24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE?

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE?"

Transcription

1 24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE? I. Kriegel, C. Thinlot, M. Arsicault, A. Mauduit, M. Varenne, A.-B. Knoche, F.Charnay-Sonnek, C. Dupont

2 PLAN 1. Comment définir une telle équipe? 2. Rôles de «l infirmière kt»? 3. Quelles compétences et formation, quel statut?

3 INTRODUCTION «Chaque établissement ou organisation devrait avoir accès aux conseils éclairés de médecins, d infirmières, de pharmaciens et de professionnels» pour prévenir les infections liées au cathétérisme veineux périphérique (2005), Intérêt d une «équipe référente» pour lutter contre l infection des CCI (2012), «Les structures de soins prenant en charge des patients porteurs de PICC identifient des personnes référentes dans l utilisation de ces dispositifs» (2014). Multidisciplinarité Soins nécessitant des connaissances multiples Dispositifs utilisés par les IDE ++ Intérêt dans la lutte vs les infections

4 INTRODUCTION Quand une telle équipe est-elle nécessaire? Incidence : - des patients porteurs de CVP, CVC, CCI et PICC - des poses de cathéters - des externalisations de soins sur cathéters (HAD et hors HAD) - des retrait des DM pour complications - des extravasations

5 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? - Evaluer les besoins des patients porteurs et des soignants qui s en occupent - Identifier les ressources existantes Il était une fois dans un hôpital.

6 Fabricants Pharmaciens hospitaliers Ingénieurs IFSI Médecins prescripteurs Radiologues Tutelles Patients Bactériologiste Infirmières hospitalières Manipulateur radio Chirurgiens Anesthésistes Hygiénistes

7 Fabricants HAD Médecins prescripteurs Pharmaciens hospitaliers Patients Ingénieurs Radiologues LPPR Bactériologiste IFSI Tutelles Infirmières hospitalières Pharmaciens De ville Manipulateur radio Anesthésistes Infirmières libérales Chirurgiens Prestataires de Santé Hygiénistes Médecin de ville

8 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? Reflux veineux sur les perfusions? 5 réponses Question posée par Sakapuce, dans Techniques de soin le 26 mai 2011 Est-ce qu'on fait toujours un reflux veineux pour s'assurer qu'on est bien dans la veine? Les avis sont partagés dans mon stage, pas mal d'ide me disent que ça ne sert à pas grand chose. Comment fait-on quand on a une pompe à perfusion? Est-ce qu'on fait aussi un reflux sur les KTC? Merci! Réponse n 3 Réponse postée par : Une perfusion en débit libre qui coule parfaitement bien, sans douleur, et sans gonflement, franchement... Je me sers du reflux en cas de doute, mais justement, dans le cas d'une perf un peu moyenne, il n'y aura pas souvent de reflux! Le reflux lors de la pose d'un KTC se fait par le médecin à la pose. C'est inutile ensuite. Réponse n 4 Réponse postée par : En théorie il faut toujours vérifier ton reflux (VVP ou VVC) Si ta perf est dans une pompe, soit tu le verifies à la seringue, sois tu met ta pompe en pause, tu défais ta tubulure le temps de faire ton reflux. En pratique, on le fait assez rarement c'est vrai. Si ta perf passe comme il faut sans douleur ni rougeur ni gonflement, c'est que tu es dans une veine à priori! ( ) Etant donné que tu es étudiant(e?), il est préférable de vérifier ton reflux...surtout en cas d'évaluation! Bon stage!!! Réponse n 5 Réponse postée par : Surtout que si vous faîtes beaucoup de reflux le risque infectieux est majoré Espace Expert

9 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE?

10 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE?

11 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE?

12 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE?

13 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE?

14 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? 5 essais!!!!!!!!!!!!!

15 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? BESOINS ET RESSOURCES A CE JOUR (hors pose DIVLD) BESOINS RESSOURCES Formation initiale IFSI Formation continue Traitement des complications Evaluation DM et pratiques EOH (uniquement pour hygiène), pharmaciens, industrie Recommandations hygiène et thrombose (K) Prise en charge extravasation ->? Pharmaciens, DSI, EOH Consultation Pas de référent identifié

16 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? Suis-je un cas particulier?

17 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? De décembre 2010 à décembre 2013, dans le cadre de la formation professionnelle continue. Après 2 journées d information rappelant les recommandations de bonnes pratiques actuelles, 86 soignants (services hospitaliers ou soins en ville organisés ou non par une HAD) évaluèrent avec leurs collègues l organisation de la prise en charge et l utilisation des cathéters veineux au sein de leur structure. Une grille d auto évaluation (43 items) fut ainsi renseignée et commentée 1 mois après le début de la session.

18 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? POPULATION 86 stagiaires, soit 62 centres de soins répartis sur 18 régions sur le territoire français Répartition : Infirmières hospitalières 56 Infirmières soins à domicile Infirmières hygiénistes 6 5 Cadres infirmiers hospitaliers Cadre hygiéniste 1 Cadres formateurs IFSI 2 2 Puéricultrices 3 Manipulateurs radio 4 Médecins 3 Pharmaciens 3

19 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? ORGANISATION PROTOCOLE : Existence d un protocole d utilisation VVP et VVC mis à jour régulièrement -> 66% Existence d un protocole d utilisation VVP et VVC mais non mis à jour régulièrement -> 31% Absence d un protocole d utilisation VVP et VVC -> 3% EPP : Existence d EPP sur VVP et VVC -> 72% Absence d EPP sur VVP et VVC -> 25% NR -> 3% EQUIPE RESSOURCE de pose et suivi VVP/ VVC : Existence d une équipe référente de pose et de suivi constituée de médecin(s) et d IDE -> 15.6% Existence d une équipe référente uniquement constituée de médecin(s) -> 23.4% Absence d équipe référente -> 61% COORDINATION VILLE/HOPITAL : L organisation de réunions de concertation et de coordination ville-hôpital sur les VVP et VVC est : - Programmée régulièrement -> 16% - Occasionnellement -> 31% - Jamais-> 53%

20 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? ORGANISATION PREVALENCE DES EXTRAVASATIONS : Diffusion systématique -> 32% Diffusion occasionnelle -> 15% Jamais d information -> 53% INFORMATION PATIENT : Avant la sortie du patient, un document d information sur la VVC lui est remis et expliqué Systématiquement -> 38% Occasionnellement -> 56% Jamais -> 6%

21 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? POSE AIGUILLE / OUVERTURE DE VVC Masque pour IDE Jamais Occasionnellement Systématiquement NR Pose aiguille Huber 0% 3.1% 96.9% 0% Ouverture PICC 3.1% 6.3% 37.5% 53.1% Ouverture VVC 10.9% 10.9% 68.8% 9.4%

22 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? POSE AIGUILLE / OUVERTURE DE VVC GS pour IDE Jamais Occasionnellement Systématiquement NR Pose aiguille Huber 0% 0% 100%% 0% Ouverture PICC 6.7% 6.7% 53.3% 33.3% Ouverture VVC 10.9% 6.3% 73.4% 9.4%

23 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? UTILISATION Les prélèvements sur CCI ont effectués : Jamais Occasionnellement Systématiquement NR 3.1% 43.8% 50% 3.1%

24 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? UTILISATION Mode et type de rinçage des VVC : -La solution de rinçage (NaCl 0,9%) est systématiquement injectée en mode pulsé -> 56.2% -La solution de rinçage est occasionnellement injectée en mode pulsé -> 31.3% - La solution de rinçage n est pas injectée en mode pulsé -> 10.9% - NR -> 1.6% Mode et type de rinçage des VVP : -La solution de rinçage (NaCl 0,9%) est systématiquement injectée en mode pulsé -> 32.8% La solution de rinçage est occasionnellement injectée en mode pulsé -> 12.5% - La solution de rinçage n est pas injectée en mode pulsé ->53.1% - NR -> 1.6%

25 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? UTILISATION Retrait aiguille Huber en PP : Jamais Occasionnellement Systématiquement NR 6.2% 12.5% 79.7% 1.6%

26 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? SUIVI Le patient est en possession de sa carte de VVC : Jamais Occasionnellement Systématiquement NR 25% 46.9% 25% 3.1%

27 1. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? Evidente nécessité : - d évaluer l offre de soins (soins directs et organisation) - de coordonner les ressources - d informer - de collaborer efficacement entre médecins et paramédicaux (et entre paramédicaux) au sein d une équipe ressource organisée et identifiée

28 2. COMMENT DÉFINIR UNE TELLE ÉQUIPE? Pluridisciplinaire Pilotée par utilisateurs Identifiée et disponible

29 2. RÔLES DE L INFIRMIÈRE KT? Participation à : - l Activité de soins et conseil aux soignants - La Formation initiale et continue - au Projet d amélioration de la prise en charge (État des lieux - Résolution problèmes en identifiant ressources existantes ou en créer - Evaluation des actions menées - Communications internes et externes concernant les actions menées et leur résultat) - au Projet de recherche - Et surtout à la coordination des actions menées à l hôpital et en ville

30 2. RÔLES DE L INFIRMIÈRE KT? FORMATION ET COORDINATION

31 2. RÔLES DE L INFIRMIÈRE KT? FORMATION ET COORDINATION Améliorer l information sur les CCI Par un poster affiché dans les postes de soins infirmiers Présenté et argumenté par un diaporama

32 2. RÔLES DE L INFIRMIÈRE KT? FORMATION ET COORDINATION Gratuitement téléchargeable sur

33 2. RÔLES DE L INFIRMIÈRE KT? FORMATION ET COORDINATION 22 auteurs issus de spécialités différentes

34 2. RÔLES DE L INFIRMIÈRE KT? FORMATION ET COORDINATION wwww.therashare.tv

35 2. RÔLES DE L INFIRMIÈRE KT? BESOINS ET RESSOURCES A CE JOUR : R ET D débit (ml/h) débit (ml/h) en fonction du temps (min) temps (min) Diffuseurs portables

36 2. RÔLES DE L INFIRMIÈRE KT?

37

38

39 3. QUELLES COMPETENCES ET FORMATION? QUEL STATUT? Un DU (infirmière plaie et cicatrisation, douleur,...) Reconnaissance Moyens Pérennité de l activité de la personne ressource

40 3. QUELLES COMPETENCES ET FORMATION? QUEL STATUT? La pratique avancée, de quoi parlons-nous? 3 concepts-clé distinguent la pratique avancée de la pratique courante d une infirmière Expansion Acquisition de nouvelles connaissances ou pratiques au-delà des frontières traditionnelles des sciences infirmières Savoirs empruntés Spécialisation Se concentrer sur une partie du domaine infirmiers, approfondir ses compétences en regard d une spécialité Savoirs approfondis Avancement À partir de l expansion et la spécialisation, favoriser l avancement des savoirs et des pratiques infirmières Savoirs «nouveaux» (Dudley-Brown, 2004) (Tiré du PPT Mélanie Connan (M. Sc. Inf (c) ) La pratique infirmière avancée, présentation par Wilmina Détournel-Prochette, Infirmiè e Praticienne spécialisée en Néphrologie, 28 juillet 2010

41 3. QUELLES COMPETENCES ET FORMATION? QUEL STATUT? Infirmière clinicienne spécialisée (ICS) Définition L ICS est une infirmière autorisée qui détient une maîtrise ou un doctorat en sciences infirmières et qui a de l expertise dans une spécialité des soins infirmiers cliniques (AIIC, 2009). Distinguer l ICS et l Infirmière praticienne spécialisée (IPS) La Loi permet désormais aux infirmières praticiennes spécialisées dans leur domaine, d exercer des activités jusqu ici réservées aux médecins 4 spécialités à ce jour : Cardiologie, Néphrologie, Néonatalogie et Première ligne Surtout en néphrologie et cardiologie La pratique infirmière avancée, présentation par Wilmina Détournel-Prochette, Infirmiè e Praticienne spécialisée en Néphrologie, 28 juillet 2010

42 Résumé des actes de l IPS Activités Cardiologie Néphrologie Néonatalogie 1ère ligne Prescrire et ajuster des médicaments RUM Anticoagulant Bêta-bloqueurs IECA, diurétiques RUM Diurétiques m Chélateurs de phosphore Immunosuppresseurs RUM Certains antibiotiques et convulsivants Surfactant Liste de Rx Prescrire des examens diagnostiques Rx poumons Écho cardiaque ECG.. ECG PSA Rx poumons Échographies ECG Radiographies ECG Radiographie simple Écho abdo et pelvien Prescrire des analyses de laboratoires La plupart des analyses La plupart des analyses La plupart des analyses La plupart des analyses Prescrire des traitements médicaux Débridement plaie Sonde soluté Modification tx de dialyse Sonde Sonde Mode de ventilation Photothérapie Irrigation oculaire Lavement Lavage d oreilles Effectuer des techniques invasives à risque de préjudice Ponction artérielle Retrait de fil de pace Retrait cathéter HD Ponction lombaire Ponction artérielle Ponction vésicale Examen pelvien Toucher rectal Frottis cervical Surv. plaies Drainage abcès La pratique infirmière avancée, présentation par Wilmina Détournel-Prochette, Infirmiè e Praticienne spécialisée en Néphrologie, 28 juillet 2010

43 3. QUELLES COMPETENCES ET FORMATION? QUEL STATUT? Infirmière clinicienne spécialisée Exerce cinq activités dans cinq domaines interdépendants (compétences): 1. Expert clinique dans une spécialisation la pratique 2. Conseillère la consultation 3. Enseignante la formation 4. Collaboratrice aux recherches la recherche 5. Gestionnaire de projets cliniques la gestion Advanced Practice Nursing, Lucille A. Joel, Davis Company. Philadelphia,2004 La pratique infirmière avancée, présentation par Wilmina Détournel-Prochette, Infirmière Praticienne spécialisée en Néphrologie, 28 juillet 2010

44 3. QUELLES COMPETENCES ET FORMATION? QUEL STATUT? Répartition des divers éléments de la pratique de l IPS Pratique clinique70% Soutien clinique aux infirmières et aux autres professionnels 10% Formation et enseignement10% Recherche10% La pratique infirmière avancée, présentation pa rwilmina Détournel-Prochette, Infirmiè e Praticienne spécialisée en Néphrologie, 28 juillet 2010 Québec : 2 activités infirmières différentes et complémentaires

45 CONCLUSION Sont nécessaires pour optimiser la prise en charge de patients porteurs de cathéters veineux : - Une plus grande organisation des ressources localement et nationalement - Pour les équipes ressources, la fondation d une société savante spécifique - Pour les infirmières ressources, une formation spécifique et diplômante

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Définition «Le DPC comporte l analyse par tous les professionnels de santé (PS) de leurs pratiques

Plus en détail

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Evaluation des Pratiques Professionnelles Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Diffusion et communication de bonnes pratiques CHU_ Hôpitaux de Rouen - page

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Prise en Charge de l Antibiothérapie Intraveineuse à Domicile. STUDIOSANTE Présenté par Cécile Collonge, Infirmière

Prise en Charge de l Antibiothérapie Intraveineuse à Domicile. STUDIOSANTE Présenté par Cécile Collonge, Infirmière Prise en Charge de l Antibiothérapie Intraveineuse à Domicile STUDIOSANTE Présenté par Cécile Collonge, Infirmière coordinatrice STUDIOSANTE INTRODUCTION Dans le contexte actuel de réduction des coûts

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS 2016

CATALOGUE DES FORMATIONS 2016 RéSEAUX DE SANTé CANCéROLOGIE GéRONTOLOGIE SOINS PALLIATIFS DU VAL D OISE CATALOGUE DES FORMATIONS 2016 N agrément formation continue : 119 504 04 595 N agrément OGDPC : 4330 https://www.ogdpc.fr/ Programme

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

Implantation d Aiguille de Huber sécurisée

Implantation d Aiguille de Huber sécurisée Implantation d Aiguille de Huber sécurisée Retour d expérience N.BRETHE, C.GOULARD, P.BOURCIER, S.ROCHARD, I.MEIGNE, P.BOURREL, B.TEQUI CENTRE DE LUTTE CONTRE LE CANCER NANTES ATLANTIQUE Contexte Chambres

Plus en détail

Antibiothérapie parentérale à domicile. Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry

Antibiothérapie parentérale à domicile. Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry Antibiothérapie parentérale à domicile Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry 1 Une pratique de plus en plus fréquente Intérêt économique Impact de la T2A

Plus en détail

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais.

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais. Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais Méthodologie Enquête déclarative faite en février 2010 auprès des IDE hygiéniste et/ou

Plus en détail

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie Bilan de la démarche de certification V 2010 Haute-Normandie Juin 2013 La certification V 2010 en Haute Normandie Bilan au 1 er juin 2013 Etat d avancement de la démarche Au 1 er juin 2013, 69 établissements

Plus en détail

INFIRMIER(E) EN MEDECINE D URGENCE

INFIRMIER(E) EN MEDECINE D URGENCE Yvon CROGUENNEC IADE / ENSEIGNANT SAMU 29 / CESU 29 Référentiel de Compétences Commission Infirmière Commission Soins d Urgence & Sous - Commission d Élaboration des Manifestations Scientifiques INFIRMIER(E)

Plus en détail

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème identito-vigilance. Il est prévu que les différents

Plus en détail

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD Qu est-ce que le réseau LCD? Le réseau Lutter Contre la Douleur a pour objectif d améliorer la prise en charge des patients douloureux chroniques.

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Pourquoi et comment préparer les futures infirmières dans le contexte d informatisation du réseau de la santé?

Pourquoi et comment préparer les futures infirmières dans le contexte d informatisation du réseau de la santé? Pourquoi et comment préparer les futures infirmières dans le contexte d informatisation du réseau de la santé? Présentation par Sylvie Jetté, présidente de l AQIISTI dans le cadre du colloque de L Association

Plus en détail

Pratique informée par

Pratique informée par Evidence-based practice Évidences Preuves Faits Données probantes Résultats probants Pratique factuelle Pratique exemplaire Pratique basée sur Pratique fondée sur Pratique informée par Quelques définitions

Plus en détail

MAÎTRISE DE L HYGIÈNE ET DÉMARCHE QUALITÉ : L EXEMPLE DU LABEL. Forcomed Dr Florence Lair

MAÎTRISE DE L HYGIÈNE ET DÉMARCHE QUALITÉ : L EXEMPLE DU LABEL. Forcomed Dr Florence Lair MAÎTRISE DE L HYGIÈNE ET DÉMARCHE QUALITÉ : L EXEMPLE DU LABEL Forcomed Dr Florence Lair La qualité : définition OMS : «démarche qui doit permettre de garantir à chaque patient l assortiment d actes diagnostiques

Plus en détail

LE CONCEPT DE PRATIQUE AVANCÉE. BARRIERE-ARNOUX Cécile IPAGL

LE CONCEPT DE PRATIQUE AVANCÉE. BARRIERE-ARNOUX Cécile IPAGL LE CONCEPT DE PRATIQUE AVANCÉE 1 BARRIERE-ARNOUX C ÉCILE IDEL M aster 2 sciences c liniques infirmières option gérontologie Sophrologue Formatrice Définition de l IPA par le C I I 2 «Une infirmière qui

Plus en détail

LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD

LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD Quiz ARLIN Aquitaine Réseau des Ides et cadres hygiénistes d Aquitaine 18 juin 2015 Reco de 2006 en cours d actualisation par groupe de travail : SF2H,

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous?

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? La prise en charge de votre affection de longue durée Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? Sommaire Edito Votre prise en charge à 100 % Comment cela

Plus en détail

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Peripheric Inserted Central Catheter PICC-line Cathéter veineux inséré dans une veine périphérique profonde du bras, PICC-line dont

Plus en détail

Référent et management

Référent et management Référent et management Manager pour une efficacité de prévention Rôle, mission du référent et relais avec l encadrement Comment fédérer tous les acteurs de soins Référent et management Manager pour une

Plus en détail

Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital

Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital Manon Gandolfo - IDE HAD Nice Cédric Lefranc Directeur Coordination de soins STUDIO SANTE 83 Circuit du patient La voie veineuse centrale est

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

Les accidents percutanés. Résultats 2005, inter-région Nord. Les établissements participant Inter-région Nord 2005. Fonction des victimes d AES (%)

Les accidents percutanés. Résultats 2005, inter-région Nord. Les établissements participant Inter-région Nord 2005. Fonction des victimes d AES (%) Les établissements participant Inter-région ord 200 Résultats 200, inter-région ord 4 AES dans 9 établissements ord Pas de Calais 2 Régions Hte orm. Pic. 8 Ile de France 9 Statut de l'établissement Privé

Plus en détail

Soins palliatifs en EHPAD

Soins palliatifs en EHPAD Soins palliatifs en EHPAD Dr Astrid AUBRY aaubry@ch-aix.fr Centre Hospitalier du Pays d Aix Aix en Provence le 16 mai 2006 Les soins palliatifs en EHPAD Les EHPAD : le domicile des personnes qui y résident,

Plus en détail

FRANCOISE Rémi BTS SIO 2012-2013 DECO FER FORGE FERRONNERIE. Lycée de la cci

FRANCOISE Rémi BTS SIO 2012-2013 DECO FER FORGE FERRONNERIE. Lycée de la cci BTS SIO Lycée de la cci FRANCOISE Rémi 2012-2013 DECO FER FORGE FERRONNERIE Nom du tuteur : FRANCOISE Emmanuel Qualité : CEO BTS SIO 2011/2012 Septembre 2012 TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION ET PRESENTATION...

Plus en détail

Certification V2014. L audit de processus. «D une logique analytique à une logique systémique» 17/02/2015. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1

Certification V2014. L audit de processus. «D une logique analytique à une logique systémique» 17/02/2015. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Certification V2014 L audit de processus «D une logique analytique à une logique systémique» 17/02/2015 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 «C est par le prisme de la gestion des risques a priori et a posteriori,

Plus en détail

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS 10954_VAE_p011p040_part1_JCL.indd 11 23/05/08 11:05:10 FICHE La VAE : 1 principes et modalités Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes et compétences acquises

Plus en détail

Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation et deux ICLS, une transition réussie pour OZE Le 21.11.

Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation et deux ICLS, une transition réussie pour OZE Le 21.11. XIIème congrès européen des Infirmiers-ères cliniciens-nes, Spécialistes cliniques, Clinicien-nes consultante, symposium no 4 Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

Pose d une PICC Line: technique et intérêts

Pose d une PICC Line: technique et intérêts Journée Scientifique CCLIN-Est/ARLIN Pose d une PICC Line: technique et intérêts Romaric LOFFROY Département de Radiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Bocage Central Dijon Introduction PICC : - Peripheral

Plus en détail

Programme National pour la Sécurité des Patients

Programme National pour la Sécurité des Patients Programme National pour la Sécurité des Patients Isabelle Martin Marie-France Angelini Tibert Cellule de coordination des vigilances et des risques liés aux soins Nathalie Lugagne Delpon responsable pôle

Plus en détail

Siemens Medical Solutions Annexe M07 Formation utilisateurs pour IRM

Siemens Medical Solutions Annexe M07 Formation utilisateurs pour IRM Siemens Medical Solutions Annexe M07 Formation utilisateurs pour IRM www.siemens.fr/medical Formation utilisateurs Cette formation doit permettre aux utilisateurs d utiliser le matériel conformément aux

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON?

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? «PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? Le décret télémédecine du 19 octobre 2010 fixe déjà certaines modalités de mise en

Plus en détail

Profils et formations des hygiénistes en Europe

Profils et formations des hygiénistes en Europe XXIIIe Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Lille, 6-8 juin 2012 Profils et formations des hygiénistes en Europe Pierre Parneix www.sf2h.net http://www.infection-prevention.eu/

Plus en détail

TITRES PROFESSIONNELS PARTICULIERS ET QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES PARTICULIERES POUR LES PRATICIENS DE L ART INFIRMIER.

TITRES PROFESSIONNELS PARTICULIERS ET QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES PARTICULIERES POUR LES PRATICIENS DE L ART INFIRMIER. Cadre légal. TITRES PROFESSIONNELS PARTICULIERS ET QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES PARTICULIERES POUR LES PRATICIENS DE. 1) A.R. n 78, article 35ter : «Le Roi établit la liste des titres professionnels

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

1ere partie : FORMATION SONDE URINAIRE

1ere partie : FORMATION SONDE URINAIRE COMPTE RENDU Formation complémentaire à la pose d'une sonde urinaire Référents experts: et prévention des Infections Associées aux Soins* IAS Anne MECRIN, IDE Marie-France PALAY, IBODE Animateur de la

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE

ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE Introduction Les données concernant cette étude ont été recueillies

Plus en détail

LES ACTEURS DE LA CONDUITE DE PROJET. - - quelques définitions - - rappel sur le déroulement d un projet -- L équipe projet -- Référence

LES ACTEURS DE LA CONDUITE DE PROJET. - - quelques définitions - - rappel sur le déroulement d un projet -- L équipe projet -- Référence LES ACTEURS DE LA CONDUITE DE PROJET -- Introduction : - - quelques définitions - - rappel sur le déroulement d un projet -- L équipe projet -- Référence Quelques définitions P. 2 Selon l AFITEP-AFNOR

Plus en détail

Nouveau programme Coopération IFSI - Terrains de Stages. Nécessaires évolutions pour répondre aux besoins des personnes soignées.

Nouveau programme Coopération IFSI - Terrains de Stages. Nécessaires évolutions pour répondre aux besoins des personnes soignées. Nouveau programme Coopération IFSI - Terrains de Stages Nécessaires évolutions pour répondre aux besoins des personnes soignées. Un nouveau programme de formation Quand? Pourquoi? Comment? Quels impacts?

Plus en détail

L Hospitalisation à domicile

L Hospitalisation à domicile L Hospitalisation à domicile Centre Hospitalier B.P. 70348 22303 LANNION Cedex 02.96.05.70.15 S O M M A I R E Où SE SITUE L HAD? p 2 QU EST-CE QUE L HAD? p 4 QUEL LIEU D INTERVENTION? p 4 QUE DOIT-ON

Plus en détail

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE ReMeD Réseau Médicaments et Développement Table ronde du 9 novembre 2004 Faculté de Pharmacie Paris V Communication Dr Nicole Ridolphi pharmacien inspecteur général honoraire EVOLUTION DE L INSPECTION

Plus en détail

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012 ROLES ET MISSION DU CLIN Infections nosocomiales Définition de l Infection Nosocomiale: vient du grec nosokomion et date de 1845 Définition du Conseil de l Europe : elle introduit le personnel hospitalier

Plus en détail

santé le parcours de soins Mémento

santé le parcours de soins Mémento santé le parcours de soins Mémento Informations pratiques Qu est-ce que le parcours de soins? Le parcours de soins est un circuit que vous devez respecter pour bénéficier d un suivi médical coordonné,

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

LIVRET DE COMPETENCES

LIVRET DE COMPETENCES Nom : Prénom : LIVRET DE COMPETENCES Dates butoir de remise du livret de compétences Vu par le tuteur (date et signature) Entretien avec le tuteur prévu le 1 ère lecture 2 ème lecture 3ème lecture 4 ème

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching :

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching : Le coaching est-il soluble dans la formation? Par Anne-Catherine BOUSQUEL Réunir ces 2 formes d accompagnement peut sembler paradoxal tant elles diffèrent. Le coaching vise à l autonomie sans apport de

Plus en détail

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR :

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : a. Consultation avec le Chirurgien Cardiaque Elle s effectue au centre de consultation de cardiologie médico-chirurgicale (bat H ou G). Cette consultation

Plus en détail

COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE. Alexandra GENESTIER- Juin 2007

COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE. Alexandra GENESTIER- Juin 2007 COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE REANIMATION Alexandra GENESTIER- Juin 2007 PLAN A- Introduction B- Historique C- Règles d hygiène D- Public visé=

Plus en détail

Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile?

Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile? le point sur PRODUITS DE SANTÉ ET DU CORPS HUMAIN > Produits de santé, thérapeutiques et cosmétiques Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile? Depuis le 1 er novembre 2011, la distribution

Plus en détail

Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile?

Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile? PRODUITS DE SANTÉ ET DU CORPS HUMAIN > Produits de santé, thérapeutiques et cosmétiques Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile? Depuis le 1 er novembre 2011, la distribution gratuite

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale

Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale L esprit de service Paris XII Cahier des charges Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale surveillance et ablation d un cathéter péri nerveux Matériel employé: la pompe PCA ambit TM du

Plus en détail

EVALUATION DU SEMINAIRE 17 NOVEMBRE 2009

EVALUATION DU SEMINAIRE 17 NOVEMBRE 2009 POLE DE COMPETENCES EN EDUCATION ET PROMOTION DE LA SANTE REGION BRETAGNE AIDES Délégation Grand-Ouest ANPAA Bretagne - Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie CIRDD Bretagne

Plus en détail

GUIDE. de la visioconférence. à l intention des utilisateurs. Personnels administratifs

GUIDE. de la visioconférence. à l intention des utilisateurs. Personnels administratifs GUIDE à l intention des utilisateurs de la visioconférence Dernière mise à jour : août 2011 Service de soutien pédagogique et technologique/sspt Service de la formation continue et de la formation hors

Plus en détail

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES Charte des PLATEAUX TECHNIQUES L université Blaise Pascal affiche sa volonté de mutualisation de ses équipements scientifiques et sa volonté d ouverture vers son environnement institutionnel et économique.

Plus en détail

Mut u ua u li l s i atio i n o n de d l a l F o F r o matio i n Boîte à outils 2012

Mut u ua u li l s i atio i n o n de d l a l F o F r o matio i n Boîte à outils 2012 Mutualisation de la Formation Boîte à outils 2012 La Mutualisation de la Formation De quoi s'agit-il? se regrouper pour concevoir et/ou participer à des actions de formations communesentre structures différentes

Plus en détail

Histoire des arts : La naissance du cinéma à la fin du XIXe siècle

Histoire des arts : La naissance du cinéma à la fin du XIXe siècle Histoire des arts : La naissance du cinéma à la fin du XIXe siècle Exercice et méthode de recherche sur Internet Dans le cadre du thème Histoire des arts retenu pour la classe de 4 ( Mouvement et vitesse

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT (document à tenir

Plus en détail

Le rôle des infirmières en PIA

Le rôle des infirmières en PIA Cours de transplantation Le rôle des infirmières en PIA Mme Chantal Fortin IPSN, MSc., CNephro(C) Infirmière praticienne spécialisée en néphrologie RUIS McGill -UdeM 16 avril 2010 Objectifs Comprendre

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques MODALITES

Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques MODALITES INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Promotion 2005/2008 1ère année 2005/2006 Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques SITUATION MODULE Maternité

Plus en détail

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB)

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie 1. objectifs du programme : Les finalités spécifiques

Plus en détail

Une vue plus synthétique pour une meilleure qualité de soins. Une meilleure cohérence.

Une vue plus synthétique pour une meilleure qualité de soins. Une meilleure cohérence. Une vue plus synthétique pour une meilleure qualité de soins. Le dossier médical virtuel unifié permet aux professionnels de santé d accéder à vos données médicales. Une meilleure cohérence. Le dossier

Plus en détail

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile.

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Frédérique SIESSE,infirmière libérale, Perpignan, Référente RVPCLR pôle Perpignan 1 La responsabilité de l infirmière

Plus en détail

QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE

QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE ARLIN Aquitaine Journée des Correspondants en Hygiène 28 mai 2015 Recommandations pour la prévention des infections dans les

Plus en détail

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau 1 Note introductive (chapô) La mise en place d une démarche globale de gestion de la qualité de l eau consiste à assurer la maîtrise des risques sanitaires liés

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr R4 Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Pour rappel, les collèges sont de la compétence des conseils généraux,

Plus en détail

Le contrôle en cours de formation en mathématiques et en physique chimie pour les CAP. I Généralités sur le contrôle en cours de formation (CCF)

Le contrôle en cours de formation en mathématiques et en physique chimie pour les CAP. I Généralités sur le contrôle en cours de formation (CCF) Le contrôle en cours de formation en mathématiques et en physique chimie pour les CAP I Généralités sur le contrôle en cours de formation (CCF) 1. Historique Apparition du CCF : - en 1990 dans le règlement

Plus en détail

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille SOMMAIRE I. L arrêt cardiaque extra-hospitalier. II. L arrêt cardiaque intra-hospitalier.

Plus en détail

LE FORMATEUR, ANIMATEUR DE SEANCES PEDAGOGIQUES COPIE.EMPM.ADN. Equivalence FOR1 DSC

LE FORMATEUR, ANIMATEUR DE SEANCES PEDAGOGIQUES COPIE.EMPM.ADN. Equivalence FOR1 DSC LE FORMATEUR, ANIMATEUR DE SEANCES PEDAGOGIQUES Equivalence FOR1 DSC «Le référentiel pédagogique du formateur» Références : Documents techniques «cellule pédagogique EMPM». Dossiers pédagogiques «CIN St

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR UNE OFFRE DE STAGES QUALIFIANTS

RECOMMANDATIONS POUR UNE OFFRE DE STAGES QUALIFIANTS Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Ministère de la santé et des sports DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES CENTRE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

IDE de classe normale

IDE de classe normale IDE de classe normale Je choisis de rester en catégorie B, j ai la possibilité de partir à 55 ans... Cat. B Classe normale Grille actuelle Cat. B Classe normale nouvelle grille ( ) 9 (-) 25 ans 515 2 384,55

Plus en détail

Alibode 2014 Céline KLINKEBERG

Alibode 2014 Céline KLINKEBERG Alibode 2014 Céline KLINKEBERG QUELLE DIFFÉRENCE? Appelé aussi visiteur médical «Dans la salle d attente du médecin, on le repère facilement : en costume ou tailleur et équipé d une mallette, il tente

Plus en détail

Vous pouvez me retourner ce questionnaire soit par mail à : anne-sophie.lapointe@orange.fr

Vous pouvez me retourner ce questionnaire soit par mail à : anne-sophie.lapointe@orange.fr Madame la Présidente, Monsieur le Président, Représentant(e) à l Alliance Maladies Rares, Président(e) d une association de malades dans les maladies rares ou son représentant à l Alliance Maladies Rares,

Plus en détail

149 Rue du Faubourg Bonnefoy 31500 TOULOUSE @ sy.d@free.fr 07.83.05.42.66 / 06.61.79.61.24

149 Rue du Faubourg Bonnefoy 31500 TOULOUSE @ sy.d@free.fr 07.83.05.42.66 / 06.61.79.61.24 s Consultante Formatrice en Droit Social et Ressources Humaines Sur Toulouse et région Midi-Pyrénées 149 Rue du Faubourg Bonnefoy 31500 TOULOUSE @ sy.d@free.fr 07.83.05.42.66 / 06.61.79.61.24 Siret 791

Plus en détail

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens INTRODUCTION Un statut actuel un peu flou Ce n est pas un médicament

Plus en détail

PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique»

PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique» PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique» Anne-Marie Béduchaud Responsable Hygiène gestion du risque Polyclinique de Poitiers/Clinique Saint Charles/HAD 18032015 Qu est ce

Plus en détail

Quels outils pour un parrainage efficace? Quel est mon rôle dans le parrainage? Quels sont les projets parrainés?

Quels outils pour un parrainage efficace? Quel est mon rôle dans le parrainage? Quels sont les projets parrainés? by Quels outils pour un parrainage efficace? Quel est mon rôle dans le parrainage? Quels sont les projets parrainés? «Accompagner quelqu un, c est se placer ni devant, ni derrière, ni à la place. C est

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PREPARATOIRE AU TELETRAVAIL. Introduction. Renseignement concernant l agent

QUESTIONNAIRE PREPARATOIRE AU TELETRAVAIL. Introduction. Renseignement concernant l agent QUESTIONNAIRE PREPARATOIRE AU TELETRAVAIL Introduction Ce questionnaire a pour objectif de permettre à l agent et à son hiérarchique direct de préparer en concertation la mise en œuvre du télétravail à

Plus en détail

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012 Professeure Dominique Thouvenin Ecole des Hautes Etudes en santé Publique () Titulaire de la chaire «Droit

Plus en détail

Les photographies individuelles des élèves «Chacun a droit au respect de sa vie privée.» La circulaire N 2003-091 DU 5-6-2003 parue au Bulletin

Les photographies individuelles des élèves «Chacun a droit au respect de sa vie privée.» La circulaire N 2003-091 DU 5-6-2003 parue au Bulletin Publier des photos d élèves sur l internet Publier des photographies d élèves mineurs sur l internet doit toujours se faire avec l accord des parents. Ce document fait le point sur le sujet et fournit

Plus en détail

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE Liliane GUILLORET**, Mireille LAMBERT*, ** Coordinatrice de SSIAD, Infirmière re hygiéniste *PH responsable EOHH, Président du CLIN HOPITAL LOCAL MONTFORT

Plus en détail

FILIÈRE MÉDICO-SOCIALE

FILIÈRE MÉDICO-SOCIALE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FILIÈRE MÉDICO-SOCIALE Espace Performance 3-35769 SAINT GRÉGOIRE Cedex - www.cdg35.fr - Téléphone 02 99 23 31 00 - Télécopie 02 99 23 38 00 - E-mail

Plus en détail

Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES

Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES QUI SOMMES-NOUS? MEJT, dont le siège est basé à Champagne au Mont d Or (69) a été créée en 1994 par Gilles GUILLERME. A sa création, MEJT

Plus en détail

Organisation pratique de la simulation en santé IFSI Paris Saint-Joseph

Organisation pratique de la simulation en santé IFSI Paris Saint-Joseph Organisation pratique de la simulation en santé IFSI Paris Saint-Joseph Sophie Prissette Responsable de la formation par la simulation 05/12/2014 1 Journée d'échanges, IFSI La Croix St Simon Présentation

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail