Enjeux & Défis. des territoires Seine-Eure et limitrophes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enjeux & Défis. des territoires Seine-Eure et limitrophes"

Transcription

1 Enjeux & Défis des territoires Seine-Eure et limitrophes

2 Édito Le document que nous vous présentons est le fruit de la parole des partenaires sociaux, économiques, consulaires de la Maison de l Emploi et de la Formation du bassin de Louviers, enrichi des données statistiques territoriales et des éléments conjoncturels économiques. Les enjeux et les défis à l horizon 2015/2020 imposent de réfléchir ensemble pour accompagner les mutations économiques et optimiser les ressources locales, tant humaines que géographiques. Au-delà d un diagnostic, c est une synthèse visant à organiser un travail collectif et prospectif sur 5 axes principaux, la formation, l adéquation offre/demande, la mutualisation des bonnes pratiques, la structuration des politiques ressources humaines, l attractivité territoriale. C est en travaillant sur les hypothèses d évolution à moyen terme que le territoire apportera des réponses collégiales et adaptées aux attentes des habitants. Frédérique FOURNIER Directrice Remerciements : Adéquation et Développement, AGEFOS PME, ARACT Haute-Normandie, AREHN, Banque de France, CAPEB de l Eure, CAP Emploi de l Eure, CCAS de Charleval, CCAS de Fleury sur Andelle, CCAS de Louviers, CCAS de Romilly sur Andelle, CCAS de Pîtres, CCAS de Val de Reuil, CCI de l Eure, CFA Adamic, CFAIE de Val de Reuil, CFDT, CFTC, CGPME, CGT, Chambre d Agriculture de l Eure, CMA de l Eure, CIO de Louviers, Club de l Apprentissage, Communauté d Agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe, Communauté d Agglomération Seine Eure, Communauté de Communes d Amfreville la Campagne, Communauté de Communes de l Andelle, Communauté de Communes de Lyons la Forêt, Communauté de Communes Seine Bord, Conseil Général de l Eure, CREFOR, CURSUS, DARES, DIRECCTE de l Eure, DRAAF Haute-Normandie, Education Nationale, Eure Expansion, Eurostat, GIVAPE, INSEE, Logistique Seine Normandie, Lycée Marc Bloch, MD3E, MEDEF de l Eure, Mission Locale Val de Reuil/Louviers/Andelle, OCDE, OPCALIA, Pays du Roumois, PIMMS, PLIE Seine Eure, Pôle Emploi de Louviers, Pôle Métropolitain, Préfecture de l Eure, PRISME, Région Haute-Normandie, RFF, SNCF, SODEVIL, Sous-Préfecture des Andelys, Transbord, le Tremplin (ville de Pont de l Arche), UIC, UIMM, UPA, URIOPSS, UTAS de Louviers, UTAS de Vernon, VNF. 2

3 Sommaire 1 Le Contour Géographique...p.4 2 Les Caractéristiques Sociodémographiques...p.6 3 Le Contour Économique...p.8 4 Les Emplois du Territoire...p.12 5 Les Chercheurs d Emploi du Territoire...p.14 6 Les Thématiques Territoriales...p.18 3

4 Données géographiques, sociales et économiques Le Contour Géographique 1 Les contours d un territoire protéiforme de 754 km 2 La CASE est fortement urbanisée avec une activité économique répartie autour d un axe central, "l axe structurant". Ce territoire, concentré autour des deux villes principales Louviers et Val de Reuil, attire entreprises et nouveaux habitants. Des questionnements autour de la densité de population, le logement, l offre foncière, s imbriquent avec la formation, l enfance et les aides sociales. Seine-Eure est d ailleurs concernée par un Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS). Les cantons ruraux de Lyons la Forêt et d Amfreville la Campagne, dédiés au tourisme, à l agriculture et à l implantation de logements, sont peu adaptés au développement d activité économique de type industriel. De fait, le Pays de Lyons la Forêt est Zone de Revitalisation Rurale (ZRR) accordant aux entreprises locales l octroi d aides d ordre fiscal. La Communauté de Communes de l Andelle, historiquement industrielle, a économiquement souffert ces vingt dernières années. Un projet spécifiquement dédié est mis en œuvre depuis 2010 pour la revitalisation du développement économique, en intégrant les champs mobilité et tourisme. La densité de population est très disparate sur notre territoire avec 315 habitants au km² sur la CASE, 115 sur l Andelle et Amfreville la Campagne et 28 sur le canton de Lyons la Forêt et révèle les spécificités des infra-territoires. Les contraintes naturelles géographiques (la Colline des Deux Amants, la Forêt de Bord, la Seine ) impactent plusieurs bassins de vie développés sans fortes intéractions créant des infra-territoires autarciques, cultivant leurs spécificités économiques et leurs identités propres. Ces espaces naturels limitent l implantation d entreprises (zones inondables, seveso, bois) et créent des inégalités quant à l accessibilité vers les zones d activités (entreprises, gares, centres commerciaux). 4

5 Paroles de partenaires! Harmoniser les périmètres administratifs (SCOT, UTAS, bassin d emploi, cantons, communautés de communes ) pour être en cohérence sur les bassins de vie et d activité économique, tout en faisant des économies d échelle (diagnostics ). Développer une offre foncière et immobilière sur le territoire, impulser l implantation de nouvelles ressources économiques (bâtiments dédiés au tertiaire, villages d artisans et d artisanat, aménagement des futurs accès liés au contournement Est de Rouen). Intensifier l offre foncière et adapter l offre immobilière autour du secteur tertiaire pour les créateurs (nouvel hôtel d entreprises) et aussi l idée d une pépinière d entreprises. Travailler autour d un axe rapide entre Cergy et Rouen. Créer une sortie sur l A13 en provenance de Rouen et direction Paris au niveau d Écoparc. Développer une offre de transport en commun sur la vallée de l Andelle et le plateau d Amfreville la Campagne. Exploiter les espaces naturels pour développer des activités de loisirs/tourisme : accro-branche, parcours de santé, hébergements atypiques, parcours de vélo, voie verte au bord de l Andelle. Implanter des activités de services/détente dans la vallée de l Andelle et les boucles de la Seine (maisons de retraite au Vaudreuil ou au Moulin d Andé installées au bord de l Eure). Avec un cadre naturel similaire dans l Andelle, ces activités haut de gamme nécessaires ont leur place. Travailler autour des étangs de la CASE pour créer un port de plaisance. Créer des identités visuelles pour les promenades (façades de bâtiments ) et implanter des commerces-clés aux endroits touristiques (restauration, souvenir). Développer l activité du bois et de la biomasse avec le redémarrage de la papeterie sur Alizay. Créer des bâtiments par territoire dédiés aux centres de formations pour délocaliser les actions au plus près des habitants. 5

6 Données géographiques, sociales et économiques Les Caractéristiques Sociodémographiques 2 L organisation sociodémographique de habitants Le bassin est composé d une population jeune très importante : 28% de moins de 19 ans contre 24,5% en France, dû principalement à Val de Reuil où 53,6% des habitants ont moins de 30 ans. Les seniors (+ de 65 ans) représentent 13%, contre 18% au niveau national. Par territoire, la population âgée se concentre sur les cantons de l Andelle et sur la commune de Louviers (autour de 25% de la population). Les jeunes sont concentrés sur la commune de Val de Reuil mais également sur les cantons de Pont de l Arche et d Amfreville la Campagne, portés par l arrivée de nouveaux habitants. La population de la CASE croit moins vite que le reste du territoire : les cantons de l axe structurant sont en quasi stagnation (-0,2% pour Louviers et +0,1% pour Val de Reuil) alors que les infra-territoires limitrophes augmentent de près de 1% par an. La population de la CASE croit grâce au solde naturel. Cette situation est visible sur tous les cantons de la CASE mais surtout à Val de Reuil avec -1,4% de population par an due au solde migratoire et +1,6% par an grâce au solde naturel. La monoparentalité 9,4% des foyers sont composés de familles monoparentales sur le territoire. Ce chiffre est en hausse de 25,3% sur un an (24,9% sur le l Eure). La CASE est particulièrement touchée avec 13% de l ensemble des foyers, soit près de 980 foyers. Les autres territoires ont connu une forte augmentation avec +62% sur le canton Fleury sur Andelle, +61% sur Amfreville la Campagne Le nombre de familles monoparentales sur le canton de Louviers Nord a progressé de 42% en un an, soit 60 familles de plus. Le seuil de pauvreté sur le territoire À Louviers, le seuil de pauvreté se situe à hauteur de 60% de par an soit par an (925 par mois) ou un seuil relatif (50% du revenu médian, calcul INSEE) à par an soit 771 par mois pour une personne seule. En comparaison, sur le département de l Eure, le seuil relatif se situerait à soit 786 par mois et le seuil de pauvreté à soit 943 par mois pour une personne seule. La pauvreté se concentre sur les cantons de Louviers et Val de Reuil avec 55% de foyers non imposables et 26% des foyers sous le seuil de pauvreté. Sur le reste du territoire, nous sommes sous le niveau départemental (moyenne départementale 19%). 6

7 Ces cantons sont les plus inégalitaires du territoire, avec un ratio de 1 à 8 entre les revenus les plus faibles et les plus élevés (le reste du territoire est dans la moyenne départementale avec un ratio de 1 à 4). Les intervenants sociaux reçoivent de fait de nouveaux profils de publics, jeunes couples, familles monoparentales ou retraités en grandes difficultés financières. Le RSA Les données Pôle Emploi de décembre 2012 montrent que la barre des bénéficiaires a été franchie : personnes bénéficiantes du Revenu de Solidarité Active soit 11%, en hausse de 27,5% sur un an, avec 227 personnes supplémentaires sur la même période contre +23,3% sur le département de l Eure. Les communes de Val de Reuil et Louviers concentrent les bénéficiaires du RSA (près de 60% du territoire) qui représentent autour de 15% des demandeurs d emploi, en lien avec l offre forte de logements sociaux respectivement 61% et 31%. Cependant, les données du Conseil Général de l Eure montrent que les bénéficiaires sont beaucoup plus nombreux sur le territoire. En effet, le diagnostic pour le Programme Départemental d Insertion réalisé en 2011 comptabilisait bénéficiaires du RSA sur l UTAS de Louviers. Le vieillissement de la population Sur le bassin, le vieillissement de la population, exception faite de Val de Reuil, s accentue en zones rurales malgré de nouveaux arrivants attirés par un immobilier plus accessible qu en zone urbaine. Cette nouvelle population reste à l écart de la vie locale et transforme ces communes en villes-dortoirs. Sur le canton de Lyons la Forêt, les plus de 65 ans représentent 23,5% de la population, 22% sur Fleury sur Andelle. Seule exception sur la CASE, la commune de Louviers comptabilise 23% de plus de 65 ans. Pont de l Arche est porté par son établissement spécialisé pour les personnes âgées. Les problématiques sociales sont très présentes et très localisées, créant des identités de territoire avec des stratégies culturelles et politiques, créant une typologie d habitants par commune. L enlisement et la reproduction sociale Toutes les structures du champ social constatent que des familles entières sont en situation de précarité. Les bénéficiaires suivis depuis plusieurs années ont eu des enfants, majoritairement en difficulté. Même si ces derniers sortent parfois des dispositifs, ils y reviennent de manière inéluctable. En corrélation, les récents licenciements dans des entreprises où des familles entières travaillaient, inscrites en même temps au chômage sur des emplois peu qualifiés aujourd hui détruits. Les accompagnateurs socioprofessionnels expliquent aussi cette situation d enlisement par la résignation des personnes en situation de précarité. Elles développent une stratégie d évitement du monde professionnel, les populations plus âgées dans une attitude de victimisation, les plus jeunes dans une posture de recherche de plaisirs au jour le jour. Des partenaires évoquent une culture de l assistanat installée parfois depuis plusieurs années servant de schéma économique de référence. Enfin, culturellement, les jeunes diplômés en études supérieures obligatoirement hors territoire ne reviennent pas. 7

8 Données géographiques, sociales et économiques Le Contour Économique 3 Une économie territoriale basée sur 3 piliers fondamentaux : Industrie Pharmaceutique Industrie Métallurgique Fonction Publique * * Administration, Santé, Enseignement... Prestations Sous-Traitance Industrielle Prestations de Services Maintenance (électricité, électronique...) Emballage (plasturgie...) Conditionnement Logistique /Transport Hôtellerie/Restauration R&D/Formation Autres Activités Indépendantes/Autres Donneurs d Ordre Industrie Agroalimentaire Industrie Papier - Cartons - Bois Bâtiment 8

9 L économie territoriale de entreprises * * hors agriculture L industrie constitue un moteur économique puissant, fort d une grande diversité de filières et de l essor de la pharmacie (302 établissements industriels pour salariés). Le secteur de l industrie est fortement représenté avec 19,6% des effectifs salariés contre 14,9% pour la France, 19,4% pour la région Haute-Normandie et 22,5% pour l Eure (Source : Insee, RP 2009). Les services sont en croissance, grâce aux services aux entreprises : logistique, intérim... (2/3 du secteur privé avec salariés). Le commerce emploie environ salariés. Pourtant, le bassin est en retrait en termes d activités tertiaires. L industrie pharmaceutique se maintient mais ne sera pas porteuse d embauche car aucun accroissement de production ou recherche n est prévu. Le développement passera par l externalisation et donc par les TPE/PME qui gravitent autour de ces grandes entreprises. Le bassin d emploi est d ailleurs composé à très grande majorité de ces TPE qui tendent à se positionner sur des niches pour développer des marchés. La sphère présentielle 63,6% des entreprises travaillent pour des clients du territoire contre 60,8% dans l Eure. Dans la vallée de l Andelle, cela pose un problème de dépendance vis à vis des donneurs d ordre (74%). Des activités économiques déséquilibrées Le territoire est géographiquement fortement déséquilibré en termes d activités économiques, concentrées sur l axe structurant et la vallée de l Andelle. La CASE compte établissements dont 62,5% de services et 7,4% d industrie. Par contre, parmi les établissements de +50 salariés, on remarque que 1/3 sont des industries, 1/3 sont des administrations publiques, enseignement, santé et 1/3 sont des services, transport. La vallée de l Andelle compte établissements dont 53% de services et 11% d industrie. Par contre, l industrie représente 10 établissements de +50 salariés sur les 15 du territoire. Le canton de Lyons la Forêt compte 354 établissements dont 43% de services et le seul établissement de +50 salariés est une administration publique, établissement de santé. Le canton d Amfreville la Campagne compte 746 établissements dont 48,5% de services et les deux grands employeurs sont des activités administratives publiques. 9

10 Données géographiques, sociales et économiques Le Contour Économique 3 La culture des chefs d entreprises Un recrutement qui n est pas toujours opéré en local par les grandes entreprises, les centres de décision étant très souvent en dehors du périmètre. Une stratégie défensive pendant la crise tant sur le plan de la stratégie commerciale que sur les plans des ressources humaines. Une sous-utilisation des nouvelles technologies d un point de vue commercial, organisationnel et/ou administratif. Des entreprises locales isolées, malgré le niveau élevé de la sphère présentielle. Une professionnalisation des responsables d entreprises avec une vision plus globale, plus polyvalente : la crise a obligé cette remise en cause et les entreprises sans stratégie ont plus souffert. Sur la Case, l économie a connu une croissance forte, voici les chiffres clé : 341 entreprises de plus de 20 salariés. 40 grandes entreprises à capitaux étrangers totalisant emplois emplois dont emplois industriels et tertiaires emplois sur ses seuls parcs d activités répartis en 250 entreprises de 10 à salariés et représentatifs des secteurs économiques les plus dynamiques : pharmacie et parapharmacie, cosmétique, logistique, électronique, robotique, soustraitance automobile, maintenance industrielle et services. 4 parcs industriels paysagers totalisant 330 hectares dont 30 hectares immédiatement disponibles et viabilisé, et 70 en cours d aménagement. 2 parcs d activités technologiques et généralistes de 70 hectares chacun. 10

11 Paroles de partenaires! Manque de réseau organisé entre les entreprises, rencontres et meilleures connaissances des activités avoisinantes. Difficulté à se rapprocher d experts pour des besoins ponctuels. Insuffisance de l information quant aux mesures d accompagnement sur des aides, tel le Crédit d Impôt Compétitivité et Emploi : 60 % des dirigeants de PME indiquent ne pas avoir suffisamment de précisions sur le dispositif, principalement les moins de 100 salariés. D où la nécessité d avoir un "outil ressources". Création d un salon professionnel pour créer du lien local entre les entreprises. Réflexion sur l implantation d un nouvel hôtel d entreprise sur la CASE, plutôt tourné vers les activités tertiaires. Accompagnement des entreprises locales dans les appels d offres. Anticipation des évolutions futures telles que : - L augmentation des entreprises de transport logistique (ponts, plateforme multimodale). - La baisse irréversible des métiers liés à l industrie (production pure). - La privatisation possible des établissements de retraite (discussion au niveau européen). - Un accompagnement pour les TPE/PME pour les aider à se postionner sur les appels d offres. - L augmentation de l offre foncière tertiaire sur le bassin (village d artisan Pont de l Arche, hôtel d entreprises, Ecoparc 3, zone de la gare...). - L anticipation des baisses d activités liées à la crise et lutte contre la méconaissance des moyens financiers ou autres mis à leur disposition, notamment pour les TPE/PME. - La création d un glossaire des entreprises par activités. - Un travail autour du développement durable, Agenda 21 (tourisme...). - Un accompagnement auprès des commerçants en zones rurales pour développer une offre diversifiée. - Une incitation auprès des producteurs locaux pour développer la commercialisation en circuit court de leurs produits. 11

12 Données géographiques, sociales et économiques Les Emplois du Territoire 4 Un recensement de salariés sur le territoire Le bassin d emploi compte 72% d actifs de 15 à 64 ans parmi sa population contre 73,2% dans le département de l Eure. Par sexe, 66,8% d hommes actifs en emploi contre 59,3% des femmes (au niveau départemental 69,4% d hommes en emploi et 60,5% des femmes) emplois sont recensés sur le territoire, dont plus de sur le canton de Val de Reuil soit près d un tiers. 48,7% des emplois dépendent de clients extérieurs au territoire (conjoncture nationale et internationale). Une grande spécificité du bassin d emploi de Louviers, principalement sur la CASE : on dénombre plus de postes que d actifs, emplois pour actifs. Ce territoire doit aller chercher de la main d œuvre à l extérieur. A l inverse, sur les cantons de Lyons la Forêt, Fleury sur Andelle et Amfreville la Campagne, la population doit sortir du territoire pour exercer une activité professionnelle. Les catégories socioprofessionnelles ouvriers et employés intermédiaires représentent 36,4% de la population de 15 ans et plus. Les professions intermédiaires représentent 13,2% tandis que les cadres, professions intellectuelles intermédiaires commerçants artisans et chefs d entreprises seulement 8,3 %. Tous ces éléments sont autant de facteurs propices au développement des entreprises existantes, à l implantation de nouvelles activités et à la création de synergies industrielles. Les principaux employeurs sont les grandes entreprises (+50 salariés) mais les recrutements progressent dans les moins de 20. Sur la CASE, 47% des emplois se trouvent dans des entreprises de +100 salariés, 60% des 50 salariés et plus. Dans les zones rurales, les entreprises de +50 salariés emploient entre 11% et 12% des salariés. Sur l Andelle, cette donnée monte à 52% dont 38% pour les +100 salariés. Les contrats de travail Sur le territoire, 76% des salariés sont en CDI et 15% en temps partiel, dont 80% de femmes (78,4% des seniors femmes à temps partiel, 86,6% de 25 à 54 ans). Ces postes à temps partiel sont présents dans plusieurs secteurs : sanitaire et social, fonction publique et administrations, formation, animation, enfance, espaces verts pour les hommes, vente et métiers de bouche. À fin février 2013, intérimaires sont en activité, +4,4% sur un an. En comparaison, sur la même période, le département a perdu 6,1% de ses intérimaires et la région Haute-Normandie 11,2%. 12

13 Les missions de moins de 3 mois représentent 73% de la demande, dont 54% dans l industrie avec un minimum Bac dans 45% des demandes.1/3 des missions se concentrent dans l industrie pharmaceutique, chimique, plastique et métallurgie. Viennent ensuite les métiers de la construction avec 20% des missions, suivis des métiers de support (activités scientifiques et techniques) avec 8%, à égalité avec le transport, entreposage. L industrie électrique, électronique emploient également près de 7% des intérimaires. Les problématiques des salariés Le niveau de salaires des différents secteurs d activité et de certains métiers/professions du département de l Eure impacte sur les difficultés de recrutement et la migration vers les départements limitrophes. La région Haute-Normandie se situe au 6 ème rang des régions possédant le salaire brut annuel moyen le plus élevé : parmi les départements, la Seine-Maritime arrive en 17 ème position et l Eure en 31 ème position. Par secteurs d activité, il est à prendre en compte par rapport à l ensemble des départements français le rang souvent très bas de l Eure : - Administration publique, enseignement, santé et action sociale, 52 ème - Activités scientifiques et techniques, services administratifs et de Soutien, 60 ème - Commerce, réparation d automobile et motocycles,46 ème - Construction, 50 ème - Fabrication d autres produits industriels, 21 ème - Hébergement et la Restauration, 52 ème - Information et Communication, 97 ème - Transports et Entreposage, 84 ème Indépendamment de la CSP, le salaire brut moyen annuel s élève à pour les hommes et pour les femmes. (Source : INSEE - RP Données détaillées sur les salaires en Traitement Observatoire MD3E) L évolution des métiers L évolution des métiers pose probléme sur le territoire : -7,5 points entre 2008 et 2011 (sur le bassin). En 10 ans, l industrie a perdu personnes sur le bassin, pendant que la construction augmentait fortement et que le tertiaire restait stable. Paroles de partenaires! Instaurer un dialogue socioprofessionnel pour évaluer les niveaux de rémunération et pallier l écart au niveau régional. Qualifier les salariés de faible niveau par les plans de formation. Créer un argumentaire "emploi territorial" pour communiquer sur les savoir-faire des habitants. 13

14 Données géographiques, sociales et économiques Les Chercheurs d Emploi du Territoire demandeurs d emploi inscrits en catégories A, B et C À décembre 2012, demandeurs d emploi sont inscrits en catégories A, B et C soit 6,1% de la demande d emploi régionale. Leur nombre augmente de 8,3% sur un an contre 7,4% en région. Entre décembre 2012 et mars 2013, leur nombre a augmenté de 7,7% pour la catégorie ABC et +12% en catégorie A. Les demandeurs d emploi exerçant une activité réduite (catégorie B et C) sont au nombre de en décembre 2012 soit 35% de la demande totale, (moyenne régionale 30%). Ceci s explique par la spécificité de notre territoire en matière d emplois intérimaires femmes sont inscrites en catégories ABC soit 53% des demandeurs d emploi, contre 51% en Région. Les zones rurales sont très fortement touchées par le chômage des femmes avec 56% en moyenne. 19,5% des demandeurs d emploi ont moins de 25 ans et 19,8% ont plus de 50 ans. Ces taux sont respectivement de 20,3% et 19,6% au niveau régional. Les seniors Le nombre de seniors a augmenté de 13,7% sur un an. En zone rurale, ils représentent entre 22% et 25% des demandeurs d emploi. Cela s explique par une population démographique plus âgée et des difficultés dans la maîtrise des techniques de recherche d emploi. La réforme des retraites a reduit de 14,6% le nombre de départ en Ce facteur a augmenté la durée du chômage pour les demandeurs d emploi séniors proche de la retraite. Les jeunes Après une phase de ralentissement, le chômage des jeunes tend à baisser sur le territoire. Les profils des jeunes restent identiques aux années précédentes mais la conjoncture et la concurrence sur le marché du travail allongent les parcours d insertion pour les amener à 1 à 2 ans contre 6 mois auparavant. Les chercheurs d emploi handicapés Ils représentent 7% des demandeurs d emploi du bassin et les chiffres ont augmenté de 26,5% sur un an. Culturellement, scolairement et professionnelement, les travailleurs handicapés ont le même profil et sont confrontés aux mêmes problématiques que les autres demandeurs d emploi. 14

15 Les demandeurs d emploi longue durée Alors que le bassin se caractérise par une population de demandeurs d emploi qui alternent les periodes en emploi et au chômage (intérim), on remarque qu une partie de la population est laissée à la marge. 47% des demandeurs d emploi du bassin sont inscrits depuis plus d 1 an contre 43,5% au niveau régional. Pour les inscrits de plus de 2 ans, ils sont 25,2% sur le bassin contre 22,7% au niveau régional. Les parcours sont de plus en plus complexes et nécessitent en moyenne trois années d efforts. Certains partenaires parlent même de profils "inemployables" car les problématiques sont trop lourdes. L inadéquation offres/demandes Ce problème est le premier soulevé, les profils recherchés sur le territoire ne correspondent pas aux chercheurs d emploi présents. Il s agit à la fois de la baisse du nombre d offres enregistrées et du nombre d offres adaptées au public. Il s agit aussi du tassement de l intérim, les travailleurs avec un faible niveau de qualification avaient pour habitude de travailler en travail temporaire, accès rendu difficile pour cette typologie de publics. Pôle Emploi recense offres pour demandeurs d emploi. Pour exemple, il y a 4 demandeurs d emploi pour 1 offre dans le nettoyage de locaux, 2 demandeurs pour 1 offre dans le magasinage et la préparation de commandes. À l inverse, certains métiers comme la conduite d équipements d usinage pèsent 3 offres pour 1 demandeur, idem dans l animation avec 2 offres pour 1 demandeur. 32% des missions intérimaires de 2012 n exigent pas de diplôme, 4% un CAP/BEP, 13% un BAC, 32% un niveau BAC+2 et plus et 20% une certification, un permis spécifique... L industrie reste le grand recruteur en intérim avec 54% des offres même si cela reste inférieur à son poids dans l activité économique. Les postes sont très techniques et souvent introuvables sur le bassin. Les problématiques de mobilité Plusieurs cas de figure : pas de permis de conduire (problème de niveau de base), pas la capacité à financer le coût, un retrait de permis de conduire, un permis mais pas de véhicule, le permis et le véhicule mais pas les moyens de l entretien ou du carburant... Seulement 70% des demandeurs d emploi ont le permis de conduire. Parmi ces personnes, 10% ont un véhicule en mauvais état. Ces freins peuvent se trouver atténués sur la CASE grâce au réseau des transports en commun. Sur les autres territoires, les difficultés existent quant aux possibilités de déplacement. Les demandeurs d emploi de la CASE se limitent à un rayon de recherche d emploi plus restreint que le reste du territoire (30 km en moyenne contre 30 à 50 km pour les habitants de la vallée de l Andelle). S ajoute une problématique de mobilité dite psychologique : appréhension de prendre un type de transport non maîtrisé, sortir de son lieu d habitation, méconnaissance de l environnement géographique. Chaque infra-territoire a son pourcentage de population à très faible niveau n envisageant pas d en sortir : la vallée de l Andelle, le plateau du Neubourg et l axe structurant. 15

16 Données géographiques, sociales et économiques Les Chercheurs d Emploi du Territoire 5 Le manque d aide technique dans la recherche d emploi Même si les publics bénéficient d ateliers d aide à la recherche d emploi avec Pôle Emploi ou ses prestataires, les chercheurs d emploi ne maîtrisent pas tous les outils et à l issue de ces modules se sentent isolés. L obligation est faite aux chercheurs d emploi d être autonomes, mais cela reste impossible quand : - Bas niveau de formation, incapacité à chercher seul, méconnaissance du marché du travail et inaptitude à exploiter les NTIC. - Difficultés financières, pas d accès à un PC, et donc impossibilité de répondre vite à une offre ou d adapter à la demande CV ou lettre de motivation. - Désocialisation, isolant les personnes et détruisant un cercle relationnel apporteur d informations sur les emplois. La quasi-totalité des partenaires a évoqué le besoin d un "sas" pour répondre à l instant T aux demandes : des structures à vocation et financements sociaux tentent de pallier le manque avec de la bonne volonté mais sans expertises sur le champ de l emploi ou de la formation. Le niveau de formation de la population Les structures relèvent de lourdes problématiques d illettrisme, certains estimant à 50% le taux de difficulté écriture/lecture et/ou compréhension. On estime autour de les personnes en situation de difficulté de compréhension écrite, orale sur le territoire. Un réel travail d évaluation de l illettrisme n est pas réalisé systématiquement par les partenaires et de fait pénalise la construction d un parcours réaliste vers l emploi ou la formation. Culturellement, la formation n est pas un enjeu majeur pour cette population dont la projection est une vision à court terme, "boucler la fin de mois". Pour une grande majorité de ces publics précaires, la scolarité a souvent été difficile et perçue comme subie, la formation professionnelle assimilée à un retour à l école. Le manque de formation et donc le faible niveau de qualification compliquent également l accès à des services publics, accessibles par le biais de plateformes téléphoniques ou internet et engendre déjà un travail supplémentaire pour les accompagnateurs contraints de faire en lieu et place sans rendre autonomes ces publics. Pour rappel, parmi la population de plus de 15 ans, plus de personnes sont sans diplôme sur la CASE, et ce taux peut aller de 29% à 38% sur des communes comme Val de Reuil, Louviers, Pîtres, le Manoir. 16

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006 Eléments de diagnostic territorial en Zone d emploi Décembre 2006 Contrat de plan Etat-Région 2000-2006 Eléments de diagnostic territorial : zone d emploi de La zone d emploi de TOULOUSE La zone d emploi

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Diagnostic territorial MD3E

Diagnostic territorial MD3E Diagnostic territorial MD3E Données de cadrage & Focus sur les 15-29 ans face aux perspectives d emploi Territoire MD3E (Zone d emploi d Evreux) Observatoire MD3E Contact : Stéphanie Queval s.queval@md3e.fr

Plus en détail

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais Synthèse des résultats Septembre 2013 Etude coordonnée par Dispositif soutenu et financé par Le

Plus en détail

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2015

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2015 Les métiers porteurs Perspectives 2015 2 Rappel Titre Les métiers porteurs Cette présentation est principalement basée sur les résultats d un rapport publié en janvier 2007 par le groupe «Prospective des

Plus en détail

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population Description des variables de la base de données a. Attractivité démographique pour les différents types de population Sources : Recensements de 1962 à 2006 et Clap 2007 - a01_popmoy62, a01_popmoy68, a01_popmoy75,

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2016

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2016 Les métiers porteurs Perspectives 2016 2 Rappel Titre Les métiers porteurs Cette présentation est basée sur les résultats d études publiées par la DARES et le Ministère du Travail en 2011 complétée par

Plus en détail

Repères & Analyses Études

Repères & Analyses Études Décembre 2013 - Hors série service études, veille et prospective Repères & Analyses Études Direction régionale Nord - Pas de Calais Sommaire Dynamisme économique Analyse Chiffres clés Démographie des établissements

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais CPRDFP Document d orientation État 1/5 ARTISANAT 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais 1.1 Panorama des métiers de l artisanat Les coiffeurs, les

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

Etude de l Offre sur le Bassin d emploi de Louviers

Etude de l Offre sur le Bassin d emploi de Louviers Etude de l Offre sur le Bassin d emploi de Louviers Durée: Du 17 Mars au 27 Juin 2011 Sources: Pôle Emploi, APEC, Presse locale, magazines spécialisés Périmètre de l étude: Bassin d emploi de Louviers

Plus en détail

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises mardi 22 septembre 2009 La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises Baptiste MAUREL 04 67 22 80 35 ///

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs ------------------------------------------ Page 1 Source : Liaisons Sociales Quotidien 12 février 2015 Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours,

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Axes de travail et plan d action 2015

Axes de travail et plan d action 2015 19 novembre 2014 Axes de travail et plan d action 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Partager l information sur les métiers, l emploi et la formation professionnelle en LR ; être plus utile et plus accessible...

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

Les salariés du transport et de la logistique

Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du secteur Transport-Logistique sont essentiellement des hommes (82%), exerçant un métier d ouvrier (68%), qualifié pour la plupart. Globalement,

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES

SERVICES AUX PERSONNES Pays du Grand Beauvaisis Fiche sectorielle Edition 2013 SERVICES AUX PERSONNES Définition du secteur Les services à la personne regroupent l ensemble des services contribuant au mieux-être des citoyens

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION Formation professionnelle LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION La période de professionnalisation permet aux publics peu bénéficiaires de formation, notamment les seniors ou les femmes, d accéder à une qualification.

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre Quartier situé sur la commune de IFS 2 977 habitants en 2011, soit 1,3 % de la mer solida territ rités oriales ui n 2015 J O RVATO I RE Portraits de quartiers en veille active de la mer BSE Au sortir de

Plus en détail

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export ACTION : - Nature (nationale/régionale) ; - Descriptif du contenu (éventuelles sous-actions ou phases

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

Diplômes et insertion professionnelle

Diplômes et insertion professionnelle Diplômes et insertion professionnelle Béatrice Le Rhun, Pascale Pollet* Les conditions d accès à l emploi des jeunes qui entrent sur le marché du travail varient beaucoup selon le niveau de diplôme. Les

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Service études et prospectives 2 rue Capella Rond point Vega 44483 Carquefou Cedex 02.28.01.08.01 observatoire@anfa-auto.fr

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Crédit photo : Reza Estakhrian/Stone Déterminer la couverture d un risque, cerner les besoins des assurés et y répondre sont des opérations complexes et en grande partie immatérielles qui font de l assurance

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

5 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

5 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 5 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ATOUTS Une situation géographique centrale dans l Est parisien en plein essor Un taux d emploi relativement important FAIBLESSES Une inadéquation entre les emplois et la population

Plus en détail

Une exposition : «Les services à la personne»

Une exposition : «Les services à la personne» Une exposition : «Les services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 4 panneaux (100 x 40 cm) disponible gratuitement. Un aperçu des activités,

Plus en détail

Modalités de prise en charge

Modalités de prise en charge ATTENTION : Certaines des modalités de prise en charge de l année 2015 pourront faire l objet de modifications en cours d année. 2015 Modalités de prise en charge Fonds paritaire interprofessionnel de

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE BREF Thématique N 25 mai 2011 Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi d Ile de France L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE LES PRINCIPAUX

Plus en détail

L APPRENTISSAGE C EST UNE FORMATION, UN CONTRAT DE TRAVAIL, UNE REMUNERATION UNE INSERTION REUSSIE.

L APPRENTISSAGE C EST UNE FORMATION, UN CONTRAT DE TRAVAIL, UNE REMUNERATION UNE INSERTION REUSSIE. L APPRENTISSAGE C EST UNE FORMATION, UN CONTRAT DE TRAVAIL, UNE REMUNERATION UNE INSERTION REUSSIE. CENTRE DE FORMATION D APPRENTIS DES METIERS TERRITORIAUX Tourisme Espaces verts gestion des eaux Mécanique

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

Bac BEP CAP. Certification. Tertiaire. Sanitaire et social alidation. Parti. Parcours. Réussite VAE. Titre professionnel. Diplôme. Durée parco BEP CAP

Bac BEP CAP. Certification. Tertiaire. Sanitaire et social alidation. Parti. Parcours. Réussite VAE. Titre professionnel. Diplôme. Durée parco BEP CAP ac Parcours Sanitaire et social alidation des personnes ayant passé un jury au cours de l année 2009 en Bretagne MARS 2012 Certification Bac Réussite Sanitaire et social Validation Parcours Certification

Plus en détail

Le secteur de la logistique

Le secteur de la logistique Mai 2014 Le secteur de la logistique Service Etudes CCI Indre Le secteur de la logistique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE

Plus en détail

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2 Dossier de presse La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche Synthèse page 2 Le contexte de la campagne page 5 Le déroulement de la campagne page 7 Faits

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE

FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE Conseil d orientation pour l emploi 2 avril 2013 Michel Senaux, chargé de mission fédéral de la CFDT-F3C Jacques Fauritte, secrétaire

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

LE GROUPE CHECKPOINT EXPERTISES

LE GROUPE CHECKPOINT EXPERTISES LE GROUPE CHECKPOINT EXPERTISES un réseau de proximité une culture de l efficacité Rejoignez la 1 ère franchise nationale dans le domaine du contrôle réglementaire et de la prévention des risques professionnels

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Synthèse des programmes de travail

Synthèse des programmes de travail Synthèse des programmes de travail Les projets pour 2013 CRIESR - Assemblée générale 2012 Les services d études et observatoires ayant répondu 2 Agile Cellule Europe Réunion Agorah agence pour l observation

Plus en détail

Notre métier : Vous accompagner dans votre Projet

Notre métier : Vous accompagner dans votre Projet Notre métier : Vous accompagner dans votre Projet Formation initiale en alternance (scolaire ou apprentissage) Formation continue FORMATION INITIALE > Bac Pro Bio Industries de Transformation Accéder x

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Contrat de plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015. Diagnostic Régional Emploi Formation Midi-Pyrénées

Contrat de plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015. Diagnostic Régional Emploi Formation Midi-Pyrénées Contrat de plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 Diagnostic Régional Emploi Formation Midi-Pyrénées Mai 2011 Contrat de plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés La lettre d information des défis RH lancés pour les entreprises de la filière Industries de santé INDUSTRIES DE SANTÉ Avril 2014 n 1 ACtionS/déveLoPPement/emPLoi/ComPétenCeS 6 DÉFIS RH À relever en soutien

Plus en détail

Appel à projets Télécentres et téléactivités

Appel à projets Télécentres et téléactivités Appel à projets Télécentres et téléactivités Ouvert en continu sur la période 2005-2007 1 janvier 2006 En croissance régulière, le télétravail concerne déjà 7% des salariés en France, contre 25 % dans

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES 1 ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES Vus La Loi n 2009-1437 du 24 novembre 2009 La Loi n 2010-1657 du 29 décembre 2010 Le Décret n 2010-1780 du 31 décembre

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

GUIDE MOBILITÉ DÉPARTEMENTAL. FIGEAC et GOURDON. Territoires des Maisons Communes Emploi Formation. www.mcef.midipyrenees.fr

GUIDE MOBILITÉ DÉPARTEMENTAL. FIGEAC et GOURDON. Territoires des Maisons Communes Emploi Formation. www.mcef.midipyrenees.fr GUIDE MOBILITÉ DÉPARTEMENTAL Territoires des Maisons Communes Emploi Formation FIGEAC et GOURDON www.mcef.midipyrenees.fr Pourquoi ce guide? Ce guide (non exhaustif) a été conçu pour faciliter et améliorer

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

ZOOM SUBANOR 2008-3 Situation des bacheliers professionnels 30 mois après le baccalauréat selon le domaine

ZOOM SUBANOR 2008-3 Situation des bacheliers professionnels 30 mois après le baccalauréat selon le domaine ZOOM SUBANOR 2008-3 Situation des bacheliers professionnels 30 mois après le baccalauréat selon le domaine académie Rouen MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE

Plus en détail

22M 151M. L action de l Union européenne. 3 fonds. européens. 3 objectifs pour 2007-2013. Et l Ile-de-France? FSE : FEADER FEDER FSE

22M 151M. L action de l Union européenne. 3 fonds. européens. 3 objectifs pour 2007-2013. Et l Ile-de-France? FSE : FEADER FEDER FSE ça change notre quotidien! L Union européenne consacre plus d un tiers de son budget à l accompagnement des politiques nationales et régionales. L objectif est d harmoniser les niveaux de vie dans l ensemble

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Observatoire Régional de la Santé de Guadeloupe Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Eléments de contexte Face à l évolution

Plus en détail

Contrairement à une formation classique, le dispositif

Contrairement à une formation classique, le dispositif Repères HORS SERIE EMPLOI FORMATION n 21 - Juillet 2014 Les parcours VAE en Haute-Normandie Contrairement à une formation classique, le dispositif de la Validation des Acquis de l Expérience offre des

Plus en détail

Audition ADEME. au Conseil d Orientation pour l Emploi. 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l ADEME

Audition ADEME. au Conseil d Orientation pour l Emploi. 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l ADEME udition DEME au Conseil d Orientation pour l Emploi 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l DEME Plan de la présentation Connaître et préparer l évolution des

Plus en détail

Master Management PME - PMI

Master Management PME - PMI IUP Management et Gestion des Entreprises Master Management PME - PMI Lieu de formation : Clermont-Ferrand La situation générale des diplômés de la promotion 2007/2008 au er juillet 2009 (0 mois après

Plus en détail

Organisme de formation enregistré sous le N 91 34 06 39 334 Siret : 503 371 940 00019. NAF 7022Z contact@afaconseils.fr. http://www.afaconseils.

Organisme de formation enregistré sous le N 91 34 06 39 334 Siret : 503 371 940 00019. NAF 7022Z contact@afaconseils.fr. http://www.afaconseils. Organisme de formation enregistré sous le N 91 34 06 39 334 Siret : 503 371 940 00019. NAF 7022Z contact@afaconseils.fr. http://www.afaconseils.fr 3, rue Jean Giono, 34130, Candillargues Téléphone : 00.336.1998.44.48

Plus en détail

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI MÉTROPOLE JANVIER 2015 PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI POLE-EMPLOI.FR FORMER AVANT L EMBAUCHE ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) Demandeurs d emploi inscrits auprès de Pôle emploi,

Plus en détail

LES MÉTIERS DU TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE

LES MÉTIERS DU TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE LES MÉTIERS DU TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE Septembre 2011 Zoom sur les métiers exercés dans la Branche 1[ ENJEUX ET PISTES DE TRAVAIL Les enjeux identifiés par le Groupe Domaine «Secteurs Economiques

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Les diplômes. Session 2008

Les diplômes. Session 2008 note d informationdécembre 09.28 À la session 2008, 444 0 diplômes de l enseignement professionnel des niveaux IV et V ont été délivrés en France par le ministère de l Éducation nationale. Ce nombre atteint

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail