Le Lien. Octobre. CHSLD L Équip Équip Âge de Rivière-Rouge modernisé p.5. Dévoilement de la planification stratégique p.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Lien. Octobre. CHSLD L Équip Équip Âge de Rivière-Rouge modernisé p.5. Dévoilement de la planification stratégique 2014-2020 p."

Transcription

1 Le Lien Année 10, numéro 4 Prenez le pouls avec le journal interne du CSSS d Antoine-Labelle Dévoilement de la planification stratégique p.3 Octobre 2014 Au CSSS d Antoine-Labelle, on garde la forme! À lire également dans cette édition: Mot de la Directrice générale 2 CHSLD L Équip Équip Âge de Rivière-Rouge modernisé p.5 Bienvenue à notre première IPS-SPL, Élise Bonneau 6 Le conseil multidisciplinaire vous présente 7 La table des aînés se présente 18 Semaine de l action bénévole 22 «Tous ensemble, pour ajouter de la santé et du mieux-être dans nos communautés»

2 Le mot de la Directrice générale Novembre marque une rentrée qui s annonce sous le signe du changement et c est le moins que l on puisse dire. Quiconque suit l actualité, un tant soit peu, a entendu parler de changements majeurs qui se profilent à l horizon avec le projet de Loi 10. Ce projet de loi se veut une réforme majeure de l organisation et de la gouverne du réseau de la santé et des services sociaux. Il propose l abolition des agences pour favoriser une intégration des CSSS dans un Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) qui serait administré par un C.A. régional. En ce qui concerne les CSSS, il est prévu qu ils continueront de desservir localement leur population. Tout le travail amorcé par le CSSS d Antoine-Labelle va se poursuivre avec le concours de tous et chacun pour réaliser notre mission selon la planification stratégique qui a été adoptée récemment. Page 2 Le personnel cadre est particulièrement pris à parti dans cette réorganisation, mais je tiens à lui réitérer mon appréciation et à témoigner de tout le travail et des efforts qu il fournit chaque jour pour réaliser notre mission. Au quotidien, tous continuent avec leur équipe à mettre en place les projets qui permettent d améliorer la santé et le mieux-être de la population du territoire. Au plan de la santé publique, l automne nous amène une augmentation de l activité grippale et autres virus dont il faut se protéger. Le 1er novembre marque le déploiement des cliniques de vaccination sur l ensemble du territoire. Le calendrier est disponible pour consultation sur le site Internet du CSSS. En ce qui concerne le virus Ébola, malgré les faibles probabilités de contagion, nous avons mis en place des protocoles d intervention pour faire face à une éventuelle menace de contagion. Des formations ont été dispensées et nous avons procuré le matériel nécessaire pour protéger le personnel et le public. En septembre dernier, nous avons mis en place l agenda protégé au sein du CSSS d Antoine-Labelle. En effet, il est maintenant prévu que les gestionnaires soient présents dans leur unité, entre 8 et 10 heures, afin d assurer une présence auprès de leur équipe de travail. L objectif de cette mesure est de favoriser une plus grande disponibilité des gestionnaires pour répondre aux besoins exprimés par le personnel. Dans le cadre de la démarche d Agrément, nous avons reçu les résultats des sondages reliés au taux de satisfaction de la clientèle ainsi que ceux reliés à la mobilisation du personnel. Le taux de satisfaction exprimé par la clientèle se situe autour de 80 %, ce qui nous semble un résultat très encourageant. Il est prévu que les résultats détaillés de ces sondages vous soient présentés lors de rencontres d information. Certaines préoccupations persistent dont l atteinte de l équilibre budgétaire qui incombe aux établissements du réseau de la santé et des services sociaux. À cette période, un déficit de l ordre de $870,000 est anticipé, principalement attribuable au coût relié à l assurance-salaire que l établissement doit assumer. À cet effet, il a été demandé à chaque unité de revoir sa prestation de services, sans toutefois diminuer le service à la clientèle, et de procéder aux ajustements nécessaires afin de respecter le cadre financier. Même si beaucoup d incertitudes demeurent présentes en ce qui concerne l avenir, je vous invite à poursuivre votre travail tout en déployant la même détermination et en maintenant le même souci constant d offrir un service de qualité à notre clientèle. Francine Laroche Directrice générale

3 Dévoilement de la planification stratégique Ensemble en marche vers 2020 pour ajouter de la santé et du mieux-être dans la communauté Suite aux consultations qui se sont tenues en février dernier, le CSSS d Antoine-Labelle est fier de dévoiler à ses employés et à ses partenaires le plan stratégique Ce sont plus de 250 partenaires, bénévoles, médecins, gestionnaires et employés qui y ont participé. Ces consultations ont servi de point de départ à la réflexion du comité de la planification stratégique et au conseil d administration. Ainsi ont été redéfinis la mission, la vision et les valeurs de l organisation. Les enjeux, orientations et objectifs stratégiques à prioriser d ici 2020 ont également été formulés. Parmi les suites à donner notons la révision du code d éthique, du plan local d organisation des services et le développement d un tableau de bord de suivi des objectifs stratégiques. Le lancement de ce plan stratégique n est pas une finalité, mais bien le commencement d une démarche qui donnera un sens au travail quotidien et aux comportements à privilégier pour faire vivre la mission, la vision et les valeurs de l organisation. gestionnaires, employés et clients travailleront de concert pour ajouter toujours plus de santé et de mieux -être dans la communauté. Ainsi, partenaires, bénévoles, médecins, Vous pouvez retrouver le document complet de la planification stratégique sur le site web : documentation/ planification_ strategique Page 3

4 Un 2 e camp de vacances pour les proches aidants Vu le grand succès du camp de vacances des proches aidants d aînés obtenu l année dernière, le Centre d action bénévole en collaboration avec le CSSS d Antoine-Labelle récidive cette année. L activité s est tenue du 8 au 11 septembre. Près d une trentaine de proches aidants provenant des quatre coins de la MRC d Antoine-Labelle y ont participé. C est grâce à la participation financière de l Appui-Laurentides que ce camp de vacances a été rendu possible. Plusieurs activités ont été organisées, telles que ce soient l atelier d initiation à la mosaïque, au tai-chi, à la danse et à la santé physique par les étirements. Une conférence a été donnée par un notaire sur les aspects légaux concernant les testaments, les mandats en cas d inaptitude, la séparation involontaire, la procuration etc. Tout s est déroulé dans une atmosphère de fête. Les journées se terminant autour d un feu de joie en chansons, en jeux, en blagues, etc. L objectif du camp de vacances étant de briser l isolement des proches aidants, les sensibiliser à prendre soin d eux, à favoriser L implication des proches aidants dans le système de santé et de services sociaux se calcule à près de 5 milliards $ selon les chiffres du gouvernement. l entraide et le support entre eux, et il a largement été atteint. Lors d une consultation publique qui s est tenue en 2007 dans les Laurentides, plusieurs besoins ont été identifiés par les proches aidants : le besoin de reconnaissance, avoir de l information, de la formation, du support psychologique et du répit. Le camp de vacances s inscrit dans cette continuité par la diversité de ses activités. Mentionnons que la moyenne d âge des groupes participant aux rencontres de support et d échanges du Centres d action bénévole Léonie-Bélanger est de 70 ans, en grande majorité des femmes. Les proches aidants jouent un rôle essentiel en matière de soutien et d aide aux personnes qui souffrent de problèmes physiques, cognitifs ou mentaux. Il y a près d un million de québécois qui assistent un proche dans de telles circonstances. Les familles assurent près de 90% du soutien et des soins à leurs ainés. Page 4

5 CHSLD L Équip Équip Âge de Rivière-Rouge modernisé Après plusieurs mois de travaux, le CSSS d Antoine- Labelle a inauguré son Centre d hébergement de soins de longue durée (CHSLD) situé aux 5 e et 6 e étages du Centre de services de Rivière-Rouge. environnementales exprimées lors de la visite ministérielle de Dans un souci du maintien des services, une planification de chaque étape des travaux a été orchestrée. Cette installation est dotée d une unité régionale pour les résidents ayant des symptômes comportementaux et psychologiques liés à une démence. L unité prothétique est également aménagée en fonction des normes actuelles pour les gens ayant un comportement d errance. 1,2 M $ ont été investis pour moderniser les installations et offrir un milieu de vie en adéquation avec les besoins des personnes âgées. Ces travaux sont le fruit d un travail de partenariat entre les employés et résidents du CHSLD qui ont mené aux solutions pour améliorer les lieux actuels ainsi qu à l étude des différentes alternatives et des choix ultimes d aménagement des lieux. Ces travaux permettent de répondre aux recommandations De plus, le CHSLD a procédé au dévoilement de son nouveau nom issu du concours réalisé au printemps dernier. L heureuse gagnante, madame Manon Lepage s est mérité un bon d achat de 300$ gracieusement offert par le marché IGA Raymond et le comité des usagers. À l aide de plusieurs critères, le comité a choisi l appellation L Équip Âge pour représenter l équipe, les intervenants, la famille et le réseau qui gravitent autour des personnes âgées. Le CHSLD L Équip Âge de Rivière-Rouge héberge 86 résidents permanents en lourde perte d autonomie. Page 5

6 Bienvenue à notre première IPS-SPL Élise Bonneau Bienvenue à Élise Bonneau qui est depuis mars dernier la première infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne IPS-SPL au CSSS d Antoine-Labelle. Ayant complété sa formation, elle pratique actuellement au groupe de médecine familiale (GMF) de la Rouge et de la Lièvre. Déjà, madame Bonneau a plus d une centaine de clients qui n avaient pas de médecin de famille. Qu est-ce qu une IPS-SPL Les IPS-SPL sont des infirmières dont la formation et l expérience sont plus approfondies. Ainsi, elles ont les compétences nécessaires pour émettre des impressions diagnostiques, prescrire des examens diagnostiques, prescrire certains médicaments, prescrire des traitements médicaux et accomplir certains actes médicaux. L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne : Évalue votre problème de santé actuel : histoire de la maladie actuelle et examen physique complet ou ciblé; Donne des soins médicaux de santé courants (ex. : sutures, drainage d abcès); Prescrit, ajuste ou renouvelle vos médicaments selon son champ d expertise ou en ayant recours aux médecins partenaires au besoin; Prescrit des demandes d analyses sanguines et d autres demande de tests (ex. : radiographie et échographie) selon son champ d expertise ou en ayant recours aux médecins partenaires au besoin; Encadre le suivi; Coordonne les soins que vous devez recevoir avec les autres partenaires du système de santé; Veille à ce que vos examens de dépistage soient à jour (ex. : test pap, mammographie, densité osseuse, prises de sang, etc.); Veille à ce que votre dossier de santé soit à jour, notamment vos antécédents et vos objectifs de santé. L assemblée générale annuelle du CSSS d Antoine-Labelle se tiendra le 22 octobre 2014 à 18h30 au siège social Salle 033-A-B-C-D Suivie de la séance régulière du conseil d administration à 19h30 Page 6

7 Le conseil multidisciplinaire vous pré- sente Le thérapeute en réa- daptation physique TRP Premièrement, l acronyme TRP veut dire thérapeute en réadaptation physique. Le TRP est un professionnel de la physiothérapie qui intervient suite à une référence d un physiothérapeute ou d un médecin. Le TRP, comme tout autre professionnel de la santé, est là pour faire la promotion et la prévention de la santé et du bien-être des québécois. Ce qui caractérise le TRP ou le physiothérapeute, c est qu il doit faire le traitement et le maintien de la mobilité. Il s agit d un expert de la fonction et la mobilité du corps humain. Il doit aussi avoir un rôle de communicateur c est-à-dire, de créer des relations professionnelles avec le patient, sa famille ou tout autre professionnel de la santé qui est en lien avec le patient. Notre but premier est de répondre de façon optimale aux besoins et objectifs du patient. Le TRP peut travailler dans plusieurs endroits comme les CHSLD, CH, CLSC, Centre de réadaptation, Les TRP au CSSS d Antoine-Labelle sont: Doriane Bélisle Chantal Lessard Vicky Hamon Kim Robitaille club sportif et les cliniques privées. Les différents types d atteintes traitées par le TRP sont soient d ordre cardio-respiratoire, neurologique ou musculosquelettique (les tendinites, séquelles de fracture, suivi postopératoire de prothèse totale hanche, genou et épaule). En fait, la clientèle soignée va dépendre du milieu de travail du TRP. Afin de traiter son patient de façon la plus optimale, le thérapeute peut utiliser différentes techniques : hydrothérapie (bain tourbillon), Membres du CM électrothérapie, application de froid ou de chaleur, exercices visant la réadaptation, massage et plusieurs autres. Pour faciliter la réadaptation le thérapeute peut s aider de plusieurs accessoires comme une table de massage, une table de traction, des élastiques, des ballons, un vélo stationnaire, etc. En résumé, le travail du TRP consiste à améliorer les capacités des patients, renforcer la musculature, diminuer la douleur, maintenir les acquis, tout en faisant la promotion et la prévention de la santé et du mieux être. Le tout doit répondre aux besoins et objectifs du patient. Doriane Bélisle, thérapeute en réadaptation physique Première édition Souper des professions La première édition du souper des professions a eu lieu en mai dernier couronné d un grand succès!!! Plusieurs professionnels étaient sur place et ont pu rendre hommage à leur propre profession et se faire reconnaître par leur collègue. En effet, lors de l'accueil les talents de chacun étaient à l honneur pour illustrer ce que chaque profession représente aux yeux des professionnels. À la suite de ces dessins, des mots ont été apposés par tous, pour dire ce que le dessin / profession représente. Par la suite, un buffet 5 étoiles a été servi. L'AGA a suivi et à la fin de la soirée chaque professionnel a lu un hommage à sa profession. Le CM souhaite accueillir l ensemble des professions l année prochaine pour cette activité prévue le 13 mai Page 7

8 Page 8 L indice en bref Plan d action LEAN - Volet II Avec le support du MSSS et la subvention LEAN volet II de $, le CSSS d Antoine-Labelle a la chance d accélérer le déploiement de l Approche LEAN à travers un vaste plan d action. Parmi les principales mesures se trouvent différentes formations, des projets, le développement d outils et le déploiement de plusieurs nouvelles pratiques qui sauront favoriser une gestion de proximité avec les équipes sur le terrain. L objectif ultime du déploiement LEAN est de développer la capacité de l organisation à innover afin de générer plus de valeur ajoutée pour la clientèle, améliorer et alléger les processus que doivent supporter les équipes. Le LEAN au quotidien En mai dernier, une formation sur la gestion de la performance au quotidien a été offerte aux gestionnaires dans le cadre du déploiement de l Approche LEAN. Loin de se limiter à des projets, le potentiel d amélioration continue réside d abord et avant tout dans le travail d équipe et près des opérations, soit là où se crée de la valeur pour le client. C est dans cet esprit que Denis Lagacé, professeur titulaire de l UQTR est venu aborder avec les gestionnaires du CSSS les notions de LEAN leadership, de la gestion du changement et des caucus d équipe. Qu est-ce qu un caucus? Normalement utilisé dans le langage sportif, le caucus implique un arrêt de jeu où l équipe fait rapidement le point et réaligne sa stratégie afin de se donner toutes les chances possibles de remporter la victoire. Au CSSS d Antoine-Labelle, les caucus constituent une nouvelle pratique qui sera graduellement implantée dans les équipes en Il s agit ni plus ni moins d une rencontre d équipe d une durée de 15 minutes réalisée à une fréquence variable, selon la réalité de chaque équipe. Les caucus visent à structurer la résolution de problème. Partant d un indicateur à améliorer ou d un objectif précis, le personnel est ainsi appelé à trouver des idées pouvant être mises en place par l équipe afin de solutionner les irritants et d apporter des améliorations dans les services. L Approche LEAN ne se limite pas à réaliser d imposants projets. Il s agit d une culture managériale en amélioration continue reposant sur l écoute des clients et du personnel. Le tout, favorisant l alignement de nos actions sur des objectifs précis, rattachés à la planification stratégique. Les 8 règles du jeu du caucus Un comité de travail composé de plusieurs gestionnaires de l établissement a participé à l élaboration des 8 règles du jeu du caucus. Ces règles ont pour but de favoriser le bon déroulement de l activité. L UQTR s est montrée intéressée à l outil développé et les 8 règles du jeu du CSSS seront même intégrées aux formations offertes dans le cadre du programme LEAN du l UQTR. Voici les 8 fameuses règles: 1. Tenir le caucus à la fréquence établie 2. Durée de 15 minutes maximum 3. Rester centré sur les solutions 4. Garder le focus sur l objectif 5. Être respectueux et constructif 6. Chercher des solutions à la portée de l équipe et à l intérieur des ressources actuelles

9 Page 9

10 La pensée de l édition La bardane La bardane est une grande plante aux fleurs mauves que l on trouve dans les champs et aux abords des chemins. Chaque fleur est pourvue de nombreuses pattes, appelées «bractées», qui se terminent par de petits crochets lui permettant de s accrocher au pelage des animaux. C est ainsi que la plante se propage, ses graines étant transportées et dispersées au hasard des chemins suivis par ceux qui s y frottent. Nous avons nous aussi la faculté de nous propager en nous accrochant à ceux qui nous côtoient. Par contre, ce ne sont Nous avons nous aussi la faculté de nous propager en nous accrochant à ceux qui nous côtoient. pas des graines que nous disséminons, mais des idées. Portées par ceux qui nous approchent, elles prennent racine et se développe pour s accrocher un jour à d autres personnes, et le cycle recommence. Aussi est-il important de s attarder aux idées que l on véhicule et de réfléchir à ce que l on souhaite vraiment voir pousser autour de nous, car les humains font un excellent terreau. Auteur: Jocelyn Pinet Page 10

11 Projet d organisation du travail au CHSLD l Équip Âge se conclut par un succès remarquable En septembre 2013, débutait au CHSLD de L Équip âge un projet d organisation du travail (pot).ce projet avait pour finalité le maintien et la stimulation de l autonomie fonctionnelle du résident. Nous avons revu le rôle du PAB en CHSLD. En totalité, plus de 24 préposés aux bénéficiaires titulaires de poste à l unité 6 è ont participé, à cette aventure tout au long de cette année. Afin d amorcer cette tendance, le Centre de formation professionnelle de Mont-Laurier a créé pour nous une formation adaptée à nos besoins et nos nouvelles orientations. L ensemble de cette formation a été dispensée en capsules de 3 heures, pour un total de 24 heures, et s est terminée par une activité de type speed meeting, où les préposés devaient faire part à un ensemble d invités, l expérience qu ils ont vécu tout au long de ces formations et l impact positif que cela a eu sur cette unité. Tous en sont ressortis grandis. Par ce projet, la clientèle peut constater le changement de philosophie dans nos soins et dans leurs temps libres, par exemple nous constatons qu au courant des 3 dernières périodes, nous avons eu une augmentation de 160% du temps loisir consacré à nos résidents. Bravo à l équipe de préposés du 6 è étage de l Équip Âge et merci à madame Renée Bélec du CFP de nous avoir accompagnés dans cette belle aventure. La Semaine nationale de la sécurité des patients concerne tous ceux qui sont en relation avec notre système de santé : le personnel soignant, les patients et les citoyens. En travaillant de concert, ces milliers d intervenants contribuent à diffuser le message : Questionner Écouter Parler Page 11

12 La démarche d Agrément Un processus en continu et une visite prévue pour avril 2015 Page 12 Les préparatifs du CSSS d Antoine-Labelle en vue de sa prochaine visite par Agrément Canada vont bon train. L agrément est la reconnaissance par une autorité externe compétente du fait qu un établissement est engagé dans une démarche continue d amélioration de la qualité de ses services. L agrément fait suite à l évaluation systématique d un ensemble de pratiques organisationnelles en fonction de normes qui renvoient aux meilleures pratiques pour améliorer la qualité des services. À tous les quatre ans, chaque établissement du réseau de la santé et des services sociaux est obligé de procéder à cette évaluation. Pour le CSSS d Antoine-Labelle, il s agit en fait de la troisième visite d accréditation. Lors de la dernière visite en 2011, le CSSS avait obtenu par le Comité d approbation d Agrément Canada un agrément avec conditions. C est avec rigueur que le CSSS s est mobilisé pour identifier et mettre en application les mesures d amélioration et ce, afin de respecter les échéanciers et les conditions exigées. Des sondages démontrent que la clientèle du CSSS d Antoine-Labelle est satisfaite des services reçus Parmi les différentes étapes de cette démarche d accréditation, l administration de sondages, dont ceux sur la satisfaction de la clientèle sont des incontournables. Ces outils permettent à l établissement de cerner différentes cibles d amélioration, mais aussi de souligner ses forces. Plus précisément, au printemps 2014, ce sont 687 utilisateurs de services du CSSS d Antoine-Labelle qui ont été sondés pour estimer le degré de satisfaction à l égard de la qualité des services reçus. Ce sondage ciblait tous les services du CSSS sauf ceux concernant la clientèle hébergée en CHSLD parce qu un sondage leur été administré spécifiquement. Les résultats obtenus pour le premier sondage sont remarquables. Le degré de satisfaction générale exprimée par l ensemble des répondants a obtenu un résultat de 84%. Plus précisément, pour les 3 grands indicateurs de la qualité évalués, tous ont obtenu des résultats supérieurs à 80% : «Relation avec le client» (89%), «Prestation professionnelle» (84%) et «Organisation des services» (81%). Soulignons tout particulièrement le degré de satisfaction des usagers ayant reçu les services du service d imagerie médicale et du service du laboratoire avec tous deux un résultat de 90 %. Les services du Centre de jour ont obtenu, eux aussi, des résultats excellents. Résultats du sondage sur la satisfaction de la clientèle pour la clientèle hébergée en CHSLD 121 résidents et membres de leur entourage ont pu également estimer la qualité et la sécurité des soins et des services reçus. Encore une fois, les résultats sont plus que satisfaisants. Pour le CHSLD Ste-Anne et le CHSLD l Équipe-Âge de Rivière-Rouge, l indicateur «Relation avec le client» a obtenu un résultat de 86%, «Prestation professionnelle» 84 % et «Organisation des services» 83 %. Le CSSS ne s assoit pas sur ses lauriers Malgré l excellence des résultats obtenus, la direction du CSSS a déjà ciblé des pistes d amélioration, et ce, afin d être en continuelle amélioration pour offrir des soins et des services de qualité à la population qu il dessert. La haute direction souhaite aussi, par cette même occasion, remercier les membres du personnel, les médecins et les bénévoles pour leur excellent travail au quotidien ainsi que tous les usagers et résidents ainsi que leurs proches qui ont pris le temps de participer aux sondages. (voir résultats du sondage en pages 13)

13 Cafétéria du CSRR fait peau neuve Savez-vous que la cafétéria du Centre de services de Rivière-Rouge fait peau neuve! Un nouveau design apporte à l environnement un agréable espace pour le repas. Les menus ont également été changés pour satisfaire davantage la clientèle. Nous vous invitons à venir voir pour ceux et celles qui ne l ont pas vu! Page 13

14 Prochaine activité de financement Une journée au Festival Santé de la montagne réussie! Page 14

15 Projet d organisation du travail au CHSLD l Équip Âge à l unité régionale SCPD L unité régionale SCPD en collaboration avec le syndicat APTS, a déposé un projet au ministère visant le développement d une vision axée sur la réadaptation. Ce projet vise notamment, le modèle d organisation du travail, spécialement, avec l introduction d un éducateur spécialisé et le développement des compétences du personnel visé par le projet. constats. Notre équipe a déterminé quatre actions qui demandent peu d efforts au niveau de l organisation du travail mais qui auront beaucoup d impacts sur tous les quarts de travail ainsi que sur le temps consacré aux résidents, autre que pour les soins directs ainsi que sur leur confort et leur qualité de vie. Le 25 et 26 août dernier, le comité du projet s est réuni afin de réaliser la cartographie actuelle du processus d une journée type de travail PAB, ainsi que la cartographie future d une journée type du travail PAB, basé sur les besoins du résident, particulièrement, avec l introduction d un éducateur spécialisé. Ces journées ont permis de réaliser les cartographies et de faire plusieurs Membres du comité : Nancy Bourque coordonnatrice de l unité régionale SCPD, Stéphanie Hawkins, préposée aux bénéficiaires de jour, syndicat CSN, Isabelle Richer, préposée aux bénéficiaires de nuit, Marie-Ève Généreux, conseillère cadre à la Direction des soins infirmiers, Danielle Gravel, préposée aux bénéficiaires de soir, Steve Perreault, infirmier assistant de jour, Jules Ratelle infirmier auxiliaire de jour Bravo à nos deux nouveaux diplômés au CSSS d Antoine-Labelle «Mon aventure a débuté en 2009 en m'inscrivant au programme relève des cadres quel défi mais après 3 ans j'obtiens un DESS Wow!!! Je n'aurais pas pu y arriver sans le support du CSSS À-L,de ma chef et de ma directrice à ce moment mesdames Michelle Meilleur et Francine Laroche. Merci Michelle et Francine d'avoir cru en mon potentiel et de m'avoir offert cette opportunité!!!! J'ai appris de nouveaux paradigmes, des connaissances, un réseau des plus enrichissant et un carnet de sages qui me servent dans ma vie professionnelle et dans toutes les autres sphères de ma vie. Sans ce support de mon organisation et ce côté humain cela aurait été très difficile. Merci d'avoir été présentés et disponible pour moi, vous êtes des femmes inspirantes.» France Lafontaine De gauche à droite: Michelle Meilleur, directrice générale adjointe Éric Courtemanche, détenteur d une Maîtrise en développement et gestion des organisations France Lafontaine, détentrice d un Diplôme d'études supérieures spécialisées en développement des organisation-gestion et développement des organisations Francine Laroche, directrice générale Dre Marie-Claude Lacaille, DSPH Page 15

16 Une thèse sur les déterminants du vaccin contre la grippe chez les travailleurs de la santé Je viens de finir ma maîtrise en soins infirmiers (Advanced practice leadership) et j aimerais partager ma thèse avec vous. Le but de ma thèse était d'explorer la littérature concernant les déterminants de la vaccination contre la grippe chez les travailleurs de la santé (TS). J ai exploré de façon critique la littérature et j ai évalué les recherches qui ont été faites à ce sujet. La grippe nosocomiale est associée à une morbidité et une mortalité considérable chez les personnes âgées, les nouveau-nés et les patients atteints de maladies chroniques sous-jacentes. Les chercheurs ont démontré que la grippe peut se propager facilement dans un milieu fermé, comme les hôpitaux, par les personnes symptomatiques et asymptomatiques. Les TS non-vaccinés sont la principale source de transmission nosocomiale de la grippe et la vaccination est l intervention de santé publique la plus efficace. Malgré les recommandations à se faire vacciner, les taux de vaccination contre la grippe chez les travailleurs de la santé sont beaucoup trop faibles dans le monde, dépassant rarement 40 %, ce qui n'est pas suffisant pour assurer l'immunité collective. Page 16 Ma recherche m a permis d identifier 5 barrières principales : 1- La peur des effets indésirables du vaccin; 2- L'efficacité des vaccins ; 3- Le doute que la grippe est une maladie grave et la croyance qu'ils sont en bonne santé et n'ont pas besoin du vaccin; 4- La peur des injections; 5- Le manque d'accessibilité. Les principaux motivateurs à se faire vacciner sont : 1- Pour se protéger: 2- Pour protéger les usagers/familles; 3- La croyance que le vaccin est efficace. J ai utilisé le (Health belief model : HBM) pour interpreter les résultats et j ai découvert que les TS vaccinés et ceux qui sont contre la vaccination ont des différences importantes au niveau des déterminants de la vaccination et de leurs croyances en matière des mesures préventives contre la grippe. Ces deux groupes de TS ont des vues opposées de leur sensibilité à la grippe et de la gravité de la maladie. En plus, ces croyances divergentes s'étendent aussi à la perception des avantages de l'obtention d'un vaccin contre la grippe. Finalement, ces 2 groupes de TS perçoivent les barrières différemment. Ceux qui acceptent la vaccination contre la grippe perçoivent moins d'obstacles que ceux qui sont résistants. En se basant sur les résultats de ma recherche, j ai proposé une stratégie de vaccination qui vise à augmenter les taux de vaccination chez les TS. Une telle stratégie devrait viser les perceptions de la sensibilité et de la gravité de la maladie; les perceptions des avantages de la vaccination; les perceptions des obstacles et les perceptions sur les effets secondaires. Il s'agit de changer les croyances et les attitudes. J ai partagé les résultats de ma recherche avec le comité de vaccination anti-grippale et on va essayer cette année de changer nos façons de faire surtout au niveau de la formation qu on fournit au TS. Darine Darwiche, conseillère cadre en prévention et contrôle

17 SIMDUT Voici les étapes à suivre pour le système d identification des matières dangereuses utilisé au travail Chronique Cliquez sur la fiche signalétique 5 Sélectionnez un produit 4ou inscrire un nom de produit Si un événement impliquant une matière dangereuse survenait, soyez vigilant et suivez les conseils de sécurité! Patrick Leduc, conseiller en prévention 6 La fiche signalétique vous donnera toutes les données de sécurité du produit Identification du danger Premiers secours Mesures de lutte contre l incendie Mesures à prendre en cas de dispersion accidentelle Manipulation et stockage Contrôles de l exposition/protection individuelle Page 17

18 La Table des aînés se présente La Table des Aînés Antoine-Labelle existe depuis Elle relève de la Table de Concertation Régionale des Aînés des Laurentides (TCRAL). La Table est constituée de plus de 18 organismes œuvrant auprès des aînés dans la MRC d Antoine-Labelle. La table passe par ces derniers pour rejoindre tous les aînés du territoire de près ou de loin. Sa mission est la défense des droits et les intérêts des aînés dans la MRC Antoine-Labelle. Elle est également un lieu de concertation pour les organismes ou les bénévoles qui œuvrent auprès des aînés. Elle a plusieurs dossiers dont les proches aidants, la prévention des abus, la maltraitance et la fraude chez les aînés, la mise en œuvre d un premier salon des aînés en avril 2015 et bien plus encore. Nous pouvons affirmer sans aucun doute que les prochaines années s annoncent hautes en action. À ce jour, la Table est derrière plusieurs représentations d outils dans les municipalités visant la prévention des abus, de la maltraitance et de la fraude chez les aînés. Elle est également derrière les évènements entourant la semaine des proches aidants et la journée internationale des aînés. N oublions pas que la Table est pour les aînés et les services sont offerts par les aînés ou encore des organismes œuvrant auprès de ces derniers. Page 18 Surveillez dans les prochaines semaines, la table publiera une fois par mois une chronique qui s intitule «La TAAL vous présente» Le but de cette chronique est de faire connaître ses membres à l ensemble de la population vivant sur le territoire de la MRC. Vous pouvez retrouver ces chroniques sur le site du CSSS d Antoine-Labelle et sur les télévisions dans les salles d attente de ce dernier. Projet d intervention individualisée Le projet est né de l initiative de la Table des Aînés d Antoine-Labelle (TAAL) en La TAAL peut réussir ce projet grâce à une subvention de Nouveaux horizons pour les aînés, la collaboration de la SQ ainsi que le CSSS d Antoine-Labelle. Le tout est mené par des bénévoles aînés qui travaillent pour leurs pairs. Avec le projet intervention individualisée en cas d abus, la TAAL veut accroître la sensibilisation aux mauvais traitements envers les aînés, y compris l exploitation financière et la maltraitance. Elle veut rejoindre les personnes âgées abusées et les aider à s en sortir. La sensibilisation passe par des présentations de vidéos qui mettent en scène des aînés vivant des situations d abus. Par la suite, les bénévoles échangent avec le public sur S Il y a des organismes ou des personnes désireuses de devenir membres de la Table des Aînés Antoine-Labelle, n hésitez pas à entrer en communication avec nous. Pour plus d informations, veuillez contacter monsieur Jean- Claude Giguère, président de la TAAL au Membres du CA Danielle Boisvert, administratrice Radha Prakash Iyer, Trésorière 2ème rangée à Gauche Claude Ménard, secrétaire Suzanne Parisé, Vice-présidente Jean-Claude Giguère, Président les impacts de la maltraitance. Par ailleurs, si vous êtes témoins ou victimes d abus, la TAAL a formé des sentinelles bénévoles. Pour chaque municipalités de la rouge, ces bénévoles sont aptes à vous aider en toute confidentialité. Nous tenons à remercier publiquement le CSSS d Antoine-Labelle pour le prêt d un local ainsi qu une ligne téléphonique pour faciliter notre travail. Pour plus d informations, n hésitez pas à communiquer avec nous au poste Danielle Boisvert, responsable des sentinelles, bénévoles pour la TAAL

19 Journée des externes Le samedi 27 septembre avait lieu les portes ouvertes de l'umf des Hautes-Laurentides, destinées aux externes en médecine. Le but de cette activité est de recruter la prochaine cohorte de résidents pour Horaire de la journée: Petit déjeuner à L'UMF avec les résidents et médecins superviseurs, Présentations et visite de l'umf, CLSC, Hôpital de Mont-Laurier et du CHSLD Sainte- Anne. L incontournable lunch à la Chaumière Activité plein air à la Montagne du Diable Le décor, l'accueil et l'hospitalité des gens d'ici ont été très appréciés. L UMF des Hautes- Laurentides pourra sûrement remplir son objectif de résidents grâce entre autre à cette activité porte ouverte réussie. Page 19

20 Campagne Centraide au CSSS d Antoine-Labelle Vous recevrez par vos chefs de services ce formulaire pour vous permettre de contribuer par déduction à la source. Par ailleurs, vous pouvez immédiatement remplir celui-ci et le retourner à : Marie-Hélène Gaudreau, agente d information, poste 6369, bureau 225 au CLSC de Mont-Laurier. Merci pour vos généreux dons! Merci Marie-Hélène Gaudreau, agente d information Page 20

21 Où ira votre don? À plus de 40 organismes communautaires d ici! À plus de personnes de chez nous! La campagne de «Famille sans fumée» et son concours se déroulent jusqu au 27 octobre. Pour avoir de l information sur les services, vous pouvez joindre Karine Landry au poste 6311 Page 21

22 Un pair-aidant aidant en santé mentale Au printemps, monsieur Serge Billard, commis à Rivière-Rouge a reçu aux Journées annuelles de la santé mentale son diplôme de pair-aidant suite à une formation de 2 semaines et un stage de 42 heures. Le pair-aidant est appelé à partager son vécu expérientiel afin d'aider les usagers en santé mentale à cheminer dans le processus de rétablissement. Sur la photo, de gauche à droite, Nathalie Lageux responsable du programme de formation, une déléguée de l'université de Laval, Dr André Delorme, directeur national de la santé mentale au MSSS et Serge Billard, pairaidant. Semaine de l action bénévole À l'occasion de la semaine de l'action bénévole au printemps dernier et sous le thème "Bénévole de la tête aux pieds", la direction du CSSS d'antoine-labelle ainsi que les membres du personnel ont tenu à souligner l'immense travail effectué par nos bénévoles. Ainsi, il y a eu différentes activités de reconnaissance organisées dans nos différents sites et plusieurs ont également reçu une tasse les identifiant comme bénévole de notre CSSS. Un gros merci encore une fois à tous nos bénévoles, qui par l'ensemble de leurs actions apportent une contribution essentielle à la qualité de vie du CSSS d'antoine-labelle. Page 22

23 FLASH Mesures d urgence Si un incendie survenait dans votre unité, serez-vous en mesure d utiliser un extincteur portatif? Savez-vous que vous devez vous servir d un extincteur portatif seulement lors d un début d incendie, lorsque celui-ci est petit? Ne mettez jamais votre vie en danger, débutez l évacuation de votre unité avant que la situation dégénère. Pour utiliser l extincteur, sortez-le du cabinet Tirez la goupille en tournant et la dégager de son scellé au besoin Décollez le boyau du cylindre, s il y en a un. Orientez-le vers la base des flammes Appuyez à fond sur le levier Faites des mouvements de gauche à droite à la base des flammes en couvrant la largeur du feu Évacuez les lieux si le feu ne s éteint pas ou si la pièce se remplit de fumée. Patrick Leduc, conseiller en prévention Page 23

24 Page 24

25 Numérisation des requêtes à la centrale de rendez-vous HML Depuis le 15 septembre, toutes les requêtes devant être acheminées à la centrale de rendez-vous de Mont-Laurier doivent être numérisées et transmises par courrier électronique à Tous les appareils multifonctions du CSSS d Antoine-Labelle sont programmés afin de faciliter cette nouvelle procédure. Les requêtes ne doivent plus être remises aux clients. L envoi électronique s applique à toutes les demandes de rendez-vous pour une des cliniques externes ou en imagerie médicale à Mont-Laurier. Les examens sans rendez-vous en imagerie médicale ne sont pas touchés par ce changement. Dans le cas d un problème technique ou d une incapacité à envoyer les requêtes numérisées, il est possible d utiliser le télécopieur Toutefois, dans un tel cas, nous vous demandons d aviser Mylène Perrier, chargée de projet, afin de le signaler et d apporter les ajustements requis. Cette nouvelle façon de faire vise à améliorer la fluidité dans le traitement des demandes et à libérer les lignes téléphoniques afin de faciliter la prise de rendez-vous et d améliorer la qualité du service à notre clientèle. Précision imagerie médicale Uniquement les requêtes devant être traitées à la centrale de rendez-vous doivent être numérisées. Les demandes en imagerie médicale sans rendezvous doivent être remises au client. Les requêtes devant être traitées à l extérieur des heures d ouverture de la centrale doivent être télécopiées directement au service d imagerie médicale au Merci de ne pas numériser une demande d imagerie médicale devant être traitée en dehors des heures d ouverture de la centrale de rendez-vous. Précision adressographe Certains adressographes usés laissent des empreintes trop pâles pour être lisibles une fois télécopiées ou numérisées. Assurez-vous que votre adressographe et que le contraste du multifonction sont adéquats. Adressez-vous aux installations matérielles si une réparation de l adressographe est nécessaire. Joignez-vous à nos 658 adeptes et suivez-nous pour ne rien manquer! Page 25

L indice. Numéro 3, septembre 2014

L indice. Numéro 3, septembre 2014 Numéro 3, septembre 014 Comprendre Partager Améliorer Plan d action LEAN - Volet II Avec le support du MSSS et la subvention LEAN volet II de 500 000$, le CSSS d Antoine-Labelle a la chance d accélérer

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Lanaudière Établissement : Centre de santé et de services sociaux du Sud

Plus en détail

Gabie Paré Jean-Marc Sauvé SECRÉTAIRE DE ORDRE DU JOUR

Gabie Paré Jean-Marc Sauvé SECRÉTAIRE DE ORDRE DU JOUR PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE L OUTAOUAIS TENUE LE JEUDI 26 FÉVRIER 2009 À 18 HEURES PRÉSENCES : ABSENCES : PERSONNES-

Plus en détail

INFIRMIÈRE / INFIRMIER

INFIRMIÈRE / INFIRMIER Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE / INFIRMIER SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ QUART DE TRAVAIL : JOUR SOIR

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Mauricie et Centre-du-Québec Établissement : Centre de santé et de services

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

Rencontre générale des employés Rencontre de suivi concernant les défis organisationnels

Rencontre générale des employés Rencontre de suivi concernant les défis organisationnels Rencontre générale des employés Rencontre de suivi concernant les défis organisationnels Le 19 mars 2013 1 Cette rencontre se veut interactive donc une opportunité d échanges employés-direction sur les

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Règle de soins infirmiers

Règle de soins infirmiers DÉFINITION : Le but de cette règle de soins infirmiers est d encadrer la prestation des soins dispensés par les infirmières et les infirmières auxiliaires en collaboration avec les préposés aux bénéficiaires

Plus en détail

GUIDE D ACCUEIL. Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre»

GUIDE D ACCUEIL. Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre» GUIDE D ACCUEIL Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre» 2015 Ce guide a été conçu afin de rendre votre épisode d hospitalisation plus agréable et vous aider à mieux connaître les soins

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

RAPPORT ANNUEL COMITÉ DE GESTION DES RISQUES RAPPORT ANNUEL COMITÉ DE GESTION DES RISQUES 2013-2014 RÉDIGÉ PAR : Patricia McDougall, Présidente du comité de gestion des risques Avec la collaboration de : Karine Girard, adjointe à la qualité et à

Plus en détail

Pour retourner un exemplaire papier du questionnaire de sondage. Par la poste : Par télécopie : 416 922-7538 Tricia Kindree

Pour retourner un exemplaire papier du questionnaire de sondage. Par la poste : Par télécopie : 416 922-7538 Tricia Kindree À l écoute des personnes touchées par la SP Sondage à l intention des proches d une personne qui est atteinte de SP ou qui a reçu un diagnostic de SCI et des aidants non rémunérés d une personne qui est

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

des hôpitaux des Territoires du Nord-Ouest

des hôpitaux des Territoires du Nord-Ouest Questionnaire sur la satisfaction du service des hôpitaux des Territoires du Nord-Ouest Fort Smith Mars 5 TABLE DES MATIÈRES APERÇU..................................................... 2 MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

Danielle Graveline Sylvia Poisson-Hodgins

Danielle Graveline Sylvia Poisson-Hodgins PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE RÉGULIÈRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU PONTIAC TENUE LE LUNDI 16 JANVIER 2012, À 17H30, À LA SALLE DU CONSEIL, AU CLSC, MANSFIELD

Plus en détail

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS Référence : 4504-20-04 Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS 1. OBJECTIF Uniformiser le processus de prescription

Plus en détail

La prévention des chutes: du domicile à l hébergement

La prévention des chutes: du domicile à l hébergement La prévention des chutes: du domicile à l hébergement CSSS de la Vieille-Capitale 8 centres d hébergement (1315 lits) 5 cliniques réseaux 4 unités de médecine familiale Serv. gériatriques spécialisés (SGS):

Plus en détail

Info Sein BULLETIN. Bulletin numéro 8 Avril 2014. Contenu. Les 15 ans du PQDCS : 1998-2013

Info Sein BULLETIN. Bulletin numéro 8 Avril 2014. Contenu. Les 15 ans du PQDCS : 1998-2013 BULLETIN Région de la Capitale-Nationale Bulletin numéro 8 Avril 2014 Contenu Les 15 ans du PQDCS : 1998-2013 Éditorial 1 Comité de suivi régional : un travail d équipe! 3 Coordination et organisation

Plus en détail

Biographie des présentateurs

Biographie des présentateurs Biographie des présentateurs Jean- François Robert: Ingénieur en informa4que de forma4on (Université de Sherbrooke) depuis 2001 Maîtrise en ges4on de projet à l UQAR depuis 2014 Conseiller cadre en ges4on

Plus en détail

PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES

PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES Direction des services d hébergement Description de fonction PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ JOUR

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Évaluer pour s améliorer : au cœur de la qualité des services

Évaluer pour s améliorer : au cœur de la qualité des services Évaluer pour s améliorer : au cœur de la qualité des services Le concept de qualité des services : un outil d'évaluation de la satisfaction adapté aux attentes des usagers ÉVALUER POUR S AMÉLIORER : AU

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

Introduction La méthodologie

Introduction La méthodologie Direction des soins infirmiers et de la qualité 1 Introduction À l automne 2013, le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) du Lac-des- Deux-Montagnes a fait des sondages dans le but d estimer la

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010-2011

RAPPORT ANNUEL 2010-2011 RAPPORT ANNUEL 2010-2011 8 juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Mission... 3 Rapport du président... 4 Conseil d'administration 2010-2011... 7 Rapport du trésorier... 8 Rapport de la vérificatrice... 9 Rapport

Plus en détail

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME SEPTEMBRE 2011 Ordre des infirmières

Plus en détail

Le développement des compétences

Le développement des compétences Le développement des compétences Comment, qui Pas LE modèle mais UN modèle Je vous propose * Portrait de la région * D où je viens la performance * Pourquoi ce choix et les thèmes abordés * Arrivé du nouveau

Plus en détail

CAAPTIVANT Le bulletin du CAAP-AT numéro 2 Édition de septembre 2015

CAAPTIVANT Le bulletin du CAAP-AT numéro 2 Édition de septembre 2015 CAAPTIVANT Le bulletin du CAAP-AT numéro 2 Édition de septembre 2015 Déjà, la routine d automne a repris sa place Pour la majorité d entre nous, le travail, l école, la garderie ont recommencé de façon

Plus en détail

Commission infirmière régionale (CIR) COMPTE RENDU. Date : 11 octobre 2011 Heure : 16h30 Lieu : Agence de la santé et des services sociaux

Commission infirmière régionale (CIR) COMPTE RENDU. Date : 11 octobre 2011 Heure : 16h30 Lieu : Agence de la santé et des services sociaux Commission infirmière régionale (CIR) COMPTE RENDU Date : 11 octobre 2011 Heure : 16h30 Lieu : Agence de la santé et des services sociaux Présences : Denyse April, Collège Héritage Gilles Coulombe, CSSS

Plus en détail

Toutefois, certains enjeux ont amené le CSSS-IUGS à mettre en place un projet de réorganisation du travail en soins infirmiers :

Toutefois, certains enjeux ont amené le CSSS-IUGS à mettre en place un projet de réorganisation du travail en soins infirmiers : ANNEXE 22 Adopté au comité directeur paritaire le 27 avril 2009 PLAN DE COMMUNICATION Organisation du travail et revalorisation des pratiques en soins de longue durée 1) Contexte Né du regroupement successif

Plus en détail

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Édité par : L Ordre des infirmières et des infirmiers

Plus en détail

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville CLSC désigné Centre Affilié Universitaire PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville INTRODUCTION Le présent document vise à apporter un éclairage

Plus en détail

L ordre du jour est adopté tel que présenté.

L ordre du jour est adopté tel que présenté. PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DES COLLINES, TENUE LE 8 AVRIL 2014 À 19H00, SALLE DE CONFÉRENCE DE L HÔPITAL MÉMORIAL DE WAKEFIELD

Plus en détail

Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec!

Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec! 16 juin 2006 Volume 2, N o 7 Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec! L Hôpital Laval, institut universitaire de cardiologie et

Plus en détail

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX e des matières CODE D ÉTHIQUE Table des matières JANVIER 2013 TABLE DES MATIERES PRÉAMBULE 3 Pourquoi un code d éthique? 3 À qui s adresse le code d éthique? 3 LA

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant SOMMAIRES PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules Programme d accueil et d intégration intervenant NOTE AUX LECTEURS Le présent document constitue une version préliminaire et partielle des

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS)

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) NÉONATALOGIE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME NOVEMBRE 2010 Ordre des infirmières et infirmiers

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Services sociaux

Ministère de la Santé et des Services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Projet de loi modifiant l organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l abolition des agences régionales Contexte

Plus en détail

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Le 2 mai 2013 Aux professionnels du SAD membres de l APTS, Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Madame, Monsieur, Nous accusons réception

Plus en détail

CSSS DES SOURCES REDDITION DE COMPTES 2014-2015

CSSS DES SOURCES REDDITION DE COMPTES 2014-2015 RAPPORT ANNUEL DE GESTION ANNEXE 4 Fiches de reddition de comptes CSSS DES SOURCES REDDITION DE COMPTES Juin 2015 Chapitre IV Chapitre IV Fiche de reddition de comptes Objectifs de résultats Services

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATION

BULLETIN D INFORMATION LEG9 NUMÉRO 9 JUIN 2012 BULLETIN D INFORMATION Ce 9 e bulletin G9 vous présente le projet de Modernisation du modèle de gestion du Centre de santé et de services sociaux Jardins-Roussillon. Il s agit de

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE

S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE Service de psychologie et d orientation S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE CONSULTATION PSYCHOLOGIQUE Ce feuillet a pour but de vous renseigner sur le processus d aide que vous allez entreprendre au Service

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1.

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1. TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES 1. Préambule La politique et procédure de déclaration d un incident ou d un accident

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Contenu VOUS TROUVEREZ DANS CE DOCUMENT Contexte Personnel visé Admissibilité au programme Orientation du programme Compétences clés de gestion

Plus en détail

Les défis des clients hauts consommateurs de services

Les défis des clients hauts consommateurs de services Les défis des clients hauts consommateurs de services ALAIN PARADIS CHEF DE PROGRAMME DÉFI SANTÉ Anne-Marie Lauzon Infirmière clinicienne/ gestionnaire de cas Défi santé CSSS DES SOMMETS NOVEMBRE 2011

Plus en détail

Adoption du Plan pluriannuel 2008-2011 du réseau de la santé et des services sociaux de l Estrie

Adoption du Plan pluriannuel 2008-2011 du réseau de la santé et des services sociaux de l Estrie Volume 2, numéro 5 Décembre 2008 Adoption du Plan pluriannuel 2008-2011 du réseau de la santé et des services sociaux de l Estrie Le conseil d administration de l Agence de la santé et des services sociaux

Plus en détail

Juin 2012. Bravo et merci encore pour l excellent travail du comité reconnaissance et l importante présence du personnel.

Juin 2012. Bravo et merci encore pour l excellent travail du comité reconnaissance et l importante présence du personnel. Infos de chez-nous! Juin 2012 Sommaire 1-Soirée reconnaissance 2-Recrutement -Fête des Bénévoles -Page centrale: photos 3-Années de Fidélité -Milieu de formation -S. Cécile Fortier, 4-Soins infirmiers

Plus en détail

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec Formations offertes 14 en établissement Le Réseau conseil Interdisciplinaire du Québec Le Réseau conseil a été créé en 1994. Il se distingue des firmes habituelles

Plus en détail

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Décharge de responsabilité : Le présent document est un guide en langage simple destiné à vous aider à mieux comprendre le Règlement sur les

Plus en détail

OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS

OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS Adele Ferrante, inf., M.Sc.(A). Directrice des soins infirmiers Dr Irwin Kuzmarov M.D. FRCS Directeur

Plus en détail

Québec, le 6 février 2014

Québec, le 6 février 2014 Québec, le 6 février 2014 Monsieur Réjean Hébert Ministre de la Santé et des Services sociaux 1075, chemin Sainte-Foy, 6 e étage Québec (Québec) G1S 2M1 Objet : Projet de Règlement modifiant le Règlement

Plus en détail

Dans le cadre de ce bilan, madame Véronique Ménard, présidente du comité Jeunesse présentera les membres de son comité et leurs activités.

Dans le cadre de ce bilan, madame Véronique Ménard, présidente du comité Jeunesse présentera les membres de son comité et leurs activités. PROCÈS-VERBAL DE LA 36 ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE L ORDRE RÉGIONAL DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE LAURENTIDES/LANAUDIÈRE, TENUE LE 4 JUIN 2010 À 17H30 AU CENTRE COMMUNAUTAIRE THÉRÈSE DE SAINTE-THÉRÈSE

Plus en détail

Politique de soutien financier

Politique de soutien financier Service des Loisirs, de la culture et de la vie communautaire (SLCV) Politique de soutien financier Adoptée le 5 octobre 2015 Résolution 15-459 Table des matières 1. CADRE DE SOUTIEN... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

GUIDE DE GESTION DES INCIDENTS VIOLENTS À L ÉGARD DES ENSEIGNANTS OEUVRANT À LA CSRS

GUIDE DE GESTION DES INCIDENTS VIOLENTS À L ÉGARD DES ENSEIGNANTS OEUVRANT À LA CSRS GUIDE DE GESTION DES INCIDENTS VIOLENTS À L ÉGARD DES ENSEIGNANTS OEUVRANT À LA CSRS En collaboration entre le SEE section Sherbrooke et la CSRS Préparé par Pour le SEE Pour la CSRS Mme Lyne Parenteau

Plus en détail

PERSONNES INVITÉES Mme Guylaine St-Gelais, directrice des Ressources financières et matérielles, points 3.1 et 3.2

PERSONNES INVITÉES Mme Guylaine St-Gelais, directrice des Ressources financières et matérielles, points 3.1 et 3.2 PROCÈS-VERBAL DE LA 99 e SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CSSS DE LA POINTE-DE-L ÎLE TENUE PAR CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE LE LUNDI 16 DÉCEMBRE 2013 PERSONNES PRÉSENTES Mme Cécile Légaré,

Plus en détail

Formation continue Programmation 2014-2015. Modalités d inscription

Formation continue Programmation 2014-2015. Modalités d inscription Formation continue Programmation 2014-2015 Modalités d inscription Pour chaque formation, une date limite d inscription est indiquée. Elle correspond aussi à la date limite au-delà de laquelle la formation

Plus en détail

POLITIQUE en matière de gestion intégrée de la santé, sécurité et bien-être au travail

POLITIQUE en matière de gestion intégrée de la santé, sécurité et bien-être au travail POLITIQUE en matière de gestion intégrée de la santé, sécurité et bien-être au travail Ce document s'adresse à tout le personnel La Direction des ressources humaines est responsable de son application

Plus en détail

1. LECTURE ET ADOPTION DE L'ORDRE DU JOUR. D'ADOPTER l'ordre du jour avec la modification suivante : - Le point 4.3 est reporté.

1. LECTURE ET ADOPTION DE L'ORDRE DU JOUR. D'ADOPTER l'ordre du jour avec la modification suivante : - Le point 4.3 est reporté. 1738 G1-4340 PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE PROCÈS-VERBAL DE LA 217 e SÉANCE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION des Centres jeunesse de l'outaouais (CJO) tenue le 11 février 2015, à l édifice Marc-Sénéchal 105, boulevard

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2012-2013. Conseil des Infirmières et Infirmiers

RAPPORT ANNUEL 2012-2013. Conseil des Infirmières et Infirmiers RAPPORT ANNUEL 2012-2013 Conseil des Infirmières et Infirmiers PRÉSENTATION DES MEMBRES ÉLUS Fréderic Drolet, vice-président infirmier au soutien à domicile, CLSC Saint-Laurent Nicole Exina, secrétaire

Plus en détail

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Besoin d une gestion plus serrée des heures supplémentaires Ottawa, le 2 mai 2006 La Ville d Ottawa devrait mettre en place une série de mesures dans

Plus en détail

G1-4340 PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE

G1-4340 PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE 1725 G1-4340 PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE PROCÈS-VERBAL DE LA 215 e SÉANCE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION des Centres jeunesse de l'outaouais (CJO) tenue le 12 novembre 2014, à l édifice Marc-Sénéchal 105, boulevard

Plus en détail

Compte-rendu de la réunion du Conseil d'administration tenue le 1er juin 2013 au bureau de Badminton Québec. Ordre du jour

Compte-rendu de la réunion du Conseil d'administration tenue le 1er juin 2013 au bureau de Badminton Québec. Ordre du jour Compte-rendu de la réunion du Conseil d'administration tenue le 1er juin 2013 au bureau de Badminton Québec Ordre du jour 1- Ouverture de la réunion 2- Adoption de l'ordre du jour 3- Lecture et adoption

Plus en détail

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Programme d intéressement pour l implantation du rôle de l infirmière praticienne spécialisée Modalités d application 15-919-04W RÉDACTION Direction des soins infirmiers Direction générale des services

Plus en détail

Table des matières. Cadre légal.. 3. Kirkland s engage 4. Portrait de l organisation. 6. Rédaction du Plan d action. 7. Plan d action 2015-2016.

Table des matières. Cadre légal.. 3. Kirkland s engage 4. Portrait de l organisation. 6. Rédaction du Plan d action. 7. Plan d action 2015-2016. Table des matières Cadre légal.. 3 Kirkland s engage 4 Portrait de l organisation. 6 Rédaction du Plan d action. 7 Plan d action 2015-2016. 8 Orientation 1 8 Orientation 2 10 Orientation 3 12 Orientation

Plus en détail

IDENTIFICATION. La programmation sera affichée au Service de garde au début de chaque mois pour consultation.

IDENTIFICATION. La programmation sera affichée au Service de garde au début de chaque mois pour consultation. RECUEIL DE GESTION POLITIQUE SECTEUR RESSOURCES ÉDUCATIVES IDENTIFICATION SERVICE DE GARDE RÉ07P1 Adoption : Application : Amendement : le 22 avril 2007 résolution 142 (2006-2007) le 22 avril 2007 le 27

Plus en détail

Village santé des Grands-Jardins Partenariats pour le bien-être et la santé de la communauté

Village santé des Grands-Jardins Partenariats pour le bien-être et la santé de la communauté Village santé des Grands-Jardins Partenariats pour le bien-être et la santé de la communauté «Pour une première ligne forte au cœur de la communauté» Présenté le 16 janvier 2014 Aux partenaires de la Table

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 18 MARS 2015 SÉANCE 506-15 PRÉSENCES : INVITÉS :

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 18 MARS 2015 SÉANCE 506-15 PRÉSENCES : INVITÉS : 2581 CONSEIL D ADMINISTRATION DU 18 MARS 2015 SÉANCE 506-15 Procès-verbal d une séance ORDINAIRE du conseil d administration du Centre de réadaptation en dépendance Domrémy-de-la-Mauricie - Centre-du-Québec,

Plus en détail

DELISLE, Johanne, DSPQR par intérim HALLÉ, Régis, DRFMI PAQUET, Jocelyne

DELISLE, Johanne, DSPQR par intérim HALLÉ, Régis, DRFMI PAQUET, Jocelyne Procès-verbal de la quatre-vingt-dix-huitième séance ordinaire du conseil d administration du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement de Chaudière-Appalaches,

Plus en détail

Rapport Annuel 2012-2013

Rapport Annuel 2012-2013 Rapport Annuel 2012-2013 2 Table des matières 1. Mot de la présidente P. 5 2. Le Comité des usagers P. 7 3. Tableau des heures bénévoles effectuées par les membres du Comité des usagers P. 9 4. Les objectifs

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

MANUEL DE GESTION. OBJET : Politique de développement des ressources humaines NUMÉRO : 3400-451-05

MANUEL DE GESTION. OBJET : Politique de développement des ressources humaines NUMÉRO : 3400-451-05 1. OBJECTIF Promouvoir le développement professionnel et personnel pour que chacun contribue à l atteinte des objectifs organisationnels, à l amélioration continue de la qualité et de l efficacité des

Plus en détail

Présentation Stratégie de prévention des chutes. CSSS Antoine Labelle Juin 2010

Présentation Stratégie de prévention des chutes. CSSS Antoine Labelle Juin 2010 Présentation Stratégie de prévention des chutes CSSS Antoine Labelle Juin 2010 1 L équipe de la présentation : Nathalie Maurais, directrice des soins infirmiers Mireille Beaulieu, conseillère cadre à la

Plus en détail

Optimisation du processus de gestion des plaintes et des commentaires à la SAAQ

Optimisation du processus de gestion des plaintes et des commentaires à la SAAQ Permis Immatriculation Optimisation du processus de gestion des plaintes et des commentaires à la SAAQ Prévention Véhicules lourds Présentation à l ARGP Mars 2012 Victimes d accident Présenté par Nancy

Plus en détail

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Mars 2011 Table des matières Présentation du milieu 3 But de la politique d inclusion 3 Définition de la clientèle 3 Objectifs spécifiques

Plus en détail

INFIRMIÈRE AUXILIAIRE

INFIRMIÈRE AUXILIAIRE Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE AUXILIAIRE SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS, INFIRMIÈRE EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

www.csssdeportneuf.qc.ca

www.csssdeportneuf.qc.ca D2636-Code ethique2:d2636-code ethique 10/20/08 10:26 AM Page 1 CODE D ÉTHIQUE www.csssdeportneuf.qc.ca Table des matières 01. Préambule... 4 02. Introduction... 5 03. Nos valeurs organisationnelles...

Plus en détail

Absences : Mme Céline Leclair et M. Philip Cohen. Personne-ressource : Madame Céline Mercier

Absences : Mme Céline Leclair et M. Philip Cohen. Personne-ressource : Madame Céline Mercier PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DES COLLINES, TENUE LE LUNDI, 14 DÉCEMBRE 2009 À 19H00, SALLE DE CONFÉRENCE DE L HÔPITAL MÉMORIAL

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie.

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. La supervision des stagiaires Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. Coordonnatrices de stage Joanne Cardinal 120 Université/University(14002)

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-008. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-008. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Accueil et intégration du nouveau personnel et du personnel en période d essai NUMÉRO : DRH-008 EN VIGUEUR : Le

Plus en détail

Diriger une association dans le secteur culturel

Diriger une association dans le secteur culturel Diriger une association dans le secteur culturel une affaire de compétence et d'engagement Les faits saillants du résultat de l analyse de la profession Dirigeante ou dirigeant d association Avec la collaboration

Plus en détail

VOCATION DE LA RÉSIDENCE OUTREMONT Auberge de Charme pour Aînés

VOCATION DE LA RÉSIDENCE OUTREMONT Auberge de Charme pour Aînés VOCATION DE LA RÉSIDENCE OUTREMONT Auberge de Charme pour Aînés Madame, Monsieur, La Résidence Outremont se spécialise dans le service à la clientèle personnalisé qui est au cœur de ses préoccupations

Plus en détail

Édition du mois d octobre 2015

Édition du mois d octobre 2015 Édition du mois d octobre 2015 PHOTO Nous finirons par y arriver! La photo de votre enfant sera prise ce mercredi, soit le 7 octobre. PREMIÈRE COMMUNICATION AUX PARENTS Vous recevrez dans la semaine du

Plus en détail

1 re secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014

1 re secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 BIENVENUE A L ECOLE SECONDAIRE DES PATRIOTES GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 1 re année du 1 er cycle du secondaire ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 1 re secondaire Informations École secondaire des Patriotes

Plus en détail

Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques

Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques Plan de la communication Colloque ORIILL Objectifs: Soumettre une vision de la raison d être et du potentiel des réseaux de santé dans le contexte québécois;

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Présenté par: Nicole Godin Enseignante en soins infirmiers Cégep de Drummondville

Présenté par: Nicole Godin Enseignante en soins infirmiers Cégep de Drummondville Présenté par: Nicole Godin Enseignante en soins infirmiers Cégep de Drummondville Projet soins infirmiers Réussir individuellement et collectivement: une approche par projet Briser l isolement Les stagiaires

Plus en détail

inventaire des mesures existantes définition de la famille

inventaire des mesures existantes définition de la famille 2 POLITIQUE FAMILIALE 3 4 5 6 7 8 8 9 mot du maire mot de la conseillère déléguée à la famille introduction inventaire des mesures existantes portraits de famille mission générale de la politique générale

Plus en détail

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES»

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» Année 2010-2011 Répondante pour les organismes de Saint-Laurent A/S

Plus en détail

POLITIQUE D INCLUSIO N DES

POLITIQUE D INCLUSIO N DES C E N T R E D E L A P E T I T E E N F A N C E L E S B O U R G E O N S - S O L E I L POLITIQUE D INCLUSIO N DES ENFANTS AYA NT DES BE SOINS PARTICULIERS É LA BORÉ PAR M ARIE JOSÉE LE LIÈVRE E T SOPHIE LE

Plus en détail

DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE. Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1

DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE. Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1 DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1 Propriété intellectuelle : Le matériel original développé dans le cadre

Plus en détail

Niveau d'avancement et d'atteinte des cibles d'impact des projets, par objectif stratégique Planification stratégique 2012-2017

Niveau d'avancement et d'atteinte des cibles d'impact des projets, par objectif stratégique Planification stratégique 2012-2017 et d'atteinte des cibles d'impact des 1. Formaliser l'offre de services pour l'ensemble des programmes-services et des programmes de soutien. Définir et promouvoir l'offre de services en Dépendances (2013-12-

Plus en détail

INSPECTION PROFESSIONNELLE

INSPECTION PROFESSIONNELLE INSPECTION PROFESSIONNELLE INSTRUMENT DE VÉRIFICATION DE LA NORME DE DOCUMENTATION LE PLAN THÉRAPEUTIQUE INFIRMIER Production Service des publications Sylvie Couture Chef de service Karine Méthot Adjointe

Plus en détail

Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019

Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019 Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019 Janvier 2015 Table des matières Contexte... 3 Méthodologie... 3 États des lieux... 4 Hier : de grandes réalisations...

Plus en détail

Personnes-ressources : Mesdames Marlyne Briand, Paulette Legros, Danielle Paquette, Céline Mercier

Personnes-ressources : Mesdames Marlyne Briand, Paulette Legros, Danielle Paquette, Céline Mercier Doc. #3.1 PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DES COLLINES, TENUE LE MERCREDI 28 AVRIL 2010 À 19H00, SALLE DE CONFÉRENCE DE L HÔPITAL

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail