Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES"

Transcription

1 RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES Disciplines : ECONOMIE &GESTION Septembre 2005

2 Programme d Économie Statut de la matière Objectifs généraux Démarches pédagogiques Structure du programme Programme Programme de Gestion Statut de la matière Démarche pédagogique Objectifs généraux Programme /18

3 3/18

4 STATUT DE LA MATIERE L enseignement de l économie dispensé aux élèves à partir de la 2 e année secondaire «Économie et Services» se poursuit durant deux ans dans les sections «Économie et Gestion» et «Commerce et Affaires». Cet enseignement contribue à la formation générale de l élève en lui faisant acquérir des méthodes et des modes de pensée qui développent son sens de l observation, sa capacité d analyse, son esprit critique et la rigueur intellectuelle. Il vise à mettre les élèves en mesure de mieux comprendre leur environnement et d acquérir des concepts fondamentaux en vue de les préparer à poursuivre leurs études universitaires. Cet enseignement associe les apports de plusieurs disciplines (gestion, géographie, mathématiques, informatique, langues) dans une perspective d interdisciplinarité afin d assurer un enseignement intégré. 4/18

5 OBJECTIFS GENERAUX Le programme d économie en 2 e année «Économie et Services» s articule autour de l étude du consommateur, du producteur et des autres acteurs de l activité économique (l Etat, les banques et l extérieur). Il vise à amener les élèves à percevoir des relations d interdépendance entre ces acteurs et à les synthétiser à travers la représentation d un circuit économique. Ce programme conçu dans un objectif d initiation à l économie doit permettre aux élèves : - d appréhender leur environnement et d accéder à une compréhension élémentaire du fonctionnement de l activité économique ; - de développer leur aptitude à utiliser un vocabulaire économique adéquat ; - d exploiter l information économique ; - d acquérir des habiletés méthodologiques ; - de développer leur réflexion critique en prenant appui sur des exemples concrets et sur la connaissance des notions de base ; - d intégrer les TIC ; - d éclairer le choix d orientation qu ils vont faire à la fin de l année scolaire. 5/18

6 DEMARCHES PEDAGOGIQUES - L enseignement de l économie doit recourir à des méthodes pédagogiques adaptées aux objectifs du programme et au niveau des élèves qui doivent être placés au centre de l action éducative. Il est nécessaire de conduire les activités d apprentissage par des méthodes actives afin de rendre les élèves capables de construire leurs savoirs. L effort personnel des élèves à organiser leurs connaissances favorise leur autonomie et leur capacité à s auto évaluer. - L enseignant doit favoriser le développement des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être à travers des apprentissages appropriés. - Pour stimuler la motivation des élèves, il est recommandé de s appuyer sur des situations significatives et de favoriser l ouverture sur leur environnement. L enseignant peut recourir à des démarches variées mais qui ne doivent jamais être abstraites. Ces démarches privilégient l observation de l environnement. - Le travail sur documents devra constituer la base des activités des élèves. L enseignant doit veiller au choix de documents variés (textes, tableaux statistiques, graphiques, cartes, images, supports audio-visuels, etc.) et pertinents. - L enseignant favorise le travail des élèves qui peut être collectif, en groupes ou individuel. - L enseignant se doit d initier les élèves à la prise de notes et d adopter une méthode appropriée pour favoriser cet apprentissage. - L évaluation en général et l évaluation formative en particulier responsabilisent l élève en le renseignant sur ses points forts et ses points faibles. Elles conduisent à vérifier le degré de maîtrise des savoirs et des savoir-faire des élèves et permettent à l enseignant de réguler son enseignement. 6/18

7 STRUCTURE DU PROGRAMME Le programme d économie conçu pour les élèves de 2 e année «Économie et Services» est présenté sous forme d un tableau à 4 colonnes : - La première colonne précise les objectifs spécifiques pour chaque thème. - La seconde colonne énonce le contenu disciplinaire relatif aux trois thèmes (le consommateur, le producteur et les autres acteurs économiques) et à une synthèse portant sur la construction du circuit économique. - La troisième colonne donne des indications complémentaires à l intention des enseignants afin de les orienter dans la mise en œuvre du programme. Elle délimite le contenu et fournit un ensemble de recommandations pédagogiques. - La dernière colonne prévoit une charge horaire indicative pour chaque partie. 7/18

8 PARTIE I : LE CONSOMMATEUR (22 H) Objectifs spécifiques Contenu Indications complémentaires Durée indicative - Identifier les besoins - Caractériser les besoins - Classifier les besoins I - Les besoins 1) Définition 2) Caractéristiques 3) Classification - A partir d exemples signifiants, dégager la notion de besoins. - Initier les élèves à exploiter des documents simples et diversifiés. Cette méthodologie devra être consolidée tout au long de leur apprentissage. 4 H - Identifier les biens - Caractériser les biens - Classifier les biens II - Les biens 1) Définition 2) Caractéristiques 3) Classification - A partir d exemples signifiants, dégager la notion de biens économiques. - Distinguer les différents biens économiques : * selon leur nature * selon leur durée * selon leur mode d appropriation 4 H - Distinguer les différentes sortes de revenus - Mettre en évidence la notion de pouvoir d achat III - Les revenus 1) Les différentes sortes de revenus 2) Revenu nominal et revenu réel - Présenter, à partir d exemples, les différentes sortes de revenus (salaire, loyer, intérêt, profit et revenus de transfert) - A partir de situations simples, distinguer le revenu nominal du revenu réel 3 H 8/18

9 Objectifs spécifiques Contenu Indications complémentaires Durée indicative - Identifier la consommation - Mesurer la consommation en se référant aux propensions moyenne et marginale à consommer - Etudier la structure de la consommation - Constater l évolution quantitative et qualitative de la consommation IV - La consommation 1) Définition 2) Mesure 3) Structure de la consommation 4) Evolution de la consommation - Se limiter à la notion de consommation finale - Tenir compte des consommations marchandes et non marchandes - Repérer l autoconsommation - Calculer et interpréter les propensions moyenne et marginale à consommer - Calculer et interpréter les coefficients budgétaires - Se référer aux notions de niveau de vie et de mode de vie pour constater l évolution de la consommation 7H - Identifier l épargne - Mesurer l épargne - Mettre en évidence les motivations de l épargne V - L épargne 1) Définition 2) Mesure 3) Motivations de l épargne - Calculer et interpréter les propensions moyenne et marginale à épargner - Se limiter aux motivations suivantes : consommation différée, précaution, et accumulation 4H 9/18

10 Partie II : LE PRODUCTEUR ( 20 H ) Objectifs spécifiques Contenu Indications complémentaires I - La production Durée indicative - Identifier la production. - Distinguer la production marchande de la production non marchande. - Présenter les différents secteurs économiques. - Identifier le travail et le capital en tant que facteurs de production. 1) Définition de la production 2) Les différents secteurs de l activité économique 3) Les facteurs de production a) Travail b) Capital - Illustrer par des exemples les biens et les services réalisés par les acteurs producteurs. - Amener l élève à repérer, à partir d exemples tirés de son environnement, les secteurs primaire, secondaire et tertiaire. - Illustrer par des exemples diversifiés, les facteurs de production (ressources naturelles, humaines, techniques et financières. - Amener l élève à percevoir l importance de la qualification de la main d œuvre pour l activité de production. - Distinguer les biens d équipement des biens de consommation intermédiaire. - Amener l élève à constater que les équipements mis à la disposition des producteurs sont de plus en plus performants. 10 H - Définir l investissement - Distinguer les différentes formes d investissement 4) L investissement a) Définition b) Différentes fortes d investissement - Classer les investissements : * Selon leur nature * Selon leur utilisation * Selon l acteur investisseur (investi-ssement privé / public, national / étranger) 10/18

11 Objectifs spécifiques Contenu Indications complémentaires II- La combinaison des facteurs de production Durée indicative - Mettre en évidence le caractère complémentaire et substituable des facteurs de production. - Repérer parmi les combinaisons possibles celles qui sont efficaces. - Déterminer parmi les combinaisons efficaces la combinaison optimale. 1) Présentation 2) Pluralité des combinaisons 3) Choix des combinaisons efficaces 4) Choix de la combinaison optimale - Se baser sur des applications pour repérer les combinaisons efficaces. - Ne pas étudier la structure des coûts. 6H III- La mesure de la production - Evaluer la production en volume. - Evaluer la production en en valeur. - Identifier la valeur ajoutée en tant que contribution du producteur à la création de richesses. 1) Production en termes physiques 2) Production en termes monétaires 3) Valeur ajoutée - Présenter la valeur ajoutée à partir d exemples simples. - Calculer la valeur ajoutée sans se référer à son évaluation nette. 4H 11/18

12 PARTIE III : LES AUTRES ACTEURS ECONOMIQUES ( 18 H) Objectifs spécifiques Contenu Indications complémentaires I - L Etat - Présenter, à partir d exemples, les recettes de 1) Les recettes de l Etat l Etat. - Sur la base d exemples, présenter les dépenses de 2) Les dépenses de l Etat l Etat en matière de fourniture de services collectifs et de mise en place d une infrastructure de base. - Illustrer par des exemples les principales actions de l Etat pour stimuler les investissements (avantages 3) Rôle de l Etat pour fiscaux, subventions, allègements des charges encourager le producteur sociales notamment) - Présenter à partir d exemples simples les actions de l Etat dans la protection du pouvoir d achat du 4) Rôle de l Etat pour protéger consommateur et dans l établissement des normes le consommateur sanitaires et de qualité. - Identifier les recettes de l Etat. - Identifier les dépenses de l Etat. - Présenter les principales actions entreprises par l Etat pour encourager le producteur. - Présenter les principales actions de l Etat pour protéger le consommateur. Durée indicative 6 H II - Les banques - Présenter le rôle des banques dans la collecte de l épargne et dans l octroi de crédits - Présenter les principales fonctions de la Banque Centrale 1) Rôle des banques 2) Rôle de la Banque Centrale a) Banque d émission b) Banque de l Etat c) Banque des banques - Montrer à partir d exemples que les crédits octroyés par les banques peuvent être des crédits à la consommation et des crédits à la production - Présenter simplement les fonctions de la Banque Central 6 H 12/18

13 Objectifs spécifiques Contenu Indications complémentaires Durée indicative - Constater que les producteurs et les consommateurs entretiennent des relations avec l étranger. - Définir les importations et les exportations de biens et services. - Présenter les effets des échanges extérieurs de marchandises sur le consommateur. - Présenter les effets des échanges extérieurs de marchandises sur le producteur. III - L extérieur 1) Définitions a) Les importations b) Les exportations 2) L impact des échanges extérieurs de marchandises sur le consommateur 3) L impact des échanges commerciaux sur le producteur - Ne pas évoquer les évaluations CAF et FOB des importations et des exportations. - Montrer, à partir d exemples simples, que les échanges extérieurs de marchandises présentent des avantages pour le producteur et le consommateur. - Montrer, à partir d exemples simples qu ils génèrent aussi des effets négatifs sur le consommateur et le producteur. 4 H - Identifier les flux réels et les flux monétaires. - Mettre en évidence l interdépendance des acteurs économiques. - Présenter le circuit économique. IV - LE CIRCUIT ECONOMIQUE La construction du circuit économique permettra d établir une synthèse des relations entre les différents acteurs économiques. 2 H 13/18

14 14/18

15 STATUT DE LA MATIÈRE La matière gestion, considérée comme matière spécifique, revêt une importance capitale dans l ensemble des enseignements. En effet, elle vise à sensibiliser l élève au concept «gestion» et à l amener à prendre conscience de la place de la gestion dans l entreprise. Le programme de la matière gestion est conçu de manière à consolider la formation générale de l élève en l initiant aux concepts spécifiques de la gestion et à la prise de décision. La formation ainsi obtenue par l élève l éclairera davantage sur l orientation vers l une des deux sections : - Economie et gestion ; - Commerce et affaires. Démarche pédagogique L enseignement de la gestion en deuxième année nécessite l adoption d une démarche pédagogique active visant à faire découvrir par l élève les vérités nouvelles préconisés par le programme. La démarche active en question se base essentiellement sur les activités permettant à l enseignant d atteindre les objectifs préétablis. Objectifs généraux L enseignement de la gestion en deuxième année vise à : - sensibiliser les élèves à l universalité de la gestion ; - initier les élèves au concept d entreprise et ceux de gestion ; - amener les élèves à percevoir l importance de l information au sein de l entreprise ; - initier les élèves à quelques outils exploités par le gestionnaire (comptabilité, mathématiques financières, informatique ) - développer les capacités d analyse et d interprétation des élèves et les initier aux décisions importantes que peut prendre l entreprise (Achat, production, vente ) 15/18

16 Programme Thèmes Contenu Objectifs Recommandations Durée I Introduction à la gestion II L entreprise : centre de décisions - Définition de la gestion - Finalités de la gestion - Concepts fondamentaux - Tâches du gestionnaire - Outils de la gestion (comptabilité financière, mathématiques financières, statistiques, informatique) - Notion d opportunité. 1- Présentation de l entreprise : - Définition - Rôles - Classification - Fonctions 2- Les partenaires de l entreprise : - Identification des partenaires - Relations de l entreprise avec ses partenaires 3- L information dans l entreprise - Caractéristiques de l information - Collecte - Saisie - Traitement - Synthèse - Circulation de l information 4- Prise de décision L élève doit être capable de : - définir la notion de gestion et ses finalités ainsi que la notion d opportunité. - identifier les contraintes qui s imposent au gestionnaire et les outils auxquels il peut faire recours. - définir l entreprise en tant qu entité économique de base. - identifier les principales fonctions de l entreprise. - situer l entreprise dans son environnement et identifier ses partenaires. - Identifier les caractéristiques de l information et les étapes à suivre pour en établir la synthèse. - Identifier les informations nécessaires à la prise des décisions. - A l aide d un support (texte, cas, etc.) et du mot clé «gérer», amener les élèves à atteindre les objectifs visés. - Etudier sommairement et brièvement le processus comptable (opération, flux, compte, journal,) - Prendre appui sur des exemples et des cas réels. - Se limiter aux classifications selon la forme juridique et la nature de l activité. - Présenter les différentes fonctions de l entreprise sous forme de schéma. 12 h 16 h 16/18

17 Thèmes Contenu Objectifs Recommandations Durée III Décisions d achat IV Décisions de Production Processus d achat : - identification des besoins ; - recherche, consultation, négociation et choix des fournisseurs ; - passation de la commande ; - suivi et réception de la commande, fiche de stock ; - réception, saisie et règlement de la facture. 1. Processus de production : - description schématisée de l activité industrielle (étapes) 2. organisation de la production : - choix des produits - choix de la possibilité de production (réaliser elle-même ou faire produire) - choix du procédé de production 3. contrôle de la production : - notion de coût - éléments constitutifs du coût - notion de résultat - choix de produit à fabriquer - Amener l élève à exprimer les besoins de l entreprise et à choisir les fournisseurs - Distinguer les documents liés à l opération d achat - élaborer un processus de fabrication d un produit - distinguer entre biens et services - choisir une possibilité de fabrication selon les contraintes - choisir un procédé de production (à l unité, par lots ) - distinguer les différents coûts - définir et déterminer le résultat - choisir un produit en se basant sur le coût ou sur le résultat - Varier les supports 10 h - Prévoir des cas simples 8 h 17/18

18 Thèmes Contenu Objectifs Recommandations Durée V Décisions liées au personnel de l entreprise VI Décisions de ventes VII Décisions d investisse ment et de financement Recrutement Rémunération du personnel Processus de vente : - Prévision des ventes (étude du marché, analyse du produit) - Provocation des ventes (prix, produit, promotion, publicité, distribution) - Réalisation et suivi des ventes. - Saisie et recouvrement des ventes 1- Opérations d investissement : - Acquisition - Saisie comptable 2- Opérations de financement : - Sources et choix de financement - Saisie comptable - saisir l importance de l opération de recrutement et de rémunération du personnel - distinguer les différentes étapes de l opération de vente - apprécier l importance de la saisie et du recouvrement des ventes. - identifier les caractéristiques de l investissement et du financement. - distinguer entre acheter et acquérir. - distinguer entre financement interne et externe - Enumérer les différentes composantes d un bulletin de paie. - Elaboration d un bulletin de paie (Exemple chiffré simplifié) - Montrer à l élève l importance de la prévision en matière des ventes et les différentes étapes de l action commerciale qui en découle. - Se baser sur un exemple simple sans recourir aux calculs financiers. - Procéder à une saisie comptable simple. 4 h 8 h 6 h 18/18

PROGRAMMES D ÉCONOMIE

PROGRAMMES D ÉCONOMIE RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE Objectif général L objectif général de ce programme de développement est d atteindre une production de qualité, de 1000 tonnes de café marchand,

Plus en détail

C A R R I È R E S J U R I D I Q U E S

C A R R I È R E S J U R I D I Q U E S 6 Le B.O. N 7 C A R R I È R E S J U R I D I Q U E S S O M M A I R E AVANT-PROPOS 1- Objectifs 2- Débouchés professionnels 3- Structure de la formation proposée 4- Organisation des études PROGRAMME A- MATIÈRES

Plus en détail

Formation BTS Comptabilité et Gestion

Formation BTS Comptabilité et Gestion Formation BTS Comptabilité et Gestion épreuve 1 - Culture générale et expression Culture générale et expression Guide pédagogique Présentation de la matière Conseils pour travailler la matière avec Comptalia

Plus en détail

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE 1. Contexte - travail scolaire et projet éducatif Le travail scolaire occupe une place de choix dans le projet éducatif de Beaubois,

Plus en détail

CMTC CODE : TAG 0721

CMTC CODE : TAG 0721 R é p u b l i q u e Al g é r i e n n e D é m o c r a t i q u e e t P o p u l a i r e Ministère de la Formation et de l enseignement Professionnels Institut National de la Formation المعھد الوطني للتكوين

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2008 NOTE Le présent document prend effet à compter du 15 août 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE STRATEGIE ET PLAN DE COMMUNICATION 3 ème PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT DES EXPORTATIONS

TERMES DE REFERENCE STRATEGIE ET PLAN DE COMMUNICATION 3 ème PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT DES EXPORTATIONS TERMES DE REFERENCE STRATEGIE ET PLAN DE COMMUNICATION 3 ème PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT DES EXPORTATIONS 1 - Description du projet : Le Troisième Programme de Développement des Exportations (PDE3), exprime

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3244 Convention collective nationale IDCC : 1505. COMMERCE DE DÉTAIL DES FRUITS ET LÉGUMES, ÉPICERIE ET

Plus en détail

Certificat en administration

Certificat en administration 4 1 2 2 Certificat en administration PROGRAMME POUR LES PREMIÈRES NATIONS Un certificat est un ensemble de 10 cours de 45 heures chacun. En plus des heures en classe, les étudiants doivent prévoir des

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2012 NOTE Le présent document prend effet à compter du 1 er avril 2012 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

eduscol Sciences économiques et sociales Enseignement d'exploration

eduscol Sciences économiques et sociales Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Sciences économiques et sociales Enseignement d'exploration L'organisation de la

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION

Sciences de Gestion Spécialité : RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION Sciences de Gestion Spécialité : RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion PRESENTATION GENERALE 1. La spécialité «Ressources

Plus en détail

PROGRAMMES D ÉCONOMIE

PROGRAMMES D ÉCONOMIE RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES D ÉCONOMIE 3 ème

Plus en détail

Master Management et Administration des Entreprises Syllabus

Master Management et Administration des Entreprises Syllabus Ce descriptif de cours est donné à titre indicatif et est susceptible d être modifié selon les besoins de formation des étudiants. Objectifs de la formation en management et administration des entreprises

Plus en détail

Programme d'enseignement de sciences économiques et sociales en classe de seconde générale et technologique

Programme d'enseignement de sciences économiques et sociales en classe de seconde générale et technologique Spécial Bulletin officiel spécial n 4 du 29 avril 2010 Enseignement d exploration Programme d'enseignement de sciences économiques et sociales en classe de seconde générale et technologique NOR : MENE1007270A

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ENSEIGNEMENT DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ENSEIGNEMENT DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ENSEIGNEMENT DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE Administration Générale de l Enseignement et de la Recherche Scientifique Service général des Affaires pédagogiques, de la Recherche

Plus en détail

IR LA TÊTE À L EMP O LO AV I 32E CONGRÈS-JEUNES THÉMATIQUE NATIONALE

IR LA TÊTE À L EMP O LO AV I 32E CONGRÈS-JEUNES THÉMATIQUE NATIONALE AVOIR LA TÊTE À L EMPLOI 32 E CONGRÈS-JEUNES THÉMATIQUE NATIONALE RÉSOLUTIONS - THÉMATIQUE NATIONALE 2014 La tête à l emploi pour un système d éducation plus performant Gouvernement du Québec s emploie

Plus en détail

SOMMAIRE. B) L interdépendance des agents économiques : flux économiques et marchés 1) Les flux économiques 2) Les différents marchés

SOMMAIRE. B) L interdépendance des agents économiques : flux économiques et marchés 1) Les flux économiques 2) Les différents marchés SOMMAIRE I) Introduction II) Le circuit économique A) Les agents économiques et leurs opérations 1) Les agents économiques 2) économiques B) L interdépendance des agents économiques : flux économiques

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 Avis du 8 septembre 2010 I. Introduction a. Absence de cadre conceptuel

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/POFEGTP/N2004-2016 Date : 16 FEVRIER 2004

NOTE DE SERVICE DGER/POFEGTP/N2004-2016 Date : 16 FEVRIER 2004 1 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Sous-Direction de la Politique des Formations de l Enseignement

Plus en détail

Direction des ressources humaines Document d information

Direction des ressources humaines Document d information Direction des ressources humaines Document d information Le projet de modernisation de la gestion de la rémunération des cadres et professionnels sur fonds courant 19 janvier 2007 1. Rappel du projet de

Plus en détail

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020»

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Introduction L Europe est au carrefour de ses propres ambitions. Le choix des voies

Plus en détail

Table des matières CHAPITRE INTRODUCTIF... 3

Table des matières CHAPITRE INTRODUCTIF... 3 Table des matières CHAPITRE INTRODUCTIF... 3 I- Naissance et développement de la comptabilité nationale : remise en perspective historique... 3 A- Evolution de la pensée économique jusqu à la naissance

Plus en détail

WWW.SENEGALPAPERLESSTRADE.COM DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DU PILOTE DE LA DEMATERIALISATION DES PROCEDURES DU COMMERCE EXTERIEUR AU SENEGAL

WWW.SENEGALPAPERLESSTRADE.COM DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DU PILOTE DE LA DEMATERIALISATION DES PROCEDURES DU COMMERCE EXTERIEUR AU SENEGAL WWW.SENEGALPAPERLESSTRADE.COM DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DU PILOTE DE LA DEMATERIALISATION DES PROCEDURES DU COMMERCE EXTERIEUR AU SENEGAL Avec le soutien de : SEPTEMBRE 2010 SOMMAIRE A- LE PROJET «PAPERLESS

Plus en détail

CERTIFICAT D APTITUDES PEDAGOGIQUES : ATELIER D EXPRESSION FRANCAISE ORIENTEE VERS L ENSEIGNEMENT

CERTIFICAT D APTITUDES PEDAGOGIQUES : ATELIER D EXPRESSION FRANCAISE ORIENTEE VERS L ENSEIGNEMENT MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE D'ENSEIGNEMENT CERTIFICAT D APTITUDES PEDAGOGIQUES

Plus en détail

Direction générale de l enseignement supérieur BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR. Concepteur en art et industrie céramique

Direction générale de l enseignement supérieur BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR. Concepteur en art et industrie céramique Direction générale de l enseignement supérieur BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR Concepteur en art et industrie céramique SOMMAIRE GÉNÉRAL Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance

Plus en détail

Articulation politique régionale RSE. et PRIDES

Articulation politique régionale RSE. et PRIDES Articulation politique régionale RSE et PRIDES Direction de l Economie Régionale, de l Innovation et de l Enseignement Supérieur (DERIES) Mission PRIDES 3 juin 2015 La Région, convaincue que la RSE constitue

Plus en détail

Comptabilité de gestion. Evaluation sur les définitions 10 Fev. 2014

Comptabilité de gestion. Evaluation sur les définitions 10 Fev. 2014 Promo 2016 Comptabilité de gestion Evaluation sur les définitions 10 Fev. 2014 1. Pourquoi mesurer des coûts de revient dans une entreprise? Un bon système de coût doit permettre d améliorer significativement

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL

Plus en détail

CRITERES DE SELECTION PO FSE ETAT MARTINIQUE 2014-2020 Version consolidée par le CSI du 27 Novembre 2015

CRITERES DE SELECTION PO FSE ETAT MARTINIQUE 2014-2020 Version consolidée par le CSI du 27 Novembre 2015 l CRITERES DE SELECTION PO FSE ETAT MARTINIQUE 2014-2020 Version consolidée par le CSI du 27 Novembre 2015 Le Programme Opérationnel (PO) FSE Martinique Etat 2014-2020 adopté par la Commission européenne

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ÉTAPE SUR L EVALUATION AU 31 DÉCEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

CADRE LOGIQUE DU FONCTIONNEMENT DES STRUCTURES DU MOUVEMENT SPORTIF SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE NATIONAL

CADRE LOGIQUE DU FONCTIONNEMENT DES STRUCTURES DU MOUVEMENT SPORTIF SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE NATIONAL MINISTERE DE LA PROMOTION DE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DES LOISIRS Union-Discipline-Travail --------------------- ------------- OFFICE IVOIRIEN DES SPORTS SCOLAIRES ET UNIVERSITAIRES

Plus en détail

Développement professionnel. Conférence de mai 2010 OFFT Formation professionnelle

Développement professionnel. Conférence de mai 2010 OFFT Formation professionnelle Développement professionnel Conférence de mai 2010 OFFT Formation professionnelle Situation initiale (1) «Ancienne organisation» de la formation professionnelle supérieure en marketing, vente, communication

Plus en détail

Objet : Interprétation relative à la TPS Interprétation relative à la TVQ Services financiers Courtier en prêt d argent N/Réf.

Objet : Interprétation relative à la TPS Interprétation relative à la TVQ Services financiers Courtier en prêt d argent N/Réf. Direction principale des lois sur les taxes et l administration fiscale et des affaires autochtones Québec, le 27 août 2014 ***** Objet : Interprétation relative à la TPS Interprétation relative à la TVQ

Plus en détail

Réunions du Conseil International du Cacao et des organes subsidiaires de l ICCO

Réunions du Conseil International du Cacao et des organes subsidiaires de l ICCO Réunions du Conseil International du Cacao et des organes subsidiaires de l ICCO Zurich du 10 au 14/03/2014 Hôtel RADISON BLU Pierre Etoa Abena CT1 ONCC/NCCB Le travail d actualisation du Plan 2002 qui

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC)

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC) DEPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Service de l enseignement spécialisé et de l appui à la formation (SESAF) Unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire

Plus en détail

Fiche 1 Les bases de la comptabilité nationale

Fiche 1 Les bases de la comptabilité nationale Fiche 1 Les bases de la comptabilité nationale Problématiques En quoi le système de comptabilité nationale est-il une convention? Les déterminants de l équilibre ressources-emplois Comment mesurer l activité

Plus en détail

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE

Plus en détail

Initiative Accès à l Assurance

Initiative Accès à l Assurance Initiative Accès à l Assurance Programme mondial pour la promotion de cadres de réglementation et de contrôle sains Consultation téléphonique A2ii-AICA : 24 septembre 2015 Education financière des consommateurs

Plus en détail

RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION

RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION Convention Collective Nationale de l Expédition- Exportation de fruits et légumes (CCN N 3233) 1. MANAGEMENT Animer et gérer les ressources

Plus en détail

Pilotage de la date comptable

Pilotage de la date comptable Guide méthodologique destiné aux gestionnaires financiers Opérations de fin k d exercice Pilotage de la date comptable Direction des Finances/Agence Comptable 11/12/2012 1 Introduction Préambule Contrairement

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER DE LA FEDERATION SPORTIVE ET CULTURELLE DE FRANCE

REGLEMENT FINANCIER DE LA FEDERATION SPORTIVE ET CULTURELLE DE FRANCE REGLEMENT FINANCIER DE LA FEDERATION SPORTIVE ET CULTURELLE DE FRANCE 22, rue Oberkampf 75011 PARIS Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Reconnue d utilité publique par décret du 31 mars 1932

Plus en détail

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE

Plus en détail

Examen du CES Révision Comptable Session de contrôle CORRIGE INDICATIF

Examen du CES Révision Comptable Session de contrôle CORRIGE INDICATIF REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Année Universitaire 2011/2012 Epreuve : Gestion Intégrée Durée : 4 heures Ce corrigé contient 8 pages Examen

Plus en détail

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE Direction de l'évaluation des dispositifs médicaux Département Surveillance du Marché Unité évaluation et contrôle du marché des dispositifs médicaux Dossier suivi par Pascal Di Donato Email: pascal.di-donato@afssaps.sante.fr

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN Avril 2014 I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC, bras financier de la CEDEAO, est une institution financière internationale appartenant aux 15

Plus en détail

Activités informatiques

Activités informatiques Développement d un Système d Informations Statistiques sur les Entreprises (SISE) en Tunisie Documentation technique finale Activités informatiques Contrat de Jumelage n TU/07/AA/OT/02 Sommaire 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Chapitre IV : Composantes du résultat

Chapitre IV : Composantes du résultat Chapitre IV : Composantes du résultat Une fois ses investissements réalisés et le cadre de son activité créé, l entreprise débute son exploitation. Elle engage des dépenses et reçoit en contrepartie des

Plus en détail

Courriel:hugues.drouin@globetrotter.net Site web du département: http//tad.cegepbceapp.qc.ca Discipline: Administration

Courriel:hugues.drouin@globetrotter.net Site web du département: http//tad.cegepbceapp.qc.ca Discipline: Administration SESSION AUTOMNE 2010 PROGRAMME DE TECHNIQUE DE COMPTABILITÉ ET DE GESTION 410.BA PLAN DE COURS Titre du cours: L entreprise et le monde No du cours: 401-300-BA Préalable: aucun Pondération: 2-1-3 Code

Plus en détail

7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008. Conclusions du Président

7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008. Conclusions du Président PARTENARIAT EUROMED DOC. DE SÉANCE N : 203/08 [FR] EN DATE DU : 03.07.2008 ORIGINE : GSC 7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008 Conclusions du Président La 7ème

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre Les chiffres du MEDEF Octobre 216 Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF octobre 216 1 SOMMAIRE I - PARTS DE MARCHÉ 1 - Poids de la France dans les exportations mondiales

Plus en détail

Notions de base en matière d exportation et de développement export

Notions de base en matière d exportation et de développement export Notions de base en matière d exportation et de développement export 1 Le marché international est en constante mutation mais certains produits français arrivent à rester sur la scène internationale. Pour

Plus en détail

Luxembourg School for Commerce

Luxembourg School for Commerce Luxembourg School for Commerce Séance d information Comptabilité et finance 7 & 13 décembre 2011 Votre formateur pour la réussite Rôle et Missions de la Luxembourg School for Commerce Lancement:1 er octobre

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC DIRECTION DE LA FORMATION, DE LA DOCUMENTATION ET DE LA COMMUNICATION PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC Présentation : Monsieur KASSI N GUESSAN N Jacques DIRECTEUR DE LA FORMATION,

Plus en détail

La rentabilité d une action de formation

La rentabilité d une action de formation TutoFOP : la formation de formateurs à la carte RC_Budget_Rentabilite_Marges_FP1 La rentabilité d une action de formation Les produits Au sens strict les produits sont les flux sortant de l entreprise

Plus en détail

Appel à projets FSE 2016 Soutien aux dispositifs d accompagnement à la création/reprise d entreprises en Alsace

Appel à projets FSE 2016 Soutien aux dispositifs d accompagnement à la création/reprise d entreprises en Alsace Appel à projets FSE 2016 Soutien aux dispositifs d accompagnement à la création/reprise d entreprises en Alsace Axe 1 : Activité indépendante, entreprenariat et création d entreprise Objectif spécifique

Plus en détail

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997)

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) L hôtellerie-restauration, au sens large du terme, regroupe l ensemble des activités qui répondent aux besoins de la clientèle

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION CIEL

PROGRAMME DE FORMATION CIEL PROGRAMME DE FORMATION CIEL Objectifs de la Formation : Démarrer la comptabilité de son entreprise dans CIEL comptabilité Personnaliser son dossier comptable Améliorer ses performances dans l'utilisation

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2016. Date de clôture : 7 juillet 2016 BILAN DIAGNOSTIC ET ACCES A LA FORMATION

APPEL A PROJETS 2016. Date de clôture : 7 juillet 2016 BILAN DIAGNOSTIC ET ACCES A LA FORMATION PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION APPEL A PROJETS 2016 Date de clôture : 7 juillet 2016 CAHIER DES CHARGES BILAN DIAGNOSTIC ET ACCES A LA FORMATION Direction de la Vie Sociale (DVS) Service Insertion

Plus en détail

LA VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE EN BEP

LA VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE EN BEP LA VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE EN BEP LES TEXTES DE REFERENCE Arrêté du 10 Juillet 1992 BO n 31 du 30 Juillet 1992 BO n 34 du 22 septembre 1994 1 FINALITES L enseignement de la V.S.P, par l acquisition

Plus en détail

L'intervention de l'etat dans le développement des véhicules électriques

L'intervention de l'etat dans le développement des véhicules électriques L'intervention de l'etat dans le développement des véhicules électriques Mardi 24 janvier 2012, de 9h30 à 10h45 Intervenant : Schneider Electric : Vincent BRUNEL, Directeur Activité Véhicule Electrique

Plus en détail

Sénégal. Code des investissements

Sénégal. Code des investissements Code des investissements Loi n 2004-06 du 6 février 2004 [NB - Loi n 2004-06 du 6 février 2004 portant Code des investissements Modifiée par la loi n 2012-32 du 31 décembre 2012] Titre 1 - Définitions

Plus en détail

BACHELOR EUROPéEN. La validation des deux premières années de ce Bachelor aboutit à la délivrance d un DECP (Diplôme Européen

BACHELOR EUROPéEN. La validation des deux premières années de ce Bachelor aboutit à la délivrance d un DECP (Diplôme Européen Ecofac Business School ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ET DE MANAGEMENT 1ère année BACHELOR EUROPéEN La 1ère année de Bachelor Européen en Ressources Humaines et Relations Sociales s organise autour de 4

Plus en détail

Evaluation de l enseignement à l Université de Genève : d une démarche individuelle vers une démarche institutionnelle de la qualité

Evaluation de l enseignement à l Université de Genève : d une démarche individuelle vers une démarche institutionnelle de la qualité Evaluation de l enseignement à l Université de Genève : d une démarche individuelle vers une démarche institutionnelle de la qualité Résumé Le développement d une culture de la qualité pour l ensemble

Plus en détail

Résultat de la recherche des formations

Résultat de la recherche des formations Résultat de la recherche des formations Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 27/05/2016. Rappel des critères de recherche Domaine de formation: pêche aquaculture, artisanat

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique Sommaire 0 Préambule 1 Approche et Démarche Diagnostic stratégique 3 Scenarii d évolution 4 Positionnement cible 0 Préambule 3 Préambule L analyse stratégique repose sur

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

1 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -------------------- -------------------- CURRICULUM DE FORMATION PAR COMPÉTENCES 6 ème /5 ème

1 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -------------------- -------------------- CURRICULUM DE FORMATION PAR COMPÉTENCES 6 ème /5 ème MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE 1 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -------------------- -------------------- CURRICULUM DE FORMATION PAR COMPÉTENCES 6 ème /5 ème DOMAINE DES LANGUES

Plus en détail

L enseignement professionnel se fait en termes de processus :

L enseignement professionnel se fait en termes de processus : L enseignement professionnel se fait en termes de processus : A) Les processus métier P1 - Contrôle et traitement comptable des opérations commerciales 1.1. Analyse du système d information comptable (SIC)

Plus en détail

INFORMATISATION DES HÔPITAUX AU BURUNDI: Processus et résultats préliminaires (BURUNDI, MSPLS- CTB)

INFORMATISATION DES HÔPITAUX AU BURUNDI: Processus et résultats préliminaires (BURUNDI, MSPLS- CTB) INFORMATISATION DES HÔPITAUX AU BURUNDI: Processus et résultats préliminaires (BURUNDI, MSPLS- CTB) E. MUGISHO, ATI/CTB S.C NDAYISHIMIYE, ATN/CTB A. HASSAN, DIRECTRICE SNIS/MSPLS F. VERBEKE, SOGEROM/VUB

Plus en détail

NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D OPÉRATION RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN CCM 3013

NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D OPÉRATION RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN CCM 3013 NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D OPÉRATION RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN CCM 3013 Volets recherche et culture du premier Contrat de désendettement et de développement SOMMAIRE VOLET RECHERCHE I - LE SECTEUR ET

Plus en détail

Technologie de maintenance industrielle.

Technologie de maintenance industrielle. Technologie de maintenance industrielle ELC.22 Objectifs du programme Les unités de production et les équipements industriels modernes sont des systèmes de plus en plus complexes et automatisés. Ces systèmes

Plus en détail

Proposition de l APSES : Un programme de SES adapté pour les élèves de seconde

Proposition de l APSES : Un programme de SES adapté pour les élèves de seconde Proposition de l APSES : Un programme de SES adapté pour les élèves de seconde L'enseignement de sciences économiques et sociales (SES) offert en classe de seconde, pluridisciplinaire, a pour objectif

Plus en détail

Bachelier en gestion des ressources humaines

Bachelier en gestion des ressources humaines Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Bachelier en gestion des ressources humaines HELHa Tournai 1 Rue Frinoise 12 7500 TOURNAI Tél : +32 (0) 69 89 05 06 Fax : +32 (0)

Plus en détail

FIDAL Tunisie AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2010. Comment sécuriser vos investissements en Tunisie d un point de vue juridique et fiscal

FIDAL Tunisie AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2010. Comment sécuriser vos investissements en Tunisie d un point de vue juridique et fiscal AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2010 Comment sécuriser vos investissements en d un point de vue juridique et fiscal Tunis, Hôtel Ramada Plaza Tunis, le 6 juillet 2010 11h50 en bref 1200 avocats 295 millions

Plus en détail

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise Point 3 (a) (i) de l ordre du jour provisoire E/CN.6/2010/1 pour la cinquantequatrième session de la Commission de la condition de la femme, du 1 er au 12 mars 2010 : Révision de la mise en œuvre de la

Plus en détail

Service des finances. Rencontre avec les directeurs exécutifs et les responsables administratifs. 20 janvier 2015

Service des finances. Rencontre avec les directeurs exécutifs et les responsables administratifs. 20 janvier 2015 Service des finances Rencontre avec les directeurs exécutifs et les responsables administratifs 20 janvier 2015 Ordre du jour Règles financières Demande de paiement sans demande d achat Constats de l analyse

Plus en détail

T I T R E D U P R O J E T

T I T R E D U P R O J E T SECRETARIAT DU FONDS FRANÇAIS POUR L ENVIRONNEMENT MONDIAL RAPPORT D EVALUATION (Spécifier à mi-parcours ou finale) (Ce modèle de rapport doit être annexé aux TDR des évaluations) T I T R E D U P R O J

Plus en détail

LIVRET D APPUI TECHNIQUE AU TUTEUR EN ENTREPRISE

LIVRET D APPUI TECHNIQUE AU TUTEUR EN ENTREPRISE LIVRET D APPUI TECHNIQUE AU TUTEUR EN ENTREPRISE AFPA AUVERGNE V.04/06 Sommaire OBJECTIF du LIVRET D APPUI TECHNIQUE...2 LE TUTORAT DANS LA LOI...3 CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION DES TUTEURS EN ENTREPRISE...4

Plus en détail

FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS

FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS... 5 L'ACTIVITÉ DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS...

Plus en détail

Les méthodes en évaluation foncière

Les méthodes en évaluation foncière Les méthodes en évaluation foncière Le système québécois Jean-Marc Couture, é.a. 8 mai 2008 Présentation Partie no. 1 Le contexte Partie no. 2 Le système Partie no. 3 Les méthodes Partie no. 4 Les technologies

Plus en détail

DUT 2 GESTION ADMINISTRATIVE ET COMMERCIALE DES ORGANISATIONS DROIT ÉCONOMIE - GESTION. 172.5 439 54 200 h 1145.5. 199.5 419.

DUT 2 GESTION ADMINISTRATIVE ET COMMERCIALE DES ORGANISATIONS DROIT ÉCONOMIE - GESTION. 172.5 439 54 200 h 1145.5. 199.5 419. Niveau : Domaine : Mention : DUT 2 GESTION ADMINISTRATIVE ET COMMERCIALE DES ORGANISATIONS DROIT ÉCONOMIE - GESTION 2 ème Année DUT2 120 ECTS 172.5 439 54 200 h 1145.5 Volume horaire étudiant : Formation

Plus en détail

NORME EXIGENCES 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA

NORME EXIGENCES 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA S Ces normes et les exigences qui s y rattachent servent de cadre aux collèges de l Ontario en vue d évaluer le degré de conformité de leurs mécanismes d assurance de la qualité. Ces normes et ces exigences

Plus en détail

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Objectif Assurer un des achats utiles, efficaces et respectueux de l environnement pour des produits, des services, des marchandises ou des

Plus en détail

GESTIONNAIRE DE L'ENTREPRISE ARTISANALE DU BÂTIMENT GEAB

GESTIONNAIRE DE L'ENTREPRISE ARTISANALE DU BÂTIMENT GEAB ARFAB Bretagne tél : 02.99.85.51.21 GESTIONNAIRE DE L'ENTREPRISE ARTISANALE DU BÂTIMENT GEAB ENJEUX La formation de Gestionnaire de l'entreprise Artisanale du Bâtiment (GEAB) s adresse aux personnes en

Plus en détail

LE MANAGEMENT DES ACHATS

LE MANAGEMENT DES ACHATS LE MANAGEMENT DES ACHATS Isabelle Soubré EDC 2 ème Semestre 2008 1 PREMIERE PARTIE : LA FONCTION ACHAT I LA FONCTION ACHAT ET SON ROLE STRATEGIQUE 1 La création de la fonction Achat 2 Le rôle stratégique

Plus en détail

L Observatoire des Achats Responsables. Novembre 2011. OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00

L Observatoire des Achats Responsables. Novembre 2011. OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 L Observatoire des Achats Responsables Vague 3 Novembre 2011 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 Méthodologie et structure de l échantillon page 2 Méthodologie de l

Plus en détail

SOMMAIRE MINISTRE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONTALE D ECONOMIE

SOMMAIRE MINISTRE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONTALE D ECONOMIE 1 MINISTRE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONTALE D ECONOMIE SOMMAIRE CURRICULUM D ECONOMIE GENERALE CLASSE DE PREMIERE G 1. Budget horaire global 2. calendrier

Plus en détail

Perspectives de l industrie tunisienne à l heure des chaînes de valeur mondiales

Perspectives de l industrie tunisienne à l heure des chaînes de valeur mondiales Perspectives de l industrie tunisienne à l heure des chaînes de valeur mondiales Souhir TAKTAK, Présidente - Directrice Générale de la Banque de Financement des Petites et Moyennes Entreprises (BFPME)

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master Droit Economie Gestion (DEG) Mention «Marketing» Spécialité «Marketing stratégique et opérationnel» à finalité recherche

Plus en détail

7ÈME RENCONTRE TUNISO-ALLEMANDE SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES. Les Energies Renouvelables en Tunisie

7ÈME RENCONTRE TUNISO-ALLEMANDE SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES. Les Energies Renouvelables en Tunisie 7ÈME RENCONTRE TUNISO-ALLEMANDE SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES Les Energies Renouvelables en Tunisie Abdelkarim GHEZAL Directeur des Energies Renouvelables Agence Nationale pour la Maitrise de l Energie

Plus en détail

1. L appui du Québec aux PME pour faciliter leur internationalisation

1. L appui du Québec aux PME pour faciliter leur internationalisation Rencontre du International Trade and Investment Center du Conference Board du Canada L'appui du Québec à l internationalisation des entreprises François Bouilhac Sous-ministre adjoint aux Affaires économiques

Plus en détail

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel.

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel. La classe de 3 ème préparatoire aux formations professionnelles Document d accompagnement pédagogique I- Le cadre réglementaire Il est défini par la circulaire n 2011-128 du 26 aout 2011, publiée au BO

Plus en détail

Titre professionnel - Vendeur conseil en magasin

Titre professionnel - Vendeur conseil en magasin Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 27/06/2016. Fiche formation Titre professionnel - Vendeur conseil en magasin - N : 6773 - Mise à jour : 15/06/2016 Titre professionnel

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

professionnels dans leur recherche de poursuites d études»

professionnels dans leur recherche de poursuites d études» A propos de la Journée de l Après Bac «Accompagner les bacheliers professionnels dans leur recherche de poursuites d études» Décembre 2013 Le Baccalauréat professionnel : un diplôme en constante évolution

Plus en détail