L approche gériatrique multidisciplinaire des modèles et leurs spécificités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L approche gériatrique multidisciplinaire des modèles et leurs spécificités"

Transcription

1 L approche gériatrique multidisciplinaire des modèles et leurs spécificités Claire Harrison Courtière de connaissances Secteur gestion des connaissances Avril 2011

2 Document réalisé par : Claire Harrisson Courtière de connaissances Citation suggérée : Claire Harrisson. L approche gériatrique multidisciplinaire des modèles et leurs spécificités. Longueuil : Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie, Avril 2011, 16 p. Ce document est disponible intégralement en format électronique (pdf) sur le site Web de VIsAge : bulletin de veille informationnelle de l'agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie à l'adresse Il a été produit à titre d'information générale. Les opinions exprimées dans ce document n'engagent que son auteur, et non l'agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie. Les informations contenues dans le présent document peuvent être citées, à condition d'en mentionner la source. 2

3 L APPROCHE GÉRIATRIQUE MULTIDISCIPLINAIRE DES MODÈLES ET LEURS SPÉCIFICITÉS Messages clés 1. Il existe plusieurs variations de l équipe gériatrique sur un modèle de base comparable : équipe multidisciplinaire, dans l urgence ou à proximité de celle ci. 2. La composition de ces équipes varie. Elle comprend toujours un gériatre ou un médecin avec une expertise en gériatrie et une infirmière spécialisée. 3. La présence du gériatre sur place n est pas toujours requise, il est parfois sur appel. 4. Les autres professionnels impliqués dans l équipe sont le travailleur social, l ergothérapeute et le physiothérapeute. Le pharmacien et le nutritionniste s ajoutent occasionnellement. 5. Certaines équipes utilisent des gestionnaires de cas, qui servent aussi à la liaison extramurale. 6. Plusieurs modèles favorisent un site extérieur à l urgence tout en étant à proximité afin d offrir un environnement adapté à la personne âgée. 7. Les équipes de consultation gériatrique ont un rôle conseil qui est le plus souvent complémentaire à celui du personnel de l urgence. 8. Certaines composantes sont originales : L équipe ACE offre un accès direct à la clientèle vulnérable, en semaine, c. à d. sans passer par l urgence. Le modèle HELP vise la prévention du délirium et du déclin fonctionnel chez les personnes âgées hospitalisées. Son succès est relié au recrutement de bénévoles. Le modèle Family Help favorise un partenariat entre la famille et l infirmière soignante. 9. L horaire de travail privilégié apparaît comme celle des heures d affaires soit du lundi au vendredi de 8h00 à 16h Les impacts observés : L identification de problèmes médicaux additionnels, une augmentation des congés à domicile, une diminution de la DMS à l urgence et en gériatrie sans augmentation significative de taux de réadmission, une augmentation de la satisfaction des patients, des familles et des soignants. Les soins à la personne âgée à l urgence demandent de la créativité afin d être efficients et efficaces tout en répondant à des situations complexes de soins. 1 De nouveaux modèles de soins ont été créés afin de répondre aux besoins de cette clientèle. 2,3 Ces modèles comprennent tous une évaluation gériatrique multidimensionnelle et standardisée qui est reconnue comme efficace. Elle peut être réalisée par des équipes multidisciplinaires ou en consultation hospitalière. Le but est le même pour tous, soit de faciliter un accès rapide, voire prioritaire, et des interventions précoces afin de prévenir le déclin fonctionnel chez cette clientèle vulnérable, 4,5 d éviter des hospitalisations indues et les mauvaises orientations. 6 La contribution de l équipe aide à la planification du retour dans le milieu de vie antérieur lorsque c est possible et à la planification d un départ sécuritaire afin de prévenir les admissions récurrentes. 7 3

4 L évaluation de l impact des équipes de consultation gériatrique peut se mesurer de différentes manières : - Identification de pathologies ou comorbidités, habituellement non repérées, - Réduction de la durée de séjour des patients âgés fragiles permettant de libérer des journées d hospitalisation, - La diminution des comorbidités acquises liées à l immobilisation. Du point de vue de la qualité des soins : - Le taux de suivi des recommandations, - La réussite des sorties d hospitalisation (diminution du taux de ré hospitalisation précoce 3 mois), - Le taux d hospitalisation directe des 75 ans et +, - La baisse des pathologies liées à l hospitalisation, - La satisfaction des usagers, de leur famille et des professionnels. 8 Quant à l effet général, d une approche adaptée, à titre d exemple les résultats d une méta analyse soutiennent le rôle des équipes de gériatrie en confirmant que les personnes âgées vulnérables traitées sur des unités gériatriques ont moins de risque de déclin fonctionnel lors du congé et plus de probabilité de retourner à domicile. Ce bénéfice ne s accompagne pas d une augmentation des cas de létalité, de réadmissions, ou d augmentation des coûts 9. Cette recension présente des modèles de soins utilisant une équipe gériatrique à l urgence. L identification des syndromes gériatriques et l approche à la personne âgée constituent deux éléments clés pour le succès de la prise en charge. 7 Plusieurs auteurs ajoutent que l environnement actuel des soins à l urgence présente un défi de taille. 3,10 Certains comparent les soins gériatriques aux soins pédiatriques et aux soins psychiatriques en mentionnant le besoin d un environnement adapté et spécifique à la clientèle gériatrique. 3 Les soins aux personnes âgées à l urgence doivent devenir une priorité puisque l urgence représente une porte tournante du continuum de soins avec des liens en amont, en aval et à l interne pour tous les services impliqués 3. Les nouveaux modèles devraient viser une approche gériatrique dans un environnement adapté, sécuritaire et agréable. 2 Les équipes de consultation gériatrique constituent une des réponses possibles à la nécessité d assurer un soin de qualité aux patients âgés vulnérables, ou en perte d autonomie, quel que soit leur service d hospitalisation. Dans un contexte de pénurie de main d œuvre, il apparaît qu il n est pas réaliste d impliquer le personnel avec une expertise gériatrique pour chaque client âgé de 65 ans et plus. Ainsi, la plupart des modèles proposés possèdent des critères pour la sélection des patients afin de prioriser les plus vulnérables. 11,12 Le rôle de cette équipe à l urgence consiste à partager son savoir être et son savoir faire auprès de la personne âgée avec les équipes soignantes concernées afin qu elles puissent s approprier les connaissances gériatriques nécessaires à une prise en charge de qualité. 7 Le tableau suivant présente des modèles d équipe gériatrique avec leurs spécificités soit : la composition, les caractéristiques, l horaire, la clientèle, les résultats obtenus et les recommandations. La majorité de ces études sont descriptives. 4

5 Noms Composition Caractéristiques Horaire Clientèle Résultats obtenus/ Recommandations ASET 1,13 Assessment model based in emergency department Gériatre senior sur appel Stagiaire en médecine gériatrique basé à l urgence Infirmière clinicienne spécialisée (1 ETC) 1 Infirmières de l urgence Physiothérapeute Ergothérapeute Travailleur social Direction de l équipe - Médecin 3 - Infirmière clinicienne spécialisée (coordination) Localisée à l urgence Suivi après le congé - Clinique de la mémoire - Cliniques externes - Clinique des chutes - Pharmacien communautaire - Formation 12 semaines (prévention des chutes et médication) Semaine - 10h00 18h h00 16h30 1 Fin de semaine: - 10h00 16h00 Objectif - Couverture de soir et la fin de semaine 1 Critères d admissibilité Clients 70 ans recevant leur congé de l urgence Clients 75ans recevant leur congé de l urgence en l absence de ressources 1 2 des 5 critères suivants : - Problèmes de santé multiples ou polymédication (3 ou +) - Histoire de chutes ou blessure reliée à une chute En Australie, une étude effectuée a permis de revoir les dossiers de patients vus à l urgence. Le but de l étude était d identifier les cas de discordance entre les patients devant recevoir un congé du médecin de l urgence et ceux qui ont été admis suite aux interventions de l équipe ASET (Hôpital universitaire, 454 lits) sur une période de 28 mois à partir de janvier cas de discordance 6,1 % (n=1680) - 65 clients (63,1 %) : ASET a identifié des problèmes médicaux additionnels (non relié à la séniorité du MD) - L équipe ASET documente davantage sur les déficits fonctionnels, cognitifs et de mobilité - Ces résultats confirment le soutien additionnel apporté par une équipe d évaluation gériatrique basée à l urgence. Expansion du programme dans 34 hôpitaux Australiens 1 - Les critères d admissibilité des patients varient selon les ressources disponibles passant de 70 à 75 ans lorsqu il y a moins de ressources - Le rôle de l infirmière clinicienne spécialisée comporte un grand volet dédié à la formation du personnel afin d augmenter les connaissances Un portrait sur 12 mois ( ) patients vus par ASET 1-3 visites à l urgence dans les 6 derniers mois - Problème cognitif - Centre de 695 lits : 7,736 patients * / 1, 145 (15 %) / 324 congés / 727 admissions - Centre de 216 lits : 4,266 patients / 546 (13 %) / 188 congés / 305 admissions - Centre de 316 lits : 4,256 patients / 802 (19 %) / 308 congés / 494 admissions - Total : 16, 258 patients / 2,493 (15 %) / 820 congés / 1,526 admissions Recommandations * Total de Clients 70 ans à l urgence Total de clients vus par ASET 5

6 Noms Composition Caractéristiques Horaire Clientèle Résultats obtenus/ Recommandations - Changement récent au niveau du fonctionnement ou du comportement - Études de suivi et essais randomisés contrôlés afin de mesurer l impact ATOP 14 Assessment team for older people Médecin Infirmières cliniciennes spécialisées (5) Infirmière consultante Travailleur social senior Assistant travailleur social Ergothérapeute Aide ergothérapeute Pas de prise en charge des soins du patient Située à l extérieur de l urgence - Environnement adapté - Maintien le confort - Maintien de la dignité Équipement disponible Flexibilité dans les rôles - L infirmière fait l évaluation de la mobilité au besoin Médecin consultant - Semaine seulement - 9h00 12h00-12h00 17h00 ( sur appel) Infirmière - Semaine : 8h00 20h00 - Samedi : 8h00 16h00 Autres professionnels - Semaine : 8h00 16h00 Clients de 65 ans Critères de fragilité : 2 ou + (British Geriatric Society) - Incapacité à faire au moins une AVQ dans les 3 jours avant l admission - Un AVC dans les 3 derniers mois - Dépression - Démence - Histoire de chutes En Angleterre un portrait sur 4 mois (juin à septembre 2009 )de l impact de l équipe ATOP: - 27 % de prévention des admissions (178/666 clients) - Âge entre 60 et 103 ans, majorité 80 ans - 19 revisites sur les 178 clients: 6 réadmissions (chutes, déficits cognitifs), 4 nouveaux problèmes, 5 congés obtenus contre l avis médical Recommandations : - Clarification des rôles et responsabilités entre le personnel de l urgence et l équipe ATOP - Clarification des priorités pour chaque équipe - Adaptation requise pour travailler dans le contexte de l urgence - Maintien d une bonne communication entre les deux équipes - Besoin d évaluer les besoins de fin de semaine quant aux heures de services et quota infirmier Possibilité d évaluation à domicile Pas de suivi si le client est admis - Une ou plusieurs admissions dans les 3 derniers mois - Difficulté à marcher - Malnutrition - Alitement prolongé 6

7 Noms Composition Caractéristiques Horaire Clientèle Résultats obtenus/ Recommandations - Incontinence MAPU 4 Medical Assessment and Planning Unit Médecin avec expérience en gériatrie Médecin Coordinateur de soins Ergothérapeute Physiothérapeute Intégrée à l unité d observation de l urgence, isolée des autres usagers Capacité : 10 lits Séjour max : 48 heures Admission dans un lit de médecine, mais responsabilités partagées avec l urgence Structure administrative sous l urgence Assurance de la qualité responsabilité partagée entre MAPU et urgence Critères d admission - Clients de 75 ans et plus devant être admis en médecine suite à l évaluation faite par le personnel de l urgence - Priorités d admission dans les lits MAPU Critères d exclusion - Patients en soins palliatifs - Présence de comportements dérangeants, errance Diminution de la durée moyenne de séjour à l urgence : (période de 6 mois ) - 10,3 heures pour les clients vus par l équipe MAPU vs 13,2 heures pour les clients admis directement sur les unités - Amélioration de la circulation des patients à l intérieur de l urgence et augmentation de la capacité du flux des patients dans la salle d urgence Accès limité d admission dans les lits MAPU 49,2 % des patients ont du être admis sur les unités médicales par manque de lits Succès relié à une étroite collaboration entre les équipes médicales et l urgence La proximité des lieux physiques a permis la création d échanges et d apprentissage entre les membres du personnel des 2 équipes En 2009, l hôpital Royal Melbourne (Australie) a reçu 55,000 patients 7

8 Noms Composition Caractéristiques Horaire Clientèle Résultats obtenus/ Recommandations Équipe mobile de gériatrie 15 Gériatre (1 ETC) Travailleur social (1 ETC) Ergothérapeute (0,5 ETC) Formée afin de répondre aux besoins de la clientèle dans un centre où il n y avait pas de gériatre Semaine seulement Patients âgés de 75 ans et plus Un portrait sur une période de 2 ans: - Interventions auprès de 1800 patients - 60 % des patients ont été vus à l urgence - 40 % des patients ont bénéficié des services gériatriques de l hôpital partenaire - 26 % des cas sont retournés à domicile de manière sécuritaire Infirmier (0,5 ETC) Participation du gériatre à la réunion quotidienne de l urgence Disponible pour le personnel de l urgence et des autres unités accès par téléphone L arrivée de l équipe a permis d approfondir la réflexion sur les troubles cognitifs des personnes âgées se présentant à l urgence La collaboration entre les centres a permis la création d un partenariat et l accès à des services de gériatrie pour une clientèle qui n avait pas de service L utilisation des services gériatriques permet de faciliter l aval des urgences pour les personnes âgées Fais partie de la filière gériatrique française Le contexte de l urgence rend parfois difficile l utilisation d outils d évaluation, mais en même temps, il permet le développement d une réflexion synthétique et rapide - Partenariat avec un autre centre offrant un lit de gériatrie/jour et accès à un hôpital de jour 16 L accessibilité la fin de semaine demanderait des ajouts de ressources financières et humaines Les résultats d une enquête de satisfaction auprès du personnel (n=87): - Au courant des interventions de l équipe gériatrique 83 % - Prise en charge accélérée 88 % - Prise en charge simplifiée 85 % - Amélioration de l orientation des personnes âgées 57 % - Amélioration des rapports avec les familles 63 % - Charge allégée pour les médecins 100 % 8

9 Noms Composition Caractéristiques Horaire Clientèle Résultats obtenus/ Recommandations - Amélioration de la prise en charge 81 % La transmission de la compétence gériatrique se fait progressivement Réflexion continue pour une jeune équipe quant à son organisation - Dossier patient - Outils de communication au sein de l équipe et avec les autres services - Rôle de chaque professionnel MUHC RVH ED Geriatric consultation Team 7,17 Infirmière de liaison gériatrique (1 ETC) Gériatre (0,5 ETC) Ergothérapeute (0,34 ETC) Physiothérapeute (0,5 ETC) Travailleur social (0,75 ETC) Les clients sont référés suite à l utilisation de l outil d évaluation systémique pour la personne âgée vulnérable SEISAR 18 Références directes à l équipe de gériatrie basée à l urgence Références reçues des soins à domicile Semaine - 8h00 16h00 Selon les critères établis avec l utilisation de ISAR SEISAR 18 Clients référés par les autres membres du personnel ou par les soins à domicile Résultats d un audit effectué auprès de clients se présentant à l urgence de l hôpital Royal Victoria de Montréal (RVH) à la suite d une chute (n=93) L attribution des références - 47% des clients référés par l infirmière de liaison gériatrique - 53% clients sont référés directement à l équipe de gériatrie Répartition des consultations selon les membres de l équipe - 84 % des clients ont été vus par l infirmière de liaison gériatrique - 53 % des clients ont été vus par le gériatre - 33 % par le physiothérapeute - 10 % par le travailleur social - 4,3 % par l ergothérapeute Congés / admissions - 49 (53 %) congés 46 à domicile, 3 en réadaptation - 44 (47 %) admissions Retours revisites à l urgence (moins de 30 jours) - 4 (4,3 %) retours du domicile reliés à la chute L hôpital Royal Victoria (RVH) est un centre tertiaire de 440 lits. Son urgence : 56 lits, visites/année, 26% des clients 65 ans, 15% des clients 75 ans 9

10 Noms Composition Caractéristiques Horaire Clientèle Résultats obtenus/ Recommandations - 6 (6,5 %) reliés à des comorbidités, 2 (2,2%) nécessitant une hospitalisation KOPAL 19 King s Older People s Assessment and Liaison Infirmière spécialisée en gériatrie (1 ETC) Gériatre (0,5 ETC) Physiothérapie (0,5 ETC) Ergothérapie (0,5 ETC) Pas de prise en charge du patient Évaluation est complémentaire à celle faite lors de l admission Rotation du personnel de l équipe - Moins de stabilité - Plus d opportunité de développement du personnel Lundi au vendredi Patients âgés de 75 ans et plus admis en médecine Évaluation dans les 24 heures de l admission Consultations acceptées pour des patients de moins de 75 ans avec des besoins complexes Les résultats d un audit effectué au King s College Hospital de Londres (durée de 43 mois de février 2006 septembre 2009): - Diminution de la DMS Unité de médecine pour adultes : 13 à 10,5 jours - Diminution de la DMS Unité de gériatrie : 33 à 21 jours - Pas de changement de la DMS pour les autres clientèles - Pas d augmentation significative du taux de réadmission - Augmentation de la satisfaction du personnel - 15 à 170 patients vus par l équipe / mois ACE 20,21 Acute Care for the Elderly in the Emergency Department Infirmière ACE - Expérience gériatrique 22 - Leader de l évaluation multidisciplinaire Gériatre 4 lits ACE près du département d urgence - Les patients se présentent directement à la réception ACE de l urgence - Environnement 8h00 16h00 Clients 65 ans rencontrant un des critères suivants : - Chute - Confusion - Mobilité réduite - Demeure en résidence pour Résultats après 42 jours d opération ** (décembre 2009 février 2010) (n=212): - 17 % des patients ont obtenu un congé à domicile - 58 % des patients ont été admis sur une unité gériatrique - 25 % des patients ont été admis à l urgence Résultat d un audit avant et après l ouverture de l unité ACE (n=424) : - Âge moyen : 80 / 81 ** Monklans Hospital, Airdie, Lanarkshire Écosse 10

11 Noms Composition Caractéristiques Horaire Clientèle Résultats obtenus/ Recommandations Physiothérapeute Autres consultants - Accès rapide tranquille et bien éclairé Implication de l équipe pour la planification du congé dès l admission personnes âgées - Parkinsons - ACV - % femmes : 54 % / 63 % - des congés le même jour passant de 3 (1 %) à 33 (17 %) - DMS passant de 9 jours à 6 jours - Légère diminution des admissions dans les 24 heures sur une unité spécialisée passant de 71 % à 70 % - Légère des réadmissions dans les 7 jours passant de 9 (4 %) à 7 (3 %) Mobilisation précoce Commentaires positifs de la clientèle Implication des familles - Cette unité est attendue depuis longtemps, Soins de première classe - Je me sentais spéciale, Formidable d éviter l admission sur une unité de soins HELP 8,23 Hospital Elder Life Program Spécialiste en soins aux personnes âgées - Coordinateur du programme et des bénévoles Infirmière clinicienne spécialisée Personnel multidisciplinaire - Nutritionniste - Physiothérapeute - Ergothérapeute - Travailleur social - Pharmacien - Aumônier - Gestionnaire de cas Bénévoles Développé par Dr Inouye de la faculté de médecine de l université Yale Prévention du délirium et du déclin fonctionnel chez les personnes âgées hospitalisées Interventions qui ciblent 6 facteurs de risque du délirium - Orientation - Activités thérapeutiques - Mobilisation précoce - Optimisation de la vue et audition - Hydratation - Sommeil Personnes âgées vulnérables 70 ans et plus hospitalisées Adaptation possible selon les sites Pas nécessaire d avoir une unité gériatrique spécialisée Étude descriptive effectuée à la suite de l implantation du modèle 8 Caractéristiques des sites d implantation (n=13) - Affiliation universitaire des hôpitaux aux É.U. et un au Canada - Présence de services gériatriques : gériatre (100 %), infirmière clinicienne spécialisée (92,3 %), unité de soins gériatriques - DMS pour patients de plus de 65 ans : 5,7 jours - Temps moyen d implantation du programme : 7 mois - Tendance vers l expansion du programme dans un même centre - Grand ratio de bénévoles/ employés rémunérés dédiés uniquement au programme (1,6 ETC/20 bénévole/site) - En moyenne, 450 patients/site pour un nombre total de 11,344 patients - Nombre moyen nouveaux patients/semaine : 10 (entre 3 et 41) - 61,5 % des sites avec la cible de 8 patients/jour - Une augmentation du personnel impliqué, des bénévoles et des patients s'effectue avec le temps Avantages et succès du programme HELP (n=13) 8 - Apporte une reconnaissance pour l éducation et la formation en gériatrie (100 %) - Joue un rôle dans l amélioration des soins aux personnes âgées hospitalisées (100 En 2010, le programme est implanté dans 60 hôpitaux aux É.U., Canada, Angleterre, Australie et Taiwan. 11

12 Noms Composition Caractéristiques Horaire Clientèle Résultats obtenus/ Recommandations - 20/site - Recrutés par le biais de campagnes de publicité et diversité des lieux - Supervision assurée par un employé rémunéré (1,6 ETC) - Formation requise et offerte par le site Implantation du modèle sur plusieurs sites - Guide et outils - Soutien de l'équipe - Interventions effectuées majoritairement par des bénévoles - Procédures d assurance de la qualité - Efficacité des interventions - Performance des bénévoles - Évaluation de la satisfaction %) - Permets d offrir une formation aux infirmières, rôle de rétention et de satisfaction (92,3 %) - Augmente la satisfaction des patients et des familles envers les soins dispensés (92,3 %) - Augmente la visibilité de l approche gériatrique (92,3 %) - Augmentation de la qualité des soins (84,6 %) - Rôle dans l efficience des soins (76,9 %) - Amélioration des relations publiques, accessibilité aux services (76,9 %) - Reconnaissance des soins Magnet hospital (76,9 %) - Distinction reliée au programme de bénévoles (53,8 %) - Opportunités de recherche (23,1 %) Résultats observés suite à l implantation du programme Hôpital Shadyside, É.U délirium passant de 41% pré HELP à 26% en 2002 et à 18% en DMS de clients avec délirium passant de 1 jour en 2002 à 2,8 jours en satisfaction du personnel, des clients, des familles Family HELP 24 Family Hospital Elder Program Complémentaire au programme HELP Programme de prévention du délirium basé sur les facteurs de risque Partenariat entre l infirmière soignante et un membre de la famille qui vise la mise en place de protocoles d interventions ciblant 4 facteurs de risque du délirium - Déficits cognitifs - Difficultés dans les Critères d inclusion - 65 ans - Absence de délirium à l admission - Présence d au moins un facteur de risque - Habiletés de communication (lecture, écriture & orale) - Visite familiale min. 1x/ jour Critères d exclusion Étude descriptive exploratoire (n= 15) Caractéristiques des clients et intervenants familiaux: - Âge moyen clients: 79 ans (68 à 85) - Âge moyen intervenants familiaux: 65 ans (30 à 82) Résultats de l application des interventions - Protocole d orientation complété à 83,52 % - Protocole de vision complété à 81,48 % - Protocole d activités thérapeutiques complété à 76,92 % - Protocole d audition complété à 73,58 % - Protocole de mobilisation précoce complété à 55,29 % Trois thèmes communs identifiés par le biais de questionnaires client famille 12

13 Noms Composition Caractéristiques Horaire Clientèle Résultats obtenus/ Recommandations activités de la vie domestique - Vision - Audition Cadre de référence - Modèle d interventions familiales Calgary - Incapacité à donner un consentement - Incapacité à communiquer verbalement - Désordre psychotique - Isolation respiratoire - Congé anticipé dans les 48 heures - Refus par le patient, famille ou médecin intervenant - Partenariat : à parts égales de la part des 3 acteurs impliqués - Relation thérapeutique : essentielle pour l atteinte des objectifs - Environnement : défi afin d établir une relation dans le contexte de soins aigus AINÉES 25 Groupe OPTIMAH du CHUM Groupe tactique - Infirmier chef - Conseillère en soins spécialisés - Infirmière en suivi systématique de clientèle Infirmières de l urgence Infirmières auxiliaires Préposés aux bénéficiaires Équipe interdisciplinaire Salle 88 (Site Notre Dame) - 11 lits 26 - Isolation des autres clients de l urgence - Environnement plus tranquille L infirmière assure le leadership mobilisateur auprès de l équipe et des proches aidants Valorisation des actions quotidiennes des infirmières, des préposés et des infirmières auxiliaires afin de prévenir le déclin fonctionnel Clients âgés 75 ans Résultats observés - Identification plan de soins et civière - Documentation des signes vitaux AINÉES - mobilisation : patient au fauteuil même sous moniteur, mobilisation à la toilette, usage des ridelles - incontinence fonctionnelle : discussion sur le port de culotte d incontinence - Amélioration de l aménagement : salle 88 est isolée et permet de lever les clients - Attention portée aux clients plus vulnérables : salle 88 et priorité d attribution de lit - Créativité avec l hydratation : difficile de trouver une solution - Information transmise lors d un transfert Difficultés rencontrées à l urgence selon le cogestionnaire médical - Beaucoup de médecins et de spécialités impliqués - Déconstruire les gestes par défaut philosophie d immédiateté revient vite Inconstance dans l application des interventions - Selon l achalandage - Roulement de personnel - Imputabilité 13

14 Noms Composition Caractéristiques Horaire Clientèle Résultats obtenus/ Recommandations Les infirmières doivent valoriser davantage l aide des familles Collaboration de tous les intervenants - Défi de communication - Suivi de terrain À faire - Renforcement et de l implication médicale - Protocole de prescriptions - Cueillette des données : rôle du médecin - Améliorer la communication interprofessionnelle - Solution hydratation - Évaluation de l acte - Formation selon les besoins exprimés - Indicateurs de mesure Approche comparable à l étranger GENESIS 27,28-3 volets : éducation en gériatrie, protocoles en soins infirmiers gériatriques et environnement adapté GEM 5 Geriatric Emergency Management Infirmière clinicienne spécialisée - Maîtrise - Certification en gérontologie de préférence Travailleur social - Maîtrise Gestionnaire de cas - Travailleur social - Infirmières - Physiothérapeute - Ergothérapeute Chaque professionnel possède une expertise qui est propre à sa profession Le GC possède une expertise sur les ressources et services disponibles dans la communauté Complémentarité et flexibilité dans les rôles des 3 acteurs principaux Algorithme pour les soins à l urgence Perception de Semaine : 8h00 16h00 - Infirmière - T.S. - G.C Semaine soirée - Infirmière - T.S. (certains sites) Fin de semaine - T.S., G.C.: 8h00 16h00 - Infirmière (soirée) Personnes âgées vulnérables de 75 ans et plus à l urgence Ce programme gériatrique ontarien - Début en 1994 par un projet pilote : infirmière clinicienne spécialisée à l urgence - En 2004, implantation dans 5 hôpitaux majeurs - Modèle pour les soins gériatriques à l urgence Les défis - Variété de personnel de soutien selon les sites - Différences quant aux heures de présence de l équipe - Roulement du personnel, manque de reconnaissance du besoin de développement du personnel - Culture de l organisation - Utilisation de terminologie différente - Manque de connaissances quant au rôle du gestionnaire de cas - Importance de différencier les conflits personnels de ceux basés sur les rôles - Collaboration interorganisationnelle permettant une distinction entre l évaluation pour des services et l évaluation pour les soins cliniques 14

15 Noms Composition Caractéristiques Horaire Clientèle Résultats obtenus/ Recommandations Autres services - Infirmières - Nutritionniste - Soutien de bureau - Urgentologues - Soins spirituels - Bénévoles - Urgence psychiatrique - Équipe de gestion de crises - Soins palliatifs - Leadership administratif - Sécurité redondance entre les rôles de chacun afin de permettre une flexibilité en dehors des heures Objectif - Services 7 jours/24 heures Services souhaitables - Physiothérapie - Ergothérapie - Pharmacien - Santé mentale - Interprète - Orthophoniste 15

16 Références bibliographiques 1. Shanley C, Sutherland S, Tumeth R, Stott K, Whitmore E. Caring for the older person in the emergency department: the ASET program and the role of the ASET clinical nurse consultant in south western Sydney, Australia,. Journal of emergency nursing. 2009;35(2): Salvi F, Morichi V, Grilli A, Giorgi R, De Tommaso G, Dessi Fulgheri P. The elderly in the emergency department: a critical review of problems and solutions. Intern Emerg Med. 2007;2: Hwang H, Morrison RS. The geriatric emergency department. Journal of the american geriatrics society 2007;55(11): Brand CA, Kennedy MP, King Kallimanis BL, Williams G, Bain C, Russell DM. Evaluation of the impact of implementation of a Medical Assessment and Planning Unit on lenght of stay. Australian Health Review. 2010;34: Regional Geriatric Program of Toronto, Ontario. A collaborative model for service delivery in the Emergency Department: RGP; 2009: Rousseau AC, Bastianelli JP. Les équipes mobiles gériatriques au sein de la filière de soins, Job MF, Doridant F, Gantois I, et al. Chapitre 101:Rôle de l'équipe mobile de gériatrie dans la prise en charge de l'analgésie de la personne âgée aux urgences. Quatrième Congrès de la Société Française de Médecine d'urgence2010: Inouye SK, Baker DI, Fugal P, Bradley E. Dissemination of the Hospital Elder Life Program: Implementation, Adaptation, and Successes. Journal of the american geriatrics society. 2006;54(10): Baztan JJ, Suarez GarciA FM, Lopez Arrieta J, Rodriguez Manas L, Rodriguez Artalejo F. Effectiveness of acute geriatric units on functional decline, living at home, and case fatality among older patients admitted to hospital for acute medical disorders: meta analysis. BMJ. 2009:1 9. Accessed 25 avril Kelley ML, Parke B, Jokinen N, Stones M, Renaud D. Senior friendly emergency department care: an environmental assessment. J Health Serv Res Policy. 2011;16(1): Samaras N, Chevalley T, Samaras D, Gold G. Older patients in the emergency department : a review. Annals of emergency medicine. 2010;56( ). 12. Institut universitaire de gériatrie de Montréal, Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke, eds. Approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier Ngian VJJ, Ong BS, O'Rourke F, Nguyen HV, Chan DKY. Review of a rapid geriatric medical assessment model based in emergency department. Age and Ageing. 2008;37: Leah V, Adams J. Assessment of older adults in the emergency department. Nursing Standard. 2010;24(46): Bloch F, Bayle C, Schwald N, Der Sahakian G, Pasquet C, Rivals P. Expérience d'une équipe mobile de gériatrie aux urgences. Soins Gérontologie. 2007(64): Couturier P. Les unités mobiles gériatriques: situation actuelle et perspectives. La Revue de Gériatrie. 2004;29(9): Kashif K. The geri ED team and falls: A model of interdisciplinary and integrated care for the frail elderly in the emergency department. 5th annual geriatric emergency management conference Verdon J, McCusker J. Approche intégrée en deux étapes auprès des aînés au département d'urgence: Dépistage, évaluation et intervention. Montréal Harvey P, Wilson D. The role of the specialist nurse in an acute assessment and liaison service. Nursing older people. 2009;21(10): Ellis G, Jamieson CA, Devlin V. Evaluation of an acute care for the elderly unit in the emergency department. Age and ageing. 2010;40(Supplement 1). 21. Ellis G, Devlin V, Jamieson CA. Faster access to specialist care for elderly emergency patients: the ACE unit: NHS Lanarkshire: Benedict L, Holder C. Clinical nurse specialist practice within the acute care for elders interdisciplinary team model. Clinical Nurse Specialist. 2006;20(6): Rubin F, Neal K, Fenlon K, Hassan S, Inouye SK. Sustainability and scalability of the Hospital Elder Life Program at a community hospital. Journal of the American Geriatrics Society. 2011;59(2): Rosenbloom Brunton DA, Henneman EA, Inouye SK. Feasibility of a family participation in a delirium program for hospitalized older adults. Journal of gerontological nursing. 2010;39(9): Groupe OPTIMAH, CHUM Adapter les soins hospitaliers à la clientèle âgée: l'expérience OPTIMAH du CHUM. Montréal. 26. Bougie M. Communication personnelle, Baumhover LA, McNicoll L. Providing a geriatric friendly environment for the older surgical patient. Perioperative Nursing Clinics. 2007;2: Padula CA, Hughes C, Baumhover L. Impact of a nurse driven mobility protocol on functional decline in hospitalized older adults. Journal of Nursing Care Quality. 2009;24(4):

L'infirmière gériatrique Ses qualités, son rôle et ses fonctions. Claire Harrisson Courtière de connaissances Secteur gestion des connaissances

L'infirmière gériatrique Ses qualités, son rôle et ses fonctions. Claire Harrisson Courtière de connaissances Secteur gestion des connaissances L'infirmière gériatrique Ses qualités, son rôle et ses fonctions Claire Harrisson Courtière de connaissances Secteur gestion des connaissances Mars 2011 RÉDACTION, ASSS de la Montérégie Citation suggérée

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Le début de l aventure

Le début de l aventure CONTEXTE L Hôpital Credit Valley et le Centre de Santé Trillium : au cœur du roulement de patient Contexte L Hôpital Credit Valley et le Centre de Santé Trillium forment un nouveau groupe hospitalier qui

Plus en détail

Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison

Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison Après un séjour à l hôpital, vous pouvez continuer de vous rétablir dans le confort et la sécurité de votre propre domicile si vous recevez des services améliorés

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

MSSLD DRPSS Rapport trimestriel des urgences et des niveaux de soins. RLISS du Sud-Ouest Janvier 2010

MSSLD DRPSS Rapport trimestriel des urgences et des niveaux de soins. RLISS du Sud-Ouest Janvier 2010 MSSLD DRPSS Rapport trimestriel des urgences et des niveaux de soins RLISS du Sud-Ouest Janvier 2010 1 OBJECTIF : Réduire le temps passé aux urgences partout en Ontario Presque 50 % des patients qui se

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs. favorisant la collaboration

Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs. favorisant la collaboration Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs favorisant la collaboration Pascale Navert Courtière de connaissances Direction de la planification, de la performance

Plus en détail

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Marie-Josée Béliveau, inf. Gaétane Boucher, inf. B. Sc. Monique Bourque, inf. M.A. Carole Brousseau, inf. B. Sc.

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés?

Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés? Série de Webinaires de l AIIC : Progrès de la pratique Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés? Donna Cousineau Infirmière en pratique avancée Hôpital Carleton Queensway Le 12 décembre

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE Société canadienne des médecins de soins palliatifs Association médicale canadienne Collège des médecins de famille du Canada Collège royal des

Plus en détail

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Est Approuvé par le conseil d administration

Plus en détail

L hôpital de jour de gériatrie

L hôpital de jour de gériatrie Le D r Pierre-Michel Roy, omnipraticien et professeur agrégé au département de médecine de famille de l Université de Sherbrooke, exerce à l Institut universitaire de gériatrie, à Sherbrooke. L e s s o

Plus en détail

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées 3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées Ce groupe de base comprend les infirmiers autorisés, les infirmiers praticiens, les infirmiers psychiatriques autorisés et les finissants d'un programme

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Poursuivre l excellence en gériatrie 2013

Poursuivre l excellence en gériatrie 2013 Mercredi 18 septembre 2013 (en soirée) Programme du congrès 17 h Souper pour médecins et personnel infirmier praticien commandité par le Projet ontarien de soutien en cas de troubles du comportement (POSTC/BSO)

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES. Personnes en perte d autonomie 2010-2015

PLAN D AFFAIRES. Personnes en perte d autonomie 2010-2015 C1_PAuton-CSSS2M_Layout 1 11-04-19 11:35 Page 1 PLAN D AFFAIRES Personnes en perte d autonomie 2010-2015 Ce document a été produit à la suite des rencontres du comité de pilotage du Plan d affaires de

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi Chaque année, près de 5.000 patients âgés de plus de 75 ans sont hospitalisés à Saint-Luc. Tous ne sont pas soignés par un gériatre. Mais alors, qui est concerné par la gériatrie? Et en quoi consiste cette

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

l Avant-Garde La personne âgée OPTIMAH : ou comment mieux soigner les ainés à l urgence et dans les unités de soins aigus Sommaire

l Avant-Garde La personne âgée OPTIMAH : ou comment mieux soigner les ainés à l urgence et dans les unités de soins aigus Sommaire l Avant-Garde Le journal des soins infirmiers du CHUM Vol. 8 N o 3 Automne 2008 Thème de ce numéro : La personne âgée OPTIMAH : ou comment mieux soigner les ainés à l urgence et dans les unités de soins

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

«WHEN ALL IS SAID AND DONE, MUCH MORE HAS BEEN SAID THAN DONE»

«WHEN ALL IS SAID AND DONE, MUCH MORE HAS BEEN SAID THAN DONE» IMPLANTATION D UN MODÈLE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE : UN PROJET INTÉGRÉ D ORGANISATION DU TRAVAIL 27 e colloque Jean-Yves Rivard Climat de travail : gage de qualité et de performance Esther Leclerc, inf.,

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Niveau d'avancement et d'atteinte des cibles d'impact des projets, par objectif stratégique Planification stratégique 2012-2017

Niveau d'avancement et d'atteinte des cibles d'impact des projets, par objectif stratégique Planification stratégique 2012-2017 et d'atteinte des cibles d'impact des 1. Formaliser l'offre de services pour l'ensemble des programmes-services et des programmes de soutien. Définir et promouvoir l'offre de services en Dépendances (2013-12-

Plus en détail

AP 8. Instauration d un instrument d évaluation uniforme (BelRAI)

AP 8. Instauration d un instrument d évaluation uniforme (BelRAI) AP 8. Instauration d un instrument d évaluation uniforme (BelRAI) 1. Formulation initiale dans le plan d actions 2013-2018 Calendrier: 1er juillet 2017 - Chef de projet : SPFSPSCAE/DG1 Responsables: Institut

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé SP 7.4 LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé Martine Mayrand Leclerc, inf., MGSS/MHA, Ph.D. Robert

Plus en détail

1. Rappel des engagements - Roadmap actuelle (RM) Action 8

1. Rappel des engagements - Roadmap actuelle (RM) Action 8 ACTUALISATION ROADMAP esante 2013-2018 SESSION N 1 04/05/15 Projet A8 : Instauration d un instrument d évaluation uniforme (BelRAI) 1. Rappel des engagements - Roadmap actuelle (RM) Action 8 En 2013, l

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT

ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT L art de cultiver des savoirs, des expériences, des compétences et des talents www.chuq.qc.ca/fr/info_plus/formations_en_ligne DES ACTIVITÉS DE FORMATION EN LIGNE

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

LE TRAVAIL EN DYADE: UN ART QUI S APPRIVOISE!

LE TRAVAIL EN DYADE: UN ART QUI S APPRIVOISE! LE TRAVAIL EN DYADE: UN ART QUI S APPRIVOISE! Présentation au XVII e Colloque des CII-CIR Montréal, le 2 Mai 2012 Josée F. Breton, Inf., B. Sc., MBA, conseillère en organisation des soins et du travail

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC Séance plénière 2 : La collaboration interprofessionnelle entre médecins et infirmières Nous examinerons durant cette séance les questions clés liées à la collaboration interprofessionnelle entre médecins

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

Planification stratégique 2012 2015

Planification stratégique 2012 2015 Faculté de médecine Département de chirurgie Planification stratégique 2012 2015 Luc Valiquette MD Directeur du département Travail de L. Conrad Pelletier MD, MBA Conseiller en gestion 22 octobre2012 Introduction

Plus en détail

PROJET DE FORMATION À LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE AU DÉPARTEMENT DE RADIOLOGIE DU CHUM (CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL)

PROJET DE FORMATION À LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE AU DÉPARTEMENT DE RADIOLOGIE DU CHUM (CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL) PROJET DE FORMATION À LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE AU DÉPARTEMENT DE RADIOLOGIE DU CHUM (CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL) Sophie Tremblay-Paquet, MD Résidente en Radiologie Diagnostique,

Plus en détail

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires?

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Monique Ferry MD; PhD Valence - Paris Agrumes /Montpellier 10/12/08 Le vieillissement n est pas une pathologie, mais il fait naître des besoins

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

de l effectif infirmier du Québec 2012-2013

de l effectif infirmier du Québec 2012-2013 Portrait sommaire de l effectif infirmier du Québec 2012-2013 ÉVOLUTION ET CARACTÉRISTIQUES DE L EFFECTIF INFIRMIER Inscription au Tableau de l OIIQ Le nombre de membres se maintient à plus de 72 000 Le

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers

L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers Dieudonné Soubeiga, expert en sondages Marie-Suzanne Lavallée, directrice de la qualité Annie

Plus en détail

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones Édition de février 2011 Réalisé par le Comité patronal de négociation

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Miser sur le renouvellement de l organisation des services infirmiers pour améliorer la qualité et la sécurité des soins Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Membres de l équipe Carl-Ardy

Plus en détail

Les professions suivantes sont considérées comme professions de la santé non universitaires :

Les professions suivantes sont considérées comme professions de la santé non universitaires : Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern Spitalamt Dienststelle Berufsbildung Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Office des hôpitaux Service de la formation

Plus en détail

Modèle de curriculum vitae thématique. Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec)

Modèle de curriculum vitae thématique. Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec) Modèle de curriculum vitae thématique Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec) Résidence : 514) 873-0000 Bureau : (514) 873-1111 Télécopieur : (514) 873-9304 Courriel : pdupont@pdup.com Cadre infirmier

Plus en détail

Rapport technique : CRÉATION D UNE MESURE DE VISITE AU DÉPARTEMENT D URGENCE À PARTIR DE DONNÉES ADMINISTRATIVES DU QUÉBEC

Rapport technique : CRÉATION D UNE MESURE DE VISITE AU DÉPARTEMENT D URGENCE À PARTIR DE DONNÉES ADMINISTRATIVES DU QUÉBEC Rapport technique : CRÉATION D UNE MESURE DE VISITE AU DÉPARTEMENT D URGENCE À PARTIR DE DONNÉES ADMINISTRATIVES DU QUÉBEC E. Belzile, 1 S. Sanche, 1 J. McCusker, 1,2 A. Vadeboncoeur, 3 A. Ciampi, 1,2

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Qu est-ce que le métier d aide-soignante?

Qu est-ce que le métier d aide-soignante? Au sein de l'équipe médicale, l'aide-soignante assure l'hygiène et le confort des patients. C'est sans doute la personne la plus proche, à l'écoute des souffrances et des inquiétudes des malades. Qu est-ce

Plus en détail

Planification des soins de longue durée Lorsqu il n est plus possible de recevoir des soins à domicile

Planification des soins de longue durée Lorsqu il n est plus possible de recevoir des soins à domicile Planification des soins de longue durée Lorsqu il n est plus possible de recevoir des soins à domicile COMMENT NOUS POUVONS AIDER Le Centre d accès aux soins communautaires (CASC) de Champlain vous procure

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Différenciation de fonction

Différenciation de fonction Axe de recherche : Étude de l organisation l de l activitl activité infirmière re Différenciation de fonction infirmière re Geoffroy Berckmans Assistant - PRISCI - IRSS - ESP UCL Projet de recherche fédéral

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Page 1 of 10 SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Département d épidémiologie clinique et d études communautaires. Rapport sommaire

Département d épidémiologie clinique et d études communautaires. Rapport sommaire Département d épidémiologie clinique et d études communautaires Rapport sommaire UTILISATION DES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE ET DE L URGENCE PARMI LES ADULTES DU QUÉBEC : RÉSULTATS DE L ENQUÊTE SUR LA SANTÉ

Plus en détail

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI PROFIL DE DIRECTION : POSTE : PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI CONNAISSANCES (SAVOIRS) LIÉES À L ORGANISATION LIÉES À LA DIRECTION LIÉES AU POSTE Population et territoire

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire Telecom Bretagne, Institut Telecom M@rsouin, CREM Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants :

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants : POLITIQUE TITRE : NUMÉRO : AD 001-001 REMPLACE DOCUMENT(S) SUIVANT(S), S IL Y A LIEU : Politique de déplacement des bénéficiaires PERSONNEL VISÉ : gestionnaires personnel de soutien soins aux patients

Plus en détail

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun La e en action Une responsabilité pour tous et chacun Jacques Ricard, M.D., M.Sc. Directeur général adjoint par intérim Directeur des services généraux et des maladies chroniques Plan de la présentation

Plus en détail

À l écoute des personnes touchées par la SP. Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP

À l écoute des personnes touchées par la SP. Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP À l écoute des personnes touchées par la SP Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP Notre mission : «Être un chef de file dans la recherche sur le remède de la sclérose

Plus en détail

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM Comment pouvez-vous l aider? Pour vous, pour la vie L équipe de soins a identifié votre proche comme étant à risque de développer un delirium ou vous a

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS Marie-José Roulin Directrice adjointe des soins Hôpitaux Universitaire de Genève Cette présentation expose les

Plus en détail

SOMMAIRE 1 PANORAMA DU PAYS...

SOMMAIRE 1 PANORAMA DU PAYS... Page 9 SOMMAIRE 1 PANORAMA DU PAYS... 11 1.1 UNE ÉCONOMIE PERFORMANTE...11 Le PIB...11 Les investissements directs étrangers (I.D.E.)...11 Les finances publiques...12 La fiscalité Charges sociales...12

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Une étude randomisée contrôlée

Une étude randomisée contrôlée L application d une anesthésie locale topique au triage permet de réduire le temps de traitement d une lacération chez les enfants Une étude randomisée contrôlée L application d une anesthésie locale topique

Plus en détail

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer Evelyne Gaussens Directrice générale de l HPGM (91) 24/05/2013 Présentation de l Hôpital gériatrique

Plus en détail

«Dynamicsof Medical Hospital Management»

«Dynamicsof Medical Hospital Management» «Dynamicsof Medical Hospital Management» 19 novembre 2011 Docteur J. de TOEUF Directeur Général Médical REFERENCES «Vers une réorganisation de l hôpital» Inspiré de Sholom Glouberman et Henry Mintzberg

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Évaluation d une organisation d intégration des services médicaux dans les soins à domicile

Évaluation d une organisation d intégration des services médicaux dans les soins à domicile Évaluation d une organisation d intégration des services médicaux dans les soins à domicile Juin 2002 Moira Stewart, B.Sc., Ph.D. Frances Ellett, B.Sc., M.P.H. Sandra Golding, M.Sc. Jeffrey Hoch, Ph.D.

Plus en détail

Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie. Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux

Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie. Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux Plan Vulnérabilité et fragilité de la personne âgée Filière de

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS :

QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS : QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS : existe-t-il une spécificité oncologique? Sandy Decosterd, Infirmière spécialiste clinique en oncologie Marie-José Roulin, Directrice adjointe des soins LA SÉCURITÉ DES SOINS

Plus en détail

Cécile Bergeron, B. Sc. inf. cécile.bergeron@rrsss16.gouv.qc.ca. Anne Plante, M.Sc. Inf., CSIO, CSIP anne.plante@rrsss16.gouv.qc.

Cécile Bergeron, B. Sc. inf. cécile.bergeron@rrsss16.gouv.qc.ca. Anne Plante, M.Sc. Inf., CSIO, CSIP anne.plante@rrsss16.gouv.qc. Direction québécoise de cancérologie Les pratiques exemplaires en cancérologie Session d information aux nouveaux patients recevant de la chimiothérapie (version abrégée) 30 novembre 2012 Cécile Bergeron,

Plus en détail

GESTION PARTICIPATIVE: DES GAINS GARANTIS POUR TOUS!

GESTION PARTICIPATIVE: DES GAINS GARANTIS POUR TOUS! GESTION PARTICIPATIVE: DES GAINS GARANTIS POUR TOUS! XIXe Colloque des CII-CIR Sophie Baillargeon, Adjointe à la DSI et Présidente du CII Anaïck Briand, Chargée de projet TSAC/TCAB 8 mai 2014 PLAN Projet

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Services sociaux

Ministère de la Santé et des Services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Projet de loi modifiant l organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l abolition des agences régionales Contexte

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire GUIDE POUR LES PARENTS 514-412-4400, poste 23310 hopitalpourenfants.com/trauma Le fémur est l os le plus long du corps humain : il

Plus en détail

SOINS ET SERVICES À DOMICILE DE LONGUE DURÉE VOLET 2 : RECENSION DE PRATIQUES

SOINS ET SERVICES À DOMICILE DE LONGUE DURÉE VOLET 2 : RECENSION DE PRATIQUES SOINS ET SERVICES À DOMICILE DE LONGUE DURÉE VOLET 2 : RECENSION DE PRATIQUES Marie-Chantal Gélinas Courtière de connaissances Direction de la planification, de la performance et des connaissances Novembre

Plus en détail

Préparation au concours d aide-soignant

Préparation au concours d aide-soignant Préparation au concours d aide-soignant Le métier Il contribue à une prise en charge globale des personnes en liaison avec les autres intervenants au sein d une équipe pluridisciplinaire, en milieu hospitalier

Plus en détail

DPI Sciences Pharmaceutiques

DPI Sciences Pharmaceutiques DPI Sciences Pharmaceutiques Villars 10 10 sept. 08 08 Dr P. Cohen Chef de projet DOPHIN FHVi Facteurs clés de succès d un SICL Adéquation clinique Adéquation métier Moyens Besoins utilisateurs Processus

Plus en détail