Le rôle de la lutéine et des antioxydants pour la santé des yeux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le rôle de la lutéine et des antioxydants pour la santé des yeux"

Transcription

1 Le rôle de la lutéine et des antioxydants pour la santé des yeux John R. Trevithick, PhD* et Kenneth P. Mitton, PhD** *Professeur, Département de biochimie, Faculty of Medicine & Dentistry, University of Western Ontario **Chargé d enseignement, Eye Research Institute, Oakland University

2 L oeil et la vue La vue est sans doute le sens auquel on accorde le plus de valeur. La vue met en jeu un arsenal complexe de procédés physiques, chimiques et nerveux. Un défaut de n importe quel de ces procédés changera notre vision du monde. L image que l on perçoit est formée par le passage de lumière dans l interface aircornée, où se situe le point de focus principal. Suivent ensuite le focus au cristallin et à l humeur vitrée, et finalement la formation d image sur la rétine (Fig. 1). L interaction de la lumière avec la rhodopsine déclenche la cascade de transduction visuelle, en fermant les canaux calciques gardés par le cgmp, ce qui par la suite stimule l influx nerveux à la rétine et mène à la formation d une image que le nerf optique transmet au cerveau. À mesure que nous vieillissons, notre vue peut être victime de plusieurs maladies, la plus courante étant la cataracte, qui touche environ la moitié de la population avant l âge de 75 ans. La cataracte est la cause de cécité la plus courante au monde. Aux États-Unis, la somme d interventions visant à remplacer le cristallin par une lentille intraoculaire en plastique est plus élevée que les cinq autres interventions les plus courantes mises ensemble; elle constitue la plus importante composante simple du budget médical (US Medicare) avec plus de 4 milliards$, soit 12% du budget total. La principale cause de cécité dans les pays de l Occident est la dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA), qui touche environ 20% de la population de 75 ans et plus. Malheureusement, à l encontre des cataractes qui peuvent être traitées par chirurgie, la dégénérescence maculaire n est pas généralement perçue comme susceptible à une intervention chirurgicale. Toutefois, Jorge Vasco-Posada (Medellin, Columbie) a mis au point une procédure qui, dans des cas individuels, a amélioré de façon significative la vue de personnes souffrant de DMLA. Plus récemment, plusieurs autres types d intervention, comme le traitement photodynamique, la photocoagulation à laser et la radioexposition, ont démontré une efficacité limitée dans le traitement de la DMLA. Le glaucome, lequel cause une perte progressive de la vision périphérique, connaît également une incidence plus marquée avec l âge. Comme les dommages causés par l oxydation semblent être liés à certains stades de la progression de ces trois types de maladie des yeux, il peut s avérer possible de prévenir ou du moins de diminuer le risque de souffrir de ces maladies, grâce aux antioxydants. Cataractes : réduction du risque et vitamines E et C Le cristallin est le seul organe qui contient toute l histoire de notre vie. Les cellules du critallin sont formées en couches, à l image des anneaux d un arbre, à raison d environ une couche par jour à la périphérie du cristallin, dans le cortex. Cette tension qui affaiblit les défenses cellulaires peut entraîner des dommages qui s expriment bien des années plus tard, des suites du décès prématuré des cellules endommagées, qui forment une opacité sur le cristallin. Ces opacités sont perçues comme des zones ombragées, qu on appelle cataractes lorsqu elle interfèrent avec la vue. Packer 1 a avancé l hypothèse que la plupart des cellules sont munies de défenses antioxydantes multiples et interconvertibles, comprenant des petites molécules, les vitamines E et C, l acide lipoïque, le glutathion et la cystéine, en plus de défenses antioxydantes d ordre enzymatique, comme la glutathion-peroxydase, la superoxyde-dismutase et la catalase. De façon similaire, des études récentes qui ont mis en cause l élévation des taux d homocystéine portent à croire que les vitamines B12, le folate et la pyridoxine (B6) peuvent agir comme des antioxydants en abaissant les concentration d homocysteine. 2 La vitamine C peut regénérer le tocophérol (vitamine E) de sa forme oxydée, le radical tocophéroxy. 3, 4 La vitamine C et le glutathion peuvent aussi se regénérer l un et l autre. Il existe des preuves que les antioxydants font diminuer le risque de cataracte corticale en protégeant l intégrité mitochondriale. Une mitochondrie endommagée libère du calcium: l activation de la calpaïne mène à la protéolyse des cristallins 5 et de la protéine cytosquelettique spectrine/fodrine. 6 La perte de structure cytosquelettique rigide peut entraîner la formation de bulles dans la membrane cellulaire,

3 lesquelles dispersent la lumière, ce qui donne cette apparence laiteuse, typique aux cataractes corticales. Des antioxydants in vitro protègent l intégrité mitochondriale, ce qui prévient l élévation du calcium intracellulaire et l opacification du cristallin. Une étude effectuée chez des humains plus âgés a démontré que la prise d un supplément de vitamine C faisait baisser le risque de cataractes de 74% 7, 8, alors que la vitamine E réduisait le risque de catarates de 56%. Les vitamines C et E ensemble fourniraient une réduction du risque de l ordre de 72%. Le groupe Taylor 9 a remarqué une réduction similaire du facteur de risque avec la prise d un supplément de vitamine C, mais qui a atteint un degré significatif seulement après 10 ans de supplémentation. D autres antioxydants, comme le lycopène 10 n ont démontré aucune diminution du risque de formation de cataracte, à l encontre de la lutéine et de la zéaxanthine. 11 La taurine, bien qu elle soit un acide aminé à régulation osmotique, fonctionne également comme un antioxydant 12, 13. DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE Interactions non visuelles de la lumière avec les biomolécules L énergie des photons de lumière est régie par une dépendance inverse de leur longueurs d ondes respectives. Ainsi, les photons de lumière bleue et ultraviolette ont le plus d énergie. Lorsque ces photons interagissent avec la rhodopsine et forment une image sur la rétine, ils fonctionnent adéquatement pour assurer une bonne vision. L interaction avec la lumière de vitamines comme la riboflavine peut entraîner la formation de radicaux libres. 14 Des espèces qui émanent de plantes médicinales peuvent aussi réagir à l oxygène. Par exemple, Spiraea hypericifolia, utilisée couramment pour traiter la dépression, contient un composant actif, l hypericine, qui peut 15 être activée par la lumière, pour produire un oxygène singulet en transferrant son énergie à des molécules d oxygène. De tels transferts d énergie endommagent les cellules de la rétine et du cristallin en culture de tissus. 16 La lumière bleue endommage la rétine La lumière bleue peut former un oxygène singulet et même des radicaux libres oxygène. Comme la rétine contient une forte proportion d acides gras polyinsaturés, les dommages à la rétine entraînent la formation de protéines oxydées, de peroxydes lipidiques et d hydroperoxydes. Les protéines oxydées semblent obstruer les protéasomes, générant l accumulation de protéines non recyclées. Celles-ci peuvent s avérer être précurseurs de druses, des dépôts de protéines et de lipides hydrophobiques oxydés, caractéristiques de dégénérescence maculaire. Les druses peuvent être dures ou tendres, vraisemblablement selon la personne, et leur apparition (dégénérescence maculaire sèche) est typiquement suivie par la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins (néovascularisation) que l on appelle dégénérescence maculaire humide. Protection de la rétine par des molécules écran solaire Le cristallin contient également une molécule écran solaire qui absorbe la lumière, 3-hydroxykynurenine (3HK) 17, formée par le métabolisme du tryptophane. Son accumulation avec l âge entraîne le jaunissement progressif du cristallin, en raison de l absorption de plus grandes quantités d énergie de lumière bleue des photons par le 3HK et son glucoside. 18,19 Ces molécules écran solaire protègent également la rétine des dommages de la lumière bleue. Malheureusement, aucun essai n a été fait pour reproduire l absorption naturelle de lumière bleue par le cristallin. Pour cette raison, il peut s avérer prudent de recommender aux patients qui ont subi l ablation de cataractes (1) de porter des lunettes jauneorange (au rayon des articles de pêche des boutiques de sport) et (2) d évaluer leur apport alimentaire en lutéine et en zéaxanthine. Lutéine et zéaxanthine Pour minimiser les dommages de la lumière, la région de la rétine responsable de la vision fine, la (fovea) macula, accumule spécifiquement deux caroténoïdes, la lutéine et la zéaxanthine Ces molécules donnent à la macula une teinte légèrement orangée parce qu elles absorbent la lumière bleue et font

4 refléter la lumière jaune. Selon Snodderly 11 et Landrum 24, le rôle de ces caroténoïdes serait précisément l absorption de la lumière bleue. Des tests préliminaires ont indiqué que la lutéine offre une forte activité antioxydante. Ces activités sont clairement complémentaires : l absorption de la lumière bleue réduirait la production de radicaux libres alors que l activité antioxydante détoxiquerait les radicaux produits par la lumière bleue. Plusieurs études ont démontré que la supplémentation en lutéine et en zéaxanthine en fait augmenter les concentrations dans l oeil, mais il reste toujours à savoir si cela se traduira par un plus faible risque de maladie des yeux. Bien que la plupart des preuves obtenues jusqu à maintenant sur les bienfaits de la lutéine et de la zéaxanthine pour la santé des yeux proviennent d études portant sur l apport nutritif, la 21, 24, lutéine et la zéaxanthine sont actuellement disponibles sous forme de supplément. Vitamine E et dégénérescence maculaire West 29 a rapporté une baisse du risque de dégénérescence maculaire de 57% chez les personnes qui prenaient un supplément de vitamine E. La magnitude de cette baisse est similaire à celle que nous avions antérieurement rapportée pour la vitamine E et la cataracte, ce qui porte à croire que le mécanisme d action est le même dans les deux cas. VitamineE et rétinopathie des prématurés Les enfants nés prématurément qui sont traité à l oxygène présentent un risque accru de néovascularisation rétinale menant à la rétinopathie du prématuré et, dans de très rares cas, à la cécité. Tel que rapporté antérieurement, 30 Hittner et Kretzer ont attribué cette conséquence à un apport insuffisant de vitamine E, laquelle est passée à l enfant par le placenta dans les dernières semaines de grossesse. 31;32 Une mêta-analyse des études disponibles a indiqué une baisse significative du risque chez les nourrissons ayant reçu un supplément parentéral ou oral de vitamine E, mais ce traitement a été interrompu pour cause de mort infantile. Néanmoins, la vitamine est actuellement ajoutée aux formules parentérales et orales pour enfants, à des dosages de supplémentation (correspondant à 400 UI/j pour un adulte de 70 Kg), pour prévenir la maladie hémolytique du nouveau-né, laquelle est associée à une carence en vitamine E. Vitamine E et rétinopathie diabétique Des travaux récents effectués par le group Azzi portent à croire que la vitamine E joue un rôle de régulation dans la physiologie de la cellule. L activité de protéine kinase C(PKC), qui connaît une augmentation chez les diabétiques, 39;40 est normalisée par traitement et la néovascularisation connaît aussi une baisse lors d un traitement par la vitamine E. Un étude clinique sur ce traitement prometteur est justifiable. 41 Vitamine E et rétinite pigmentaire (RP) En présence de dégénérescence de la rétine, la perte de photorécepteurs qui survient dans les cas de rétinite pigmentaire par exemple peut mener à des tensions additionnelles résultant de l émission de radicaux libres par les débris cellulaires qui s oxydent. La rétine en fonction saine aura besoin de vitamine E. Tout récemment, il a été démontré que des mutations de la protéine de transport alphatocophérol (alpha-ttp) hépatique, qui entraînent des taux sériques plus faibles d alpha-tocophérol, causent la RP et l ataxie. 42;43 La supplémentation de ces patients allège la progression de la RP et de l ataxie. L efficacité de la supplémentation pour toutes les autres formes de RP n est pas connue. Nature et soins des maladies de la rétine

5 Cycle visuel des bâtonnets et ABCR, génétique et agression oxydante Des mutations dans la protéine ABCR photorécepteur-spécifique (ATP-binding Cassette Transporter ABCR) causent la maladie de Stargardt, la RP et la dystrophie des cones et des bâtonnets. Il s agit d un exemple de mutation d une protéine qui mène à différents phénotypes et à la progression de la maladie Récemment, Sun et Nathans 48 ont démontré in vitro que le rétinol-all-trans lui-même est un photosensibilisant puissant qui cause sans délai des dommages d oxydation photo-dépendante à une protéine ABCR normale. Autres cibles fonctionnelles sensibles des dommages de l oxydation Il existe déjà environ 40 gênes de maladies auxquels on connaît plusieurs mutations qui causent la rétinite pigmentaire et des maladies de la rétine. 49 Toute protéine pouvant être endommagée par mutation dans sa séquence ou par l oxydation a le potentiel de mener à la perte de photorécepteurs. De telles différences génétiques peuvent entraîner des besoins individuels différents en lutéine, en zéaxanthine ou en vitamine E. GLAUCOME Vitamine E et glaucome Bien que le glaucome cause la perte de la vision périphérique et la dégénérescence de la rétine périphérique, l augmentation de tension intraoculaire, laquelle est évaluée dans les examens oculaires de routine, n est pas responsable de tous les cas de glaucome. En fait, une proportion significative de cas de glaucome ne sont pas associés à l augmentation de tension intraoculaire. Les rapports d efficacité de la vitamine E et des antioxydants dans le traitement du glaucome sont parvenus principalement de la part de travailleurs russes 50-55, jusqu à récemment peu de documents sur le sujet avaient fait leur apparition dans le monde occidental. Cellini et. al. 56 ont rapporté qu un traitement alliant DHA, vitamine E et vitamine B complexe a démontré une amélioration significative après 90 jours, que ce soit dans les valeurs périmétriques (MD, SF CPSD, pl0.05) ou de fréquence RLS (pl0.05), ce qui laisse croire qu un tel traitement devrait être considéré pour retarder le progrès des dommages liés au glaucome. La vitamine E a démontré des effets bénéfiques lors de chirurgie filtrante du glaucome. Qu il s agisse d études chez des animaux 57 portant sur la chirurgie filtrante du glaucome ou des travaux du groupe Azzi démontrant l inhibition in vitro des fibroblastes de la capsule de Tenon, 58 dans les deux cas il était permis d anticiper une réduction de la formation cicatricielle fibrocellulaire associée à l échec d une chirurgie filtrante du glaucome. CONCLUSION SOMMAIRE Les antioxydants peuvent interagir entre eux pour regénérer l activité antioxydante et potentiellement agir sur la baisse du risque de plusieurs maladies des yeux, dont les cataractes, la DMLA et le glaucome. La lutéine et la zéaxanthine semblent absorber la lumière bleue et détoxiquer les radicaux libres produits par la lumière, ce qui fournit une explication téléonomique à leur accumulation spécifique dans la fovea rétinale. Des différences personnelles peuvent subsister pour établir les besoins en antioxydants selon le bagage génétique de chacun. SIDE BAR Les caroténoïdes les plus courants dans le sérum humain prévalent aussi dans l alimentation. On pense au bêta-carotène, au lycopène, à la lutéine, au bêta-cryptoxanthine et à l alpha-carotène. Ces composés sont absorbés passivement et pénètrent ensuite dans le sang avec les lipides dans la fraction chylomicron. Ils sont absorbés dans le foie et excrétés à nouveau sous forme avec les lipoprotéines. Des études ont démontré que les carottes sont la principale source de bêta-carotène (25%) alimentaire et d alphacarotène. Le broccoli, le melon brodé et les soupes faites de carottes et de tomates sont aussi des

6 principaux contributeurs. La lutéine et la zéaxanthine sont contenues principalement dans les épinards, le chou rosette, la moutarde, les feuilles de navet et le broccoli. Le lycopène s obtient principalement des tomates, des sauces tomates et du ketchup. Le melon d eau est une riche source de lycopène. Il est important de noter qu une teneur élevée n est pas nécessairement synonyme de forte biodisponibilité. Les carottes non cuites, par exemple, constituent une source plus pauvre de caroténoïdes que les carottes cuites légèrement. Le traitement et la digestion avec des gras font augmenter la biodisponibilité. La société américaine du cancer recommande de consommer cinq portions de fruits et légumes par jour pour obtenir environ 5 mg/j de bêta-carotène et ainsi réduire le risque de cancer. 59 Le risque de cataractes se trouve aussi réduit par la consommation de légumes comme le broccoli et les épinards. 10 Il est important de noter que ces recommandations sont fondées sur des aliments entiers et sur le fait que les caroténoïdes seuls peuvent ne pas avoir d effet anticancéreux, mais travaillent plutôt en synergie avec d autres composés de source alimentaire. END SIDE BAR DIAGRAM English word followed (:) by equivalent French word iris: iris aqueous humor: humeur aqueuse cornea: cornée lens: cristallin vitreous humor: humeur vitrée choroid: choroïde RPE: épithélium pigmentaire retina: rétine optic nerve: nerf optique sclera: sclère Flow of aqueous humor: Cheminement de l humeur aqueuse trabecular meshwork: réseau trabéculaire ciliary body: corps ciliaire Références 1. Packer L. Interactions among antioxidants in health and disease: vitamin E and its redox cycle. Proc.Soc.Exp.Biol.Med. 1992;200: Spence JD, Howard VJ, Chambless LE, Malinow MR, Pettigrew LC, Stampfer M et al. Vitamin Intervention for Stroke Prevention (VISP) trial: rationale and design. Neuroepidemiology 2001;20: Niki E, Noguchi N, Tsuchihashi H, Gotoh N. Interaction among vitamin C, vitamin E, and betacarotene. Am.J.Clin.Nutr. 1995;62:1322S-6S. 4. Niki E. Interaction of ascorbate and alpha-tocopherol. Ann.N.Y.Acad.Sci. 1987;498: Kelley MJ, David LL, Iwasaki N, Wright J, Shearer TR. alpha-crystallin chaperone activity is reduced by calpain II in vitro and in selenite cataract. J.Biol.Chem. 1993;268: Kilic F,.Trevithick JR. Modelling cortical cataractogenesis. XXIX. Calpain proteolysis of lens fodrin in cataract. Biochem.Mol.Biol.Int. 1998;45: Robertson JM, Donner AP, Trevithick JR. A possible role for vitamins C and E in cataract prevention. Am.J.Clin.Nutr. 1991;53:346S-51S. 8. Robertson JM, Donner AP, Trevithick JR. Vitamin E intake and risk of cataracts in humans. Ann.N.Y.Acad.Sci. 1989;570: Jacques PF, Taylor A, Hankinson SE, Willett WC, Mahnken B, Lee Y et al. Long-term vitamin C supplement use and prevalence of early age-related lens opacities. Am.J.Clin.Nutr. 1997;66:911-6.

7 10. Brown L, Rimm EB, Seddon JM, Giovannucci EL, Chasan-Taber L, Spiegelman D et al. A prospective study of carotenoid intake and risk of cataract extraction in US men. Am.J.Clin.Nutr. 1999;70: Hammond BR, Jr., Wooten BR, Snodderly DM. Density of the human crystalline lens is related to the macular pigment carotenoids, lutein and zeaxanthin. Optom.Vis.Sci. 1997;74: Kilic F, Bhardwaj R, Caulfeild J, Trevithick JR. Modelling cortical cataractogenesis 22: is in vitro reduction of damage in model diabetic rat cataract by taurine due to its antioxidant activity? Exp.Eye Res. 1999;69: Mitton KP, Linklater HA, Dzialoszynski T, Sanford SE, Starkey K, Trevithick JR. Modelling cortical cataractogenesis 21: in diabetic rat lenses taurine supplementation partially reduces damage resulting from osmotic compensation leading to osmolyte loss and antioxidant depletion. Exp.Eye Res. 1999;69: Varma SD, Srivastava VK, Richards RD. Photoperoxidation in lens and cataract formation: preventive role of superoxide dismutase, catalase and vitamin C. Ophthalmic Res. 1982;14: Schey KL, Patat S, Chignell CF, Datillo M, Wang RH, Roberts JE. Photooxidation of lens alphacrystallin by hypericin (active ingredient in St. John's Wort). Photochem.Photobiol. 2000;72: Sgarbossa A, Angelini N, Gioffre D, Youssef T, Lenci F, Roberts JE. The uptake, location and fluorescence of hypericin in bovine intact lens. Curr.Eye Res. 2000;21: Berry Y,.Truscott RJ. The presence of a human UV filter within the lens represents an oxidative stress. Exp.Eye Res. 2001;72: Gaillard ER, Zheng L, Merriam JC, Dillon J. Age-related changes in the absorption characteristics of the primate lens. Invest Ophthalmol.Vis.Sci. 2000;41: Bova LM, Sweeney MH, Jamie JF, Truscott RJ. Major changes in human ocular UV protection with age. Invest Ophthalmol.Vis.Sci. 2001;42: Christen WG, Gaziano JM, Hennekens CH. Design of Physicians'Health Study II--a randomized trial of beta- carotene, vitamins E and C, and multivitamins, in prevention of cancer, cardiovascular disease, and eye disease, and review of results of completed trials. Ann.Epidemiol. 2000;10: Sommerburg O, Keunen JE, Bird AC, Van Kuijk FJ. Fruits and vegetables that are sources for lutein and zeaxanthin: the macular pigment in human eyes. Br.J.Ophthalmol. 1998;82: Jacques PF. The potential preventive effects of vitamins for cataract and age- related macular degeneration. Int.J.Vitam.Nutr.Res. 1999;69: Bernstein PS, Khachik F, Carvalho LS, Muir GJ, Zhao DY, Katz NB. Identification and quantitation of carotenoids and their metabolites in the tissues of the human eye. Exp.Eye Res. 2001;72: Landrum JT, Bone RA, Joa H, Kilburn MD, Moore LL, Sprague KE. A one year study of the macular pigment: the effect of 140 days of a lutein supplement. Exp.Eye Res. 1997;65: Mares-Perlman JA. Too soon for lutein supplements. Am.J.Clin.Nutr. 1999;70: Mares-Perlman JA, Klein BE, Klein R, Ritter LL, Freudenheim JL, Luby MH. Nutrient supplements contribute to the dietary intake of middle- and older-aged adult residents of Beaver Dam, Wisconsin. J.Nutr. 1993;123: Lavine JB. Lutein supplementation or green vegetables. Am.J.Clin.Nutr. 2000;71: Dagnelie G, Zorge IS, McDonald TM. Lutein improves visual function in some patients with retinal degeneration: a pilot study via the Internet. Optometry 2000;71: West S, Vitale S, Hallfrisch J, Munoz B, Muller D, Bressler S et al. Are antioxidants or supplements protective for age-related macular degeneration? Arch.Ophthalmol. 1994;112: Trevithick, J. R., Mitton, K. P., and Robertson, J. M. Vitamin E and the Eye. Packer, L. and Fuchs J. Chapt. 61, New York, NY, Marcel Dekker Inc. Vitamin E in Health and Disease. Packer, L. and Fuchs J. 31. Kretzer FL,.Hittner HM. Retinopathy of prematurity: clinical implications of retinal development. Arch.Dis.Child 1988;63:

8 32. Hittner HM, Rudolph AJ, Kretzer FL. Suppression of severe retinopathy of prematurity with vitamin E supplementation. Ultrastructural mechanism of clinical efficacy. Ophthalmology 1984;91: Azzi A, Breyer I, Feher M, Ricciarelli R, Stocker A, Zimmer S et al. Nonantioxidant functions of alpha-tocopherol in smooth muscle cells. J.Nutr. 2001;131:378S-81S. 34. Azzi A, Breyer I, Feher M, Pastori M, Ricciarelli R, Spycher S et al. Specific cellular responses to alpha-tocopherol. J.Nutr. 2000;130: Azzi A,.Stocker A. Vitamin E: non-antioxidant roles. Prog.Lipid Res. 2000;39: Pastori M, Pfander H, Boscoboinik D, Azzi A. Lycopene in association with alpha-tocopherol inhibits at physiological concentrations proliferation of prostate carcinoma cells. Biochem.Biophys.Res.Commun. 1998;250: Ricciarelli R, Tasinato A, Clement S, Ozer NK, Boscoboinik D, Azzi A. alpha-tocopherol specifically inactivates cellular protein kinase C alpha by changing its phosphorylation state. Biochem.J. 1998;334 ( Pt 1): Azzi A, Boscoboinik D, Fazzio A, Marilley D, Maroni P, Ozer NK et al. RRR-alpha-tocopherol regulation of gene transcription in response to the cell oxidant status. Z.Ernahrungswiss. 1998;37 Suppl 1: Bursell SE, Clermont AC, Aiello LP, Aiello LM, Schlossman DK, Feener EP et al. High-dose vitamin E supplementation normalizes retinal blood flow and creatinine clearance in patients with type 1 diabetes. Diabetes Care 1999;22: Kunisaki M, Bursell SE, Umeda F, Nawata H, King GL. Prevention of diabetes-induced abnormal retinal blood flow by treatment with d-alpha-tocopherol. Biofactors 1998;7: Bursell SE,.King GL. Can protein kinase C inhibition and vitamin E prevent the development of diabetic vascular complications? Diabetes Res.Clin.Pract. 1999;45: Yokota T, Uchihara T, Kumagai J, Shiojiri T, Pang JJ, Arita M et al. Postmortem study of ataxia with retinitis pigmentosa by mutation of the alpha-tocopherol transfer protein gene. J.Neurol.Neurosurg.Psychiatry 2000;68: Yokota T, Shiojiri T, Gotoda T, Arai H. Retinitis pigmentosa and ataxia caused by a mutation in the gene for the alpha-tocopherol-transfer protein. N.Engl.J.Med. 1996;335: Allikmets R. Simple and complex ABCR: genetic predisposition to retinal disease. Am.J.Hum.Genet. 2000;67: Allikmets R, Shroyer NF, Singh N, Seddon JM, Lewis RA, Bernstein PS et al. Mutation of the Stargardt disease gene (ABCR) in age-related macular degeneration. Science 1997;277: Martinez-Mir A, Paloma E, Allikmets R, Ayuso C, del Rio T, Dean M et al. Retinitis pigmentosa caused by a homozygous mutation in the Stargardt disease gene ABCR. Nat.Genet. 1998;18: Cremers FP, van de Pol DJ, van Driel M, den Hollander AI, van Haren FJ, Knoers NV et al. Autosomal recessive retinitis pigmentosa and cone-rod dystrophy caused by splice site mutations in the Stargardt's disease gene ABCR. Hum.Mol.Genet. 1998;7: Sun H,.Nathans J. ABCR, the ATP-binding cassette transporter responsible for Stargardt macular dystrophy, is an efficient target of all-trans-retinal-mediated photooxidative damage in vitro. Implications for retinal disease. J.Biol.Chem. 2001;276: Phelan JK,.Bok D. A brief review of retinitis pigmentosa and the identified retinitis pigmentosa genes. Mol.Vis. 2000;6: Head KA. Natural therapies for ocular disorders, part two: cataracts and glaucoma. Altern.Med.Rev. 2001;6: Filina AA. [Antioxidant therapy of primary glaucoma]. Vestn.Oftalmol. 1994;110: Fishbein SL,.Goodstein S. The pressure lowering effect of ascorbic acid. Ann.Ophthalmol. 1972;4: Hilsdorf C. [On the decrease of intraocular pressure by intravenous drop infusion of 20 per cent sodium ascorbinate]. Klin.Monatsbl.Augenheilkd. 1967;150:352-8.

9 54. Kramorenko IS, Dobritsa TA, Imanbaeva ZA, Egorov EA. [Emoxipine in the treatment of primary glaucoma]. Vestn.Oftalmol. 1992;108: Kurysheva NI, Vinetskaia MI, Erichev VP, Demchuk ML, Kuryshev SI. [Contribution of freeradical reactions of chamber humor to the development of primary open-angle glaucoma]. Vestn.Oftalmol. 1996;112: Cellini M, Caramazza N, Mangiafico P, Possati GL, Caramazza R. Fatty acid use in glaucomatous optic neuropathy treatment. Acta Ophthalmol.Scand.Suppl 1998; Pinilla I, Larrosa JM, Polo V, Honrubia FM. Alpha-tocopherol derivatives in an experimental model of filtering surgery. Ophthalmic Res. 1999;31: Haas AL, Boscoboinik D, Mojon DS, Bohnke M, Azzi A. Vitamin E inhibits proliferation of human Tenon's capsule fibroblasts in vitro. Ophthalmic Res. 1996;28: Steinmetz KA, Potter JD. Vegetables, fruit, and cancer prevention: A review. J Amer Dietetic Assoc. 1996;96:

LA DMLA Mise au point sur les traitements actuels de la Dégénérescence Maculaire Liée à l Age

LA DMLA Mise au point sur les traitements actuels de la Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Association Regards et Contrastes Conférence du 15 décembre 2006 à l Athénée Municipale de Bordeaux Présentation proposée par le Docteur Arnaud Bernard Ophtalmologue Rétinologue LA DMLA Mise au point sur

Plus en détail

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Louis.hoffart@mail.ap-hm.fr Macula

Plus en détail

ANREF vs ANR ou RDA américains

ANREF vs ANR ou RDA américains Vitamines Substances organiques essentielles Ne libèrent pas d énergie facilitent les rx libératrices d énergie Une carence produit des signes et symptômes Vitamines liposolubles Vitamines hydrosolubles

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge

Dégénérescence maculaire liée à l âge Dégénérescence maculaire liée à l âge LUC-09-02/10-6087 - 1 - Dégénérescence maculaire liée à l âge Sommaire 1. Introduction 2. Qu est-ce que la dégénérescence maculaire liée à l âge? 3. Forme sèche et

Plus en détail

IMPACTS SUR LA VISION

IMPACTS SUR LA VISION IMPACTS DES PICS DE LUMIÈRE HAUTE ÉNERGIE Naturellement, la lumière Haute Energie Visible (HEV) n est pas filtrée par les milieux oculaires et ses caractéristiques de dispersion peuvent induire éblouissement

Plus en détail

DU BILAN LIPIDIQUE À LA RÉTINE. Dr Isabelle Aknin Golfe Juan - Clinique Oxford à Cannes luteine@gmail.com

DU BILAN LIPIDIQUE À LA RÉTINE. Dr Isabelle Aknin Golfe Juan - Clinique Oxford à Cannes luteine@gmail.com DU BILAN LIPIDIQUE À LA RÉTINE Dr Isabelle Aknin Golfe Juan - Clinique Oxford à Cannes luteine@gmail.com Il y a du cholestérol dans les drusen Il y a un terrain commun aux pathologies cardiovasculaires

Plus en détail

thera Des solutions naturelles pour protéger votre peau tout l été N 2 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION JUIN 2011

thera Des solutions naturelles pour protéger votre peau tout l été N 2 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION JUIN 2011 JUIN 2011 thera N 2 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION Des solutions naturelles pour protéger votre peau tout l été thera Edito Chères clientes, chers clients, L été arrive Coups de soleil, vieillissement

Plus en détail

Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Anomalies de la réfraction oculaire. Anomalies de la réfraction oculaire

Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Anomalies de la réfraction oculaire. Anomalies de la réfraction oculaire Le système visuel Le système visuel Les récepteurs L organe périphérique Anatomie de l oeil Les bâtonnets: vision en noir et blanc. Les cônes: vision précise, vision diurne et vision des couleurs. Le système

Plus en détail

Chapitre 10 : la vision : de l œil au cerveau

Chapitre 10 : la vision : de l œil au cerveau Chapitre 10 : la vision : de l œil au cerveau A projeter : œil dans le règne animal L œil est un organe sensoriel spécialisé dans la perception visuelle. C est un organe des sens essentiel dans la mise

Plus en détail

La FDA homologue Lucentis (ranibizumab injectable) pour le traitement de l œdème maculaire diabétique

La FDA homologue Lucentis (ranibizumab injectable) pour le traitement de l œdème maculaire diabétique Communiqué de presse Bâle, le 13 août 2012 La FDA homologue Lucentis (ranibizumab injectable) pour le traitement de l œdème maculaire diabétique Première avancée majeure depuis plus de 25 ans dans le traitement

Plus en détail

Les maladies de l oeil. Le glaucome La cataracte

Les maladies de l oeil. Le glaucome La cataracte 6 Les maladies de l oeil Le glaucome La cataracte Une vision claire 0203 Une vision claire Reconnaître les symptômes La plupart des personnes ont déjà entendu parler du glaucome et de la cataracte. Quelles

Plus en détail

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE Chapitre 1 : De l oeil au cerveau Introduction. I- L ORGANISATION DE L OEIL HUMAIN( TP1) 1) les milieux transparents de l oeil traversés par la lumière : Cornée Humeur

Plus en détail

Thème: La représentation visuelle

Thème: La représentation visuelle Thème: La représentation visuelle Chapitre 3: Les voies visuelles : des photorécepteurs au cortex visuel I- Structure de l œil Œil = organe des sens spécialisé dans la perception des stimuli visuels. On

Plus en détail

Structure des molécules

Structure des molécules Niveau : Première S Structure des molécules Activité expérimentale (prof) A. Structure électronique de l'atome 1. Liaisons dans les molécules (rappels de cours) Un atome est caractérisé par son numéro

Plus en détail

La rétinite pigmentaire

La rétinite pigmentaire La rétinite pigmentaire La rétine est une enveloppe sensible à la lumière entourant la surface interne du globe oculaire, et qui se prolonge par le nerf optique. La rétine est composée de cellules photo-

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

Article. Un regard précoce sur l étude AREDS2

Article. Un regard précoce sur l étude AREDS2 Article Un regard précoce sur l étude AREDS2 Par Docteur Pinakin Gunvant, O.D., Ph.D, Docteure Barbara Jennings M.A., optométriste et Darshna Vyas, M.Sc., R.D., L.D/N. Les résultats de l étude AREDS2 ne

Plus en détail

Le rapport 8 de l étude AREDS

Le rapport 8 de l étude AREDS AREDS : au-delà du rapport 8 Résumé : L étude AREDS constitue un élément unique et incontournable sur la micronutrition en ophtalmologie. La taille importante de l échantillon de population étudié, le

Plus en détail

Faire de la santé oculaire une priorité. Guide de l intervenant

Faire de la santé oculaire une priorité. Guide de l intervenant Faire de la santé oculaire une priorité Guide de l intervenant DIAPO 1 Présentation de l intervenant. Le but de cette présentation est de fournir des informations concernant les modifications de la vue

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Consultations en nutrition

Consultations en nutrition Le lycopène : un antioxydant très puissant Première partie Par Véronique Bernier, Dt.P., et Daniel Lavoie, Dt.P., M.Sc. Fontaine de Jouvence? Jeunesse éternelle? Les antioxydants peuvent-ils tenir toutes

Plus en détail

LA VUE. Sommaire : Les voies optiques Examens pratiqués en ophtalmologie Les traitements

LA VUE. Sommaire : Les voies optiques Examens pratiqués en ophtalmologie Les traitements LA VUE Sommaire : Anatomie de l œil Chemin de la lumière dans l œil Vocabulaire et définitions pour l œil Les muscles de l œil Les anomalies de l œil Les 3 amétropies ou vices de réfraction La presbytie,

Plus en détail

LUCENTIS MC Œdème maculaire diabétique

LUCENTIS MC Œdème maculaire diabétique LUCENTIS MC Œdème maculaire diabétique FÉVRIER 2014 Marque de commerce : Lucentis Dénomination commune : Ranibizumab Fabricant : Novartis Forme : Solution injectable Teneur : 10 mg/ml (0,23 ml) Modification

Plus en détail

LES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2.

LES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2. LES VITAMINES Unité 2 - volet 4 ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2.4) Différencier les vitamines lipo-solubles et les vitamines hydro-solubres et expliquer comment leur solubrité affecte leur absorption,

Plus en détail

A partir de 50 ans La macula & la DMLA

A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans, il est primordial d effectuer régulièrement un dépistage de la macula auprès d un médecin spécialiste des yeux. En effet, en Belgique, 30 000

Plus en détail

EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points)

EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points) EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points) L œil présente toutes les caractéristiques d un système optique complexe permettant la réception des rayons lumineux : des muscles assurant sa mobilité,

Plus en détail

Programmes de dépistage. Maladies oculaires liées au diabète

Programmes de dépistage. Maladies oculaires liées au diabète (French) Programmes de dépistage Maladies oculaires liées au diabète Suivi plus régulier et traitement de la rétinopathie diabétique Closer monitoring and treatment for diabetic retinopathy Informations

Plus en détail

La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne

La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne Chapitre 2 LES FORMES DE DMLA La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne présente pas de dégénérescence proprement dite de la macula. On parle alors de DMLA précoce ou

Plus en détail

DMLA LIVRET D INFORMATION CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE. www.association-dmla.

DMLA LIVRET D INFORMATION CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE. www.association-dmla. CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE DMLA DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE LIVRET D INFORMATION www.association-dmla.com SIÈGE SOCIAL : Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil

Plus en détail

Des propriétés nutritionnelles uniques

Des propriétés nutritionnelles uniques P 1 Des propriétés nutritionnelles uniques Composé d un extrait d algues brunes de haute qualité, ID-alG est un ingrédient naturel alliant minceur et bien-être. Une action minceur complète Une source naturelle

Plus en détail

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : @ : info@sordalab.com MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE Ref: OEILP Cette maquette munie d un cristallin, lentille à focale variable (lentille remplie d eau), permet

Plus en détail

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain L œil humain Points essentiels Fonctionnement de l œil humain: La vision éloignée La vision rapprochée Le pouvoir d'accommodation Les défauts de l œil humain L hypermétropie La myopie La presbytie Fonctionnement

Plus en détail

La Catarate. Définition. Epidémiologie

La Catarate. Définition. Epidémiologie La Catarate La Catarate Définition La cataracte est une affection se traduisant par une opacification du cristallin de l œil, qui est normalement transparent. Elle peut toucher la totalité du cristallin

Plus en détail

Améliorez votre vision!

Améliorez votre vision! Information pour les patients Améliorez votre vision! Une orientation sur les implants de lentilles asphériques et à filtre de lumière bleue en cas de cataracte we care for you La cataracte qu est-ce que

Plus en détail

Cours réalisé par Benjamin Putois (2006). benjamin.putois@univ-lyon2.fr 16

Cours réalisé par Benjamin Putois (2006). benjamin.putois@univ-lyon2.fr 16 Transduction Potentiel d action Inhibition Excitation Antagonisme fonctionnel Inhibition latérale Condensation - compression Modélisation I.A. Intégration - calcul (2006). benjamin.putois@univ-lyon2.fr

Plus en détail

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent 31 mars 2010 Gembloux 01/04/2010 M-J Mozin 1 Le lait est un aliment liquide, un aliment complexe. Est-il indispensable àla croissance? Peut-on

Plus en détail

CHAPITRE N 1 : L ORGANISATION DE L ŒIL ET LE CRISTALLIN

CHAPITRE N 1 : L ORGANISATION DE L ŒIL ET LE CRISTALLIN CHAPITRE N 1 : L ORGANISATION DE L ŒIL ET LE CRISTALLIN I- ORGANISATION ANATOMIQUE DE L ŒIL TP n 1 Voici quelques légendes Bilans: - l'oeil est l'organe de la vue, il est composé de plusieurs structures

Plus en détail

I Représentation et modélisation de l œil.

I Représentation et modélisation de l œil. I Représentation et modélisation de l œil. Doc 1 : voir livre p 202 Lorsque la lumière pénètre dans l oeil par la pupille, elle traverse des milieux transparents : la cornée, l humeur aqueuse, le cristallin

Plus en détail

La malvoyance d un instant n est pas celle d une vie

La malvoyance d un instant n est pas celle d une vie La malvoyance d un instant n est pas celle d une vie La malvoyance, un handicap grave Une personne malvoyante est une personne dont la vue est déficiente malgré le port de lunettes ou de lentilles, ou

Plus en détail

Tel qu inscrit dans le Compendium des produits et spécialités pharmaceutiques (CPS)

Tel qu inscrit dans le Compendium des produits et spécialités pharmaceutiques (CPS) Tel qu inscrit dans le Compendium des produits et spécialités pharmaceutiques (CPS) Immunocal Isolat protéique Précurseur du glutathion Immunotec Pharmacologie IMMUNOCAL constitue une source naturelle

Plus en détail

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Le glaucome est défini comme une augmentation de pression dans l œil (appelée pression intraoculaire ou PIO) qui cause une dégénérescence du nerf optique

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

dossier 13 + + + + + +

dossier 13 + + + + + + dossier 13 Graphic Obsession des espoirs pour réparer la vision Près de 1,7 million de Français sont considérés comme malvoyants, dont près de 146 000 malvoyants profonds et 61 000 aveugles 1. Bien que

Plus en détail

Traitements du glaucome par laser

Traitements du glaucome par laser Traitements du glaucome par laser Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

LUCENTIS MC Œdème maculaire diabétique

LUCENTIS MC Œdème maculaire diabétique LUCENTIS MC Œdème maculaire diabétique JUIN 2012 Marque de commerce : Lucentis Dénomination commune : Ranibizumab Fabricant : Novartis Forme : Solution injectable Teneur : 10 mg/ml Ajout d une indication

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels La rétine constitue l organe sensitif de l œil : c est elle qui capte les signaux lumineux et les transmet au cerveau

Plus en détail

de troubles de la vision dus à un œdème maculaire associé à un diabète ayant endommagé les vaisseaux sanguins.

de troubles de la vision dus à un œdème maculaire associé à un diabète ayant endommagé les vaisseaux sanguins. EMA/92475/2015 EMEA/H/C/002392 Résumé EPAR à l intention du public aflibercept Le présent document est un résumé du rapport européen public d'évaluation (EPAR) relatif à. Il explique de quelle manière

Plus en détail

un Service très en vue

un Service très en vue Ophtalmologie: un Service Avec près de 30.000 consultations par an, l Ophtalmologie est l un des plus gros services des Cliniques Saint-Luc. Raison de plus pour aller y jeter un œil très en vue L ophtalmologue,

Plus en détail

JMV. Affections cécitantes curables

JMV. Affections cécitantes curables JMV Affections cécitantes curables AMBLYOPIE L Amblyopie C est une insuffisance de la vision, parfois congénitale ou acquise dans les premiers mois de la vie. La forme la plus courante unilatérale - résulte

Plus en détail

Glaucoma. optic nerve. back of eye

Glaucoma. optic nerve. back of eye Glaucoma Glaucoma is an eye disease that can cause vision loss or blindness. With glaucoma, fluid builds up in the eye, which puts pressure on the back of the eye. This pressure injures the optic nerve

Plus en détail

Corinne GONZALEZ Ophtalmologiste (MD, Ph.D ) Spécialiste en Rétine Médicale

Corinne GONZALEZ Ophtalmologiste (MD, Ph.D ) Spécialiste en Rétine Médicale Corinne GONZALEZ Ophtalmologiste (MD, Ph.D ) Spécialiste en Rétine Médicale SITUATION PROFESSIONNELLE ACTUELLE MEDECIN OPHTALMOLOGISTE, exercice libéral en cabinet privé Spécialiste en rétine médicale,

Plus en détail

Atteintes ophtalmologiques cécitantes dans le cadre de l activité professionnelle. Pr Ridings E. Granget CHU Timone

Atteintes ophtalmologiques cécitantes dans le cadre de l activité professionnelle. Pr Ridings E. Granget CHU Timone Atteintes ophtalmologiques cécitantes dans le cadre de l activité professionnelle Pr Ridings E. Granget CHU Timone Glaucome chronique GLAUCOME Le terme de glaucome représente un ensemble d affections oculaires

Plus en détail

L information nutritionnelle sur l étiquette...

L information nutritionnelle sur l étiquette... Regardez l étiquette L information nutritionnelle sur l étiquette... Aide aide à faire des choix éclairés éclairset Aide à suivre à suivre le Guide le Guide alimentaire alimentaire canadien canadien pour

Plus en détail

Province de l Alberta Financement de la pompe à insuline Trousse d information

Province de l Alberta Financement de la pompe à insuline Trousse d information Province de l Alberta Financement de la pompe à insuline Trousse d information Avril 2012 1 Avantages de la thérapie par pompe à insuline Des études ont démontré que les personnes atteintes de diabète

Plus en détail

a Novartis company Le Glaucome Tout à propos du glaucome, de la maladie, de ses causes et de ses possibilités de traitement.

a Novartis company Le Glaucome Tout à propos du glaucome, de la maladie, de ses causes et de ses possibilités de traitement. a Novartis company Le Glaucome Tout à propos du glaucome, de la maladie, de ses causes et de ses possibilités de traitement. Contenu 4 Avant-propos 6 L œil 8 8 9 10 12 14 14 16 Le glaucome Causes et apparition

Plus en détail

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET MÉTABOLISME, DIABÈTE ET VIEILLISSEMENT Anne Lajoix Centre de Pharmacologie et Innovation dans le Diabète EA 7288 anne-dominique.lajoix@univ-montp1.fr LE DIABÈTE Maladie métabolique caractérisée par un

Plus en détail

Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte

Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUES :... 2 I Rappels physiologiques

Plus en détail

ANATOMIE DE L'OEIL (1)

ANATOMIE DE L'OEIL (1) ANATOMIE DE L'OEIL (1) La cornée La choroïde L'iris La pupille Le cristallin L'humeur aqueuse Le corps vitré La rétine Le nerf optique L'oeil est une merveille de la nature, un des organes les plus perfectionnés

Plus en détail

Renseignements sur la rétine et traitements

Renseignements sur la rétine et traitements 2011 Renseignements sur la rétine et traitements Le Eye Care Centre Veuillez apporter la présente brochure à l hôpital le jour de votre opération. Renseignements sur la rétine et traitements La rétine...

Plus en détail

LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION

LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION 1 LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION 2 3 L œil est un organe sensoriel du corps humain qui reçoit 80% des informations extérieures. Il sert uniquement à voir. Il n interprète pas les images qu il voit.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Mme X. Pour. Introduction...1 Résumé de vos résultats... 2 GESTION DU POIDS SANTÉ MÉTABOLIQUE. Gras saturés...

TABLE DES MATIÈRES. Mme X. Pour. Introduction...1 Résumé de vos résultats... 2 GESTION DU POIDS SANTÉ MÉTABOLIQUE. Gras saturés... 2.0 TABLE DES MATIÈRES Pour Mme X Introduction.....1 Résumé de vos résultats......... 2 SANTÉ MÉTABOLIQUE Vitamine C..................4 Folate.......5 Charge glycémique......... 6 SANTÉ CARDIOVASCULAIRE

Plus en détail

De la lumière au message nerveux

De la lumière au message nerveux De la lumière au message nerveux I. Le cristallin est une lentille vivante A. Organisation du globe oculaire L'œil est un organe quasi sphérique. La conjonctive est une membrane transparente qui produit

Plus en détail

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir 287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION troubles de la réfraction Ce qu il faut savoir 1. Savoir définir l acuité visuelle tant sur le plan optique que physiologique. Connaître les modalités et les conditions de

Plus en détail

La maladie de Stargardt

La maladie de Stargardt La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la maladie de Stargardt.

Plus en détail

LA RÉFRACTION OBJECTIFS

LA RÉFRACTION OBJECTIFS CHU Dr Benbadis Constantine le 12/04/2011 Service d Ophtalmologie/Module d ophtalmologie. Dr Z.Berkani-Kitouni :Maître de conférences, Chef de Service. LA RÉFRACTION OBJECTIFS : 1- Savoir définir l œil

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

La complication oculaire la plus fréquente du diabète est l atteinte de

La complication oculaire la plus fréquente du diabète est l atteinte de La rétinopathie diabétique Sophie Champagne, M.D. Prévalence de la rétinopathie diabétique Diabétiques de type 1 : 25 % à 5 ans postdiagnostic 100 % à 20 ans postdiagnostic Diabétiques de type 2 : 25 %

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Philippe GERMAIN Centre ophtalmologique Kléber Lyon

Philippe GERMAIN Centre ophtalmologique Kléber Lyon Philippe GERMAIN duction in Centre ophtalmologique Kléber Lyon Les baisses pressionnelles sont importantes Pic (%) diurne duction in Creux (%) diurne Analogues PG 31-33 28-29 ß-bloquants 27 26 2- agonistes

Plus en détail

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Chapitre I : Mécanismes de l'homéostasie Introduction : exemple de la régulation de la glycémie Chez un sujet en bonne santé, la glycémie est d environ

Plus en détail

obs.4 un Modèle pour l œil cours

obs.4 un Modèle pour l œil cours obs.4 un Modèle pour l œil cours 1) Modélisation optique de l œil : a) anatomie de l œil humain : L œil humain est un globe pratiquement sphérique qui est protégé de l extérieur par une membrane résistante,

Plus en détail

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir 287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION troubles de la réfraction Ce qu il faut savoir 1. Savoir définir l acuité visuelle tant sur le plan optique que physiologique. Connaître les modalités et les conditions de

Plus en détail

Lexique du cours de 1ère La représentation visuelle du monde

Lexique du cours de 1ère La représentation visuelle du monde Lexique du cours de 1ère La représentation visuelle du monde Accommodation : déformation réflexe du cristallin grâce à la contraction des muscles ciliaires et permettant une vision nette pour les objets

Plus en détail

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Licence Sciences et Technologies MISMI (Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et de l Ingénieur) UE Physique et Ingénieries LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Série B J.M. Huré 1 Série B Cours 10

Plus en détail

Maladie des yeux liée au diabète : Comment prévenir

Maladie des yeux liée au diabète : Comment prévenir Maladie des yeux liée au diabète : Comment prévenir la rétinopathie Chankramath Arun et Roy Taylor Les maladies des yeux figurent parmi les complications les plus redoutées liées au diabète. En effet,

Plus en détail

PRINCIPES DE LA TRABECULOPLASTIE SELECTIVE (SLT) 2 octobre 2010 Romuald DARIEL HIA Laveran

PRINCIPES DE LA TRABECULOPLASTIE SELECTIVE (SLT) 2 octobre 2010 Romuald DARIEL HIA Laveran PRINCIPES DE LA TRABECULOPLASTIE SELECTIVE (SLT) 2 octobre 2010 Romuald DARIEL HIA Laveran Principes du Nd YAG Nd YAG Laser à milieu actif solide Cristal de Grenat d Ytrium Aluminium Dopé en Néodyme remplace

Plus en détail

Les effets du tabac sur le succès des implants ostéointégrés

Les effets du tabac sur le succès des implants ostéointégrés Les effets du tabac sur le succès des implants ostéointégrés En clinique, on a remarqué que l ostéointégration des implants dentaires chez les patients fumeurs connaissait un nombre d échecs plus élevé

Plus en détail

À quoi ressemble le glaucome? La fin du tunnel

À quoi ressemble le glaucome? La fin du tunnel À quoi ressemble le glaucome? La fin du tunnel David Crabb duction 2014 10e Journée dogie Intéractive, Tous duction même partielle est in Optometry and Visual Science School of Health Sciences JOI Toulouse

Plus en détail

L œil et la vision C1 - DÉMARCHE D INVESTIGATION : L ŒIL, ORGANE DE LA VISION - DOCUMENT PROFESSEUR

L œil et la vision C1 - DÉMARCHE D INVESTIGATION : L ŒIL, ORGANE DE LA VISION - DOCUMENT PROFESSEUR C1 - DÉMARCHE D INVESTIGATION : L ŒIL, ORGANE DE LA VISION - DOCUMENT PROFESSEUR LA SITUATION DÉCLENCHANTE Pour amener la structure de l œil et son fonctionnement, en début de séance le professeur évoquera

Plus en détail

La dégénérescence maculaire liée à l âge

La dégénérescence maculaire liée à l âge Les problèmes ophtalmiques après 50 ans La dégénérescence maculaire liée à l âge comment y voir clair? Richard F. Bergeron et Michel Gravel 1 M me Tremblay, 56 ans, fumeuse et obèse aux yeux bleus, que

Plus en détail

DEMANDEZ À VOTRE MÉDECIN COMMENT UNE NOUVELLE TECHNOLOGIE POUR LE TRAITEMENT DU GLAUCOME POURRAIS CHANGER VOTRE VIE. Commercialisé au Canada par

DEMANDEZ À VOTRE MÉDECIN COMMENT UNE NOUVELLE TECHNOLOGIE POUR LE TRAITEMENT DU GLAUCOME POURRAIS CHANGER VOTRE VIE. Commercialisé au Canada par DEMANDEZ À VOTRE MÉDECIN COMMENT UNE NOUVELLE TECHNOLOGIE POUR LE TRAITEMENT DU GLAUCOME POURRAIS CHANGER VOTRE VIE Commercialisé au Canada par LA TECHNOLOGIE La technologie a toujours joué un rôle important

Plus en détail

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision Perception Bases neurophysiologiques de la vision Anatomie de l œil Vaisseaux sanguins rétinaux Paupière Cornée Nerf optique Muscles extraocculaires Rétine Anatomie de l œil cornée Pupille Liquide aqueux

Plus en détail

AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Wilfried Minvielle

AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Wilfried Minvielle AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Objectif Déterminer l inocuité du laser diode micropulse transfovéolaire dans l'œdème

Plus en détail

Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire

Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire Four checkpoints Components of the DNA Damage Checkpoint SIGNALS SENSORS TRANSDUCERS EFFECTORS TARGETS (UV, HU, replication errors) CDK2 Cyclin E/A ATR

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

Le petit déjeuner, c est le repas le plus important de la journée!

Le petit déjeuner, c est le repas le plus important de la journée! Juin 2009 ARTICLE - BROCHURE Le petit déjeuner, c est le repas le plus important de la journée!, APM au CPMS de Spa Cette animation sur l alimentation a été réalisée avec la collaboration des élèves de

Plus en détail

PARC CHANOT MARSEILLE

PARC CHANOT MARSEILLE PALAIS DES CONGRÈS PARC CHANOT MARSEILLE VENDREDI 9 OCTOBRE - 16H00 CONFÉRENCE GRAND PUBLIC DOSSIER DE PRESSE MACULA & DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LE KÉRATOCÔNE ENTRÉE LIBRE ORGANISATION GÉNÉRALE MCO CONGRÈS

Plus en détail

Les lipides et dérivés

Les lipides et dérivés UE1 : Biochimie Les lipides et dérivés Partie 5 : Digestion, absorption et transport des lipides Partie 6 : Méthodes d analyse Isabelle Hininger-Favier Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Soins de la peau par voie orale

Soins de la peau par voie orale LOOK, FEEL AND LIVE BETTER Pycnogenol pour soins de la peau par voie orale Pycnogenol est largement utilisé en application topique ainsi que par voie orale dans diverses indications dermatologiques. Pycnogenol

Plus en détail

La puissance de l imagerie non mydriatique et de l efflorescence du fond d œil! Rétinographe numérique

La puissance de l imagerie non mydriatique et de l efflorescence du fond d œil! Rétinographe numérique La puissance de l imagerie non mydriatique et de l efflorescence du fond d œil! Rétinographe numérique Rétinographe numérique Équipé de toutes les fonctions du CR-2 en PLUS du mode d efflorescence du fond

Plus en détail

Confiez votre peau à l expert

Confiez votre peau à l expert Confiez votre peau à l expert édition: français Jean-Pierre Rosselet Professional Beauty incarne un soin de la peau efficace et de qualité ainsi que des applications spécifiques en institut de beauté.

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

L oeil. Chapitre 2 : I. Description de l œil. II. L œil réduit

L oeil. Chapitre 2 : I. Description de l œil. II. L œil réduit Chapitre 2 : L oeil I. Description de l œil L œil est un système optique compliqué. Il comporte des milieux transparents qui permettent le passage de la lumière : la cornée transparente, l humeur aqueuse,

Plus en détail

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Généralités sur les instruments d optiques : Classification : Les instruments d optiques sont de types différents

Plus en détail

Révision sur l œil: CORRIGÉ

Révision sur l œil: CORRIGÉ Révision sur l œil: CORRIGÉ 1. Explique le chemin que doit suivre un rayon lumineux à travers l œil jusqu au cerveau. Cornée, humeur aqueuse, pupille, cristallin, humeur vitrée, rétine, nerf optique, cerveau.

Plus en détail

UNE NOUVELLE FAÇON D'AUGMENTER LE NIVEAU DE GLUTATHION DANS LE CORPS.

UNE NOUVELLE FAÇON D'AUGMENTER LE NIVEAU DE GLUTATHION DANS LE CORPS. UNE NOUVELLE FAÇON D'AUGMENTER LE NIVEAU DE GLUTATHION DANS LE CORPS. Les niveaux de glutathion dans le sang ont été identifiés comme un des plus importants indicateurs de santé. Malheureusement, le stress

Plus en détail