DOSSIER PÉDAGOGIQUE. ishow- MA 24 MARS 20H. Les Petites cellules chaudes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER PÉDAGOGIQUE. ishow- MA 24 MARS 20H. Les Petites cellules chaudes"

Transcription

1 DOSSIER PÉDAGOGIQUE ishow- MA 24 MARS 20H Les Petites cellules chaudes Jérémie Battaglia Dossier réalisé par Sandrine Gasmi, professeur relais du jumelage et Anne Bignon, responsable du secteur éducatif de l Hexagone Scène Nationale Arts Sciences - Meylan avec la complicité de Nathalie Soulier pour la mise en page. + d info > Anne Bignon

2 ISHOW mars ma 24 20H Durée 1H15 À partir de 18 ans théâtre multimédia Les Petites cellules chaudes Création collective et interprétation Émile Beaudry, François Édouard Bernier, Sarah Berthiaume, Hugo B. Lefort, Maxime Carbonneau, Patrice Charbonneau-Brunelle, Nathaly Charrette, Philippe Cyr, Laurence Dauphinais, Dominique Leclerc, Émilie Leclerc, Chanda Legroulx, Édith Patenaude, Gilles Poulin-Denis et Audrey Talbot Photos Jérémie Battaglia Vidéos Hugo B. Lefort.! Par un enchaînement de tableaux, IShow explore différentes caractéristiques de la rencontre, qu elle soit numérique ou réelle. Quinze artistes réunis autour d une même table, projetés sur trois écrans, se mettent à la merci d une technologie imprévisible technologie qui a bouleversé le paradigme du rapport à l autre pour mettre en lumière ce geste anodin que nous faisons chaque jour en consultant notre téléphone portable ou notre ordinateur. Avec IShow, le collectif Les Petites Cellules Chaudes propose une création dans laquelle il est dans l obligation de se révéler, de se mettre constamment en danger. Le spectacle intègre la participation d inconnus via des modes de communication publique et volontaire, où les utilisateurs s exposent à ce genre de risque. Chatroulette, un site web qui met des internautes en relation de manière aléatoire, sert de fil conducteur à la représentation. Ce collectif est formé d artistes canadiens qui se sont rencontrés en 2011 lors d un laboratoire dirigé par le metteur en scène Claude Poissant sur la thématique des réseaux sociaux, au Centre national des arts au Canada, alors sous la direction de Wajdi Mouawad. Ce stage a permis la création de ce collectif qui a poursuivi le travail amorcé, en entamant la création d un premier spectacle, IShow, un mélange de technologies, de théâtre multimédia, d interactivités et d imprévus. C est un théâtre singulier qui renouvelle les codes de la représentation et qui questionne la réalité actuelle de la communication à travers l utilisation des technologies. La question de l exposition de notre intimité sur les médias sociaux en fait une expérience humaine résolument contemporaine. Rencontre avec l équipe artistique à l issue de la représentation. Production Les Petites Cellules Chaudes. Création et tournée française le phénix Scène nationale Valenciennes. Avec le soutien de la Délégation générale du Québec en France. Grandir avec Facebook et GTA En lien avec le spectacle IShow présenté à l Hexagone Scène Nationale Arts Sciences - Meylan le mardi 24 mars à 20h, nous accueillons Yann Leroux, psychologue et psychanalyste spécialisé sur la question des réseaux sociaux numériques (jeux vidéo en ligne ou sites de discussions virtuels). Il proposera une conférence intitulée «grandir avec Facebook et GTA*» (*jeu vidéo Grand Theft Auto) et abordera, entre autres, les questions suivantes : Quels impacts les réseaux virtuels ont-ils sur nos comportements? Sur le développement de nos enfants/adolescents? Sur la relation à l autre et à soi? CONFÉRENCE - ME 11 MARS 18H30 - Au restaurant La balade des Joyeux marmitons (à côté de l Hexagone) Entrée libre sur réservation Jérémie Battaglia

3 SOMMAIRE Préambule I. Le collectif Les Petites Cellules Chaudes 1. Un collectif de jeunes artistes branchés 2. Comment est né un tel projet artistique? II. ishow, une création expérimentale, novatrice et périlleuse 1. Un questionnement sur les différents moyens permettant à l homme de se rencontrer 2. Une scénographie bouleversant les lignes de démarcation entre espace scénique, espace public et espace privé 3. La place du spectateur : à la fois complice et interlocuteur privilégié III. IV. Pistes pédagogiques à explorer avant la représentation 1. Pour tout spectateur 2. En cours de français et de culture générale 3. En cours de philosophie 4. En cours d arts plastiques 5. En cours d économie et de droit 6. En cours d informatique et d E.C.J.S. 7. En cours de théorie théâtrale Quelques réflexions pour poursuivre la réflexion après la représentation

4 Préambule «Chaque jour, nous exposons. Every day, we expose. Chaque jour, nous montrons. Every day, we show. Chaque jour, je montre. Every day, I show.» Quinze artistes canadiens surfent en direct sur les réseaux sociaux et se servent de la toile pour créer un spectacle dont ils ne sont pas les seuls acteurs. Une véritable performance. Une performance car chaque représentation est unique. Rencontres inattendues, amusantes, moments graves, insolites ou inconfortables, IShow propose une plongée dans l inconnu, un coup d œil sur le monde. IShow a reçu le Prix Awards pour le Meilleur spectacle de l Association québécoise des critiques du théâtre Montréal. I. Le collectif Les Petites Cellules Chaudes «On essaie d aller toucher à plusieurs zones dangereuses. On essaie d aller toucher à plusieurs limites où, habituellement, on ne va pas en spectacle.», Edith Patenaude, comédienne et créatrice de IShow 1. Un collectif de jeunes artistes branchés! «La naissance des petites cellules chaudes s est faite en juin 2011, dans le cadre des Laboratoires du Théâtre français du CNA. Cette année-là, l objet du laboratoire était la création théâtrale et son superviseur Claude Poissant a décidé d articuler les 10 jours d exploration autour du thème des réseaux sociaux. Les premiers pas cherchaient à trouver la théâtralité de ces nouveaux médiums de communication. Rapidement, il est devenu clair que le groupe allait trouver son matériau le plus riche dans la sincérité, dans l absence presque absolue de fiction. À la fin de ses 10 jours, n ayant qu effleuré ce thème infiniment riche, le groupe a choisi de poursuivre sa démarche exploratoire pour présenter un an plus tard au OFFTA : ishow.» Les Petites Cellules Chaudes s est donné pour objectif d explorer la réalité actuelle de la communication qui s exprime avant tout à travers les nouvelles technologies. Le spectacle IShow s éloigne donc du théâtre dit conventionnel pour créer sur scène un laboratoire multimédia explorant les nouveaux modes de communication entre les hommes. On peut interroger les élèves sur le nom que s est donné le collectif «Les Petites Cellules Chaudes». 2. Comment est né un tel projet artistique? «A une époque où tout un chacun s expose sans pudeur sur internet, le ishow a toute sa pertinence.» Daphnée Hacker-B, Mon Theatre, 2013 Le mot des créateurs : «Nous nous sommes rencontrés autour de l idée imposée des médias sociaux. Et puis non, il s agissait plutôt de nous, de l image que nous construisons, de notre besoin irrépressible de trouver une façon de nous rendre vers l autre. Mais pour lui dire quoi? Pour lui montrer quoi? Qu avons-nous donc à exhiber de façon si essentielle, si pressante, si généralisée? Peut-être simplement notre peau. Peut-être aussi notre envers. Accrochés à nos écrans, dans l urgence, nous avons donc cherché pour lui montrer quelque chose de nous, n importe quoi, avant qu il ne soit trop tard pour l intimité.» Ce spectacle est l aboutissement d un long travail portant sur les réseaux sociaux et la culture Web. ishow a été représenté pour la première fois en juin 2012 au festival OFFTA à Montréal.

5 II. ishow: une création expérimentale, novatrice et périlleuse 1. Un questionnement sur les différents moyens permettant à l homme de se rencontrer «Le spectacle ne serait pas du tout le même sans l audace de ses interprètes qui se mettent carrément à nu, faisant preuve de courage et d inconscience volontaire, poussant l expérience jusqu au bout.» David Lefebvre, Mon Theatre, 21 février 2013 Le spectacle IShow explore les différentes caractéristiques de la rencontre qu elle soit virtuelle ou réelle. Sans jugement, sans a priori, les artistes offrent au spectateur, des tableaux qui font état des changements du rapport à l autre. Le but du spectacle est de susciter une réflexion sur l utilisation actuelle de ces médiums et de la notion d espace public et privé. Les artistes font émerger des questions et se questionnent invitant le spectateur à réfléchir également aux interrogations suivantes : jusqu où sommes-nous prêts à nous dévoiler? quel réconfort trouvons-nous dans l espace virtuel? que recherchons-nous dans ces conversations technologiques? «Les Petites Cellules Chaudes ont pour mandat d explorer la réalité actuelle de la communication. Cette réalité s exprime d abord à travers les technologies qui ont complètement modifié le paradigme du rapport à l autre, et cela en moins de 2 décennies. Sans jugement, sans a priori, nous tentons de transmettre au spectateur des tableaux qui font état de ces changements qui sont maintenant chose du quotidien. Comment se rencontrer aujourd hui?» Avant la représentation, on peut poser les questions données ci-dessus, aux élèves et réfléchir avec eux. Ce travail peut d abord être autonome puis collectif afin d aboutir à un débat, un échange sur ce qui relève du public et du privé, sur ce qui les motive à se dévoiler sur les réseaux sociaux, sur leur mode de rencontre avec l autre. 2. Une scénographie bouleversant les lignes de démarcation entre espace scénique, espace public et espace privé «C est en cherchant à entrer en contact avec l autre que notre démarche prend forme. C est là le cœur de notre travail exploratoire. Sur le net d abord, par des sites de réseautage aléatoire comme «chatroulette», et puis, avec le spectateur, soit directement ou encore par les informations publiques dont nous disposons par internet. Finalement, nous cherchons à entrer en contact avec nous-mêmes, avec notre propre intimité. Se commettre soi, devant l autre, pour montrer.» Les Petites Cellules Chaudes Pour ishow, quinze artistes, tous comédiens diplômés, réunis autour d une même table, projetés sur trois écrans, deviennent les cobayes d une expérience unique pour essayer de comprendre ce geste anodin que nous faisons chaque jour, chaque heure, à chaque instant en consultant notre téléphone portable ou notre ordinateur. Les artistes pianotent en direct, face au public, sur leur ordinateur et plus précisément sur le site «Chatroulette». Les artistes se connectent donc avec des internautes qui participent au spectacle via des modes de communication publiques et volontaires. Le site web «Chatroulette» qui met en relation des internautes de manière aléatoire, sert de fil conducteur à la représentation. C est en cherchant à entrer en contact avec l autre que la démarche du spectacle prend forme. ishow s inscrit donc dans une démarche exploratrice. Assis chacun devant un ordinateur portable, les artistes naviguent sur internet. Les images sont relayées sur un grand écran et présentent au public ce qu ils découvrent en direct sur la toile : vidéos, conversations en direct avec des internautes par le biais des réseaux sociaux. À ces contacts, s ajoute la relation établie avec le public qui est à la fois complice et interlocuteur.

6 Sur le site on peut découvrir : - des photos du spectacle - une interview audio - des vidéos vidéo disponible : https://www.youtube.com/watch?v=9h67x8ezrnk&x-yt-ts= &x-yt-cl= décrire l espace scénique : en quoi la scénographie se démarque-t-elle d une scénographie plus conventionnelle? 3. La place du spectateur : à la fois complice et interlocuteur privilégié IShow est un spectacle interactif, une performance impliquant le spectateur directement. La relation établie entre les artistes et le public est primordiale. À la froideur de l univers virtuel se crée une relation humaine contrastant avec le sentiment de solitude des images et des rencontres émergeant de la toile. Une connivence avec le public est mise en place inscrivant le spectacle ishow comme une création inédite, une réflexion et une expérience contemporaine. Dès l entrée dans la salle, le public se retrouve devant les comédiens assis avec leurs ordinateurs, qui chattent sur internet, et grâce à trois écrans géants, les spectateurs suivent en direct les conversations de trois d entre eux avec des internautes anonymes, devant leurs webcams, qui se rendent compte éventuellement qu ils sont intégrés à une pièce de théâtre. Dès les premiers instants, le public est captivé par ces conversations en ayant tout de même l impression d être un intrus dans une conversation à deux. ishow, en tant que spectacle de performance, peut perturber la vision du spectateur. Le parti pris scénographique est de développer l histoire en direct, sur le plateau qui est pour le spectateur, une page blanche, un horizon de projection. Le spectateur est impliqué avec les comédiens qui projettent les différentes images. Les images projetées sont découvertes en direct. Le spectateur doit donc être prêt à les recevoir et à vivre une rencontre inattendue. III. Pistes pédagogiques à explorer avant la représentation 1. Pour tout spectateur Inviter les élèves à consulter et à surfer sur le site Travailler sur les réseaux sociaux élaborer un questionnaire enquête pour savoir si les élèves sont inscrits sur un ou plusieurs réseaux sociaux? Lesquels? Fréquentations? Que postent-ils?

7 Échanger sur les questions suivantes : - Quelle place prennent les relations virtuelles par rapport aux relations de la vie réelle? - Les réseaux sociaux nous rendent-ils asociaux ou nous permettent-ils de rencontres plus de personnes? - Jusqu où et pourquoi êtes-vous prêt à vous dévoiler sur la toile? - Quelles différences fondamentales faites vous entre public et privé? 2. En cours de français et de culture générale Lire et découvrir des textes romanesques abordant le thème de la rencontre amoureuse : - La première rencontre entre le Chevalier Des Grieux et Manon dans Manon Lescaut de l Abbé Prévost - La première rencontre de Jean-Jacques Rousseau et de Madame de Warens dans Les Confessions de Rousseau - La première rencontre entre Frédéric Moreau et Madame Arnoux dans l Education sentimentale de Flaubert - La première rencontre entre le narrateur et Vanessa dans Le Rivage des Syrtes de Julien Gracq - La première rencontre entre le narrateur et Clotilde dans Hécate et ses chiens de Paul Morand Travail lexical : partager, découvrir et définir les nouveaux termes créés pour communiquer dans le langage numérique : - cette séance peut aussi être faite en cours d anglais car de nombreux termes sont anglais, un moyen pour travailler aussi la traduction. Travailler sur un sujet pour les étudiants de BTS sur le thème «Paroles, échanges et révolution numérique» au programme en : - Problématique : les nouveaux modes de communication transforment-ils la nature et la qualité des échanges? Le développement de nouveaux modes de communication améliore-t-il notre dialogue avec autrui? Pistes de travail et de réflexion : Le canal des échanges : comment communiquer avec autrui? Hier et aujourd hui : communiquer pour dire quoi? Les moyens numériques améliorent-ils notre communication avec autrui? Travailler sur un corpus de documents ayant pour thème les nouveaux moyens de communication avec autrui : - Michel Béra et Eric Mechoulan, La Machine internet, 1999 «Comme l ancien courrier sur papier, le courrier électronique est poli et respectueux. Il ne nous sonne pas comme pour appeler des gens de maison, ce dont se plaignaient amèrement les premiers utilisateurs bourgeois du téléphone à la fin du XIX e siècle. Nous allons le relever quand bon nous semble. Ce n est pas un moindre privilège. La présentation du courrier est d ailleurs l occasion de remarquer que l Internet n assure pas la synchronisation de l humanité. Contrairement aux arguments de vente pour le grand public, la vertu économique du réseau n est pas dans la mise en relation de tous les individus connectés en temps réel, c est-à-dire en même temps. Au contraire, il n y a pas plus respectueux des fuseaux horaires que l Internet, lui qui n a pas la grossièreté du téléphone réveillant le correspondant endormi aux antipodes ; il sait se libérer de la synchronie. Synchrone, j impose à mon interlocuteur la concomitance dans l échange : rendez-vous téléphonique, mais aussi papotage instantané (instant chat) sur l Internet, il faut être deux au même moment pour se parler. La technique a rendu possible ce miracle depuis l ère du téléphone et nous a appris à trouver inadmissible la lenteur des réponses que nous voulons à nos questions. La télévision en direct, grâce au satellite, a ajouté à ces habitudes. L Internet représente une pierre supplémentaire à l édifice de la communication bâti au nom de l efficacité, en faisant mieux que le temps réel, en inventant l asynchronie. Asynchrone, je laisse le temps à autrui de s organiser pour traiter ou non l information dont il peut se rendre maître. Privilège du courrier postal, privilège surtout du courrier électronique qui permet enfin l apprivoisement de l asynchronie «à grain fin», pour utiliser un jargon technique, en d autres termes le recours au décalage le plus minime possible pour un coût dérisoire. [... ] Enfin, le courrier instaure de fait dans la nouvelle correspondance un style libre qui tranche, surtout en pays latin, avec les formules rigoureuses qu impose la rédaction du courrier, déjà malmenée par la télécopie. Cette simplification des contacts humains joue en faveur de ceux qui ne maîtrisent pas les usages, contre les garants d un ordre social passé. Le courrier électronique est à cet égard vraiment démocratique, même si certains ne manquent pas de prendre ce mot en mauvaise part lorsqu il fait disparaître les petits riens qui distinguent les hommes bien élevés.

8 L informatique apporte en sus une garantie d intégrité, comme pour tuer les moyens de communication antérieurs. Le message n arrive pas déformé au bout du combiné comme la voix de l interlocuteur qui s égosillait aux antipodes, avant l arrivée du son numérique, ou dans la boîte aux lettres comme la missive détrempée, piétinée et déchirée. Le courrier électronique parvient intact - lorsqu il parvient, ce qui arrive presque toujours mais pas systématiquement, l Internet assurant ce qu on appelle un best effort, mais pas un succès à 100%. Comme la lettre ou l appel téléphonique, il peut ne pas aboutir, mais, à moins d être l objet de manipulations désobligeantes de la part d informaticiens spécialisés dans la nuisance, il ne saurait subir de détérioration. Le courrier électronique, ainsi plébiscité par les utilisateurs, devrait permettre de recréer une socialité perdue avec l ère industrielle des cités où les hommes s ignorent. Mieux, il annonce le vrai retour de l écrit, après la domination presque exclusive du téléphone dans la communication privée. Débarrassé des formes protocolaires de la correspondance épistolaire dans les pays qui y attachaient encore un certain prix, il s assimile à un dialogue verbal transcrit, devient pour certains une nouvelle oralité par sténographie interposée. Pas de phrases, pas de formules, pas de style, pas de calligraphie, juste quelques mots, bref l information épurée de toutes ses scories, l information pure.» - Antonio A. Casili, Les Liaisons numériques, 2010 «Pour évaluer les conséquences du Web sur le lien social, il ne suffit pas d examiner les pratiques individuelles. Ce sont les interactions mêmes qu il convient de prendre en compte. Pour pouvoir les analyser, il faut se demander quelles sont la nature et la qualité de l information que les internautes échangent en ligne - et avec qui. L étude de Kraut insistait sur le fait que le Web favorise les échanges avec des personnes géographiquement éloignées et, de ce fait, des relations peu significatives. Or, l on découvre que souvent, parmi ces personnes éloignées, il y a des membres de la famille de nos usagers, ou leurs amis de longue date. Mais aussi que ces contacts sociaux s avèrent être cruciaux pour des recherches d aide, d avis ou pour des prises de décision importantes. Quoique lointains, ces individus restent fortement reliés aux usagers. C est «la force des liens Internet», selon le titre d un rapport de la fondation PEW paru en janvier Selon les auteurs, plus de 60 millions d Américains se sont tournés vers Internet durant la première moitié des années 2000 pour prendre des décisions cruciales pour le cours de leur vie - et ces décisions s appuient sur le contact avec les membres de leur cercle social élargi. Par courrier électronique ou par messagerie instantanée, les internautes se concertent constamment avec leurs proches (ou leurs moins proches) avant de prendre des décisions quant à l achat d une maison ou au meilleur traitement pour une maladie. Mais ils peuvent très bien se limiter à échanger des renseignements banals et quotidiens, portant aussi bien sur leur intention de changer de boulanger que sur le dernier commérage du bureau. Ce mélange de banalité et de sérieux est un autre signe de la solidité et de la constance des liens numériques. Si l effet socialisant des technologies informatiques a été sous-estimé, c est à cause de l opinion erronée que le Web remplace la communication en face à face. Les communications numériques devraient être mises sur le même plan que les appels téléphoniques ou les lettres - des techniques qui, depuis longtemps, articulent et complètent la communication en face à face. On s en sert pour prendre un rendez-vous, annoncer une nouvelle, envoyer un mot gentil pour témoigner d un sentiment. Ces techniques de communication, tout comme les communications en ligne actuelles (courrier électronique, messagerie instantanée, forums de discussion, etc.), n ont pas remplacé les rencontres directes. Elles s y ajoutent plutôt, en augmentant le volume total des contacts. Ce qui est conforté par le fait que les utilisateurs intensifs d Internet se servent tout aussi fréquemment de téléphones ou d autres formes de contact personnel que les non-utilisateurs.» - Madame de Sévigné, Lettre à Madame de Grignan, jeudi 9 mai 1680 À Blois, jeudi 9 mai 1680 «Je veux vous écrire tous les soirs, ma chère enfant; rien ne me peut contenter que cet amusement. Je tourne, je marche, je veux reprendre mon livre; j ai beau tourner une affaire, je m ennuie, et c est mon écritoire qu il me faut. Il faut que je vous parle, et qu encore que cette lettre ne parte ni aujourd hui, ni demain, je vous rende compte tous les soirs de ma journée. Mon fils est parti cette nuit d Orléans par la diligence, qui part tous les jours à trois heures du matin, et arrive le soir à Paris ; cela fait un peu de chagrin à la poste. Voilà les nouvelles de la route, en attendant celles de Danemark. Nous sommes montés dans le bateau à six heures par le plus beau temps du monde ; j y ai fait mettre le corps de mon grand carrosse, d une manière que le soleil n a point entrée dedans : nous avons baissé les glaces ; l ouverture du devant fait un tableau merveilleux ; celle des portières et des petits côtés nous donne tous les points de vue qu on peut imaginer. Nous ne sommes que l abbé et moi dans ce joli cabinet, sur de bons coussins, bien à l air, bien à notre aise. [... ] Nous passons tous les ponts avec un plaisir qui nous les fait souhaiter : il n y a pas beaucoup d ex voto [3] pour les

9 naufrages de la Loire, non plus que pour la Durance : il y aurait plus de raison de craindre cette dernière, qui est folle, que notre Loire, qui est sage et majestueuse. Enfin nous sommes arrivés ici de bonne heure ; chacun tourne, chacun se rase, et moi j écris romanesquement sur le bord de la rivière, où est située notre hôtellerie : c est la Galère ; vous y avez été. J ai entendu mille rossignols ; j ai pensé à ceux que vous entendez sur votre balcon. Je n ose vous dire, ma fille, la tristesse que l idée de votre délicate santé a jetée sur toutes mes pensées : vous le comprenez bien, et à quel point je souhaite que cette santé se rétablisse; si vous m aimez, vous y mettrez vos soins et votre application, afin de me témoigner la véritable amitié que vous avez pour moi : cet endroit est une pierre de touche. Bonsoir, ma très chère ; adieu jusqu à demain à Tours.» - Nicole Aubert, Le Culte de l urgence, 2003 «D une manière générale, l est vu, tout comme le portable mais plus encore, comme contribuant à générer l urgence et à «détemporaliser» la relation en instaurant une exigence d immédiat. L écart entre la demande effectuée et la réponse attendue ne fait presque plus partie des choses admissibles et on attend de cette dernière une promptitude égale à celle de l envoi. Mais les dysfonctionnements induits par cette exigence sont nombreux. D abord, la réponse dans l immédiat est souvent inefficace : «On envoie un mail pour poser une question et on attend la réponse par retour d , dans les minutes qui suivent. Avant, quand on demandait une réponse par retour du courrier, ça prenait trois jours, mais, maintenant, on s impose de répondre tout de suite à une question et ça ne fait pas gagner de temps parce que deux jours après, il y a un nouvel élément qui fait que la réponse change et on va devoir donner trois réponses à trois jours d intervalle, plutôt que d attendre trois jours pour donner la vraie réponse. Donc, le mail est générateur d urgences et surtout de fausses urgences.» En fait, ce qui est en cause, c est la gestion des s. Celle-ci semble en effet souvent très anarchique et, par des comportements de surprotection et de sursécurisation, conduit à diluer l information et à encombrer les messageries : «Avant, témoigne un chef de service, quand on avait besoin de quelque chose, on allait voir la personne et on lui disait «écoute, j ai besoin de tel truc». Maintenant on le fait par mail et on met en copie cinquante types pour attester qu on a demandé à Duchmoll de faire ci ou ça. C est complètement pathologique et ça fait perdre du temps à tout le monde!». «On est submergé d informations et de sollicitations, explique un cadre dirigeant, parce que les gens pensent qu ils ont fait leur boulot en envoyant tout en copie et ça génère une inflation pas possible, c est un bombardement permanent sur plein de choses différentes. Il y a des moments où vous voyez tous ces mails s accumuler et c est vraiment créateur d angoisse, alors vous vous dites «je vais y répondre dans le même temps», donc vous répondez à trois s, et puis vous avez le téléphone qui sonne, puis vous découvrez trois autres s arrivés entre temps et vous avez l impression d être dans un jeu de ping-pong, dans lequel il y aurait quarante joueurs qui envoient tous des balles en même temps. C est une accumulation de sollicitations qui crée un stress terrible.» 3. En cours de philosophie Réfléchir sur cette célèbre citation de Jean Paul Sartre «L enfer, c est les autres» dans le contexte des réseaux sociaux et des nouveaux moyens de communication pour rencontrer l autre ; Découvrir quelques textes de philosophe ayant réfléchi à la notion de l autre, «autrui» et la question du langage : - Aristote : «Apprendre à se connaître est très difficile (...) et un très grand plaisir en même temps (quel plaisir de se connaître!); mais nous ne pouvons pas nous contempler nous-mêmes à partir de nous-mêmes: ce qui le prouve, ce sont les reproches que nous adressons à d autres, sans nous rendre compte que nous commettons les mêmes erreurs, aveuglés que nous sommes, pour beaucoup d entre nous, par l indulgence et la passion qui nous empêchent de juger correctement. Par conséquent, de même que nous regardons dans un miroir quand nous voulons voir notre visage, de même, quand nous voulons apprendre à nous connaître, c est en tournant nos regards vers notre ami que nous pourrions nous découvrir, puisqu un ami est un autre soi-même. Concluons: la connaissance de soi est un plaisir qui n est pas possible sans la présence de quelqu un d autre qui soit notre ami; l homme qui se suffit à soi-même aurait donc besoin d amitié pour apprendre à se connaître soi-même.» - Maurice Merleau-Ponty : «Dans l expérience du dialogue, il se constitue entre autrui et moi un terrain commun, ma pensée et la sienne ne font qu un seul tissu, mes propos et ceux de mon interlocuteur sont appelés par l état de la discussion, ils

10 s insèrent dans une opération commune dont aucun de nous n est le créateur. Il y a là un être à deux, et autrui n est plus ici pour moi un simple comportement dans mon champ transcendantal, ni d ailleurs moi dans le sien, nous sommes l un pour l autre collaborateurs dans une réciprocité parfaite, nos perspectives glissent l une dans l autre, nous coexistons à travers un même monde. Dans le dialogue présent, je suis libéré de moi-même, les pensées d autrui sont bien des pensées siennes, ce n est pas moi qui les forme, bien que je les saisisse aussitôt nées ou que je les devance, et même, l objection que me fait l interlocuteur m arrache des pensées que je ne savais pas posséder, de sorte que si je lui prête des pensées, il me fait penser en retour. C est seulement après coup, quand je me suis retiré du dialogue, et m en souviens, que je puis le réintégrer à ma vie, en faire un épisode de mon histoire privée, et qu autrui rentre dans son absence, ou, dans la mesure où il me reste présent, est senti comme une menace pour moi.» - Michel Tournier, Vendredi ou les limbes du Pacifique : «La solitude n est pas une situation immuable où je me trouverais plongé depuis le naufrage de la Virginie. C est un milieu corrosif qui agit sur moi lentement, mais sans relâche et dans un sens purement destructif. Le premier jour, je transitais entre deux sociétés humaines également imaginaires : l équipage disparu et les habitants de l île, car je la croyais peuplée. J étais encore tout chaud de mes contacts avec mes compagnons de bord. Je poursuivais imaginairement le dialogue interrompu par la catastrophe. Et puis elle s est révélée déserte. J avançai dans un paysage sans âme qui vive. Derrière moi, le groupe de mes malheureux compagnons s enfonçait dans la nuit. Leurs voix s étaient tues depuis longtemps, quand la mienne commençait seulement à se fatiguer de son soliloque. Dès lors je suis avec une horrible fascination le processus de déshumanisation dont je sens en moi l inexorable travail. Je sais maintenant que chaque homme porte en lui et comme au-dessus de lui un fragile et complexe échafaudage d habitudes, réponses, réflexes, mécanismes, préoccupations, rêves et implications qui s est formé et continue à se transformer par les attouchements perpétuels de ses semblables. Privée de sève, cette délicate efflorescence s étiole et se désagrège. Autrui, pièce maîtresse de mon univers... Je mesure chaque jour ce que je lui devais en enregistrant de nouvelles fissures dans mon édifice personnel. Je sais ce que je risquerais en perdant l usage de la parole, et je combats de toute l ardeur de mon angoisse cette suprême déchéance. Mais mes relations avec les choses se trouvent elles-mêmes dénaturées par ma solitude. Lorsqu un peintre ou un graveur introduit des personnages dans un paysage ou à proximité d un monument, ce n est pas par goût de l accessoire. Les personnages donnent l échelle et, ce qui importe davantage encore, ils constituent des points de vue possibles, qui ajoutent au point de vue réel de l observateur d indispensables virtualités. À Speranza, il n y a qu un point de vue, le mien, dépouillé de toute virtualité. Et ce dépouillement ne s est pas fait en un jour. Au début, par un automatisme inconscient, je projetais des observateurs possibles des paramètres au sommet des collines, derrière tel rocher ou dans les branches de tel arbre. L île se trouvait ainsi quadrillée par un réseau d interpolations et d extrapolations qui la différenciait et la dotait d intelligibilité. Ainsi fait tout homme normal dans une situation normale. Je n ai pris conscience de cette fonction comme de bien d autres qu à mesure qu elle se dégradait en moi. Aujourd hui, c est chose faite. Ma vision de l île est réduite à elle-même. Ce que je n en vois pas est un inconnu absolu... Partout où je ne suis pas actuellement règne une nuit insondable. [...] Je sais maintenant que la terre sur laquelle mes deux pieds appuient aurait besoin pour ne pas vaciller que d autres que moi la foulent. Contre l illusion d optique, le mirage, l hallucination, le rêve éveillé, le fantasme, le délire, le trouble de l audition... le rempart le plus sûr, c est notre frère, notre voisin, notre ami ou notre ennemi, mais quelqu un, grands dieux, quelqu un!» 4. En cours d arts plastiques : quand la toile picturale faisait scandale! Découvrir quelques œuvres picturales qui ont provoqué des réactions parfois violentes (atteintes aux bonnes mœurs et à la morale, refus des codes académiques ) mais qui sont aussi aujourd hui des chefs d œuvres : - Gustave Courbet, L Enterrement à Ornans, : «Courbet peint le laid»

11 - Edouard Manet, Le Déjeuner sur l herbe, 1863 : - Pablo Picasso, Les Demoiselles d Avignon, 1907 : 5. En cours d économie et de droit Réfléchir aux frontières entre espace privé et espace public Faire connaître aux élèves les lois, les droits et devoirs en vigueur sur la toile le droit sur internet en général et sur les réseaux sociaux : - Le droit à l image : notre image nous appartient-elle? Quelles sont les peines encourues quand le droit à l image n est pas respecté? - L usurpation d identité que prévoit la loi si notre identité est usurpée? - Le cyberharcèlement, qu est-ce que c est? que faire en cas de cyberharcèlement via un réseau social tel Facebook? - Quels sont les délits qui peuvent être punis pas la loi et les peines encourues? Montrer des clips de prévention sur les réseaux sociaux : 6. En cours d informatique et d E.C.J.S. Créer une séance pédagogique «réseaux sociaux et identité numérique» afin de faire réfléchir les élèves à leur identité numérique, à leur e-reputation et aux traces qu ils laissent sur la toile. Le but est de les accompagner dans leur réflexion. Site ressource à consulter :

12 Donner à lire cet article issu de Télérama en et lancer un débat avec les élèves. 7. En cours de théorie théâtrale - Étudier ce que l on appelle le Théâtre de Performance et réfléchir à la place du texte dans ce type de théâtre. On peut faire découvrir des extraits de l ouvrage de Joseph Danan Entre théâtre et performance : la question du texte, publié chez Actes Sud - Inviter les élèves à construire un tableau à double entrée permettant de distinguer la place de l artiste et son rapport à la représentation selon le type de spectacle : SPECTACLE L artiste est un comédien L artiste jour un personnage L artiste interprète un texte mis en scène selon un parti pris L artiste «joue» L artiste connaît la distance fictionnelle entre lui et son personnage L artiste prend en compte le décor dans lequel il évolue L artiste présente une œuvre achevée L artiste joue une œuvre fictionnelle dans un lieu donné PERFORMANCE L Artiste est un performer L artiste reste lui-même L artiste dit un texte et peut le mettre en espace en direct L artiste fait une action L artiste a une présence immédiate MOI ICI - MAINTENANT Peu de décor L artiste présente une œuvre produite dans l immédiateté L artiste propose un processus, joue en temps réel, dans un lieu réel en lien avec le public IV. Quelques propositions pour poursuivre la réflexion après la représentation les élèves peuvent retrouver l équipe des artistes du spectacle sur le site : et ils peuvent leur envoyer un message inviter aussi les élèves à laisser leurs impressions sur le BLOG de l Hexagone et utiliser ainsi l outil numérique interactif.

Générique [maintenir Durant 10 secondes puis baisser sous l annonce]

Générique [maintenir Durant 10 secondes puis baisser sous l annonce] LBE Informatique et Internet - Episode 4 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Sandrine Blanchard Personnages: Beatrice (adolescente), John (adolescent), ordinateur (voix d ordinateur), expert (voix

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand LBE Ordinateurs et Internet Programme 8 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Ordinateur (voix électronique off) Clips

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie Les Cahiers de la Franc-maçonnerie N O 25 : QU EST-CE QU UNE «PLANCHE», À QUOI SERT-ELLE, QU EXIGE-T-ELLE DE CELUI QUI LA PRÉSENTE? Par le «Collectif des cahiers» «La planche» : l angoisse! Un ami, brillant

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

La sécurité sur Internet

La sécurité sur Internet La sécurité sur Internet si on en parlait en famille? Petit guide à l usage des parents Internet pour tous Internet de demain Réalisé avec l aide du ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

2012/2013 - Résidence artistique prévue, Centre d Art Contemporain «Palais aux 7 Portes», Ile de La Réunion

2012/2013 - Résidence artistique prévue, Centre d Art Contemporain «Palais aux 7 Portes», Ile de La Réunion Contact : Valérie hasson-benillouche +33 6 09 66 76 76 - valerie@galeriecharlot.com Formation Caroline Deloffre Photographe 1998-97 Ecole des Gobelins - Paris Section photographie 1996 Maîtrise d histoire

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Ariane Moffatt : Je veux tout

Ariane Moffatt : Je veux tout Ariane Moffatt : Je veux tout Paroles et musique : Ariane Moffatt Sony Music France Thèmes La relation amoureuse, les enfants gâtés. Objectifs Objectifs communicatifs : Exprimer un sentiment. Exprimer

Plus en détail

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org Guide à l intention des parents sur 2014 ConnectSafely.org Les adolescents canadiens aiment socialiser en ligne et surtout partager des photos. L étude réalisée par MédiaSmarts en 2014, Jeunes Canadiens

Plus en détail

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05. GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.2015) LE PROJET DÉTAILLÉ Présentation générale Graver la Paix

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Mon argent pour la vie

Mon argent pour la vie Mon argent pour la vie Bâtir son épargne. Protéger ses avoirs. Prendre sa retraite en toute confiance. QUESTIONNAIRE SUR LE STYLE DE VIE À LA RETRAITE NAME DATE CURRENT AGE AGE YOU HOPE TO RETIRE La vie

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS

Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS Accompagnez également vos enfants sur les réseaux sociaux! Mais que font donc les jeunes sur les réseaux sociaux? Ils socialisent comme l ont toujours fait les adolescents,

Plus en détail

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens!

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Daniel est un étudiant de quatrième année en génie minier à l Université de la Colombie-Britannique. Il aimerait travailler pour

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Développement de saines pratiques dans la diffusion de son image et de ses renseignements dans le Net

Développement de saines pratiques dans la diffusion de son image et de ses renseignements dans le Net Trousse pédagogique Développement de saines pratiques dans la diffusion de son image et de ses renseignements dans le Net Cahier de l élève Salut, je m appelle Xavier. Je vais à la polyvalente du quartier.

Plus en détail

Ce que tu écris est le reflet de ta personnalité

Ce que tu écris est le reflet de ta personnalité Jour 3 Ce que tu écris est le reflet de ta personnalité Avant d envoyer un message par courriel, utilise la liste de vérification cidessous pour t assurer de produire la meilleure impression possible.

Plus en détail

Surfer Prudent - Tchats. Un pseudo peut cacher n importe qui

Surfer Prudent - Tchats. Un pseudo peut cacher n importe qui Tchat Un tchat est un outil de communication sur Internet qui permet de parler en temps réel avec un ou plusieurs internautes. Un tchat est aussi appelé messagerie instantanée. Un pseudo peut cacher n

Plus en détail

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations...

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Au fait, la prière c est quoi, quand, comment, pourquoi? Utilisez cette courte vidéo de 2 pour faire réfléchir les jeunes sur le thème de

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide?

Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Soutien après le suicide d un jeune À la mémoire de Adam Cashen Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Si une personne de votre entourage

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 Introduction : Questions/réponses : Qu est-ce que pour vous un bon recrutement? Cela dépend de quoi? Qu est-ce qui est sous votre contrôle?

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet

Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet Autour de l utilisation des téléphones portables Les jeunes ont, de manière générale, leur 1 er portable dès l entrée en 6 ème. 2 risques

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 Introduction Afin de traiter les notions d Espace privé-

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite Dossier de Presse,,,, Une école indépendante, laïque et gratuite Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole K Une nouvelle chance pour des enfants de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions. Ecole

Plus en détail

Dossier artistique Rebecca Bowring

Dossier artistique Rebecca Bowring Dossier artistique Rebecca Bowring Mon travail est non seulement un travail de photographie, mais également un travail qui traite de photographie. De la photographie comme technique et technologie et les

Plus en détail

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde,

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde, L éthique dans les relations commerciales Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012 Bonjour tout le monde, Aujourd hui j ai l intention de vous expliquer ce qui m a amenée à réfléchir sur

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves Réussite des élèves contribuer à améliorer la réussite des

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants Présentation du livre Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants 17 X 23 cm, 100 pages, 2014, 12 Pourquoi un livre sur le jeu? Parce que jouer est un droit fondamental de l'enfant,

Plus en détail

Citizenship Language Pack For Migrants in Europe - Extended FRANÇAIS. Cours m ultim édia de langue et de culture pour m igrants.

Citizenship Language Pack For Migrants in Europe - Extended FRANÇAIS. Cours m ultim édia de langue et de culture pour m igrants. Project Nr. 543248-LLP-1-2013-1-IT-KA2-KA2MP Citizenship Language Pack For Migrants in Europe - Extended FRANÇAIS Cours m ultim édia de langue et de culture pour m igrants Niveau A2 Pour com m uniquer

Plus en détail

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur La Master Class de Grégoire Solotareff, auteur-illustrateur et responsable de la collection Salon du livre - mars 2015 De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur Mon expérience d

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

wearethewords Content. Marketing. Performance. hello@wearethewords.com

wearethewords Content. Marketing. Performance. hello@wearethewords.com hello@.com Nous? Des scénaristes, plutôt... Voire des équilibristes. hello@.com Qui sommes-nous? hello@.com Notre méthode hello@.com Ils nous font confiance hello@.com LES DEUX, MON GÉNÉRAL! hello@.com

Plus en détail

HOMMES EN STOCK. De Hanicka ANDRES. Présente une exposition photographique/performance. LA COMPAGNIE Théâtre avec Entractes

HOMMES EN STOCK. De Hanicka ANDRES. Présente une exposition photographique/performance. LA COMPAGNIE Théâtre avec Entractes LA COMPAGNIE Théâtre avec Entractes Présente une exposition photographique/performance HOMMES EN STOCK De En partenariat avec le C2 à Torcy (71) Théâtre avec Entractes est une compagnie créée, sous l impulsion

Plus en détail

La question suivante était bien sur comment créer un groupe d étude avec des compagnons distants de plusieurs milliers de km? La réponse fût: Skype.

La question suivante était bien sur comment créer un groupe d étude avec des compagnons distants de plusieurs milliers de km? La réponse fût: Skype. Je voudrais partager avec vous l expérience de notre groupe d étude avec la technologie Skype. Pour autant que je sache c est le premier groupe d étude à utiliser Skype hebdomadairement et d une manière

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail

En 2010, on compte environ 1,65 milliard d utilisateurs d internet, Introduction

En 2010, on compte environ 1,65 milliard d utilisateurs d internet, Introduction Introduction La nature, pour être commandée, doit être obéie.» Francis Bacon, peintre anglo-irlandais. En 2010, on compte environ 1,65 milliard d utilisateurs d internet, soit un quart de la population

Plus en détail

La philosophie Ludi. recréer cet esprit chaleureux et amical afin de faire passer des bons moments à ses internautes autour d une même passion.

La philosophie Ludi. recréer cet esprit chaleureux et amical afin de faire passer des bons moments à ses internautes autour d une même passion. Sommaire 3 Historique 4 L identité Ludi Le jeu de la Belote est apparu en France dans les années 1920 et a connu un grand succès. Longtemps considérée comme le «jeu de cartes du peuple», la belote a conquis

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

5 à 8 ans. N oublie pas de te laver les dents! de Philippe Corentin. Amorce

5 à 8 ans. N oublie pas de te laver les dents! de Philippe Corentin. Amorce 5 à 8 ans Amorce «Ça a quel goût, une petite fille? demande le bébé crocodile. Écœurant et sucré», lui répond son papa Pour en être certain, bébé croco part en expédition chez sa jeune voisine. Elle est

Plus en détail

LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr

LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr Dans un parc de 17 ha 2160 élèves 560 internes 9 sections post-bac 21 classes de terminale

Plus en détail

2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management

2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management 2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management Double-diplôme INSEEC BACHELOR/FACulté DE PHARMACIE Bachelor en Management Un double-diplôme inseec bachelor / faculté de pharmacie CAleNDRieR

Plus en détail

ANNEXE - INNOVATIONS. processus, nom masculin

ANNEXE - INNOVATIONS. processus, nom masculin ANNEXE - INNOVATIONS» processus, nom masculin sens 1 - Suite d'opérations ou d'événements. Synonyme : évolution sens 2 - Ensemble d'actions ayant un but précis. NOS ACCESSOIRES INTELLIGENTS DONNER VIE

Plus en détail

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT LE CYBER-HARCÈLEMENT Avec l utilisation massive des nouvelles technologies, le harcèlement entre élèves peut se poursuivre, voire débuter, en dehors de l enceinte des établissements scolaires. On parle

Plus en détail

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

La téléassistance en questions

La téléassistance en questions 8 La téléassistance en questions Il y a une coupure de courant, qu est-ce que je fais? Vous ne faites rien. Une batterie de secours de plusieurs heures est incluse dans le transmetteur. Vous pouvez éventuellement

Plus en détail

Les ordinateurs pour apprendre à lire et écrire à l âge adulte : L opinion de ceux qui apprennent à lire et écrire en Ontario

Les ordinateurs pour apprendre à lire et écrire à l âge adulte : L opinion de ceux qui apprennent à lire et écrire en Ontario Les ordinateurs pour apprendre à lire et écrire à l âge adulte : L opinion de ceux qui apprennent à lire et écrire en Ontario Par Jean Lock Kunz et Spyridoula Tsoukalas Conseil canadien de développement

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS»

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS» Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 SÈRIE 2 Comprensió escrita ALERTE AUX «BIG MOTHERS» 1. Oui, leur utilisation augmente progressivement. 2. Pour savoir si sa fille est rentrée à l heure prévue.

Plus en détail

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Regards croisés entre parents et enfants! - Principaux résultats -! Décembre 2012! Arnaud ZEGIERMAN Directeur associé az@institut-viavoice.com Aurélien PREUD HOMME

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Le Team building. (consolidation d équipe) 1-866-651-5387 www.andreauger.com

Le Team building. (consolidation d équipe) 1-866-651-5387 www.andreauger.com Le Team building (consolidation d équipe) Olympiades Venez participer à nos «Olympiades» et découvrez les capacités d adaptation de votre équipe lors d une compétition amicale Pas besoin d être en grande

Plus en détail