LE CANCER DU PANCREAS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE CANCER DU PANCREAS"

Transcription

1 LE CANCER DU PANCREAS Docteur Nicolas Williet, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone de Cancérologie Digestive Ce document est destiné à l information des malades, de leurs proches et «du grand public». Il a été rédigé dans un souci de simplification et de concision. N hésitez pas à interroger vos médecins en cas d incompréhension ou si vous avez besoin d informations complémentaires. DEFINITION et GENERALITES Les cancers du pancréas les plus fréquents correspondent aux adénocarcinomes pancréatiques. Ils doivent être distingués des autres types de tumeurs malignes du pancréas et en particulier des tumeurs endocrines. Elles sont beaucoup plus rares et il ne sera pas question ici. Ils sont localisés le plus souvent au niveau de la partie droite du pancréas appelée «tête» qui est traversée par le canal cholédoque. Ce dernier draine la bile produite par le foie et la conduit dans le duodénum qui est en contact étroit avec la tête du pancréas comme indiqué sur le schéma. Plus rarement, les cancers se développent au niveau de partie centrale ou de la partie gauche du pancréas, appelées respectivement «corps» et «queue» du pancréas. FOIE CHOLEDOQUE «QUEUE» VESICULE BILIAIRE «CORPS» PANCREAS «TETE» DUODENUM 1

2 EPIDEMIOLOGIE La fréquence du cancer du pancréas a augmenté au cours des dernières décennies. Le nombre de nouveaux cas diagnostiqués en France pour l année 2010 est évalué aux alentour de avec une très légère prédominance masculine. Ceci place le cancer du pancréas au 10 ème rang des cancers chez l homme (après les cancers de la prostate, du poumon, du côlon, de la sphère ORL, de la vessie, les lymphomes, les cancers du rein, du foie et de l estomac) et au 9 ème rang des cancers chez la femme (après les cancers du sein, du côlon et du rectum, du poumon, du corps de l utérus, de la thyroïde, le cancer de l ovaire et le mélanome malin cutané). Il s agit dune maladie survenant généralement dans la deuxième partie de la vie puisque 70 % des cas sont diagnostiqués après 65 ans et que 43 % des cas le sont après l âge de 75 ans. L âge médian au diagnostic est de 74 ans. Les facteurs de risques reconnus correspondent au tabagisme, à la pancréatite chronique, au diabète de la maturité (dit de type II) évoluant depuis plus de 10 ans et à l existence d un et a fortiori de plusieurs antécédents familiaux de cancers du pancréas (agrégation familiale pouvant être le reflet de maladies génétiques de prédisposition, affections rares mais devant être évoquées dans un tel contexte). Enfin, certaines lésions bénignes du pancréas ont un potentiel de dégénérescence. On parle de lésions pré-cancéreuses, qui se présentent le plus souvent sous la forme d un ou de plusieurs kystes. SIGNES EVOCATEURS CIRCONSTANCES DU DIAGNOSTIC Plusieurs circonstances peuvent conduire au diagnostic : Il peut s agir de l apparition d une jaunisse (ou ictère) parfois associée ou précédée par des démangeaisons (prurit). Cette jaunisse a tendance à s aggraver spontanément et à être accompagnée d une modification de la couleur des urines (qui brunissent) et des selles (qui s éclaircissent). Elle est due à l obstruction du cholédoque qui ne permet plus à la bile de s évacuer dans le duodénum et est responsable d une accumulation de la bilirubine dans le sang. Elle est donc principalement observée dans les cancers de la tête du pancréas. L apparition d une fièvre et de frissons doit évoquer une infection de la bile en rétention. Il s agit d une urgence qui nécessite une prise en charge spécifique en hospitalisation. Il est important de noter que la jaunisse n est pas spécifique du cancer du pancréas et qu elle peut être observée dans un grand nombre d autres maladies du pancréas, des voies biliaires, du foie ou des globules rouges. Parfois, ce sont les douleurs abdominales qui donnent l alerte. Il s agit généralement de douleurs localisées dans la partie haute de l abdomen et irradiant vers le dos, sourdes, évoluant depuis plusieurs semaines ou mois, non soulagées par la prise d anti-spasmodiques intestinaux. Des douleurs intenses et d apparition brutale évoquent la possibilité d une pancréatite aiguë, c est-à-dire d une inflammation du pancréas en amont de la tumeur, qui est une autre circonstance de découverte, plus rare, du cancer du pancréas. Ces symptômes peuvent être associés à une altération non spécifique de l état général caractérisée par une grande fatigue, un dégoût des aliments et un amaigrissement. 2

3 Le diagnostic doit également être évoqué devant l apparition d un diabète ou d une phlébite en dehors de toute circonstance favorisante (plâtre, alitement ) Enfin, il est possible que le cancer soit totalement asymptomatique et que le diagnostic soit porté, soit de façon fortuite à l occasion d un examen radiologique (scanner ou échographie le plus souvent) réalisé pour une toute autre raison, soit dans le cadre d un dépistage systématique chez des sujets à risque particulier. DEPISTAGE ET DIAGNOSTIC Contrairement aux cancers colorectaux et aux cancers du sein chez les femmes, il n y a pas d indication de dépistage systématique du cancer du pancréas dans la population générale compte-tenu notamment de sa relative rareté. Un tel dépistage n est envisagé que dans les rares situations associées à une majoration franche du risque : lésion pré-cancéreuse du pancréas, maladie génétique de prédisposition... Ses modalités (nature et périodicité des examens) sont mal définies. Les examens radiologiques (échographie abdominale et scanner principalement, IRM et/ou écho-endoscopie plus rarement) ont une place centrale dans la stratégie diagnostique du cancer du pancréas et doivent être demandés en cas de symptôme d appel. La prise de sang avec dosage d une protéine appelée CA19.9 peut également être utile. Cependant, le diagnostic ne peut être affirmé qu après examen au microscope de la totalité de la tumeur ou d un fragment de celle-ci obtenu par biopsie. Cette dernière n est généralement pas indiquée en cas de petite tumeur accessible à une chirurgie et dont l aspect radiologique est très caractéristique. Elle doit être réalisée dans toutes les autres situations, guidée par le scanner ou au cours d une échoendoscopie selon les cas. L examen au microscope (on parle d étude histologique) permet à la fois de confirmer le diagnostic de cancer et d éliminer les formes rares évoquées dans l introduction (autrement dit de confirmer qu il s agit d un adénocarcinome). Les examens radiologiques ont également l intérêt de juger de l extension de la maladie qui conditionne les modalités du traitement. En pratique, on distingue les tumeurs localisées et de petite taille, les tumeurs avec extension loco-régionale et les tumeurs associées à une dissémination à distance, c est-à-dire à des métastases. PRONOSTIC Malgré les progrès réalisés au cours des dernières décennies, le pronostic du cancer du pancréas reste globalement sombre. Il dépend principalement de la taille de la tumeur et de son extension au moment du diagnostic. Seule la chirurgie, qui n est possible que pour des tumeurs de petite taille et de localisation favorable c est-à-dire dans une minorité des cas, offre une possibilité de guérison. Celle-ci n est cependant pas garantie en raison d un taux élevé de récidives. L administration d une chimiothérapie après la chirurgie permet de réduire significativement ce taux. Lorsque la chirurgie n est pas possible ou en cas de récidive après chirurgie, les objectifs du traitement sont de limiter la progression de la tumeur ou de la faire régresser, au moins transitoirement, et de soulager les symptômes pénibles. 3

4 TRAITEMENT Les indications thérapeutiques théoriques dépendent principalement de la localisation, de la taille et de l extension de la tumeur au moment du diagnostic. Elles doivent être modulées pour chaque cas en fonction du contexte spécifique : âge «physiologique» ; antécédents médicaux et chirurgicaux ; souhaits et contraintes du patients. En pratique, la stratégie thérapeutique la plus adaptée pour un individu donné est définie dans le cadre d une réunion de concertation pluri-disciplinaire à laquelle participent les chirurgiens et les médecins de différentes spécialités (cancérologues, gastro-entérologues, radiothérapeutes, radiologues, anatomopathologistes ) et qui a pour objectif d établir un plan personnalisé de traitement. Traitement de la jaunisse : Il est prioritaire sur tous les autres car la rétention de bile dont elle témoigne est souvent associée à d importantes démangeaisons. Par ailleurs, elle retentit sur la fonction du foie et comporte un risque de surinfection grave. Lorsque la chirurgie est possible et réalisable dans un délai relativement court, elle permet de régler le problème et il n y a pas de geste spécifique à envisager au préalable. Dans toutes les autres situations (chirurgie différée qu elle qu en soit la cause ou chirurgie non réalisable), il est nécessaire de mettre en place sans délai une prothèse dans le canal cholédoque afin de lever l obstruction et de permettre un drainage satisfaisant de la bile. Cette prothèse ou «stent» est mise en place, le plus souvent, à l occasion d une endoscopie, c està-dire en utilisant un endoscope passant par la bouche, sous anesthésie générale. Traitement chirurgical : La possibilité d une exérèse chirurgicale complète de la tumeur doit toujours être envisagée puisqu elle seule permet d espérer une guérison. Une telle chirurgie n est cependant possible qu en l absence de localisation métastatique et, pour les tumeurs localisées, uniquement en cas de localisation favorable et en l absence d envahissement de certaines structures de voisinage (les artères notamment). Il est également nécessaire que l état général soit compatible avec la réalisation d une chirurgie qui reste lourde et délicate, en particulier pour les cancers de la tête du pancréas. La prise en compte de l âge du malade et surtout de ses antécédents médicaux est donc essentielle, de même que l avis du médecin anesthésiste. Au total, la chirurgie n est envisageable que dans une minorité de cas. Elle doit être réalisée dans un centre expert. La mortalité liée à la chirurgie est faible (inférieure à 6 %), mais non nulle. Par ailleurs, des complications sont possibles après la chirurgie qui peuvent conduire à une hospitalisation prolongée. La séquelle la plus fréquente correspond à une diarrhée associée à modification de la consistance et de l aspect des selles qui deviennent plus «grasses». Elle est due fonction insuffisante du pancréas restant et peut être améliorée ou corrigée par l ingestion d enzymes pancréatiques sous la forme de gélules. Un diabète lié à une diminution de la production d insuline est également possible, en particulier en cas d exérèse du corps et de la queue du pancréas. 4

5 La chimiothérapie : Elle correspond à l élément essentiel du traitement en l absence de chirurgie possible (après mise en place d une prothèse en cas de jaunisse). Dans une telle situation, elle ne permet pas d espérer une disparition complète de la maladie ni une guérison mais elle a pour objectif de faire diminuer le volume de la tumeur ou de bloquer son évolution, au moins transitoirement. Différentes molécules de chimiothérapie, administrées seules ou en association, ont une efficacité démontrée dans le traitement du cancer du pancréas. Il s agit en particulier de la gemcitabine ou de l association de 5-fluorouracile, d oxaliplatine et d irinotécan. Elles sont administrées par voie intra-veineuse à travers un petit réservoir connecté à une veine de gros calibre appelé «port-a-cath», mis en place au préalable sous anesthésie locale. Leurs effets indésirables potentiels sont variables et doivent être explicités. Des mesures spécifiques sont parfois indiquées pour les prévenir ou les atténuer. Ils justifient la mise en place d une surveillance étroite, clinique et par prise de sang. Ils peuvent conduire à modifier le schéma d administration en cas de mauvaise tolérance : diminution des doses, espacement des cures. L évolution de la situation clinique, les résultats de la prise de sang et les données du scanner sont les principaux éléments permettant de juger de l efficacité de la chimiothérapie. Les examens sont en général renouvelés tous les 2 à 3 mois. Lorsque la chimiothérapie est efficace et correctement tolérée, sa prescription est renouvelée. Au contraire en cas d échec et/ou d intolérance, la chimiothérapie est interrompue et éventuellement remplacée par une autre lorsque l état général est compatible et que d autres agents de chimiothérapie d efficacité démontrée restent disponibles. L administration d une chimiothérapie est également recommandée après exérèse complète d un cancer du pancréas. On parle alors de chimiothérapie «adjuvante» qui permet de diminuer le risque de récidive. Le produit utilisé correspond généralement à la gemcitabine (GEMZAR ). Il est administré sous la forme d une perfusion intraveineuse hebdomadaire d une demi-heure trois semaines sur 4 pendant 6 mois. La tolérance est généralement satisfaisante. La radiothérapie : La radiothérapie a peu de place dans le traitement du cancer du pancréas. Elle peut être discutée dans le traitement des formes étendues sur le plan locorégional et non opérables (soit d emblée soit récidivant après une chirurgie), généralement après une séquence de chimiothérapie et éventuellement en association avec celle-ci. Cette indication n est pas consensuelle. Elle doit donc être discutée au cas par cas, à l occasion d une réunion de concertation pluri-disciplinaire. Par ailleurs, la radiothérapie est parfois utile pour le contrôle de certains symptômes douloureux. Le traitement des symptômes : Le traitement de la jaunisse a déjà été abordé. En ce qui concerne la douleur, de nombreux moyens médicamenteux ou non sont actuellement disponibles pour la soulager. Enfin, une aide nutritionnelle peut être proposée si nécessaire, de même qu un soutien psychologique au malade et à sa famille. Les soins de confort peuvent être prodigués, soit à l hôpital ou dans une autre institution, soit à domicile grâce à l intervention du médecin référent, d une infirmière et éventuellement d autres professionnels (psychologues ; kinésithérapeutes ) et à la livraison du matériel nécessaire. Recherche et essais thérapeutiques : La recherche relative au traitement du cancer du pancréas est très active et de nombreux essais thérapeutiques sont en cours qui visent à évaluer l efficacité de nouvelles molécules ou de nouvelles stratégies. Ces essais sont très «encadrés» et la participation n est envisageable que pour les malades dûment informés et volontaires dont le consentement écrit a été obtenu. 5

Cancer du pancréas : je m'informe

Cancer du pancréas : je m'informe Cancer du pancréas : je m'informe Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le cancer du pancréas est relativement

Plus en détail

Sémiologie pancréatique

Sémiologie pancréatique Sémiologie pancréatique Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Pancréas Sémiologie Examens complémentaires:

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

Cas clinique. Titre court : Les pièges du cathétérisme biliaire

Cas clinique. Titre court : Les pièges du cathétérisme biliaire Cas clinique Titre court : Les pièges du cathétérisme biliaire Titre : Comment ne pas confondre la voie biliaire et la voie pancréatique et inversement? Title: How to differenciate between biliary and

Plus en détail

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE Par ordre de fréquence, le cancer du rein arrive en 3ème place, parmi les tumeurs urologiques après le cancer de la prostate et celui de la vessie et au 8ème rang des cancers

Plus en détail

Thésaurus National de Cancérologie Digestive TNCD

Thésaurus National de Cancérologie Digestive TNCD Thésaurus National de Cancérologie Digestive TNCD www.tncd.org Jean-Louis Legoux Secrétaire Général de la FFCD Membre du comté de Pilotage Histoire Chimiothérapie des cancers digestifs : début des années

Plus en détail

Le cancer du pancréas en questions. Pr Thierry ANDRE Pr Pascal HAMMEL

Le cancer du pancréas en questions. Pr Thierry ANDRE Pr Pascal HAMMEL Le cancer du pancréas en questions Pr Thierry ANDRE Pr Pascal HAMMEL Edition 2008 1 L Préface La fondation A.R.CA.D, Aide et Recherche en Cancérologie Digestive reconnue d utilité publique par décret du

Plus en détail

Ne fermez pas les yeux sur le cancer de la prostate.

Ne fermez pas les yeux sur le cancer de la prostate. Ne fermez pas les yeux sur le cancer de la prostate. MDS_503041_Depl-FR.indd 1-2 30/03/07 15:48:56 Le cancer de la prostate Les maladies de la prostate comptent parmi les plus fréquentes chez l homme.

Plus en détail

Technique d imagerie interventionnelle

Technique d imagerie interventionnelle Faculté de médecine de Montpellier-Nîmes DCEM 1 1 er trimestre 2006/2007 Généralités : Technique d imagerie interventionnelle Dr Benoît L'imagerie a évolué du stade diagnostique au stade interventionnel.

Plus en détail

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010 2009 2013 Mesure 19 SOINS ET vie des malades Le traitement du cancer mars 2010 dans les établissements de santé en France en 2010 868 établissements de santé sont désormais autorisés à traiter les malades

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE

DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE Les signes cliniques ou la consultation médicale Le cancer de l ovaire est le plus souvent diagnostiqué à un stade évolué de la maladie car il peut évoluer longtemps sans

Plus en détail

UE 2.8.S3 - COURS MAGISTRAL N 6 : MALADIES DES VOIES BILIAIRES ET DU PANCREAS.

UE 2.8.S3 - COURS MAGISTRAL N 6 : MALADIES DES VOIES BILIAIRES ET DU PANCREAS. UE 2.8.S3 - COURS MAGISTRAL N 6 : MALADIES DES VOIES BILIAIRES ET DU PANCREAS. Ictère : o Métabolisme de la bilirubine : hème (hémoglobine) catabolisée en bilirubine -> transportée dans le plasma sous

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

explications sur la chirurgie des hernies, document validé par Dr Bordigoni

explications sur la chirurgie des hernies, document validé par Dr Bordigoni Hernies inguinales Le site du Docteur laurent bordigoni Adresse du site : www.docvadis.fr/laurent-bordigoni explications sur la chirurgie des hernies, document validé par Dr Bordigoni Hernie inguinale

Plus en détail

Dossier. Question 1. Question 2 Que comporte le traitement spécifique de cette patiente?

Dossier. Question 1. Question 2 Que comporte le traitement spécifique de cette patiente? Dossier 1 Madame V, 60 ans est suivie depuis peu pour un cancer pulmonaire à petites cellules sans aucun signe de complications diagnostiqué lors d un bilan réalisé pour asthénie persistante. Il s agit

Plus en détail

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES DEFINITION Molécules chimiquement définies ou non Synthétisées par le tissu tumoral

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de la vessie

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de la vessie GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer de la vessie Novembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer de la

Plus en détail

Le cancer du sein. Page 1/4 - Le cancer du sein. 08/10/2015 - Par INCA. Page 1 / 10

Le cancer du sein. Page 1/4 - Le cancer du sein. 08/10/2015 - Par INCA. Page 1 / 10 08/10/2015 - Par INCA Le cancer du sein En France, le cancer du sein est la première cause de mortalité chez les femmes de 35 à 55 ans. Du diagnostic aux traitements, ce dossier vous permet de tout savoir

Plus en détail

Item 155 : Tumeurs du pancréas

Item 155 : Tumeurs du pancréas Item 155 : Tumeurs du pancréas Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Incidence et prévalence...1 2 Facteurs de risque de l'adénocarcinome pancréatique...2 3 Dépistage et traitement

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS DR. Mathieu BECK RESEAU ONCOLOR INTRODUCTION FREQUENCE Les plus fréquents (frq. cumulée) PRONOSTIC Très variable d un cancer à l autre Exemples: c. colorectaux

Plus en détail

Cancer de l'ovaire : je

Cancer de l'ovaire : je Cancer de l'ovaire : je comprends la place de la chirurgie La chirurgie a un rôle important dans le traitement du cancer de l ovaire. Elle permet le diagnostic de la tumeur et de son extension éventuelle.

Plus en détail

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Point sur le cancer de la vessie : dépistage précoce et santé au travail Dr Maria GONZALEZ Centre

Plus en détail

«Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans. Dr. Luc Radermacher

«Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans. Dr. Luc Radermacher «Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans Dr. Luc Radermacher Plan Les reins sains. Les reins malades. Les symptômes. Les traitements. La prévention de l insuffisance

Plus en détail

LITHIASE BILIAIRE. Docteur Cédric Bornes. Médecin généraliste Service de médecine somatique EPS Maison Blanche

LITHIASE BILIAIRE. Docteur Cédric Bornes. Médecin généraliste Service de médecine somatique EPS Maison Blanche LITHIASE BILIAIRE Docteur Cédric Bornes Médecin généraliste Service de médecine somatique EPS Maison Blanche IFITS 2012-2013 Rappels anatomiques Anatomie des voies biliaires Foie Vésicule bilaire Canal

Plus en détail

22/12/2009 RAPPEL ANATOMIQUE (1) FOIE, VOIES BILIAIRES, PANCREAS RAPPEL ANATOMIQUE (3) RAPPEL ANATOMIQUE (2) 10/12/09 10/12/09 10/12/09

22/12/2009 RAPPEL ANATOMIQUE (1) FOIE, VOIES BILIAIRES, PANCREAS RAPPEL ANATOMIQUE (3) RAPPEL ANATOMIQUE (2) 10/12/09 10/12/09 10/12/09 22/12/2009 RAPPEL ANATOMIQUE (1) FOIE, VOIES BILIAIRES, PANCREAS 10/12/09 RAPPEL ANATOMIQUE (3) RAPPEL ANATOMIQUE (2) 10/12/09 2 3 10/12/09 4 1 BIOLOGIE IMAGERIE Pour le foie : Transaminases, bilirubine,

Plus en détail

Pourquoi se faire enlever la vésicule biliaire?

Pourquoi se faire enlever la vésicule biliaire? LA CHOLECYSTECTOMIE Introduction : La cholécystectomie est l opération qui consiste à retirer la vésicule biliaire. La vésicule biliaire: est un organe en forme de poire, situé sous le foie, sert à stocker

Plus en détail

PATHOLOGIES DU PANCREAS

PATHOLOGIES DU PANCREAS PATHOLOGIES DU PANCREAS Invitation téléphonique du Dr Bernard WILLEMIN Dr Bernard WILLEMIN Service Hépato-Gastro-Oncologie CH Haguenau (Cliquez sur l image) Si vous ne pouvez entendre le message sonore,

Plus en détail

BTS Diététique 1 ère année QCM

BTS Diététique 1 ère année QCM BTS Diététique 1 ère année TD n 1... Introduction à la physiopathologie QCM 1. L examen clinique : a. comporte toujours des examens paracliniques b. se compose uniquement d un interrogatoire c. ne prend

Plus en détail

Lithiase Biliaire. Manuia Van Bastolaer Cours IFSI 2016

Lithiase Biliaire. Manuia Van Bastolaer Cours IFSI 2016 Lithiase Biliaire Manuia Van Bastolaer Cours IFSI 2016 PLAN Physiopathologie Le foie Les voies biliaires La bile Les calculs biliaires Pathologies 1. Lithiase vésiculaire non compliquée 2. Colique hépatique

Plus en détail

Chirurgie & pathologie rectale Accueil en un jour

Chirurgie & pathologie rectale Accueil en un jour Chirurgie & pathologie rectale Accueil en un jour BIENVENUE Madame, Monsieur Afin de vous faire bénéficier d un accueil personnalisé, de limiter vos déplacements à l Institut, d évaluer votre état général

Plus en détail

Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage

Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le diagnostic

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail

J ai un anévrisme de l aorte abdominale

J ai un anévrisme de l aorte abdominale J ai un anévrisme de l aorte abdominale Site du Docteur Patrick PARPALEIX Adresse du site : www.docvadis.fr/patrick-parpaleix Validé par le Comité Scientifique Cardiologie L anévrisme de l aorte est une

Plus en détail

DÉPARTEMENT DE CHIRURGIE ONCOLOGIQUE SERVICE D OPHTALMOLOGIE. mélanome uvéal

DÉPARTEMENT DE CHIRURGIE ONCOLOGIQUE SERVICE D OPHTALMOLOGIE. mélanome uvéal DÉPARTEMENT DE CHIRURGIE ONCOLOGIQUE SERVICE D OPHTALMOLOGIE mélanome uvéal Cette tumeur cancéreuse se développe sur un tissu à l intérieur de l œil au niveau de l uvée, qui comprend la choroïde située

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

CHIRURGIE DU PANCREAS

CHIRURGIE DU PANCREAS CHIRURGIE DU PANCREAS Mis à jour le lundi 19 novembre 2012 Dr Rémi Houdart Cette notice est destinée à fournir aux futurs opérés et à leur entourage quelques explications simples sur les opérations le

Plus en détail

CHIRURGIE DU PANCREAS

CHIRURGIE DU PANCREAS CHIRURGIE DU PANCREAS Cette notice est destinée à fournir aux futurs opérés et à leur entourage quelques explications simples sur les opérations le plus souvent pratiquées. Elle ne saurait être exhaustive

Plus en détail

Cancer : je connais le rôle des membres de l'équipe médicale qui est à mes côtés

Cancer : je connais le rôle des membres de l'équipe médicale qui est à mes côtés Cancer : je connais le rôle des membres de l'équipe médicale qui est à mes côtés Le site du Docteur François ARTUS Adresse du site : www.docvadis.fr/francois-artus Validé par le Comité Scientifique Oncologie

Plus en détail

PONCTION BIOPSIE ABDOMINALE EN RADIOLOGIE

PONCTION BIOPSIE ABDOMINALE EN RADIOLOGIE Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) PONCTION BIOPSIE ABDOMINALE EN RADIOLOGIE Madame, Monsieur, Un examen radiologique a été proposé pour votre enfant. Une information vous est

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... V Liste des abréviations de l'ouvrage...xiii

Table des matières. Avant-propos... V Liste des abréviations de l'ouvrage...xiii Table des matières Avant-propos................................................. V Liste des abréviations de l'ouvrage...............................xiii ITEM 83 Hépatites virales...........................................

Plus en détail

Imagerie des cancers:

Imagerie des cancers: Imagerie des cancers: Dépistage et bilan d extension HTrillaud Trillaud, Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Service de radiologie Hôpital Saint-André Bordeaux Objectif Définir la notion de dépistage en imagerie

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Introduction La présence de métastases osseuses est la cause la plus fréquente

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA Le dépistage du cancer de la prostate par PSA La prostate La prostate est une petite glande de la taille d une châtaigne, située juste sous la vessie. Elle est traversée par le canal de l urètre, par où

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME P. MASSIP Janvier 2002 1 L ORCHI-EPIDIDYMITE L infection des testicules et/ou de l épididyme se rencontre à l occasion d une maladie sexuellement transmissible ou plus

Plus en détail

J'ai un ulcère gastroduodénal

J'ai un ulcère gastroduodénal J'ai un ulcère gastroduodénal L ulcère gastroduodénal est une pathologie assez répandue, dont la fréquence diminue grâce aux traitements la plupart du temps efficaces. Sans traitement, il y a un risque

Plus en détail

Intervention pour méga uretère obstructif

Intervention pour méga uretère obstructif Cette fiche a été rédigée par la Section Française d Urologie pédiatrique (S.F.U.P.), dans le cadre de la Société Française de Chirurgie Pédiatrique (S.F.C.P.), pour vous informer sur l intervention d

Plus en détail

SOMMAIRE. Organisateurs : D. MUTTER (Strasbourg)

SOMMAIRE. Organisateurs : D. MUTTER (Strasbourg) SOMMAIRE Organisateurs : D. MUTTER (Strasbourg) 1. Lithiaise de la voie principale : diagnostic echoendoscopique et traitement par endoscopie : standard pour la LVBP? J. HOCHBERGER (Strasbourg) 2. Quelle

Plus en détail

9/13/2013. Optimiser l usage des examens d imagerie médicale. Service d Imagerie Médicale. Dr E. BERTOLLE CH Argenteuil. Optimiser la prescription

9/13/2013. Optimiser l usage des examens d imagerie médicale. Service d Imagerie Médicale. Dr E. BERTOLLE CH Argenteuil. Optimiser la prescription Service d Imagerie Médicale Optimiser l usage des examens d imagerie médicale Dr E. BERTOLLE CH Argenteuil Patient de 40 ans adressé pour traumatisme crânien - Sans perte de connaissance, sans signe neurologique

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer?

Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer? Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer? -Modes de découverte de la maladie et gravité au diagnostic -Traitements reçus -Etat de santé à deux ans -Qualité de vie à deux ans Modes de découverte

Plus en détail

SYMPTOMATOLOGIE DES URINES

SYMPTOMATOLOGIE DES URINES SYMPTOMATOLOGIE DES URINES OBJECTIFS SPECIFIQUES : A la fin du cours les étudiants de l année commun (infirmier ou sage femme) devront être capable de : 1- Décrire la physiologie de système urinaire 2-

Plus en détail

Chirurgie & pathologie hépato-biliaire Accueil en un jour

Chirurgie & pathologie hépato-biliaire Accueil en un jour Chirurgie & pathologie hépato-biliaire Accueil en un jour BIENVENUE Madame, Monsieur Afin de vous faire bénéficier d un accueil personnalisé, de limiter vos déplacements à l Institut, d évaluer votre

Plus en détail

Patho Chir. Court 3 Pathologie du colon

Patho Chir. Court 3 Pathologie du colon Patho Chir Court 3 Pathologie du colon Colopathie fonctionnelle Colon irritable ou colon spasmodique Clinique trois symptômes majeurs: 1. les douleurs abdominales, 2. la constipation 3. la diarrhée Chronique

Plus en détail

Etat des lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes. Incidence

Etat des lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes. Incidence lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes Etat des lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes Pour accompagner le travail de préparation du SROS de cancérologie, l Observatoire Régional de la

Plus en détail

ÉPIDÉMIOLOGIE HOSPITALIÈRE DU CANCER

ÉPIDÉMIOLOGIE HOSPITALIÈRE DU CANCER ÉPIDÉMIOLOGIE HOSPITALIÈRE DU CANCER ADULTES - HABITANTS LA RÉGION CENTRE PMSI 2006-2011 S.Baron, AI. Lecuyer, C.Gaborit, L.Godillon, E.Rusch (UREH) Rapport UREH www.sante-centre.fr/ureh-centre INTRODUCTION:

Plus en détail

Prise en charge d une maladie de Crohn en rémission F.Z. AJANA (RABAT)

Prise en charge d une maladie de Crohn en rémission F.Z. AJANA (RABAT) Prise en charge d une maladie de Crohn en rémission F.Z. AJANA (RABAT) INTRODUCTION: Maladie de Crohn (MC)= maladie chronique évolution/ poussée/ rémission La surveillance de MC en rémission = importante

Plus en détail

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS INTRODUCTION Les traitements topiques ophtalmologiques comprennent des collyres, des pommades et des

Plus en détail

Cancers pancréas et foie

Cancers pancréas et foie Cancers pancréas et foie généralités C.Demoor IFSI décembre 2016 Cancers du pancréas Anatomie Cancer pancréas: quelques données Epidémiologie: 5000 décès par an Age de survenue 70 ans Survie à 1 an :

Plus en détail

LAPRISE EN CHARGE DU CANCER DU PANCRÉAS EXOCRINE AU SERVICE D ONCOLOGIE MÉDICALE DU CHU HASSAN II DE FÈS

LAPRISE EN CHARGE DU CANCER DU PANCRÉAS EXOCRINE AU SERVICE D ONCOLOGIE MÉDICALE DU CHU HASSAN II DE FÈS UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FES Année 2012 Thèse N 179/ 12 LAPRISE EN CHARGE DU CANCER DU PANCRÉAS EXOCRINE AU SERVICE

Plus en détail

Conduire le projet de soins à partir des données du dossier patient : cholécystite aiguë

Conduire le projet de soins à partir des données du dossier patient : cholécystite aiguë Conduire le projet de soins à partir des données du dossier patient : cholécystite aiguë Analyse descriptive et explicative de la situation Dame âgée de 66 ans entrante le 22/09 (J1 de son hospitalisation)

Plus en détail

Les essais cliniques en chirurgie du cancer et autres techniques interventionnelles : radiologie et endoscopie

Les essais cliniques en chirurgie du cancer et autres techniques interventionnelles : radiologie et endoscopie Les essais cliniques en chirurgie du cancer et autres techniques interventionnelles : radiologie et endoscopie Quelle sécurité, quels droits pour les patients? Edition Janvier 2016 2 SOMMAIRE q Résumé

Plus en détail

Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé

Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé Session 28/29 UPCOG - Université de Nantes Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé Dr F. MOLINIÉ Indicateurs définitions Épidémiologie Étude de la fréquence des phénomènes de santé dans les populations

Plus en détail

Petite introduction au répertoire de J.T.Kent

Petite introduction au répertoire de J.T.Kent Petite introduction au répertoire de J.T.Kent (Laurent Barnier, Septembre 2015, L école Hahnemannienne d'homœopathie de Fréjus St. Raphaël) Avant Propos Un siècle après la publication de la 3 ième version

Plus en détail

Prise en charge des cancers du colon

Prise en charge des cancers du colon Prise en charge des cancers du colon Pr B. HEYD Service de Chirurgie Viscérale, Digestive et Cancérologique Unité de transplantation Hépatique CHU Besançon Cancers colo rectaux 34 000 nouveaux cas 65 %

Plus en détail

DÉFINITION, OBJECTIFS ET PRINCIPES. Information délivrée le : Cachet du Médecin : Au bénéfice de : Nom : Prénom :

DÉFINITION, OBJECTIFS ET PRINCIPES. Information délivrée le : Cachet du Médecin : Au bénéfice de : Nom : Prénom : TRANSFERT GRAISSEUX pour LA CORRECTION DES SEQUELLES du TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN (greffe de graisse autologue ou lipostructure ou lipomodelage pour corriger les déformations du sein conservé)

Plus en détail

Atelier : prostate, pathologie urologique, vieillissement et troubles de la coagulation. Dr Thierry Lambert

Atelier : prostate, pathologie urologique, vieillissement et troubles de la coagulation. Dr Thierry Lambert Atelier : prostate, pathologie urologique, vieillissement et troubles de la coagulation Dr Thierry Lambert La prostate Problème : La prévalence de l hypertrophie bénigne de la prostate est de : 42 % entre

Plus en détail

Je m'informe sur les leucémies aiguës

Je m'informe sur les leucémies aiguës Je m'informe sur les leucémies aiguës Le cabinet du Docteur Jean-Marie CHOQUET Adresse du site : www.docvadis.fr/jean-marie-choquet Validé par le Comité Scientifique Hématologie Les leucémies aigües sont

Plus en détail

Les hernies diaphragmatiques congénitales de révélation tardive.

Les hernies diaphragmatiques congénitales de révélation tardive. Les hernies diaphragmatiques congénitales de révélation tardive. UMM TO M. Habarek, M. Belhocine (m-habarek@ummto.dz) Service de Chirurgie générale C.H.U de Tizi ouzou Faculté de Médecine de Tizi ouzou

Plus en détail

DEFINITION: pathologie.

DEFINITION: pathologie. LES HERNIES DIAPHRAGMATIQUES CONGENITALES A REVELATION TARDIVE CHEZ L ENFANT : A PROPOS DE 32 CAS MA. Jellali 1 ; A.Ben Salem 1 ; A.Zrig 1 ; J.Saad 1 ; W.Mnari 1 ; W. Harzallah 1 ; K.Maazoun 2 ; I.Krichène

Plus en détail

La représentation du domaine et des sous-domaines sous forme d arborescence

La représentation du domaine et des sous-domaines sous forme d arborescence La représentation du domaine et des sous-domaines sous forme d arborescence : découverte d une maladie génétique Effets secondaires Organes affectés Traitements Traitements généraux Médicaments Recherche

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

CANCER DES VOIES BILIAIRES

CANCER DES VOIES BILIAIRES CANCER DES VOIES BILIAIRES RAPPEL ANATOMIQUE : Voie biliaire principale ou hépatocholédoque: Convergence supérieure, principal Canal hépatique commun Convergence inférieure Canal cholédoque Région ampoule

Plus en détail

CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Cystectomie

CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Cystectomie CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Cystectomie Cher patient, Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association of Urology (BAU) avec l aide du Groupement des unions professionnelles

Plus en détail

ABLATION DE LA VESICULE BILIAIRE

ABLATION DE LA VESICULE BILIAIRE ABLATION DE LA VESICULE BILIAIRE Information destinée aux patients Ce document a pour but de vous rappeler les informations importantes sur votre chirurgie ainsi que sur l organisation de votre séjour

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer colorectal Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Urgences Urologiques. Luc Cormier CHU Dijon

Urgences Urologiques. Luc Cormier CHU Dijon Urgences Urologiques Luc Cormier CHU Dijon Colique néphrétique La colique néphrétique est un syndrome douloureux lombo-abdominal aigu résultant de la mise en tension brutale de la voie excrétrice du haut

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS. Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS. Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013 EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013 DEFINITION - Epidémiologie : Étude de la distribution des maladies chez l'homme et étude des variations de cette distribution en fonction de différents

Plus en détail

Incidence et évolution des cancers de l adulte en France

Incidence et évolution des cancers de l adulte en France 1 Incidence et évolution des cancers de l adulte en France En l absence de données réelles d incidence observées sur l ensemble du territoire national, l évolution du nombre de cas de cancers en France

Plus en détail

J Sarrazin K Hack L Milot. Sunnybrook Health Sciences Centre Université de Toronto Canada

J Sarrazin K Hack L Milot. Sunnybrook Health Sciences Centre Université de Toronto Canada J Sarrazin K Hack L Milot Sunnybrook Health Sciences Centre Université de Toronto Canada Connaître les complications intestinales associées aux anti-angiogéniques Connaître l incidence de ces complications

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l œsophage

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l œsophage GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer de l œsophage Janvier 2012 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer de l œsophage,

Plus en détail

Echographie interventionnelle D.I.U.E

Echographie interventionnelle D.I.U.E Echographie interventionnelle D.I.U.E 3 applications. Diagnostique Thérapeutique Per-opératoire Ponction écho guidée. Geste de base (diagnostique et thérapeutique) Exemple de réalisation pratique (pathologie

Plus en détail

Item 311 (Item 160 bis) Tumeurs de la vessie Collège Français des Urologues

Item 311 (Item 160 bis) Tumeurs de la vessie Collège Français des Urologues Item 311 (Item 160 bis) Tumeurs de la vessie Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 2.1. L urothélium... 3 2.2. Les carcinogènes... 3

Plus en détail

CLINIQUE AMBROISE PARE

CLINIQUE AMBROISE PARE 1 COORDONNEES DE L ETABLISSEMENT Raison sociale SA CLINIQUE AMBOISE PARE Adresse 387, route de Saint-Simon Code postal 31082 Commune Toulouse cedex 1 N FINESS 310 780 382 N SIRET 300 379 765 00021 Représentant

Plus en détail

Patient de 78 ans adressé pour bilan d extension d une masse hétèrogène du foie gauche. Quels sont les items sémiologiques à retenir pour orienter de

Patient de 78 ans adressé pour bilan d extension d une masse hétèrogène du foie gauche. Quels sont les items sémiologiques à retenir pour orienter de Patient de 78 ans adressé pour bilan d extension d une masse hétèrogène du foie gauche. Quels sont les items sémiologiques à retenir pour orienter de diagnostic -volumineuse lésion multiloculée développée

Plus en détail

HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE

HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE Pr DUMORTIER (PUPH), hépato-gastro-entérologie et transplantation, hôpital Edouard Herriot à Lyon (Item 83, 118, 205, 228, 229, 242, 258, 269, 280, 290, 298, 300, 302, 303, 308,

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE SOMMAIRE : Qu est-ce-que le cancer de la prostate? Le cancer de la prostate en chiffres Les symptômes Diagnostic Examens complémentaires Traitements et conséquences Rôle de l AS Bibliographie

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Centre de l endométriose. Une prise en charge pluridisciplinaire du diagnostic au traitement de chaque patiente.

DOSSIER DE PRESSE. Centre de l endométriose. Une prise en charge pluridisciplinaire du diagnostic au traitement de chaque patiente. DOSSIER DE PRESSE Centre de l endométriose Une prise en charge pluridisciplinaire du diagnostic au traitement de chaque patiente www.hpsj.fr Contact presse : Marine Dufour - The Desk - 01 49 24 58 44 -

Plus en détail

FICHES INFO THERAPIE. MIEUX COMPRENDRE VOTRE TRAITEMENT Version du 11/08/2009 LA RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU. Rectum

FICHES INFO THERAPIE. MIEUX COMPRENDRE VOTRE TRAITEMENT Version du 11/08/2009 LA RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU. Rectum FICHES INFO THERAPIE MIEUX COMPRENDRE VOTRE TRAITEMENT Version du 11/08/2009 LA RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU Rectum Ce document a été élaboré avec l aide de cancérologues, médecins généralistes, infirmières,

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge Référentiel -version mars 2014 Page 1 sur 6 Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire Bilan Bilan diagnostique : examen clinique Echographie pelvienne

Plus en détail

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale.

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectifs Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectif n 2 : Préciser les stratégies d imagerie abdomino-pelvienne en urgence

Plus en détail

Lithotripsie extra-corporelle

Lithotripsie extra-corporelle Lithotripsie extra-corporelle Site des urologues de la polyclinique de Picardie Amiens Adresse du site : www.docvadis.fr/www.urologie-polycliniquedepicardie L intervention qui vous est proposée est destinée

Plus en détail

Pancréatites Aigues. Pancréatites nécroticohémorragiques. Pancréatites Aigues Définition. Pancréatites Aigues Les causes.

Pancréatites Aigues. Pancréatites nécroticohémorragiques. Pancréatites Aigues Définition. Pancréatites Aigues Les causes. Introduction Pancréatites nécroticohémorragiques étendues Mme Gandossi Yannick Infirmière Service Réanimation Chirurgicale Digestive Hôpital Saint Antoine. Paris Les pancréatites aigues sévères sont une

Plus en détail

Chirurgie & pathologie pancréatique Accueil en un jour

Chirurgie & pathologie pancréatique Accueil en un jour Chirurgie & pathologie pancréatique Accueil en un jour BIENVENUE Madame, Monsieur Afin de vous faire bénéficier d un accueil personnalisé, de limiter vos déplacements à l Institut, d évaluer votre état

Plus en détail

Invaginations intestinales aiguës et chroniques de l adulte. B. Osemont, J. Mathias, O. Bruot, PA. Ganne, V. Laurent, D. Regent, CHU Nancy Brabois

Invaginations intestinales aiguës et chroniques de l adulte. B. Osemont, J. Mathias, O. Bruot, PA. Ganne, V. Laurent, D. Regent, CHU Nancy Brabois Invaginations intestinales aiguës et chroniques de l adulte B. Osemont, J. Mathias, O. Bruot, PA. Ganne, V. Laurent, D. Regent, CHU Nancy Brabois Epidémiologie Invaginations chez l adulte : 5% de l ensemble

Plus en détail

INFOS PATIENTS. Chirurgie du péritoine & CHIP

INFOS PATIENTS. Chirurgie du péritoine & CHIP INFOS PATIENTS Chirurgie du péritoine & CHIP Gustave Roussy Un centre très spécialisé pour la CHIP Gustave Roussy a commencé à développer les techniques de CHIP dès 1993. Depuis lors, nous sommes devenus

Plus en détail

Vous allez passer une ponction-biopsie hépatique sous échographie

Vous allez passer une ponction-biopsie hépatique sous échographie Vous allez passer une ponction-biopsie hépatique sous échographie Il est normal que vous vous posiez des questions sur l examen que vous allez être amené à passer. Vous trouverez ci-dessous un certain

Plus en détail

Évolution de la mortalité par cancer en France de 1950 à 2006 Catherine Hill, Françoise Doyon et Abdeddahir Mousannif

Évolution de la mortalité par cancer en France de 1950 à 2006 Catherine Hill, Françoise Doyon et Abdeddahir Mousannif Maladies chroniques et traumatismes Évolution de la mortalité par cancer en France de 1950 à 2006 Catherine Hill, Françoise Doyon et Abdeddahir Mousannif Sommaire 1. Introduction 3 2. Matériel et méthodes

Plus en détail

RELATION ENTRE LE DIABÈTE ET LE CANCER DU PANCRÉAS

RELATION ENTRE LE DIABÈTE ET LE CANCER DU PANCRÉAS RELATION ENTRE LE DIABÈTE ET LE CANCER DU PANCRÉAS Monsieur B, patient de 68ans, diabétique depuis juin 2010, hospitalisé en Endocrinologie pour déséquilibre du diabète, dans le contexte d un adenocarcinome

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque

Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque !! Unités d hospitalisations! Service de chirurgie digestive! Unité de soins continue!! Equipe médicale! Chirurgiens digestif (2)! Anesthésistes

Plus en détail