BIOPSIES OSSEUSES PERCUTANEES : EVALUATION D UNE METHODE DE RADIOGUIDAGE ASSISTEE PAR LOGICIEL INFORMATIQUE (I-GUIDE).

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIOPSIES OSSEUSES PERCUTANEES : EVALUATION D UNE METHODE DE RADIOGUIDAGE ASSISTEE PAR LOGICIEL INFORMATIQUE (I-GUIDE)."

Transcription

1 BIOPSIES OSSEUSES PERCUTANEES : EVALUATION D UNE METHODE DE RADIOGUIDAGE ASSISTEE PAR LOGICIEL INFORMATIQUE (I-GUIDE). N GOOSSENS, M LOOCK, L JOB, C HOEFFEL, JP ESCHARD, C MARCUS. Page 1

2 OBJECTIFS Présenter une nouvelle méthode de radioguidage assistée par logiciel informatique (I-guide). Evaluer l efficience diagnostique des biopsies osseuses percutanées rachidiennes avec cette méthode. Comparer aux résultats de la littérature obtenus avec les autres méthodes de radioguidage. Page 2

3 MATERIELS ET METHODES Page 3

4 MATERIELS ET METHODES Population étudiée 42 ponctions ont été incluses dans l étude. 23 hommes et 19 femmes âgés de 8 à 89 ans (moyenne : 60 ans). Le critère d inclusion : - suspicion de spondylodiscite sans germe identifié. - suspicion de lésion tumorale maligne qui n avait pas fait preuve de son origine et dont l identification était nécessaire pour la prise en charge thérapeutique. Page 4

5 BIOPSIES L ensemble des PBP concernait le rachis et le bassin. Localisation Nombres de cas Rachis 31 - thoracique 11 - lombaire 20 Bassin 11 Total 42 Sous anesthésie générale ou neuroleptanalgésie en présence d un anesthésiste. Vérification du bilan de coagulation. Consentement éclairé. Page 5

6 BIOPSIES Bilan d imagerie préalable ( RX, TDM, IRM ). Les biopsies réalisées grâce à des trocarts de type Laredo thoracique et lombaire. Voies d abord transpédiculaire, inter-costo-vertébrale et postéro-latérale. Chaque prélèvement a fait l objet d une analyse anatomopathologique et de cultures bactériologiques. Page 6

7 Procédure de guidage Toutes les ponctions ont été réalisées en salle d angiographie avec un capteur monoplan sur arceau. Axiom Artis dta VB31; Siemens AG Healthcare Sector, Forchheim, Germany Page 7

8 Procédure de guidage L examen débute par une acquisition rotationnelle de 220 sur la région à biopsier. Page 8

9 Procédure de guidage Acquisition d un volume d image de type scanner sur la région d intérêt. Le temps de reconstruction est d environ 20 secondes. Page 9

10 Procédure de guidage Les images obtenues sont ensuite traitées sur une station de travail dédiée. Vues multi-planaires MPR et 3D-VRT Page 10

11 Procédure de guidage Le positionnement et le guidage de l aiguille est assisté par un logiciel informatique appelé Syngo I-Guide. Le logiciel permet de planifier le trajet optimal de la biopsie en définissant sur une coupe le point d entrée à la peau et le point cible lésionnel. Page 11

12 Procédure de guidage Planification du trajet de biopsie sur une coupe multi planaire d une métastase lombaire. Placement successif de la cible ( cercle rouge) et du point d entrée (croix jaune). Page 12

13 Procédure de guidage Planification du trajet de biopsie sur une coupe multi planaire d une métastase lombaire. Le logiciel trace automatiquement le trajet virtuel de ponction sur les différentes vues multi planaires. Page 13

14 Procédure de guidage Le logiciel propose ensuite deux incidences de travail sur des vues VRT : «bull s Eye view» : vue du point d entrée de l aiguille (petit axe : croix et flèche superposées). «progression view» : vue pour la progression de l aiguille (long axe). Bull s Eye view Progression view Page 14

15 Le logiciel matérialise le trajet de ponction des deux incidences de travail sur les images fluoroscopiques. Bull s Eye view Progression view Page 15

16 Ponction : Bull s-eye view L aiguille est superposée au point d entrée cible fourni par I-Guide. L aiguille est alignée à l aide d une pince au point de ponction virtuel. Un laser de centrage sur le capteur plan permet de visualiser directement le point d entrée de l aiguille sur la peau du patient. Correspondance fluoroscopique : superposition parfaite des extrémités proximales et distales de l aiguille pour former un point unique, superposé au point d entrée et cible fournis par i-guide. Page 16

17 Progression view Progression de l aiguille dans l axe longitudinal. Vue sous scopie de la progression de l aiguille de biopsie (flèche) qui est orientée afin qu elle se superpose au trajet défini sur I-Guide (points blancs) jusqu à la cible (cercle blanc). Page 17

18 Procédure de guidage Avant biopsie, un contrôle final du positionnement de l aiguille au sein de la cible peut être obtenu en réalisant une nouvelle acquisition en mode tomodensitométrique. Coupe axiale montrant le matériel de ponction au sein de la lésion ostéolytique de la vertèbre lombaire L4. Page 18

19 Exemple d une métastase ostéolytique du sacrum. Coupe scanner La lésion engaine le nerf sciatique. Planification du trajet de ponction à distance du nerf sciatique ( flèches ). VRT Bull s Eye view Page 19

20 Exemple d une métastase ostéolytique du sacrum Propression view fluoroscopique Superposition de l aiguille au trajet de ponction. Contrôle du positionnement de l aiguille avant biopsie. Page 20

21 Analyse statistique Confrontation du diagnostic biopsique et du diagnostic final. Le diagnostic biopsique était établi d'après les résultats des prélèvements histologiques, cytologiques et bactériologiques. Le diagnostic final était établi à la lecture du compte-rendu d'hospitalisation et du suivi. Pour chaque dossier : vrai positif (VP), vrai négatif (VN), faux négatif (FN) et faux positif (FP). Page 21

22 Analyse statistique L'efficience diagnostique de la technique est calculée selon la formule suivante : (VP + VN) / (VP + VN + FP + FN) 100 % Page 22

23 RESULTATS Page 23

24 RESULTATS Sur l ensemble des biopsies réalisées (n = 42), les prélèvements ont bien été obtenus au siège voulu et le matériel prélevé était suffisant pour étude anatomopathologique et bactériologique. Un seul défaut de trajectoire corrigé dans un second temps. Page 24

25 RESULTATS Diagnostic à la PBP Nombre de cas (n) % Diagnostic final Nombre de cas (n) % Spondylodiscite - tuberculeuse - germe non spécifique - histologique (sans germe retrouvé) % 2% 24% 12% Spondylodiscite - tuberculeuse - germe non spécifique - histologique (sans germe retrouvé) % 10% 29% 9% Métastase 7 17% Métastase 7 17% Tumeur osseuse primitive bénigne : fibrome desmoïde maligne : - lymphome B - plasmocytome % 2% 9% Tumeur osseuse primitive bénigne : fibrome desmoïde maligne : - lymphome B - plasmocytome % 2% 12% Pathologie bénigne non tumorale (dégénérative, dystrophique) 5 12% Histologie normale 9 21% Pathologie bénigne non tumorale (Tassement ostéoporotique, discopathie dégénérative ) 9 21% Total % Total % Diagnostic des PBP Diagnostic final Page 25

26 RESULTATS Pathologie infectieuse Pathologie tumorale Total Nombre VP VN FP FN Evaluation statistique des biopsies osseuses percutanées Page 26

27 RESULTATS L efficience diagnostique globale est de 83%. L efficience apparaît différente en fonction de la pathologie. La biopsie a permis le diagnostic de 73% des spondylodiscites, de 94% des pathologies osseuses tumorales. Pathologie Efficience diagnostique Infectieuse 73 Tumorale Primitif Métastase Globale 83 Page 27

28 RESULTATS Un diagnostic bactériologique a été établi dans 55% des spondylodiscites. (germe non spécifique et tuberculeux ). Les plus fréquents étaient des staphylocoques, représentant 60% des germes. Page 28

29 Recours à une biopsie chirurgicale 6 patients : biopsie chirurgicale de «rattrapage» car PBP non contributive. Dans 5 cas : suspicion de spondylodiscite. Sur les 5 biopsies chirurgicales, une seule a permis d identifier le germe causal. Dans un cas : suspicion d hémopathie. La biopsie chirurgicale a apporté la solution, permettant d identifier un lymphome B à grandes cellules. Page 29

30 Complications 41/42 procédures se sont déroulées sans complication immédiate ou retardée. Une seule complication : un pneumothorax sévère lors d une ponction d une vertèbre thoracique qui a nécessité un drainage et une hospitalisation de 24 heures en unité de réanimation. Page 30

31 DISCUSSION Page 31

32 DISCUSSION Efficience diagnostique de la méthode De nombreuses études ont rapporté l efficience diagnostique des ponctions sous fluoroscopie ou scanner. Nos résultats sont concordants avec la littérature où l efficience diagnostique varie selon les études de 69 à 96%. Page 32

33 DISCUSSION De nombreux paramètres entrent en jeu dans la rentabilité de la ponction biopsie percutanée : - Nature de la lésion - Localisation - Choix de la technique - Matériel de ponction.. Page 33

34 Fluoroscopie Scanner Choix de la technique? I-guide Brenac (2004), 14 séries rapportées : efficience moyenne de - 84% sous fluoroscopie et 85% sous scanner - 83% dans notre série. Pas de modification significative de l efficience diagnostique selon les méthodes. Taille et localisation de la lésion à prendre en compte. Expérience de l opérateur. Disponibilité ++. Page 34

35 DISCUSSION L efficience de la PBP diffère en fonction du diagnostic lésionnel. Lésion infectieuse Lésion tumorale Page 35

36 DISCUSSION Lésion infectieuse L efficience pour la pathologie infectieuse dans notre série était de 73%, pourcentage qui se rapproche des séries de Brenac et de Chevrot, 72 et 71%. Association d une analyse bactériologique + étude histologique. Histologie : - Inflammation aigue à pyogène. - Lésions spécifiques de tuberculose : cellules géantes et des bacilles acido-alcoolo-résistants. Page 36

37 DISCUSSION Lésion infectieuse Malgré l apport de nouvelles techniques de guidage, la bactériologie ne se positive en moyenne que dans environ 50% des cas. Causes? Patient sous antibiotique. Délai trop long entre le recueil et la mise en culture Culture sur des milieux trop pauvres, absence de milieux d enrichissement. Responsabilité d un micro-organisme inhabituel : mycobactérie ou un champignon avec des exigences de température. Page 37

38 DISCUSSION Lésion tumorale Lésion secondaire : Rentabilité maximale (100 %) pour les lésions métastatiques. Concordants avec la littérature où la rentabilité pour ces lésions est chiffrée entre 79% et 100%. Page 38

39 DISCUSSION Lésion tumorale Lésion primitive : Les tumeurs primitives sont de rendement inférieur. Rentabilité élevée (88%) mais faible recrutement. Seul un cas de lymphome à grandes cellules n a pas été diagnostiqué. Page 39

40 DISCUSSION Avantage de l I-guide Couple les avantages de la fluoroscopie et du scanner : Fluoroscopie - Sécurité, vérification du placement en temps réel Scanner - Reconstructions multiplans - Rapports tissus - durs / mous Page 40

41 DISCUSSION Avantage de l I-guide Disponibilité, libération des plages de scanner. Voies d abords obliques et complexes possibles. Page 41

42 DISCUSSION Avantage de l I-guide Dose délivrée : I-guide PDS moyen : μgym² (min : 4404, max : 46001) Scanner ( biopsie os 2009 ) PDL moyen : 471 mgy.cm (min : 163, max : 1196) Dose efficace moyenne : 3 msv Dose efficace moyenne : 7 msv Page 42

43 Applications DISCUSSION Très peu de publications ont décrit l intérêt de cette technologie en radiologie interventionnelle. Alda Tam : placement percutané par voie translombaire des cathéters veineux centraux. J.M. Racadio rapporte sept cas cliniques différents : - réalisation d infiltrations intra articulaires - drainage de collections intra abdominales. Page 43

44 Applications DISCUSSION Morimoto : Radiofréquence des carcinomes hépatocellulaires. Autres indications possibles : - Radiofréquences osseuses des ostéomes ostéoïdes - Vertébroplasties.. Page 44

45 DISCUSSION Limites de l examen Nécessité d une immobilisation parfaite du patient. Des mouvements du patient durant la procédure (incluant les mouvements respiratoires très importants) peuvent modifier la trajectoire prédéfinie. Education du patient sous anesthésie locale. Page 45

46 DISCUSSION Limites de l étude Faible recrutement. Efficience des pathologies infectieuses. Comparaison des résultats difficile avec la littérature. Page 46

47 CONCLUSION Biopsie osseuse percutanée : Etape importante dans la prise en charge des lésions néoplasiques et infectieuses malgré les progrès de l imagerie dans la caractérisation des lésions osseuses. Logiciel I-guide : Technique fiable avec un rendement diagnostique comparable à ceux obtenus dans la littérature pour les autres méthodes de guidage. Alternative aux méthodes de guidage sous scanner ou fluoroscopie. Page 47

