L histoire d une banque extraordinaire: L alternative.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L histoire d une banque extraordinaire: L alternative."

Transcription

1 L histoire d une banque extraordinaire: L alternative. Mario König Aglaia Wespe

2

3 1 L histoire d une banque extraordinaire: L alternative. Mario König Aglaia Wespe

4 2 L histoire en images 4 Introduction 8 01 «Une autre banque pour une autre Suisse»: La longue «préhistoire». 10 Projets, projets La place financière suisse en plein bouleversement 13 Le projet trouve son rythme 15 Tout se concrétise 18 Les derniers obstacles «Bien plus de turbulences que prévu dans le scénario»: Les premières années d activité. 22 Un départ couronné de succès 23 Une période troublée 25 Pas de régionalisation. Mais une base en Suisse romande 28 Conclusion mouvementée de la phase de fondation «Nous voulons et nous devons croître»: La BAS en chiffres. 32 Total du bilan, capital-actions, employé(e)s 33 Encouragement versus sécurité: la politique de crédit de la BAS 36 La géographie de la banque et le profil de sa clientèle «L éthique n est pas gratuite»: La BAS au travers de son programme. 44 A la recherche d une orientation 45 «Cela, nous ne le faisons pas», dit la publicité 49 «La banque de verre» 51 L éthique entre utopie et pragmatisme «Se développer sans perdre son âme»: Le présent alternatif et pragmatique. 56 Le dernier Mohican de la génération des fondateurs s en va 57 L égalité des droits dans la pratique 60 Instruments financiers «vert clair» et «vert foncé» 62 La banque qui discute 64 Annexe Les activistes de la BAS 66 Abréviations, interviews, littérature 68 Impressum 68

5 PRÉFACE 3 Il fallait que la banque pour une autre Suisse naisse. Une alternative au sein du marché financier helvétique. Rien de moins. Un objectif ambitieux. D innombrables réunions ont eu lieu à la fin des années 1980; des débats presque sans fin pour mettre les idéaux sur papier. Un groupe de quasi-conspirateurs qui ne s est pas découragé et a fini par passer à l acte, s inspirant librement d une phrase de Bertolt Brecht: «Que vaut le cambriolage d une banque face à la fondation d une banque?». Avec l Association de soutien fondée en 1987, ils ont rassemblé davantage que ce qui était nécessaire pour le capital propre et ont osé, en 1990, ce qui semblait impossible: la fondation d une banque alternative. Avec succès, comme le révèlent les derniers chiffres. Il y a de quoi admirer l équilibre qu ils ont dû trouver entre les exigences visionnaires pour lesquelles la barre ne pouvait jamais être placée assez haut et un pragmatisme moins utopiste, dicté par les contraintes législatives et de gestion. Une bonne quinzaine d années plus tard, nous regardons derrière nous avec émerveillement. Depuis la fondation, de nombreuses personnes ont fait avancer le projet «Banque alternative BAS» avec ténacité, une touche de prudence et des moyens financiers, sans perdre de vue le but de la fondation. Ils n ont jamais cessé de choisir entre les attentes et la réalité, pour la meilleure solution «éthique». La Suisse est-elle devenue autre, ne serait-ce qu un peu? Cela reste à voir. Entre-temps, la BAS est devenue une banque aux bases solides et qui ne cesse de s engager, pas à pas, pour rendre la Suisse plus sociale, plus démocratique et plus respectueuse de l environnement. Nos remerciements vont aux fondatrices et aux fondateurs, aux actionnaires de la première heure ainsi qu à toutes celles et tous ceux qui les ont rejoints ensuite: clientes et clients, membres des organes, collaboratrices et collaborateurs. J adresse ici un «merci» tout particulier à l historien indépendant Mario König et à sa collègue Aglaia Wespe. Avec une rigueur scientifique et un regard objectif, ils ont retracé l histoire mouvementée de la BAS en faisant ressortir son fil rouge. Sincère et sérieux, leur récit fait aussi la part belle aux clins d œil et à l ironie. Claudia Nielsen

6 4 1988: Max Schmid plaide corps et âme pour une banque alternative en Suisse. Février 1989: l'association de soutien réfléchit au futur.

7 5 Où doit se trouver le siège social de la banque? Dans un joli décor rural? Dans l'antre du lion en pleine place financière de Zurich? (Illustration de Christoph Gloor dans moneta 2/89) 21 août 1990: signature des actes de fondation et verres de champagne pour trinquer. En haut à droite: Alois Bretscher et Walter Thierstein; au milieu: Mathys Wild; en bas, depuis la g.: Daniel Stoll (notaire), Dieter Spies, Marie-Therese Fasser, Andreas P. Ragaz, Hans Humbel; devant: Hans Ulrich Schudel.

8 6 «Davantage de chefs de tribu que d Indiens» (Hans Ulrich Schudel). Les membres des organes et de la direction après la fondation: à l'arrière, de g. à d.: Daniel Stoll (notaire), Günther Ketterer, Dieter Spies, Bruno Rütsch, Thomas Heilmann, Romana Camani, Ruth Mokrani; devant de g. à d.: Monika Egger, Mathys Wild, Hans Peter Vieli, Line Boser, Franz Thomet, Anita Fetz, Dorothee Jaun, Hans Ulrich Schudel, Andreas P. Ragaz, Hans Humbel, Gabi Hildesheimer, Urs Hänsenberger, Verena Bürcher, Alois Bretscher, Marco Medici, Walter Thierstein, Marie-Therese Fasser Werlen, Pierre Fornallaz, Veronika Malzacher, Carola Ertle, Anita Conrad, Heini Conrad, Verena Messerli. L'équipe de la banque de la première heure: derrière de g. à d.: Hans Humbel, Ursi Stöcklin, Thomas Bieri, Andreas P. Ragaz, Dieter Spies, Marianne Leonhard; devant de g. à d.: Isabella Müller-Walser, Anita Hubert, Sarah Meili. Manquent: Graziana Camastral, Marco Grau, Sybille Schib.

9 7 27 septembre 1997: fête pour l inauguration de la représentation à Lausanne: enseigne et fête sur la place St-François. 4 février 2006: inauguration festive du bureau d information de Bellinzone: de g. à d.: Dominique Roten, Edy Walker, Claudia Nielsen, Fabiano Cavadini.

10 8 INTRODUCTION «Il a fallu tout inventer. Il n existait aucun manuel indiquant comment créer une telle banque.» Thomas Heilmann, membre et président du conseil d administration de la BAS de 1990 à 2001, décembre 2005 La création de la Banque alternative BAS n a rien d une banale fondation d entreprise. Elle est également une expérience sociopolitique. Ce double caractère marque aujourd hui encore sa personnalité: la BAS est une banque et elle veut aussi être davantage que cela. Elle incarne une critique du boum de la place financière suisse, et cela sous les traits mêmes d un établissement financier. Quand elle commence son activité le 29 octobre 1990, à Olten, son credo est le suivant: pas de participation à des opérations boursières, pas de transactions financières internationales, pas d activité avec des fonds d origine douteuse, limitation aux opérations classiques d une banque d épargne et de crédit, observation de directives éthiques et écologiques claires en matière de politique de placement, tout cela dans le cadre de la suppression partielle du secret bancaire et de la stricte égalité des sexes. Pour atteindre ces objectifs, il a fallu une bonne dose de créativité organisationnelle et sociale, mais aussi quelques compromis. Pour encourager la réflexion et la transparence, la BAS s est offert depuis le début une publication indépendante («moneta, le journal pour un usage différent de l argent») et se soumet à un contrôle éthique, ce qui est pour le moins inhabituel dans le monde de la finance helvétique. Le projet d une banque alternative en Suisse est né il y a plus de vingt ans. Et la BAS existe avec succès depuis plus de quinze ans. La manière dont elle peut répondre à son autre aspiration est un défi permanent. Les débats et les conflits sur ce point n intéresseront pas que les initiés ou les clientes et clients: ils donnent un aperçu passionnant d une importante phase de révolutions sociales et politiques de l histoire récente en Suisse. La naissance et la croissance de la BAS sont bien documentées: toutes les étapes du projet et celles de la banque qui en est issue ont

11 L HISTOIRE D UNE BANQUE EXTRAORDINAIRE: L ALTERNATIVE. 9 laissé de volumineuses traces écrites. Les profondes réflexions qui accompagnent les activités de la BAS depuis ses débuts ont poussé les responsables à réaliser d ores et déjà une rétrospective de la courte mais mouvementée histoire de la banque. Nous procéderons d abord par ordre chronologique, avec les faits antérieurs, la fondation et les premières années d activité de la BAS (chapitres 1 et 2). Suivront des chapitres consacrés surtout à un thème en particulier: la banque d un point de vue économique (chapitre 3), les ambitions éthiques et démocratiques (chapitre 4), le passage de la phase pionnière à la phase de différenciation de ces dernières années (chapitre 5). Nous remercions la Banque alternative BAS, qui nous a permis d accéder sans restriction à ses archives à Olten comme à Lausanne, chose plutôt inhabituelle dans le monde bancaire suisse. Nous remercions en particulier les personnes qui ont participé aux entrevues et parlé avec enthousiasme de leurs expériences dans le projet. Malgré le temps qui passe, la profonde implication dans la création d une autre banque en Suisse est toujours clairement perceptible. Les souvenirs personnels ont largement contribué au présent ouvrage, plus que ne le laissent supposer les seules citations.* Ceux-ci complètent, précisent et enrichissent l histoire écrite de la BAS: une banque en mouvement qui a formé sa personnalité et l a affirmée, mais qui reste toujours en mouvement. * Dans les chapitres suivants, les citations sans renvoi à une note correspondent à des interviews mentionnées dans la bibliographie. «Que vaut le cambriolage d une banque face à la fondation d une banque?» «L Opéra de quat sous» de Bertolt Brecht

12 10 01 «Une autre banque pour une autre Suisse»: La longue «préhistoire».

13 L HISTOIRE D UNE BANQUE EXTRAORDINAIRE: L ALTERNATIVE. 11 «Nous n avons été pris au sérieux par personne», témoigne Hans Peter Vieli, cofondateur de l imprimerie autogérée Ropress de Zurich et l un des initiateurs de la BAS, alors qu il évoque en automne 2005 les débuts de la banque. «Je me souviens encore des premiers temps, quand je devais toujours m adresser à des banquiers conventionnels qui se moquaient de nous. Les banquiers sont des gens polis; ils ne disaient pas les choses de manière abrupte, mais on pouvait les ressentir par tous les pores.» L Association romande de la BAS suscite le scepticisme et l amusement des médias en 1993, alors que la banque était active depuis trois ans déjà: «Un article de L Hebdo présentait notre établissement comme une banque de gardiens de chèvres et autres éleveurs de poulets dans le Val Blenio.» 1 L ambitieux projet de fonder une autre banque en Suisse a connu des débuts mouvementés et interminables. La réussite est longtemps demeurée incertaine. Projets, projets... Il est néanmoins clair que sans l étincelle de 1968, la banque alternative n aurait pas vu le jour. Mais à cette époque, personne n avait encore émis une telle idée. Le soulèvement contre l autorité de cette fin des années soixante avait d autres visées et s est rapidement étendu en une large gamme de nouveaux mouvements sociaux 2. Une partie s est surtout muée en critique du capitalisme et a cherché à raviver le mouvement ouvrier. D autres groupes ont stigmatisé l exploitation du tiers monde. La protestation contre la destruction de l environnement et contre les centrales nucléaires a gagné en importance. C est toutefois la volonté des femmes de ne plus subir d injustices qui fut à l origine du plus grand nombre de changements. De nombreuses affinités existaient entre les différents courants. Le désir était fort d expérimenter immédiatement de nouveaux modes de vie, de la communauté d habitation jusqu à la création de bistrots et entreprises autogérés. Des espoirs audacieux se sont parfois tournés vers l autogestion: «Elle doit devenir un élément central d une future société socialiste dans notre pays» 3, a déclaré en 1979 l économiste Thomas Heilmann, alors membre de la direction des nouvelles organisations progressives POCH et, quel- CITATION EN TITRE Information succincte. La Banque alternative BAS, Rapport de l Association romande, Ces mouvements ont été présentés par: Bürgi/Imfeld; Holenstein; König. 3 Holenweger/Mäder, p. 143.

