Evénements porteurs de risques déclarés sur le thème «Erreurs de site opératoire» en chirurgie orthopédique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evénements porteurs de risques déclarés sur le thème «Erreurs de site opératoire» en chirurgie orthopédique"

Transcription

1 Étude & évaluation 29 Evénements porteurs de risques déclarés sur le thème «Erreurs de site opératoire» en chirurgie orthopédique H. Mendizabal 1, G. Bollini 2, J. Caton 2, Y. Nordin 2, Y. Masse 2, R. Cavagna 2, M. Mansat 2, T. Bégué 2, O. Charrois 2 1- Cellule d évaluation médicale, hôpital de la Conception, Marseille 2- Orthorisq, Paris iipr Gérard Bollini Hôpital Timone Enfants 264, rue Saint-Pierre Marseille Cedex 5 E.mail : L accréditation des médecins a pour objectif de lutter contre la sinistralité liée aux actes médicaux. Ce dispositif repose sur la mise en place, au niveau national, d une gestion des risques médicaux par spécialité, ainsi que d un accompagnement des médecins par des experts de la spécialité en vue d améliorer la qualité et la sécurité des pratiques professionnelles. Les événements indésirables graves (EIG) font l objet d une déclaration obligatoire auprès de l Institut de veille sanitaire (InVS). Ce ne sont donc que les déclarations d événement porteur de risque (EPR) qui servent de socle au processus d accréditation. L EPR «Erreur de site opératoire» (ESO) a été choisi en 2008 par ORTHORISQ comme EPR ciblé à déclarer Résumé Introduction. L accréditation des médecins a pour objectif de lutter contre la sinistralité liée aux actes médicaux. En 2007 fut créé le premier organisme agréé de gestion des risques en chirurgie orthopédique «ORTHORISQ» accrédité par la Haute Autorité de santé (HAS). Parmi les objectifs nécessaires à l accréditation, la déclaration d événements porteurs de risque (EPR) cibles était un élément essentiel du référentiel des chirurgiens orthopédistes ; l EPR erreur de site opératoire faisant partie de ce choix. Matériel et méthode. Nous avons analysé sur l année 2009 les 175 questionnaires comportant 185 items se rapportant à cette problématique et récoltes par ORTHO- RISQ. Résultats. Dix résultats comportant une erreur réelle de site opératoire caractérisant un événement indésirable grave ont donc été exclus. La nature de l EPR a donc été signalée dans 160 cas avec 70 % d erreurs de côté, 5 % d erreurs de procédure, 16 % d erreurs de patients et 10 % d erreurs combinées. 44% des erreurs concernaient des patients opérés en ambulatoire, et 7 % des patients opérés en urgence. Différents facteurs de risque ont été identifiés (patients, professionnels, etc.). 65 % des EPR étant survenus dans des établissements ayant mis en place des procédures de vérification. Conclusion. La mise en place de la check-list est l action la plus plébiscitée par les chirurgiens (citée dans 67 EPR sur 160) pour récupérer les erreurs dans la prise en charge des patients. Elle a été recommandée par la Société française de chirurgie orthopédique et traumatologique le 1 er septembre 2009 et est devenue obligatoire dans tous les blocs (HAS) le 1 er janvier Mots-clés : Événement porteur de Risque Erreur de Site opératoire Check-list. Abstract Risk events reported on Wrong site surgery in orthopedic surgery Introduction. The French accreditation of doctors aims to prevent errors in invasive surgical procedures. Orthorisq was set up in 2007 and was the first orthopedic surgery risk management body accredited by the French High Authority for Health (HAS). As one of the targets required for accreditation, the declaration of risk events was an essential part of the procedures for orthopedic surgeons: wrong site surgery was one of these targets selected. Material and methods. 175 questionnaires, collected by Orthorisq in 2009, with 185 items related to wrong site surgery, were analyzed. Results. Ten questionnaires relating to a real wrong site surgery event were excluded as they described a serious adverse event. The type of event was reported for 160 cases with 70% wrong side errors, 5% procedural errors, 16% patient errors and 10% combined errors. Various risk factors were identified (patients, health professionals, etc). 65% of wrong site errors occurred in healthcare facilities that had set up checking procedures. Conclusion. Setting up checklists was the most common action requested by surgeons (cited in 67 wrong site events out of 160) to pick up errors in treating patients. It was recommended by the French orthopedic and traumatology society on September 1, 2009 and became compulsory in all operating rooms on January 1, 2010 Keywords: Risk Event Wrong Site Surgery Checklist.