48 BIBLIOGRAPHIE 1. Langer-Cherbit A, Chemla N, Vacherot B, Dupont AM, Godefroy D, Chevrot A. Intérêt et résultats de la biopsie osseuse profonde rachidienne radioguidée. J Radiol 1994;75(11): Société de pathologie Infectieuse de Langue Française Spondylodiscites infectieuses primitives, et secondaires à un geste intra-discal, sans mise en place de matériel. Recommandations pour la Pratique Clinique. Medecine et maladies infectieuses 2007; 37(9): Cottle L, Riordan T. Infectious spondylodiscitis. Journal of Infection 2008;56: Preteseille O, Barral FG, Court L, Russias B, Manet L, Tanji P. Intérêt de la biopsie percutanée des lésions osseuses d allure tumorale. J Radiol 2003;84: Tam A, Mohamed A, Pfister M, Rohm E, Wallace MJ. C-arm cone beam computed tomographic needle path overlay for fluoroscopic-guided placement of translumbar central venous catheters. Cardiovasc Intervent Radio. 2009;32: Racadio JM, Babic D, Homan R, Rampton JW, Patel MN, Racadio JM, Johnson ND. Live 3D guidance in the interventional radiology suite. AJR 2007;189: Meyer BC, Peter O, Nagel M,Hoheisel M, Frericks BB, Wolf KJ, Wacker FK. Electromagnetic field-based navigation for percutaneous punctures on C-arm CT: experimental evaluation and clinical application. Eur Radiol. 2008;18(12): Laredo JD, Bard M. Thoracic spine: percutaneous trephine biopsy. Radiology 1986;160(2): Brugières P, Revel MP, DUMAS JL. CT-guided vertebral biopsy. Neuroradiology 1992;34(4): Brugières P, Gaston A, Voisin MC, Ricolfi F, Chakir N. CT-guided percutaneous biopsy of the cervical spine: e serie of 12 cases. Neuroradiology 1992;34(4): Page 48

49 11. Kattapuram S, Rosenthal D. Percutaneous biopsy of skeletal lesions. AJR 1991;157: Omarini LP, Garcia J. Ponctions biopsies percutanées du rachis sous guidage CT. Revue de 104 cas. Schweiz Med Wochenschr 1993;123(46): Langer-Cherbit A, Chemla N, Vacherot B, Dupond AM, Godefroy D, Chevrot A. Intérêt et résultats de la biopsie osseuse profonde rachidienne radioguidée. J Radiol 1994;75(11): Babu NV, Titus VT, Chittaranjan S, et al. Computed tomographically guided biopsy of the spine. Spine 1994;19: Kornblum MD, Wesolowski DP, Fishgrund JS, Herkowitz HN. Computed tomography- guided biopsy of the spine. A review of 103 patients. Spine 1998;23(1): Pierot L, Boulin A. Percutaneous biopsy of the thoracic and lumbar spine: transpedicular approach under fluoroscopic guidance. Am J Neuroradiol 1999;20: Ashizawa R, Ohtsuka K, Kamimura M, Ebara S, Takaoka K. Percutaneous transpedicular biopsy of thoracic and lumbar vertebrae. Method and diagnostic validity. Surg Neurol 1999;52: Brenac F, Huet H. Diagnostic accuracy of the percutaneous spinal biopsy. Improvement of the technique in a series of 210 cases. J.Neuroradiol 2001;28: Ozerdemoglu RA, Thompson RC, Transfeldt E, Cheng EY. Diagnostic value of open and needle biopsies in tumors of the sacrum. Spine 2003;28(9): Lis E, Bilsky M, Pisinski L, Boland P, Healey J, O Malley B, Krol G. Percutaneous CT-guided biopsy of osseous lesion of the spine in patients with known or suspected malignancy. Am J Neuroradiol 2004;25: Vieillard MH, Boutry N, Chastanet P, Duquesnoy B, Cotten A, Cortet B. Contribution of percutaneous biopsy to the definite diagnosis in patients with suspected bone tumor. Joint Bone Spine 2005;72: Sucu HK, Çiçek C, Rezanko T, Bezircioğlu H, Erşahin Y, Tunakan M, Minoğlu M. Percutaneous computed-tomography-guided biopsy of the spine : 229 procedures. Joint Bone Spine 2006;73: Page 49

