Voir est un phénomène complexe qui implique une succession d événement qui permettent de détecter, localiser et identifier un objet éclairé par une source de lumière. L œil est

Plus en détail

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN L expérience LASIK I QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? Pour être éligible au LASIK, vous devez avoir au moins 21 ans, avoir des yeux en bonne santé et être en bonne santé générale. Votre vision ne doit pas

Plus en détail

Bulletin N 117 Octobre 2004... 2,30

Bulletin N 117 Octobre 2004... 2,30 Bulletin N 117 Octobre 2004................. 2,30 E d i t o S o m m a i r e Chers lecteurs, Ce numéro de rentrée fait la part belle à la pathologie oculaire. Pour la première fois depuis longtemps, et

Plus en détail

Glaucome et chirurgie réfractive R,GAROUT F,KARAOUAT HCA ALGER

Glaucome et chirurgie réfractive R,GAROUT F,KARAOUAT HCA ALGER Glaucome et chirurgie réfractive R,GAROUT F,KARAOUAT HCA ALGER 5éme congres Societe Algerienne du Glaucome Alger Hotel El Djazair 9 Novembre 2013 INTRODUCTION La chirurgie réfractive attire de plus en

Plus en détail

Correction de la Presbytie Laser Vs Implant intraoculaire

Correction de la Presbytie Laser Vs Implant intraoculaire Mono Vision Correction de la Presbytie Laser Vs Implant intraoculaire Michel Podtetenev m.d. FocusVision.ca Correction de loin pour l œil dominant Correction de près pour l œil dominé Créer une myopie

Plus en détail

FORMULAIRE DE CONSENTEMENT

FORMULAIRE DE CONSENTEMENT FORMULAIRE DE CONSENTEMENT Correction de la vision au laser excimer PKR, LASEK, Épi-LASIK et LASIK pour corriger la myopie (difficulté à voir de loin), l hypermétropie (difficulté à voir de près) et l

Plus en détail

Kératocônes (KC) : Amélioration de la Réhabilitation visuelle des KC après Anneaux Intra-Cornéens(ICR

Kératocônes (KC) : Amélioration de la Réhabilitation visuelle des KC après Anneaux Intra-Cornéens(ICR Kératocônes (KC) : Amélioration de la Réhabilitation visuelle des KC après Anneaux Intra-Cornéens(ICR s) avec les lentilles Cornéo-sclérales SPOT (LAO) Dr. Solange Leroux Les Jardins 1, 2 Dr. Guillaume

Plus en détail

Analyse quantitative des aberrations oculaires d ordre élevé grâce au système de Shack-Hartmann chez des porteurs de lentilles de contact

Analyse quantitative des aberrations oculaires d ordre élevé grâce au système de Shack-Hartmann chez des porteurs de lentilles de contact Analyse quantitative des aberrations oculaires d ordre élevé grâce au système de Shack-Hartmann chez des porteurs de lentilles de contact Laurent Fumery, Bernard Barthelemy, Optométriste. L objectif de

Plus en détail

Lentilles spéciales. 11,00 Toutes possibilités par 0,05. 10,10 à 11,30 7,30 à 10,55 par 0,05. Toutes possibilités (standard : + 1,00)

Lentilles spéciales. 11,00 Toutes possibilités par 0,05. 10,10 à 11,30 7,30 à 10,55 par 0,05. Toutes possibilités (standard : + 1,00) Lentille Page Laboratoire LS - pa,25 d pa,50 d AX 38 L C S pa,25 11,00 toutes possibilités pa,05 Enfant - Mégalo-cornée - Greffe de cornée Déformation cornéenne AX TI / TE / BI 39 L C S pa,25 11,00 pa,05

Plus en détail

Les yeux tournés vers le futur! 5 bis, rue du dôme 75116 Paris Site : www.clvh.com Email : clvh@clvh.com

Les yeux tournés vers le futur! 5 bis, rue du dôme 75116 Paris Site : www.clvh.com Email : clvh@clvh.com Les yeux tournés vers le futur! 3 3 5 bis, rue du dôme 75116 Paris Site : www.clvh.com Email : clvh@clvh.com La chirurgie réfractive (correction laser des troubles visuels) a totalement révolutionné la

Plus en détail

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir 287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION troubles de la réfraction Ce qu il faut savoir 1. Savoir définir l acuité visuelle tant sur le plan optique que physiologique. Connaître les modalités et les conditions de

Plus en détail

Lentille Semi-Sclérale

Lentille Semi-Sclérale Kératocônes DMP Post Greffe Post Chirurgie ROSE K2 XL Lentille Semi-Sclérale TM Lentille Semi-Sclérale ROSE K2 XL Indications Pour Kératocône, Dégénérescence Marginale Pellucide (DMP), Post Greffe, Post

Plus en détail

La demande de suppression des lunettes est de plus en plus

La demande de suppression des lunettes est de plus en plus Visya www.cliniquevision.com 1 M. TIMSIT VISYA Clinique de la Vision, PARIS. mt@ophtalmologie.fr Chirurgie de la presbytie : lasers ou implants? Les éléments décisionnels La demande de suppression des

Plus en détail

Conseil d Évaluation des Technologies de la Santé du Québec

Conseil d Évaluation des Technologies de la Santé du Québec Conseil d Évaluation des Technologies de la Santé du Québec RAPPORT PRÉSENTÉ AU Rapport Juin 2000 LE LASER EXCIMER EN OPHTALMOLOGIE : (CETS 2000-2 RF MISE À JOUR DE L ÉTAT DES CONNAISSANCES Ministre de

Plus en détail

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE Presbytie Madame, Monsieur, Vous êtes intéressés par la chirurgie réfractive. Cette fiche d`information a

Plus en détail

entilles e contact Corrections visuelles possibles

entilles e contact Corrections visuelles possibles entilles e contact Corrections visuelles possibles Les lentilles de contact ouvrent les yeux d un public de plus en plus grand. Lunettes L invention des verres correcteurs fut un progrès culturel majeur

Plus en détail

Pas de compromis. Acri.LISA le seul implant multifocal de correction de la presbytie véritablement adapté à la micro-incision

Pas de compromis. Acri.LISA le seul implant multifocal de correction de la presbytie véritablement adapté à la micro-incision Pas de compromis le seul implant multifocal de correction de la presbytie véritablement adapté à la micro-incision le seul implant multifocal véritablement MICS pour des incisions de 1,5 mm La première

Plus en détail

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir 287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION troubles de la réfraction Ce qu il faut savoir 1. Savoir définir l acuité visuelle tant sur le plan optique que physiologique. Connaître les modalités et les conditions de

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE. 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE. 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6 INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. L ŒIL ET LES DIFFERENTS DEFAUTS VISUELS....p 2-5 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6 3. EXAMEN PRE OPERATOIRE... p 6 4. L

Plus en détail

Quelle est la meilleure technique pour la photo-ablation de surface?

Quelle est la meilleure technique pour la photo-ablation de surface? Quelle est la meilleure technique pour la photo-ablation de surface? La PKR, le Lasek, l Epi-Lasik La PKR, l'epi-lasik et le Lasek sont des méthodes de photo-ablation réfractive de surface pratiquées de

Plus en détail

Biophysique de la vision

Biophysique de la vision Séminaires Pédagogiques de Biophysique Biophysique de la vision Les amétropies sphériques Dr Olivier LAIREZ Hôpitaux de Toulouse Université Paul Sabatier Lundi 27 juin 2011 0 Biophysique de la vision Les

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA RÉFRACTION

LES TROUBLES DE LA RÉFRACTION LES TROUBLES DE LA RÉFRACTION (Myopie, hypermétropie et astigmatisme) RAPPELS D ANATOMIE Conjonctive (bulbaire ici) Coté temporal Corps ciliaire Angle irido-cornéen Iris Zonule Cristallin Sclérotique Humeur

Plus en détail

Astigmatisme et micro-incision

Astigmatisme et micro-incision 10 119 P. LEVY Clinique Saint-Roch, MONTPELLIER. levy.34@free.fr L e temps où la préoccupation principale, voire unique, du chirurgien était l ablation du cristallin est révolu. Le concept de chirurgie

Plus en détail

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Généralités sur les instruments d optiques : Classification : Les instruments d optiques sont de types différents

Plus en détail

Bibliographie. Définition : emmetropie. Plan. Lentilles minces. Charles REMY LYON Réfraction Nantes 8 & 9 avril 2O11. DÉFINITIONS : amétropies

Bibliographie. Définition : emmetropie. Plan. Lentilles minces. Charles REMY LYON Réfraction Nantes 8 & 9 avril 2O11. DÉFINITIONS : amétropies Bibliographie PUBLICATIONS FNRO LA REFRACTION DE L OEIL OPTIQUE PHYSIOLOGIQUE - Yves LEGRAND Charles REMY LYON Réfraction Nantes 8 & 9 avril 2O11 OPTIQUE -André MOUSSA et Paul PONSONNET CAHIERS D OPTIQUE

Plus en détail

Chirurgie de la presbytie

Chirurgie de la presbytie M I S E A U P O I N T Chirurgie de la presbytie La presbytie n est pas une contre-indication à la chirurgie réfractive, même chez les myopes. Plusieurs options sont possibles avec des résultats favorables

Plus en détail

Examens oculovisuels spécifiques

Examens oculovisuels spécifiques NORMES CLINIQUES Examens oculovisuels spécifiques Ces évaluations sont faites en réponse à des situations particulières. Quelques cas sont élaborés dans ce document. Examen en prévision d un ajustement

Plus en détail

L'oeil myope L'oeil myope projette l'image nette en avant de la rétine et nécessite une correction.

L'oeil myope L'oeil myope projette l'image nette en avant de la rétine et nécessite une correction. brochure.indd 1 22/01/2010 15:13:04 brochure.indd 2 22/01/2010 15:13:27 brochure.indd 3 LA MYOPIE Si vous voyez trouble de loin et net de près, alors vous êtes probablement myope. Rétine QU EST CE QUE

Plus en détail

L implant multifocal diffractif intra-cornéen. Une innovation de rupture pour la correction chirurgicale de la presbytie.

L implant multifocal diffractif intra-cornéen. Une innovation de rupture pour la correction chirurgicale de la presbytie. L implant multifocal diffractif intra-cornéen Une innovation de rupture pour la correction chirurgicale de la presbytie Janvier 2013 Dr. Gilbert Cohen Jean-Christophe Robert 06 17 45 28 99 06 15 65 23

Plus en détail

Le glaucome du myope. O. Ouhadj. C.H.U. Béni-Messous Alger

Le glaucome du myope. O. Ouhadj. C.H.U. Béni-Messous Alger Le glaucome du myope O. Ouhadj C.H.U. Béni-Messous Alger Introduction Rapports complexes entre myopie et glaucome Myopie faible et moyenne : pas de pb Myopie forte : 6 8 dioptries LA 26 mm Myopie forte

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR CI-1 page 1/10

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR CI-1 page 1/10 SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR CI-1 page 1/10 DS1- Exercice 1 : Ladarvision 4000 Excimer Laser System (Extrait ENS PSI 2004) Microscope du chirurgien Ordinateur de contrôle Tête du patient Table

Plus en détail

La chirurgie de la cataracte

La chirurgie de la cataracte Le dossier réalités ophtalmologiques # 215_Septembre 2014_Cahier 1 Choix pertinent et limites des formules de calcul : présent et futur RÉSUMÉ : Cet article expose les principales formules utilisées pour

Plus en détail

Les différentes options chirurgicales intra oculaires pour les patients atteints de presbytie Dr Christian Ferremi MD, PRCS(C) CPRO 2015

Les différentes options chirurgicales intra oculaires pour les patients atteints de presbytie Dr Christian Ferremi MD, PRCS(C) CPRO 2015 Les différentes options chirurgicales intra oculaires pour les patients atteints de presbytie Dr Christian Ferremi MD, PRCS(C) CPRO 2015 Implication financière Actionnaire de la Clinique d ophtalmologie

Plus en détail

Dr Damien Gatinel. Curriculum Vitae. Titres et Travaux

Dr Damien Gatinel. Curriculum Vitae. Titres et Travaux Dr Damien Gatinel Curriculum Vitae Titres et Travaux Octobre 2010 CURRICULUM VITAE / TITRES ET TRAVAUX Dr Damien Gatinel, Tel : 01 48 03 64 82 / 86 Email ; gatinel@aol.com Fondation Rothschild II. ETUDES

Plus en détail

Un regard clair sur la

Un regard clair sur la Un regard clair sur la Un regard clair sur la chirurgie réfractive DDr r J.C. C. Vryghem www.vryghem.be www.vr yghem.b e Introduction Aimeriez-vous profiter, dorénavant, de la vie sans lunettes et/ou lentilles?

Plus en détail

Guide d adaptation. Rose K2 XL. Kératocône. Dégénérescence pellucide marginale. Post Greffe. Post Chirurgie. Lentille Semi-sclérale

Guide d adaptation. Rose K2 XL. Kératocône. Dégénérescence pellucide marginale. Post Greffe. Post Chirurgie. Lentille Semi-sclérale Guide d adaptation Rose K2 XL Lentille Semi-sclérale TM Kératocône Dégénérescence pellucide marginale Post Greffe Post Chirurgie 1 LENTILLE SEMI-SCLÉRALE ROSE K2 XL INDICATIONS 1 ères indications : kératocône,

Plus en détail

Ophtalmologie. Conférences scientifiques. Progrès effectués dans la chirurgie réfractive. Département d ophtalmologie et des sciences de la vision

Ophtalmologie. Conférences scientifiques. Progrès effectués dans la chirurgie réfractive. Département d ophtalmologie et des sciences de la vision Ophtalmologie Conférences scientifiques MC NOVEMBRE 2004 Volume 2, numéro 9 COMPTE RENDU DES CONFÉRENCES SCIENTIFIQUES DU DÉPARTEMENT D OPHTALMOLOGIE ET DES SCIENCES DE LA VISION, FACULTÉ DE MÉDECINE,

Plus en détail

Les Implants multifocaux

Les Implants multifocaux D o s s i e r C H I R U R G I E D E L A P R E S B Y T I E Les Implants multifocaux Pierre Levy Montpellier Introduction La chirurgie par implant multifocal permet de remplacer un cristallin n ayant plus

Plus en détail

Les 15 aberrations de Zernicke

Les 15 aberrations de Zernicke Les 15 aberrations de Zernicke Les polynomes de Zernike correspondent à la somme des expressions simples de Seidel-Zernike qui sont de la forme: Ils expriment sous forme mathématique ou graphique ces données.

Plus en détail

FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK)

FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK) FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK) 4 - INDICATIONS 5. HISTOIRE 6. EFFET DU LASER EXCIMER SUR

Plus en détail

ACUVUE OASYS for PRESBYOPIA. Permettez à vos clients de porter plus longtemps leurs lentilles de contact.

ACUVUE OASYS for PRESBYOPIA. Permettez à vos clients de porter plus longtemps leurs lentilles de contact. ACUVUE OASYS for PRESBYOPIA Permettez à vos clients de porter plus longtemps leurs lentilles de contact. Faites profiter dès maintenant vos clients presbytes de la liberté que leur offre l excellent confort

Plus en détail

Conventionné secteur 1. Téléphone:05 49 56 12 83 En ligne 24/24h sur: www.rdvnet.net/roger.coulibaly

Conventionné secteur 1. Téléphone:05 49 56 12 83 En ligne 24/24h sur: www.rdvnet.net/roger.coulibaly CABINET MEDICAL 14 Rue de Tréguel Beaulieu 86000 POITIERS Docteur COULIBALY Roger Ophtalmologiste Conventionné secteur 1 Consultations sur rendez-vous Téléphone:05 49 56 12 83 En ligne 24/24h sur: www.rdvnet.net/roger.coulibaly

Plus en détail

Cornée suspecte et myopie faible à moyenne : laser de surface, autre technique ou abstention?

Cornée suspecte et myopie faible à moyenne : laser de surface, autre technique ou abstention? PAROLES D EXPERTS Chirurgie réfractive 1 Cornée suspecte et myopie faible à moyenne : laser de surface, autre technique ou abstention? J. COLIN 1 : Avec la mesure de la réfraction, l examen de la cornée

Plus en détail

Chirurgie par laser femtoseconde

Chirurgie par laser femtoseconde Chirurgie par laser femtoseconde Valeria Nuzzo* K.Plamann, D.Peyrot, F.Deloison Laboratoire d'optique Appliquée, ENSTA - École Polytechnique - CNRS UMR 7639, Palaiseau F.Aptel, M.Savoldelli, J.-M.Legeais

Plus en détail

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses 2009 Heig-vd Schneeberger Patrick L œil et ses es défauts 1 Table des matières L œil... 3 Le fonctionnement de l œil humain... 3 Les défauts de l œil... 4 La myopie et l hypermétropie... 4 L'astigmatisme...

Plus en détail

Avis de sécurité urgent

Avis de sécurité urgent AMO Germany GmbH Telefon +49 7243 729-0 Rudolf-Plank-Straße 31 Telefax +49 7243 729-100 D-76275 Ettlingen www.abbottmedicaloptics.com Postfach 10 01 34, D-76255 Ettlingen AMO EAM FSN2011-02 (S4IR 522 OUS)

Plus en détail