AOÛT 2001 VOLUME 2 NUMÉRO 7

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AOÛT 2001 VOLUME 2 NUMÉRO 7"

Transcription

1 E `CANADIENNE AOÛT 2001 VOLUME 2 NUMÉRO 7 c: DU SILENC E À L'ÉLOQUENCE... DE L'ENGAGEMENT AUX AVANTAGES D'UN MILIE U DE TRAVAIL SAI N NKYT DE LA RÉDACTRICE 4 UN PEU PLUS HAUT, UN PEU PLUS LOIN RÉFLEXION SUR LA PRATIQUE INMW" AVANCÉE 10 VOLET CUNIQUE IWix SOMI : MISE EN PRATIQUE ET SOUTIE N 12 PROFIL RIANCE MARQUIS DES PROJETS, ENCORE ET ENCORE!

2 Ben Ferreira respire mieux, Vâce à MeiicAlert Le patineur Ben Ferreira est asthmatique. Son bracelet MedicAlert" le protège partout dans le monde, 24 heures sur 24. MedicAlert To u j o u r s là a a r w ti nfrmière5 certifrff F4 /' championnes de 1'excellenc e en sains infirmiers Pour informati on : Programme de certification de 1 AII C 50, Driveway. Ottawa (Ontario) IC2P lez Tetéphone : ou »6 Télécopieur : (613) Coiirriel : certificador Ocna-nurses.ca Site web : vwaw.cria-i ummca /00* yft0cmumwc/imiwd~ RIIr!{ N CYN M ~ w....~.u«..,.~ Faites progresser votre vers de nouveaux en obtenant l a nationale de ralic f riine de 11 SpéCiarüàS l Date limite : le 16 novembre 2001 Date de l'examen : le 6 avril 2M Pour plus d1informsition W(IUALR À PRIX o Sa~ ir,z-% ous qu'un Canadien sur 25 est porteur du gène défectueux causant la fibrose kystique? L'enfant dont les deux parents sont port eurs a un risque sur quatre de naitre avec cette maladie. Appuyez la rt~r hf,rrhe sur la FK. ~ Fondation canadienne de J la fib rose kystique TéL : (416) Ligne sans frais : (800) Tékc. : (416) Courriel : Blouses de cdnrpe. maiseme Pantalons de c hirwpe, unisexe Pantalons à taie élastique Robes de cykwlgie à col rond et ei. V Vestons (à col reud et es V ) Sarrans de laboratoire blancs pow bamum. el pour fem~e s T-shirts et afrrvèkmmb 1 saeonmirrs ) iadhuièm et lapin» Choix de Mm de 30 cambron s PASSEZ N0111E COMKANDE MAINTENANT OU APPELEZ POUR DEMANDER UN CATALOGUE GIàI1flJR RENSEIGNEZ-VOUS SUR NOS SOLDES DU MOIi APPELEZ DÈS AUlOIJRD'FM POIJf! DEVENIR DISTRIBUTEUR DES lanfo1thes IDZY4L

3 mot ae l a AOOT 2807 YOLIIME 2 NUrAEAO 7 RÉDACTRICE Diane St-Pierre DIRECTION ARTISTIQUE Jean SI-Louis ASSISTANTE A LA RÉDACTRICE Lisa Marie Gagné COORDONNATEUR DE LA PUBLICITÉ Derek Brown COLLABORATRICES Martine Devaux. Nicole Morin TIRAGE Nicole Prouix RÉDACTRICE EN CHEF INFIRMIÈRE CANADIENNE et CANAlNAN NURSE Judith Haines Du silence à l'éloquence... de l 'engagement aux avantages d' un milieu de travail sain! PUBLICITÉ COMMERCIALE - REPRÉSENTANT Scott %IcGow n VcGON N 7\TERMAC INC boul. Décarie. bureau 205 Montréal (Québec) H4P 2P5 Téléphone : (514) Télécopieur : (514)342-9J06 Courriel : scott(dmcgown.co m PETITES ANNONCES ET RECRUTEMENT Derek Brow n A-ociatiun des infirmières et infirmiers du Canada 50, Drivew a~ Ottawa ( Ontario) K2P le2 Téléphone : (613) , poste 201 ou (au Canada seulement 1 1rlécopicur : (ni 3) ('ourricl : dhruwnlacna-nurses.ca PUBLIÉ PAR L'ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU CANAD A La revue rnfrrmtae rmiadunnr- que l'aiic pubbc tous les mcw saut en ryal el et dttembre. accueille tout maintient non sollicite pour publication cidusne et toute supgestioo d'anrk. La grands anicks redrttes font tout l'ohjel d'une éraluation à double insu pu des paut, Les dneanes aux autenrs sont dnpoai+les sur demande. Les vues ou opinions e :pruni es en édnonal ou dans les articles n*engqcnt que les auteurs et ne rellètem pas nécessairement la politique de l'aiic. LAIIC ne sanctionne en aunne façon les affvmatiom des annonces Publicitaires et n'en uniate aucune respnnu ldp é TARIFS D'ABONNEMENT CmwJa (sauft\.\b et %f, un en S ITPS conprne I : deux am 282%0 $ ITPScm" l.t-.%. \B et %F -lrment un an $ ITVII comprise), deux ans S I T'H nxnpnx I F( un an.?il,75 S. deux ans S A I'rtranlqrr un an. 25 p0. S: deuw ans S Le numéro Cmmdc 1 wult -\'.. \'-H rt Y-F 1 Vt S ITPS canprne P. T-s..%:-e rt.y,e?,n+ S(rm'H compose). 32%0 1 (L-LI., v) S (À l'étage, ) CHANGEMENT D'ADRESS E.4%Iscr au moins sa semaines a Ia% ance lkxukr voire ancienne et nouvelle adresw ainsi que notre numtro de perm n Numéro de convention ISSN r» M. infirrnien-canadiennr. eorn infirmière canadiewa r 50. Drisewap Otlawa (Ontario) Canada. K2P 1 F 2 Téléphone : (613 ) ou 1-8(M1361-lNül Télécopieur : (613) U I C'est sous le thème Du silence à l'éloquence que les chefs de file de la profession infirmière du pays ont échangé lors du Forum nationa l sur les soins infirmiers le 21 juin dernier à Ottawa. La conférencière, Linda Lee O'Brien-Pallas, titulaire de la chaire des ressources humaines en soins infirmiers de la Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé (FCRSS) et chercheuse à l'université de Toronto y a présenté les conclusions du rapport intitulé : Engagement et soins :les avantages d'tul milieu de travail sain pour le personnel infirmier, leurs patients et le système. En menant cette vaste enquête, l'équipe de chercheurs avait reçu comme mandat de répondre aux deux questions suivantes : 1. Quel est l'effet du milieu de travail sur la santé des effectifs infirmiers (et par conséquent. peut-étre, sur les résultats pour les patients)? 2. Quelles solutions efficaces pouvait-on appliquer pour améliorer la qualité du milieu de travail infirmier (et par conséquent, peut-être, les résultats pour les patients)? En plus de la recension des écrits, les chercheurs ont mené des entrevues et dirigé des groupes de discussion auprès des gestionnaires, des infirmières. des fonctionnaires, des éducateurs. des représentants d'association et de s y ndicats d'infirmières. Ce n'est pas la première étude faisant état de la situation des infirmières ; l'épuisement professionnel, la surcharge de travail, l'absentéisme, les difficultés de recrutement et de maintien en poste, etc. Toutefois, ce rappo rt propose une liste de messages clés (7), des questions jumelées à une liste de plus de 4(1 recommandations. Certaines des idées mises de l'avant peuvent être implantées facilement. D'autres, par contre, exigeront la collaboration de nombreux intervenants, mais ce sont les clients,en bout de ligne.qui bénéficieront de soins de qualité. Vous trouverez le sommaire de ce rapport sur le site Web de la FCRSS : I+' ti w. C/tsr(.ca/(rarrz'ais/dnc'Hrnent-lihrurs /psescn ncaref.html. On prévoit également y afficher le rapport final en texte intégral. Les membres du Conseil d'administration de l'association des infirmières et infirmiers du Canada ( AIIC), en réunion quelques jours auparavant, avaient également déterminé l'action dans le dossier des environnements de qualité pour la pratique professionnelle comme prioritaire. DIANE ST-PIERRE, RÉDACTRIC E IMPRIMÉ AU CANADA! DOLLCOPWNTING,OTFAWA I - canadienne.com 1

4 CII - VIDÉO - FORMATION - CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LES HÔPITIUX - Ci l APERÇU DU CONGRÈ S FORMATIO N Doctorat en santé communautaire Le XXIIc Congrès du Consei l international des infirmières (CII) a eu lieu à Copenhague (Danemark) du 10 au 14 juin dernier. Quelque 4 (XX) délégué s issus de 90 pays ont pris part à plus de 700 atelie rs ou séances de formation sous le thème Soins inrimriers : Agir en des temps tioiii-eiiilc. Relativement à la pratique infirmière proprement dite, on a abordé : les mythes et réalités touch an t la vaccination, les moyens d'action face au tabagisme : la protection de la santé respiratoire du personnel de la san té : la sécurité en matière de médication, soit l'impact des erreurs et les stratégies de prévention: l'activisme, le leaders hip infirmier ainsi que la perception du public face à la profession. Le Bureau international de l'association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC). dirigé par DR June Webber, a tenu un atelier pré-congrès de deux jours inti tulé Li santé et!'éqcdté mondiales : possibilités et défi pour In profession infimriére. Les par ticip ants de huit pays en développement ont soumis leurs expériences, formulé les tendances et déterminé les ressources néassaires pourfournir des soins de santé fondés sur l'équité. Il s'agit en fait de la possibili té pour tous et chacun de se maintenir en santé ou d'avoir accès à des services en la matière. Une occasion pour tous les pays, inclu ant k: Canada de mettre en évidence, sous un éclairage démocratique. les obstacles liés aux structure.~ politiques et programmes ainsi que les enjeux de la mcxxïifisaum t'nc infirmière toront0~ik. Flcanoir R(xs, rtalv,cra un deuxiè:mc ni,nul.it comme membre du conseil d'administration d u CI I. Infirmière spécialisée en santé respiratoire et en gestion des soins à domicile. madame Ross a déjà occupé. entre autres la présidence de l'aiic. celle de l'association des infirmières et infirmie rs autorisés de l'ontario et ce lle de l'association canadienne des infirmières et infirmie rs en santé respiratoi re. Des déléguées du Conseil des représentantes nationales (CRN) du CII ont participé à une sé rie de tribunes de discussion sur des sujets d'intérêt commun, soit les ressources humaines en soins infirmiers, l'in fluence de la politique sur la santé, les nouveaux rôles de la profession infirmière et la gouvernance du CII. Les nombreuses présentations faites par l'ai 1C lors du congrès ont porté sur : le développement d'un consensus ~ur des cadres de travail nationaux pour la pratique des soins infirmiers : l'actualisation des codes de déontologie : l' é laboration de rôles sécuritaires et de grande qualité pour les infirmières en télésanté : Li préservation de la collection nation al e sur l'histoi re de la profession infi rmière : l'inscription des soins infirmiers a u programme national des politiques d'intérêt public; un réseau de savoir. Fvidence P(us, pour appuy er les décisions fondées sur des données probantes ; les infirmières canadiennes dans des partenariats mondiaux. - Nicole Mori n L'UNIVERSITÉ LAVAL OFFRIRA DÈS L'AUTOMNE 2001 UN PROGRAMME DE DOCTORAT EN SANTÉ COMMUNAUTAIRE. CE PROGRAMME A VU LE JOUR GRÂCE À LA COLLABORATION DES FACULTÉS DES SCIENCES INFIRMIÈRES ET DE MÉDECINE, DES SCIENCES SOCIALES ET D'ADMINISTRATION. IL BÉNÉFICIE ÉGALEMENT DE LA PARTICIPATION DES FA- CULTÉS DES SCIENCES DE L'AGRICULTURE ET DE L'ALIMENTATION ET DE LA FACULTÉ DES LET- TRES. L'APPROCHE MULTIDISCIPUNAIRE Y EST PRMLÉGIÉE, CAR LE DÉVELOPPEMENT D'UN CONCEPT POSITIF DE LA SANTÉ FAISAN T APPEL AUX RESSOURCES INDIVIDUELLES ET SOCIALES CONSTITUE L'ASSISE DU PROGRAMME. ÉTABLI DANS UNE PERSPECTIVE DE FORMA- TION DES CHERCHEURS ET MENANT VERS DES ÉTUDES POST-DOCTORALES, CE PRO- GRAMME A POUR OBJECTIF D'APPROFONDIR LES CONNAISSANCES SUR LES DÉTERMI- NANTS DE LA SANTÉ ET DE DÉVELOPPER DES STRATÉGIES D'INTERVENTION DESTINÉES A AMÉLIORER LA SANTÉ DES POPULATIONS. RENSEIGNEMENTS : MICHEL O'NEI LL RESPONSABLE DU PROGRAMM E TÉL. : (418) POSTE 7431 COURRIEL : Mlchel.Onelll fsl.ulaval.ca - Nicole Morin Infirmier ou mfvrnière, la chance d'une de Lors du Forum national sur.%- e soins irrfirntiers le 21 juin dernier à OttawaJeffrey Boal.ex-président de l'as.sociation des étudiant(e )s infmniers(ières) du Canada ( AEIC), procédait au lancement de cette vidéo. Produite en collaboration avec Santé Canada on y présente les mulfiples facettes de la profession: les jeunes du secondaire sont le public cible. La stratégie à la base de la conception de cet outil est de faire la promotion de la profession afin de palier aux problèmes de recrutement et de maintien en poste. On y présente des infirmières autant que des infirmiers travaill an t en salle d'opération, aur soins intensifs, à I'urgence, là où la pénurie se fait le plus sentir. On } dresse également un profil de la pratique infirmière avancée. On prévoit en faire la distribution dans toutes les écoles secondaires du Canada Pour renseignements : AEI C Projet national de vidéo 350, rue Albert, suite 325 Ottawa (Ontario) K 1 R 1 B 1 Ou visitez leur site Web :

5 'J UX - BOURSE VIRGINIA HENDERSON PROJET - CII - VIDÉO - FORMATION - CONDITIONS DE TRAVAI L I CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LES H ÔPITAU X PAYS DIFFÉRENTS, MÊMES PREOCUPATION S Plus de 40 (XX) in firmières à I'o:uvre dans plus de 700 hôpitaux de cinq pays différents (États-Unis, Canada, Angleterre. Écosse et Allemagne) ont pa rt icipé à la plus récente étude visant à confirmer le lien entre l'effectif infirmier, les conditions de travail et les variations de résultats pour les patients. Malgré des systèmes de santé différents selon les pays. les résultats obtenus sont sensiblement les mêmes! Parmi le s 17 (KX) infirmières d'ontario. d'alberta et de Colombie-Britannique consultées, 35,2 % seulement disent être assez nombreuses pour donner des soins de qualité, le nombre de patients a augmenté pour 63.2 % d'entre elles et à peine 30 % sont convaincues que leurs patients peuvent se débrouiller une fois qu'ils ont obtenu leur congé de l'établissement. Pour connaître les détails de cette vaste enquête. dirigée par Dre Linda Aiken de I'Université de Pennsylvanie, on peut consulter le numéro de mai-juin 2001 du jou rn al Health Affairs sous le titre «Nurses' Repo rts on Hospital Care in Five Count ries» à I'adresse http.//www. healthaffairzorg/. BOURSE VIRGINIA HENDERSON Nicole Mori n SOINS A DOMICIL E À L'HONNEUR! C'est une Infirmière japonalse, D" Iku moue, qui a reçu la Bourse Virginie Henderson 2001 lors du damier congrès du CII. Infirmière praticienne depuis 25 ans, madame Inoue s'est spécialisée dans les soins gériatriques à domicile. Elle compte plusieurs publications à son actif relativement aux personnes iaées, notamment les soins quotidiens et ceux donnés par le conjoint l'anxiété face à la mort et la dépression chez les membres de la famille qui soignent un proche. Remise par le Conseil d'administration de la Fondation Internationale Florence NighHngale, la Bourse Virginia Henderson permettra à la récipiendaire de diffuser un nouveau savoir en soins infirmiers conforme à rapproche globale fondée sur la science et l'art qui fut celle d'henderson. La récompense à d'ailleurs été Instituée pour rap peler rimportante contribution de Virginie Henderson à la profession ainsi que la très grande estime dont elle a Été l'objet à travers le malde. - NICOW Morin PROJE T PROGRAMME DE CAMPS D'ÉT É Le programme de camps «On ne pensait pas que ça pouvait être le fiai la santé.» Ainsi s'exprimait un des adolescents à la fin du premier «camp santé» tenu en juillet et dont la seconde édition a eu heu en juillet 2(X)1 sur le site du campus d'edmundston de l'université de Moncton. d'été ÉDUCATION PLUS est financé par le ministère de l'éducation du Nouveau-Brunswick depuis Ce programme offre des activités éducatives qui tiennent compte des intérêts et des besoins des jeunes ; toutes ces activités sont gratuites. Les jeunes de la 6e à la 10e année fréquentant les écoles primaires et secondaires francophones sont la clientèle cible. L'idée «camp santé» a germé à la fin des années 90, et ce sont les étudiantes au baccalauréat en sciences infirmières qui ont élaboré les différents ateliers et les activités en collaboration avec deux professeures en sciences infirmières. France Marquis et Suzie Durocher-Hendriks (responsables du projet). Les buts et les objectifs de cette activité estivale : Sensibiliser l'adolescent aux problématiques reliées à son développement: Initier l'adolescent aux moyens visant à favoriser u n niveau de santé optimal: 4 t, ~1 Encourager la participation àw, f~ de l'adolescent à des expérience s de formation stimulant «o n.:_-- u épanouissement global: ~- 4 Informer l'adolescent de l'accessibilité des resm)urcc ~ communautaires au Nouveau-Brunswick. De quelle façon a-t-on intégré ces notions? Les jeunes ont tous suivi un cours de certification en réanimation cardiorespiratoire ; La forêt expérimentale a servi d'enceinte à la découverte et à l'observation des plantes comestibles et médicinales: Une promenade sur la rivière Madawaska leur a permis de découvrir un peu d'histoire et d'évaluer la qualité de I'eau ; l e s i t e du Jardin botanique a été le théâtre de la séance de tâi chi; Ils ont également rencontré des professionnels de la santé lors de leur visite à l'hôpital Régional d'edmundston, et la liste des activités s'allongent... La directrice, les animateurt et les aides sont tous des étudiants des programmes de sciences infirmières ou des domaines connexes. À ce jour. les réactions sont très positives. Les adolescents autant que le personnel trouvent l'expérience très enrichissante.

6

7 REFLEXION SUR LA PRATIQUE INFIRMIÈRE AVANCtE Un peu plus haut, un peu plus loi n LES PROBLEMES ET LES SOINS DE SANTE SONT DE PLUS EN PLUS COMPLEXES, ET ON RECONNAÎT L'IMPORTANCE D'AUGMENTER LES COMPÉTENCES DES INFIRMIÈRES EN SOINS SPÉCIALISÉS ET DE PREMIÈRE LIGNE. MAIS ENCORE FAUT-IL QUE LA FORMATION SOIT ADAPTÉE... HÉLÈNE LEFEBVRE, INF., PH.D. Professeure adjointe à la Faculté des sciences infirmières de l'université de Montréal, coresponsable de l'équipe de recherche interdisciplinaire sur la famille (ERIFAM) et chercheuse au Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain (CRIR). JOSÉE CÔTÉ, INF., PH.D. Professeure adjointe à la Faculté des sciences infirmières de l'université de Montréal. MELANIE BERUBE, INF., M.SC.INF. ( CANDIDATE ) ~ infirmière Clinicienne soéc alisée en soins intensifs à ~ l'hôpital général juif de Montréal et étudiante à la maitrise en sciences infirmières à l'université de Montréal. L'intérêt pour la pratique infirmière avancée au Canada, et surtout pour le rôle d'infirmière praticienne. remonte au début des années Le manque de ressources médicales dans ce rtains secteu rs et les besoins en soins de santé primaires des populations mal desservies en sont à l'origine. Dans les années 19t30, la difficulté pour les infirmières praticiennes de faire carrière, l'inexistence d'un mécanisme spécifique de rémunération et la réticence de ce rt ains membres de la profession médicale ont remis en question le rôle de ces professionnelles de la santé. Malgré cela, certaines ont persisté! Présentes dans plusieurs provinces canadiennes dont l'ontario, la Colombie-Britannique, l'alberta. Terre- Neuve et le Labrador, elles ont exercé leur profession ces vingt dernières années p rincipalement dans les régions éloignées ou mal desservies en se rvices de santé et dans des centres de santé communautaires. En 1993, un rapport sur les possibilités d'emploi des infirmières praticiennes produit par un comité de l'université \ictifaster'. à I :, demande du ministère de la Sante. contrihuc i préciser le rôle des infirmières praticiennes en soins de santé primaires en Ontario. Au Québec. des projets visant à développer le rôle d'infirmière praticienne. par exemple en soins néonataux, ont vu et voient encore le jour, mais ce rôle n'est pas réglementé. Jusqu'ici, seul le rôle d'infirmière clinicienne spécialisée est bien implanté.toutefois, la réforme des services de santé, l'avènement du virage ambulatoire et la complexité des situations de soins et de monitorage dans les centres hospitaliers et la collectivité mettent plus que jamais en évidence la nécessité d'infirmières de pratique avancée. Différents groupes se sont penchés sur les besoins en santé de la population et la recherche de solutions novatrices pour maintenir la qualité des soins et services du réseau québécois? Cela a donné lieu à la constitution d'un comité ad hoc de réflexion composé de professeures de la Faculté des sciences infirmières de l'université de Montréal. Le mandat : se pencher sur la pertinence de la pratique avancée en sciences infirmières au Québec. c'est-à-dire les finalités de la formation infirmière en pratique avancée, les compétences spécifiques à développer et les rôles Dans ce contexte, un projet exploratoire, en partenariat avec diverses institutions de santé et milieux universitaires, a été réalisé au printemps 2(XX). Un nouveau groupe de réflexion poursuit actuellement les travaux afin de rendre rapidement disponible cette formation au Québec. En santé comme ailleurs, la situation s'est corsé e Depuis quelques années, les problèmes et les soins de santé se sont complexifiés, Le vieillissement de la population, l'avènement de nouvelles technologies et la réduction du temps d'hospitalisation en sont les causes majeures. La dualité entre la réduction des coûts et I'amélioration de la qualité des soins et services associés au virage ambulatoire de même que la continuité > www infirmiere-canaaienne.com 5

8 des soins entrent aussi en ligne de compte. Cela exige des infirmières mieux formées qui participent plus activement aux soins spécialisés, à l'efficience du réseau de la santé et au maintien de la qualité des soins et service s Actrices clés dans l'offre de services de santé. les infirmières sont confrontées à l'exigence de connaissances et d'habiletés supérieures, alors qu'un écart semble se creuser entre les compétences nécessaires dans le contexte actuel et la formation collégiale ou de niveau baccalauréat qui leur est offerte. Tous les acteurs du réseau de la santé reconnaissent d'ailleurs l'importance d'augmenter le niveau de compétences des infirmières travaillant en soins spécialisés et de première ligne par le rehaussement de la formation. Quels sont les programmes de formation infirmières disponibles au Québec et le cadre de travail de l'infirmière de pratique avancée? En voici une brève description. SANCES CLINIQUES La formation infirmière au Québe c L'élève qui termine son cours secondaire (11 ans de scolarité) peut devenir infirmière au Québec en empruntant l'une des cinq voies décrites au tableau 1. Actuellement, une infirmière bachelière qui désire poursuivre des études supérieures peut s'inscrire soit au diplôme d'études supérieures (DESS). soit à la maîtrise avec mémoire ou stage. Cette formation donne accès au rôle d'infirmière clinicienne spécialisée. L'étudiante inscrite au DESS a aussi la possibilité de passer à la maîtrise moyennant certaines modalités. Enfin, l'infirmière qui le désire a aussi accès au doctorat en sciences infirmières avec thèse. Mais où se situe l'infirmière de pratique avancée au Québec et quelle place occupe-t-elle dans le système de santé? Pour le préciser, il faut d'abord établir les paramètres de cette pratique. ~ bl M 1 Prfflmme de formation en sciences Infirmières au Québe c O ioym : OIOIE M d'6wdn s~oo~d~y ) Niveau collégial Niveau universitaire 1- cycle Voie 1 Voie 2 LVoie 3 TOUTEFOIS, LA PRATIQUE AVANCÉE VA AU-DELÀ D'UN SIMPLE RÔLE ; II. S'AGIT D'UNE FAÇON DE PENSER ET DE VOIR LES SOINS SELON DES CONNAIS- La pratique infirmière avancée (PIA ) De façon générale. la PIA s'est développée et continue d'évoluer en fonction du maintien de la qualité des soins et services, et cela selon un principe de sauvegarde de l'efficience du système de santé.' Les écrits canadiens et américains sur la question et l'hypothèse de travail du comité de réflexion sont résumés ici. L'Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIICj décrit la PIA ainsi :[...J elle maximise l'utilisation des compétences spécialisées et du savoir infirmier approfondis pour répondre aux besoins des clients dans le domaine de la santé (particuliers, familles, groupes, populations ou collectivités au complet). La PIA repousse ainsi les frontières du champ d'exercice de la profession infirmière et contribue au savoir infirmier et à l'épanouissement et au progrès de la profession. Cependant, plusieurs auteurs parlent d'un rôle spécifique.6 Selon Davies et Huges la PIA va au-delà d'un simple rôle. Il s'agit d'une façon de penser et de voir les soins s'appuyant sur des connaissances cliniques plutôt que sur la composition de rôles et I'exécvtion de fonctions' En 1995.l'American Nurses Association (ANA) clarifie le concept de PIA en lui attribuant trois caractéristiques soit la spécialisation, l'expansion et l'avancement." La spécialisation consiste en l'acquisition d'une expertise dans un domaine particulier. L'expansion réfère à l'acquisition de nouvelles connaissances et d'habiletés permettant à l'infinnière d'exercer sa profession avec une plus grande autonomie et d'aller au-delà de la pratique habituelle. Enfin, l'avancement concerne le développement d'une vision élargie de la pratique infirmière caractérisée par l'intégration de la théorie, de la recherche et des savoirs acquis dans une formation de niveau supérieur en sciences infirmières Selon l'ana, la PIA se définit par une pratique autonome qui dépasse les frontières mêmes de la discipline infirmière. Elle se caractérise par une prépondérance de l'instauration de traitements qui accentuent le rôle infirmier autonome par opposition aux fonctions dépendantes, par la prise de décisions en situation Techniques de soins in fi rmiers- 3 ans (DEC en soins inf.) Programme collégial en sciences de la nature - 2 ans Programme de baccalauréat en sciences infirmières ans (B. Sc. inf. ) Programme intégré DEC-BAC ( automne 2002) - 5 an s Voie 4 Programme de baccalauréat en sciences infirmières destiné aux infirmières détenant un DEC - 3 an s Voie 5 Cumul de 3 cert ificat s Niveau universitaire Diplôme d'études supérieures en sciences infirmières (DESS) 2e cycle Maîtrise en sciences infirmières avec mémoire (M. Sc. inf. ) Maîtrise en sciences infirmières avec stage (M. Sc. inf.) Niveau universitai re Doctorat en sciences infirmières avec thèse (D. Sc. inf.) 3e cycle 6 - canadienne.corn a~`~ i T2oo1lvOl 2 IN 7

9 I i clinique complexe et une plus grande habileté à gérer les organisations et les environnements de soins. En se basant sur ces trois caractéristiques. Hamric et coll.v la définissent comme une pratique professionnelle plus étendue fondée sur la théorie, les soins infirmiers et la recherche dans un domaine spécialisé de la discipline infirmière, et cela en fonction des situations vécues par les personnes. De plus, ces auteurs estiment que la complexité de la pratique exige le développement de huit compétences précises pour être en mesure de l'exercer, à savoir : l'expertise clinique : la formation des infirmières et l'éducation des personnes ou familles : la consultation dans des situations complexes de soins : la réalisation, l'utilisation et l'interprétation de recherches ; le leadership professionnel ; la collaboration intra et interprofessionnelle : la gestion du changement : e t I'habileté à résoudre des problèmes éthiques. Les rôles associés à la pratique infirmière avancée Quatre principaux rôles sont associés à la PIA soit l'infirmière anesthésiste, l'infirmière sage-femme. l'infirmière clinicienne spécialisée et l'infirmière praticienne.10 Au Canada, les rôles d'infirmière clinicienne spécialisée et d'infirmière praticienne sont bien implantés. D'une part, la pratique de l'infirmière clinicienne spécialisée est plutôt indirecte.' 1 Elle exerce quatre sous-rôles tels que clinicienne spécialisée, consultante, éducatrice et chercheuse.12 Le rôle clinique implique surtout l'acquisition de connaissances et d'habiletés spécialisées qu èlle transmet aux autres infimvères Celui d'éducatrice se concrétise par de l'enseignement effectué auprès des infirmières ou des personnes/familles. L'infirmière clinicienne spécialisée agit également comme consultante pour l'élaboration de projets visant l'amégoration de la prestation des soins ou la prise de décision dans des situations de soins complexes par exemple. Enfin,elle participe à des projets de recherche et à l'analyse des résultats d'études ainsi qu â leur diffusion aux autres professionnels et à leur transfert dans la pratique clinique. D'autre part, les activités de l'infirmière praticienne sont principalement liées à l'administration directe de soins auprès des personnes ou familles et de clientèles particuliè re s ", Cette infirmière est en mesure d'effectuer des évaluations de santé approfondies. Elle peut procéder à l'établissement de diagnostics. prescrire des médicaments ou traitements dans certains contextes, et effectuer d'autres tâches relevant d'un partage d'actes professionnels plus étendu entre les disciplines médicales et infirmière." L'infirmière praticienne peut être assignée à une unité de soins particulière ou assurer le suivi des DE SOINS clientèles, de l'admission au départ et dam la mllectivité. Elle administre des soins en se basant sur le processus infirmier pour l'évaluation des patients et les interventions thérapeutique& " Le cadre de référence des travaux Les travaux du comité ad hoc de réflexion se sont inscrits dans une volonté de développer un LES ACTIVITÉS DE L'INFIRMIÈRE PRATICIENNE SONT PRINCIPALEMENT LIÉES À L'ADMINIS- TRATION DIRECTE partenariat mettant en valeur les notions d'approp riation et d'autodétermination des participants aux groupes de discussion. Ceux-ci se sont engagés à élaborer et à préciser une vision commune de la pratique infirmière av ancée et de la formation de praticiennes en sciences infirmières Le partenariat, c'est l'orientation de personnes vers un même but, la reconnaissance de l'expe rtise et des ressources de chacun ainsi que du rapport d'égalité dans la prise de décision par consensus nécessaire pour établir les besoins des infirmières et la priorité des objectifs. L'appropriation se traduit par les sentiments de compétence et de confiance en ses ressources, croyances, valeurs et expé rience professionnelle ou personnelle, lesquelles sont indispensables pour apporter une cont ribution originale. ',, Enfin, l'autodétermination des participants dans la prise en charge et le soutien de la formation réfère à l'habileté d'assumer la responsabilité de décider, de préciser ses besoins, ses objectifs ou son rôle et d'indiquer la façon dont on entend collaborer à l'émergence de cette nouvelle vision des soins infirmiers. 17 Le déroulement du projet et les participant s Les groupes de discussion focalisés ont servi d'outil de collecte de données. Cette méthode a l'avantage de favoriser l'expression spontanée d'idées variées et nombreuses, chez plusieurs personnes à la fois."' Elle permet aussi de conscientiser les participants à la problématique, ce qui a pour effet de stimuler le désir d'organiser leur action dans une perspective de développement autogéré. Cinq groupes de discussion se sont réunis entre février et mai Une discussion synthèse a clôturé ces échanges.trente et un participants provenant de milieux universitaires, de Directions de centres hospitaliers ou communautaires s'y sont rencontrés : douze infirmières cliniciennes spécialisées œuvrant dans quatre centres hospitaliers universitaires affiliés : quatre infirmières de direction de trois centres hospitaliers et d'un CLSC dont deux directrices de soins infirmiers ; une adjointe à la Direction et une infirmière-chef : sept professeures issues de quatre universités du Québec ; un infirmier praticien ; deux infirmières soignantes (CH et CLSC) : deux chercheuses : et trois représentantes de l'ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). Tous les participants détenaient un diplôme de deuxième cycle ou étaient en voie de l'obtenir (une personne). De même, près du quart des participants avaient complété des études de troisième cycle. Deux professeures ont participé à chaque groupe de discussion. Elles se sont partagées les interventions et ont pris des notes séparément qu'elles ont ensuite partagées. complétées et résumées chaque fois dans les heures suivant la rencontre. Les résumés et les notes de chaque professeure ont été validés par l'autre chercheuse présente afin d'obtenir un consensus. Lors de la rencontre de validation par les participants et les autres personnes engagées dans la réflexion sur la pratique avancée, une présentation orale et un texte écrit remis aux participants ont structuré la discussion, laquelle s'est aussi terminée par un consensus. > 7

10 Le bilan des consultation s L'analyse des échanges donne lieu à un premier constat : il est nécessaire que les infirmières soient mieux formées pour répondre à des situations de soins de plus en plus complexes. Elles doivent acquérir une expertise et des compétences élargies afin de répondre aux besoins et assurer le suivi des diverses clientèles, quel que soit le milieu. Ce constat a orienté les discussions vers la pratique irtfirmière avancée dans une perspective sociale et académique : Comment cette pratique infirmière avancée, particulièrement dans le cas de l'infirmière praticienne, peut-elle répondre aux besoins de santé des personnes exigeant des soins tertiaires et quelle formation est nécessaire pour atteindre ce niveau professionnel? Dans un premier temps, les participants ont été invités à émettre leurs opinions concernant la pratique avancée en soins critiques. Un consensus semble se dégager à savoir qu'il faut développer un rôle de pratique infirmière avancée dans ce domaine. autre que celui d'infirmière clinicienne spécialisée. Cette pratique directe auprès de la clientèle s'appuierait sur un savoir infirmier approfondi afin de mieux répondre aux situations complexes de soins. Ce nouveau type de pratique des soins infirmiers offre plusieurs avantages : Il semble qu'elle favoriserait le développement de la profession infirmière au Québec en fonction de l'interdisciplinarité. de l'avancement des connaissances et d'une meilleure surveillance des clientèles sous sa responsabilité de même que des interventions nécessaires en regard des nouvelles technologies. De plus, ce nouveau rôle pourrait renouveler la motivation professionnelle des infirmières, étant donné la plus grande liberté d'action, et leur donnerait l'occasion d'assurer un suivi plus soutenu des clientèles, grâce à la possibilité de poser des actes allant au-delà du champ actuel de pratique infirmière. Conscients des expériences canadiennes et américaines, les participants ont soulevé des craintes quant au danger de médicalisation de la pratique infirmière au détriment de la qualité des soins que la profession a su développer et maintenir au fil des ans. De façon à bien départager les orientations de I'infirmière clinicienne spécialisée et de l'infirmière praticienne. les compétences et les rôles de chacune de ces professionnelles ont été abordés. Le consensus établi est présenté au tableau 2. Tableau 2 Consensus du groupe de travail L'infirmière clinicienne spécialisée Définition : Formée au deuxième cycle universitaire, l'infirmière clinicienne spécialisée intervient, selon une approche holiste, de façon autonome et indépendante auprès d'une clientèle spécifique, sur la base de la consultation ou encore dans des domaines de soutien à la pratique infirmière. Sa formation et son expérience professionnelle lui permettent d'intervenir de façon ponctuelle dans des situations complexes de soins, dans l'évaluation de la qualité des soins ainsi que la conception et la mise en œuvre de programmes de soins et de recherche. L'infirmière praticienne DéSnition : Formée au deuxième cycle universitaire, l'infirmière praticienne intervient directement, de façon autonome. dans un domaine spécifique auprès d'une cgentèle selon une approche écologique. Compétences : E lle démontre un excellent jugement clinique et une grande capacité à résoudre des problèmes complexes. Elle détient des connaissances scientifiques approfondies et une expertise clinique spécialisée propre à une clientèle ou à un secteur d'activités Elle possède des habiletés d'enseignement et de reche rche de niveau supé rieur. Rôles et fonctions : Sa formation et son expé rience professionnelle lui permettent d'intervenir de façon autonome et en interrelation avec d'autres professionnels dans des situations complexes de soins et de faire de l'enseignement aux personnes ou familles de même qu'aux autres in firmières et à d'autres professionnels L'infirmiè re clinicienne spécialisée contribue à la recherche, à l'évaluation et au maintien de la qualité des soins ~ Compétenees : Elle démontre un excell ent jugement clinique et une grande capacité à résoudre des problèmes complexes de soins Elle intervient de façon autonome auprès de clientèles ayant une situation de santé complexe tout au long de l'épisode de soins.elle détient des connaissances scientifiques, une expertise clinique spécialisée et de recherche de niveau supé ri eur lui permettant d'intervenir directement auprès des personnes ou familles, de façon autonome ou en interdisciplinarité. Sa formation professionnelle lui permet de pratiquer au -delà des frontières de l'exercice infirmier actuel et, dans certaines situa tions, d'accomplir des activités rése rvées à d'autres professionnels selon un encadrement professionnel et administra tif déterminé. Rôles et fonctioas : L'infirrrtière praticienne est apte à évaluer l'état de santé de I'individu, à instaurer un traitement et à assurer le suivi auprès d'une clientèle en regard de l'ensemble de l'épisode de soiru et prend les décisions qu'impose la situation de santé de la personne. Son rôle en est un d'interventions directes auprès des individus/familles La cor>sultation, l'enseignement et la recherche occupent le second rang de priorité dans ses fonctions 8, - ~i T 2001 VO L I2 IN 7

11 Les recommandation s Le consensus des participants est le suivant : L'infirmière praticienne au Québec doit être formée au deuxième cycle universitaire et obtenir une maîtrise. Le programme de pratique avancée en sciences infirmières pourrait se composer d'un tronc commun (3 cours de 45 heures) portant sur les théories infirmières, la recherche et les méthodes statistiques associés à d'autres cours (nombre de crédits à déterminer) ayant trait au développement des huit compétences associées à l'infirmière praticienne. 19 Il doit obligatoirement inclure un volet clinique comportant des interventions au-delà de la pratique traditionnelle20. L'étudiante serait alors CE NOUVEAU RÔLE jumelée à des infirmières praticiennes déjà POURRAIT présentes dans ce rt ains mi lieux cliniques ou à des médecins co llaborateurs Ces cours permettraient RENOUVELER LA d'acquérir des savoirs approfondis en sciences infirmières MOTIVATION et dans des champs spécialisés et, éventuellement, de poursuivre des études doct o- PROFESSIONNELLE rales Une formation plus spéci fique aux rôles d'infirmière DES INFIRIvIIÈRES, VU clinicienne spécialisée et d'infirmière praticienne devrait également être offerte selon LA PLUS GRANDE l'hypothèse de travail suivante : LIBERTÉ D'ACIION infirmière clinicienne spécialisée : Cours théo riques et formation clinique en regard d'un domaine chois i Maît rise incluant la réalisation d'une recherche selon le domaine d'intérêt ou un stage Infirmière praticienrte : Cours théoriques et pratiques en regard d'un domaine chois i Stage incluant une formation de six mois en milieu clinique en collaboration avec des professionnels de la santé. Ce stage serait en lien avec le domaine choisi, les cours théoriques ou pratiques et les séminaires. Conclusion Les besoins de santé actuels mettent en lumière l'urgence de revoir la formation des infirmières appelées à jouer un rôle prépondérant auprès de la population. Les recommandations quant à la formation des infirmières de pratique avancée, soi t au deuxième cycle, seront proposées au comité chargé du développement de ce nouveau programme, qui devrait être disponible en Ce type de formation permettra aux infirmières d'approfondir leurs connaissances, d'obtenir une formation clinique plus poussée et d'enrichir leur compréhension de la discipline infirmière afin d'offrir des soins plus avancés et de plus grande qualité. L'OIIQ déposera très bientôt un mémoire sur la pratique infirmière avancée. L'Ordre considère en effet important de réglementer la pratique avancée dans le prolongement de l'exercice actuel. Le rôle de l'infirmière clinicienne spécialisée, qui est bien implanté au Québec, s'est développé à même la pratique infirmière existante. Il n'est pas soumis à une législation particulière. Toutefois, celui de l'infirmière praticienne, à cause de la responsabilité professionnelle qu'il comporte, devra l'être. C'est un mouvement en plein essor! * BIBLIOGRAPHI E 1. Mitchell, A J., C Pinelli, J. PatterSon, et D. Southwell. Utilization of Nurse Practitipners in Ontario, McMaster University School of Nursing, Toronto, Ministry of Heahh, 1993 ; Mitchell, A J.,1. Patterson, C Pinelli, et A Baumann- ASsessrnent of the Need for Nurse P actitior?eys in Ontarlo, Hamilton, SCltool of Nursing - FaCutty of Health sciences MCMàSter University 1995, Mirl6try of Health. Report O/Steering CGmnNttee. Nurse Practidoners in Ontario, Renewing ParViershlp in HeaRh Care : The proposai Pfan for Edutation and Empfoyment O( Nurse PraCtitialers, Toronto, Mitchell, A. J. et coll., 1993, op. cit. 3. Forum sur la situation des urgences, _ Canadian Nurses Association- A Proposed Framework for Advanced Nursing Practice-Preliminary DraR, Ottawa. 1999; Hamnc, A. B., J. A. Spross, et C. M. Hanson, Advanced Nursing Practlce-An /ntegratihe Approach, 21 éd.,philadelphie, W B. Saunders Company, Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC). La Pratique infirmière avancée : Cadre naticinal, Ottawa, auteur. 2000, p Ameriprl Nuises A59oc.iMion (ANA) DraR: Nusirlg's social F 0 ky StâtemErK, Washington (DC), AuC1or, 1995; Dortley, S R. «Advanced Practice NLNU'g alter Heath Care Reform., Ntx Sng EcononwcS, 13 (2),1995, p ; Ray, G L, et S. Hardin. «Ad12nCed Practice Nursing., NI «SN(g Manageaient. 26 (2), 1995, P Davies, B. et A. M HugeS. ClarihcatiOn of Advanced NurSing Practice : Charâcterf5tiC5 and COmpetenCieS., CliniCal Nurse Specialist, 9, 1995, P American Nurses Association (ANA). op Cit 9 Hamnc, A B et coll, op. eit 10 Amencan Nurses Association (ANA). op cit ; Canadian Nurses AsSocia6on, op. cit.; HarnriC, A B. et col, op cit ; HàWkm J. W et 1 A Ttrbodeau The AdvanOed Practice Np". ISStrpS for die New Mrllerlilln, 5" éd, New-York, The Tnesia5 Press Inc.2000,. 11. Canadian Nurses Association, op cit. ; Hawkins, l. W et J A. Thibodeau, op. cit.; Ordre des infirmières et infirmiers du Québec Perspectives de l'exercice de la profession d'infirmière, Montréal Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC), 2000, op. cit., Hamric, A. B et coll., op. Cit. 13. Hamric, A. B. et coll., op. Cit. ; Hawkins, J. W. et J. A. Thibodeau, op. cit. 14. FifgrrrqRS L, S A Hadley, et M. ShNi0ey The EduCatiprt of pd rdnped Pr'dCtipB Nurses: A COnle<npOrary Approa(tl., CriO cal Care IMi5ltqQl43Rerry, 21 (4),1999, p ; Hüric~ A B et cd., op G7t.; TowCi5,1. Report of the National Surwy of the AmeriranAr,adeny.,b,.nalo meamericanacadenyo( N,.sePracnaorers,1(4), 1991, p 137 ;1UCJcEY, S, et CDI. «Er>tyancing Pyychobjc Nursing P2ct1Ce : ROIe of an Ad6ranced Practice Nurse, Clirraf Nurse Sp eciaisl (3).1999, p Hamric, A. B. et coll., op. cit. ; Hawkins, J W. et J. A. Thibodeau, op. cit. 16. DunSt, C. 1, C itnvette, et A Deal EnaONng and Empowering Fami6es : Principles and Guiaplines lor Practice, Brookline (MA), 1988; Hobbs, N. et coll. Strer(gthening Fami- Mes, San FrdnCiSCO (CA), Jossey-Bass, 1984 ; Rappaport, J. «In Praise of Pdr2dOx : A social PdiCy Of EmpO nrrment owr PrevEYltlon., Arrl2rican Journal o(cornniunity Ps)2hDlogy, 9, 1981, p Dunst, C. J. et K. D. Paget. «Parent-Profe55ional Partnerships and Family Empowerment (M.). Fine dir.), Collaboration with Parents of Exceptional Children, Brandon. Clinical Psychology Publishing Company, 1991, p_ ; Dunst, C.1. et C. Trivette. «Enabling and Empowering Families Conceptual and Inter- Vention Issues, School PSyCIplOgiCal Review, , p Krueger, R. A. Focus Group : A Practical Guide for Applied Research, 2" Ad., Thousand Oaks (CA), Sage, 1994 ; Merton, R. K. M Fiske, et P. L. Kendall. The Focused IrKerView : A Manual of Prt70lems and PrOCEdures, 21 éd., New-York, the Free Press, Hamric, A. B. et coll., op. cit. ; Van Soeren, M. H., et coll. «Consortium Approach for Nurse Practitioner Education», Journal ofadvanced Nursing, 32(4), 2000, p Cole, F L. E RamrPZ «,tctjyitles and PnDCEdurBs Performed by Nurse Practitioners in Emergertty Care Settirgs, Xxnlal o/emergency Nursrg 26(5),200Q p N 7 1 AOUT 2 u ' 1 9

12 volet clinique PROJET D'AUTOSOI N Mon calendrier santé My Health Calel~da r Autosoin : mise en pratique et soutien TEL LE PAPILLON QUI SE REPOSE, SOUTENU PAR LE FEUILLAGE, AVANT DE POURSUIVRE SA ROUTE, LE CLIENT =ST SOUTFNU PAR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ LORSQU'IL VIT UNE EXPÉRIENCE D'HOSPITALISATION. PAR NICOLE MORI N plus active de la prise en charge de leur Pigiste domaine de la santé santé. Du côté des professionnels I'information fournie et les ressources indiquées On savait, données à l'appui, que les n'étaient pas toujours précises et unigens éprouvaient de la difficulté i as.si- formes Il est pourtant pcis.sible, pour les miler I'information concernant la chirur- uns, d'assumer davantage leur santé et. gie d'un jour. à utiliser les ressources pour les autres, de mieux soutenir ou appropriéet et donc à assumer une part favoriser l'autcxoin. «Prendre en main sa santé : une initiative partagée» Prendre en nain cn snnré. c'est la campagne de sensibilisation lancée par Santé Canada il y a quelques années. lx Pro- Krcunme de développement de la capacité d'enuie.cc,in appliqué d la clienièle de la 10 www intirmiere-canadlenne corn

13 volet clinique PROJET D'AUTOSOI N Infirmièrr.s0travail facilitera votre recherche d'emploi...que vous cherchiez un emploi dans votre ville ou ailleurs au Canada. Des établissements et organismes de soins de santé d'un océan à l'autre auront accès à votre curriculum vitae en direct. C'est u n moyen efficace d'effectuer une recherche sur le marché du travail à partir de votre propre ordinateur. LES MEMBRES DE LEQUIPE PREMIERE RANGÉE. DE GAUCHE A DROITE LOUISE G PELLETIER. B SC INF. B ED. M Sc INF. ÉDOUARD HENDRIKS. MD. MGSS. CCMC(MU)". FRANCE L MARQUIS. INF. B SC INF. B ED M SC HF m 2 RANGÉE NOELLINE LEBEL. B SC INF, FRANCE CHASSE. B SC INF. M SC INF. PH D (CANDIDATE) ' ' SECTEUR SC INF DU CAMPUS D'EDMUNDSTON IN B ). ' CORPORATION HOSPITALIERE DE LA RÉGION 4 (N -8 ) chirurgie d'un jour est l'initiative d'un groupe de professeures en sciences infirmières de l'université de Moncton. Campus d'edmundston et de professionnels de la santé de la Corporation hospitalière de la région 4 du Nouveau-Brunswick. Ainsi, dans l'esprit de cette campagne, des professionnels de la santé et des usagers ont élaboré conjointement un programme périopératoire, sous la forme d'un calendrier santé, afin d'uniformiser les interventions auprès de la clientèle de la chirurgie orthopédique d'un jour. Mon calendrier santé Ce calendrier bilingue (français-anglais) a été envoyé par la poste et discuté lors de la visite pré-anesthésique et le jour de la chirurgie. Le document décrit de manière détaillée et dans un langage simple ce que le client doit, peut ou ne peut pas faire avant la chirurgie, la veille ou le jour de celle-ci et lors du retour à domicile. Il renferme aussi des conseils pratiques sur les soins généraux de la plaie. I'aGmentation et l'élimination, par exemple, de même que des coordonnées utiles en cas de besoin. De plus, une pochette contient des dépliants qui décrivent plus précisément les types d'anesthésie, la préparation chirurgicale et la chirurgie orthopédique en cause (13 dépliants ont été élaborés). Enfin, une relance téléphonique a été implantée suivant le congé. Évaluation Pour vérifier l'influence d'un programme périopératoire en chirurgie d'un jour et son incidence sur le soutien à l'autesoin et, du même coup, jauger la satisfaction des usagers et des professionnels de la santé à l'égard du Programme périopératoire de la chirurgie d'un jour, on a administré trois questionnaires relativement à : l'influence du programme sur la satisfaction de la clientèl e l'influence du programme sur la pratique de l'autosoin chez la clientèle l'effet de la formation en soutien à l'autosoin chez les professionnels de la santé I'effet de l'utilisation du programme sur les professionnels de la sant é l'influence de l'utilisation du programme sur la satisfaction des professionnels de la santé. Résultats probants On a recueilli un taux élevé de satisfaction chez la majorité des usagers. La pertinence de l'information et le renforcement du lien entre les usagers et les professionnels de la santé leur a permis de mieux gérer leurs symptômes post-chirurgicaux, entre autres la douleur. Le suivi téléphonique a été très apprécié par la totalité de la clientèle à l'étude. Aucun client n'est retourné à l'urgence dans les 24 heures suivant son congé. On a remarqué une amélioration significative des comportements des professionnels ayant participé à la formation et à l'utilisation du programme. Le succès du projet est attribuable à la participation des usagers, à la collaboration des professionnels de la santé et à l'engagement d es membres de l'équipe de recherche.* `ea % C fl fq A~ at ~NV 1 NO 1 1 AOiIT 1WWW.fnfirmiere-canaAienne corn 11

14 profi l 04 Inventer... et sans cesse réinventer IARLEMAGNE N'AVAIT PAS DEJA INVENTE L'ÉCOLE, FRANCE MARQUIS EN AURAIT SANS DOUTE FAIT SON PREMIEF IET ELLE AMORCAIT SA CARRIERE D'INFIRMIÈRE LORSQUE LA FASCINATION POUR L'ENSEIGNEMENT L'A CONQUIS E PAR DIANE ST-PIERR E Rédactrice Dès l'âge de six ans. France savait déjà qu'elle deviendrait infirmière Originaire de la région du Bas-Saint- Laurent. elle s'établit à Edmundston (Nouveau-Brunswick) au début des années 70 pour y poursuivre ses études. «Je croyais qu'en allant dans cette province. j'apprendrais l'anglais. Pour quelqu'un venant du Bas-du-Fleuve, c'est un changement important» ajoute-t-elle. Elle s'inscrit donc à l'école d'infirmières de l'hôtel-dieu d'edmundston. En à la fin de sa formation, elle accepte un poste aux soins intensifs Après une orientation de deux semaines et I'inscription à un cours avancé en pathologies cardiaques, la voilà lancée dans la mêlée. À peine un an plus tard, on lui propose un poste d'enseignante. Elle se retrouve donc à l'âge de 21 ans devant une classe. «Je me rappelle encore la première journée : il y avait 52 étudiants. J'avais le trac, mais j'ai foncé. L'audace de la jeunesse!» Elle mène de front son rôle d'enseignante et celui d'étudiante à temps partiel, histoire de parfaire son baccalauréat en sciences infirmières. <J'avais tellement d'énergie à ce moment-là.j'aime beaucoup les défis, les nouveaux projets, de fait. il n'y a pas grand chose que je n'aime pas» De 1976 à 1977.elle fréquente l'université de Moncton à temps plein pour terminer ses cours et entreprendre un baccalauréat en enseignement. Elle termine donc son baccalauréat en sciences infirmières en 1979 et I'année suivante celui en enseignement. Elle se rend à Montréal, de 1988 à 1989, pour y faire une maîtrise en sciences infirmières. L'année suivante. elle revient à I'École de formation infirmière du campus d'edmundston de l'université de Moncton, et occupe les fonctions d'enseignante et de directrice adjointe. Elle termine son mémoire et obtient sa maîtrise en En 1995, elle joint I'École des sciences infirmières du campus d'edmundston de l'université de Moncton et cumule les responsabilités de chef de secteur, de coordonnatrice des cours cliniques et de professeure. Depuis 1999, outre I'enseignement et la coordination des stages, elle se consacre à des projets de recherche et de développement dont. entre autres, le Programme de développement de la capacité d'autosoin de la clientèle de la chirurgie d'un jour et le Camp santé destiné aux adolescents francophones. Sa plus gran de réalisation : d'avoir travaillé à l'impl an tation, dans son milieu, du baccalauréat comme critère minimal à l'exercice de la profession. «Avec les changements sociodémographiques et la complexité des besoins de la population en matière de santé, la profession infi rmière se devait d'effectuer ce changement. Évidemment, il y a eu un peu de résistance, mais les gens se sont ralliés très rapidement. Ils étaient convaincus du besoin, et c'est devenu une réalité dont nous sommes très fiers» Elle parle avec beaucoup de fe rveur de sa passion pour apprendre. Tout au long de I'entrevue, elle répète que les défis et les projets l'animent. Elle soutient qu'il faut continuellement avancer et faire preuve de créativité et d'innovation. Elle parle de ses étudiants et ses veux pétillent quand elle décrit leur évolution tout au long des quatre années de formation. Elle s'accordera un petit moment de repos cet été. Quelque part en Alaska. une petite famille se réunira, histoire de refaire le plein d'énergie et de planifier la réalisation des projets en attente. 12 www infirmiere-canadienne com

15 I NTIC Télésanté et oompagnie! Télésolns, télésurveillance, télémédeckm; téléssnté, toute une nouvelle farde de.. ols qui sont «entrés dans la langue» conmm dbxnt les iqaistes, à la faveur du dév& IoPpement des nouvelles techi bgies de rkrtormatlon et des communications (Nnc). «Télé», c'est le mot clé detou rtes ces appeiaha~s! lm du grec bile qui slgnf fle «au bin», on le retrwuve combk~é à de nombreux vocables permettent d'exprkner une activité effecham en tout ou en paruq «à dlstance». La EHésarrld n'est sûrement pas la solution à tous les problèmes, mais eue est susceptible d'amé(kwsr raccessibllité aux soins de santé, aux services sociaux et à rkhormatlon, tout en réduisant les déplacements souvent onéremc. Il s'«t aussi d'un mouvement appelé h s'amp4ner. En Juln danger, on faisait mentl on dans un artlde de La Pnm» que le site de L7nlrmb. créé par roiiq reaevaat pks de vlsibis par mols et cekil de rhbpltal Sainte-Justkm près de , sans coniptei les questions posé" chaque jour par counw Quelques appsraüm de laeélésaneé : les centres téléphoniques du type Info-santb la surveaw ce ou les solns à dom Icle à dbtance la formation à distanc e les consultations médicales ou l'accès i de nombreux outils diagnostiques à distanc e les réseaux d'information ou les réseaux de communlcatlon entre les établissements Quelques sites s'y rapportant : sureau de la santé et de l'inforoute (bilingue) hc-sc. rc. ca/ohlh-bsl Société canadienne de télé»nté (en anglais seulimient) R éseau québécois de téléunté de l'enfant ( en français) Servlce Télé-Soins du Nouveau- Brunswick (en français) tensoln.htm DOSSIER DE SANTÉ ÉLECTRONIQUE (DSÉ ) TOUT EN UN! L'ère des dossiers médicaux «papier» n'est pas encore révolue... mais elle est en voie de transformation radicale : le portrait de santé des citoyens jusqu'ici «éparpillé» dans de nombreux services ou établissements devrait se retrouver «unifié» sous forme informatisée dans les prochaines années. L'entreprise est de taille numériser une montagne d'information de façon à bâtir des bases de données accessibles en des lieux différents par des personnes différentes. Même s'il reste encore beaucoup d'étapes à franchir avant d'arriver à ce dossier «unique», on peut déjà en distinguer quelques constituants ou des concepts de base : Dossier de santé électronique : Dossier de santé d'une personne qui est accessible en direct, à partir de systèmes infomurtiques distincts et iiueropérables qui font partie d'un réseau électronique. Exemples de données versées dans ce dossier : notes ou observations de médecins, d'infirmières, de psychologues, de travailleurs sociaux, de dentistes, résultats de tests, ordonnances de médicaments, etc. Interopérabilité : Possibilité pour des systèmes informatiques hétérogènes de fonctionner conjointement et de donner accès à leurs ressources de façon réciproque. Base de données : Ensemble structuré de fichiers reliés dans lesquels les données sont organisées selon certains critères en vue de permettre leur exploitation. Une base de données doit être conçue de façon à permettre une consultation simultanée et une modification aisée de son contenu. Zone DMZ : Expression qui vient des termes anglais Demilitarized Zone. Il s'agit d'une zone «tampon» entre un réseau public (Internet) et un réseau privé (comme Sma rt Svstem en Ontario ou le Réseau de télécommunications sociosanitaire au Québec) qui assure la sécurité de l'accès au réseau. C'est en quelque sorte l'endroit où l'utilisateur doit décliner son identité, laquelle est vérifiée, avant d'avoir accès au contenu d'un dossier. AVENIR DES SOINS DE SANTÉ AU CANADA Commission a virtuelle» On peut sume sur lewab lesttama de la Cominiulon sir revenir des sois de saneé au CanadA anwroés ae r nad dsni - au fur et à memae de ker dhoukement. On y retrouve d'amurs 4 dk+oomplaroncé par N présldent de cette ConnNsslab M. ROy Ronlrror4 d~rt h Fidéra don a - nne du srdrals dlnarv miir+setd'kmfniem MrJu)n20o1b Edmonton. Quo( trou»? Le nrtidst de Y Com mmfon bien s0ti les portlques et n1clnrches niantes pub"" au Canada sur la quastlon, des Mm vers des sres natlonrac et t* ematlonamc canmoe5 des noaneees eec Pkai knporhnt ancorr une foke am questlons (FAQ)', aeoeseble de la page d'aocum, dans kapmft on conn mk psrtlc lo er amc tnaaai de lis ConniaNon et comment communiquer «la commission ou avec rasmi de relations àm: les méditas. Adresse URL : httpyamnmtciorn CIS E Centre d'information sur la santé de l'enfan t L'HÔPITAL SAINTE-JUS- TMEDEMON- TRÉAL OFFRE SUR SON SIRE WEB UN CHOOC DE PUIS DE 700 S11E5 RELATIFS A LA PÉDIATRE EN PAR11ClABt ET A LA SANTÉ EN GÉNÉRAL. TANT POUR LES PROFES- SIONNELS QUE POUR LES PARENTS. ON Y TROUVE AUSSI : DES SUGGESTIONS DE LIVRES POUR LES PARENTS, PLUS DE 200 TITRES COMMENTÉS ET AUTANT DE TEXTES DISPONIBLES À MEME LE VUES SUR LES PROBLÈMES DE SANTÉ DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS; UNE USTE DE REVUES ÉLEC- TRONIQUES EN PÉDIATRIE, UNIQUE- MENT DISPONIBLES SUR LE WEB ; UNE SÉLECTION DE SITES cc SANTÉ» CONÇUS SPÉCIALEMENT POUR LES ENFANTS ET ADOLES- CENTS. SOUS LA FORME D'HIS- TOIRES OU DE JEUX RYiERACTIFS. ILS ILLUSTRENT OU EXPLIQUENT LE FONCTIONNEMENT DU CORPS HUMAIM, LES MÉCANISMES DE CER- TAINES MALADIES OU ENCORE LES FAÇONS DE PRÉVENIR DES ACCI- DENTS. À PREUVE, QUELQUES 7111tEf ÉVOCATEURS : sasre CITRON DANS LA CINSIIE ET LA SALLE DE RAJN,!A SANTÉ EXPLIQUÉE AUX EIIIiiANTâ, 1EA N 110T LAPIN A LA JW /GOYISC> DOSE, VIE 100 RJRtER, ETC UNE VISITE À L'ADRESSE wafwj* qr-c&00«mrdl%bà&ocm DÉTOIR! VAUT LIE

16 Ce ne sont pas tous les emplois qui permettent de bâtir l'avenir. L'emploi qui vous est offert n'est vraiment pas comme les autres. Comme infi rmier(è re) autoriséle) à plein temps en milieu éloigné, vous offrirez une vaste gamme de services de santé communautaire et de soins thérapeutiques aux Autochtones. ~.~. `:~,. ~ ~. '.e M ceries exigeant, ~ _ tb coiv ibien gratifiant! La diversité des tâches de soins de santé à accomplir saura vous stimuler aussi bien sur le plan personnel que professionnel. Et comme membre d'une équipe multidisciplinaire, vous établirez des partenariats a u sein de collectivités où le transfert des services de santé aux peuples autochtones est en cours. Vous participerez à u n gramme intensif de formation clinique pour accroître votre aisance à évaluer et à traieee lmcber wwqui'exiw nt des 9&ns actifs, d'urgence urée. Cett e donne su r rs campus taires au Centre e l'ouest du Canada. atisséz l'avenir, relevez le défi 1 *1 Santé Health Canada Canad Pour relever ce défi, vous recevrez un salaire concurrentiel, une allocation pour poste en région éloignée, un logement subventionné et vous bénéficierez d'un régime de soins médicaux et dentaires. L'aventure et l'autonomie vous intéressent? Vous avez un baccalauréat en sciences infirmières ou un ce rtificat en santé communautaire? Vous disposez de solides compétences cliniques et d'une année d'expérience récente en soins intunsifs? Alors, offrez vos services aux collectivités des Premières Nations. Profitez de cette chance d'influencer la marche de l'histoire. Téléphonez au ou écrivez à : Experte-conseil en soins infirmiers Gestion des ressources humaines Direction générale des services médicau x Santé Canada Localisateur postal 1919C Édifice J eanne-mance Ottawa ( Ontario) K1A OL 3 Le fait d'avoir de l'expérience en santé communautaire est un atout. On invite spécialement les infirmier(ère)s autochtones à poser leur candidature. Santé Canada souscrit à l'équité en matière d'emploi. Canad~

Intégration à la profession d infirmière du Québec CWA.0B

Intégration à la profession d infirmière du Québec CWA.0B Intégration à la profession d infirmière du Québec CWA.0B Objectifs du programme Ce programme vise à former des personnes aptes à exercer la fonction d infirmière ou d infirmier au Québec, et ce, dans

Plus en détail

Bureau de révision de la Nouvelle-Écosse pour l'accès à l'information et la protection de la vie privée Plan de services en français 2013-2014

Bureau de révision de la Nouvelle-Écosse pour l'accès à l'information et la protection de la vie privée Plan de services en français 2013-2014 Bureau de révision de la Nouvelle-Écosse pour l'accès à l'information et la protection de la vie privée Plan de 2013-2014 Le 27 mars 2013 Message de l'agente de révision pour l'accès à l'information et

Plus en détail

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario Bilan de l'année 2013-2014

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario Bilan de l'année 2013-2014 Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario Bilan de l'année 2013-2014 Donner corps aux ressources humaines dans le domaine de la santé Introduction L'année 2013-2014 a été une année

Plus en détail

Liste des éléments de données de la Base de données sur les infirmières et infirmiers réglementés

Liste des éléments de données de la Base de données sur les infirmières et infirmiers réglementés septembre 2013 Liste des éléments de données de la infirmières et Les documents énumérés dans la présente liste ont été adaptés à partir du Dictionnaire des données et manuel de traitement de la 2013.

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Plaidoyer en faveur de la santé de la population : vers une pleine reconnaissance de la contribution infirmière unique Odette Roy,

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences Le Baccalauréat en sciences est offert selon divers parcours en fonction des études antérieures : Le programme 1-630-1-1 : un parcours à l intention des titulaires d un DEC en formation

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs I. Principes directeurs : Soins infirmiers directs 1. Perspectives du patient et de la famille

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Ministère des Services communautaires. Plan de services en français 2008-2009

Ministère des Services communautaires. Plan de services en français 2008-2009 Ministère des Services communautaires Plan de services en français 2008-2009 Message du sous-ministre C'est avec plaisir que je présente, au nom du ministère des Services communautaires de la Nouvelle-Écosse,

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Juin 2012 D r Graham Dickson Université Royal Roads D r Ronald Lindstrom Université Royal Roads D r Charlyn

Plus en détail

Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I)

Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I) UNIVERSITE DE FRIBOURG SUISSE dès AA 2006-2007 DEPARTEMENT DES SCIENCES DE L'EDUCATION Rue P.-A. de Faucigny 2 CH - 1700 Fribourg Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I) I OBJECTIFS

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Règle de soins infirmiers

Règle de soins infirmiers DÉFINITION : Le but de cette règle de soins infirmiers est d encadrer la prestation des soins dispensés par les infirmières et les infirmières auxiliaires en collaboration avec les préposés aux bénéficiaires

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences Le Baccalauréat en sciences est offert selon divers parcours en fonction des études antérieures. Certains programmes sont également offerts au campus de l UdeM à Laval : Le programme

Plus en détail

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur AFFICHAGE DE POSTE 2 e affichage Titre du poste : Département : Gestionnaire : Lieu de travail : Catégorie : Salaire : Employés sous gestion : Priorité d embauche : Directeur des Services de soutien Services

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation et deux ICLS, une transition réussie pour OZE Le 21.11.

Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation et deux ICLS, une transition réussie pour OZE Le 21.11. XIIème congrès européen des Infirmiers-ères cliniciens-nes, Spécialistes cliniques, Clinicien-nes consultante, symposium no 4 Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation

Plus en détail

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées 3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées Ce groupe de base comprend les infirmiers autorisés, les infirmiers praticiens, les infirmiers psychiatriques autorisés et les finissants d'un programme

Plus en détail

Plan de services en français 2014-2015 de la Régie régionale de la santé Cumberland

Plan de services en français 2014-2015 de la Régie régionale de la santé Cumberland Plan de services en français 2014-2015 de la Régie régionale de la santé Cumberland Plan de services en français 2014-2015 1 Table des matières Table des matières... page 2 Message du directeur général...

Plus en détail

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Février 2015 Table des matières 1. La Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc.

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc. L avenir de l éducation médicale au Canada Volet sur l éducation médicale postdoctorale Rapport à l intention du public www.afmc.ca/fmecpg Un projet financé par Santé Canada 1 Introduction Le volet sur

Plus en détail

DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE. Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1

DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE. Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1 DÉVELOPPER SES COMPÉTENCES POUR SUPERVISER LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Présentation du programme de formation RCPI, 2012 1 Propriété intellectuelle : Le matériel original développé dans le cadre

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de

et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de Le programme Arrimage et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de M me Myriam-Nicole Bilodeau, conseillère-clinique cadre 1. Le CSSS de Chicoutimi

Plus en détail

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Avril 2014 Table des matières 1. La Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière.

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière. DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Le champ d exercice de l infirmière (mai 2012) (1/11 ) Mission L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme de réglementation professionnel

Plus en détail

Présentation de notre offre de services. www.fondationmf.ca

Présentation de notre offre de services. www.fondationmf.ca Présentation de notre offre de services Une Fondation bien active en 2013-2014! - Formation - Outils pédagogiques - Activités de financement à revenus partagés - Programme d aide financière www.fondationmf.ca

Plus en détail

Planification stratégique 2012 2015

Planification stratégique 2012 2015 Faculté de médecine Département de chirurgie Planification stratégique 2012 2015 Luc Valiquette MD Directeur du département Travail de L. Conrad Pelletier MD, MBA Conseiller en gestion 22 octobre2012 Introduction

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours.

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours. GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2011-2012 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Contenu VOUS TROUVEREZ DANS CE DOCUMENT Contexte Personnel visé Admissibilité au programme Orientation du programme Compétences clés de gestion

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

RECOMMANDATIONS CONJOINTES AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (MSSS) 20 décembre 2012

RECOMMANDATIONS CONJOINTES AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (MSSS) 20 décembre 2012 RECOMMANDATIONS CONJOINTES AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (MSSS) 20 décembre 2012 Mise en place du comité Lors de la dernière négociation des conventions collectives SQEES-FTQ et SCFPFTQ,

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Mémoire prébudgétaire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Association des infirmières et infirmiers du Canada www.cna-aiic.ca

Plus en détail

Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré

Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré à destination des chefs d établissements, des formateurs, des professeurs

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

Guide de l employeur

Guide de l employeur L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES un partenariat entre les employeurs et le Cégep Guide de l employeur Planifiez votre relève, embauchez un stagiaire! Guide de l employeur Service de recherche et de développement

Plus en détail

réalise les soins requis : organise son travail en tenant compte du contexte :

réalise les soins requis : organise son travail en tenant compte du contexte : Référentiel de compétences Bachelor filière Soins infirmiers 1. Concevoir une offre en soins en partenariat avec la clientèle, inscrite dans une démarche de soins - prend en considération l histoire et

Plus en détail

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans?

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? L évaluation formative d une intervention interdisciplinaire

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2

Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2 1 Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2 Le chargé de cours à forfait bénéficie d une protection salariale en cas de maladie ou d accident, entièrement

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES Adoption 1998-05-19 CE-125-491 Modifications 2002-09-19 CA-230-2030 (concordance) 2003-11-18 CE-150-652 2006-11-30 CA-255-2478

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À L'INTERNATIONALISATION ET À L'ÉDUCATION INTERCULTURELLE ET CITOYENNE 1055, 116 e rue Ville Saint-Georges (Québec)

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE. SERVICE DES BIBLIOTHÈQUES ET ARCHIVES Mission, mandat, structure

UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE. SERVICE DES BIBLIOTHÈQUES ET ARCHIVES Mission, mandat, structure UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE SERVICE DES BIBLIOTHÈQUES ET ARCHIVES Mission, mandat, structure Novembre 2008 SERVICE DES BIBLIOTHÈQUES ET ARCHIVES Mission, mandat, structure I MISSION Le Service des bibliothèques

Plus en détail

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Juin 2012 Tazim Virani Rapport commandé par l Association des infirmières et infirmiers du Canada fcrss.ca Ce document est disponible à www.fcrss.ca. Le présent

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

GUIDE DES STAGIAIRES

GUIDE DES STAGIAIRES UNIVERSITÉ DE MONCTON Faculté des arts et des sciences sociales Département d'administration publique MAÎTRISE EN ADMINISTRATION PUBLIQUE ET MAITRISE EN GESTION DES SERVICES DE SANTÉ ADPU/ADSA 6900 - STAGE

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

APPEL DE CANDIDATURES - PROGRAMME DE BOURSES 2014

APPEL DE CANDIDATURES - PROGRAMME DE BOURSES 2014 APPEL DE CANDIDATURES - PROGRAMME DE BOURSES 2014 Dans le cadre du projet «Développement de capacités d enseignement et de recherche en bioéthique francophone», financé par l Agence universitaire de la

Plus en détail

On a changé de. de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX. Édition 2015

On a changé de. de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX. Édition 2015 On a changé de Programme de Bourse Émérite de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX Édition 2015 Ces informations sont également disponibles sur le site

Plus en détail

En général, ces personnes jouent un rôle essentiellement consultatif dans la recherche.

En général, ces personnes jouent un rôle essentiellement consultatif dans la recherche. Le financement de la recherche communautaire Ce document contient des informations concernant le processus de demande de fonds. La première section décrit les principales étapes de ce processus et donne

Plus en détail

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision DESCRIPTION DU POSTE Titre : Agent du service aux donateurs Département : Collecte de fonds Supérieur hiérarchique : Directeur de la collecte de fonds Supervision : Personnel et bénévoles du service aux

Plus en détail

BOURSES VISAJ ÉDITION 2012-2013

BOURSES VISAJ ÉDITION 2012-2013 BOURSES VISAJ ÉDITION 2012-2013 Chaire UQAC Cégep de Jonquière sur les conditions de vie, la santé et les aspirations des jeunes (VISAJ) Bourse d initiation à la recherche au baccalauréat; Bourse de maîtrise;

Plus en détail

CÉLÉBRATION DU 12 ANNIVERSAIRE DE SA CRÉATION CARTHAGÈNE 2003-2015

CÉLÉBRATION DU 12 ANNIVERSAIRE DE SA CRÉATION CARTHAGÈNE 2003-2015 II COLLOQUE SUR L INTERDISCIPLINARITÉ DANS LA FORMATION DU PROFESSEUR DE LANGUES ÉTRANGÈRES (CIFLEX) 19-21 mars 2015 PROGRAMME DE LICENCE EN LANGUES MODERNES, OPTIONS ANGLAIS ET FRANÇAIS CÉLÉBRATION DU

Plus en détail

La relève on y croit! FOIRE AUX QUESTIONS Niveau secondaire

La relève on y croit! FOIRE AUX QUESTIONS Niveau secondaire La relève on y croit! FOIRE AUX QUESTIONS Niveau secondaire 1- Quels sont les préalables à compléter au secondaire afin d être admissible au cégep? L important, c est d obtenir un diplôme d études collégiales

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0)

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0) Année scolaire 2006-2007 Parcours Programme de DANSE (506.A0) Marlène Parent, conseillère pédagogique Local 1001-4, poste tél. 243 (Courriel : parentm@cdrummond.qc.ca) Département de Danse, local 1908,

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant LES QUESTIONS PROPRES À L ÉTUDIANT 4 Ai-je bien identifié mes besoins de formation et d'encadrement et les objectifs que je désire atteindre

Plus en détail

UNIL - Faculté des Hautes Etudes Commerciales Comportement Organisationnel et Management Appliqués Syllabus Présentation Générale du Cours

UNIL - Faculté des Hautes Etudes Commerciales Comportement Organisationnel et Management Appliqués Syllabus Présentation Générale du Cours UNIL - Faculté des Hautes Etudes Commerciales Comportement Organisationnel et Management Appliqués Syllabus Présentation Générale du Cours Le cours de comportement organisationnel et management appliqué

Plus en détail

Vous êtes médecin traitant?

Vous êtes médecin traitant? Programme Vous êtes médecin traitant? Que représente ce programme... - pour vous? - pour votre patient? Saviez-vous que...? Chaque année, plus de 30 000 personnes remplissent une demande d indemnité suite

Plus en détail

Mention Communication des organisations

Mention Communication des organisations MASTER Mention Communication des organisations Parcours «Communication et ressources humaines» en Formation continue Responsable : Isabelle AURIEL Secrétariat : Khedidja KHAMADJ tél : 01 49 40 32 72 mail

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration

Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration Document produit par le Foire aux questions Comité consultatif ou conseil d administration? L'expérience montre que les

Plus en détail

UN OUTIL POLITIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ : APPLICATION EN CONTEXTE INFIRMIER!

UN OUTIL POLITIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ : APPLICATION EN CONTEXTE INFIRMIER! UN OUTIL POLITIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ : APPLICATION EN CONTEXTE INFIRMIER! Présentation de: Geneviève Roch, inf. Ph.D. Professeure adjointe Faculté des sciences infirmières, Université Laval Centre

Plus en détail

Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance

Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance Offre de formation continue par tutorat en ligne destinée aux professionnels de l orientation et du développement de carrière Un groupe composé de deux

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES LA REVUE The Canadian CANADIENNE Journal of D'ÉVALUATION Program EvaluationDE Vol. PROGRAMME 18 No. 1 Pages 133 137 133 ISSN 0834-1516 Copyright 2003 Canadian Evaluation Society Research and Practice Note

Plus en détail

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO)

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Survol Forum provincial de Rifssso le 27 octobre 2010 APR PSO : Introduction En mai 2006, le gouvernement ontarien lance la stratégie

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

Bourses d excellence FRQNT CRSNG VANIER. Concours 2013 École Polytechnique de Montréal 30 août 2012

Bourses d excellence FRQNT CRSNG VANIER. Concours 2013 École Polytechnique de Montréal 30 août 2012 Bourses d excellence FRQNT VANIER CRSNG Concours 2013 École Polytechnique de Montréal 30 août 2012 Déroulement de la rencontre Présentation générale des programmes de bourses Chantal Madame Noël Chantal

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Qualité et sécurité des soins Rôle de la direction des soins infirmiers- au Québec

Qualité et sécurité des soins Rôle de la direction des soins infirmiers- au Québec Qualité et sécurité des soins Rôle de la direction des soins infirmiers- au Québec Josée F. Breton, B.Sc.inf., MBA, Conseillère senior en organisation des soins et du travail, Direction des soins infirmiers

Plus en détail

À cette fin, l enfant ou le petit-enfant d'un membre en règle du SEI est :

À cette fin, l enfant ou le petit-enfant d'un membre en règle du SEI est : LE SYNDICAT DES EMPLOYE E S DE L'IMPOT - AFPC BOURSES D'ETUDES LIGNES DIRECTRICES ET DEMANDE Le Syndicat des employé-e-s de l'impôt (SEI) offre chaque année deux (2) bourses d'études nationales de deux

Plus en détail

Politique initialement approuvée par les membres du CRIE en mai 2010, modifiée en février 2012 par le Comité des bourses CRIE-APECS

Politique initialement approuvée par les membres du CRIE en mai 2010, modifiée en février 2012 par le Comité des bourses CRIE-APECS POLITIQUE D ATTRIBUTION 2012 DE LA BOURSE GÉRARD-RAYMOND ROY Politique initialement approuvée par les membres du CRIE en mai 2010, modifiée en février 2012 par le Comité des bourses CRIE-APECS s adressant

Plus en détail

Attestation d études collégiales (AEC) TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE JEE.0K

Attestation d études collégiales (AEC) TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE JEE.0K Attestation d études collégiales (AEC) TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE JEE.0K Automne 2013 Responsable de la formation : Hélène Martin 418 629-4190, poste 5225 Type de sanction : Attestation d études

Plus en détail

Plan de services en français 2010-2011

Plan de services en français 2010-2011 Plan de services en français 2010-2011 Message de la sous-ministre C'est avec plaisir que je présente, au nom du ministère des Services communautaires de la Nouvelle-Écosse, le plan de services en français

Plus en détail

Bureau du registraire

Bureau du registraire Bureau du registraire DIRECTIVES CONCERNANT LE PROGRAMME D INTÉGRATION PROFESSIONNELLE DANS UN MILIEU CLINIQUE À L INTENTION DES INFIRMIÈRES DIPLÔMÉES HORS QUÉBEC DIRECTIVES CONCERNANT LE PROGRAMME D INTÉGRATION

Plus en détail

Webinaires d intégration: activité clé du Programme de formation en ligne pour les infirmières pivot en oncologie pour l intégration des connaissances

Webinaires d intégration: activité clé du Programme de formation en ligne pour les infirmières pivot en oncologie pour l intégration des connaissances Webinaires d intégration: activité clé du Programme de formation en ligne pour les infirmières pivot en oncologie pour l intégration des connaissances Stéphane Dubuc, Centre d expertise en santé de Sherbrooke

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail