Scission partielle, au sein d une société, des activités immobilières et opérationnelles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Scission partielle, au sein d une société, des activités immobilières et opérationnelles"

Transcription

1 Scission partielle, au sein d une société, des activités immobilières et opérationnelles 1. Introduction Le présent article illustre la possibilité, pour une société, de séparer ses activités immobilières et opérationnelles au travers d une opération de scission et, plus particulièrement, d une scission partielle. Il faut cependant souligner que chaque situation économique exigera vraisemblablement une réponse spécifique. Il peut être envisagé, ici, des solutions telles que l apport à une autre société d une branche d activité, une réduction de capital avec ou non une dation en paiement par la remise de l immobilier, la vente pure et simple de l immobilier aux actionnaires ou, même, une mise en liquidation de la société. Chaque cas de figure est donc spécifique. D autres possibilités, dans le cadre d une scission partielle, doivent être examinées comme, par exemple, la transmission de la partie opérationnelle du patrimoine de la société à une nouvelle société. Il ne peut pas non plus être oublié qu une opération de scission peut être combinée avec d autres figures juridiques comme, par exemple, la donation d actions postérieure à la scission ou la transmission de patrimoines par exemple à une fondation. L intérêt de la scission partielle, réside souvent dans le fait que le maintien d une partie de la personnalité juridique permet le going concern de l activité opérationnelle sans changement administratif important. Le but peut être, notamment, de privilégié la cession de l activité, recentrer l activité sur son core business, ou faciliter l entrée de nouveaux associés etc 2. Transmission de patrimoine Une scission met en jeu des fictions juridiques que nous aborderons si dessous, mais déjà soulignons celle du patrimoine de la personnalité juridique. Il s agit, dans le cas d une fusion de transférer un patrimoine, dans le cadre de la division d une société, d un être juridique à un autre. 3. Protection des tiers 1/11

2 La protection des tiers est assurée par le biais de l article 686 du Code des Sociétés qui précise qu en cas de scission, la ou les sociétés bénéficiaires demeurent solidairement tenues des dettes certaines et exigibles au jour de la publication aux annexes du Moniteur Belge des actes constatant la décision de scission. Cependant, ce qui est important, cette responsabilité est limitée à l actif net attribué à la société bénéficiaire. Les sociétés issues de la scission demeurent ainsi solidairement tenues, jusqu au paiement des dettes certaines et exigibles qui sont transférées à une autre société, mais, la solidarité est clairement définie et limitée. 4. Protection des actionnaires L article 731 du Code des Sociétés reprend de manière précise les dispositions légales adoptées en vue de la protection des actionnaires d une société appelée à se scinder. La protection des actionnaires est également renforcée par les articles 732 à 741 du Code des Société. En résumé, cela signifie : - L article 731 met à charge du réviseur d entreprises ou de l expert comptable qui intervient l obligation de rédiger un rapport et de déclarer, si à son avis, le rapport d échange est ou non pertinent et raisonnable. - L article 732 met expressément à charge des organes de gestion l obligation d informer les Assemblées Générales. - L article 733 organise la publication des projets de scission et des rapports nécessaires afin de les mettre à disposition, au moins un mois avant la date de l Assemblée Générale, des associés. - L article 734 précise que si une renonciation est demandée aux associés, à savoir être informé comme prévu par le Code, cela doit se faire nécessairement en Assemblée Générale, à la majorité appelée à se prononcer sur la participation à la scission. - L article 736 organise le respect des règles de présence et de majorité nécessaire à l obtention d un vote valide en Assemblée Générale. - L article 737 précise que le procès-verbal de l Assemblée Générale qui accepte la participation à l opération de scission est frappé de nullité si la décision n est pas constatée dans un acte authentique. Le Notaire devant vérifier et attester l existence de la légalité, tant interne qu externe, des actes et formalités incombant à la société auprès de laquelle il instrumente. - L article 738 impose la modification immédiate des statuts des sociétés participantes à la scission. - L article 740 organise la répartition théorique des actions et actif entre les actionnaires et les sociétés ayant participés à l opération de scission. 5. La notion de liquidation 2/11

3 Si le Code des Sociétés (articles 183 à 195) décrit les modalités du principe de la liquidation, celui-ci ne contient pas de définition légale de la notion de liquidation. L article 55 du Code des Sociétés, quant à lui, renvoie aux règles concernant le partage des successions. Selon cet article, le partage des successions, la forme de ce partage et les obligations qui en résultent entre les cohéritiers s appliquent aux liquidations entre associés de sociétés. Il ne saurait être question de transmission à titre universel sans disparition, c est-à-dire, en droit des sociétés, d une dissolution sans liquidation de la société. Toute décision de dissolution d une société est suivie d une phase de liquidation et ce n est qu après la clôture de cette liquidation que la société cesse d exister. La liquidation peut dès lors être définie comme étant l ensemble des opérations qui, à la suite de la dissolution d une société, visent à réaliser l actif de la société dissoute, à rembourser les dettes et à affecter d éventuel solde positif de la liquidation aux fins légales ou statutaires. Toute liquidation de société tend donc au paiement des créanciers à l aide de l actif social et au partage du reliquat, s il y en a un, entre les associés. La liquidation se termine donc par le partage de l actif entre les associés ou par la constatation qu il n y en a pas. Dans le cadre de l article 671 du Code des Sociétés, qui organise les scissions, il faut comprendre l expression «par suite d une dissolution sans liquidation» comme étant la description d un mécanisme qui, à l instar, de la survenance de la fin de la liquidation, met un terme à l existence économique de la société mais, contrairement à la finalisation du mécanisme de liquidation classique, s y substitue une dissolution qui tend en fait, non pas à transférer le patrimoine de la société absorbée à ses actionnaires mais à un autre être moral, la (les) société(s) nouvellement créée(s). L opération implique que la rétribution des actionnaires de la société nouvelle soit, pour l essentielle, rémunérée par de nouvelles actions et non pas par la reprise des droits et obligations de la société dissoute. Une soulte éventuelle, d un maximum de 10 % en numéraire, peut être envisagée. 6. La transmission à titre universel La transmission à titre universel de l article 682, 3 implique que l ensemble du patrimoine des sociétés apporteuses est transféré activement et passivement aux sociétés bénéficiaires sans que, contrairement à ce qui se passe en cas de cession ou d apport d une universalité de fait, il n y ait lieu de réaliser les formalités du droit commun qui sont propres à la cession de chaque élément. 3/11

4 Cette transmission s opère de plein droit et «à titre universel» et concerne l ensemble du patrimoine, même, en principe, les contrats conclus intuitu personae et s opère de plein droit sans qu aucun acte juridique autre que la scission elle-même ne soit requis des sociétés en cause. Il faut cependant se référer à l article 683 en ce qui concerne le transfert des droits de propriété intellectuelle et industrielle, ainsi que le transfert organisé pour les droits réels immobiliers et, par ailleurs, s interroger sur l existence d éventuelles dispositions particulières telles que le transfert des contrats de travail organisées notamment par les conventions collectives 32, 32bis et 32ter. La règle de la transmission à titre universel peut ainsi connaître au moins deux exceptions : lorsque la loi elle-même soumet le transfert de certains droits et/ou obligations au respect de formalités particulières d opposabilité (transcription de la cession de droits réels immobiliers) ; lorsque les parties stipulent l incessibilité d une créance ou d une dette par une clause ou un contrat (article 1122 du Code Civil). L opposabilité de la transmission à titre universel se fait alors par la publication de la scission au Moniteur Belge qui la rend définitivement opposable à tous après 16 jours. 7.La neutralité f iscale La neutralité fiscale consiste à réaliser l opération de scission sans que celle-ci dégage, ni dans le chef des sociétés concernées, ni dans le chef des actionnaires, des plus values taxables. En ce qui concerne les actionnaires personnes physiques, cette opération n est pas taxable si elle rentre dans le champ d application de la gestion normale d un patrimoine privé. L échange d actions d une personne physique à la suite d une fusion, scission ou opération assimilée constitue nécessairement une opération entrant dans les limites de la gestion normale d un patrimoine privé et échappe aux champs d application de l impôt des personnes physiques (avis du Conseil d État, /2 ; Doc. Parl. de la Chambre 52, 1398/001, p.85). Il s agit bien ici de l hypothèse de l échange d actions dans le cadre d une gestion normale. Ces opérations sont visées par l article 45 du Code des Impôts sur les revenus (exonération des plus-values sur actions et parts). En ce qui concerne les sociétés, les articles 208 à 214 du Code des Impôts sur les revenus accordent la neutralité fiscale aux sociétés qui transfèrent, par suite de leur dissolution, leur patrimoine dans le cadre d opérations de fusion, scission ou assimilée, si notamment, les apports sont rémunérés par des actions ou parts nouvelles et que leurs opérations répondent à des besoins légitimes de caractère financier ou économique. 4/11

5 8. La scission par absorption La scission par absorption est l opération par laquelle une société transfère à plusieurs sociétés, par suite de sa dissolution sans liquidation, l intégralité de son patrimoine, activement et passivement, moyennant l attribution aux associés de la société dissoute d actions ou de parts des sociétés bénéficiaires des apports résultant de la scission et, le cas échéant, d une soulte en espèces, ne dépassant pas le 10 ème de la valeur nominale des actions ou parts attribuées ou, à défaut de la valeur nominale, de leur pair comptable (article 673 du Code des Sociétés). 9. La scission par constitution de sociétés nouvelles La scission par constitution de nouvelles sociétés est l opération dans laquelle une société transfère à plusieurs sociétés qu elle constitue, par suite de sa dissolution sans liquidation, l intégralité de son patrimoine, activement et passivement, moyennant l attribution aux associés de la société dissoute d actions ou de parts des nouvelles sociétés et, le cas échéant, d une soulte en espèces, ne dépassant pas le 10 ème de la valeur nominale des actions ou parts attribuées ou, à défaut de la valeur nominale, de leur pair comptable (article 674 du Code des Sociétés). 10. La scission mixte La scission mixte est l opération par laquelle, par suite de sa dissolution sans liquidation, une société transfère à une ou plusieurs sociétés existantes et à une ou plusieurs sociétés qu elle constitue, l intégralité de son patrimoine, activement et passivement, moyennant l attribution aux associés de la société dissoute d actions ou de parts des sociétés bénéficiaires (article 675 du Code des Sociétés). 11. La scission asymétri que La scission asymétrique est la scission dans laquelle la répartition des actifs entre les associés de la société scindée, et des sociétés bénéficiaires, ne sera pas proportionnelle à la participation dans le capital de la société scindée. L asymétrie peut être totale, certains actionnaires de la société scindée se retrouvant exclusivement actionnaire d une des nouvelles sociétés et les autres exclusivement de l autre. Dans ce cas, les décisions au sein de l Assemblée Générale devront se prendre à l unanimité des voix. 5/11

6 12.La scission partielle La scission partielle est une opération assimilée à la scission sans que toutefois la société transférante cesse d exister (article 677 du Code des Sociétés). Cette opération est définie par la Directive 2005/19 en son article 2 et consiste en une opération par laquelle une société transfère, sans être dissoute, une ou plusieurs branches d activité à une ou plusieurs sociétés préexistantes ou nouvelles en laissant au moins une branche d activité dans la société apporteuse, en échange de l attribution à ses associés, au prorata, de titres représentatifs du capital social des sociétés qui bénéficient des éléments d actif et de passif et, éventuellement, d une soulte en espèces ne dépassant pas 10 % de la valeur nominale ou, à défaut de valeur nominale, du pair comptable de ses titres. 13. Les opérations assimilé es à une scission Les opérations assimilées à une scission sont, en droit belge, une notion plus étendue que la notion de droit européen de scission partielle, par l absence de la condition que l opération doit conserver des branches d activité ou qu une branche d activité doit subsister (Doc. Parl. Chambre, 52, 1398/001, exposé des motifs, p. 20). 14. La branche d activité La Directive 90/434 définit une branche d activité comme étant un ensemble capable de fonctionner par ses propres moyens, c est-à-dire l ensemble des éléments d actif et de passif, d une division d une société qui constitue, du point de vue de l organisation, une exploitation autonome. Il appartient au législateur national d apprécier si un apport d actif porte sur une exploitation autonome (Arrêt du 15 janvier 2002, CJCE, affaire C-43/00). C est l article 680 du Code des Sociétés qui reprend cette définition. Il suffit que les actifs et les passifs distincts puissent à l avenir supporter une activité économique pour répondre à cette définition (Bruxelles, 21 juin 2002, RGEN 2003, p. 201). Ce qui est une appréciation circonstancielle comme le rappelle un arrêt de la Cour d Appel de Bruxelles (2004/AR/270 du 4 octobre 2007 ; inédit), notamment en cas d apports constitués exclusivement d immeubles notamment lorsqu ils ne sont pas définis dans l acte comme étant une branche d activité. L interprétation jurisprudentielle devrait devenir plus favorable aux mesures de restructuration et de rationalisation, avec l insertion dans le code des impôts sur le revenu de l article 183 bis ( Moniteur belge du 12 janvier 2009) 6/11

7 15. Les décisions anticipées du ministère des f inances La loi du 24 décembre 2002 instaure un système général de décisions anticipées en matière fiscale de manière à offrir un service aux contribuables. Les objectifs sont d assurer une plus grande sécurité aux contribuables et ainsi de diminuer le contentieux fiscal et de mieux cibler les opérations de vérification. Le Service Public Fédéral Finances (SPF Finances) peut donner son engagement à priori sur la manière dont la loi, le décret ou les arrêtés d exécution s appliquent à tous les impôts dont il assure la perception et le recouvrement. Cette décision anticipée s applique à une situation ou une opération particulière qui n a pas encore produit d effets sur le plan fiscal. Le demandeur n est en aucun cas tenu d exécuter les opérations qu il a présentées dans le cadre de la demande. Toutefois, s il la réalise, il est tenu de l exécuter de bonne foi conformément à la description fournie à l Administration. Dans la pratique, le demandeur et le SPF Finances déterminent de commun accord et de manière préalable les opérations qui doivent être effectuées pour que la décision anticipée produise ses effets et celles qui ne peuvent être réalisées sous peine de rendre la décision anticipée caduque. Une décision favorable peut donc être subordonnée à des conditions et restrictions précises. Une décision anticipée n autorise pas l octroi d exemptions ou de modérations d impôt. La décision anticipée se limite à la stricte détermination préalable de la correcte application des lois d impôt à une situation projetée, de la même façon que l Administration doit appliquer les lois en vue d un établissement de l impôt aux situations existantes. C est pourquoi une décision anticipée doit porter sur une situation ou opération qui n a pas encore produit d effets sur le plan fiscal. La demande doit dès lors préciser de manière circonstanciée les motifs et la description de l opération. Un délai de 3 mois est prévu pour obtenir la réponse de l Administration fiscale. L Arrêté Royal du 17 janvier 2003 précise qu il n y aura pas de décision anticipée en matière de : les taux d imposition et le calcul des impôts ; les montants et pourcentages ; 7/11

8 les dispositions concernant les investigations, le contrôle, l utilisation des moyens de preuve, etc. les dispositions visant une procédure spécifique d agrément ; les dispositions ou usages organisant une concertation ou une consultation d autres autorités et pour lesquelles le Ministre des Finances ou les services de l Administration fiscale ne sont pas habilités à se prononcer isolément ou unilatéralement ; les dispositions qui organisent les sanctions ; les bases forfaitaires de taxation. Par contre, une décision anticipée peut être demandée dans le cadre de l application de conventions de double imposition. 16. La scission et le code de la TVA Les articles 11 et 18, 3 du Code de la TVA ont particulièrement pour but d exclure la perception de la taxe quand le patrimoine des sociétés sont cédées pour des raisons économiques, notamment sous la forme de scission. La Cour Européenne, dans un Arrêt du 27 novembre 2003 (C-497/01), compte tenu de la finalité ci-dessus, enseigne que la notion de transmission sous forme d apports à une société, d une universalité totale ou partielle de biens, doit être interprétée en ce sens qu elle couvre notamment une partie autonome d une entreprise qui constitue une partie susceptible de poursuivre une activité économique autonome. Cependant, pour la Cour, les transferts visés sont ceux dont le bénéficiaire a pour intention de continuer l exploitation de l universalité cédée. Il faut souligner que le bénéficiaire de l activité ne doit pas, antérieurement, avoir exercé le même type d activité. Il faut dès lors en retenir que pour l application des articles 11 et 18, 3 du Code de la TVA : le cédant et le cessionnaire ne doivent pas avoir eu la même activité antérieurement ; le transfert doit porter sur une partie autonome d une entreprise susceptible de poursuivre une activité économique ; la transmission doit intervenir en vue d une exploitation effective du fond. En ce qui concerne les immeubles, pour autant que soient respecté toutes les conditions de forme, si ceux-ci font partie d une branche d activité, ils peuvent, par application combinée des articles 8, 1 et 11 du Code de la TVA, être cédés en même temps que les autres biens de cette branche d activité sans être soumis ni aux droits d enregistrement, ni à la TVA. En vertu de l article 11 du Code de la TVA, le cessionnaire est censé continuer la personne du cédant. Ce qui signifie que non seulement aucune TVA n est due mais également que le bénéficiaire de la cession ne doit opérer aucune révision. 8/11

9 Pour un immeuble ancien, il n y a pas de TVA due sur la cession et, en application de l article 11 du Code de la TVA, le bénéficiaire de la cession ne doit pas non plus procéder à une révision. 17. La scission et le code de l enregistrement Le Code de l Enregistrement prévoit en son article 115 un droit réduit à 0 % pour les apports de biens meubles, mais, ce droit réduit est selon l article 117, 1 applicable uniquement si le siège de la société se trouve dans l Union Européenne et pour autant que, d une part, l apport soit exclusivement rémunéré par attribution de titres et, d autre part, qu il n y ait pas une soulte en espèces dépassant 10 % de la valeur nominale des actions attribuées. L article 115bis prévoit également un droit réduit de 0 % pour les apports de biens immeubles autres que ceux affectés ou destinés à l être partiellement ou totalement à l habitation. L article 117, 2 prévoit, que ce droit réduit sera notamment d application uniquement si les apports de la société, ayant son siège dans l Union Européenne, concerne des biens composant une ou plusieurs de ses branches d activité. 18. La scission et le code des revenus Le Code des Impôts sur les Revenus, en son article 209, précise qu en cas de partage de l avoir social d une société, notamment par suite d une dissolution, l excédent que présente les sommes réparties, en espèces, en titres ou autrement, sur la valeur nominale du capital libéré est considéré comme un dividende distribué. L article 210 précise que l article 209 est d application notamment aux opérations assimilées à la fusion par absorption ou en cas d opération assimilable à la fusion ou à la scission sans que toutes les sociétés transférantes cessent d exister (article 210, 1 et 1 bis). L article 211, 1, 2, quant à lui, crée une dérogation à l application de l article 209 pour autant que l opération présente les caractéristiques suivantes : les apports sont rémunérés par des actions ou parts nouvelles ; la société absorbante ou bénéficiaire soit une société résidente ; l opération soit réalisée conformément aux dispositions du Code des Sociétés ; l opération réponde à des besoins légitimes de caractère financiers ou économiques. La justification de l opération doit rencontrer un certain nombre de critères, outre ceux de forme, de rémunération en titres et de domiciliation dans l Union Européenne, des sociétés concernées. Il s agit : les motifs économiques valables (Directive 2005/19) ; 9/11

10 d une gestion patrimoniale normale (CIR, article 90) ; le transfert doit être une universalité (Code TVA) ; concerner une branche d activité (Code de l Enregistrement) ; reposer sur des besoins légitimes de caractère financiers ou économiques (CIR, article 211). Ce qui devra maintenant aussi être évalué en tenant compte du nouvel article 183 bis du code des impôts sur les revenus, nettement plus favorable aux mesures de restructuration puisqu il précise : «Le fait que l opération n est pas effectuée pour des motifs économiques valables, tels que la restructuration ou la rationalisation des activités participants à l opération permet de présumer, sauf preuve contraire, que cette opération a comme objectif principal ou comme un de ses objectifs principaux la fraude ou l évasion fiscale» ( Moniteur belge du 12 janvier 2009) 20. La charge de la pre uve de la justif ication économique La Cour de Cassation, dans son arrêt du 13 décembre 2007 ( N9) en se référent à l article 11 de la Directive 90/434 telle que modifiée par la Directive 2005/19 du 17 février 2005, met la charge de la preuve de la recherche d un objectif de fraude fiscale ou d évasion fiscale à charge de l Administration. Il ne suffit pas pour l Administration fiscale de constater que l opération visée n a pas comme objectif principal des motifs économiques liés à la restructuration ou à la rationalisation des activités des sociétés concernées. Selon la Cour, la Directive implique que les opérations de scission ou de fusion sont présumées avoir comme fondement un motif économique et qu il appartient à l Administration fiscale de démontrer l inverse. La Cour, cependant, rappelle que les parties à la cause doivent contribuer à la preuve. Dans les travaux parlementaires (1398/004, p 9) il semble cependant que la charge de la preuve pourrait, dans l esprit du législateur être toujours à charge du contribuable. 21. Synthèse des appréciations de la commissio n des décisions anticipées Dans le cadre de scissions partielles les points suivants ont notamment fait l objet de discusions : a) Les éléments positifs d appréciation ; les activités scindées constituent une branche d activité ; la justification économique claire de l opération ; la mésentente entre les actionnaires ; la scission de l activité opérationnelle et vente postérieure dans le cadre d une reprise par un tiers ; 10/11

11 permettrait des investissements ou le réinvestissement futur ; pas de cession des actions des sociétés concernées dans un délai de 12 à 24 mois après l opération. b) Les éléments négatifs d appréciation : la scission des immeubles continue d affecter le résultat de l activité opérationnelle ; la scission ne puisse pas rendre autonome les activités économiques distinctes ; la soustraction de l immobilier au risque opérationnel ; l opération vise les intérêts des actionnaires et non pas de la société ; la scission affaibli les activités laissées dans la société scindée ; le transfert des activités scindées ne représente pas un élément cohérent ; 22. En guise de conclusion La possibilité de réaliser, sans taxation, une scission partielle des activités immobilières des activités opérationnelles, si un certains nombres de conditions sont respectées ; telle que le respect des règles d code des sociétés et la constitution d une activité immobilière indépendante économiquement viable est juridiquement possible. L évolution légale, administrative et jurisprudentielle semble évoluer vers une meilleure acceptation de la nécessité de restructurer les entreprises et, toute séparation de l immobilier de l opérationnel n étant pas nécessairement analysée comme un détournement de la procédure de scission. A cet égard, pour des opérations complexes, le recours à l avis de la commission des décisions anticipées ne peut être que recommandé. Johan Vanden Eynde Avocat 11/11

La société de patrimoine familial

La société de patrimoine familial planification successorale et structures sociétaires Chapitre 1 La société de patrimoine familial La société de gestion de patrimoine familial (ci-après «SPF») a été introduite par la loi du 11 mai 2007

Plus en détail

Dissolution et liquidation d une SA, SPRL, SCRL, SCA

Dissolution et liquidation d une SA, SPRL, SCRL, SCA Dissolution et liquidation d une SA, SPRL, SCRL, SCA 018 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont

Plus en détail

Dissolution et Liquidation d une SA, SPRL, SCRL, SCA

Dissolution et Liquidation d une SA, SPRL, SCRL, SCA Dissolution et Liquidation d une SA, SPRL, SCRL, SCA 018 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont

Plus en détail

Prospectus simplifié : Fonds commun de placement X

Prospectus simplifié : Fonds commun de placement X Prospectus simplifié : commun de placement X Présentation du fonds commun de placement 1. Dénomination : X 2. Date de constitution : xx/xx/xxxx 3. Durée d existence : durée illimitée (ou jusqu au xx/xx/xxxx)

Plus en détail

A. Constitution de la société immobilière... 12 B. Les donations portant sur les actions de la société immobilière... 13

A. Constitution de la société immobilière... 12 B. Les donations portant sur les actions de la société immobilière... 13 Table des matières La transmission familiale de l immeuble... 7 Philippe De Pag e Se c t i o n 1: In t r o d u c t i o n... 7 Section 2: La transmission successorale du logement familial... 8 A. Régime

Plus en détail

MEMORANDUM D INFORMATION PERIODE D OPTION DU 5 FEVRIER 2016 AU 19 FEVRIER 2016 INCLUS

MEMORANDUM D INFORMATION PERIODE D OPTION DU 5 FEVRIER 2016 AU 19 FEVRIER 2016 INCLUS Information réglementée au sens de l arrêté royal du 14 novembre 2007 Le 25 janvier 2016 Sous embargo jusque 17h40 DIVIDENDE OPTIONNEL MEMORANDUM D INFORMATION PERIODE D OPTION DU 5 FEVRIER 2016 AU 19

Plus en détail

Liquidation d une société patrimoniale

Liquidation d une société patrimoniale B ULLETIN DE L'I NSTITUT P R OFESSIONNEL DES C OMPTABLES ET F ISCALISTES A GRÉÉS Liquidation d une société patrimoniale Plusieurs personnes physiques décident de constituer une «société patrimoniale»,

Plus en détail

Contrat de syndic AVERTISSEMENT. Ce document est une version d évaluation du contrat.

Contrat de syndic AVERTISSEMENT. Ce document est une version d évaluation du contrat. http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Contrat de syndic Auteur: Me Marie Dupont, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour seul objectif de vous informer

Plus en détail

SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE

SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE 17/11/2014 La société par actions simplifiée - SAS a été initialement conçue (par la loi n 94-1 du 3 janvier 1994) afin de fournir aux grandes entreprises françaises un instrument

Plus en détail

Avis CNC 2009/8 : Traitement comptable des opérations de scission (15/7/09 ;

Avis CNC 2009/8 : Traitement comptable des opérations de scission (15/7/09 ; Les récents avis de la CNC relatifs aux restructurations de sociétés Alexandre STREEL Réviseur d Entreprises (BDO) Professeur de comptabilité et gestion financière (IFAPME) Mars 2010 La matière des réorganisations

Plus en détail

Les fusions et scissions de sociétés

Les fusions et scissions de sociétés Les fusions et scissions de sociétés David De Backer Conseil fiscal 1 er décembre 2011 1 Agenda Introduction Fusions, scissions : opérations visées Dispositions du Code des Sociétés Traitement comptable

Plus en détail

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens FONDATION ifrap STATUTS I - But de la fondation Article 1 er - Objet et siège L'établissement dit «Fondation ifrap» a pour but d'effectuer des études et des recherches scientifiques sur l'efficacité des

Plus en détail

Le régime fiscal des associations loi 1901

Le régime fiscal des associations loi 1901 Le régime fiscal des associations loi 1901 1 Sommaire I) Le principe de la fiscalité associative II) Comment déterminer son statut fiscal III) Les impôts IV) Les exonérations possibles V) Les factures

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 10 juin 2013 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 10 juin 2013 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 10 juin 2013 Adopté CONSOMMATION - (N 1015) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- N o CE634 APRÈS L'ARTICLE 22, insérer la division et l'intitulé suivants: Section 3 Registre

Plus en détail

REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA LOIRE-ATLANTIQUE REGLEMENT GENERAL

REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA LOIRE-ATLANTIQUE REGLEMENT GENERAL REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA LOIRE-ATLANTIQUE REGLEMENT GENERAL Préambule La réutilisation des informations publiques La réutilisation des informations

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS NOTE D'INFORMATION N 134 À substituer à la note d information n 119 LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS La première loi «relative à la prévention et au règlement des difficultés liées au surendettement

Plus en détail

Table des matières. Préface Marc Bourgeois

Table des matières. Préface Marc Bourgeois Table des matières Préface Marc Bourgeois V Chapitre I. Personnes assujetties à l impôt des personnes morales 1 Section 1. Personnes morales de droit public 1 Section 2. Personnes morales inconditionnellement

Plus en détail

1. Introduction... 11

1. Introduction... 11 Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Administration fédérale des contributions AFC Eidgenössische Steuerverwaltung ESTV Amministrazione federale delle

Plus en détail

FIDAL Tunisie AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2010. Comment sécuriser vos investissements en Tunisie d un point de vue juridique et fiscal

FIDAL Tunisie AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2010. Comment sécuriser vos investissements en Tunisie d un point de vue juridique et fiscal AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2010 Comment sécuriser vos investissements en d un point de vue juridique et fiscal Tunis, Hôtel Ramada Plaza Tunis, le 6 juillet 2010 11h50 en bref 1200 avocats 295 millions

Plus en détail

Zone Franche. Pays de Gex

Zone Franche. Pays de Gex Agence de Développement Economique du Pays de Gex et du Bassin Bellegardien Zone Franche du Pays de Gex 130, rue Gustave Eiffel, Technoparc, F- 0160 Saint Genis-Pouilly -Tel. : +33 (0)4 50 42 65 20 - Fax

Plus en détail

Loi n 2013/004 du 18 Avril 2013 fixant les incitations à l investissement privé en République du Cameroun

Loi n 2013/004 du 18 Avril 2013 fixant les incitations à l investissement privé en République du Cameroun Loi n 2013/004 du 18 Avril 2013 fixant les incitations à l investissement privé en République du Cameroun L Assemblée Nationale a délibéré et adopté, le Président de la République promulgue la loi dont

Plus en détail

FINANCE PUBLIQUE : LE BUDGET DE L ETAT

FINANCE PUBLIQUE : LE BUDGET DE L ETAT FINANCE PUBLIQUE : LE BUDGET DE L ETAT A/ Notion de budget Définition : Naguère, le budget était défini comme étant «l acte par lequel sont prévues et autorisées les dépenses et les recettes annuelles

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2013-2014 17 OCTOBRE 2013 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2013-2014 17 OCTOBRE 2013 PROJET DE DÉCRET 880 (2013-2014) N 1 880 (2013-2014) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2013-2014 17 OCTOBRE 2013 PROJET DE DÉCRET portant des mesures diverses en matière de fiscalité des véhicules, de jeux et paris et d appareils

Plus en détail

Service juridique juin 2013. La sécurisation du PASS-FONCIER sous forme de bail à construction et de prêt

Service juridique juin 2013. La sécurisation du PASS-FONCIER sous forme de bail à construction et de prêt La sécurisation du PASS-FONCIER sous forme de bail à construction et de prêt Le dispositif de sécurisation est précisé notamment par l arrêté du 10 août 2009 fixant les conditions des garanties de rachat

Plus en détail

Relatif au traitement comptable des opérations de fiducie

Relatif au traitement comptable des opérations de fiducie CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION DE L AVIS N 2008-03 DU 7 FÉVRIER 2008 Relatif au traitement comptable des opérations de fiducie Sommaire 1 - Généralités 2 - Types de fiducie 3

Plus en détail

L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe. Joan Miquel Rascagneres

L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe. Joan Miquel Rascagneres L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe Joan Miquel Rascagneres 1 I. L essentiel de l Andorre 2 1. Économie Les chiffres de l économie: - Population: 70.000 habitants - PIB: 2,5 milliards d euros.

Plus en détail

Charte du contrôle de l ACP secteur assurance

Charte du contrôle de l ACP secteur assurance Juin 2010 Charte du contrôle de l ACP secteur assurance Instituée par l ordonnance n 2010-76 du 21 janvier 2010, l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) est une autorité administrative indépendante adossée

Plus en détail

Numéro du rôle : 4797. Arrêt n 100/2010 du 16 septembre 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4797. Arrêt n 100/2010 du 16 septembre 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4797 Arrêt n 100/2010 du 16 septembre 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1274 du Code judiciaire, tel qu il a été remplacé par l article 28 de la

Plus en détail

générale mixte des actionnaires du 26 juin 2014

générale mixte des actionnaires du 26 juin 2014 138 < MONTUPET ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE DES ACTIONNAIRES 9.1 Ordre du jour de l Assemblée générale mixte des actionnaires du 26 juin 2014 Rapport de gestion du Conseil d administration sur l exercice clos

Plus en détail

PLAN LE TRANSFERT D UNE ENTREPRISE EN DIFFICULTE

PLAN LE TRANSFERT D UNE ENTREPRISE EN DIFFICULTE Liège Bruxelles Anvers Cologne Paris LE TRANSFERT D UNE ENTREPRISE EN DIFFICULTE Conférence du 28 avril 2016 Christian Duvieusart et Gilles Closon PLAN 3 heures pour vous parler de I. La sélectivité: les

Plus en détail

Table des matières. Remerciements Préface Qu est-ce que «l impôt»? Partie I Les plus-values professionnelles... 9

Table des matières. Remerciements Préface Qu est-ce que «l impôt»? Partie I Les plus-values professionnelles... 9 Table des matières Table des matières Remerciements......................................... 5 Préface Qu est-ce que «l impôt»?................................. 7 Partie I Les plus-values professionnelles............................

Plus en détail

FCPI Idinvest Patrimoine N 4 Réduction ISF 2014 - Note fiscale

FCPI Idinvest Patrimoine N 4 Réduction ISF 2014 - Note fiscale FCPI Idinvest Patrimoine N 4 Réduction ISF 2014 - Note fiscale La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

VOTRE LOGO. Réussir une Fusion. Antoine DENIS-BERTIN Avocat Associé VAUGHAN AVOCATS

VOTRE LOGO. Réussir une Fusion. Antoine DENIS-BERTIN Avocat Associé VAUGHAN AVOCATS Réussir une Fusion Antoine DENIS-BERTIN Avocat Associé VAUGHAN AVOCATS 1 / Définitions La fusion est une opération par laquelle une ou plusieurs sociétés transmettent leur patrimoine : soit à une société

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10837 Projet présenté par les députés : MM. Olivier Jornot, Guillaume Barazzone, Pierre Conne Date de dépôt : 7 juin 2011 Projet de loi modifiant la loi d'application du

Plus en détail

Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers TABLE DES MATIÈRES

Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers TABLE DES MATIÈRES PPB-2007-7-CPB-1 2 Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers Table des matières 0. Base légale et énumération des principes TABLE DES MATIÈRES 1. Responsabilité

Plus en détail

munération selon les normes IFRS? Conseil Supérieur de l'ordre des Experts-Comptables Commission de droit comptable **** 22 octobre 2009

munération selon les normes IFRS? Conseil Supérieur de l'ordre des Experts-Comptables Commission de droit comptable **** 22 octobre 2009 Complément ment de prix (earn( earn-out) ) : complément ment de coût t d'acquisition ou complément ment de rémunr munération selon les normes IFRS? Conseil Supérieur de l'ordre des Experts-Comptables Commission

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des Abréviations... préface... introduction... VII IX XI XIII première partie VALORISATION DES APPORTS : Réglementation

Plus en détail

Table des matières. Section II. Définitions au regard du Code des droits d enregistrement.

Table des matières. Section II. Définitions au regard du Code des droits d enregistrement. Table des matières Introduction........................................... 7 1. Avertissement.................................... 7 2. Renvoi.......................................... 7 3. Plan du Manuel...................................

Plus en détail

Modification des formalités en cas de fusions et de scissions Luc Ceulemans Membre du Conseil de l IEC

Modification des formalités en cas de fusions et de scissions Luc Ceulemans Membre du Conseil de l IEC Modification des formalités en cas de fusions et de scissions Luc Ceulemans Membre du Conseil de l IEC La loi du 8 janvier 2012, qui a été publiée le même jour au Moniteur belge, modifie les obligations

Plus en détail

Impôts directs >> Circulaires >> Impôt des personnes physiques / Impôt des sociétés. Circulaire n Ci.RH.243/589.859 (AFER 19/2008) dd. 29.05.

Impôts directs >> Circulaires >> Impôt des personnes physiques / Impôt des sociétés. Circulaire n Ci.RH.243/589.859 (AFER 19/2008) dd. 29.05. Impôts directs >> Circulaires >> Impôt des personnes physiques / Impôt des sociétés CIRC 29.05.08/1 Circulaire n Ci.RH.243/589.859 (AFER 19/2008) dd. 29.05.2008 AVANTAGE DE TOUTE NATURE Participation à

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 10LY00899 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre - formation à 3 M. DUCHON-DORIS, président Mme Laurence BESSON-LEDEY, rapporteur M. MONNIER, rapporteur public CABINET

Plus en détail

Sociétés civiles de moyens

Sociétés civiles de moyens S O M M A I R E n de n de RÈGLES GÉNÉRALES D IMPOSITION DES SCM...910 SOCIÉTÉS TENUES DE SOUSCRIRE UNE DÉCLARATION N 2036...910 Sociétés bénéficiant de l exonération de TVA des remboursements de frais

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 Avis du 8 septembre 2010 I. Introduction a. Absence de cadre conceptuel

Plus en détail

Vu le règlement n 360/2012 de la Commission européenne du 25 avril 2012 relatif aux aides dites de minimis,

Vu le règlement n 360/2012 de la Commission européenne du 25 avril 2012 relatif aux aides dites de minimis, Convention relative au versement d une Subvention d Investissement en faveur du Groupe Hospitalier du Centre Alsace à COLMAR pour l installation de 18 nouvelles places d EHPAD transférées du Centre Départemental

Plus en détail

Séance du 13 mars 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 2/2014).

Séance du 13 mars 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 2/2014). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

COORDINATION DES REGIMES METROPOLITAINS ET CALEDONIENS DE SECURITE SOCIALE

COORDINATION DES REGIMES METROPOLITAINS ET CALEDONIENS DE SECURITE SOCIALE COORDINATION DES REGIMES METROPOLITAINS ET CALEDONIENS DE SECURITE SOCIALE Décembre 2002 11, rue de la Tour des Dames - 75436 Paris cedex 09 - Tél. 01 45 26 33 41 - Fax 01 49 95 06 50 - www.cleiss.fr 2

Plus en détail

Collection éeclairage sur Investissement PME et reduction d ISF

Collection éeclairage sur Investissement PME et reduction d ISF Collection éeclairage sur Investissement PME et reduction d ISF Edison Avocat FEvrier 2016 1. Le régime de faveur ISF/PME Possibilité d imputer sur le montant de l ISF 50% des versements effectués au titre

Plus en détail

Numéro du rôle : 5091. Arrêt n 190/2011 du 15 décembre 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 5091. Arrêt n 190/2011 du 15 décembre 2011 A R R E T Numéro du rôle : 5091 Arrêt n 190/2011 du 15 décembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 49 et 53, 1, du Code des impôts sur les revenus 1992, posée par la Cour

Plus en détail

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation

Plus en détail

A.C.C.C SEMINAIRE SUR LE RECOUVREMENT

A.C.C.C SEMINAIRE SUR LE RECOUVREMENT DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE A.C.C.C SEMINAIRE SUR LE RECOUVREMENT Présenté par : N DRI N GUESSANN LES RECETTES NOUVELLES ASSIGNEES AU TRESOR : CAS DE L A.C.C.C INTRODUCTION

Plus en détail

PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES RÉGIMES DE PENSION AGRÉÉS COLLECTIFS LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU

PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES RÉGIMES DE PENSION AGRÉÉS COLLECTIFS LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU 1 PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES RÉGIMES DE PENSION AGRÉÉS COLLECTIFS LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU 1. (1) Le sous-alinéa 6(1)a)(i) de la Loi de l impôt sur le revenu est remplacé par ce qui suit

Plus en détail

L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER LA DOUBLE IMPOSITION

L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER LA DOUBLE IMPOSITION REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS ET DES DOMAINES L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER

Plus en détail

Gabon. Convention fiscale avec la France

Gabon. Convention fiscale avec la France Convention fiscale avec la France Signée le 20 septembre 1995 Entrée en vigueur le 1 er mars 2008 Art.1.- Personnes concernées La présente Convention s applique : a) en ce qui concerne les impôts sur le

Plus en détail

Lemaître, Raphaël. Document type : Mémoire (Thesis)

Lemaître, Raphaël. Document type : Mémoire (Thesis) "L'acquisition d'un bien immeuble situé en France par un résident belge: fiscalité de l'acquisition, de la détention et la problématique de la transmission successorale." Lemaître, Raphaël Document type

Plus en détail

I. PENSION DE RETRAITE ET DE SURVIE

I. PENSION DE RETRAITE ET DE SURVIE I. PENSION DE RETRAITE ET DE SURVIE La législation impose désormais le financement externe des engagements individuels (moyennant le respect de certaines conditions et limites cfr. infra). Depuis le 16

Plus en détail

C A R R I È R E S J U R I D I Q U E S

C A R R I È R E S J U R I D I Q U E S 6 Le B.O. N 7 C A R R I È R E S J U R I D I Q U E S S O M M A I R E AVANT-PROPOS 1- Objectifs 2- Débouchés professionnels 3- Structure de la formation proposée 4- Organisation des études PROGRAMME A- MATIÈRES

Plus en détail

ACCORD DU 16 SEPTEMBRE 2005. Objet

ACCORD DU 16 SEPTEMBRE 2005. Objet MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national professionnel ENSEIGNEMENT AGRICOLE PRIVÉ (16 septembre 2005) (Bulletin officiel n o 2006-35) ACCORD DU 16 SEPTEMBRE 2005

Plus en détail

Statuts. Règlement intérieur

Statuts. Règlement intérieur ÉPARGNER POUR SA RETRAITE ÉPARGNER POUR SES PROJETS ÉPARGNER POUR TOUT PRÉVOIR Statuts Adoptés par l Assemblée générale extraordinaire du 23 novembre 2001 Modifiés par l Assemblée générale des 11 et 12

Plus en détail

Veille Juridique et Fiscale

Veille Juridique et Fiscale Veill Veille Juridique et Fiscale Juin 2016 Sommaire 1. Peut-on assimiler un régime de la participation aux acquêts à un régime de séparation de biens... 3 2. Un mobil-home peut-il être considéré comme

Plus en détail

Table des matières III. Préface

Table des matières III. Préface Table des matières Préface III Partie 1: Les acquisitions et cessions 5 Chapitre 1. Le régime des cessions de biens affectés à l exercice d une activité professionnelle en personne physique 7 Section 1.

Plus en détail

PARTIE 1 : LES ACQUISITIONS ET CESSIONS

PARTIE 1 : LES ACQUISITIONS ET CESSIONS Table des matières Préface 5 Avertissement 7 PARTIE 1 : LES ACQUISITIONS ET CESSIONS 9 Chapitre 1. Le régime des cessions de biens affectés à l exercice d une activité professionnelle en personne physique

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 7

Table des matières. Introduction... 7 Table des matières Le traitement fiscal de l immeuble à l étranger détenu par une personne physique et l échange international de renseignements.... 5 par Édouard-Jean Navez Introduction.... 7 Chapitre

Plus en détail

Formulaire à utiliser pour les cessions de terrains à bâtir intervenues à compter du 1 er septembre 2014

Formulaire à utiliser pour les cessions de terrains à bâtir intervenues à compter du 1 er septembre 2014 cerfa N 14968*02 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2014 N 2048-TAB-SD @internet-dgfip Formulaire à utiliser pour les cessions de terrains à bâtir intervenues à compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

Guide pour les fondateurs présentant un projet de Fondation de coopération scientifique ayant pour objet un réseau thématique de recherche avancée.

Guide pour les fondateurs présentant un projet de Fondation de coopération scientifique ayant pour objet un réseau thématique de recherche avancée. MENESR 22 Mai 2006 Document n 5 Guide pour les fondateurs présentant un projet de Fondation de coopération scientifique ayant pour objet un réseau thématique de recherche avancée. Les réseaux thématiques

Plus en détail

DECES DELARATION DE SUCCESSION ET FISCALITE CAS PARTICULIER : COMMUNAUTE LEGALE

DECES DELARATION DE SUCCESSION ET FISCALITE CAS PARTICULIER : COMMUNAUTE LEGALE DECES DELARATION DE SUCCESSION ET FISCALITE CAS PARTICULIER : COMMUNAUTE LEGALE Au décès d'une personne, ses biens sont répartis selon les règles de la «dévolution légale» (s'il n'a pas fait de testament)

Plus en détail

Algérie. Convention fiscale avec la France

Algérie. Convention fiscale avec la France Convention fiscale avec la France Signée le 17 octobre 1999, entrée en vigueur le 1 er décembre 2002 Convention entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de la République algérienne

Plus en détail

UE 2 Finance. Le programme

UE 2 Finance. Le programme UE 2 Finance Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (20 heures) 1.1 La

Plus en détail

ADAPTATION DU DROIT DES SOCIÉTÉS AU DROIT COMMUNAUTAIRE

ADAPTATION DU DROIT DES SOCIÉTÉS AU DROIT COMMUNAUTAIRE N 106 - MARCHES n 28 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 9 septembre 2008 ISSN 1769-4000 ADAPTATION DU DROIT DES SOCIÉTÉS AU DROIT COMMUNAUTAIRE L essentiel La loi n 2008-649 du 3 juillet 2008

Plus en détail

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Nestlé, Vevey Alain Herzog / EPFL allégements fiscaux création, implantation et développement d entreprises EE TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE

ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE SYNTHESE Le groupe de travail a examiné avec une particulière attention les options disponibles pour le recouvrement d une cotisation sur la valeur ajoutée ou de

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie EXONERATION DE PLUS-VALUES ET DEPART A LA RETRAITE

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie EXONERATION DE PLUS-VALUES ET DEPART A LA RETRAITE Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 22/04/2009 N : 14.09 EXONERATION DE PLUS-VALUES ET DEPART A LA RETRAITE Pour rappel *** Depuis 2006, les exploitants de petites entreprises

Plus en détail

(Mise à jour le : 5 avril 2007)

(Mise à jour le : 5 avril 2007) CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR LA SOCIÉTÉ DE CRÉDIT COMMERCIAL DU NUNAVUT L.R.T.N.-O. 1988, ch. 107 (Suppl.) En vigueur le 1 er octobre 1991 : TR-013-91 (Mise à jour le : 5 avril 2007) Les dispositions

Plus en détail

- Désigner Moisson Québec comme bénéficiaire de votre police d assurance-vie existante :

- Désigner Moisson Québec comme bénéficiaire de votre police d assurance-vie existante : DON PLANIFIÉ MOISSON QUÉBEC ( mise à jour mai 2010) DON TESTAMENTAIRE Un don par testament à Moisson Québec vous permet d accomplir, dès maintenant, un geste significatif qui vous survivra. Vous savez

Plus en détail

FUSIONS DE SOCIETES - INTRODUCTION

FUSIONS DE SOCIETES - INTRODUCTION FUSIONS DE SOCIETES - INTRODUCTION Objectifs : o Présentation des types de fusion, des modalités financières et des principes comptables des opérations de fusion de sociétés. Pré requis : o Connaissances

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 26/2010 du 22 septembre 2010

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 26/2010 du 22 septembre 2010 1/9 Avis n 26/2010 du 22 septembre 2010 Objet: Projet d Arrêté royal relatif aux règles de fonctionnement des jeux de hasard automatiques dont l exploitation est autorisée dans les établissements de jeux

Plus en détail

LE CONSEIL COMMUNAL, Réuni en séance publique

LE CONSEIL COMMUNAL, Réuni en séance publique PROVINCE DE HAINAUT ARRONDISSEMENT DE MONS C O M M U N E D E F R A M E R I E S EXTRAIT DU REGISTRE AUX DELIBERATIONS DU CONSEIL COMMUNAL SEANCE DU 30 NOVEMBRE 2015 Présents : MM. D.DRAUX, Bourgmestre ff.-président

Plus en détail

Position AMF Guide relatif aux frais - DOC-2012-12

Position AMF Guide relatif aux frais - DOC-2012-12 Position AMF Guide relatif aux frais - DOC-2012-12 Textes de référence : articles 314-78, 319-13, 411-129-1, 411-130, 422-90 et 422-91 du règlement général de l AMF 1. Rétrocession des frais de souscription

Plus en détail

Règlement de gestion et d organisation. de la société Implenia SA

Règlement de gestion et d organisation. de la société Implenia SA Etat au 19 juin 2014 Règlement de gestion et d organisation de la société Implenia SA 1 BASE ET CONTENU 1.1 Base statutaire et contenu Le présent règlement se fonde sur l art. 716 CO, l art. 716b CO et

Plus en détail

Elixis 3. Tirez parti de l évolution des marchés actions de la zone euro*

Elixis 3. Tirez parti de l évolution des marchés actions de la zone euro* Elixis 3 Une nouvelle potion pour vos placements À souscrire avant le 10 décembre 2009 Éligible au PEA Tirez parti de l évolution des marchés actions de la zone euro* * En cas de hausse de l indice jusqu

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-CINQUIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 429 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par M. Jacques Brassard Ministre des Transports Éditeur officiel

Plus en détail

TVA FACTURATION ET CONTROLE FISCAL DES FACTURES (LFR

TVA FACTURATION ET CONTROLE FISCAL DES FACTURES (LFR NOTE THÉMATIQUE TVA Mesures nouvelles, notamment Sur la facturation électronique et le contrôle fiscal Le 3janvier 2013 Fiscalité/TVA Source : La Direction des affaires fiscales La troisième loi de finances

Plus en détail

Table des matières PARTIE I ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L IMPÔT LISTE DES ABRÉVIATIONS... 7 INTRODUCTION... 9

Table des matières PARTIE I ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L IMPÔT LISTE DES ABRÉVIATIONS... 7 INTRODUCTION... 9 Table des matières LISTE DES ABRÉVIATIONS... 7 INTRODUCTION... 9 PARTIE I ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L IMPÔT CHAPITRE I : LA NOTION D IMPÔT... 13 SECTION 1 : LA DÉFINITION JURIDIQUE DE L'IMPÔT...

Plus en détail

Police afférente au régime de pension collectif

Police afférente au régime de pension collectif Police afférente au régime de pension collectif Numéro de police : PRPP 0005 En vigueur le 3 mars 2014 La London Life, Compagnie d Assurance-Vie (l émetteur) verse les prestations prévues conformément

Plus en détail

SI PEUPLEMENT FORESTIER, PRÉCISER / / / /

SI PEUPLEMENT FORESTIER, PRÉCISER / / / / cerfa N 12359*12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2014 N 2048-IMM-SD @internet-dgfip Formulaire à utiliser pour les cessions d immeubles ou de droits immobiliers autres que des terrains

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 20 DECEMBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/05.389 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Stratégie d'accompagnement des entreprises en croissance : Programme de développement des investissements internationaux

Plus en détail

(En application de l article L212-38-1 du règlement général de l'autorité des Marchés Financiers)

(En application de l article L212-38-1 du règlement général de l'autorité des Marchés Financiers) SOCIETES LOCALES D'EPARGNE AFFILIEES A LA CAISSE D EPARGNE ET DE PREVOYANCE ILE DE FRANCE Sociétés coopératives à capital variable régies notamment par les articles L.512-92 et L.512-93 du Code monétaire

Plus en détail

L'adaptation du régime des baux commerciaux (la loi Pinel)

L'adaptation du régime des baux commerciaux (la loi Pinel) Le 19 juin 2014 L'adaptation du régime des baux commerciaux (la loi Pinel) La loi n 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l'artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, dont le premier projet

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 A-1-06 N 8 du 18 JANVIER 2006 DROITS D ENREGISTREMENT ET DE TIMBRE REFORME DU TIMBRE DE DIMENSION (Loi de finances rectificative pour 2004,

Plus en détail

Traitement au décès d actions de sociétés fermées Planification post mortem et planification reposant sur l assurance

Traitement au décès d actions de sociétés fermées Planification post mortem et planification reposant sur l assurance Traitement au décès d actions de sociétés fermées Planification post mortem et planification reposant sur l assurance Introduction Le présent bulletin Actualité fiscale traite de la planification fiscale

Plus en détail

Imposition des cotisations et des prestations de la prévoyance individuelle liée (pilier 3a)

Imposition des cotisations et des prestations de la prévoyance individuelle liée (pilier 3a) Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Impôt anticipé

Plus en détail

La gestion de l immobilier dans le cadre de la transmission d entreprises. 2014 Deloitte Fiduciaire

La gestion de l immobilier dans le cadre de la transmission d entreprises. 2014 Deloitte Fiduciaire La gestion de l immobilier dans le cadre de la transmission d entreprises L Namur, 4 mai 2015 2014 Deloitte Fiduciaire Table des matières 1. Introduction 2. Comment traiter l immobilier dans l évaluation

Plus en détail

Vice-présidence au financement Direction de la gestion des produits financiers

Vice-présidence au financement Direction de la gestion des produits financiers GUIDE DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS AVEC LES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Vice-présidence au financement Direction de la gestion des produits financiers Mai 2016 Table des matières GUIDE DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS

Plus en détail

Déclaration d imputation d une créance fiscale née du droit à restitution des impositions directes

Déclaration d imputation d une créance fiscale née du droit à restitution des impositions directes Direction Générale des Finances Publiques 2041 DRBF 13834*01 Déclaration d imputation d une créance fiscale née du droit à restitution des impositions directes L article 38 de la loi de finances pour 2009

Plus en détail

CAISSES LOCALES AFFILIÉES À LA CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHÔNE ALPES

CAISSES LOCALES AFFILIÉES À LA CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHÔNE ALPES CAISSES LOCALES AFFILIÉES À LA CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHÔNE ALPES Sociétés coopératives à capital variable régies notamment par les articles L. 511-1 et suivants et L. 512-20 et

Plus en détail

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 27 MARS 2009

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 27 MARS 2009 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 27 MARS 2009 I Augmentation de capital par émission d actions de préférence au profit de la Société de Prise de Participation

Plus en détail

Foire aux questions T1 2007

Foire aux questions T1 2007 Foire aux questions T1 2007 1. Pourquoi n avez-vous pas fractionné vos actions? Nous nous penchons régulièrement sur toutes les questions liées au capital, y compris les fractionnements d actions. Tel

Plus en détail

FONDS CIBLÉ CANADIEN PORTLAND RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS

FONDS CIBLÉ CANADIEN PORTLAND RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS conseils en placements conseils en placements RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS 31 MARS 2015 ÉQUIPE DE GESTION DU PORTEFEUILLE James Cole Premier vice-président et gestionnaire

Plus en détail

Reproduction Interdite

Reproduction Interdite LA REFORME TERRITORIALE «APPLIQUEE» AU MOUVEMENT SPORTIF (Fusion des CROS et Ligues sportives : aspects juridiques et fiscaux) Limoges, le 30 novembre 2015 18h00-21h00 Intervenant : Me Colas AMBLARD Docteur

Plus en détail

Table des matières. Sommaire Préface Remerciements Introduction, remarques préalables et avertissement... 11

Table des matières. Sommaire Préface Remerciements Introduction, remarques préalables et avertissement... 11 Sommaire... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Introduction, remarques préalables et avertissement... 11 Présentation concrète du casus... 15 Situation personnelle et familiale... 16 Situation patrimoniale...

Plus en détail