2 30 EPR sur le thème «Erreurs de site opératoire» en chirurgie orthopédique dans le cadre de la procédure d accréditation. L implication des chirurgiens orthopédistes dans la prévention de cet événement indésirable pratiquement toujours évitable a été majeure depuis la campagne Sign your site (Marquer le site de vos initiales) lancée par l association canadienne d orthopédie Canadian Orthopædics Association en 1994 [1,2]. Cette recommandation a été adoptée et promue par l Association américaine d orthopédie en 1998 et généralisée dans le cadre du «Protocole Universel» développé par la Joint Commission on Accréditation of Health Organisation (JCAHO) en juillet Parmi les événements sentinelles (ES) les plus fréquents déclarés à la JCAHO depuis son instauration (13,4 % des ES en 2010) [3], l ESO semble avoir une fréquence plus élevée chez les orthopédistes [4-7] bien que des données plus récentes du registre des Veterans Health Administration [8] aient déclassé l orthopédie derrière la radiologie interventionnelle hors champ du bloc opératoire et l ophtalmologie avec une incidence calculée sur la période de 1,2 ESO pour interventions pour l orthopédie et de 1,8 ESO pour l ophtalmologie. Les données publiées dans la littérature montrent la difficulté de connaître avec certitude la réelle incidence des ESO avec des approximations basées sur les données des systèmes d assurance, concernant donc les plaintes et pas forcément les erreurs. Ainsi on estime l incidence d ESO de 0,09 à 4,5 pour actes chirurgicaux [6]. À titre individuel, Canale [9] avait estimé qu un orthopédiste avait 25 % de risque d avoir une ESO tout au long d une carrière de 35 ans. Le taux de réclamation aboutie pour ce type d erreur dans la spécialité (2 % de la totalité des plaintes) était de 84 % alors qu en moyenne il était de 30 % pour les plaintes d une autre nature. Le montant moyen de l indemnisation en orthopédie était cependant limité compte tenu du faible préjudice fonctionnel souvent lié aux erreurs des extrémités, contrairement aux erreurs en neurochirurgie sur les interventions du rachis [7]. En France, la Société française d arthroscopie rapportait en 2001 une incidence de cinq erreurs pour 10 5 arthroscopies ou encore un taux d erreur chez 11 % les chirurgiens pratiquant l arthroscopie [10]. Quand on parle d EPR ESO, il faut comprendre un événement qui aurait pu conduire le chirurgien à une erreur de site, mais que cette erreur ne s est pas produite. C est cet événement ou cet ensemble d événements qu il s agit ensuite d analyser pour comprendre les causes racine qui ont pu conduire à cet état de fait, identifier les barrières qui ont permis que l erreur ne se produise pas et voir enfin avec le déclarant quelles procédures il devra mettre en œuvre pour éviter dans le futur que ne se reproduise ce dysfonctionnement. Entrent dans le cadre intitulé «EPR ESO», les événements qui auraient pu conduire à une erreur de côté (droite/gauche), de niveau (chirurgie du rachis), de rayons (chirurgie de la main ou du pied), de site (partie haute/basse jambe), à une erreur sur l identité du patient, à une erreur concernant l acte pratiqué, le matériel à implanter ou à un oubli d éventuels actes associés à la procédure principale. L objectif de cette étude est de décrire les circonstances de survenue des EPR ESO, la part relative des facteurs favorisants déclarés et les dispositifs participant à leur détection. Matériel et méthode Un questionnaire a été élaboré à partir d une revue de la littérature, essentiellement anglosaxonne [1,11], et celle des organismes de type JCAHO [5,12,13]. Il est composé de quatre grandes parties : les conditions de survenue de l erreur, les facteurs de risque identifiés par le chirurgien comme ayant été contributifs à l erreur, les dispositifs de prévention déployés par l établissement ou de pratique habituelle par le chirurgien, enfin une dernière partie en commentaires libres, permettant au chirurgien d exprimer au plus cinq propositions en termes d actions correctives visant à diminuer l incidence du type d EPR rapporté. Le questionnaire comporte 185 items, 162 à réponse fermée (oui/non/ne sait pas/non applicable), 18 questions ouvertes permettant aux médecins de décrire une situation non envisagée par le questionnaire et cinq possibilités d exprimer des propositions d actions curatives. Pour ne pas surcharger les praticiens, certaines sous-questions sont à réponse conditionnelle et ne sont renseignées qu en cas de réponse affirmative à la question principale. Pour tout EPR signalé aux médecins experts d ORTHO- RISQ, le chirurgien reçoit par mail le questionnaire Excel à renseigner. Le questionnaire est identifié par le numéro d enregistrement de l EPR attribué par ORTHORISQ. Les questionnaires ont été renseignés sur la période couvrant l année 2009 soit avant que l utilisation de la check-list ne soit rendue obligatoire le 1 er janvier Ils ont été compilés à des fins d analyse statistique utilisant SPSS (Software Package for Statistical Analysis) ; analyses descriptives et tableaux croisés avec calcul du λ 2 testant certaines répartitions. Au total 175 questionnaires sont recueillis : dix concernent non pas des EPR mais des EIG, l erreur étant identifiée et corrigée soit en per-opératoire (après incision ou exploration de la zone) soit en postopératoire, le plus souvent en salle de réveil. Ces dix questionnaires ont été exclus de l analyse car relevant d une déclaration à l InVS. Par contre les erreurs isolées d anesthésie ont été conservées car découvertes avant l acte chirurgical. Les résultats présentés concernent donc 165 questionnaires d EPR d ESO.

3 EPR sur le thème «Erreurs de site opératoire» en chirurgie orthopédique 31 Résultats Description des EPR Nature de l EPR La nature de l EPR est signalée dans 160 cas, avec dans 16 cas (10 %) des erreurs combinées. Il s agit majoritairement d erreurs de côté (70 %) associées dans 5 % des cas à des erreurs de procédure. Les erreurs de patient viennent en second avec 25 cas rapportés (16 %). Les cas d erreurs mixtes de procédure ou niveau et d erreurs de patient sont rapportés par convention à l erreur de patient. Enfin de manière isolée, sont rapportées une erreur d implant et deux erreurs par omission d actes. Modalités de prise en charge Soixante-douze EPR (44 %) concernent des patients opérés en ambulatoire ; onze EPR (7 %) correspondent à des patients opérés en urgence. Nature et mécanismes des erreurs L erreur porte une fois sur deux sur les supports documentaires avec 86 cas signalés (52 %) et dans 57 cas (34 %) dans les échanges oraux d information. Dans près de la moitié des cas (49 %), il y a une erreur dans la prise en charge du patient. Les erreurs documentaires sont le plus souvent isolées (64 %). Elles s accompagnent d erreurs de prise en charge dans 18 % des cas et plus rarement d erreurs uniquement d échanges oraux (6 %). Les erreurs d échanges d informations sont rarement isolées et entraînent dans près de la moitié des cas des erreurs de prise en charge (transport, anesthésie, installation principalement). Dans onze cas (6,5 %) l erreur est à la fois documentaire, orale et de prise en charge. Dans 26 cas (15 %) l erreur se manifeste exclusivement dans la prise en charge du patient : erreur de préparation, marquage, ou installation principalement. Concernant les erreurs d anesthésie, l anesthésie locorégionale (ALR) a été réalisée dans six cas du mauvais côté, l erreur étant identifiée dans un deuxième temps lors de l installation ou après champage. Des facteurs de vulnérabilité des patients sont présents dans les six cas : patient sourd-muet, patients prémédiqués ou confus, décubitus ventral induisant l anesthésiste en erreur, atteintes bilatérales sur un patient déjà opéré. Enfin une erreur d anesthésie est liée à la pathologie spontanément résolutive du kyste synovial ayant induit une anesthésie inutile. L erreur d installation a été rapportée dans 21 cas, impliquant majoritairement la fonction d infirmière diplômée de bloc opératoire (IBODE). Cette erreur est liée dans 48 % des cas à une erreur d échanges verbaux et dans 12 % des cas à une erreur dans la documentation. L erreur d inattention est considérée comme le mécanisme le plus fréquent (82 %) à l origine de l erreur, des facteurs latents divers pouvant être à l origine de ce défaut d attention. L IBODE a bien questionné le patient qui a décliné son identité, le côté et l acte. À l issue elle a installé le coté opposé. Erreur d inattention d une infirmière expérimentée préoccupée par des problèmes personnels. Événement exceptionnel directement lié à l IBODE et corrigé par l infirmier anesthésiste. Détection de l erreur Les EPR déclarés ont été détectés essentiellement au bloc opératoire (78 %), soit avant l acte anesthésique (38 %), soit avant l acte chirurgical (40 %). Ainsi 4 % des EPR ont été détectées en consultation de chirurgie ou d anesthésie, 3 % lors de vérifications préalables à l admission, 11 % en unité d hospitalisation, 4 % le matin lors de la révision du programme, 22 % lors de l accueil du patient au bloc, 21 % avant anesthésie, 31 % lors de la préparation du site opératoire et 14 % après champage. Certaines erreurs ont été détectées à des étapes distinctes mais pas forcément corrigées. Les EPR ont été identifiées dans le cadre d une démarche protocolisée par l établissement dans 53 cas (32 %), dans le cadre d un protocole spécifique au chirurgien dans 53 cas (32 %) et de manière fortuite dans 42 cas (24 %). Le contexte de la découverte n a pas été précisé dans 17 cas. Facteurs de risque identifiés Le questionnaire donne la possibilité de cocher plusieurs facteurs favorisants suivant une classification inspirée du système ALARM (Association of litigation and risk management). Ce système outre la catégorisation simplificatrice de l arbre des causes devrait permettre à terme une étude transversale des risques et leur prévention. Les facteurs favorisants ont été ventilés suivant cette classification. Facteurs liés au patient (35 %) Les facteurs de risque liés aux patients sont présents dans plus du tiers des EPR (35 %). Il s agit dans 30 cas (18 %) de caractéristiques du patient rendant impossible la communication (patient étranger, patient aux facultés cognitives altérées, confus car prémédiqué, stressé, voire dans un cas, sourd-muet). Pour les patients admis en urgence, ces caractéristiques sont présentes dans 45 % des cas ne permettant pas d associer le patient aux procédures de vérification. Facteurs liés aux professionnels (42 %) Le défaut de qualification et de connaissances ne concerne que huit EPR (5 %) comme évoqué précédemment dans le chapitre relatif à la nature de l erreur. Les facteurs le plus souvent évoqués ont été la fatigue ou une surcharge de travail dans vingt-six EPR (16 %) et des insuffisances d échanges d informations entre professionnels et le patient ou l entourage dans vingt EPR (12 %). La notion de «pression du temps» du fait de l activité du bloc ou de facteurs individuels est rapportée dans quinze EPR (9 %) associée au fait de déroger à l application des procédures.

4 32 EPR sur le thème «Erreurs de site opératoire» en chirurgie orthopédique Facteurs liés aux tâches à accomplir (27 %) L absence de formalisation de procédures de vérification au sein de l établissement est citée dans trentedeux EPR (19 %), majoritaire par rapport à la méconnaissance des procédures citée dans quatre cas (2 %). Les procédures n ont pas été appliquées du fait de personnel intérimaire dans dix cas supplémentaires (6 %). Facteurs liés à l équipe (27 %) Le défaut de supervision, essentiellement lors de l installation du patient par l IBODE sans contrôle du chirurgien a été rapporté dans 25 cas (15 %). Il est lié dans un tiers des cas à un facteur organisationnel comme le travail du chirurgien sur deux salles. Le défaut de communication (10 %) au sein de l équipe apparaît comme un facteur latent majeur dans les situations telles que les changements d équipe au bloc ou les changements d ordre de passage des patients en salle. La collaboration insuffisante entre professionnels du fait d une mauvaise ambiance ou de tensions a été signalée plus rarement dans quatre EPR supplémentaires (2 %). Facteurs liés à l environnement du travail (11 %) Les consultations surchargées ont été citées dans dix cas (6 %), devant les défauts de fournitures ou d équipements (5 %). Facteurs liés à l organisation (47 %) Concernant l organisation, le travail sur deux salles des chirurgiens ou des anesthésistes ont été cités comme facteurs favorisant les erreurs dans quinze et douze EPR respectivement (9 % et 7 %). La répétitivité de l activité dans la journée, associée dans presque la moitié des cas à l activité du chirurgien sur deux salles a été citée dans dix-sept EPR (10 %). Le défaut d application des procédures et la tendance des professionnels à transgresser les règles de l établissement signalé dans respectivement 35 (21 %) et 7 (4 %) EPR, peuvent traduire plus profondément un défaut d encadrement ou de management de l organisation. Un chirurgien a mis en avant la carence de personnel. Facteurs liés au contexte institutionnel (8 %) Dans seulement douze EPR (6 %), le chirurgien a signalé l absence de mise en place de procédures de vérification par l établissement et seuls quatre EPR (2 %) relèvent une culture d établissement ne favorisant pas le signalement de situations dangereuses ou des propositions d amélioration. Dispositifs de récupération organisés Les chirurgiens étaient sollicités pour répondre à trois questions : les procédures en cours habituellement dans l établissement d exercice, les procédures appliquées systématiquement par le chirurgien et en dernier, les procédures ayant eu lieu pour l EPR déclaré. Cent huit EPR (65 %) sont survenus dans des établissements ayant mis en place des procédures de vérification. Parmi les pratiques usuelles dans l établissement la plus fréquente reste l usage, dans 61 % des EPR, du bracelet d identification du patient, le marquage du site opératoire n étant préconisé par l établissement que dans 29 % des EPR. Les chirurgiens ont déclaré procéder à des vérifications personnelles systématiques dans 96 % des cas, les trois plus fréquentes étant : le passage en revue de la documentation à l entrée en salle d intervention (92 %), la vérification des informations à l admission du patient lors de la visite ou le matin de l intervention (82 %) et l entretien avec le patient ou l entourage avant l intervention (82 %). En outre, 41 % des chirurgiens pratiquent en sus le marquage et 67 % déclarent réaliser une vérification préalable à l incision. Propositions des chirurgiens en termes d actions correctives ou préventives La mise en place de la check-list est l action la plus plébiscitée par les chirurgiens, citée dans 67 des EPR comme un des éléments incontournables pour récupérer les erreurs dans la prise en charge. Pour limiter les erreurs de patients plusieurs types de mesures systémiques sont préconisées : mise en place d une identification institutionnelle correcte des patients tenant compte du nom patronymique et du nom d usage sur les étiquettes d identité, former les professionnels à poser aux patients des questions de manière ouverte, afin d éviter les erreurs de confirmation de données erronées mal comprises, mal entendues, mal interprétées [14], utilisation du bracelet d identification comme un élément contribuant à renforcer la sécurité identitaire [15], identification de situations à risque pour lesquelles l établissement protocolise la conduite à tenir. Des pratiques considérées à risque seraient abandonnées par le chirurgien, comme l usage d abréviations, ou par l établissement comme l utilisation du bracelet d identification comme marqueur du côté à opérer. Au niveau des prises en charge urgentes, trois axes d amélioration des pratiques ont été formulés : réaliser l examen clinique du patient par le chirurgien, alors que l indication a été portée par un autre professionnel ; accorder de l importance à la tenue du dossier patient avec vérification des éléments paracliniques en liaison avec la clinique ; avoir recours à l amplificateur de brillance au moindre doute sur la cohérence des données transmises. Discussion Un recueil volontaire d événements peu fréquents (annuels) ne peut prétendre à une grande puissance statistique. Néanmoins les situations décrites rappellent dans les grandes lignes les données actuellement publiées (Pennsylvania Patient Safety Reporting System) [3,15-19] et permettent de dégager des recommandations qui confirment les choix récents de

5 EPR sur le thème «Erreurs de site opératoire» en chirurgie orthopédique 33 politique nationale tout en soulevant l intérêt de favoriser des dispositifs complémentaires et des bonnes pratiques générales. Les EPR touchent toutes les catégories professionnelles y compris le chirurgien. Dans son analyse des 37 plaintes, Meinberg [20] rapportait l implication directe du chirurgien dans 41 % des contentieux et l équipe de bloc dans 46 %. Les erreurs décrites comportent la panoplie presque complète des erreurs pouvant s échelonner dans la prise en charge du patient. Les erreurs de patients sont liées à des éléments de vulnérabilités dans la politique d identification du patient [15]. Les erreurs d anesthésie, essentiellement lors d ALR, ont déjà fait l objet de publications [4,19,21,22]. Dans les statistiques présentées lors du NYS Patient Safety Conference 2007 [11], la JCAHO sur les cas déclarés de 1995 à 2006 relevait la subite percée des erreurs de bloc anesthésiques en 2006 compensant la diminution relative des erreurs de site orthopédiques. Les chirurgiens ont imputé principalement les erreurs à des défauts d attention dans la survenue de l EPR : le professionnel est compétent pour réaliser une prestation bien planifiée, mais il va connaître un dérapage dans sa réalisation [16,17,23,24] par distraction, préoccupation ou modification non programmée de l environnement ou du cours de l action. Ce sont des erreurs dans l exécution. Le développement de l ambulatoire, ici sur-représenté (44 % des EPR pour 33 % d activité ambulatoire orthopédique en France) pourrait être aussi un facteur handicapant cette pratique [1]. Bien que dans la démarche déclarative individuelle des EPR, il soit difficile de demander au chirurgien d être exhaustif dans l analyse des facteurs latents, les facteurs cités sont dans leur répartition très similaires aux facteurs retrouvés dans les plus récentes analyses de cas disponibles. On note ainsi la prépondérance de facteurs liés aux professionnels et à l organisation. La check-list de la Haute Autorité de santé ne s attaque pas aux causes profondes des erreurs, elle structure les démarches préventives. Il n y a pas eu à ce jour de publication sur les EPR exclusivement dans la littérature. La plupart des publications concernent soit les ESO, soit l exploitation des données recueillant à la fois les EPR et les ESO pour l ensemble des spécialités. Conclusion La gestion des risques en matière de chirurgie orthopédique et traumatologique n a pas, jusqu à une date récente correspondant à la création d ORTHORISQ, suscité d étude en France. Cette prise de conscience a pour but de diminuer la fréquence de survenue des événements indésirables graves par une meilleure connaissance de la nature de ces risques, de leur étape de détection et des moyens de leur prévention. La déclaration des EPR par les orthopédistes et traumatologues à partir de leur expérience personnelle a conduit au recueil, sur une période donnée, des «barrières» ayant permis d interrompre le passage de l EPR à l EIG et d établir des recommandations pour l ensemble des acteurs de la discipline. La check-list devenue obligatoire depuis le 1 er janvier 2010, devrait faire reculer de façon significative le caractère fortuit de la détection des erreurs de site possibles. Une évaluation de son efficacité sera indispensable par une étude de catamnèse. Références 1- Meakins J. La chirurgie à l endroit : le bon site, du bon côté. Can J Surg 2003; 46; 2: The Canadian Orthopaedic Association. Wrong Sided Surgery in orthopaedics. Accessible sur : (Consulté le ). 3- Pelczarski KM, Braun PA, Young E. Hospitals collaborate to Prevent Wrong Site Surgery. Patient Safety & Quality Healthcare 2010; Accessible sur : com/past-issues/digital-editions.html (Consulté le ). 4- Croteau RJ. Wrong site surgery, the evidence base. JCAHO. NYS Patient Safety Conference 2007; 2: Joint Commission on Accreditation of Healthcare Organizations. A follow-up review of wrong site surgery. JCAHO. Sentinel Event Alert, 2001 December 5 ; Issue 24. Accessible sur : event_alert_issue_24_a_follow-up_review_of_wrong_site_ surgery/ (Consulté le ). 6- Kwaan MR, Studdert DM, Zinner MJ, et ai. Incidence, patterns, and prevention of wrong-site surgery. Arch Surg 2006; 141: Loft ES, Marcus DM. Wrong site eye surgery. Ophtalmic Surgery, Lasers & Imaging 2004; 3: Neily J, Mills PD, Edridge N, Dunn EJ, Samples C, et al. Incorrect surgical procedures within and outside of the operating room. Arch Surg 2009;11: Canale ST. Wrong-site surgery: a preventable complication. Clin Orthop Relat Res 2005; 433: Coudane H, Claudot F, Eloy F, Martrille L, Heck M. Les erreurs de côté en chirurgie orthopédique : prévention par l application de la règle de e Réunion Italobelgo-franco-suisse de médecine légale. Toulouse septembre Giles SJ, Rhodes P, Clements G, Cook GA, Hayton R, Maxwell MJ, Sheldon TA, Wright J. Experience of wrong site surgery and surgical marking practices among clinicians in the UK. Qual Saf Health Care 2006;15: Joint Commission on Accreditation of Healthcare Organizations. Lessons Learned Wrong Site Surgery. JCAHO. Sentinel Event Alert, 1998, August 28 ; Issue 6. Accessible sur : event_alert_issue_6_lessons_learned_wrong_site_surgery/ (Consulté le ). 13- Joint Commission on Accreditation of Healtcare Organizations. Universal Protocol for Preventing Wrong Site, Wrong Procedure, Wrong Person Surgery July 21 révisé en assets/1/18/up_poster1.pdf (Consulté le ). 14- Brendan D. Lewis, Cornerbrook NF. Initial Evidence Reduced Levels of Wrong Sided Surgery. The Canadian Orthopaedic Association. Accessible sur : coa-aco.org/library/practice-management/initial-evidencereduced-levels-of-wrong-sided-surgery.html (Consulté le ). 15- Comité de coordination de l évaluation clinique et de la qualité en Aquitaine (CCECQA). Prévention

6 34 EPR sur le thème «Erreurs de site opératoire» en chirurgie orthopédique des erreurs d identité liées aux soins. Manuel du Projet. Décembre Accessible sur : fr/sites/ccecqa.cpm.aquisante.priv/files/perils-etape1-%20 Manuel-dec2009_0.pdf (Consulté le ). 16- Reason J. Safety in the operating theatre Part 2: Human error and organisation failure. Accessible sur : (Consulté le ). 17- Reason J. Understanding adverse events: humans factors. Quality in Health Care 1995; 4: Seiden SC, Barach P. Wrong-side/wrong-site, wrongprocedure, and wrong-patient adverse events: Are they preventable? Arch Surg. 2006; 9: Stanton MA, Tong-Ngork Sarani, Liguori GA. A new approach to preanesthetic site verification after 2 cases of wrong site peripheral nerve blocks. Regional Anesthesia and Pain Medicine 2008; 2: Meinberg EG. Incidence of Wrong Site Surgery Among Hand Surgeons. Journal of Bone and Joint Surgery 2003; 2: Edmonds CR, Liguori GA, Stanton MA. Two cases of a wrong-site peripheral nerve block and a process to prevent this complication. Regional Anesthesia and Pain Medicine 2005; 1: O Neill T,Cherreau P, Bouaziz H. Patient safety in regional anesthesia: preventing wrong site peripheral nerve block. Journal of Clinical Anesthesia 2000; 1: Michel P, Amalberti R, Runciman WB, Sherman H, Lewalle P, Larizgoitia I. La classification internationale pour la sécurité des patients de l Organisation mondiale de la santé. Risques & Qualité 2000; 3: Michel P, et al. Étude nationale sur les événements indésirables graves liés aux soins. Analyse approfondie de 45 évènements indésirables graves liés aux soins. DRESS. Série Études N 67, juillet Accessible sur : (Consulté le ). 25- Patient Safety Autority. PA PSRS. (Pennsylvania Patient Safety Reporting System) Doing the «Right» Things to Correct Wrong Site Surgery. Patient Safety Advisory 2007; 2. Accessible sur : ADVISORIES/AdvisoryLibrary/2007/jun4(2)/ Pages/29b.aspx (Consulté le ). Conflit potentiel d intérêts : aucun

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG MAGALI BERNARD Réseau des PH en hygiène 26.06.13 DEFINITION D UN EIG Evénement Indésirable Grave : Tout évènement indésirable à l origine du décès,

Plus en détail

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire»

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» «Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» Lyon ICAR 2009 Dr Patrick Georges Yavordios Association ARRES ASSPRO Accredit Clinique Convert 62 avenue de Jasseron 01000 Bourg en Bresse patrick.georges.yavordios@wanadoo.fr

Plus en détail

LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON

LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON A quoi sert le programme 2015 2 A valider votre bilan (annuel ou d accréditation) 2015 Participe éventuellement à votre DPC 2015 Le programme 2015 3 Activités obligatoires:

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

La sécurité une affaire de culture et d'équipe!

La sécurité une affaire de culture et d'équipe! La sécurité une affaire de culture et d'équipe! Influences de l équipe sur la sécurité des soins 01 Résultats de l enquête ENEIS 2010 EIG survenus pendant l hospitalisation Entre 270 000 et 390 000 EIG

Plus en détail

Analyse des risques a priori

Analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en hygiène CClin Sud-Est

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

La Liste de Vérification Chirurgicale

La Liste de Vérification Chirurgicale La Liste de Vérification Chirurgicale Dre Shannon Fraser Professeure Assistant, Université McGill Chef de la division de chirurgie générale M Bobby Paré Coordonnateur en Soins Infirmiers bloc opératoire

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents.

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Journée de Prévention du risque infectieux en Rhône-Alpes en FAM MAS et IME LYON 17/10/2013 Plan de la présentation Présentation

Plus en détail

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers La iatrogénie médicamenteuse Définition (OMS, 1969) «Toute réponse néfaste et non recherchée à un médicament survenant à des doses utilisées chez l homme à des fins de prophylaxie, de diagnostic et de

Plus en détail

C.H.U. DE FORT DE FRANCE

C.H.U. DE FORT DE FRANCE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE C.H.U. DE FORT DE FRANCE PROJET D ETABLISSEMENT VOLET PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES 2006 2010 VOLUME 4 Euro Conseil Santé 91, rue du Faubourg Saint Honoré 75 008 PARIS

Plus en détail

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville Groupe Oc Santé M R Daures Fortier - Semaine sécurité des patients Coordonnateur Gestion des Risques Pourquoi Objectifs: Garantir la sécurité

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

Analyse systémique d une infection du site opératoire, utilisation de la méthode ALARM

Analyse systémique d une infection du site opératoire, utilisation de la méthode ALARM Analyse systémique d une infection du site opératoire, utilisation de la méthode ALARM Dr Hélène Favre, DOQRU HCL Dr Jacqueline Grando, UHE GHE HCL JPRI 19 Novembre 2013 Contexte Démarche gestion des risques

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur D. BERTIN*, J. MIRBEY**, C.NAMBOT*, S.SERRI* * Clinique St Vincent BESANCON ** Clinique Ste Marthe DIJON APDCA Association Pour le Développement de la

Plus en détail

Enquête sur la mise en place de la check-list opératoire en chirurgie orthopédique

Enquête sur la mise en place de la check-list opératoire en chirurgie orthopédique Enquête sur la mise en place de la check-list opératoire en chirurgie orthopédique Emmanuel de Thomasson, Henri Bonfait, Christian Delaunay et Orthorisq Matériel et méthode 1971 formulaires envoyés entre

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Dr. Aurélie Fourneret-Vivier Praticien hospitalier Equipe Opérationnelle en Hygiène Centre Hospitalier Métropole

Plus en détail

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire Appel à candidatures Coaching UACA Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire 1 Introduction 1.1 La chirurgie ambulatoire 1.1.1 La chirurgie ambulatoire : qu

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

Accréditation (gestion des risques) un concept nouveau pour le chirurgien

Accréditation (gestion des risques) un concept nouveau pour le chirurgien Session labellisée AFC / FCVD Gestion des risques associés à la création du pneumopéritoine. Recommandations de la Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive Les pré requis de la sécurité A. Deleuze

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Gestion du risque opératoire: Rôle du facteur humain

Gestion du risque opératoire: Rôle du facteur humain Gestion du risque opératoire: Rôle du facteur humain Domizio SUVA Domizio.suva@hcuge.ch Service de chirurgie orthopédique et traumatologie de l appareil moteur Hôpitaux Universitaires de Genève Introduction

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

«Sous-section 1 : Dispositions générales

«Sous-section 1 : Dispositions générales Version octobre 2008 DHOS/O1/DOCUMENT DE TRAVAIL MINISTERE DE LA SANTE, DE la JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE REPUBLIQUE FRANÇAISE PROJET DE DECRET relatif aux conditions d implantation applicables

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques.

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques. PROJET D ETABLISSEMENT 2009-2013 (165 LE PROJET QUALITE ET GESTION DES RISQUES Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

À partir d une chute Evaluation des pratiques professionnelles

À partir d une chute Evaluation des pratiques professionnelles À partir d une chute Evaluation des pratiques professionnelles Dr DELMAS Candida Médecin coordonnateur EHPAD USLD EHPAD Résidence Ronzier Joly Journée ARS 29 Novembre 2013 1 Définition EPP Analyse de la

Plus en détail

La visite de certification(v2014)

La visite de certification(v2014) La visite de certification(v2014) Journée régionale CAPPS 12 juin 2015 Dr C. BOHEC UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Le CLCC et la certification Rappel Centre de Lutte contre le cancer

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 N/Réf. : CODEP-CAE-2015-042990 Fondation de la Miséricorde 15, Fossés Saint-Julien BP 100 14008 CAEN cedex 1 OBJET : Inspection

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes

Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes Rôle dans le système de gestion de la qualité Gérer les problèmes, ou traiter les erreurs est important pour que le laboratoire offre un

Plus en détail

7. La gestion des risques : en pratique

7. La gestion des risques : en pratique 7. La gestion des risques : en pratique L'identification des risques L'identification des risques est un processus permettant de trouver, lister, et caractériser les éléments du risque. L'identification

Plus en détail

Management pour la prévention des risques en anesthésie

Management pour la prévention des risques en anesthésie Management pour la prévention des risques en anesthésie Professeur Benoît Plaud Chu Côte de Nacre, Caen plaud-b@chu-caen.fr 5ème congrès 19-20 octobre 2006 Saint-Denis 1 Evénements indésirables graves

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème identito-vigilance. Il est prévu que les différents

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Réponses aux questionnaires KINE-24

Réponses aux questionnaires KINE-24 Rapport final-février 2011 Réponses aux questionnaires KINE-24 1. Nombre de répondants et caractéristiques des connexions. Le questionnaire a été accessible en ligne du 9 avril 2010 au 13 juillet 2010.

Plus en détail

DIVISION DE NANTES Nantes, le 22 décembre 2014

DIVISION DE NANTES Nantes, le 22 décembre 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 22 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-NAN-2014-055941 SOCOTEC - Agence équipements Maine Anjou - Bureau de Laval Parc Tertiaire, Technopolis, Bâtiment C 53810

Plus en détail

Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients

Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients Le bon soin au bon patient 28 MAI 2009 Annick Macrez - Bertrand Le Corre CHU Bichat Claude Bernard Deux axes Prévention des erreurs

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

L observation des aspects non techniques d une simulation

L observation des aspects non techniques d une simulation L observation des aspects non techniques d une simulation Dr François LECOMTE Praticien Hospitalier Urgences SMUR UMJ CHU Cochin Hôtel Dieu Université Paris Descartes francois.lecomte@cch.aphp.fr Mettre

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat Diplôme professionnel d aide-soignant Guide d évaluation par candidat Prénom et nom du candidat (ou identification du candidat) : Date : Dossier n Page 1 / 23 Evaluation de l unité de compétence 1 du DPAS

Plus en détail

Le Développement de la Chirurgie Ambulatoire au Liban. Mohamad- Ali Hamandi BSN, MPH, HA

Le Développement de la Chirurgie Ambulatoire au Liban. Mohamad- Ali Hamandi BSN, MPH, HA Le Développement de la Chirurgie Ambulatoire au Liban Mohamad- Ali Hamandi BSN, MPH, HA 1 Historique En l an 1900, un anesthésiologiste américain, Ralph Waters, avait une clinique d anesthésie externe

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Cliniques et hôpitaux privés, on peut tous y aller! Accessibles à tous Les cliniques et hôpitaux privés accueillent tous les patients y compris ceux qui

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA ALIMA (the Alliance For International Medical Action) fête ses 4 ans d existence en 2013. Depuis sa création, l association a su se développer

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

PROCEDURE DE RECUPERATION EN CAS DE PRESENCE D HUMIDITE A L INTERIEUR D EMBALLAGES DE STERILISATION

PROCEDURE DE RECUPERATION EN CAS DE PRESENCE D HUMIDITE A L INTERIEUR D EMBALLAGES DE STERILISATION PROCEDURE DE RECUPERATION EN CAS DE PRESENCE D HUMIDITE A L INTERIEUR D EMBALLAGES DE STERILISATION Une «procédure de récupération» est une solution de secours proposée par une société savante pour répondre

Plus en détail

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière AFCA Reims, 2 et 3 juin 2005 Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Dr J-P SALES Association Française de Chirurgie Ambulatoire Définitions AFCA «L ensemble

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Gestion des risques liés à l identitovigilance en milieu hospitalier. Fondements et concepts

Gestion des risques liés à l identitovigilance en milieu hospitalier. Fondements et concepts Gestion des risques liés à l identitovigilance en milieu hospitalier Fondements et concepts FICART Frédéric (GHdC) Plan de soutien pluriannuel 2013 2017 10 Mars 2015 2 Plan de la présentation 1. Définition

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

Annexe 2 Formation approfondie en neuroradiologie diagnostique. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires

Annexe 2 Formation approfondie en neuroradiologie diagnostique. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires SIWF ISFM Annexe 2 1. Généralités La formation approfondie selon le présent programme doit permettre au spécialiste en radiologie d approfondir ses connaissances en radiologie diagnostique du système nerveux

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

Être auditeur interne pour les dispositifs médicaux

Être auditeur interne pour les dispositifs médicaux Formation à l audit selon ISO 19011 pour l application des normes ISO 9001 et ISO 13485 3 jours Paris le 25, 26 et 27 novembre 2015 Groupe de 10 stagiaires Intervenant : Bertrand Le Blanc Consultant Expert

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

Articulation hygiène et gestion des risques

Articulation hygiène et gestion des risques Articulation hygiène et gestion des risques Prévention du risque infectieux et gestion des risques Marie-Françoise DUMAY SFHH SIIHH 5 juin 2008 Politique nationale (1) DHOS - DGS Recommandations : mise

Plus en détail

Le nouveau tableau de bord de gestion

Le nouveau tableau de bord de gestion Formation Rencontre thématique CTC Conseil 2013 Le nouveau tableau de bord de gestion Contrôler Décider Communiquer CTC Conseil a été créé en 1992, à l initiative de Claude CHEZAUD, son Directeur Général,

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité

Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité PLAN 1. Introduction: la reconstruction du bloc opératoire 2. Matériel et méthodes: la réflexion

Plus en détail

Soins de santé et violence

Soins de santé et violence Soins de santé et violence La nécessité d une protection efficace Document d orientation préparé à l occasion de la réunion de haut niveau sur les soins de santé et la violence, et la nécessité d une protection

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds RÉCLAMATION NO 18669 Province d infection : Ontario État de résidence : Alabama CAUSE DE RENVOI DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990)

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP JE SUIS INFIRMIER(ÈRE) SPÉCIALISÉ(E) Elections CTE/CAP le 4 Décembre 2014 Lettre aux Infirmiers(ères) Spécialisés(ées) Les professions infirmières ont engagé depuis plusieurs années, au travers la réingénierie

Plus en détail

Octobre 2010. Ressources. Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national

Octobre 2010. Ressources. Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national Octobre 2010 Ressources Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national Prévention des risques psychosociaux : Le plan d actions national Le diagnostic concernant les risques psychosociaux,

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis Le DOSSIER MEDICAL PARTAGE au c œur des SYSTEMES d INFORMATION et des RESEAUX de SANTE: MYTHE ou REALITE 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 INTRODUCTION

Plus en détail