Synthèse de l étude de faisabilité relative à la création d un observatoire régional des ondes électromagnétiques «Ondesparif» Novembre 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Synthèse de l étude de faisabilité relative à la création d un observatoire régional des ondes électromagnétiques «Ondesparif» Novembre 2011"

Transcription

1 Synthèse de l étude de faisabilité relative à la création d un observatoire régional des ondes électromagnétiques «Ondesparif» Novembre 2011 Bruitparif Observatoire du bruit en Île-de-France

2

3 Table des Matières 1. Introduction : Méthodologie de réalisation de l étude Période de réalisation de l étude Moyens humains et financiers mobilisés pour l étude de faisabilité Pilotage Phasage de l étude de faisabilité Problématique Champs et ondes électromagnétiques : l explosion des usages Effets sur la santé Les inquiétudes exprimées par la population vis-à-vis des ondes électromagnétiques La situation délicate dans laquelle se trouvent les collectivités locales Dispositif national existant et évolutions Table ronde «radiofréquences, santé, environnement» et COMOP Le dispositif national de mesure des champs électromagnétiques Analyse des attentes et des besoins des collectivités locales d Ile-de-France Synthèse des initiatives françaises et étrangères Synthèse des initiatives françaises Innovations en termes d information et de concertation Mesures Initiatives de cartographie des niveaux d exposition Sensibilisation Autres initiatives Synthèse des initiatives étrangères Focus sur les expériences jugées particulièrement intéressantes Les expériences espagnoles : système de monitoring des radiofréquences en Catalogne Les expériences italiennes L expérience de la Belgique Conclusion sur les initiatives françaises et à l international Préfiguration des missions potentielles pour un «Ondesparif» Périmètre de l observatoire... 46

4 6.2. Caractérisation des niveaux de champs électromagnétiques sur le territoire francilien Elaboration d un cadastre 3D électromagnétique à l échelle de la région Ile-de- France Mise en œuvre de mesures de champs électromagnétiques Réalisation d études pilotes dans le cadre de programmes de recherche opérationnelle Les autres missions Consolidation des données et publication de synthèses et de statistiques Développer l accompagnement des collectivités locales Développer un lieu ressources d information et de sensibilisation au niveau régional sur la thématique des ondes électromagnétiques pour les collectivités locales d Ile-de-France, les Franciliens ou les associations Conditions de développement d un «Ondesparif» Gouvernance Partenariats à développer Moyens à mobiliser pour développer un tel observatoire Conclusion :... 59

5 1. Introduction : En raison de la diffusion rapide des technologies de communication, les élus locaux se trouvent aujourd hui dans une position difficile. En effet, ils se doivent d améliorer la couverture numérique du territoire afin de répondre aux attentes de leurs administrés tout en essayant de lever les fortes inquiétudes liées aux ondes électromagnétiques et notamment celles des riverains d antennesrelais. Parmi les quelques travaux initiés par les collectivités sur le sujet, on peut citer ceux de la Mairie de Paris avec les 10 recommandations issues de la conférence parisienne «Ondes, santé, société» présentées le 18 juin Parmi celles-ci, a été proposée la création d une entité de contrôle et de suivi capable de mesurer les niveaux des champs électromagnétiques. La question du partage de l information et des connaissances sur ce sujet a été aussi posée. Reprenant ces préoccupations, le Conseil régional d Ile de France a souhaité qu un échange s engage avec les acteurs franciliens concernés et notamment les collectivités pour mieux définir leurs attentes dans ce domaine. Le projet de la nouvelle mandature a mentionné la proposition de création d un outil de mesure des ondes en Ile-de-France qui pourrait être développé comme un nouveau département au sein de Bruitparif, au regard de certaines convergences existant sur le plan technique entre le domaine de l évaluation des ondes électromagnétiques et celui des nuisances sonores. Sans préjuger des décisions qui pourraient être prises par la suite par le Conseil régional, Bruitparif a accepté de piloter au cours de l année 2011 une étude de faisabilité pour étudier la pertinence de la création d un tel outil qui pourrait être dénommé «Ondesparif». Après une période de six mois passée à étudier la problématique, à consolider le socle de connaissances nécessaires, à rencontrer un certain nombre d acteurs en France et à l étranger, à enquêter auprès des collectivités locales d Ile-de-France, Bruitparif a organisé, le jeudi 20 octobre 2011 après-midi, une réunion de restitution des recommandations de l étude, en présence des représentants du Conseil régional à l initiative du projet et de l ensemble des acteurs rencontrés. Ce document présente une synthèse de cette étude de faisabilité. Il s appuie sur les nombreux entretiens réalisés, les résultats de l enquête auprès des collectivités locales d Ile-de-France et les retours d expériences françaises ou étrangères. La première partie de ce rapport présente la méthodologie mise en œuvre par Bruitparif pour réaliser cette étude. La seconde partie du document rappelle les éléments de contexte qui permettent de comprendre la problématique sous-jacente à la mise en place d un tel observatoire. La troisième partie fait une restitution des attentes et besoins exprimés par les collectivités locales, suite au questionnaire d enquête qui leur a été adressé. La quatrième partie présente ensuite une synthèse des initiatives et des retours d expérience des approches développées en France ou à l étranger pour disposer d une évaluation des ondes électromagnétiques. Page 1

6 La cinquième partie du document s attache à faire des propositions quant aux missions qui pourraient être dévolues à un observatoire régional des ondes électromagnétiques, en ayant soin de préciser les difficultés à lever et la nécessaire articulation à trouver avec les dispositifs existants que ce soit à l échelle nationale comme à l échelle locale). La sixième partie détaille ensuite les conditions à réunir pour le développement d une telle instance que ce soit sur le plan de la gouvernance, du contexte volontariste régional à créer, du développement de partenariats, des moyens humains, matériels et financiers à mobiliser pour sa mise en œuvre. La rédaction de ce document a été guidée par la volonté d être synthétique et pragmatique. Aussi, il renvoie à deux annexes où le lecteur pourra trouver de plus amples renseignements ou informations concernant l enquête menée auprès des collectivités territoriales d Ile-de-France et la revue à l international des initiatives. Remerciements : L équipe de Bruitparif remercie l ensemble des personnes contactées qui ont accepté de répondre aux différents questionnaires adressés (concernant les attentes des collectivités locales d Ile-de- France et concernant les initiatives étrangères), d avoir consacré de leur temps pour nous rencontrer afin de nous faire part de leurs besoins et attentes, de nous avoir fourni des informations ou d avoir partagé leurs expériences ou leurs points de vue. Tous les entretiens que nous avons réalisés se sont toujours déroulés dans un climat très ouvert et constructif, et nous tenons à le signaler. Sans cette implication et cette bonne volonté, la réalisation de cette étude n aurait pu être possible. Page 2

7 2. Méthodologie de réalisation de l étude 2.1. Période de réalisation de l étude La réalisation de l étude de faisabilité s est déroulée sur 6 mois entre avril et octobre La restitution des principaux résultats de cette étude a eu lieu le jeudi 20 octobre 2011 lors d une réunion en présence des membres de Bruitparif, des représentants du Conseil régional à l initiative du projet et de l ensemble des acteurs rencontrés dans le cadre de cette étude. Cette réunion a permis aux acteurs de débattre de l opportunité ou non de développer de manière opérationnelle un «Ondesparif» Moyens humains et financiers mobilisés pour l étude de faisabilité L équivalent de 12 mois équivalent temps plein de ressources internes à Bruitparif ont été mobilisés pour la réalisation de cette étude, répartis sur trois personnes : - 4 mois ETP de la Directrice de Bruitparif pour le pilotage de l étude, la participation à la réalisation de la collecte des connaissances générales sur le sujet, l analyse des enjeux et des attentes à partir des rencontres avec les différents acteurs, l élaboration des préconisations, la rédaction du présent document et l organisation de la réunion de restitution du 20 octobre. - 2 mois ETP du Responsable des technologies et des systèmes d information de Bruitparif pour la participation à certains entretiens et l étude du volet technique essentiellement (compréhension de la problématique, mesure et métrologie des champs, outils de simulation/modélisation) - 6 mois ETP d une chargée de mission recrutée spécifiquement sur la période allant du 06 juin au 03 décembre, dans le cadre d un mastère international d environnement à Mines- ParisTech-Isige. Elle a participé à la réalisation de cette étude de faisabilité en collectant les informations et en produisant des synthèses des connaissances, en assurant la passation du questionnaire auprès des collectivités locales et le traitement des réponses, en réalisant un certain nombre d entretiens, notamment auprès des collectivités locales et en participant à la rédaction du présent document. Un marché de prestations intellectuelles a par ailleurs été passé auprès de la société BIO Intelligence Services pour la réalisation d une revue, à l international, de l organisation et de la stratégie de surveillance des ondes électromagnétiques. Le coût global de l étude est estimé à environ 185 k. Il englobe les charges des personnels de Bruitparif qui ont été mobilisés sur cette étude, les frais liés à la prestation extérieure de BIO Intelligence Services, la prise en charge des frais de déplacements et l organisation du séminaire du 20 octobre Page 3

8 2.3. Pilotage Le pilotage de l étude de faisabilité a été assuré en interne par la Directrice de Bruitparif. Il a en outre été constitué un comité de suivi technique constitué de représentants de la Région Ilede-France (Paul Cassin, Francis Daydou de l UAD), de la Ville de Paris (Patrick Duguet, Agnès Pezzana de la DEVE/AEU) de l ORS (Dorothée Grange/Sabine Host), de la DRIEE (Delphine Ogez) et du monde associatif (Michel Riottot, Ile-de-France Environnement) afin d aider à la définition des objectifs et de veiller au bon déroulement de l étude. Ce comité de suivi technique s est réuni à trois reprises au cours de l étude : - 31 mai 2011 : présentation et validation de la méthodologie de l étude, discussion autour des objectifs du projet, validation de la liste des personnes et organismes à contacter ; - 13 juillet 2011: présentation et discussion autour des résultats de l enquête menée auprès des collectivités locales, état d avancement des autres volets de l étude, sélection des initiatives étrangères à étudier de manière plus approfondie ; - 6 octobre 2011: présentation et discussion autour du rendu de l étude de faisabilité Phasage de l étude de faisabilité La réalisation de l étude de faisabilité a comporté plusieurs phases : Bilan et synthèse des connaissances disponibles concernant - les ondes électromagnétiques (physique), - leurs impacts potentiels sur la santé, - la perception de la problématique par la population (analyse des enquêtes existantes : baromètre IRSN, eurobaromètre, études INPES 2007 et 2009 ), - la réglementation, - le contexte de l installation des lignes à HT/THT, des antennes-relais (relations opérateurs/collectivités locales, revue de la jurisprudence), - la gestion et l organisation de la surveillance des ondes en France, - les outils, moyens de concertation et d information existants en France, - les méthodes, normes, matériels et/ou d outils existants pour la mesure physique ou l évaluation par modélisation des ondes électromagnétiques, et ce, à partir de la revue de la littérature existante sur le sujet et la rencontre d un certain nombre d acteurs. Cette phase a été réalisée plus spécifiquement au début de l étude entre avril et juin mais s est néanmoins prolongée tout au long de la période à travers la rencontre des acteurs. Audition/rencontre avec les acteurs au niveau régional ou national De l ordre de 80 personnes auront été rencontrées ou contactées au cours de la réalisation de cette étude de faisabilité. Il s est agi de rencontrer les représentants du monde institutionnel, des collectivités locales, du monde professionnel, des experts et du milieu associatif. La liste complète des personnes rencontrées est fournie dans les pages suivantes. Page 4

9 Liste des acteurs rencontrés au contactés en France Collectivités territoriales o Associations des Maires - AMF : Véronique Picard - AMGVF : Olivier Devilliers o Conseil Régional d Ile-de-France: - Hélène Gassin, Vice-Présidente chargée de l'environnement, de l'agriculture et de l'énergie et son chargé de mission : Jean-Luc Dumesnil - Guillaume Cantillon, conseiller technique auprès du Président (secteur environnement) - Pénélope Komites, conseillère technique auprès du Président (secteur santé) - Aurore Gillmann, conseillère régionale et attachée parlementaire de François Brottes (qui a assuré la présidence du COMOP) - Services de la Direction de l Environnement au sein de l Unité Aménagement Durable de la Région : Patricia Corrèze-Lénée, Paul Cassin et Francis Daydou o Ville de Paris : - Denis Baupin, Maire adjoint de Paris chargé du Développement Durable, de l Environnement et du Plan climat et son chef de cabinet : Renaud Martin - Mao Peninou, Maire adjoint de Paris, chargé de la qualité des services publics municipaux, de l accueil des usagers et du bureau des temps (en charge notamment de la renégociation de la charte avec les opérateurs) et son chef de cabinet : Thomas Perrez-Vittoria - Valérie Rogé, cabinet de Bertrand Delanoë - Agence d Ecologie urbaine : Patrick Duguet et Agnès Pezzena o Services techniques de certaines collectivités locales adhérentes de Bruitparif: - Communauté d agglomération GPSO (92) : Stéphanie Chaton (tél) - Issy-les-Moulineaux (92): Marianne Personnic - Meudon (92): Laetitia Bernard - Sèvres (92) : Claire Boutier (tél) - Boulogne-Billancourt (92): Florence Louette - Vanves (92): Thierry Kaloustian - Chaville (92) : P. Brésin (tél) - Bourg-la-Reine (92) : Fabrice Vieira (tél) - Rueil-Malmaison (92) : Sylvain Faivre (tél) - Communauté d Agglomération de Plaine Commune (93): Marie Larnaudie (tél) - Pantin (93): Régis Denos - Rungis (94): Caroline Motard (mail) - Vincennes (94): Luc Potel (tél) - Communauté d agglomération du Haut Val de Marne : Julie Nicolas (tél) - Conflans-Ste-Honorine (78): Jean-Marie Rollet - Poissy (78): Arnaud Guérin - Saint Germain en Laye : Aurélien Delplanque (tél) Page 5

10 Représentants de l Etat, agences et établissements publics o Assemblée nationale - François Brottes, député de l Isère (PS), a présidé le COMOP o MEEDTL/DGPR - Patricia Blanc - Pascal Valentin - Julia Velut puis Lory Waks o DRIEE - Pierre-Louis Dubourdeau - Delphine Ogez o ANFR - Arnaud Miquel, Président - Nicolas Spanjaard, Directeur - Georges Mauries, Directeur adjoint - Frédéric Couturier, Ingénieur o ARCEP - Jean-François Hernandez (mail) o ANSES : - Dominique Gombert - Olivier Merckel o INERIS - René de Sèze Opérateurs o FFT/AFOM : Jean-Marie Danjou et Alexandre Galdin o Sen-So (société de conseil en communication sensible et sociétale) : Joël Amar o Orange : Vincent Dronne o Bouygues : Sébastien Chauvin o SFR : Catherine Moulin o Free mobile : Catherine Gabay o RTE : François Deschamps (RTE/CNER/Service Environnement Réseaux, tél) o TDF : Maud Pinglot (Direction du Patrimoine, tél) Associations (environnementales et consommateurs) o Ile-de-France Environnement (IDFE) : Michel Riottot o Agir pour l environnement : Stéphen Kerckhove o CLCV : Catherine Bidois o Priartem : Jeanine Le Calvez et Marc Arazi o CRIIREM : Catherine Gouhier (tél) Page 6

11 o Robin des Toits : Etienne Cendrier o AFUTT : association française des usagers du téléphone - Jacques Pomonti, Président - Georges Trebbia Experts techniques o CSTB : - François Gaudaire - Christophe Martinson - Jacques Martin o Orange Labs : - Joe Wiart - Emmanuelle Conil o Armines : Hans Wackernagel o Alain Azoulay (professeur au département électromagnétisme à Supelec, consultant) o Pierre Zweiacker (physicien et docteur ès sciences de l université de Lausanne, responsable du laboratoire haute tension de l école polytechnique fédérale de Lausanne) o Denis Zmirou, INSERM o Olivier Borraz, sociologue CNRS Page 7

12 Passation d un questionnaire d enquête auprès des collectivités locales d Ile-de-France Il s agissait de recueillir, de la part des collectivités locales d Ile-de-France, les besoins, les attentes et les enjeux par rapport à la surveillance des ondes électromagnétiques. Un questionnaire a ainsi été élaboré dans le courant du mois de mai, sa validation par les membres du comité de suivi est intervenue début juin. L envoi du questionnaire par courrier et par mail a eu lieu mi-juin et les retours étaient demandés pour le 13 juillet. Dans la pratique, certaines collectivités ont renvoyé le questionnaire jusqu à fin juillet. Cette enquête a fait l objet d un rapport complet d analyse annexé au présent document (Annexe 1). Réalisation d une revue, à l international et en France, des initiatives intéressantes en matière de surveillance des ondes électromagnétiques La revue à l international a été confiée à un prestataire extérieur (BIO Intelligences Services). Il s agissait de recueillir des informations intéressantes sur toute expérience ayant trait à l organisation et aux méthodes ou outils mis en œuvre pour surveiller ou contrôler les ondes électromagnétiques, que ce soit à un niveau national, fédéral, régional ou à l échelle de métropoles, d agglomérations ou de villes, à l international. Cette étude comportait la réalisation de fiches détaillant les initiatives répertoriées de par le monde et l exploration plus approfondie des initiatives jugées les plus intéressantes. Cette étude à l international a été réalisée entre début juin et fin septembre 2011 et a fait l objet de la remise d un rapport complet annexé au présent document (Annexe 2). Parallèlement, une revue des initiatives en France a été réalisée par Bruitparif. La liste des acteurs rencontrés dans le cadre de cette revue des initiatives en France ou à l international est fournie dans la page suivante. Elaboration de propositions concrètes et des préconisations qui pourraient permettre de préfigurer un observatoire régional des ondes électromagnétiques Cette phase a été réalisée progressivement à partir du mois de juin et s est nourrie des résultats des études et des échanges avec les acteurs. Page 8

13 Liste des acteurs rencontrés dans le cadre de l analyse approfondie des initiatives En France : (en complément des collectivités déjà citées page 5) - Bourges : Philippe Bensac (élu) et Agnès Paepegaey (service environnement) - Brest : Michel Briand et Hubert Le Sechs - Marseille : Françoise Gaunet - Tours : Sylvain Brochard - Lyon : Mireille Roy Dans le reste de l Europe : Prénom Nom Nom de la structure Ville, Pays Willy Pirard ISSeP Liège, Belgique David Erzeel Institut Belge des Services Postaux et des Bruxelles, Belgique Télécommunications Bernard Yu IBGE Bruxelles, Belgique Jean-Bernard Cuvelier IBGE Bruxelles, Belgique Anna Maria Monzo Broto Service pour la prévention de la pollution Barcelone, Espagne acoustique et lumineuse, Département de la Qualité de l environnement, Generalitat de Catalunya Xavier Flores Moreno Département des Services et Barcelone, Espagne Infrastructures Territoriales de Télécommunications, Centre des Télécommunications et Technologies de l information (CTTI), Generalitat de Catalunya Christophe Capitaine Wavecontrol S.A. Barcelone, Espagne Ernest Cid Wavecontrol S.A. Barcelone, Espagne Ing. Francesco Troisi Ministère de Télécommunications Rome, Italie Dott. Marina Boumis Fondation Ugo Bordoni Rome, Italie Dott. Paolo Grazioso Fondation Ugo Bordoni Rome, Italie Dott. Maria Logorelli ISPRA Rome, Italie Dott. Salvatore Curcuruto ISPRA Rome, Italie Dott. Silvia Violanti ARPA Emilia Romagna Rome, Italie Dott. Monica Angelucci ARPA Umbria Rome, Italie Page 9

14 3. Problématique 3.1. Champs et ondes électromagnétiques : l explosion des usages Avec la maîtrise et le développement croissant des technologies de l'électricité, de l'électronique analogique, numérique puis l'explosion des technologies de l'information, de plus en plus d'appareils de notre quotidien font appel aux ondes électromagnétiques (OEM) pour transporter de l'information ou de l'énergie. Les champs, les ondes, et plus généralement les phénomènes électromagnétiques n'ont pas été créés par l'homme. De nombreux phénomènes naturels en sont la manifestation, comme la lumière, le champ magnétique terrestre ou encore les orages. Cependant, depuis le début du vingtième siècle, l homme en a acquis une plus large maîtrise et les avancées scientifiques lui ont permis de déployer très largement et très rapidement de nouvelles applications et de nouveaux services (ex : utilisation d une plage de fréquence toujours plus large et invention de nouvelles techniques de modulation). Le contexte politique favorable de lutte contre la fracture numérique a également facilité le déploiement à grande échelle. Le passage au «tout numérique» a profondément bouleversé le paysage en vulgarisant le support de l information : câble électrique (téléphonique, secteur, coaxial), fibre optique ou onde électromagnétique, donnant lieu à un «méta réseau», support de toutes sortes d applications et de services nouveaux en termes de communication. Le déploiement rapide de l ADSL, permettant à un large public d accéder à internet dans de bonnes conditions, a joué le rôle de catalyseur dans le processus d unification du transport de l information sous forme numérique, qu il s agisse de données, de voix ou d image. Concernant les radiocommunications, le principe permettant d émettre ou de recevoir une information est resté quasiment intangible depuis l origine : lorsqu on fait passer un signal électrique dans un élément métallique, celui-ci «rayonne» et crée un champ, qu'on appelle plutôt une onde puisqu il fluctue dans le temps et se propage dans l espace. Inversement, un élément métallique plongé dans un champ électromagnétique fluctuant permet de collecter un signal électrique. L accroissement simultané de la demande et de l offre de service a rendu nécessaire le rapprochement des antennes des utilisateurs et leur multiplication. Géré de manière imparfaite par l Etat et les opérateurs sur le plan de l information et de la communication, ce foisonnement d antennes, toujours plus nombreuses et plus proches a donné lieu à une montée des plaintes, pour pollution visuelle dans un premier temps, puis ensuite en raison d inquiétudes sanitaires. L explosion du développement et des usages des OEM est loin d être un processus achevé : - de nouvelles bandes de fréquences sont rendues disponibles et attribuées, de nouveaux standards apparaissent pour répondre à la demande de mise en place de nouveaux services (ex : 4G, évolution de la TNT vers la norme DVB-T2, ) ; - de nouveaux opérateurs apparaissent, ce qui constitue un facteur a priori positif pour le coût d accès aux technologies, mais a priori négatif pour l exposition ; - d autres modes de routage de l information apparaissent, notamment au travers des box privées qui deviennent progressivement «multimodales» : ADSL, filaire, wifi et maintenant 3G (femtocell), avec là encore des effets qui peuvent être positifs (rattachement du téléphone mobile avec la femtocell beaucoup plus proche que l antenne relais, donc besoin d émettre moins fort), mais qui peuvent aussi susciter des interrogations (ex : ma box peutelle devenir relais de téléphonie mobile pour le voisinage?). Page 10

15 Effet collatéral, l exposition individuelle aux OEM devient au fil du temps de plus en plus complexe à évaluer. A ce titre, l exposition en champ proche (situation type : téléphone mobile contre l oreille) présente un facteur de risque probablement supérieur de plusieurs ordres de grandeur à l exposition aux antennes relais. Cette remarque est toutefois souvent pondérée par les associations qui positionnent le débat en termes de champ subi (exposition aux antennes relais) ou de champ choisi (exposition au téléphone portable). Les industriels sont poussés à développer de nouveaux équipements et de nouvelles habitudes de consommation minimisant l exposition en champ proche (kits mains-libres, guide des bonnes pratiques) mais il est sans doute possible d aller plus loin, par exemple : - permettre aux utilisateurs de box internet d éteindre le wifi en appuyant sur une simple touche, ou bien proposer des mécanismes d extinction automatique programmable à certaines heures ; - améliorer l information de l utilisateur de téléphone mobile sur les conditions d émission/réception ; - informer l utilisateur de téléphone mobile sur sa durée d utilisation quotidienne ou sur son exposition (évaluée à partir d un croisement entre la durée et les conditions d usage). Cela renvoie également sur le législateur français et européen et sur sa capacité et sa volonté à inciter ou imposer de telles évolutions. La problématique des ondes électromagnétiques, bien qu essentiellement focalisée aujourd hui sur la téléphonie mobile, concerne également beaucoup d autres sources de rayonnement : En radiofréquences : émetteurs télé, radio, WiMax, Boucle Locale Radio (BLR), services publics (police, gendarmerie, pompiers, services de secours, militaires, aviation ), sources domestiques (Wifi, téléphonie sans fil DECT, Bluetooth, Courant porteur en ligne, Babyphones et autres applications sans-fil, four à micro-ondes ). En basses fréquences : lignes à haute tension aériennes ou enterrées, transports urbains (métro, train, tramway), sources domestiques (plaques à induction, lampes basse consommation, appareils électroménagers, dispositifs utilisés à proximité du corps humain comme les sèche-cheveux, rasoirs ). Si on essaie de classer toutes ces sources en grandes catégories, il apparaît que l on peut faire 3 niveaux de distinction : - en fonction de la fréquence de ces champs électromagnétiques : on parle de basses fréquences en dessous de 100kHz et de radiofréquences entre 100kHz et 300 GHz ; - entre sources domestiques qui sont à proximité immédiate des usagers et plutôt de faible puissance, et sources extérieures qui sont plus lointaines et plus fortes. Cette distinction est assez proche de la notion d exposition choisie ou subie ; - entre sources intentionnelles (lorsque la fonction de l appareil fait appel au champ électromagnétique comme vecteur de transport de l information ou de l énergie. Exemples : communications, lignes HT, plaques à induction ) et sources non-intentionnelles (lorsque le champ électromagnétique ne participe pas à proprement parler à la fonction de l appareil. Exemples : lampes basse consommation, rasoirs électriques ). Page 11

16 3.2. Effets sur la santé De manière générale, l'exposition aux champs électromagnétiques a fait et continue de faire l objet de nombreuses études. Sur la base des résultats de ces études, l expertise scientifique française, européenne et internationale a produit de nombreux rapports et avis sur les effets sanitaires des OEM. Ils dressent un état des lieux des connaissances en matière d effets biologiques et d épidémiologie, certains étant dédiés uniquement à la téléphonie mobile. En particulier, un rapport de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail (Afsset devenue depuis Anses) concernant les radiofréquences a été publié en octobre Effets généraux Les lois de l électromagnétisme nous apprennent que les champs électriques et magnétiques engendrent dans le corps humain un certain nombre d effets reconnus scientifiquement, et que l on peut qualifier de généraux : - En basses fréquences (de 1 Hz à 100 khz) : création de courants électriques dits induits qui vont circuler dans les tissus du corps humain : effets sur les nerfs et les muscles. - En hautes fréquences (de 100kHz à 2 GHz) : échauffement des tissus, dans tout leur volume (effet micro-onde). - Dans le domaine des hyperfréquences (de 2 à 300 GHz) : échauffement de surface (à très haute fréquence, le champ ne pénètre que très peu dans la matière). L exposition à des champs électromagnétiques intenses peut présenter de graves impacts sanitaires, c est pour cela qu il y a des périmètres de sécurité autour des sources et qu en milieu professionnel on porte une attention particulièrement importante sur ces sujets-là, mais de telles situations ne se rencontrent généralement que dans des contextes professionnels bien particuliers et font l objet de mesures de préventions spécifiques. A des niveaux plus faibles, de l ordre de ceux rencontrés en vue d une antenne relais, d une ligne à haute tension ou à proximité immédiate d un téléphone mobile, les effets sont difficiles à mettre en évidence. Aussi, la fixation des niveaux de référence dans l environnement répond à un processus bien particulier qui provient des connaissances acquises sur les effets pathologiques connus pour les forts niveaux d exposition. Le principe, pour faire très simple, repose sur la définition d une valeur limite à partir de laquelle l effet identifié va être considéré comme critique, puis l application d un facteur de sécurité (de l ordre de 50 pour l exposition du public et de 10 pour l exposition professionnelle) pour arriver à la notion de restriction de base. Enfin, afin de pouvoir respecter dans l environnement cette restriction de base, on définit un niveau de référence à ne pas dépasser, et ceci pour une grandeur assez facilement mesurable. Ainsi, pour ce qui est de la densité de courants induits, certaines limites ont été fixées, en fonction de la fréquence, jusqu à 10 MHz, sur la base des connaissances scientifiques actuelles. Par exemple, dans la tranche de fréquence la plus basse (jusqu à 1000 Hz, incluant la fréquence du réseau électrique : 50 Hz), la densité des courants induits dans le corps est considérée comme critique à partir de 0,1 A/m2 qui correspond à l apparition d effets pathologiques aigus sur le système nerveux. Par application d un facteur de sécurité de 50 pour le public, la restriction de base est définie à 0,002 A/m2. Page 12

17 Pour ce qui touche à l élévation de la température d un organe ou d un tissu, la situation est un peu plus compliquée. L échauffement est considéré comme critique lorsqu il dépasse 1 C. Or il dépend non seulement de la nature du tissu, mais également des mécanismes qui en assurent le refroidissement par évacuation de la chaleur. Par exemple, la chaleur dissipée dans le cerveau par les ondes d un téléphone mobile est principalement évacuée par la circulation sanguine. Dès lors, le paramètre sur lequel s applique une restriction de base s appelle débit d absorption spécifique (DAS). Cette grandeur fait l objet de restrictions variables selon la fréquence (entre 100 khz et 10 GHz) et selon le type d organe concerné. Par exemple, pour le cerveau soumis au rayonnement d un téléphone mobile, le DAS ne devrait pas dépasser 2 watts par kilogramme de tissu vivant. Les restrictions de base sont données dans le tableau 1. Tableau 1 : Restrictions de bases (source décret n ) Fréquence Densité de courant S (ma/m²) Moyenne DAS pour l ensemble du corps (W/kg) DAS localisé (tête et tronc) (W/kg) DAS localisé (membres) (W/kg) Densité de puissance S (W/m²) >0-1Hz Hz 8/f Hz Hz 100kHz f/ kHz - 10MHz f/500 0, MHz 10GHz - 0, GHz Ces différentes grandeurs (densité de courant dans les tissus et DAS) étant difficiles à mesurer directement, les institutions concernées par la problématique de la protection contre les rayonnements non ionisants s efforcent de traduire les restrictions de base en niveaux de référence : intensité de champ électrique ou magnétique à ne pas dépasser, à l endroit où peut se trouver une personne, de manière à garantir le respect des restrictions de base. Les recommandations internationales, notamment élaborées par l ICNIRP (International Commission on Non-Ionizing Radiation protection) ou l OMS, consistent donc finalement à proposer que les valeurs d exposition ne dépassent pas des niveaux de référence. Les niveaux de référence sont donnés dans le tableau 2. Tableau 2 : Niveaux de référence (source décret n ) Fréquence d émission Champ électrique (V/m) Champ magnétique (A/m) B (µt) Densité de puissance (W/m²) 0 1 Hz - 3, Hz , /f² /f² Hz /f 5000/f - 0,025 0,8 khz 250/f 4/f 5/f - 0,8 3 khz 250/f 5 6, khz ,25-0,15 1 MHz 87 0,73/f 0,92/f MHz 87/f 1/2 0,73/f 0,92/f MHz , MHz 1.375f 1/ f 1/2 0,0046 f 1/2 f/200 2 GHz 300 GHz ,20 10 Page 13

18 Ainsi, le niveau de référence du champ magnétique à la fréquence du réseau électrique (50 Hz) est de 80 A/m ou de 100 µt. En conséquence, dans un lieu où des personnes peuvent se trouver, la valeur d exposition au champ magnétique engendré à 50 Hz par des lignes à haute tension, des transformateurs, des moteurs électriques ou tout autre équipement présent ne devrait pas dépasser, au total, ces 100 µt ; cela garantit en principe que la densité des courants induits dans les tissus des organes humains restera inférieure à 0,002 A/m2 (restriction de base). Pour les antennes relais (en champ lointain), le champ électrique doit être inférieur à 41 V/m en GSM900, 58 V/m en GSM1800, et 61 V/m en UMTS. Effets spécifiques : preuve ou présomption scientifique? Il subsiste à l heure actuelle des présomptions concernant d autres effets des OEM, notamment des effets non thermiques. Aux effets généraux des champs relativement bien décrits et connus, pourraient en effet venir s ajouter des effets dits spécifiques car ils ne s appliqueraient pas de manière semblable sur l ensemble des organes et des tissus présents dans le corps, mais concerneraient spécifiquement des fonctions biologiques particulières. Cependant, l existence de tels effets reste aujourd hui controversée, et bien que de nombreux travaux aient été effectués, la communauté scientifique manque de recul pour statuer. Les efforts de la recherche se portent de plus en plus sur l étude de ces effets spécifiques potentiels. Ainsi, dans le cas de l exposition aux radiofréquences, les études portent sur les mécanismes d interaction non thermiques avec les cellules. Les différentes directions empruntées par la recherche visent aujourd hui des pathologies telles que le cancer, les troubles du système nerveux, les troubles du système biologique et les syndromes d hypersensibilité. La position de l ICNIRP concernant les effets spécifiques, qui consiste encore aujourd hui à se retrancher derrière la notion de preuve scientifique est de plus en plus contestée, par les associations, mais aussi par certains scientifiques eux-mêmes. En matière de prévention, il serait sans doute préférable de baser les décisions non pas sur le concept de preuve scientifique, mais sur celui de présomption scientifique. Classement des champs extrêmement basses fréquences et des radiofréquences en catégorie 2B (cancérigène possible) Le débat est donc loin d être clos, d autant plus qu il y a eu des évolutions récentes à souligner dans la prise en compte des effets spécifiques des champs électromagnétiques sur l être humain. Ainsi, en 2002, des études menées sous l égide du CIRC et de l OMS, mettant en évidence un lien statistique entre la leucémie infantile et l exposition aux champs magnétiques basse fréquence, ont servi de support pour classer l exposition aux champs magnétiques extrêmement basses fréquences (ligne HT/THT) en catégorie 2B, comme possiblement cancérigène pour l homme. Le 31 Mai 2011, l OMS classait également l exposition aux radiofréquences comme possiblement cancérigène pour l homme (catégorie 2B), suite aux études ayant mis en évidence un excès de risque de tumeurs malignes du cerveau (gliomes, neurinomes acoustiques) pour l utilisation intensive du téléphone mobile (+ de 30 minutes par jour pendant 10 ans). Page 14

19 La difficulté à savoir s'il existe un effet de seuil Une autre question qui reste sans réponse aujourd hui est de savoir s'il existe ou non un seuil en dessous duquel il n y a aucun risque lié à l exposition aux OEM, indépendamment de la durée d exposition. L électro-hyper-sensibilité (EHS) Le terme d hypersensibilité aux champs électromagnétiques ou électro-hyper-sensibilité (EHS) est utilisé pour définir un ensemble de symptômes variés et non spécifiques à une pathologie particulière que certaines personnes attribuent spontanément à une exposition aux champs électromagnétiques. Un certain nombre de recherches scientifiques ont été menées sur cette question. L Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail (Afsset), indique dans son avis de 2009 portant sur les effets sanitaires des radiofréquences qu "aucune preuve scientifique d une relation de causalité entre l exposition aux radiofréquences et l hypersensibilité électromagnétique n a pu être apportée jusqu à présent". Néanmoins, on ne peut ignorer les souffrances rapportées par les personnes se déclarant hypersensibles aux champs électromagnétiques. L OMS reconnait depuis 2005 que l EHS constitue un handicap et les études menées à ce sujet s orientent vers une standardisation des méthodes de diagnostic. Même si les études dose-réponse menées sur des populations hypersensibles ne révèlent pas de relation de causalité certaine entre l exposition aux OEM et les effets révélés, ces résultats ne permettent cependant pas d écarter l existence d une réelle sensibilité de certains sujets aux ondes électromagnétiques. La poursuite des études à ce sujet devrait permettre de valider ces hypothèses et permettre une meilleure prise en charge des personnes affectées. Que faire? En l absence de certitudes, mais se trouvant confronté à une hausse des inquiétudes de la population, il apparaît nécessaire de se référer à quelques principes de bon sens, tels que : - Diminuer les niveaux d'exposition lorsque cela est possible (ex : limitation du DAS pour les téléphones mobiles, résorption des "points atypiques" pour l'exposition aux antennes relais) - Encourager les "bonnes pratiques" permettant de limiter l exposition : éviter de téléphoner en situation de mauvaise réception, éloigner le combiné au moyen d'oreillettes, interdire ou limiter l'utilisation par les jeunes enfants, etc... - Continuer à financer des études et des recherches indépendantes sur l évaluation des effets spécifiques. Il est bon de noter également le succès croissant que rencontre le principe ALARA (As Low As Reasonable Achievable), que l on pourrait traduire par «toute mesure doit être prise pour réduire un risque, même hypothétique, dès l instant où cette mesure est techniquement réalisable à un coût économiquement supportable», et qui est en quelque sorte une application pragmatique du principe de précaution. Les prises de position récentes au niveau européen (résolutions invitant les institutions européennes à revoir les bases scientifiques des valeurs limites des champs, rapports de parlementaires, préconisations du Conseil de l Europe ) militent pour son application. Page 15

20 3.3. Les inquiétudes exprimées par la population vis-à-vis des ondes électromagnétiques Il ressort des différentes enquêtes d opinion réalisées qu il existe une forte inquiétude de la part de la population au sujet des ondes électromagnétiques. Dans le cadre de la table ronde «radiofréquences et santé» organisée en avril 2009, l INPES a réalisé une étude sur la perception des risques liés aux OEM par la population française et sur son attente en matière d information. Des études antérieures (Baromètre Santé Environnement 2007 INPES, Eurobaromètre spécial OEM 2007, baromètre IRSN 2008, baromètre cancer 2005 INPES) révélaient que 40% des français étaient d accord avec l hypothèse selon laquelle l utilisation du portable favorisait le développement de tumeur au cerveau, 63% de la population était insatisfaite de l action des pouvoirs publics à ce sujet et que très peu de français appliquaient les mesures de précaution préconisées par le ministère de la santé. La nouvelle étude a porté sur 1505 personnes de 15 à 75 ans et a révélé que les inquiétudes liées à la téléphonie mobile se sont renforcées depuis 2007 : 59% des sondés associent l utilisation du portable au risque d apparition d une tumeur contre 40% en L eurobaromètre 2007 révèle également une hausse de l inquiétude de la population, qui s estime affectée par les dangers de la téléphonie mobile à 73% (contre 55% en 2002) et sensible à la problématique des antennes relais à 76% (contre 58% en 2002). Parallèlement, selon le baromètre, les européens sont insatisfaits (65%) de l information reçue au sujet des risques engendrés par les OEM. Ces enquêtes montrent que les préoccupations sont réelles et se renforcent, notamment vis-à-vis de la téléphonie mobile (téléphones mobiles et antennes-relais) et ce, en dépit d un fort engouement pour les technologies de télécommunication sans fil. Cette inquiétude accrue entraîne une attente d information claire et officielle sur le sujet. Ces préoccupations ne concernent pas seulement les éventuels risques sanitaires engendrés par l exposition aux ondes électromagnétiques mais portent également sur la qualité de l information, le degré de confiance qui lui est accordé, le rôle des autorités publiques dans l information et l efficacité des actions menées ou encore les modalités de la prise de décision dans ce domaine. C est en partie ce qui explique que l implantation des antennes de stations de base de téléphonie mobile cristallise aujourd'hui les inquiétudes, alors même que l exposition aux radiofréquences qu elles occasionnent (champ lointain) est en général bien plus faible que celle liée à l usage du téléphone mobile (champ proche). La focalisation des inquiétudes sur la problématique des antennes relais est illustrée par la jurisprudence actuelle où les décisions judiciaires sont nombreuses et peuvent aller jusqu à prononcer le démantèlement d antenne-relais sur les fondements du trouble anormal du voisinage et parfois même sur le principe de précaution. Les inquiétudes exprimées par la population sont renforcées par le manque d informations claires ou la méconnaissance des éléments d information disponibles sur ce que sont les champs électromagnétiques et leurs effets potentiels sur la santé (tendance à mélanger les problématiques antenne-relais/utilisation du portable/ligne HT/THT/fours micro-ondes/plaques à induction ). Page 16

Résumé de l étude de faisabilité relative à la création d un observatoire régional des ondes électromagnétiques

Résumé de l étude de faisabilité relative à la création d un observatoire régional des ondes électromagnétiques Résumé de l étude de faisabilité relative à la création d un observatoire régional des ondes électromagnétiques Contexte de l étude En raison de la diffusion rapide des technologies de communication, les

Plus en détail

Référentiel sur l usage du Wi-Fi en établissement et école Radiofréquences et santé

Référentiel sur l usage du Wi-Fi en établissement et école Radiofréquences et santé Référentiel sur l usage du Wi-Fi en établissement et école Radiofréquences et santé Version 1.0 Mai 2015 Documents de référence Nom Version Date Commentaires Mise à jour de l expertise relative aux radiofréquences

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ &

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ & TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ & SÉCURITÉ TÉLÉPHONES MOBILES Avec plus de 48 millions d abonnés en France, le téléphone mobile fait partie de notre quotidien. Toutefois, certains d entre nous s inquiètent des

Plus en détail

LES ANTENNES RELAIS :

LES ANTENNES RELAIS : Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 3 juin 2009 DOSSIER DE PRESSE LES ANTENNES RELAIS : LA STRATÉGIE DE CONCERTATION DE LA VILLE La révolution technologique

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE Références Nom site : Code site : Adresse : Etat : 1. Références du projet : 20_PRIMAUGUET_35700 35238_011_01 20, rue du Primauguet 35700 RENNES Création Coordonnées Lambert

Plus en détail

FICHE 01 TECHNOLOGIE

FICHE 01 TECHNOLOGIE Ministère de la santé et des sports Secrétariat d Etat chargé de l écologie Secrétariat d Etat chargé de la prospective et du développement de l économie numérique FICHE 01 TECHNOLOGIE 1. Téléphones mobiles

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE 1. Références du projet : Code site / Nom site: Adresse du site 35238_032_02 / BASSE DIVISION LA BASSE DIVISION, 35000 RENNES Destination de la parcelle Habitation Bureau Autres

Plus en détail

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS Centre International de Recherche contre le Cancer Organisation de la Santé Mondiale COMMUNIQUÉ DE PRESSE N 2 0 8 31 mai 2011 LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE 1. Références du projet : Références Nom site : RENNES Code site : 35238_026_01 Adresse : 14 place DES LICES 35000 RENNES Etat : Création Coordonnées Lambert : X : 300831 Y

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE REFERENCES DU PROJET Nom site : Code site : Adresse : Etat : Coordonnées Lambert : MOE TOURS RIVOLI 37261_004_01 Impasse Rivoli 37000 TOURS Création X : 475723 Y : 2265118 Z : 49 m Graniou Val de Loire

Plus en détail

Mon Mobile et Ma santé octobre 2011 58

Mon Mobile et Ma santé octobre 2011 58 Mon mobile et ma santé Octobre 2011 58 Ministère chargé de la Santé, Ministère chargé de l Écologie, Ministère chargé de l Industrie «Aucune preuve scientifique ne permet de démontrer aujourd hui que l

Plus en détail

Exposition des travailleurs aux champs EM. Microwave&RF 2014

Exposition des travailleurs aux champs EM. Microwave&RF 2014 Exposition des travailleurs aux champs EM Pratiques actuelles et perspectives de la directive 2013/35/UE chez TDF Microwave&RF 2014 Les activités du groupe TDF Radiodiffusion TV : TNT, TVHD, TV de rattrapage,

Plus en détail

CHARTE ENTRE LA COMMUNE DE BAYONNE ET LES OPERATEURS DE TELEPHONIE MOBILE

CHARTE ENTRE LA COMMUNE DE BAYONNE ET LES OPERATEURS DE TELEPHONIE MOBILE CHARTE ENTRE LA COMMUNE DE BAYONNE ET LES OPERATEURS DE TELEPHONIE MOBILE relative à l implantation ou à la modification des antennes relais de téléphonie mobile Préambule Le téléphone mobile fait partie

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE 1. Références du projet : Références Nom site : RENNES Code site : 35238_025_01 Adresse : 87 rue JEAN GUÉHENNO 35000 RENNES Etat : Création Coordonnées Lambert : X : 301840

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

CHARTE RELATIVE AUX ANTENNES RELAIS

CHARTE RELATIVE AUX ANTENNES RELAIS DÉPARTEMENT DES CÔTES D'ARMOR COMMUNE DE LANNION CHARTE RELATIVE AUX ANTENNES RELAIS DE TÉLÉPHONIE MOBILE prise entre la Ville de LANNION et la Société BOUYGUES TELECOM, la Société Française du Radiotéléphone

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION DU SITE T50710. 14 place DES LICES 35000 RENNES

DOSSIER D INFORMATION DU SITE T50710. 14 place DES LICES 35000 RENNES DOSSIER D INFORMATION DU SITE T50710 14 place DES LICES 35000 RENNES Date de réalisation : 11.03.2014 Ville de Rennes Service Santé Environnement CS 63126 35031 RENNES CEDEX Le 11 mars 2014 A l attention

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G»

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» L Autorité de la concurrence (commission permanente),

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2013-1405 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 décembre 2013 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

Du bon usage de la téléphonie mobile

Du bon usage de la téléphonie mobile Du bon usage de la téléphonie mobile Sommaire 1. Introduction 3 2. Le téléphone mobile a-t-il un impact sur la santé? 4 3. Antenne et terminaux : le Maroc veille à respecter les normes internationales

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

L exposition du public aux ondes radioélectriques

L exposition du public aux ondes radioélectriques Agence Nationale des Fréquences L exposition du public aux ondes radioélectriques EMF Day Paris, le 19 décembre 2013 Bernard CELLI Directeur de la Stratégie bernard.celli@anfr.fr Sommaire Présentation

Plus en détail

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007 La charte pour l environnement au niveau local : enjeux et rôles des actions de communication et de sensibilisation CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011 VARENIO

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Paris, le 22 janvier 2015 La CNPTP en bref La Commission Nationale Paritaire Technique de Prévoyance (CNPTP) pilote le régime mutualisé de prévoyance des personnels

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

Master of Business Administration

Master of Business Administration UFR LSHS Cellule de Formation Continue Master of Business Administration Diplôme Universitaire Associé à un Master 2 Professionnel Diplôme : MBA Management Territorial Durable Associé au : Master 2 professionnel

Plus en détail

CONVENTION DE CODEVELOPPEMENT DE RESEAUX DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES

CONVENTION DE CODEVELOPPEMENT DE RESEAUX DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES CONVENTION DE CODEVELOPPEMENT DE RESEAUX DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ENTRE : Le Syndicat Mixte Gironde Numérique, crée à compter du 1 er août 2007 Domicilié Hôtel du Département Esplanade C. de Gaulle

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 23 juillet 2013 modifiant l arrêté du 30 mai 1996 relatif aux modalités de classement des infrastructures

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire Inspection générale des affaires sociales RM2011-048A Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire RAPPORT THEMATIQUE Établi par Françoise BAS-THERON Christine DANIEL Nicolas DURAND Membres

Plus en détail

RISQUES LIES À L UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES AU TRAVAIL

RISQUES LIES À L UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES AU TRAVAIL RISQUES LIES À L UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES AU TRAVAIL Hoareau David Salasca Aurélie Ternisien Loïc Responsables : M. BERNARD et M. ATHUYT UE5 2007 / 2008 Introduction Fin d année 2007 : 50%

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Les contrats de performance énergétique Synthèse générale

Les contrats de performance énergétique Synthèse générale Les contrats de performance énergétique générale Rapport à Madame Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Par Olivier Ortega, Avocat

Plus en détail

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande PROCEDURE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE pour l obtention d un Doctorat à l Université SHS Lille 3, au sein de l Ecole doctorale SHS Lille Nord de France (adoptée au Conseil Scientifique du10

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France

Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France Du lundi 23 mars au vendredi 27 mars 2015 École des officiers de la gendarmerie nationale Melun (Seine-et-Marne) L INHESJ L Institut national des hautes

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE sociale utilité & transparence financière Au service des Comités d Entreprise Actualité CE Établissement et certification des comptes annuels des Comités d Entreprise

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Prévenir les nuisances futures

Prévenir les nuisances futures 4877 Prévenir les nuisances futures BILAN D ACTIVITÉ 2000 q 2005 50 51 52 53 54 Sensibiliser les professionnels aux nuisances sonores Réviser les Plans d Exposition au Bruit (PEB) Créer une zone D Réfléchir

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX DE QUARTIER Charte de fonctionnement 03 Sommaire PRÉAMBULE... 05 TITRE I - Les acteurs des instances participatives... 05 ARTICLE 1 // L élu référent de quartier... 05 ARTICLE

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants 1 Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants I. Le contexte institutionnel La démarche de l UdS en matière de qualité des formations

Plus en détail

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60 Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère de la ville, de la jeunesse et des

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR TS1 PRÉSENTATION ET OBJECTIFS Formation d une journée Possibilité d organiser la formation sur deux jours pour approfondir l expertise et l adapter à votre problématique locale 2015 2 février, 16 février,

Plus en détail

Ondes électromagnétiques et réseaux de téléphonie mobile

Ondes électromagnétiques et réseaux de téléphonie mobile Ondes électromagnétiques et réseaux de téléphonie mobile Avril 2010 Recommandations des associations environnementales - IEW, CLAG, Teslabel au Ministre de l Aménagement du Territoire et de l Environnement

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DE L ANI

LES CONSEQUENCES DE L ANI LES CONSEQUENCES DE L ANI Chantier : connaissance des conséquences de l ANI sur les mutuelles Les conséquences de l ANI sur chaque mutuelle seront différentes selon son marché ou son positionnement. Il

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I I - Métiers, fonctions et activités visés A. Désignation du métier et des fonctions Expert

Plus en détail

environnementaux (SPRE)

environnementaux (SPRE) Spécificités du Mastère spécialisé (MS) «Santé environnement : enjeux pour le territoire et l entreprise», de la formation d Ingénieur de l EHESP spécialité génie sanitaire (IGS) et du Master 2 santé publique

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

L association de gestion de l Institut Michel FANDRE gère 3 Etablissements :

L association de gestion de l Institut Michel FANDRE gère 3 Etablissements : I - Contexte. Ce présent appel d offres est fixé en référence aux Textes règlementaires ci-après : La Loi 2002-2 du 2 Janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale. Le Décret n 20106975 du 15

Plus en détail

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Débat sur la transition ENERGETIQUE Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Cette démarche s inscrit dans le cadre du débat national

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NOTE D'INFORMATION

ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NOTE D'INFORMATION MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Direction générale des collectivités locales SDELFPT Bureau FP3 Paris, le NOTE D'INFORMATION relative à la mise en œuvre, dans la fonction publique

Plus en détail

Charte de la concertation territoriale

Charte de la concertation territoriale LIGNE A GRANDE VITESSE POITIERS-LIMOGES Charte de la concertation territoriale La présente charte constitue le cadre de la démarche de la concertation territoriale conduite par Réseau ferré de France Elle

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques Notre corps est électrique et l exposition à certaines ondes électromagnétiques sur certaines fourchettes de fréquences nous pose problème. Les ondes concernées sont : Les basses fréquences autour de 50

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

APPEL À PRESTATAIRES

APPEL À PRESTATAIRES APPEL À PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Le secteur bancaire Place et spécificités des banques coopératives Avril 2011 Dossier suivi par l Observatoire Régional de l Économie Sociale et Solidaire 42 rue

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail