Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants"

Transcription

1 Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants Ce rapport présente les principaux résultats des questionnaires administrés aux participants 1 ayant suivi les sessions de sensibilisation sur les Environnements Favorables aux Saines Habitudes de Vie (EFSHV). Dans l optique de fournir aux formateurs un portrait général des retombées des sessions, le rapport est rédigé selon trois objectifs : 1) Documenter le niveau de satisfaction des participants et les retombées anticipées suite aux sessions de sensibilisation; 2) Identifier la disposition des participants à mettre en place des actions en lien avec les EFSHV; 3) Analyser les retombées des sessions en termes de transfert et d impact dans le milieu respectif des participants. Rappel méthodologique Temps 1 L objectif de ce questionnaire en ligne, administré en septembre 2013 et janvier 2014, était de sonder le niveau de satisfaction des participants suite aux sessions de sensibilisation, et d identifier leur disposition à rendre les environnements plus favorables aux SHV dans leur milieu. Ainsi, parmi les 4124 participants sollicités, 1838 (H=515 et F=1323) ont répondu au questionnaire du temps 1 (T1), ce qui représente un taux de réponse de 45%. 1 L usage du masculin dans le rapport n a pour but que d alléger le texte. Le questionnaire T1 était composé de 78 questions fermées et se complétait en moyenne en 20 minutes. Pour la plupart des questions, les participants répondaient sur des échelles de type Likert allant des niveaux 1 à 7. Temps 2 Un an plus tard, une deuxième invitation par courriel a été envoyée aux participants ayant répondu au T1. L objectif de cette seconde collecte était d examiner la disposition des participants à mettre en place des actions en EFSHV et d identifier les retombées des sessions en termes de transfert et d impact dans les milieux. Sur 1838 répondants possibles (T1), 796 (taux de réponse de 43%) y ont répondu de nouveau au temps 2 (T2). Le questionnaire T2 comprenait 70 questions ouvertes et fermées, pour une durée moyenne de passation de 30 minutes. Les questions liées à la satisfaction et aux retombées de sessions sont basées sur le modèle de l évaluation de la formation de Kirkpatrick & Kirkpatrick (2006), modèle qui couvre quatre variables, soit satisfaction, acquisition, transfert et impact. Les questions sur la disposition à agir des intervenants (intentions, attitudes, normes sociales et contrôle perçu) sont basées sur la théorie du comportement planifié (Ajzen & Fishbein, 1980). La mesure de l évolution des perceptions des participants a été réalisée en comparant les scores obtenus en T1 et ceux rapportés en T2. L analyse des actions réalisées en lien avec les EFSHV a été effectuée avec le logiciel NVivo 10 utilisé par deux codeurs puis validée par une comparaison interjuges. Équipe d évaluation de l UQTR AOÛT

2 Résultats Portrait de l échantillon Tel que le montre le tableau 1, les principales caractéristiques des 796 participants ayant répondu à nouveau au questionnaire T2 suivent les mêmes tendances qu en T1. En effet, la distribution selon le sexe est restée la même (72% de femmes et 28% d hommes) de même que celles du statut d emploi et de la catégorie d employeur. Tableau 1. Caractéristiques des participants aux questionnaires Temps 1 Temps 2 Participants (N) Sexe (n, %) Femmes Hommes 1323 (72,0) 515 (28,0) 572 (71,9) 224 (28,1) Âge (Moyen) 41,96 42,94 Statut d emploi (n, %) Employés Décideurs/gestionnaires Bénévoles/stagiaires Élus Retraités Étudiants : Catégorie d employeur (n, %) Santé Gouvernement, privé et autres Municipal* Communautaire* Éducation 788 (42,9) 543 (29,5) 424 (23,1) 48 (2,7) 22 (1,2) 13 (0,7) 561 (30,5) 344 (18,7) 332 (18,1) 330 (18,0) 271 (14,7) 358 (45,0) 218 (27,4) 180 (22,6) 21 (2,6) 13 (1,6) 6 (0,8) 284 (35,7) 129 (16,2) 144 (18,1) 122 (15,3) 117 (14,7) * Dans le Rapport synthèse du temps 1 (septembre 2014), le municipal était intégré à la catégorie «communautaire». SECTION 1 : Le niveau de satisfaction et les retombées anticipées Afin d évaluer les sessions de sensibilisation, les participants ont été interrogés au T1 sur leur niveau de satisfaction et d acquis, de même que sur les retombées anticipées des sessions en termes de transfert et d impact vers la mise en place d EFSHV dans leurs milieux respectifs. Au T2, les participants ont été questionnés à nouveau au sujet de leurs perceptions entourant le transfert et l impact cette fois réalisés en cours d année à la suite des sessions de sensibilisation. Le tableau 2 à la page suivante présente les scores moyens sur une échelle de 1 (très en désaccord) à 7 (très en accord). Globalement, les mesures de transfert (anticipées/réalisées) et d impact (anticipées/réalisées) relativement élevées - autour de 5 sur 7 - sont demeurées les mêmes puisque les différences entre les deux temps de mesure ne sont pas significatives. Équipe d évaluation de l UQTR AOÛT

3 Tableau 2. Scores moyens pour chaque variable au questionnaire T1 et pour les variables «transfert» et «impact» au questionnaire T2 Variables (T1) Temps 1 Variables (T2) Temps 2 Satisfaction (appréciation de la session) Acquisition (nouvelles connaissances) Transfert anticipé (ce qui peut être transposé dans son milieu) Impact anticipé (résultats escomptés au sein de son organisation) N Moyenne (échelle 1-7) Moyenne (échelle 1-7) 763 5, , ,95 Transfert 4,84 réalisé 762 4,77 Impact réalisé 4,83 SECTION 2 : La disposition à agir des participants Cette section vise à vérifier si les participants qui ont réalisé des actions (une ou deux) au T2 avaient une disposition (intention, attitudes, normes sociales, perception de contrôle, barrières et facilitants à la mise en place d actions) différente au T1 par rapport à ceux qui n ont pas réalisé d action. Rappelons que plus la Moyenne (Échelle 1 à 7) est élevée, plus les participants étaient en accord avec les items se rapportant à cette disposition particulière. Le tableau 3 ci-dessous montre que la disposition des participants au T1 était plus élevée chez ceux qui ont rapporté avoir entrepris au moins une action au cours de l année, comparativement à ceux qui ont rapporté ne pas avoir réalisé d action. Ceci s observe pour toutes les variables présentées, ce qui signifie que les attitudes, les normes sociales, le contrôle perçu et les intentions d agir étaient significativement plus élevés chez les intervenants qui ont réalisé des actions dans leur milieu respectif. Tableau 3. Relation entre la disposition des participants au T1 et le nombre d'action(s) rapportée(s) au T2. Variables au temps 1 # action(s) N Moyenne (échelle 1-7) Intention ** ,51 (prédicteur du comportement via les attitudes, ,39 les normes et le contrôle perçu) ,96 Attitude ** ,09 (croyances comportementales) ,21 Normes sociales ** (croyances normatives, conformité) Contrôle perçu ** (la capacité personnelle d adopter le comportement, «auto-efficacité») **Différences inter-groupes significatives (p < 0,01) , , , , , , ,96 Équipe d évaluation de l UQTR AOÛT

4 Au T1, les participants ont anticipé des barrières et des facteurs facilitant la réalisation d actions en lien avec les EFSHV. L échelle d appréciation allait de 1 (très faible) à 7 (très fort).tel qu indiqué au tableau 4, deux résultats significatifs attirent notre attention : le manque de connaissances (*) anticipé au T1 (score moyen = 3,32) semble avoir limité la mise en place d actions chez le groupe des actions = non, alors que la documentation (**) a été jugée facilitante au T1 (score moyen = 4,76) pour mettre en place des actions chez le groupe des actions = oui. Tableau 4. Relation entre les barrières et les facilitants perçus au T1 et le nombre d'actions rapportées au T2. action = oui action = non N M N M Barrières : Le risque d être limité dans mes actions sur les EFSHV à cause d un horaire chargé 448 4, ,04 d un manque de connaissances* 457 3, ,32 de contraintes financières 463 5, ,91 d un manque de ressources humaines 464 5, ,90 Facilitants : Les chances que la documentation m aide à mettre en 465 4, ,30 place des actions** la terminologie m aide à discuter avec 473 5, ,62 d autres personnes *Différences inter-groupes significatives (p < 0,05), ** différences significatives (p < 0,01) SECTION 3 : Les retombées Les principales rubriques traitées dans cette section sont les suivantes : la mise en place d actions en lien avec les EFSHV et leurs caractéristiques selon le secteur, les ressources nécessaires, la contribution des sessions et la charge de travail requise. Aussi, une comparaison des actions réalisées est présentée en fonction du secteur d emploi des participants. Tel que présenté dans le tableau 5, près des deux tiers (63,4%) des participants ont déclaré avoir réalisé au moins une action en lien avec les EFSHV à la suite de la session de sensibilisation. Tableau 5. Nombre d'action(s) réalisée(s) par les participants Participants et actions réalisées N (%) Participants n ayant réalisé aucune action 291 (36,6%) Participants ayant réalisé une action 263 (33,0%) Participants ayant réalisé au moins deux actions 242 (30,4%) Participants au total 796 (100 %) Total d actions réalisées (263x1action)+(242x2actions) 747 Équipe d évaluation de l UQTR AOÛT

5 La figure 1 illustre les caractéristiques des 647 actions clairement indiquées par les participants (une centaine d actions non précisées par les répondants) et réalisées dans le cadre de leurs fonctions. Ces actions ont pris la forme d interventions régulières (35%), d améliorations structurelles (32%), d événements ponctuels thématiques (18%) ou encore d améliorations des installations et du matériel (15%). «J'ai organisé une course colorée» «Installation de stations d'exercice physique dans un parc» «Développement des compétences culinaires des familles par des ateliers de cuisine collective» «Promotion de la journée sans ma voiture» «Mise en place d'un plan directeur des infrastructures (parcs et espaces verts)» «Politique alimentaire dans mon milieu» Figure 1. Caractéristiques des actions réalisées par les participants dans le cadre de leurs fonctions. Trois figures suivent à la page suivante. La figure 2 révèle que 42% des actions sont spécifiquement en lien avec l activité physique, comparativement à 24% avec l alimentation. Plusieurs actions (34%) portent à la fois sur l activité physique et l alimentation. Les figures 3 et 4 concernent les ressources nécessaires pour réaliser leurs actions. Selon les participants, les actions ont nécessité davantage des ressources humaines que de ressources financières. En effet, 39% des répondants ont jugé que les ressources humaines requises pour réaliser leur(s) action(s) étaient «peu importantes» (figure 3), alors que 54% ont jugé que les ressources financières étaient «peu importantes» (figure 4). Équipe d évaluation de l UQTR AOÛT

6 Figure 2. Secteur des actions réalisées Figure 3. Ressources humaines nécessaires pour réaliser les actions Figure 4. Ressources financières nécessaires pour réaliser les actions Équipe d évaluation de l UQTR AOÛT

7 La figure 5 démontre que la majorité des participants (88%) ont jugé que les sessions EFSHV les avaient «un peu» ou «de manière considérable» aidés à réaliser leur(s) action(s). Pour sa part, la figure 6 représente la charge de travail estimée pour réaliser les actions. Plus de la moitié des participants (33% + 23% = 56%) ont indiqué que leurs actions se sont réalisées en 20 heures ou moins. À l opposé, 17% des répondants ont indiqué avoir passé plus de 70 heures à la préparation de leurs actions. Figure 5. Contribution des sessions EFSHV aux actions réalisées sur le terrain 33% 23% 16% 17% 11% 1) moins de 10 h 2) h 3) h 4) h 5) plus de 70 h Série * Cinq (5) participants n ont pas répondu à la question Figure 6. Charge de travail requise pour réaliser l'action Équipe d évaluation de l UQTR AOÛT

8 Globalement, 63% des participants ont réalisé au moins une action. Cependant, ce pourcentage varie significativement selon leur catégorie d emploi. Tel qu illustré à la figure 7, les trois-quarts des acteurs du milieu de l éducation (76%), du milieu communautaire (75%) et du milieu municipal (73%) ont réalisé au moins une action. Le pourcentage baisse à 57% pour les gens travaillant dans le domaine de la santé, et à 45% pour la catégorie «Gouvernement, privé et autres». Figure 7. Actions réalisées selon la catégorie d employeur Bien que 73% des acteurs du milieu municipal déclarent mettre en place des actions en lien avec les EFSHV, il importe de soutenir leurs efforts afin de rendre les actions EFSHV structurantes et pérennes, et mobiliser les acteurs qui ne sont pas encore passés à l action. Comme le milieu municipal détient les leviers et constitue un groupe d influence en interaction avec plusieurs autres secteurs (éducation, communautaire, etc.), il apparaît tout indiqué de cibler les acteurs municipaux afin de les outiller dans l exercice de leurs compétences vers la mise en place des EFSHV. Équipe d évaluation de l UQTR AOÛT

9 Discussion et conclusion Les résultats les plus notables de ce rapport synthèse indiquent d abord que, pour la première section sur le niveau de satisfaction et les retombées anticipées, les réponses au questionnaire T1 démontraient un haut niveau de satisfaction (moyenne de 5,67 sur 7) et d acquisition (moyenne de 5,46 sur 7) relatives aux connaissances et compétences rapporté par les participants qui ont suivi les sessions EFSHV. De plus, les transferts et impacts anticipés versus réalisés démontrent une légère tendance à la hausse entre le T1 et le T2 bien que les différences ne soient pas statistiquement significatives. Quant à la deuxième section sur la disposition, les variables qui y sont associées permettent de constater que plus le participant avait indiqué une disposition (intention, attitudes, normes sociales et contrôle perçu) favorable à l action en EFSHV au questionnaire T1, plus il était susceptible de mettre en place des actions EFSHV durant l année. Les contraintes en matière de ressources humaines et financières sont perçues comme des obstacles. Il n en demeure pas moins que le manque de connaissances et l appropriation de la documentation discriminent les acteurs qui sont passés à l action (ou non). Disposition Probabilité de mettre en place des actions EF-SHV Concernant la troisième section portant sur les retombées, la session semble avoir contribué à amorcer de nouvelles actions en EFSHV ou à optimiser celles qui étaient déjà en cours. Il est encourageant de constater que la majorité des participants (88%) estiment que les sessions ont contribué au déploiement de leur(s) action(s) («un peu» pour 61% et «de manière considérable» pour 27%). Les actions réalisées sont davantage en lien avec les environnements favorables à l activité physique. Est-ce à dire que cette habitude de vie soit plus facile à atteindre via les environnements? SESSIONS EFSHV ACTION EFSHV Contribution à l action En conclusion, rappelons que les sessions de sensibilisation avaient comme principal objectif de conscientiser et sensibiliser les acteurs à l influence des environnements sur les habitudes de vie. Or, la présente évaluation met en lumière des retombées notables en termes d actions Équipe d évaluation de l UQTR AOÛT

10 concrètes arrimées aux orientations EFSHV réalisées en cours d année sur le terrain. Cela laisse supposer que la portée de ces sessions aura débordé la sensibilisation menant à une véritable mobilisation des acteurs concernés. Ainsi, dans une perspective de formation continue à grande échelle, les résultats permettent de conclure sur deux éléments importants. Premièrement, il faut développer et encourager les intentions, les attitudes, les normes sociales et le contrôle perçu des participants pour favoriser les impacts concrets liés à l innovation ciblée, comme ici les EFSHV. Comment faire? Par exemple la diffusion des bons coups réalisés dans différentes régions du Québec peut contribuer à rehausser la disposition des participants en agissant sur leurs normes subjectives (ça se fait ailleurs dans des régions) et leur perception de contrôle (en leur donnant un outil concret sur l implantation des EFSHV). Deuxièmement, une étape préparatoire à un dispositif de formation telle que la session de sensibilisation constitue aussi, au-delà des attentes, un levier pour stimuler le potentiel d agir des intervenants concernés, comme en témoigne les résultats du présent rapport. Finalement, les principaux résultats issus de la phase I de la démarche d évaluation ont orienté la seconde phase du projet EFSHV, laquelle offrira des ateliers d information individualisés répondant aux besoins et réalités des acteurs d influence du milieu municipal. Cette stratégie vise à mieux outiller ces acteurs, qui ont la capacité d implanter des mesures concrètes dans les municipalités du Québec, dans leurs efforts vers la création d EFSHV. Références Ajzen, I. (1991). The theory of planned behavior. Organizational Behavior and Human Decision Processes, 50, Kirkpatrick, D. L. & Kirkpatrick, J. D. (2006). Evaluating training programs: the four levels, 3 rd ed., Berrett Koehler, San Francisco. L équipe de l évaluation des sessions de sensibilisation sur les environnements favorables aux saines habitudes de vie Responsable : Marie-Claude Rivard Co-responsable : François Trudeau Coordonnatrice : Virginie Roy Assistant : Sébastien Blanchette Équipe d évaluation de l UQTR AOÛT

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Octobre 2015 Sommaire 1. Le programme Adultes-Relais...3 Présentation du programme adultes-relais pour l année 2014... 4 Les domaines

Plus en détail

L éducation thérapeutique, pour une meilleure gestion du diabète en milieu scolaire

L éducation thérapeutique, pour une meilleure gestion du diabète en milieu scolaire L éducation thérapeutique, pour une meilleure gestion du diabète en milieu scolaire Valérie HAMEL infirmière clinicienne, Maître en sciences infirmières de l Université du Québec à Rimouski Graduée Master

Plus en détail

CARACTÉRISATION DES RESTAURANTS À SERVICE RAPIDE. ayant participé au projet La santé au menu

CARACTÉRISATION DES RESTAURANTS À SERVICE RAPIDE. ayant participé au projet La santé au menu CARACTÉRISATION DES RESTAURANTS À SERVICE RAPIDE ayant participé au projet La santé au menu Bastien Dion JFL Consultants Montréal Janvier 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. Portrait des restaurant à service rapide

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.4.2008 C(2008)1329 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION concernant la gestion de la propriété intellectuelle dans les activités de transfert de connaissances

Plus en détail

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES PETITE ENFANCE (MOINS DE 5 ANS) CIBLES DU PLAN D ACTION RÉGIONAL CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES CIBLE 2 - PROMOUVOIR L ALLAITEMENT MATERNEL

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

Démarche de développement des. transformation Lean

Démarche de développement des. transformation Lean Démarche de développement des compétences des cadres pour une transformation Lean Stéphanie Thibert, Richard Cloutier et Pierre Collerette Direction des ressources humaines Le 23 mai 2014 Contexte initial

Plus en détail

5 e congrès biennal du CQJDC 24 avril 2014

5 e congrès biennal du CQJDC 24 avril 2014 La formation à la gestion positive des situations de classe : Résultats d une 2 e expérimentation du programme GPS auprès d enseignants du préscolaire et du primaire 5 e congrès biennal du CQJDC 24 avril

Plus en détail

Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales

Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales 1 / Historique de la démarche, contexte et motivations Le but Première

Plus en détail

Vieillir et vivre ensemble. Chez soi, dans sa communauté, au Québec

Vieillir et vivre ensemble. Chez soi, dans sa communauté, au Québec Vieillir et vivre ensemble Chez soi, dans sa communauté, au Québec Vieillir et vivre ensemble une vision d avenir La société québécoise vit des changements démographiques importants. Le rythme accéléré

Plus en détail

LXNM 2010. Luxembourg New Media Survey 2010. Enquête sur l utilisation des nouveaux médias auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises

LXNM 2010. Luxembourg New Media Survey 2010. Enquête sur l utilisation des nouveaux médias auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises LXNM 2010 Luxembourg New Media Survey 2010 Enquête sur l utilisation des nouveaux médias auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises Carlos Paulos & Katia Duscherer CePT Centre de Prévention

Plus en détail

Programme pancanadien d évaluation PPCE 2013

Programme pancanadien d évaluation PPCE 2013 Programme pancanadien d évaluation PPCE 2013 Rapport de l évaluation pancanadienne en sciences, en lecture et en mathématiques Programme pancanadien d évaluation PPCE de 2013 Rapport de l évaluation pancanadienne

Plus en détail

Appel d offre pour la prise en charge du programme. «À pied, à vélo, ville active» La date limite pour la réception des propositions

Appel d offre pour la prise en charge du programme. «À pied, à vélo, ville active» La date limite pour la réception des propositions Appel d offre pour la prise en charge du programme «À pied, à vélo, ville active» La date limite pour la réception des propositions est le vendredi 10 mai 2013 à 16h00 Objectif de cet appel d offre Par

Plus en détail

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale»

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» 1 Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» Actuellement, plus de 100 Conseils locaux de santé mentale (Clsm) sont opérationnels dont plus de la moitié ont une

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

Des environnements facilitants pour une société universelle. Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby

Des environnements facilitants pour une société universelle. Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby Des environnements facilitants pour une société universelle Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby par Patrice Faucher Mise en contexte de l adoption de la politique

Plus en détail

Rapport au Conseil d Etat neuchâtelois du 11 février 2016

Rapport au Conseil d Etat neuchâtelois du 11 février 2016 ENQUÊTE DE SATISFACTION DU SERVICE DES CONTRIBUTIONS DU CANTON DE NEUCHÂTEL (SCCO) AUPRÈS DES FIDUCIAIRES ET NOTAIRES, MANDATÉE PAR LA CHAMBRE NEUCHÂTELOISE DU COMMERCE ET DE L INDUSTRIE (CNCI) Rapport

Plus en détail

GLOBALEMENT, près de la moitié des usagers qui se sont rendus dans une MJD de leur propre initiative estiment

GLOBALEMENT, près de la moitié des usagers qui se sont rendus dans une MJD de leur propre initiative estiment INFOSTAT JUSTICE Mars 11 Numéro 113 Bulletin d information statistique Les Maisons de Justice et du Droit et leurs usagers V. Carrasco, O.Timbart * GLOBALEMENT, près de la moitié des usagers qui se sont

Plus en détail

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012 Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012 Version brève du rapport comparatif national Mars 2014, version 1.0 Résumé du rapport comparatif national, mesure 2012 Sommaire 1. Contexte... 3

Plus en détail

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures)

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Reconnaissance OPQ : # RA00612-13 SOFÉDUC : 2 unités d éducation continue Intervenir auprès de la personne suicidaire à l aide de bonnes pratiques

Plus en détail

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional»

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» regiosuisse filière de formation en management régional (MR) Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» Condensé des trois jours de cours du 22 au 24 novembre 2010,

Plus en détail

Perceptions des entrai neurs face a l utilisation des statistiques avance es en hockey

Perceptions des entrai neurs face a l utilisation des statistiques avance es en hockey Perceptions des entrai neurs face a l utilisation des statistiques avance es en hockey Jean Lemoyne, PhD Département des sciences de l activité physique Université du Québec à Trois-Rivières Sommet Canadien

Plus en détail

Les Institutions de la Coiffure présentent le label Développement durable, mon coiffeur s engage

Les Institutions de la Coiffure présentent le label Développement durable, mon coiffeur s engage Une initiative des professionnels de la coiffure Les Institutions de la Coiffure présentent le label Développement durable, mon coiffeur s engage CONTACT PRESSE Marie-Claude GESLIN Tél. : 01 76 60 95 07

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements

Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements Présenté par : Diane Laroche, CSSS Ahuntsic- Montréal-Nord; Jean-Nicolas Ouellet, CAMÉÉ et ARUCI-SMC; Valérie Coulombe,

Plus en détail

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Rapport final Régis Blais, Ph.D., chercheur principal Université de Montréal Caroline Paquet, SF, (B.Sc.S), M.Sc., co-chercheure

Plus en détail

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE 1. Contexte - travail scolaire et projet éducatif Le travail scolaire occupe une place de choix dans le projet éducatif de Beaubois,

Plus en détail

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Expérimentation à partir du programme Fluppy Jenny Tremblay Doctorante en Administration et évaluation en éducation, Université

Plus en détail

Analyse des résultats des sondages

Analyse des résultats des sondages Année scolaire 2010-2011 ÉVALUATION DE LA DEUXIÈME ANNÉE DE L EXPÉRIMENTATION Analyse des résultats des sondages 1/39 Sommaire 1 Objet du document 3 1.1 Présentation 3 1.2 Guide de lecture 3 2 Synthèse

Plus en détail

Enquête de satisfaction sur les services de l Ucanss

Enquête de satisfaction sur les services de l Ucanss Enquête de satisfaction sur les services de l Ucanss Enquête menée auprès de ses utilisateurs du Régime général de sécurité sociale 2013. L Ucanss, à l écoute des besoins et des attentes Avec pour objectif

Plus en détail

La formation pédagogique des enseignants du supérieur : défis, enjeux et impact sur la professionnalisation du métier

La formation pédagogique des enseignants du supérieur : défis, enjeux et impact sur la professionnalisation du métier La formation pédagogique des enseignants du supérieur : défis, enjeux et impact sur la professionnalisation du métier Etude d impact d un diplôme en pédagogie universitaire assuré par la Faculté des sciences

Plus en détail

Digitalisation de la relation client. Résultats de l étude menée par IDC pour Axys Consultants

Digitalisation de la relation client. Résultats de l étude menée par IDC pour Axys Consultants Digitalisation de la relation client Résultats de l étude menée par IDC pour Axys Consultants Méthodologie de l étude L enquête a été menée auprès de 200 dirigeants (ou de leur N-1) au sein d organisations

Plus en détail

Présentation du Questionnaire des besoins en réadaptation psychosociale (QBRP)

Présentation du Questionnaire des besoins en réadaptation psychosociale (QBRP) Présentation du Questionnaire des besoins en réadaptation psychosociale (QBRP) 4ème Colloque interétablissements en psychiatrie et santé mentale, Montréal, 4-5 oct. 2007 Jocelyn Bisson, M.Sc. Conseiller

Plus en détail

«Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants RIL et des élus locaux

«Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants RIL et des élus locaux Cnis Groupe de travail de la Cnerp sur la collaboration Insee Collectivités locales dans la constitution des RIL «Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants

Plus en détail

IMPACT DE LA NORME DE QUALITÉ Bienfaits apportés par HIGH FIVE aux organismes et aux communautés. Rapport sommaire, novembre 2016

IMPACT DE LA NORME DE QUALITÉ Bienfaits apportés par HIGH FIVE aux organismes et aux communautés. Rapport sommaire, novembre 2016 IMPACT DE LA NORME DE QUALITÉ Bienfaits apportés par HIGH FIVE aux organismes et aux communautés Rapport sommaire, novembre 2016 PARKS AND RECREATION ONTARIO Table des matières Mesurer les bienfaits de

Plus en détail

Titre professionnel - Vendeur conseil en magasin

Titre professionnel - Vendeur conseil en magasin Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 27/06/2016. Fiche formation Titre professionnel - Vendeur conseil en magasin - N : 6773 - Mise à jour : 15/06/2016 Titre professionnel

Plus en détail

Étude portant sur les perceptions des Québécois et des Québécoises à l égard des écoles publiques

Étude portant sur les perceptions des Québécois et des Québécoises à l égard des écoles publiques Étude portant sur les perceptions des Québécois et des Québécoises à l égard des écoles publiques 507, place d Armes, bureau 700, Montréal (Québec) H2Y 2W8 Tél. : 514-982-2464 Téléc. : 514-987-1960 www.legermarketing.com

Plus en détail

ANNEXE 3 QUESTIONNAIRE SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE. CRÉATEC + (Septembre 2005) 692-006

ANNEXE 3 QUESTIONNAIRE SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE. CRÉATEC + (Septembre 2005) 692-006 ANNEXE 3 QUESTIONNAIRE SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE 157 INTERVIEWEUR Sondage téléphonique sur la satisfaction de la clientèle d Anciens Combattants Canada Printemps 2005 (Le téléphone sonne et quelqu

Plus en détail

Concevoir, piloter et évaluer un projet

Concevoir, piloter et évaluer un projet Gestion de projet Concevoir, piloter et évaluer un projet Objectifs Acquérir des outils en méthodologie de projet afin de renforcer vos capacités à concevoir, piloter et évaluer un projet de solidarité

Plus en détail

Bilan du plan d'aide à la réussite ( ) du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu

Bilan du plan d'aide à la réussite ( ) du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu Bilan du plan d'aide à la réussite (2000-2003) du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu Mars 2004 Introduction Au printemps 2000, le ministère de l Éducation du Québec a demandé à tous les collèges d élaborer

Plus en détail

COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX. Présentation des résultats de l enquête menée auprès des habitants de la CUB, relative à la gestion des déchets.

COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX. Présentation des résultats de l enquête menée auprès des habitants de la CUB, relative à la gestion des déchets. Présentation des résultats de l enquête menée auprès des habitants de la CUB, relative à la gestion des déchets. Février 2012 1 Préambule Ce document présente les résultats de l enquête réalisée par Pluricité

Plus en détail

Laetitia FONTAINE Béatrice JANS

Laetitia FONTAINE Béatrice JANS Epidémiologie Juin 2009 Bruxelles, Belgique Numéro dépôt: D/2009/2505/28 Numéro de référence interne: EPI/2009-029 Laetitia FONTAINE Béatrice JANS Institut Scientifique de Santé Publique Rue Juliette Wytsman,

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

Initiative Accès à l Assurance

Initiative Accès à l Assurance Initiative Accès à l Assurance Programme mondial pour la promotion de cadres de réglementation et de contrôle sains Consultation téléphonique A2ii-AICA : 24 septembre 2015 Education financière des consommateurs

Plus en détail

Les usages de consommation des Français et leur rapport aux commerces de proximité

Les usages de consommation des Français et leur rapport aux commerces de proximité Note détaillée Les usages de consommation des Français et leur rapport aux commerces de proximité Etude Harris Interactive pour la Fédération Nationale des Marchés de Gros / Cap Les résultats sont issus

Plus en détail

MUNICIPALITÉS ET FAMILLES, ENSEMBLE POUR DES ENFANTS EN SANTÉ

MUNICIPALITÉS ET FAMILLES, ENSEMBLE POUR DES ENFANTS EN SANTÉ MUNICIPALITÉS ET FAMILLES, ENSEMBLE POUR DES ENFANTS EN SANTÉ en association avec le Défi Santé 5/30 Équilibre Martine Beaugrand, BAA, M.Sc. Consultante, ACTI-MENU Le projet Municipalités et familles,

Plus en détail

Formation des acteurs et actrices de la formation professionnelle et continue

Formation des acteurs et actrices de la formation professionnelle et continue 2016 Formation des acteurs et actrices de la formation professionnelle et continue Vous formez des apprenti-e-s en entreprise? Vous exercez la fonction de commissaire? Vous êtes expert-e aux examens? Cette

Plus en détail

Diagnostic organisationnel Rapport sommaire. Société de transport de l Outaouais

Diagnostic organisationnel Rapport sommaire. Société de transport de l Outaouais Diagnostic organisationnel Rapport sommaire Société de transport de l Outaouais 28 mai 2015 Sujets traités Éléments contextuels Objectifs Activités réalisées Diagnostic Priorités Plan d action 1 Contexte

Plus en détail

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination»

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» 79 Axe prioritaire 3 Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» Priorité

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA CAMPAGNE DE SENSIBILISATION À LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN CONDITIONS HIVERNALES 2012-2013

ÉVALUATION DE LA CAMPAGNE DE SENSIBILISATION À LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN CONDITIONS HIVERNALES 2012-2013 www.som.ca MONTRÉAL 1180, rue Drummond Bureau 620 Montréal (Québec) H3G 2S1 T 514 878-9825 QUÉBEC 3340, rue de La Pérade 3 e étage Québec (Québec) G1X 2L7 T 418 687-8025 ÉVALUATION DE LA CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 AVRIL 2013 DELIBERATION N CR-13/06.158 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de développement qualitatif de

Plus en détail

Réf.> SST Paris, le 27 avril 2016

Réf.> SST Paris, le 27 avril 2016 Réf.> SST Paris, le 27 avril 2016 Contribution CAPEB Pôle Économique De/ À > Objet > Plan bâtiment durable GT Nouvelles dynamiques de rénovation des logements Cette contribution se constitue de deux parties.

Plus en détail

SPORT ET ENTREPRISE GESTION DU STRESS BIEN-ÊTRE COHESION PHOTO A INCLURE ICI ROTATION 3

SPORT ET ENTREPRISE GESTION DU STRESS BIEN-ÊTRE COHESION PHOTO A INCLURE ICI ROTATION 3 SPORT ET ENTREPRISE GESTION DU STRESS PHOTO A INCLURE ICI ROTATION 3 COHESION BIEN-ÊTRE Définitions, constat DEFINITIONS L activité physique au sens large inclut tous les mouvements effectués dans la vie

Plus en détail

PRÉSENTATION DE CAS. MRC de Brôme-Missisquoi MRC Rouville. Page 1. Pour plus de modèles : Modèles Powerpoint PPT gratuits

PRÉSENTATION DE CAS. MRC de Brôme-Missisquoi MRC Rouville. Page 1. Pour plus de modèles : Modèles Powerpoint PPT gratuits PRÉSENTATION DE CAS MRC de Brôme-Missisquoi MRC Rouville Page 1 À PROPOS DU SCHÉMA D AMÉNAGEMENT DE VOTRE MRC A. Mon SAD est révisé B. Une démarche de révision est en cours dans ma MRC C. Aucune réflexion

Plus en détail

Institut de la statistique du Québec Direction des statistiques sociodémographiques et Direction de la méthodologie et de la qualité 27 février 2012

Institut de la statistique du Québec Direction des statistiques sociodémographiques et Direction de la méthodologie et de la qualité 27 février 2012 Le Recensement de 2011 et l Enquête nationale auprès des ménages de Statistique Canada État actuel des connaissances à l intention des utilisateurs du Québec Institut de la statistique du Québec Direction

Plus en détail

Mettre ensemble tous les acteurs

Mettre ensemble tous les acteurs Mettre ensemble tous les acteurs Réponse à l Examen du soutien fédéral de la recherche-développement Ingénieurs Canada* Février 2011 *Ingénieurs Canada est le nom commercial utilisé par le Conseil canadien

Plus en détail

La santé dans le programme de développement pour l après-2015

La santé dans le programme de développement pour l après-2015 SOIXANTE-SIXIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A66/47 Point 14.1 de l ordre du jour provisoire 1 er mai 2013 La santé dans le programme de développement pour l après-2015 Rapport du Secrétariat 1. Les

Plus en détail

Cahier des Charges de Prestations dans le cadre du Plan Défi Biotech Santé Axe 2 : Ressources humaines et management des PME

Cahier des Charges de Prestations dans le cadre du Plan Défi Biotech Santé Axe 2 : Ressources humaines et management des PME Cahier des Charges de Prestations dans le cadre du Plan Défi Biotech Santé Axe 2 : Ressources humaines et management des PME Fiche Action 5 : Management des ressources humaines (RH) 1 SOMMAIRE I. PLAN

Plus en détail

2013-2015. Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015. Plan d action local

2013-2015. Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015. Plan d action local Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015 2013-2015 Mandat : Avec la concertation des acteurs du territoire et des actions novatrices, répondre aux

Plus en détail

PRÉSENTATION. Un «grand collège» qui continue de se développer!

PRÉSENTATION. Un «grand collège» qui continue de se développer! PRÉSENTATION Un «grand collège» qui continue de se développer! Voilà le titre qui chapeautait la présentation du plan stratégique 2010 2015 que le conseil d administration avait adopté en juin 2010. Deux

Plus en détail

ÉNONCÉ OPÉRATIONNEL 5.3 RÉDIGER LES GRILLES D ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN ENTREPRISE.

ÉNONCÉ OPÉRATIONNEL 5.3 RÉDIGER LES GRILLES D ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN ENTREPRISE. La durée de chacune des séquences de développement de compétences en milieu de travail est déterminée en fonction des seuils de performance fixés dans le programme d études. Elles se déroulent durant les

Plus en détail

Terre des Hommes: Termes de référence

Terre des Hommes: Termes de référence Terre des Hommes: Termes de référence 1. Présentation de l association et du contexte Terre des Hommes France est une association de solidarité internationale qui fait partie de Terre des Hommes - International

Plus en détail

DIRECCTE A Q U I T A I N E. Les Emplois d Avenir en Aquitaine Evaluation à partir des retours d expérience des employeurs et des jeunes bénéficiaires

DIRECCTE A Q U I T A I N E. Les Emplois d Avenir en Aquitaine Evaluation à partir des retours d expérience des employeurs et des jeunes bénéficiaires Les Emplois d Avenir en Aquitaine Evaluation à partir des retours d expérience des employeurs et des jeunes bénéficiaires SESE Bordeaux, 8 Septembre 2015 Chiffres-clés Plus de 7600 jeunes concernés Durée

Plus en détail

Bonnes = pratiques en matière de développement durable. Concept

Bonnes = pratiques en matière de développement durable. Concept Bonnes pratiques en matière de développement durable Bonnes pratiques en matière de développement durable Impressum Editeur Office fédéral du développement territorial (ARE) Textes et rédaction Anne DuPasquier,

Plus en détail

Pour une intégration accrue des préoccupations de développement durable

Pour une intégration accrue des préoccupations de développement durable 2008-2015 Pour une intégration accrue des préoccupations de développement durable 2008-2015 MISE À JOUR DU PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE En février 2012, le gouvernement du Québec a autorisé le

Plus en détail

Services d aide à l intégration de l AWIPH : quel plus pour la scolarité des élèves à besoins spéécifiques?

Services d aide à l intégration de l AWIPH : quel plus pour la scolarité des élèves à besoins spéécifiques? Services d aide à l intégration de l AW WIPH : quel plus pour la scolarité des élèves à besoin ns spécifiques? Alice Pierard Analyse UFAPEC Novembre 2015 N 24.15 Résumé : Aux côtés et avec l aide de l

Plus en détail

Plan de réussite. du Collège Champlain-St. Lawrence

Plan de réussite. du Collège Champlain-St. Lawrence Plan de réussite du Collège Champlain-St. Lawrence Avril 2002 Note préliminaire Le rapport d évaluation du plan de réussite de Champlain-St. Lawrence se présente en deux parties. La première partie contient

Plus en détail

Identifier les compétences et élaborer le plan de formation Guide pratique. Employeurs. + métiers de l événement. + études + conseil

Identifier les compétences et élaborer le plan de formation Guide pratique. Employeurs. + métiers de l événement. + études + conseil Identifier les compétences et élaborer le plan de formation Guide pratique Employeurs ingénierie + numérique + études + conseil + métiers de l événement ingénierie + numérique + études + conseil + métiers

Plus en détail

Retail Client Advisor

Retail Client Advisor Certified Retail Client Advisor qualification professionnelle Le client est au centre des préoccupations de toute institution financière. Offrir à ce client le meilleur service possible, le fidéliser,

Plus en détail

Enquête de satisfaction

Enquête de satisfaction Enquête de satisfaction Rouen Port lettre d information Synthèse et résultats 2011 Sommaire Chiffres Profils de lecteurs Les Lecteurs P. 2 P. 3 P. 4 Synthèse des résultats Notoriété Rubriques Satisfaction

Plus en détail

Actualité Bancaire nº 385 du 16 septembre 1998

Actualité Bancaire nº 385 du 16 septembre 1998 Actualité Bancaire nº 385 du 16 septembre 1998 SONDAGE : LES BANQUES ET L EURO : CONFIANCE DES FRANÇAIS La dernière enquête de l Observatoire de l opinion, menée par l Ireq en juin 1998, montre aussi que

Plus en détail

Résultats de l enquête Relations publiques

Résultats de l enquête Relations publiques Résultats de l enquête Relations publiques Les services Relations publiques et Développement de l effectif du Rotary International ont réalisé une enquête sur les pratiques de relations publiques (RP)

Plus en détail

Les TIC pour les Femmes Rurales en Afrique. Présentation pour la Relance du Projet Dimitra Phase 2 Bruxelles, 20-24 octobre 2002

Les TIC pour les Femmes Rurales en Afrique. Présentation pour la Relance du Projet Dimitra Phase 2 Bruxelles, 20-24 octobre 2002 Les TIC pour les Femmes Rurales en Afrique Présentation pour la Relance du Projet Dimitra Phase 2 Bruxelles, 20-24 octobre 2002 Natasha Primo Women snet Schéma de la Présentation Les TIC, c est quoi? Pourquoi

Plus en détail

PROMOUVOIR LE DÎNER À L ÉCOLE

PROMOUVOIR LE DÎNER À L ÉCOLE PROMOUVOIR LE DÎNER À L ÉCOLE CHEZ LES ÉLÈVES DU SECONDAIRE : développement, mise en œuvre et évaluation d une intervention Dominique Beaulieu, inf. Ph.D. Midi recherche du LASER UQAR 22 Janvier 2014 CADRE

Plus en détail

Entente sur les ressources en eaux durables du bassin des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent

Entente sur les ressources en eaux durables du bassin des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent Entente sur les ressources en eaux durables du bassin des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent Programme de conservation et d utilisation efficace de l eau du Québec Rapport d avancement Décembre 2012

Plus en détail

DES ACTEURS DE L ENTREPRENEURIAT SENSIBILISÉS, MOBILISÉS ET IMPLIQUÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT LOCAL!

DES ACTEURS DE L ENTREPRENEURIAT SENSIBILISÉS, MOBILISÉS ET IMPLIQUÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT LOCAL! DES ACTEURS DE L ENTREPRENEURIAT SENSIBILISÉS, MOBILISÉS ET IMPLIQUÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT LOCAL! DÉROULEMENT DE LA PRÉSENTATION Description sommaire du projet Présentation de la coordonnatrice Étapes

Plus en détail

Le counseling en abandon du tabac

Le counseling en abandon du tabac Le counseling en abandon du tabac Résultats d une enquête menée auprès des DENTISTES du Québec - 2005 Michèle Tremblay, Daniel Cournoyer, Jennifer O Loughlin, Université McGill INTRODUCTION Au Québec,

Plus en détail

La recherche interventionnelle en santé publique Quand acteurs de terrain et chercheurs agissent ensemble

La recherche interventionnelle en santé publique Quand acteurs de terrain et chercheurs agissent ensemble La recherche interventionnelle en santé publique Quand acteurs de terrain et chercheurs agissent ensemble Le bonheur est dans l assiette : promouvoir une alimentation équilibrée auprès d un public jeune

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN PROSPECTIVE MAROC 2030 LA FEMME MAROCAINE SOUS LE REGARD DE SON ENVIRONNEMENT SOCIAL ENQUETE

ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN PROSPECTIVE MAROC 2030 LA FEMME MAROCAINE SOUS LE REGARD DE SON ENVIRONNEMENT SOCIAL ENQUETE ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN PROSPECTIVE MAROC 2030 LA FEMME MAROCAINE SOUS LE REGARD DE SON ENVIRONNEMENT SOCIAL ENQUETE PRINCIPAUX RESULTATS SEPTEMBRE 2006 PROTOCOLE DE L ENQUETE Les aspects

Plus en détail

Cartographie conceptuelle de l activité physique et de l alimentation dans le quartier Saint-Sacrement

Cartographie conceptuelle de l activité physique et de l alimentation dans le quartier Saint-Sacrement Cartographie conceptuelle de l activité physique et de l alimentation dans le quartier Saint-Sacrement Par Alexandre Lebel et Michael Cantinotti* Bibliothèque du Conseil de quartier Saint-Sacrement Collection

Plus en détail

Baromètre Cegos de la formation professionnelle en Europe. La formation peine à se hisser au rang de priorité stratégique dans les entreprises

Baromètre Cegos de la formation professionnelle en Europe. La formation peine à se hisser au rang de priorité stratégique dans les entreprises Communiqué de presse Issy-les-Moulineaux, 23 juin 2015 Baromètre Cegos de la formation professionnelle en Europe La formation peine à se hisser au rang de priorité stratégique dans les entreprises Leader

Plus en détail

Convergence entre approche participative et gestion par résultats :

Convergence entre approche participative et gestion par résultats : Convergence entre approche participative et gestion par résultats : Expériences vécues en santé, services sociaux et en développement économique Atelier présenté au Colloque SQÉP 2001 par Andrée Fafard

Plus en détail

Concertations et collaborations au service du développement de la main d œuvre autochtone dans le secteur minier

Concertations et collaborations au service du développement de la main d œuvre autochtone dans le secteur minier Concertations et collaborations au service du développement de la main d œuvre autochtone dans le secteur minier Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec CDRHPNQ

Plus en détail

I. Introduction... 1-8 2. A. Origine et objectifs... 1-3 2 B. Organisation et programme... 4-8 2. II. Aperçu de l atelier... 9 3

I. Introduction... 1-8 2. A. Origine et objectifs... 1-3 2 B. Organisation et programme... 4-8 2. II. Aperçu de l atelier... 9 3 Nations Unies Assemblée générale A/AC.105/709 Distr. GÉNÉRALE 4 décembre 1998 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport sur l atelier d évaluation

Plus en détail

Présentation de l'équipe ELVEOR

Présentation de l'équipe ELVEOR Présentation de l'équipe ELVEOR COACHING INDIVIDUEL COACHING D EQUIPE FORMATION/ACTION CODEVELOPPEMENT PROFESSIONNEL WORLD CAFE/FORUM OUVERT LEADERSHIP AU FEMININ Plus de 25 ans en accompagnement du développement

Plus en détail

Programme de perfectionnement destiné aux gestionnaires de l École

Programme de perfectionnement destiné aux gestionnaires de l École École de technologie supérieure Programme de perfectionnement destiné aux gestionnaires de l École Projet conjoint du Service des ressources humaines et du Service de perfectionnement 0[Tapez une citation

Plus en détail

FORMATIONS 2014. des salariés et bénévoles. Réseau des centres sociaux et socioculturels des Pays de la Loire

FORMATIONS 2014. des salariés et bénévoles. Réseau des centres sociaux et socioculturels des Pays de la Loire FORMATIONS 2014 des salariés et bénévoles Réseau des centres sociaux et socioculturels des Pays de la Loire Union Régionale centres sociaux et socioculturels des Pays de la Loire Organisme de formation

Plus en détail

Plan d action favorisant l intégration des personnes vivant avec une incapacité ou un handicap Page 2

Plan d action favorisant l intégration des personnes vivant avec une incapacité ou un handicap Page 2 !" #$#%&!# Sanctionné le 17 décembre 2004, le projet de loi n o 56 modifie substantiellement la Loi assurant l'exercice des droits des personnes handicapées en vigueur depuis 1978, et la rebaptise en y

Plus en détail

Responsabilité populationnelle au Québec : l impulsion nationale, le soutien régional, la mise en œuvre locale

Responsabilité populationnelle au Québec : l impulsion nationale, le soutien régional, la mise en œuvre locale Responsabilité populationnelle au Québec : l impulsion nationale, le soutien régional, la mise en œuvre locale Martine Couture Présidente-directrice générale PLAN Définition de la responsabilité

Plus en détail

Le Marketing social dans la lutte contre l obésité et les modes de vie

Le Marketing social dans la lutte contre l obésité et les modes de vie Le Marketing social dans la lutte contre l obésité et les modes de vie L exemple d EPODE Ensemble Prévenons l Obésité des Enfants* Sandrine Raffin, Présidente de LinkUp Ref. N Henley,S Raffin, EPODE (

Plus en détail

Les saines habitudes de vie (SHV)

Les saines habitudes de vie (SHV) Les saines habitudes de vie (SHV) Sport-Études et associations sportives Claudia Lavigne, coordonnatrice des saines habitudes de vie Introduction Découle de la Politique de l activité physique et du sport.

Plus en détail

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE 013-2015 Table des matières M p E 03 Message du président et chef de la direction 04 Contexte 06 Actions 15 Annexe 1 : Tableau synoptique du plan d action de développement

Plus en détail

Bilan de la mise en œuvre de la Politique-cadre pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif Pour un virage santé à l école

Bilan de la mise en œuvre de la Politique-cadre pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif Pour un virage santé à l école Bilan de la mise en œuvre de la Politique-cadre pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif Pour un virage santé à l école Thème 2 : Éducation, promotion et communication Thème 3 :

Plus en détail

Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise

Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise Aujourd hui, la notion de communication est devenue nécessaire, caractérisée par publicité. Il faut COM-MU-NI-QUER. Les attentes de

Plus en détail

Plan directeur des systèmes de transport intelligents (STI) de la Ville de Montréal

Plan directeur des systèmes de transport intelligents (STI) de la Ville de Montréal Plan directeur des systèmes de transport intelligents (STI) de la Ville de Montréal Les systèmes de transport intelligents au service du Plan de transport de la Ville de Montréal Marc Blanchet, Ville de

Plus en détail

Chapitre 5. Impacts sur les prestataires actifs de l assurance-emploi

Chapitre 5. Impacts sur les prestataires actifs de l assurance-emploi Chapitre 5 Impacts sur les prestataires actifs de 5.1 Ensemble des prestataires actifs de Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 1 160 (35 %) étaient des prestataires actifs

Plus en détail

Des clés pour la recherche qualitative

Des clés pour la recherche qualitative Introduction Des clés pour la recherche qualitative Chantal Royer, Ph.D. Université du Québec à Trois-Rivières Comment éviter le piège de la description et progresser vers une théorisation en recherche

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 6 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

Une réflexion et une action partagées sur des réponses technologiques adaptées au «!bien!vivre à domicile!»

Une réflexion et une action partagées sur des réponses technologiques adaptées au «!bien!vivre à domicile!» Projet Une réflexion et une action partagées sur des réponses technologiques adaptées au «!bien!vivre à domicile!» Retour sur les Travaux du groupe BiVACS «Quelles technologies pour maintenir / développer

Plus en détail

Le travail, entre prescription et réalisation

Le travail, entre prescription et réalisation Journées professionnelles de formation de l Association Nationale des Directeurs de Mission Locale «Direction des Missions Locales : Nouveaux enjeux, nouveaux métiers» 25 et 26 Juin 2015, Rennes Le travail,

Plus en détail