Les sites et sols pollués

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les sites et sols pollués"

Transcription

1 Les sites et sols pollués On considère en France qu un sol est pollué dès lors que cette pollution est susceptible de présenter un impact. Ce n est pas tant la présence de polluants dans les sols qui est problématique mais le fait que cette pollution soit mobilisable et qu elle puisse atteindre une population directement ou indirectement. Une source de pollution peut alors entraîner des risques pour la santé humaine suivant l usage du sol et du sous-sol, cultures, contacts direct avec le sol, envolées de poussières, et conduire aussi à une contamination des ressources en eau potable ou à d autres impacts sur l environnement. Toute pollution contenue dans un sol constitue, quelle que soit sa forme, un potentiel risque pour l homme et pour l environnement. 85

2 RÉGLEMENTATION La gestion des sites pollués directement ou indirectement par des activités industrielles est effectuée dans le cadre de la législation relative aux installations classées pour la protection de l environnement. L arrêté d autorisation fixe en effet les prescriptions techniques d exploitation permettant de limiter l occurrence et la gravité des accidents, qui doivent être déclarés à l inspection. Le Préfet peut alors imposer la réalisation des études et travaux nécessaires. La réglementation encadre également les conditions de remise en état du site à sa cessation d activité, l exploitant devant présenter un mémoire décrivant l état du site et les travaux d évacuation de déchets, de dépollution ou de surveillance nécessaires dans les sols et les eaux. L adoption d une directive cadre sur la protection des sols, qui fait face à de nombreuses difficultés en raison du désaccord de certains pays membres déjà dotés d une politique nationale de gestion des sites et sols pollués, reste un objectif de la Commission européenne dans le cadre du 6 ème programme d action pour l environnement. LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIÈRE DE SITES ET SOLS POLLUÉS La politique nationale en matière de sites et sols pollués s appuie sur trois grands principes : prévenir ; traiter / réhabiliter ; connaître. > Prévenir La prévention est le meilleur moyen de gérer les problèmes de pollution des sols. Les dispositions réglementaires prises en application de la législation sur les installations classées permettent en général, lorsqu elles sont bien respectées, de prévenir l apparition de telles pollutions. Par exemple, avec la réalisation d une étude d impact, l installation de dispositifs de rétention et de confinement est un moyen de prévention. La mise en place de dispositifs de surveillance de l environnement adaptés, principalement des eaux souterraines, autour des sites industriels aujourd hui en activité, permet également de disposer d un signal d alarme, afin de réagir au plus tôt lorsque survient une pollution des sols. > Traiter / Réhabiliter Dans tous les cas, certaines mesures simples, telles que la clôture du site, l enlèvement des fûts stockés à l air libre ou la mise en place d une surveillance ou d un piège piézométrique, permettent d apporter une première réponse aux questions relatives à la réduction du risque pour l homme et l environnement et à l évolution de la pollution. L engagement d études plus ou moins lourdes ne doit jamais conduire à retarder de telles actions. Lorsqu un site a été traité en fonction d un usage donné, il convient de veiller à ce qu il ne soit pas ultérieurement affecté à un nouvel usage incompatible avec la pollution résiduelle du site sans que les études et travaux nécessaires soient entrepris. A cet effet, des dispositifs réglementaires de restrictions d usage de ces sites devront être mis en place. > Connaître Le traitement d un site pollué dépend donc de son impact potentiel sur l homme et l environnement et de l usage auquel il est destiné. Pour qu un tel principe perdure dans le temps, il apparaît essentiel que la connaissance des risques potentiels soit aussi complète que possible et accessible au plus grand nombre. Dans cet objectif, deux démarches parallèles ont été lancées : Des inventaires des sites et sols pollués par des activités industrielles appelant une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif, ont été réalisés en 1994 et 1997 (BASOL). Ces inventaires permettent d appréhender les différentes actions menées par l administration et les responsables de ces sites. Ils sont consultables sur Internet et actualisés en continu. Des inventaires régionaux des anciens sites sont réalisés sous l impulsion du Ministère de l Ecologie et du Développement Durable en partenariat avec les régions, l ADEME et les Agences des bassins dans l ensemble des régions de France. L ensemble des données collectées est mis sur la base créée par le BRGM et est disponible à l adresse Internet suivante : P 87 86

3 ZO O M BASIAS La sensibilisation de l ensemble des acteurs est l un des outils d une politique de prévention des risques liés à la pollution des sols. C est dans le but de développer une vigilance à tous les niveaux que, sous l égide du ministère en charge de l Environnement, le BRGM a développé, depuis 1994, des inventaires des sites ayant été occupés par d anciens sites industriels et activités de service. C est dans le but de développer une vigilance à tous les niveaux que, sous l égide du ministère en charge de l Environnement, le BRGM a développé, depuis 1994, des inventaires des sites ayant été occupés par d anciens sites industriels et activités de service. Ces inventaires, réalisés sur la base de dépouillements de dossiers d archives des Préfectures, de la Direction Régionale des Affaires Culturelles et des Archives Départementales, sont menés à l échelle du département et suivis par un comité de pilotage sous l égide de l administration. Ils permettent de répondre à trois objectifs principaux : recenser de façon large et systématique tous les sites industriels abandonnés ou non, susceptibles d engendrer une pollution de l environnement ; conserver la mémoire de ces sites ; fournir des informations utiles aux acteurs de l urbanisme, du foncier et de la protection de l environnement. A cet effet, les informations recueillies dans le cadre de l inventaire sont stockées dans la base de données BASIAS (Base des Anciens Sites Industriels et Activités de Service). A ce stade, l inscription d un site dans BASIAS ne préjuge toutefois pas qu il soit le siège d une pollution. Les données BASIAS sont consultables : en préfecture et en mairie (fiches papier) ; dans les services géologiques régionaux (SGR) du BRGM ; sur internet ( où elles peuvent être téléchargées gratuitement et directement par l utilisateur. L inventaire historique BASIAS est avant tout destiné au grand public, aux notaires, aux aménageurs et doit servir à apprécier les enjeux relatifs à l état d un terrain en raison des activités qui s y sont déroulées. LES SITES POLLUÉS EN LORRAINE En matière de prévention de la pollution des sols, et dans le cadre du Plan Régional Santé Environnement, l inspection des installations classées s attache à contrôler régulièrement sur les sites en exploitation : la présence de rétentions au niveau des stockages de substances potentiellement dangereuses pouvant être à l origine d une contamination des terrains ; l existence de moyens de surveillance de la qualité des eaux souterraines pour les installations dont l activité présente un fort potentiel de pollution des sols. Actuellement sur les 337 sites inscrits dans BASOL font l objet d une surveillance des eaux souterraines. Pour 154 sites, l absence de surveillance est due soit à l absence de risque d atteinte du milieu (104 sites), soit aux difficultés administratives rencontrées pour mettre en œuvre ces mesures : parcelles en déshérence, impécuniosité des responsables et contentieux malgré la prise de sanctions administratives à leur encontre (50 sites). 87

4 TÉ M O I G N A G E ADES, le portail des données sur les eaux souterraines Laurence CHERY BRGM Service EAU Un portail où prochainement les données d autosurveillance des eaux souterraines seront consultables et saisies en ligne par les industriels. ADES est le portail national d Accès aux Données sur les Eaux Souterraines Il rassemble sur un site Internet public des données quantitatives et qualitatives relatives aux eaux souterraines, dont les objectifs sont : de constituer un outil de collecte et de conservation des données sur les eaux souterraines, d être mobilisable par un large ensemble de partenaires, de permettre les traitements nécessaires à l action de chacun des partenaires, d être le guichet d accès aux informations sur les eaux souterraines, d avoir un suivi de l état patrimonial des ressources pour répondre aux enjeux de la politique des eaux souterraines, d adopter au niveau national un principe de transparence et d accessibilité aux données sur les eaux souterraines. ADES est un outil privilégié pour répondre aux enjeux locaux de la gestion des eaux souterraines et à ceux des directives européennes (Directive Cadre européenne sur l Eau, directive sur la protection des eaux souterraines contre la pollution et la détérioration : la surveillance des masses d eau souterraines, leur mise en œuvre et l évaluation des politiques et des plans de gestion). Les informations régulièrement actualisées sont disponibles par point et par réseau de mesure, par bassin hydrographique, par région et par département, par aquifère. Il est possible d établir aisément des statistiques mensuelles ou annuelles, des représentations graphiques et cartographiques. > Exemple sur une station de mesure La banque ADES est un produit du SIE (Système d Information sur l Eau). Elle a vocation à devenir, grâce à l ensemble de ses partenaires, un outil de communication précieux en facilitant les échanges de données et en favorisant la mise à disposition de l information brute ou élaborée au profit de tous. > Les acteurs sur le système Données sur les Sites industriels liés à des Installations classées ou sites pollués. En France, plus de installations classées pour la protection de l environnement en activité font l objet d une obligation de surveillance des eaux souterraines en amont et aval de leur implantation au titre de l article 65 de l arrêté ministériel du 02/02/98 modifié ou de différents arrêtés ministériels spécifiques (stockage de déchets ménagers et assimilés, carrières, exploitations de traitement de surface ). L obligation de surveillance porte aussi sur les sites et sols pollués, faisant ou ayant fait l objet d actions de la part des pouvoirs publics, afin de s assurer de gestion adaptée des sources de pollutions et de la maîtrise suffisante des éventuels impacts. L ensemble des informations recueillies à ce titre par de multiples intervenants est transmis à l inspection des installations classées en place, principalement dans les directions régionales de l industrie, de la recherche et de l environnement. Ainsi, sur la base d initiatives régionales depuis plusieurs années ou sur la base du programme national régionalisé depuis 2006, les opérations de bancarisation dans la base de données publique ADES des données relatives aux ICSP sont mises en place sur la quasi totalité du territoire national. Les premières phases de bancarisation d ores et déjà engagées pour plus de sites ICSP montrent le bilan suivant : Environ points d eau seront bancarisés. Actuellement sont déclarés dans ADES avec des régions où le nombre de points s eau est supérieur à (Nord-Pas-de-Calais, Alsace, Ile de France, Rhône Alpes), soit au total plus de 3 Millions d analyses bancarisées dans ADES à fin > L avancement de la bancarisation dans ADES à fin 2008 Les informations bancarisées dans ce cadre portent à la fois sur les sites industriels (localisation, identification et activité), sur les forages surveillés (localisation, caractéristiques et entités hydrogéologiques captées) et sur la qualité des eaux souterraines (résultats des analyses historiquement pratiquées, essentiellement celles acquises après 1998). Ces opérations régionales de rattrapage ont été confiées aux services géologiques régionaux du BRGM et sont pilotées par les financeurs que sont les agences de l eau, le MEDDAT, les DRIRE et le BRGM. ADES va évoluer pour permettre aux exploitants et responsables de sites de produire euxmêmes leurs données, d accroître la qualité de l autosurveillance de leurs installations, du contrôle et de la maîtrise des éventuelles sources de pollutions et impacts associés, à partir d un outil de saisie en ligne, GIDAF (Gestion Informatisée des Données d Autosurveillance Fréquentes). La banque ADES contient en mai 2009 : 258 réseaux déclarés contenant points d eau comportant piézomètres et qualitomètres (dont concernent des sites industriels), soit niveaux d eau et analyses d eau consultables en ligne. 88

5 L action engagée en 1994 par le BRGM en termes d inventaire régional historique et servant à alimenter la base de données BASIAS n est pas encore intégralement achevée pour la Lorraine. A ce jour, seuls les départements de la Moselle et de la Meurthe-et Moselle disposent de cet inventaire, et ce respectivement depuis fin 2006 et début L inventaire des Vosges, engagé en fin d année 2007, devrait être finalisé courant L inventaire du département de la Meuse a quant à lui été engagé en début d année P 87 > Evolution de la surveillance des eaux souterraines des sites et sols potentiellement pollués en Lorraine Nombre de sites et sols Evolution par an > Répartition des polluants rencontrés dans les sites et sols pollués en Lorraine (source BASOL) Nbre de sites basol Nbre de sites dont l'absense de surveillance est justifiée Nbre de sites à surveillance différée Nbre de sites surveillés 11,2 % 18,1 % 4,5 % 3,5 % 3,5 %1,5 % 0,1 % 6,5 % 0,4 % 8,9 % 1,7 % 2,8 % 11 % 0,4 % 5,3 % 8,9 % 8,9 % 2,3 % 0,5 % Arsenic Baryum Cadmium Cobalt Chrome Cuivre Mercure Molybdène Nickel Plomb Sélénium Zinc Hydrocarbures HAP Cyanures PCB-PCT Solvants halogénés Solvants non halogénés Pesticides 89

6 BILAN 2008 SITES CONTAMINÉS PAR LES PCB Dans le cadre du plan national d action contre la pollution aux polychlorobiphényles (PCB), l inspection des installations classées s est attachée en 2008 à vérifier que les sites lorrains qui ont fait l objet par le passé d une contamination aux PCB ne présentaient plus de sources de pollution active. Sur les 21 sites ayant effectivement fait l objet d une telle contamination, 6 ont fait l objet de traitement appropriés. Les 15 sites restant font quant à eux toujours l objet d un suivi administratif en raison de la nécessité de mettre en œuvre des mesures de gestion visant à désactiver les sources de pollutions ou bien encore de poursuivre la surveillance des eaux souterraines ou de mettre en place des restrictions d usage. MISE EN PLACE DE RESTRICTIONS D USAGE Afin de conserver la mémoire d un site, lorsqu il reste après remise en état une pollution résiduelle limitant les futurs usages d un site, il convient de mettre en place des restrictions d usage sous forme de Servitudes d Utilité Publiques ou contractuelles. 29 sites répertoriés dans BASOL sont actuellement assujettis de restrictions d usage. Ces dernières prennent le plus souvent la forme de restrictions conventionnelles mais peuvent également être instaurées sous forme de Servitudes d Utilité Publique. Les arrêtés préfectoraux instaurant des Servitudes d Utilité Publique sur le crassier de Veymerange (57) et sur le site BP France de Metz (57) ont été signés respectivement le 26 janvier 2009 et le 12 février En 2009, l inspection des installations classées s assurera de la mise en place de restrictions d usage sur les sites pour lesquels cela a été jugé comme nécessaire en MISE À JOUR DES DONNÉES DE BASOL En 2008, une importante action de mise à jour de la base de données BASOL a été réalisée. Cette mise à jour a nécessité de réexaminer les fiches de chacun des établissements pour lesquels elle a été entreprise et donc de reconsidérer la situation de chacun des sites au regard des actions qui ont été entreprises depuis la dernière mise à jour. Cette action de toilettage de la base de données sera poursuivie sur 2009 sur les fiches qui n ont pas pu être examinées en Une fois la base de données intégralement complétée, l inspection s attèlera à alimenter régulièrement cette dernière d informations récentes, afin qu elle soit maintenue à jour en permanence. COLLOQUE SITES ET SOLS POLLUÉS DU 23 SEPTEMBRE 2008 Suite à la réorientation de la politique ministérielle en matière de gestion des sites et sols pollués, la DRIRE Lorraine, en partenariat avec l Etablissement Public Foncier de Lorraine et l Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie, a organisé le colloque «Gestion et reconversion des sites pollués», qui s est tenu le 23 septembre 2008 à l Abbaye des Prémontrés à Pont-à-Mousson. P 91 90

7 TÉ M O I G N A G E Colloque SSP Erika PEIXOTO Inspecteur des Installations Classées Le Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de l Aménagement du Territoire a présenté en 2007 les nouveaux outils de diagnostic et de gestion des sites et sols pollués, dont la mise en œuvre est adaptée au nouvel usage envisagé des sites. Compte tenu des forts enjeux dans ce domaine en Lorraine, la DRIRE et l EPF Lorraine, en collaboration avec l ADEME, ont organisé le 23 septembre 2008 un colloque «Gestion et reconversion des sites pollués» à l Abbaye des Prémontrés, à Pont-à-Mousson. L objectif de cette manifestation, qui a rassemblé environ 150 participants, était d informer les collectivités et les acteurs de l aménagement des stratégies et des démarches de recyclage foncier des sites pollués. L enjeu de cette rencontre était également d inciter à privilégier le recyclage des espaces urbains plutôt que l extension sur les espaces ruraux périphériques, conformément aux orientations prises dans le cadre du Grenelle de l environnement. PLAN DE RELANCE Dans le cadre du plan de relance de l économie, pour lequel l ADEME a été dotée d une enveloppe prévisionnelle de 20 M, l inspection des installations classées a été amenée à identifier les projets d aménagement urbain susceptibles d être bloqués en raison de l existence de pollutions résiduelles sur les terrains concernés. Cette prospection a été appuyée par une concertation avec les différents acteurs concernés et en particulier avec l EPF Lorraine, acteur majeur en termes de reconversion des friches industrielles dans la région. Sur les sites proposés, 3 sites lorrains ont été présélectionnés par les ministères du développement durable et de la relance. L un d entre eux est actuellement en cours d instruction. Les deux autres feront l objet d une instruction plus détaillée par la suite. P 91 ZO O M Plan de relance friches L existence d un certain nombre de friches polluées en milieu urbain peut gêner aujourd hui le développement des villes et conduire certains promoteurs à utiliser des terrains jusqu alors laissés intact par l activité humaine. Ce phénomène d étalement urbain, conjugué à la pression foncière particulièrement forte dans certains secteurs et à la problématique des transports, constitue un nouvel enjeu de développement urbain durable, mettant ainsi en avant la nécessité de reconversion les friches situées en cœur de ville. Cependant, la présence de pollutions résiduelles sur ces anciens terrains industriels constitue régulièrement une entrave aux projets d aménagement urbain ou de développement économique compte tenu des coûts potentiels que représente leur dépollution et de l incertitude qui pèse bien souvent sur l estimation a priori de ces coûts. Dans de nombreux cas, cette situation bloque le bon déroulement de projets d aménagement et peut même conduire à renoncer au projet voire à le réaliser à l extérieur de la ville, sur des terrains vierges de toute activité, accentuant ainsi le phénomène d étalement urbain. Aussi, pour faciliter la reconversion de ces friches, enjeu par ailleurs identifié par le Grenelle de l Environnement, dans le cadre du Plan de relance de l économie présenté par le Président de la République, une enveloppe prévisionnelle de 20 M a été remise en gestion à l ADEME pour intervenir sur la dépollution et la réhabilitation de friches industrielles dans le cadre de projets d aménagement urbain prévus sur l année Ces aides viennent ainsi compléter et renforcer le dispositif d aide aux études préalables mis en place par l ADEME sur les friches industrielles, sans interférer toutefois avec la mission de maîtrise d ouvrage confiée par l Etat à l ADEME pour le cas des sites orphelins. Ces aides, qui prendront la forme de subventions aux maîtres d ouvrage pouvant aller jusqu à 50 % des coûts de dépollution des sites, seront attribuées pour des projets d aménagement ou de renouvellement urbain pour lesquels la pollution du terrain serait susceptible de compromettre la réalisation du projet et ce en l absence de responsable de la pollution. 91

8 PERSPECTIVES 2009 INVENTAIRE BASIAS Les départements des Vosges et de la Meuse font partie de ceux pour lesquels l inventaire historique régional BASIAS n est pas encore achevé. Cet inventaire devrait être finalisé pour la fin du troisième trimestre 2009 pour le département des Vosges et pour la fin de l année 2010 pour le département de la Meuse. Les investigations sont en cours pour que cet inventaire soit finalisé dans le courant de l année 2009 pour les Vosges et pour la fin de l année 2010 pour la Meuse. > Etablissements sensibles Dans la continuité de l action lancée en 2007 sur les 76 premiers départements pour lesquels l inventaire BASIAS était achevé, le BRGM engagera en 2009 les opérations d identification des établissements sensibles construits sur ou à proximité de sites potentiellement contaminés sur 16 nouveaux départements dotés de BASIAS. Les départements de Meurthe-et-Moselle et Moselle sont concernés par cette deuxième vague de l action. P 92 ZO O M Action nationale sur les établissements sensibles La circulaire interministérielle du 8 février 2007 relative à l implantation sur des sols pollués d établissements accueillant des populations sensibles propose des modalités de gestion spécifiques pour les projets de création ou d extension d établissements dits sensibles, à savoir ceux accueillant des enfants. Pour les établissements sensibles déjà construits et susceptibles de se situer sur ou à proximité de sites potentiellement pollués, le ministère en charge de l environnement a initié dès 2006 une démarche de recensement, basée sur les informations disponibles dans la base de données nationale BASIAS. Ainsi, le ministère a confié en 2006 au Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) une mission de repérage de ces établissements, ce dans l objectif de détecter de manière proactive un éventuel problème sanitaire lié à des pollutions historiques. Cette mission se décompose en trois étapes : la première étape consiste à superposer les adresses des sites BASIAS et les adresses des établissements accueillant des populations sensibles ; la deuxième étape consiste à s assurer de la réelle concordance des adresses à partir de vérifications documentaires précises et surtout par des repérages systématiques sur place ; la troisième étape consiste, pour les sites qui le nécessitent, à adapter la démarche IEM de la circulaire du 8 février 2007 à chacun des cas rencontrés. Le déploiement de cette méthodologie a été engagé à partir de l année 2007 pour les départements dont l inventaire BASIAS était achevé en fin d année En fin d année 2008, sur les établissements qui ont fait l objet des étapes de vérification, aucun cas nécessitant la mise en œuvre de mesures immédiates d investigation ou de gestion n a été détecté. Compte tenu de l achèvement d un bon nombre d inventaires historiques en fin d année 2008, cette procédure sera engagée sur 16 nouveaux départements, dont la Meurthe-et-Moselle et la Moselle. 92

9 SITES CONTAMINÉS PAR LES POLYCHLOROBIPHÉNYLES (PCB) Dans la continuité de l action nationale contre la pollution aux PCB engagée en 2008, l inspection des installations classées poursuivra les actions engagées sur les sites dont la contamination est avérée. SURVEILLANCE DES NAPPES En Lorraine, près de 300 sites relevant de l Inspection des installations classées font l objet d une surveillance de la qualité des eaux souterraines. Ces sites sont ceux répertoriés dans BASOL, auxquels viennent s ajouter ceux soumis aux dispositions de l article 65 de l arrêté du 22 février 1998, ainsi que les Installations de Stockage de Déchets, soumis à cette même surveillance. SITES POLLUÉS SITUÉS EN PÉRIMÈTRE DE PROTECTION DE CAPTAGE POUR L ALIMENTATION EN EAU POTABLE Sur la base d un croisement des cartes localisant les sites pollués et les captages d eau destinés à l alimentation en eau potable, l inspection s attachera à vérifier en 2009 que les sites pollués qui seraient implantés dans les périmètres de protection rapprochés ou éloignés de tels captages ne sont pas susceptibles d impacter la ressource en eau. RESTRICTIONS D USAGE En 2009, l inspection des installations classées s attachera à s assurer de la mise œuvre des mesures de restrictions d usages sur les sites pour lesquels cela a été identifié comme nécessaire en L inspection des installations classées poursuivra par ailleurs l examen des sites pour lesquels il serait opportun d en conserver la mémoire, l usage ou les modalités de surveillance. Dans le cadre de la Directive Cadre sur l Eau, qui prévoit un bon état des masses d eau souterraines pour 2015, l Agence de l Eau souhaite pouvoir accéder à ce vaste réseau de surveillance constitué dans le but de faire des prélèvements et d identifier d autres sources de pollutions (agricoles, urbaines, etc.). Dans l attente de la bancarisation de ces données sur le portail national ADES, la DRIRE Lorraine poursuivra les actions de partage des données avec l Agence de l Eau, ainsi qu avec le BRGM dont l action, qui consiste à apprécier les données de surveillance de la qualité des eaux souterraines, sera renforcée sur les sites lorrains jugés les plus pertinents au regard des caractéristiques environnementales de chacun des sites. P 88 93

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour le bassin Rhône Méditerranée,

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

For the benefit of business and people. 1 - Présentation du projet de la ZAC. 7 - Suivi environnemental et programme d intervention

For the benefit of business and people. 1 - Présentation du projet de la ZAC. 7 - Suivi environnemental et programme d intervention Ancien site des Ferronneries du Midi Future ZAC Ponts Jumeaux Projet de dépollution 15 décembre 2004 For the benefit of business and people 1 - Présentation du projet de la ZAC 2 - Rappel de l historique

Plus en détail

Dosage des métaux lourds (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) dans les sols par ICP-MS

Dosage des métaux lourds (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) dans les sols par ICP-MS Dosage des métaux lourds (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) dans les sols par ICP-MS Analysis of heavy metals (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) in soils by ICP-MS Nicolas ALSAC Eurofins Environnement

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

UN NOUVEL USAGE POUR LES SITES POLLUES

UN NOUVEL USAGE POUR LES SITES POLLUES LES CAHIERS TECHNIQUES UN NOUVEL USAGE POUR LES SITES POLLUES Le rôle des collectivités territoriales UN NOUVEL USAGE POUR LES SITES POLLUES Le rôle des collectivités territoriales LES CAHIERS TECHNIQUES

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

VILLE DE SAINT-DIE-DES- VOSGES

VILLE DE SAINT-DIE-DES- VOSGES Département des Vosges VILLE DE SAINT-DIE-DES- VOSGES AVENANT N 7 AU CAHIER DES CHARGES POUR L EXPLOITATION PAR AFFERMAGE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT 1/19 Décembre 2012 Entre les soussignées

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Élaboration du volet «éolien» du schéma régional du climat, de l air et de l énergie DREAL Nord Pas de Calais Service ECLAT CCTP volet éolien du SRCAE page 1

Plus en détail

Etat des lieux de l immobilier d entreprises en Guadeloupe

Etat des lieux de l immobilier d entreprises en Guadeloupe Etat des lieux de l immobilier d entreprises en Guadeloupe La conjoncture immobilière en Guadeloupe est au vert depuis les 6 dernières années. Ce boom immobilier concerne aussi l immobilier d entreprises

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU GUICHET Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014 ANJOU PORTAGE FONCIER Ingénierie et action foncière dans la Politique Départementale de l Habitat Janvier 2014 Les outils d action foncière et td d urbanisme durable du PDH Une phase d étude préalable

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 1 er juin 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 8 sur 152 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Caractéristiques des eaux utilisées en industrie agroalimentaire

Caractéristiques des eaux utilisées en industrie agroalimentaire Caractéristiques des eaux utilisées en industrie agroalimentaire DANGERS Cette fiche ne prétend pas être exhaustive. Elle vise à enrichir (et non limiter) la réflexion des professionnels sur le sujet des

Plus en détail

Pour renforcer la politique foncière d aménagement rural et d installations agricoles : le partenariat Région Safer

Pour renforcer la politique foncière d aménagement rural et d installations agricoles : le partenariat Région Safer Pour renforcer la politique foncière d aménagement rural et d installations agricoles : le partenariat Région Safer Ce document est issu d une concertation entre la Fédération Nationale des Sociétés d

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant proposition d approbation du lancement du déploiement généralisé du système de comptage évolué de GrDF Participaient

Plus en détail

Biens vacants et sans maitre, biens en état d abandon manifeste. Comment récupérer du foncier pas cher et lutter contre vacance et friches urbaines.

Biens vacants et sans maitre, biens en état d abandon manifeste. Comment récupérer du foncier pas cher et lutter contre vacance et friches urbaines. Biens vacants et sans maitre, biens en état d abandon manifeste Comment récupérer du foncier pas cher et lutter contre vacance et friches urbaines. Bouche Double - dec 2012 Biens vacants et sans maitre

Plus en détail

Journée «Eau et Assainissement

Journée «Eau et Assainissement Journée «Eau et Assainissement Enjeux et qualité de l eau sur le territoire du SAGE ATG Véronique GONZALEZ 23/01/2014 2 Agence Régionale de Santé Bretagne Origine des ARS : créées par l article 118 de

Plus en détail

Newsletter n 10 Mars 2012

Newsletter n 10 Mars 2012 Newsletter n 10 Mars 2012 La SHOB et la SHON sont remplacées par la surface plancher depuis le 1er Mars 2012. À l occasion de l adoption de la loi Grenelle 2 en juillet 2010, le Parlement a autorisé le

Plus en détail

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00 Date d ouverture de l appel à projet : 1er octobre 2015 Date limite d envoi des dossiers de candidatures : 31 janvier 2016 Pour toutes questions : Délégation du bassin Atlantique-Dordogne Unité territoriale

Plus en détail

ACTIONS DES PRÉVENTEURS DE L ASSURANCE MALADIE RISQUES PROFESSIONNELS. Point d étape et perspectives

ACTIONS DES PRÉVENTEURS DE L ASSURANCE MALADIE RISQUES PROFESSIONNELS. Point d étape et perspectives Colloque ACTIONS DES PRÉVENTEURS DE L ASSURANCE MALADIE RISQUES PROFESSIONNELS Point d étape et perspectives cancers professionnels INRS 27 et 28 novembre 2014 Michel Haberer Carsat Alsace Moselle 1 >

Plus en détail

REUSSIR VOTRE ACHAT IMMOBILIER. Les frais annexes

REUSSIR VOTRE ACHAT IMMOBILIER. Les frais annexes REUSSIR VOTRE ACHAT IMMOBILIER 2 Les frais annexes La réussite de votre projet d habitation dépen Sachez évaluer le coût réel de votre projet en prenant en compte tous les frais annexes qu il entraîne

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR DEPARTEMENT DE LA GIRONDE COMMUNE DE BORDEAUX Enquête publique du 1 er juillet 2013 au 31 juillet 2013 inclus : Demande de permis de construire déposée à la mairie de Bordeaux et concernant le projet d

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS Plan de Communication Opérationnel de l Agence du Bassin Hydraulique du Loukkos 1 PLAN 1. Analyse de l environnement 2. l environnement externe

Plus en détail

Délibération au Conseil Municipal du lundi 29 avril 2013

Délibération au Conseil Municipal du lundi 29 avril 2013 9 Délibération au Conseil Municipal du lundi 29 avril 2013 Désaffectation et déconstruction d'un bâtiment municipal -Théatre du maillon à Hautepierre. Avis de la Ville de Strasbourg sur le déclassement

Plus en détail

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 Le Master 2 Paysage et Aménagement est une spécialité du Master Urbanisme et Aménagement. Celui-ci est

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

Le certificat individuel (Produits phytosanitaires)

Le certificat individuel (Produits phytosanitaires) Centre de Gestion du Haut Rhin Fonction Publique Territoriale 22 rue Wilson 68027 COLMAR Cedex Tél. : 03 89 20 36 00 Fax : 03 89 20 36 29 cdg68@calixo.net www.cdg68.fr Circulaire n 20/2013 Cl. C 44 Colmar,

Plus en détail

Le droit de préemption en matière immobilière

Le droit de préemption en matière immobilière Le droit de préemption en matière immobilière C est le truc le plus grave à louper. I Le preneur à bail rural C est surement le texte le plus ancien dans notre droit positif actuel. Cela date de 1945.

Plus en détail

Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans :

Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans : Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans : Quels intérêts? Stéphanie BOULAY Direction des Rivières Ile-de-France Service Investissements Industries Ile-de-France SIARH - 3 décembre

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 L accueil des gens du voyage Ministère de l'équipement, des Transports et du Logement direction générale de l

Plus en détail

Pour un développement raisonné & responsable de nos territoires CHARTE AGRICULTURE, URBANISME et TERRITOIRES. Deux - Sèvres

Pour un développement raisonné & responsable de nos territoires CHARTE AGRICULTURE, URBANISME et TERRITOIRES. Deux - Sèvres Pour un développement raisonné & responsable de nos territoires CHARTE AGRICULTURE, URBANISME et TERRITOIRES Deux - Sèvres Le sol est une ressource non renouvelable. Or, l artificialisation des sols au

Plus en détail

commerciaux : comment s y

commerciaux : comment s y J o u r n é e d e s b a u x c o m m e r c i a u x 1 4 n o v e m b r e 2012 o r g a n i s é e p a r l e b u r e a u d e s d i p l ô m é s d u M a s t e r d e M a n a g e m e n t I m m o b i l i e r d e

Plus en détail

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux?

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Qu est-ce qu un Tout le monde produit des déchets dangereux via ses activités quotidiennes

Plus en détail

Charte d exploitation et de demande d accès aux Géoservices. Plateforme Territoriale GUYANE SIG

Charte d exploitation et de demande d accès aux Géoservices. Plateforme Territoriale GUYANE SIG Charte d exploitation et de demande d accès aux Géoservices Plateforme Territoriale GUYANE SIG 25/02/2014 SOMMAIRE 1. LEXIQUE... 3 2. DEFINITION... 3 3. DOMAINE D APPLICATION... 3 A. Objet... 3 B. Bénéficiaires...

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

Les systèmes d alimentation en eau potable

Les systèmes d alimentation en eau potable Eau et Santé Guide technique HO Les systèmes d alimentation en eau potable Évaluer leur vulnérabilité Les systèmes d alimentation en eau potable Évaluer leur vulnérabilité Mars 007 Préface Le maintien

Plus en détail

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces Banque de terres Simon Ouellet Agent de développement rural Un outil pour le développement territorial CLD des Collines-de-l Outaouais Emmanuel Roy Agent de développement écologique Cadre légal des CLD

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 416 RÈGLEMENT SUR LA QUANTITÉ ET LA QUALITÉ DES EAUX USÉES

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 416 RÈGLEMENT SUR LA QUANTITÉ ET LA QUALITÉ DES EAUX USÉES VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 416 RÈGLEMENT SUR LA QUANTITÉ ET LA QUALITÉ DES EAUX USÉES Avis de motion donné le 18 août 2003 Adopté le 2 septembre 2003 En vigueur le 6 août 2004 NOTES EXPLICATIVES

Plus en détail

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française Dossier de presse Octobre 2014 Après de trop longues années de crise, un léger vent d optimisme souffle enfin sur notre industrie automobile.

Plus en détail

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10 Rapport d avancement des travaux de lla Commiissiion Localle de ll Eau du bassiin du Loiiret ANNÉE 2004 INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES...

Plus en détail

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014 ERDF et la Transition Energétique CESE Nice le 23 avril 2014 1. ERDF et la distribution d électricité en France 2. La transition énergétique 3. ERDF dans la transition énergétique 4. En synthèse 1 ERDF

Plus en détail

Éditorial. La gestion des sites et sols pollués par de la radioactivité. Jean-Christophe NIEL Directeur général de l ASN

Éditorial. La gestion des sites et sols pollués par de la radioactivité. Jean-Christophe NIEL Directeur général de l ASN La gestion des sites et sols pollués par de la radioactivité Éditorial Huit ans après le numéro de Contrôle consacré à la gestion des sites pollués par des substances radioactives, j ai souhaité que cette

Plus en détail

PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE LE PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE, Vu le code de l environnement, et notamment ses articles L. 515-12 et R. 515-24 à R.

PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE LE PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE, Vu le code de l environnement, et notamment ses articles L. 515-12 et R. 515-24 à R. DIRECTION RÉGIONALE DE L'ENVIRONNEMENT, DE L'AMENAGEMENT ET DU LOGEMENT PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE Arrêté instituant les servitudes d'utilité publique dans le périmètre des deux cents mètres autour de l'installation

Plus en détail

Réalisation d un avis d experts : «Bruit de fond» des polluants dans l environnement

Réalisation d un avis d experts : «Bruit de fond» des polluants dans l environnement Réalisation d un avis d experts : «Bruit de fond» des polluants dans l environnement Analyse des données existantes et identification des lacunes RECORD 09-0812/1A décembre 2010 RECORD ETUDE N 09-0812/1A

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE Préambule Pourquoi ce guide? Avant propos Dans le département du Rhône, l étalement urbain grandissant et les grands projets

Plus en détail

Pas de plat de remplacement. Menu standard. Consultation de la Diététicienne proposée. Plat de substitution réalisé par l U.C.P..

Pas de plat de remplacement. Menu standard. Consultation de la Diététicienne proposée. Plat de substitution réalisé par l U.C.P.. Catégorie s 1 2 3 4 Chers collègues de l ANDEV, je vous transmets un extrait du rapport soumis aux élus municipaux de la Ville d Evreux sur la problématique de l accueil des enfants présentant des allergies

Plus en détail

Registre des Délibérations du 18 mars 2015 Conseil Municipal de la commune de LES PILLES. Nombre de membres afférents au Conseil Municipal : 11

Registre des Délibérations du 18 mars 2015 Conseil Municipal de la commune de LES PILLES. Nombre de membres afférents au Conseil Municipal : 11 Séance du 18 mars 2015 Nombre de membres afférents au Conseil Municipal : 11 En exercice : 11 Présents : 10 Votants : 10 Date de convocation : 13 mars 2015 L an deux mille quinze et le 18 mars 2015 le

Plus en détail

L EPF NORMANDIE. re Industriel et Commercial. Cet EPF d Etat d

L EPF NORMANDIE. re Industriel et Commercial. Cet EPF d Etat d L EPF NORMANDIE L Etablissement public foncier de Normandie est Etablissement Public à Caractère re Industriel et Commercial. Cet EPF d Etat d a été crée e en 1968. Il exerce ses missions dans le cadre

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Micro-irrigation à Madagascar

Micro-irrigation à Madagascar P R AVSF - J. Mas A X IS LES EXPÉRIENCES I N N O VA N T E S D AV S F PAYS Madagascar TITRE DU PROJET SCAMPIS Développement des Systèmes de Micro-irrigation BÉNÉFICIAIRES DIRECTS Plus de 10 000 familles

Plus en détail

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Le règlement REACH Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Impacts économiques, risques extra-financiers et opportunités pour les entreprises Résumé de l étude réalisée par EthiFinance,

Plus en détail

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Paris, 22 septembre 2010 SIFEE Delphine MORANDEAU Chargée de mission biodiversité Ministère de l écologie, de l énergie, du développement

Plus en détail

Elaboration d une base de données des décharges non autorisées

Elaboration d une base de données des décharges non autorisées Elaboration d une base de données des décharges non autorisées Rapport intermédiaire BRGM/RP-53747-FR mars 2005 Elaboration d une base de données des décharges non autorisées Rapport intermédiaire BRGM/RP-53747-FR

Plus en détail

Projet de règlement modifiant le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains 28 novembre 2011

Projet de règlement modifiant le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains 28 novembre 2011 Direction de l analyse et des instruments économiques AVIS ÉCONOMIQUE Projet de règlement modifiant le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains 28 novembre 2011 Règles sur l allégement

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION DE STOCKAGE DE DECHETS INERTES (ISDI)

DEMANDE D AUTORISATION DE STOCKAGE DE DECHETS INERTES (ISDI) 1 S.A.S. GRANULATS VICAT DEMANDE D AUTORISATION DE STOCKAGE DE DECHETS INERTES (ISDI) COMMUNE DE MONTAILLEUR LIEU-DIT «LES BLACHERES» DEPARTEMENT DE LA SAVOIE (73) Novembre 2014 Siège Social : 4, Rue Aristide

Plus en détail

BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL

BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL A. PRÉSENTATION : BEST ENTREPRISE SARL est une société de droit sénégalais qui intervient dans les Bâtiments/Travaux Publics, le

Plus en détail

Obligations d information environnementale des entreprises après le Grenelle II

Obligations d information environnementale des entreprises après le Grenelle II Obligations d information environnementale des entreprises après le Grenelle II Laurence Lanoy Mathieu Farge 28 mars 2011 Intersol Introduction Les obligations d information environnementale sont imposées

Plus en détail

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Titre 1 : Bâtiments et urbanisme Chapitre 1 : amélioration de la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

L accès aux données spatiales au profit des applications satellitaires

L accès aux données spatiales au profit des applications satellitaires L accès aux données spatiales au profit des applications satellitaires Le projet Geosud Pierre Maurel, coordinateur du projet GEOSUD Journée du CINES Montpellier, 9 juin 2015 1 Projet GEOSUD Des financements

Plus en détail

Mardi 19 mai 2015 20h30-22h30

Mardi 19 mai 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU CENTRE Mardi 19 mai 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre réglementaire

Plus en détail

Évaluation du Plan local de développement durable de la Ville de Mont-Royal 2010-2015

Évaluation du Plan local de développement durable de la Ville de Mont-Royal 2010-2015 SERVICES TECHNIQUES 20, avenue Roosevelt de Mont-Royal (Québec) H3R 1Z4 Tél. : (514) 734-3034 Téléc. : (514) 734-3084 Évaluation du Plan local de développement durable de la de Mont-Royal 2010-2015 Depuis

Plus en détail

Club des Utilisateurs Syncom. du 19 juin 2012

Club des Utilisateurs Syncom. du 19 juin 2012 Club des Utilisateurs Syncom du 19 juin 2012 Plan 1. Actualités : Nouvelle réglementation DT-DICT 2. Intégration des données fouilles et travaux 3. Modification de la cartographie - Présentation du module

Plus en détail

L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires

L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires 01 La règlementation concernant la qualité des eaux destinées à la consommation humaine s applique sans restriction aux installations d eau à l

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

1 ère partie CONSEILS ET ASSISTANCE TECHNIQUE

1 ère partie CONSEILS ET ASSISTANCE TECHNIQUE 1 ère partie CONSEILS ET ASSISTANCE TECHNIQUE 6 LE SERVICE CONSEIL AUX MAIRES ET DÉVELOPPEMENT DES TERRITOIRES Un outil au service des communes et des intercommunalités > Créé en 2000 au sein des services

Plus en détail

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1 1. Avant-propos de Monsieur Bréhaux (adjoint au maire en charge de l urbanisme) : L importance du P.L.U. en tant qu outil législatif permettant une maîtrise de l urbanisme de la commune est rappelée aux

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI A MAÎTRISE D OUVRAGE DES ADMINISTRATIONS DU SECTEUR RURAL MINADER-MINEPIA (AMO) PHASE II 2013-2016 FINANCEMENT C2D

PROGRAMME D APPUI A MAÎTRISE D OUVRAGE DES ADMINISTRATIONS DU SECTEUR RURAL MINADER-MINEPIA (AMO) PHASE II 2013-2016 FINANCEMENT C2D MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL MINISTERE DE L ELEVAGE, DES PÊCHES ET DES INDUSTRIES ANIMANES PROGRAMME D APPUI A MAÎTRISE D OUVRAGE DES ADMINISTRATIONS DU SECTEUR RURAL MINADER-MINEPIA

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey

ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey Août 2009 modifié Avril 2013 1 : Feuille décor imprimée ou teintée dans la masse, imprégnée de résine mélamine 2 : Surface de protection imprégnée

Plus en détail

MegaStore Manager ... Simulation de gestion d un hypermarché. Manuel du Participant

MegaStore Manager ... Simulation de gestion d un hypermarché. Manuel du Participant MegaStore Manager Simulation de gestion d un hypermarché.......... Manuel du Participant 1. Introduction 1.1. La simulation de gestion Vous allez participer à une simulation de gestion. Cette activité

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

Département de l Hérault

Département de l Hérault Du diagnostic à l opérationnel, quelles priorités? Le cas des collèges de l Hérault Jean-Pierre Quentin, directeur d exploitation du pôle éducation Patrimoine Conseil général de l Hérault mai 2009 AUDIT

Plus en détail

Constitution d'un réseau écologique sur la commune de Muttersholtz

Constitution d'un réseau écologique sur la commune de Muttersholtz Identité du territoire Structure porteuse de l'action : Ligue pour la Protection des Oiseau Alsace Entrée Thématique Agriculture Espèces et habitats naturels Milieu aquatiques et humides Localisation :

Plus en détail

- - - - - - - - - - - - - - - o o o o - - - - - - - - - P (mm) 140 120 100 80 60 40 20 0 Janvier Février Diagramme ombrothermique sur la vallée de la Bresle Mars Avril Mai Juin Hauteur moyenne des

Plus en détail

EDF FAIT AVANCER LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE. Contact presse marie.allibert@edf.fr Tél. : 01.40.42.51.40

EDF FAIT AVANCER LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE. Contact presse marie.allibert@edf.fr Tél. : 01.40.42.51.40 DOSSIER DE presse 1 er octobre 2014 EDF FAIT AVANCER LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE Contact presse marie.allibert@edf.fr Tél. : 01.40.42.51.40 en bref En quelques décennies, les transports ont évolué pour desservir

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

La récupération et utilisation de l eau de pluie en France : Panorama et retours d expérience

La récupération et utilisation de l eau de pluie en France : Panorama et retours d expérience La récupération et utilisation de l eau de pluie en France : Panorama et retours d expérience Bernard de Gouvello CEREVE-ENPC/CSTB Séminaire Fac Eco Bruxelles 1 er Octobre 2009 1 Structuration de la présentation

Plus en détail