Licence 2 nde année Jussieu, année 2014/2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Licence 2 nde année Jussieu, année 2014/2015"

Transcription

1 Licence 2 nde année Jussieu, année 2014/2015

2 INTRODUCTION Rappel Dans le cas où système matériel et champ de rayonnement sont en déséquilibre, les interactions entre molécules et photons conduisent à des flux macroscopiques d énergie sous forme de rayonnement.

3 INTRODUCTION Restriction Dans le cadre de ce cours, on se limite aux échanges d énergie radiative entre corps opaques à travers un milieu transparent. Les transferts radiatifs n apparaissent alors dans le bilan d un système qu au niveau des conditions aux limites. N.B.: la généralisation à des media semi-transparents ne sera pas abordée mais sa nécessité sera soulevée lors de l établissement de l Equation du Transfert Radiatif.

4 INTRODUCTION Restriction Dans le cadre de ce cours, on se limite aux échanges d énergie radiative entre corps opaques à travers un milieu transparent. Les transferts radiatifs n apparaissent alors dans le bilan d un système qu au niveau des conditions aux limites. N.B.: la généralisation à des media semi-transparents ne sera pas abordée mais sa nécessité sera soulevée lors de l établissement de l Equation du Transfert Radiatif.

5 INTRODUCTION Restriction Dans le cadre de ce cours, on se limite aux échanges d énergie radiative entre corps opaques à travers un milieu transparent. Les transferts radiatifs n apparaissent alors dans le bilan d un système qu au niveau des conditions aux limites. N.B.: la généralisation à des media semi-transparents ne sera pas abordée mais sa nécessité est soulevée dans le cadre de l établissement de l Equation du Transfert Radiatif.

6 INTRODUCTION Objectif Exprimer le flux surfacique radiatif ϕ R qui intervient dans l expression du flux d énergie à la frontière d un corps opaque. ϕ R est la somme sur tout le spectre de longueurs d onde λ du flux surfacique, défini pour l intervalle spectral [λ, λ+dλ]: exprimer

7 INTRODUCTION Objectif Exprimer le flux surfacique radiatif ϕ R qui intervient dans l expression du flux d énergie à la frontière d un corps opaque. ϕ R est la somme sur tout le spectre de longueurs d onde λ du flux surfacique, défini pour l intervalle spectral [λ, λ+dλ]: exprimer

8 DOMAINE spectral Energie:le rayonnement est constitué de quanta, appelés photons, d énergie hυ (υ: fréquence) Dans ce cours, on considèrera que le rayonnement se propage dans des milieux semi-transparents non-dispersifs d indice absolu n=c/c 0 =1 N.B.: hypothèse valide pour le vide et les gaz transparents tels N 2 et O 2 υ et λ = = ν c 0 0 = c nν c nν sont invariants lors des réflexions et des transmissions dans de tels milieux

9 DOMAINE spectral Energie:le rayonnement est constitué de quanta, appelés photons, d énergie hυ (υ: fréquence) Dans ce cours, on considèrera que le rayonnement se propage dans des milieux semi-transparents non-dispersifs d indice absolu n=c/c 0 =1 N.B.: hypothèse valide pour le vide et les gaz transparents tels N 2 et O 2 υ et λ = = ν c 0 0 = c nν c nν sont invariants lors des réflexions et des transmissions dans de tels milieux

10 DOMAINE spectral Energie:le rayonnement est constitué de quanta, appelés photons, d énergie hυ (υ: fréquence) Dans ce cours, on considèrera que le rayonnement se propage dans des milieux non-dispersifs d indice absolu n=c/ c 0 =1 N.B.: hypothèse valide pour le vide et les gaz transparents tels N 2 et O 2 υ et sont invariants lors des réflexions et des transmissions dans de tels milieux

11 DOMAINE spectral domaine spectral du rayonnement usuel 0,8 à 70 µm (IR) 0,4 à 0,8 µm (visible)

12 FLUX MONOCHROMATIQUE Définition directionnel hémisphérique Grandeur directionnelle: relative à un angle solide dω s étendant autour d une direction orientée par un vecteur unitaire M θ

13 FLUX MONOCHROMATIQUE Définition directionnel hémisphérique A priori, le flux directionnel proportionnel à: d 5 / φ λ doit être la surface apparente ds 1 dans la direction O 1 O 2 : ds 1 cosθ 1 l angle solide dω 1 : ds2 cosθ 2 2 O O 1 la largeur de la bande spectrale d émission [λ,λ+dλ] 2

14 FLUX MONOCHROMATIQUE Définition directionnel hémisphérique A priori, le flux directionnel proportionnel à: d 5 / φ λ doit être la surface apparente ds 1 dans la direction O 1 O 2 : ds 1 cosθ 1 l angle solide dω 1 : ds2 cosθ 2 2 O O 1 la largeur de la bande spectrale d émission [λ,λ+dλ] 2

15 FLUX MONOCHROMATIQUE Définition directionnel hémisphérique A priori, le flux directionnel proportionnel à: d 5 / φ λ doit être la surface apparente ds 1 dans la direction O 1 O 2 : ds 1 cosθ 1 l angle solide dω 1 : ds2 cosθ 2 2 O O 1 la largeur de la bande spectrale d émission [λ,λ+dλ] 2

16 FLUX MONOCHROMATIQUE Définition directionnel hémisphérique A priori, le flux directionnel proportionnel à: doit être la surface apparente ds 1 dans la direction O 1 O 2 : ds 1 cosθ 1 l angle solide dω 1 : la largeur de la bande spectrale d émission [λ,λ+dλ]

17 FLUX MONOCHROMATIQUE Définition directionnel hémisphérique La luminance directionnelle est alors définie comme le coefficient de proportionnalité: / L λ ( O u) 1, N.B.: définition invariante en tout point du trajet O 1 O 2 si le milieu est transparent

18 FLUX MONOCHROMATIQUE Définition directionnel hémisphérique La luminance directionnelle est alors définie comme le coefficient de proportionnalité: N.B.: définition invariante en tout point du trajet O 1 O 2 si le milieu est transparent

19 FLUX MONOCHROMATIQUE Définition directionnel hémisphérique θ O 1 1 dω1 hémisphérique partant de ds 1 : θ φλ = λ 2π λ ( ) θ cos 3 p / p ds2 2 d ds1 d L O1, u cos 1 2 O O u 1 2 dω 1 C.P.: pour un rayonnement isotrope

20 FLUX MONOCHROMATIQUE Définition directionnel hémisphérique O 1 θ 1 hémisphérique partant de ds 1 : u dω 1 C.P.: pour un rayonnement isotrope

21 VECTEUR FLUX RADIATIF directionnel hémisphérique M θ Définition Du point de vue du corps de surface ds 1 : où est le flux émis par ds 1 le flux absorbé par ds 1 Du point de vue du milieu extérieur ce corps: p dϕ λ d λ où est le flux partant de ds 1 i ϕ le flux incident sur ds 1

22 directionnel hémisphérique M VECTEUR FLUX RADIATIF θ n dω Définition Du point de vue du corps de surface ds 1 : où est le flux émis par ds 1 le flux absorbé par ds 1 Du point de vue du milieu extérieur ce corps: où est le flux partant de ds 1 le flux incident sur ds 1

23 directionnel hémisphérique M VECTEUR FLUX RADIATIF θ n dω Définition Du point de vue du milieu extérieur ce corps: p dϕ λ d λ où est le flux partant de ds 1 i ϕ le flux incident sur ds 1 Ainsi

24 directionnel hémisphérique M VECTEUR FLUX RADIATIF θ n Distribution de la luminance dω On peut alors définir la distribution de luminance à partir des luminances partante et incidente: M cosθ>0 cosθ<0 d où

25 directionnel hémisphérique M VECTEUR FLUX RADIATIF θ n Distribution de la luminance dω On peut alors définir la distribution de luminance à partir des luminances partante et incidente: M cosθ>0 cosθ<0 ' L ' L ' p ( M, u) L ( M, u) λ = ' i ( M, u) L ( M, u) λ = λ λ d où

26 VECTEUR FLUX RADIATIF directionnel hémisphérique M n radiatif θ dω On vient ainsi de définir le vecteur flux radiatif : d R ϕλ 4 ( ' dλ L ( M, u) udω) = n π λ N.B.: ce vecteur peut être directement introduit par dénombrement des photons traversant ds 1.

27 VECTEUR FLUX RADIATIF n radiatif directionnel hémisphérique M θ dω On vient ainsi de définir le vecteur flux radiatif : N.B.: ce vecteur peut être directement introduit par dénombrement des photons traversant ds 1.

28 VECTEUR FLUX RADIATIF n radiatif directionnel hémisphérique M θ dω On définit alors le vecteur flux radiatif tel que

29 PROPRIETES RADIATIVES Définitions générales Propriétés radiatives à l équilibre Les phénomènes d absorption, d émission et de réflexion sont caractérisés par des grandeurs s directionnelles, appelées respectivement absorptivité, émissivité et réflectivité. Ces grandeurs dépendent du corps opaque considéré et de l indice n du milieu faisant face au corps opaque.

30 PROPRIETES RADIATIVES Définitions générales Propriétés radiatives à l équilibre Les phénomènes d absorption, d émission et de réflexion sont caractérisés par des grandeurs s directionnelles, appelées respectivement absorptivité, émissivité et réflectivité. Ces grandeurs dépendent du corps opaque considéré et de l indice n du milieu faisant face au corps opaque.

31 PROPRIETES RADIATIVES Propriétés radiatives à l équilibre x ϕ M Absorptivité directionnelle θ n dω Par conservation de l énergie radiative, on peut écrire: où est le flux incident dans dω autour de le flux absorbé par ds 1 le flux réfléchi par ds 1 dans les 2π-stéradians

32 PROPRIETES RADIATIVES Propriétés radiatives à l équilibre x ϕ M Absorptivité directionnelle θ n dω On peut alors définir l absorptivité directionnelle : N.B.:

33 PROPRIETES RADIATIVES Propriétés radiatives à l équilibre x ϕ M Réflectivité directionnelle θ n dω On peut également définir la réflectivité directionnelle : N.B.:

34 PROPRIETES RADIATIVES Propriétés radiatives à l équilibre x ϕ M Absorptivité/réflectivité directionnelle θ n dω Or par conservation de l énergie radiative: D où N.B.: cette relation reste vérifiée même pour un corps opaque hors d équilibre

35 PROPRIETES RADIATIVES Rayonnement d équilibre Postulat: (démontré en physique statistique) Propriétés radiatives à l équilibre Dans un milieu transparent, non-dispersif d indice 1, en équilibre avec les corps opaques avoisinants, il existe un tout point un rayonnement d équilibre. La luminance de ce rayonnement est indépendante de la direction et ne dépend que de la longueur d onde et de la température.

36 PROPRIETES RADIATIVES Loi de Planck La loi dite de Planck donne l expression de cette luminance: 0 Propriétés radiatives à l équilibre B avec h=6, J.s (constante de Planck) k B =1, J/K (constante de Boltzmann) c 0 =2, m/s (célérité du rayonnement dans le vide) N.B.: seule l isothermie du domaine est nécessaire pour aboutir à ce résultat.

37 PROPRIETES RADIATIVES Emissivité directionnelle Propriétés radiatives à l équilibre D après le postulat énoncé, dans des conditions d équilibre à la température T d un système, le flux partant dans dω depuis un élément de surface ds 1 d un corps opaque a pour expression:

38 PROPRIETES RADIATIVES Emissivité directionnelle Propriétés radiatives à l équilibre Or ce flux se compose d un flux émis, caractérisé par la luminance : et d un flux réfléchi dans l angle solide dω en provenance de toutes les directions du demi-espace vu par le corps opaque, tel que:

39 PROPRIETES RADIATIVES Emissivité directionnelle Propriétés radiatives à l équilibre apparaît comme une référence limite pour caractériser la luminance du rayonnement émis par un corps opaque. On définit alors l émissivité directionnelle du corps opaque, telle que: ' ε λ N.B.:

40 PROPRIETES RADIATIVES Emissivité directionnelle x ϕ M θ De même que l on avait défini la réflectivité directionnelle : Propriétés radiatives à l équilibre on peut définir la réflectivité hémisphérique directionnelle d équilibre: représente la réflectivité dans un angle solide élémentaire dω, associé à un rayonnement incident de luminance isotrope.

41 PROPRIETES RADIATIVES Emissivité directionnelle x ϕ M θ Propriétés radiatives à l équilibre Principe de réciprocité d Helmholtz: Or et D où la loi de Kirchhoff (vérifiée par tout système matériel proche de l ETL):

42 PROPRIETES RADIATIVES Propriétés radiatives à l équilibre Cas particulier 1: corps gris Définition: un corps gris est un corps dont les propriétés sont indépendantes de la longueur d onde. Dans ce cas: Ex: plâtre autour de λ=10 µm (i.e. pour des rayonnements issus de sources à faible température): dans le visible (i.e. pour le rayonnement solaire) Application: modélisation par corps gris par bande

43 PROPRIETES RADIATIVES Cas particulier 2: corps à propriétés radiatives isotropes Propriétés radiatives à l équilibre Application: 2 cas limites de validité 1. Parois optiquement lisses ( l rugosité << λ ) profil d émissivité directionnelle stationnaire autour de la direction normale Rayonnement pondérés par cosθ 2 donc éventuellement négligés

44 PROPRIETES RADIATIVES Cas particulier 2: corps à propriétés radiatives isotropes Propriétés radiatives à l équilibre Application: 2 cas limites de validité 1. Parois optiquement lisses ( l rugosité << λ ) 2. Parois rugueuses: à l échelle de la longueur d onde, la distribution des pentes de la paroi est aléatoire. on peut supposer l isotropie

45 PROPRIETES RADIATIVES Propriétés radiatives à l équilibre Cas particulier 3: corps noir Définition: un corps noir est un corps qui absorbe tout rayonnement. Dans ce cas: On en déduit 2 propriétés fondamentales: 1. Aucun rayonnement n est réfléchi par un corps noir 2. Pour un corps noir: Ex: plâtre ou verre au-delà de 3 µm

46 PROPRIETES RADIATIVES Propriétés du rayonnement d équilibre Rappel: B 0 Propriétés radiatives à l équilibre Propriété 1: les courbes ne se croisent pas Propriété 2: à T fixée, une courbe passe par un maximum λ m tel que

47 PROPRIETES RADIATIVES Propriétés du rayonnement d équilibre Rappel: B 0 Propriétés radiatives à l équilibre Propriété 2: à T fixée, une courbe passe par un maximum λ m tel que Application: définition de la plage principale de rayonnement d un corps

48 PROPRIETES RADIATIVES Propriétés du rayonnement d équilibre Rappel: B 0 Propriétés radiatives à l équilibre 98% Propriété 3: en coordonnées normalisées, on obtient une courbe universelle Application: la plage 0,5<x<8 contient 98% de l énergie du rayonnement d équilibre x =

49 PROPRIETES RADIATIVES Propriétés du rayonnement d équilibre Rappel: B 0 Propriétés radiatives à l équilibre 98% Application: la plage 0,5<x<8 contient 98% de l énergie du rayonnement d équilibre Or avec propriété vérifiée pour tout corps opaque proche de l ETL x =

50 PROPRIETES RADIATIVES Luminance totale du rayonnement d équilibre Loi dite de Stefan-Boltzmann: avec la constante de Stefan Signification: le flux total de rayonnement isotrope, incident sur un élément de surface ou partant de cet élément, à l équilibre à la température T, s écrit:

51 CONCLUSIONS En pratique En pratique, pour obtenir le flux total de rayonnement isotrope, on utilise la fonction tabulée Z: Propriétés radiatives à l équilibre N.B.: on cherche généralement 2 1

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

LE CORPS NOIR (basé sur Astrophysique sur Mesure / Observatoire de Paris : http://media4.obspm.fr/public/fsu/temperature/rayonnement/)

LE CORPS NOIR (basé sur Astrophysique sur Mesure / Observatoire de Paris : http://media4.obspm.fr/public/fsu/temperature/rayonnement/) LE CORPS NOIR (basé sur Astrophysique sur Mesure / Observatoire de Paris : http://media4.obspm.fr/public/fsu/temperature/rayonnement/) Le corps noir est... noir D'où vient le terme corps noir? Notons tout

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

La thermographie infrarouge en maintenance prédictive cas du Centre hospitalier Saint-Joseph-Espérance

La thermographie infrarouge en maintenance prédictive cas du Centre hospitalier Saint-Joseph-Espérance La thermographie infrarouge en maintenance prédictive cas du Centre hospitalier Saint-Joseph-Espérance ÉTUDE DE CAS Energie DGTRE SOMMAIRE - LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE EN MAINTENANCE PRÉDICTIVE SOMMAIRE

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS PR. MUSTAPHA ABARKAN EDITION 014-015 Université Sidi Mohamed Ben Abdallah de Fès - Faculté Polydisciplinaire de Taza Département Mathématiques, Physique et Informatique

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome S'impliquer Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité Compétence(s)

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

GAMME UVILINE 9100 & 9400

GAMME UVILINE 9100 & 9400 GAMME UVILINE 9100 & 9400 SPECTROPHOTOMÈTRES UV & VISIBLE NOUVEAU Sipper avec effet peltier Une combinaison intelligente d innovations EXCELLENTE PRÉCISION DE MESURE GRÂCE À UNE OPTIQUE HAUT DE GAMME Gain

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Quelleestlavaleurdel intensitéiaupointm?

Quelleestlavaleurdel intensitéiaupointm? Optique Ondulatoire Plan du cours [1] Aspect ondulatoire de la lumière [2] Interférences à deux ondes [3] Division du front d onde [4] Division d amplitude [5] Diffraction [6] Polarisation [7] Interférences

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Spectrophotomètres. Spectrophotomètres modèle 6700. Les spectrophotomètres Série 67 : 3 modèles uniques

Spectrophotomètres. Spectrophotomètres modèle 6700. Les spectrophotomètres Série 67 : 3 modèles uniques Spectrophotomètres Les spectrophotomètres Série 67 : 3 modèles uniques Forte de son expérience en spectrophotométrie, la société Jenway a mis au point une série de spectrophotomètres nouvelle génération.

Plus en détail

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Panorama de l astronomie 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gilles Theureau, Grégory Desvignes, Lab Phys. & Chimie de l Environement, Orléans Ludwig.klein@obspm.fr,

Plus en détail

1 Thermodynamique: première loi

1 Thermodynamique: première loi 1 hermodynamique: première loi 1.1 Énoncé L énergie d un système isolé est constante, L énergie de l univers est constante, de univers = de syst + de env. = 0 1 L énergie d un système est une fonction

Plus en détail

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation:

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: 1 www.cetime.ind.tn LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: met à votre disposition des compétences et des moyens techniques pour vous assister dans vos démarches d innovation et d

Plus en détail

Mécanique Quantique EL OUARDI EL MOKHTAR LABORATOIRE MÉCANIQUE & ÉNERGÉTIQUE SPÉCIALITÉ : PROCÈDES & ÉNERGÉTIQUE. E-MAIL : dataelouardi@yahoo.

Mécanique Quantique EL OUARDI EL MOKHTAR LABORATOIRE MÉCANIQUE & ÉNERGÉTIQUE SPÉCIALITÉ : PROCÈDES & ÉNERGÉTIQUE. E-MAIL : dataelouardi@yahoo. Mécanique Quantique EL OUARDI EL MOKHTAR LABORATOIRE MÉCANIQUE & ÉNERGÉTIQUE SPÉCIALITÉ : PROCÈDES & ÉNERGÉTIQUE E-MAIL : dataelouardi@yahoo.fr Site Web : dataelouardi.jimdo.com La physique en deux mots

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail

LA TÉLÉDÉTECTION AÉRO-SPATIALE : UNE INTRODUCTION

LA TÉLÉDÉTECTION AÉRO-SPATIALE : UNE INTRODUCTION Claude Kergomard Professeur Ecole Normale Supérieure Paris LA TÉLÉDÉTECTION AÉRO-SPATIALE : UNE INTRODUCTION Cliquez sur les images pour entrer dans le cours Le cours est au format.pdf lisible avec Acrobat

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h Conf 1 : WIFI, les bases 1) Principes de fonctionnement (antennes, fréquences, emetteurs/recepteurs, point d'accés) a) Les grandes classes de fréquences HF, 300 Khz

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉA GÉNÉRAL SUJE PHYSIQUE-CHIMIE Série S DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 h 30 COEFFICIEN : 6 L usage d'une calculatrice ES autorisé Ce sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Ce sujet comporte

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

GAMME UviLine 9100 & 9400

GAMME UviLine 9100 & 9400 Agro-alimentaire/Biotechnologie/Enseignement/Recherche/Santé/Industrie GAMME UviLine 9100 & 9400 Spectrophotomètres UV & Visible Une combinaison intelligente d innovations n Excellente précision de mesure

Plus en détail

Plus de précision. Mesure thermique sans contact : fondements

Plus de précision. Mesure thermique sans contact : fondements Plus de précision Mesure thermique sans contact : fondements 2 Fondements physiques Seul le monde exposé au spectre visible est percevable par l oeil humain. La lumière visible ne constitue qu une petite

Plus en détail

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 0 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND SERGE HAROCHE DAVID WINELAND Le physicien français Serge Haroche, professeur

Plus en détail

Spectrophotométrie. Spectrophotomètre CCD2. Réf : 701 606. Version 1.0. Français p 2. Version : 4105

Spectrophotométrie. Spectrophotomètre CCD2. Réf : 701 606. Version 1.0. Français p 2. Version : 4105 Réf : Version 1.0 Français p 2 Version : 4105 Spectrophotomètre CCD2 1 Avant-propos et description Chère cliente, cher client, nous vous félicitons d'avoir choisi notre Spectrophotomètre CCD2 pour réaliser

Plus en détail

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Enseignement Agro-alimentaire Sciences Chimie Recherche Laboratoires de référence UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Accédez aux meilleures performances grâce à des spécificités optiques supérieures

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information I. Nature du signal I.1. Définition Un signal est la représentation physique d une information (température, pression, absorbance,

Plus en détail

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Année 2006 2007 Table des matières 1 Les grands principes de l optique géométrique 1 1 Principe de Fermat............................... 1 2 Rayons lumineux.

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - PARTIE D. Mesures sur les fibres optiques

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - PARTIE D. Mesures sur les fibres optiques ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - PARTIE D TITRE : Mesures sur les fibres optiques 0 Temps de préparation :... h 5 minutes Temps de présentation devant le jury :.0 minutes Entretien avec le jury :..0 minutes GUIDE

Plus en détail

Chapitre I La fonction transmission

Chapitre I La fonction transmission Chapitre I La fonction transmission 1. Terminologies 1.1 Mode guidé / non guidé Le signal est le vecteur de l information à transmettre. La transmission s effectue entre un émetteur et un récepteur reliés

Plus en détail

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Fiche professeur L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Thème : Observer, ondes et matières Analyse spectrale Type de ressource : Documents de formation en spectroscopies IR et RMN, pistes d activités

Plus en détail

La Fibre Optique J BLANC

La Fibre Optique J BLANC La Fibre Optique J BLANC Plan LES FONDAMENTAUX : LA FIBRE OPTIQUE : LES CARACTÉRISTIQUES D UNE FIBRE : TYPES DE FIBRES OPTIQUES: LES AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS DE LA FIBRE : QUELQUES EXEMPLES DE CÂBLES

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE 18 CHAPITRE III SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE La spectroscopie d absorption dans l UV et le visible est une méthode très commune dans les laboratoires. Elle est basée sur la propriété des

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom?

Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom? Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom? Introduction : Guillaume Ducournau, Christophe Gaquière, Thierry Flamen guillaume.ducournau@polytech-lille.fr Plate-forme PolyCOM,

Plus en détail

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure.

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure. Filtres passe-bas Ce court document expose les principes des filtres passe-bas, leurs caractéristiques en fréquence et leurs principales topologies. Les éléments de contenu sont : Définition du filtre

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Approche d'un projecteur de diapositives...2 I.Questions préliminaires...2 A.Lentille divergente...2 B.Lentille convergente et

Plus en détail

LISACode. Un simulateur opérationnel pour LISA. Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006

LISACode. Un simulateur opérationnel pour LISA. Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006 LISACode Un simulateur opérationnel pour LISA Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006 Plan Rappel sur LISACode. Validation du simulateur. Possibilités du simulateur. Résultats obtenus. Bruit de confusion.

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

Les objets très lointains

Les objets très lointains Les objets très lointains Lorsque les étoiles sont proches il est possible de mesurer la distance qui nous en sépare par une méthode dite abusivement directe, la trigonométrie, qui permet de déduire les

Plus en détail

5.2 Théorème/Transformée de Fourier a) Théorème

5.2 Théorème/Transformée de Fourier a) Théorème . Théorème de Fourier et Transformée de Fourier Fourier, Joseph (788). Théorème/Transformée de Fourier a) Théorème Théorème «de Fourier»: N importe quelle courbe peut être décomposée en une superposition

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. Durant la vie de l

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 PHOTO PLAISIRS La Lumière Température de couleur & Balance des blancs Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 Blanc Infrarouge Flash Température Lumière RVB Couleur chaude Couleur Couleur Couleur Incandescente

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

ANNEXE 2 L ACOUSTIQUE

ANNEXE 2 L ACOUSTIQUE ANNEXE 2 L ACOUSTIQUE LE BRUIT DÉFINITION Niveaux de l ambiance sonore résultant des activités Bruit admissible et confort à l intérieur L ISOLATION ACOUSTIQUE L INDICE D AFFAIBLISSEMENT ACOUSTIQUE PONDÉRÉ

Plus en détail

III.2 SPECTROPHOTOMÈTRES

III.2 SPECTROPHOTOMÈTRES instrumentation III.2 SPECTROPHOTOMÈTRES Spectrophotomètres UV/visibles 2 à 4 Spectrophotomètres visibles 5 à 7 0100100100100100011100110100100100100100 110100100100100100 011100110100100100100100 00100100100100011100110100100100100100

Plus en détail

La force d une C. Coopérative. oopérative. l énergie réfléchie durablement. Fabrication Française de panneaux et solutions photovoltaïques.

La force d une C. Coopérative. oopérative. l énergie réfléchie durablement. Fabrication Française de panneaux et solutions photovoltaïques. l énergie réfléchie durablement La force d une C Coopérative oopérative Bi-verre MegaSlate Cadré B R I C AT FA IO N FR Fabrication Française de panneaux et solutions photovoltaïques A NÇ AISE L avenir

Plus en détail

Le four solaire modèle BISS

Le four solaire modèle BISS Réchou Léopold 1 ère S-SVT Touchard Léo Tanghe Maxime Le four solaire modèle BISS Comment tout est mis en œuvre dans un four solaire pour atteindre une température optimale? Lycée Jacques de Vaucanson

Plus en détail

Simulation des capteurs de flux thermique. Guillaume Dauster 7 mai 2014

Simulation des capteurs de flux thermique. Guillaume Dauster 7 mai 2014 Simulation des capteurs de flux thermique Guillaume Dauster 7 mai 2014 1 Table des matières 1 Introduction.................................... 4 2 Rappels de radiométrie............................. 5

Plus en détail