Suivi de la qualité de l air en atmosphère intérieure dans les locaux de l école maternelle et élémentaire Les Vergers - Illkirch Graffenstaden

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Suivi de la qualité de l air en atmosphère intérieure dans les locaux de l école maternelle et élémentaire Les Vergers - Illkirch Graffenstaden"

Transcription

1 Suivi de la qualité de l air en atmosphère intérieure dans les locaux de l école maternelle et élémentaire Les Vergers - Illkirch Graffenstaden Rapport relatif à la campagne de mesure qui s est déroulée du 09 au 25 mai 2007 Juin 2007 ASPA I-D

2 Conditions de diffusion : Diffusion libre pour une réutilisation ultérieure des données dans les conditions cidessous. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit faire référence à l ASPA en terme de «Source d information ASPA I-D». Données non rediffusées en cas de modification ultérieure des données. Sur demande, l ASPA met à disposition les caractéristiques des techniques de mesures et des méthodes d exploitation des données mises en œuvre ainsi que les normes d environnement en vigueur. Les données contenues dans ce document restent la propriété de l ASPA. Intervenants : Intervenants techniques : - Préleveurs actifs : Sébastien Dubost, Eric Herber - Préleveurs passifs : Sébastien Dubost, Eric Herber Intervenants études : - Gestion du projet : Nathalie Leclerc - Organisation de la campagne : Eric Herber - Rédaction du rapport : Eric Herber - Tiers examen du rapport : Agnès Bertrand - Approbation du rapport: Nathalie Leclerc Intervenant Ville d Illkirch-Graffenstaden : Benoît Collet ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 2

3 SOMMAIRE I. CADRE ET OBJECTIFS DE L ETUDE 4 II. METHODE ET MOYENS MIS EN ŒUVRE 5 II.1. Aspects techniques 5 II.1.1 Suivi du formaldéhyde 5 II.1.2 Suivi des COVNM 7 II.1.3 Suivi du CO2 8 II.2. Aspects méthodologiques 9 III. RESULTATS DE LA CAMPAGNE DE MESURE 14 III.1. Suivi des aldéhydes 14 III.1.1 Par tubes passifs 14 III.1.2 Par tubes actifs 21 III.2. Suivi des composés organiques volatils non méthaniques par canisters 23 III.3. Taux de renouvellement de l air à l école Les Vergers - perméabilité des bâtiments 26 IV. CONCLUSIONS 33 ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 3

4 I. CADRE ET OBJECTIFS DE L ETUDE Plusieurs campagnes de suivi de la qualité de l air à l intérieur des locaux de l école élémentaire Les Vergers d Illkirch- Graffenstaden ont été réalisées par l ASPA depuis les années Au regard des taux enregistrés, en formaldéhyde notamment, au cours de ces différentes mesures et de la persistance des gênes ressenties par les enseignants, la ville d Illkirch-Graffenstaden a sollicité l ASPA pour la réalisation d un bilan de l évolution de la qualité de l air intérieur afin d alimenter sa réflexion sur l installation d une ventilation mécanique contrôlée. Les écoles maternelle et élémentaire Les Vergers présentant des caractéristiques de constructions similaires, un suivi de la qualité de l air dans l enceinte de l école maternelle avait également été demandé. ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 4

5 II. METHODE ET MOYENS MIS EN ŒUVRE II.1. Aspects techniques II.1.1 Suivi du formaldéhyde L indicateur de pollution de l air intérieur suivi lors des campagnes de mesures précédentes a été le formaldéhyde, principal polluant de l air intérieur auquel est rattaché une valeur guide de l OMS (valeur guide fixée à 100 µg/m 3 pour une exposition sur 30 minutes). Il est proposé de situer les concentrations de formaldéhyde mesurées dans l enceinte des écoles maternelle et élémentaire : Au regard de la valeur guide via un système de prélèvement actif sur 30 minutes comprenant : un régulateur de débit massique ; une pompe ; une cartouche absorbante (support solide imprégné de réactif chimique), spécifique du composé à analyser. A noter qu il n existe pas de protocole normalisé établi visant à obtenir une mesure représentative des concentrations en formaldéhyde à partir de mesures réalisées sur un pas de temps de 30 minutes. La méthodologie proposée s appuie sur les préconisations de la norme NF ISO , décrivant les aspects à prendre en considération lors de l élaboration d une stratégie d échantillonnage pour l analyse du formaldéhyde dans l air intérieur. Ces mesures doivent permettre de situer les niveaux enregistrés dans les classes par rapport à la valeur guide OMS exclusivement au cours des périodes de mesure. Par rapport aux concentrations mesurées lors des campagnes précédentes via un système de prélèvement passif sur 48 heures. Pour ces deux types de prélèvements, la quantité de molécules piégées est proportionnelle à sa concentration dans l environnement et est déterminée par analyse des échantillons différée en laboratoire. L analyse est réalisée au laboratoire interrégional de chimie par HPLC couplée avec un détecteur UV. 1 Norme NF ISO Novembre 2004 Stratégie d échantillonnage du formaldéhyde ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 5

6 Les deux systèmes de mesure - passif et actif - permettent de déterminer les concentrations moyennes en formaldéhyde (respectivement sur 48h et 30 minutes de prélèvement) ainsi que les niveaux de six autres aldéhydes. Les sources spécifiques potentielles des composés mesurés sont mentionnées cidessous 2 : Formaldéhyde : photochimie, panneaux de particules, panneaux de fibres, panneaux de bois brut, émissions des livres et magazines neufs, peintures à phase solvant, fumée de cigarette, photocopieurs ; Acétaldéhyde : photochimie, fumée de cigarettes, photocopieurs, panneaux de bois brut, panneaux de particules ; Benzaldéhyde : peintures à phase solvant, photocopieurs, parquet traité ; Butyraldéhyde : photocopieurs ; Isovaléraldéhyde : parquet traité, panneaux de particules ; Valéraldéhyde : émissions des livres et magazines neufs, peintures à phase solvant, panneaux de particules ; Propionaldéhyde : fumée de cigarettes. 2 Issus du rapport exécutif de la phase préparatoire aux premiers résultats de l étude pilote OQAI 22 mars 2002 ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 6

7 II.1.2 Suivi des COVNM Lors de la campagne de mesure réalisée à l école les Vergers dans le cadre de la campagne pilote de l Observatoire de la Qualité de l Air intérieur en juin 2001, la présence d autres composés organiques volatils (COVNM) a été mise en évidence à des niveaux supérieurs à ceux mesurés dans les huit autres écoles équipées dans le cadre de cette campagne (cf. bilan ASPA IR). Etant données les caractéristiques physicochimiques de ces composés (aldéhydes et COVNM), leurs concentrations sont dépendantes de la température et de l humidité ambiante et sont donc représentatives des conditions rencontrées lors de la période de mesure. Ces autres composés n ayant pas fait l objet de mesure complémentaire jusqu à présent, il est proposé de réaliser également leur suivi. Pour cela, il est nécessaire de mettre en œuvre : des canisters pour le prélèvement sur 24h et l analyse de composés organiques volatils «légers». L air prélevé est analysé au laboratoire interrégional de chimie par chromatographie gazeuse avec quantification par un détecteur à ionisation de flamme. ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 7

8 II.1.3 Suivi du CO2 Afin de recueillir des informations pouvant expliquer les taux de formaldéhyde et de COVNM mesurés, des données complémentaires ont été recueillies : Suivi des paramètres physiques température et humidité relative ; Mesure des taux de CO2 à l aide de l analyseur d ambiance Q-Trak afin d obtenir des informations sur l étanchéité du bâtiment et d approcher le taux de renouvellement d air. Au regard de l importance de la ventilation soulignée au travers des différentes études et colloque menés sur les écoles 3, le suivi de ces paramètres constituent une aide utile quant à la mise en place de mesures d amélioration de la qualité de l air. 3 Journée scientifique Qualité de l Air Intérieur dans les écoles Réseau RSEIN, 4 juillet 2005 ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 8

9 II.2. Aspects méthodologiques Les mesures ont été réalisées entre le 9 et le 25 mai 2007 dans quatre classes de l école élémentaire Les Vergers dont trois d entre elles avaient déjà fait l objet de mesures lors de précédentes campagnes : - Classe n 3 / CE2-CM1 (Instituteur : M. Berger) située au rez-de-chaussée de l école ; Le planning d organisation des différents prélèvements proposé est décrit ci-dessous : Mesures par tubes passifs : prélèvement réalisé pendant 48h les 9 et 10 mai 2007 dans chacune des 5 sites de l école élémentaire ainsi que dans chacun des 3 sites de l école maternelle. - Classe n 12 / CE1 (Institutrice : Mme Gaugler) située au 1 er étage de l école ; - Classe n 17 / CM1-CM2 (Institutrice : Mme Caminade) située au 1 er étage de l école ; - Classe supplémentaire située au rez-de-chaussée / CP (Institutrice : Mme Ginestet). Mesure des aldéhydes par tubes passifs- classe n 3 Ecole élémentaire Un site de mesure a également été installé dans les sanitaires (équipés d un système de ventilation mécanique). L école maternelle qui jusqu à présent n avait fait l objet d aucune mesure de qualité de l air a été instrumentée de la façon suivante : - Salle n 3 (Institutrice : Mme Fortenbach) ; Mesure des aldéhydes par tubes passifs- sanitaires Ecole maternelle - Salle de jeux ; - Sanitaires. ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 9

10 Mesures par tubes actifs : prélèvement pendant 30 minutes le vendredi 11 mai 2007 (dans la matinée) dans chacune des 4 salles de classe de l école élémentaire ainsi que dans la classe et la salle de jeux de l école maternelle. Etant données les caractéristiques physicochimiques de ce composé, sa concentration va être très dépendante de la température et de l humidité ambiante et donc de la période de mesure. Les mesures ont été réalisées suivant les préconisations de la norme NF ISO , relative à la stratégie d échantillonnage du formaldéhyde qui précise : La méthode proposée a permis de situer les niveaux enregistrés dans les classes par rapport à la valeur guide OMS exclusivement au cours des périodes de mesure. «Avant l'échantillonnage, les pièces naturellement ventilées sont soumises à une ventilation intensive pendant 15 min, puis elles sont maintenues fermées pendant au moins 8h (de préférence une nuit). Les portes et fenêtres sont tenues fermées pendant cette période sans prendre de mesures complémentaires telles que le colmatage des fenêtres et des cadres de portes. L'échantillonnage est alors effectué sur une durée de 30 min avec les portes et les fenêtres toujours fermées. S'il existe des règlements particuliers de ventilation (par exemple écoles, jardins d'enfants), l'échantillonnage est effectué après un cycle d'utilisation (par exemple après le premier cours).» Mesure du formaldéhyde par tubes actifs classe n 12 - Ecole élémentaire Des instructions en ce sens ont été présentées aux responsables des écoles élémentaire et maternelle Les Vergers qui se sont chargés de les faire appliquer. ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 10

11 Mesures par canisters : prélèvement pendant 3x8 heures les jeudi 10, vendredi 11et lundi 14 mai 2007, entre 8h et 16h (en présence des enfants) dans les salles de classe n 3 (M. Berger) et 12 (Mme. Gaugler) de l école élémentaire ainsi que dans la classe 3 et la salle de jeux de l école maternelle. Mesures Q-Trak : l analyseur Q-Trak permet d enregistrer en continu au pas de temps de 10 min les mesures de température, humidité relative et les concentrations en CO2. Le relevé de ces paramètres s est déroulé en deux temps (en raison du nombre d appareils disponibles) : - du 9 au 11 mai 2007 dans les salles de classe 3 et 12 de l école élémentaire ainsi que dans la classe 3 de l école maternelle ; - du 21 au 25 mai 2007 dans les salles de classe de Mme Ginestet et 17 de l école élémentaire ainsi que dans la salle de jeux de l école maternelle. Mesure des COVNM par canisters + paramètres de confort par Q-Trak - classe n 3 - Ecole maternelle ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 11

12 Bilan des prélèvements/mesures effectués par classe/pièce dans l école élémentaire Les Vergers Illkirch-Graffenstaden Classe 3 élémentaire / M.Berger_rdc passifs (1x48h) actifs (1x30 min) canisters (3x8h) Mesures CO 2- Temp-HR Classe 12 élémentaire / Mme.Gaugler_1er étage passifs (1x48h) actifs (1x30 min) canisters (3x8h) Mesures CO 2- Temp-HR Sanitaires élémentaire passifs (1x48h) mercredi 09/05/2007 mercredi 09/05/2007 mercredi 09/05/ h29 14h44 15h07 15h17 15h00 jeudi 10/05/2007 8h00 à 16h00 jeudi 10/05/2007 8h00 à 16h00 jeudi 10/05/2007 vendredi 11/05/ h35 9h50 à 10h20 08h24 8h00 à 16h00 vendredi 11/05/ h58 11h20 à 11h50 8h00 à 16h00 vendredi 11/05/ h05 samedi 12/05/2007 samedi 12/05/2007 samedi 12/05/2007 dimanche 13/05/2007 dimanche 13/05/2007 dimanche 13/05/2007 lundi 14/05/2007 8h00 à 16h00 lundi 14/05/2007 8h00 à 16h00 lundi 14/05/2007 mardi 15/05/ h37 mardi 15/05/2007 Classe élémentaire / Mme.Ginestet_rdc passifs (1x48h) actifs (1x30 min) Mesures CO 2- Temp-HR Classe 17 élémentaire / Mme.Caminade_1er étage passifs (1x48h) actifs (1x30 min) Mesures CO 2- Temp-HR mercredi 09/05/2007 mercredi 09/05/ h41 15h18 jeudi 10/05/2007 jeudi 10/05/2007 vendredi 11/05/ h38 10h40 à 11h15 vendredi 11/05/ h56 11h25 à 11h58 samedi 12/05/2007 samedi 12/05/2007 dimanche 13/05/2007 dimanche 13/05/2007 lundi 14/05/2007 lundi 14/05/2007 lundi 21/05/2007 lundi 21/05/ h34 15h42 mardi 22/05/2007 mardi 22/05/2007 Les heures présentées dans les tableaux mercredi 23/05/2007 mercredi 23/05/2007 sont des heures locales jeudi 24/05/2007 jeudi 24/05/2007 Plage de mesure/prélèvement vendredi 25/05/ h14 vendredi 25/05/ h22 ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 12

13 Bilan des prélèvements/mesures effectués par classe/pièce dans l école maternelle Les Vergers Illkirch-Graffenstaden Classe 3 maternelle / Mme.Fortenbach passifs (1x48h) actifs (1x30 min) canisters (3x8h) Mesures CO 2- Temp-HR Classe maternelle / salle de jeux passifs (1x48h) actifs (1x30 min) canisters (3x8h) Mesures CO 2- Temp-HR Sanitaires maternelle passifs (1x48h) mercredi 09/05/2007 mercredi 09/05/2007 mercredi 09/05/ h39 15h50 15h26 15h35 jeudi 10/05/2007 8h00 à 16h00 jeudi 10/05/2007 8h00 à 16h00 jeudi 10/05/2007 vendredi 11/05/ h23 09h45 à 10h15 8h00 à 16h00 vendredi 11/05/ h15 10h10 à 10h43 8h00 à 16h00 vendredi 11/05/ h17 samedi 12/05/2007 samedi 12/05/2007 samedi 12/05/2007 dimanche 13/05/2007 dimanche 13/05/2007 dimanche 13/05/2007 lundi 14/05/2007 8h00 à 16h00 lundi 14/05/2007 8h00 à 16h00 lundi 14/05/2007 mardi 15/05/ h10 mardi 15/05/2007 lundi 21/05/ h55 mardi 22/05/2007 problème technique mercredi 23/05/2007 jeudi 24/05/2007 vendredi 25/05/2007 Les heures présentées dans les tableaux sont des heures locales Plage de mesure/prélèvement ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 13

14 III. RESULTATS DE LA CAMPAGNE DE MESURE Concentrations en formaldéhyde suivi par tube passif 48h en µg/m 3 III.1. Suivi des aldéhydes 100 III.1.1 Par tubes passifs La durée d exposition des tubes passifs pour déterminer la concentration des aldéhydes est de 48 heures. Les concentrations moyennes en formaldéhyde relevées dans les écoles élémentaire et maternelle ont varié entre 22 et 57 µg/m 3 dans le 1 er établissement et entre 58 et 81 µg/m 3 dans le second. Les niveaux de concentrations les plus élevés sont observés respectivement 0 Classe 3_Berger Classe Ginestet Classe 12_Gaugler dans la salle de classe de Mme Ginestet au rez-de-chaussée de l école élémentaire et Concentrations en formaldéhyde suivi par tube passif 48h dans la salle de classe de Mme Fortenbach en µg/m 3 (salle n 3) à la maternelle (cf. illustration 1). 100 Les teneurs moyennes de formaldéhyde mesurées dans les 3 salles de l école maternelle sont globalement plus élevées que dans l école élémentaire. La moyenne des concentrations y est quasiment deux fois plus importante que dans les locaux de 20 l école élémentaire (cf. illustration 2). 0 Ecole Elémentaire Ecole Maternelle Classe 17_Caminade Sanitaires Classe 3_Fortenbach Salle de jeux Sanitaires Illustrations 1 et 2 : concentrations moyennes en formaldéhyde prélèvement 48h ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 14

15 Concernant les autres aldéhydes, l acétaldéhyde et le butyraldéhyde sont présents en des concentrations variant respectivement de 13 µg/m 3 à 33 µg/m 3 et de 16 µg/m 3 à 23 µg/m 3 à l intérieur des locaux (élémentaire et maternelle confondue). Les niveaux des autres composés sont quant à eux plus faibles (cf. tableau 1). Pièces instrumentées Acétaldéhyde Propionaldéhyde Butyraldéhyde Benzaldéhyde Isovaléraldéhyde Valéraldéhyde Classe 3_Berger Elémentaire < LQ 6 Classe Ginestet Elémentaire Classe 12_Gaugler Elémentaire < LQ 6 Classe 17_Caminade Elémentaire < LQ < LQ 7 Sanitaires Elémentaire < LQ < LQ 4 Moyenne Max Min < LQ < LQ 4 Classe 3_Fortenbach Maternelle < LQ 7 Salle de jeux Maternelle < LQ 6 Sanitaires Maternelle < LQ 5 Moyenne < LQ 6 Max < LQ 7 Min < LQ 5 LQ : limite de quantification Tableau 1 : résultats aldéhydes ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 15

16 Evolution des niveaux mesurés Plusieurs campagnes de mesures de qualité de l air intérieur ont été conduites dans l école élémentaire Les Vergers à Illkirch- Graffenstaden. La 1 ère étude a été effectuée dans le cadre de la deuxième phase de l étude médicale internationale ISAAC II portant sur la prévalence de l asthme et des maladies allergiques chez les enfants. L objectif de celle-ci était d étudier les facteurs de risques (pollution e l air, alimentation, tabagisme passif, mode de vie, présence d animaux ) associés aux maladies allergiques et respiratoires infantiles, afin de comprendre les différences de prévalence observées lors de la phase I. Une enquête a été réalisée sur une période de 5 mois (de janvier à juin 2000) auprès de 15 établissements scolaires du primaire (classes de CM1 et CM2) de la Communauté Urbaine de Strasbourg. Les premiers résultats de la campagne 2000 ont montré des taux de formaldéhyde plus élevés dans trois des quinze écoles étudiées, dont l Ecole Les Vergers. Des mesures complémentaires à la 1 ère campagne ISAAC II ont été effectuées en juin 2000 dans les écoles présentant des niveaux marquants afin de vérifier les concentrations, en formaldéhyde notamment. Afin d évaluer une éventuelle diminution des niveaux en formaldéhyde, l école Les Vergers a été équipée de l ensemble des dispositifs de mesure mis en oeuvre dans le cadre de l Observatoire de la Qualité de l Air Intérieur (OQAI) en juin Les concentrations en formaldéhyde et en composés organiques volatils ont ainsi été mesurées dans deux classes de cette école. Ces différentes phases ont été complétées par une campagne de mesure menée courant 2002 (du 13 au 16 mai) dans un objectif de suivi/contrôle. Suite à ces données, la ville d Illkirch- Graffenstaden a sollicité l ASPA pour la mise en place, dans les trois classes ayant déjà fait l objet de campagnes de prélèvements, de mesures de façon à déterminer la teneur en formaldéhyde sur 30 min afin de pouvoir situer les niveaux rencontrés dans ces classes par rapport à la valeur guide de l OMS. Le tableau 2 indique les dates de réalisation de ces différentes phases : 1 ère série de mesure effectuée dans le cadre d'isaac II : 2 ème série de mesure effectuée dans le cadre d'isaac II : 3 ème série de mesure effectuée dans le cadre de l'oqai : Mesures réalisées à l'école Les Vergers Illkirch- Graffenstaden du 07 au 11 février 2000 du 13 au 16 juin 2000 du 05 au 12 juin ème série de mesure : du 13 au 16 mai ème série de mesure : du 23 au 25 février 2004 Tableau 2 : Date de réalisation des différentes phases de mesures du formaldéhyde initiées à l école Les Vergers d Illkirch-Graffenstaden ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 16

17 Le tableau ci-après ainsi que l illustration 3 présentent les concentrations en formaldéhyde mesurées depuis 2000 à l école Les Vergers (mesures réalisées à partir de tubes à diffusion passive) Concentrations en formaldéhyde suivi par tubes passifs à l'école Les Vergers Illkirch-Graffenstaden depuis ère série : du 07 au 11 février ème série : 13 au 16 juin ème série : du 05 au 12 juin ème série : du 13 au 16 mai ème série : du 23 au 25 février ème série : du 9 au 11 mai Les concentrations en formaldéhyde ont fluctuées lors des différentes périodes de mesure. Les conditions météorologiques, les µg/m habitudes de ventilation, la sensibilisation du personnel enseignant sont des facteurs ayant 0 Extérieur Classe 3 élémentaire Classe 12 élémentaire Classe 17 élémentaire pu influer sur les niveaux mesurés. Illustration 3 Toutefois, les niveaux mesurés restent globalement plus marqués que la moyenne obtenue dans les autres écoles instrumentées en Alsace et en France (cf paragraphe suivant). Extérieur Classe 3 élémentaire Classe 4 élémentaire Classe 12 élémentaire Classe 17 élémentaire Sanitaires élémentaire Classe 3 maternelle Salle de jeux maternelle Sanitaires maternelle 1 ère série de mesure effectuée dans le cadre d'isaac II : 2 ème série de mesure effectuée dans le cadre d'isaac II : 3 ème série de mesure effectuée dans le cadre de l'oqai : ème série de mesure : ème série de mesure : ème série de mesure du 9 au 11 mai 2007 : Tableau 3 extérieures unité : µg/m 3 Ecole élémentaire Ecole maternelle ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 17

18 Référence aux autres campagnes de mesure réalisées en air intérieur Depuis le début des années 2000, des études pour le suivi des composés organiques volatils en ambiance intérieure (aldéhydes notamment) ont été menées en France afin d alimenter une base de données jusqu à présent très parcellaire. Au niveau français, deux vastes études ont été réalisées dans les établissements scolaires ou les crèches au cours des dernières années 4. L étude ISAAC 5, a consisté en la mise en œuvre de campagnes de mesure dans des écoles primaires de 6 villes (Marseille, Créteil, Bordeaux, Strasbourg, Reims et Clermont- Ferrand) entre 1999 et Les mesures ont été réalisées par capteurs passifs à diffusion radiale sur 5 jours (du lundi au vendredi). Les résultats préliminaires montrent que les niveaux en formaldéhyde présentent dans l ensemble des classes enquêtées (396 salles de classes représentant 110 écoles) des moyennes variant de 22 à 32 µg/m 3 selon les 4 Observatoire de la Qualité de l Air Intérieur, Inventaire des données françaises sur la qualité de l air à l intérieur des bâtiments : actualisation des données sur la période Luc Mosqueron, Vincent Nedellec, octobre Annesi-masano et al Measurements of air pollutants in elementary schools in the six cities of metropolitan France in the framework of the ISAAC study. Proceedings of the 12th Word Clean Air&Environnement Congress and Exhibition, August 2001, Seoul, Korea. villes. Dans certaines classes, des concentrations intérieures maximales supérieures à 100 µg/m 3 ont été mesurées. La deuxième étude de grande ampleur porte sur la qualité de l air à l intérieur de crèches collectives de la région Ile de France 6. Cette étude, menée par la DRASS Ile de France et le Laboratoire d Hygiène de la Ville de Paris, comprend le suivi du benzène, du formaldéhyde et de l acétaldéhyde pendant 2x48h. La campagne de mesure s est terminée fin 2001 et a permis le suivi de 50 crèches collectives de la région francilienne en période hivernale. Concernant les teneurs en formaldéhyde, une grande variabilité a été mise en évidence entre les crèches. Les valeurs moyennes relevées sont de 14,9 µg/m 3 (écart-type de 8 µg/m 3 ) dans les salles fréquentées par les enfants et de 11,7 µg/m 3 (écart-type de 7,6 µg/m 3 ) dans les cuisines. Le suivi des niveaux de formaldéhyde en air extérieur a permis de confirmer un résultat éprouvé : les principales sources de formaldéhyde sont essentiellement intérieures et les niveaux extérieurs sont très faibles. 6 DomsicS., Squinazi F. Connaissance de l exposition des jeunes enfants à la pollution atmosphériques dans les crèches parisiennes. Convention DRASSIF-LHVP. Avenant n 10. Laboratoire d Hygiène de la Ville de Paris. Mairie de Paris.2002 Octobre. ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 18

19 A titre de comparaison, les résultats des principales études menées sur la caractérisation des niveaux de formaldéhyde dans les habitats sont également mentionnés. Toutes soulignent le profil spécifique de la pollution de l air à l intérieur des bâtiments avec quel que soit le type de composés organiques volatils (dont le formaldéhyde), des teneurs à l intérieur des bâtiments plus élevées qu à l extérieur. Une étude menée en 2001 par le Laboratoire d Hygiène et de Santé Publique de la faculté de Pharmacie de Paris V et du Laboratoire d Hygiène de la Ville de Paris 7 a permis de suivre les niveaux de six aldéhydes (dont le formaldéhyde) dans une soixantaine de logements parisiens. La concentration moyenne obtenue est de 27,7 µg/m 3 (écart type de 19,3 µg/m 3 ) avec une médiane de 23,5 µg/m 3 et un maximum à 120,3 µg/m 3. Dans le cadre de la campagne nationale de l Observatoire de la Qualité de l Air Intérieur 8, 567 logements ont été suivis. Le formaldéhyde a été rencontré dans tous les logements à des concentrations allant de 3 à 70 µg/m 3 avec un logement sur deux présentant des concentrations supérieures à 20 µg/m 3. D autres études ont été menées dans le cadre d enquêtes nationales en Europe et aux Etats-Unis 9 sur les niveaux de formaldéhyde dans les logements. Les valeurs médianes fluctuent entre 36 µg/m 3 et 70 µg/m 3 pour le suivi de la qualité de l environnement intérieur des citoyens allemands (GerES I-II et IV). En grande Bretagne, à l issue de l enquête SIAQ (Survey of Indoor Air Quality) la teneur moyenne en formaldéhyde mesurée est de 22,2 µg/m 3 (avec 50% des logements présentant des concentrations supérieures à 24 µg/m 3 et un maximum mesuré de 171 µg/m 3 ). Aux Etats- Unis, dans le cadre du programme national NHEXAS (National Human Exposure Assessment Survey), la concentration médiane en formaldéhyde mesurée en air intérieur est de 21 µg/m 3. L inventaire (non exhaustif) des concentrations moyennes intérieures en formaldéhyde (dans les écoles et logements), rapporté dans le cadre de 7 Observatoire de la Qualité de l Air Intérieur, Inventaire des données françaises sur la qualité de l air à l intérieur des bâtiments : actualisation des données sur la période Luc Mosqueron, Vincent Nedellec, octobre CTSB Rapport final de l Observatoire QAI octobre Décision DGUHC N Y05.25-SU Revue des enquêtes sur la qualité de l air intérieur dans les logements en Europe et aux Etats-Unis Luc Mosqueron, Vincent Nedellec, octobre ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 19

20 l étude menée par l INERIS 10 sur «l exposition de la population française au bruit de fond du formaldéhyde et risques sanitaires associés», indique des concentrations moyennes s échelonnant de 8 µg/m 3 à 33 µg/m 3 dans les écoles (Suède et Autriche respectivement) et de 13,9 µg/m 3 à 79 µg/m 3 dans les logements (Etats-Unis et Allemagne-ex RDA). 10 INERIS Exposition de la population française au bruit de fond du formaldéhyde et risques sanitaires associés. C. Mandin Avril ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 20

21 III.1.2 Par tubes actifs Les mesures réalisées appréhendent suivant les préconisations de la norme NF ISO la notion d exposition des personnes dans la salle de classe lors du prélèvement. En terme d exposition des enfants au 100,0 80,0 en µg/m 3 Concentrations en formaldéhyde suivi par prélèvement actif de 30 min formaldéhyde, les valeurs mesurées sur 30 min en présence des enfants ont varié 60, respectivement de 25 à 54 µg/m 3 et de 77 à 40, µg/m 3 dans les écoles élémentaire et 20,0 25 maternelle Les Vergers. 0,0 Ces résultats font apparaître à nouveau des niveaux de concentrations en formaldéhyde plus importants dans la maternelle par Classe 3_Berger Classe Ginestet rapport à l école élémentaire : en moyenne, les teneurs y sont deux fois plus élevées (cf. illustration 4). Concentrations en formaldéhyde suivi par prélèvement actif de 30 min Concernant les autres aldéhydes (cf. en µg/m 3 illustration 5), les niveaux mesurés dans les 100 deux groupes scolaires sont métrologiquement faibles hormis le benzaldéhyde que l on retrouve en quantité plus importante dans la salle de jeux de l école maternelle - 31 µg/m 3 - que dans 20 toutes les autres salles étudiées (C < 5 µg/m 3 ). 0 Ecole élémentaire Ecole maternelle Classe 12_Gaugler Classe 17_Caminade Classe 3_Fortenbach Salle de jeux Illustrations 4 et 5 : concentrations en formaldéhyde prélèvement 30 minutes ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 21

22 Niveaux mesurées au regard de la valeur guide OMS de 100 µg/m 3 Rappelons que pour les aldéhydes, seule une valeur guide pour les effets aigus de concentrations pour le formaldéhyde a été proposée par l OMS au niveau européen. Celle-ci est de 100 µg/m 3 pour une exposition de 30 minutes. Lors des différents prélèvements réalisés sur 30 min, cette valeur guide n a pas été dépassée. Certaines salles présentent cependant des niveaux importants, proches de la valeur guide. C est le cas des deux salles instrumentées dans la maternelle avec 77 µg/m 3 mesurés dans la salle de jeux et 89 µg/m 3 relevés dans la salle de classe 3 de Mme Fortenbach. Pièces instrumentées Acétaldéhyde Propionaldéhyde Butyraldéhyde Benzaldéhyde Isovaléraldéhyde Valéraldéhyde Classe 3_Berger Elémentaire < LQ < LQ Classe Ginestet Elémentaire < LQ 1 Classe 12_Gaugler Elémentaire < LQ 1 Classe 17_Caminade Elémentaire 5 <LQ 2 <LQ < LQ < LQ Moyenne < LQ 1 Max < LQ 1 Min. 5 < LQ 2 < LQ < LQ < LQ Classe 3_Fortenbach Maternelle < LQ 1 Salle de jeux Maternelle < LQ 2 Moyenne < LQ 1 Max < LQ 2 Min < LQ 1 LQ : limite de quantification Tableau 4 ASPA ID Ecole Les Vergers Illkirch-Graffenstaden 22

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Impact sanitaire des produits de finition & de décoration

Impact sanitaire des produits de finition & de décoration Impact sanitaire des produits de finition & de décoration Sommaire Caractéristiques sanitaires des produits de construction Outils d analyse sanitaire Fiches de données de sécurité Le protocole AFSSET

Plus en détail

de l air pour nos enfants!

de l air pour nos enfants! B u l l e t i n d e l O Q A I n 1 Crèches et lieux d enseignement : de l air pour nos enfants! Le programme de l OQAI «Lieux de vie fréquentés par les enfants» a débuté en 2006. Une première phase de recueil

Plus en détail

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France Quelle qualité de l air au volant? ---------------------------- Les automobilistes sont nettement plus exposés à la pollution atmosphérique que les piétons, même à proximité des grands axes. Tel est le

Plus en détail

Qualité de l environnement intérieur de bâtiments performants en énergie : premiers résultats d exploitation des données de la base nationale OQAI-BPE

Qualité de l environnement intérieur de bâtiments performants en énergie : premiers résultats d exploitation des données de la base nationale OQAI-BPE Qualité de l environnement intérieur de bâtiments performants en énergie : premiers résultats d exploitation des données de la base nationale OQAI-BPE DERBEZ Mickaël Chef de projet CSTB/OQAI Objectifs

Plus en détail

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS REPUBLIQUE FRANCAISE ---- COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS Paris, le 7 mai 1997 AVIS RELATIF AU BENZENE DANS LES CARBURANTS LA COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS, VU le Code de la Consommation,

Plus en détail

REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE ET SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 DU

REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE ET SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 DU Démarche HQE REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER FDES (extrait) Les données suivantes ont été établies sur la base des connaissances rassemblées par les entreprises : Forbo Flooring Systems, Gerflor

Plus en détail

Introduction 1. 1/ Présentation de l étude 2. 1.1/ Contexte environnemental du port 2. 1.2/ Mode opératoire de l étude 3. 2/ Résultats de l étude 5

Introduction 1. 1/ Présentation de l étude 2. 1.1/ Contexte environnemental du port 2. 1.2/ Mode opératoire de l étude 3. 2/ Résultats de l étude 5 EVALUATION DE LA QUALITE DE L AIR SUR LA ZONE DU PORT DE NICE Janvier - Mars / Août - Septembre 25 SOMMAIRE Introduction 1 1/ Présentation de l étude 2 1.1/ Contexte environnemental du port 2 1.2/ Mode

Plus en détail

Sensibilisation des lycéens à leur exposition personnelle à la pollution de l air

Sensibilisation des lycéens à leur exposition personnelle à la pollution de l air Sensibilisation des lycéens à leur exposition personnelle à la pollution de l air ACTIONS MENEES PENDANT L ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 ET PERSPECTIVES D EXTENSION www.air-rhonealpes.fr Diffusion : Mars 2015

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?»

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Bruxelles Environnement VENTILATION: DIAGNOSTICS ET DISPOSITIFS POUR GARANTIR LA QUALITÉ DE L AIR DANS LES ÉCOLES Catherine MASSART

Plus en détail

Activ Air : la réponse de Placo qui va vous faire changer d air!

Activ Air : la réponse de Placo qui va vous faire changer d air! Activ Air : la réponse de Placo qui va vous faire changer d air! Qualité de l air intérieur : les enjeux Aldéhydes, benzène, allergènes toutes les dernières études (1) le confirment : la concentration

Plus en détail

EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE

EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE Annie COURSIMAULT, Claudie DELAUNAY, Ghislaine GOUPIL Laboratoire

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Les composés organiques industriels en Alsace

Les composés organiques industriels en Alsace Les composés organiques industriels en Alsace Caractérisation des concentrations par campagnes de mesures sur 9 sites industriels. Mesures des COVNM industriels Tableau 5 : COVNM émis par type de procédés

Plus en détail

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses Site : Atelier de réparation des véhicules de la ville de Limoges Localisation : commune de Limoges Date : du 18 au 26 juillet 2012 Paramètres étudiés : Benzène et dioxyde d'azote NO 2 ETD/2012/10 Table

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

Les conférences INERIS

Les conférences INERIS Les conférences INERIS Forum Risques & Management Environnemental Forum B (Déchets) Forum Industrie Durable Forum Qualité de l Air Forum Biogaz L INERIS vous accueille sur son stand - Hall 3 /F223 Mardi

Plus en détail

RAPPORT D ÉTUDE 25/06/2010 N -DRC -09-104235-03943A-

RAPPORT D ÉTUDE 25/06/2010 N -DRC -09-104235-03943A- RAPPORT D ÉTUDE 25/06/2010 N -DRC -09-104235-03943A- Impact local des stations-service sur les concentrations de benzène dans l environnement (air intérieur et extérieur) Etude exploratoire sur deux sites

Plus en détail

* fermeture le lendemain

* fermeture le lendemain MOIS DE JANVIER 2011 Samedi 1 01h35 08h43 14h09 21h14 Dimanche 2 02h41 09h42 15h15 22h09 Lundi 3 03h38 10h32 16h10 22h56 Mardi 4 04h26 11h15 16h57 23h37 Mercredi 5 05h07 11h54 17h37 *00h14 Jeudi 6 05h45

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

TRIBUNE QUALITEL. L Observatoire des Charges

TRIBUNE QUALITEL. L Observatoire des Charges TRIBUNE QUALITEL L Observatoire des Charges Objectifs Présentation Tiers indépendant, QUALITEL, fournit un bilan factuel et des analyses objectives des résultats (ratio, positionnement, benchmark). Faire

Plus en détail

Ensemble nous aurons l air meilleur!

Ensemble nous aurons l air meilleur! Les bons gestes au quotidien pour préserver la qualité de notre air Ensemble nous aurons l air meilleur! Saviez-vous que nous avons besoin d un litre et demi d eau et de 14 000 litres d air par jour pour

Plus en détail

Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles

Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles Description du projet Parmi les activités liées à la santé qui sont menées à l Unité d Emissions et de Santé

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Synthèse des résultats et recommandations F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON

Plus en détail

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Simulation état 2006 Avec le soutien de la Communauté Urbaine de Strasbourg Strasbourg Communauté Urbaine ASPA

Plus en détail

Santé environnement. Description du budget espace-temps et estimation de l exposition de la population française dans son logement

Santé environnement. Description du budget espace-temps et estimation de l exposition de la population française dans son logement Santé environnement Description du budget espace-temps et estimation de l exposition de la population française dans son logement Sommaire Abréviations 2 1. Introduction 3 2. Données recueillies 4 2.1

Plus en détail

Dossier d inscription

Dossier d inscription Partie réservée au service : N d arrivée : Ville de Digne-les-Bains Service éducation education@dignelesbains.fr Ecole : Classe : Année scolaire 2015/2016 Services d accueil pour les enfants des écoles

Plus en détail

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

Santé Environnement PRSE Bretagne

Santé Environnement PRSE Bretagne L influence de l environnement sur la santé est bien réelle En Bretagne > 20 % des décès par cancer du poumon attribuables au radon, gaz radioactif d origine naturelle émis par les sous-sols granitiques

Plus en détail

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique ANNEXE XXIII Maladies en relation avec la pollution atmosphérique Maladies respiratoires 1. Asthme Cette maladie, à composante génétique, est influencée par l'environnement. Le terrain allergique, génétiquement

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE ET PROMOTION DES VEHICULES PROPRES AU BENIN

LUTTE CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE ET PROMOTION DES VEHICULES PROPRES AU BENIN LUTTE CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE ET PROMOTION DES VEHICULES PROPRES AU BENIN Présenté par M. Wabi MARCOS Coordonnateur Sous Programme Lutte Contre la Pollution Atmosphère INTRODUCTION PLAN DE PRESENTATION

Plus en détail

Descriptif du dispositif - décembre 2003 -

Descriptif du dispositif - décembre 2003 - www.respiralyon.org Descriptif du dispositif - décembre 2003 - Communiqué de presse du 24 novembre 2003 Lancement du dispositif RESPIRALYON La qualité de l air dans l agglomération lyonnaise est l une

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

«Qualité de l air intérieur, quels enjeux pour le bâtiment?»

«Qualité de l air intérieur, quels enjeux pour le bâtiment?» «Qualité de l air intérieur, quels enjeux pour le bâtiment?» Sommaire 1. Polyexpert Environnement, qui sommes nous? 2. Pollution de l air, quels impacts? 3. LaQAI,c estquoi? 4. Polluants, les conséquences

Plus en détail

Cette perte concerne exclusivement la gestion en compte propre de la CNCE, c est-à-dire une activité indépendante de sa trésorerie.

Cette perte concerne exclusivement la gestion en compte propre de la CNCE, c est-à-dire une activité indépendante de sa trésorerie. COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 17 octobre 2008 --- Du fait de l extrême volatilité des marchés et du krach boursier de la semaine du 6 octobre, le Groupe Caisse d Epargne a connu un important incident

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Entretien et nettoyage des locaux scolaires et périscolaires

CAHIER DES CHARGES. Entretien et nettoyage des locaux scolaires et périscolaires CAHIER DES CHARGES Entretien et nettoyage des locaux scolaires et périscolaires DESIGNATION DES LOCAU Bâtiment des Maternels Bâtiment des Primaires 2 Bâtiment des Maternels Salles de classe 3 Locaux communs

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

CATALOGUE DE hformation GAZ

CATALOGUE DE hformation GAZ CATALOGUE DE hformation GAZ 6 Rue des Bonnes Gens 68025 COMAR CEDEX Tél : 03.69.28.89.00 Fax : 03.69.28.89.30 Mail : contact@coprotec.net Site : www.coprotec.net SOMMAIRE PRESENTATION... 3 NOS FORMATIONS

Plus en détail

Avis important sur l étalonnage des détecteurs de gaz utilisés en milieu de travail et plus spécifiquement en espace clos

Avis important sur l étalonnage des détecteurs de gaz utilisés en milieu de travail et plus spécifiquement en espace clos Avis important sur l étalonnage des détecteurs de gaz utilisés en milieu de travail et plus spécifiquement en espace clos Position de l APSAM en rapport avec les recommandations de l IRSST sur la norme

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

CARACTÉRISATION DE LA QUALITÉ DE L'AIR À PROXIMITÉ DES VOIES À GRANDE CIRCULATION

CARACTÉRISATION DE LA QUALITÉ DE L'AIR À PROXIMITÉ DES VOIES À GRANDE CIRCULATION CARACTÉRISATION DE LA QUALITÉ DE L'AIR À PROXIMITÉ DES VOIES À GRANDE CIRCULATION Modélisation de la pollution atmosphérique à proximité des axes routiers les plus importants d Île-de-France : croisement

Plus en détail

Gyproc fait respirer votre maison. Gyproc Activ Air : la réponse durable en matière de plâtre pour maîtriser l air intérieur.

Gyproc fait respirer votre maison. Gyproc Activ Air : la réponse durable en matière de plâtre pour maîtriser l air intérieur. Gyproc fait respirer votre maison. Gyproc Activ Air : la réponse durable en matière de plâtre pour maîtriser l air intérieur. Adieu à l air pollué dans votre habitation Nous passons 85 pourcents de notre

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

EVALUATION DE L EXPOSITION AU BRUIT EN PERIODE SCOLAIRE CHEZ UN MAITRE-NAGEUR EN PISCINE COUVERTE

EVALUATION DE L EXPOSITION AU BRUIT EN PERIODE SCOLAIRE CHEZ UN MAITRE-NAGEUR EN PISCINE COUVERTE EVALUATION DE L EXPOSITION AU BRUIT EN PERIODE SCOLAIRE CHEZ UN MAITRE-NAGEUR EN PISCINE COUVERTE I - INTRODUCTION Le bruit dans les piscines est crée par les activités ludiques et les cris des usagers.

Plus en détail

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation GmbH & Co. KG Régulation SAS Fiche technique 907020 Page 1/7 Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation Pour la mesure de l humidité relative de l air

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE Impasse Manificat ECOLE MATERNELLE ET ELEMENTAIRE ALICE SALANON ECOLE PRIMAIRE SAINTE ANNE

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE Impasse Manificat ECOLE MATERNELLE ET ELEMENTAIRE ALICE SALANON ECOLE PRIMAIRE SAINTE ANNE REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE Impasse Manificat ECOLE MATERNELLE ET ELEMENTAIRE ALICE SALANON ECOLE PRIMAIRE SAINTE ANNE Approuvé par délibération du Conseil Municipal du 29 juin 2015 Chaque

Plus en détail

Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription

Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription A compter de la rentrée 2015, la commune a décidé de se doter d un nouveau système de réservation par Internet. Conformément au règlement, chaque famille qui

Plus en détail

Système d assurance qualité de l Association Minergie pour label de bâtiment Minergie- ECO

Système d assurance qualité de l Association Minergie pour label de bâtiment Minergie- ECO Système d assurance qualité de l Association Minergie pour label de bâtiment Minergie- ECO Le document original en langue allemande fait foi. Table des matières Version: octobre 2012 1 Domaine d application...

Plus en détail

ECOLE MATERNELLE J.J.ROHFRITSCH. Compte rendu du Conseil d école du 7 novembre 2014

ECOLE MATERNELLE J.J.ROHFRITSCH. Compte rendu du Conseil d école du 7 novembre 2014 ECOLE MATERNELLE J.J.ROHFRITSCH Compte rendu du Conseil d école du 7 novembre 2014 disponible également sur le site internet de la mairie http://www.mairie-lampertheim.fr rubriques : «Enfance et jeunesse»

Plus en détail

Diagnostic des installations de gaz

Diagnostic des installations de gaz ECOLE CHEZ SOI - GAZ02 - Le diagnostic des installations de gaz 11 DROIT COU GENER Généralités 3. la combustion du gaz chapitre 1 - généralités Pour récupérer son pouvoir calorifique, il faut faire brûler

Plus en détail

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 II. MODE OPERATOIRE... 3 A. MATERIEL UTILISE... 3 1) Sonomètre... 3 2) Calibreur... 3 B. METHODE DE MESURE... 4 C. POSITIONNEMENT DU MATERIEL... 4 III. CAMPAGNE DE MESURE...

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Les positions de l UFC-Que Choisir dans la dynamique du Grenelle

Les positions de l UFC-Que Choisir dans la dynamique du Grenelle SYNTHESE Plusieurs études (OQAI -Observatoire de la Qualité de l'air Intérieur-, UFC-Que Choisir ) ont montré que l air que nous respirons est 5 à 10 fois plus pollué à l intérieur qu à l extérieur. Trois

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

Rencontre autour de la qualité de l air intérieur des bâtiments

Rencontre autour de la qualité de l air intérieur des bâtiments Rencontre autour de la qualité de l air intérieur des bâtiments Critt Bois Epinal 8 décembre 2010 Intervention Placo : Simon Fourniau chef de groupe 1 2 2 Pourquoi améliorer la qualité de l air intérieur?

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

Ventiler. Aérer. Prévenir

Ventiler. Aérer. Prévenir Aérer Ventiler Prévenir Avec le soutien financier du Conseil régional de Picardie Projet d actions de sensibilisation et d information en santé environnement INTRODUCTION Longtemps négligée, la pollution

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE FLOTTES DE VÉHICULES SOMMAIRE INTRODUCTION OBJECTIF DU DIAGNOSTIC DESCRIPTION MODALITÉS DE RÉALISATION DU DIAGNOSTIC COÛT

DIAGNOSTIC DE FLOTTES DE VÉHICULES SOMMAIRE INTRODUCTION OBJECTIF DU DIAGNOSTIC DESCRIPTION MODALITÉS DE RÉALISATION DU DIAGNOSTIC COÛT DIAGNOSTIC DE FLOTTES DE VÉHICULES SOMMAIRE INTRODUCTION OBJECTIF DU DIAGNOSTIC DESCRIPTION DE LA PRESTATION MODALITÉS DE RÉALISATION DU DIAGNOSTIC Visite du site et investigations Rapport d étude Présentation

Plus en détail

www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com

www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com CARNET de la construction durable en béton Preuves à l appui 1 2 La maison en béton : un impact maîtrisé sur l environnement, page 5 La maison en béton

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Les produits d usage domestique comprennent les produits de nettoyage (p. ex., les nettoie-vitres et les produits de nettoyage

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DE L'AIR INTERIEUR

OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DE L'AIR INTERIEUR OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DE L'AIR INTERIEUR INVENTAIRE DES DONNÉES FRANCAISES SUR LA QUALITÉ DE L AIR A L INTÉRIEUR DES BATIMENTS Luc Mosqueron Vincent Nedellec Décembre 2001 Observatoire de la Qualité

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES I - RÈGLES GÉNÉRALES Article 1 - Le restaurant scolaire n a pas un caractère obligatoire, il a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions

Plus en détail

Généralité sur le bruit

Généralité sur le bruit Généralité sur le bruit (Sources : http://www.bruitparif.fr, http://www.sante.gouv.fr et http://www.afsse.fr ) DRASS Rhône Alpes Groupe Régional Bruit 2009 1. Le son Le son est un phénomène physique qui

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION Société de Participation CarnaudMetalbox Ancien Etablissement Chouvel à Toulouse GRS Valtech PLAN DE LA PRESENTATION Introduction Contexte du site Objectif des travaux de réhabilitation Approche retenue

Plus en détail

La métrologie au laboratoire. vigitemp 10. centrale de surveillance et de traçabilité vigitemp kit de cartographie vigicart

La métrologie au laboratoire. vigitemp 10. centrale de surveillance et de traçabilité vigitemp kit de cartographie vigicart La métrologie au laboratoire vigitemp 10 centrale de surveillance et de traçabilité vigitemp kit de cartographie vigicart La métrologie au laboratoire vigitemp 10 Base de données Utilisateur Principe général

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR de l'ecole Française Internationale de Wuhan ANNEE SCOLAIRE 2015-2016

REGLEMENT INTERIEUR de l'ecole Française Internationale de Wuhan ANNEE SCOLAIRE 2015-2016 ! REGLEMENT INTERIEUR de l'ecole Française Internationale de Wuhan ANNEE SCOLAIRE 201-2016 EFIW Campus International, BO Xue Lu, WEDZ Hanyang 43006 WUHAN CHINE 1. Présentation de l école 2. Fonctionnement

Plus en détail

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2 EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE et SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 PROFILES PVC DE DECORATION ET D AMENAGEMENT INTERIEURS ET EXTERIEURS Edition DECEMBRE 2005 SNEP - Profilés PVC de

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

GEV et EMICODE - Questions & Réponses

GEV et EMICODE - Questions & Réponses GEV et EMICODE - Questions & Réponses 01. Que sont les émissions? Les émissions désignent le rejet dans l environnement de substances gazeuses, liquides ou solides par des installations ou des matériaux.

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

NF X 50-011 GAZ. Sommaire. Page

NF X 50-011 GAZ. Sommaire. Page Sommaire Page Avant-propos...5 1 Domaine d application...6 2 Caractéristiques...6 3 Conditions générales...6 3.1 Services ou prestations compris dans le contrat d abonnement...6 3.2 Durée et dénonciation...7

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

DeltaCal BGI. Débitmètre étalon

DeltaCal BGI. Débitmètre étalon Débitmètre étalon DeltaCal BGI Mesure simultanée du débit volumique, débit normalisé, température et pression Fonctionnement manuel ou automatique, optimisé pour une utilisation sur le terrain Large gamme

Plus en détail

Règlement du restaurant scolaire

Règlement du restaurant scolaire DEPARTEMENT DE LOIR-ET-CHER REPUBLIQUE FRANCAISE ARRONDISSEMENT DE BLOIS COMMUNE DE SAINT GERVAIS LA FORET Règlement du restaurant scolaire Le présent règlement concerne l organisation du restaurant scolaire.

Plus en détail

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2 FUTURE LIGNE 2 DE TRAMWAY DE L'AGGLOMERATION DE MONTPELLIER Etat initial des principaux traceurs de la pollution liée au trafic routier Résumé Rédacteur : AFM Date : 29/1/3 pages I CONTEXTE Etude réalisée

Plus en détail

Un entrepreneur détenant la licence appropriée. L entretien du système de chauffage*

Un entrepreneur détenant la licence appropriée. L entretien du système de chauffage* Soyez prévoyant Un entrepreneur détenant la licence appropriée Un système de chauffage installé selon les différents codes en vigueur et bien entretenu par du personnel qualifié est votre meilleur gage

Plus en détail

Prescriptions Techniques

Prescriptions Techniques Prescriptions Techniques Application du décret n 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux Canalisations et Raccordements des installations de transport, de distribution

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur www.experts-comptables.org/62/ De l'0rdre des Experts-Comptables Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Plus en détail

Pollution de l air à l intérieur des bâtiments : les effets sur la santé Fabien SQUINAZI Médecin biologiste

Pollution de l air à l intérieur des bâtiments : les effets sur la santé Fabien SQUINAZI Médecin biologiste Pollution de l air à l intérieur des bâtiments : les effets sur la santé Fabien SQUINAZI Médecin biologiste En partenariat avec la Région Poitou-Charentes et la Dreal Poitou-Charentes Des effets sanitaires

Plus en détail

Prise en compte des aspects sanitaires dans les Plans Régionaux pour la Qualité de l Air.

Prise en compte des aspects sanitaires dans les Plans Régionaux pour la Qualité de l Air. Prise en compte des aspects sanitaires dans les Plans Régionaux pour la Qualité de l Air. Bilan des études d impact sanitaires de la pollution atmosphérique urbaine réalisées Ce document a été réalisé

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

Mesures de votre environnement

Mesures de votre environnement Mesures de votre environnement BILAN THERMIQUE ET REGLEMENTATION Contrôle réglementaire et efficacité énergétique Les économies d énergie faciles à mettre en oeuvre, sont multiples. En effet, éteindre

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

MESURES D'HUMIDITE DE L'AIR - INITIATION

MESURES D'HUMIDITE DE L'AIR - INITIATION MESURES D'HUMIDITE DE L'AIR - INITIATION REFERENCE H01 Être capable de mettre en œuvre des instruments de mesure de l'humidité de l'air (choix de la technologie, méthode de mesure, préconisations d emploi,

Plus en détail

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques Résumé Sécurité GPS Contacts Identité chimique Paraméthoxyphénol Désignation commerciale Paraméthoxyphénol Numéro CAS 150 76 5 Nom chimique (IUPAC) 4 methoxyphenol Formule chimique C7H8O2 Synonymes EMHQ,

Plus en détail

BILAN PSQA ANNEES 2010 ET 2011

BILAN PSQA ANNEES 2010 ET 2011 18/06/2012 QUALITAIR CORSE BILAN PSQA ANNEES 2010 ET 2011 Bilan PSQA 2010-2015 version 2012 Savelli Page blanche TABLE DES MATIERES Introduction... 1 1 Composition et financement de l association... 2

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012 Dossier de presse SOMMAIRE Présentation...3 Une étude scientifique pour dresser un état des lieux des comportements sur autoroute...4 L occupation des voies : des résultats venant confirmer l importance

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

Et après mes travaux?

Et après mes travaux? 10 Et après mes travaux? Voilà, les travaux sont terminés! Vous vous (ré)installez confortablement dans votre logement. Comment profiter le plus longtemps possible des améliorations que vous venez d apporter

Plus en détail

Dossier technique. Entretien annuel des chaudières biomasses de 4 à 400 kw

Dossier technique. Entretien annuel des chaudières biomasses de 4 à 400 kw Dossier technique Entretien annuel des chaudières biomasses de 4 à 400 kw 1 Dossier technique Entretien annuel des chaudières biomasses 4 à 400 kw Le décret (n 2009-649 du 9 juin 2009) oblige l occupant

Plus en détail

Conseils pour la pose des revêtements de sols textiles (excepté dalles)

Conseils pour la pose des revêtements de sols textiles (excepté dalles) Indices d incendie minimums exigés par l association des établissements cantonaux d assurance incendie (AEAI): Bâtiments à un ou deux niveaux Bâtiments à trois niveaux ou davantage (sans les bâtiments

Plus en détail