50 23. Rivasa A, Cáceresb E, Ubiernac M, Lladob A, Ramírezb M, Salób G, Molinab A. Reliability, sensitivity, specificity and safety of computed tomography-guided percutaneous vertebral biopsies. Rev Ortop Traumatol 2007;51: Rimondi E, Staals E, Errani C, Bianchi G, Casadei R, Alberghini M, Malaguti M, Rossi G, Durante S, Mercuri M. Percutaneous CT-guided biopsy of the spine: results of 430 biopsies. Eur Spine J 2008;17: Laredo JD, Bard M, Leblanc G, Folinais D, Cywiner-Golenzer C. Technique et résultats de la ponction-biopsie transcutanée radioguidée du rachis dorsal. Rev Rhum 1985;52(4): Gougeon J, Seignon B. Les spondylodiscites bactériennes. Rev Rhum 1981;48(1): Gil-Sanchez S, Marco-Domenech SF, Irurzun-Lopez J, Fernandez- Garcia P, de la Iglesia-Cardena P, Ambit-Capdevila S. Ultrasoundguided skeletal biopsies. Skeletal Radiol 2001;30: Smith H, Welch M, Sasso R, Vaccaro A. Comparison of radiation exposure in lumbar pedicle screw placement with intraoperative threedimensional imaging. J Spinal Cord Med. 2008;31: Smith H, Yuan P, Sasso R, Papadopolous S, Vaccaro A. An evaluation of image-guided technologies in the placement of percutaneous iliosacral Screws. Spine 2006;31(2): Mirza S, Wiggins G, Kuntz C, York J, Bellabarba C, Knonodi M, Chapman J, Shaffrey C. Accuracy of thoracic vertebral body screw placement using standard fluoroscopy, fluoroscopic image guidance, and computed tomographic image guidance. A cadaver study. Spine 2003;28(4): Liu P, Valadez S, Spencer Chivers F, Roberts C, Beauchamp C. Anatomically based guidelines for core needle biopsy of bone tumors : implications for Limb-sparing Surgery. Radiographics 2007;27: Fraser-Hill MA, Renfrew DL. Percutaneous needle biopsy of musculoskeletal lesions. 1. Effective accuracy and diagnostic utility. AJR 1992;158: Page 50

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna Apport de la biopsie par voie postérieure transpédiculaire dans le diagnostic de la spondylodiscite tuberculeuse dorsale et lombaire avec enquête bactériologique négative ( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf.

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

MAL DE POTT Diagnostic et prise en charge

MAL DE POTT Diagnostic et prise en charge Percival Pott 1779-1783 MAL DE POTT Diagnostic et prise en charge Cours Collège 10 Avril 2013 Votre conduite? Mr H S, âgé de 20 ans consulte pour une AEG : anorexie et amaigrissement (6 mois) Température

Plus en détail

Rapport de mobilité Dr François CORNELIS. Institution d origine : Memorial Sloan Kettering Cancer Center

Rapport de mobilité Dr François CORNELIS. Institution d origine : Memorial Sloan Kettering Cancer Center Rapport de mobilité Dr François CORNELIS Période : Septembre 2013- Août 2014 Lieu : Institution d origine : Memorial Sloan Kettering Cancer Center CHU de Bordeaux Radiology Department Service d imagerie

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine in ONE DAY Blocs facettaires Péridurales Lombaires Cervicales

Plus en détail

COMPRESSION MEDULLAIRE

COMPRESSION MEDULLAIRE COMPRESSION MEDULLAIRE I - Les causes EXTRADURALES : RACHIDIENNES et EPIDURALES - Les TUMEURS OSSEUSES : surtout les METASTASES (sein, prostate, poumon, rein, thydoïde, organes génitaux, tube digestif,

Plus en détail

RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Ostéo-Articulaire DES Radiologie Imagerie Médicale Module National - Jeudi 5 Février 2015

RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Ostéo-Articulaire DES Radiologie Imagerie Médicale Module National - Jeudi 5 Février 2015 RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Ostéo-Articulaire DES Radiologie Imagerie Médicale Module National - Jeudi 5 Février 2015 Antoine FEYDY Radiologie B Hôpital COCHIN Université Paris Descartes http://www.sfrnet.org/sfr/societe/6-groupes-et-societesspecialises/fri/index.phtml

Plus en détail

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou Service de Radiologie Hôpital Bichat Claude-Bernard Université Paris VII Les fractures de l extrémité

Plus en détail

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE B. Hainaux, L. Camoin, P. Zerbib, C. Lin, A. Luciani, R. Raymond, A. Rahmouni CHU Henri Mondor Service d imagerie médicale Pr Alain Rahmouni Objectifs

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

Section D : Système musculosquelettique

Section D : Système musculosquelettique D D01. Ostéomyélite RX Indiqué [C] d La radiographie est indiquée pour l examen initial. 0 L est une excellente modalité d imagerie pour évaluer l ostéomyélite et les anomalies connexes des tissus mous,

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient

3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient 3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient Relevé des doses délivrées Démarche relativement récente D où viennent les chiffres?

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

4.5. Radiologie ostéoarticulaire

4.5. Radiologie ostéoarticulaire 4.5. Radiologie ostéoarticulaire télécharger ces fiches au format.pdf - rachis cervical (Os1) - rachis thoracique (Os2) - rachis lombo-sacré (Os3) - bassin standard (Os4) - hanche standard face et profil

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites. Formulaire d information Biopsie osseuse Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé une intervention radiologique. Elle sera pratiquée avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter

Plus en détail

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES ETUDE RETROSPECTIVE CHEZ 30 PATIENTS N. Hoarau, J. Gabrillargues, B. Claise, B. Jean,

Plus en détail

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé W. Hajlaoui, P. Dean, N. Hablani, I. Mahé-Halley, D. Sacko, R. Habachou, P. Armand, J. Albisetti.

Plus en détail

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE Jurgita Bruzaite,, Monique Boukobza,, Guillaume Lot* Services de Neuroradiologie et de Neurochirurgie

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE TOULOUSE 1

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE TOULOUSE 1 1 Radiologie interventionnelle : ouverture d un secteur dédié au cœur des blocs opératoires 1 er étage - bâtiment h3 - hôpital Rangueil Sommaire I - Qu est-ce que la radiologie interventionnelle? 3 1 -

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez?

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Que fait-on en Europe? Le point de vue du Groupe européen en pathologie mammaire (EWGBP) European breast expert pathologists experience

Plus en détail

EVALUATION DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LES FRACTURES DU RACHIS THORACOLOMBAIRE DE TYPE A DE MAGERL

EVALUATION DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LES FRACTURES DU RACHIS THORACOLOMBAIRE DE TYPE A DE MAGERL EVALUATION DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LES FRACTURES DU RACHIS THORACOLOMBAIRE DE TYPE A DE MAGERL P. Loriaut, H. Pascal Moussellard, J. Y. Lazennec, Y. Catonné Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Intérêt de l analyse sagittale du rachis dans la conception et la réalisation du traitement orthopédique de l enfant et de l adulte

Intérêt de l analyse sagittale du rachis dans la conception et la réalisation du traitement orthopédique de l enfant et de l adulte Intérêt de l analyse sagittale du rachis dans la conception et la réalisation du traitement orthopédique de l enfant et de l adulte Dr Isabelle Courtois Frédéric Delamarre Saint Etienne Analyse sagittale

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE. L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE. L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes Docteur P. CHASTANET Service de Radiologie Ostéo-Articulaire - Hôpital Roger

Plus en détail

sous contrôle scanner des fractures de la ceinture pelvienne

sous contrôle scanner des fractures de la ceinture pelvienne Ostéosynthèse percutanée sous contrôle scanner des fractures de la ceinture pelvienne N.Amoretti(1), V.Lesbats-Jacquot(1), E. Hovorka (1), PY. Marcy (1), T. El Hayek (1), P. Eude (2), J. Sedat (1), A.

Plus en détail

Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire

Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire PCR Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire Chirurgie Nabil DRISS Service ORL, EPS Mahdia Tunis 29/11/2013 1 INTRODUCTION L atteinte ganglionnaire constitue, en Tunisie,

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Formulaire d information au patient DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

INFILTRATIONS DES ARTICULATIONS SACRO-ILIAQUES SOUS SCANNER : FACILE OU DIFFICILE?

INFILTRATIONS DES ARTICULATIONS SACRO-ILIAQUES SOUS SCANNER : FACILE OU DIFFICILE? INFILTRATIONS DES ARTICULATIONS SACRO-ILIAQUES SOUS SCANNER : FACILE OU DIFFICILE? D. Richarme (1, 2), A. Feydy (2), E. Pluot (2), J. Rousseau (2), R. Campagna (2), F. Thévenin (2), H.Guerini (2), A. Chevrot

Plus en détail

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien.

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Département d'anesthésie, Réanimation Chirurgicale, SAMU VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Introduction F. Proust, O. Langlois,

Plus en détail

Anatomie descriptive du rachis

Anatomie descriptive du rachis Anatomie descriptive du rachis La colonne vertébrale comprend 26 os formant une structure souple et ondulée. La colonne vertébrale du fœtus et du bébé comprend 33 vertèbres. 9 d entre elles vont fusionner

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Protocole de projet de recherche: Améliorer la radioprotection et les coûts hospitaliers pour certains patients en situation de trauma

Protocole de projet de recherche: Améliorer la radioprotection et les coûts hospitaliers pour certains patients en situation de trauma Protocole de projet de recherche: Améliorer la radioprotection et les coûts hospitaliers pour certains patients en situation de trauma Par Dominic Dauphinais R3 Radiologie En collaboration avec Dre Lecours

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D CAS L Jroundi, M Benrami, A EL Quessar, My R EL Hassani, H Benchaaboune,, N Chakir, N Boukhrissi,, M Jiddane Service

Plus en détail

Tumeurs osseuses en radiographie standard

Tumeurs osseuses en radiographie standard Tumeurs osseuses en radiographie standard Ernestho-ghoud IM, Rakotonirainy OH USFR RHUMATOLOGIE «Après-midi Rhumato», juillet 2014 Objectif Faire la différence entre une tumeur osseuse maligne et une tumeur

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser?

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? MRI negative predictive negative: when and how to use it? M. Asad-syed, S. Ferron, M. Boisserie-Lacroix et G. Hurtevent 3 Mots clés :

Plus en détail

Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne?

Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne? COPACAMU 2011 Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne? Laurent JACQUIN Pôle RUSH, AP-HM. Critères d admission à l UHCD Groupe 1 : Retour à domicile dans les 24 heures Groupe 2

Plus en détail

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES?

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? Marc Marty MD Service rhumatologie Hôpital H Mondor 94 000 Créteil France Section

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Pr. AKHADDAR Service de Neurochirurgie Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V UFR de Neurochirurgie

Pr. AKHADDAR Service de Neurochirurgie Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V UFR de Neurochirurgie Les Spondylodiscites Cours de Pathologie Neurochirurgicale 4 année de médecine 2010-2011 Pr. AKHADDAR Service de Neurochirurgie Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V UFR de Neurochirurgie [Plan] Les

Plus en détail

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Dr Biopsie Corinne du Balleyguier sein guidée par IRM : Technique Service de Radiologie Institut Gustave Roussy,

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

Bach-Segura P, Molho M. Exploration du contenu utérin par tomodensitométrie. SFIPP 2005

Bach-Segura P, Molho M. Exploration du contenu utérin par tomodensitométrie. SFIPP 2005 Scanner du squelette fœtal Protocole de réalisation Le rôle du manipulateur Karim Medjani 1, Brahim Aichaoui 1, Christiane Arduino 1, Kathia Chaumoitre 1, Claude d'ercole 2, Michel Panuel 1 1 Service d'imagerie

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Echographie et Traitements Locaux des Tendinopathies du Genou du cycliste. Dr Gwenaelle Madouas Medecin du Sport Brest

Echographie et Traitements Locaux des Tendinopathies du Genou du cycliste. Dr Gwenaelle Madouas Medecin du Sport Brest Echographie et Traitements Locaux des Tendinopathies du Genou du cycliste Dr Gwenaelle Madouas Medecin du Sport Brest Rappels et généralités sur l échographie et le doppler Examen non ionisant, faible

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu

Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu T. MARTINELLI 1, V. SCOLAN 2, F. PAYSAN 2, D. COLLOMB 1, L. BARRET 1, G.FERRETTI 1 Services de Radiologie 1 et de Médecine Légale 2 CHU -

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

RADIOLOGIE au quotidien. Que retenir pour le praticien généraliste?

RADIOLOGIE au quotidien. Que retenir pour le praticien généraliste? RADIOLOGIE au quotidien Que retenir pour le praticien généraliste? Exemple à critiquer! Cher confrère, Veuillez réaliser chez M. X un scanner abdominal total. Bien confraternellement, Docteur Y La bonne

Plus en détail

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons François Bénard, MD, FRCPC Clinicien-chercheur, Centre de recherche clinique Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Professeur

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives

Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives Dr Daniel Faverly Anatomie Pathologique Laboratoire CMP, CCR et ECWGBSP Auditeur pour Cancer Care

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

Imagerie de l hypotension intracrânienne. Dr Sandrine Molinier CHU de Bordeaux Service de Neuroimagerie du Pr V. Dousset

Imagerie de l hypotension intracrânienne. Dr Sandrine Molinier CHU de Bordeaux Service de Neuroimagerie du Pr V. Dousset Imagerie de l hypotension l intracrânienne Dr Sandrine Molinier CHU de Bordeaux Service de Neuroimagerie du Pr V. Dousset PHYSIOPATH Fuite de LCS par rupture d éd étanchéité des membranes arachnoïdiennes

Plus en détail

TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES

TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES Question Dr Charles- Henri FLOUZAT- LACHANIETTE Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Hôpital Henri Mondor APHP - Créteil 1. TUMEURS OSSEUSES PRIMITIVES

Plus en détail

cas clinique n 3 et 4

cas clinique n 3 et 4 cas clinique cas clinique n 3 et 4 Cas n 3. Bilan d une lombalgie L5 très invalidante. Une IRM est réalisée dans le bilan.interpréter la coupe réalisée en séquence pondérée T2.??? Cas n 4. Bilan d une

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

Imagerie des cancers bronchiques

Imagerie des cancers bronchiques Imagerie des cancers bronchiques Quoi de neuf en 2012? V Servois - Institut Curie Paris AFCOR 2012 Objectif du staging Rôles - Sélectionner les candidats à la chirurgie - Planifier l intervention - Planifier

Plus en détail

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan introduction Le myélome multiple est une affection hématologique caractérisée

Plus en détail

Imagerie médicale. Pathologie Rachis

Imagerie médicale. Pathologie Rachis Imagerie médicale Pathologie Rachis Rachis Rachis cervical 7 vertèbres Rachis thoracique 12 vertèbres Rachis lombaire 5 vertèbres Sacrum / Coccyx I- Rappels Vertèbre anatomiques type 1 Pédicule 2 Processus

Plus en détail

Un cas de DISHphagie

Un cas de DISHphagie Un cas de DISHphagie Homme de 69 ans Dysphagie haute non améliorée malgré une thyroïdectomie pour goitre. Gastroscopie : trajet en chicane de la région de la bouche de Killian, difficultés à l insertion

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi Service d Urolgie, d CHU Habib Bourguiba-Sfax Introduction PNA obstructive: Urgence médico-chirurgicale 31% des urgences chirurgicales

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Cyphose posturale et pathologique

Cyphose posturale et pathologique Cyphose posturale et pathologique Brice Ilharreborde CHU Robert Debré Université Paris VII Introduction Verticalisation = antéversion du bassin Mise en place progressive des courbures 3 mois: port de tête

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement!

testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement! : t i u t a r g t i a Extr testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement! Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur 8 Dossier N 1 2 Mme T, âgée de 65 ans se présente

Plus en détail

EVALUATION de la per1nence des demandes d examen d imagerie lombaire. Nathalie Szapiro Eric Decoux Catherine Cyteval

EVALUATION de la per1nence des demandes d examen d imagerie lombaire. Nathalie Szapiro Eric Decoux Catherine Cyteval EVALUATION de la per1nence des demandes d examen d imagerie lombaire Nathalie Szapiro Eric Decoux Catherine Cyteval 826 demandes analysées 118 radiologues (sur 445 inscrits au RPPS) - 11 cabinets de radiologie

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

Neurochirurgie de précision

Neurochirurgie de précision Neurochirurgie de précision Solutions de Renishaw pour la neurochirurgie stéréotaxique Page 1 Hopitech 2011 - Bordeaux Renishaw la compagnie de la précision et de l innovation - Fondée au Royaume-Uni en

Plus en détail

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL Minimum requis pour l examen : Question Internat 227 : Syndrome de la queue de cheval : diagnostic Objectifs de la Société Française de Neurologie (à titre d exemple des

Plus en détail

Intérêt des biopsies percutanées dans la caractérisation pré opératoire des tumeurs adipeuses et myxoïdes des tissus mous

Intérêt des biopsies percutanées dans la caractérisation pré opératoire des tumeurs adipeuses et myxoïdes des tissus mous Intérêt des biopsies percutanées dans la caractérisation pré opératoire des tumeurs adipeuses et myxoïdes des tissus mous Etude rétrospective de 64 cas à l hôpital de la Conception à Marseille, CAUDAL

Plus en détail

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations UE 2.4 S1 processus traumatiques Les explorations Plan Introduction 1 ère partie : examens non invasifs 1.1. radiologie 1.2. scanner 1.3. IRM 1.4. échographie des parties molles 2 ème partie : examens

Plus en détail

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas.

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. N. Cherif Idrissi El Ganouni1, M. Ouali Idrissi1, O. Essadki1, A. Ousehal1 H. Raïs3, B. Belabidia3, R. Sali2, H. Elidrissi2, 1-Service de radiologie,

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

Les Bougainvilliers 9 allée Lazare Sauvaigo 98000 Monaco Tél. : +377 97 77 89 60 www.imagein.pro

Les Bougainvilliers 9 allée Lazare Sauvaigo 98000 Monaco Tél. : +377 97 77 89 60 www.imagein.pro Vous allez avoir une infiltration SOUS RAYONS X (TDM OU RADIOGRAPHIE) DE CORTISONE Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé une intervention radiologique. Elle sera pratiquée avec votre consentement.

Plus en détail

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE Professeur F. JOFFRE La prise en charge d un patient passe largement par la réalisation d un ou plusieurs examens d imagerie. Ceci implique une connaissance

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail