-A- -B- Bassin d Education et de Formation Brevet d'études professionnelles Brevet de Technicien Supérieur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "-A- -B- Bassin d Education et de Formation Brevet d'études professionnelles Brevet de Technicien Supérieur"

Transcription

1 1

2 LEXIQUE DES SIGLES Tous les sigles du SPF sont explicités lors de leur première apparition dans le texte. 276 (contraction entre 27 et 76, les deux composantes de la Haute-Normandie) : cadre pour le partenariat de la Région et des 2 départements de Haute-Normandie. Agence de Développement pour l Environnement et la Maîtrise de l Energie Association pour la Formation Professionnelle des Adultes Accueil Information et Orientation Agence Régionale pour l Environnement de Haute-Normandie Association régionale des missions locales Animateurs (informatique) de Secteur Bassin d Education et de Formation Brevet d'études professionnelles Brevet de Technicien Supérieur -A- ADEME AFPA AIO AREHN ARML AS -B- BEF BEP BTS -C- CAP Certificat d'aptitude Professionnelle CDC Caisse des Dépôts et Consignations CEAP Centre d Enseignement Agricole Privé CFA Centre de Formation par Apprentissage CFA-CFPPA Centre de Formation par Apprentissage - Centre de Formation Professionnelle pour Adultes CPER Contrat de Plan Etat Région CPGE Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles CRCI Chambre Régionale du Commerce et de l Industrie CRDP Centre Régional de Documentation Pédagogique CRED Contrat de Réussite Educative Départemental CREFOR Centre de Ressources Emploi FORmation CRIHAN Centre de Ressources Informatiques de Haute-Normandie CRIJ Centre Régional Information Jeunesse -D- DP3 DP6 DRAAF DRAC DRAM DRASS DRDJS DREAL DRTEFP DUT -E- EdDD EMAT EMI EMOP EPLE EPR EPS EREA Découverte Professionnelle de 3 heures Découverte Professionnelle de 6 heures Direction Régionale de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt Direction Régionale des Affaires Culturelles Direction Régionale des Affaires Maritimes Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales Direction Régionale Jeunesse et Sports Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement Direction Régionale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle Diplômes Universitaires de Technologie Etablissement du Développement Durable Equipes Mobiles d Agents Territoriaux Equipes Mobiles Informatiques de la Région Equipes Mutualisées d'ouvriers Professionnels Etablissement Public Local d Enseignement centrale nucléaire de 3ème génération Education Physique et Sportive Etablissements Régionaux d Enseignement Adaptés 2

3 FLE FONGECIF -F- -G- GPEC -I- INSEE LP Français Langue Etrangère Fonds de Gestion du Congé Individuel de Formation Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques Lycée d Enseignement Général et Technologique Loi d'orientation pour l'aménagement et le Développement Durable du Territoire du 25 juin 1999 Lycée Professionnel Ministère de l Alimentation, de l Agriculture et de la Pêche Ministère de l Education Nationale Maison Familiale et Rurale d éducation et d orientation Maîtrise d Ouvrage Mandatée Programme Annuel de Performance Plan Climat Energies Post-baccalauréat Programme Pluriannuel d Investissement Personnes Ressources (informatique) du Rectorat Plan Régional de Développement des Formations professionnelles Projet Régional pour l Enseignement Agricole -L- LEGT LOADDT -M- MAAP MEN MFREO MOM -P- PAP PCE Post-bac PPI PR PRDF PREA -R- RAI Relais d Assistance Informatique RP 2006 Recensement de la Population 2006 RS Rentrées Scolaires -S- SAIO SEGPA SPRESER SRADT SUBANOR -T- TICE TTC -U- UPI UT -Z- ZEP Service Académique d Information et d Orientation Section d Enseignement Général à Pédagogie Adaptée Service des Prévisions Statistiques et d Etudes Rectorales Schéma Régional d Aménagement du Territoire Suivi des BAcheliers NORmands Technologies de l Information et de la Communication appliquées à l Education Toutes Taxes Comprises Unité Pédagogique d Intégration Unité Territoriale Zone d Education Prioritaire 3

4 Introduction La loi du 13 août 2004 affirme le rôle de la région dans la définition du schéma prévisionnel des formation Défini à l article L du Code de l Education, le SPF est un document prévisionnel à caractère réglementaire établi par le Conseil Régional en concertation avec le Rectorat, les Conseils Généraux, la Direction Régionale de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt (DRAAF). Le Conseil Régional associe également les représentants désignés par les établissements d'enseignement privés sous contrat à l'élaboration du schéma prévisionnel des formations. Le SPF organise la formation initiale (collèges, lycées, établissements d'éducation spéciale, lycées professionnels maritimes, établissements d'enseignement agricole visés à l'article L et L du code rural) en tenant compte des orientations fixées par le plan national. Le SPF concerne donc l ensemble des formations initiales sous statut scolaire du secondaire, qu elles soient dispensées dans un établissement public ou privé sous contrat. Il exclut donc l enseignement supérieur et l apprentissage. L adoption du SPF encadre par ailleurs le Programme Pluriannuel d Investissement (PPI) des Départements et Régions (Article L213-1 et L214-5 du Code de l Education). La loi stipule que le SPF fixe les objectifs à atteindre en matière de formation dans les collèges et les lycées de chaque région et que le Conseil Régional en est le pilote. Pour autant, en ce domaine, nombre de paramètres relèvent des fonctions régaliennes de l Etat. il en va ainsi des modalités de l enseignement secondaire en France, du contenu des programmes scolaires, de la structure de l offre de formation de chaque établissement scolaire, de l attribution des moyens humains (personnels enseignants et éducatifs, administratifs et de direction) qui en découlent. L ambition du SPF consiste à garantir, sur la durée, la cohérence des décisions des différents acteurs qui œuvrent pour la réussite éducative de l élève et l organisation de l offre de formation sur le territoire haut-normand, et à mettre en place un dispositif de pilotage associant tous les acteurs, qui soit simple à animer et complémentaire des instances de pilotage préexistantes. Un schéma qui s appuie sur des partenariats étroits De part son cadre juridique, le SPF associe l ensemble des partenaires institutionnels impliqués dans le champ de la formation initiale sous statut scolaire. Si la Région en est le pilote, elle se doit d intégrer dans la définition du SPF, les logiques et les axes de développement de ces derniers. Outre le pilotage commun, mis en place dès l origine du projet, le SPF de Haute- Normandie s appuie sur les outils développés avec ou par ses partenaires : les deux départements de l Eure et de la Seine-Maritime, le Rectorat et la DRAAF. 4

