Les télécoms en Afrique : un secteur dynamique et à fort potentiel Acteur de la transformation des économies africaines

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les télécoms en Afrique : un secteur dynamique et à fort potentiel Acteur de la transformation des économies africaines"

Transcription

1 Acteur de la transformation des économies africaines Page 1 sur 22

2 Performances Management Consulting est une société de conseil en management stratégique, créée en 1995 par des consultants africains ayant acquis une expérience solide dans des cabinets et des entreprises de rang mondial. Le cabinet s est fixé comme ambition d être un acteur de la transformation des économies africaines. Dans ce cadre, le cabinet Performances publie de façon régulière des notes sectorielles sur un secteur clé pour la lutte contre la pauvreté et l émergence de l Afrique. Ces notes vous proposent une description précise du secteur, identifient les enjeux stratégiques et mettent en perspective les défis majeurs auxquels les décideurs publics et les acteurs privés devront faire face. Ce document présente la note sectorielle sur «Les Télécoms en Afrique : un secteur dynamique et à fort potentiel». L intégralité de cette publication est disponible sur le site web de PMC : Page 2 sur 22

3 Sommaire L impact financier et psychologique de la crise a ralenti le marché des télécoms En Afrique, les télécoms ont fait face à une dépréciation des valeurs boursières...4 Malgré cet impact, l Afrique affiche une résistance robuste, surtout sur le mobile...4 La crise n a pas affecté la hausse du chiffre d affaires des télécoms en Afrique...4 La rentabilité des opérateurs télécoms en Afrique reste particulièrement élevée...5 La dynamique des investissements reste soutenue, surtout sur le mobile...6 Le marché africain du mobile enregistre la croissance la plus rapide au monde...7 L Afrique compte plus de 380 millions d abonnés au mobile et une télédensité de 38%...7 Le continent africain demeure un réservoir important de croissance du mobile...8 Le potentiel du mobile en Afrique suscite un intérêt croissant des opérateurs....8 La croissance du mobile se poursuivrait en Afrique, mais de façon plus ralentie...9 Contrairement au mobile, le fixe stagne en Afrique, avec une télédensité limitée à 3%..10 L Internet se développe plus vite, mais la pénétration demeure faible en Afrique...11 L enjeu socioéconomique des télécoms, surtout du mobile, est devenu important...12 Le mobile en Afrique est devenu déterminant pour assurer l accès universel...13 Le mobile s affiche aussi comme le levier pour rattraper le retard sur la bancarisation..13 Les opérateurs développent également le mobile comme canal pour le transfert d argent..14 L Internet est devenu également un facteur de croissance et de création d emplois...15 L impact des télécoms est cependant limité en Afrique par une fiscalité pesante...15 Les coûts des services télécoms en Afrique demeurent les plus chers au monde...16 La filière des télécentres a fortement régressé en Afrique, au profit du mobile Investissements et innovations sont capitaux pour l essor des télécoms en Afrique...17 Les Etats devront baisser les taxes pour soutenir l investissement dans le secteur...17 Une baisse des coûts reste aussi une priorité pour assurer l accès universel...18 La concurrence devra être intensifiée pour favoriser davantage la baisse des prix...18 Sur l Internet, la baisse des coûts nécessite de réaliser les projets de connectivité...18 Pour les télécentres, seul un développement des téléservices assurerait leur relance Quant au mobile payment, simplicité, bas coût et interbancarité sont capitaux pour son essor...20 Page 3 sur 22

4 EXECUTIVE SUMMARY L impact financier et psychologique de la crise a ralenti le marché des télécoms. La crise financière et économique a entraîné chez les opérateurs une réduction des dépenses d équipements de 10 à 15% au début de Quant aux utilisateurs, ils cherchent à réduire leur consommation, à sacrifier les options payantes et les services à la demande. L étude, réalisée par le cabinet de conseils Bain & Company 2 en France, est très illustrative des changements de comportement des utilisateurs face à la crise. L étude montre en effet qu un (1) consommateur sur deux (2) envisage de réduire ou de modifier ses dépenses télécoms et de loisirs numériques. Un quart des personnes interrogées pense réduire ses appels sur le fixe et le mobile, tandis que 26% envisagent de passer au forfait mobile moins cher. Des restrictions sont également envisagées sur le changement de matériel (19% veulent reporter le renouvellement de leur mobile) et sur les services facturés à la demande (téléchargement de sonneries, vidéos, télévision ). En Afrique, les télécoms ont fait face à une dépréciation des valeurs boursières. La crise a entraîné une volatilité et un effritement des valeurs financières, conduisant par la même occasion à une certaine correction des valeurs télécoms en Afrique. A titre d exemple, la capitalisation boursière de SAFARICOM, forte de millions de dollars US, s est dépréciée de 25% durant la première semaine d octobre La SONATEL, leader des télécoms au Sénégal, a également vu son cours, qui frôlait les FCFA/action en début 2008, chuter à FCFA à la fin de la même année. Malgré cet impact, l Afrique affiche une résistance robuste, surtout sur le mobile. A contrario des pays occidentaux où la crise de la liquidité a contraint les opérateurs mobiles à se recentrer sur le service aux clients, au détriment des politiques d expansion, le marché du mobile en Afrique a affiché une résistance globalement plus solide. En effet, la crise financière n a pas eu d impact limitatif sur la dynamique de croissance et d expansion des opérateurs transnationaux sur le continent africain. Ces derniers poursuivent leurs stratégies de recherche des relais de croissance par le biais notamment des opérations de rapprochement ou d acquisitions de nouvelles licences. Maroc Télécom s inscrit ainsi dans cette dynamique d expansion en acquérant 51% de SOTELMA (opérateur historique du Mali) pour 250 millions d euros. C est le cas aussi de l opérateur britannique Vodafone qui a racheté 70% des parts de Ghana Telecom, à hauteur de 900 millions de dollars US. Les ratios du prix payé au nombre d abonnés proches : 376 euros au Mali ( abonnés mobiles) et 400 euros au Ghana (1,4 million d abonnés mobile). La crise n a pas affecté la hausse du chiffre d affaires des télécoms en Afrique. Les vingt-cinq (25) premières sociétés de télécommunications africaines ont affiché à fin 2008 un chiffre d affaires cumulé en hausse de 41,5 %, soit 8,5 points de plus qu en Source : UIT 2 Etude citée par DAILY-BOURSE.Fr Page 4 sur 22

5 Cette performance est due en partie à la progression continue du chiffre d affaires de la plupart des opérateurs télécoms. A titre d illustration, le chiffre d affaires s est accru de +35% pour MTN Group, de +28 % pour Orascom Telecom et de +17,1 % pour Vodacom Group. ZAIN, qui compte en Afrique environ 40 millions d abonnés au mobile, a réalisé un chiffre d affaires de 4 milliards de dollars US 2008 sur le continent. Maroc Telecom a réalisé, au premier trimestre 2009, un chiffre d'affaires consolidé de 7,129 milliards de dirhams et un résultat opérationnel consolidé de 3,188 milliards de dirhams, respectivement en hausse de 2,4% et 2,7% par rapport à la même période en En 2009, les projections tablent sur une hausse de 20 % du chiffre d affaires des opérateurs mobiles en Afrique, soit 50 milliards de dollars US. Figure 1: évolution du chiffre d affaires global des télécommunications en Afrique ( ) Source : Observatoire des Télécommunications en Afrique et au Moyen Orient, 3è édition Quantifica La rentabilité des opérateurs télécoms en Afrique reste particulièrement élevée. Le ratio bénéfice net par rapport au chiffre d affaires des 25 premières entreprises du secteur atteint 17,7 %, un niveau très élevé par rapport aux entreprises évoluant dans d autres domaines d activité. ZAIN a affiché en 2008 des revenus en hausse de 26%, soit 7,44 milliards de dollars US. Le bénéfice net du groupe s est accru de 6%, passant à 1,6 milliard de dollars US ; ces performances ont fait prendre 0,33 dollars US à l action de ZAIN en bourse. Au Burkina Faso, l ONATEL a réalisé en 2008 un résultat net consolidé de 8,89 milliards de F CFA, contre 6,63 milliards de F CFA en 2007, soit une hausse de 34,1%. ORASCOM se distingue par des profits qui ont été multipliés par trois (3) et qui atteignent 45% du chiffre d affaires. Page 5 sur 22

6 Encadré 1- Incomes rise with the access to mobile phones Not only is economic growth likely to drive mobile subscriber growth, but it could also increase mobile usage. This higher mobile usage and the accompanying economic efficiencies created it carries with it could in turn further stimulate economic growth - creating a self-perpetuating cycle of growth. In fact, several studies have confirmed that people's incomes typically rise when they gain access to a mobile phone. For example, a well-known 2007 study from Harvard University tracked fishermen off the coast of southern India, finding that when they started using cell phones to call around to prospective buyers before they'd even got their catch to shore, their profits went up by an average of 8 percent, while consumer prices in the local marketplace went down by 4 percent. Building on this theme, a 2005 London Business School study concluded that for every additional ten mobile phones per 100 people, a country's GDP rises 0.5 percent. This effect suggests that mobile telephony in Africa can reduce the "poverty penalty" the high prices poor consumers are forced to pay due to economic isolation - by introducing fairer, more transparent market pricing to consumers and producers, and in so doing stimulating economic growth in what can develop into a virtuous cycle of long-term growth. La dynamique des investissements reste soutenue, surtout sur le mobile. En Côte d Ivoire, Orange a investi 100 milliards de F CFA en 2007 pour étendre son taux de couverture aux zones les plus reculées du pays. En 2008, ZAIN a investi plus de 3 milliards de dollars US dans l amélioration et l expansion de son réseau sur les grands marchés comme le Nigeria et le Soudan en Afrique. Cet investissement a contribué à la croissance de sa base de clients ainsi que de ses revenus. En 2009, ZAIN a dégagé 1,8 milliards de dollars US pour investir dans l extension et le renforcement de son réseau. Le groupe prévoit de consacrer environ 4 milliards de dollars US aux investissements d ici Au Ghana, Vodafone envisage d investir 700 millions de dollars US dans le développement des infrastructures de télécommunications afin d améliorer ses services. Plus de 80 % des investissements réalisés dans les télécoms sont affectés à l extension et au déploiement de réseaux mobiles nouvelle génération. Selon la GSMA, le total des investissements dans le mobile en Afrique atteindrait 50 milliards de dollars d ici Cette tendance s explique par la part particulièrement prépondérante de la téléphonie mobile dans les recettes des opérateurs. L'Afrique est la seule région du monde où la téléphonie mobile domine le fixe au plan des recettes ; le mobile représente 64% des recettes téléphoniques totales. Page 6 sur 22

7 Figure 2: estimation du volume des investissements des opérateurs mobile en Afrique subsaharienne Source : impact de la taxation sur la croissance de la téléphonie mobile, GSMA Le marché africain du mobile enregistre la croissance la plus rapide au monde. L'Afrique est la région du monde qui connaît la plus forte croissance annuelle du nombre d'abonnés à la téléphonie mobile. Entre 2003 et 2008, les taux de croissance annuels pour la téléphonie mobile en Afrique (+47%) ont été deux (2) fois plus élevés que ceux enregistrés dans le monde (+23%). Une étude réalisée par le cabinet Ernst & Young 3 confirme ce dynamisme en indiquant que le marché africain de la téléphonie mobile a connu une croissance de +49,3% par an depuis 2002, contre 7,5% pour la France, 28% pour le Brésil et 27,4% pour l Asie. En 2008, la hausse du parc de téléphonie mobile a atteint 35% en Afrique. Douze (12) pays africains se placent parmi les vingt (20) plus fortes progressions du monde, les autres étant situés en Asie ou en Europe de l Est. L Afrique compte plus de 380 millions d abonnés au mobile et une télédensité de 38%. L'essor du secteur de la téléphonie mobile sur le continent africain a défié toutes les prévisions. Le taux de pénétration de la téléphonie mobile est passé de 2% en 2000 à plus du tiers de la population actuelle du continent. Le continent comptait 279,3 millions de souscriptions au mobile en 2007, soit un taux de pénétration du mobile d environ 30 %. L Afrique a terminé l année 2008 avec 380,5 millions d utilisateurs de téléphone portable 4. Le taux de pénétration du mobile se situe à 38 % sur l ensemble du continent, avec des pointes à 111% au Gabon, à 97 % en Afrique du Sud, à % en Afrique du Nord (Algérie, Maroc, Tunisie) ou encore à 54 % en Côte d Ivoire. 3 Etude sur le développement des télécommunications en Afrique, Ernst & Young, Juin Source : WCIS Page 7 sur 22

8 Figure 3 : évolution du nombre d abonnés et du taux de pénétration du mobile en Afrique 38% A b onn é s au m obile (en m illion s) Taux d e p éné tration du m ob ile (%) 22% 28% 380,5 10% 15% 200,9 263,9 84,1 135, Source : Observatoire des télécommunications en Afrique et au Moyen-Orient La répartition des abonnés mobiles est aujourd'hui plus uniforme en Afrique. En 2000, l Afrique du Sud représentait à elle plus de la moitié des abonnés au téléphone mobile sur le continent. En 2008, près de 81% des abonnés au mobile se trouvaient dans d'autres pays africains et le marché est dominé par le Nigeria (26% des abonnements au mobile sur le continent). Le continent africain demeure un réservoir important de croissance du mobile. Les marchés dits vierges et émergents (43 pays avec des taux de pénétration mobiles inférieurs à 50%) devraient alimenter essentiellement la croissance du mobile en Afrique dans les années à venir. Ils présentent une marge d accroissement des parcs mobiles potentiellement importante. Au nombre de ces marchés à forte marge d augmentation des parcs, figurent la République Démocratique du Congo et surtout l Ethiopie où l absence de libéralisation limite le taux de pénétration du mobile (2,5 % en 2007). Les opérateurs attendent l ouverture des marchés mobiles non libéralisés qui, à l image de l Ethiopie, affichent un potentiel encore immense. Le potentiel du mobile en Afrique suscite un intérêt croissant des opérateurs. Plusieurs opérateurs transnationaux ont progressivement émergé et poursuivent leur expansion sur le continent africain. Ces opérateurs contribuent très fortement à la dynamique des télécoms du continent africain par leur prise de participation ou l'acquisition de licences. Ils sont plus présents dans le segment du mobile plus ouvert à la concurrence. L expansion des opérateurs transnationaux conduit dans certains pays à de forte concentration des acteurs dans la téléphonie mobile. La Côte d Ivoire par exemple compte actuellement cinq (5) opérateurs dans la téléphonie mobile : MTN, Orange, Moov, Koz et Green. Deux (2) autres opérateurs, Warid Télécom et AIRCOM, envisagent de lancer leurs services très prochainement en Côte d Ivoire Globalement, les six (6) plus grands opérateurs transnationaux (Orange, Vodacom, Zain, MTN, Moov et Tigo) contrôlaient 52% des abonnés mobiles africains en Page 8 sur 22

9 Figure 4 : cartographie de présence des opérateurs télécoms transnationaux en Afrique Maroc Tunisie Algérie Libye Égypte Mauritanie Mali Niger Soudan Sénégal Guinée Bissau Guinée Sierra Leone Liberia Côte d Ivoire Burkina Ghana Togo Bénin Nigéria Tchad Rep. Centrafrique Ethiopie Somalie RDC ZAIN Gabon Kenya ORASCOM VODACOM France TELECOM MAROC TELECOM Angola Malawi Zambie Tanzanie Rwanda MTN MILLICOM Namibie Botswana Madagascar Moov VODAFONE SUDATEL Afrique du Sud Lesotho Swaziland BINTEL La croissance du mobile se poursuivrait en Afrique, mais de façon plus ralentie. En 2009, les projections tablent sur une hausse de 25 % du parc mobile, soit un total de 450 millions d abonnés en Afrique. Toutes technologies confondues, le continent compterait en 2013 environ 550 millions d utilisateurs de téléphone, avec le Nigeria qui demeura le premier marché du continent. Le taux moyen de pénétration du mobile en Afrique passerait de 38% à 61% d ici L analyse de la courbe de croissance du mobile en Afrique montre qu elle a tendance à fléchir, en passant de plus de 61% en 2005 à 35% en Ce fléchissement résulte d un début de saturation de la part économiquement solvable du marché du mobile en Afrique. 5 Source : Cabinet Ernst & Young Page 9 sur 22

10 En effet, la population active, motrice de la consommation des produits télécom et de l accroissement des parcs, affiche des taux d équipement et de pénétration mobiles tendant progressivement vers la saturation. A titre d illustration, le parc mobile en Afrique était de 135,7 millions d abonnés en 2005, soit 38% de la population active du continent. En 2008, l Afrique affichait un parc mobile de 380,5 millions d utilisateurs, représentant 99% de la population active. De plus, on note une augmentation du nombre d utilisateurs du mobile (+29% entre 2005 et 2008), plus rapide que l évolution de la population active en Afrique (+2% entre 2005 et 2008). Cette situation amenuise, au fil des années, la marge d accroissement global des parcs d utilisateurs de téléphone mobile. Le ralentissement de la croissance des parcs mobiles en Afrique s accompagne d une certaine évolution en maturité du marché, avec des utilisateurs plus exigeants sur la qualité de services et plus demandeurs d offres innovantes. Avec ces mutations, il ressort que pour continuer à accroitre la création de valeur, les opérateurs mobiles en Afrique ne pourront plus compter uniquement sur les possibilités d augmentation des parcs, de plus en plus réduites par la saturation progressive de la population active et le faible pouvoir d achat sur les autres couches de la population. La création de services à valeur ajoutée innovants, répondant aux besoins des utilisateurs et impactant à la hausse l ARPU, constituera dans les prochaines années le principal déterminant pour maintenir et accroître le revenu des opérateurs. Figure 5 : évolution du taux de croissance annuel du mobile en Afrique 61 % 48% 39 % 35 % 25% (e) Contrairement au mobile, le fixe stagne en Afrique, avec une télédensité limitée à 3%. En 1998, on estimait le taux de pénétration des lignes téléphoniques fixes en Afrique à 1,4%, soit le taux le plus bas observé au monde. En 2008, le nombre total de lignes téléphoniques installées était estimé à 32,457 millions, correspondant à une télédensité fixe de 3,5%. Le taux d accroissement du parc fixe en Afrique n a pas excédé 2% sur la période et l écart avec les autres régions du monde s est accentué. Les tendances dans le secteur des télécoms en Afrique pourraient cependant favoriser la relance de la téléphonie fixe. En effet, de plus en plus de licences attribuées à travers le continent sont des licences globales, intégrant le fixe, le mobile et l Internet. Page 10 sur 22

11 Les opérateurs télécoms africains se lancent également, de plus en plus, dans la promotion d abonnements prepaid fixes ; cette formule d abonnement s inspire du modèle prepaid du mobile et s appuie sur ses avantages en termes de maîtrise de la consommation et des dépenses, pour viser une stabilisation des parcs et une reconquête des utilisateurs de la téléphonie fixe. Il convient également de noter que le développement des offres multi play, le «boom» de l immobilier et les besoins associés pour l équipement téléphonique et Internet haut débit des immeubles contribuent à entretenir un marché relativement croissant pour la téléphonie fixe. Malgré la concurrence des produits de substitution (notamment du mobile), plusieurs facteurs de l environnement créent et entretiennent un regain d intérêt des utilisateurs pour la téléphonie fixe. Figure 6 : évolution du par cet du taux de pénétration de la téléphonie fixe en Afrique 2,9% 3,0% 3,1% 3,3% 3,5% 26,2 27,4 28,6 31,1 32, Abonnés au fixe (en millions) Taux de pénétration du fixe(%) Source : Observatoire des télécommunications en Afrique et au Moyen-Orient L Internet se développe plus vite, mais la pénétration demeure faible en Afrique. Sur la période , l Internet s est accru en Afrique d environ +13% par an ; le parc des internautes est en effet passé de 11 millions en 2000 à 32 millions en Les taux de croissance annuels pour l Internet en Afrique ont été pratiquement deux fois plus élevés que ceux enregistrés dans le monde. En dépit des progrès réalisés, la quasi-totalité des pays d Afrique ont des taux de pénétration de l Internet encore très faibles. Sur le continent, moins de 5% de la population utilise l Internet, contre une moyenne de 23% à l échelle mondiale. Une analyse détaillée des taux de pénétration de l Internet montre d énormes disparités entre régions. En effet, ce taux est de 38% pour les Seychelles et de 30% en Île Maurice ; il passe à moins de 0,5% pour la République Démocratique du Congo, l Ethiopie, la République Centrafricaine et la Sierra Leone. Les taux de pénétration dans certains pays sont corrélés au niveau de pénétration informatique dans les ménages. Mais de façon générale en Afrique, l accès aux équipements informatiques est très limité en Afrique, du fait du faible niveau de revenu des populations. Les cybercafés demeurent le principal endroit où l on utilise l Internet dans la plupart des pays africains. Page 11 sur 22

12 Figure 7 : cartographie de l utilisation de l Internet en Afrique Source : RFI L enjeu socioéconomique des télécoms, surtout du mobile, est devenu important. La téléphonie mobile constitue un secteur parmi les plus dynamiques en Afrique. Elle joue un rôle économique clé sur le continent, et représente en moyenne 4 % du produit intérieur brut (PIB) des Etats africains. La dynamique continue de croissance du mobile en Afrique est un atout majeur qui maintiendra, à un haut niveau, les retombées économiques pour les pays du continent. Plusieurs publications ont en effet montré qu une augmentation de 10% de la pénétration des mobiles entraîne une augmentation de 1,2% du taux de croissance annuel du PIB. La téléphonie mobile contribue également aux recettes des Etats ; en Afrique subsaharienne par exemple, l'activité mobile représente 7 % des recettes fiscales des Etats. La valeur de ces recettes fiscales générées à partir de l activité du mobile est estimée à 71 milliards de dollars US entre 2000 et Figure 8: aperçu des contributions des opérateurs mobiles aux recettes fiscales des Etats en Afrique subsaharienne (2006) 11% 10% 9% 8% 7% 6% 5% 5% 3% 1% Tchad RDC Gabon Cam eroun Kenya B urkina Faso M a li Sénégal Afrique du Sud Swaziland Source: GSMA, Europa technologies, World Bank WDI Database Page 12 sur 22

13 En termes de création d emplois, la téléphonie mobile emploie directement ou indirectement plus de 3,5 millions de Subsahariens (cabinet Frontier Economics En 2006). Les opportunités de création d emplois indirects dans le mobile sont particulièrement élevées en Afrique ; les statistiques disponibles montrent que le mobile génère, pour un emploi direct, 10 emplois indirects au Nigeria, 57 en Ouganda, 89 au Kenya, 98 en Tanzanie et 169 emplois indirects au Rwanda. La vente de cartes de recharge téléphonique et les télécentres ou call box sont les activités créant le plus d emplois indirects dans la téléphonie mobile. A Dakar (Sénégal), les jeunes vendeurs de carte de recharge gagnent F CFA à F CFA par jour. Au Cameroun, l activité de MTN sur les call-box a permis de créer près de emplois dans le pays. Encadré 2- The Importance of Mobile Telephony in Africa The reasons for this rapid growth in mobile telephony are manifold. In many instances, African phone usage is not merely a luxury or convenient alternative to reliable fixed-line services (as it is in developed economies), but a veritable necessity. This is true especially in the case that mobile phones make up for poor or inexistent infrastructure in many African markets. For instance, a mother with a sick child at home can call to see if a doctor is available in the neighboring village before beginning the journey on foot. But having access to a mobile phone also allows for the more efficient, unencumbered flow of market information between traders and their customers in Africa. In this case, mobile phones typically help make markets more efficient, bring prices down, and increase productivity by allowing more people to be integrated into the mainstream economy via their mobile phone. For instance, a plumber does not need to loose time by returning to his shop to pick up messages or a carpenter or auto mechanic can advertise her services on notice boards and ask potential clients to get in touch with her via phone. Le mobile en Afrique est devenu déterminant pour assurer l accès universel. L UIT définit quant l accès universel comme «l accès aux télécoms pour tous dans des conditions raisonnables». La téléphonie mobile s illustre de plus en plus comme le moyen le plus efficace pour fournir des services télécoms diversifiés, publics et privés, à des centaines de millions d habitants, notamment dans les zones rurales et isolées en Afrique. Les communications mobiles ont un impact particulièrement profond, en matière d accès universel. Les réseaux mobiles couvrent actuellement 80% de la population mondiale. D ici 2010, ces réseaux mobiles rendront accessibles les services voix, données et Internet à plus de 5 milliards de personnes, touchant ainsi 90% de la population mondiale. Le mobile s affiche aussi comme le levier pour rattraper le retard sur la bancarisation. Faute d infrastructures suffisantes, le secteur bancaire et financier en Afrique s appuie de plus en plus sur les réseaux mobiles (plus étendus) pour accroître l accès des populations aux services. Cette bancarisation via le mobile se base en premier lieu sur les moyens de paiement, contrairement à la micro finance qui s appuie sur le crédit pour élargir la clientèle des services bancaires et financiers. L intérêt du mobile-banking réside dans le fait qu il permet d abaisser les coûts de transactions et de toucher davantage de personnes, y comprises celles qui résident dans les zones les plus reculées. Avec le mobile, les coûts d accès aux services bancaires sont réduits de 90%, comparés aux coûts en agence classique. Page 13 sur 22

14 Le mobile banking est considéré déjà dans plusieurs pays africains comme une priorité. Au Kenya par exemple, le taux de bancarisation a doublé en trois (3) ans grâce aux prestations de services bancaires sur le mobile ; ces prestations attirent environ nouvelles souscriptions par mois. En Zambie, la contribution du mobile banking est déjà significative ; l'équivalent de 2% du PNB du pays transiterait par la solution de paiement local CELPLAY. Les services bancaires sur mobile devraient représenter un marché de 5 milliards de dollars US d ici L Afrique se positionne déjà pour être le leader mondial des services bancaires sur le mobile. Encadré 3- Banking Business via Mobile Phones Also, Africans increasingly use phones to transfer money or pay bills. This innovation makes up for the limited banking facilities and branches in most African markets. For example, Safaricom, a Kenyan wireless provider, launched a mobile-money-transfer service called M-Pesa ("mapesa" means "money" in Swahili), which allows Africans to send money by text message to their friends, family, or trade partners. The recipient can then take the text message to a local M-Pesa agent and withdraw cash. These examples of the very important role mobile phones in Africa have come to play on an everyday basis are also supported by the high proportion of household income typically allocated for mobile phone services (in some countries like Ruanda beyond 25 percent of income is spent on mobile services). This high proportion of income used for mobile telephony suggests that people in Africa really do see mobile telephones as nearly invaluable parts of their everyday lives. Les opérateurs développent aussi le mobile comme canal pour le transfert d argent. En termes de transferts de fonds, la Banque africaine de développement (BAD) estime que la diaspora africaine a envoyé en 2006 plus de 38 milliards de dollars US dans les pays d'origine de ceux qui la composent. Ce montant dépasse, pour certaines années, le volume total de l'aide publique au développement (36 milliards de dollars US en 2007) en Afrique. Les envois de fonds représentent en moyenne 5% du PIB des pays en Afrique ; cette part dans le PIB atteint des niveaux exceptionnels au Mali (12,5%), en Gambie (17%), au Burundi (22%), au Cap Vert (34%), en Erythrée (37%). Six (6) pays africains (Maroc, Algérie, Nigeria, Egypte, Tunisie) reçoivent chacun plus d un (1) milliard de dollars US par an. S appuyant sur ce potentiel attractif, les opérateurs orientent progressivement la dynamique du mobile vers des innovations sur le transfert d argent international et transfrontalier, ainsi que sur les paiements sans contact. Au Kenya par exemple, les abonnés de SAFARICOM peuvent envoyer des fonds par SMS depuis Ce système, baptisé M-Pesa, est déjà adopté par 2 millions de clients. S inscrivant également dans cet élan de développement du mobile payment, Orange a aussi lancé son offre de transfert d argent «Orange Money», depuis juillet 2008 en Côte d Ivoire, puis au Sénégal et au Mali. Orange Money permet de payer des factures, d acheter des biens et services, de transférer ou de retirer de l argent avec son téléphone mobile, d acheter du crédit téléphonique sans se déplacer. L objectif visé spécifiquement par Orange Money au Sénégal est d accroître le taux de bancarisation de 5% actuellement, en assurant une bancarisation indirecte de 20% de la population d ici A terme, le service de transfert d argent sera mis en place sur l ensemble du réseau Orange en Afrique. Page 14 sur 22

15 Figure 9: flux de transferts de fonds vers les pays africains (en millions USD) Source : BAD, 2006 L Internet est devenu également un facteur de croissance et de création d emplois. Les technologies, surtout à large bande, servent aux industries de services informatiques locales, créant des emplois pour les jeunes, renforçant les niveaux de productivité et les exportations, et favorisant l intégration sociale. Le marché potentiel mondial des industries de services informatiques représentait 500 milliards de dollars US en De plus, un rapport de la Banque Mondiale note qu une hausse de 10 points de pourcentage du nombre de connexions internet haut débit s accompagne d un surplus de croissance économique de 1,3 point de pourcentage. Les opportunités liées à l Internet demeurent peu exploitées (seulement 15%) dans les pays en développement en général et en Afrique en particulier. Toutefois, certains créneaux se développent progressivement dans les pays africains, en exploitant un environnement des affaires plus favorable en termes de présence de moyens de communication fiables, peu coûteux, sécurisés et surtout des coûts salariaux plus faibles que les pays développés. L impact des télécoms est cependant limité en Afrique par une fiscalité pesante. En Afrique, les opérateurs télécoms, notamment sur le segment du mobile, sont confrontés à des taux de taxation très pesants. Pour l'ensemble de l Afrique subsaharienne, le taux moyen de taxation du chiffre d'affaires des opérateurs de téléphonie mobile est supérieur à 30%. Les cinq (5) pays affichant les taux les plus élevés sont la Zambie (53%), Madagascar (45%), la Tanzanie (40%), le Gabon (40%) et le Cameroun (39%). Selon l étude menée par le cabinet Frontier Economics (2006), l impact fiscal s élève à 0,8 dollar US pour chaque dollar investi en Afrique ; l étude menée montre également que les taxes sur l'activité mobile se répartissent de la façon suivante en Afrique subsaharienne : Page 15 sur 22

16 - TVA nette sur les services et les appareils mobiles : 35% ; - taxes professionnelles et sur l'emploi : 34% ; - droits de douane sur les appareils et les équipements mobiles : 20% ; - taxes sur les communications et autres : 11%. La fiscalité élevée affecte l accessibilité prix des produits et services télécoms pour les populations, notamment pour les plus pauvres. Elle limite le développement du secteur et par suite, la croissance économique du continent. Les coûts des services télécoms en Afrique demeurent les plus chers au monde. En 2008, le coût moyen mensuel d'un abonnement au mobile en Afrique subsaharienne correspondait à plus de 20% du revenu national brut mensuel par habitant, contre moins de 0,5% aux Etats-Unis et au Canada. Le tarif des abonnements haut-débit est inaccessible pour la majeure partie des populations africaines. Au regard des niveaux de revenus, la connexion internet en Afrique est, de loin, la plus chère au monde. À Madagascar par exemple, le coût d accès à l'adsl équivaut à un (1) mois de salaire d'un ouvrier. La faible utilisation des capacités disponibles sur les câbles sous marins, reliant l Afrique aux autres continents, ne favorise pas la réduction des coûts des connexions Internet, notamment haut débit. A titre d illustration, les capacités du cable sous marin SAT3 ne sont utilisées qu à 10% seulement en Afrique. Les coûts d accès et d utilisation très élevés dans les pays africains limitent fortement la vulgarisation des services télécoms. Pour l UIT, une réduction des prix, même minime, accroitrait davantage la pénétration des services télécoms en Afrique. La filière des télécentres a fortement régressé en Afrique, au profit du mobile. Au Sénégal par exemple, la progression des télécentres a été freinée depuis 2005 ; la filière connaît une chute spectaculaire depuis quatre (4) ans. De télécentres en 2005, la filière ne comptait en fin 2008 qu un parc de télécentres. A Dakar, sur dix (10) télécentres qui existaient, seuls deux (2) survivent difficilement. Les recettes ont fortement diminué, de 90 à 95% suivant les cas. Les fins de mois deviennent très difficiles pour les gérants de télécentres, confrontés aux charges de loyer, d électricité, de téléphone, de salaires... Un nombre important de télécentres a ainsi été transformé en boutiques, en dépôts ou magasins. Figure 10 : évolution du parc de télécentres au Sénégal Source : ARTP, UNETTS Page 16 sur 22

17 Pour les gérants, c est le développement de la téléphonie mobile qui a cannibalisé le marché et la rentabilité des télécentres, conduisant ainsi à leur fermeture massive. Les acteurs de la filière indexent essentiellement la recharge électronique (à petits prix : 100 F CFA, 200 F CFA ) et les vendeurs ambulants de cartes de recharges mobiles comme étant les principaux facteurs de la disparition des télécentres. La régression des télécentres est analysée sous divers angles par les observateurs. Pour certains, les télécentres ont rempli leur mission à une époque donnée et doivent logiquement faire place au mobile qui offre de nouvelles opportunités et facilite davantage l accès des populations aux services télécoms. Pour d autres, la gravité de la disparition des télécentres est liée aux pertes d emplois et de revenus, à l accroissement du chômage et de la paupérisation des acteurs de la filière. Investissements et innovations sont capitaux pour l essor des télécoms en Afrique. Les analystes posent certaines conditions pour assurer une poursuite du développement des télécoms en Afrique. Les opérateurs devront accélérer leurs investissements, notamment pour densifier leurs réseaux, mieux couvrir les territoires et s installer de plus en plus dans les zones rurales. Le développement des applications liées à l énergie solaire offre la possibilité de lever les freins au développement des télécoms dans les zones rurales non électrifiées. Au Kenya par exemple, SAFARICOM commercialise depuis août 2009 un mobile dit vert : Simu Ya solar. Ce terminal mobile dispose d un panneau solaire assurant sa recharge. Compatible avec les préoccupations liées au développement durable, «Simu Ya solar» vise aussi à assurer aux abonnés une possibilité d utiliser en continu leur mobile, surtout dans les zones rurales où l électricité est absente et dans les zones urbaines subissant une distribution rationnée du courant électrique. Pour l UIT, l innovation et la différentiation des marchés demeurent fondamentales pour mieux adapter les services télécoms aux besoins et spécificités des zones ou populations présentant un potentiel important pour le développement du secteur en Afrique. Les innovations devraient être développées, notamment pour accélérer la convergence dans le secteur et favoriser l émergence de nouveaux acteurs, avec des services novateurs et de nouveaux modèles économiques. Les Etats devront baisser les taxes pour soutenir l investissement dans le secteur. L étude, menée par le cabinet Frontier Economics, montre qu un lissage des taxes appliquées au secteur des télécoms en 2007 engendrerait d ici 2012 une progression supplémentaire des parcs mobiles de 43 millions d'utilisateurs, et un surplus fiscal de 930 millions de dollars US. Dans la même optique, une suppression des taxes spécifiques en Afrique induirait un accroissement des investissements dans les télécoms de 13 milliards de dollars US supplémentaires d ici Selon les estimations de la GSMA, une réduction de moitié de la taxe spécifique aux mobiles au Kenya (qui était de 10% en 2007), induirait au cours des dix (10) prochaines années, une augmentation de l usage du téléphone portable de 7%, un accroissement de la pénétration de 5% et une hausse des revenus des opérateurs de 8%. Cette réduction conduirait également à une augmentation de 2 à 4% des recettes fiscales de l Etat kenyan jusqu en Page 17 sur 22

18 Partant de ces avantages potentiels, les acteurs du secteur recommandent aux Etats africains de ne plus taxer les terminaux mobiles au rang de produits de luxe et de supprimer ou réduire toutes les taxes spécifiques appliquées aux télécoms. Une baisse des coûts reste aussi une priorité pour assurer l accès universel. Les analyses comparatives ont montré que les services télécoms en Afrique sont les plus chers au monde. Cette situation interpelle les opérateurs africains à réduire fortement leurs coûts d exploitation afin de pouvoir offrir des tarifs d accès aux services plus abordables pour les populations. Pour ce faire, les opérateurs devront adopter une approche plus rigoureuse pour accroître leur efficacité et efficience opérationnelles. La concurrence devra être intensifiée pour favoriser davantage la baisse des prix. La concentration continue des opérateurs mobiles a déjà accéléré une baisse des prix sur le téléphone mobile. Cette tendance à la baisse des prix se poursuivrait dans les prochaines années au regard de l accentuation du jeu concurrentiel dans le mobile. La libéralisation des télécoms devra se poursuivre dans les pays africains pour ouvrir totalement à la concurrence toutes les composantes du secteur (mobile, fixe, Internet). Sur l Internet, la baisse des coûts nécessite de réaliser les projets de connectivité. De nombreux projets ont été initiés en Afrique, notamment pour améliorer la connectivité internationale et réduire les coûts des télécommunications, notamment sur le haut débit. Au nombre de ces projets, figure RASCOM qui vise à fournir une infrastructure de télécommunications à grande échelle à moindre coût aux zones rurales du continent en utilisant une technologie appropriée. Le coût du projet est estimé à 400 milliards d euros et avait pour but d éviter le transit des communications par l Europe et l Amérique. Le premier satellite (RASCOM-1) a été lancé en décembre Une fuite d Hélium lors du lancement a réduit considérablement la durée de vie du satellite. Un contrat avec Thales Alenia Space et Ariane est entré en vigueur depuis septembre 2008 pour la construction en 24 mois et le lancement par la suite du satellite de remplacement de RASCOM-1. En plus de la solution satellitaire, l Afrique multiplie les projets de pose de câbles en fibre optique pour accroitre la connectivité internationale. C est le cas par exemple du câble en fibre optique WASC destiné à relier sur km les pays de l Afrique de l Ouest à l Europe avec une capacité de 3,84 Tbit/s sur la bande passante internationale. Le coût du projet est estimé à 600 millions de dollars US et sa mise en service est prévue en L Afrique de l Ouest est déjà desservie par plusieurs câbles dont le SAT3 et Glo 1 qui a été récemment mis en service. Long de km et d une capacité de 640 Gbps, Glo 1 a été installé par Globacom (société privée nigériane). Il offre une alternative au câble SAT3 pour la connexion à la bande passante internationale. En Afrique de l Est et australe, le projet EASSy, dont le coût est estimé à 235 millions de dollars US, a été engagé pour garantir la connectivité à 250 millions de personnes dans 21 Etats de la région. Un autre câble sous-marin en fibre optique (SEACOM), connectant l Afrique de l Est à l Asie et à l Europe est déjà en service dans cette région. Page 18 sur 22

19 Figure 11: cartographie des câbles sous marins connectant l Afrique aux autres régions du monde Source : Arnauld KLEIN, octobre 2009 Parallèlement, Google envisage un ambitieux projet international visant à fournir dès fin 2010 la connexion à des prix plus abordables à 3 milliards de personnes, dans 150 pays en développement en Afrique et sur les autres continents. Le coût de ce projet est estimé à 750 millions de dollars US. Pour les télécentres, seul un développement des téléservices assurerait leur relance. Il est très peu probable que les populations retournent massivement dans les télécentres, dans leur format actuel de mono-fonctionnalité, reposant essentiellement sur le service téléphonique filaire. Les réflexions menées sur les opportunités de redynamisation des télécentres convergent globalement vers une reconversion et un repositionnement des exploitants sur les téléservices. Cette mutation est nécessaire pour permettre aux télécentres d évoluer, de leur caractère actuel de centre monofonctionnel, vers une diversification de leurs services. Dans ce cadre, les télécentres pourraient assurer des activités additionnelles comme la vente de cartes SIM, de recharges et d accessoires téléphoniques, la vente et la gravure de CD-ROM et DVD, la bureautique, la connexion à Internet D autres alternatives plus innovantes sont actuellement prospectées par les acteurs ; elles portent sur un repositionnement des télécentres dans la chaîne de valeur du mobile banking et dans le paiement des factures d eau et d électricité, le traitement des assurances, les démarches administratives en ligne... Page 19 sur 22

20 Encadré 4- E-gouvernement au Sénégal : lancement de la première télé procédure avec la télé déclaration de TVA La Direction Générale des Impôts et Domaine (DGID), en collaboration avec l ADIE (Agence de l Informatique de l Etat) ont procédé en Septembre 2009, au lancement de la première télé procédure au Sénégal (la télé déclaration de TVA). D une part, dans un contexte de mise en œuvre de la Société de l Information, d amélioration du fonctionnement de l Administration et de l ouverture de l administration vers les citoyens en utilisant les TIC, l ADIE a entrepris un projet global de mise en place des télé procédures au sein de l Etat (projet SAFI). D autre part, la mise en œuvre des réformes auprès de l administration Fiscale pour rendre le climat des affaires au Sénégal plus attractif et augmenter la position du Sénégal dans le classement du Doing Business, la demande pressante du Patronat, a amené la DGID à se positionner comme pilote dans ce projet de Télé procédures en choisissant la déclaration de TVA comme procédure pilote. La télé déclaration de TVA (TELETVA), permet aux entreprises qui en font la demande, donc qui le souhaitent, de pouvoir effectuer leur déclaration de TVA mensuelle sans se déplacer au niveau de l Administration pour récupérer le formulaire. Depuis quelques mois, une dizaine d entreprises, affiliées au Centre des Grandes Entreprises (CGE), effectuent leur déclaration de TVA via cette plateforme. Cette plateforme est ouverte dans un premier temps aux entreprises du CGE, avant de la généraliser pour toute entreprise qui souhaite faire la télé déclaration. Source : ADIE Sénégal Quant au mobile payment, simplicité, bas coût et interbancarité sont capitaux pour son essor. Pour une plus large adhésion des populations africaines, les business modèles sur le mobile payment devront tendre vers un mode de souscription simple, des services adaptés à la demande et un coût d accès relativement faible. La question de l interbancarité se pose également, avec notamment plusieurs problématiques sur les partenariats à développer avec les banques, le coût des commissions appliquées et les conditions d accès aux systèmes de compensation. Sur le développement des partenariats, il y a un risque de voir se développer plusieurs communautés de paiements cloisonnées (par banque ou par opérateur) ; une telle situation devrait être évitée, au risque de réduire la portée potentielle des offres de mobile payment. Le développement du mobile payment devra aussi tenir compte de l organisation et de la réglementation des systèmes de paiements nationaux, différents d un pays à l autre à l échelle du continent. Les banques centrales suivent déjà étroitement les différentes initiatives, pour éviter le développement de systèmes virtuels en marge du système financier en vigueur. Les aspects conformité, anti-blanchiment et lutte contre le financement du terrorisme sont également suivis par les autorités compétentes en Afrique. Page 20 sur 22

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Embargo 17 janvier 2013 Rapport des Nations Unies : L économie africaine rebondit en dépit d un ralentissement économique mondial Des liens commerciaux

Plus en détail

groupe Sonatel résultats 1 er semestre 2010 août 2010

groupe Sonatel résultats 1 er semestre 2010 août 2010 groupe Sonatel résultats 1 er semestre 2010 août 2010 1 sommaire 1 faits marquants 2 résultats opérationnels 3 résultats financiers 4 perspectives 5 annexes 2 1 faits marquants 3 1 faits marquants S1 2010

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Les services financiers sur mobile d Orange

Les services financiers sur mobile d Orange Fiche d informations presse Février 2016 Les services financiers sur mobile d Orange Orange positionne les services financiers sur mobile parmi les deux axes de diversification de son plan stratégique

Plus en détail

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique La sous-catégorie Gestion Publique évalue la transparence dans la passation des marchés publics, dans la gestion des entreprises publiques

Plus en détail

PLAN DE L ETUDE : I. Le Marché Mondial II. Le Marché zone FANAF : - Marché Vie, - Marché Non Vie EVOLUTION DU MARCHE DE L ASSURANCE EN 2014

PLAN DE L ETUDE : I. Le Marché Mondial II. Le Marché zone FANAF : - Marché Vie, - Marché Non Vie EVOLUTION DU MARCHE DE L ASSURANCE EN 2014 EVOLUTION DU MARCHE DE L ASSURANCE EN 2014 PLAN DE L ETUDE : I. Le Marché Mondial II. Le Marché zone FANAF : - Marché Vie, - Marché Non Vie (situation de l assurance automobile 2010-2014) I. Le Marché

Plus en détail

RESULTATS CONSOLIDES DU 1 er TRIMESTRE 2015

RESULTATS CONSOLIDES DU 1 er TRIMESTRE 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Rabat, le 16 avril 2015 RESULTATS CONSOLIDES DU 1 er TRIMESTRE 2015 Faits marquants» Reprise en main opérationnelle et consolidation dans les comptes du Groupe depuis le 26 janvier

Plus en détail

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité Solidement capitalisé et porté par une économie dynamique, le secteur bancaire éthiopien

Plus en détail

CAF AFRICAN QUALIFIERS 2015

CAF AFRICAN QUALIFIERS 2015 CAF AFRICAN QUALIFIERS 0 PRÉSENTATION CAF AFRICAN QUALIFIERS 0 CAF AFRICAN QUALIFIERS 0 TOURS PRÉLIMINAIRES ER TOUR Equipe Match Equipe Aller Retour Liberia Lesotho 0 0 Kenya Comores 0 Madagascar Ouganda

Plus en détail

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC Genève du 1-2 Sept 2011 Romain CIZA /ARPTC romain.ciza@arptc.cd 1 Caneva I. Brève présentation de la RDC II. Cadre réglementaire

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

Prix de détail, diffusion technologique et attributions de licences en Afrique

Prix de détail, diffusion technologique et attributions de licences en Afrique Prix de détail, diffusion technologique et attributions de licences en Afrique Sidy Diop Docteur en Sciences Economiques de l Ecole des Mines de Paris Vice-Président, Microeconomix Onzième séminaire de

Plus en détail

Rabat, le 20 mars 2014

Rabat, le 20 mars 2014 المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : Rabat, le 20 mars 2014 Durant les dix dernières années, les flux d investissements directs étrangers réalisés en Afrique ont enregistré, selon les données de

Plus en détail

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Synthèse Septembre 2014 Réalisée pour le compte de l association GSMA Synthèse Le rapport qui suit examine les fonds de service universel

Plus en détail

la stratégie d Orange pour le Développement

la stratégie d Orange pour le Développement la stratégie d Orange pour le Développement soirée débat : thème : "TIC et RSE, un duo gagnant pour le développement entrepreneurial en Afrique" 17 mars 2015 BRAH ADAMOU Amadou Chef de projet magri AMEA

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique

Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique Séminaire sur les coûts et les tarifs SG3RG-AFR, Février 2013 - Caire (Egypte) Djallo AMADOU Chef de Service Marketing et RE Tél:

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

ANALYSE DE LA TENDANCE DU SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS AU BENIN. Juin 2014

ANALYSE DE LA TENDANCE DU SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS AU BENIN. Juin 2014 REPUBLIQUE DU BENIN -------------- AUTORITE DE REGULATION DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ET DE LA POSTE ---------------- SECRETARIAT EXECUTIF ------------ DIRECTION DES MARCHES ET DE LA PROSPECTIVE ------------

Plus en détail

Les enjeux des câbles internationaux de fibre optique

Les enjeux des câbles internationaux de fibre optique Les enjeux des câbles internationaux de fibre optique Nezih Dincbudak Directeur Affaires Réglementaires AMEA France Telecom Orange Séminaire FRATEL, Ouagadougou, 4 Avril 2012 Le Groupe France Telecom Orange

Plus en détail

Backbones régionales: Disponibilité et Fiabilité/Résilience. Nouvelles Opportunités pour l Afrique

Backbones régionales: Disponibilité et Fiabilité/Résilience. Nouvelles Opportunités pour l Afrique Ministères des Télécommunications, des TIC, des Transports Terrestres et des Transports Ferroviaires, INET ISOC Séminaire Dakar, 3-4 novembre 2009 Backbones régionales: Disponibilité et Fiabilité/Résilience

Plus en détail

Dossier de presse. Orange Collecte

Dossier de presse. Orange Collecte Dossier de presse Orange Collecte Septembre 2015 Contacts presse : +33 1 44 44 93 93 Tom Wright tom.wright@orange.com Caroline Simeoni caroline.simeoni@orange.com 1 Sommaire 1. Orange Collecte, première

Plus en détail

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement Bulletin Climatique Décadaire N 34 Valable du 1 er au 10 Décembre

Plus en détail

Ces réalisations sont conformes aux objectifs pour l année 2014, à savoir :

Ces réalisations sont conformes aux objectifs pour l année 2014, à savoir : COMMUNIQUE DE PRESSE Rabat, le 29 avril 2014 RESULTATS CONSOLIDES DU 1 er TRIMESTRE 2014 Une performance conforme aux objectifs annuels : - Retour à une légère croissance du chiffre d affaires (+0,4%),

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2013 13 février 2014. Résultats annuels 2013

RÉSULTATS ANNUELS 2013 13 février 2014. Résultats annuels 2013 RÉSULTATS ANNUELS 2013 13 février 2014 1 Faits Marquants Poursuite de la CROISSANCE DES PARCS CLIENTS CROISSANCE SOUTENUE à l International STABILISATION DES MARGES à un niveau parmi les plus élevés du

Plus en détail

Réunion des analystes et conférence de presse Mars 2011

Réunion des analystes et conférence de presse Mars 2011 Réunion des analystes et conférence de presse Mars 2011 03/03/2011 1 Sommaire Année 2010: Efforts de développement tous azimuts Résultats et activité Décembre 2010 L action Attijari bank en bourse Rétrospective

Plus en détail

Le mobile en masse: L éveil du marché marocain

Le mobile en masse: L éveil du marché marocain Le mobile en masse: L éveil du marché marocain Enjeux et perspectives de la libéralisation Casablanca, le 24 février 2005 Lara Srivastava Note: Unité des Stratégies et Politiques Union Internationale des

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises NOVEMBRE 2013 Dossier de presse Société Générale, COMMUNIQUÉ DE PRESSE Casablanca, le 21 novembre 2013 Présent dans 16 pays africains, le groupe Société Générale présente un positionnement unique, qui

Plus en détail

A l occasion de la publication de ce communiqué, Monsieur Abdeslam Ahizoune, Président du Directoire, a déclaré :

A l occasion de la publication de ce communiqué, Monsieur Abdeslam Ahizoune, Président du Directoire, a déclaré : COMMUNIQUE DE PRESSE Rabat, le 20 juillet 2014 RESULTATS CONSOLIDES DU 1 er SEMESTRE 2014 Faits marquants : - Confirmation du retour à la croissance du chiffre d affaires (+1,3% au deuxième trimestre)

Plus en détail

Dossier de presse. mardi 14 avril 2015. Orange, 1 er opérateur de la téléphonie mobile en Côte d Ivoire

Dossier de presse. mardi 14 avril 2015. Orange, 1 er opérateur de la téléphonie mobile en Côte d Ivoire Dossier de presse mardi 14 avril 2015 Orange, 1 er opérateur de la téléphonie mobile en Côte d Ivoire Orange, #1 au service de nos clients Orange, 1er opérateur en Côte d Ivoire Orange CI a su conserver

Plus en détail

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange RESULTATS ANNUELS 2010 Paris, le 9 mars 2011 Chiffre d affaires à plus de 2 milliards d euros Marge d EBITDA Groupe à plus de 39% Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros Signature d

Plus en détail

Réseaux large bande: financement et stratégie d investissement dans le large bande L expérience de l Afrique

Réseaux large bande: financement et stratégie d investissement dans le large bande L expérience de l Afrique Réseaux large bande: financement et stratégie d investissement dans le large bande L expérience de l Afrique Plan de l exposé Qu est-ce que le large bande? Le large bande en Afrique: situation actuelle

Plus en détail

GRANT THORNTON SENEGAL. Un acteur majeur de l Audit et du Conseil

GRANT THORNTON SENEGAL. Un acteur majeur de l Audit et du Conseil GRANT THORNTON SENEGAL Un acteur majeur de l Audit et du Conseil Grant Thornton Sénégal 2 Qui sommes nous? Grant Thornton, 5 ème groupe d audit et de conseil au monde, est une organisation puissante et

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

CONFERENCE DES DIRECTEURS DE LA FONCTION PUBLIQUE REUNION DE SUIVI A LA 2 ème CONFERENCE DES MINISTRES DE LA FONCTION PUBLIQUE

CONFERENCE DES DIRECTEURS DE LA FONCTION PUBLIQUE REUNION DE SUIVI A LA 2 ème CONFERENCE DES MINISTRES DE LA FONCTION PUBLIQUE African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

FORUM REGIONAL ECONOMIQUE ET FINANCIER DES TELECOMMUNICATIONS/TIC DU BDT/UIT

FORUM REGIONAL ECONOMIQUE ET FINANCIER DES TELECOMMUNICATIONS/TIC DU BDT/UIT FORUM REGIONAL ECONOMIQUE ET FINANCIER DES TELECOMMUNICATIONS/TIC DU BDT/UIT Abidjan - Côte d Ivoire, 18 au 19 Janvier 2016-1- SERVICES FINANCIERS MOBILES EN AFRIQUE Présentation: Dr Ettiboua ANGUI, Docteur

Plus en détail

PLAN DE PRESENTATION. Introduction. Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest

PLAN DE PRESENTATION. Introduction. Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest Conférence Partager le Savoir à travers la Méditerranée (7) E. HOUNGNINOU Tunis, le 18 Mai 2012 Introduction Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest PLAN DE PRESENTATION

Plus en détail

La consommation en Afrique Le marché du XXIe siècle

La consommation en Afrique Le marché du XXIe siècle La consommation en Afrique Le marché du XXIe siècle Sommaire Éditorial 1 Note de synthèse 2 L Afrique sur le devant de la scène 4 La consommation, levier de croissance 12 Les comportements de consommation

Plus en détail

Les Rencontres de Performances

Les Rencontres de Performances Les Rencontres de Performances Maturité des Entreprises africaines en matière de Gouvernance des Systèmes d Information GOUVERNANCE SI 06 février 2009 EDITO Doléle SYLLA Information Analyst Banque Mondiale

Plus en détail

Couloir Africain de l Énergie Propre

Couloir Africain de l Énergie Propre Couloir Africain de l Énergie Propre LE COULOIR AFRICAIN DE L ÉNERGIE PROPRE L Afrique change rapidement. En 2050, elle comptera 2 milliards d habitants, dont trois sur cinq vivront dans des villes. Plus

Plus en détail

Notre savoir-faire dans le secteur des télécommunications

Notre savoir-faire dans le secteur des télécommunications Notre savoir-faire dans le secteur des télécommunications Notre expertise en réponse à vos enjeux Nous accompagnons les opérateurs télécoms de la définition de leur stratégie à sa mise en œuvre sur l ensemble

Plus en détail

Résultats du 1er trimestre 2014 de Numericable Group

Résultats du 1er trimestre 2014 de Numericable Group Communiqué de presse 13 mai 2014 Résultats du 1er trimestre 2014 de Numericable Group Progression de la base totale d abonnés de 4,3% et de l ARPU à 42,1 5,4 millions de foyers déjà équipés en fibre optique

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

L infrastructure Informatique et Télécom au cœur de la performance de l entreprise

L infrastructure Informatique et Télécom au cœur de la performance de l entreprise www.sonema.com L infrastructure Informatique et Télécom au cœur de la performance de l entreprise Club Utilisateurs Delta-Bank Tours, les 2 et 3 décembre 2010 Présentateur : Yves Dollo, Directeur des Ventes

Plus en détail

Atelier sur la Poste et l économie numérique

Atelier sur la Poste et l économie numérique REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple- Un But- Une Foi MINISTERE DES POSTES ET DES TELECOMMUNICATIONS Projet de discours de Monsieur Malick NDIAYE Directeur de Cabinet du Ministre des Postes et des Télécommunications

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE DJIBOUTI : HUB REGIONAL Pour LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Mars 2012 DRAFT PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE INTERNET REGIONALE A DJIBOUTI Mars 2012

Plus en détail

GOUVERNEMENT D ENTREPRISE Le Directoire

GOUVERNEMENT D ENTREPRISE Le Directoire GOUVERNEMENT D ENTREPRISE Le Directoire Président Abdeslam Ahizoune Président du Directoire Membres Larbi Guedira Directeur Général Services Laurent Mairot Directeur Général Administratif et Financier

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

message clé sur le 1er semestre 2015: performance opérationnelle et financière soutenue en dépit d un contexte difficile

message clé sur le 1er semestre 2015: performance opérationnelle et financière soutenue en dépit d un contexte difficile message clé sur le 1er semestre 2015: performance opérationnelle et financière soutenue en dépit d un contexte difficile durcissement de l environnement concurrentielde avecl environnement l intensification

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com Mobile Banking De la voix aux données Des données aux services transactionnels Services voix Services données Services transactionnels Mobile banking Pourquoi un opéra Marché fortement marqué par le phénomène

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LES TIC ET TELESERVICES AU SENEGAL

FICHE TECHNIQUE SUR LES TIC ET TELESERVICES AU SENEGAL FICHE TECHNIQUE SUR LES TIC ET TELESERVICES AU SENEGAL Impression : 4/05/11 Le Sénégal, un environnement des affaires attractif Une stabilité politique et économique Une économie ouverte et en plein essor

Plus en détail

11 th World Telecommunication/ICT Indicators Symposium (WTIS-13)

11 th World Telecommunication/ICT Indicators Symposium (WTIS-13) 11 th World Telecommunication/ICT Indicators Symposium (WTIS-13) Mexico City, México, 4-6 December 2013 Information document Document INF/3-F 21 November 2013 French SOURCE: TITLE: Autorité de régulation

Plus en détail

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement 1 Mobile Paiement: perspectives et axes de développement Intervenants : Laurent Marie KIBA Directeur Mobile Payments Orange - Sonatel Bertrand MARTIN Directeur Marketing Orange Money Groupe France Télécom

Plus en détail

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso UNE EXPERIENCE D APPUI AUX PME/PMI AU BURKINA FASO M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso 1 Le Burkina Faso PME/PMI - Burkina Faso 3 Le Burkina

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

panorama 360 des actions d Orange en faveur de l entrepreneuriat local en Afrique

panorama 360 des actions d Orange en faveur de l entrepreneuriat local en Afrique panorama 360 des actions d Orange en faveur de l entrepreneuriat local en Afrique Catherine Flouvat / AMEA/RSE novembre 2014 3 axes de développement d égale importance a mener en rupture vers de l innovation

Plus en détail

Benchmark sur le tarif de connexion Internet

Benchmark sur le tarif de connexion Internet Autorité de Réglementation des secteurs de Postes et de Télécommunications REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail - Liberté - Patrie Benchmark sur le tarif de connexion Internet DAJR/Service réglementation et études

Plus en détail

SNTL Groupe, un intégrateur des métiers de la Supply chain au service de la logistique africaine depuis et vers le monde.

SNTL Groupe, un intégrateur des métiers de la Supply chain au service de la logistique africaine depuis et vers le monde. SNTL Groupe, un intégrateur des métiers de la Supply chain au service de la logistique africaine depuis et vers le monde Septembre 2015 SNTL Groupe Positionnement stratégique sur le marché Supply Chain

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences African Export-Import Bank Présenté au séminaire 2014 sur l affacturage Lusaka, Zambie

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

les pays émergents leaders des télécoms au XXIe siècle, quelle place pour Orange?

les pays émergents leaders des télécoms au XXIe siècle, quelle place pour Orange? les pays émergents leaders des télécoms au XXIe siècle, quelle place pour Orange? Colidre, mars 2012 Marc Rennard Directeur Exécutif Afrique, Moyen Orient et Asie marc.rennard@orange.com 1 sommaire introduction

Plus en détail

Taxation des services; taxation du trafic international entrant. Saliou Touré Département Interconnexion et Relations Internationales

Taxation des services; taxation du trafic international entrant. Saliou Touré Département Interconnexion et Relations Internationales ITU Séminaire sur les coûts et les tarifs pour le Groupe régional de la Commission d études 3 pour l Afrique (SG3RG-AFR) ( Cotonou, Bénin,8-9 Mai 2012 ) Taxation des services; taxation du trafic international

Plus en détail

Attijariwafa bank - Wafasalaf

Attijariwafa bank - Wafasalaf L événement Wafasalaf : 20 ans au service du consommateur 3 Historique L accompagnement du développement 5 de la société de consommation Attijariwafa bank - Wafasalaf L appartenance au premier groupe bancaire

Plus en détail

Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) REGLEMENT INTERIEUR

Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) REGLEMENT INTERIEUR Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) Article 1 : NOM REGLEMENT INTERIEUR Article 1.1 : Le nom de l organisation est «l IAALD Groupe Afrique», ci-dessous

Plus en détail

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement 1 CONDITIONS D ADHESION A L AUA (1) Pour être éligible en qualité de membre

Plus en détail

Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1

Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1 Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1 Sommaire 1. Introduction 2. Brève présentation de l APPA 3. Place de l Afrique dans le contexte pétrolier

Plus en détail

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous»

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous» Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Résumé E n déclarant 2012 «Année internationale de l énergie durable pour tous», l Assemblée

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

Tableau de Bord Fixe

Tableau de Bord Fixe Instance Nationale des Télécommunications Tableau de Bord Fixe Suivi des principaux indicateurs du marché de la téléphonie fixe en Tunisie Sommaire 1. Parc global......... 2 1.1. RTC........... 5 1.2.

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 28 août 203 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 203 BONNE PERFORMANCE COMMERCIALE DES ACTIVITÉS DE CONSTRUCTION LES PLANS D ADAPTATION DÉLIVRENT LES RÉSULTATS ATTENDUS AMÉLIORATION DE LA

Plus en détail

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17 6 septembre 2013 COMITÉ RÉGIONAL DE L AFRIQUE ORIGINAL : ANGLAIS Soixante-troisième session Brazzaville, République du Congo, 2 6 septembre 2013 Point 20.4 de l ordre du jour MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION-CADRE

Plus en détail

CONVERGENCE IP EN AFRIQUE : IMPACT SUR LES SERVICES VOIX ET SMS

CONVERGENCE IP EN AFRIQUE : IMPACT SUR LES SERVICES VOIX ET SMS CONVERGENCE IP EN AFRIQUE : IMPACT SUR LES SERVICES VOIX ET SMS SESSION 1 : L IMPACT DU DÉVELOPPEMENT DE L INTERNET ET DES OTT SUR LA VOIX (DÉCLIN DE LA VOIX? NOUVEAUX SERVICES?) PRÉSENTÉ PAR GLOBAL VOICE

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme Augmentation de capital et admission au marché principal de la cote de la bourse par Offre à Prix Ferme auprès du public de 1 million d actions nouvelles

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

Fiche récapitulative - Réformes en Afrique

Fiche récapitulative - Réformes en Afrique Fiche récapitulative - Réformes en Afrique L Angola a amélioré le long et fastidieux processus de création d entreprise, grâce à son guichet unique, Guichet Unico da Empresa, qui a réduit les délais nécessaires

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 3 novembre 03 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES RÉSULTATS DU TROISIÈME TRIMESTRE ET DES NEUF PREMIERS MOIS 03 POURSUITE AU TROISIÈME TRIMESTRE DES TENDANCES CONSTATÉES AU DEUXIÈME TRIMESTRE - BONNE

Plus en détail

CONNECTIVITE INTERNET INTRNATIONALE «CII»

CONNECTIVITE INTERNET INTRNATIONALE «CII» CONNECTIVITE INTERNET INTRNATIONALE «CII» SG3RG-AFR Cotonou, Bénin, 8-9 mai 2012 Présenté par. Marcellin ILOUGBADE Secrétaire Exécutif / ATRPT Directeur Général de Comunications Electroniques et de la

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

COMMENT GARANTIR UN ACCES POUR TOUS AUX SERVICES D INFORMATIONS?

COMMENT GARANTIR UN ACCES POUR TOUS AUX SERVICES D INFORMATIONS? COMMENT GARANTIR UN ACCES POUR TOUS AUX SERVICES D INFORMATIONS? Sommaire Couverture du pays par les réseaux et les services Etat actuel de développement des services Stratégie d aménagement numérique

Plus en détail

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI)

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) de La Gestion des Talents L impact de la Gestion des Talents sur l entreprise 23 % 4,6 % d augmentation d augmentation du chiffre d affaires par employé de la capitalisation

Plus en détail