GROUPE DE TRAVAIL NATIONAL «AMIANTE ET FIBRES» Rapport d activité. Année 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GROUPE DE TRAVAIL NATIONAL «AMIANTE ET FIBRES» Rapport d activité. Année 2010"

Transcription

1 GROUPE DE TRAVAIL NATIONAL «AMIANTE ET FIBRES» Rapport d activité Année mars

2 2

3 Sommaire AVANT PROPOS... 5 TRAVAUX DU GTNAF... 7 MINISTERE DE L'ECOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT DIRECTION GENERALE DE L AMENAGEMENT, DU LOGEMENT ET DE LA NATURE DIRECTION GENERALE DE LA PREVENTION DES RISQUES MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRACES MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE L'OUTRE-MER, DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION OFFICE CENTRAL DE LUTTE CONTRE LES ATTEINTES A L ENVIRONNEMENT ET A LA SANTE PUBLIQUE MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE, DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES DIRECTION GENERALE DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES 20 MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE, DE LA RURALITE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE SERVICE DES AFFAIRES FINANCIERES, SOCIALES ET LOGISTIQUES AGENCES REGIONALES DE SANTE CAISSE NATIONALE D ASSURANCE MALADIE DES TRAVAILLEURS SALARIES CARSAT - CRAM - CGSS CAISSE CENTRALE DE LA MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SECURITE POUR LA PREVENTION DES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET DES MALADIES PROFESSIONNELLES (INRS) ORGANISME PROFESSIONNEL DE PREVENTION DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE AGENCE NATIONALE DE SECURITE SANITAIRE DE L ALIMENTATION, DE L ENVIRONNEMENT ET DU TRAVAIL CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT INSTITUT NATIONAL DE L ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL ET DES RISQUES BRGM ANNEXES

4 4

5 Avant propos En 2006 et 2007, plusieurs rapports portant sur l amiante ont été publiés par le Sénat, l Assemblée Nationale ainsi que par l Inspection générale de l administration (IGA), le Conseil général des ponts et chaussées (CGPC) et l Inspection générale des affaires sociales (IGAS). Au vu des travaux à mener dans le domaine de la gestion et du contrôle des risques liés à l amiante dans les bâtiments et à l amiante environnemental, les ministères chargés de la santé, du logement, du travail et de l environnement ont décidé de mettre en place un groupe de travail interministériel. Le Groupe de travail national «Amiante et fibres» (GTNAF) a été créé, pour quatre ans, par décret n du 31 janvier 2008 (annexe 1) et placé auprès des ministres chargés de la construction, de l'environnement, du travail et de la santé. «Son champ de réflexion porte sur l'amiante présent dans les bâtiments, les produits et déchets, l'environnement extérieur, ainsi que sur les autres fibres. Il a pour mission de proposer des mesures de gestion des risques, notamment d'éventuelles évolutions législatives et réglementaires. Il contribue au suivi de la mise en place des mesures». Le Groupe est constitué de représentants d administrations centrales et de services déconcentrés, d organismes de prévention ou d organismes intervenant dans les domaines sanitaires, environnementaux ou de la construction. Il comprend deux personnes qualifiées : madame Marie- Annick Billon-Galland et monsieur Marcel Goldberg. Ce Groupe de travail interministériel a été présidé de sa création à février 2009 par madame Huguette Mauss (IGAS), elle a été remplacée le 30 juillet 2009 par monsieur Dominique Tricard (IGAS). Le GTNAF se réunit en séances plénières et trois sous-groupes de travail ont été constitués sur les thèmes suivants : - «veille, surveillance et suivi des personnes exposées», animé par monsieur Marcel Goldberg ; - «aspects techniques», animé par monsieur Christian Cochet ; - «amiante environnemental», animé par monsieur Didier Lahondère. Début 2010, un premier rapport d activité portant sur les années 2008 et 2009 a été établi et rendu public. Il indiquait des axes de travail pour l année Dans le même état d esprit, ce rapport dresse le bilan d activité pour l année 2010, en présentant : - les travaux propres du Groupe de travail national, - au titre du suivi des mesures mises en place, les actions conduites par les différents acteurs membres du groupe national ou associés. Il a été rédigé à partir des contributions fournies par chaque administration ou organisme concerné. En 2010, l action du GTNAF a porté plus particulièrement sur les points suivants : - réexamen des priorités et du programme de travail : une réflexion a été conduite pour représenter, au moyen d un schéma, les différentes problématiques liées à l amiante afin d avoir une base partagée entre les membres pour présenter les thèmes à aborder et les difficultés rencontrées, les mesures prises, les projets en cours. Des discussions ont été conduites avec les animateurs des sous groupes pour faire le point des travaux et réorienter, si nécessaire, les axes de réflexion. Le GTNAF a rediscuté des priorités et du programme de travail Compte tenu des informations disponibles, il a considéré que, s il devait maintenir une veille sur les autres fibres, son action devait être encore centrée sur l amiante ; 5

6

7 Travaux du GTNAF En 2010, le GTNAF s est réuni 3 fois. Le tableau n 1 récapitule les principaux thèmes qui ont été abordés au cours des séances plénières. Tableau n 1 : Principaux thèmes abordés au cours des séances plénières du GTNAF Date de la séance plénière 25 mars septembre décembre 2010 Thèmes abordés Projet de rapport d activité du GTNAF Premier bilan et discussion autour des propositions du rapport de l AFSSET du 17 février 2009 sur les fibres courtes et les fibres fines d amiante, et leurs impacts Définition des priorités de travail et des pilotes des actions à mettre en œuvre, dans la perspective du prochain rapport de la HAS sur le suivi post-professionnel Point d information sur l arrêté du 22 décembre 2009 définissant les modalités de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante Point d information sur le projet de décret relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l amiante dans les immeubles bâtis et modifiant le code de la santé publique Travaux du sous-groupe «Amiante environnemental» Présentation des missions de l Office central de lutte contre les atteintes à l environnement et à la santé publique (OCLAESP) Avis de la Haute autorité de santé sur le suivi post-professionnel des personnes exposées à l amiante Examen du dossier concernant les autres fibres Point d information sur l avancement du projet de décret modifiant le code de la santé publique Programme de travail du GTNAF Point sur les travaux réalisés dans le cadre des réunions des directeurs d administration centrale conclusions et priorités énoncées Présentation du rapport de l Anses de novembre 2010 «Affleurements naturels d amiante : État des connaissances sur les expositions, les risques sanitaires et les pratiques de gestion en France et à l étranger» Élaboration du rapport d activité 2010 Élaboration du programme de travail 2011, organisation des sous-groupes et planification des réunions du GTNAF Discussion d actions pouvant être conduites en 2011 : - auditions d acteurs - méthodologie pour une réflexion concernant le devenir du GTNAF à la fin de son mandat (début 2012) Au delà des discussions sur des sujets techniques, sur les évolutions réglementaires récentes ou en préparation, le GTNAF a mis l accent sur la réflexion stratégique, les priorités d action et les conséquences sur le programme de travail en tenant compte des moyens disponibles, ce qui a conduit aux actions particulières suivantes : 7

8 1. Élaboration d un schéma de base Il est apparu utile de construire un schéma de base ayant pour objectif de décrire les principaux aspects à prendre en compte dans le dossier de l amiante et autres fibres, afin de permettre de : - s assurer que les participants aux discussions sont en accord sur l ensemble des thèmes concernés et leurs relations (cartographie), - mieux situer chaque discussion sur cette «carte», - vérifier que des secteurs ne sont pas oubliés. Ce support a ensuite permis de voir l importance des actions conduites sur chacun des secteurs et d analyser si cette approche était cohérente. Ce schéma commenté figure en annexe Suivi des actions conduites Lors de l adoption du rapport d activité portant sur les années , plusieurs membres du GTNAF avaient insisté sur la nécessité de suivre les mesures prises pour répondre aux recommandations formulées notamment par l Assemblée Nationale, le Sénat et plusieurs inspections ainsi que des organismes d expertise. Un tableau de bord a été mis en place ; il reprend l ensemble des recommandations formulées. Une mise à jour de l état d avancement a été réalisée fin 2010 ; elle sera poursuivie en Sollicitation des directeurs d administration centrale et dossiers prioritaires Il apparu que, même si les différents services administratifs concernés sont représentés au sein du Groupe, il était utile que les directeurs d administration centrale intervenant dans le dossier de l amiante puissent discuter directement entre eux des propositions du Groupe et fassent connaître leurs préoccupations majeures. En 2010, deux réunions de plusieurs directeurs d administration centrale se sont tenues. En septembre, la discussion a porté, d une part, sur le programme de travail du GTNAF et, d autre part, sur les dossiers à traiter en priorité. Trois sujets ont été retenus : - le suivi post-professionnel des personnes ayant été exposées à l amiante, pour lequel le GTNAF a formulé des propositions (annexe 3) et sur lequel l HAS a publié, en avril 2010, 33 recommandations issues d une audition publique ; - l amiante et le bâtiment, sous l angle des opérations de repérage de l amiante pour lesquelles le GTNAF a formulé des propositions (annexe 4) ; - l amiante environnemental, avec, en particulier, la gestion des terrains naturellement amiantifères. Les directeurs ont demandé que des dossiers soient préparés pour identifier les difficultés et proposer des axes de travail. Un dossier d aide à la décision a été élaboré sur le suivi post professionnel. Un travail inter-directions a été réalisé sur les aspects liés à l amiante dans le bâtiment et en particulier sur le repérage de l amiante et les activités des opérateurs. En novembre 2010, l agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail (Anses) a publié un rapport sur «Affleurements naturels d amiante : État des connaissances sur les expositions, les risques sanitaires et les pratiques de gestion en France et à l étranger». Ces dossiers ont été examinés en réunions de directeurs en décembre Des orientations ont été retenues sur la poursuite des travaux. 4. Adaptation des travaux des sous-groupes Pour le sous-groupe «veille, surveillance et suivi des personnes exposées», la priorité des travaux avait porté en sur le suivi post-professionnel des personnes ayant été exposées à l amiante au cours de leur activité professionnelle. Sur d autres aspects de veille et surveillance de population, des études et réflexions sont en cours. Il a donc été considéré que le sous-groupe 8

9 reprendrait ses travaux en particulier quand des décisions auront été prises sur le suivi postprofessionnel et selon l avancement des études. L animateur du groupe a apporté une contribution à la réalisation du dossier d aide à la décision élaboré, à la demande des directeurs. Pour le sous-groupe «aspects techniques», l année 2010 a porté sur la finalisation de l avis sur la qualification des opérateurs de repérage suite aux auditions effectuées par le sous-groupe en Les autres principaux sujets abordés ont concerné : l information et la formation disponibles sur le thème amiante, la réalisation d un état des lieux des actions conduites dans d autres pays, les sujets à traiter en priorité en L animateur du sous-groupe a été mobilisé lors de la réalisation, pour la réunion de décembre des directeurs, du dossier concernant la thématique «amiante et bâtiment». Pour le sous-groupe «amiante environnemental», en 2010, une partie des travaux a été décalée dans l attente de réponse aux questions juridiques soulevées par le groupe en 2009 et de la publication du rapport de l Anses (publié en novembre 2010) sur «Affleurements naturels d amiante : État des connaissances sur les expositions, les risques sanitaires et les pratiques de gestion en France et à l étranger». Des discussions ont été menées pour approfondir la notion d amiante environnemental et bien distinguer les différents aspects de la problématique (contaminations d origines naturelles, industrielles ou anthropiques). Un bilan détaillé a été réalisé sur les travaux déjà menés en réponse aux recommandations publiées au cours des années précédentes ; il a permis de planifier les travaux prioritaires pour Préparation d un bilan du mandat du GTNAF Le GTNAF a été constitué pour 4 ans par le décret du 31 janvier Dès 2010, il est apparu nécessaire aux membres du GTNAF de cerner les sujets qui doivent être abordés en priorité d ici début 2012 et de préparer progressivement, au cours des réunions, l élaboration du bilan du mandat. 9

10 Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement DIRECTION GENERALE DE L AMENAGEMENT, DU LOGEMENT ET DE LA NATURE Au sein de la Direction Générale de l Aménagement, du Logement et de la Nature (DGALN), la Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages (DHUP), plus particulièrement la sousdirection de la qualité et du développement durable dans la construction, est chargée des questions techniques, économiques et environnementales dans la construction et l'habitat, notamment dans le domaine de la réglementation technique, de la prévention des risques et de la protection de l'environnement et de la santé. Elle est donc en charge de l application des mesures relatives aux bâtiments prévues dans le Grenelle de l environnement et dans le deuxième plan national santé environnement (PNSE2). Dans le domaine de la protection de la santé, et en particulier dans celui de la qualité sanitaire des bâtiments, la DGALN, en collaboration ou en concertation avec les autres administrations centrales concernées, les experts et les organisations professionnelles, participe à l élaboration de textes législatifs et réglementaires ainsi qu à l évaluation de leur application. Par ailleurs, la DGALN définit et met en œuvre des outils de formation et d information à destination des professionnels et du grand public. Elle exerce également la maîtrise d ouvrage d études sur les questions sanitaires liées au bâtiment. 1. Évolution de la réglementation amiante 1.1. Recodification de la partie réglementaire du code de la santé publique relative à l amiante La DGALN collabore actuellement à la rédaction d un projet de décret, initié par la DGS, visant notamment à restructurer et préciser la partie réglementaire du code de la santé publique relative à la prévention des risques liés à l amiante dans les bâtiments ; d une part, pour en faciliter la lisibilité et l application et, d autre part, pour préciser certaines dispositions récentes introduites par l article 105 de la loi n du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires. Ce décret devrait être publié au premier semestre Amélioration de la réglementation relative aux opérateurs de repérage La politique de lutte contre le risque amiante prévue par le code de la santé publique, s appuie essentiellement sur les missions des opérateurs de repérage. Afin d améliorer la qualité des missions des opérateurs de repérage, la DGALN a effectué plusieurs modifications réglementaires. En particulier, un décret visant à interdire les pratiques de commissionnement entre professionnels de l immobilier et diagnostiqueurs a été publié au journal officiel du 13 octobre En effet, ces pratiques généraient une concurrence déloyale entre les diagnostiqueurs et étaient de nature à vicier les relations avec les professionnels de l immobilier et à fausser la détermination des prix des prestations. Le texte prévoit des sanctions pour les contrevenants. 10

11 2. Information 2.1. A destination des services déconcentrés Afin d accompagner ses services déconcentrés dans la prise en charge de l information des propriétaires et dans le suivi de l application de la réglementation relative à l amiante dans les bâtiments, la DGALN organise chaque année, pour les agents du ministère, une formation sur la qualité sanitaire des bâtiments dont une demi-journée est consacrée au risque amiante. En 2010, la DGALN a organisé deux sessions, à Toulouse et Paris A destination des particuliers Pour répondre à l une des propositions (n 22) de la mission d'information du Sénat sur le bilan et les conséquences de la contamination par l'amiante, inscrite également au programme de travail du groupe de travail national amiante et fibres (GTNAF), la DGALN avait préparé en 2009 un projet de plaquette à destination des particuliers, clients des espaces commerciaux d'outillage et de bricolage, informant des dangers de l'amiante et des précautions à prendre lors de travaux de bricolage dans les logements. En 2010, la DGALN a finalisé cette plaquette et l a diffusée aux principaux organismes concernés : les Directions Régionales de l Environnement, de l Aménagement et du Logement, les Directions Départementales des Territoires (et de la Mer), les Agences Régionales de la Santé, l Union Sociale pour l Habitat : groupement de fédérations d organismes HLM, la Fédération des Magasins de Bricolage et de l aménagement de la maison, les Agences Départementales pour l Information sur le Logement (ADIL). Cette plaquette est consultable et téléchargeable sur le site du ministère à l adresse suivante : Par ailleurs, la DGALN a mis à jour le site Internet du ministère, en janvier 2010, permettant ainsi au grand public comme aux professionnels de trouver toutes les informations relatives à la réglementation en matière d amiante. En outre, la DGALN a mis en place un site Internet recensant l ensemble des professionnels certifiés et permettant aux consommateurs de trouver un diagnostiqueur à proximité de leur bien immobilier et de vérifier la validité du certificat des personnes établissant les diagnostics. Ce site est accessible à l adresse suivante : 3. Amélioration de la connaissance 3.1. Analyse du risque généré par les fibres courtes d amiante La DGALN cofinance avec la DGS une étude qui fait suite à la recommandation de l AFSSET sur les fibres courtes. Cette étude vise à déterminer la dégradation des matériaux responsables de l émission de ce type de fibres, dans les lieux où ils sont les plus sollicités, notamment les établissements recevant du public. Cette étude a débuté en 2010 et est programmée sur deux ans : la première année d étude ( ) vise à choisir les sites à investiguer, définir les protocoles de prélèvement et d analyse, choisir et former les opérateurs, mettre en œuvre et suivre la collecte des données dans 40 bâtiments et analyser les résultats relatifs à ces 40 bâtiments, durant l année , l étude consistera à instrumenter une quarantaine d autres bâtiments, puis à analyser l ensemble des résultats des deux périodes. 11

12 4. Participation de la DGALN au GTNAF Durant l année 2010, la DGALN a apporté sa contribution aux travaux du GTNAF et, en particulier, au sein du sous-groupe «aspects techniques» en élaborant notamment des documents de travail relatifs à la prise en compte de l amiante dans le secteur du bâtiment. Ces supports visent à dresser un bilan des échanges et des actions entreprises au sein du GTNAF, depuis sa création. A partir des réflexions qui découleront de ces supports, le GTNAF déterminera les actions futures qu il pourrait entreprendre. 5. Perspectives et actions pour Information à destination des services déconcentrés En 2011, la DGALN prévoit d organiser deux sessions de formation (l une à Paris et l autre à Clermont-Ferrand) sur la qualité sanitaire des bâtiments, à destination des agents du ministère en services déconcentrés. Lors de ces sessions, une demi-journée sera consacrée au risque amiante Information à destination des particuliers La DGALN fera la mise à jour de son site Internet en fonction des évolutions réglementaires à venir et travaillera à la valorisation de la plaquette relative aux précautions à prendre lors de travaux de bricolage Évolution de la réglementation amiante La DGALN prévoit également d autres évolutions pour 2011 : évolution de l arrêté de 2006 dans l objectif d amélioration du dispositif, par 3 moyens : - justification de leurs décisions, par les organismes de certification, par l introduction d une obligation de retour écrit à destination des opérateurs de repérage, - ajustement de certaines dispositions du processus de surveillance, - définition de possibilités de transfert. Dans ce sens, une concertation avec les professionnels concernés a déjà été menée ; afin de renforcer l efficacité du contrôle relatif à la phase de surveillance pour les opérateurs de repérages, une discussion est actuellement en cours avec la DGS. Il s agit, comme cela a d ores et déjà été mis en place sur d autres diagnostics immobiliers (électricité, gaz, énergie et termites), d imposer à l opérateur de repérage de fournir à son organisme certificateur la liste exhaustive des missions qu il a réalisées. L organisme devra ensuite vérifier la conformité d au moins quatre rapports qu il aura lui-même sélectionnés ; afin de définir la procédure de re-certification, une concertation est actuellement menée avec les organisations professionnelles, les organismes certificateurs, le COFRAC et les administrations concernées ; conformément à la recommandation du GTNA du 7 avril 2010, la DGALN travaillera également, en collaboration avec la DGS, à l évolution du dispositif de certification des opérateurs afin de distinguer, dans les procédures de certification, le repérage avant vente des autres types de repérages prévus par le code de la santé publique (repérages en vue de l établissement du Dossier Technique ou du Dossier Technique Amiante, repérage avant démolition). 12

13 Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement DIRECTION GENERALE DE LA PREVENTION DES RISQUES 1. Missions dans le domaine de l amiante et autres fibres La DGPR direction générale de la prévention des risques est chargée, au sein du MEDDTL, de coordonner la prévention de tous types de risques, qu ils soient naturels ou technologiques, accidentels ou chroniques. Cette direction a en charge, au sein du MEDDTL, la problématique de l amiante environnemental en France, la gestion des déchets notamment ceux contenant de l amiante, le suivi des carrières et des installations classées ayant manipulé de l amiante. A sein de la DGPR, le BPED bureau de la prospective, de l évaluation et des données, au sein du SPNQE service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement, a en charge le suivi transversal de ce dossier, en collaboration avec le bureau de la planification et de la gestion des déchets - BPDG et le service des risques technologiques SRT, notamment le bureau du sol et du sous-sol. 2. Les sujets étudiés en 2010 dans le cadre du GTNAF Sites amiantifères naturels (SPNQE BPED) - Recensement des sites géologiques amiantifères naturels - cartographie de l'aléa "amiante environnemental" en Haute Corse et dans deux départements de France continentale (Savoie et Loire Atlantique) via une convention avec le BRGM. Des cartes ont été produites pour ces trois départements à l échelle cantonale (1/30 000ème) et seront largement diffusées, notamment via le portail environnemental mis en place au BRGM dans le cadre du Grenelle de l environnement (http://www.toutsurlenvironnement.fr/). - Recensement des sites géologiques amiantifères mis à nus sur les communes de Bustanico et Corte via une convention avec le CETE méditerranée en collaboration avec le BRGM. Une cartographie au 1/10.000ème des zones naturelles amiantifères (en identifiant en particulier les roches à nu) ainsi que des dépôts de terres et cailloux amiantifères de nature anthropique sera réalisée sur ces deux communes. Puis l étude analysera, sur ces zones, la faisabilité d un recouvrement, les types d aménagement possibles, leur coût et leur efficacité. - Un plan d'action pour la Corse a été élaboré conjointement par les administrations centrales et locales dans le courant de l année 2009 et a été finalisé à la suite de la sortie du rapport de l Anses le 2 novembre 2010 sur les «Affleurements naturels d'amiante : État des connaissances sur les expositions, les risques sanitaires et les pratiques de gestion en France et à l'étranger». Gestion des déchets (SPNQE BPGD) Appui à la mise en œuvre de la réglementation relative à la gestion des déchets et notamment le cas particulier des terres amiantifères : la DGPR organisera une réunion sur l application de la réglementation sur les déchets d amiante. 13

14 Carrières et installations classées (SRT) suivi de la mise en sécurité de la carrière de Canari (Haute-Corse) assurée par l ADEME. L INERIS a été chargé de réaliser une étude pilote de modélisation des émissions de fibres dans le cadre des travaux de mise en sécurité de ce site. 3. Participation au GTNAF La DGPR participe systématiquement aux séances plénières GTNAF, et au sous-groupe amiante environnemental, et suit ses travaux avec intérêt. Un représentant est chargé du suivi régulier et d autres agents participent en tant que de besoin selon les sujets abordés. La DGPR souhaite être à la fois contributeur et force de proposition. 4. Perspectives et engagement pour l année 2011 La DGPR souhaite maintenir sa participation dans les sous-groupes de travail et s impliquera plus particulièrement en 2011 dans la mise en œuvre des actions prévues dans le plan d action Haute Corse : - La DGPR participera activement au groupe qui sera mis en place pour travailler sur des recommandations concrètes qui pourront être faites pour la conception des projets neufs privés ou publics. - Elle précisera l encadrement des terres et déblais amiantifères à l occasion de la révision de l arrêté ministériel «décharge», qui devrait intervenir d ici la fin 2011 (transposition de la décision 2003/33/CE de la Commission européenne). - Elle travaillera à sensibiliser les acteurs locaux pour la prise en compte de la thématique amiante environnemental dans les études d impact pour les projets sur des voies publiques et privées au titre de "l'analyse de l'état initial et de son environnement", de "l'étude des effets sur la santé humaine". - La DGPR poursuivra l action de recensement des sites géologiques amiantifères naturels, pilotée par le BRGM, sur les départements de Haute-Savoie et de l Isère. Sur la question des déchets d amiante, la DGPR travaillera en étroite collaboration avec la DGT pour anticiper les évolutions réglementaires du code du travail, qui sont susceptibles d avoir des répercussions importantes sur le secteur des déchets. 14

15 Ministère de la justice et des libertés DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRACES La Direction des affaires criminelles et des grâces participe au Groupe de travail national Amiante et Fibres (GTNAF) depuis sa création par décret du 31 janvier Elle est représentée aux réunions par un magistrat du Bureau de la santé publique, du droit social et de l'environnement, spécialement chargé du suivi des travaux du groupe de travail. 1. Le rôle du Bureau de la santé publique, du droit social et de l'environnement de la Direction des affaires criminelles et des grâces La Direction des affaires criminelles et des grâces exerce les attributions du ministère de la justice en matière pénale. A ce titre, elle : élabore la législation et la réglementation en matière répressive et examine, en liaison avec les départements ministériels concernés, tous les projets de normes comportant des dispositions pénales ; conduit les négociations européennes et internationales en matière répressive ; prépare les instructions générales d'action publique, coordonne et évalue leur mise en application ; contrôle l'exercice de l'action publique par les parquets généraux et les parquets ; instruit les recours en grâce et prépare les mesures d'amnistie ; assure la mise en œuvre des conventions internationales en matière d'entraide judiciaire pénale ; assure le fonctionnement du casier judiciaire national, qui est placé sous l'autorité du directeur. Au sein de la Direction des affaires criminelles et des grâces, le Bureau de la santé publique, du droit social et de l'environnement est compétent dans ces trois domaines, et notamment en matière de travail illégal, de sécurité au travail, de bioéthique et de responsabilité médicale, d'habitat insalubre, de tabagisme et d'alcoolisme. Dans l'ensemble de ces domaines, le Bureau de la santé publique, du droit social et de l'environnement : élabore les projets de loi et de décret présentés par le ministère de la justice ; participe, en liaison avec les différents départements ministériels concernés, à la rédaction de tout projet de loi ou de règlement entraînant des dispositions de nature répressive ; concourt à l'élaboration du droit européen et international ; élabore les instructions générales d'action publique adressées aux procureurs généraux ; anime et coordonne la mise en application de ces instructions et assure, en concertation avec le pôle d'évaluation des politiques pénales, le suivi et l'évaluation de leur mise en œuvre ; suit et contrôle l'application des dispositions de droit pénal et de procédure pénale et émet toute proposition de modification des dispositions législatives ou réglementaires ; est en charge du suivi de l'action publique ; assure la liaison avec les autorités administratives indépendantes, les départements ministériels et les organismes consultatifs ou représentatifs. 15

16 S'agissant des affaires relatives à l'exposition à l'amiante, le Bureau de la santé publique, du droit social et de l'environnement est notamment chargé du suivi des procédures pénales confiées aux pôles de santé publique de Paris et Marseille. A cet égard, il est en contact régulier avec les parquets généraux compétents de ces juridictions. Il leur apporte particulièrement son expertise juridique sur certains points soulevés par ces affaires d'une grande complexité. En matière de procédure pénale, des questions relatives à l'étendue de la saisine des juges d'instruction et à la prescription des faits ont ainsi fait l'objet d'analyses juridiques poussées. Il veille ainsi à une déclinaison cohérente et unifiée, au plan local, des orientations de politique pénale prises au plan national. Au cours de l'année 2010, la Direction des affaires criminelles et des grâces a également contribué, en relayant avec force la demande des services concernés, à obtenir l'augmentation des effectifs de l'office Central de Lutte contre les Atteintes à l'environnement et à la Santé Publique (OCLAESP), particulièrement ceux affectés au sein de la «cellule amiante», qui anime et coordonne, au plan national, les procédures en matière d amiante. La Direction des affaires criminelles et des grâces contribue enfin à l'élaboration des normes législatives et réglementaires ainsi qu'à la définition des instructions d'action publique dans ce domaine. A ce titre, les échanges initiés en 2009 avec la direction générale de la santé se sont poursuivis en 2010, en concertation avec la Direction des affaires civiles et du sceau du Ministère de la justice et des libertés, afin de réformer profondément les articles R à R du code de la santé publique prévoyant plusieurs incriminations pénales en matière d'exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis. 2. La contribution aux travaux du GTNAF Dans le cadre du GTNAF, le Bureau de la santé publique, du droit social et de l'environnement de la Direction des affaires criminelles et des grâces est disposé à apporter toute expertise utile à l'amélioration des dispositions de nature pénale en matière de réglementation relative à l'amiante. A cet égard, il est pleinement associé à l'élaboration de l'actuel projet de décret porté par le ministère chargé de la santé, modifiant l'ensemble des articles R à R de la section II du chapitre IV du titre III du livre III du code de la santé publique relatifs à l'exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis pris en application de l'article 105 de la loi Hôpital Patient Santé et Territoire. 16

17 Ministère de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l immigration DIRECTION GENERALE DE LA GENDARMERIE NATIONALE OFFICE CENTRAL DE LUTTE CONTRE LES ATTEINTES A L ENVIRONNEMENT ET A LA SANTE PUBLIQUE 1. Présentation des missions de l Office sur le domaine de l'amiante et autres fibres Créé par décret n du 24 juin 2004, l'office central de lutte contre les atteintes à l environnement et à la santé publique (OCLAESP) est une unité de police judiciaire à caractère interministériel, ayant vocation à s'intéresser à l'ensemble du contentieux découlant des atteintes portées à l environnement et à la santé publique. A cette fin, elle a reçu pour missions principales : - d'animer et coordonner à l échelon national et au plan opérationnel les investigations de police judiciaire relatives aux infractions entrant dans son domaine de compétence, - d'observer et d'étudier les comportements les plus caractéristiques des auteurs et complices, - de centraliser les informations relatives à cette forme de délinquance en favorisant leur meilleure circulation, - d'assister les unités de la gendarmerie et de la police nationale, ainsi que de tous les autres ministères intéressés, - de participer dans son domaine de compétence à des actions de formation et d'information. Suite à la directive du garde des sceaux en date du 12 mai 2005 qui a attribué la gestion de toutes les plaintes relatives à l'amiante aux pôles santé de Paris et Marseille, l'oclaesp a été désigné comme l'interlocuteur privilégié de ces juridictions. En application de cette décision, l'oclaesp a mis en place un groupe constitué d'enquêteurs spécialisés (le groupe «enquêtes techniques amiante») chargé de l'animation et la coordination, à l'échelon national et au plan opérationnel, des investigations de police judiciaire relatives aux dossiers «amiante», de l'actualisation d'un fonds documentaire se rapportant à cette problématique et de favoriser la circulation de l'information entre les services d'enquête saisis. 2. Principales actions conduites dans le domaine de l'amiante en 2010 En 2010, le groupe «enquêtes techniques amiante» a divisé son action entre l'assistance des unités de gendarmerie ou services de police chargés d'enquêtes et la gestion de dossiers confiés en propre à l'office. Les actions d'assistance se sont notamment matérialisées par la réalisation : - d'une permanence opérationnelle destinée à fournir tout conseil méthodologique et référence documentaire, - de concours techniques lors d'opérations spécifiques (exemple : perquisitions sous équipements de protection en zone contaminée), - de prise d'auditions «sensibles» en région parisienne ou en province au profit des enquêteurs des unités de gendarmerie ou services de police saisis d'enquêtes, - de liaisons suivies et régulières avec l'ensemble des groupes régionaux d'enquête. 17

18 Cet engagement a contribué durant cette période à l'aboutissement d'un nombre important d'enquêtes qui ont été retournées à la justice. Enfin, dans le cadre de ses attributions, l'office assure également des missions de formateur et, à ce titre, participe à la formation de ses agents relais, au sein du centre national de formation de police judiciaire de la gendarmerie nationale de Fontainebleau, répartis sur la totalité du territoire national : les référents aux atteintes à l'environnement et à la santé publique (RAESP) qui sont ensuite aptes à transmettre et actualiser les connaissances dans les domaines de l'environnement, de la santé publique, nucléaire, radiologique, biologique ou chimique ; les enquêteurs aux atteintes à l'environnement et à la santé publique (EAESP) qui sont ensuite appeler à diriger des enquêtes complexes et procéder aux constatations dans le cadre d'atteintes à l'environnement (pollutions terrestre, maritime, d'eaux douces, atmosphériques, etc.) à la santé publique (trafics de produits de santé, dopage, etc.) ou sanitaire. 3. Contribution aux travaux du GTNAF Invité en tant que représentant d'une direction d'administration centrale pour faire part de son expertise judiciaire plus particulièrement dans le domaine des trafics de déchets amiantés, l'office n'a assisté qu'aux réunions plénières du GTNAF et n'a pas participé aux travaux conduits par les trois sous groupes relatifs à la «Veille, surveillance et suivi de la population», «Aspects techniques» et «Amiante environnemental». A l'occasion d'une intervention, l'office a présenté ses missions devant les membres du groupe national. 4. Perspectives et engagement sur ce domaine et au sein du groupe pour l'année 2011 En 2011, l'office va poursuivre son action judiciaire tant sur le plan de l'assistance des groupes régionaux d'enquêtes que de la gestion des dossiers qui lui sont confiés en propre. Une attention accrue est accordée à la prise en compte des trafics de déchets amiantés qui constitue une nouvelle forme de délinquance appelée à perdurer, aggravée par l'insuffisance, dans certaine partie du territoire, d'installations classées pour l'environnement. Cette délinquance, conséquence directe du refus d'assumer les coûts de traitement des déchets proportionnels à la dangerosité des produits concernés, a pour objet de gagner de l argent en violant les règles et normes établies dans le domaine de la gestion des déchets entraînant des pollutions parfois irréversibles pour l environnement et la santé publique des populations concernées. Bien que difficilement évaluable à ce jour en l'absence de statistiques, elle n'en constitue pas moins un risque majeur en raison des très grandes quantités d'amiante qui sont présentes sur le territoire. Pour l'année 2011, l'office restera au besoin à la disposition du GTNAF pour lui faire part de son expertise judiciaire conformément aux missions qui lui sont confiées par son décret de création. 18

19 Ministère de l économie, des finances et de l industrie DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE, DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES En 2010, la Direction générale de la compétitivité, de l industrie et des services a participé aux travaux du comité plénier. Conformément aux dispositions du décret n du 31 janvier 2008 créant le groupe de travail national «amiante et fibres», cette direction interviendra en 2011 en tant que de besoin aux côtés des autres administrations et en appui de leurs actions dans le cadre de son champ de compétence. 19

20 Ministère de l économie, des finances et de l industrie DIRECTION GENERALE DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES La Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes est associée, en tant que de besoin, au groupe de travail national «Amiante et Fibres». Une des missions de la DGCCRF consiste à assurer la sécurité des consommateurs notamment au regard de la présence éventuelle d amiante dans des biens de consommation. La DGCCRF est le point de contact du réseau d alerte RAPEX de la Commission Européenne. Dès lors qu un État membre constate la commercialisation sur son marché national d un produit non alimentaire et destiné au consommateur final présentant un risque pour ce dernier, il en informe, via le réseau, la Commission Européenne et les autres États membres. En 2010, aucune notification n a été diffusée en ce qui concerne la découverte d amiante dans des produits de consommation. 20

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Synthèse des résultats et recommandations F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON

Plus en détail

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de prévention du risque d exposition à l

Plus en détail

Le Directeur de Cabinet, Michel CADOT

Le Directeur de Cabinet, Michel CADOT MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DE LA RURALITE Direction générale de l administration Sous-direction de la logistique et du patrimoine Bureau du patrimoine immobilier Adresse

Plus en détail

28/11/2012. Contexte. Amiante Identification - Prévention Actualité et perspectives. Plan. Effets sanitaires de l amiante

28/11/2012. Contexte. Amiante Identification - Prévention Actualité et perspectives. Plan. Effets sanitaires de l amiante 30 Novembre 2012 Anita Romero-Hariot ECT- INRS Paris Amiante - Actualité et perspectives Journée Santé-Travail Palais des congrès de La Grande Motte Amiante Plan Contexte Contexte réglementaire Perspectives

Plus en détail

Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4)

Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4) Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4) DOCUMENT DE REFERENCE Ce document présente le contexte relatif à l organisation des formations «amiante sous-section 4» : Les compétences

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE AMIANTE

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE AMIANTE REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE AMIANTE page 1/6 GENERALITES La personne physique candidate à la certification démontre qu elle possède les connaissances requises par des

Plus en détail

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES Fiche pratique DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE - ordonnance n 2005-655 du 8 juin 2005 : mise en place du dossier de diagnostic technique - décret n 2006-1114

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Section 2 : Exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Sous-section 1 : Immeubles construits avant le 1er janvier 1980 Article R1334-14 : Les articles de la présente sous-section

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Amiante : Formation répondant aux critères de compétence obligatoires dans le cadre de la certification (NF EN ISO 17024) D P E : Formation répondant

Plus en détail

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 3 2009 Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 08/12/2009 PREAMBULE : Cette note

Plus en détail

MGT 01 Doc00d Règles spécifiques de certification des Opérateurs en Diagnostic Immobilier

MGT 01 Doc00d Règles spécifiques de certification des Opérateurs en Diagnostic Immobilier Page 1 sur 34 REGLES SPECIFIQUES DE CERTIFICATION DES OPERATEURS EN DIAGNOSTIC IMMOBILIER HISTORIQUE DES MISES A JOUR : Révision n Date Nature de la modification 1 02.03.11 Création 2 01.12.11 Changement

Plus en détail

REFERENTIEL DE LA CERTIFICATION DE PERSONNE GP01 DIAGNOSTIC IMMOBILIER

REFERENTIEL DE LA CERTIFICATION DE PERSONNE GP01 DIAGNOSTIC IMMOBILIER Le présent document a pour objet de définir le processus de de compétences d une personne dans les diagnostics immobiliers. 0. Introduction est une société française filiale du groupe Holding, qui est

Plus en détail

Préambule. Précisions supplémentaires

Préambule. Précisions supplémentaires Préambule Les prescriptions de sécurité préconisées dans ces fiches ne concernent que les risques liés à la présence d amiante non friable. Elles visent uniquement les matériaux non dégradés dans lesquels

Plus en détail

LETTRE DE CONSULTATION

LETTRE DE CONSULTATION LETTRE DE CONSULTATION N 07_26 Le présent document est à retourner à l'adresse suivante : Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail 253 avenue du général Leclerc 94 701 Maisons-Alfort

Plus en détail

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER Où trouve-t-on de l amiante? Interdit en France depuis 1997, l'amiante est toujours présente dans les bâtiments construits avant cette date. Des dizaines de millions de mètres

Plus en détail

Questions-réponses : cas concrets d application de la réglementation

Questions-réponses : cas concrets d application de la réglementation Questions-réponses : cas concrets d application de la réglementation Cette rubrique est destinée à apporter des précisions sur les modalités d application de la section III du livre IV ème, titre I er,

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER OBJECTIFS Réaliser le dossier dans chaque domaine de diagnostique immobilier : amiante, plomb, diagnostic de performance énergétique, termites, gaz et installations intérieures électriques, mesurage des

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE

PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE Constats réalisés dans le cadre de la campagne de contrôle Les résultats de la campagne

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

I. Champ d application et définitions 3. Dispositions communes 3. II. Evaluation des risques 7. Dispositions communes 7

I. Champ d application et définitions 3. Dispositions communes 3. II. Evaluation des risques 7. Dispositions communes 7 QUESTIONS-REPONSES DECRET 2012-639 DU 4 MAI 2012 ARRETE DU 14 AOUT 2012 - ARRETE DU 14 DECEMBRE 2012 I. Champ d application et définitions 3 Dispositions communes 3 II. Evaluation des risques 7 Dispositions

Plus en détail

Lettre d information Socotec des diagnostiqueurs

Lettre d information Socotec des diagnostiqueurs Lettre d information Socotec des diagnostiqueurs Lettre d information n 1, Mars 2012 actualisée Avril 2012 Préambule Vous êtes diagnostiqueurs. Votre métier est en constante évolution avec une montée en

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État,

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État, Département du Val-de-Marne Charte départementale de partenariat sécurité routière entre l État, la Caisse Régionale d Assurance Maladie d Ile-de-France (CRAMIF) et la profession du transport routier de

Plus en détail

Repérage de matériaux et produits contenant de l amiante

Repérage de matériaux et produits contenant de l amiante JOURNEE DE RENCONTRE Conférence PROTEC du 6 octobre 2010 Repérage de matériaux et produits contenant de l amiante Intervenant : M. Daniel BISSON Cabinet CDB 15, rue Ernest Renan 92130 ISSY LES MOULINEAUX

Plus en détail

La certification des diagnostiqueurs immobiliers. Plomb Amiante Termites Gaz Performance énergétique

La certification des diagnostiqueurs immobiliers. Plomb Amiante Termites Gaz Performance énergétique La certification des diagnostiqueurs immobiliers Plomb Amiante Termites Gaz Performance énergétique Présentation Groupe AFNOR / DCL-CHCA / Mai 2006 Sommaire Contexte Ordonnance 2005-655 Décret relatif

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 INSTRUCTION GENERALE relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 SOMMAIRE 1 - La réglementation 3 2 - Principes généraux 2.1 Principes fondamentaux en matière d hygiène

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER Cursus complet théorique et pratique Durée : 6 semaines, soit 30 jours de formation : 210 heures Nature de la formation : théorique et pratique Horaires : de 09h00-12h00 / 13h00-17h00

Plus en détail

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA Modalités de candidature et de certification Niveau 1 Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA La certification d'expert méthode HACCP/SMSDA s adresse à des professionnels confirmés qui veulent

Plus en détail

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment)

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) FORMATION TECHNICIEN EN DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) Tél : 06 01 744 2 33 http:/ /www.

Plus en détail

Tableau d'information sur les diagnostics immobiliers publié le 7 août 2012 19:59 par Christophe RONCHETTI [ mis à jour : 21 sept.

Tableau d'information sur les diagnostics immobiliers publié le 7 août 2012 19:59 par Christophe RONCHETTI [ mis à jour : 21 sept. Tableau d'information sur les diagnostics immobiliers publié le 7 août 2012 19:59 par Christophe RONCHETTI [ mis à jour : 21 sept. 2012 14:45 ] 1 - Les diagnostics immobiliers obligatoires pour une vente

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Synthèse et recommandations. Collection Avis et Rapports

Synthèse et recommandations. Collection Avis et Rapports Repérage de l amiante, mesures d empoussièrement et révision du seuil de déclenchement des travaux de retrait ou de confinement de matériaux contenant de l amiante Synthèse et recommandations Collection

Plus en détail

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines :

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines : Diagnostic Gaz Application du diagnostic selon les domaines : Tuyauteries fixes Organe de coupure supplémentaire GPL en récipient Robinet de commande d appareil Les lyres GPL Volume, Ouvrant Ventilation

Plus en détail

PLAN SANTE SECURITE AU TRAVAIL DES EXPLOITANTS AGRICOLES DE LA REGION GUADELOUPE PERIODE : 2011-2015

PLAN SANTE SECURITE AU TRAVAIL DES EXPLOITANTS AGRICOLES DE LA REGION GUADELOUPE PERIODE : 2011-2015 PLAN SANTE SECURITE AU TRAVAIL DES EXPLOITANTS AGRICOLES DE LA REGION GUADELOUPE PERIODE : 2011-2015 PREAMBULE Le Plan Santé Sécurité au Travail (PSST) de la Mutualité Sociale Agricole (MSA) de la Guadeloupe

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relatif à l obligation d audit énergétique Yann MENAGER

Plus en détail

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE DIRECTION DEPARTEMENTALE INTERMINISTERIELLE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Siège : 22, Rue Borde - 13285 MARSEILLE CEDEX 08 Publipostage MARSEILLE, 03.04.2013 Téléphone :

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers 1 Préambule La HAS est une autorité administrative indépendante. Dans le cadre de ses missions 1, elle est amenée à conduire des expertises

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante. dans la gestion des bâtiments

Guide de prévention du risque amiante. dans la gestion des bâtiments Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments SOMMAIRE GESTION COURANTE DU BATIMENT... 5 Dossier technique amiante (DTA)... 5 Contenu du DTA et de la fiche récapitulative... 6 Mise

Plus en détail

Projet Annexe ENTRE :

Projet Annexe ENTRE : Projet Annexe CONVENTION D ADHESION AUX SECRETARIATS DU COMITE MEDICAL ET DE LA COMMISSION DE REFORME PLACES AUPRES DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES DEUX-SEVRES ENTRE : Monsieur

Plus en détail

Évolution réglementaire amiante, conséquences pour les gestionnaires immeubles

Évolution réglementaire amiante, conséquences pour les gestionnaires immeubles Évolution réglementaire amiante, conséquences pour les gestionnaires immeubles DIRECCTE Midi-Pyrénées 17 décembre 2012 Etat des connaissances Amiante est cancérogène Amiante est interdit depuis 1 er janvier

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE A LA CERTIFICATION «DIAGNOSTICS IMMOBILIERS» 1. Portée des certifications et arrêtés compétences applicables : Le candidat reconnait avoir pleinement pris connaissance : -

Plus en détail

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre?

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinée de la prévention AMIANTE Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinées de la prévention 2015 Programme Les conséquences pour la santé Quelques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Arrêté du 6 décembre 2013 relatif aux modalités de formation de la

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur levenok.com Architectes D.P.L.G. RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE des matériaux et produits contenant de l'amiante pour l'établissement du constat établi à l'occasion de la vente d'un immeuble bâti REFERENCES

Plus en détail

II. QUAND UN DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX DOIT-IL ÊTRE RÉALISÉ?

II. QUAND UN DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX DOIT-IL ÊTRE RÉALISÉ? REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement Service de toxicologie de l'environnement bâti Version 1 août 2013 DIRECTIVE DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX

Plus en détail

Les conférences INERIS

Les conférences INERIS Les conférences INERIS Forum Risques & Management Environnemental Forum B (Déchets) Forum Industrie Durable Forum Qualité de l Air Forum Biogaz L INERIS vous accueille sur son stand - Hall 3 /F223 Mardi

Plus en détail

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 L'amiante (asbeste) est à l origine une roche naturelle composée de minéraux fibreux. Pour ses nombreuses propriétés, dont la résistance

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Pollutec 2013 Atelier ATEE AUDIT ENERGETIQUE EN ENTREPRISE Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Laurent Cadiou DGEC/SCEE Bureau Économies

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS Diffusion contrôlée : - Membres du comité - Examinateurs - Référents techniques page 1/15 O/Préambule Les décisions de certification,

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

Marquage CE des Granulats

Marquage CE des Granulats REFERENTIEL SECTORIEL POUR LA Page 1 sur 11 MAÎTRISE DE LA PRODUCTION DES GRANULATS (Système d'attestation de conformité 2+) SOMMAIRE : Article 1 Objet et domaine d application Article 2 Intervenants dans

Plus en détail

Avancement du projet de création de l institut national de formation. Instance Nationale de Concertation 16 avril 2015

Avancement du projet de création de l institut national de formation. Instance Nationale de Concertation 16 avril 2015 Avancement du projet de création de l institut national de formation Instance Nationale de Concertation 16 avril 2015 2013-2014 2015 1 er janv. 2016 Etat des lieux Création de l institut Définition organisation

Plus en détail

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux 3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux (111) Cette section présente une liste d actions recommandées qui devraient être mises en place par le gouvernement central

Plus en détail

FORMATION DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS

FORMATION DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS FORMATION DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS Objectif global: Obtenir les fondamentaux du métier de diagnostiqueur immobilier. Vous apprendrez la réglementation liée à chaque diagnostic. En fin de cursus, vous

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION APPLICABLE AUX SEMENCES :

REFERENTIEL DE CERTIFICATION APPLICABLE AUX SEMENCES : REFERENTIEL DE CERTIFICATION APPLICABLE AUX SEMENCES : «Processus de maîtrise des risques d'émission des poussières issues de semences traitées avec des produits phytopharmaceutiques : Opérations industrielles»

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES DROITS DE L'HOMME

MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES DROITS DE L'HOMME MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES DROITS DE L'HOMME Décret n 2010-3152 du 1 er décembre 2010, portant organisation du ministère de la justice et des droits de l'homme. Le Président de la République, Sur proposition

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE Paris, le 23 avril 2003 ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques pour le

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE CREP CERTIFICATION SANS MENTION

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE CREP CERTIFICATION SANS MENTION REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE CREP CERTIFICATION SANS MENTION page 1/6 GENERALITES La personne physique candidate à la certification CREP démontre qu elle possède les connaissances

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Arrêté du 25 juin 2015 relatif à l agrément d expert en matière de géothermie de minime importance

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Portant organisation et fonctionnement des unités administratives territoriales.

Portant organisation et fonctionnement des unités administratives territoriales. DÉCRET n 1394/PR-MI du 28 décembre 1977 Portant organisation et fonctionnement des unités administratives territoriales. TITRE Ier DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article premier. L'Administration de la Republier

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI REGLEMENT INTERIEUR Document GEN REF 02 Révision 04- juin 2012 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET... 3 ARTICLE 2 MEMBRES DE L ASSOCIATION... 3 ARTICLE 3 - ASSEMBLEE GENERALE... 3 ARTICLE 4 - ADMINISTRATEURS...

Plus en détail

Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat

Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat Dans certains domaines de politiques publiques, qui exigent

Plus en détail

Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée

Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée DOSSIER DE PRESSE Mercredi 12 décembre 2012 1- Communiqué de presse

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DE LA REFORME DE L'ETAT ET DE LA SIMPLIFICATION

Plus en détail

MATÉRIAUX AMIANTÉS. Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves :

MATÉRIAUX AMIANTÉS. Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves : MÉMO SANTÉ Chef d entreprise artisanale SERRURIERS MÉTALLIERS MATÉRIAUX AMIANTÉS Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves : Cancer

Plus en détail

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURER EN CONTINU TOUTES VOS CONSOMMATIONS D ÉNERGIE ET DE FLUIDES POUR PERMETTRE UNE OPTIMISATION DE VOS PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES Instrumenter vos immeubles à

Plus en détail

Plan de maîtrise des risques de la branche Retraite Présentation générale

Plan de maîtrise des risques de la branche Retraite Présentation générale DIRECTION DELEGUEE DIRECTION FINANCIERE ET COMPTABLE YC/PR/MS Le 18 novembre 2011 Plan de maîtrise des risques de la branche Retraite Présentation générale Le plan de maîtrise des risques de la Branche

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

DA - PP DIAGNOSTIC AMIANTE - PARTIES PRIVATIVES

DA - PP DIAGNOSTIC AMIANTE - PARTIES PRIVATIVES ETABLI EN REFERENCE A LA NORME NFX 46020 Décret n 2011-629 du 3 juin 2011 article R.1334-29-4 du code de la santé publique DA - PP DIAGNOSTIC AMIANTE - PARTIES PRIVATIVES La présente mission consiste à

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001.

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001. MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001. Public : Objectif : Direction Membres du comité de direction - Responsable de service Responsables qualité Ensemble du personnel

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

MASTER 2 MENTION DROIT DU PATRIMOINE, PARCOURS DROIT IMMOBILIER

MASTER 2 MENTION DROIT DU PATRIMOINE, PARCOURS DROIT IMMOBILIER MASTER 2 MENTION DROIT DU PATRIMOINE, PARCOURS DROIT IMMOBILIER RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Mention : DROIT PRIVÉ, SCIENCES CRIMINELLES

Plus en détail

Le diplôme universitaire de musicien intervenant. Le certificat d'aptitude aux fonctions de professeur de musique

Le diplôme universitaire de musicien intervenant. Le certificat d'aptitude aux fonctions de professeur de musique Sommaire Qu'est-ce que la VAE? Le diplôme d État de professeur de musique Le diplôme universitaire de musicien intervenant Le certificat d'aptitude aux fonctions de professeur de musique Les textes de

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A LA PREVENTION DE LA PENIBILITE AU TRAVAIL A L'UGECAM NORD - PAS-DE-CALAIS - PICARDIE

PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A LA PREVENTION DE LA PENIBILITE AU TRAVAIL A L'UGECAM NORD - PAS-DE-CALAIS - PICARDIE n^ GROUPE NORD PAS-DE-CALAIS PICARDIE OÛGËCÂM Soigner, rééduquer, réinsérer : la santé sans préjugés PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A LA PREVENTION DE LA PENIBILITE AU TRAVAIL A L'UGECAM NORD - PAS-DE-CALAIS

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Projet d'engagements de Henkel dans le cadre d'une procédure de non-contestation de griefs dans les affaires n 06/OOOlF et 06/0042F

Projet d'engagements de Henkel dans le cadre d'une procédure de non-contestation de griefs dans les affaires n 06/OOOlF et 06/0042F 3 Projet du 2l août 20 13 Projet d'engagements de Henkel dans le cadre d'une procédure de non-contestation de griefs dans les affaires n 06/OOOlF et 06/0042F Au cours de l'année 2008 et à la suite des

Plus en détail

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2);

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2); Décret exécutif n 2006-223 du 25 Joumada El Oula 1427 correspondant au 21 juin 2006 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l'organisme de prévention des risques professionnels

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

Réguler les jeux d'argent : Le rôle de l'autorité Bruxelles le 12 octobre 2010. Intervention de M. Jean-François VILOTTE, Président de l ARJEL

Réguler les jeux d'argent : Le rôle de l'autorité Bruxelles le 12 octobre 2010. Intervention de M. Jean-François VILOTTE, Président de l ARJEL Réguler les jeux d'argent : Le rôle de l'autorité Bruxelles le 12 octobre 2010 Intervention de M. Jean-François VILOTTE, Président de l ARJEL SOMMAIRE la loi n 2010-476 du 12 mai 2010 la régulation, point

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Arrêté du 9 octobre 2013 relatif aux conditions d exercice de l activité d utilisateur professionnel

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014 Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Sommaire Domaine Sécurité et sanitaire Mise en sécurité des

Plus en détail