5 le 276 (contraction entre 27 et 76, les deux composantes de la Haute-Normandie) : un cadre pour le partenariat avec les départements Depuis septembre 2004, les Départements et la Région ont mis en place une nouvelle méthode de travail fondée sur la mise en commun des moyens et des énergies, autour des valeurs partagées de solidarité et de justice. Il en résulte des politiques plus complémentaires et cohérentes, une équité de traitement entre les citoyens, une plus grande efficacité et une meilleure utilisation de l argent public. Le 276 représente: - un projet politique pour les 3 collectivités de Haute-Normandie au travers de schémas et de plans, établis en totale collaboration, qui dessinent les grandes lignes directrices du futur sur certaines thématiques - un contrat regroupant un vaste programme d actions financées de manière concertée à hauteur de 591 millions d euros pour la Région, 453 millions d euros pour le Département de Seine-maritime et 188 millions d euros pour le Département de l Eure - un ensemble de dispositifs développés en commun autour, notamment, de l emploi, du développement durable, du sport et de la culture le Rectorat de Rouen et son projet académique Le projet académique a pour objet de fixer les ambitions de l Education Nationale, sur le territoire de l Académie de Rouen, en cohérence avec les orientations nationales du ministère de tutelle, les politiques interministérielles et les politiques des collectivités territoriales. Ce document vise à affirmer l identité de l Académie auprès de tous ses partenaires (collectivités territoriales, parents d élèves, élus ) voire plus largement de la population haut-normande et aussi à fédérer l ensemble de la communauté éducative. Il s attache à décliner, au niveau de l Académie, les grands enjeux pédagogiques et de pilotage du système éducatif du plan national en ciblant les objectifs prioritaires. Rappelant les missions propres de l Education Nationale, ce document de référence apporte au SPF, un élément de réflexion sur les priorités à développer en cohérence avec le Rectorat. la DRAAF et son Projet Régional pour l Enseignement Agricole (PREA) Pendant du Projet Académique Rectoral pour l enseignement agricole, le PREA constitue une démarche de projet, concertée et participative se déclinant en plans pluriannuels : , puis Il détermine les objectifs de développement et d évolution de l enseignement agricole autour de ses 5 missions que sont la formation des publics, leur insertion scolaire, sociale et professionnelle, l animation et le développement des territoires, l expérimentation- recherche et la coopération internationale. Le PREA fixe une feuille de route déclinant les orientations nationales pour chaque région. Il a pour but d accompagner les équipes pédagogiques dans la construction de leur projet d établissement. Ainsi, le PREA est un outil qui permet de : - consolider les marques de l enseignement agricole - projeter l enseignement agricole dans la modernité - assurer la cohérence d un ensemble de structures riches de leur diversité 5

6 Le PREA s articule autour de trois axes : le choix de la qualité, la nécessité de l innovation, l adaptation du pilotage. Les objectifs du SPF ont été élaborés au cours d une démarche de réflexion et de concertation menée avec l ensemble des partenaires institutionnels qui viennent d être présentés. L annexe 1 retrace l évolution de ces travaux qui se sont déroulés sur les années 2007 et Le SPF s articule de manière complémentaire avec les autres schémas régionaux Le SPF s inscrit en cohérence avec les différents schémas régionaux : le Schéma Régional d Aménagement du Territoire (SRADT) et le Plan Régional de Développement des Formations professionnelles (PRDF). Le SRADT constitue la matrice des politiques de la Région Le SRADT, Schéma Régional d'aménagement et de Développement du Territoire, a été institué en 1995 et repris dans la loi d'orientation pour l'aménagement et le développement durable du territoire du 25 juin 1999 (LOADDT). Ce cadre législatif définit le SRADT comme un document d'orientation stratégique pour le territoire régional à un horizon de 15 à 20 ans qui permet de mettre en perspective les différentes compétences qui s'exercent sur ce territoire. Le SRADT de la Région Haute Normandie, adopté le 11 décembre 2006 exprime les priorités régionales à l horizon Il a constitué le cadre de référence pour la négociation des programmes contractualisés avec l'etat, d'une part, mais aussi avec les autres collectivités locales ou leurs groupements. Dans son objectif principal, l axe 1 du SRADT s intéresse au processus de formation en tant que fondement de l épanouissement des individus et du développement régional. Il fixe notamment 6 objectifs opérationnels qui ont constitué les lignes directrices de la réflexion sur le SPF : - l éducation et la formation comme vecteurs de citoyenneté et d épanouissement personnel tout au long de la vie - l amélioration du niveau global de connaissances et incitation des jeunes et des adultes à aller plus loin dans leur formation et leur qualification - l amélioration de l offre de formation dans un souci d équité territoriale et de renforcement de l attractivité régionale - l ouverture de la formation sur l international et pratique renforcée des langues vivantes dans l enseignement secondaire et supérieur comme dans la formation continue - l adaptation de l appareil de formation à l évolution des métiers et aux secteurs potentiellement créateurs d emploi - le rapprochement entre formation et sphère économique. Ces 6 objectifs opérationnels sont assortis d indicateurs d évaluation qui ont fait l objet d un «état zéro» et sont alimentés par tous les acteurs institutionnels. Certains de ces indicateurs constituent une première base d évaluation des axes développés dans le SPF (voir annexe 2). 6

7 Le PRDF, au titre de la formation professionnelle, et le SPF, au titre de la formation initiale, se complètent pour définir la politique de formation en région Le PRDF a pour objectif de permettre un développement cohérent de l ensemble des filières de formations professionnelles. Il vise à prendre en compte les réalités économiques, de manière à assurer les meilleures chances d accès ou de retour à l emploi et de progression professionnelle des jeunes et adultes. Il définit également les priorités relatives à l'information, à l'orientation et à la validation des acquis de l'expérience. Bien que tournés vers des secteurs de formation différents, ces deux schémas se rejoignent pour couvrir, tous deux, le champ de la formation professionnelle initiale sous statut scolaire. Si la portée de chaque document ainsi que leurs problématiques de travail ne sont pas tout à fait les mêmes, les objectifs qu ils se fixent doivent aller dans le même sens et se développer en totale complémentarité. Dans un souci de cohérence et d efficacité des actions à mener pour la formation initiale, le SPF s est appuyé sur la comitologie du PRDF pour le pilotage de la carte des formations dans les lycées et a repris les conclusions du travail engagé à partir de 2004, s accordant sur la nécessité d accompagner : - l élévation des niveaux de qualification, - l amélioration de l insertion professionnelle des jeunes, - les évolutions de l économie régionale. Par ailleurs, la définition d un Service Public Régional de la Formation contribuera à mieux appréhender les principes et les objectifs des politiques régionales en la matière. Le précédent schéma a servi de point d appui à l intervention des collectivités dans le champ éducatif Une politique d investissement volontariste ciblée sur la mise à niveau des équipements et l amélioration des conditions matérielles d enseignement et de vie au lycée avait été mise en œuvre dans le cadre du précédent SPF. (voir bilan en annexe 3) Par ailleurs, le SPF avait initié l intervention des collectivités dans le champ éducatif. Deux grandes priorités avaient été dégagées : œuvrer pour la réussite individuelle et scolaire des jeunes renforcer la relation école/monde professionnel Des initiatives avaient alors été proposées et des actions mises en place autour de ces priorités. Certaines ont été inscrites dans la durée, dès 1999, dans le cadre du Contrat de Plan Etat Région (CPER ) et de son volet consacré à l information, l orientation, la lutte contre l échec, l accompagnement des jeunes inscrits en filière professionnelle ou technologique. Ainsi, des aides financières et matérielles ou des dispositifs de renforcement de l apprentissage des langues et des initiatives régionales en matière d accompagnement éducatif ont été déployés en appui et en complément des actions rectorales. Depuis lors, des politiques plus structurantes se sont construites : notamment en terme d orientation avec la création de la Cité des métiers, le suivi des parcours des jeunes portant notamment sur l étude du Suivi des Bacheliers Normands (SUBANOR), un soutien à la recherche de stages en entreprise avec la mise en place du dispositif «Atoustages». 7

8 Depuis 3 ans, de nombreuses actions en faveur des pratiques culturelles et sportives ou encore l apprentissage des langues avec le dispositif «Région Langues» bénéficient à un nombre croissant de lycéens haut-normands. Les enjeux du SPF Le SPF poursuit un objectif d élévation des niveaux de qualification En réponse aux difficultés économiques et à la forte montée du chômage, le SPF s inscrit dans un objectif d élévation des niveaux de formation, de mise en cohérence des formations générales, technologiques et professionnelles, en lien avec les évolutions démographiques et le développement économique et social. Malgré une amélioration par rapport à la situation de 1996, certains indicateurs économiques reflètent plus que jamais les difficultés structurelles rencontrées sur le territoire auxquelles s ajoute une conjoncture défavorable à l emploi et à l économie que le SPF a pour ambition d aider à surmonter 1. Les indicateurs en terme de réussite scolaire et d élévation des qualifications laissent entrevoir également des pistes d améliorations pour les partenaires du SPF, notamment en ce qui concerne l élévation du niveau de qualification des haut-normands. Deux indicateurs sont au cœur des réflexions du SPF et s ils permettent de mesurer le chemin parcouru, ils fixent également les ambitions pour l avenir du SPF en termes d élévation des qualifications: - le taux d accès au baccalauréat (toutes séries confondues) s élevait à 59,60 % en 2003, 63,80 % en 2007 et 64,3 % en 2008 contre 62,50 %, 64 % et 63,6 % au niveau national 2 - le taux d accès en enseignement supérieur de 68,4 % en Haute-Normandie contre 73,8 % au niveau national en 2008 ². Le SPF entend développer une politique de formation permettant la mise en synergie des politiques de l Etat et des collectivités Le SPF n empiète nullement sur l exercice des compétences propres à chaque partenaire. En ce qui concerne les compétences conservées par l Etat, ce dernier demeure seul responsable concernant : - les contenus des formations - l attribution des moyens humains notamment en matière d affectation des enseignants 1 Si le taux de chômage des jeunes diminuait de manière constante jusqu en 2008, la part des ans à la recherche d un emploi demeure élevée en Haute-Normandie par rapport à la moyenne nationale. Ainsi, 29,10 % des ans, contre 24,10 % au niveau national, étaient demandeurs d emploi lors du recensement de Au premier trimestre 2009, ce taux n est plus que de 21,9 % en Haute-Normandie ; toutefois, l écart avec le niveau national (17,3 %1) reste important. [Source Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE)] La récession qui traverse le pays devrait avoir des effets sur l emploi jusqu à la fin 2010 voire début 2011, touchant en priorité l industrie, (automobile en particulier) et l intérim, secteurs importants de l économie régionale.[source : note de conjoncture septembre 2009 CREFOR] 2 Source Projet Académique PAP 2007, et actualisation 2008 par le SPRESER (mélusine) 8

9 - le maillage territorial des formations par le biais des ouvertures et fermetures de classes - les choix de réforme du gouvernement. En ce qui concerne les collectivités partenaires, la définition des axes d intervention et des choix d investissement appartient à chaque exécutif. Le SPF se veut projet politique commun aux collectivités locales et services de l Etat en région. Il représente un socle partagé de constats et d objectifs d évolution qui assure la mise en synergie des forces de chacun. Le SPF concourt à l aménagement équilibré du territoire éducatif régional et à l optimisation des investissements Les collectivités souhaitent que leurs efforts d investissement en matière de formation se traduisent en résultats tangibles concernant la réussite des jeunes dans leur scolarité mais également dans leur parcours professionnel tout au long de la vie. Le SPF se donne pour ambition, au travers d une commission «démographie scolaire» regroupant les autorités académiques et les collectivités territoriales, d analyser les évolutions attendues du public à scolariser, afin d améliorer l anticipation des besoins en formation. Cette action de pilotage de la carte des formations, en appui des analyses développées au sein du PRDF, servira à optimiser le déploiement des infrastructures, des équipements et des personnels techniques des EPLE. Le SPF : un outil dédié aux élèves et à leur réussite L élève est le bénéficiaire ultime de l école : il s y forme à devenir le citoyen éclairé qui pourra agir dans notre société et la ressource humaine qui concourra à la richesse du pays. Tout investissement public, qu il vienne des collectivités ou de l Etat, est, «in fine», au service de cet acteur central. Dans le cadre des travaux d élaboration du SPF, une première étape a consisté à clarifier la capacité d intervention de chaque institution impliquée dans le système éducatif régional, mise au service de l enjeu de la réussite. Ces constats établis, le partage des objectifs à poursuivre sur le territoire haut-normand a pu s opérer. Compte tenu de la situation académique, Collectivités et Etat doivent œuvrer à : permettre l accès de tous à l école et aux compétences de base limiter les sorties du système éducatif sans qualification et le décrochage scolaire favoriser la poursuite d études et l augmentation générale du niveau de qualification et de formation Le SPF vise l exemplarité de l outil de formation en région, Le SPF s attache en particulier à l exploration de trois problématiques transversales au sein de l appareil de formation, en direction des établissements et des équipes éducatives, identifiées pour leur capacité à répondre aux impératifs d évolution de notre société : le développement durable. la lutte contre les discriminations. l accès aux nouvelles technologies. 9

10 Le SPF participe d une logique de développement éducatif des élèves Il s agit en outre pour les partenaires du SPF de favoriser la prise en compte de ces thématiques dans toutes leurs politiques éducatives en direction des élèves. En lien avec les compétences des collectivités, et dans le respect des prérogatives des services de l Etat, le SPF entend favoriser le développement éducatif des élèves en valorisant des actions et des projets tournés vers le développement durable, la lutte contre les discriminations, l accès aux nouvelles technologies ou la pratique des langues étrangères. 10

11 SOMMAIRE LEXIQUE DES SIGLES 2 INTRODUCTION 4 La loi du 13 août 2004 affirme le rôle de la région dans la définition du schéma prévisionnel des formation 4 Un schéma qui s appuie sur des partenariats étroits 4 Le SPF s articule de manière complémentaire avec les autres schémas régionaux 6 Le précédent schéma a servi de point d appui à l intervention des collectivités dans le champ éducatif 7 Les enjeux du SPF Axe 1 : Conditions de réussite éducative des Haut-Normands : une approche structurante du rôle des collectivités Attributions, compétences et investissements des collectivités en faveur des établissements d enseignement secondaire de Haute-Normandie Rappel du contexte légal donnant compétence aux collectivités territoriales pour intervenir dans le domaine éducatif Depuis plus de vingt ans, la législation n a cessé de confirmer le rôle des collectivités dans le domaine de l éducation Les conséquences directes de cette réforme des compétences en Haute-Normandie : 15 De nouveaux personnels à gérer : un défi relevé par les collectivités au travers du La loi du 13 août 2004 implique des modifications substantielles des rapports entre l EPLE et les collectivités territoriales : 16 La loi du 13 août 2004 fait évoluer le rôle et les modalités de travail des personnels techniques des collèges et des lycées Les établissements d enseignement secondaire en Haute-Normandie Les investissements des collectivités traduisent leur implication dans le financement des établissements relevant de leur compétence Les dépenses d investissement La dotation de fonctionnement Impulsion d une nouvelle dynamique dans les établissements scolaires Faire de l EPLE un lieu d enseignement mais également un lieu de vie Amélioration des équipements mis à disposition des élèves au sein des établissements Le SPF entend promouvoir l adaptation des locaux pour optimiser l accueil des élèves dans le cadre de la carte des formations Une priorité : l accueil des élèves en situation de handicap au sein de l école Adaptation des locaux scolaires Accompagner l Enseignement Adapté Améliorer la communication entre la collectivité et les EPLE La croissance verte : une préoccupation transversale pour les politiques éducatives territoriales Prise en compte des préoccupations environnementales auprès des établissements : une politique volontariste Accompagnement à la sensibilisation des élèves Accompagnement des établissements 33 11

12 1.2.5 L accès aux Technologies de l Information et de la Communication appliquées à l Education (TICE) : une priorité pour les deux Départements et la Région Un parc informatique riche et une infrastructure renouvelée Favoriser l intégration des TICE dans le système d enseignement Une plate-forme d assistance informatique des lycées : e-care Politiques d accompagnement éducatif : la plus-value des collectivités Concourir à l épanouissement des élèves par des actions en faveur des pratiques sportives, culturelles ou citoyennes Promouvoir l ouverture internationale Miser sur l apprentissage des langues Faciliter la mobilité internationale Mener une politique forte en faveur de l orientation Améliorer la connaissance du monde professionnel Favoriser la réflexion des acteurs de l orientation (Fiche action PRDF) Valoriser et faire connaître les filières de formation Favoriser l égalité filles/garçons dans l orientation Faciliter l insertion professionnelle future des jeunes et la poursuite d études Favoriser les contacts avec le monde économique Favoriser le partenariat avec les établissements d enseignement supérieur Lutter contre l échec et le décrochage scolaires avec davantage de lisibilité Alléger la charge financière des familles 46 AXE 2 : La carte régionale des formations : pilotage et accompagnement Identifier les caractéristiques régionales La démographie de la Haute-Normandie implique une politique forte en direction des jeunes : Des résultats aux examens qui évoluent positivement mais qui restent globalement inférieurs à la moyenne nationale Un niveau de qualification de la population plus faible que la moyenne nationale mais qui progresse Une économie régionale à consolider et diversifier Observer la démographie scolaire : une évolution d effectifs en voie de stabilisation sur les 6 prochaines années Bilan démographique actuel Répartition des effectifs Evolution démographique depuis Effectifs Education Nationale (public) Effectifs enseignement privé sous contrat avec l Education Nationale Effectifs enseignement agricole (Public et Privé) Effectifs enseignement maritime Prospectives démographiques à prendre en compte (Source SPRESER) Etablissements publics de l Education Nationale Enseignement privé sous contrat avec l Education Nationale Enseignement maritime Optimiser l investissement des collectivités et leur accompagnement des établissements Etre au plus proche des besoins du territoire dans les services décentralisés Développer les échanges participatifs avec les établissements visant la qualité et l optimisation du service public Disposer d une gestion patrimoniale rationalisée Développer la mutualisation des équipements entre établissements 63 12

13 2.4. Le pilotage de la carte des formations Une offre pilotée par l analyse des flux d élèves Une commission «démographie scolaire» à mettre en œuvre pour affiner la connaissance des acteurs Une carte scolaire à disposition des acteurs pour agir sur les équilibres de territoire _ Un pilotage qui intègre les réformes impulsées par l Etat La rénovation de la voie professionnelle ; une réforme effective réforme du lycée général et technologique : une réforme à venir Un pilotage qui traduit les ambitions socio-économiques du territoire Valoriser les filières générales et technologiques Valoriser la poursuite d études supérieures Elever les niveaux de qualification dans la voie professionnelle Une offre de formation pilotée en cohérence avec l activité économique du territoire Le PRDF : un pilotage à l écoute de besoins du territoire Les grands projets d infrastructure : une opportunité de développement économique à saisir 76 CONCLUSION 78 1 ) Le SPF est un document vivant qui s inscrit dans une dynamique d ensemble 78 2 ) Le SPF constitue un document charnière 78 3 ) Le SPF s inscrit dans une démarche collaborative 79 4 ) L apport de la commission «démographie scolaire» 80 ANNEXES 81 Démarche 82 Indicateurs du SRADT Axe 1 : la formation et la connaissance, ou l homme au cœur du développement 84 Bilan des opérations PPI en matiere de lycées 87 Cartographie des lycées Haut-Normands 91 Role des instances du SPF et du PRDF 94 13

14 Axe 1 : Conditions de réussite éducative des Haut-Normands : une approche structurante du rôle des collectivités 1.1 Attributions, compétences et investissements des collectivités en faveur des établissements d enseignement secondaire de Haute- Normandie Rappel du co ntexte légal donnant compétence aux collectivités territoriales pour intervenir dans le domaine éducatif Depuis plus d e vingt ans, la législation n a cessé de confirmer le rôle des collectivités dans le domaine de l éducation. Les lois de décentralisation de 1983 et 1985 posent les premières bases d un exercice partagé entre trois acteurs. L acte II des lois de décentralisation ou loi du 13 août 2004 est venue renforcer les prérogatives des collectivités : 1- L Etat est responsable du service public de l enseignement à tous les degrés. il détermine les voies de formation, la fixation des programmes, l organisation et le contenu des enseignements il définit et délivre les diplômes il recrute et gère les personnels de direction, les enseignants, les personnels d éducation et les personnels techniques et de santé 2- La collectivité territoriale est responsable des bâtiments des lycées publics pour les Régions, des collèges pour les Départements, et alloue les subventions de fonctionnement. elle construit, restructure et rénove, entretient les bâtiments elle équipe les lycées ou les collèges elle octroie des crédits de fonctionnement depuis la loi du 13 août 2004, elle assure, la gestion des services d accueil, de restauration, d hébergement, à l exception des missions d encadrement et de surveillance des élèves en corollaire, elle est devenue responsable de la gestion des personnels mettant en œuvre les services liés au cadre de vie des établissements (entretien général et technique, accueil, restauration et hébergement) de même, elle devient propriétaire pleine et entière des établissements de sa compétence les Départements sont en outre responsables de l organisation des transports scolaires qu ils relèvent du collège ou du lycée Le dispositif de planification scolaire procède de l exercice conjoint des compétences que se partagent l Etat et les collectivités territoriales. Il ne serait, en effet, pas envisageable qu une formation puisse être ouverte dans un établissement si les moyens humains nécessaires à son fonctionnement ne sont pas dégagés par l Etat, si cet enseignement ne trouve pas de locaux équipés par la collectivité ou encore si aucun transport public existant ne permet aux élèves de s y rendre. 14

15 3- L Etablissement Public Local d Enseignement (EPLE), qu il s agisse d un lycée ou d un collège, est chargé, en tant que service de l Etat, d assurer le service public de l enseignement. A ce titre, il bénéficie d une autonomie juridique et financière. Le conseil d administration prend des délibérations relatives au fonctionnement de l établissement. Le chef d établissement élabore son projet d établissement, sa structure pédagogique, son budget (notamment à partir des dotations données par les autorités de tutelles) qu il soumet à l approbation de son Conseil d administration il doit assurer l entretien courant des locaux en s appuyant sur les personnels mis à disposition par la collectivité il gère le fonctionnement de l établissement Les conséquences directes de cette réforme des compétences en Haute-Normandie : D un point de vue purement comptable, l acte II de la décentralisation s est traduite en terme de transferts de personnel par la reprise de agents techniciens ouvriers et de services transférés à la Région, de 920 agents techniciens ouvriers et de services transférés au Département de Seine-Maritime et 475 au Département de l Eure. Cette situation nouvelle a été à l origine de la création de nouvelles formes d organisation du travail à l intérieur des collectivités, favorisant l émergence d équipes mobiles, et entre collectivités, via l initiative du 276. De nouveaux personnels à gérer : un défi relevé par les collectivités au travers du 276 Les responsabilités de recrutement et de gestion des personnels techniques incombant également à la Région et aux deux Départements, une solution originale a été trouvée en Haute-Normandie, obtenant le Grand prix du management public par le groupe Le Moniteur en mars 2007, à l occasion du Salon de l emploi public à Paris. Ainsi, dans le cadre du dispositif 276, il a été décidé d organiser une gestion commune de cette responsabilité. la Région pilote la formation continue des personnels techniques le Département de Seine-Maritime développe l outil informatique de signalement d absence, de gestion des remplacements et de bourse à l emploi et à la mobilité 276 le Département de l Eure définit le socle commun de prestations d action sociale à leur destination. De fait, une plate-forme de recrutement a été créée, à partir d un vivier unique de remplacement, pour organiser les recrutements et/ou les remplacements d agents en arrêt maladie, que les postes soient ouverts en collège ou en lycée, dans les plus brefs délais. Chaque collectivité a défini ses propres modalités d affectation dans les EPLE. Ainsi, la Région a mis en place un plan triennal permettant d aboutir à une clé de répartition équitable et transparente entre EPLE. Le plan triennal intègre la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) en ce sens que la dotation en personnels, calculée pour chaque lycée, est définie par domaine de compétence, par grade et par fonction. Par ailleurs, la Région, le Département de Seine-Maritime et le Département de l Eure se sont fortement investis sur les ressources humaines mises à disposition des établissements dans le cadre du

16 Cet investissement s est traduit par l acquisition de matériels et de véhicules à disposition des agents, par une augmentation sensible des rémunérations, marquant la reconnaissance du professionnalisme de ces personnels ; par la mise en œuvre d une politique sociale d écoute et d examen des conditions de travail de ces agents ; par la définition conjointe des métiers ou fonctions indispensables et des formations ou qualifications à mettre en œuvre, prolongées dernièrement par l élaboration d itinéraires de formation, fléchant un parcours conseillé pour chaque métier. La loi du 13 août 2004 implique des modifications substantielles des rapports entre l EPLE et les collectivités territoriales : Désormais pour l exercice des compétences incombant à la collectivité de rattachement, le Président du Conseil Régional ou du Conseil Général s adresse directement au chef d établissement. Il lui fait connaître les objectifs fixés par la collectivité de rattachement et les moyens que celle-ci alloue à cet effet à l établissement. De fait, il recrute, remplace et gère la carrière des personnels techniques qu il rattache à l établissement. Le chef d établissement est chargé de mettre en œuvre les objectifs et de rendre compte de l utilisation de ces moyens auprès de sa collectivité de référence. Il encadre et organise le travail des personnels techniques placés sous son autorité. Il assure la gestion du service de demi-pension conformément aux modalités d exploitation définies par la collectivité compétente et déploie les moyens dévolus à la fonction d accueil. La loi du 13 août 2004 fait évoluer le rôle et les modalités de travail des personnels techniques des collèges et des lycées L évolution de la relation de travail entre le chef d établissement et la collectivité implique de réfléchir aux missions des personnels des collectivités agissant au sein des établissements. Ces personnels sont, comme le rappelle l article 82, «membres de la communauté éducative» et «concourent directement aux missions du service public de l'éducation nationale». 1 - Les Personnels Techniques exerçant en Collège ou en Lycée sont responsabilisés sur leur rôle éducatif Ayant la responsabilité de nouveaux personnels, les collectivités ont souhaité affiner leur connaissance des missions et typologies de métiers qui leur étaient tranférées et organiser un dispositif de formations continue. Les établissements disposent de personnels mis à disposition par la Région et les Départements dans les domaines suivants : bâtiment (maintenance, réhabilitation, rénovation ), hygiène et entretien des locaux, restauration et accueil. Enfin, les lycées et certaines Sections d Enseignement Général à Pédagogie Adaptée (SEGPA) disposent également de personnels dans deux domaines spécifiques : - Traitement du linge : ces opérations étaient effectuées au sein des établissements. La Région a décidé de mutualiser ces postes par secteur sur le territoire afin de pérenniser ces missions de services public et d optimiser ces fonctions. - Tenue des magasins : cette fonction est conditionnée à l existence d un atelier pédagogique lié à une formation professionnelle ou technologique dans l établissement. Ces personnels sont amenés à gérer les stocks des matériaux et préparer les commandes. 16

17 Au delà de la seule définition des fonctions des agents, il convient également de réfléchir au rôle d accompagnement éducatif que les collectivités souhaitent voir confier à leurs agents dans le cadre de leurs attributions que sont l accueil, la restauration et l hébergement. Par leurs métiers et leur pratiques quotidiennes, les personnels techniques des collèges et des lycées participent de la communauté éducative. Ils sont pleinement concernés par les questions de citoyenneté ou d environnement dans leur champ de compétence. Ils ont ainsi de réelles capacités à : - sensibiliser les élèves aux règles de vie en communauté, contribuant ainsi à la réduction des incivilités et au sentiment de sécurité au sein des établissements, - participer à l éducation à l hygiène alimentaire Objectif : mener des actions de formation des agents techniques des EPLE autour de l accueil du handicap, de la sensibilisation au développement durable, 2 - Equipes Mobiles d Agents Territoriaux (EMAT) : Les EMAT sont issues des Equipes Mutualisées d'ouvriers Professionnels (EMOP), antérieures à 2004, la réflexion initiée par la loi du 13 août 2004 a conduit à la pérennisation de ces équipes mobiles qui réalisent des travaux de réhabilitation et de rénovation des locaux en collège et lycées.. Les EMAT sont au nombre de 13 comprenant 12 équipes du secteur bâtiment (maintenance des bâtiments, agencement intérieur et électricité sur les lycées et par convention avec le 276 sur les collèges) et 1 équipe lingerie (traitement du linge des lycées et de certains collèges). Elles se composent de 2 à 5 personnes. Pour la gestion de ces équipes, deux contrôleurs de travaux ont été recrutés par la Région au début du deuxième semestre Ces équipes rassemblent des agents disposant de compétences et de matériels spécifiques permettant de répondre aux besoins des établissements voisins en complément des missions des agents techniques affectés tout au long de l année scolaire. Elles interviennent de manière ponctuelle pour ce qui concerne les travaux et tout au long de l année pour ce qui concerne la lingerie. Les EMAT du secteur bâtiment exercent des missions sur l entretien général et technique ainsi que sur l amélioration du patrimoine immobilier et des équipements des établissements dont chaque collectivité a la charge. Les corps de métiers les plus représentés au sein des équipes sont la peinture, la maçonnerie, le cloisonnement, la plâtrerie, la plomberie et l électricité. Afin de répondre au mieux aux demandes des établissements, chaque équipe est basée dans un établissement public local d enseignement, appelé établissement support, dont le champ d intervention est défini géographiquement (tout établissement situé à moins de 45 minutes de transport). 3 - Equipes Mobiles Informatiques (EMI) : En sus des EMAT traditionnelles et depuis 2007, la Région a créé 5 Equipes Mobiles Informatiques. Celles-ci interviennent dans les lycées relevant de la zone géographique à laquelle elles sont assignées : Rouen, Evreux, Le Havre, Dieppe et Pays de Bray. 17

18 Les agents des EMI ont pour missions : de maintenir en état de bon fonctionnement les systèmes informatiques pédagogiques des EPLE de coordonner et suivre les interventions dans les lycées de déploiement de matériel, de logiciels, de maintenance et extension des réseaux de collège de conseiller et accompagner les établissements dans la définition de leurs besoins d aider et informer les agents de maintenance informatique dans les EPLE 18

19 1.1.2 Les établisse ments d enseignement secondaire en Haute-Normandie Actuellement, on dénombre 328 établissements d enseignement secondaire en Haute-Normandie. Le Département de Seine-Maritime compte 135 collèges dont 111 sont des établissements publics et 24 des établissements privés sous contrat. 19

20 Le Département de l Eure, quant à lui, en dénombre 67, dont 56 sont publics et 11 privés sous contrat. La Région compte, pour sa part, 126 lycées et établissements assimilés. Ce parc se décompose comme suit : 84 lycées publics dont 1 lycée maritime et 6 lycées agricoles 3 établissements d enseignement adapté 30 lycées privés sous contrat d association avec l Etat dont 2 agricoles (et un Centre d Enseignement Agricole Privé CEAP) 9 Maisons Familiales et Rurales d éducation et d orientation (MFREO) Les 84 lycées publics et les 3 établissements d enseignement adapté relevant de la responsabilité de la Région représentent m² de locaux (surface estimée au 10 septembre 2009). 20

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Points clés n Le projet de loi de finances 2014 donne au ministère de l éducation nationale les moyens de mettre en œuvre la

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence 2009-2012 PROGRAMME D URGENCE Ensemble pour l école de la réussite 2009-2012 ESPACE 1 ESPACE 2 ESPACE 3 ESPACE 4 Rendre effective l obligation de

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 La franche-comté, une région grande par ses talents Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 PRÉFET DE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE,

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Place des organisations professionnelles agricoles dans les dispositifs de Formation Professionnelle Agricole en France

Place des organisations professionnelles agricoles dans les dispositifs de Formation Professionnelle Agricole en France 1 Place des organisations professionnelles agricoles dans les dispositifs de Formation Professionnelle Agricole en France I. Les représentants des OPA : de qui parle-t-on? Les OPA sont représentées par

Plus en détail

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 1 Sommaire - Management des RH : orientations et principes - Management des RH : réalisations

Plus en détail

évolution des politiques et pratiques

évolution des politiques et pratiques Parcours scolaires et parcours d insertion : évolution des politiques et pratiques Intervention à l ESEN Novembre 2009 Jean-Marie Lenzi 1- Orientation et insertion professionnelle Service public de l éducation

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

édition 2015 fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo

édition 2015 fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo le collège édition 2015 en pratique fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo Édito La réussiste des collégiens est une priorité du Département. Il consacre cette année, malgré des contraintes

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais Offres et besoins de formations : les Vers une définition concertée des enjeux de développement des formations professionnelles en région Nord-pas de Calais Région Nord-Pas de Calais Mission d Appui aux

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

L Académie Orléans-Tours Représentée par Marie REYNIER Recteur, Chancelier des universités

L Académie Orléans-Tours Représentée par Marie REYNIER Recteur, Chancelier des universités L Éducation Nationale, partenaire des entreprises de votre région Entre L Académie Orléans-Tours Représentée par Marie REYNIER Recteur, Chancelier des universités Et La Fédération des Entreprises de Propreté

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur Contribution à la mission de contrôle du Sénat Avril 2010 Avant-propos La présente contribution est issue des travaux effectués par

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque PROFESSIONNALISATION, UN ENJEUX NATIONAL, UNE «PRIORITÉ» POUR LES CCI Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque année plus de 160 000 jeunes quittant le système scolaire

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

Réunion avec les directeurs de CROUS. sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté. Lundi 13 décembre à 14 h 30

Réunion avec les directeurs de CROUS. sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté. Lundi 13 décembre à 14 h 30 Réunion avec les directeurs de CROUS sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté Lundi 13 décembre à 14 h 30 Généraliser les mesures d accueil d urgence Les 28 CROUS répartis

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

CHARTE SUR L ORGANISATION DE L OFFRE DES SERVICES PUBLICS ET AU PUBLIC EN MILIEU RURAL

CHARTE SUR L ORGANISATION DE L OFFRE DES SERVICES PUBLICS ET AU PUBLIC EN MILIEU RURAL CHARTE SUR L ORGANISATION DE L OFFRE DES SERVICES PUBLICS ET AU PUBLIC EN MILIEU RURAL A l issue des travaux de la Conférence nationale des services publics en milieu rural, l Etat, les collectivités territoriales,

Plus en détail

PROTOCOLE D ALLEGEMENTS FORMATION D EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

PROTOCOLE D ALLEGEMENTS FORMATION D EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS PROTOCOLE D ALLEGEMENTS FORMATION D EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS Le présent protocole est établi en référence au Décret n 2005-1375 du 3 novembre 2005, à l'arrêté du 16 novembre 2005 relatif au diplôme

Plus en détail

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT 1 Le 11 mars 2015 RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT Le groupe de travail sur la gouvernance du Sénat présidé par M. Gérard LARCHER, Président du Sénat, propose, sur

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2

Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2 Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2 Contexte de l offre de formation professionnelle initiale Tourcoing le 09 avril 2015 Offre de formation professionnelle initiale La politique

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille et ICIMODE Prides de la filière textile habillement CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés l Etat représenté par Jean-Paul de Gaudemar,

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS

POUR DIFFUSION AUX AGENTS MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC/BR/LL/FG/DEJ/SPEJ/N 12-15 Lila LALAM 01 43 93 89 65 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHARGE DE LA MUTUALISATION DES ACHATS

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de l'éducation et de la jeunesse Secrétariat général 5e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 28 mai 2015 OBJET : MISE EN PLACE D UN CHÈQUE DE RENTRÉE À DESTINATION DE TOUS LES

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

ANNEXE A LA DELIBERATION N 1: ETAT RECAPITULATIF DE LA SUBVENTION

ANNEXE A LA DELIBERATION N 1: ETAT RECAPITULATIF DE LA SUBVENTION CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 3 CP 10-752 ANNEXE A LA DELIBERATION N 1: ETAT RECAPITULATIF DE LA SUBVENTION @BCL@500B741C.doc 17/08/10 16:08:00 4 Etat récapitulatif des subventions proposées au vote

Plus en détail

Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin

Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin Samedi 23 Novembre 2013 Introduction : le commerce en quelques chiffres 590 000 entreprises Commerce de gros Commerce de détail

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

Service Public Régional de l Orientation :

Service Public Régional de l Orientation : Service Public Régional de l Orientation : Signature de la convention de coordination tripartite entre l État, l'académie de Montpellier, et la Région Languedoc-Roussillon -Jeudi 2 juillet 2015- Espace

Plus en détail

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis OBJECTIFS Aider les apprentis et les jeunes assimilés aux apprentis suivant une formation dans les Centres de Formation d Apprentis (CFA)

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Projet numérique départemental 2012-2013

Projet numérique départemental 2012-2013 Projet numérique départemental 2012-2013 Rappels sur le projet numérique départemental Le projet numérique académique est articulé avec les ambitions du projet académique dont il reprend les objectifs.

Plus en détail

Décisions du Bureau du 16 novembre 2015

Décisions du Bureau du 16 novembre 2015 Mardi 17 novembre 2015 Décisions du Bureau du 16 novembre 2015 Les élus du Bureau de la Métropole Rouen Normandie se sont réunis hier soir, lundi 16 novembre. Les délibérations prises par les élus confirment

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER VILLE DE METZ GESTION DES INVESTISSEMENTS PAR AUTORISATIONS DE PROGRAMME ET CREDITS DE PAIEMENT La

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers

Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers Entre le Service Départemental d Incendie et de Secours du Jura, ci-après dénommé le SDIS, représenté par Monsieur Christophe PERNY,

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014 Se saisir des outils formation Sylvie Bocquet Chef de service Animation Territoriale» Direction de la Formation Permanente

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

NOUVEAUX CONTRATS. Le Conseil général, 1 er partenaire de vos projets

NOUVEAUX CONTRATS. Le Conseil général, 1 er partenaire de vos projets NOUVEAUX CONTRATS Le Conseil général, 1 er partenaire de vos projets L Essonne au service des territoires et des Essonniens Des contrats plus simples pour une action concertée Le Conseil général, face

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

GRAND PORT MARITIME DE LA ROCHELLE Projet stratégique 2014-2019

GRAND PORT MARITIME DE LA ROCHELLE Projet stratégique 2014-2019 GRAND PORT MARITIME DE LA ROCHELLE Projet stratégique 2014-2019 Présentation en Conseil de Surveillance le 28 mars 2014 Démarche d élaboration Thème Analyse stratégique Perspectives de développement du

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES ANNEXE PROJET ENTRE : Le Département des Deux-Sèvres, représenté par M. Eric GAUTIER, Président

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail