Diagnostic territorial du Pays de Morlaix. Novembre 2011 Nadine POITEVIN Danielle GARGADENNEC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostic territorial du Pays de Morlaix. Novembre 2011 Nadine POITEVIN Danielle GARGADENNEC"

Transcription

1 Diagnostic territorial du Pays de Morlaix Novembre 2011 Nadine POITEVIN Danielle GARGADENNEC

2 SOMMAIRE Préambule p.5 Rappel de la commande Le déroulé du cahier des charges Méthodologie Précisions sur les niveaux de territoire utilisés dans l état des lieux PARTIE 1 : ETAT DES LIEUX Les éléments clés de l état des lieux p.8 Analyse des éléments clés de l état des lieux p.13 Présentation générale du Pays de Morlaix p.14 Démographie p.16 Evolution et structure de la population Emploi Population active Formes et conditions d emploi Les communautés de communes du Pays de Morlaix Activité économique p.22 Poids des différents secteurs d activité Population salariée Démographie des entreprises Etablissements par tranche d effectif Secteurs en développement Principaux établissements présents sur le Pays Zoom sur l agriculture p.32 Répartition des exploitations par pays Répartition des exploitations par secteur de production Répartition des effectifs salariés par pays Répartition des effectifs salariés par type de culture Répartition du nombre de salariés par âge Le secteur agricole sur les 4 communautés de communes Les productions dites de diversification Zoom sur le tourisme p.36 La capacité d accueil en hébergement marchand La capacité d accueil en hébergement marchand par Communauté de Communes Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 2

3 La fréquentation dans l hôtellerie Estimation d emplois touristiques Réorganisation de l Agence de Développement du Léon Zoom sur l Economie Sociale et Solidaire p.40 Définition de l Economie Sociale et Solidaire (ESS) Principales structures dans l ESS et leurs effectifs Secteurs d activité et emploi salarié de l ESS Les spécificités de la répartition sectorielle de l ESS du Pays de Morlaix L ESS dans les communautés de communes du Pays de Morlaix Le marché du travail p.44 L offre d emploi La demande d emploi Les projets de recrutement 2011 L emploi intérimaire La formation p.52 Répartition et évolution des effectifs par dispositif de formation Effectif par domaine de formation et évolution Répartition et évolution des effectifs en formation initiale par dispositif et niveau de formation Les domaines de formation touchés par la mobilité Les principaux mouvements d élèves avec les autres pays (formation initiale et formation continue Les principaux pôles de formation LES ANNEXES p.58 Composition des territoires Zone d emploi Pays Bassin d emploi Communautés de Communes Les actions engagées sur le Pays de Morlaix p.61 Les documents exploités p.62 Glossaire p.63 Les personnes contactées p.64 Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 3

4 PARTIE 2 : ELABORATION DES PISTES D ACTION Les constats issus de l état des lieux p.66 Les thématiques retenues par le groupe p.69 Les résultats des investigations complémentaires p.70 - Les évolutions technologiques et règlementaires des secteurs d activité p.71 - Le vieillissement de la population salariée p.83 Le plan d action p.88 - AXE 1 : vieillissement de la population du Pays de Morlaix p.89 o Action 1 : Etude prospective sur les besoins et les services liés au vieillissement de la population o Action 2 : Etude sectorielle sur les services à la personne (SAP) : Identifier les besoins d emploi des structures de services à la personne sur le Pays de Morlaix pour anticiper les potentialités d emplois - AXE 2 : Vieillissement de la population salariée p.91 o Action 1 : Diagnostic du vieillissement de la population salariée des entreprises de l agroalimentaire et du transport du Pays de Morlaix Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 4

5 PREAMBULE Rappel de la commande Depuis la fin du dispositif «S engager ensemble pour le Pays de Morlaix», le Conseil de développement a souhaité mettre la GPECT dans son programme d actions afin de faciliter le développement d un projet GPEC sur le territoire. L Unité Territoriale Finistère de la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'emploi (DIRECCTE) en accord avec le Conseil de développement, a confié à Afpa Transitions la réalisation d un diagnostic territorial, première étape d une GPEC territoriale. Objectifs : Recenser et mutualiser les informations détenues par les acteurs représentatifs du territoire pour réaliser des cartographies de l emploi des territoires (actuels ou à venir). Favoriser l émergence de projets partagés élaborés par les acteurs eux-mêmes. Contenu : Le diagnostic territorial comporte 3 phases. La première consiste à construire une connaissance partagée des principales données qui caractérisent le territoire pour permettre aux acteurs de repérer les actions prioritaires à engager ainsi que les informations complémentaires à collecter auprès des entreprises en vue de consolider l état des lieux. Phase 1 : Réalisation d un état des lieux o Objectif : Construction d une connaissance objective et partagée du territoire pour permettre aux acteurs du conseil de développement de s appuyer sur les réalités actuelles pour anticiper le territoire de demain. o Contenu : o Une analyse quantitative de l existant à partir de données et une première perception des enjeux locaux : collecte de données quantitatives (INSEE, CCI, Pôle Emploi, GREF ). o Une analyse qualitative par le recueil d informations auprès des acteurs socioéconomiques du territoire : chargés de mission développement économique des communautés de communes, chargés d études de la CCI, Conseillers Pôle emploi o Le croisement des deux analyses permettant la réalisation d une synthèse des informations recueillies présentées sous forme de forces/faiblesses, opportunités /menaces. Méthode : - Recueil et analyse de données : INSEE, CCI, GREF, Pole Emploi, Conseil Régional, Chambre d Agriculture - Exploitation et analyse des données recueillies - Exploitation d études et de rapports réalisés précédemment sur le territoire par «S engager ensemble pour l emploi» - Recensement des dispositifs existants sur les questions de l emploi formation sur le territoire - Rencontre avec les institutions et les principales têtes de réseau : Pôle emploi, Conseil Régional, Chambre d Agriculture Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 5

6 La phase 2 a consisté lors d une première réunion de travail avec le Conseil de développement à déterminer à partir de l état des lieux des stratégies et priorités et les investigations complémentaires à mener (enquêtes entreprises) en vue de consolider le diagnostic. Une fois ces collectes d informations complémentaires réalisées auprès des entreprises, la troisième étape a consisté à restituer une synthèse des entretiens et à définir les plans d action. Précisions sur les niveaux de territoire utilisés dans l état des lieux Trois zonages différents sont utilisés dans l état des lieux : la zone d emploi, le pays et le bassin d emploi au sens de Pôle emploi. La zone d emploi de Morlaix comprend 67 communes, le Pays de Morlaix en compte 61 ainsi que le bassin de Morlaix : la commune de Loc-Eguiner fait partie du Pays de Morlaix mais pas du bassin d emploi (voir composition des territoires en annexe). La zone d emploi a été retenue pour les données concernant la population pour la raison suivante : seul l INSEE peut fournir des données les plus récentes possibles et les plus détaillées issues des recensements, et ce au niveau de la zone d emploi. Notons que l écart entre la population totale de la zone d emploi ( ) et celle du Pays ( ) est faible : personnes et n induit pas de différences majeures. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 6

7 PARTIE 1 : ETAT DES LIEUX Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 7

8 Les éléments clés de l état des lieux La démographie (ZE) habitants en 2007, soit une progression de +5% entre 1999 et Cette progression est le résultat d un solde migratoire positif, le solde naturel restant négatif sur 5 ans. Plus de actifs en 2007 dans la population de 15 à 64 ans. En 1999 la part des actifs dans la population de 15 à 64 ans s élevait à 69,8%, en 2007 elle atteignait 72,9%. 53,4% de ces actifs sont des hommes. Sur ces actifs ont un emploi. Plus du quart de la population (25,8%) a plus de 60 ans. La proportion des personnes âgées de 65 ans et plus n a, elle, pas augmenté depuis 1999 : elle s élève à 21% ce qui place Morlaix au 10 ème rang des zones d emploi les plus âgées. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes, leur part s élève à 51,4%. La part des actifs travaillant dans la commune de résidence a baissé entre 1999 et 2007 passant de 43,7% à 36,7% actifs travaillent à l extérieur du territoire, essentiellement dans la zone d emploi de Brest : soit 30% de plus qu en A l inverse, Morlaix accueille quotidiennement actifs dont en provenance de la zone d emploi de Brest La démographie par communauté de communes Deux communautés de communes connaissent une progression significative de leur population entre 1999 et 2007 : ce sont la Communauté de communes du Pays de Landivisiau avec +7,3% et la Communauté de communes de la Baie du Kernic avec +6%. Les deux autres communautés de communes : Morlaix Communauté et la Communauté de communes du Pays Léonard voient leur population croître de +3,4% entre 1999 et Cette progression est due à un solde migratoire positif : pour la C de C du Pays de Landivisiau, il s agit d arrivées de ménages jeunes aux revenus modestes, en revanche pour les autres C de C, ce sont des ménages plus âgés qui arrivent sur ces territoires. L Activité économique En termes d établissements, le secteur agricole est le 1 er secteur d activité du Pays de Morlaix avec 34 % des entreprises, suivi des services 28%, et du commerce à hauteur de 21 %. L industrie ne représente que 4 % des établissements. Cependant, si on examine les effectifs salariés, ce classement est totalement bouleversé : au-delà du secteur tertiaire non marchand (administration publique, enseignement, santé, action sociale) qui occupe une place dominante, les services totalisent la majorité des emplois avec salariés dont la moitié dans le transport-entreposage. Viennent ensuite l industrie avec salariés dont 50% dans l agro-alimentaire, le commerce avec salariés dont plus de 50% dans le commerce de détail. L agriculture emploie salariés dont seulement sont des ETP. Si on prend en compte la saisonnalité des activités, ce classement pourrait être encore modifié. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 8

9 En 2010, les effectifs salariés sont en augmentation de + 4,3 % en 2007 passant de à , avec une croissance de 3,5 % entre 2009 et Ce sont les secteurs du commerce et des services, dont l hébergement restauration, qui totalisent la plus forte augmentation de leurs effectifs. Le taux de création d entreprises est de 7,53% en 2010 et en progression depuis Le tissu économique est dominé par une majorité de TPE : 93 % des entreprises ont moins de 10 salariés. Concernant les grandes entreprises de plus de 50 salariés, un tiers appartient au secteur des services, dont la majorité au secteur des transports, un autre tiers à l industrie dont la moitié au secteur de l agroalimentaire et un quart au secteur du commerce. Certains secteurs industriels confortent leur présence sur le territoire. C est le cas de l industrie aéronautique qui développe une activité maintenance de ces avions et de formation sur le territoire, du secteur du génie thermique par l intermédiaire de sa position de leader mondial, et de l industrie l agroalimentaire. Des pôles de développement se créent dans le domaine des biotechnologies en lien avec la station biologique de Roscoff et dans le domaine de la métrologie. L Agriculture Au niveau départemental, le Pays de Morlaix compte 27% des exploitations du département, ce qui place le territoire en deuxième position derrière le Pays de Cornouaille. L essentiel de la production du Pays de Morlaix, 49%, concerne les activités légumières dites cultures spécialisées (légume, maraîchage, pépinières ), 19% les élevages spécialisés de gros animaux et la culture et élevage non spécialisés pour 17%. Le Pays concentre 32% des salariés du secteur soit salariés dont ETP. 2 salariés sur 3 travaillent dans les cultures spécialisées : des emplois occupés à 80% par des salariés en contrat à durée déterminée et par des jeunes dont 34% ont entre 20 et 29 ans. On assiste à la baisse des emplois familiaux au profit des emplois salariés. La reprise d exploitation est une véritable problématique au regard de la moyenne d âge des chefs d exploitation. On assiste davantage à des regroupements d exploitations et ainsi des besoins de recrutement de salariés. L activité du Pays de Morlaix est fortement liée aux emplois en production agricole. Ces emplois ont un impact sur les emplois directs dans la transformation agroalimentaire (abattage-transformation de la viande ) et les emplois en amont et en aval (transport, commerce ). «Chaque entreprise agricole du Finistère génère au total près de 6 emplois.» 1 Le tourisme (chiffres 2010) Une capacité d accueil touristique en hébergement marchand qui a peu évolué depuis Le nombre d hôtels classés et de campings reste stable avec une légère augmentation du nombre de lits - +5,6% d augmentation du nombre de lits en locations et chambres classées et labellisées 1 Selon Pays de Morlaix «La Lettre : l agriculture, juin 2008». Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 9

10 Un taux d occupation (50,2%) qui a progressé de +1,5 pts entre 2009 et 2010, inférieur cependant au taux d occupation régional (52,5%) mais supérieur aux autres pays du département (hormis Brest). Une légère diminution du nombre de nuitées : -0,8% au 3 ème trimestre 2010 par rapport à la même période en Les emplois touristiques (estimation Insee janvier 2011) Le tourisme génère plus de 8% de l emploi salarié sur le littoral, du Conquet à St Pol de Léon avec une forte saisonnalité de l emploi sur cette zone. Forte contribution au développement de la dynamique touristique du pôle de Roscoff et des activités liées à la thalassothérapie. Un poids de l emploi touristique nettement inférieur à la moyenne départementale dans la zone centre est (Landivisiau, Morlaix, Carhaix) : 3,5% contre 5,2%. En revanche, une saisonnalité de l emploi moins forte sur cette zone. Réorganisation de l agence de développement du Léon L agence de développement du Léon voit ses missions recentrées sur le développement du tourisme sur le territoire de trois communautés de communes du Pays de Morlaix : C de C du pays de Landivisiau, C de C du pays Léonard et C de C de la Baie du Kernic. Le schéma de développement pour la période comporte trois objectifs : Retrouver un équilibre territorial entre le nord et le sud du territoire Développer le tourisme durable Innover et animer pour réussir le tourisme à l année L Economie Sociale et Solidaire (ESS) En 2007, le Pays de Morlaix est le cinquième pays pour le poids de l emploi de l ESS dans l économie avec salariés soit 21,1% de l emploi privé. Les associations concentrent 75% des structures dont la majorité intervient dans le secteur de l action sociale et de l éducation. Il est à noter la présence significative des fondations dans le secteur de la santé et dans le secteur social. L emploi salarié est concentré dans le secteur de l action sociale, de l éducation formation et de la santé. Le secteur du commerce arrive ensuite en lien avec un important tissu de coopératives de commerce agricole sur le territoire. Le poids du secteur Construction dans l ESS est un des traits les plus distinctifs du pays de Morlaix. Le pays héberge 15% des emplois de l ESS sur le secteur Construction en Bretagne, grâce à l implantation de 6 SCOP en 2007 et 8 en 2011 sur ces filières. A l opposé on notera l absence d activités immobilières, le faible poids dans l ESS des activités de banque et d assurance, ainsi que des activités industrielles. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 10

11 L ESS se développe davantage dans les Communautés de communes de Landivisiau et de la Baie du Kernic en lien avec la présence de groupements d employeurs et de coopératives de commerce agricole. La demande d emploi et l offre d emploi sur le bassin de Morlaix (février 2011) La demande d emploi : Les chiffres 5003 demandeurs d emploi de catégorie A 1149 jeunes de moins de 25 ans, catégories ABC sont à la recherche d un emploi 2739 Chômeurs de longue durée de catégories ABC Le nombre de demandeurs d emploi de cat.a a augmenté de +3,7% entre 2009 et 2010 alors qu il diminuait de -0,1% dans le département et -0,6% en région bretagne. La hausse est encore plus accentuée si l on cumule les 3 catégories : A+B+C : +5%, nettement supérieure à celle du département (+1,9%) et celle de la région (+2,1%). Les femmes sont majoritaires avec 52% de la demande d emploi mais la demande d emploi masculine a plus augmenté sur un an avec +6% contre +3% pour les femmes. Le chômage des jeunes de moins de 25 ans, cat.abc, a augmenté de +2% et celui des plus de 49 ans de 15% en un an. La part des non qualifiés est de 27,8% Le principal motif d entrée au chômage est la fin de CDD avec +20% d augmentation en 1 an 30% de la demande d emploi est concentrée sur 10 métiers. Les métiers dits «en tension» sont très liés à la conjoncture : saisonnalité des emplois dans l agriculture, l agroalimentaire ou l hôtellerierestauration. Ils peuvent également être d ordre structurel, c est-à-dire liés à une pénurie de main d œuvre qualifiée notamment sur la conduite d équipements de production alimentaire. L offre d emploi 87% de l offre d emploi est concentrée sur 10 secteurs d activité, ce qui représente offres, soit +29% en un an. 25% seulement sont des emplois durables Les industries alimentaires représentent plus de 18% du total des offres. Les deux 1ers métiers dans l offre d emploi sont : conduite d équipements de production alimentaire et Horticulture et maraîchage. Ils représentent près de 27% de l offre d emploi mais la part d emploi durable pour ces deux métiers n est que, respectivement, de 2% et 14%. L emploi intérimaire Il a diminué de -6% en un an, contrairement au département : +1% et à la région : +6% Les 1ers secteurs ayant recours à l intérim à fin janvier 2011 sont : Evol. en 1 an Fabrication de denrées alimentaires -40% Construction +41% Fabrication d autres produits industriels -2% Transport et entreposage +86% Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 11

12 La Formation En formation initiale, les secteurs principaux sont le paramédical-travail social-soins personnels, le secteur tertiaire spécialisé, le commerce-distribution, l agriculture et mécanismes-automatismes. On relève une absence de formation initiale dans le secteur du bâtiment, l offre existe sur le Pays de Brest et le Pays de Cornouaille. De même dans le secteur de l hôtellerie et la restauration, l offre de formation initiale est inexistante au profit du Pays de Cornouaille. Les niveaux de formation initiale se situent principalement aux niveaux IV et V. L apprentissage est peu développé sur le Pays de Morlaix avec 9% d effectif en apprentissage contre 17% en région Bretagne en Les centres de formation se situent sur les pays limitrophes (Brest et Cornouaille). L apprentissage se concentre sur 4 secteurs : le commerce, le sanitaire et social, la production alimentaire-cuisine, et la métallurgie en cours de recentrage sur Brest. Le niveau de formation est plus élevé : 2 apprentis sur 3 préparent un diplôme de niveau III et plus. Les effectifs de la formation continue se concentrent sur le secteur du transport-magasinage, du commerce distribution et du bâtiment-équipements. En termes de mobilité, les stagiaires de la formation quittent le pays de Morlaix pour suivre une formation dans le domaine paramédical et dans l hôtellerie restauration. Les jeunes viennent sur le territoire pour se former dans le domaine de l agriculture, du paramédical, travail social et soins personnels et le commerce-distribution. Les ¾ des jeunes qui viennent se former sur Morlaix sont originaires du Pays de Brest et les 2/3 des jeunes qui quittent le territoire pour se former s orientent vers le Pays de Brest. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 12

13 Analyse des éléments clés de l Etat des lieux Forces, faiblesses, opportunités, risques Forces Une croissance démographique retrouvée (solde migratoire positif +4,6% entre 1999 et 2007) Un territoire attractif en termes de : - Accessibilité (RN12, voie ferrée Brest-Rennes, aéroport de Brest, port de Roscoff) - Disponibilité du foncier - Coût attractif de l immobilier - Proximité du pays de Brest La richesse du patrimoine naturel et architectural (littoral, monts d Arrée, enclos paroissiaux ) Des secteurs d activité diversifiés dont le poids comparable en termes d effectifs permet une meilleure résistance en cas de tensions économiques L existence de pôles d excellence sur le territoire : Activités aéronautiques, génie thermique, centre de ressources techniques de métrologie, station biologique, Centre de recherche de niveau international Opportunités Un accroissement des besoins de services (services à la personne) du au vieillissement de la population La valorisation du patrimoine, source de développement économique pour le territoire (offre touristique) Des secteurs qui recrutent : agriculture, IAA, hôtellerie La réorganisation des exploitations, conséquence du vieillissement des chefs d exploitation, peut générer des créations d emplois salariés et des besoins nouveaux de formation Faiblesses Un vieillissement de la population plus prononcé qu aux niveaux régional et national Une population jeune qui quitte le territoire pour se former et trouver un emploi Une part importante d emplois saisonniers et peu qualifiés (agriculture, IAA et hôtellerierestauration) Un tissu économique relativement concentré : en dehors du secteur public, les 10 premiers établissements emploient 1 salarié sur 5 De nombreux emplois liés à un seul secteur : l agriculture (agroalimentaire, transport, commerce...) Un vieillissement des chefs d entreprise notamment dans l agriculture qui pose le problème de la transmission Un recentrage des formations de la métallurgie sur le Pays de Brest Risques Une accentuation du phénomène de vieillissement de la population due au départ des jeunes Une accentuation de l écart entre les emplois offerts et le niveau de formation des jeunes Un déséquilibre du territoire entre une bande littorale plus attractive, réservée aux ménages les plus aisés et excluant les jeunes et l intérieur du pays Valorisation des centres de recherche en favorisant leur développement Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 13

14 Présentation générale du Pays de Morlaix Situé à l ouest de la Bretagne, au nord du département du Finistère, le Pays de Morlaix «regroupe une partie de chacune des deux régions historiques, le Léon à l ouest et le Trégor à l est.il est délimité au nord par la Manche et au sud par la ligne des crêtes des Monts d Arrée.» 2 Des trois pays qui composent le département du Finistère, le Pays de Morlaix avec une superficie de km2 est le plus petit. Comme tous les pays à façade maritime, le contraste est fort entre la bande littorale densément peuplée et l intérieur du pays, et notamment au sud en limite des monts d Arrée, où la densité de population est plus faible. Cependant on note, depuis quelques années, une tendance qui pourrait être les prémices d une revitalisation des zones les moins denses. La voie express (RN12) traverse le pays d est en ouest, mettant Morlaix à 50 minutes de Brest et 2h20 de Rennes Le pays bénéficie également d une desserte ferroviaire avec la gare TGV à Morlaix et une gare intermédiaire à Landivisiau. Par ailleurs, le port en eau profonde de Roscoff, relié par une route à 4 voies ainsi que la proximité de l aéroport de Brest offrent au pays de Morlaix «une desserte satisfaisante». Le projet Bretagne grande Vitesse devrait encore améliorer cette desserte dans les années à venir. 2 Extrait de «Le pays de Morlaix» - Espace Breton INSEE Bretagne Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 14

15 Le Pays de Morlaix se compose de 4 communautés de communes : Morlaix Communauté, la Communauté de communes du pays de Landivisiau, la Communauté de communes du Pays Léonard et la Communauté de communes de la Baie du Kernic. Morlaix Communauté représente à elle seule 50,6% de la population et 49,8% des emplois en Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 15

16 Démographie Evolution et structure de la population Population Poids de la ZE dans le département en 2007 population ,8% Sources : Insee, RP 1990 dénombrements RP 1999 et RP 2007 exploitations principales zone d'emploi département Population par sexe et âge en 2007 Hommes % Femmes % Ensemble , ,0 0 à 14 ans , ,9 15 à 29 ans , ,6 30 à 44 ans , ,6 45 à 59 ans , ,3 60 à 74 ans , ,6 75 à 89 ans , ,6 90 ans ou plus 242 0, ,3 Source : RP 2007 exploitation principale En 2007, la zone d emploi de Morlaix compte plus de habitants, ce qui représente près de 15% de la population du département qui compte 4 zones d emploi. «. conséquence d un solde naturel négatif et d un bilan migratoire quasi nul, la population avait baissé entre 1982 et Depuis, elle retrouve un élan démographique, toutefois moindre que celui de la région : +0,6% de variation annuelle de population contre +0,9% en Bretagne. Le solde naturel restant négatif sur cinq ans, c est le seul solde migratoire qui explique la progression du nombre d habitants : arrivées pour sorties. Les jeunes de 18 à 25 ans quittent la zone, notamment pour continuer leurs études. En revanche, l impact des migrations est positif aussi bien pour les jeunes actifs (25-35 ans) que pour les personnes en fin de carrière ou en début de retraite (55-65 ans). 54% des nouveaux arrivants viennent de la Bretagne et 15% de la région parisienne. La progression démographique est plus marquée dans les communes situées à l ouest de la zone, plus proches du pôle d emploi brestois. La proportion des personnes âgées de 65 ans et plus n a pas augmenté depuis 1999 : elle s élève à 21% ce qui place Morlaix au 10 ème rang des zones d emploi les plus âgées. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 16

17 Comme au niveau régional, le développement du parc de résidences secondaires (+16,5%) est plus fort que celui des résidences principales (+10%). Les résidences secondaires représentent 13% des logements.» 3 Emploi Population active Activité et emploi de la population de 15 à 64 ans par sexe en 2007 Population Actifs Taux d activité en % Taux d activité en % (département) Actifs ayant un emploi Taux d emploi en % Ensemble , ,3 Taux d emploi en % (département) Hommes ,5 73, ,5 67,5 Femmes ,3 67, ,8 59,6 Source : Insee, RP2007 exploitation principale Population de 15 à 64 ans par type d activité en 2007 étudiants 8,5% autres inactifs 8,1% retraités 10,4% chômeurs 6,7% actifs ayant un emploi 66,3% Population active de 15 à 64 ans selon la catégorie socioprofessionnelle Le nombre d agriculteurs exploitants ainsi que celui des artisans commerçants, chefs d entreprise a baissé de façon significative entre 1999 et 2007, comme dans tout le département. A l inverse les catégories de cadres, professions intermédiaires, employés ont elles augmenté en nombre, les ouvriers voyant également leur nombre augmenter mais dans une plus faible proportion. 3 Extrait de «La zone d emploi de Morlaix» - diagnostic INSEE Bretagne janvier 2011 Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 17

18 Emplois selon le secteur d activité en 2007 par zone d emploi (en %) Morlaix Brest Carhaix Quimper 29 Agriculture 10,8 3,7 14,4 5,0 5,7 Industrie 13,9 11,2 18,0 15,6 14,0 Construction 6,7 6,7 6,4 7,0 6,8 Commerce, transports, services divers 36,3 38,0 31,6 40,7 38,2 Administration publique, enseignement, santé, action sociale 32,2 40,3 29,6 31,8 35,2 Source : Insee, RP1999 et RP2007 exploitations complémentaires lieu de travail Formes et conditions d emploi Salariés de 15 à 64 ans par sexe, âge et temps partiel en 2007 (source : Insee, RP2007 exploitation principale) 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 15 à 24 ans 25 à 54 ans 55 à 64 ans hommes femmes Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi et résidant dans la zone ,3 % 36,7% travaillent dans la commune de résidence travaillent dans une commune autre 56,3 % 43,7% travaillent dans la commune de résidence travaillent dans une commune autre Les actifs travaillant dans une commune autre que la commune de résidence (en %) Travaillent dans une commune autre que la commune de résidence Située dans le département de résidence Située dans un autre département de la région de résidence Située dans une autre région en France métropolitaine Située dans une autre région hors de France métropolitaine Source : Insee, RP1999 et RP2007 exploitations principales ,3% 59,7% 2,3% 1,0% 0,2% 56,3% 53,1% 1,9% 1,1% 0,1% Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 18

19 «Sur actifs habitant la zone d emploi en 2007, occupent un emploi. La part des actifs résidant et travaillant dans la zone d emploi a légèrement baissé depuis 1999, passant de 86,3% à 83,7% actifs travaillent à l extérieur du territoire, essentiellement dans la zone d emploi voisine de Brest (6 200, soit 30% de plus qu en 1999). A l inverse, Morlaix accueille quotidiennement actifs dont en provenance de la zone d emploi de Brest et de celle de Lannion.» 4 4 Extrait de «La zone d emploi de Morlaix» - diagnostic INSEE Bretagne janvier 2011 Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 19

20 Les communautés de communes du Pays de Morlaix Source : des territoires finistériens à multi facettes dossier d Octant N 52 décembre 2009 Insee Bretagne Population totale Population active Evolution 99/ Evolution 99/2006 Morlaix Communauté ,4% ,6% C de C du Pays de ,3% ,9% Landivisiau C de C du Pays ,4% ,2% Léonard C de C de la Baie du % ,9% Kernic Pays de Morlaix ,6% ,5% Finistère ,9% ,8% Source : Chiffres clés CCI de Morlaix Nombre de foyers fiscaux Traitements et salaires moyens (en ) Evolution 2007/ Evolution 2007/2008 Morlaix Communauté % % C de C du Pays de % % Landivisiau C de C du Pays % % Léonard C de C de la Baie du % % Kernic Pays de Morlaix % % Finistère % % Source : Chiffres clés CCI de Morlaix Retraites et pensions moyennes (en ) Part des foyers soumis à l impôt sur le revenu Evolution /2008 Morlaix Communauté % 51% 52% C de C du Pays de % 49% 50% Landivisiau C de C du Pays % 48% 50% Léonard C de C de la Baie du % 44% 44% Kernic Pays de Morlaix % 49% 50% Finistère % 52% 53% Source : Chiffres clés CCI de Morlaix La Communauté de communes du Pays de Landivisiau : un territoire en transition Une dynamique démographique récente : l attractivité du Pays de Brest et les prix bas de l immobilier expliquent en partie cette croissance Solde naturel proche de 0, solde migratoire positif Evolution de la population sensiblement plus élevée que la moyenne départementale : le taux annuel d évolution entre 1999 et 2006 est de 0,84% contre 0,50% pour le département. La population du territoire a augmenté de 7,3% entre 1999 et 2007 contre 3,9% pour le département Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 20

21 Des arrivées de ménages jeunes aux revenus modestes : 63% des nouveaux arrivants depuis 5 ans ont entre 18 et 39 ans. Des taux d emploi des ans élevés (63%) supérieurs à la moyenne départementale et une activité féminine plus fréquente Des emplois endogènes s y sont développés. Le secteur agroalimentaire emploie plus de 15% des actifs du Pays de Landivisiau. L avenir de ces pays en transition réside en grande partie dans leur capacité à stabiliser ou développer des emplois et des services diversifiés afin de maintenir la population locale sur place. Les communautés de communes de la baie du Kernic, du Pays Léonard Communauté : des territoires en fragilité et Morlaix Ils se définissent par une population plus vieillissante que les intercommunalités en transition. Solde naturel négatif, solde migratoire positif Part des ans inférieure à la moyenne départementale, celle des ans est proche et celle des plus de 55 ans est supérieure. Des arrivées de ménages plus âgés que dans les territoires en transition Il faut cependant prendre en compte l hétérogénéité des territoires : les contrastes sont marqués entre la bande littorale et l intérieur des terres et en fonction de la présence ou non d un pôle d emploi. En dehors des pôles, les zones les plus densément peuplées sont situées sur le littoral. L activité foncière et le prix du foncier des communes littorales sont aussi plus importants mais n atteignent pas le niveau de celles des communes périurbaines du sud quimpérois et de l ouest brestois. La part des résidences secondaires dans toutes les communes dotées d une façade maritime est importante. Lorsqu un pôle d emploi est présent sur le territoire, la part des actifs résidant et travaillant dans le territoire est alors relativement significative : ainsi, près de 4 actifs sur 5 vivent et travaillent à Morlaix Communauté, c est également le cas de 7 actifs sur 10 dans le Pays Léonard. Mais la concentration de l emploi dans quelques grands établissements peut, en raison de cette dépendance, renforcer le constat de fragilité du territoire. Ainsi l emploi dans le Pays Léonard résulte en partie du développement du pôle portuaire de Roscoff et des services de santé. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 21

22 Activité économique Source : CCI de Morlaix Concernant le recueil de données économiques, notre choix s est porté sur les données capitalisées par la Chambre de Commerce et d Industrie de Morlaix. Plusieurs avantages s imposaient : l existence de données à l échelle du Pays et la disponibilité de données récentes de 2009 et Les autres sources, de type INSEE, disposent elles de données sur la Zone d emploi de Morlaix et souvent plus anciennes, antérieures à la crise économique de Néanmoins, ce choix limite la possibilité de réaliser un comparatif à d autres territoires comme le département ou la région. D autre part, en 2008, les codes NAF ont été modifiés. Les rubriques agriculture-pêche, industrie, BTP, transports, commerce, hôtels restaurants café et services n intègrent plus les mêmes codes NAF avant et après Ainsi, les données sont difficilement comparables avant et après cette date. L historique présenté ici pourra rarement être antérieur à Le nombre d établissements par activité sur le Pays de Morlaix Sont intégrés dans ce tableau les entreprises et établissements inscrits au RCS (CCI), les artisans purs (Chambre des métiers) et les exploitations agricoles (Chambre d agriculture). Ne sont pas intégrés les établissements de l Administration publique et les professions libérales. Nomenclature post-2008 Pêche et agriculture Au 31/12/2008 Au 31/12/ Evolution 2008/2009 Au 31/12/2010 Evolution 2009/2010 Energie Industrie Construction Commerce Services TOTAL Source : CCI de Morlaix, Chambre des Métiers et de l Artisanat du Finistère, Chambre d agriculture du Finistère Traitement des données CCI Le secteur agricole est le plus important en termes de nombre d établissements sur le pays de Morlaix avec 34 % des entreprises, suivi des services pour 28% et du commerce pour 21%. Sur la période , le solde d entreprises/établissements est bénéficiaire puisque de entreprises en 2008, on relève en 2010, soit + 1, 9 %. Depuis 2006, le nombre d entreprises/établissements sur le Pays de Morlaix est passé de à 7 673, soit une progression de + 3, 9 %. Après un léger fléchissement entre 2008 et 2009 en lien avec la crise économique, les activités de construction augmentent avec + 34 entreprises/établissements entre 2009 et Les activités de services augmentent fortement avec +88 entreprises/établissements depuis L activité industrielle continue sa baisse, un peu plus faiblement depuis Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 22

23 Répartition des entreprises par domaine d'activité au 31/12/2010 Services 28% Agriculture 34% Commerce 21% Construction 11% Industrie 5% Energie 1% La répartition des effectifs par secteur d activité sur le Pays de Morlaix Si on intègre l administration publique, et selon une source INSEE, l effectif salarié de la zone d emploi de Morlaix s élevait à en L administration publique, enseignement, santé, action sociale représente 32,2 % de l emploi total en 2007 avec le centre hospitalier : salariés, la clinique de la Baie et le centre de Perharidy notamment. Les effectifs salariés référencés ici intègrent les salariés des entreprises et sociétés inscrites au Registre du Commerce et des Sociétés (R.C.S) ainsi que les artisans purs référencés au Répertoire des Métiers de la Chambre de Métiers et de l Artisanat du Finistère. Ne sont pas intégrés les emplois de l Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale, les professions libérales, les emplois du secteur agricole. o Effectifs salariés totaux dans les entreprises/établissements Evolution effectifs salariés Nombre de salariés Années Source : CCI de Morlaix, Chambre des Métiers et de l Artisanat du Finistère Traitement des données CCI Depuis 2007, les effectifs salariés ont augmenté de + 4, 3% pour passer de salariés à salariés en Entre 2007 et 2008, les effectifs ont augmenté de 249 Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 23

24 salariés, puis une baisse s est confirmée entre 2008 et 2009 ( 98 emplois). Entre 2009 et 2010, les effectifs augmentent à nouveau de 859 salariés, soit une croissance de 3,5 %. o Effectifs salariés par secteur d activité Nomenclature post-2008 Effectif au 01/01/2009 Effectif au 01/01/2010 Evolution en Effectif Agriculture Pêche Pêche et agriculture Energie Industries agroalimentaires Travail des métaux Mécanique Electricité électronique Industries extractives Textile Cuir Habillement Bois Ameublement Industrie du papier carton Imprimerie Reproduction Chimie Pharmacie Parachimie Caoutchouc Matières plastiques Verre Céramique Matériaux de construction Industries diverses Industrie Construction Commerce de gros Commerce et réparation automobile Commerce de détail Commerce Transport Entreposage Hébergement Restauration Banques Crédits Assurances Activités Sont recensées ici les activités agricoles enregistrées au RCS (CCI) qui exercent une activité commerciale. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 24

25 Immobilières Edition Information et Communication Conseils assistance et Informatique Services opérationnels Recherche et développement Services aux particuliers Arts spectacles et activités récréatives Enseignement Santé et action sociale Autres Services Services TOTAL Source des données : CCI de Morlaix, Chambre de Métiers et de l'artisanat du Finistère Traîtement des données : CCI de Morlaix En termes d effectif salarié, le secteur des services totalise le plus grand nombre de salariés avec emplois. Ce secteur a connu une hausse de 341 salariés entre 2009 et 2010, soit une augmentation de 5% de ses effectifs. Pratiquement 1 emploi sur 2 a été créé dans ce secteur. Au sein des services, l activité transport entreposage représente la moitié des emplois avec salariés. Les principales activités du transport sur le territoire sont le transport maritime avec la Brittany Ferries, le transport aérien avec BRIT AIR, le transport routier de voyageurs (Cars de l ELORN) et le transport routier de marchandises (MESGUER, ROSKO, GUIVARCH, TFE, MERRET) dépendant des activités économiques du Pays de Morlaix, IAA et maraîchage (transport frigorifique et transport de produits frais). Dans l activité transport entreposage, les effectifs sont stables (+16 emplois). D autre part, dans le secteur des services, l hébergement restauration occupe la seconde place avec emplois, soit 19% des emplois. Cette activité concentre 43 % des créations d emplois des services. Ce secteur est à mettre en lien avec l activité touristique du Pays de Morlaix. Arrive en seconde position, le secteur de l industrie avec salariés dont plus de la moitié travaillent dans le secteur de l agroalimentaire. Alors qu entre 2006 et 2008, les activités industrielles affichaient un solde d effectifs salariés négatif dont une baisse de - 92 salariés dans les industries agroalimentaires, le secteur de l industrie se maintient avec une augmentation de + 8% de ses effectifs entre 2009 et C est l industrie agroalimentaire qui arrive en tête pour la création d emploi avec 137 emplois créés entre 2009 et Impacté par la crise à partir des années 2000 par la fermeture d entreprises et des plans sociaux, le secteur a été moins concerné par la crise de Il semble que l agroalimentaire a permis de maintenir à un certain niveau l emploi industriel et d amortir les effets de la crise. Les industries agro-alimentaires présentes sur le territoire sont notamment GAD, JEAN CABY, TILLY SABCO, GEO, TOOK TOOK, BIANIC, PRIMEL GASTRONOMIE, CINQUIEME SAISON et MARINE HARVEST KRITSEN. L industrie du travail des métaux et de la mécanique comprend un secteur plus diffus. Avec salariés, ce secteur voit ses effectifs légèrement baisser de 62 salariés pour le travail des métaux. Si l essentiel des entreprises industrielles sont des TPE, deux entreprises concentrent l essentiel des effectifs GIANNONI (503 salariés), spécialisée dans la conception et la fabrication d échangeurs de chaleur de très haute technologie et GEMINOX (333 salariés), 1 er constructeur français de chaudières en acier. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 25

26 Le secteur du commerce comptabilise salariés avec une augmentation de 6% de ses effectifs (341 salariés) dont 59 % concernent le commerce de détail : culture-loisirs-services. Le secteur de la construction comptabilise emplois salariés. Les TPE sont les principaux employeurs des salariés : 52 % n emploient aucun salarié et 32% de 1 à 4 salariés. A cet effectif total de salariés, il convient d ajouter les salariés du secteur agricole qui représentent un effectif de salariés pour ETP en Dans ce cas, le secteur agricole arrive en 2nd place si on comptabilise tous les salariés et en 5ème position si on conserve uniquement les salariés ETP. Effectifs salariés dans les entreprises et les établissements (hors agriculture) Pêche et agriculture 2% Energie 1% Services 35% Industrie 26% Commerce 25% Construction 11% La démographie des entreprises : les immatriculations et radiations d entreprises/établissements Nomenclature post-2008 Immatri Radiations Solde Immatri Radiations Solde culations culations Pêche et agriculture Energie Industrie Construction Commerce Services TOTAL Source des données : CCI de Morlaix, Chambre de Métiers et de l'artisanat du Finistère, Chambre d'agriculture du Finistère Traîtement des données : CCI de Morlaix Le nombre d entreprises créées en 2010 est de 578 contre 503 en 2009, soit une progression de 15%. Le solde entre les radiations et les créations est positif dans tous les secteurs en 2010 (sauf dans l enseignement). Le taux de création d entreprise est de 7,53% en 2010, contre 6,64% en Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 26

27 Répartiton création d'entreprises par domaine d'activité Services 35% Commerce 19% Pêche agriculture 20% Energie 4% Industrie 5% Construction 16% La part de création d entreprise est particulièrement élevée dans les services (35% des créations), Il s agit pour ¼ des créations dans l hébergement restauration et pour 20% dans les services aux particuliers. Cependant, les radiations s élèvent à 25% dans les services. L agriculture concerne 20 % des créations mais la part de radiations est forte (30% de radiations). Le commerce affiche un taux de radiation de 19% dont pour la majorité le commerce de détail (radiation à hauteur de 21%). Les établissements/entreprises par tranche d effectif à fin décembre 2009 (entreprises/établissements inscrits au RCS (CCI), les artisans purs (Chambre des métiers) Tranche Pays de Morlaix effectifs Nombre % 0 salariés % 24 1 à 4 salariés % 5 à 9 salariés 475 9% 10 à % salariés 50 salariés et 55 1% plus Total % Source des données : CCI de Morlaix, Chambre de Métiers et de l'artisanat du Finistère Traîtement des données : CCI de Morlaix En décembre 2009, 83% des entreprises ont moins de 5 salariés et 93 % moins de 10 salariés. 48% des entreprises n ont aucun salarié. Pour les entreprises de + de 50 salariés, sur 55 entreprises, 19 appartiennent au secteur des services (dont 11 au secteur du transport entreposage, 2 au domaine de la santé et action sociale et 2 aux services opérationnels), 19 au secteur de l industrie (dont 9 au secteur de l agro-alimentaire), 14 au secteur du commerce (dont 8 pour le commerce de détail), et 3 au secteur de la construction. Pour les entreprises de 10 à 49 salariés, 32% sont issues du secteur du commerce (dont 50% pour le commerce de détail) et 27% des services (dont le tiers pour les entreprises de transport et entreposage). Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 27

28 Les activités remarquables Les activités aéronautiques : Une activité maintenance des avions de la compagnie aérienne Brit Air est assurée à partir de la plateforme aéroportuaire de Morlaix. Un centre de formation au pilotage, ICARE, accueille des pilotes, personnel naviguant, techniciens de maintenance français et étrangers. Le génie thermique : présence sur le territoire de 2 entreprises GEMINOX à Saint Thégonnec et GIANNONI Franca à Morlaix, leader mondial des échangeurs thermiques à condensation pour chaudières à gaz. Les biotechnologies : la station biologique de Roscoff, antenne du CNRS a permis depuis 3 ans au territoire de Morlaix d être identifié dans le domaine des biotechnologies 6 et l installation de quelques entreprises : HEMARINA (Morlaix) : entreprise de Recherche, développement et mise au point de molécules et dispositifs médicaux à visée thérapeutique Polymaris Biotechnology (Morlaix) : création en avril 2000 à partir d une collection de 500 souches issues de bactéries d'origine marine. Les applications de ces molécules sont multiples : la chimie, les cosmétiques, l'agroalimentaire, la dermatologie, etc. Leur projet a été accompagné par l'incubateur breton Emergys ainsi que l'université de Bretagne occidentale, le Pôle Mer Bretagne, Morlaix-communauté ou encore la CCI de Brest MAN ROS Thérapeutics (St Pol de Léon) : thérapie de maladies rénales, les maladies neurovégétatives comme Alzheimer et certains cancers comme les neuroblastomes des enfants et les cancers du sein. Ces entreprises sont des structures récentes et emploient moins de 10 salariés, souvent des profils très qualifiés. Métrologie : Dans le domaine de la mesure et de l étalonnage dimensionnel, création du Centre de Ressources Techniques (CTR) qui accompagne les entreprises de l automobile à l aéronautique, en passant par le BTP et l agroalimentaire, engagées dans des démarches de qualité et de certification. Les principaux employeurs en 2010 Raison sociale Taille en nombre de salariés Activité économique Commune d implantation Centre Hospitalier de Morlaix 2200 Activités hospitalières Morlaix Bretagne Angleterre Transports maritimes et Irlande (Brittany 1468 côtiers de passagers Ferries) Roscoff Brit Air 1232 Transports aériens de passagers Morlaix Gad SAS 1156 Transformation et conservation de la viande Lampaul-Guimiliau de boucherie Centre hélio marin 500 à 999 Activités hospitalières Roscoff Fabrication de radiateurs Giannoni France 503 et de chaudières pour le chauffage central Morlaix 6 Définition Biotechnologies par l OCDE «application des principes scientifiques et de l ingénierie à la transformation des matériaux par des agents biologiques pour produire des biens et des services». Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 28

29 Jean Caby 565 Préparation industrielle de produits à base de viande Lampaul-Guimiliau Le Télégramme de Brest et de l'ouest 357 Imprimerie de journaux Morlaix SERESTEL 346 Restauration Roscoff Fabrication de radiateurs Geminox SAS 333 et de chaudières pour le Saint-Thégonnec chauffage central Tilly-Sabco 330 Transformation et conservation de la viande Guerlesquin de volaille Marine Harvest Kritsen 255 Transformation et conservation de poisson, de crustacés et de Landivisiau mollusques Primel gastronomie 229 Fabrication de plats préparés Plougasnou Géant 221 Hypermarchés Saint-Martin-des-Champs 5 ème 194 Agroalimentaire Saison Saint-Pol (légumes) Saint Pol de Léon 187 Fabrication d'éléments en Celtys béton pour la Landivisiau construction Centre Leclerc 179 Hypermarchés Morlaix Navik 159 Industrie agroalimentaire (poisson) Landivisiau Association les genêts d'or 50 à 249 Aide par le travail Morlaix Association Saint- 180 Hébergement médicalisé Vincent Lannouchen pour personnes âgées Landivisiau SICA 160 Commerce de gros (légumes) Saint Pol de Léon Transport Mesguen 149 Transports routiers Saint Pol de Léon Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 29

30 Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 30

31 Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 31

32 ZOOM SUR L AGRICULTURE Sources : L emploi en production agricole Chiffres 2009 Département Finistère MSA AEF Pôle Emploi Chambre Régionale d agriculture de Bretagne Chambre d agriculture du Finistère Le Pays de Morlaix représente 21% de la surface départementale soit hectares. Sur le département du Finistère, sur les quatre dernières années, la baisse du nombre d exploitations se poursuit à un rythme de -1,5 à -3 % par an, passant de exploitations en 2006 à exploitations en Répartition des exploitations par Pays 2009 Répartition des exploitations Répartition des exploitants Pays de Cornouaille Pays de Brest Pays de Morlaix Pays du Centre- Ouest Bretagne Source : Association emploi Formation du Finistère Traditionnellement, la frange littorale est consacrée à la production légumière, l ouest du territoire à l élevage porcin et à la culture tandis que l élevage bovin est surtout concentré dans l est et le bord des monts d Arrée. Le Pays de Morlaix compte 27 % des entreprises du département et 29 % des exploitants du département. Ces résultats placent le Pays de Morlaix en deuxième position derrière le Pays de Cornouaille (respectivement 33% et 30 %). Les exploitations individuelles représentent 49 % des exploitations et les formes sociétaires sont constituées de 28% d EARL, 17% de GAEC et 6% d autres formes. Répartition des exploitations par secteur de production 50% Nombre d'employeurs par secteur de production sur le Pays de Morlaix Cultures spécialisées 47% 40% 30% 20% 10% 0% Elevages spécialisés GA 19% Elevages spécialisés PA 5% Ostréiculture 2% Cuture et élevages non spécialisées 17% Entreprises de travaux agricoles 2% Entreprises paysagistes de jardins 4% autres activités 3% Source : Association emploi Formation du Finistère Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 32

33 La majorité des activités légumières, dites cultures spécialisées 7 (légumes, maraîchage, pépinières ), se trouve sur le bassin de Morlaix soit 49 % de la production du département (oignon, artichaut, chou-fleur, échalote ). La SICA de St Pol de Léon représente le 1 er groupement français de producteurs de légumes ainsi que le 1 er groupement horticole français. Arrivent ensuite les élevages spécialisés de gros animaux (bovins, porcins, ovins, chevaux) à hauteur de 19 % et la culture et élevage non spécialisés (cultures générales, fourragères et céréalières) à hauteur de 17%. Répartition des effectifs salariés par Pays 2009 Répartition des salariés Répartition des salariés en ETP Pays de Cornouaille Pays de Brest Pays de Morlaix Pays du Centre- Ouest Bretagne Source : Association emploi Formation du Finistère - AEF Le Pays de Morlaix concentre 32 % des salariés du secteur, soit salariés, et 27 % des ETP. Pays de Morlaix 32% Répartition des salariés Pays de Centre Ouest Bretagne 6% Pays de cornouaille 20% Pays de Brest 42% Depuis 2007, le nombre de salariés en ETP est passé de à en 2008 et en On assiste à la baisse des emplois familiaux au profit des emplois salariés. 36% des chefs d exploitation ont plus de 50 ans, la transmission de leur exploitation est une problématique forte. Les reprises d entreprises par les enfants sont plus rares aujourd hui. La transmission des exploitations par les chefs d exploitation entraîne bien souvent des regroupements d exploitations. 7 Cultures spécialisées : maraîchage en pleine terre, sous abris chauffés ou non, fleurs, fruits, pépinières, bulbiculture, arboriculture, végétaux d orenement, sapins de noël. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 33

34 Répartition des effectifs salariés par type de culture Répartition des salariés en production agricole (en ETP) par types de culture Culture et élevage non spécialisés 9% Elevages de petits animaux 5% Elevage de gros animaux 19% Entreprises de travaux agricoles 5% Cultures spécialisées 62% Source : Association emploi Formation du Finistère Deux salariés sur trois qui travaillent dans l agriculture sur le Pays de Morlaix interviennent dans la production de cultures spécialisées : légumes, maraîchage, pépinières. Ces emplois sont occupés à 80% par des emplois en contrat à durée déterminée en lien avec la saisonnalité de l activité. On relève également dans les cultures spécialisées un nombre très conséquent de jeunes lié au nombre de postes et besoins saisonniers accessibles pendant les congés scolaires. Les postes sont majoritairement à temps partiel donc peu rémunérateurs sauf pour la production de tomates et de fraises. Ils sont soumis aux intempéries et physiquement difficiles. Dans le secteur culture et élevage non spécialisé, la proportion des salariés en CDI est plus importante. On parle davantage d emploi durable. Répartition du nombre de salariés par âge Nombre de salariés par âge 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 19 ans et moins ans ans ans ans 60 ans et plus Source : Association emploi Formation du Finistère % des salariés agricoles du Pays de Morlaix ont entre 20 et 30 ans en lien avec la prépondérance des activités végétales du Bassin de Morlaix qui traditionnellement emploient une majorité de jeunes sur des emplois en CDD courts. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 34

35 Le secteur agricole sur les 4 communautés de communes Une part significative des surfaces sous serres en tomates et des surfaces en horticulture ornementale (pépinières, plantes en pots, fleurs coupées) est située sur le Pays de Morlaix. Le Finistère étant luimême un des principaux départements français pour ces légumes et produits horticoles, le Pays de Morlaix occupe donc une place parmi les plus importantes au niveau national de ces productions. La production avicole est présente sur le canton de Plouescat (historiquement en diversification des productions légumières) et vers le canton de Plouigneau (proximité de l abattoir Unicopa-Tilly de Guerlesquin). La production porcine et de viande bovine est présente à l ouest du Pays de Morlaix (cantons de Landivisiau, Plouescat, Plouzévédé, Plouigneau et Saint Thégonnec). Les productions dites «de diversification» Les entreprises agricoles recherchent aujourd hui de nouvelles variétés et de nouvelles productions pour ne pas être tributaires d un seul produit. Prince de Bretagne (marque collective des trois coopératives SICA, UCPT et Terre de Saint Malo) diversifie sa gamme de production : 25 légumes différents. Un pôle d excellence rurale labellisé «Innovation énergétique en serre» est une action menée afin d optimiser les procédés permettant de réduire la part du coût de l énergie. On assiste également à une diversification du mode de production. Pour exemple, la SICA de St Pol de Léon qui était à 100% conventionnelle se développe vers de la production bio en lien avec la Maison de l Agriculture Bio du Finistère. Le Pays de Morlaix développe un projet autour du bio dans la restauration collective, avec la Maison de l Agriculture Bio du Finistère. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 35

36 ZOOM SUR LE TOURISME Sources : CCI Morlaix CDT du Finistère En 2010, le Pays de Morlaix compte lits touristiques. Il représente 14% de l offre d accueil touristique du département, le pays de Cornouaille présentant la capacité d accueil la plus dense avec lits soit 57% de l offre finistérienne. Par rapport à 2007, le nombre de lits touristiques est en légère augmentation : +2,8% La capacité d accueil touristique en hébergement marchand sur le Pays de Morlaix en 2010 (en nombre) Pays de Morlaix Finistère Nombre Lits Nombre lits Hôtels classés Campings Locations classées et labellisées Chambres classées et labellisées Autres hébergements Total La capacité d accueil touristique en hébergement marchand n a pas beaucoup évolué depuis Le nombre d hôtels classés et de campings est resté stable, le nombre de lits a légèrement augmenté passant de en 2007 en hôtellerie classée à en Le nombre de lits en locations et chambres classées et labellisées a également augmenté passant de à 2 772, soit une augmentation de 5,6% entre 2007 et La capacité d accueil touristique en hébergement marchand sur le Pays de Morlaix en 2010 (en nombre) par Communauté de communes C de C du Pays de Landivisiau Nombre Lits Hôtels classés Campings Locations classées et labellisées Chambres classées et labellisées Autres hébergements Total C de C du Pays Léonard Nombre Lits Hôtels classés Campings Locations classées et labellisées Chambres classées et labellisées Autres hébergements Total Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 36

37 C de C de la Baie du Kernic Nombre Lits Hôtels classés 3 64 Campings Locations classées et labellisées Chambres classées et labellisées Autres hébergements Total Morlaix Communauté Nombre Lits Hôtels classés Campings Locations classées et labellisées Chambres classées et labellisées Autres hébergements Total La fréquentation dans l hôtellerie Les taux d occupation par pays au 3 ème trimestre 2010 Taux Evolution T.O d occupation 3 ème 3 ème trim.2010/2009 trim.2010 Nuitées 3 ème trim.2010 Evol.nuitées 3 ème trim.2010/2009 Pays de Brest 57,5% -2,4 pts ,3% Pays du COB 49,6% +0,3 pts ,0% Pays de Morlaix 62,5% +3,2 pts ,8% Pays de Cornouaille 63,3% +1,5 pts ,8% Au niveau départemental, le 3 ème trimestre 2010 est relativement stable par rapport à 2009 avec toutefois quelques disparités au niveau des pays. Le pays de Morlaix voit son taux d occupation augmenter de plus de 3 points mais le nombre de nuitées diminuer de -0,8%. Taux d occupation sur l année 2010 Taux d occupation 2010 Evolution 2009/2010 Pays de Morlaix 50,2% +1,5 pts Pays de Brest 54,6% = Pays de Cornouaille 47,8% -0,2 pts Pays du COB 43,8% -0,4 pts Source : fiche annuelle MORGOAT hôtellerie ORT Bretagne Le taux d occupation de l hôtellerie du Pays de Morlaix a été de 50,2% sur l année 2010, légèrement inférieur au taux d occupation régional (52,5%), mais supérieur aux autres pays du département hormis le pays de Brest. Pour ce qui concerne le nombre de nuitées, le Pays de Morlaix se situe dans la fourchette = ou < -1 à = ou < à 1%, les autres pays se situant dans la fourchette inférieure de >-1 à = ou <-5%. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 37

38 Estimation d emplois touristiques St Pol de Léon Lesneven Nbre moyen d emplois touristiques Part dans l emploi salarié de la zone Nbre d emplois touristiques en août Part dans l emploi salarié de la zone Ratio max/min ,3% ,6% 2,6 Morlaix,landivisiau,Carhaix ,5% ,1% 2,2 Source : Tourisme OCTANT N 14- janvier 2011 INSEE Bretagne Le tourisme génère 8% de l emploi salarié sur le littoral (du Conquet à St Pol de Léon). La zone comprend emplois salariés liés au tourisme en janvier et en août. Le pôle de Roscoff et les activités liées à la thalassothérapie contribuent fortement à développer la dynamique touristique via les activités d hôtellerie-restauration. Dans la zone centre-est, en revanche, le poids de l emploi touristique est nettement inférieur à la moyenne départementale : 3,5% contre 5,2%. La saisonnalité de l emploi y est également moins forte : de emplois en janvier à en août. La population se multiplie selon l intensité du tourisme en saison particulièrement sur les territoires littoraux, c est le cas du bassin de vie de St Pol de Léon. A l intérieur des terres, la fréquentation touristique est plus modeste. Réorganisation de l agence de développement du Léon Missions recentrées sur le développement du tourisme sur le territoire de trois communautés de communes du Pays de Morlaix : C de C du pays de Landivisiau, C de C du Pays Léonard, C de C de la Baie du Kernic. Le schéma de développement pour la période comporte trois objectifs : Retrouver un équilibre territorial entre le nord et le sud du territoire en développant des animations et des circuits touristiques (Monts d Arrée et enclos paroissiaux) Développer le tourisme durable passe par : - Le maintien de l emploi au travers de la qualification de l offre touristique et de la labellisation, - Le travail sur l accueil en impliquant les habitants (formation de 50 habitants au métier de guide et information des commerçants sur l offre touristique), - Le développement de circuits vélo, de circuits randonnée, du nautisme (futur port de plaisance de Roscoff et nombreux petits ports à réaménager), mise en tourisme des enclos paroissiaux (nouvelles technologies au service de la découverte du patrimoine : tables tactiles, visites guidées via le téléphone portable ), - La sensibilisation de tous les acteurs (éco gestes), - La poursuite des démarches qualité notamment au sein des offices de tourisme, - L accessibilité des sites à toute forme de handicap, Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 38

39 - Le maintien des outils de travail en place (ingénierie de projet, conseil aux professionnels, suivi des professionnels...) Innover et animer pour réussir le tourisme à l année - Développer l animation hors saison : L animation touristique du territoire est concentrée sur juillet et août alors que les touristes sont présents d avril à octobre. - Innover sur 4 axes : Développer le tourisme d affaires (inauguration du complexe hôtel et salle de séminaire à Plouescat, création d un centre de congrès de 600 places à St Pol de Léon) Développer le tourisme scientifique et technique, en lien avec la station biologique de Roscoff, la thalassothérapie et l hôpital privé (500 emplois)) Il existe déjà une association dédiée à l histoire de ces trois centres et à leur patrimoine. A terme l idée est de réaliser des expositions sur l histoire de la thalassothérapie (née à Roscoff) dans un espace dédié. Développer le tourisme de pêche, ce qui nécessite des infrastructures pour l accueil des touristes (anglais, suisses, finlandais ) 12 spots de pêche seront créés sur le littoral mais aussi dans l intérieur du pays (rivière et lac). Développer le tourisme équestre dans les monts d Arrée notamment. Le schéma de développement économique de Morlaix Communauté Le tourisme fait partie des orientations retenues pour le schéma de développement du pays de Morlaix. Les pistes d action identifiées sont : Améliorer l accueil et favoriser la découverte du territoire Accompagner l adaptation de l hébergement touristique aux enjeux de qualité, d accessibilité et de développement durable. Notamment travailler sur la labellisation des hébergeurs Poursuivre la valorisation du patrimoine, support de notoriété Construire, professionnaliser des offres d activités Développer une communication «de proximité» en utilisant notamment les technologies de l information et de la communication Développer les circuits courts de commercialisation des produits locaux Développer le «tourisme de découverte économique» : tourisme industriel, agritourisme, découverte et dégustation des productions locales, notamment dans les domaines de la pêche et de l ostréiculture Envisager le rôle de la population locale : prescription du territoire, accueil des touristes, clé de la rentabilité des productions en circuits courts, la population locale est potentiellement intéressée par tous les produits touristiques Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 39

40 ZOOM SUR l Economie sociale et Solidaire (ESS) Sources : CRES Bretagne Observatoire Régional de l économie sociale et solidaire ADESS Morlaix INSEE, CLAP (Connaissance locale de l appareil productif) 2007 et 2008 Définition de l économie sociale et solidaire L économie sociale est couramment définie comme le regroupement des structures économiques qui partagent des principes fondateurs définis dans une charte commune publiée en 1980 : fonctionnement démocratique, liberté d adhésion, lucrativité limitée (non appropriation individuelle des excédents financiers), dimension humaine au centre de la finalité des entreprises. Les principales structures adhérentes à l ESS et leurs effectifs Le Pays de Morlaix représente 4.3% des établissements de l ESS en région soit 582 établissements employeurs (3.8% pour l ensemble de l économie). Nombre Nombre de salariés % des effectifs d établissements salariés du Pays Coopératives % Associations % Mutuelles % Fondations % Total % Insee : 2007 En 2007, le Pays de Morlaix est le cinquième pays breton pour le poids de l emploi de l ESS dans l économie : 16.8% des salariés de l économie représentent salariés, soit 21.1% de l emploi privé. Les associations représentent 75% de l ESS et emploient 12.1% des effectifs salariés du Pays. Elles emploient à hauteur de 80% dans le secteur de l action sociale et de l éducation. Les coopératives interviennent davantage dans les activités financières (28.1%), le commerce (48,6%) et dans la construction (20% contre 4% sur tous pays). Les coopératives de la sphère agricole constituent 50% des établissements coopératifs du territoire devant les coopératives de crédit 42%. Il faut souligner l importance du tissu des SCOP sur le territoire qui en héberge 10%. Le Pays de Morlaix compte 4 fondations dont l activité se répartit sur 8 établissements. Les fondations sont présentes dans le secteur de la santé (3 établissements pour 579 salariés), dans le secteur social (255 salariés pour 4 structures). La Fondation Masse-Trevidy gère des établissements d hébergement social pour enfants et adultes en difficulté sur Morlaix. Le Pays Leonard accueille un établissement hospitalier (Centre Helio-marin) sur Roscoff, et un établissement d hébergement d enfants en difficulté (Fondation des apprentis d Auteuil). Sur la Communauté de Communes de la Baie de Kernic, à Plouescat, est implanté un EPHAD. Les mutuelles sont peu représentées, elles se concentrent généralement sur les pôles urbains. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 40

41 18% 16% 14% 12% 10% 8% 6% 4% 2% 0% Poids de l'emploi dans l'ess 12,10% 10,10% 2,40% 2,70% 0,10% 0,80% 2,20% 0,30% 16,80% 13,90% Associations Coopératives Mutuelles Fondations ESS St ruct ures Pays de Morlaix Tous Pays Source : INSEE CLAP 2008 Effectifs salariés Le poids de l ESS dans l emploi est nettement au dessus de la moyenne régionale, 16.8% contre 13.9% en Bretagne. Il se distingue par un poids important de l emploi associatif et par une présence significative des fondations : 2.2% de l emploi du territoire, contre 0.3% en Région. Le Pays de Morlaix est le deuxième pays breton pour le poids des fondations, le sixième pays breton pour le poids des associations et le 10 ème pays pour le poids des coopératives dans l emploi salarié du Pays. Les secteurs d activité et l emploi salarié de l ESS Services aux entreprises 5% Services aux particuliers 5% Commerce 8% Répartition des emplois par secteur d'activité Activités financières 4% Construction 3% Autres 5% Action Sociale 37% Santé 11% Education formation 22% Source : INSEE CLAP 2007, ETP Le premier secteur d activité de l ESS comme dans la plupart des territoires est l action sociale (1 845 emplois). Le secteur éducation/formation est deuxième en volume d emploi (1 077 emplois). ¾ des établissements de ce secteur sont des associations gestionnaires d établissements d enseignement privé (du primaire au secondaire), le reste étant composé des établissements de formation continue pour adultes. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 41

42 Le secteur santé occupe une place conséquente sur le territoire du fait d établissements hospitaliers et d établissements d hébergement médicalisés pour personnes âgées gérés par des fondations et des associations (563 emplois). Le secteur commerce, avec 388 emplois, arrive en 4ème position, alors qu il n est que 7ème en Bretagne. Cela s explique par l importance des coopératives de commerce agricole. L économie sociale occupe une position largement dominante dans les activités bancaires et l action sociale respectivement 69% et 67% des ETP. L importance de l enseignement privé, géré par des associations conduit à un poids important de l ESS dans le secteur éducatif (44% des effectifs). L ESS emploie 16% des ETP du secteur Santé, 13% dans les assurances, plus de 10% dans les services aux entreprises et aux particuliers. Spécificités de la répartition sectorielle de l ESS du Pays de Morlaix L analyse de la spécificité du territoire via l indice de spécificité représente la part des ETP d un secteur dans l ESS dans le Pays de Morlaix rapportée à la même part dans la région. Ce dernier confirme l importance des secteurs de la Construction, du Commerce et de la Santé, mais met en lumière un poids important de l ESS pour les activités de services aux entreprises. Le pays est le deuxième territoire breton en termes de nombre de groupement d employeurs, essentiellement liés aux activités agricoles. Le poids du secteur de la construction dans l ESS est un des traits les plus distinctifs du Pays de Morlaix. Le pays héberge 15% des emplois de l ESS sur le secteur Construction en Bretagne, grâce à l implantation de 6 SCOP en 2007 et 8 en 2011 sur ces filières. Le pays compte également un important tissu de coopératives de commerce agricole qui explique la poids de ce secteur dans l ESS. A l opposé on notera l absence d activités immobilières, le faible poids dans l ESS des activités de banque et d assurance, ainsi que des activités industrielles. Dans l ESS, le taux d encadrement est supérieur à celui du reste de l économie. Ils représentent 22% sur le Pays de Morlaix contre 14% dans le reste de l économie. La majorité des travailleurs sont des femmes : 69% de l effectif en lien avec les secteurs très féminisés de la santé, de l éducation, et du social. L ESS dans les communautés de communes du Pays de Morlaix EPCI ETP créés entre 2002 et 2007 Croissance (%) CA Morlaix- Communauté % CC de la Baie du Kernic % CC du Pays de Landivisiau % CC du Pays Léonard % Pays de Morlaix % Bretagne % Source : CRES Bretagne Observatoire Régional de l'économie sociale et solidaire Le développement de l emploi dans l Economie Sociale et Solidaire est bien différencié entre la Communauté d agglomération de Morlaix et la Communauté de communes du Pays léonard qui connaissent une croissance faible, inférieure à la moyenne régionale et les Communautés de communes de Landivisiau et de la Baie du Kernic où l emploi se développe fortement. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 42

43 Sur l agglomération de Morlaix on observe une baisse du volume d emploi associatif ( 4% ; -58 ETP) et une croissance de l emploi dans les coopératives (+19%). Sur la Communauté de communes du Pays Léonard, l essentiel de la croissance est porté par les associations dont l emploi augmente de 13% (+ 40 ETP). On note la création de groupements d employeurs mais également d établissements du secteur culturel (Cinéma, théâtre). Concernant la Communauté de communes de Landivisiau, l emploi associatif augmente également de +13% avec 72 ETP créés. D autre part, la période observée a vu l installation de 2 SCOP (Terrassement, Papeterie). On observe une forte croissance de l emploi associatif sur la C de C de la Baie du Kernic, +53% (+87 ETP) en lien avec la création de plusieurs groupements d employeurs. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 43

44 Le Marché du travail Source : Pôle emploi Zoom territorial Bassin de Morlaix Février 2011 La demande d emploi La demande d emploi fin de mois (fin février 2011) demandeurs d emploi sont inscrits en catégorie A à fin février demandeurs d emploi sont inscrits en catégories A+B+C à fin février Répartition des DEFM (brut) par catégorie 8 Nombre de DEFM Evolution sur 1 an poids (données brutes) Cat.A ,8% 56% Cat.B ,5% 14% Cat.C ,4% 16% Cat.D 680-4,5% 8% Cat.E ,8% 7% Total ,7% 100% Répartition des DEFM par sexe (catégories abcde) 48% 52% femmes hommes évolution sur 1 an hommes +6% femmes +3% Les jeunes de moins de 25 ans (cat.abc) jeunes < 25 ans étaient demandeurs d emploi à fin février 2011 Evolution sur 1 an Morlaix +0,6% Bretagne -5,2% 8 Catégorie A : demandeurs d emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d emploi, sans emploi Catégorie B : demandeurs d emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d emploi, ayant exercé une activité réduite courte (78h ou moins au cours du mois) Catégorie C : demandeurs d emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d emploi, ayant exercé une activité réduite longue (de plus de 78h au cours du mois) Catégorie D : demandeurs d emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d emploi (en raison d un stage, d une formation, d une maladie ) sans emploi Catégorie E : demandeurs d emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d emploi, en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés) Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 44

45 Les chômeurs de longue durée (cat abc) chômeurs de longue durée (>1 an) à fin février 2011 Evolution sur 1 an Taux de chômage longue durée Morlaix +16,1% 36% /DEFM Bretagne +14,6 36%/DEFM ABC Entre 2009 et 2010, le nombre de demandeurs d emploi de catégorie A a augmenté de +3,7% alors que dans le même temps, il diminuait de -0,1% dans le département et de -0,6% en région bretagne. Si l on cumule les trois catégories A+B+C, l augmentation est de +5,0%, nettement supérieure également à celle du département (+1,9%) et celle de la région (+2,1%). Les femmes sont majoritaires dans la demande d emploi avec 52% mais c est la demande d emploi masculine qui a le plus augmenté sur un an : +6% contre +3% pour les femmes. C est dans la tranche d âge des 25 à 49 ans qu on trouve la majorité des demandeurs d emploi. L évolution sur 1 an est de +2% (cat abc) pour cette tranche d âge ainsi que pour celle des <25 ans, en revanche les >49 ans ont progressé de +15%. La part de l activité réduite a augmenté de +2 points entre février 2010 et février 2011 pour les hommes alors qu elle a diminué d 1 point pour les femmes. Les flux d entrées et de sorties Demande enregistrée fév 2011/fév.2010 Demande sortie fév.2011/fév ,5% +2,8% Répartition des motifs Entrées Vol 12 mois glissants Poids Vol mensuel fév.2011 Evolution sur 1 an Fin CDD % % Autre licenciement 731 7% 54 Licenciement éco 123 1% 7 17% Fin de mission 623 6% 46-29% Démission 349 3% 25-34% Reprise d activité % 73 1% Fct conventionnelle 438 4% 24-2,7% Autres cas % 247-7% Primo De 499 5% % 729-3% Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 45

46 Sorties Vol 12 mois glissants Poids Vol mensuel fév.2011 Evolution sur 1 an Absence % % Reprise d emploi % 175 4% Formation 890 9% 58-5% Arrêt recherche 233 2% % Maladie 551 6% 44 5% Suspension 490 5% 24-59% Changement géo % 20-5% Retraite 24 0% 2 Autres cas 509 5% 37-21% % 725 3% Structure de la demande d emploi cat.a selon la qualification fin décembre ,5% 39,9% 4,3% 0,5% 9,1% 16,1% 18,7% manœuvres et OS ouvriers qualifiés employés NQ employés qualifiés techniciens AM ingénieurs et cadres non précisé La part des non qualifiés s élève à 27,8%. Les indicateurs de tension (fin février 2011) Les caractéristiques des DEFM (ABC) sur les 10 principaux métiers Dans le bassin de Morlaix, demandeurs d emploi sont inscrits sur 10 métiers, soit 30% des demandeurs d emploi Métiers (Rome V3) Assistance auprès d enfants Total DEFM % femmes % jeunes % DEFM >1 an % Act réduite % 12% 40% 55% Services domestiques % 10% 49% 54% Horticulture et maraîchage % 15% 27% 33% Nettoyage de locaux % 9% 52% 37% Conduite d équipement de production alimentaire Opérations manuelles d assemblage, tri ou emballage Conduite de transport de marchandises sur longue % 10% 43% 34% % 15% 38% 31% 186 8% 8% 39% 35% Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 46

47 distance Secrétariat % 9% 39% 39% Personnel polyvalent des services hospitaliers Vente en habillement et accessoires de la personne % 29% 28% 39% % 31% 34% 31% Les 10 premiers métiers dans la demande d emploi sont des métiers sur lesquels les femmes sont très fortement positionnées hors les métiers de «conduite de transport de marchandises sur longue distance» et dans une moindre mesure «horticulture et maraîchage» et «conduite d équipement de production alimentaire». C est sur le métier de «nettoyeur de locaux» (4 ème métier dans la demande d emploi) que la part des chômeurs de longue durée est la plus importante : 52% Rapport demandeurs d emploi/offres d emploi disponibles en fin de mois (offres par volume décroissant) Métiers (Rome V3) Offres disponibles Total DEFM Nbre de DEFM/offres Horticulture et maraîchage Personnel de cuisine Service en restauration Aide agricole de production légumière ou végétale Soins infirmiers généralistes Soins d hygiène, de confort du patient Mécanique automobile Conduite d équipement de production alimentaire Maintenance des bâtiments et des locaux Assistanat commercial Le métier pour lequel le rapport DE/OE est le plus élevé (24 DE pour 1 OE) est celui de conduite d équipement de production alimentaire. Celui pour lequel il est le plus faible (1 DE pour 1 OE) est le métier de «soins infirmiers généralistes». Les métiers dits en tension sont très conjoncturels, ils sont liés à l aspect saisonnier des activités que ce soit en agriculture, agroalimentaire ou en hôtellerie restauration. Ils peuvent être également liés à une pénurie de main d œuvre qualifiée, notamment sur des métiers comme la conduite d équipement de production alimentaire. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 47

48 L offre d emploi Les offres collectées 9 par secteurs d activité sur les 12 derniers mois (février 2010 à février 2011) Activités liées à l emploi 10 dont : industrie dont : construction BTP dont : transport et logistique dont : agriculture et pêche dont : installation et maintenance Industries alimentaires Culture et production animale, chasse et services annexes Commerce de détail, à l exception des automobiles et motocycles Restauration Hébergement Enseignement Hébergement médico-social et social Activités pour la santé humaine Commerce de gros, à l exception des automobiles et motocycles Total des 10 premiers secteurs Autres secteurs Total des offres volume % total % emplois durables ,4% 5,9% 1,9% 1,8% 0,6% 0,6% 18,2% 14,3% 7,1% 6,6% 3,9% 3,5% 3,2% 2,8% 2,7% 87% 13% 100% 6% 3% 3% 10% 24% 11% 15% 17% 40% 48% 30% 73% 46% 40% 36% 25% 30% Evolution annuelle -1% 46% 9% 0% 7% 47% -2% 13% 23% -7% 29% -46% 10% Les offres collectées par métier sur les 12 derniers mois (février 2010 à février 2011) H2102-conduite d équipement de production alimentaire A1414-horticulture et maraîchage G1803-service en restauration G1602-personnel de cuisine G1603-personnel polyvalent en restauration A1402-aide agricole de production légumière ou végétale K1303-Assistance auprès d enfants K2204-nettoyage de locaux N1103-magasinage et préparation de commandes N4101-conduite de transport de marchandises sur longue distance M1602-opérations administratives K1304-services domestiques J1501-soins d hygiène, de confort du patient volume % total % emplois durables ,2% 10,7% 3,3% 2,9% 2,8% 2,6% 2,0% 1,9% 1,7% 1,6% 1,6% 1,5% 1,4% 2% 14% 43% 48% 20% 4% 78% 54% 16% 29% 7% 37% 29% Evolution annuelle Le cumul par métier sur les 12 derniers mois n est pas réalisable Avant décembre Le volume d offres collectées intègre l intérim 10 L intérim (activités liées à l emploi) est toujours sur la 1 ère ligne du tableau même s il n est pas le secteur principal Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 48

49 I1604-mécanique automobile H3301-conduite d équipement de conditionnement ,3% 1,3% 67% 9% Total des 15 premiers métiers Autres métiers Total des offres % 47% 100% 20% 30% 10% Les 10 premiers secteurs d activité concentrent 87% de l offre d emploi. Les deux premiers métiers en termes de nombre d offres d emploi sont ceux de «la conduite d équipement de production alimentaire» avec offres collectées et «horticulture et maraîchage» avec 665 offres collectées entre février 2010 et février A eux deux, ils représentent près de 27% de l offre d emploi sur le bassin de Morlaix mais le pourcentage d emploi durable est faible : respectivement 2% et 14%. Le nombre total d offres d emploi collectées entre février 2010 et février 2011 a augmenté de +10% par rapport à la même période de l année précédente. ventilation des offres collectées sur les 12 derniers mois 13,5% 30% emploi durable (>6 mois) emploi temporaire (de 1 à 6 mois) emploi occasionnel (<1 mois) 56,5% La majorité des emplois proposés sont des emplois temporaires, c'est-à-dire de moins de 6 mois, la part des emplois durables n étant que de 30% sur la période. Les projets de recrutement 2011 sur le bassin de Morlaix (enquête BMO) Nombre de projets Part des projets difficiles Part des saisonniers Morlaix % 73,4% Finistère ,4% 58,8% Bretagne ,2% 50,1% Le nombre de projets de recrutement a très légèrement baissé par rapport à 2010 où projets étaient déclarés. La part des projets difficiles reste la même et la part des emplois saisonniers augmente de 1,7%. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 49

50 Le bassin de Morlaix représente près de 21% du nombre total de projets de recrutements envisagés par les entreprises sur le département. Par rapport au département ou à la région, les difficultés à recruter sont moins importantes, en revanche la part de l emploi saisonnier dans les projets de recrutement est très supérieure à celles de la région et du département. Les 10 métiers les plus recherchés Intitulé métier Nombre projets % projets difficiles % des saisonniers Agriculteurs, salariés, ouvriers agricoles ,4 91,2% Maraîchers, horticulteurs salariés ,7% 79,4% ONQ des IAA 567 0% 98,1% Employés de l hôtellerie ,8% 98 Serveurs de café, restaurant, commis % 90,8% Aides, apprentis,employés polyvalents de cuisine ,8% 93,6% Aides soignants (AMP, auxiliaires de puériculture, assistants médicaux) Aides à domicile, aides ménagères, travailleuses médicales % 32,5% ,6% 92% Agents d entretien des locaux (y compris ATSEM) % 32,5% Professionnels de l animation socioculturelle 84 31,4% 73,3% Ce sont les secteurs de l agriculture, des IAA et de l hôtellerie restauration qui arrivent en premier dans les projets de recrutement. La part des emplois saisonniers y est très importante, supérieure à 90% pour les trois secteurs (hormis le maraîchage où elle est légèrement plus faible mais quand même proche de 80%). Les difficultés de recrutement touchent surtout les métiers d aides soignants et d aides à domicile avec respectivement 77% et 72,6%. Près de la moitié des projets de recrutement de maraîchers et horticulteurs salariés sont déclarés comme étant difficiles. Par rapport à l enquête BMO 2010, les 10 métiers les plus recherchés n ont guère évolué. On retrouve en 1 er les métiers d agriculteurs salariés et ouvriers agricoles (même si le nombre a diminué avec un écart de moins 127 projets). 3 métiers disparaissent : viticulteurs, arboriculteurs, cueilleurs, ONQ de l emballage et manutentionnaire, cuisiniers au profit de : aides soignants, aides à domicile, professionnels de l animation socioculturelle L emploi intérimaire 11 à fin janvier 2011 Sur 1 mois Sur 1 an Morlaix -17% -6% Finistère -10% +1% Bretagne -8% +6% Après une hausse significative entre fin 2009 et juillet 2010, l emploi intérimaire diminue avec une chute importante depuis le début de l année Sur 1 an, l emploi intérimaire a diminué de -6% sur le bassin de Morlaix alors que sur la même période, il a augmenté de +1% dans le département et de +6% en région Bretagne. 11 Les données intérim sont publiées à titre provisoire. Chaque mois, un certain nombre de déclarations d intérim peuvent arriver tardivement dans les bases de Pôle emploi. Un recul de plusieurs mois est donc nécessaire pour consolider les résultats. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 50

51 l'intérim par secteur d'activité 22% 2% 25% 51% agriculture industrie construction tertiaire Les dix premiers secteurs (en nombre d intérimaires) ayant recours à l intérim sont : Janvier 2011 Intérimaires Evolution sur 1 an, Fabrication de denrées alimentaires, boissons et % produits à base de tabac Construction % Fabrication d autres produits industriels 209-2% Transports et entreposage % Commerce réparation automobile motocycles % Industries extractives, énergie, eau, gestion des 48-36% déchets et dépollution Fabrication d équipements électriques, % électroniques, informatiques et de machines Agriculture, sylviculture et pêche 27-29% Information et communication % Activités scientifiques et techniques, services % administratifs et de soutien Total % Note : lorsque les volumes sont faibles, les pourcentages d évolution peuvent être élevés Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 51

52 La Formation Source : Tableau de bord Emploi Formation Pays de Morlaix Edition 2008 Répartition et évolution des effectifs par dispositif de formation 2008 Effectifs 2008 Morlaix % Part des Femmes Effectifs 2008 Bretagne % Part des Femmes Formation initiale ,8% 54,4% ,2% 44,6% Formation professionnelle continue Dont statut scolaire ,7% 55,5% % 48,1% Dont apprentissage 100 4,1% 39,2% ,3% 28,8% ,2% 27,1% ,8% 44,4% Total ,0% 40,8% ,0% 44,5% Source : GREF Bretagne En 2008, La formation initiale représente 61,8 % (74,2% en Bretagne). Le territoire de Morlaix offre moins de cursus professionnels en formation initiale mais davantage de bacs généraux. En formation initiale, 93 % des effectifs sont sous statut scolaire et étudiant (82% en Bretagne) et 6 % en apprentissage (17 % en Bretagne). L apprentissage est peu développé au profit du Pays de Brest et du Pays de Cornouaille. La formation continue représente 38,2 % (25,8 % en Bretagne dont un tiers de femmes). Le nombre de stagiaires en formation continue en 2008 est de 920, dont 27,1 % de femmes (44,4% pour la Bretagne) et une majorité de niveau V (60% contre 51% en Bretagne). Effectif par domaine de formation et évolution 2007 Morlaix GFE de Formation Scolaires/ étudiants Apprentissage Effectifs (en dernière année de formation en 2007) Formation professionnelle Continue Total % Part des Femmes Evolution 2006/ Agriculture ,2 % 40,5% Pêche Mer - aquaculture 03 Bâtiment gros œuvre Génie civil Extraction 04 Bâtiment : équipement et finition 05 Structures métalliques Travail des métaux Fonderie 06 Mécanique Automatismes 07 Electricité Electrotechnique - Electronique ,5% 14,3% ,0% 0,0% ,3 % 14,9% ,9% 0,0% ,7% 4,5% ,3% 0,9% Travail des matériaux ,4% 74,2% +10 Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 52

53 Industries de process 09 Production alimentaire cuisine 10 Textile Habillement cuir 11 Travail du bois 12 Techniques graphiques Impression 13 Transports Conduite Manutention Magasinage 14 Tertiaire de bureau Tertiaire spécialisé 15 Commerce et distribution 16 Paramédical Travail social Soins personnels 17 Hôtellerie Restauration Tourisme Loisirs 18 Nettoyage Assainissement Environnement Sécurité 19 Techniques de communication Média 20 Arts appliqués Arts du spectacle ,0% 72,2% ,0% 6,3% ,2% 19,3% ,5% 55,6% ,4% 49,0% ,4% 89,4% ,4% 31,0% ,4% 35,4% ,5% 45,5% Total ,0% 45,0% - Source : GREF Bretagne Effectifs par domaine de formation Nettoyage; 2% Autres secteurs 7% Agriculture; 7% Bâtiment équipement; 6% Travail des métaux; 2% Mécanique; 10% Paramédical; 21% Electricité ; 5% Commerce et distribution; 17% Tertaire; 15% Transport; 7% Source : GREF Bretagne Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 53

54 Tous types de formation confondus (initiale et continue), les domaines de formation les plus investis sont le paramédical, le travail social et les soins personnels, puis le commerce et la distribution et enfin le tertiaire de bureau et le tertiaire spécialisé. En 2007, 21,3 % des stagiaires suivent une formation dans le domaine paramédical, travail social et soins personnels dont 77% en formation initiale, 17,4 % en commerce et distribution dont 42 % en formation initiale et 14,5 % en tertiaire de bureau et tertiaire spécialisé (dont 87 % en formation initiale). Viennent ensuite par ordre d importance les secteurs de la mécanique, de l agriculture, du transport et du bâtiment (équipement). En termes d évolution, on note une forte augmentation dans le domaine tertiaire (+110) et un recul de la formation dans le commerce et la distribution (-110). En formation initiale, les secteurs principaux sont le paramédical-travail social-soins personnels avec 25,5%, le secteur tertiaire spécialisé avec 20%, le commerce-distribution avec 16,7%, l agriculture avec 11,4% et Mécanismes-automatismes avec 10,8%. On relève une absence de formation initiale dans le secteur du bâtiment, l offre existe sur le Pays de Brest et le Pays de Cornouaille. De même dans le secteur de l hôtellerie et la restauration, l offre de formation initiale est inexistante au profit du Pays de Cornouaille. L apprentissage est peu développé puisqu il représente 4,1% de la formation contre 13,3% pour la Bretagne en Les centres de formation se situent sur les pays limitrophes (Brest et Cornouaille). L apprentissage se concentre sur 4 secteurs : le commerce, la métallurgie, le sanitaire et social et la production alimentaire-cuisine. Sur le secteur de la métallurgie, un recentrage des formations sur Brest est en cours. Les effectifs de la formation continue se concentrent sur le secteur du transport-magasinage (27,2%), du commerce distribution (21,7%) et du bâtiment-équipements (18,5%). Il n existe pas de formation continue en agriculture, les plus proches étant sur le Pays de Brest. Répartition et évolution des effectifs en formation initiale par dispositif et niveau de formation 2007 Effectifs en 2007 Morlaix % Part des Femmes Effectifs en 2007 Bretagne % Part des Femmes Statut scolaire ,9% 54,3% ,3% 47,2% Niveau III et plus ,4% 45,9% ,8% 47,8% Niveau IV ,7% 47,7% ,9% 46,6% Niveau V ,8% 65,8% ,5% 47,5% Apprentissage 120 9,1% 31,0% ,7% 29,2% Niveau III et plus 70 5,3% 40,0% ,5% 42,1% Niveau IV 30 2,3% 25,0% ,2% 38,8% Niveau V 10 0,8% 0,0% ,1% 22,8% Total ,0% 52,2% ,0% 44,4% Source : GREF Bretagne Le niveau de formation initiale se situe pour 41,7% au niveau IV et 34,8% au niveau V alors que pour les niveaux III et plus, il ne se situe qu à 14,4%, contre 23,8% en Bretagne. En formation continue, les stagiaires se forment à 65,3% sur un premier niveau de qualification : le niveau V (42,1% pour la Bretagne). Concernant l apprentissage, le niveau est plus élevé puisque 58 % des apprentis préparent un diplôme de niveau III et plus. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 54

55 Les domaines de formation touchés par la mobilité En formation initiale : 2007 Morlaix Les 3 GFE entrants Effectifs 01 Agriculture Paramédical travail social Soins personnels Commerce et distribution 70 Les 3 GFE sortants 16 Paramédical travail social Soins personnels Hôtellerie Restauration Tourisme - Loisirs Tertiaire de bureau Tertiaire spécialisé 80 Source : GREF Bretagne Même si le secteur paramédical est fortement investi en formation initiale, toutes les formations ne sont pas proposées sur le territoire, éducateur spécialisé par exemple : 45 % des stagiaires de la formation quittent le pays de Morlaix pour suivre une formation dans ce domaine et 36% pour suivre une formation dans l hôtellerie restauration. En lien avec l offre de formation, les jeunes viennent sur le territoire pour se former dans le domaine de l agriculture, du paramédical, travail social et soins personnels et le commerce-distribution. En formation continue : 2007 Morlaix Les 3 GFE entrants Effectifs 04 Bâtiment : équipement et finitions Commerce et distribution Transports Conduite Manutention - Magasinage Les 3 GFE sortants 16 Paramédical travail social Soins personnels Structures métalliques Travail des métaux Tertiaire de bureau Tertiaire spécialisé 30 Source : GREF Bretagne 50 En formation continue, les stagiaires viennent sur le Pays de Morlaix pour se former dans le domaine du bâtiment, du commerce et du transport. En revanche, ils quittent le Pays pour se former au domaine paramédical, structures métalliques et tertiaire en lien avec l absence de formation continue sur le territoire. Les principaux mouvements d élèves avec les autres pays (formation initiale et formation continue) 2007 Morlaix Les 3 premiers pays en provenance (entrants) Effectifs Brest 180 Centre Ouest Bretagne 50 Cornouaille 50 Les 3 premiers pays de destination (sortants) Brest 500 Cornouaille 110 Saint-Brieuc 80 Source : GREF Bretagne Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 55

56 En lien avec les offres de formation évoquées dans les deux tableaux ci-dessus, 64 % des stagiaires entrants sont originaires du Pays de Brest et 73% des stagiaires quittent le Pays de Morlaix pour l offre de formation du Pays de Brest. Les principaux pôles de formation Formation initiale Etablissement/partenariat ISFFEL (Institut Supérieur de Formation Fruits et Légumes) - Saint Pol de Léon IFSI - Centre hospitalier de Morlaix IUT Morlaix Lycée Notre-Dame-du-Kreisker - Saint Pol de Léon Lycée polyvalent Tristan- Corbière - Plourin Les Morlaix Lycée agricole de Suscinio - Morlaix CCI de Morlaix Lycée du Léon - Landivisiau Lycée Notre Dame du Mur - Morlaix Domaines de formation - Master 2 Management des chaînes de logistiques globales (Partenariat UBO/ IUT Morlaix) - Licence pro commerce option management et marketing des réseaux de distribution en produits alimentaires (Partenariat UBO/ IUT Morlaix) - Licence pro sciences de la vie mention industrie agroalimentaire, alimentation spécialité sécurité alimentaire (Partenariat UPMC/PARIS 6/ Station biologique de ROSCOFF) - Licence pro droit, économie, gestion commerce spécialité commercialisation et sécurité des produits alimentaires (Partenariat UCO Guingamp) - BTS management des unités commerciales - Titre professionnel responsable de rayon - CQP vendeur conseil - Infirmier - Aide-soignant - DUT GACO (Gestion administrative et commerciale) - Projet Formation en Génie civil-travaux publics (l'éco-habitat) - BTS Commerce International - BTS Aéronautique - BTS conception et industrialisation en microtechniques - BTS Conception de produits industriels - BTS Technico commercial agricole - BTS Agricole Gestion et protection de la nature (en 1 an) - BTS Agricole Gestion et protection de la nature (en 2 ans) - Licence professionnelle Aménagement du territoire) - FORMAPACK (formation en packaging alimentaire), formation universitaire supérieure - niveau BAC + 3 (Partenariat UBO/UFR Sciences et techniques) - BTS Management des unités commerciales - Comptabilité et gestion des organisations Formation continue Etablissement/partenariat AFPI Landivisiau Industrielle Domaines de formation Bac pro technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques Bac pro technicien en chaudronnerie industrielle CAP réalisation en chaudronnerie industrielle CQP chaudronnerie des thermodurcissables (CQO1) CQP chaudronnerie des thermoplastiques (CQO2) Licence soudage AFPE -Association pour les formations aux professions éducatives et sociales - Morlaix Métiers du champ éducatif, social et médico-social - Aide Médico-Psychologique - Assistant de soin en gérontologie - Responsable d'unité d'intervention Sociale Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 56

57 ICARE - Morlaix Centre de formation aéronautique - Surveillant de Nuit et Maîtresse de Maison - Tuteur référent, maître d'apprentissage AFPA Morlaix CCI de Morlaix ECF ROUDAUT LANDIVISIAU GRETA de Morlaix Maison familiale rurale d'éducation et d'orientation PLOUNEVEZ LOCHRIST BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS, EQUIPEMENT MAINTENANCE, AMENAGEMENT, Tertiaire, commerce et réparation - AGENT D'ENTRETIEN DU BATIMENT - GROS OEUVRE : maçon, constructeur béton armé. - SECOND OEUVRE électricien d'équipements, menuisier d'agencement - SECOND OEUVRE FINITION : carreleur, plâtrier, plaquiste, solier moquettiste, peintre en bâtiment. - FONCTIONS OU TECHNIQUES DU SECTEUR TERTIAIRE - TERTIAIRE SERVICES, COMMERCE, TOURISME, LOISIRS. - COMMERCE ET RÉPARATION SECRETARIAT - INFORMATIQUE - BUREAUTIQUE * COMPTABILITE - GESTION * COMMERCIAL * MANAGEMENT * RESSOURCES HUMAINES * LANGUES MANUTENTION - CONDUITE D'ENGINS * EMBALLAGE / CONDITIONNEMENT * SANTE/SERVICES A LA PERSONNE... * SECURITE - TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS ENSEIGNANTS DE LA CONDUITE, manutention INDUSTRIE,TRANSPORT-LOGISTIQUE, TERTIAIRE ET SERVICES,SANITAIRE ET SOCIAL, SECURITE - ERGOMOTRICITE - ENVIRONNEMENT HYGIENE, FORMATIONS GENERALES - LANGUES : SANITAIRE ET SOCIAL : formation de base des aides à domicile Apprentissage Etablissement/partenariat CFA Agricole de Kerliver- Châteaulin (Lycée de Suscinio - Morlaix-Ploujean) MORLAIX- PLOUJEAN CFA de l'isffel - SAINT POL DE LEON CFA de l'isffel (IUT de Brest) MORLAIX CFA Industriel de Bretagne - CFAI (DIAFOR - Landivisiau) Domaines de formation BAC PRO Productions horticoles spécialité florales et légumières (maraîchage biologique) LIC PRO Industrie agroalimentaire, alimentation : Sécurité alimentaire CSA Responsable technico commercial en fruits et légumes Responsable de rayon LIC PRO Commerce - distribution : Chef de secteur LIC PRO Commerce : Management et marketing des réseaux de distribution option produits alimentaires BAC PRO Technicien en chaudronnerie industrielle CAP Réalisation en chaudronnerie industrielle Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 57

58 Annexes Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 58

59 Les territoires Composition Zone d emploi de Morlaix Pays de Morlaix Bassin d emploi de Morlaix (ALE) 67 communes 61 communes 60 communes Pays de Morlaix Bassin d emploi de Morlaix Zone d emploi de Morlaix (Pôle emploi) Bodilis Bodilis Bodilis Botsorhel Botsorhel Botsorhel Carantec Carantec Carantec Cléder Cléder Cléder Le Cloître-Saint-Thégonnec Le Cloître-Saint-Thégonnec Le Cloître-Saint-Thégonnec Commana Commana Commana Garlan Garlan Garlan Guerlesquin Guerlesquin Guerlesquin Guiclan Guiclan Guiclan Guimaëc Guimaëc Guimaëc Guimiliau Guimiliau Guimiliau Henvic Henvic Henvic Île-de-Batz Île-de-Batz Île-de-Batz Lampaul-Guimiliau Lampaul-Guimiliau Lampaul-Guimiliau Landivisiau Landivisiau Landivisiau Lanhouarneau Lanhouarneau Lanhouarneau Lanmeur Lanmeur Lanmeur Lannéanou Lannéanou Lannéanou Lanneuffret Loc-Eguiner-Saint Thégonnec Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec Loc-Eguiner-Saint- Thégonnec Loc-Eguiner Loc-Eguiner Locmélar Locmélar Locmélar Locquénolé Locquénolé Locquénolé Locquirec Locquirec Locquirec La Martyre Mespaul Mespaul Mespaul Morlaix Morlaix Morlaix Pleyber-Christ Pleyber-Christ Pleyber-Christ Ploudiry Plouégat-Guérand Plouégat-Guérand Plouégat-Guérand Plouégat-Moysan Plouégat-Moysan Plouégat-Moysan Plouénan Plouénan Plouénan Plouescat Plouescat Plouescat Plouezoc'h Plouezoc'h Plouezoc'h Plougar Plougar Plougar Plougasnou Plougasnou Plougasnou Plougonven Plougonven Plougonven Plougoulm Plougoulm Plougoulm Plougourvest Plougourvest Plougourvest Plouigneau Plouigneau Plouigneau Plounéour-Ménez Plounéour-Ménez Plounéour-Ménez Plounéventer Plounéventer Plounéventer Plounévez-Lochrist Plounévez-Lochrist Plounévez-Lochrist Plourin-lès-Morlaix Plourin-lès-Morlaix Plourin-lès-Morlaix Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 59

60 29210 Plouvorn Plouvorn Plouvorn Plouzévédé Plouzévédé Plouzévédé Le Ponthou Le Ponthou Le Ponthou La Roche-Maurice Roscoff Roscoff Roscoff Saint-Derrien Saint-Derrien Saint-Derrien Saint-Jean-du-Doigt Saint-Jean-du-Doigt Saint-Jean-du-Doigt Saint-Martin-des-Champs Saint-Martin-des-Champs Saint-Martin-des-Champs Saint-Pol-de-Léon Saint-Pol-de-Léon Saint-Pol-de-Léon Saint-Sauveur Saint-Sauveur Saint-Sauveur Saint-Servais Saint-Servais Saint-Servais Sainte-Sève Sainte-Sève Sainte-Sève Saint-Thégonnec Saint-Thégonnec Saint-Thégonnec Saint-Vougay Saint-Vougay Saint-Vougay Santec Santec Santec Sibiril Sibiril Sibiril Sizun Sizun Sizun Taulé Taulé Taulé Tréflaouénan Tréflaouénan Tréflaouénan Tréflévénez Tréflez Tréflez Tréflez Le Tréhou Trézilidé Trézilidé Trézilide Morlaix Communauté C de C du Pays de Landivisiau C de C du Pays Léonard C de C de la baie du Kernic Bothsorel Bodilis Ile de Batz Cléder Carantec Commana Mespaul Lanhouarneau Garlan Guiclan Plouénan Plouescat Guerlesquin Guimiliau Plougoulm Plounévez-Lochrist Guimaëc Lampaul-guimiliau Roscoff Tréflaouénan Henvic Landivisiau St Pol de Léon Tréflez Lanmeur Loc-Eguiner Santec Lannéanou Locmélar Sibiril Le Cloître St Thégonnec Plougar Le ponthou Plougourvest Loc-Eguiner St Plounéventer Thégonnec Locquénolé Plouvorn Locquirec Plouzévédé Morlaix St Derrien Pleyber-Christ St Sauveur Plouégat-Guérand St Servais Plouégat-Moysan St Vougay Plouezoc h Sizun Plougasnou Trézilidé Plougonven Plouigneau Plounéour-Ménez Plourin-Les-Morlaix Ste Sève St Jean du Doigt St Martin des Champs St Thégonnec Taulé Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 60

61 Les actions engagées sur le Pays de Morlaix Liste des actions développées sur le Pays de Morlaix : - Création du Pôle des métiers à Landivisiau : espace de formation professionnelle et d hébergement - GE M3S - Groupement d employeurs médico-social, social et sanitaire. En octobre 2008, Six structures du Nord Finistère ont créé le premier Groupement d Employeurs Médico-Social et Sanitaire du Grand Ouest, le GE M3S. Suite au constat de difficulté de recrutement en raison de postes proposés souvent à temps partiel et en CDD, ce dispositif a permis de sécuriser les emplois. Le Pays de Morlaix a soutenu cette démarche de création du groupement d employeurs à travers le programme S engager ensemble pour l emploi. - Garde d enfants à horaires atypiques : Projet de crèche privée sur Landivisiau - Volonté en de créer un groupement d employeur entre ostréiculture et agriculture (non abouti) - Action menée par les entreprises de la Communauté de communes du Pays Léonard pour la création d une crèche type micro ou mini crèche - Enquête sur les besoins en recrutement et en formation du Pôle Hôtellerie : 30 établissements du secteur hôtellerie ont été rencontrés en août 2007 : Conclusions émises - Enquête sur les besoins en recrutement et en formation Services à la personne en juin Enquête auprès d entreprises de plus de 50 salariés en lien avec leurs pratiques en matière de Ressources Humaines (2007) - Bâtiment Travaux publics : Mise en place d un groupe de travail par le Conseil de développement sur le thème «Accompagner la filière de la construction face aux enjeux de développement durable» - Diagnostic des entreprises de l agroéquipement sur le département du Finistère Actions conventionnées par Pôle emploi Morlaix - Secteur du Transport : Convention avec la Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR) Formation qualifiante «Conducteur de Poids lourds» - Action 2010 : Contrats CAF dans domaine de la sécurité (agent de sécurité), métallurgie (soudeurs), et du développement durable - Secteur de l agriculture : accompagnement recrutement de la SICA à Saint Pol de Léon sur des besoins de main d œuvre qualifiée et polyvalente - Action territoriale expérimentale, co-financée par la Région et Pôle emploi : Formation CQP opérateur 2 ème transformation des viandes au sein de la Société GAD à Lampaul-Guimiliau Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 61

62 Les documents exploités Schéma de développement économique de Morlaix Communauté ADEUPA de Brest et Morlaix Communauté Septembre 2010 Pays de Morlaix Eléments de synthèse sur l environnement socio-démographique et économique Collection Territoires CCI Morlaix Juin 2008 Les chiffres clés par Communauté de Communes du Pays de Morlaix CCI 2010 Morlaix zone d emploi - Chiffres clés INSEE juin 2010 La zone d emploi de Morlaix Diagnostic INSEE juillet 2010 Des territoires finistériens à multi facettes INSEE dossier d Octant n 52 Décembre 2009 Dynamique de territoire Pays de Morlaix Région Bretagne 2010 Zoom territorial Bassin de Morlaix Pôle emploi - Février 2011 Tourisme Octant analyse - INSEE Bretagne - janvier 2011 Finistère hôtellerie Morgoat Agence de Développement Touristique Finistère - 3 ème trimestre 2010 Nos projets de territoire Schéma Régional du Tourisme Agence de Développement du Léon L emploi en production agricole Chiffres 2009 Département Finistère MSA AEF Pôle Emploi Chambre Régionale d agriculture de Bretagne Chiffres 2008/ chiffres 2009 Panorama de l Economie sociale et solidaire Pays de Morlaix CRES Bretagne Observation Régional de l économie sociale et solidaire Tableau de bord emploi-formation par Pays Pays de Morlaix GREG Bretagne Edition 2008 Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 62

63 Glossaire Source : INSEE Population population Solde naturel Population active Population active ayant un emploi Les chiffres de la population correspondent à l ensemble des personnes dont la résidence habituelle se situe sur le territoire considéré. La population de ce territoire comprend : - La population des résidences principales (ou population des ménages) - La population des personnes vivant en communautés - La population des habitations mobiles, les sans abri et les mariniers rattachés au territoire Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d une période. La population active regroupe les actifs ayant un emploi et les chômeurs. Ne font pas partie de la population active les personnes qui, bien que s étant déclarées au chômage, précisent qu elles ne recherchent pas d emploi Au sens du recensement, la population active ayant un emploi (ou les actifs ayant un emploi) comprend les personnes qui déclarent être dans les situations suivantes : Exercer une profession (salariée ou non), même à temps partiel Aider un membre de leur famille dans son travail (même sans rémunération) Etre apprenti, stagiaire rémunéré Etre chômeur tout en exerçant une activité réduite Etre étudiant ou retraité mais occupant un emploi Activité économique Entreprise Etablissement Tourisme Taux d occupation L'entreprise est la plus petite combinaison d'unités légales qui constitue une unité organisationnelle de production de biens et de services jouissant d'une certaine autonomie de décision, notamment pour l'affectation de ses ressources courantes. L'établissement est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'entreprise. Un établissement produit des biens ou des services : ce peut être une usine, une boulangerie, un magasin de vêtements, un des hôtels d'une chaîne hôtelière, la «boutique» d'un réparateur de matériel informatique... L'établissement, unité de production, constitue le niveau le mieux adapté à une approche géographique de l'économie. Le taux d occupation est le rapport entre le nombre de chambres (emplacements) occupées et le nombre de chambres (emplacements) offertes par les hôtels et campings ouverts. Il diffère du taux d utilisation qui rapporte le nombre de chambres (emplacements) occupées au nombre de chambres (emplacements) total des hôtels et campings qu ils soient ouverts ou fermés Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 63

64 Les personnes contactées Maud ALRIC Chargée de relations entreprises, Morlaix Communauté Anne BRAS Chargée d'études économiques, Chambre d'agriculture du Finistère Laurent BOUSSARD Responsable du Pôle Etudes et Information Economique, CCI de Morlaix Gilles BUREL Animateur, Association Emploi Formation du Finistère (AEF) Karine DAVALO-CHAUCHAT Déléguée territoriale - Pays de Brest et Pays de Morlaix, Service Animation Territoriale - Maison de la Formation Professionnelle, Région Bretagne Mathilde FREYARD Chargée de Développement, Communauté de communes du Pays de Landivisiau Cyrille LE GALLIARD Directeur Développement économique, touristique et de la cohésion sociale, Morlaix Communauté Véronique GUYONVARC H Agent de Développement, Communauté de communes de la Baie du Kernic Gilles LE MAREC Agence de Développement Touristique du Léon Jean-Luc PEDEN Responsable Territoire Morlaix St Pol, Chambre d'agriculture du Finistère Paul ROLAND Chargé de Développement Communauté de communes du Pays de Léonard Gwénaëlle SEBILO Chargée de mission ADESS - Pays de Morlaix, ADESS Finistère LUKAZ SOUNN Chargé de Mission à l Observatoire, ADT Finistère Claude TELMON Responsable d équipes professionnelles, Pôle emploi Morlaix Mireille TOCQUER Conseillère Industrie, CCI de Morlaix Patrice TRUBLET Responsable d'équipes professionnelles, Pôle emploi Morlaix Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 64

65 PARTIE 2 : ELABORATION DES PISTES D ACTION Les constats issus de l état des lieux p.66 Les thématiques retenues par le groupe p.69 Les résultats des investigations complémentaires p Les évolutions technologiques et règlementaires des secteurs d activité 2 - Le vieillissement de la population salariée Le plan d action p.88 Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 65

66 Les constats issus de l état des lieux Dans le tableau qui suit, une première partie des constats est issue directement de l état des lieux, la seconde partie est le résultat de discussions abordées avec le groupe de travail. Constats Opportunités Problématiques Actions possibles Vieillissement de la population supérieur au niveau régional Arrivée de nouvelles populations : - jeunes actifs sur le Pays de Landivisiau (63% entre 18 et 39 ans/ un taux d emploi supérieur à la moyenne départementale - arrivants + âgés et + aisés sur les autres territoires Potentialités d emplois liées à : - Un accroissement des besoins de services à la personne (assistance aux personnes âgées ) - La création de services adaptés (équipements sportifs, crèches ) pour fidéliser la population - Création de services liés au confort et à la santé (thalasso, massage ) Grand nombre de Demandeuses d Emploi sur le métier d assistance auprès d enfants et un métier qui se situe au 7 ème rang dans l offre d emploi (78% d emploi durable) - Caractériser le fichier de demandeur d emplois : niveau de qualification, parcours professionnel, durée de chômage... - Confirmer les besoins d emplois (enquête structures) par un état des lieux du secteur de l aide à la personne sur le territoire - Mise en place d une formation si besoins confirmés (ADVF par exemple) 3 secteurs d activité prépondérants en termes de population salariée : agriculture, industrie, services Des besoins en recrutement : 82 % de l offre d emploi des 15 premiers métiers Des emplois peu qualifiés et fortement saisonniers - réflexion sur les conditions de travail et d emploi pour tendre vers «l emploi de qualité» (groupement d employeurs.) Développement de pôles d activités : biotechnologie et métrologie Création d emplois hautement qualifiés Contribuer à l attractivité du territoire Créer les conditions d accueil des entreprises et des salariés Caractériser l emploi (métiers, qualifications, formation, potentiel de créations d emplois ) Vieillissement des chefs d entreprise : agriculture et artisanat Transmission des entreprises Transmission des exploitations - Identifier le potentiel de transmission par secteur d activité Qu en est-il du vieillissement de la population salariée? Compléter l état des lieux avec des données sur la pyramide des âges dans les principaux secteurs présents sur le territoire Agriculture : Secteur en mutation (regroupement d exploitations, développement des emplois salariés, baisse des emplois familiaux) - Des emplois salariés en croissance - une évolution de l emploi de chef d exploitation vers le métier de chef d entreprise Génère de nouvelles compétences - Identifier les actions menées dans ce secteur auprès de l AEF : découverte des métiers, formation, tutorat, dispositifs d accompagnement Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 66

67 Tourisme : richesse du patrimoine architectural et culturel Valorisation du patrimoine : développement animation hors saison Développement d autres formes de tourisme (industriel, scientifique, d affaires ) Création d emplois - Une exigence de qualité de plus en plus forte de la clientèle qui nécessiterait une plus grande professionnalisation de l offre de service or la saisonnalité de l activité induit l emploi de jeunes souvent étudiants et donc non professionnels - Une absence de formation initiale et continue en hôtellerie -restauration sur le Pays de Morlaix - Enquêtes auprès d employeurs du secteur de l hôtellerie restauration pour déterminer modes de recrutement, les besoins d emploi, les besoins en formation. (voir «S engager ensemble pour l emploi») Un marché du travail marqué par : un chômage des jeunes qui augmente (+2% sur 1 an, cat.abcde) Un chômage des + 49 ans élevé et qui augmente (+15% en 1 an) Une part des CLD = à 36% Apprentissage peu présent sur le territoire Manque de visibilité sur les typologies de public - Départ des jeunes qui se forment ailleurs - Voir schémas de développement de l Agence touristique du Léon et de Morlaix communauté - Caractérisation des publics : niveau de formation, répartition sexe, métiers recherchés, parcours professionnel, freins à l emploi - mise en place si besoin d actions de formation, reconversion, découverte des métiers - Caractérisation des jeunes qui quittent le territoire pour se former en apprentissage sur le département : nombre, type de formation - Identifier les besoins sur le territoire, faut-il créer des sections supplémentaires : capacité d accueil, mobilité des jeunes Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 67

68 Les problématiques abordées par le groupe de travail Thématiques repérées par le Conseil de développement Les évolutions technologiques et/ou réglementaires que connaissent les secteurs d activité Objectif Adaptation des emplois et des compétences impactés par ces évolutions Actions possibles - Identifier ces évolutions et leurs impacts sur les emplois et les compétences : deux approches possibles : - Approche sectorielle de niveau régional (observatoires sectoriels, CPRDF) - Approche plus fine : auprès des entreprises du territoire (enquêtes entreprises) Les différentes démarches GPEC sur le territoire - Repérer les dispositifs d accompagnement à la GPEC qui peuvent être réalisés par les branches - Repérer les entreprises sur le territoire qui en bénéficient Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 68

69 Les thématiques retenues par le groupe A l issue d une réunion avec le Conseil de développement, 3 thématiques ont été retenues par le groupe : 1 Le vieillissement de la population (de + de 60 ans) Cette augmentation de la population âgée devrait générer des besoins de services à la personne et donc d emplois. Pour confirmer ou infirmer cette hypothèse, il s agirait de : Réaliser une enquête auprès du secteur des SAP : situation du marché, besoins en recrutement, sur quels emplois et quelles compétences 2 Le vieillissement de la population salariée Il affecte de nombreux secteurs d activités (industrie, bâtiment ) et induit un problème de transfert de compétences et de renouvellement de la main d oeuvre. Il s agirait : au préalable de collecter des données sur les effectifs salariés par âge et par secteur d activité sur le pays de Morlaix : Industrie, bâtiment, agroalimentaire et transport Identifier un secteur ou cette problématique est prégnante Identifier les emplois concernés, les compétences impactées par des enquêtes auprès d entreprises de ce secteur. 3 Les évolutions technologiques et règlementaires des secteurs d activité L objectif est d adapter les emplois et les compétences impactés par ces évolutions Il s agirait : de repérer les évolutions des principaux secteurs : bâtiment, transport, agriculture, agroalimentaire, métallurgie à partir des enquêtes sectorielles régionales D enquêter auprès des entreprises du Pays de Morlaix à partir d un ou deux secteurs Les deux dernières thématiques «évolutions technologiques et règlementaires des secteurs d activité et vieillissement de la population salariée»ont été jugées prioritaires par le groupe pour des investigations complémentaires : - collecte de données sur les effectifs salariés par âge sur les secteurs suivants : industrie, bâtiment, agroalimentaire, transport. - Repérage des évolutions des principaux secteurs présents sur le Pays de Morlaix : bâtiment, transport, agriculture, agroalimentaire, industrie à partir des enquêtes sectorielles régionales. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 69

70 Les résultats des investigations complémentaires 1 - Les évolutions technologiques et règlementaires des secteurs d activité Des enquêtes sectorielles ont été réalisées en 2011 dans le cadre du CPRDF 12 présentant pour chaque secteur d activité : le contexte économique, l emploi, les impacts des évolutions sur les emplois et les compétences et la sécurisation des parcours C est une synthèse de ces enquêtes qui est présentée ici pour 4 les secteurs d activité suivants : Agroalimentaire, Métallurgie, Transport et Bâtiment, secteurs particulièrement présents sur le Pays de Morlaix. 12 CPRDF Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 70

71 Secteur de la Métallurgie Les caractéristiques de l emploi Près de 6 emplois sur 10 sont des emplois d ouvrier. Cependant la métallurgie emploie proportionnellement moins d ouvriers que les autres activités industrielles en Bretagne. Par ailleurs, ces postes de travail correspondent à des emplois plus qualifiés. L encadrement intermédiaire (techniciens et agents de maîtrise) occupe une place importante dans la structure des emplois (23 %) et le niveau d encadrement supérieur (ingénieurs et cadres) est également important. Evolutions Moins de 6 emplois sur 10 sont directement liés à la production (emplois d ouvriers). Une augmentation sensible du niveau de qualification est observée depuis une vingtaine d années : - La proportion d ouvriers non qualifiés a fortement diminué et se situe aujourd hui autour de 17%, alors que les emplois de techniciens et cadres ont augmenté. - Les emplois sur les postes d employés (postes administratifs) se réduisent. - L encadrement intermédiaire se maintient sur les emplois de techniciens et d agents de maîtrise. Les emplois dans les professions intermédiaires administratives tendent à diminuer de moitié. - L encadrement composé des ingénieurs et cadres se renforce puisque l emploi global a évolué en négatif. 57,3% 61,2% * Source INSEE DADS. La gestion de la pyramide des âges, un enjeu important pour le secteur de la métallurgie Alors que l âge moyen des salariés du secteur est de 40 ans, on observe un déséquilibre dans les extrémités de la pyramide des âges : - les plus de 51 ans représentent près de 20% des effectifs et les entreprises vont devoir faire face à un nombre conséquent de départs en retraite, accélérés pour certaines entreprises par le plan amiante. - le secteur a des difficultés pour attirer les jeunes et les moins de 26 ans représentent seulement 11% des effectifs salariés. La part des femmes Globalement la part des femmes demeure autour de 22%, mais diffère selon les domaines d activité : la part des femmes est plus importante dans la fabrication des produits informatiques, électronique et optique et plus faible dans la métallurgie et la transformation des métaux, même si elle continue à progresser. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 71

72 Les impacts des évolutions sur les emplois et les compétences Les impacts de la crise économique La branche a été fortement impactée par la crise en 2008 et 2009, avec une perte de 10% des emplois à fin Mais cet impact est à différencier selon les secteurs d activité : L industrie automobile, et particulièrement les équipementiers fortement touchés par la crise, ont du recourir au chômage partiel et à la suppression de 4 emplois intérimaires sur 5. En revanche, depuis juillet 2009, les entreprises de ce secteur enregistrent une reprise d activité liée : aux effets de la prime à la casse, au recentrage de la production sur de plus petites séries, au développement des véhicules hybrides et électriques, et des produits haut de gamme. L industrie automobile demeure aujourd hui en «sur capacité de production». Les entreprises des secteurs du travail des métaux de part des activités plus diversifiées, et les entreprises de la construction navale bénéficiant de l appui de grands donneurs d ordre sont moins impactées. Les entreprises des secteurs de la fabrication des produits électroniques et de la fabrication des produits électriques sont dans une situation moins critique, même si les perspectives restent peu lisibles en raison de décalages des commandes, et de reports des investissements. Globalement, en Bretagne, le secteur de la métallurgie a été moins impacté par la crise économique par rapport au niveau national, et ceci grâce à son tissu important de PME- PMI. Mais le secteur doit aujourd hui gérer un paradoxe entre une diminution de l emploi total d une part, et des besoins importants en recrutement sur le cœur de métier, le travail des métaux, correspondant aux métiers de chaudronnier, tôlier, soudeur. Les besoins en emplois et en compétences En réponse aux évolutions des marchés et des activités des entreprises, les besoins en emplois et en compétences doivent prendre en compte : Des besoins en emploi importants sur les cœurs de métier de la métallurgie (travail des métaux), mais nécessitant des formations complémentaires pour permettre les adaptations à de nouveaux environnements de travail très «normés» : habilitations et certifications adaptées à ces nouveaux environnements, pratique de l anglais. Un renforcement de l automatisation en lien avec les évolutions des Industries Agroalimentaires : développement des métiers de la maintenance sur des niveaux Bac et plus. Une diversification croissante des entreprises sur les marchés émergents liés au développement durable et aux énergies renouvelables : - Développement de l éolien terrestre, - Développement de la géothermie, des pompes à chaleur, de l énergie solaire (photovoltaïque), le recours à des groupes électrogènes, le remplacement d anciennes installations de chauffage par des chaudières plus économiques en consommation d énergie (chaudière plus performantes, à basse température, à condensation) - Développement de la domotique. - Développement des «véhicules verts», électriques et hybrides (construction des batteries et entretien mécanique) - Développement des énergies nouvelles marines : des projets importants démarrent pour la construction d éoliennes off shore, flottantes, et d hydroliennes : projet en baie de Saint Brieuc (parc de 100 éoliennes), Bréhat (installation pour l Été 2011), Île de Groix. La construction et l assemblage se feront au niveau local ainsi que les opérations de maintenance faisant appel à des compétences en mécanique et en électronique. Ces projets auront également un impact sur les infrastructures portuaires de Brest et Lorient, pour l acheminement par voie maritime, et pour l installation. - Développement du machinisme agricole. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 72

73 Des besoins en recrutement liés aux départs en retraite : en moyenne 1200 départs en retraite par an, à l horizon 2015, notamment dans les secteurs de la construction navale et de la fonderie. Ces secteurs rencontrent aussi des difficultés à attirer les jeunes. Les métiers concernés sont : - les métiers de la productique et de la mécanique - les métiers du travail des métaux - les métiers de l électronique et des télécommunications Sur des catégories d emploi de technicien, d agent de maîtrise, d ouvriers qualifiés et sur les des emplois d ingénieurs, de cadres d études et de R&D en informatique et chefs de projets informatiques. Des enjeux identifiés par la branche - Développer l attractivité des métiers de la métallurgie auprès de jeunes, des femmes et des demandeurs d emploi. - Maintenir un socle de formation dans le secteur industriel au niveau de la formation initiale et au niveau de la formation continue pour les salariés mais aussi en direction des demandeurs d emploi (au regard des besoins identifiés par bassin d emploi). Ces actions constituant pour la branche un véritable rempart face aux risques de délocalisation des productions. 4 - La sécurisation des parcours La charte régionale automobile en réponse à la crise économique dans ce secteur a établi un plan d action afin de : - Sécuriser les parcours professionnels des salariés dont l emploi était menacé, en s appuyant sur des mesures de recours au chômage partiel, un déploiement important d actions de formation (qualification, développement des compétences, adaptation au poste de travail) avec un développement important des CQPM (Certificat de Qualification Professionnelle de la Métallurgie), et des actions destinées à faciliter le transfert de compétences (remise à niveau, VAE, plateformes interentreprises, GTEC). - Faciliter les reclassements professionnels en mobilisant des prestations du Pôle emploi, des cellules de reclassement et l organisation de bourses et forum de l emploi. La déclinaison du Contrat d Objectifs et de Moyens (COM) entre l Etat et la Région, et relatif au développement de l apprentissage pour l accès à des qualifications allant du niveau CAP au diplôme d ingénieur. Sur la période , le COM s est structuré et a répondu aux objectifs suivants : - Une augmentation des effectifs répondant aux besoins des entreprises et aux attentes des jeunes, - Une couverture territoriale de l ensemble de la Bretagne, - Une amélioration qualitative du déroulement de la formation par apprentissage, - Une amélioration des conditions matérielles pour les apprentis - Un développement des partenariats Actions / EDEC «Filière Navale» : Ces actions ont été définies sur la base d une analyse balayant l ensemble des activités et organisations de la filière afin d identifier de manière fine les besoins en compétences et les adaptations nécessaires à la diversification en lien avec le contexte économique et les choix stratégiques des entreprises. Ainsi un ensemble complet d actions de formation a été développé pour : - Permettre la transmission des savoirs et savoirs faire pointus développés dans les entreprises, - Développer des compétences complémentaires au cœur de métier - Développer des compétences pour répondre aux nouveaux marchés (environnements normés). - S adapter aux particularités des marchés et des conditions de travail (sous-traitance, phasage des chantiers) - Développer des compétences en matière de prévention / santé et sécurité des personnes RH Métal : articulation stratégie de l entreprise et développement des compétences. Action de sensibilisation à la GPEC déployée auprès de 130 entreprises qui s est poursuivie par un accompagnement individuel auprès de 30 chefs d entreprise et 50 RRH. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 73

74 Secteur des Industries Agro alimentaires Les principaux facteurs d évolution Les industries agro-alimentaires doivent s adapter aux évolutions règlementaires nationales et européennes. Parmi ces évolutions, on citera la mise en conformité avec les règlementations liées à l environnement ou encore à la nutrition et à la santé (l étiquetage nutritionnel). Les rapports entre les acteurs économiques de la filière, entre les IAA et la production agricole, d une part, et d autre part, entre les IAA et la grande distribution, fluctuent dans le temps et requièrent une grande capacité d adaptation des entreprises du secteur. Le secteur doit anticiper l évolution de la demande des consommateurs français et européens. De manière structurelle, les consommateurs font de nouveaux arbitrages en faveur des autres dépenses hors alimentaires (logement, technologie de l information et de la communication) et le poids des dépenses alimentaires diminue. Dans le même temps, une clientèle européenne à fort pouvoir d achat fait croître la demande de produits à plus forte valeur ajoutée comme les produits respectueux de la santé, produits éthiques, produits issus de l agriculture biologique. Le développement de la restauration hors domicile, avec 22% du CA des IAA, constitue un autre facteur déterminant d évolution de la demande. La mondialisation de l économie impacte fortement les industries agro-alimentaires. D un côté, la volatilité des matières premières et de l énergie pèse fortement sur les coûts de production. A contrario, une demande des pays émergents pour des produits de la première transformation (viande et lait) augmente et constitue une perspective de développement pour de grands groupes de taille internationale. Les évolutions du secteur Selon les travaux prospectifs et en lien avec les différents facteurs d évolution, la concentration des IAA va se poursuivre et vont se développer : De très grands groupes dans le secteur du lait, de la viande qui atteignent des tailles critiques leur permettant de s implanter à l international sur les marchés des pays émergents. Des PME à taille stratégique sur les marchés européens qui basent leur développement sur la fonctionnalité du produit avec des besoins importants en innovation et en marketing. Des TPE-PME viseront des marchés plus locaux à travers des circuits plus courts de distribution. Le renforcement de la recherche/développement et l innovation produit 13, le développement de nouvelles gammes de produits (santé, éthique, issus de l agriculture biologique) ainsi que la performance à l export et à l international sont au cœur de la compétitivité des entreprises. De nouvelles organisations visent l amélioration des performances industrielles et de la qualité de vie au travail : Cela passe d une part par le développement de l automatisation des process dans les secteurs où les tâches de manutention restent nombreuses et où la pénibilité du travail existe, et d autre part par La mise en place de nouveaux modes d organisation du travail : les équipes autonomes de production (enrichissement des tâches, décloisonnement des fonctions, autonomie dans le travail) où encore les processus d amélioration en continu des process comme le lean manufacturing. 13 Le territoire breton est riche de structures de R/D, et le pôle de compétitivité Valorial pour l aliment de demain rassemble les industriels, les organismes de recherche et d enseignement, L Etat et la Région pour constituer un outil commun. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 74

75 La prise en compte du développement durable en particulier la maîtrise des consommations énergétiques et la réduction des emballages constitue également un axe de travail important pour les industriels. Le fonctionnement en réseau des IAA en Bretagne à travers de nombreuses opérations collectives sur différentes thématiques (achat, logistique, groupement d employeurs) est une des réponses aux besoins importants d adaptation des entreprises. Les impacts des évolutions sur les emplois et les compétences Les besoins en emploi Selon les experts, en prenant en compte les perspectives économiques du secteur, la tendance des années à venir sera plutôt à la stabilisation du volume global d emploi dans les IAA en Bretagne. A l intérieur du secteur, des mouvements sensibles peuvent voir le jour : l industrie de la volaille et l industrie laitière enregistrent depuis quelques années une décroissance lente de leurs effectifs alors que le secteur de la viande de boucherie enregistrerait une augmentation sensible. Le secteur connaît des besoins de renouvellement de l encadrement ; Alors qu auparavant, l encadrement de production avait évolué au sein de l entreprise. Les entreprises recrutent de plus en plus de jeunes diplômés pour occuper les responsabilités de manageurs dans les ateliers de production (bac+2, ingénieur). Cette évolution constitue un changement culturel. Alors que les besoins en emplois peu qualifiés diminuent, les besoins en emplois qualifiés de conducteurs de lignes, de machines augmentent en lien avec l automatisation des proches. Deux points de vigilance pour le secteur : le maintien dans l emploi des seniors l attractivité et l image des métiers Encadrement Renouvellement suite départs en retraite Encadrement intermédiaire Renouvellement suite départs en retraite Emploi qualifié Conduite de lignes, de machines Emploi peu qualifié Diminution avec l automatisation Emploi global stabilisation Les besoins en compétences Fonction encadrement/dirigeant : Le positionnement de PME de taille stratégique sur le marché européen et la constitution de grands groupes sur les marchés mondiaux nécessitent le renforcement de compétences stratégiques : Stratégie d entreprise, marketing, commercial, export, veille économique, Ressources humaines- selon une enquête de l ABEA de 2010, 50% des entreprises de moins de 250 salariés n ont pas de fonction ressources humaines identifiées et les besoins exprimés portent sur le recrutement, la gestion des compétences et la communication. Des besoins en compétences se font également ressentir en organisation (EAP), développement durable (maîtrise des consommations d énergie et des emballages), communication, culture et conduite de projet innovant. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 75

76 Fonction encadrement intermédiaire de production : Cette fonction au-delà d un positionnement hiérarchique évolue fortement vers l animation d équipe. Les compétences attendues portent sur : Management des hommes, animation d équipe, communication Nouvelles formes d organisation (EAP, lean) Management de la sécurité alimentaire et des risques professionnels, développement durable Métiers de process : les compétences à développer sont des compétences transverses à plusieurs secteurs d activité au-delà du seul secteur agro-alimentaire, elles sont identiques dans un ensemble des métiers de process. Conduite de machines : process, polyvalence, produits Conduite de lignes avec des compétences transversales qualité, logistique, managériale Maintenance préventive et curative Métiers traditionnels Désossage/parage Chauffeurs laitiers Les compétences transverses : Le développement des compétences clés (cognitives, comportementales) La sécurité et la prévention des risques professionnels et psychosociaux L actualisation des compétences hygiène, qualité et traçabilité La communication 4 - La sécurisation des parcours - L implication des entreprises et de la branche dans la découverte des métiers - Les efforts du secteur portent sur l accompagnement de la période d intégration (0 à 6 mois) avec un accompagnement renforcé le Pass IFRIA ; Lorsque l intégration est réussie, la fidélisation du salarié est quasi-acquise. -Le renforcement de l accompagnement tutoral tout au long des cycles de professionnalisation (intégration, professionnalisation, certification) : travail sur la relation salarié, entreprise, organisme de formation. -l élévation du niveau de qualification est la garantie du renforcement de l employabilité et de l adaptation du salarié face aux mutations économiques. -la certification et la transférabilité des compétences ; le secteur développe une politique active en faveur des Certificats de qualification professionnelle (CQP). o Les 32 branches de l agro-alimentaire ont homogénéisé leurs 13 CQP. o Une ingénierie des CQP comprend un outil de positionnement qui permet de développer les remises à niveau et d ajuster le parcours de professionnalisation (ECIA) o Certification professionnelle : conducteur de machine, de ligne, responsable d équipe, responsable de secteur, responsable de secteur logistique o Réflexion au sein du GFI sur la transversalité des CQP dans l industrie - les entreprises de l agro-alimentaire sont à l initiative ou très présentes dans les groupements d employeurs qui permettent de stabiliser des salariés et de conserver les compétences à l échelle d un territoire. - le développement de la maturité «ressources humaines» des entreprises est un axe de développement de la branche à travers les actions collectives : gestion des ressources humaines et gestion prévisionnelle des emplois et des compétences des entreprises. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 76

77 Secteur Bâtiment Les principaux facteurs d évolution Ce secteur est très impacté par : La croissance de la population bretonne qui génère une augmentation de la demande de logement (individuel et collectif) La Politique de logement des collectivités locales et leur capacité d investissement L évolution des dispositifs de financement de l accès au logement (aides au logement, mesures fiscales en faveur de l investissement locatif, évolution des taux d intérêt, prêt à taux zéro ) La politique environnementale (Grenelle de l environnement) Les évolutions Les évolutions du secteur sont d ordres réglementaire et technique : L entrée en vigueur des mesures liées au Grenelle 2 qui exige une performance énergétique accrue des bâtiments : Obligation pour le secteur tertiaire, d opérer des travaux d amélioration énergétique, Encouragement des particuliers à réaliser des travaux d amélioration énergétique, une majoration de loyer étant autorisée si les travaux permettent une réduction des charges locatives. Entrée en vigueur de la norme «RT 2012» imposant un plafond de consommation de 50 kilowatts heure par mètre carré, en 2011 pour les bâtiments publics, en 2012 pour le parc privé. Systématisation des diagnostics de performance énergétique La mise en œuvre de la norme BBC (Bâtiment Basse Consommation) depuis 2010 pour les bâtiments neufs publics et tertiaires et en 2020 pour les bâtiments existants. La mise aux normes du bâti existant exigée par les nouvelles règlementations en matière d accessibilité et les exigences liées à la santé et à la sécurité. Le recours à des techniques et/ou matériaux permettant de réaliser des bâtiments plus respectueux de l environnement, plus économes en ressources et en énergie et non nocif pour la santé. Les perspectives économiques Après une période exceptionnelle de 10 années de hausse continue de l activité, plutôt portée par la construction de logements neufs, on assiste depuis la fin 2008 à un retournement conjoncturel : baisse d activité de 8,3% entre 2008 et La crise a particulièrement touché le secteur de la construction de logement neuf (-13,7%) alors que le marché de l entretienamélioration s est relativement maintenu (-1%). A noter aussi que la création du statut d auto-entrepreneur a boulversé l activité du bâtiment, ce sont les jeunes entreprises qui ont le plus souffert de la crise en raison d une fragilité de leur trésorerie. Depuis la fin 2010, la baisse du niveau de production de logements se ralentit et devrait être de l ordre de -3,2% en moyenne par an d ici 2013.Malgré la baisse envisagée, le niveau annuel de construction devrait rester plus élevé qu au début des années 2000, de l ordre de 18% et ceci en raison des besoins démographiques, de la nécessité de renouvellement du parc et d une demande croissante en résidences secondaires. Pour ce qui concerne l entretien-amélioration, l évolution à la baisse devrait être de courte durée au regard de l importance des marchés potentiels : performance énergétique des bâtiments liée au Grenelle de l environnement, accroissement constant du parc à entretenir, vieillissement de la population qui engendre des besoins d adaptation des logements et réglementation sur l accessibilité des personnes handicapées en particulier l habitat collectif (loi du 11 février 2005). L analyse des différents marchés fait apparaître une baisse modérée de la production en matière de bâtiments non résidentiels de -4,1% en volume par an jusqu à Sur le marché de l entretien-amélioration, le potentiel de travaux pour les années à venir est important en raison du vieillissement de la population, de l augmentation du nombre de personnes dépendantes et des exigences croissantes en matière de sécurité. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 77

78 Les impacts des évolutions sur les emplois et les compétences Les besoins en emploi A l horizon 2013, il est prévu un tassement global des effectifs avec toutefois une augmentation de la part des emplois liés à la performance énergétique. Cependant ce tassement global annoncé doit être pondéré par au moins deux facteurs qui tendent à montrer qu il existe un besoin de renouvellement des effectifs : - La mobilité des jeunes qui, bien que s étant réduite ces dernières années, reste néanmoins plus importante qu au niveau de l ensemble des effectifs ouvriers, - La part des salariés ayant au moins 30 ans d ancienneté dans l entreprise a sensiblement augmenté au cours des 20 dernières années ce qui indique que le vieillissement des effectifs en place n est pas enrayé et que l effort de renouvellement doit être poursuivi. Prévision d évolution à l horizon 2013 des effectifs ouvriers salariés d entreprises du BTP en Bretagne Total métier % total BTP Total métier % total BTP Maçonnerie et connexes , ,6 Carrelage , ,7 Charpente bois , ,3 Menuiserie , ,4 Electricité , ,3 Plomberie-chauffage , ,1 Métallerie , ,5 Couverture , ,7 Plâtrerie , ,7 Peinture-finitions , ,3 Divers bâtiment , ,2 Travaux publics , ,1 Total Source : estimation cellule économique de Bretagne Les besoins en compétences La transformation des marchés, la réglementation et les matériaux, matériels et techniques sont des facteurs d évolution des emplois et font émerger de nouveaux besoins en compétences. Les principales adaptations concernent : La réglementation thermique, Les nouvelles technologies en matière d économie d énergie et plus particulièrement les énergies renouvelables, L isolation thermique par l extérieur du bâti existant (fonction de conseil, aptitude à l évaluation thermique) La mise en œuvre de matériaux innovants. A court terme, ce sont les métiers de l isolation, du chauffage, de l électricité et de la plomberie qui seront impactés. A plus long terme, des qualifications de niveau IV et III, axées sur la coordination entre différents métiers en vue de la mise en œuvre de projets d une technicité accrue et d une offre globale seront nécessaires : il s agit en effet de tendre vers un décloisonnement des métiers et d une approche globale du bâti. Les besoins concernent également le développement : Renforcement des fonctions commerciales et marketing, Le management particulièrement au sein des TPE, La double compétence (des savoirs complémentaires aux compétences principales étant de plus en plus recherchées. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 78

79 La sécurisation des parcours Bien que le volume d activité du bâtiment ait connu une baisse sensible, l emploi a été relativement préservé et ce, grâce à la sécurisation des parcours qui a permis de maintenir les effectifs. Action de Gestion Prévisionnelle des emplois et des compétences menée par la Fédération du Bâtiment (FFB) avec le concours de l Etat et de la Région et l intervention de BRH. Cette action concerne de 15 à 20 entreprises par an. Mise en place de parcours de reconversion, avec l AGEFIPH et l OPCA bâtiment, pour des salariés seniors déclarés inaptes. Action de qualification des demandeurs d emploi au module FEEBAT (300 heures) avec Pôle emploi sur les quatre départements. Action de gestion et développement des compétences initiée par la CAPEB avec le concours d AFPA Transitions. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 79

80 Secteur Transport Logistique Les principaux facteurs d évolution Les facteurs d évolution diffèrent selon les secteurs considérés hormis la politique environnementale dont les objectifs concernent l ensemble des secteurs. Le transport de marchandises et logistique est à la fois très lié à : L activité économique : 90% du transport de marchandises se fait par la route L activité logistique qui assure la distribution des marchandises, au développement des nouvelles technologies plus précisément l e-commerce qui impacte les plans de transport, Le transport interurbain de voyageurs est quant à lui : Très dépendant de la politique des pouvoirs publics en matière de transport collectif, Lié à l évolution démographique de la population et à des besoins de mobilité croissants dus notamment à une importante dispersion rurale des habitants, Mais aussi lié à l évolution constante à la hausse des coûts du carburant. Quant au transport routier sanitaire, plusieurs facteurs d évolution tendent à l impacter, ce sont : La démographie : en effet croissance et vieillissement de la population bretonne influent de façon durable sur le développement de ce secteur, L implication réglementaire dans le dispositif des urgences, La désertification médicale en zones rurales, La politique générale de santé qui tend à fermer les petites unités hospitalières jugées trop coûteuses et à les regrouper au sein de structures plus importantes mais plus éloignées. Les évolutions Les trois composantes du secteur Transport et Logistique connaissent d importantes évolutions d ordres règlementaire, organisationnel et technologique qui impactent l organisation du travail et les compétences requises. Transport de marchandises et logistique Pour répondre aux exigences du Grenelle de l environnement, un nombre croissant d entreprises s engagent dans une démarche «développement durable» visant à la réduction des émissions de CO2 : formations à l éco-conduite, prise en compte des déplacements de l ensemble des salariés, choix des matériels, optimisation des flux, massification, mutualisation des moyens.. Interconnexion croissante des process de production Utilisation des progiciels de gestion intégrée, informatique embarquée, géo localisation, outils de traçabilité. La logique d industrialisation en cours nécessite des méthodes fortement évolutives. L informatisation des entrepôts et des plateformes est de plus en plus présente Transport interurbain de voyageurs Prise en compte des contraintes environnementales (réduction des émissions de CO2) qui nécessite la formation des conducteurs à la conduite économique Optimisation des conditions de sécurité, de confort et de service pour répondre aux besoins croissants de mobilité et d accessibilité Inter-modalité Transport routier sanitaire Elévation réglementaire du niveau de formation, depuis 2007, pour pouvoir exercer : formation obligatoire de 70 heures pour les auxiliaires ambulanciers, création d un diplôme d Etat pour les ambulanciers. Prise en compte des contraintes environnementales (réduction des émissions de CO2) qui nécessitera la formation des conducteurs à la conduite économique Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 80

81 Les perspectives économiques Le transport de marchandises logistique Ce secteur étant très lié à l activité économique, il a naturellement été impacté par la crise de 2008 mais de façon très différente selon les activités. Ainsi la bonne tenue de l agro-alimentaire, dont le poids est important en Bretagne, a permis aux entreprises liées à ce secteur de mieux résister à la crise alors que l activité «déménagement» et les entreprises liées aux secteurs en difficulté comme l automobile, le bâtiment ou les TP ont davantage souffert de la crise. Malgré cela, les recrutements se poursuivent même si la majorité d entre eux se fait en CDD pour l instant pour répondre au besoin de remplacements liés aux départs en retraite. En outre, la probabilité d une reprise rapide de l activité du secteur existe et pourrait générer des difficultés de recrutement plus importantes que dans la période d avant la crise. Le transport interurbain de voyageurs Ce secteur a moins souffert de la crise dans la mesure où il relève pour l essentiel des liaisons interurbaines et du transport scolaire liés à des financements publics. La réforme des collectivités territoriales et la possible baisse des financements publics génère des incertitudes. Cependant la croissance soutenue du secteur sur les 10 dernières années (+23,4%) devrait se poursuivre pour deux raisons essentielles : l augmentation du coût des carburants qui rendra l offre de transport en commun plus attractive et l objectif environnemental de réduction des émissions de CO2 que le développement des transports collectifs permettra d atteindre. Le transport routier sanitaire C est sans doute le secteur qui présente les plus belles perspectives économiques. Il n a pas été directement impacté par la crise. Ses effectifs ont augmenté de 43,2% sur les 10 dernières années et cette croissance devrait se poursuivre dans les années à venir en raison des facteurs évoqués précédemment : augmentation et vieillissement de la population, désertification médicale des zones rurales, fermetures d unités de soins. Les impacts des évolutions sur les emplois et les compétences Les besoins en emploi Les besoins en recrutement sont toujours importants du fait du vieillissement de la population salariée et donc du besoin de renouvellement des effectifs quelque soit le secteur. Dans le transport de marchandises logistique, il faut en effet pallier au vieillissement de la population salariée et donc l accroissement du rythme des départs en retraite, d autant que le congé de fin d activité (dispositif spécifique permettant aux conducteurs routiers de partir en préretraite dès l âge de 55 ans) vient d être une nouvelle fois reconduit. Les besoins en recrutement concernent principalement les métiers de conducteur et les métiers de l exploitation d entrepôt. Dans le domaine du transport des voyageurs, l enquête trimestrielle menée par la FNTV 14 fait apparaître un besoin récurrent annuel de 120 à 150 nouveaux conducteurs interurbains sur l ensemble de la région (51% d entre eux en Ille et Vilaine) dans un objectif de renouvellement des actifs. Des besoins apparaissent également sur les métiers de la maintenance des autocars. Pour ce qui concerne le transport routier sanitaire, la croissance des effectifs devrait se poursuivre dans les années à venir, en lien avec la croissance démographique et le vieillissement de la population bretonne et générer des besoins, sur les métiers de la conduite en particulier. Il est difficile de quantifier ces besoins futurs, en raison notamment de la concurrence qu exercent les taxis, mais la profession les estime à 100 par an. Les besoins en compétences En termes de compétences, les besoins sont à différencier selon les familles de métiers. Les compétences attendues pour : Les métiers de la conduite : pratique des systèmes d information embarqués, des outils liés à la gestion informatique des marchandises et des déplacements, connaissances en manutention, pratique de l éco-conduite et connaissance des règles de sécurité et d ergonomie. 14 Fédération Nationale des Transporteurs de Voyageurs Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 81

82 Les métiers de la gestion des stocks, de la manutention et du magasinage : polycompétence, contrôle qualité à son poste, application des règles de sécurité et d ergonomie, pratique des outils de gestion. Les métiers du pilotage des flux : développement des démarches qualité, maîtrise des systèmes d information, aptitudes commerciales. Les métiers de la maintenance : maîtrise des moyens techniques utilisés et de la réglementation en matière de sécurité et d environnement. Le transport routier de marchandises se développe au travers des activités complémentaires de prestations logistiques et de nouvelles compétences sont attendues : la notion de polyvalence est incontournable et les métiers du secteur tendent à évoluer vers une double compétence : conduite et magasinage par exemple. Dans le domaine du transport de voyageurs, les compétences attendues concernent la prévention des difficultés (accueil des publics et prévention des conflits notamment) et l adaptation aux évolutions technologiques et environnementales (l éco-conduite, la maîtrise des technologies de l information et de la communication). La sécurisation des parcours Depuis 2002, la FNTV Bretagne est engagée dans une démarche partenariale de formation des demandeurs d emploi aux métiers de la conduite, avec le Conseil Régional, Pôle emploi, les organismes de formation et les entreprises de la branche. Ce dispositif permet aux candidats intéressés de faire un vrai travail sur le projet : information sur le métier, tests de niveau pour entrer en formation, Evaluation en Milieu de Travail, en amont de l entrée en formation, stages en alternance pendant la formation, ce qui assure à chaque personne, à l issue du parcours de formation, un emploi dans une entreprise de la branche. Dans ce cadre, entre 120 et 150 personnes ont pu suivre chaque année une formation qualifiante de niveau V (titre professionnel de conducteur interurbain de voyageur). LA Fédération souhaite la poursuite de ce dispositif garant de la sécurisation des parcours, grâce aux liens établis entre organismes de formation, stagiaires et entreprises. La FNTR travaille avec Pôle emploi sur des actions de formation dans le cadre du plan de retour à l emploi et a mis en place, dans le cadre d un EDEC, et de financements Région, une formation de sensibilisation au développement durable «traverser la crise par le développement durable». La branche travaille également sur un dispositif de maintien dans l emploi des travailleurs qui ont obtenu une reconnaissance de travailleur handicapé, principalement des conducteurs. Des outils de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (diagnostic RH) sont mis progressivement en place dans les très petites entreprises de la FNTR et de la FNTV. L OPCA transports mobilise des financements spécifiques pour la mise en œuvre de diagnostics en «ressources humaines» auprès de ses entreprises adhérentes. L objectif est de renforcer leur compétitivité et leur capacité de développement et, par voie de conséquence, appréhender l impact pour les salariés qui se traduit par des exigences d adaptation de leurs compétences, voire un renforcement de leurs qualifications. Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 82

83 2 - Le vieillissement de la population salariée a. Dans les industries agroalimentaires en Bretagne et sur la ZE de Morlaix Répartition des salariés dans les IAA bretonnes par âge : Part des salariés dans les IAA bretonnes (INSEE Clap 2005) < 30 ans Env. 25% > 50 ans Env.15% Part des salariés de <30 ans et >50 ans par catégories socioprofessionnelles dans les IAA bretonnes (INSEE Clap 2005) < 30 ans > 50 ans cadres env. 12% env. 20% Professions intermédiaires env. 19% env.16% Employés env. 27% env.15% Ouvriers qualifiés env. 19% env. 15% Ouvriers non qualifiés env.34% env.13% Emplois - métiers (source : l attractivité des métiers en agriculture et agroalimentaire Chambre d Agriculture de Bretagne, ABEA ) offres d emploi en 2010 en Bretagne dans l agroalimentaire : 1/5 ème des offres d emploi nationales concernaient des renouvellements de postes liés aux départs en retraite Ce sont les industries de viande qui sont en 1 ère position en termes d activité et d emploi 46 métiers principaux répartis sur 9 familles professionnelles : Innovation Recherche et Développement Production Marketing Achats commercialisation ventes Logistique Contrôle analyse laboratoire Qualité hygiène sécurité sûreté environnement Maintenance ingénierie travaux Services généraux 66% des métiers des IAA sont communs à plusieurs secteurs industriels Une pénurie de main d œuvre qui porte essentiellement sur les métiers d opérateurs de production (le personnel de production représente les trois quarts des effectifs des entreprises) Les métiers sensibles (qui connaissent des difficultés de recrutement) Technicien de maintenance Opérateur polyvalent et ouvrier qualifié de l agroalimentaire Conducteur de machine, pilote d installations automatisées Conducteur de ligne, conducteur de chaîne Métiers de l encadrement et de l animation : pour le moment, la question du recrutement ne se fait pas trop sentir, mais les départs en retraite des prochaines années changeront la donne Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 83

84 Métiers sensibles/problématiques RH (Bretagne) - Technicien de maintenance - Electromécanicien Opérateur polyvalent de l IAA - Conducteur machine - Pilote de systèmes automatisés - Conducteur de ligne - Conducteur de chaîne - Chef d équipe Encadrement Légumes Viande Poisson Alim.animale Biscuit.pain lait Recrutement X X X X x Intégration Fidélisation x Performance X X x Recrutement X X x Intégration X x Fidélisation Performance x Recrutement X X X x Intégration Fidélisation x Performance X x Recrutement X X X x Intégration Fidélisation Performance X x Recrutement X x Intégration x Fidélisation performance X X x Source : la revue de l observatoire des IAA de Bretagne Compétences : un ressource stratégique pour les industries agroalimentaires octobre 2008 b. Dans les industries de la Métallurgie du Pays de Morlaix Source : Tableau de bord territorial Pays de Morlaix Observatoire des Industries et des métiers de la Métallurgie Bretagne (INSEE 2007) Pyramide des âges sur le Pays de Morlaix Pays Morlaix de - 26 ans ans ans ans ans 51 ans et % 14.4% 16.6% 27.4% 10.8% 12% Région 11.1% 9.3% 13.5% 29.8% 16.6% 19.6% Age moyen sur le Pays de Morlaix : 35.8 ans Age moyen sur le département ou la région : 39.8 ans «Les salariés des industries de la métallurgie dans le Pays de Morlaix sont relativement jeunes (âge moyen = 35.8 ans contre 39.8 ans pour le niveau régional). On note en effet que la part des moins de 26 ans représente plus de salariés (18.9%) que la part des 51 ans et plus (12.0%). Les départs à la retraite concerneront les chaudronniers et les tôliers.» 15 Les caractéristiques de l emploi du secteur dans le Pays de Morlaix Dans les entreprises de la métallurgie sur le Pays de Morlaix sont particulièrement présents la fabrication de produits métalliques et la fabrication de machines et équipements mécaniques (ARCAM SARL, CASTEL SAS, CSM QUEMENER SA, ECAT SAS, ERM Concept, INTERROL, MAGSI, OXYMAX, SERMA SARL, SERMETA ATOM SARL). 15 Observatoire des industries et métiers de la Métallurgie Bretagne Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 84

85 La moitié de l effectif salarié se concentre dans les entreprises GIANNONI et GEMINOX. - catégories socioprofessionnelles 45.3% des effectifs se situent dans la catégorie des ouvriers qualifiés (contre 40.4% au niveau régional). On note 17.9% d ouvriers non qualifiés. Ce taux est supérieur au taux régional d 1 point. Près de 26% des emplois sont occupés par des professions intermédiaires de techniciens et agents de maîtrise (22.6% au niveau régional), 6.7% de cadres (14.1% au niveau régional) et 4.6% d employés (6% au niveau régional). - Les principaux métiers : - Chaudronniers-tôliers industriels, opérateurs qualifiés travaillant en forge et conducteurs qualifiés d équipements de formage, traceurs qualifiés - Autres opérateurs et ouvriers qualifiés : métallurgie, production verrière, matériaux de construction - Soudeurs manuels c. Dans les entreprises du secteur des transports Les données présentées sont issues du «Tableau de bord régional de l emploi et de la formation professionnelle dans les transports routiers et les activités auxiliaires du transport» - Bretagne 2009 réalisé par l Observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans les transports et la logistique. Ces données ne comprennent pas le secteur du transport maritime qui représente une part importante de l effectif salarié sur le Pays de Morlaix. Ces données sont pour l essentiel régionales sauf pour certaines qui sont élaborées au niveau départemental : Répartition des effectifs salariés par secteur d activité dans le Finistère Transport routier de marchandises Transport routier de voyageurs Déménagement Location Auxiliaire de transport Prestataires logistiques Transport sanitaire 58.2% 15.8% 4% 1% 10.5% 0.2% 10.4% Source : UNEDIC, 2009 Sur le Finistère, le transport routier de marchandises arrive en 1 ère position avec 58.2% des effectifs salariés mais en 4 ème position au niveau régional. Par contre le transport routier de voyageurs arrive en 1ère position des effectifs salariés au niveau de la Bretagne. Pyramide des âges dans la région Bretagne - 25 ans ans ans ans ans ans ans 56 ans et + Pourcentage 8,5% 12,6% 14,9% 15,7% 16,2% 14% 11,1% 7% Source : AFT, 2009 Toutes les tranches d âges ont progressé en nombre sur 10 ans, les tranches d âges en-decà de 36 ans ont connu un taux de croissance annuel inférieur à 1, celles au-delà de 40 ans, un taux supérieur à 3. En 1999, les effectifs les plus nombreux se trouvaient dans la tranche ans (17,5% contre 14,9% en 2009). En 2009, c est la tranche d âge ans qui arrive en tête avec 16,2% des effectifs contre 14,4% en 1999). Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 85

86 d. Dans les entreprises du secteur du bâtiment Source : Cellule Economique de Bretagne Conseil de développement du Pays de Morlaix UT 29 AFPA Transitions 86

Observatoire Emploi Economie

Observatoire Emploi Economie Observatoire Emploi Economie Pays de Quimperlé Mardi 28 mai 2013 1 Contexte Demande de la COCOPAQ dans le cadre de sa stratégie de développement économique 1 er travail en observation Emploi-Economie de

Plus en détail

CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES

CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Diagnostic Arrondissement de BORDEAUX CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES POPULATION (SOURCE INSEE RP 2006) Les cantons et pseudo-cantons Population 2006 Bègles 24 417 Blanquefort 53 744 232 260 Carbon-Blanc

Plus en détail

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006 Eléments de diagnostic territorial en Zone d emploi Décembre 2006 Contrat de plan Etat-Région 2000-2006 Eléments de diagnostic territorial : zone d emploi de La zone d emploi de TOULOUSE La zone d emploi

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD septembre 2013 Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 861 452 934 499 995 498 1 52 183 1 134 493 1 266 358 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 55 364 569 81 571 852 559 413 544 891 554 72 Densité moyenne (hab/km2) 64,2 66,5

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 2 418 847 2 511 478 2 52 526 2 531 855 2 554 449 2 571 94 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 1 397 99 1 42 295 1 412 413 1 433 23 1 441 422 1 461 257 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Un canton en action CHAMPS-SUR- MARNE M i s e à j o u r 2 0 0 9

Un canton en action CHAMPS-SUR- MARNE M i s e à j o u r 2 0 0 9 Un canton en action CHAMPS-SUR- Mise à jour 2009 SOMMAIRE PRESENTATION 1. La population et son évolution 2. La population selon la catégorie socioprofessionnelle 3. Les ménages et leur équipement LES ENTREPRISES

Plus en détail

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes Numéro 153 : novembre 2013 Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes En Midi-Pyrénées, le revenu annuel net des femmes salariées est inférieur de 28 % à celui des hommes en 2010. Elles

Plus en détail

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2007-T4 2008-T1 2008-T2 2008-T3 2008-T4 2009-T1 2009-T2 2009-T3 2009-T4 2010-T1 2010-T2 2010-T3 2010-T4 2011-T1 2011-T2 2011-T3 2011-T4 2012-T1 2012-T2 2012-T3

Plus en détail

LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions. Congrès des Maires vendredi 12 octobre 2012 Disneyland Paris, Hôtel New York

LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions. Congrès des Maires vendredi 12 octobre 2012 Disneyland Paris, Hôtel New York LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions Le territoire de la Seine-et-Marne 85 km Le plus grand département francilien : 5 915 km² Des infrastructures développées : 4 autoroutes (A4, A5, A6, A104)

Plus en détail

L'activité économique du Finistère en. Chiffres clés. Cocef Conférence des Chambres économiques du Finistère

L'activité économique du Finistère en. Chiffres clés. Cocef Conférence des Chambres économiques du Finistère 2 0 L'activité économique du Finistère en 2 3 10 Chiffres clés 2014 Cocef Conférence des Chambres économiques du Finistère Entreprises CCI Quimper Cornouaille Nombre d établissements par secteur d activité

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LA COMMUNAUTE D AGGLOMÉRATION PÔLE AZUR PROVENCE & LES COMMUNAUTES DE COMMUNES MONTS D AZUR ET TERRES DE SIAGNE. Avril 2010 POLE AZUR PROVENCE CA DU PAYS DE GRASSE 499

Plus en détail

CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES

CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES Diagnostic Arrondissement de MONT-DE-MARSAN CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES POPULATION (SOURCE INSEE RP 2006) Les cantons Population 2006 Aire-sur-l'Adour 9 655 Gabarret 3 598 Geaune 4 353 Grenade-sur-l'Adour

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040»

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» 1 Programme de l après-midi 1. Pourquoi cette démarche? 2. Approche systémique de la Savoie 3. Les travaux en

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE DIRECCTE Service ESE Février 2015 METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE Situation socio-économique Direccte Service étude, statistique, évaluation Février 2015 DIRRECTE Service ESE Février 2015 Sommaire Bref

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population Description des variables de la base de données a. Attractivité démographique pour les différents types de population Sources : Recensements de 1962 à 2006 et Clap 2007 - a01_popmoy62, a01_popmoy68, a01_popmoy75,

Plus en détail

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 S SECTORIELLES Les partenaires professionnels des contrats d objectifs bretons ont contribué à la préparation du CPRDF.

Plus en détail

Évolution des effectifs et caractéristiques du domaine en 1999

Évolution des effectifs et caractéristiques du domaine en 1999 TOURISME ET TRANSPORTS A vec 62 emplois et 8,3 % des actifs, les métiers du tourisme et du transport constituent le 4 e domaine professionnel dans la région. Les effectifs ont progressé de 34 % entre 1982

Plus en détail

OBSERVATION PACA CRISE. Panorama sectoriel : Commerce n 0 / 19 juin 2009. Un secteur sensible. Faits marquants. Chiffres-clés

OBSERVATION PACA CRISE. Panorama sectoriel : Commerce n 0 / 19 juin 2009. Un secteur sensible. Faits marquants. Chiffres-clés 1 Panorama sectoriel : Commerce n 0 / 19 juin 2009 Faits marquants Un secteur sensible Le commerce occupe une place stratégique dans l économie régionale par le nombre de ses emplois. Il joue, en temps

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 S SECTORIELLES Les partenaires professionnels des contrats d objectifs bretons ont contribué à la préparation du CPRDF.

Plus en détail

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 L économie sociale et solidaire : de quoi parle-t-on? Une économie du quotidien, ancrée sur les territoires Des entreprises et

Plus en détail

Département des Landes (40) - Dossier complet

Département des Landes (40) - Dossier complet Département des Landes (4) - Dossier complet Chiffres clés Évolution et structure de la population Département des Landes (4) POP T - Population par grandes tranches d'âges 211 26 Ensemble 387 929 1, 362

Plus en détail

Rhône-Alpes. Céreq, avril 2003. 1

Rhône-Alpes. Céreq, avril 2003. 1 Rhône-Alpes En Rhône-Alpes, l industrie joue toujours un rôle moteur dans l économie régionale. Composé de filières très diversifiées qui se sont constituées sur un socle d industries lourdes, ce tissu

Plus en détail

Près de 1.000 entreprises supplémentaires, plus de 1.000 emplois nouveaux

Près de 1.000 entreprises supplémentaires, plus de 1.000 emplois nouveaux Artiscope Région Centre Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat (1 er semestre 2011) Près de 1.000 entreprises supplémentaires, plus de 1.000 emplois nouveaux Données clés : avec 991 entreprises

Plus en détail

Les SERVICES aux ENTREPRISES

Les SERVICES aux ENTREPRISES G R E F B r e t a g n e Les SERVICES aux ENTREPRISES EN BRETAGNE Emploi et formation DONNÉES ET TENDANCES DU SECTEUR PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région Novembre 2012 SOMMAIRE La

Plus en détail

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région GREF Bretagne CHÈQUE FORCE Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force Contrat de projets Etat-Région Septembre 2012 PÉRIMÈTRE DE L ÉTUDE Le Chèque Force est une aide individuelle du Conseil Régional

Plus en détail

SERVICE STATISTIQUES, ETUDES ET EVALUATIONS. Repères & analyses. Analyse sectorielle Hôtels, Cafés, Restaurants, Bars. Situation à fin décembre 2012

SERVICE STATISTIQUES, ETUDES ET EVALUATIONS. Repères & analyses. Analyse sectorielle Hôtels, Cafés, Restaurants, Bars. Situation à fin décembre 2012 Mars 2013 SERVICE STATISTIQUES, ETUDES ET EVALUATIONS Repères & analyses Analyse sectorielle Hôtels, Cafés, Restaurants, Bars Situation à fin décembre 20 Direction régionale Bretagne 20.170 demandeurs

Plus en détail

FICHE SIGNALETIQUE. Cœur de Flandre. 1. Profil Territoire. 2 Profil Fiscal

FICHE SIGNALETIQUE. Cœur de Flandre. 1. Profil Territoire. 2 Profil Fiscal FICHE SIGNALETIQUE Pays Cœur de Flandre Consultable sur www.sigale.nordpasdecalais.fr Le pays a été reconnu le 9 mars 2004 et le premier contrat a été signé le 15 décembre 2004. Il comporte 45 communes

Plus en détail

L emploi en production agricole

L emploi en production agricole agir ensemble L emploi en production agricole Chiffres 2011 - Département d Ille-et-Vilaine La brochure est téléchargeable sur les sites de la MSA : www.msaportesdebretagne.fr et de l AEF : www.ille-et-vilaine.anefa.org

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population Lyon 7e Arroissement (69387 - Arroissement municipal) Évolution et structure de la population Mise à jour le 3 juin 211 Géographie au 1/1/21 POP T1M - Population 1968 1975 1982 199 1999 Population 62 2

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE Etude préalable à la mise en œuvre du Plan Climat-Energie Territorial de la Communauté d Agglomération de Castres Mazamet LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE Castres, jeudi 29 mars 2012 Obligation

Plus en détail

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 18ème Bureau de la CNS 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 1 Ordre du jour Intervention du vice Président Christian Nibourel Communications des membres du bureau sur leurs actualités Présentation

Plus en détail

Proposition de Destination Touristique de Bretagne «Côte de Granit Rose - Baie de Morlaix»

Proposition de Destination Touristique de Bretagne «Côte de Granit Rose - Baie de Morlaix» Proposition de Destination Touristique de Bretagne «Côte de Granit Rose - Baie de Morlaix» Vendredi 6 février 2015-15h Pôle Phoenix à Pleumeur-Bodou Journée de Lancement Proposition de Destination Touristique

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population Évolution et structure de la population Mise à jour le 3 juin 211 POP T1M - Population 1968 1975 1982 199 1999 Population 55 364 569 81 571 852 559 413 544 891 553 968 Densité moyenne (hab/km2) 64,2 66,5

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE JUILLET 2010 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Les résultats des enquêtes sont désormais publiés selon la nouvelle

Plus en détail

Méthodologie utilisée

Méthodologie utilisée Dossier spécial Juillet 2010 La carte d identité du de la mutualité Exploitation par le CEREQ des DADS 2007 L Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité (OEMM) a poursuivi son travail de collaboration

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 31 décembre 2014. Région Poitou-Charentes

Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 31 décembre 2014. Région Poitou-Charentes Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 31 décembre 2014 Région Poitou-Charentes Édito Ce qui est formidable avec l artisanat, c est la variété et la richesse des métiers qui le

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses decembre 2014 N 099 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L emploi dans les très fin 2013 Un tiers des TPE ont un seul salarié Les entreprises

Plus en détail

GFE 12 Techniques graphiques Impression

GFE 12 Techniques graphiques Impression PLAN RÉGIONAL DE DÉVELOPPEMENT DES FORMATIONS MIDI-PYRÉNÉES (PRDF) 2007-2011 GFE 12 Techniques graphiques Impression AVRIL 2006 Contribution au diagnostic du PRDF par GFE Fonds social européen Dernières

Plus en détail

Diagnostic régional emploi-formation

Diagnostic régional emploi-formation GREF Bretagne Diagnostic régional emploi-formation Contribution à l'élaboration du Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles Mai 2011 Contrat de projets Etat-Région Sommaire

Plus en détail

Présentation de l économie cornouaillaise. Charlotte SEMINEL 20/12/2013

Présentation de l économie cornouaillaise. Charlotte SEMINEL 20/12/2013 Présentation de l économie cornouaillaise Charlotte SEMINEL 20/12/2013 CCI Quimper Cornouaille L INFORMATION ECONOMIQUE 3 activités : -fichier des entreprises, -documentation, - études, statistiques, Publications

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Chiffres Clefs. ille-et-vilaine. Couverture. Edition2013. Agriculture. Artisanat. Industrie. Commerce Extérieur BTP. Commerce. Services.

Chiffres Clefs. ille-et-vilaine. Couverture. Edition2013. Agriculture. Artisanat. Industrie. Commerce Extérieur BTP. Commerce. Services. Edition2013 Chiffres Clefs ille-et-vilaine 8 agricole (1) s non salariés (2) s salariés (3) 2006 13 989 3 185 2011 11 450 3 270 Agreste, Comptes régionaux de l agriculture. 2011 provisoire. (1) de l ensemble

Plus en détail

Pa s-d e-ca l a i s. No r d PORTRAIT RÉGIONAL. Secteur. Po r t r a i t. Ré g i o n a l. Restaurants. Restauration collective.

Pa s-d e-ca l a i s. No r d PORTRAIT RÉGIONAL. Secteur. Po r t r a i t. Ré g i o n a l. Restaurants. Restauration collective. PORTRAIT RÉGIONAL Po r t r a i t Ré g i o n a l 2008 Cafétérias No r d Pa s-d e-ca l a i s Restauration collective Hôtels restaurants Restaurants Thalassothérapie Cafés-Bars Secteur Bowlings Hôtellerie

Plus en détail

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE LIVRET I SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE 5 Sommaire I SYNTHESE page 5 II REACTUALISATION FEVRIER 2006 : DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE page 18 III DIAGNOSTIC

Plus en détail

34. Les activités commerciales

34. Les activités commerciales 66 34. Les activités commerciales Eléments de méthodologie La notion d offre commerciale (nombre, surfaces commerciales, emplois) Depuis 1995, la Chambre de Commerce et d Industrie de Morlaix dispose d

Plus en détail

Document d analyse Edition janvier 2015

Document d analyse Edition janvier 2015 Les cahiers de l observatoire de la MdEF janvier 2015 Document d analyse Edition janvier 2015 Diagnostic ZTEF Grand Lyon Centre et Nord Cette nouvelle publication de l observatoire de la Maison de l Emploi

Plus en détail

La Région Poitou-Charentes, Repères économiques

La Région Poitou-Charentes, Repères économiques La Région Poitou-Charentes, Repères économiques Décembre 2006 Poitou-Charentes en France et en Europe 26 000 km² (4,7 % de la superficie française) 1,69 millions d habitants (2,8 % de la population française)

Plus en détail

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz)

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz) Synthèse Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 04 Juin 2013 Le travail à temps partiel Mathilde Pak (avec la participation de Sandra Zilloniz) Sommaire SYNTHèSE...

Plus en détail

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans BÂTIMENT, TRAVAUX PUBLICS En, près de 52 personnes, soit 6,9 % des actifs de la région, travaillaient dans le domaine du bâtiment et des travaux publics. Composé de huit familles professionnelles, ce domaine

Plus en détail

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région ÉDITORIAL Les mutations environnementales, économiques et sociales n ont de cesse et depuis quelques années nous ressentons que cette vitesse d évolution tend à devenir exponentielle Que sera demain? Cette

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Bac BEP CAP. Certification. Tertiaire. Sanitaire et social alidation. Parti. Parcours. Réussite VAE. Titre professionnel. Diplôme. Durée parco BEP CAP

Bac BEP CAP. Certification. Tertiaire. Sanitaire et social alidation. Parti. Parcours. Réussite VAE. Titre professionnel. Diplôme. Durée parco BEP CAP ac Parcours Sanitaire et social alidation des personnes ayant passé un jury au cours de l année 2009 en Bretagne MARS 2012 Certification Bac Réussite Sanitaire et social Validation Parcours Certification

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi FICHES THÉMATIQUES Dynamique de l emploi 2.1 Mouvements de main-d œuvre Pour un effectif de salariés en début d année, les établissements de salariés ou plus ont recruté en moyenne 42,5 salariés en 26.

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail

MAI 2008. Union Régionale pour l Habitat des Jeunes. Idea-Recherche

MAI 2008. Union Régionale pour l Habitat des Jeunes. Idea-Recherche Mission d étude de besoins en matière d accueil, de logement et d accompagnement des jeunes sur le territoire intercommunal du Pays Leonard Interrogeant parmi les réponses à ces besoins, la pertinence

Plus en détail

Dares. Analyses EMPLOI ET SALAIRES DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES ENTRE 2000 ET 2009

Dares. Analyses EMPLOI ET SALAIRES DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES ENTRE 2000 ET 2009 Dares Analyses AOÛT 2011 N 064 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques EMPLOI ET SALAIRES DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES ENTRE 2000 ET 2009 Au 31 décembre

Plus en détail

ZOOM. sur les métiers de la SANTÉ, ACTION SOCIALE, SERVICES ÀLA PERSONNE. Bilan 2014 Bretagne

ZOOM. sur les métiers de la SANTÉ, ACTION SOCIALE, SERVICES ÀLA PERSONNE. Bilan 2014 Bretagne ZOOM sur les métiers de la SANTÉ, ACTION SOCIALE, SERVICES ÀLA PERSONNE Bilan 2014 Bretagne SOMMAIRE 3 SYNTHÈSE 3 DONNÉES CLÉS 3 LA DEMANDE D EMPLOI 3 PRINCIPALES ÉVOLUTIONS 4 PROFIL DES DEMANDEURS D EMPLOI

Plus en détail

Profil au 31 décembre 2012 des bénéficiaires de la retraite au titre. de la pénibilité créée par la loi du 9 novembre 2010

Profil au 31 décembre 2012 des bénéficiaires de la retraite au titre. de la pénibilité créée par la loi du 9 novembre 2010 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 14 Document de travail, n engage pas le Conseil Profil

Plus en détail

Marseille-Nord. Marseille-Nord est l un des trois territoires prioritaires d intervention de la Maison de l Emploi de Marseille (MDEM)

Marseille-Nord. Marseille-Nord est l un des trois territoires prioritaires d intervention de la Maison de l Emploi de Marseille (MDEM) 09/2012 PORTRAIT DE TERRITOIRE est l un des trois territoires prioritaires d intervention de la Maison de l Emploi de (MDEM) 03 16 15 14 13 Le territoire d étude, - Nord est composé de quatre arrondissements

Plus en détail

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007 PANORAMA de l Economie en Haute-Normandie J U I N 2 1 EDITO La Chambre Régionale de l Economie (CRES) de Haute- Normandie est heureuse de vous présenter ce premier Panorama de l Economie dans notre Région.

Plus en détail

PROFIL SOCIO- ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE THETFORD

PROFIL SOCIO- ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE THETFORD PROFIL SOCIO- ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE THETFORD Municipalités de la MRC de L Amiante Source : Portail gouvernementale / Région de la Chaudière-Appalaches, 2003 http://www.chaudiere-appalaches.gouv.qc.ca

Plus en détail

Côte d Opale* en chiffres 2010

Côte d Opale* en chiffres 2010 BOULOGNE/MER Côte d Opale* en chiffres 21 5 zones d emplois : Berck/Montreuil, Boulogne/Mer, Calais, Dunkerque, Saint-Omer. 438 communes 27 intercommunalités. 145 km de côtes. 4 1 km² de superficie. 3

Plus en détail

Diagnostic démographique d socio-économique

Diagnostic démographique d socio-économique Diagnostic démographique d et socio-économique conomique Plan Local d d Urbanisme de Guengat Les habitants L habitat Les activités économiques et l emploi Les équipements et services Les transports Conception

Plus en détail

C R C MIDI PYRÉNÉES. Midi-Quercy

C R C MIDI PYRÉNÉES. Midi-Quercy C R C MIDI PYRÉNÉES Maison de l emploi Développement durable De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon

Plus en détail

ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE. DE LA COMMUNAUTÉ DU PAYS DE LANDERNEAU-DAOULAS Novembre 2012. Réf. 2012/352

ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE. DE LA COMMUNAUTÉ DU PAYS DE LANDERNEAU-DAOULAS Novembre 2012. Réf. 2012/352 ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE DE LA COMMUNAUTÉ DU PAYS DE LANDERNEAU-DAOULAS Réf. 2012/352 Avant propos L observatoire de l emploi et de la formation réalise chaque année des diagnostics à l échelle du, pour

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

LES SERVICES AUX ENTREPRISES EN BRETAGNE. Emploi et formation Données et tendances du secteur Marketing, communication

LES SERVICES AUX ENTREPRISES EN BRETAGNE. Emploi et formation Données et tendances du secteur Marketing, communication LES SERVICES AUX ENTREPRISES EN BRETAGNE Emploi et formation Données et tendances du secteur Novembre 10 SYNTHÈSE MARKETING, COMMUNICATION Le secteur regroupe les entreprises exerçant une activité de marketing

Plus en détail

Chiffres Clés 2014 Alpes-Maritimes

Chiffres Clés 2014 Alpes-Maritimes Chiffres Clés 2014 Alpes-Maritimes SIRIUS-CCI OBSERVER POUR AGIR cote-azur.cci.fr POPULATION / FORMATION Population Population par âge Recensement 2011 1 081 244 Population totale 15,9% 0-14 ans 16,7%

Plus en détail

Jusqu à la fin des années 90, la majorité

Jusqu à la fin des années 90, la majorité ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 00.10 MARS En quinze ans, le nombre de chercheurs en entreprise (en personnes physiques) a fortement augmenté : 78

Plus en détail

BÂTIMENT & TRAVAUX PUBLICS

BÂTIMENT & TRAVAUX PUBLICS ZOOM sur les métiers du BÂTIMENT & TRAVAUX PUBLICS Bilan 20 Bretagne SOMMAIRE 3 3 3 3 4 5 6 7 7 7 8 9 SYNTHÈSE DONNÉES CLÉS LA DEMANDE D EMPLOI PRINCIPALES ÉVOLUTIONS PROFIL DES DEMANDEURS D EMPLOI PRINCIPAUX

Plus en détail

Etude-action pour le développement économique de la Presqu île de Crozon

Etude-action pour le développement économique de la Presqu île de Crozon Etude-action pour le développement économique de la Presqu île de Crozon Comité directeur de la CCI du 22 avril 2013 CCI de Brest Département Etudes / Information économique 1 en partenariat avec la Communauté

Plus en détail

Évolution de l emploi dans l Économie Sociale et Solidaire en région Centre

Évolution de l emploi dans l Économie Sociale et Solidaire en région Centre Octobre 2013 N 7 Évolution de l emploi dans l Économie Sociale et Solidaire en région Centre L ESS, un gain d emploi pour la région Centre Les effectifs salariés de l Economie Sociale et Solidaire (ESS)*

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

C. C. I. T. 0 4. Observatoire Economique des Alpes-de-Haute-Provence www.digne.cci.fr/observatoire-economique

C. C. I. T. 0 4. Observatoire Economique des Alpes-de-Haute-Provence www.digne.cci.fr/observatoire-economique C. C. I. T. 0 4 Observatoire Economique des Alpes-de-Haute-Provence www.digne.cci.fr/observatoire-economique Document réalisé par la Chambre de commerce et d industrie territoriale en partenariat avec

Plus en détail

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra CEP CONSTRUCTION Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction Septembre 2006 Jean-Louis Reboul Sandrine Aboubadra Siège social 89, rue du Faubourg Saint Antoine 75011 PARIS Tel : 33

Plus en détail

Phase 1: Elaboration du diagnostic

Phase 1: Elaboration du diagnostic Élaboration du SCOT du Pays Santerre Haute Somme Phase 1: Elaboration du diagnostic Fiche N 3: Economie et commerce 1. Les grandes caractéristiques socio-économiques de la population La population active

Plus en détail

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période Dares Analyses MARS 1 N 1 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse

Plus en détail

Diagnostic Partagé 2012

Diagnostic Partagé 2012 Diagnostic Partagé 2012 2 Sommaire Territoire et population p.5 Chômage et actifs en emploi p.17 Emplois et entreprises du territoire p.27 Zoom sur les femmes et les seniors p.41 3 4 Territoire et population

Plus en détail

5.1. Consommation d énergie dans l industrie manufacturière

5.1. Consommation d énergie dans l industrie manufacturière 5.1 Consommation d énergie dans l industrie manufacturière En 211 en France, la consommation brute d énergie dans l industrie manufacturière s élève à 34,7 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) hors

Plus en détail

Les groupes dans les services : des activités diversifiées proches du cœur de métier

Les groupes dans les services : des activités diversifiées proches du cœur de métier Les groupes dans les services : des activités diversifiées proches du cœur de métier Yohan Baillieul* Le quart des groupes de sociétés recensés en France exercent leur activité principale dans les services

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Principaux secteurs d activité haut-marnais Bilan Les principaux secteurs d activité haut-marnais BILAN édition 2011 Document réalisé en partenariat avec Observatoire Economique de la Haute-Marne Principaux

Plus en détail