Les sites et sols pollués

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les sites et sols pollués"

Transcription

1 Les sites et sols pollués On considère en France qu un sol est pollué dès lors que cette pollution est susceptible de présenter un impact. Ce n est pas tant la présence de polluants dans les sols qui est problématique mais le fait que cette pollution soit mobilisable et qu elle puisse atteindre une population directement ou indirectement. Une source de pollution peut alors entraîner des risques pour la santé humaine suivant l usage du sol et du sous-sol, cultures, contacts direct avec le sol, envolées de poussières, et conduire aussi à une contamination des ressources en eau potable ou à d autres impacts sur l environnement. Toute pollution contenue dans un sol constitue, quelle que soit sa forme, un potentiel risque pour l homme et pour l environnement. 85

2 RÉGLEMENTATION La gestion des sites pollués directement ou indirectement par des activités industrielles est effectuée dans le cadre de la législation relative aux installations classées pour la protection de l environnement. L arrêté d autorisation fixe en effet les prescriptions techniques d exploitation permettant de limiter l occurrence et la gravité des accidents, qui doivent être déclarés à l inspection. Le Préfet peut alors imposer la réalisation des études et travaux nécessaires. La réglementation encadre également les conditions de remise en état du site à sa cessation d activité, l exploitant devant présenter un mémoire décrivant l état du site et les travaux d évacuation de déchets, de dépollution ou de surveillance nécessaires dans les sols et les eaux. L adoption d une directive cadre sur la protection des sols, qui fait face à de nombreuses difficultés en raison du désaccord de certains pays membres déjà dotés d une politique nationale de gestion des sites et sols pollués, reste un objectif de la Commission européenne dans le cadre du 6 ème programme d action pour l environnement. LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIÈRE DE SITES ET SOLS POLLUÉS La politique nationale en matière de sites et sols pollués s appuie sur trois grands principes : prévenir ; traiter / réhabiliter ; connaître. > Prévenir La prévention est le meilleur moyen de gérer les problèmes de pollution des sols. Les dispositions réglementaires prises en application de la législation sur les installations classées permettent en général, lorsqu elles sont bien respectées, de prévenir l apparition de telles pollutions. Par exemple, avec la réalisation d une étude d impact, l installation de dispositifs de rétention et de confinement est un moyen de prévention. La mise en place de dispositifs de surveillance de l environnement adaptés, principalement des eaux souterraines, autour des sites industriels aujourd hui en activité, permet également de disposer d un signal d alarme, afin de réagir au plus tôt lorsque survient une pollution des sols. > Traiter / Réhabiliter Dans tous les cas, certaines mesures simples, telles que la clôture du site, l enlèvement des fûts stockés à l air libre ou la mise en place d une surveillance ou d un piège piézométrique, permettent d apporter une première réponse aux questions relatives à la réduction du risque pour l homme et l environnement et à l évolution de la pollution. L engagement d études plus ou moins lourdes ne doit jamais conduire à retarder de telles actions. Lorsqu un site a été traité en fonction d un usage donné, il convient de veiller à ce qu il ne soit pas ultérieurement affecté à un nouvel usage incompatible avec la pollution résiduelle du site sans que les études et travaux nécessaires soient entrepris. A cet effet, des dispositifs réglementaires de restrictions d usage de ces sites devront être mis en place. > Connaître Le traitement d un site pollué dépend donc de son impact potentiel sur l homme et l environnement et de l usage auquel il est destiné. Pour qu un tel principe perdure dans le temps, il apparaît essentiel que la connaissance des risques potentiels soit aussi complète que possible et accessible au plus grand nombre. Dans cet objectif, deux démarches parallèles ont été lancées : Des inventaires des sites et sols pollués par des activités industrielles appelant une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif, ont été réalisés en 1994 et 1997 (BASOL). Ces inventaires permettent d appréhender les différentes actions menées par l administration et les responsables de ces sites. Ils sont consultables sur Internet et actualisés en continu. Des inventaires régionaux des anciens sites sont réalisés sous l impulsion du Ministère de l Ecologie et du Développement Durable en partenariat avec les régions, l ADEME et les Agences des bassins dans l ensemble des régions de France. L ensemble des données collectées est mis sur la base créée par le BRGM et est disponible à l adresse Internet suivante : P 87 86

3 ZO O M BASIAS La sensibilisation de l ensemble des acteurs est l un des outils d une politique de prévention des risques liés à la pollution des sols. C est dans le but de développer une vigilance à tous les niveaux que, sous l égide du ministère en charge de l Environnement, le BRGM a développé, depuis 1994, des inventaires des sites ayant été occupés par d anciens sites industriels et activités de service. C est dans le but de développer une vigilance à tous les niveaux que, sous l égide du ministère en charge de l Environnement, le BRGM a développé, depuis 1994, des inventaires des sites ayant été occupés par d anciens sites industriels et activités de service. Ces inventaires, réalisés sur la base de dépouillements de dossiers d archives des Préfectures, de la Direction Régionale des Affaires Culturelles et des Archives Départementales, sont menés à l échelle du département et suivis par un comité de pilotage sous l égide de l administration. Ils permettent de répondre à trois objectifs principaux : recenser de façon large et systématique tous les sites industriels abandonnés ou non, susceptibles d engendrer une pollution de l environnement ; conserver la mémoire de ces sites ; fournir des informations utiles aux acteurs de l urbanisme, du foncier et de la protection de l environnement. A cet effet, les informations recueillies dans le cadre de l inventaire sont stockées dans la base de données BASIAS (Base des Anciens Sites Industriels et Activités de Service). A ce stade, l inscription d un site dans BASIAS ne préjuge toutefois pas qu il soit le siège d une pollution. Les données BASIAS sont consultables : en préfecture et en mairie (fiches papier) ; dans les services géologiques régionaux (SGR) du BRGM ; sur internet ( où elles peuvent être téléchargées gratuitement et directement par l utilisateur. L inventaire historique BASIAS est avant tout destiné au grand public, aux notaires, aux aménageurs et doit servir à apprécier les enjeux relatifs à l état d un terrain en raison des activités qui s y sont déroulées. LES SITES POLLUÉS EN LORRAINE En matière de prévention de la pollution des sols, et dans le cadre du Plan Régional Santé Environnement, l inspection des installations classées s attache à contrôler régulièrement sur les sites en exploitation : la présence de rétentions au niveau des stockages de substances potentiellement dangereuses pouvant être à l origine d une contamination des terrains ; l existence de moyens de surveillance de la qualité des eaux souterraines pour les installations dont l activité présente un fort potentiel de pollution des sols. Actuellement sur les 337 sites inscrits dans BASOL font l objet d une surveillance des eaux souterraines. Pour 154 sites, l absence de surveillance est due soit à l absence de risque d atteinte du milieu (104 sites), soit aux difficultés administratives rencontrées pour mettre en œuvre ces mesures : parcelles en déshérence, impécuniosité des responsables et contentieux malgré la prise de sanctions administratives à leur encontre (50 sites). 87

4 TÉ M O I G N A G E ADES, le portail des données sur les eaux souterraines Laurence CHERY BRGM Service EAU Un portail où prochainement les données d autosurveillance des eaux souterraines seront consultables et saisies en ligne par les industriels. ADES est le portail national d Accès aux Données sur les Eaux Souterraines Il rassemble sur un site Internet public des données quantitatives et qualitatives relatives aux eaux souterraines, dont les objectifs sont : de constituer un outil de collecte et de conservation des données sur les eaux souterraines, d être mobilisable par un large ensemble de partenaires, de permettre les traitements nécessaires à l action de chacun des partenaires, d être le guichet d accès aux informations sur les eaux souterraines, d avoir un suivi de l état patrimonial des ressources pour répondre aux enjeux de la politique des eaux souterraines, d adopter au niveau national un principe de transparence et d accessibilité aux données sur les eaux souterraines. ADES est un outil privilégié pour répondre aux enjeux locaux de la gestion des eaux souterraines et à ceux des directives européennes (Directive Cadre européenne sur l Eau, directive sur la protection des eaux souterraines contre la pollution et la détérioration : la surveillance des masses d eau souterraines, leur mise en œuvre et l évaluation des politiques et des plans de gestion). Les informations régulièrement actualisées sont disponibles par point et par réseau de mesure, par bassin hydrographique, par région et par département, par aquifère. Il est possible d établir aisément des statistiques mensuelles ou annuelles, des représentations graphiques et cartographiques. > Exemple sur une station de mesure La banque ADES est un produit du SIE (Système d Information sur l Eau). Elle a vocation à devenir, grâce à l ensemble de ses partenaires, un outil de communication précieux en facilitant les échanges de données et en favorisant la mise à disposition de l information brute ou élaborée au profit de tous. > Les acteurs sur le système Données sur les Sites industriels liés à des Installations classées ou sites pollués. En France, plus de installations classées pour la protection de l environnement en activité font l objet d une obligation de surveillance des eaux souterraines en amont et aval de leur implantation au titre de l article 65 de l arrêté ministériel du 02/02/98 modifié ou de différents arrêtés ministériels spécifiques (stockage de déchets ménagers et assimilés, carrières, exploitations de traitement de surface ). L obligation de surveillance porte aussi sur les sites et sols pollués, faisant ou ayant fait l objet d actions de la part des pouvoirs publics, afin de s assurer de gestion adaptée des sources de pollutions et de la maîtrise suffisante des éventuels impacts. L ensemble des informations recueillies à ce titre par de multiples intervenants est transmis à l inspection des installations classées en place, principalement dans les directions régionales de l industrie, de la recherche et de l environnement. Ainsi, sur la base d initiatives régionales depuis plusieurs années ou sur la base du programme national régionalisé depuis 2006, les opérations de bancarisation dans la base de données publique ADES des données relatives aux ICSP sont mises en place sur la quasi totalité du territoire national. Les premières phases de bancarisation d ores et déjà engagées pour plus de sites ICSP montrent le bilan suivant : Environ points d eau seront bancarisés. Actuellement sont déclarés dans ADES avec des régions où le nombre de points s eau est supérieur à (Nord-Pas-de-Calais, Alsace, Ile de France, Rhône Alpes), soit au total plus de 3 Millions d analyses bancarisées dans ADES à fin > L avancement de la bancarisation dans ADES à fin 2008 Les informations bancarisées dans ce cadre portent à la fois sur les sites industriels (localisation, identification et activité), sur les forages surveillés (localisation, caractéristiques et entités hydrogéologiques captées) et sur la qualité des eaux souterraines (résultats des analyses historiquement pratiquées, essentiellement celles acquises après 1998). Ces opérations régionales de rattrapage ont été confiées aux services géologiques régionaux du BRGM et sont pilotées par les financeurs que sont les agences de l eau, le MEDDAT, les DRIRE et le BRGM. ADES va évoluer pour permettre aux exploitants et responsables de sites de produire euxmêmes leurs données, d accroître la qualité de l autosurveillance de leurs installations, du contrôle et de la maîtrise des éventuelles sources de pollutions et impacts associés, à partir d un outil de saisie en ligne, GIDAF (Gestion Informatisée des Données d Autosurveillance Fréquentes). La banque ADES contient en mai 2009 : 258 réseaux déclarés contenant points d eau comportant piézomètres et qualitomètres (dont concernent des sites industriels), soit niveaux d eau et analyses d eau consultables en ligne. 88

5 L action engagée en 1994 par le BRGM en termes d inventaire régional historique et servant à alimenter la base de données BASIAS n est pas encore intégralement achevée pour la Lorraine. A ce jour, seuls les départements de la Moselle et de la Meurthe-et Moselle disposent de cet inventaire, et ce respectivement depuis fin 2006 et début L inventaire des Vosges, engagé en fin d année 2007, devrait être finalisé courant L inventaire du département de la Meuse a quant à lui été engagé en début d année P 87 > Evolution de la surveillance des eaux souterraines des sites et sols potentiellement pollués en Lorraine Nombre de sites et sols Evolution par an > Répartition des polluants rencontrés dans les sites et sols pollués en Lorraine (source BASOL) Nbre de sites basol Nbre de sites dont l'absense de surveillance est justifiée Nbre de sites à surveillance différée Nbre de sites surveillés 11,2 % 18,1 % 4,5 % 3,5 % 3,5 %1,5 % 0,1 % 6,5 % 0,4 % 8,9 % 1,7 % 2,8 % 11 % 0,4 % 5,3 % 8,9 % 8,9 % 2,3 % 0,5 % Arsenic Baryum Cadmium Cobalt Chrome Cuivre Mercure Molybdène Nickel Plomb Sélénium Zinc Hydrocarbures HAP Cyanures PCB-PCT Solvants halogénés Solvants non halogénés Pesticides 89

6 BILAN 2008 SITES CONTAMINÉS PAR LES PCB Dans le cadre du plan national d action contre la pollution aux polychlorobiphényles (PCB), l inspection des installations classées s est attachée en 2008 à vérifier que les sites lorrains qui ont fait l objet par le passé d une contamination aux PCB ne présentaient plus de sources de pollution active. Sur les 21 sites ayant effectivement fait l objet d une telle contamination, 6 ont fait l objet de traitement appropriés. Les 15 sites restant font quant à eux toujours l objet d un suivi administratif en raison de la nécessité de mettre en œuvre des mesures de gestion visant à désactiver les sources de pollutions ou bien encore de poursuivre la surveillance des eaux souterraines ou de mettre en place des restrictions d usage. MISE EN PLACE DE RESTRICTIONS D USAGE Afin de conserver la mémoire d un site, lorsqu il reste après remise en état une pollution résiduelle limitant les futurs usages d un site, il convient de mettre en place des restrictions d usage sous forme de Servitudes d Utilité Publiques ou contractuelles. 29 sites répertoriés dans BASOL sont actuellement assujettis de restrictions d usage. Ces dernières prennent le plus souvent la forme de restrictions conventionnelles mais peuvent également être instaurées sous forme de Servitudes d Utilité Publique. Les arrêtés préfectoraux instaurant des Servitudes d Utilité Publique sur le crassier de Veymerange (57) et sur le site BP France de Metz (57) ont été signés respectivement le 26 janvier 2009 et le 12 février En 2009, l inspection des installations classées s assurera de la mise en place de restrictions d usage sur les sites pour lesquels cela a été jugé comme nécessaire en MISE À JOUR DES DONNÉES DE BASOL En 2008, une importante action de mise à jour de la base de données BASOL a été réalisée. Cette mise à jour a nécessité de réexaminer les fiches de chacun des établissements pour lesquels elle a été entreprise et donc de reconsidérer la situation de chacun des sites au regard des actions qui ont été entreprises depuis la dernière mise à jour. Cette action de toilettage de la base de données sera poursuivie sur 2009 sur les fiches qui n ont pas pu être examinées en Une fois la base de données intégralement complétée, l inspection s attèlera à alimenter régulièrement cette dernière d informations récentes, afin qu elle soit maintenue à jour en permanence. COLLOQUE SITES ET SOLS POLLUÉS DU 23 SEPTEMBRE 2008 Suite à la réorientation de la politique ministérielle en matière de gestion des sites et sols pollués, la DRIRE Lorraine, en partenariat avec l Etablissement Public Foncier de Lorraine et l Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie, a organisé le colloque «Gestion et reconversion des sites pollués», qui s est tenu le 23 septembre 2008 à l Abbaye des Prémontrés à Pont-à-Mousson. P 91 90

7 TÉ M O I G N A G E Colloque SSP Erika PEIXOTO Inspecteur des Installations Classées Le Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de l Aménagement du Territoire a présenté en 2007 les nouveaux outils de diagnostic et de gestion des sites et sols pollués, dont la mise en œuvre est adaptée au nouvel usage envisagé des sites. Compte tenu des forts enjeux dans ce domaine en Lorraine, la DRIRE et l EPF Lorraine, en collaboration avec l ADEME, ont organisé le 23 septembre 2008 un colloque «Gestion et reconversion des sites pollués» à l Abbaye des Prémontrés, à Pont-à-Mousson. L objectif de cette manifestation, qui a rassemblé environ 150 participants, était d informer les collectivités et les acteurs de l aménagement des stratégies et des démarches de recyclage foncier des sites pollués. L enjeu de cette rencontre était également d inciter à privilégier le recyclage des espaces urbains plutôt que l extension sur les espaces ruraux périphériques, conformément aux orientations prises dans le cadre du Grenelle de l environnement. PLAN DE RELANCE Dans le cadre du plan de relance de l économie, pour lequel l ADEME a été dotée d une enveloppe prévisionnelle de 20 M, l inspection des installations classées a été amenée à identifier les projets d aménagement urbain susceptibles d être bloqués en raison de l existence de pollutions résiduelles sur les terrains concernés. Cette prospection a été appuyée par une concertation avec les différents acteurs concernés et en particulier avec l EPF Lorraine, acteur majeur en termes de reconversion des friches industrielles dans la région. Sur les sites proposés, 3 sites lorrains ont été présélectionnés par les ministères du développement durable et de la relance. L un d entre eux est actuellement en cours d instruction. Les deux autres feront l objet d une instruction plus détaillée par la suite. P 91 ZO O M Plan de relance friches L existence d un certain nombre de friches polluées en milieu urbain peut gêner aujourd hui le développement des villes et conduire certains promoteurs à utiliser des terrains jusqu alors laissés intact par l activité humaine. Ce phénomène d étalement urbain, conjugué à la pression foncière particulièrement forte dans certains secteurs et à la problématique des transports, constitue un nouvel enjeu de développement urbain durable, mettant ainsi en avant la nécessité de reconversion les friches situées en cœur de ville. Cependant, la présence de pollutions résiduelles sur ces anciens terrains industriels constitue régulièrement une entrave aux projets d aménagement urbain ou de développement économique compte tenu des coûts potentiels que représente leur dépollution et de l incertitude qui pèse bien souvent sur l estimation a priori de ces coûts. Dans de nombreux cas, cette situation bloque le bon déroulement de projets d aménagement et peut même conduire à renoncer au projet voire à le réaliser à l extérieur de la ville, sur des terrains vierges de toute activité, accentuant ainsi le phénomène d étalement urbain. Aussi, pour faciliter la reconversion de ces friches, enjeu par ailleurs identifié par le Grenelle de l Environnement, dans le cadre du Plan de relance de l économie présenté par le Président de la République, une enveloppe prévisionnelle de 20 M a été remise en gestion à l ADEME pour intervenir sur la dépollution et la réhabilitation de friches industrielles dans le cadre de projets d aménagement urbain prévus sur l année Ces aides viennent ainsi compléter et renforcer le dispositif d aide aux études préalables mis en place par l ADEME sur les friches industrielles, sans interférer toutefois avec la mission de maîtrise d ouvrage confiée par l Etat à l ADEME pour le cas des sites orphelins. Ces aides, qui prendront la forme de subventions aux maîtres d ouvrage pouvant aller jusqu à 50 % des coûts de dépollution des sites, seront attribuées pour des projets d aménagement ou de renouvellement urbain pour lesquels la pollution du terrain serait susceptible de compromettre la réalisation du projet et ce en l absence de responsable de la pollution. 91

8 PERSPECTIVES 2009 INVENTAIRE BASIAS Les départements des Vosges et de la Meuse font partie de ceux pour lesquels l inventaire historique régional BASIAS n est pas encore achevé. Cet inventaire devrait être finalisé pour la fin du troisième trimestre 2009 pour le département des Vosges et pour la fin de l année 2010 pour le département de la Meuse. Les investigations sont en cours pour que cet inventaire soit finalisé dans le courant de l année 2009 pour les Vosges et pour la fin de l année 2010 pour la Meuse. > Etablissements sensibles Dans la continuité de l action lancée en 2007 sur les 76 premiers départements pour lesquels l inventaire BASIAS était achevé, le BRGM engagera en 2009 les opérations d identification des établissements sensibles construits sur ou à proximité de sites potentiellement contaminés sur 16 nouveaux départements dotés de BASIAS. Les départements de Meurthe-et-Moselle et Moselle sont concernés par cette deuxième vague de l action. P 92 ZO O M Action nationale sur les établissements sensibles La circulaire interministérielle du 8 février 2007 relative à l implantation sur des sols pollués d établissements accueillant des populations sensibles propose des modalités de gestion spécifiques pour les projets de création ou d extension d établissements dits sensibles, à savoir ceux accueillant des enfants. Pour les établissements sensibles déjà construits et susceptibles de se situer sur ou à proximité de sites potentiellement pollués, le ministère en charge de l environnement a initié dès 2006 une démarche de recensement, basée sur les informations disponibles dans la base de données nationale BASIAS. Ainsi, le ministère a confié en 2006 au Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) une mission de repérage de ces établissements, ce dans l objectif de détecter de manière proactive un éventuel problème sanitaire lié à des pollutions historiques. Cette mission se décompose en trois étapes : la première étape consiste à superposer les adresses des sites BASIAS et les adresses des établissements accueillant des populations sensibles ; la deuxième étape consiste à s assurer de la réelle concordance des adresses à partir de vérifications documentaires précises et surtout par des repérages systématiques sur place ; la troisième étape consiste, pour les sites qui le nécessitent, à adapter la démarche IEM de la circulaire du 8 février 2007 à chacun des cas rencontrés. Le déploiement de cette méthodologie a été engagé à partir de l année 2007 pour les départements dont l inventaire BASIAS était achevé en fin d année En fin d année 2008, sur les établissements qui ont fait l objet des étapes de vérification, aucun cas nécessitant la mise en œuvre de mesures immédiates d investigation ou de gestion n a été détecté. Compte tenu de l achèvement d un bon nombre d inventaires historiques en fin d année 2008, cette procédure sera engagée sur 16 nouveaux départements, dont la Meurthe-et-Moselle et la Moselle. 92

9 SITES CONTAMINÉS PAR LES POLYCHLOROBIPHÉNYLES (PCB) Dans la continuité de l action nationale contre la pollution aux PCB engagée en 2008, l inspection des installations classées poursuivra les actions engagées sur les sites dont la contamination est avérée. SURVEILLANCE DES NAPPES En Lorraine, près de 300 sites relevant de l Inspection des installations classées font l objet d une surveillance de la qualité des eaux souterraines. Ces sites sont ceux répertoriés dans BASOL, auxquels viennent s ajouter ceux soumis aux dispositions de l article 65 de l arrêté du 22 février 1998, ainsi que les Installations de Stockage de Déchets, soumis à cette même surveillance. SITES POLLUÉS SITUÉS EN PÉRIMÈTRE DE PROTECTION DE CAPTAGE POUR L ALIMENTATION EN EAU POTABLE Sur la base d un croisement des cartes localisant les sites pollués et les captages d eau destinés à l alimentation en eau potable, l inspection s attachera à vérifier en 2009 que les sites pollués qui seraient implantés dans les périmètres de protection rapprochés ou éloignés de tels captages ne sont pas susceptibles d impacter la ressource en eau. RESTRICTIONS D USAGE En 2009, l inspection des installations classées s attachera à s assurer de la mise œuvre des mesures de restrictions d usages sur les sites pour lesquels cela a été identifié comme nécessaire en L inspection des installations classées poursuivra par ailleurs l examen des sites pour lesquels il serait opportun d en conserver la mémoire, l usage ou les modalités de surveillance. Dans le cadre de la Directive Cadre sur l Eau, qui prévoit un bon état des masses d eau souterraines pour 2015, l Agence de l Eau souhaite pouvoir accéder à ce vaste réseau de surveillance constitué dans le but de faire des prélèvements et d identifier d autres sources de pollutions (agricoles, urbaines, etc.). Dans l attente de la bancarisation de ces données sur le portail national ADES, la DRIRE Lorraine poursuivra les actions de partage des données avec l Agence de l Eau, ainsi qu avec le BRGM dont l action, qui consiste à apprécier les données de surveillance de la qualité des eaux souterraines, sera renforcée sur les sites lorrains jugés les plus pertinents au regard des caractéristiques environnementales de chacun des sites. P 88 93

ÉTUDE IMMOBILIER. 1. L émergence d un droit des sites et sols pollués

ÉTUDE IMMOBILIER. 1. L émergence d un droit des sites et sols pollués 1158 ÉTUDE IMMOBILIER ENVIRONNEMENT La problématique des sols pollués n est plus à poser pour le notariat 1. À ce titre, la loi n 2014-366 du 24 mars 2014 (Alur) comporte des avancées significatives, tant

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale PROGRAMME D ACTION 2013-2018 Aides financières Rhône Méditerranée Corse EAU POTABLE Collectivités locales Établissements publics de coopération intercommunale PROTECTION DES CAPTAGES D EAU POTABLE Mettre

Plus en détail

(Texte non paru au journal officiel) Le Ministre de l Education Nationale. La Ministre des Affaires Sociales et de la Santé

(Texte non paru au journal officiel) Le Ministre de l Education Nationale. La Ministre des Affaires Sociales et de la Santé Circulaire du 17 décembre 2012 relative aux diagnostics des sols dans les lieux accueillant les enfants et les adolescents - Deuxième vague de diagnostics NOR : DEVP1238100C (Texte non paru au journal

Plus en détail

BASSIN RM PROGRAMME D ACTIONS SUR LA POLLUTION PAR LES PCB. FICHE ACTION N I-3.1 : Identification des sources industrielles actuelles

BASSIN RM PROGRAMME D ACTIONS SUR LA POLLUTION PAR LES PCB. FICHE ACTION N I-3.1 : Identification des sources industrielles actuelles FICHE ACTION N I-3.1 : Identification des sources industrielles actuelles Rechercher des sources d émissions industrielles de PCB éventuellement actives Exploitation des données recueillies lors de la

Plus en détail

Inventaire historique d'anciens sites industriels et activités de service dans le département de l Indre-et-Loire

Inventaire historique d'anciens sites industriels et activités de service dans le département de l Indre-et-Loire Inventaire historique d'anciens sites industriels et activités de service dans le département de l Indre-et-Loire Préambule départemental Mise à disposition Décembre 2003 BRGM SERVICE DES ACTIONS RÉGIONALES

Plus en détail

LES RISQUES. La notion de risque : Les risques naturels majeurs : Conclusion

LES RISQUES. La notion de risque : Les risques naturels majeurs : Conclusion LES RISQUES Sources : DIREN pays de la Loire DRIRE Pays de la Loire La notion de risque : Les grands principes de la gestion des risques Le Dossier Départemental des Risques Majeurs Les risques technologiques

Plus en détail

Programme d action et plan de financement 2015 des SAGE portés par l Etablissement

Programme d action et plan de financement 2015 des SAGE portés par l Etablissement Programme d action et plan de financement 2015 des SAGE portés par l Etablissement A la demande des commissions locales de l eau (CLE) concernées, l Etablissement devrait assurer en 2015 le rôle de structure

Plus en détail

La bancarisation des données de surveillance des eaux souterraines des Installations Classées (ICPE) Base de données ADES

La bancarisation des données de surveillance des eaux souterraines des Installations Classées (ICPE) Base de données ADES La bancarisation des données de surveillance des eaux souterraines des Installations Classées (ICPE) Base de données ADES C. Baierer Hydrogéologue du Objectifs de la présentation > Découvrir l intérêt

Plus en détail

7 Les sites et sols pollués ou potentiellement pollués

7 Les sites et sols pollués ou potentiellement pollués 7 Les sites et sols pollués ou potentiellement pollués 7.1 Informations générales sur les sites et sols pollués p. 82 7.2 Le cadre réglementaire pour les sites et sols pollués p. 83 7.3 Les sites inscrits

Plus en détail

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES 11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES SOLS POLLUÉS Cette fiche documentée présente les procédures techniques mises en place pour identifier et caractériser les sols pollués ainsi que

Plus en détail

Colloque EPL AdCF. Politique foncière : de la stratégie à l opération d aménagement Maubeuge le 15 octobre 2009

Colloque EPL AdCF. Politique foncière : de la stratégie à l opération d aménagement Maubeuge le 15 octobre 2009 Colloque EPL AdCF Politique foncière : de la stratégie à l opération d aménagement Maubeuge le 15 octobre 2009 Stratégie foncière et marché local foncier le rôle de l EPF Nord Pas de Calais Intervention

Plus en détail

MODULE III. Les Etudes Préliminaires A100 A110 A120

MODULE III. Les Etudes Préliminaires A100 A110 A120 MODULE III Les Etudes Préliminaires A100 A110 A120 C.COATTRENEC - 11/2016 SOMMAIRE I. LA VISITE DE SITE II. L ÉTUDE HISTORIQUE ET DOCUMENTAIRE III. L ÉTUDE DE VULNÉRABILITÉ AVANT-PROPOS Toute démarche

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : DEVP1510072D Intitulé du texte : Décret relatif aux secteurs d information sur les sols prévus par l article L.125-6 du code de et portant diverses dispositions

Plus en détail

Secteur d'information sur les Sols (SIS)

Secteur d'information sur les Sols (SIS) Secteur d'information sur les Sols (SIS) Identification Identifiant Nom usuel Adresse Lieu-dit Département Commune principale Caractéristiques du SIS Etat technique Observations 77SIS00038 Centre EDF /

Plus en détail

Etat des masses d eaux souterraines vis-à-vis des pollutions industrielles

Etat des masses d eaux souterraines vis-à-vis des pollutions industrielles Etat des masses d eaux souterraines vis-à-vis des pollutions industrielles Etude «pressions-état-impacts» bassin Rhône-Méditerranée Corinne MERLY BRGM Qualité des eaux souterraines et pressions industrielles

Plus en détail

Réunion de travail du 16 Septembre 2014

Réunion de travail du 16 Septembre 2014 Risques de pollution des sols et intégration dans les documents d urbanisme Retour d expérience sur les opérations de la Ville du Havre Réunion de travail du 16 Septembre 2014 Le Havre Environ 175 000

Plus en détail

Instruction du Gouvernement du 4 juin 2015 relative au financement par les agences de l eau des retenues de substitution NOR : DEVL1508139J

Instruction du Gouvernement du 4 juin 2015 relative au financement par les agences de l eau des retenues de substitution NOR : DEVL1508139J RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Direction générale de l aménagement, du logement et de la nature Direction de l eau et de la biodiversité Sous-direction

Plus en détail

FORMATION CONTINUE LES GÉOSCIENCES

FORMATION CONTINUE LES GÉOSCIENCES Sites et sols pollués et déchets Ressources en eau souterraine Métrologie de l environnement Géologie Systèmes d information Géothermie Stockage géologique du CO2 Gestion du littoral Risques naturels géologiques

Plus en détail

PRÉFET DES HAUTS-DE-SEINE

PRÉFET DES HAUTS-DE-SEINE PRÉFET DES HAUTS-DE-SEINE Arrêté complémentaire DRE n 2012-35 du 5 mars 2012 imposant des prescriptions à la société TOTAL RAFFINAGE MARKETING en charge des travaux et du suivi de la remise en état de

Plus en détail

- la gestion environnementale des canaux et leurs stations de pompage, des ruisseaux, des cours d eau, de l étang et de ses zones humides,

- la gestion environnementale des canaux et leurs stations de pompage, des ruisseaux, des cours d eau, de l étang et de ses zones humides, REGLEMENT DU SAGE du bassin versant de l étang du Biguglia approuvé par la CLE le 12 janvier 2012 PREALABLE La particularité du fonctionnement du bassin versant de l étang de Biguglia repose sur la présence

Plus en détail

Faits marquants. Fiche 3 Les sols. Contexte. Impact des activités industrielles et de traitements

Faits marquants. Fiche 3 Les sols. Contexte. Impact des activités industrielles et de traitements Fiche 3 Les sols Faits marquants En septembre 2004, 163 sites et sols pollués (ou potentiellement pollués) par des activités industrielles ou de traitement des déchets étaient recensés en région PACA,

Plus en détail

zones strategiques A preserver sur la nappe Alluviale

zones strategiques A preserver sur la nappe Alluviale 58 zones strategiques A preserver sur la nappe Alluviale de LA SAÔNE pour la production d eau potable Toutes les informations détaillées zone par zone sur : www.eptb-saone-doubs.fr/nappesaone 58 zones

Plus en détail

Isabelle FOURNIER DCSI/AEAG Cinquantenaire AGSO le Septembre 2014 Muséum d histoire naturelle de Toulouse

Isabelle FOURNIER DCSI/AEAG Cinquantenaire AGSO le Septembre 2014 Muséum d histoire naturelle de Toulouse La qualité de l eau souterraine dans le grand sud-ouest Les qualités naturelles et les différents types de pollutions, les moyens et les méthodes pour les évaluer Isabelle FOURNIER DCSI/AEAG Cinquantenaire

Plus en détail

15- LES RISQUES QUI INTERFERENT SUR L URBANISATION

15- LES RISQUES QUI INTERFERENT SUR L URBANISATION 15- LES RISQUES QUI INTERFERENT SUR L URBANISATION Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU Décembre 2015 219 L étude «risquologie» réalisée par Environnement, Aménagement, Carrières et Matériaux

Plus en détail

LA POLITIQUE MUNICIPALE DE LUTTE CONTRE LE BRUIT

LA POLITIQUE MUNICIPALE DE LUTTE CONTRE LE BRUIT 5 octobre 2010 1 LA POLITIQUE MUNICIPALE DE LUTTE CONTRE LE BRUIT Thématique prise en compte par la collectivité parisienne depuis les années 90 LE CLASSEMENT ACOUSTIQUE DES VOIES PARISIENNES : Il a été

Plus en détail

14. APERÇU DES PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION DE L EAU EN RÉGION BRUXELLOISE

14. APERÇU DES PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION DE L EAU EN RÉGION BRUXELLOISE 14. APERÇU DES PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION DE L EAU EN RÉGION BRUXELLOISE 1.Introduction La Région bruxelloise est située majoritairement dans le sous-bassin de la Senne. Ce cours d eau et ses affluents

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux la lettre du Sage Est lyonnais. Michel Forissier. photographiques : JF Marin

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux la lettre du Sage Est lyonnais. Michel Forissier. photographiques : JF Marin juin 2013 no 8 Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux la lettre du Sage Est lyonnais Bulletin d information de la Commission Locale de l Eau Un Sage c est édito L année 2013 sera marquée par l élaboration

Plus en détail

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES EN DROIT FRANCAIS

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES EN DROIT FRANCAIS LA GESTION DES EAUX PLUVIALES EN DROIT FRANCAIS Laurie VAYSON Chargée des affaires juridiques et foncières 1 LA GESTION DES EAUX PLUVIALES - Les eaux pluviales et le droit privé. - Les eaux pluviales et

Plus en détail

Eco-quartier De l Octroi. Villefranche sur Mer

Eco-quartier De l Octroi. Villefranche sur Mer Eco-quartier De l Octroi Villefranche sur Mer H4 / AEU 16 avril 2013 Table des matières 1 Conclusions des analyses des connaissances sur l état des sols... 3 2 Bilan des connaissances sur l état des sols

Plus en détail

créer de l emploi dans les territoires

créer de l emploi dans les territoires 3 créer de l emploi dans les territoires 3 Créer de l emploi dans les territoires L Économie sociale et solidaire trouve sa force dans les territoires : quartiers urbains, zones rurales, bassins industriels

Plus en détail

1 sur 6 08/08/17 09:39

1 sur 6 08/08/17 09:39 Ministère de la Transition écologique et solidaire Lutte contre les pollutions Sites et Sols Pollués Basol Recherche Base de données BASOL sur les sites et sols pollués (ou potentiellement pollués) appelant

Plus en détail

FICHE MAÎTRE D'OUVRAGE

FICHE MAÎTRE D'OUVRAGE FICHE MAÎTRE D'OUVRAGE Syndicat LATRESNE Le département de la Gironde se caractérise par la présence d importantes réserves en eaux souterraines. Il fait aussi partie des départements où les nappes profondes

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE CSA Centre de stockage de l Aube pour les déchets de faible et moyenne activité à vie courte Actualisée au 15/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique

Plus en détail

Philippe RICOUR AERM - Expert Substances Toxiques

Philippe RICOUR AERM - Expert Substances Toxiques ELEMENTS DE CONTEXTE REGLEMENTAIRE : Emissions de substances des Stations de Traitement des Eaux Usées des Collectivités Philippe RICOUR AERM - Expert Substances Toxiques 1 Eléments de contexte Directive

Plus en détail

Objectif 3 : jeudi 27 janvier 2005 à la Mutualité (Paris 5ème)

Objectif 3 : jeudi 27 janvier 2005 à la Mutualité (Paris 5ème) Objectif 3 : jeudi 27 janvier 2005 à la Mutualité (Paris 5ème) Maison de la Mutualité 9h30-13h Salle Monge 24, rue Saint Victor 75005 Paris - Métro Maubert- Mutualité 1 - Modifications du Complément de

Plus en détail

Appel à projets. Pour la réalisation d un accompagnement à l Approche Environnementale de l Urbanisme (AEU2)

Appel à projets. Pour la réalisation d un accompagnement à l Approche Environnementale de l Urbanisme (AEU2) La Direction Régionale de l ADEME Guadeloupe, En collaboration avec le CAUE de Guadeloupe, dans le cadre du Réseau d Urbanisme Durable de Guadeloupe Appel à projets Pour la réalisation d un accompagnement

Plus en détail

1 sur 7 20/03/17 15:16

1 sur 7 20/03/17 15:16 Ministère de l'écologie, du Développement Durable et de l'énergie Lutte contre les pollutions Sites et Sols Pollués Basol Recherche Base de données BASOL sur les sites et sols pollués (ou potentiellement

Plus en détail

POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE Rapport pour le conseil régional MARS 2016 Présenté par Valerie Pécresse Présidente du conseil régional d'ile-de-france POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE NOUVEAU

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.4.2008 C(2008)1329 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION concernant la gestion de la propriété intellectuelle dans les activités de transfert de connaissances

Plus en détail

La Gestion de l eau. Pont canal de BRIARE. Villa d Este à TIVOLI Rome 1

La Gestion de l eau. Pont canal de BRIARE. Villa d Este à TIVOLI Rome 1 La Gestion de l eau Pont canal de BRIARE Villa d Este à TIVOLI Rome 1 L eau source de vie 2 Le cycle de l eau 3 Des quantités d eau douce limitées 4 Et mal réparties 5 Et mal réparties Demande Pauvre en

Plus en détail

INDICATEURS DE SUIVI DE LA QUALITE DE SERVICE DE REGAZ

INDICATEURS DE SUIVI DE LA QUALITE DE SERVICE DE REGAZ INDICATEURS DE SUIVI DE LA QUALITE DE SERVICE DE REGAZ GUIDE DE LECTURE DES TABLEAUX DE BORD MENSUELS Version 1 du 1 er juillet 2009 Page 1 Préambule Le tarif ATRD3, entré en vigueur le 1 er juillet 2009,

Plus en détail

Mise en place de la Directive Cadre sur l Eau en Poitou-Charentes : Projet de SDAGE Loire-Bretagne

Mise en place de la Directive Cadre sur l Eau en Poitou-Charentes : Projet de SDAGE Loire-Bretagne Acteurs de l'eau en Poitou-Charentes : Ensemble pour partager et améliorer nos connaissances Mise en place de la Directive Cadre sur l Eau en Poitou-Charentes : Projet de SDAGE Loire-Bretagne 200-205 Spécificité

Plus en détail

Contamination des milieux aquatiques par les substances dangereuses : de quoi parle-t-on? Thomas PELTE Agence de l eau Rhône-Méditerranée-Corse

Contamination des milieux aquatiques par les substances dangereuses : de quoi parle-t-on? Thomas PELTE Agence de l eau Rhône-Méditerranée-Corse Contamination des milieux aquatiques par les substances dangereuses : de quoi parle-t-on? Thomas PELTE Agence de l eau Rhône-Méditerranée-Corse Plan d intervention Prise en compte des micropolluants La

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 160 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES DE FORMATION POUR TRAVAILLEURS DESIGNES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 160 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES DE FORMATION POUR TRAVAILLEURS DESIGNES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2965 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 160 24 août 2007 S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014 DOSSIER DE PRESSE Belfort, le 03 juin 2014 La Maison départementale des personnes handicapées mise à l honneur par un plaidoyer «Un collectif d associations de personnes en situation de handicap reconnait

Plus en détail

Visite du Président Guy Teissier au poste de contrôle des eaux pluviales de Marseille

Visite du Président Guy Teissier au poste de contrôle des eaux pluviales de Marseille Dossier de presse Visite du Président Guy Teissier au poste de contrôle des eaux pluviales de Marseille Lundi 12 octobre 2015 Retrouvez toute l actualité de MPM, les communiqués et les dossiers de presse

Plus en détail

Protection de la ressource en eau et valorisation écologique : des outils et des enjeux fonciers croisés

Protection de la ressource en eau et valorisation écologique : des outils et des enjeux fonciers croisés Mise en œuvre de la Trame verte et bleue : Quels enjeux et stratégie foncière? Protection de la ressource en eau et valorisation écologique : des outils et des enjeux fonciers croisés Ludovic Lamoureux,

Plus en détail

La prévention de la pollution des sols & La gestion des sites et sols pollués

La prévention de la pollution des sols & La gestion des sites et sols pollués La prévention de la pollution des sols & La gestion des sites et sols pollués Deuxième journée technique MEEDDAT DPPR 2008 1 Gérer en l absence de VCI & VDSS Episode 2 La démarche de Plan de Gestion 2

Plus en détail

GLOBALEMENT, près de la moitié des usagers qui se sont rendus dans une MJD de leur propre initiative estiment

GLOBALEMENT, près de la moitié des usagers qui se sont rendus dans une MJD de leur propre initiative estiment INFOSTAT JUSTICE Mars 11 Numéro 113 Bulletin d information statistique Les Maisons de Justice et du Droit et leurs usagers V. Carrasco, O.Timbart * GLOBALEMENT, près de la moitié des usagers qui se sont

Plus en détail

Améliorer & préserver la qualité de l air?

Améliorer & préserver la qualité de l air? Qualité de l air PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR Améliorer & préserver la qualité de l air? Air PACA vous accompagne www.airpaca.org L amélioration de la qualité de l air et la lutte contre le changement climatique

Plus en détail

La politique nationale en matière. de sites et sols pollués. Toulouse, le 11 septembre 2003 INTRODUCTION

La politique nationale en matière. de sites et sols pollués. Toulouse, le 11 septembre 2003 INTRODUCTION Toulouse, le 11 septembre 2003 DIRECTION REGIONALE DE L INDUSTRIE DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT DE MIDI-PYRENEES Service régional de l environnement industriel 12, rue Michel Labrousse BP 1345

Plus en détail

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Réunion du GT CSFPE réforme territoriale L accompagnement RH de la réforme 16 juin 2015 1 Ordre du jour 1. Point d actualité et retour sur les

Plus en détail

1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD).

1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD). 1. DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR 1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD). 1.2. La présente politique remplace la Politique du CNRC relative aux conflits d intérêts

Plus en détail

Bulletin Officiel du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle

Bulletin Officiel du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle 1 sur 15 07/05/2012 23:48 Bulletin Officiel du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle N o 2002/10 du mercredi 5 juin 2002 Conditions de travail Evaluation Hygiène et sécurité Prévention

Plus en détail

Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt

Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt L Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ci-après l Autorité),

Plus en détail

METHODOLOGIE ET OUTILS

METHODOLOGIE ET OUTILS METHODOLOGIE ET OUTILS OUTIL POUR ORGANISER UNE FORMATION EN CHANTIER CHANTIE ECOLE Contexte Les formations courtes (2 à 5 jours) sont adaptées à un public en emploi. Elles conviennent aux indépendants

Plus en détail

Transformer les sites et sols pollués

Transformer les sites et sols pollués Fiche pédagogique - Janvier 2015 Mise à jour de la Loi ALUR du 24 mars 2014 et des décrets du 22 décembre 2014 Transformer les sites et sols pollués un partenariat public-privé au service des élus et des

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Date d'approbation Date modification POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Date d'approbation Date modification TABLE DES MATIÈRES 1.0 Préambule... 1 2.0 Objectifs... 1 3.0 Valeurs organisationnelles...

Plus en détail

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D'AMENAGEMENT

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D'AMENAGEMENT PREFECTURE D'INDRE-ET-LOIRE GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D'AMENAGEMENT CONCEPTION DES PROJETS ET CONSTITUTION DES DOSSIERS D'AUTORISATION ET DE DECLARATION AU TITRE DE LA POLICE DE L'EAU

Plus en détail

CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE

CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE Le renforcement et la consolidation du cadre de la supervision bancaire en Algérie se sont poursuivis en 2014, année marquée notamment par la promulgation

Plus en détail

PROJET : Extension Est du Parc d activités de la Saussaye BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE 25 SEPTEMBRE AU 6 NOVEMBRE 2013

PROJET : Extension Est du Parc d activités de la Saussaye BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE 25 SEPTEMBRE AU 6 NOVEMBRE 2013 PROJET : Extension Est du Parc d activités de la Saussaye BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE 25 SEPTEMBRE AU 6 NOVEMBRE 2013 CONTEXTE Le parc d activités de la Saussaye, situé sur la commune de Saint Cyr

Plus en détail

La prévention de la pollution des sols & La gestion des sites et sols pollués

La prévention de la pollution des sols & La gestion des sites et sols pollués La prévention de la pollution des sols & La gestion des sites et sols pollués Troisième journée technique MEEDDAT DGPR 2008 1 Les diagnostics : pourquoi et comment Enjeux financiers et techniques 2 Objectifs

Plus en détail

Etat des risques naturels, miniers et technologiques

Etat des risques naturels, miniers et technologiques Etat des risques naturels, miniers et technologiques En application des articles L 125-5 et R 125-26 du Code de l'environnement Réalisé en ligne par : LA MAISON DU DIAGNOSTIC Date de réalisation : 08/10/2015

Plus en détail

Chapitre 11 Les enjeux du «développement durable»

Chapitre 11 Les enjeux du «développement durable» Chapitre 11 Les enjeux du «développement durable» Après le Titre I «Diagnostic territorial» - qui s est attaché à présenter de façon synthétique l ensemble des données disponibles sur l état de la commune

Plus en détail

Comité AcHILE présentation du diagnostic 360 du sans abrisme au mal logement. 20 juin 2014

Comité AcHILE présentation du diagnostic 360 du sans abrisme au mal logement. 20 juin 2014 Comité AcHILE présentation du diagnostic 360 du sans abrisme au mal logement 20 juin 2014 1 Le diagnostic territorial 360 Est une des mesures du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l inclusion

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/012 DELIBERATION N 09/010 DU 3 FEVRIER 2009 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL AU NIVEAU

Plus en détail

Commission permanente sur le développement économique et urbain et l habitation

Commission permanente sur le développement économique et urbain et l habitation Commission permanente sur le développement économique et urbain et l habitation Recommandations sur la vente d aliments sur le domaine public (cuisine de rue) LA COMMISSION PERMANENTE SUR LE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Définition. Caractéristiques

Définition. Caractéristiques RESPONSABILISER LES GESTIONNAIRES La responsabilisation des gestionnaires constitue la pierre angulaire de la démarche de modernisation de la gestion publique, cependant elle suscite de nombreuses interrogations

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA POLLUTION PAR LES PESTICIDES

LUTTE CONTRE LA POLLUTION PAR LES PESTICIDES LUTTE CONTRE LA POLLUTION PAR LES PESTICIDES Bien que traités séparément des autres substances dangereuses, les indicateurs de lutte contre la pollution par les pesticides suivent la même logique : - état

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

Le Conseil général agit en faveur de l eau dans le département

Le Conseil général agit en faveur de l eau dans le département Troyes, le 6 octobre 2014, Le Conseil général agit en faveur de l eau dans le département Signature d un contrat de partenariat entre le Conseil général de l Aube et l agence de l eau Seine-Normandie,

Plus en détail

Association France Alzheimer

Association France Alzheimer Association France Alzheimer Maladie d Alzheimer et Maladies Apparentées Appel à projets «Sciences Médicales» (AAP SM 2016) Subventions allant jusqu à 100.000 Euros Il est recommandé aux candidats de lire

Plus en détail

L agence de l eau Loire Bretagne

L agence de l eau Loire Bretagne L agence de l eau Loire Bretagne Etats généraux bassin de la Creuse 4 juillet 2016 1 Les priorités d intervention du 10eme programme 2013 2018 Répondre aux obligations de la DCE identifiées dans le SDAGE

Plus en détail

Projet de règlement grand-ducal relatif à la protection des eaux souterraines contre la pollution et la détérioration. * * * Exposé des motifs

Projet de règlement grand-ducal relatif à la protection des eaux souterraines contre la pollution et la détérioration. * * * Exposé des motifs Projet de règlement grand-ducal relatif à la protection des eaux souterraines contre la pollution et la détérioration * * * Exposé des motifs Le présent projet de règlement grand-ducal a pour objet de

Plus en détail

Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie. Audit externe CAHIER DES CHARGES

Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie. Audit externe CAHIER DES CHARGES Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie, province Sud 11 rue Guynemer 98 800 Nouméa Tél : (+687) 23 69 69 Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie Audit externe CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Présentation de GIDAF Gestion Informatisée des Données d Autosurveillance Fréquentes

Présentation de GIDAF Gestion Informatisée des Données d Autosurveillance Fréquentes Présentation de GIDAF Gestion Informatisée des Données d Autosurveillance Fréquentes Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des

Plus en détail

Gestion des Voiries. Un patrimoine stratégique Premier lien social, miroir de la commune

Gestion des Voiries. Un patrimoine stratégique Premier lien social, miroir de la commune Gestion des Voiries Un patrimoine stratégique Premier lien social, miroir de la commune Une infrastructure vitale Circulation de flux essentiels Automobiles Piétons Eau potable Assainissement Electricité

Plus en détail

La Région intervient en faveur du logement social

La Région intervient en faveur du logement social PLAN RÉGIONAL DE RELANCE ÉCONOMIQUE www.regionreunion.com La Région intervient en faveur du logement social DOSSIER DE PRESSE 24 NOVEMBRE 2011 LOGEMENT SOCIAL Préambule Dans le cadre de sa compétence «aménagement

Plus en détail

Signature du protocole de coopération pour la protection des données personnelles des consommateurs > 6 janvier 2011

Signature du protocole de coopération pour la protection des données personnelles des consommateurs > 6 janvier 2011 Protocole général de coopération entre la Commission Nationale de l Informatique et des Libertés et la Direction Générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes L évolution

Plus en détail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 11 août 2014 Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Relative au projet

Plus en détail

1. Conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil d administration

1. Conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil d administration Rapport du président du conseil d administration sur les conditions de préparations et d organisation des travaux du conseil et sur les procédures de contrôle interne mises en place par la Société Mesdames,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA

LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA 1 Principes, critères essentiels (en bleu) et critères désirés/recommandés (bleu clair). PRINCIPE 1 : Respect de la législation Critère

Plus en détail

Tous engages pour l eau

Tous engages pour l eau Tous engages pour l eau La directive cadre européenne sur l eau du 23 octobre 2000 fixe un objectif ambitieux aux États membres de l Union : atteindre le bon état des eaux en 2015 Cet objectif est visé

Plus en détail

vers une économie circulaire Pour les emballages métalliques

vers une économie circulaire Pour les emballages métalliques vers une économie circulaire Pour les emballages métalliques dossier de Presse / FÉVRIER 2014 Améliorer le recyclage de l aluminium, une nécessité environnementale et économique L aluminium fait partie

Plus en détail

Les Services d'assainissement Non Collectif (ANC)

Les Services d'assainissement Non Collectif (ANC) Les Services d'assainissement Non Collectif () 69 La Compétence L article L 2224-8 du Code Général des Collectivités Territoriales (modifié par la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 art. 159 et 161) précise

Plus en détail

PLAN NATIONAL DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS

PLAN NATIONAL DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS PLAN NATIONAL DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS La commande publique est en France l un des champs privilégiés d expérimentation de la dématérialisation des échanges, de l utilisation des procédés

Plus en détail

PRSE action 4-1 Réaliser un état des lieux sur les points noirs environnementaux - PNE

PRSE action 4-1 Réaliser un état des lieux sur les points noirs environnementaux - PNE PRSE action 4-1 Réaliser un état des lieux sur les points noirs environnementaux - PNE PRSE II Réaliser un Etat des lieux sur les points noirs environnementaux (PNE) Objectif : identifier les zones géographiques

Plus en détail

Eaux souterraines. Captages AEP. Formation commissaires enquêteurs 17 octobre 2012 Paul CHEMIN

Eaux souterraines. Captages AEP. Formation commissaires enquêteurs 17 octobre 2012 Paul CHEMIN Eaux souterraines Captages AEP Formation commissaires enquêteurs 17 octobre 2012 Paul CHEMIN Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Languedoc Roussillon Eaux souterraines

Plus en détail

Objectif Zéro pesticide dans nos villes et villages

Objectif Zéro pesticide dans nos villes et villages Objectif Zéro pesticide dans nos villes et villages Eau Biodiversité Santé La protection de la ressource Enjeux et état de lieux Murielle DUPUY Agence de l eau Rhône-Méditerranée et Corse - Délégation

Plus en détail

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT CHARTE LOCALE DU SPORT La charte locale du sport fixe les enjeux du développement du sport et des activités physiques et sportives sur le territoire d Aulnay- sous- bois en partenariat avec le monde sportif

Plus en détail

INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I POLLUTION SOMMAIRE

INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I POLLUTION SOMMAIRE INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I 12/11/2010 POLLUTION SOMMAIRE I- Introduction II- Phase Etudes III- Phase Travaux IV- Annexes 2 1 I- Introduction 3 I- Introduction Une pollution du sol

Plus en détail

Réforme anti-endommagement

Réforme anti-endommagement Réforme anti-endommagement Tour de France de la FNEDRE 1ère étape : EGLETONS Mercredi 4 novembre 2015 Service prévention des pollutions, des risques et contrôle des transports Direction régionale de l

Plus en détail

Le projet d éco-quartier de Bongraine à Aytré

Le projet d éco-quartier de Bongraine à Aytré Le projet d éco-quartier de Bongraine à Aytré Plan de situation LA ROCHELLE Une friche ferroviaire de 26 ha AYTRE Maîtrise foncière quasi totale Parc d activités Un périmètre en cours de réflexion Le projet

Plus en détail

Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002

Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002 Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002 Décret n 2002-335 du 14 Février 2002, fixant le seuil duquel la consommation des eaux est soumise à un diagnostic technique, périodique et obligatoire des équipements,

Plus en détail

Un tiers des eaux superficielles en état médiocre à mauvais

Un tiers des eaux superficielles en état médiocre à mauvais Eau 69 Un tiers des eaux superficielles en état médiocre à mauvais L état écologique des cours d eau, défini par la Directive Cadre sur l Eau (DCE), est un indicateur qui intègre des résultats de mesures

Plus en détail

Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les artisans et entreprises prêts à travailler en groupement

Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les artisans et entreprises prêts à travailler en groupement Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les artisans et entreprises prêts à travailler en groupement Enjeux énergétiques de l habitat - Le secteur du bâtiment est

Plus en détail

Projet de construction d un médiathèque et de locaux à usage associatif MARCHE D ETUDES DE PROGRAMMATION. Cahier des Charges

Projet de construction d un médiathèque et de locaux à usage associatif MARCHE D ETUDES DE PROGRAMMATION. Cahier des Charges Projet de construction d un médiathèque et de locaux à usage associatif MARCHE D ETUDES DE PROGRAMMATION Cahier des Charges 1 SOMMAIRE ARTICLE 1 - Objet du marché ARTICLE 2 - Contenu et déroulement de

Plus en détail

charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10

charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10 charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10 www.tourisme.gov.ma 2D DAMA avec bande.indd 1 22/01/2016 14:31:09 Le tourisme est un important vecteur de développement économique,

Plus en détail

Gabriel ANDRE gabriel.andre@administrateur-inet.org. Adrien CADIER adrien.cadier@administrateur-inet.org

Gabriel ANDRE gabriel.andre@administrateur-inet.org. Adrien CADIER adrien.cadier@administrateur-inet.org Gabriel ANDRE gabriel.andre@administrateur-inet.org Adrien CADIER adrien.cadier@administrateur-inet.org Gaëlle GALAND gaelle.galand@administrateur-inet.org Alice KAMENKA alice.kamenka@administrateur-inet.org

Plus en détail