14 12 CHAPITRE 01 LA LONGUE «PRÉHISTOIRE» ques années plus tard, cofondateur d une banque alternative. Dans les années 80, alors que les idées visant la création d un «marché des capitaux autogéré et alternatif» commençaient à fleurir, la Suisse comptait au moins deux cents entreprises autogérées. 4 Une partie s est réunie en 1981 dans le Réseau d autogestion. Un «Groupe de travail finances» a cherché à réunir des capitaux pour les entreprises et a bientôt enregistré «un afflux de demandes». Ce qui constitua d abord une désillusion: «C est clair: nous disposons de bien trop peu de fric pour soutenir sérieusement ces collectivités!» 5 Cependant, une année après, plus de cent membres de soutien s étaient associés au réseau, ce qui permit d octroyer des prêts sans intérêts pour quelque francs jusqu en La procédure mise en œuvre n était pas particulièrement efficace, mais les participants s opposaient fermement à davantage de division du travail et de professionnalisation. Le premier rapport annuel demandait d ailleurs: «La menace de franchir le pas vers un travail rémunéré plane-t-elle?» 7 Il en allait de même dans une manifestation tenue à Francfort, où le projet d une «Ökobank», une banque écologique, était en pourparlers en Des objections se sont élevées quant à savoir si «la banque serait également autogérée, si elle nécessiterait une hiérarchie». 8 Le libraire et activiste socialiste suisse Theo Pinkus ( ) sillonnait les milieux de l autogestion en Suisse et en Allemagne et faisait campagne pour l idée d une propre banque. Avant la création de la banque, les autogestionnaires ont créé en 1982 leurs caisses de pensions autogérées, parmi lesquelles la Fondation Abendrot à Bâle (dont a fait partie Hans Ulrich Schudel, premier président du conseil d administration de la BAS) ou la caisse de pension Nest (à travers laquelle Thomas Heilmann s est trouvé impliqué dans le projet de la BAS). En mars 1983, Günther Ketterer (également futur membre du conseil d administration de la BAS pendant de nombreuses années) a exhorté les membres du réseau à fonder un «Groupe de travail banque alternative». L intention était claire: «Nous ne voulons pas dépendre d une banque en place et anonyme: nous souhaitons décider nousmêmes de l utilisation de notre argent.» 9 Il était absolument écœuré par l inefficacité constatée jusqu alors: «Dans le Groupe de travail finances, «La menace de franchir le pas vers un travail rémunéré plane-t-elle?» Groupe de travail finances, 1982

15 L HISTOIRE D UNE BANQUE EXTRAORDINAIRE: L ALTERNATIVE. 13 nous avons des idées, mais elles ne sont presque jamais réalisées parce que personne n en a le temps. Moi non plus. Je voudrais que le GT finances obtienne la compétence d engager quelqu un qui comprenne quelque chose aux finances et aux relations publiques.» 10 Entre-temps, les idées et les groupes de travail se sont multipliés. Un groupe de projet «Sterntaler», partiellement d inspiration anthroposophique, a tenté de promouvoir son concept. Hans Humbel, ultérieurement membre de la première direction de la BAS, en a fait partie. Dans le réseau, l idée s est heurtée à la critique: «Ce fut une erreur d appréciation», dit Hans Peter Vieli. «Il est impossible de débarquer dans un groupe basé sur l autogestion avec un projet aussi abouti et de s imaginer que ce sera accepté tel quel.» La Déclaration de Berne (DB), engagée en faveur d une politique de développement, s est consacrée en parallèle à un projet financier. 11 Devant les disparités Nord-Sud, il a semblé particulièrement urgent de créer des alternatives à une activité bancaire, laquelle soustrait de manière cruelle et systématique des moyens aux pays pauvres. Une enquête menée auprès des membres de la DB a révélé en 1982 un grand intérêt pour une «société alternative de placements de capitaux». Dans les projets qui en ont résulté, la recherche de critères pour des investissements responsables était au cœur des préoccupations; par ailleurs, ces projets devaient inclure le «travail de prise de conscience et de formation», sur une base «de rentabilité et de professionnalisme» autant d aspects qui ont ensuite influencé le projet BAS. 12 La place financière suisse en plein bouleversement L évolution dans le secteur financier, à cette époque, a dopé les efforts en vue de la création d un établissement financier alternatif. Au cours des années 1960, les banques suisses ont misé sur une croissance qui en a fait ce qu elles sont devenues: des joueurs de premier plan dans la bataille des gros capitaux sur les marchés financiers internationaux. 13 Avec la libéralisation croissante des flux de capitaux, les banques lesquelles s étaient jusqu alors orientées avant tout vers les besoins économiques de l industrie indigène ont érigé une position dominante dans la gestion de fortune pour une clientèle exclusivement internationale et, de 4 Ibid., p Info 3, septembre 1981, p Info 17, mars 1985, p Info 6, juin 1982, p Info 15, septembre 1984, p Info 9, mars 1983, p Info 13, mars 1984, p. 14 s. 11 Sur la DB: Bürgi/ Imfeld; Holenstein. 12 Cf. document Société financière alternative, mai 1984; résumé d anciens projets, adapté par Urs Haymoz. 13 Une esquisse frappante, Maissen, p. 119 ss.

16 14 CHAPITRE 01 LA LONGUE «PRÉHISTOIRE» longue date, pas toujours au-dessus de tout soupçon. Elles ont fortement gagné du terrain vis-à-vis des banques régionales et cantonales. Au début des années 1990, plus du tiers de la fortune mondiale était géré par la place financière suisse. L ascension de la place financière a été pavée de scandales. 14 L affaire de Chiasso fit les gros titres en 1977, quand la filiale tessinoise du Crédit Suisse perdit plus d un milliard de francs à la suite d opérations illicites découlant de la fuite de capitaux italiens. Qu il s agisse du pillage du tiers monde, des affaires avec l Afrique du Sud raciste, de gestion de la fortune de dictateurs, de financement du commerce d armement ou de blanchiment d argent lié au trafic de drogues, des noms suisses revenaient toujours à la une. Vu sous l angle du projet de création de la banque, c était une «chance» indéniable, se souvient Aldo Clerici. La régulation par la loi de cette croissance incontrôlée est venue plus tard, surtout sous la pression des Etats-Unis: en 1988 avec une loi contre les délits d initié, en 1998 avec une autre loi contre le blanchiment d argent. Le problème de l évasion fiscale, à laquelle les banques suisses prêtent main-forte couvertes par le secret bancaire n est pas résolu à ce jour. Lors des votations de mai 1984, une majorité de 73 pour cent des votantes et des votants a refusé l initiative sociale-démocrate contre les abus du secret bancaire et contre la toute-puissance des banques, initiative inspirée par le scandale de Chiasso en Pour beaucoup des personnes impliquées, la bataille autour de l initiative fut un tournant. L employé de banque Andreas P. Ragaz s est engagé en sa faveur; il devait plus tard compter parmi les créateurs de la BAS et faire partie de la première direction. L échec de l initiative pouvait aussi être interprété tout à fait positivement: personnes avaient exprimé leur malaise vis-à-vis du développement de la place financière, 34 pour cent des votant(e)s dans la ville de Zurich et 37 pour cent à Bâle. Pas moins de personnes ont acheté le «livret bancaire alternatif» de l Action place financière Suisse-Tiers-Monde de 1986, lequel indiquait les possibilités de placements responsables. Certaines et certains ont perçu cela comme une incitation à agir. Mais comment passer de concepts dans l air du temps à un projet réaliste? «Nous fondons la banque immédiatement.» Procès-verbal Ökobank, 1986

17 L HISTOIRE D UNE BANQUE EXTRAORDINAIRE: L ALTERNATIVE. 15 Le projet trouve son rythme Au printemps 1986, inspiré par une réunion berlinoise consacrée à l autogestion, l étudiant en sociologie Armin Baumann prit un nouveau départ en vue de fonder une banque, qui devrait mener plus loin que les précédentes tentatives. Ces dernières avaient échoué en raison du manque de liens avec de grandes organisations, de questions financières non résolues ou de conflits internes. Le bilan de Peter Isler, avocat et futur rédacteur avec Hans Ulrich Schudel des statuts de la BAS: «Un projet bancaire intéresse les personnes attirées par le pouvoir. L exercice du pouvoir devient d autant plus subtil qu il se dissimule derrière un intérêt commun... Ce à quoi Felix Bührer ajoute: Le citoyen responsable en termes d argent n existe pas. Le pouvoir s exerce avec chaque franc qui change de main. Peu de personnes en sont conscientes.» 15 Felix Bührer avait réalisé l année précédente, à l Université de Zurich, un travail sur le thème «modèles d entreprises banques alternatives» et rassemblé les informations disponibles. Andreas P. Ragaz et Hans Peter Vieli ont également fait partie du Groupe de travail. Christian Heyner, de Fribourg, avait suivi de près les discussions allemandes sur le projet «Ökobank» et rapporté des expériences importantes. Bruno Rütsch a participé en tant que secrétaire du Réseau d autogestion. L objectif était une banque, mais la procédure était sujette à caution: création sous la forme d une association, selon le modèle allemand, ou dans un petit groupe spécialisé qui s ouvrirait au public seulement lors de l appel pour réunir le capital de fondation? Ou alors sous la bannière: «fondation immédiate de la banque»? 16 Un coup d œil au cadre légal a renvoyé la fondation à la hussarde dans le domaine des illusions. L élaboration au sein d un petit groupe, à laquelle aspirait surtout Walter Krummenacher, issu des milieux économiques, trouva par contre un écho favorable. Son credo était «L efficacité plutôt que des bavardages»; il rêvait du soutien d un «banquier de premier plan». 17 La «polarisation des spécialistes de la banque et de l économie ainsi que des intéressés du monde politique» fut bientôt très forte. 18 Un large soutien politique s imposa, bien que Krummenacher ait temporairement rallié à sa cause les banquiers Bührer et Ragaz et poursuivait son propre 14 Sur les scandales financiers en général: Trepp; le commerce avec l Afrique du Sud, Kreis. 15 Procès-verbal Ökobank, , p Invitation à la 2 e réunion pour le projet Ökobank, Citation de H. P. Vieli, Mots clés concernant la «préhistoire» et le contexte de la Banque alternative BAS, 1995; groupe de travail Ökobank, procès-verbal, Invitation à la 3 e réunion,

18 16 CHAPITRE 01 LA LONGUE «PRÉHISTOIRE» projet d «Ökobank», lequel n aboutit finalement pas. Au début de 1987, déjà, les deux banquiers devenus sceptiques retournèrent dans le cercle d Armin Baumann. En avril, on se réorganisa en tant que Groupe de travail Banque alternative (GTBA), pour se démarquer du projet de l «Ökobank». Peu avant, l équipe avait bénéficié d un soutien personnel considérable. L écrivain et activiste politique Max Schmid ( ) était en quête d une nouvelle mission. «C était exactement au moment où nous réfléchissions à ce que nous allions faire avec cette banque alternative», se souvient Hans Peter Vieli. «Un hasard absolu, mais un hasard vraiment heureux.» Schmid avait justement mis sur pied avec succès l association de recherche de fonds Pro WOZ, laquelle avait permis la survie économique de l hebdomadaire de gauche. «Max Schmid est un phénomène», poursuit Hans Peter Vieli. «Il avait déjà réussi à lancer plusieurs projets. (...) Je crois que sans sa première phase intensive de travail (en tant qu unique employé), la banque ne serait pas née. L espace-temps favorable à ce que de telles choses se réalisent serait passé et nous n aurions pas pu réussir.» Max Schmid était un travailleur acharné et qualifié; il mit une énorme pression dans le projet et entraîna tout le monde lui compris avec la même énergie. Dans le souvenir de son compagnon, il apparaît également comme un homme difficile. «Il était très direct, à vrai dire toujours en ébullition. Il savait comment blesser profondément les personnes sensibles. S il détectait une faiblesse, il l attaquait sans pitié. Mais il n était pas pour autant comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. On pouvait lui résister, s opposer», se souvient Hans Peter Vieli. Schmid voyait tout le projet d un point de vue plus politique qu économique. En Suisse, économiquement parlant, la banque restera «totalement insignifiante». 19 De toute façon, on devait s attendre à ce que la Commission fédérale des banques refuse son autorisation et se préoccuper déjà de la campagne politique à venir. Max Schmid fulminait contre le «manque de fantaisie des banquiers et de leurs laquais dans le monde des juristes et des économistes nationaux»; il mettait en garde contre l idée de créer seulement «une inoffensive banque de niche dans le genre de la BCL». Il visait la Banque communautaire libre BCL, d inspi- «Le manque de fantaisie des banquiers et de leurs laquais dans le monde des juristes et des économistes devait être combattu.» Max Schmid, 1987

19 L HISTOIRE D UNE BANQUE EXTRAORDINAIRE: L ALTERNATIVE. 17 ration anthroposophique, qui avait commencé ses activités à Dornach en 1984 en tant que première banque alternative en Suisse; une pique injustifiée, car le projet de la BAS a énormément profité du travail de pionnier de la BCL. Felix Bührer, qui y travaillera ensuite, objecta à Schmid que l on voulait proposer aux investisseuses et investisseurs une alternative réelle et pas seulement rhétorique. L activité de Schmid n a duré qu une année. Le Réseau d autogestion a avancé francs pour financer son travail. Au printemps 1988, son engagement ne fut pas prolongé. Mais on était alors arrivé à une phase décisive et tout le projet était devenu très professionnel. Schmid avait pris contact avec de nombreuses organisations du milieu de gauche et alternatif, et même au-delà. Il avait élaboré la documentation, voyagé, avait téléphoné et travaillé les gens au corps avec une grande force de persuasion. En novembre 1987, le GTBA invitait toutes les personnes intéressées à se réunir à Berne afin de fonder une Association de soutien pour une banque alternative. Felix Bührer avait ébauché un projet dont la plupart des idées constituent aujourd hui encore les lignes directrices de la BAS. De grandes organisations comme le WWF soutinrent le projet. Objectif déclaré: mettre sur pied une banque alternative dans les quatre ans. L initiative porta ses fruits. Au cours des quatre premiers mois, plus de 700 personnes, 70 entreprises et organisations ont rejoint l association; une année plus tard, c était le double. Remarquable, au vu de la cotisation annuelle élevée: 200 francs pour les particuliers, 600 francs pour les petites entreprises et les groupes, 1200 francs pour les plus grandes organisations. Connaissant les difficultés financières de l «Ökobank» allemande, dont l Association de soutien ne percevait qu une fois 60 marks, cette politique a été expressément voulue. En juin 1988 a débuté la constitution du capital-actions: conformément au droit suisse, il fallait au moins cinq millions pour fonder une banque. Il était entretemps devenu clair qu il allait s agir d une société anonyme. Ainsi que l explique Bruno Rütsch, «sur la scène alternative, la coopérative bénéficie d une très nette préférence et d une grande sympathie. Mais la loi sur les banques à laquelle notre banque alternative doit également se conformer ne permet la forme juridique de la coopérative que pour 19 Procès-verbal GTBA, , p. 5.

20 18 CHAPITRE 01 LA LONGUE «PRÉHISTOIRE» une activité commerciale très restreinte, malheureusement. (...) Nous ne voulions pas chambouler les structures démocratiques de la Banque alternative, pour autant qu elles soient encore tolérées par la loi sur les banques.» 20 Mais certains participants ont préféré la société anonyme aussi parce qu il s agit d une forme d organisation moins lourde, laissant davantage de marge de manœuvre à l action de l entreprise. Deux semaines après, le premier million était déjà réuni. Et deux millions un mois plus tard. L argent était versé sur un compte bloqué; en cas d échec de la fondation, il aurait été restitué aux déposantes et déposants. La chance a une nouvelle fois souri, comme le souligne Hans Peter Vieli: «A peine avions-nous réuni le premier demi-million de capital-actions que les taux intérêts ont commencé à augmenter à toute vitesse. En quelques mois, ils sont passés de 2 à 7 pour cent, de sorte que nous avons pu placer au mieux notre argent.» 21 L association disposait d un solide budget, afin de pouvoir accomplir de manière professionnelle toutes les tâches nécessaires. La création de la banque a coûté au total quelque deux millions de francs, dont 37 pour cent issus des intérêts de l argent provisoirement déposé. 22 Tout se concrétise Pour la fondation de la banque, l Association de soutien a dû approuver démocratiquement une longue série de prestations préalables: hormis le capital-actions, il fallait de nombreux statuts et règlements déterminant le cadre de l activité commerciale; pour le conseil d administration et la direction, on s est mis à la recherche de personnes qualifiées et agréées par la Commission fédérale des banques (CFB). Le nom de la banque n avait pas encore été arrêté. Il fallait encore choisir un lieu et trouver des locaux convenables. Un emploi du temps serré s est étendu sur deux ans et demi, jusqu à ce que la demande définitive soit adressée à la Commission fédérale des banques au printemps Trouver les spécialistes bancaires qualifiés, sans lesquels on ne pouvait pas avancer, ne fut pas une mince affaire. Il fallait un certain courage pour se déclarer favorable au projet de la BAS et peut-être mettre ainsi sa carrière en jeu. Le groupe spécialisé dans les affaires «Mme A. R. se sent mal intégrée en tant que dactylo et manque d une certaine reconnaissance» GTBA, 1989

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006 INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE OBSERVATIONS DE LA VÉRIFICATRICE GÉNÉRALE SUR LES ÉTATS FINANCIERS DU GOUVERNEMENT DU CANADA DE L EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2006 Dans ces observations, j aimerais expliquer certains

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique COUR DES COMPTES Synthèse du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique Janvier 2011 L emploi des fonds collectés par les associations en faveur des victimes du Tsunami du 26 décembre

Plus en détail

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Universität Zürich Institut für Politikwissenschaft Forschungsbereich Policy-Analyse & Evaluation Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Sur mandat de l Office fédéral de la santé publique Thomas

Plus en détail

Historique de l Association Romande des Hôteliers Les années 1940

Historique de l Association Romande des Hôteliers Les années 1940 Les années 1940 1941 Naissance de l ACVH Au cours de diverses réunions, le Comité de l Association vaudoise des intérêts touristiques c est ainsi que s appelait alors l Office du tourisme du canton de

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

LETTRE AUX ACTIONNAIRES

LETTRE AUX ACTIONNAIRES LETTRE AUX ACTIONNAIRES Commentaire sur l évolution des affaires du Groupe VZ au 1 er semestre 2014 VZ Holding SA Beethovenstrasse 24 8002 Zurich GROUPE VZ : PREMIER SEMESTRE 2014 Madame, Monsieur, chers

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/49/845/Add.1 9 mars 1995 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS Quarante-neuvième session Point 113 de l ordre du jour GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Examen de

Plus en détail

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS RESPONS RESPONS RESidents Perspectives Of Living in Nursing Homes in Switzerland est un projet du Domaine santé de la Haute école spécialisée bernoise. RESPONS étudie la qualité des soins du point de vue

Plus en détail

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?»

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?» Département fédéral de justice et police DFJP Secrétariat général SG-DFJP Service d'information DFJP Embargo: 01.06.2007, 11.00 h Discours / Exposé: Tant le discours prononcé que la version écrite font

Plus en détail

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2 MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 LA VÉRITÉ SUR LE MARKETING: QU EST-CE QUE LE MARKETING? QU EST-CE QUE N EST PAS LE MARKETING? DIX CONSEILS POUR UNE GESTION DE MARQUE EFFICACE UNITÉ 2 LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale. concernant la Loi sur l équité salariale

Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale. concernant la Loi sur l équité salariale Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale concernant la Loi sur l équité salariale par la Confédération des syndicats nationaux Montréal, le 16 septembre 2002 Présentation

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

Discours de M. Pascal Couchepin Président de la Confédération. Salon international du Livre

Discours de M. Pascal Couchepin Président de la Confédération. Salon international du Livre B EIDGENÖSSISCHES DEPARTEMENT DES INNERN DÉPARTEMENT FÉDÉRAL DE L'INTÉRIEUR DIPARTIMENTO FEDERALE DELL'INTERNO DEPARTAMENT FEDERAL DA L'INTERN Discours de M. Pascal Couchepin Président de la Confédération

Plus en détail

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires BIM n - 28 juin & 05 juillet 2005 Cécile LAPENU En novembre 2003, deux BIM avaient présenté

Plus en détail

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise?

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? Entretien avec Dominique Mathot, ingénieure chez IBM France - Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? - J exerce un métier d architecte en systèmes d

Plus en détail

Pour une école obligatoire forte

Pour une école obligatoire forte PDC suisse Pour une école obligatoire forte Dégager les potentiels de formation des enfants, encourager la performance et le respect et l épanouissement, exiger le respect de règles et de valeurs Document

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007)

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) La Commission fédérale des banques (CFB) est chargée de veiller au respect des lois régissant les marchés financiers et prend

Plus en détail

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine Session d été Compte rendu de la 2 e semaine 13 juin 2014 L initiative sur les bourses d études va à l encontre de l égalité des chances et doit être refusée. Le contre-projet indirect, qui prend la forme

Plus en détail

WIRINFO. Le magazine pour participants WIR 9/2015

WIRINFO. Le magazine pour participants WIR 9/2015 WIRINFO Le magazine pour participants WIR 9/2015 4 Sophie Favez, présidente du groupe WIR Romandie 8 Vivez le réseau! L événement du 29 octobre 2015 à Lausanne 10 WIR-Economy-Club: un sommet du meuble

Plus en détail

News. Eté 2015. Chères lectrices, chers lecteurs, Bienvenue à notre Newsletter estivale!

News. Eté 2015. Chères lectrices, chers lecteurs, Bienvenue à notre Newsletter estivale! Eté 2015 News Chères lectrices, chers lecteurs, Bienvenue à notre Newsletter estivale! Le 11 juin, lors de notre conférence d experts à Berne, c est le nouveau format d examen 2017 qui a été au centre

Plus en détail

Accord cadre et contrats de prestations avec les organisations missionnaires

Accord cadre et contrats de prestations avec les organisations missionnaires 8 Assemblée des délégué e s des 6 et 7 novembre 2006 à Berne Accord cadre et contrats de prestations avec les organisations missionnaires Propositions L Assemblée des délégués: 1. prend connaissance du

Plus en détail

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public.

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public. Règlement intérieur du Conseil d administration (tel que modifié le 25 août 2014) Les membres du Conseil d administration de Accor (ci-après la «Société») ont souhaité adhérer aux règles de fonctionnement

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

Valiant régularise le passé et se met en condition pour l avenir

Valiant régularise le passé et se met en condition pour l avenir Traduction française en cas de divergence, la version allemande fait foi. Communiqué de presse Berne, le 5 mars 2014 Valiant régularise le passé et se met en condition pour l avenir Bénéfice brut en hausse

Plus en détail

Galerie de portraits d ORPISTES

Galerie de portraits d ORPISTES Galerie de portraits d ORPISTES Christophe Girard - ORPI Girard Immobilier - Romorantin Lanthenay (41) J ai derrière moi une carrière de boxeur de haut niveau : j ai participé entre autres à trois championnats

Plus en détail

STATUTS. du 21 août 1990 (version du 25 avril 2015)

STATUTS. du 21 août 1990 (version du 25 avril 2015) STATUTS du 21 août 1990 (version du 25 avril 2015) Page 2 Statuts BAS Page 3 Statuts BAS I. La société... 4 Art. 1 Raison sociale, siège et durée... 4 Art. 2 But... 4 Art. 3 Capital-actions... 5 Art. 3a

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

Bâle II en Suisse : un atterrissage de précision

Bâle II en Suisse : un atterrissage de précision Conférence de presse du 27 avril 2006 Daniel Zuberbühler, avocat Directeur de la Commission fédérale des banques Bâle II en Suisse : un atterrissage de précision Le rapport annuel de la CFB fournit depuis

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Organisation et personnel

Organisation et personnel Organisation et personnel 94 Conseil d administration et direction 98 Personnel 100 Déménagement de la FINMA au centre de Berne 102 Gouvernance d entreprise 103 Mandataires de la FINMA Conseil d administration

Plus en détail

CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse. 5/6 novembre 2010, Berne

CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse. 5/6 novembre 2010, Berne CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse 5/6 novembre 2010, Berne Impressum: Éditrice : Union syndicale suisse USS 3003 Berne, www.uss.ch, info@sgb.ch Rédaction : Pietro Cavadini Conception graphique

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

ISAS BC 9001 : UN STANDARD UNIVERSEL DE QUALITÉ DU MANAGEMENT POUR LES DIFFUSEURS

ISAS BC 9001 : UN STANDARD UNIVERSEL DE QUALITÉ DU MANAGEMENT POUR LES DIFFUSEURS ISAS BC 9001 : UN STANDARD UNIVERSEL DE QUALITÉ DU MANAGEMENT POUR LES DIFFUSEURS Rapport présenté par Louis BALME Vice-Président de ISAS, Professeur à l Ecole polytechnique de Grenoble Le rôle essentiel

Plus en détail

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Votre Entreprise en Suisse Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Thèmes abordés 1. Présentation 2. Premiers pas, le début d un projet 3. Fonder une société en Suisse 4. Gérer

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 Organisée conjointement par l'union interparlementaire et le Parlement européen Point 2b) de l'ordre du jour provisoire LE VOLET DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Loi suisse sur la profession d avocat: Prise de position des JDS sur le projet de loi de la FSA du 5 février 2012

Loi suisse sur la profession d avocat: Prise de position des JDS sur le projet de loi de la FSA du 5 février 2012 DJS JDS GDS Demokratische Juristinnen und Juristen der Schweiz Schwanengasse 9 Juristes Démocrates de Suisse 3011 Bern Giuristi e Giuriste Democratici Svizzeri Tel 078 617 87 17 Giuristas e Giurists Democratics

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Avant-propos Pour l agglomération du grand Zurich, la place bancaire revêt une importance économique et sociale tout à fait centrale. En particulier parce

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008

RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008 RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008 Version non définitive um Etudiants Entreprises de l UTC 1 Sommaire Introduction... 4 1. Point de vue des étudiants... 4 1.1. Nombre d étudiants...

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

Aperçu de l offre de. formation continue PROGRESS 2015

Aperçu de l offre de. formation continue PROGRESS 2015 Aperçu de l offre de formation continue PROGRESS 2015 PROGRESS vous aide à concrétiser vos objectifs en matière de formation continue. Nous vous fournissons les outils, à vous de continuer à les utiliser

Plus en détail

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés Communication FINMA 35 (2012), 20 février 2012 Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés Einsteinstrasse 2, 3003 Bern Tel. +41 (0)31 327 91 00, Fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch Sommaire

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : K. P. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 136 Appel n o : GE-14-2529 ENTRE : K. P. Appelante Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Avril 2003 Série socio-économique 03-002 Évaluation des investissements de fonds éthiques et socialement responsables dans des projet de logements locatifs abordables pour personnes

Plus en détail

édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous

édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous La transmission d entreprise en 10 questions Introduction La transmission d entreprise constitue une étape importante

Plus en détail

Management de l innovation I: développement et mise en oeuvre

Management de l innovation I: développement et mise en oeuvre Management de l innovation I: développement et mise en oeuvre Congrès INSOS 2011, le 31 août 2011 Dr Regula Ruflin Programme: 1. Qu est-ce que l «Innovation»? 2. Management de l innovation 3. Processus

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

LIBERTE DE L HONORAIRE DE L AVOCAT : CETTE LIBERTE DOIT- ELLE ETRE TOTALE?

LIBERTE DE L HONORAIRE DE L AVOCAT : CETTE LIBERTE DOIT- ELLE ETRE TOTALE? UIA LIBERTE DE L HONORAIRE DE L AVOCAT : CETTE LIBERTE DOIT- ELLE ETRE TOTALE? Le combat pour la liberté de l honoraire va-t-il en sens inverse de la philosophie de la liberté de la défense? D une manière

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Rapport annuel 2013. Suisseculture Kasernenstrasse 23 CH-8004 Zurich T +41 43 322 07 30 E info@suisseculture.ch w suisseculture.ch

Rapport annuel 2013. Suisseculture Kasernenstrasse 23 CH-8004 Zurich T +41 43 322 07 30 E info@suisseculture.ch w suisseculture.ch Rapport annuel 2013 Suisseculture Kasernenstrasse 23 CH-8004 Zurich T +41 43 322 07 30 E info@suisseculture.ch w suisseculture.ch Sommaire 1 Assemblées générales... 3 2 Comité / Présidence... 3 3 Direction...

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Présentation au Comité permanent des finances Chambre des communes

Présentation au Comité permanent des finances Chambre des communes Presentation Standing Committee on Finance Study: Measures to Enhance Credit Availability and the Stability of the Canadian Financial System March 31, 2009 Présentation Comité permanent des finances ÉTUDE

Plus en détail

ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES ANCIENS ÉLÈVES

ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES ANCIENS ÉLÈVES AKAD École Supérieure spécialisée en Banque et Finance SA École supérieure reconnue par la Confédération ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES

Plus en détail

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Chapitre 5 Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Achetez de bonnes actions et gardez-les jusqu à ce qu elles augmentent, ensuite vendez-les. Si elles n augmentent pas,

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Que fait l office de l ombudsman?

Que fait l office de l ombudsman? Que fait l office de l ombudsman? Il tire au clair les différends dans un rôle de médiateur Il ne juge pas et n a pas d activité judiciaire Il donne des renseignements généraux avec retenue Il n est pas

Plus en détail

PV de l assemblée communale du 28 mai 2014 à 20h00

PV de l assemblée communale du 28 mai 2014 à 20h00 Ménières, le 28 mai 2014 PV de l assemblée communale du 28 mai 2014 à 20h00 M. le Syndic Joël Robert souhaite la bienvenue et présente la table du Conseil, la table administrative et excuse Mme Pouget,

Plus en détail

Consultation : révision totale de la loi sur la poste et de la loi sur l organisation de la Poste

Consultation : révision totale de la loi sur la poste et de la loi sur l organisation de la Poste Monsieur le Conseiller fédéral Moritz Leuenberger Dpt fédéral de l environnement, transports, énergie et communication (DETEC) Palais fédéral Nord 3003 Berne Lausanne, le 10 juin 2008 Consultation : révision

Plus en détail

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd Titre premier : Dénomination - Siège - But - Durée Article premier Il est formé, sous la raison sociale «MODEL SA», une société anonyme qui est régie par les présents

Plus en détail

Nouvelle étude : les avantages du contre-projet l emportent

Nouvelle étude : les avantages du contre-projet l emportent Communiqué de presse Mardi 11 décembre 2012 Nouvelle étude : les avantages du contre-projet l emportent Étude comparative du professeur Peter Nobel sur l initiative Minder et le contre-projet Le contre-projet

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 26

CIRCULAIRE D INFORMATION No 26 15 mars 2001 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 26 Mesures urgentes dans le domaine du droit de timbre de négociation : les institutions de prévoyance assimilées aux commerçants de titres 1.

Plus en détail

Rapport de stage au Centre de documentation de Médecins Sans Frontières-Section Suisse

Rapport de stage au Centre de documentation de Médecins Sans Frontières-Section Suisse au Centre de documentation de Médecins Sans Frontières-Section Suisse 12 rue du Lac, 1211 Genève 3 septembre-30 novembre 2001 Anne de Rivaz Haute école de gestion Département HES en Information et documentation

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech "Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises"

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises MARS 2012 11_INT_573 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech "Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises" Rappel Rappel de l'interpellation Le 11 mars 2012,

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Joannie Gagné Printemps 2006. Il y a de cela environ un an, j étais assise chez moi à réfléchir à ma vie. J ai étudié pendant trois ans à Québec en Techniques d éducation

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires. Fédération Internationale de Football Association

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires. Fédération Internationale de Football Association RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général

Plus en détail

117. Free Access To Information And Freedom Of Expression (FAIFE)

117. Free Access To Information And Freedom Of Expression (FAIFE) Date submitted: 19/08/2009 Le contrôle de l Internet dans les bibliothèques russes : qui décide? Irina Trushina Chercheur, Bibliothèque Nationale de Russie Président de la table ronde sur l éthique professionnelle

Plus en détail

Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat. Sommaire exécutif

Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat. Sommaire exécutif Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat Sommaire exécutif Paul Gauthier Richard Guay Michel Magnan Fellow Invité, CIRANO Fellow, CIRANO Fellow, CIRANO ESG-UQÀM JMSB-Concordia Équipe de Direction

Plus en détail

{PRIVATE MAIL MERGE DOCUMENT SEPARATOR}

{PRIVATE MAIL MERGE DOCUMENT SEPARATOR} {PRIVATE MAIL MERGE DOCUMENT SEPARATOR} Label1 08.05.2007 Oren-Olivier Puder Autorisations/Fonds de placement +41 31 322 07 76 Oren-Olivier.Puder@ebk.admin.ch 2007-05-04/263/PUO Aux destinataires selon

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Tout savoir sur la démutualisation du Crédit Mutuel Par Bernard Viboud

Tout savoir sur la démutualisation du Crédit Mutuel Par Bernard Viboud Tout savoir sur la démutualisation du Crédit Mutuel Par Bernard Viboud Voici une Idée simple pour gagner un point annuel de croissance en France, en renforçant le secteur bancaire, en distribuant une richesse

Plus en détail

Position de l ASG sur la révision de la LBA

Position de l ASG sur la révision de la LBA Position de l ASG sur la révision de la LBA L ASG est favorable à ce que la Suisse, en tant que membre fondateur du GAFI et place financière en pointe dans la lutte contre le blanchiment d argent, applique

Plus en détail

FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012. Espoir dans la cité. Les groupes d entraide et de soutien

FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012. Espoir dans la cité. Les groupes d entraide et de soutien TÉMOIGNAGE FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012 Espoir dans la cité Les groupes d entraide et de soutien C est avec enthousiasme et fébrilité que je viens témoigner de ma pratique et de ma passion pour

Plus en détail

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.»

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Septième Tradition «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Des alcooliques qui subviennent à leurs besoins? A-t-on jamais entendu

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail