Résultats du Forum de l investissement d Allianz Global Investors

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résultats du Forum de l investissement d Allianz Global Investors"

Transcription

1 Forum de l'investissement Résultats du Forum de l investissement d Allianz Global Investors Comprendre. Agir. À l occasion de notre dernier Forum semi-annuel de l investissement, les experts d Allianz Global Investors ont souhaité remettre en question les hypothèses de base qui sous-tendent les recommandations stratégiques faites à nos clients. Suite aux débats, aucun changement n a été apporté à leurs principales conclusions. 6

2 UPDATE III/2015 FORUM DE L'INVESTISSEMENT 7

3 1 2 PHOTO 1: Andreas Utermann, CIO Monde d'allianz Global Investors PHOTO 2: Ambiance lors de la conférence 8

4 UPDATE III/2015 FORUM DE L'INVESTISSEMENT 01 RÉSULTATS DU FORUM DE L INVESTISSEMENT COMPRENDRE AGIR La répression financière est toujours à l'œuvre. Le contexte mondial restera durablement marqué par des politiques de faiblesse des taux d intérêt. La croissance économique sera moins robuste et potentiellement plus irrégulière. Les niveaux d endettement resteront élevés à travers le monde et orientés à la hausse. Le contexte politique mondial est hautement instable. Le risque politique s est accru en Europe et au Moyen-Orient. Les faibles bêta actuels n offrent pas de perspective de rendement sur les marchés obligataires et actions. Les stratégies basées sur les flux de revenus fonctionnent également dans un environnement de répression financière. Il est essentiel de prendre un minimum de risques pour espérer générer de la performance. La préservation du pouvoir d achat est essentielle. La quête de rendement des investisseurs perdure. La transition en cours au sein de l économie chinoise laisse présager d une croissance moins soutenue. Le processus de désendettement tarde à se matérialiser, tandis que la surcapacité a un effet déflationniste. La politique reste une source d incertitude. La réglementation se durcit. Les investisseurs devront faire face à une incertitude et une volatilité accrue sur les marchés. L alpha occupe une place plus importante que jamais dans la génération de performance. Les dividendes contribuent de manière plus significative à la génération de performance. Les investisseurs doivent s appuyer sur des stratégies actives pour faire face à la volatilité qui touche l ensemble des classes d actifs. Analyse de l économie mondiale et durée anticipée de la répression financière La politique monétaire restera favorable à la croissance. En Europe et au Japon, les banques centrales poursuivent des programmes agressifs d assouplissement quantitatif. Exception faite de la Réserve fédérale américaine et de la Banque d Angleterre, les principales banques centrales mondiales réduisent actuellement leurs taux directeurs dans l espoir de relancer la croissance de leur économie locale. En réponse à l évolution des politiques monétaires, les marchés des changes font face à une volatilité accrue, suite notamment à la décision de la banque centrale suisse, en janvier 2015, de renoncer à l ancrage de taux du franc suisse sur l euro. Les investisseurs sont désormais hantés par la perspective de dévaluations, aussi bien volontaires qu involontaires, sur les marchés des changes développés et émergents. Ces incertitudes et la volatilité accrue ont été alimentées par l évolution de la politique monétaire de la Chine, qui s est traduite dans la pratique par une dévaluation de fait du renminbi. Cette décision a été interprétée à tort par de nombreux acteurs de marché comme une dévaluation intentionnelle de la devise chinoise. La faiblesse persistante des coûts de financement a alimenté une hausse généralisée des niveaux d endettement, en particulier des gouvernements et des entreprises du monde émergent. En conséquence, le poids mondial de la dette s est accru de milliards USD depuis le point haut de 2008, au moment de l éclatement de la crise financière. Le niveau d endettement ainsi atteint et l absence généralisée de désendettement laissent penser, selon nous, que la croissance s établira nettement en-deçà de sa moyenne historique et sera exposée à une volatilité plus soutenue. Les déséquilibres mondiaux se sont quelque peu résorbés, mais n ont pas pour autant intégralement disparu. Une analyse plus approfondie révèle que les excédents de compte 9

5 1 2 PHOTO 1: Synthèse par Andreas Utermann PHOTO 2: Débats du Comité de politique mondial (Global Policy Committee) courant s expliquent davantage par le recul des importations que par la hausse des exportations. En outre, d importants excédents de capital sont également visibles en Europe, alimentés par des politiques budgétaires plus restrictives. En Chine, et par ailleurs dans le monde émergent, d importants programmes d investissement se poursuivent, tandis qu au sein des économies plus matures on observe une importante baisse des dépenses d investissement, tant de la part des gouvernements que des entreprises. En conséquence, les efforts réalisés au travers des politiques monétaires et budgétaires pour tenter de raviver la croissance dans le monde développé n ont guère porté leurs fruits. Dans un environnement marqué par un recul de la croissance nominale moyenne, malgré la correction des cours des matières premières, un ralentissement de la productivité est également relevé face au développement de nouvelles technologies et services de plus en plus évolutifs et mobiles. Les nouveaux investissements, en forte baisse dans le secteur des ressources naturelles, représentent plus de 60% de l ensemble des investissements mondiaux. Les violents mouvements observés sur les marchés des changes et les dévaluations à répétition des devises traduisent une absence de coordination internationale. Ce constat ravive l inquiétude des investisseurs qui craignent une guerre commerciale et des changes imminente, en vertu de laquelle chaque économie chercherait à relancer sa croissance au détriment des autres, au lieu de puiser dans les comptes courants excédentaires de leurs partenaires commerciaux. En tout état de cause, ces politiques ne contribuent guère à relancer la croissance mondiale, et encore moins à un rythme comparable à ceux qui prévalaient lors des précédentes phases de reprise. 10

6 UPDATE III/2015 FORUM DE L'INVESTISSEMENT «Quelle que soit la classe d actifs, nous devons expliquer à nos clients que la réalisation de leurs objectifs d investissement passe nécessairement par une prise de risque accrue. Dans un contexte marqué par une croissance économique atone, des taux d intérêt très faibles, des incertitudes politiques significatives et une forte volatilité des devises, notre scénario d une période prolongée de répression financière semble plus que jamais se vérifier. Chez Allianz Global Investors, nous sommes convaincus que dans un environnement tel que celui-ci, une approche active de la sélection de titres et de l allocation d actifs peut permettre de générer des performances que les stratégies fondées exclusivement sur le bêta de marché ne peuvent plus espérer atteindre. Les dividendes et les intérêts perçus sur certains investissements attrayants en actions et en obligations offrent aux investisseurs une source relativement stable de revenus. Il en va de même pour certains actifs moins liquides et décorrélés, tels que les infrastructures et d autres expositions de long terme. En outre, le durcissement du cadre réglementaire complique encore davantage la quête de rendement des investisseurs. Dans un tel contexte, AllianzGI reste plus que jamais engagé à développer une gamme de solutions d investissement permettant de répondre aux attentes évolutives de nos clients.» Andreas Utermann, CIO Monde Allianz Global Investors 11

7 Les investisseurs du monde de l assurance et de la retraite restent confrontés à la problématique du financement de leurs obligations de paiement. Toute la question est de savoir si un tel objectif peut être atteint via une approche attentiste, via une hausse de leurs réserves de trésorerie, via l élargissement stratégique de leurs allocations d actifs ou via une prise de risque massive dans le cadre d une approche plus dynamique. À cet effet, AllianzGI propose deux solutions conçues pour les gestionnaires de régimes à prestations définies ou de régimes à contributions définies. Ces solutions permettent aux clients d optimiser l équilibre entre leurs sources de revenus et leurs risques de financement. En ce qui concerne les compagnies d assurance, la difficulté tient au fait que leurs revenus sont contraints à un double niveau : le cadre réglementaire de Solvency II et la faiblesse actuelle des taux d intérêt. En conséquence, AllianzGI recommande à ses clients de réduire leur exposition aux secteurs les plus consommateurs de capital, au profit d une exposition plus diversifiée à des sources de rendement affichant une moindre intensité capitalistique. Les compagnies d assurance ont d ores et déjà commencé à rechercher des sources d investissement suffisamment rémunératrices. À cet effet, elles ont accepté de s exposer à des investissements plus risqués et moins liquides, malgré une offre limitée d investissements offrant un profil de rendement proche de celui des infrastructures. Le durcissement du cadre réglementaire a un impact de plus en plus pro-cyclique et se traduit par un comportement grégaire plus marqué des investisseurs sur certaines classes d actifs, ce qui est également caractéristique d un environnement de répression financière. Les investisseurs ont tout intérêt à privilégier une exposition à des marchés de l assurance en plein essor, en Asie en particulier, et aux entreprises qui font preuve d innovation au travers de nouvelles gammes de produits. La gestion du risque avec une attention particulière à la liquidité La dernière édition du RiskMonitor (le sondage annuel des investisseurs institutionnels mené par AllianzGI) a permis de lever le voile sur les principales inquiétudes des investisseurs dans le contexte de marché actuel. La plupart d entre eux sont de plus en plus préoccupés par la hausse des risques géopolitiques et la formation des bulles d actifs. À ces craintes vient s ajouter la conviction que le système financier regorge d argent en quête de support d investissement. Cette crainte taraude tout particulièrement les investisseurs en Asie. Cependant, les inquiétudes entourant un éventuel assèchement de la liquidité (comme cela avait été le cas en 2009 et 2010) sont moins marquées. D une manière générale, les investisseurs ne considèrent pas comme réellement problématique la question de la génération de rendements suffisants à l avenir. De nombreux risques ont démontré une étroite corrélation avec la performance des marchés. Par exemple, la prise de risque augmente avec la hausse des performances de marché, et inversement. Cette relation naturelle est à replacer dans le contexte d un cadre réglementaire de plus en plus pro-cyclique et d une mutation en profondeur de la structure du marché, initiés dans le sillage des événements de marché de 2008 et de Cependant, face à cette évolution de l environnement de marché et aux flux d investissement accrus dans les fonds indiciels et les ETF, la question se pose désormais de savoir, dans de nombreuses classes d actifs, qui sera le «fournisseur de liquidité en dernier ressort». Évaluations du Comité de politique mondial Au cours du Forum de l investissement, le Comité de politique mondial (le Global Policy Council ou GPC), qui regroupe notre Directeur des investissements (CIO) ainsi que l ensemble des économistes d Allianz Global Investors, a débattu sur un large éventail de sujets. Les perspectives économiques de la Chine et d autres pays émergents ont particulièrement retenu l attention des membres de l équipe. Le GPC s est plus spécifiquement intéressé aux perspectives d évolution du pétrole et d autres matières premières, une problématique de taille pour de nombreux pays émergents. Le GPC est arrivé à la conclusion que les perspectives de l économie mondiale restent encourageantes. Cependant, la plupart des marchés sont actuellement pénalisés par des flux de sortie ainsi que par les incertitudes entourant l impact de l évolution de la politique monétaire américaine sur l appétit des investisseurs pour le risque. Les valorisations des actions restent plus favorables en Europe qu aux États-Unis ou au Japon. Certes, les valorisations des actions émergentes sont devenues également plus intéressantes, mais pas encore dans une mesure suffisante pour justifier un repositionnement. Suite aux récents développements au sein du monde émergent, le GPC revoit actuellement sa position en faveur de la dette émergente et suivra, à cet égard, l évolution de la situation au quatrième trimestre 2015 de très près. Les obligations souveraines sont, dans l ensemble, considérées comme peu attrayantes. 12

8 UPDATE III/2015 FORUM DE L'INVESTISSEMENT PHOTO 1: Table ronde sur le RiskMonitor mondial PHOTO 2: Franck Dixmier, CIO gestion obligataire Europe, sur la question des dévaluations compétitives PHOTO 3: Stefan Hofrichter, Responsable Monde du département Économie et stratégie, discute des déséquilibres mondiaux Andreas Utermann est CIO Monde et co-président du Directoire d Allianz Global Investors. Il a rejoint Allianz GI et son Comité exécutif en 2002, en qualité de CIO Monde gestion actions, et il a occupé, jusqu à fin 2011, le poste de CIO Monde et co-responsable de RCM, la plateforme de gestion actions d Allianz Global Investors. Avant de rejoindre Allianz GI, Andreas Utermann a travaillé pendant 12 ans chez Merrill Lynch Investment Managers (anciennement Mercury Asset Management) à Londres, en qualité de responsable Monde et CIO gestion actions. Auparavant, il a travaillé pendant deux ans chez Deutsche Bank AG. Il a occupé plusieurs postes non exécutifs au sein de différents comités professionnels, notamment le Comité CFASociety of England, le Conseil de l AMIC de l ICMA ainsi que le Comité consultatif de l Association allemande des professionnels del investissement (DVFA). Il est diplômé en sciences économiques de la London School of Economics (BSc) ainsi que de l Université Catholique de Leuven. Il est également membre de l Institute of Investment Management and Research. 13

Perspectives 2016 : de la volatilité à l horizon!

Perspectives 2016 : de la volatilité à l horizon! Perspectives 2016 : de la volatilité à l horizon! 27 novembre 2015 Comprendre : Synthèse L année 2016 ne devrait pas différer significativement de l année 2015 en termes d opportunités et de risques. La

Plus en détail

www.medirectbank.be Rapport trimestriel Gestion de patrimoine All content 2016 MeDirect Plus d infos sur www.medirectbank.be Janvier Mars 2016

www.medirectbank.be Rapport trimestriel Gestion de patrimoine All content 2016 MeDirect Plus d infos sur www.medirectbank.be Janvier Mars 2016 www.medirectbank.be Rapport trimestriel Gestion de patrimoine Janvier Mars 2016 All content 2016 MeDirect Plus d infos sur www.medirectbank.be Dans le 1er trimestre volatil de 2016, la Gestion de Patrimoine

Plus en détail

Pour relier création de valeur et développement durable

Pour relier création de valeur et développement durable Investissement Socialement Responsable Pour relier création de valeur et développement durable BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS La performance financière

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2015

RESULTATS ANNUELS 2015 Paris, le 15 mars 2016, 8h00 RESULTATS ANNUELS 2015 Résultat net part du groupe en nette progression à 5,4 M Impact significatif des acquisitions récentes (Immeubles de Gentilly et de Levallois) Poursuite

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Février 2009 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

LOCATION AUTOMOBILE À COURT TERME

LOCATION AUTOMOBILE À COURT TERME LOCATION AUTOMOBILE À COURT TERME 32 D IETEREN - RAPPORT ANNUEL 2006 AVIS EUROPE plc PLUS DE 3.600 STATIONS EN EUROPE, EN AFRIQUE, AU MOYEN-ORIENT ET EN ASIE, AU SERVICE DE PLUS DE 5 MILLIONS DE CLIENTS

Plus en détail

2011-2012 Perspectives économiques

2011-2012 Perspectives économiques 2011-2012 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

La déflation est-elle tapie dans l ombre de la désinflation? Perspectives inflationnistes sur les deux prochaines années

La déflation est-elle tapie dans l ombre de la désinflation? Perspectives inflationnistes sur les deux prochaines années 6 Perspectives Update I/2014 La déflation est-elle tapie dans l ombre de la désinflation? Perspectives inflationnistes sur les deux prochaines années En Europe et aux États-Unis, l inflation recule depuis

Plus en détail

Résultats 2015 - Perspectives 2016

Résultats 2015 - Perspectives 2016 Résultats 2015 - Perspectives 2016 1. 2015 : année de la reprise 2015 est l année de la reprise pour le marché du meuble après trois exercices de recul consécutifs (-3,0% en 2012, -2,9% en 2013 et -1,5%

Plus en détail

BILLET ÉCONOMIQUE. Perspectives économiques mondiales pour 2016

BILLET ÉCONOMIQUE. Perspectives économiques mondiales pour 2016 BILLET ÉCONOMIQUE janvier 2016 Perspectives économiques mondiales pour 2016 Les principaux moteurs de l économie mondiale en 2015 continueront de modeler le contexte macroéconomique en 2016 et ultérieurement.

Plus en détail

Assises Nationales du financement du long terme Perspectives européennes. 17 novembre 2011. Intervention de Jacques de Larosière

Assises Nationales du financement du long terme Perspectives européennes. 17 novembre 2011. Intervention de Jacques de Larosière Assises Nationales du financement du long terme Perspectives européennes 17 novembre 2011 Intervention de Jacques de Larosière Comme chacun sait, l enfer est pavé de bonnes intentions. La crise que nous

Plus en détail

Travaux dirigés n 3. 2. L évolution de la demande observée est donnée dans le tableau suivant :

Travaux dirigés n 3. 2. L évolution de la demande observée est donnée dans le tableau suivant : Travaux dirigés n 3 Sur$l investissement$$ Exercice'1' ' 1.Rappelerleprincipedel accélérateur.surquelleshypothèsesrepose9t9il? ' Document'en'annexe' 2.Quelssontlesdeuxfluxquiinfluencentlevolumeducapital?

Plus en détail

40% Actions 60% ÉQUILIBRE 30% 50 Taux Actions 70% 100% DYNAMIQUE

40% Actions 60% ÉQUILIBRE 30% 50 Taux Actions 70% 100% DYNAMIQUE DNCA FINANCE Himalia Gestion Pilotée Profil Équilibre Ce profil est destiné aux souscripteurs qui veulent profiter de la hausse des marchés financiers tout en ayant une prise de risque maîtrisée. Ce profil

Plus en détail

Analyses Économiques 2 - Juin 2003

Analyses Économiques 2 - Juin 2003 DP N Analyses Économiques 2 - Juin 2003 Le faible contenu en actions de l'épargne des ménages français pèse sur son rendement :une comparaison avec les Etats-Unis. 1 A définitions équivalentes, les ménages

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION DU FONDS AG Protect+ Global Megatrends 90

REGLEMENT DE GESTION DU FONDS AG Protect+ Global Megatrends 90 REGLEMENT DE GESTION DU FONDS Valable au 11/04/2016 Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Ce règlement de gestion est applicable au fonds lié aux assurances-vie

Plus en détail

Le Point. sur la situation économique et financière du québec

Le Point. sur la situation économique et financière du québec Le Point sur la situation économique et financière du québec Printemps 2013 Ce document est imprimé sur du papier entièrement recyclé, fabriqué au Québec, contenant 100 % de fibres postconsommation et

Plus en détail

Prévisions conjoncturelles 2007/2008

Prévisions conjoncturelles 2007/2008 Croisé automne 2006 Prévisions conjoncturelles 2007/2008 www.kof.ethz.ch Situation économique en Suisse Situation économique en Suisse Conjoncture favorable et croissance soutenue Progression dynamique

Plus en détail

L investissement en infrastructures dans le secteur des énergies renouvelables

L investissement en infrastructures dans le secteur des énergies renouvelables Infrastructures L investissement en infrastructures dans le secteur des énergies renouvelables D ici 10 ans, près de la moitié de l électricité mondiale devrait être produite à partir de sources d énergies

Plus en détail

BILAN DU MOIS D AVRIL 2016

BILAN DU MOIS D AVRIL 2016 NEWSLETTER N 72 R MAI 2016 SGI 021 / 2005 CREPMF MEMBRE DE LA BOURSE REGIONALE DES VALEURS MOBILIERES DE L UEMOA LES ECHOS DE LA BOURSE BILAN DU MOIS D AVRIL 2016 La BRVM poursuit sa hausse DANS CE NUMERO

Plus en détail

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré FICHE PAYS ESPAGNE : UNE BATAILLE PERDUE D AVANCE? Département analyse et prévision L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré tous les efforts en termes de finances publiques et de réformes

Plus en détail

Il faut malgré la crise européenne de la dette préférer les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat

Il faut malgré la crise européenne de la dette préférer les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

La prise de risque maitrisée

La prise de risque maitrisée La prise de risque maitrisée 6 Update III/2013 Investir via une prise de risque maitrisée dans un contexte de répression financière La faiblesse actuelle des taux d intérêt contraint les investisseurs

Plus en détail

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer LibERté Et performance pour une REtRaitE sur-mesure Galya Retraite Entreprise/Madelin Assuré d avancer Galya Retraite, c est : une offre commune pour le dirigeant et ses salariés ; un supplément de retraite

Plus en détail

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent 1 - Une diminution de l épargne pour la première fois depuis 6 ans Si on neutralise les effets de la suppression des contingents communaux

Plus en détail

Contexte de marché au 31 mars 2010

Contexte de marché au 31 mars 2010 DeriveXperts Spécialiste de la valorisation indépendante des produits structurés Contexte de marché au 31 mars 2010 La reprise des marchés engagée au cours de l année 2009 s est poursuivie au premier trimestre

Plus en détail

Nota Autocancelable Protección Eurostoxx

Nota Autocancelable Protección Eurostoxx Nota Autocancelable Protección Eurostoxx Investir sur les marchés actions européens représente une bonne alternative en ce moment 1 Investissez dans l un des principaux indices boursiers européens : l

Plus en détail

L impératif de compétitivité du Canada : investir dans les gains de productivité

L impératif de compétitivité du Canada : investir dans les gains de productivité Discours prononcé par Tiff Macklem premier sous-gouverneur de la Banque du Canada devant Productivity Alberta Calgary (Alberta) le 2 février 2011 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI L impératif de compétitivité

Plus en détail

Fonds mondial équilibré Mackenzie Ivy Série A

Fonds mondial équilibré Mackenzie Ivy Série A Fonds mondial équilibré Mackenzie Ivy Série A Mackenzie COMMENTAIRE 4T-2015 Sommaire du rendement Durant le quatrième trimestre 2015, le fonds a affiché un rendement de 4,5 % contre 7,7 % pour son indice

Plus en détail

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 16,6 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs Industrie La production industrielle a légèrement fléchi en avril. Les commandes ont été nourries par le secteur des matériels

Plus en détail

Evaluation des finances publiques

Evaluation des finances publiques Evaluation des finances publiques à l occasion du projet de budget pour 2016 et du projet de loi de programmation financière pluriannuelle pour la période 2015-2019 Novembre 2015 Structure de l évaluation

Plus en détail

La planche à billet américaine

La planche à billet américaine ŒKONOMIA Analyse du 5 novembre 2010 La planche à billet américaine La naissance du QE Christophe Brochard Conseil en investissements financiers agréé Conseil en gestion de patrimoine certifié CGPC 14 rue

Plus en détail

Au cours des neuf premiers mois de 2014, SCOR enregistre un résultat net de EUR 377 millions, en hausse de 25 %

Au cours des neuf premiers mois de 2014, SCOR enregistre un résultat net de EUR 377 millions, en hausse de 25 % (p.1/10) Au cours des neuf premiers, SCOR enregistre un résultat net de EUR 377 millions, en hausse de 25 % Au cours des neuf premiers, SCOR enregistre de bons résultats financiers ainsi que de solides

Plus en détail

Épargne et Patrimoine des ménages*

Épargne et Patrimoine des ménages* Épargne et Patrimoine des ménages* 4 ème trimestre 16 et 1 er trimestre 17 Mise à jour le 17//17 Contact : sesof@banque-france.fr Épargne et patrimoine des ménages en 16 Placements financiers en 16 + 11,7

Plus en détail

Informations financières

Informations financières Informations financières Chiffre d affaires de 5,4 Mds au T1 2012, en hausse de 9,4% organique de +0,4% Trimestre solide pour l Amérique du Nord et le Reste du Monde Tendances contrastées en Asie-Pacifique

Plus en détail

La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015)

La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015) La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015) PRÉSENTATION Le programme de stabilité transmis par la France à la Commission européenne en avril 2014 prévoyait de ramener le déficit

Plus en détail

L EMPLOI. Le système d emploi traditionnel. Surmonter les obstacles de l avenir

L EMPLOI. Le système d emploi traditionnel. Surmonter les obstacles de l avenir Web Japan http://web-japan.org/ L EMPLOI Surmonter les obstacles de l avenir Quartier des affaires du centre ville (Crédit photo : AFLO) Le système d emploi japonais a joué un rôle essentiel dans la forte

Plus en détail

GE Capital. Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada. Principaux événements

GE Capital. Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada. Principaux événements mai-11 sept.-11 mai-12 sept.-12 mai-13 sept.-13 mai-14 sept.-14 PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux événements Les ventes d habitations au

Plus en détail

ACTIFS RÉELS 5 ans ,5 % Rendement annualisé 17,4 G$ Résultats de placement nets

ACTIFS RÉELS 5 ans ,5 % Rendement annualisé 17,4 G$ Résultats de placement nets FAITS SAILLANTS Actifs réels ACTIFS RÉELS 5 ans 2016 46,4 G$ Actif net au 31 décembre 2016 11,5 % annualisé 17,4 G$ 10,6 % 4,4 G$ 2 portefeuilles Immeubles Infrastructures Avantages Profil rendement-risque

Plus en détail

AVENIR DYNAMIQUE MAÎTRE)

AVENIR DYNAMIQUE MAÎTRE) E MULTITALENTS A (ex UFF AVENIR DYNAMIQUE) (ex UFF AVENIR DYNAMIQUE MAÎTRE) (ex UFF AVENIR FRANCE MAÎTRE) Fonds Commun de Placement Rapport de gestion Exercice clos le 30 septembre 2013 SOCIÉTÉ DE GESTION

Plus en détail

Les entreprises moyennes cotées en bourse : de bonnes performances en 2011 mais moins favorables en 2012

Les entreprises moyennes cotées en bourse : de bonnes performances en 2011 mais moins favorables en 2012 Les entreprises moyennes cotées en bourse : de bonnes performances en 211 mais moins favorables en 212 Jean Luc CAYSSIALS Direction des Entreprises Observatoire des entreprises L analyse porte sur la situation

Plus en détail

BONDPARTNERS S.A. COMMUNIQUE DE PRESSE ET ANNONCE AUX AGENCES D INFORMATION (No 108)

BONDPARTNERS S.A. COMMUNIQUE DE PRESSE ET ANNONCE AUX AGENCES D INFORMATION (No 108) BONDPARTNERS S.A. Avenue de l Elysée 22-24 Case postale / CH-1001 Lausanne Tél. 021 613 43 43 / fax: 021 617 97 15 Web: wwwbpl-bondpartners.ch Lausanne, le 13 mars 2014 CP/HP/c-presse.doc/cp COMMUNIQUE

Plus en détail

ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON

ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON RAPPORT DE GESTION SUR LES OPERATIONS DE L'EXERCICE CLOS

Plus en détail

Un premier semestre 2013 de mutation au service de la transformation et de la performance du Groupe

Un premier semestre 2013 de mutation au service de la transformation et de la performance du Groupe Communiqué de Presse Information semestrielle 28 août 2013 Un premier semestre 2013 de mutation au service de la transformation et de la performance du Groupe Chiffre d affaires : 2 694 M (+1,8% à pcc

Plus en détail

Informations financières

Informations financières Informations financières forte au T1 à +7,8% avec un CA de 6Mds proche de la stabilité hors Buildings & Partner en croissance, Industry quasi-stable hors Infrastructure se stabilise, l activité IT est

Plus en détail

Vers l union de stabilité L état de la zone euro

Vers l union de stabilité L état de la zone euro Des chiffres et des faits 06.09.2013 Vers l union de stabilité L état de la zone euro L euro : une monnaie stable Grâce à notre monnaie unique, les prix sont moins sujets à des fluctuations qu à l époque

Plus en détail

Réponse de la BNP-Paribas, reçue le 12 décembre 2014

Réponse de la BNP-Paribas, reçue le 12 décembre 2014 Réponse de la BNP-Paribas, reçue le 12 décembre 2014 1/ Où va l argent que vos clients déposent sur leurs comptes à la BNP? Est-il possible qu une partie de ces fonds soient utilisés pour effectuer des

Plus en détail

Forte tendance à la hausse du trafic passagers

Forte tendance à la hausse du trafic passagers COMMUNIQUÉ N o : 42 Forte tendance à la hausse du trafic passagers 3 juillet 2013 (Sydney) L Association du transport aérien international (IATA) a dévoilé ses statistiques sur le transport aérien mondial

Plus en détail

Assemblée Générale du 3 mai 2016. Questions écrites posées au Conseil d administration

Assemblée Générale du 3 mai 2016. Questions écrites posées au Conseil d administration Assemblée Générale du 3 mai 2016 Questions écrites posées au Conseil d administration Pour mémoire, les questions écrites, pour être recevables, doivent être adressées au Président-Directeur Général et

Plus en détail

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Thierry Debeneix Epargne salariale, Epargne retraite et Fonds supplémentaires

Plus en détail

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie Août 2011 FC 140/10 F COMITÉ FINANCIER Cent quarantième session Rome, 10-14 octobre 2011 Dotation en effectifs des services de trésorerie Pour toute question concernant le contenu de ce document, veuillez

Plus en détail

Chiffre d affaires de 2 648 millions d euros +4% par rapport à 2008

Chiffre d affaires de 2 648 millions d euros +4% par rapport à 2008 Bureau Veritas annonce pour l exercice 2009, un chiffre d affaires de 2,6 milliards d euros et une estimation de résultat opérationnel ajusté en forte croissance de 2 648 millions d euros +4% par rapport

Plus en détail

TELLUS AVENIR. Assurance. Une croissance qui défie le temps. Membre d

TELLUS AVENIR. Assurance. Une croissance qui défie le temps. Membre d TELLUS AVENIR Assurance Une croissance qui défie le temps. Membre d Particuliers Patrimoine Tellus Avenir : le temps vous donnera raison Tellus Avenir est un produit idéal pour vous permettre à la fois

Plus en détail

2. SITUATION FINANCIERE DES AGENTS NON FINANCIERS

2. SITUATION FINANCIERE DES AGENTS NON FINANCIERS 2. SITUATION FINANCIERE DES AGENTS NON FINANCIERS L analyse des agents non financiers, comprenant les ménages et les entreprises non financières, revêt indispensable dans l évaluation de la stabilité financière,

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION DU GROUPE CONSOLIDE ADVITAM PARTICIPATIONS A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 09 DECEMBRE 2014

RAPPORT DE GESTION DU GROUPE CONSOLIDE ADVITAM PARTICIPATIONS A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 09 DECEMBRE 2014 ADVITAM PARTICIPATIONS Société Anonyme au capital de 32 180 160 euros Siège social : 1, rue Marcel Leblanc 62223 ST LAURENT BLANGY 347.501.413 RCS ARRAS RAPPORT DE GESTION DU GROUPE CONSOLIDE ADVITAM PARTICIPATIONS

Plus en détail

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT Infos financières Juin 2014 Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Selon les perspectives de l économie mondiale publiées par le Fonds Monétaire

Plus en détail

Forum de Paris 1 Février 2012

Forum de Paris 1 Février 2012 Forum de Paris 1 Février 2012 Bouleversements politiques défis économiques Intervention M. Adil Douiri Mesdames, Messieurs, Je suis ravi d être parmi vous et de contribuer à la réflexion en cette période

Plus en détail

Solutions en investissements alternatifs

Solutions en investissements alternatifs Solutions en investissements alternatifs Juin 2014 Alternative Investments par Amundi Juin 2014 - page 1 Alternative Investments par Amundi Juin 2014 - page 2 Contrôle et performance: de fortes convictions

Plus en détail

Perspectives économiques et stratégie d investissement pour le quatrième trimestre 2013

Perspectives économiques et stratégie d investissement pour le quatrième trimestre 2013 Communiqué de presse Paris, le 14 novembre 2013 Perspectives économiques et stratégie d investissement pour le quatrième trimestre 2013 Les marchés bénéficient de liquidités abondantes et de la croissance

Plus en détail

Mirova obtient le nouveau label «Transition énergétique et écologique pour le climat» pour ses trois fonds présentés

Mirova obtient le nouveau label «Transition énergétique et écologique pour le climat» pour ses trois fonds présentés Paris, le 23 mai 2016 Mirova obtient le nouveau label «Transition énergétique et écologique pour le climat» pour ses trois fonds présentés Mirova, société de gestion dédiée à l investissement responsable,

Plus en détail

Colas : Résultats annuels 2015

Colas : Résultats annuels 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Boulogne, le 24 février 2016 Colas : Résultats annuels 2015 Chiffre d affaires : 12,0 Mds (-3,5 %) Résultat opérationnel courant : 344 M (+3,6%) Résultat net part du Groupe : 234 M

Plus en détail

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 23 novembre 2011-9 h 30 «Niveaux des pensions et taux de remplacement» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Evolution du niveau

Plus en détail

Cent treizième session. Rome, 8-12 mai 2006. Rapport sur les placements 2005. Rappel des faits

Cent treizième session. Rome, 8-12 mai 2006. Rapport sur les placements 2005. Rappel des faits Avril 2006 F COMITE FINANCIER Cent treizième session Rome, 8-12 mai 2006 Rapport sur les placements 2005 Rappel des faits 1. Le présent document est soumis au Comité financier pour information, conformément

Plus en détail

P R E D I C A - A S S U R A N C E S D E P E R S O N N E S. Comment utiliser son assurance vie dans le contexte actuel?

P R E D I C A - A S S U R A N C E S D E P E R S O N N E S. Comment utiliser son assurance vie dans le contexte actuel? P R E D I C A - A S S U R A N C E S D E P E R S O N N E S Comment utiliser son assurance vie dans le contexte actuel? ANDECAM, 26/05/2016 Quizz Aujourd hui, lorsque l Etat français emprunte à 5 ans A -

Plus en détail

Rapport trimestriel - Classe P

Rapport trimestriel - Classe P Rapport trimestriel - Classe P Fondation Pictet en faveur de la prévoyance individuelle (3 e Pilier A) Mars 2016 LPP/BVG-Short-Mid Term Bonds Commentaire du gérant Evolution du marché Le premier trimestre

Plus en détail

J.P. Morgan Asset Management : Solutions multi-actifs. Restez investi, restez diversifié Maintenir le cap, même en cas d imprévu

J.P. Morgan Asset Management : Solutions multi-actifs. Restez investi, restez diversifié Maintenir le cap, même en cas d imprévu J.P. Morgan Asset Management : Solutions multi-actifs Restez investi, restez diversifié Maintenir le cap, même en cas d imprévu Dans un incertain, les dépôts bancaires peuvent constituer une solution sécurisante

Plus en détail

Rapport trimestriel - Classe P & I

Rapport trimestriel - Classe P & I Rapport trimestriel - Classe P & I Fondation Pictet de libre passage (2 e Pilier) Mars 2016 LPP/BVG-Short-Mid Term Bonds Commentaire du gérant Evolution du marché Le premier trimestre s'est montré très

Plus en détail

Excellente dynamique commerciale. Investissements pour le développement du pôle Paiement rentabilisés. Lancement du plan stratégique «Puissance 5»

Excellente dynamique commerciale. Investissements pour le développement du pôle Paiement rentabilisés. Lancement du plan stratégique «Puissance 5» 29 MARCH 2016 Excellente dynamique commerciale +109% CA Paiement +57% CA Telecom Investissements pour le développement du pôle Paiement rentabilisés EBITDA Paiement à l équilibre Résultat net positif global

Plus en détail

CLIKÉO 2. OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée. Prospectus simplifié

CLIKÉO 2. OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée. Prospectus simplifié CLIKÉO 2 Éligible au PEA OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée Prospectus simplifié Le FCP CLIKÉO 2 est construit dans la perspective d un investissement

Plus en détail

La lettre mensuelle 1

La lettre mensuelle 1 La lettre mensuelle 1 Bribes macroéconomiques Baisse de 0,9% des avoirs extérieurs nets de Bank Al-Maghrib à fin février. En janvier, ces avoirs ont représenté 4 mois et 25 jours d importations de biens

Plus en détail

Communiqué de presse. Résultats annuels 2016

Communiqué de presse. Résultats annuels 2016 Vélizy-Villacoublay, le 22 février 2017 17:40 Chiffre d affaires (1) : 14 Mds (+ 0,7 %) Marge opérationnelle : 11,4 % (+ 110 pbs) Résultat net part du Groupe (2) : 416 M (+ 33,3 %) Endettement net (3)

Plus en détail

27 / 09 / 2004 JOURNEE INVESTISSEURS SOCIETE GENERALE. Introduction. Daniel Bouton

27 / 09 / 2004 JOURNEE INVESTISSEURS SOCIETE GENERALE. Introduction. Daniel Bouton 27 / 09 / 2004 JOURNEE INVESTISSEURS SOCIETE GENERALE Introduction Daniel Bouton 27 / 09 / 2004 Journée Investisseurs Société Générale 1 Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de

Plus en détail

Indice de risque immobilier MoneyPark

Indice de risque immobilier MoneyPark Indice de risque immobilier MoneyPark L indice de risque immobilier MoneyPark a légèrement baissé, passant de 3.3 à 3.0 points. Le marché immobilier montre une certaine tendance à la consolidation, qui

Plus en détail

Forticiel Génération 2. Dessinez une retraite à vos couleurs

Forticiel Génération 2. Dessinez une retraite à vos couleurs Forticiel Génération 2 Dessinez une retraite à vos couleurs Vous êtes un professionnel indépendant, un exploitant agricole, un forestier, un éleveur Ce contrat retraite vous intéresse Les media se sont

Plus en détail

D.17. EMPRUNTS, DETTES FINANCIÈRES, TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE

D.17. EMPRUNTS, DETTES FINANCIÈRES, TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE RAPPORT DE GESTION, ÉTATS FINANCIERS ET INFORMATIONS FINANCIÈRES COMPLÉMENTAIRES 3 D.17. EMPRUNTS, DETTES FINANCIÈRES, TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE La situation financière du Groupe a évolué

Plus en détail

Mars 2016. Le marché suisse de l immobilier 1H16

Mars 2016. Le marché suisse de l immobilier 1H16 Mars 206 Le marché suisse de l immobilier H6 Environnement macroéconomique Le creux de la vague semble dépassé et une légère accélération de la croissance est attendue pour 206. Cette tendance devrait

Plus en détail

Questions sur la dette grecque

Questions sur la dette grecque Questions sur la dette grecque Pierre Khalfa février 2015 La dette a servi de prétexte dans tous les pays européens pour mener des politiques d austérité drastiques qui ont amené l Europe au bord de la

Plus en détail

Perspectives de l industrie tunisienne à l heure des chaînes de valeur mondiales

Perspectives de l industrie tunisienne à l heure des chaînes de valeur mondiales Perspectives de l industrie tunisienne à l heure des chaînes de valeur mondiales Souhir TAKTAK, Présidente - Directrice Générale de la Banque de Financement des Petites et Moyennes Entreprises (BFPME)

Plus en détail

Analyse transversale / Thème 5 : Logement et logement social (Extrait du tome 2 du rapport final)

Analyse transversale / Thème 5 : Logement et logement social (Extrait du tome 2 du rapport final) Analyse transversale / Thème 5 : Logement et logement social (Extrait du tome 2 du rapport final) METROPOLE LILLOISE Equipe de recherche laboratoires LACTH (ENSAP Lille) et TVES (USTL) Septembre 2008 Avec

Plus en détail

Conclusions du Forum de l Investissement d Allianz Global Investors à New York

Conclusions du Forum de l Investissement d Allianz Global Investors à New York Investment Forum Conclusions du Forum de l Investissement d Allianz Global Investors à New York Septembre 2015 À l occasion de la dernière édition de notre Forum semestriel de l investissement, nous avons

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE CREDIT : LA CLE DES PROCESSUS DECISIONNELS DANS UN CLIMAT MONDIAL INCERTAIN

L ANALYSE DU RISQUE DE CREDIT : LA CLE DES PROCESSUS DECISIONNELS DANS UN CLIMAT MONDIAL INCERTAIN L ANALYSE DU RISQUE DE CREDIT : LA CLE DES PROCESSUS DECISIONNELS DANS UN CLIMAT MONDIAL INCERTAIN LE CREDIT CLIENT, UN RISQUE REEL EN CONTEXTE DE VOLATILITE MACROECONOMIQUE En cette période d instabilité

Plus en détail

Épargne des ménages* 3 ème et 4 ème trimestres Contact : Mise à jour le 06/02/2017

Épargne des ménages* 3 ème et 4 ème trimestres Contact : Mise à jour le 06/02/2017 Épargne des ménages* 3 ème et 4 ème trimestres 2016 * Ménages (particuliers et entrepreneurs individuels) et institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) Mise à jour le 06/02/2017 Contact

Plus en détail

Communiqué de presse. Nanterre (France), le 14 octobre 2015

Communiqué de presse. Nanterre (France), le 14 octobre 2015 Nanterre (France), le 14 octobre 2015 Faurecia annonce une forte croissance de son chiffre d affaires consolidé, en hausse de 8,3 % (4,6 % de croissance organique 1 ) au troisième trimestre 2015 Le chiffre

Plus en détail

Informations financières

Informations financières Informations financières Une année clé pour : croissance et résultats record en 2007 Intégration réussie de la nouvelle entité APC-MGE Chiffre d affaires : 17,3 Md (+26%) Marge EBITA : 14,8% (+27%) Autofinancement

Plus en détail

LES WEB CONFÉRENCES CORTAL CONSORS

LES WEB CONFÉRENCES CORTAL CONSORS LES WEB CONFÉRENCES CORTAL CONSORS 1 Diversifiez votre portefeuille avec des OPCVM 2 SOMMAIRE 1. Pourquoi investir dans des OPCVM? 2. Que privilégier? 3. Notre stratégie et nos recommandations 4. Où trouver

Plus en détail

SCPI SCPI. Marché des parts et performances en 2010. Marché des parts SYNTHÈSE

SCPI SCPI. Marché des parts et performances en 2010. Marché des parts SYNTHÈSE SYNTHÈSE Mars 2011 SCPI Marché des parts et performances En 2010 l immobilier a conquis sa position de valeur refuge pour les épargnants. Dans un environnement où l incertitude domine, où la rémunération

Plus en détail

FAIBLESSE DES MARGES INDUSTRIELLES AVRIL 2014

FAIBLESSE DES MARGES INDUSTRIELLES AVRIL 2014 FAIBLESSE DES MARGES INDUSTRIELLES AVRIL 2014 SNF ET INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE 76 Charges salariales en % de la valeur ajoutée 8 Impôts indirects nets de subventions 74 72 Industrie manufacturière 6 4 Industrie

Plus en détail

Société mère Rapport de gestion

Société mère Rapport de gestion 1 Société mère Rapport de gestion Principales activités Arla Foods amba exerce des activités laitières au Danemark et achète du lait auprès de ses associés-coopérateurs dans sept pays. Le lait collecté

Plus en détail

Diversifiez votre patrimoine et profitez du potentiel de croissance des PME. PEA PME Vie Plus

Diversifiez votre patrimoine et profitez du potentiel de croissance des PME. PEA PME Vie Plus Diversifiez votre patrimoine et profitez du potentiel de croissance des PME PEA PME Vie Plus PLATES-FORMES ASSURANCE VIE Qui sommes-nous? Vie Plus est une filière de Suravenir, compagnie d assurance de

Plus en détail

Résultats consolidés du 2 nd semestre et de l exercice 2011/2012

Résultats consolidés du 2 nd semestre et de l exercice 2011/2012 Résultats consolidés du 2 nd semestre et de l exercice 2011/2012 Données préliminaires non auditées Audit en cours Approuvés par le Conseil d administration du 8 mai 2012 Résultat opérationnel courant

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 2 ème TRIMESTRE 2015 EN LEGERE AMELIORATION PERSPECTIVES CHIFFRE D AFFAIRES DEUXIEME TRIMESTRE 2015. Paris, le 3 septembre 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 2 ème TRIMESTRE 2015 EN LEGERE AMELIORATION PERSPECTIVES CHIFFRE D AFFAIRES DEUXIEME TRIMESTRE 2015. Paris, le 3 septembre 2015 CHIFFRE D AFFAIRES DEUXIEME TRIMESTRE 2015 2 ème TRIMESTRE 2015 EN LEGERE AMELIORATION Poursuite de la forte croissance du chiffre d affaires Shipping Solutions et début d amélioration de l activité Mail

Plus en détail

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement TABLE RONDE DE HAUT NIVEAU Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement Gouvernements organisateurs (1) Ministere de l'energie et de l'eau, Mali (2) Gouvernement de la Tunisie 1. Introduction

Plus en détail

Réunion FFCI - CLIFF - NYSE EURONEXT. Lille - 12 décembre 2011. Valérie AGATHON Directeur des Relations Investisseurs

Réunion FFCI - CLIFF - NYSE EURONEXT. Lille - 12 décembre 2011. Valérie AGATHON Directeur des Relations Investisseurs Réunion FFCI - CLIFF - NYSE EURONEXT 1 Lille - 12 décembre 2011 Valérie AGATHON Directeur des Relations Investisseurs 2 PRESENTATION DU GROUPE Slide 3 OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT D ACTIONS Slide 11 RESULTATS

Plus en détail

résultats 1 er semestre 2012

résultats 1 er semestre 2012 groupe Sonatel Sénégal Mali résultats 1 er semestre 2012 Bissau Guinée la vie change avec. résultats semestriels 2012 faits marquants résultats opérationnels résultats financiers perspectives annexes 2

Plus en détail

ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne

ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne Productivité et prospérité à l âge de l information Kaïs Dachraoui, Tarek M. Harchaoui et Faouzi Tarkhani ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne a connu une performance remarquable. Après 1995, la

Plus en détail

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ EUR/USD USD/JPY GBP/USD USD/CHF GOLD OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ Analyses du Lundi 19 Octobre 2015 Les marchés d'actions devraient peu évoluer à l'ouverture Devises L'euro s'inscrit en

Plus en détail

FCPI Dividendes Plus n 2. Fonds Commun de Placement dans l Innovation. Souscription limitée

FCPI Dividendes Plus n 2. Fonds Commun de Placement dans l Innovation. Souscription limitée FCPI Dividendes Plus n 2 Fonds Commun de Placement dans l Innovation Souscription limitée 50 % de réduction ISF ou 18 % de réduction d impôt sur le revenu en contrepartie d un risque de perte en capital

Plus en détail

Henri de Castries Président du Directoire

Henri de Castries Président du Directoire Seminaire Presse Suduiraut, 10 juin 2004 Henri de Castries Président du Directoire HDC - Suduiraut - 10/06/04 AXA a construit et consolidé une plateforme sans équivalent Un seul métier bien identifié :

Plus en détail

Rue de la Banque N 10 Septembre 2015

Rue de la Banque N 10 Septembre 2015 Les opérations de refinancement à très long terme de l Eurosystème ont-elles permis d éviter un resserrement du crédit dans la zone euro? Philippe ANDRADE Jean-Stéphane MÉSONNIER Direction des Études monétaires

Plus en détail

Les critères de Maastricht et les performances de l économie turque

Les critères de Maastricht et les performances de l économie turque Les critères de Maastricht et les performances de l économie turque Irem Zeyneloglu L article propose d évaluer la capacité de l économie turque à remplir les conditions imposées par le traité de Maastricht

Plus en détail

Perspectives économiques 2015 :

Perspectives économiques 2015 : Cercle finance du Québec 22 janvier 2015 Perspectives économiques 2015 : Outre-mer et États-Unis François Dupuis Vice-président et économiste en chef du Mouvement Desjardins Économie internationale Principaux

Plus en détail