«ORIGINES ET ENJEUX DU SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES ET DE COMPETENCES» Quentin PORTRON 36

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«ORIGINES ET ENJEUX DU SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES ET DE COMPETENCES» Quentin PORTRON 36"

Transcription

1 «ORIGINES ET ENJEUX DU SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES ET DE COMPETENCES» Quentin PORTRON 36 Résumé : «Les origines et les enjeux du socle commun de connaissances et de compétences (S3C) sont multiples. Sujet de débats, la réflexion autour du S3C se nourrit d'avis contradictoires qui débordent les clivages habituels entre les différents acteurs institutionnels et sociaux. Pensé dans une logique républicaine d'unité nationale, il était attendu par certains depuis 30 ans comme pendant nécessaire du collège unique pour rendre efficiente une réelle démocratisation de l'enseignement. Il est aujourd'hui dénoncé par d'autres, dans des logiques diverses, qui y voient un renoncement aux exigences de l'école. Selon la manière dont on l analyse, et l'histoire dans laquelle on l'inscrit, le S3C peut prendre des significations différentes, voire opposées : outil d'élévation et de cohésion des générations actuelles et à venir dans une approche pédagogique renouvelée ou instrument de sélection des écoliers dans un paradigme de compétition mondialisée?» Mots clés : socle commun / collège unique / compétences / démocratisation / cadre de référence européen Les origines du socle commun 36 de connaissances et de compétences (S3C), tel que le définit le décret du 11 juillet 2006, sont multiples et ses enjeux dépassent largement le seul cadre du collège dans lequel il s applique. Sujet d actualité, la réflexion autour du S3C met à jour des avis contradictoires qui débordent les clivages habituels entre les différents acteurs institutionnels et sociaux. Le socle commun répond-il à la nécessité du «savoir commun» que le collège unique - selon ses fondateurs, ainsi que les différents rapporteurs des travaux le concernant - devait Étudiant master Métier de l éducation, de l enseignement et de la formation, spécialité Éducation et encadrement, parcours CPE voir naître en son sein pour devenir à la fois juste et efficace? Est-il l équivalent du «tronc commun de formation» que le Plan Langevin- Wallon, au lendemain de la seconde guerre mondiale, définissait afin de permettre à tous les enfants d accéder à la culture et au «développement maximum» de leur personnalité? S appuie-t-il sur «l instruction commune» telle que Condorcet la pense en vue de pérenniser l espace public et la liberté de chacun? Ou provient-il encore des recherches sur les «compétences clés» que le Parlement européen a définies en 2006? Force est de reconnaître que le S3C entremêle ses racines dans ces différentes terres, ce qui rend ardue la lecture de ses objectifs et complexes les débats à son égard.

2 D un point de vue institutionnel, le socle commun est pensé, dès la loi d orientation et de programme pour l avenir de l école du 23 avril 2005, comme un droit que chaque élève possède au titre de la scolarité obligatoire. Ainsi, l État doit désormais garantir la loi l y oblige que tous les écoliers non seulement reçoivent une instruction jusqu à 16 ans au minimum, mais aussi acquièrent cet ensemble de connaissances et de compétences, «qu il est indispensable de maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire». La loi prévoit à cet effet qu'un rapport sur l'acquisition du socle par les élèves devra être présenté au Parlement par le gouvernement tous les trois ans. Le S3C apparaît donc, dès son institution, comme une priorité nationale et un enjeu majeur. Aussi peut-il être compris comme une nécessité en termes d efficacité de l enseignement et de justice sociale. En effet, c est bien la première fois dans l histoire de notre pays que les contenus d un parcours scolaire obligatoire pour tous sont explicités, rendant les objectifs de l École clairement identifiables pour toutes les familles et tous les professeurs. C est aussi la première fois que l on envisage l éducation du peuple en regard essentiellement de la base pour tous («le plancher») et non en la déclinant à partir du modèle supérieur d un parcours d excellence («le plafond»). Comme l ont noté Baudelot et Establet «les données de l'ocde [Organisation de coopération et de développement économique] établissent d'une façon irréfutable que les efforts pour doter tous les élèves d'une formation minimale de grande qualité conditionnent le nombre et le niveau 37 Cf. article du Code de l éducation. des meilleurs.» Le S3C veut s inscrire, pour une part, dans cette optique, en tentant d être une réponse à l échec relatif du collège français, aux vues des très nombreuses sorties sans qualification et des résultats inférieurs à la moyenne aux tests internationaux de ses élèves depuis le début des années À côté de l objectif de réussite purement scolaire, le S3C se veut outil de promotion d une culture nationale commune, un véritable «ciment de la nation». C est comme si le socle tentait de refondre l École actuelle dans le paradigme de l École républicaine de la fin du XIX e, à cette différence près qui n est pas des moindres que l actuelle n est pas clivée en deux ordres hermétiquement cloisonnés (primaire et secondaire). Ce rapprochement reste pertinent lorsque nous observons que la constitution des différentes compétences - piliers composant le S3C a été réalisée au Parlement, ce qui signifie que la décision sur les contenus scolaires a échappé pour l occasion aux inspections générales de l Éducation nationale pour se jouer devant une assemblée d élus du peuple. Ce renversement (inédit donc depuis l époque de Jules Ferry) a mis à jour d une part que la question de la définition des contenus scolaires est bien un enjeu social fort, source de tensions et de jeux de pouvoir, et d autre BAUDELOT Christian, ESTABLET Roger : L élitisme républicain, Seuil 2009, p. 13. Lire sur ce point le travail de Roger-François GAUTHIER et Margaux LE GOUVELLO : L instauration d un «socle commun de connaissances et de compétences» en fin de scolarité obligatoire en France en : «politisation» du champ curriculaire et renouvellement des savoirs mobilisés, juillet 2009,

3 part que l École doit être pensée dans sa globalité (et non comme un ensemble de disciplines juxtaposées et autonomes) et dans son inscription sociale. Or, précisément, c est là que la réflexion collective sur un socle commun ne doit pas être occultée, car il est un outil qui, selon la perspective dans laquelle on l envisage, peut répondre à des projets de société tout à fait différents. Par exemple, parce qu il oblige au suivi des acquis des élèves, le S3C paraît une arme efficace contre le décrochage. Il permet de repérer quels aspects font défaut dans l apprentissage d un élève dans l optique d y apporter une réponse rapide et personnalisée. C est le point de vue de nombreux pédagogues qui se sont approprié le travail par compétences et qui utilisent l erreur comme moyen d apprendre et base de progression. D un autre côté, le repérage systématique des acquis peut tout aussi bien servir à favoriser le classement hiérarchique, lisible sur l ensemble de la scolarité, des élèves entre eux, et les dispositifs de remédiation condamner l avenir de ceux qui en bénéficient (s ils ne retournent plus au tronc commun). Autre exemple : le S3C peut être vu à la fois comme une opportunité pour créer les conditions d une égalité réelle d accès à l offre scolaire dans le cadre du collège unique - au sein duquel l absence de définition des contenus scolaires que tous devaient acquérir jouait indéniablement en faveur d un déséquilibre des parcours scolaires en fonction des héritages familiaux et même des lieux de scolarité - mais aussi, paradoxalement, comme le moyen de démanteler le collège cf. HAUT CONSEIL de l ÉDUCATION, Le collège, unique en garantissant que chacun, quel que soit son parcours personnel, acquerra le même bien, en termes de compétences et de connaissances. Dans ces conditions, il n est pas étonnant que les conclusions du rapport du député Jacques Grosperrin, présenté en juin 2010 devant le Parlement, affirment que le socle «est loin d être une réalité au collège». Selon le rapport du député, l institution ellemême a insuffisamment accompagné sa mise en place, et nombres d acteurs de terrain se sont retrouvés face à l outil d évaluation des acquis des élèves à savoir le livret personnel de compétence (LPC) sans véritable formation quant aux nouvelles pratiques que cela implique. Pour cela, il conviendrait sans doute que soit explicité l enjeu que représente le S3C en termes de démocratisation scolaire et, dans cette optique, que soit affirmée une identité forte pour le collège : non plus le premier degré du secondaire, non plus une propédeutique au lycée général, mais point d orgue de la scolarité obligatoire aux côtés de l école primaire et ainsi, prémisse indispensable à tout type de parcours scolaire, professionnel et social ultérieur. Cependant, pour que cet aspect, contenu implicitement dans la loi, devienne une réalité sur le terrain, sans doute est-il nécessaire de repenser l organisation des cours au sein du collège GROSPERRIN Jacques, "Rapport d'information déposé par la commission des affaires culturelles et de l'éducation en conclusion des travaux sur la mise en œuvre du socle commun de connaissances et de compétences au collège", enregistré à la présidence de l'assemblée nationale le 7 avril Notons qu entre novembre 2008 et mai 2009 ont eu lieu quatre séminaires et un colloque international à l'inrp dans le cadre de la recherche «De la culture commune au socle commun».

4 ainsi que la formation des professeurs. En effet, historiquement, le collège unique s est constitué par la réunification de trois ordres scolaires ayant chacun leur logique, structure et administration propres : primaire, secondaire et technique. Or, l unification s est faite en se calant sur le modèle du secondaire, tant dans les contenus des programmes d enseignement que dans les statuts des professeurs. Avec la disparition du corps des professeurs d enseignement général des collèges (PEGC), professeurs bivalents, formés dans une logique proche de celle du primaire, le modèle du secondaire a achevé de phagocyter toute autre approche au sein du collège unique. C est dans ces conditions que ce dernier, au fil des années, a vu se développer et multiplier l échec et le déclassement d une part toujours plus importante d élèves, peu armés de par leur capital social et culturel pour réussir dans cette structure fondée sur une culture dominante discriminante. Face à cette situation, les ministres successifs de l Éducation nationale commanderont régulièrement des rapports sur la situation et l avenir du collège français. Ainsi, pendant trente ans, la question de la définition d un savoir commun minimal comme pendant nécessaire à la viabilité du collège unique est devenue récurrente. Nous pouvons observer qu'entre le 11 juillet 1975 (naissance du collège unique) et le 11 juillet 2006, trente et une années de réflexions, de commissions, de rapports, ont permis d'introduire progressivement la question du socle commun dans un univers qui y était, au Sur ce point, cf. Claude LELIÈVRE, Les politiques scolaires mises en examen, ESF, 2008, chap. 8. départ, clairement hostile. René Haby, Louis Legrand, Pierre Bourdieu, Luc Ferry, François Dubet, Claude Thélot et beaucoup d'autres auront ainsi produit une somme de travaux substantiels, préparant les esprits à une approche différente de la pédagogie impliquant le dépassement nécessaire de la seule transmission verticale du savoir et du cloisonnement des disciplines - et surtout à la nécessité, d'une part, d'en finir avec un système inégalitaire et, d'autre part, de construire une véritable identité pour le collège. Il convient toutefois de reconnaître que la dernière commission, présidée par Claude Thélot, aura eu un rôle décisif. Suite à ces travaux, le champ politique s est réapproprié la question des contenus scolaires (puisque le socle fut défini devant le Parlement et non dans les différentes inspections de l Éducation nationale), ce qui, d ailleurs, est peut-être une explication au manque d enthousiasme dont a fait preuve le ministère de l Éducation nationale dans la mise en œuvre du S3C. Une fois reconnue qu un socle commun est une nécessité relative à la cohésion, à la justice sociale et à l efficacité de l enseignement, la question qui demeure est de savoir si la mise en place du S3C dans notre pays répond à ce socle idéel, et s il répond véritablement aux exigences d une culture commune. Si l'argument consistant à dire que le socle commun a été rendu possible Cf. «Pour la réussite de tous les élèves : Rapport de la Commission du débat national sur l'avenir de l'ecole présidée par Claude Thélot», La Documentation Française, octobre Rappelons qu à ce jour, le gouvernement n a toujours pas présenté au Parlement de rapport sur l acquisition du socle par les élèves.

5 par l'alignement de la politique éducative française sur celle que prônent les travaux européens n'est, comme nous l avons vu, sans doute pas suffisant, il n'en est pas moins en partie recevable. La «stratégie de Lisbonne», à travers laquelle l'union européenne tente de mettre en œuvre «l'économie de la connaissance», est en place depuis Elle a pour caractéristique de vouloir établir une Europe puissante dans le monde, par l'intermédiaire d'une économie compétitive, qui s'appuie elle-même sur une formation initiale et continue capable d'amener le plus grand nombre possible d'étudiants aux plus hauts niveaux de diplômes. Cet objectif d'excellence par la formation est un enjeu économique majeur dans un monde transformé, à l'intérieur duquel les anciens pôles dominants se délitent face à la montée de nouvelles puissances. Rester en course au sein de la compétition mondialisée (si tel est l'objectif) nécessite de construire une société de nombreux diplômés de haut niveau, d ingénieurs et de techniciens, une «société de la connaissance». C'est dans ce contexte qu un «cadre de référence européen» est pensé en Europe, composé de 8 «compétences clés». Ce «cadre de référence» se base donc sur les observations des spécialistes, qui désirent rendre l'école Cf. l annexe du décret du 11 juillet 2006 relatif au socle commun de connaissances et de compétences et modifiant le code de l'éducation le dit d ailleurs clairement : «La définition du socle commun prend également appui sur la proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil de l'union européenne en matière de «compétences clés pour l'éducation et l'apprentissage tout au long de la vie»». Cf. annexe du Journal officiel de l Union européenne du 30/12/2006, intitulée «Compétences clés pour l'éducation et la formation tout au long de la vie un cadre de référence européen». efficace et performante. Or, de ce point de vue, les modèles de pays qui amènent le plus grand nombre d'élèves aux meilleures places dans les évaluations internationales sont ceux qui possèdent un long tronc commun d'enseignement, sans spécialisation précoce ni filières différenciées. C est en effet ce que les tests du Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves (PISA) nous ont appris en 2000, 2003, 2006 et ont confirmé en Ainsi donc, le socle commun, qui se veut outil de promotion de la justice sociale, ne doit peutêtre sa naissance institutionnelle que parce qu il peut correspondre au modèle de développement économique dominant. Ainsi, plusieurs questions restent posées, quant à la nature des influences européennes du S3C. Il semble que la logique inhérente au socle commun ne puisse pas se réduire à celle affichée par l Union européenne à propos de son «cadre de référence», si l on considère que celui-ci s inscrit dans la stratégie de Lisbonne. Par exemple, si l on compare les définitions données des différentes compétences, on remarque que le S3C met davantage l accent sur la nécessité d acquérir une culture humaniste d une part et d autre part ne fait pas dépendre la recherche de l autonomie d un «esprit d entreprise», comme le fait la compétence 7 du cadre de référence européen. Mais sont-ce là des divergences signifiantes ou une simple adaptation pour pouvoir s intégrer dans le paysage scolaire français, traditionnellement hostile à ce qui peut venir du monde de l entreprise? La notion de compétences a également nourri les débats au sujet du socle commun, bien que de nombreux travaux et expérimentations tendent aujourd hui à en

6 donner à chacun une autre vision (l approche par compétence est déjà une réalité, que ce soit à l école primaire ou dans les programmes d EPS ou de langues). En effet, au nom d une vision restrictive de la compétence, très différente de l approche pédagogique par compétences, certains manifestent la crainte non seulement que le socle abandonne toute prétention à transmettre une véritable culture générale, mais aussi ne soit qu un outil restreint de formation de travailleurs. C est pourquoi la France a gardé le terme de «connaissances» dans l intitulé de son socle (contrairement au cadre de référence européen qui ne définit que des «compétences-clés»), en explicitant ainsi la volonté de dépasser l opposition traditionnelle entre compétence et connaissance au sein de laquelle le terme de compétence ne renverrait qu à un seul savoir-faire dans le cadre de l exécution d une tâche particulière, la connaissance restant garante de l émancipation de l individu et de l accession à sa pleine humanité. Cependant, dès lors qu il est clair que la notion de compétence, qui tend à redéfinir dans les faits un «nouveau paradigme scolaire», est prise pour ce qu elle est, à savoir un outil qui en tant que tel peut se colorer différemment en fonction de l utilisation, le véritable enjeu ne réside pas dans le débat sur la compétence mais reste celui de la finalité de l éducation. prend sera très différente selon que l accent est mis sur tel ou tel de ces aspects. Or, l objectif explicite de la stratégie de Lisbonne qui est, concernant l Europe, de «devenir la zone économique la plus compétitive au monde», semble subordonner prioritairement le sens et la portée de l éducation à un modèle de développement économique particulier. La question est de savoir si, dans l histoire qui s écrit, les 7 compétences qui constituent le socle français s inscrivent dans la même logique, ou si la visée humaniste d une culture commune reste première, comme l affirme le texte du décret qui, en instituant le socle commun de connaissance et de compétence, l enracine explicitement dans l histoire de la démocratisation scolaire et de ses momentsclés : «Cinq générations après les lois scolaires fondatrices de la IIIe République, une génération après l'instauration du collège unique, le socle constitue une référence commune, pour tous ceux qui confient leurs enfants à l'école, mais aussi pour tous les enseignants.» Il conviendrait donc de recueillir les avis et débats qui ont traversé la commission présidée par Claude Thélot, à l origine de la première définition du socle, pour appréhender de manière plus précise les influences et ramifications du S3C, ce qui sera l objet d un prochain travail. Si cette dernière doit à la fois former un citoyen, permettre l épanouissement de l individu tout en le préparant à intégrer un monde du travail en évolution, la forme qu elle Cf. Éric Morel : «Compétences : un nouveau paradigme scolaire?», mémoire de master MÉEF sous la direction de Thierry Machefert, IUFM de Caen, juin «Le Conseil européen extraordinaire de Lisbonne (mars 2000) : vers une Europe de l'innovation et de la connaissance», Europa, site de synthèses de la législation de l'ue. (28/04/2012) Annexe du décret du 11 juillet 2006 relatif au socle commun de connaissances et de compétences.

7 REFERENCES OUVRAGES BAUDELOT C., ESTABLET R. : L'élitisme républicain, Seuil GAUTHIER R.-F. et LE GOUVELLO M. : "L'instauration d'un "socle commun de connaissances et de compétences" en fin de scolarité obligatoire en France en : "politisation" du champ curriculaire et renouvellement des savoirs mobilisés.", juillet 2009, nal17h24.pdf GROSPERRIN Jacques, "Rapport d'information déposé par la commission des affaires culturelles et de l'éducation en conclusion des travaux sur la mise en œuvre du socle commun de connaissances et de compétences au collège", enregistré à la présidence de l'assemblée nationale le 7 avril HAUT CONSEIL de l'éducation, Recommandations pour le socle commun, 23 mars HAUT CONSEIL de l'education, Le collège, LANGEVIN P. et WALLON H., Plan Langevin-Wallon de réforme de l'enseignement, Paris, PUF, LELIÈVRE C., Les politiques scolaires mises en examen, Issy-les-Moulineaux, ESF, THÉLOT C., Pour la réussite de tous les élèves, rapport de la commission du débat national sur l'avenir de l'école, La documentation française, Paris, ARTICLES MARAVAL J. : "Le socle commun : une idée ancienne qui a de l'avenir", Les Cahiers pédagogiques - Hors-série numérique n 20, mars 2010 RAULIN D. : "La délicate intégration des compétences dans les programmes", Les Cahiers pédagogiques n 476, novembre 2009

Mise en œuvre du livret personnel de compétences

Mise en œuvre du livret personnel de compétences Mise en œuvre du livret personnel de compétences Sommaire 1. Pourquoi un livret personnel de compétences? 2. Qu est-ce que le livret personnel de compétences? 3. Comment valider une compétence? 4. Livret

Plus en détail

Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education

Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education Jeudi 19 décembre 2013 Programme de la présentation interactive Faire entrer l École dans l ère du numérique Introduction de Catherine

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

évolution des politiques et pratiques

évolution des politiques et pratiques Parcours scolaires et parcours d insertion : évolution des politiques et pratiques Intervention à l ESEN Novembre 2009 Jean-Marie Lenzi 1- Orientation et insertion professionnelle Service public de l éducation

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Le livret scolaire : valider des compétences, évaluer les progrès.

Le livret scolaire : valider des compétences, évaluer les progrès. Le livret scolaire : valider des compétences, évaluer les progrès. Mireille Rongier, CPC Montpellier Nord Michel Ramos, IUFM Montpellier Novembre 2009 Le cadrage institutionnel «Le code de l'éducation

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» 2015 2016 Sommaire : 1. Affectation 2. Principes généraux de la formation L alternance intégrative Formation disciplinaire

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Principes généraux L académie de Caen accueille cette année 142 professeurs et CPE stagiaires dont

Plus en détail

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Mercredi 16 septembre 2015 SEGPA du Collège Clemenceau actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Réunion de rentrée des DACS Intervention de Mme MEILLER Inspecteur référente académique SEGPA

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

Aide individualisée, aide personnalisée

Aide individualisée, aide personnalisée Aide individualisée, aide personnalisée Sujet d étude du stage international des inspecteurs en 2010 «Aide individualisée, aide personnalisée Comment les systèmes éducatifs des pays visités prennent- ils

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

GT 14 fiche 4 : recrutement et formation des psychologues de l Éducation nationale

GT 14 fiche 4 : recrutement et formation des psychologues de l Éducation nationale GT 14 fiche 4 : recrutement et formation des psychologues de l Éducation nationale Les deux catégories de professionnels chargés, chacun en ce qui les concerne, de mobiliser leurs expertises du primaire

Plus en détail

SUIVI DU PARCOURS SCOLAIRE DES ELEVES EN MATERNELLE Compte-rendu des animations pédagogiques des 18 et 25 novembre et 2 décembre 2009

SUIVI DU PARCOURS SCOLAIRE DES ELEVES EN MATERNELLE Compte-rendu des animations pédagogiques des 18 et 25 novembre et 2 décembre 2009 SUIVI DU PARCOURS SCOLAIRE DES ELEVES EN MATERNELLE Compte-rendu des animations pédagogiques des 18 et 25 novembre et 2 décembre 2009 A) INTRODUCTION Le socle commun de connaissances et de compétences

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences humaines et sociales de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Parcours en formation continue du master MEEF mention 2 nd degré

Parcours en formation continue du master MEEF mention 2 nd degré Parcours en formation continue du master MEEF mention 2 nd degré Responsable : Grégoire COCHETEL, directeur adjoint à l administrateur provisoire chargé de la formation continue Tél : 04 73 31 71 87 ESPE

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française.

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. Dossier de presse rédigé par : Françoise de Viron, Présidente de la Commission Education tout au Long de la Vie (ETALV) du CIUF,

Plus en détail

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II Stratégie de la CDIP du 24 octobre 2013 pour la coordination à l échelle nationale de l enseignement des langues étrangères dans le degré secondaire II

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Programme PNF EPS-Santé Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014

Programme PNF EPS-Santé Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014 Programme PNF EPS-Santé Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014 Synthèse des synthèses des ateliers du jeudi 13 novembre 2014 Pia HENAFF-PINEAU pour les «amis critiques» des ateliers Liliane Giordano, Sophie

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Cinéma, documentaire, médias de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations

Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations Le cadre Le cadre PDMF -Parcours de Découverte des Métiers et des Formations Mis en place en 2008, généralisé

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

Master Métier du livre jeunesse

Master Métier du livre jeunesse Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Métier du livre jeunesse Institut catholique de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l'ecole Centrale de Lille (ECLille) Autorité responsable de la certification (cadre 2) Ecole Centrale

Plus en détail

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI 1) Place des mathématiques actuellement dans le document de référence de la CTI Le document CTI - Références et Orientations n évoque pas explicitement

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Fédération des associations d Enseignants documentalistes De l Education nationale

Fédération des associations d Enseignants documentalistes De l Education nationale Fédération des associations d Enseignants documentalistes De l Education nationale www.fadben.asso.fr ENSEIGNEMENT A L'INFORMATION DOCUMENTATION Proposition faite par la FADBEN dans le cadre de la réforme

Plus en détail

L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire

L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire Pourquoi l éthique et l exigence éthique dans les établissements? La question de l éthique et de la réflexion

Plus en détail

LICENCE 3 ème ANNEE MENTION ADMINISTRATION PUBLIQUE

LICENCE 3 ème ANNEE MENTION ADMINISTRATION PUBLIQUE DOMAINE DROIT, ECONOMIE, GESTION LICENCE 3 ème ANNEE MENTION ADMINISTRATION PUBLIQUE Parcours (à partir de la L3) : Culture politique (Nancy) Métiers du secteur public (Metz ou Nancy) Où? > Institut de

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire)

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire) COMMISSION SCOLAIRE DE LA RÉGION-DE-SHERBROOKE Service des ressources pédagogiques POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilité - contrôle - audit de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

Cycle 2. Cned - Académie en ligne

Cycle 2. Cned - Académie en ligne Cycle 2 Cycle 2 Manuel Auteur Emmanuelle Rodriguez Professeure des écoles Coordonnateur de l équipe rédactionnelle Pascal Lalanne Inspecteur de l éducation nationale Expert Martine Safra Inspectrice générale

Plus en détail

Brevet Informatique et Internet (B2i) école, collège, lycée (lycée d'enseignement général et technologique et lycées professionnels).

Brevet Informatique et Internet (B2i) école, collège, lycée (lycée d'enseignement général et technologique et lycées professionnels). Circulaire n o 2006-169 du 7 novembre 2006 (Education nationale, Enseignement supérieur et Recherche : bureau DGESCO - STSI C3) Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie ; aux inspectrices et

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003.

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.4 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Cadre de référence en

Plus en détail

RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN

RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN Adopté par le Conseil d administration le 10 février 2015 (résolution n CA-015-0915) Déposé au ministère

Plus en détail

Une expérience de pédagogie inversée en SES (2013-2015)!

Une expérience de pédagogie inversée en SES (2013-2015)! Une expérience de pédagogie inversée en SES (2013-2015)! Nicolas Olivier, Professeur de sciences économiques et sociales! au Lycée Jean Monnet de Franconville (95)!! Christophe Viscogliosi, Professeur

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

2005 2015 Dossiers d actualité Veille et Analyses / Dossiers de Veille de l IFÉ

2005 2015 Dossiers d actualité Veille et Analyses / Dossiers de Veille de l IFÉ 2005 2015 Dossiers d actualité Veille et Analyses / Dossiers de Veille de l IFÉ Liste des dossiers numériques mis en ligne sur le site de la Veille http://ife.ens- lyon.fr/vst http://ife.ens- lyon.fr/vst/da/listedossiers.php

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Accompagnement des élèves en situation de handicap : la reconnaissance d un vrai métier. Jeudi 22 août 2013. Conférence de presse

Accompagnement des élèves en situation de handicap : la reconnaissance d un vrai métier. Jeudi 22 août 2013. Conférence de presse Accompagnement des élèves en situation de handicap : la reconnaissance d un vrai métier Jeudi 22 août 2013 Conférence de presse Sommaire Accompagnement des élèves en situation de handicap : la reconnaissance

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

Projet. Equipement numérique

Projet. Equipement numérique Projet Equipement numérique Service Mécénat Région Ile de France 7 mars 2013 Notre mission NOTRE MISSION Apprentis d Auteuil est une fondation reconnue d utilité publique qui éduque et forme plus de 13

Plus en détail

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique Projet d école 2014-2018 Guide méthodologique 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 LES TEXTES DE REFERENCES... 4 LES ETAPES D ELABORATION DU PROJET D ECOLE... 4 ETAPE 1 : BILAN DU PROJET, DIAGNOSTIC... 5 1. LE

Plus en détail

Présentation des actions des Fédérations du sport scolaire et universitaire

Présentation des actions des Fédérations du sport scolaire et universitaire Présentation des actions des Fédérations du sport scolaire et universitaire 7 USEP mode d'emploi Fédération sportive scolaire regroupant plus de 820 000 adhérents au sein de 11 000 associations touchant

Plus en détail

De la formation continue à la formation tout au long de la vie

De la formation continue à la formation tout au long de la vie De la formation continue à la formation tout au long de la vie Enjeux et débats pour les universités en Europe Michel Feutrie Président de EUCEN Une grande confusion dans les termes utilisés Sous le terme

Plus en détail

PROJET DE LOI SUR L ECOLE. Propositions d amendements de la Fédération Française des Dys

PROJET DE LOI SUR L ECOLE. Propositions d amendements de la Fédération Française des Dys Paris, le 12 février 2013 Troubles cognitifs spécifiques Troubles des apprentissages PROJET DE LOI SUR L ECOLE Propositions d amendements de la Fédération Française des Dys Le projet de loi pour la refondation

Plus en détail

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Académie de la Réunion 2009 2012 PREFACE DE MONSIEUR L INSPECTEUR D ACADEMIE L Education Physique et Sportive, discipline d enseignement,

Plus en détail

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Offre de formation 201-2014 La Mention MEEF Enseignement dans le 1 er degré comprend parcours : Enseignement polyvalent Enseignement bilingue français-allemand

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire - métiers de la culture, des archives et du document (MECADOC) de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Mention Communication des organisations

Mention Communication des organisations MASTER Mention Communication des organisations Parcours «Communication et ressources humaines» en Formation continue Responsable : Isabelle AURIEL Secrétariat : Khedidja KHAMADJ tél : 01 49 40 32 72 mail

Plus en détail

N 498 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2007-2008

N 498 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2007-2008 N 498 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2007-2008 Rattaché pour ordre au procès-verbal de la séance du 23 juillet 2008 Enregistré à la Présidence du Sénat le 21 août 2008 PROJET DE LOI autorisant l'approbation

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Rapport sur l offre de formation «licence»

Rapport sur l offre de formation «licence» Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre de formation «licence» de l Université Paris 6 - Pierre et Marie Curie Vague D - 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Points clés n Le projet de loi de finances 2014 donne au ministère de l éducation nationale les moyens de mettre en œuvre la

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

Projet Pédagogique de l Ecole:

Projet Pédagogique de l Ecole: Projet Pédagogique de l Ecole: Organisation de l école et du temps de classe : L'école accueille des enfants de 2ans1/2 à 11 ans, c'est-à-dire de la maternelle jusqu à l entrée au collège. L école fonctionne

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Présentation de la formation aux Métiers de l Enseignement et de la Formation ESPE Lille Nord de France

Présentation de la formation aux Métiers de l Enseignement et de la Formation ESPE Lille Nord de France École Supérieure du Professorat et de l Éducation Lille Nord de France Présentation de la formation aux Métiers de l Enseignement et de la Formation ESPE Lille Nord de France DU entrée directement dans

Plus en détail

Commentaire des articles

Commentaire des articles - 1 - Luxembourg, le 25 septembre 2013 Objet : Projets de règlements grands-ducaux - portant sur l élaboration et l application du plan de développement scolaire - portant sur l accompagnement des élèves

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Liaison 3 ème / 2 nde Vie scolaire

Liaison 3 ème / 2 nde Vie scolaire Liaison 3 ème / 2 nde Vie scolaire LIAISON 3 ème /2 nde BUT DE LA DEMARCHE : Constat : Fait par les CPE des lycées et confirmé par un questionnaire distribué aux élèves de seconde : ces élèves sont en

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Islam et droit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Service Public Régional de l Orientation :

Service Public Régional de l Orientation : Service Public Régional de l Orientation : Signature de la convention de coordination tripartite entre l État, l'académie de Montpellier, et la Région Languedoc-Roussillon -Jeudi 2 juillet 2015- Espace

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au PROJET DE LOI 52 Mémoire de l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au Comité permanent de l Assemblée législative Août 2006 L Association des enseignantes et

Plus en détail

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Afin de mieux répondre aux besoins du ministère de l Education Nationale, le processus de recrutement des enseignants est réformé, dans le premier degré

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie - Gestion de l Université du Littoral Côte d'opale - ULCO Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Le Golf, à l école...

Le Golf, à l école... Le Golf, à l école... Limites et perspectives Orientations de la ff.golf dans le cadre de l intégration de la pratique du golf en milieu scolaire et universitaire Claude ANACKIEWICZ, CPC EPS Marvejols

Plus en détail

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences Animation pédagogique Mise en œuvre du LPC 87 Un principe majeur! L école maternelle n est pas un palier du socle commun de connaissances

Plus en détail

Évaluation de la formation professionnelle

Évaluation de la formation professionnelle LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de l'éducation nationale, de l Enfance et de la Jeunesse Dossier de presse Évaluation de la formation professionnelle Une mise en œuvre difficile,

Plus en détail

RESEAU D EDUCATION PRIORITAIRE Collège Jacques PREVERT de BAR-LE-DUC. Contrat

RESEAU D EDUCATION PRIORITAIRE Collège Jacques PREVERT de BAR-LE-DUC. Contrat Année scolaire 2012/2013 RESEAU D EDUCATION PRIORITAIRE Collège Jacques PREVERT de BAR-LE-DUC Contrat entre l Académie de Nancy-Metz, représentée par Mme Béatrice GILLE, Rectrice d académie, Chancelière

Plus en détail

CHRONIQUE. C hronique internationale. La formation pratique des enseignants : le cas français. L organisation de l enseignement en France

CHRONIQUE. C hronique internationale. La formation pratique des enseignants : le cas français. L organisation de l enseignement en France Didier Paquelin Université Laval La formation pratique des enseignants : le cas français C hronique internationale L organisation de l enseignement en France Le système éducatif français s organise de

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail