DÉPARTEMENT DES ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE COMMUNE DE CURBANS. Lieu-dit «Le Pin» PROJET DE CARRIÈRE DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITER

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉPARTEMENT DES ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE COMMUNE DE CURBANS. Lieu-dit «Le Pin» PROJET DE CARRIÈRE DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITER"

Transcription

1 CBA LE PLAN DE VITROLLES LA SAULCE Carrières et Ballastières des Alpes Tél. : / Fax : DÉPARTEMENT DES ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE COMMUNE DE CURBANS Lieu-dit «Le Pin» PROJET DE CARRIÈRE DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITER au titre des Installations Classées pour la Protection de l'environnement PIECE JOINTE 3 : ETUDE HYDRAULIQUE Délimitation de l espace de mobilité GEOENVIRONNEMENT Janvier 2011 * Le Myaris ZA Les Milles Tél. / Fax : Rue Albert Einstein AIX-EN-PROVENCE Cedex3 Siret n

2 AVANT-PROPOS Cadre réglementaire L article 2 de l arrêté ministériel du 24 janvier 2001 indique : «L espace de mobilité est évalué par l étude d impact en tenant compte de la connaissance de l évolution historique du cours d eau et de la présence des ouvrages et aménagements significatifs......cette évaluation de l espace de mobilité est conduite sur un secteur représentatif du fonctionnement géomorphologique du cours d eau en amont et en aval du site de la carrière, sur une longueur totale minimale de 5 km» Objet du présent document Le but de cette étude est de définir l espace de mobilité de la Durance, après aménagements, afin de vérifier que le projet ne se trouve pas dans cet espace de mobilité. Cette étude se base sur l analyse de photoaériennes depuis 1948 permettant de voir l évolution de l emplacement du lit mineur de la Durance au cours du temps.

3 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 2 SOMMAIRE 1. CONTEXTE DE L ETUDE STYLE FLUVIAL ET AMENAGEMENTS AU NIVEAU DU SITE GENERALITES STYLE FLUVIAL «NATUREL» AMENAGEMENTS ET IMPACTS GEOMORPHOLOGIQUES Développement de la végétation Conclusion : perte de mobilité naturelle MESURES COMPENSATOIRES : ACTIONS ANTHROPIQUES ET IMPACTS Entretien de la végétation Entretien du lit Conclusion : conséquences des actions anthropiques DYNAMIQUE MORPHOLOGIQUE RESIDUELLE GESTION DES DEBITS DE LA DURANCE ELEMENTS A RETENIR AU NIVEAU DU SITE MOBILITE RESIDUELLE DE LA DURANCE ET DES TORRENTS Analyse de l évolution du tracé (photos aériennes post aménagement) Visite de terrain PERSPECTIVES CONCLUSIONS ILLUSTRATIONS Planche 1. : Lit de la Durance au niveau du site (amont). Planche 2. : Lit de la Durance au niveau du site (aval) Planche 3. : Processus morphodynamiques avant les aménagements hydroélectriques. Planches 4 à 6 : Processus morphodynamiques après les aménagements hydroélectriques. Planche 7 Synthèse des espaces de mobilité de la Durance depuis 1948 Planche 8 Espace de mobilité fonctionnel de la Durance (après aménagements)

4 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 3 1. CONTEXTE DE L ETUDE La société CARRIERES ET BALLASTIERES DES ALPES (C.B.A.) envisage d exploiter une carrière alluvionnaire en rive gauche de la Durance, au lieu-dit «Le Pin» sur la commune de Curbans (05). Le site retenu pour le projet est situé à environ 2 km en aval de la retenue de La Saulce : En aval de la confluence avec le torrent de l Usclaye, En aval de la confluence avec le Ravin de la Combe. Conformément à l arrêté ministériel du 22 septembre 1994 modifié par l arrêté du 24 janvier 2001, interdisant l exploitation de matériaux dans l espace de mobilité des cours d eau 1, l objet de la présente étude est de définir l espace de mobilité fonctionnel correspondant à l enveloppe de la crue de référence ou espace de mobilité fonctionnel historique. D une façon générale, l espace de mobilité fonctionnel est susceptible de contenir à terme le lit vif du cours d eau suite à l érosion des berges. Il s agit donc de réaliser en outre une étude géomorphologique et hydraulique. Cette analyse géomorphologique a été réalisée à partir de photographies aériennes du site permettant d apprécier : l intensité des processus morphodynamiques avant l aménagement des retenues de Serre- Ponçon et de La Saulce (clichés de 1948 et 1956), l artificialisation du lit et la perte de mobilité, consécutives aux aménagements EDF (clichés de 1971, 1978, 1986, 2000, 2003 et 2008). Plusieurs visites de terrains complètent ces éléments, notamment en Juin 2008 quelques jours seulement après la crue exceptionnelle du 30 Mai Pour l analyse hydraulique, C.B.A. s est rapproché du SMAVD afin de bénéficier de son expérience et de ses données et études concernant l hydraulicité de la Durance. 1 L article 11-2 précise que «L espace de mobilité des cours d eau est défini comme l espace du lit majeur à l intérieur duquel le lit mineur peut se déplacer. L espace de mobilité est évalué par l étude d impact en tenant compte des connaissances de l évolution historique du cours d eau et de la présence d ouvrages et aménagements significatifs, à l exception des aménagements à caractère provisoire, faisant obstacle à la mobilité du lit mineur. Cette évaluation de l espace de mobilité est conduite sur un secteur représentatif du fonctionnement géomorphologique du cours d eau en amont et en aval du site de la carrière, sur une longueur minimale totale de 5 km.»

5 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 4 2. STYLE FLUVIAL ET AMENAGEMENTS AU NIVEAU DU SITE 2.1. GENERALITES Les rivières naturelles établissent une combinaison dynamiquement stable entre : les débits solides et liquides ou variables de contrôle d une part, leur géométrie (tracé en plan, profil en long) ou variables de réponse d autre part. La géométrie est donc fonction des modifications des débits solide et liquide. 1) Si ces modifications sont de faible ampleur, le style fluvial d équilibre reste sensiblement le même. 2) Si les changements sont durables, le style fluvial peut changer de manière durable et n évoluer ensuite que faiblement autour d une nouvelle géométrie moyenne d équilibre. 3) Si le changement est fort mais relativement peu durable, le cours d eau s orientera quelques temps vers un nouveau style puis reviendra progressivement à son style antérieur. Les aménagements de la Durance au cours des années 1960 sont une illustration de ces aspects : Ouvrages en travers modifiant le transport solide, Retenues et canal de dérivation régulant les débits. Ces aménagements sont à l origine de changements importants et durables dans le fonctionnement morphologique de la Durance STYLE FLUVIAL «NATUREL» Avant les aménagements EDF, la Durance présentait un lit en tresses avec des bras vifs multiples, se déplaçant et s anastomosant au gré des crues. Le tressage est un phénomène complexe qui fait encore l objet de travaux de recherche. Sa genèse et son maintien se caractérisent par les conditions suivantes : Une charge de fond abondante et grossière : la disponibilité d une forte masse de sédiments, contenant des fractions granulométriques que la rivière n a, localement au moins, pas la force de transporter, semble nécessaire au tressage. Elles initient les premiers dépôts et conduisent peu à peu au tressage complet par progression du phénomène vers l aval. La concentration des dépôts sous forme de bancs médians favorise la divergence des écoulements vers l extérieur du lit, l érosion des berges et l élargissement progressif du lit mineur.

6 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 5 Des berges facilement érodables : le tressage est caractérisé par un lit large et peu profond. Les berges composées de matériaux faciles à éroder et à transporter constituent une source importante de sédiments. La probabilité d occurrence de zones de dépôts ponctuels est plus élevée dans un lit mineur large que dans un lit étroit. Un débit variable : des fluctuations rapides de débit sont souvent associées à de forts taux d apports solides. Elles contribuent à l érosion des berges et à des mouvements irréguliers de la charge solide qui conduisent à la formation de bancs et de vastes zones de dépôts temporaires de la charge alluviale en transit. Une forte puissance : la puissance spécifique en W/m 2 se calcule par la formule suivante : Avec : poids volumique de l eau (N/m 2 ) QJ W Q débit de pleins bords (m 3 /s) J pente du lit (m/m) W la largeur du cours d eau (m) pour un débit de pleins bords. Le seuil critique entre tressage/méandre serait de l ordre de 150 à 200 W/m 2, ce seuil critique étant fortement variable en fonction de l érodabilité des berges Au-dessous de W/m 2, le cours d eau est peu actif et l érosion des berges n est pas significative à l échelle historique. Intensité des processus morphodynamiques avant les aménagements EDF. Avant son aménagement, la Durance présentait une dynamique intense, bien illustrée en comparant les clichés de 1948 et 1956 (Pl. 3). En 1948, au droit du site du projet, le lit vif est relativement étroit. Il est limité en rive droite par une rangée d arbres permettant de protéger les terres agricoles. A l aval, le lit présente une zone non végétalisée d environ 300 m de large. La bande de tressage est bien développée vers l aval, jusqu à la terrasse de la Peyrouse et au-delà. En 1956, le lit est resté relativement étroit au droit du site mais deux méandres se sont formés en rive droite à l aval de la rangée d arbres, débordant largement le lit moyen. La bande de tressage atteint localement 450 mètres de large.

7 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance AMENAGEMENTS ET IMPACTS GEOMORPHOLOGIQUES Les aménagements EDF de Serre-Ponçon et de La Saulce ont profondément modifié le fonctionnement de la Durance. En bloquant le transit sédimentaire entre la haute Durance et la moyenne Durance et en régulant les débits de crue ces aménagements agissent directement sur les variables de contrôle que sont les débits liquide et solide. Nous développons dans ce paragraphe, les conséquences directes des aménagements réalisés sur la morphologie de la Durance. La diminution des débits liquides est accentuée par la dérivation d une partie des eaux de la Durance entre La Saulce et Sisteron (canal EDF). L impact des aménagements hydroélectriques sur les débits de la Durance est illustré sur la figure ciaprès (D après Bassin RMC, Agence de l Eau, 1991).

8 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance Développement de la végétation A l état naturel, les bancs et iles de la bande de tressage sont peu végétalisés puisque toute végétation est arrachée par la crue annuelle ou biennale suivante. La végétation alluviale est ainsi régulièrement rajeunie. Les aménagements hydroélectriques permettent le stockage des crues petites et moyennes, qui jouaient un rôle important dans la dynamique de la Durance. Aussi, la végétation alluviale peut se développer pendant plusieurs années et n est plus rajeunie naturellement. La régulation des crues agit directement sur la capacité de transport. Les débits laissés en rivière ne permettent plus à la Durance de remanier aussi fréquemment qu auparavant les sédiments du lit et des berges laissant alors la végétation envahir l espace. Les processus morphodynamiques liés aux crues sont beaucoup moins fréquents Un engravement excessif du lit de la Durance En l absence de crues capables de remobiliser les matériaux déposés, on observe un exhaussement du lit par accumulation de sédiments, en particulier aux confluences, qui peut entraîner un accroissement de la fréquence des débordements. Cette accumulation est couplée à un colmatage par des sédiments fins qui grève la qualité des habitats aquatiques. Il faut également souligner que les apports solides, à l aval de La Saulce sont désormais liés aux affluents torrentiels, la charge solide du lit principal étant piégée dans la retenue de La Saulce (déjà alluvionnée à 50 %) et plus en amont dans celle de Serre-Ponçon. La régulation ou la réduction de la charge solide sur une rivière en tresses engendre généralement une évolution progressive vers un style sinueux voire méandriforme, les chenaux secondaires ayant tendance à s assécher et à se combler par des fines. La gestion des sédiments doit répondre aux problèmes posés par la mobilité presque nulle du lit de la Durance, due à la forte réduction des débits par les aménagements hydroélectriques Conclusion : perte de mobilité naturelle Les éléments précédents (développement de la végétation, diminution de la capacité de transport) permettent d affirmer que la Durance a perdu une grande partie de sa mobilité ordinaire. Les crues à l origine de l évolution morphologique sont beaucoup plus occasionnelles. La dynamique de la Durance est donc beaucoup moins régulière dans le temps et marquée essentiellement par des évènements ponctuels et de grande ampleur (crue exceptionnelle).

9 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance MESURES COMPENSATOIRES : ACTIONS ANTHROPIQUES ET IMPACTS Parallèlement à la réponse géomorphologique «spontanée», il faut souligner l action régulière de l homme qui cherche à gérer les impacts de ses aménagements sur le milieu naturel Entretien de la végétation EDF a l obligation de «ne pas aggraver les crues naturelles» les retenues réalisées permettent de stocker les crues petites et moyennes qui jouaient un rôle important dans la morphologie de la rivière, rajeunissant régulièrement la végétation du lit moyen. Désormais, les risques et dommages potentiels sont liés uniquement aux grandes crues (avec un certain laminage), d où l obligation faite à EDF de procéder à des essartements périodiques pour suppléer à l absence des crues fréquentes et maintenir un chenal permettant l écoulement des crues Entretien du lit Une grande partie de l eau de la Durance étant canalisée vers les centrales hydrauliques via des canaux, il ne subsiste dans le lit naturel qu un débit de salubrité permettant de «garantir en permanence la vie, la circulation et la reproduction des espèces peuplant les eaux». Le débit de «salubrité» est fixé dans le cahier des charges à 1,5 m 3 /s. en cas de dysfonctionnement hydrobiologique, des mesures telles que le recalibrage du lit permettant d augmenter les vitesses d écoulement et d éviter les dépôts des sédiments qui colmatent les fonds peuvent être décidées Conclusion : conséquences des actions anthropiques Selon qu elle est bien ou mal conduite, l action anthropique aura tendance à accélérer l ajustement morphologique aux nouvelles conditions d écoulement ou au contraire à contrecarrer la réponse «naturelle» aggravant les conséquences d un déversement exceptionnel. L application des actions prévues dans le Contrat de Rivière du Val de Durance, entré récemment en vigueur, devrait permettre d apporter une réponse positive sur le terrain.

10 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 9 3. DYNAMIQUE MORPHOLOGIQUE RESIDUELLE 3.1. GESTION DES DEBITS DE LA DURANCE EDF optimise la gestion de la retenue de Serre-Ponçon pour produire le maximum d énergie en période de pointe hivernale et va donc s efforcer de limiter le débit en aval de la prise de La Saulce à 1,5 m 3 /s en permanence afin de disposer de la retenue de Serre-Ponçon au début du mois d Octobre. En année normale, les déversements en Durance sont quasi inexistants mais EDF n a aucune obligation de retenir les crues (il lui est seulement imposé de ne pas les aggraver). En conséquence, il y a tout lieu de penser qu une crue d automne (retenue pleine) sera restituée à l aval des ouvrages comme si ceux-ci n existaient pas (de plus, en crue on ne peut guère compter sur les dérivations qui sont souvent inutilisables à causes des embâcles). En année d hydraulicité exceptionnelle, il peut y avoir des déversés à la fin du printemps si la retenue s est trouvée prématurément remplie et qu il se produit des précipitations anormales. Il n y a donc plus les crues répétées petites et moyennes d avant les aménagements. Par contre, les grandes crues peuvent aussi bien être stockées que restituées intégralement à l aval (avec un certain laminage dans le réservoir de Serre-Ponçon dont la superficie est de 27 km 2 pour une retenue normale à 780 NGF). La plupart des crues sont désormais gérées par les retenues et ne participent plus à la mobilité du lit. Etant donnée la vocation et les dimensions des ouvrages, ces déversements ont un caractère exceptionnel et sont donc d autant plus conséquents, entrainant des réactions morphologiques brutales et difficilement prévisibles avec précision. Les singularités (protections de berges, accumulation locale de sédiments...) sont des zones d érosion privilégiées ELEMENTS A RETENIR AU NIVEAU DU SITE Les éléments structurant l écoulement de la Durance au voisinage du site sont les suivants : En rive gauche : sur un peu plus de 1 km, la Durance reçoit trois affluents en rive gauche. Il s agit de la Lauze (en amont du site), du torrent de l Usclaye et de la Combe. Ces affluents torrentiels représentent un apport important de sédiments. La régulation des débits limite la capacité de transport de la Durance et des cônes de déjection plus ou moins végétalisés se développent au niveau des zones de confluence,

11 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 10 En rive droite : en face du site, un talus de 400 m de long protège la berge et empêche le débordement de la Durance vers les parcelles cultivées. C est une barre rectiligne constituée par des matériaux du lit de la Durance qui bloque la mobilité latérale MOBILITE RESIDUELLE DE LA DURANCE ET DES TORRENTS Le tressage est un phénomène qui se propage vers l aval. La bande de tressage de la Durance est relativement peu développée au droit du site ; elle s élargit en aval, notamment au droit de la confluence avec le Déoule. Les apports solides susceptibles de maintenir la dynamique de tressage se situent à l aval du site (système de ravins) et sont extrêmement réduits en amont. Seuls l Usclaye et la Combe, qui ne sont pas aménagés, ont une dynamique torrentielle active. Ces torrents présentent un tracé rectiligne lié à la topographie. En période de forte crue, l ensemble de sédiments est mobilisé. Le chenal résiduel sinueux se forme seulement à la décrue et sera remanié à la crue suivante. Ce type de cours d eau ne présente pas une dynamique latérale (en plan) significative sauf au niveau de leur cône de déjection qu ils peuvent entièrement balayer. En ce qui concerne la Durance, les vitesses des courants traversiers lors d une crue sont de l ordre de 3,5 à 4 m/s. la formule d Izbah donne les poids des blocs entrainés et laissés en place par de telles vitesses. Les résultats sont donnés dans le tableau ci-dessous. Ainsi, les blocs issus des anciennes moraines et dont la taille est de l ordre de 40 cm ne sont pas entrainés par la Durance. Le calage longitudinal des buses selon une pente de 6 analogue à celle du lit de la Durance permettra d assurer le passage des poissons mais aussi de limiter les risques d affouillement en aval du gué les éventuels épisodes de surverse par les hautes eaux.

12 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance Analyse de l évolution du tracé (photos aériennes post aménagement) A l amont du site, sur le cliché de 1973 seul le bras de la Durance proche de la rive gauche est en eau. On remarque sur les clichés suivants (1978, 1982, 1986 et 2000) que ce chenal tend à s assécher, le cône de déjection de l Usclaye repoussant les eaux vers la rive droite. Un cordon boisé ressort nettement, marquant la limite du lit moyen. Entre ce cordon et le lit vif, les clichés suivants montrent un développement de la végétation (Pl. 4, 5 et 6). Le tracé d équilibre de la Durance au droit du site correspond à un accolement du lit vif en rive gauche. En effet, en 1971, le lit vif semble artificiellement repoussé vers la rive droite en deux endroits. Dès 1978, la Durance a repris un tracé plus naturel, le lit vif revenant s accoler à la rive gauche. A l aval immédiat du site, on remarque une zone de dépôt entre le cône de déjection de la Combe et le lit vif de la Durance. Cette zone grossit et progresse vers l aval entre 1973 et Les photos aériennes depuis 1956 montrent que la bande de tressage à l aval du site se restreint et qu elle est peu à peu conquise par les terres agricoles Visite de terrain Sur le terrain, le lit de la Durance se présente de la façon suivante : A l amont du site, les cônes de déjection de la Lauze et de l Usclaye tendent à repousser le lit vif de la Durance ; celui-ci est accolé à la rive droite jusqu à la confluence avec l Usclaye. Le deuxième bras figuré sur la carte IGN (1/ n 3338 Gap) n est pas le siège d un écoulement. Il s agit d une zone séparée du lit vif par un dépôt sur lequel se développe une végétation arbustive à arborée. Ce dépôt a environ 2 m de haut par rapport à la surface de l écoulement. Entre cette «île» et la limite du site, on observe une zone caillouteuse et faiblement végétalisée ; il s agit d un chenal secondaire, pour l instant en voie d assèchement mais potentiellement remobilisable par la Durance. Une vue de la totalité du lit est donné en planche 2. La végétation arborée qui s est développée en bordure du site entre le ravin de l Usclaye et celui de la Combe Maillet marque la limite de l espace de mobilité sur la partie à l amont du site. En continuant vers l aval hydraulique, le lit vif de la Durance revient s accoler à la rive gauche environ 100 m à l amont du Ravin de la Combe. Au niveau de la confluence, seules les alluvions grossières sont laissées en place à l amont immédiat du ravin (Pl. 3). A l aval, on a une zone de dépôt, constituée de sédiments plus fins. La zone à l amont immédiat de la confluence avec le ravin de la Combe semble donc particulièrement sollicitée. L érosion de la rive gauche semble liée à la présence de la digue en remblais, en face du site, qui ramène l écoulement vers la rive gauche. En effet, les épisodes de crue sont marqués par des capacités de transport élevés. En cas de déficit de la charge solide les zones d érosion préférentielles sont donc situées soit en face à l aval des éléments de restriction.

13 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance PERSPECTIVES Il est difficile de définir un espace de mobilité sur une rivière dont le régime hydrologique a été aussi perturbée que celui la Durance. Par analogie avec le schéma d aménagement à l aval de Sisteron, il faut davantage imaginer un espace de mobilité recherché, comprenant des zones où la divagation du lit doit être restaurée afin de permettre un meilleur fonctionnement des milieux. Concernant le site pressenti, il n y a pas de dysfonctionnement majeur. Le bilan du transport solide est excédentaire par rapport à la capacité de transport résiduelle de la Durance. Dans le cas d une crue torrentielle du Ravin de l Usclaye ou de la Combe, les cônes de déjections seraient repoussés vers la Durance, réduisant de plus en plus le lit de celle-ci jusqu à la formation d un barrage filtrant. En effet, la Durance a une capacité de transport qui ne lui permet que très difficilement de reprendre les sédiments des torrents. En cas de crue de la Durance, il importe de tenir compte de la présence du talus en rive droite qui ramène le lit vif en limite de site au niveau de la confluence entre la Durance et le ravin de la Combe. La zone d érosion probable à ce niveau correspond approximativement à une bande de 20 m à partir de l axe cadastral de la Durance.

14 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance CONCLUSIONS L étude de l évolution géographique du lit de la Durance au droit du site depuis 1948 (Cf. planches ciaprès) montre que la mobilité de la Durance s effectue classiquement selon 2 processus complémentaires : la migration progressive des méandres par érosion des berges à l extrados du lit et sédimentation à l intrados, la divagation brusque du lit mineur lors de crues violentes qui remobilisent les matériaux grossiers déposés préalablement (changement de tracé). L étude des photographies aériennes depuis 1948 montre que l espace de mobilité n a pas empiété sur le périmètre du projet actuel (Pl. 8). Avec les divers aménagements hydroélectriques développés sur son cours, et en particulier la mise en place de la retenue de Serre-Ponçon en 1960, la Durance a perdu son caractère «tempétueux». Elle tend désormais à se cantonner à un espace de mobilité nettement moins large en raison du débit réservé qui lui est alloué depuis. L étude des photographies aériennes de 1948 à 2008 montre que le projet ne se trouve pas dans l espace de mobilité fonctionnel de la Durance.

15 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 14 PLANCHES

16 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 15 Vue du lit de la Durance depuis la rive gauche (vu vers l Amont). Site (en recul, invisible) Site Vue du lit de la Durance depuis la rive droite (vers l Amont). Pl. 1

17 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 16 Vue du lit de la Durance depuis la rive gauche (vers l Aval). Digue Vue du lit de la Durance depuis la rive gauche. Pl. 2

18 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 17 Pl. 3

19 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 18 Pl. 4

20 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 19 Pl. 5

21 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 20 Pl. 6

22 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 21

23 Délimitation de l espace de mobilité de la Durance 22

Définitions générales

Définitions générales Dynamique fluviale et hydromorphologie Les unités hydromorphologiques Le lit mineur désigne La partie du cours d eau comprise entre les berges, dans laquelle l intégralité de l écoulement s'effectue en

Plus en détail

Géodynamique et Sédimentologie des systèmes fluviatiles

Géodynamique et Sédimentologie des systèmes fluviatiles GéoHydrosystèmes Continentaux Géodynamique et Sédimentologie des systèmes fluviatiles S. Rodrigues EA 6293 GéHCO UFR Sciences & Techniques Université F. Rabelais, TOURS Partie I. Morphologie des cours

Plus en détail

La dynamique fluviale, à l origine de la biodiversité et du bon état

La dynamique fluviale, à l origine de la biodiversité et du bon état La dynamique fluviale, à l origine de la biodiversité et du bon état Réalisation : Corinne Forst - mars 2010 Qu est ce qu un cours d eau? Le cours d eau recueille les eaux des pluies et des sources d un

Plus en détail

Modélisation en deux dimensions de la dynamique des crues de la Durance

Modélisation en deux dimensions de la dynamique des crues de la Durance Modélisation en deux dimensions de la dynamique des crues de la Durance C.Brignolles, L.Royer, F.Calvet, Y.Viala, Société du Canal de Provence et d Aménagement de la Région Provençale Le Tholonet BP 100-13603

Plus en détail

PLAN DE GESTION GLOBAL ET EQUILIBRE DES PHASE 2 MODELISATION DES ECOULEMENTS ECOULEMENTS ET DES CRUES DES EAUX DE LA METEREN BECQUE DE SURFACE

PLAN DE GESTION GLOBAL ET EQUILIBRE DES PHASE 2 MODELISATION DES ECOULEMENTS ECOULEMENTS ET DES CRUES DES EAUX DE LA METEREN BECQUE DE SURFACE FRANCE SYMSAGEL PLAN DE GESTION GLOBAL ET EQUILIBRE DES ECOULEMENTS ET DES CRUES DES EAUX DE LA METEREN BECQUE PHASE 2 MODELISATION DES ECOULEMENTS DE SURFACE RAPPORT FINAL DE PHASE 2 OCTOBRE 2005 N 1

Plus en détail

Crues et inondations sur le bas Rhône Quelle gestion possible du fleuve? M. Provansal

Crues et inondations sur le bas Rhône Quelle gestion possible du fleuve? M. Provansal Crues et inondations sur le bas Rhône Quelle gestion possible du fleuve? M. Provansal La crue de décembre 2003 : un signal d alerte Quartiers suburbains nord Dégâts considérables 700 M dommages Quais Arles,

Plus en détail

(Texte non paru au Journal officiel) NOR : DEVE0320289C

(Texte non paru au Journal officiel) NOR : DEVE0320289C Eau Circulaire DCE n o 03/4 du 29 juillet 2003 relative à l identification prévisionnelle des masses d eau fortement modifiées (eaux douces de surface) en application de la directive 2000/60/DCE du 23

Plus en détail

HYDROELECTRICITE ET IMPACTS SUR LES MILIEUX AQUATIQUES. Séminaire France Nature Environnement. Montpellier Septembre 2011

HYDROELECTRICITE ET IMPACTS SUR LES MILIEUX AQUATIQUES. Séminaire France Nature Environnement. Montpellier Septembre 2011 HYDROELECTRICITE ET IMPACTS SUR LES MILIEUX AQUATIQUES Séminaire France Nature Environnement Montpellier Septembre 2011 Onema et hydroélectricité Directive cadre sur l eau 23 octobre 2000 Directive sur

Plus en détail

Complément à l étude de cas par cas déposé le 27 mai 2015 dans le cadre d un projet de création d un stade de football à Chambly

Complément à l étude de cas par cas déposé le 27 mai 2015 dans le cadre d un projet de création d un stade de football à Chambly Ville de Chambly Complément à la demande de cas par cas juin 2015 Complément à l étude de cas par cas déposé le 27 mai 2015 dans le cadre d un projet de création d un stade de football à Chambly Introduction

Plus en détail

ANALYSE HYDRO-SÉDIMENTOLOGIQUE DE L ÉTANG STATER ET PROPOSITION D INTERVENTIONS

ANALYSE HYDRO-SÉDIMENTOLOGIQUE DE L ÉTANG STATER ET PROPOSITION D INTERVENTIONS EXPERTISE PROFESSIONNELLE POUR LA MUNICIPALITÉ D IRLANDE ANALYSE HYDRO-SÉDIMENTOLOGIQUE DE L ÉTANG STATER ET PROPOSITION D INTERVENTIONS Miroslav Chum, ing., M.Sc. 10 septembre 2015 EXPERTISE PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Commune de VOUGY : tableau descriptif de la carte

Commune de VOUGY : tableau descriptif de la carte Commune de VOUGY : tableau descriptif de la carte Phénomène naturel Description des historicités L Arve Le champ d expansion sur le territoire communal est réduit en rive gauche par l empiétement de l

Plus en détail

Les éléments à prendre en compte sur les plans hydraulique & hydromorphologique

Les éléments à prendre en compte sur les plans hydraulique & hydromorphologique Les éléments à prendre en compte sur les plans hydraulique & hydromorphologique Les ouvrages concernés sont ceux qui permettent : - la régulation hydraulique d un cours d eau* * objectif de réduction de

Plus en détail

Etude pour la restauration hydromorphologique et la continuité écologique de la Tude, de la Dronne charentaise, de leurs affluents et astiers (16)

Etude pour la restauration hydromorphologique et la continuité écologique de la Tude, de la Dronne charentaise, de leurs affluents et astiers (16) Pour les statistiques, la Tude, la Dronne et leurs principaux affluents ont été scindés en plusieurs sousbassins homogènes : La Tude La Dronne Les affluents de la Tude Les affluents de la Dronne dont l

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS INONDATION DE LA VALLEE DE LA VEYRE ANNEXE

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS INONDATION DE LA VALLEE DE LA VEYRE ANNEXE PRÉFECTURE DU PUY-DE-DOME PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS INONDATION DE LA VALLEE DE LA VEYRE ANNEXE Contenu du document : 1. Descriptif succinct des études antérieures 2. Extraits d archives sur

Plus en détail

Le transport solide en rivière : Fonctionnement, dysfonctionnements, principes de gestion

Le transport solide en rivière : Fonctionnement, dysfonctionnements, principes de gestion SEMINAIRE TECHNIQUE «Le transport sédimentaire : Principes et expériences sur le bassin ligérien» Jeudi 24 novembre 2011 à Vierzon (18) Le transport solide en rivière : Fonctionnement, dysfonctionnements,

Plus en détail

Outils utilisés en France pour le diagnostic hydromorphologique des cours d eau Benoit Terrier. Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse, FRANCE

Outils utilisés en France pour le diagnostic hydromorphologique des cours d eau Benoit Terrier. Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse, FRANCE Outils utilisés en France pour le diagnostic hydromorphologique des cours d eau Benoit Terrier Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse, FRANCE Point sur l hydromorphologie sur le bassin Sur le bassin

Plus en détail

Quelques éléments d hydrodynamique des cours d eau

Quelques éléments d hydrodynamique des cours d eau Quelques éléments d hydrodynamique des cours d eau L hydrosphère et les systèmes de la Terre Cours Les cours d eau interviennent sur les processus géologiques : en participant à l érosion, en participant

Plus en détail

MISE EN CONFORMITE DE LA PRISE D EAU DES RICOUS

MISE EN CONFORMITE DE LA PRISE D EAU DES RICOUS MISE EN CONFORMITE DE LA PRISE D EAU DES RICOUS DISPOSITIONS RELATIVES A LA SURETE ET LA SURVEILLANCE 1 DOSSIER ETABLI PAR LE CANAL DE GAP EN AOUT 2011 AVEC LE SOUTIEN FINANCIER DE L UNION EUROPEENNE DE

Plus en détail

Source : ASA du Canal de Gap. Photo 1 : La prise d eau sur le Drac

Source : ASA du Canal de Gap. Photo 1 : La prise d eau sur le Drac 4.2.1.3. La problématique du captage des solides Concernant le captage des matériaux solides ceux-ci sont importants en période transport solide naturel par les eaux du Drac, c'est-à-dire lorsque le débit

Plus en détail

Création de la Piste Agricole de Cacao

Création de la Piste Agricole de Cacao DEPARTEMENT DE LA GUYANE EPAG Création de la Piste Agricole de Cacao ETUDE HYDRAULIQUE ORIGINAL VILLE & TRANSPORT DIRECTION REGIONALE OUEST Espace bureaux Sillon de Bretagne 8 avenue des Thébaudières CS

Plus en détail

Déclaration d intention de travaux sur cours d eau

Déclaration d intention de travaux sur cours d eau Direction départementale des territoires du Loiret Déclaration d intention de travaux sur cours d eau générales Intitulé de l'opération : Demandeur : (Cocher les cases correspondantes ou remplir les champs)

Plus en détail

Pour tout renseignement, contactez

Pour tout renseignement, contactez Le SMAGE des Gardons (Syndicat Mixte pour l Aménagement et la Gestion Equilibrée des Gardons) regroupe 120 communes adhérentes et le Conseil général du Gard, unis pour la gestion des Gardons et ses affluents

Plus en détail

COMPRENDRE : les bases à acquérir sur le fonctionnement des cours d eau

COMPRENDRE : les bases à acquérir sur le fonctionnement des cours d eau COMPRENDRE : les bases à acquérir sur le fonctionnement des cours d eau Comprendre le fonctionnement d un bassin versant Analyser et évaluer les cours d eau 3 et 4 juillet 2012 CNFPT Nevers La ressource

Plus en détail

Coûts de restauration hydromorphologiques des cours d eau

Coûts de restauration hydromorphologiques des cours d eau Préservation et restauration des milieux aquatiques Coûts de restauration hydromorphologiques des cours d eau Coûts de référence Les indices et les coefficients utilisés dans certaines formules de coûts

Plus en détail

Journée de la restauration. de la continuité écologique des cours d'eau. en Adour Garonne

Journée de la restauration. de la continuité écologique des cours d'eau. en Adour Garonne Patrice BEAUDELIN DREAL Midi-Pyrénées Le cadre législatif et réglementaire de la restauration de la continuité écologique Journée d information pour la restauration de la continuité écologique des cours

Plus en détail

Commune d ARENTHON : tableau descriptif de la carte

Commune d ARENTHON : tableau descriptif de la carte Commune d ARENON : tableau descriptif de la carte Phénomène naturel Description des historicités La rivière de l Arve : Sur le territoire communal, l Arve occupe une large zone de divagations anciennes

Plus en détail

De l évaluation à l optimisation des travaux d entretien d un lit fluvial l exemple de la collaboration chercheurs gestionnaires en Loire moyenne

De l évaluation à l optimisation des travaux d entretien d un lit fluvial l exemple de la collaboration chercheurs gestionnaires en Loire moyenne Walphy, Namur, Octobre 2013 De l évaluation à l optimisation des travaux d entretien d un lit fluvial l exemple de la collaboration chercheurs gestionnaires en Loire moyenne NABET Fouzi (1), GAUTIER Emmanuèle

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES INONDATION (P.P.R.N.P.-i)

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES INONDATION (P.P.R.N.P.-i) MISSION INTERMINISTERIELLE DES RISQUES NATURELS DU PUY - DE - DÔME PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES INONDATION (P.P.R.N.P.-i) NOTE DE PRESENTATION Bassin de la TIRETAINE NORD et ses

Plus en détail

Analyse des crues et inondations en Belgique

Analyse des crues et inondations en Belgique Espierres, 04/07/2005 Analyse des crues et inondations en Belgique Prof. F. Petit LHGF J. Van Campenhout, Dr. E. Hallot, Dr. G. Houbrechts, Y. Levecq, A. Peeters 1 I. Définitions Crue: élévation du niveau

Plus en détail

Quoi de neuf en Ile-de-France en termes d impacts du changement climatique sur la ressource en eau? Guillaume Thirel, Julien Boé, Florence Habets

Quoi de neuf en Ile-de-France en termes d impacts du changement climatique sur la ressource en eau? Guillaume Thirel, Julien Boé, Florence Habets Quoi de neuf en Ile-de-France en termes d impacts du changement climatique sur la ressource en eau? Guillaume Thirel, Julien Boé, Florence Habets Contexte Précipitations Débits Nappe Qualité Adaptation

Plus en détail

Étude d'une zone inondable des Avalats à St-Juéry

Étude d'une zone inondable des Avalats à St-Juéry Étude d'une zone inondable des Avalats à St-Juéry Après la visite du site, nous avions relevé sur Geoportail une zone à modéliser sur une longueur de 500 m par 900 m : Vue aérienne de cette zone Comment

Plus en détail

Moulin de Lamothe. Moulin de Lamothe Preignac

Moulin de Lamothe. Moulin de Lamothe Preignac Diagnostic de la continuité écologique : Transit sédimentaire et libre circulation des espèces piscicoles Contribution pour l analyse du contexte hydrologique et sédimentaire des deux bras du Ciron traversant

Plus en détail

ETUDE RELATIVE A L'ELABORATION DU PLAN DE PREVENTION DES RISQUES DU BASSIN VERSANT DE L'AUSSONNELLE

ETUDE RELATIVE A L'ELABORATION DU PLAN DE PREVENTION DES RISQUES DU BASSIN VERSANT DE L'AUSSONNELLE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA HAUTE GARONNE ETUDE RELATIVE A L'ELABORATION DU PLAN DE PREVENTION DES RISQUES DU BASSIN VERSANT DE L'AUSSONNELLE NOTE MÉTHODOLOGIQUE SUR LA DÉTERMINATION

Plus en détail

Etude de définition d une stratégie de gestion durable des bassins versants du Salat et du Volp (09, 31)

Etude de définition d une stratégie de gestion durable des bassins versants du Salat et du Volp (09, 31) Etude de définition d une stratégie de gestion durable Etude de définition d une stratégie de gestion durable Etat des lieux et diagnostic Statistiques Pour les statistiques, les cours d eau ont été scindés

Plus en détail

Restauration du lit du Drac amont par recharge sédimentaire Claude MICHELOT Fréderic LAVAL - BURGEAP

Restauration du lit du Drac amont par recharge sédimentaire Claude MICHELOT Fréderic LAVAL - BURGEAP Restauration du lit du Drac amont par recharge sédimentaire Claude MICHELOT Fréderic LAVAL - BURGEAP Logo Localisation du projet Restauration du lit du Drac amont par recharge sédimentaire 2 Lequel de

Plus en détail

Étude des vals de Bréhémont et du Vieux Cher

Étude des vals de Bréhémont et du Vieux Cher Étude des vals de Bréhémont et du Vieux Cher 1 Réunion publique du DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES INDRE-ET-LOIRE Sommaire de la présentation Déroulement de la présentation : A. Contexte, objectif

Plus en détail

Planification stratégique de la revitalisation des cours d eau

Planification stratégique de la revitalisation des cours d eau Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l'environnement OFEV Planification stratégique de la revitalisation des cours d eau Isabelle

Plus en détail

Cahier des charges de l étude

Cahier des charges de l étude SEUIL DE SAINT PIERRE LE VIEUX RESTAURATION DE LA CONTINUITE ECOLOGIQUE DE LA GROSNE MODIFICATION DU PROFIL EN LONG DE LA RIVIERE PORTANT SUR UNE LONGUEUR INFERIEURE A 100 METRES Mardi 11 février 2014

Plus en détail

Nouvelles concessions Hydroélectrique de Kembs. Atelier «Plan Directeur Poissons migrateurs Rhin»

Nouvelles concessions Hydroélectrique de Kembs. Atelier «Plan Directeur Poissons migrateurs Rhin» Nouvelles concessions Hydroélectrique de Kembs Atelier «Plan Directeur Poissons migrateurs Rhin» AMENAGEMENT DE KEMBS - LOCALISATION Aménagement de Kembs 2 - CIPR atelier plan Directeur poissons migrateurs

Plus en détail

Rétablissement de la confluence entre la Strange et la Sûre à Strainchamps. La Sûre La Strange

Rétablissement de la confluence entre la Strange et la Sûre à Strainchamps. La Sûre La Strange Rétablissement de la confluence entre la Strange et la Sûre à Strainchamps La Sûre La Strange Rétablissement de la confluence entre la Strange et la Sûre Sommaire: La Sûre et la Strange à Strainchamps,

Plus en détail

Caractérisation du ruisseau Paradis

Caractérisation du ruisseau Paradis Caractérisation du ruisseau Paradis Note technique Regroupement des associations pour la protection de l environnement des lacs et des cours d eau Regroupement des Associations Pour la Protection de l

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DES PHYTOTECHNOLOGIES POUR LA STABILISATION DES BERGES DE RIVIÈRES AU QUÉBEC MERCREDI 5 OCTOBRE 2016 UNIVERSITÉ DE LAVAL

DÉVELOPPEMENT DES PHYTOTECHNOLOGIES POUR LA STABILISATION DES BERGES DE RIVIÈRES AU QUÉBEC MERCREDI 5 OCTOBRE 2016 UNIVERSITÉ DE LAVAL Chambéry Métropole DÉVELOPPEMENT DES PHYTOTECHNOLOGIES POUR LA STABILISATION DES BERGES DE RIVIÈRES AU QUÉBEC MERCREDI 5 OCTOBRE 2016 UNIVERSITÉ DE LAVAL AMÉNAGEMENT DE LA LEYSSE À CHAMBÉRY : CONCEPTION

Plus en détail

PARTIE AVAL DU BRAMONT PROJET D AMENAGEMENT

PARTIE AVAL DU BRAMONT PROJET D AMENAGEMENT PARTIE AVAL DU BRAMONT PROJET D AMENAGEMENT AMENAGEMENTS PISCICOLES SUR LA PARTIE TERMINALE DU BRAMONT INTRODUCTION : Le Bramont est un affluent rive gauche du Lot, faisant partie du domaine salmonicole.

Plus en détail

Synthèse sur les phénomènes historiques Commune de Thiant-sur-Ecaillon

Synthèse sur les phénomènes historiques Commune de Thiant-sur-Ecaillon Synthèse sur les phénomènes historiques Commune de Thiant-sur-Ecaillon Document synthétique à destination du COCON Synthèse morphologique et historique sur la commune Les repères de crues qui ont un identifiant

Plus en détail

Concept de de mesures de de protection contre les crues

Concept de de mesures de de protection contre les crues Concept de de mesures de de protection contre les crues Mesures de de protection actives Rétention des crues régulation des lacs naturels mise en exploitation des zones inondables ou d épanchement réalisation

Plus en détail

Les gravières dans le corridor fluvial : incidences sur le transport solide

Les gravières dans le corridor fluvial : incidences sur le transport solide Les gravières dans le corridor fluvial : incidences sur le transport solide Réunion de travail de Brioude 29 janvier 2010 Jean-Luc PEIRY Professeur Plan de l exposé : 1. Mécanismes du T.S. fluviatile et

Plus en détail

D Y N A M I Q U E F L U V I A T I L E

D Y N A M I Q U E F L U V I A T I L E Fiche 5.1.3 Page 1 sur 5 5.1.3 L érosion fluviatile régressive Par un processus d incision appelé mécanisme d érosion régressive et par leur tendance à rechercher un profil d équilibre concave, les réseaux

Plus en détail

Direction Départementale des Territoires de l Allier. Cartographie de l aléa inondation de la rivière Allier sur l agglomération moulinoise.

Direction Départementale des Territoires de l Allier. Cartographie de l aléa inondation de la rivière Allier sur l agglomération moulinoise. Direction Départementale des Territoires de l Allier Cartographie de l aléa inondation de la rivière Allier sur l agglomération moulinoise Rapport 01635451 janvier 2015 v2 DDT03 Cartographie de l aléa

Plus en détail

Aménagment du bief et de la Manse entre l étang et la rue du moulin

Aménagment du bief et de la Manse entre l étang et la rue du moulin Aménagment du bief et de la Manse entre l étang et la rue du moulin Le bras de rivière, qui s écoule depuis l étang jusque la rue du moulin, était en très mauvais état : Les berges étaient constituées

Plus en détail

Aménagements de réhabilitation du Dadon aval Dossier photographique

Aménagements de réhabilitation du Dadon aval Dossier photographique Fédération Départementale pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique «Le Villaret» 2092, route des Diacquenods 74370 SAINT-MARTIN BELLEVUE Syndicat Mixte Interdépartemental d Aménagement du Chéran

Plus en détail

FACE AU RISQUE HYDROMETEOROLOGIQUE : LE PROJET ISERE AMONT, UN PROJET DE PREVENTION DES INONDATIONS PAR RALENTISSEMENT DYNAMIQUE DE CRUE

FACE AU RISQUE HYDROMETEOROLOGIQUE : LE PROJET ISERE AMONT, UN PROJET DE PREVENTION DES INONDATIONS PAR RALENTISSEMENT DYNAMIQUE DE CRUE FACE AU RISQUE HYDROMETEOROLOGIQUE : LE PROJET ISERE AMONT, UN PROJET DE PREVENTION DES INONDATIONS PAR RALENTISSEMENT DYNAMIQUE DE CRUE Saint Martin d Hères 30 juin 2016 Une expérience en gestion des

Plus en détail

Plan de prévention des risques naturels liés aux inondations de la Coise

Plan de prévention des risques naturels liés aux inondations de la Coise Plan de prévention des risques naturels liés aux inondations de la Coise HTV Hydraulique et environnement 27 novembre 2012 Une étude en 2 étapes 1 Etude hydrologique Objectif : définir les débits de crues

Plus en détail

Cadre général. BV Véore 383 km² entre Vercors et Rhône Plusieurs affluents importants Territoire partagé entre piedmont et plaine de Valence

Cadre général. BV Véore 383 km² entre Vercors et Rhône Plusieurs affluents importants Territoire partagé entre piedmont et plaine de Valence Cadre général BV Véore 383 km² entre Vercors et Rhône Plusieurs affluents importants Territoire partagé entre piedmont et plaine de Valence Tête de bassin versant préservé Plaine avec cours d eau recalibrés,

Plus en détail

Base de donnée Salamandre. Diagnostic de la qualité hydromorphologique des cours d eau. 07/12/2011 Salamandre Demain Deux Berges

Base de donnée Salamandre. Diagnostic de la qualité hydromorphologique des cours d eau. 07/12/2011 Salamandre Demain Deux Berges Base de donnée Salamandre. Diagnostic de la qualité hydromorphologique des cours d eau. Quels buts et quels impératifs? Un outil qui permet aux technicien(ne)s rivières : - de diagnostiquer la qualité

Plus en détail

Reméandration 2.4. Reprise d un ancien méandre de l Eau Blanche à Boussu-en-Fagne

Reméandration 2.4. Reprise d un ancien méandre de l Eau Blanche à Boussu-en-Fagne Reméandration 2.4 Reprise d un ancien méandre de l Eau Blanche à Boussu-en-Fagne Caractéristiques du secteur restauré Masse d eau : MM05R Cours d eau : Eau Blanche Secteur restauré : amont de Boussu en

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE MAITRISE D OEUVRE VILLE DE GARDANNE DIRECTION DES SERVICES TECHNIQUES SERVICE Marché Avenue de Nice Résidence Saint Roch 13120 GARDANNE AMENAGEMENTS PLUVIAUX DU RUISSEAU DES MOLX Date

Plus en détail

ECOULEMENT UNIFORME : LECON 4 : DISTRIBUTION DES VITESSES ET FORMES DES CANAUX ET DES RIVIERES

ECOULEMENT UNIFORME : LECON 4 : DISTRIBUTION DES VITESSES ET FORMES DES CANAUX ET DES RIVIERES ECOULEMENT UNIFORME : LECON 4 : DISTRIBUTION DES VITESSES ET FORMES DES CANAUX ET DES RIVIERES Objectifs Suite aux 3 premières leçons, nous disposons d'une équation de l'écoulement uniforme, ainsi que

Plus en détail

risque inondation Agglomération Nevers Modeliser : une maquette dans laquelle on fait couler les crues sur l

risque inondation Agglomération Nevers Modeliser : une maquette dans laquelle on fait couler les crues sur l Le risque Modeliser : d inondation une maquette sur l Agglomération dans laquelle on fait de Nevers couler les crues Minea - Octobre 2010 Page 1 Sommaire Modèliser, c est faire une maquette dans laquelle

Plus en détail

COMMUNE DE JUNAS (Département du Gard) PLAN LOCAL D URBANISME Modification n 1. 3 Orientation d Aménagement et de Programmation

COMMUNE DE JUNAS (Département du Gard) PLAN LOCAL D URBANISME Modification n 1. 3 Orientation d Aménagement et de Programmation COMMUNE DE JUNAS (Département du Gard) PLAN LOCAL D URBANISME Modification n 1 3 Orientation d Aménagement et de Programmation Procédure Prescription Arrêt du projet Approbation Révision valant élaboration

Plus en détail

tous les cours d eau et les lacs 1) La ligne des hautes eaux (LHE) 2) Les caractéristiques de votre rive la ligne des hautes eaux

tous les cours d eau et les lacs 1) La ligne des hautes eaux (LHE) 2) Les caractéristiques de votre rive la ligne des hautes eaux Guide explicatif pour les riverains NOUVELLES DISPOSITIONS DU RÈGLEMENT SUR LA PROTECTION DES BERGES L objectif des nouvelles dispositions du règlement sur la protection des berges est de rétablir et de

Plus en détail

Commune de THYEZ : tableau descriptif de la carte

Commune de THYEZ : tableau descriptif de la carte Commune de YEZ : tableau descriptif de la carte Phénomène naturel Description des historicités L'Arve La rivière traverse sur la commune de hyez une ancienne zone de divagation. Ses hautes berges de plus

Plus en détail

Rencontres Anguille du GRISAM / Boulogne sur Mer 2015

Rencontres Anguille du GRISAM / Boulogne sur Mer 2015 Analyse des rythmes migratoires de l anguille jaune sur les stations de Golfech (Garonne) et Tuilières (Dordogne) en lien avec les facteurs Premiers éléments d analyse V. Lauronce 1, L. Carry 1, W. Bouyssonnie

Plus en détail

PRESERVATION DU FONCTIONNEMENT DES MILIEUX NATURELS

PRESERVATION DU FONCTIONNEMENT DES MILIEUX NATURELS PRESERVATION DU FONCTIONNEMENT DES MILIEUX NATURELS CONTINUITE ECOLOGIQUE ET ETAT PHYSIQUE DES COURS D EAU La restauration de la continuité écologique vise l amélioration des conditions de circulation

Plus en détail

30 km de parcourus en 2 mois

30 km de parcourus en 2 mois Les différentes migrations Plusieurs types de déplacement observés. s. Diagnostic et restauration de la libre circulation piscicole dans les petits hydrosystèmes Conseil Supérieur de la Pêche MIGRATIO

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN BASSIN DE RETENTION

CONSTRUCTION D UN BASSIN DE RETENTION COMMUNE DE HAGENTHAL LE BAS * * * * * CONSTRUCTION D UN BASSIN DE RETENTION RD16 * * * * * MEMOIRE EXPLICATIF Introduction La Commune de Hagenthal le Bas s est inscrite dans la démarche GERPLAN avec la

Plus en détail

III.5) L Avanon. Etude piscicole des Territoires de Chalaronne Etat initial, Février 2006 FDAAPPMA01

III.5) L Avanon. Etude piscicole des Territoires de Chalaronne Etat initial, Février 2006 FDAAPPMA01 III.5) L Avanon 45 46 47 III.6) Le Jorfon 48 49 III.7) La Petite Calonne 50 51 Station de Pêche électrique PETITE CALONNE : Lieu-dit Rapillon - Août 2005 Longueur station (en m) : 100 Largeur station (en

Plus en détail

Inondation de la Loire dans le département de la Nièvre

Inondation de la Loire dans le département de la Nièvre Inondation de la Loire dans le département de la Nièvre Reconstitution des plus hautes eaux connues et des hauteurs de submersion consécutives Présentation de la démarche aux élus des vals du département

Plus en détail

L objectif Le guide a été élaboré pour répondre aux problématiques suivantes :

L objectif Le guide a été élaboré pour répondre aux problématiques suivantes : L objectif Le guide a été élaboré pour répondre aux problématiques suivantes : des inondations qui ont toujours existé mais qui se produisent de plus en plus fréquemment, notamment suite à de l urbanisation

Plus en détail

Indicateurs de suivis de la restauration de la continuité piscicole. Éléments de réflexion

Indicateurs de suivis de la restauration de la continuité piscicole. Éléments de réflexion Indicateurs de suivis de la restauration de la continuité piscicole Éléments de réflexion Sylvain Richard ONEMA DIR8 Journée technique «continuité écologique» DREAL LR - 22 juin 2011 Indicateurs de suivis

Plus en détail

Notice méthodologique de définition de l'espace de mobilité

Notice méthodologique de définition de l'espace de mobilité Syndicat Mixte de Gestion Intercommunautaire du Buëch et de ses Affluents Maison de l'intercommunalité 05 140 Aspres sur Buëch Tel : 19 66 44 21 26 Fax : Définition d'un plan de Gestion des alluvions du

Plus en détail

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau»

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau» NOTE RELATIVE A LA GESTION DES EAUX PLUVIALES SUR LES PARCELLES PRIVATIVES «le Pré Bourdeau» 55 b rue Gaston Boulet 76380 Bapeaume les Rouen TEL : 02.32.82.36.81 FAX : 02.35.76.96.50 contact@infraservices.fr

Plus en détail

Visite du chantier de protection de la ville de Lattes contre le risque inondation :

Visite du chantier de protection de la ville de Lattes contre le risque inondation : Visite du chantier de protection de la ville de Lattes contre le risque inondation : Création du déversoir et du chenal de la Lironde. Confortement des digues du Lez à Lattes et terrassement. La communauté

Plus en détail

Restitution finale de l étude hydraulique globale Zone inondable Ouche, Tille aval et affluents

Restitution finale de l étude hydraulique globale Zone inondable Ouche, Tille aval et affluents Restitution finale de l étude hydraulique globale Zone inondable Ouche, Tille aval et affluents Journée d information aux élus des communes des bassins de l Ouche, de la Tille aval et de leurs affluents

Plus en détail

Ouvrages de franchissement, busage de cours d eau soumis a déclaration ou autorisation au titre l article L du code de l environnement

Ouvrages de franchissement, busage de cours d eau soumis a déclaration ou autorisation au titre l article L du code de l environnement Ouvrages de franchissement, busage de cours d eau soumis a déclaration ou autorisation au titre l article L 214-3 du code de l environnement L ensemble des points listés ci-dessous devra être renseigné

Plus en détail

ADAPTATIONS DU PROJET DU BARRAGE MOULAY BOUCHTA

ADAPTATIONS DU PROJET DU BARRAGE MOULAY BOUCHTA Thème : Excavations et préparations des fondations: Traitements et renforcements ADAPTATIONS DU PROJET DU BARRAGE MOULAY BOUCHTA Auteurs Ahmed Fouad Chraibi (Consultant Indépendant) Abdelaaziz Zaki (Direction

Plus en détail

Sécurisation des digues du Rhône entre Beaucaire et Arles. Colloque technique 31 janvier 2012 à l ESTP. Comité Français des Barrages et Réservoirs

Sécurisation des digues du Rhône entre Beaucaire et Arles. Colloque technique 31 janvier 2012 à l ESTP. Comité Français des Barrages et Réservoirs Comité Français des Barrages et Réservoirs Sécurisation des digues du Rhône entre Beaucaire et Arles Colloque technique 31 janvier 2012 à l ESTP Thibaut MALLET : SYMADREM Gérard DEGOUTTE : IRSTEA Le SYMADREM

Plus en détail

Reconquête de l espace de mobilité de l Adour entre Lafitole et Riscle

Reconquête de l espace de mobilité de l Adour entre Lafitole et Riscle Reconquête de l espace de mobilité de l Adour entre Lafitole et Riscle Rencontre Interrégionale des réseaux d acteurs une gestion globale et concertée des Alixan, Mardi 6 juillet 2010 PLAN DE L INTERVENTION

Plus en détail

Outil d aide à la décision :

Outil d aide à la décision : DT Seine-Amont Encadrant : Brigitte LANCELOT Outil d aide à la décision : Identification des scénarios de travaux de restauration par masse d eau Anne-Sophie POUX Nanterre 9 septembre 2010 - Aménagements

Plus en détail

Révision partielle N 1 du Plan de Prévention des Risques naturels prévisibles

Révision partielle N 1 du Plan de Prévention des Risques naturels prévisibles Page 1 Préfecture de la Savoie B COMMUNE DE Bourg Saint Maurice Révision partielle N 1 du Plan de Prévention des Risques naturels prévisibles 1 - Note de présentation Approuvé le : Nature des risques pris

Plus en détail

aussi VOIRIE km de routes et chemins en région wallonne!

aussi VOIRIE km de routes et chemins en région wallonne! aussi VOIRIE 78.000 km de routes et chemins en région wallonne! Figure 8. Rejets des eaux de voirie vers le champ et ravinement du champ en conséquence II-13 Figure 9. Le chemin a été rehaussé et rejette

Plus en détail

COMMUNE DE HESINGUE CONSTRUCTION D UN BASSIN DE RETENTION DES EAUX DE CRUE LIEU DIT BREITE MATTEN

COMMUNE DE HESINGUE CONSTRUCTION D UN BASSIN DE RETENTION DES EAUX DE CRUE LIEU DIT BREITE MATTEN COMMUNE DE HESINGUE * * * * * CONSTRUCTION D UN BASSIN DE RETENTION DES EAUX DE CRUE LIEU DIT BREITE MATTEN * * * * * MEMOIRE EXPLICATIF PEVI/notes/GW/VB/05S25/11janvier2005 52/62 Introduction La Commune

Plus en détail

CONCLUSION GENERALE - 245. Transfert par infiltration de l'eau et du soluté dans les sols non saturés - Utilisation de la méthode TDR-

CONCLUSION GENERALE - 245. Transfert par infiltration de l'eau et du soluté dans les sols non saturés - Utilisation de la méthode TDR- CONCLUSION GENERALE - 245 - 246 CONCLUSION GENERALE L'étude présentée dans ce mémoire concerne principalement l'analyse et l'interprétation d'essais d'infiltration d'eau et de soluté réalisés, au laboratoire,

Plus en détail

risque inondation Agglomération Nevers Le renforcement des digues et la création de déversoirs sur l Etude EGRIAN - Synthèse de la phase II

risque inondation Agglomération Nevers Le renforcement des digues et la création de déversoirs sur l Etude EGRIAN - Synthèse de la phase II Le risque Le renforcement d inondation des digues sur l Agglomération et la création de Nevers de déversoirs Minea - Mai 2013 Page 1 Sommaire 1 Le renforcement des digues et la création de déversoirs 3

Plus en détail

Module de formation en Débitmétrie 1ère partie : Choix du site de jaugeage Éléments d hydraulique fluviale

Module de formation en Débitmétrie 1ère partie : Choix du site de jaugeage Éléments d hydraulique fluviale WMO / OMM Autorité du Bassin du Niger Projets Niger-HYCOS et Volta-HYCOS Module de formation en Débitmétrie 1ère partie : Choix du site de jaugeage Éléments d hydraulique fluviale IRD - Unité OBHI (Observatoires

Plus en détail

La Potamologie ou la Science des Rivières

La Potamologie ou la Science des Rivières La Potamologie ou la Science des Rivières Que devons-nous savoir au sujet des rivières Que ne savons-nous pas (encore) Potamologie 1 Prof. Em. Ir. J.J. Peters Ingénieur conseil Contenu des exposés Introduction:

Plus en détail

Outils règlementaires associés à la continuité sédimentaire dans les cours d eau

Outils règlementaires associés à la continuité sédimentaire dans les cours d eau Outils règlementaires associés à la continuité sédimentaire dans les cours d eau Claire-Cécile Garnier Direction de l eau et de la biodiversité Bureau des milieux aquatiques LOGOS DCE : Annexe V Elément

Plus en détail

AMENAGEMENTS DE L YZERON

AMENAGEMENTS DE L YZERON AMENAGEMENTS DE L YZERON REUNION PUBLIQUE D INFORMATION JEUDI 2 AVRIL 2015 Comment lutter contre les crues? Quelles sont les solutions? État des lieux, constats. AMENAGEMENTS DE L YZERON 1 - Prenons la

Plus en détail

Analyse des crues du 4 octobre 2010 en Martinique Rapport préliminaire

Analyse des crues du 4 octobre 2010 en Martinique Rapport préliminaire Analyse des crues du 4 octobre 2010 en Martinique ----------Rapport préliminaire Pascal Marras, Vanessa Corré V.1 du 03 Novembre 2010 Page 1 sur 7 Préambule L objet de ce rapport est de permettre d apprécier

Plus en détail

Mise en œuvre de la politique de restauration des continuités piscicoles et sédimentaires. Comité EDATER 77 le 10 décembre 2013

Mise en œuvre de la politique de restauration des continuités piscicoles et sédimentaires. Comité EDATER 77 le 10 décembre 2013 Mise en œuvre de la politique de restauration des continuités piscicoles et sédimentaires Comité EDATER 77 le 10 décembre 2013 Présentation Contexte global Objectifs de la restauration Contexte réglementaire

Plus en détail

Avis bureau Pont d Ancenis RD 763 travaux de rénovation Conseil Général 44

Avis bureau Pont d Ancenis RD 763 travaux de rénovation Conseil Général 44 Pont suspendu datant de 1953 Projet de rénovation : Changement complet de la suspension Protection anticorrosion de la charpente métallique Remplacement ou remise en état des d appareils d appui Réparation

Plus en détail

Gestion des milieux aquatiques et des inondations: continuité écologique et opération coordonnée

Gestion des milieux aquatiques et des inondations: continuité écologique et opération coordonnée Gestion des milieux aquatiques et des inondations: continuité écologique et opération coordonnée La continuité écologique concerne : - la circulation des poissons - le transport solide (sédiments) - le

Plus en détail

Problématique érosion-ruissellement : Quels enjeux et quelles solutions?

Problématique érosion-ruissellement : Quels enjeux et quelles solutions? Problématique érosion-ruissellement : Quels enjeux et quelles solutions? 21 ème Journée Rivière Villeneuve l archevêque - 22/09/2015 La problématique érosion/ruissellement Définitions de ces phénomènes

Plus en détail

Résumé : Le bassin Rhin Meuse (Atelier n 4 : Comment préserver et restaurer l espace de liberté d un fleuve?)

Résumé : Le bassin Rhin Meuse (Atelier n 4 : Comment préserver et restaurer l espace de liberté d un fleuve?) Résumé : Le bassin Rhin Meuse (Atelier n 4 : Comment préserver et restaurer l espace de liberté d un fleuve?) Par Marie LEMOINE, chargée de mission zones humides à l Agence de l Eau Rhin Meuse Sur le bassin

Plus en détail

DIGUE DES ISCLES DE MILAN

DIGUE DES ISCLES DE MILAN DIGUE DES ISCLES DE MILAN Enquête publique relative à la déclaration de projet pour les travaux de la digue des Iscles de Milan à Cheval Blanc (protection contre les crues de la Durance) : déclaration

Plus en détail

3 Processus et formes d érosion

3 Processus et formes d érosion 3 Les formes d érosion généralités 3 Processus et formes d érosion 3-1 Formes liées à la dynamique fluviale 3-2 Formes liées à la dynamique glaciaire 3-3 Formes liées au vent 3-4 Formes liées à la dynamique

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 DE L EMBOUCHURE DE L AGLY JUSQU AU PORT DU BARCARES CELLULE HYDRO-SEDIMENTAIRE N 9 COMMUNES sur la CELLULE : Torreilles Le Barcarès 0 L unité hydrosédimentaire

Plus en détail

Eléments d aide à l élaboration d un plan de gestion du transport solide

Eléments d aide à l élaboration d un plan de gestion du transport solide Eléments d aide à l élaboration d un plan de gestion du transport solide 149 15 15 Concepts Étapes de mise en œuvre Concepts Les concepts et principes méthodologiques présentés dans ce chapitre peuvent,

Plus en détail

LE PERMIS DE CONSTRUIRE

LE PERMIS DE CONSTRUIRE LE PERMIS DE CONSTRUIRE INTRODUCTION Quand peut-on démarrer les travaux d'aménagements ou de construction? Certains projets sont dispensés de formalité, d autres sont obligatoirement soumis à déclaration

Plus en détail

Vallée alluviale de la Moselle sauvage de Virecourt

Vallée alluviale de la Moselle sauvage de Virecourt Fiche P.1 54 et 88 Vallée alluviale de la Moselle sauvage de Virecourt à Chamagne PRESERVATION Ecocomplexe alluvial Objectif : Préserver à long terme par la maîtrise foncière le dernier secteur sauvage

Plus en détail

ETUDE HYDROGÉOLOGIQUE COMPLÉMENTAIRE

ETUDE HYDROGÉOLOGIQUE COMPLÉMENTAIRE 1/6 ETUDE HYDROGÉOLOGIQUE COMPLÉMENTAIRE Dans le cadre de la demande d autorisation d exploiter une carrière alluvionnaire dans la Durance. Commune de Curbans, Alpes de haute Provence (04). Volet «EAU»

Plus en détail