«ORIGINES ET ENJEUX DU SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES ET DE COMPETENCES» Quentin PORTRON 36

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«ORIGINES ET ENJEUX DU SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES ET DE COMPETENCES» Quentin PORTRON 36"

Transcription

1 «ORIGINES ET ENJEUX DU SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES ET DE COMPETENCES» Quentin PORTRON 36 Résumé : «Les origines et les enjeux du socle commun de connaissances et de compétences (S3C) sont multiples. Sujet de débats, la réflexion autour du S3C se nourrit d'avis contradictoires qui débordent les clivages habituels entre les différents acteurs institutionnels et sociaux. Pensé dans une logique républicaine d'unité nationale, il était attendu par certains depuis 30 ans comme pendant nécessaire du collège unique pour rendre efficiente une réelle démocratisation de l'enseignement. Il est aujourd'hui dénoncé par d'autres, dans des logiques diverses, qui y voient un renoncement aux exigences de l'école. Selon la manière dont on l analyse, et l'histoire dans laquelle on l'inscrit, le S3C peut prendre des significations différentes, voire opposées : outil d'élévation et de cohésion des générations actuelles et à venir dans une approche pédagogique renouvelée ou instrument de sélection des écoliers dans un paradigme de compétition mondialisée?» Mots clés : socle commun / collège unique / compétences / démocratisation / cadre de référence européen Les origines du socle commun 36 de connaissances et de compétences (S3C), tel que le définit le décret du 11 juillet 2006, sont multiples et ses enjeux dépassent largement le seul cadre du collège dans lequel il s applique. Sujet d actualité, la réflexion autour du S3C met à jour des avis contradictoires qui débordent les clivages habituels entre les différents acteurs institutionnels et sociaux. Le socle commun répond-il à la nécessité du «savoir commun» que le collège unique - selon ses fondateurs, ainsi que les différents rapporteurs des travaux le concernant - devait Étudiant master Métier de l éducation, de l enseignement et de la formation, spécialité Éducation et encadrement, parcours CPE voir naître en son sein pour devenir à la fois juste et efficace? Est-il l équivalent du «tronc commun de formation» que le Plan Langevin- Wallon, au lendemain de la seconde guerre mondiale, définissait afin de permettre à tous les enfants d accéder à la culture et au «développement maximum» de leur personnalité? S appuie-t-il sur «l instruction commune» telle que Condorcet la pense en vue de pérenniser l espace public et la liberté de chacun? Ou provient-il encore des recherches sur les «compétences clés» que le Parlement européen a définies en 2006? Force est de reconnaître que le S3C entremêle ses racines dans ces différentes terres, ce qui rend ardue la lecture de ses objectifs et complexes les débats à son égard.

2 D un point de vue institutionnel, le socle commun est pensé, dès la loi d orientation et de programme pour l avenir de l école du 23 avril 2005, comme un droit que chaque élève possède au titre de la scolarité obligatoire. Ainsi, l État doit désormais garantir la loi l y oblige que tous les écoliers non seulement reçoivent une instruction jusqu à 16 ans au minimum, mais aussi acquièrent cet ensemble de connaissances et de compétences, «qu il est indispensable de maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire». La loi prévoit à cet effet qu'un rapport sur l'acquisition du socle par les élèves devra être présenté au Parlement par le gouvernement tous les trois ans. Le S3C apparaît donc, dès son institution, comme une priorité nationale et un enjeu majeur. Aussi peut-il être compris comme une nécessité en termes d efficacité de l enseignement et de justice sociale. En effet, c est bien la première fois dans l histoire de notre pays que les contenus d un parcours scolaire obligatoire pour tous sont explicités, rendant les objectifs de l École clairement identifiables pour toutes les familles et tous les professeurs. C est aussi la première fois que l on envisage l éducation du peuple en regard essentiellement de la base pour tous («le plancher») et non en la déclinant à partir du modèle supérieur d un parcours d excellence («le plafond»). Comme l ont noté Baudelot et Establet «les données de l'ocde [Organisation de coopération et de développement économique] établissent d'une façon irréfutable que les efforts pour doter tous les élèves d'une formation minimale de grande qualité conditionnent le nombre et le niveau 37 Cf. article du Code de l éducation. des meilleurs.» Le S3C veut s inscrire, pour une part, dans cette optique, en tentant d être une réponse à l échec relatif du collège français, aux vues des très nombreuses sorties sans qualification et des résultats inférieurs à la moyenne aux tests internationaux de ses élèves depuis le début des années À côté de l objectif de réussite purement scolaire, le S3C se veut outil de promotion d une culture nationale commune, un véritable «ciment de la nation». C est comme si le socle tentait de refondre l École actuelle dans le paradigme de l École républicaine de la fin du XIX e, à cette différence près qui n est pas des moindres que l actuelle n est pas clivée en deux ordres hermétiquement cloisonnés (primaire et secondaire). Ce rapprochement reste pertinent lorsque nous observons que la constitution des différentes compétences - piliers composant le S3C a été réalisée au Parlement, ce qui signifie que la décision sur les contenus scolaires a échappé pour l occasion aux inspections générales de l Éducation nationale pour se jouer devant une assemblée d élus du peuple. Ce renversement (inédit donc depuis l époque de Jules Ferry) a mis à jour d une part que la question de la définition des contenus scolaires est bien un enjeu social fort, source de tensions et de jeux de pouvoir, et d autre BAUDELOT Christian, ESTABLET Roger : L élitisme républicain, Seuil 2009, p. 13. Lire sur ce point le travail de Roger-François GAUTHIER et Margaux LE GOUVELLO : L instauration d un «socle commun de connaissances et de compétences» en fin de scolarité obligatoire en France en : «politisation» du champ curriculaire et renouvellement des savoirs mobilisés, juillet 2009,

3 part que l École doit être pensée dans sa globalité (et non comme un ensemble de disciplines juxtaposées et autonomes) et dans son inscription sociale. Or, précisément, c est là que la réflexion collective sur un socle commun ne doit pas être occultée, car il est un outil qui, selon la perspective dans laquelle on l envisage, peut répondre à des projets de société tout à fait différents. Par exemple, parce qu il oblige au suivi des acquis des élèves, le S3C paraît une arme efficace contre le décrochage. Il permet de repérer quels aspects font défaut dans l apprentissage d un élève dans l optique d y apporter une réponse rapide et personnalisée. C est le point de vue de nombreux pédagogues qui se sont approprié le travail par compétences et qui utilisent l erreur comme moyen d apprendre et base de progression. D un autre côté, le repérage systématique des acquis peut tout aussi bien servir à favoriser le classement hiérarchique, lisible sur l ensemble de la scolarité, des élèves entre eux, et les dispositifs de remédiation condamner l avenir de ceux qui en bénéficient (s ils ne retournent plus au tronc commun). Autre exemple : le S3C peut être vu à la fois comme une opportunité pour créer les conditions d une égalité réelle d accès à l offre scolaire dans le cadre du collège unique - au sein duquel l absence de définition des contenus scolaires que tous devaient acquérir jouait indéniablement en faveur d un déséquilibre des parcours scolaires en fonction des héritages familiaux et même des lieux de scolarité - mais aussi, paradoxalement, comme le moyen de démanteler le collège cf. HAUT CONSEIL de l ÉDUCATION, Le collège, unique en garantissant que chacun, quel que soit son parcours personnel, acquerra le même bien, en termes de compétences et de connaissances. Dans ces conditions, il n est pas étonnant que les conclusions du rapport du député Jacques Grosperrin, présenté en juin 2010 devant le Parlement, affirment que le socle «est loin d être une réalité au collège». Selon le rapport du député, l institution ellemême a insuffisamment accompagné sa mise en place, et nombres d acteurs de terrain se sont retrouvés face à l outil d évaluation des acquis des élèves à savoir le livret personnel de compétence (LPC) sans véritable formation quant aux nouvelles pratiques que cela implique. Pour cela, il conviendrait sans doute que soit explicité l enjeu que représente le S3C en termes de démocratisation scolaire et, dans cette optique, que soit affirmée une identité forte pour le collège : non plus le premier degré du secondaire, non plus une propédeutique au lycée général, mais point d orgue de la scolarité obligatoire aux côtés de l école primaire et ainsi, prémisse indispensable à tout type de parcours scolaire, professionnel et social ultérieur. Cependant, pour que cet aspect, contenu implicitement dans la loi, devienne une réalité sur le terrain, sans doute est-il nécessaire de repenser l organisation des cours au sein du collège GROSPERRIN Jacques, "Rapport d'information déposé par la commission des affaires culturelles et de l'éducation en conclusion des travaux sur la mise en œuvre du socle commun de connaissances et de compétences au collège", enregistré à la présidence de l'assemblée nationale le 7 avril Notons qu entre novembre 2008 et mai 2009 ont eu lieu quatre séminaires et un colloque international à l'inrp dans le cadre de la recherche «De la culture commune au socle commun».

4 ainsi que la formation des professeurs. En effet, historiquement, le collège unique s est constitué par la réunification de trois ordres scolaires ayant chacun leur logique, structure et administration propres : primaire, secondaire et technique. Or, l unification s est faite en se calant sur le modèle du secondaire, tant dans les contenus des programmes d enseignement que dans les statuts des professeurs. Avec la disparition du corps des professeurs d enseignement général des collèges (PEGC), professeurs bivalents, formés dans une logique proche de celle du primaire, le modèle du secondaire a achevé de phagocyter toute autre approche au sein du collège unique. C est dans ces conditions que ce dernier, au fil des années, a vu se développer et multiplier l échec et le déclassement d une part toujours plus importante d élèves, peu armés de par leur capital social et culturel pour réussir dans cette structure fondée sur une culture dominante discriminante. Face à cette situation, les ministres successifs de l Éducation nationale commanderont régulièrement des rapports sur la situation et l avenir du collège français. Ainsi, pendant trente ans, la question de la définition d un savoir commun minimal comme pendant nécessaire à la viabilité du collège unique est devenue récurrente. Nous pouvons observer qu'entre le 11 juillet 1975 (naissance du collège unique) et le 11 juillet 2006, trente et une années de réflexions, de commissions, de rapports, ont permis d'introduire progressivement la question du socle commun dans un univers qui y était, au Sur ce point, cf. Claude LELIÈVRE, Les politiques scolaires mises en examen, ESF, 2008, chap. 8. départ, clairement hostile. René Haby, Louis Legrand, Pierre Bourdieu, Luc Ferry, François Dubet, Claude Thélot et beaucoup d'autres auront ainsi produit une somme de travaux substantiels, préparant les esprits à une approche différente de la pédagogie impliquant le dépassement nécessaire de la seule transmission verticale du savoir et du cloisonnement des disciplines - et surtout à la nécessité, d'une part, d'en finir avec un système inégalitaire et, d'autre part, de construire une véritable identité pour le collège. Il convient toutefois de reconnaître que la dernière commission, présidée par Claude Thélot, aura eu un rôle décisif. Suite à ces travaux, le champ politique s est réapproprié la question des contenus scolaires (puisque le socle fut défini devant le Parlement et non dans les différentes inspections de l Éducation nationale), ce qui, d ailleurs, est peut-être une explication au manque d enthousiasme dont a fait preuve le ministère de l Éducation nationale dans la mise en œuvre du S3C. Une fois reconnue qu un socle commun est une nécessité relative à la cohésion, à la justice sociale et à l efficacité de l enseignement, la question qui demeure est de savoir si la mise en place du S3C dans notre pays répond à ce socle idéel, et s il répond véritablement aux exigences d une culture commune. Si l'argument consistant à dire que le socle commun a été rendu possible Cf. «Pour la réussite de tous les élèves : Rapport de la Commission du débat national sur l'avenir de l'ecole présidée par Claude Thélot», La Documentation Française, octobre Rappelons qu à ce jour, le gouvernement n a toujours pas présenté au Parlement de rapport sur l acquisition du socle par les élèves.

5 par l'alignement de la politique éducative française sur celle que prônent les travaux européens n'est, comme nous l avons vu, sans doute pas suffisant, il n'en est pas moins en partie recevable. La «stratégie de Lisbonne», à travers laquelle l'union européenne tente de mettre en œuvre «l'économie de la connaissance», est en place depuis Elle a pour caractéristique de vouloir établir une Europe puissante dans le monde, par l'intermédiaire d'une économie compétitive, qui s'appuie elle-même sur une formation initiale et continue capable d'amener le plus grand nombre possible d'étudiants aux plus hauts niveaux de diplômes. Cet objectif d'excellence par la formation est un enjeu économique majeur dans un monde transformé, à l'intérieur duquel les anciens pôles dominants se délitent face à la montée de nouvelles puissances. Rester en course au sein de la compétition mondialisée (si tel est l'objectif) nécessite de construire une société de nombreux diplômés de haut niveau, d ingénieurs et de techniciens, une «société de la connaissance». C'est dans ce contexte qu un «cadre de référence européen» est pensé en Europe, composé de 8 «compétences clés». Ce «cadre de référence» se base donc sur les observations des spécialistes, qui désirent rendre l'école Cf. l annexe du décret du 11 juillet 2006 relatif au socle commun de connaissances et de compétences et modifiant le code de l'éducation le dit d ailleurs clairement : «La définition du socle commun prend également appui sur la proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil de l'union européenne en matière de «compétences clés pour l'éducation et l'apprentissage tout au long de la vie»». Cf. annexe du Journal officiel de l Union européenne du 30/12/2006, intitulée «Compétences clés pour l'éducation et la formation tout au long de la vie un cadre de référence européen». efficace et performante. Or, de ce point de vue, les modèles de pays qui amènent le plus grand nombre d'élèves aux meilleures places dans les évaluations internationales sont ceux qui possèdent un long tronc commun d'enseignement, sans spécialisation précoce ni filières différenciées. C est en effet ce que les tests du Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves (PISA) nous ont appris en 2000, 2003, 2006 et ont confirmé en Ainsi donc, le socle commun, qui se veut outil de promotion de la justice sociale, ne doit peutêtre sa naissance institutionnelle que parce qu il peut correspondre au modèle de développement économique dominant. Ainsi, plusieurs questions restent posées, quant à la nature des influences européennes du S3C. Il semble que la logique inhérente au socle commun ne puisse pas se réduire à celle affichée par l Union européenne à propos de son «cadre de référence», si l on considère que celui-ci s inscrit dans la stratégie de Lisbonne. Par exemple, si l on compare les définitions données des différentes compétences, on remarque que le S3C met davantage l accent sur la nécessité d acquérir une culture humaniste d une part et d autre part ne fait pas dépendre la recherche de l autonomie d un «esprit d entreprise», comme le fait la compétence 7 du cadre de référence européen. Mais sont-ce là des divergences signifiantes ou une simple adaptation pour pouvoir s intégrer dans le paysage scolaire français, traditionnellement hostile à ce qui peut venir du monde de l entreprise? La notion de compétences a également nourri les débats au sujet du socle commun, bien que de nombreux travaux et expérimentations tendent aujourd hui à en

6 donner à chacun une autre vision (l approche par compétence est déjà une réalité, que ce soit à l école primaire ou dans les programmes d EPS ou de langues). En effet, au nom d une vision restrictive de la compétence, très différente de l approche pédagogique par compétences, certains manifestent la crainte non seulement que le socle abandonne toute prétention à transmettre une véritable culture générale, mais aussi ne soit qu un outil restreint de formation de travailleurs. C est pourquoi la France a gardé le terme de «connaissances» dans l intitulé de son socle (contrairement au cadre de référence européen qui ne définit que des «compétences-clés»), en explicitant ainsi la volonté de dépasser l opposition traditionnelle entre compétence et connaissance au sein de laquelle le terme de compétence ne renverrait qu à un seul savoir-faire dans le cadre de l exécution d une tâche particulière, la connaissance restant garante de l émancipation de l individu et de l accession à sa pleine humanité. Cependant, dès lors qu il est clair que la notion de compétence, qui tend à redéfinir dans les faits un «nouveau paradigme scolaire», est prise pour ce qu elle est, à savoir un outil qui en tant que tel peut se colorer différemment en fonction de l utilisation, le véritable enjeu ne réside pas dans le débat sur la compétence mais reste celui de la finalité de l éducation. prend sera très différente selon que l accent est mis sur tel ou tel de ces aspects. Or, l objectif explicite de la stratégie de Lisbonne qui est, concernant l Europe, de «devenir la zone économique la plus compétitive au monde», semble subordonner prioritairement le sens et la portée de l éducation à un modèle de développement économique particulier. La question est de savoir si, dans l histoire qui s écrit, les 7 compétences qui constituent le socle français s inscrivent dans la même logique, ou si la visée humaniste d une culture commune reste première, comme l affirme le texte du décret qui, en instituant le socle commun de connaissance et de compétence, l enracine explicitement dans l histoire de la démocratisation scolaire et de ses momentsclés : «Cinq générations après les lois scolaires fondatrices de la IIIe République, une génération après l'instauration du collège unique, le socle constitue une référence commune, pour tous ceux qui confient leurs enfants à l'école, mais aussi pour tous les enseignants.» Il conviendrait donc de recueillir les avis et débats qui ont traversé la commission présidée par Claude Thélot, à l origine de la première définition du socle, pour appréhender de manière plus précise les influences et ramifications du S3C, ce qui sera l objet d un prochain travail. Si cette dernière doit à la fois former un citoyen, permettre l épanouissement de l individu tout en le préparant à intégrer un monde du travail en évolution, la forme qu elle Cf. Éric Morel : «Compétences : un nouveau paradigme scolaire?», mémoire de master MÉEF sous la direction de Thierry Machefert, IUFM de Caen, juin «Le Conseil européen extraordinaire de Lisbonne (mars 2000) : vers une Europe de l'innovation et de la connaissance», Europa, site de synthèses de la législation de l'ue. (28/04/2012) Annexe du décret du 11 juillet 2006 relatif au socle commun de connaissances et de compétences.

7 REFERENCES OUVRAGES BAUDELOT C., ESTABLET R. : L'élitisme républicain, Seuil GAUTHIER R.-F. et LE GOUVELLO M. : "L'instauration d'un "socle commun de connaissances et de compétences" en fin de scolarité obligatoire en France en : "politisation" du champ curriculaire et renouvellement des savoirs mobilisés.", juillet 2009, nal17h24.pdf GROSPERRIN Jacques, "Rapport d'information déposé par la commission des affaires culturelles et de l'éducation en conclusion des travaux sur la mise en œuvre du socle commun de connaissances et de compétences au collège", enregistré à la présidence de l'assemblée nationale le 7 avril HAUT CONSEIL de l'éducation, Recommandations pour le socle commun, 23 mars HAUT CONSEIL de l'education, Le collège, LANGEVIN P. et WALLON H., Plan Langevin-Wallon de réforme de l'enseignement, Paris, PUF, LELIÈVRE C., Les politiques scolaires mises en examen, Issy-les-Moulineaux, ESF, THÉLOT C., Pour la réussite de tous les élèves, rapport de la commission du débat national sur l'avenir de l'école, La documentation française, Paris, ARTICLES MARAVAL J. : "Le socle commun : une idée ancienne qui a de l'avenir", Les Cahiers pédagogiques - Hors-série numérique n 20, mars 2010 RAULIN D. : "La délicate intégration des compétences dans les programmes", Les Cahiers pédagogiques n 476, novembre 2009

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Conférence - Débat. «Notes ou pas notes?» «Quelle évaluation pour les élèves?» vendredi 29 mai 2015 Montauban FCPE 82

Conférence - Débat. «Notes ou pas notes?» «Quelle évaluation pour les élèves?» vendredi 29 mai 2015 Montauban FCPE 82 Conférence - Débat «Notes ou pas notes?» «Quelle évaluation pour les élèves?» vendredi 29 mai 2015 Montauban FCPE 82 1/50 Brève présentation 2/50 Thomas CRESPIN 3/50 professeur de mathématiques en collège

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

Une École juste pour tous et exigeante pour chacun PROJET DE LOI POUR LA REFONDATION DE L ÉCOLE DOSSIER DE PRÉSENTATION

Une École juste pour tous et exigeante pour chacun PROJET DE LOI POUR LA REFONDATION DE L ÉCOLE DOSSIER DE PRÉSENTATION Une École juste pour tous et exigeante pour chacun PROJET DE LOI POUR LA REFONDATION DE L ÉCOLE DOSSIER DE PRÉSENTATION #RefondonslEcole education.gouv.fr photos : PictureTank - MEN Les 25 mesures clés

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

proposant des formations et enseignements professionnels

proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels Sommaire Introduction 5 Le contexte et les enjeux 5 La cible du guide 6 La valeur-ajoutée

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité?

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? 1 L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? Prof. Gérard CLIQUET Président de la CIDEGEF IGR-IAE, Université de Rennes 1, FRANCE L année

Plus en détail

Consultation 2014-2015

Consultation 2014-2015 Consultation 2014-2015 Synthèse des résultats de la consultation nationale sur le projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL 1 >>> 2 >>> 3 >>> 4 >>> page AXE 1... 2 AXE 2... 4 AXE 3... 7 AXE 4... 9 1 Favoriser la continuité et la réussite des parcours

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

!!" # $ % & ' ( ) # * ( + # # $ (, $ - (. / -- 0 # # 1-2 - # $ 3 - ( 4 *4-5. & ) * 5

!! # $ % & ' ( ) # * ( + # # $ (, $ - (. / -- 0 # # 1-2 - # $ 3 - ( 4 *4-5. & ) * 5 "$ %&' ( )* ( +$ (,$- (./-- 0 1-2- $ 3- ( 4*4-5.&)* 5 Un cadre légal : Les écoles primaires, à la différence des collèges et des lycées, ne sont pas des établissements publics autonomes, et ne bénéficient

Plus en détail

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Lois 31723 p.1 Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française D. 12-01-2007 M.B.

Plus en détail

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles. novembre 2009 Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.fr INSPECTION COMMUNICATION Sommaire Les finalités du Programme de

Plus en détail

25 septembre 2015. Programme niveau collège

25 septembre 2015. Programme niveau collège 25 septembre 2015 Programme niveau collège Le Carrefour des Solutions 80 stands à découvrir à travers un questionnaire adapté à chaque niveau (primaire/collège/lycée). Les élèves sont invités à parcourir

Plus en détail

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI 1) Place des mathématiques actuellement dans le document de référence de la CTI Le document CTI - Références et Orientations n évoque pas explicitement

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Projet numérique départemental 2012-2013

Projet numérique départemental 2012-2013 Projet numérique départemental 2012-2013 Rappels sur le projet numérique départemental Le projet numérique académique est articulé avec les ambitions du projet académique dont il reprend les objectifs.

Plus en détail

Avis n 2010/04-05 relatif à l habilitation de l Université de Technologie de Troyes (UTT) à délivrer des titres d ingénieur diplômé

Avis n 2010/04-05 relatif à l habilitation de l Université de Technologie de Troyes (UTT) à délivrer des titres d ingénieur diplômé Avis n 2010/04-05 relatif à l habilitation de l Université de Technologie de Troyes (UTT) à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet : A : examen de l habilitation arrivant à échéance en phase avec

Plus en détail

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique Projet d école 2014-2018 Guide méthodologique 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 LES TEXTES DE REFERENCES... 4 LES ETAPES D ELABORATION DU PROJET D ECOLE... 4 ETAPE 1 : BILAN DU PROJET, DIAGNOSTIC... 5 1. LE

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

PRÉPARER SA CLASSE EN QUELQUES CLICS

PRÉPARER SA CLASSE EN QUELQUES CLICS PROFESSEUR DES ÉCOLES PRÉPARER SA CLASSE EN QUELQUES CLICS Éric SEGOUIN Denis BASCANS Une méthode et un outil d aide à la conception et à la programmation de séquences d enseignement pour l école primaire

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise

INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE Formation en cours de Carrière Avec l aide du Fonds

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION 1 MASTER 2 MEEF en ALTERNANCE PRESENTATION GENERALE 2 La professionnalisation en alternance que vous allez vivre cette année vous permettra d entrer dans le métier

Plus en détail

Compte- rendu de l atelier 1 :

Compte- rendu de l atelier 1 : Journée des ressources numériques et des actions pédagogiques - 19 mai 2014 Compte- rendu de l atelier 1 : De quelles ressources numériques ont besoin les enseignants? Echanges à partir d un bilan de l

Plus en détail

Finlande : chaque élève est important

Finlande : chaque élève est important Finlande : chaque élève est important PHOVOIR Introduction «Chaque élève est important. 1» La Finlande est un petit pays de cinq millions d'habitants fortement engagé dans l'europe. Son école mérite le

Plus en détail

Groupe de travail d enseignants SEGPA : LA GESTION DES ELEVES DIFFICILES

Groupe de travail d enseignants SEGPA : LA GESTION DES ELEVES DIFFICILES Groupe de travail d enseignants SEGPA : LA GESTION DES ELEVES DIFFICILES Année scolaire 2005-06 Coordinateurs : Jean Luc Bourdeau CP AIS, Stéphane André secrétaire CCSD et Christian Gazzano, enseignant

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er TITRE I ER DISPOSITIONS GENERALES. Article 2. Section 1 Les principes et les objectifs de l éducation.

PROJET DE LOI ------ Article 1 er TITRE I ER DISPOSITIONS GENERALES. Article 2. Section 1 Les principes et les objectifs de l éducation. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l éducation nationale PROJET DE LOI d orientation et de programmation pour la refondation de l école de la République ------ Article 1 er Le rapport définissant les objectifs

Plus en détail

Point de situation sur la réforme du lycée. I. Les faiblesses du lycée actuel et la nécessité de le réformer

Point de situation sur la réforme du lycée. I. Les faiblesses du lycée actuel et la nécessité de le réformer 1 Point de situation sur la réforme du lycée I. Les faiblesses du lycée actuel et la nécessité de le réformer Sur le diagnostic et la problématique de départ, l essentiel du travail est fait. D une part,

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE DEVENIR ENSEIGNANT : LES NOUVEAUTÉS ENQUÊTE : LES FRANÇAIS ET LE MÉTIER D ENSEIGNANT CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Ouverture sur le monde économique Formation tout au long de la vie

Ouverture sur le monde économique Formation tout au long de la vie Ouverture sur le monde économique Formation tout au long de la vie SOMMAIRE 1. Cadre législatif et réglementaire : textes officiels 2. Rapports officiels 3. Actes 4. Ouvrages 5. Dossiers et articles de

Plus en détail

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation La ville fait école Avant-propos Barbara Eberhard Conseillère municipale, St-Gall Direction école et sport

Plus en détail

Commission de la Formation et de la Vie Universitaire

Commission de la Formation et de la Vie Universitaire Commission de la Formation et de la Vie Universitaire Séance du 11 mars 2014 Point 5 de l ordre du jour Règles générales relatives aux modalités d évaluation des étudiants en Licence et en Master pour

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

with the support of EFMET cooperation partners:

with the support of EFMET cooperation partners: Recommandations à la Commission Européenne sur le rôle de l enseignement musical et de la formation musicale professionnelle dans le nouveau programme européenne pour la culture with the support of EFMET

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 29 janvier 212 EFFETS REDISTRIBUTIFS DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Résultats actualisés et simulations de l INSEE 1 SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 1 INTRODUCTION 1) Motivations

Plus en détail

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE LICENCE GÉOGRAPHIE Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE Présentation Etablissement Objectifs Offrir aux étudiants des

Plus en détail

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS 1) Les coopératives et les foyers ne sont pas des moyens de pallier certaines insuffisances financières ou matérielles : Ce

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Novembre 2013 1. Qu est-ce qu une AEF? Une action éducative familiale est une action menée avec des adultes qui sont aussi parents et pour

Plus en détail

Conseil & Audit Les leviers de la croissance

Conseil & Audit Les leviers de la croissance Conseil & Audit Les leviers de la croissance Les cabinets de conseil et d audit vivent une évolution de fond qui remet en cause certains fondamentaux de leur culture : Concurrence accrue, moindre différenciation,

Plus en détail

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE ENTRE : L'Inspecteur d'académie, Directeur des services départementaux de l'education Nationale, Le Président du Comité Départemental U.S.E.P. de l'ain,

Plus en détail

Le retour des maîtres d EPS, provocation ou réalité?

Le retour des maîtres d EPS, provocation ou réalité? L éducation physique à l école : Le retour des maîtres d EPS, provocation ou réalité? Avril 2009 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Formations n S.0.01.04.02.c03/1/2 n S.0.01.04.02.c03/2/2 Opérateur : ULB-ULg-UMH

Formations n S.0.01.04.02.c03/1/2 n S.0.01.04.02.c03/2/2 Opérateur : ULB-ULg-UMH IFC Formations n S.0.01.04.02.c03/1/2 n S.0.01.04.02.c03/2/2 Opérateur : ULB-ULg-UMH Préparer la transition secondaire-université dans les cours de mathématiques Présentation générale Stéphanie BRIDOUX

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Libre de Bruxelles (ULB) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank

Plus en détail

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé af DE VAUD Département de la formation et de la jeunesse DFJ Projet : «Ecole et informatique» 1 Introduction Près de deux décennies après l introduction des premiers ordinateurs dans l École obligatoire,

Plus en détail

Décret définissant la formation initiale des instituteurs et des régents D. 12-12-2000 M.B. 19-01-2001

Décret définissant la formation initiale des instituteurs et des régents D. 12-12-2000 M.B. 19-01-2001 Lois 25501 p.1 Décret définissant la formation initiale des instituteurs et des régents D. 12-12-2000 M.B. 19-01-2001 modifications : D. 20-12-01 (M.B. 31-01-02) D. 17-07-02 (M.B. 24-08-02) D. 27-02-03

Plus en détail

MASTER Mention MEEF. «Métiers de l Enseignement, l Education et la Formation Second Degré». Spécialité : HISTOIRE-GEOGRAPHIE

MASTER Mention MEEF. «Métiers de l Enseignement, l Education et la Formation Second Degré». Spécialité : HISTOIRE-GEOGRAPHIE MASTER Mention MEEF «Métiers de l Enseignement, l Education et la Formation Second Degré». Spécialité : HISTOIRE-GEOGRAPHIE Nouveau master mis en place à compter de septembre 2013 pour les M1. Pour le

Plus en détail

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2 Périgueux, le 23 septembre 2013 L Inspecteur de l Education nationale, à Mesdames et Messieurs les Directeurs d école et Mesdames et Messieurs les enseignants de la circonscription de Périgueux II COMMUNICATION

Plus en détail

Master Droit 1 ère année Règlement des études

Master Droit 1 ère année Règlement des études PRES Université Lille Nord de France Faculté de Droit de Boulogne sur Mer Centre universitaire Saint Louis 21, rue Saint Louis BP 774 62327 Boulogne sur Mer Master Droit 1 ère année Règlement des études

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Finance de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes Evaluation

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

L École réduit-elle les inégalités sociales?

L École réduit-elle les inégalités sociales? L École réduit-elle les inégalités sociales? 16 Chacun sait que le niveau de qualification et les diplômes obtenus au cours de la scolarité déterminent, en grande partie, la position sociale future. On

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Appel à Projets FSE 2015 GIP AGIRE VAL DE MARQUE/OBJET : PLIE

Appel à Projets FSE 2015 GIP AGIRE VAL DE MARQUE/OBJET : PLIE Appel à Projets FSE 2015 GIP AGIRE VAL DE MARQUE/OBJET : PLIE Date Limite de Candidature : pour la réponse au PLIE : 11 mai 2015 pour la réponse dans «Ma Démarche FSE» : 1 juin 2015 Votre Correspondant

Plus en détail

CHANGEMENT D'IDENTITE D'UN THEATRE

CHANGEMENT D'IDENTITE D'UN THEATRE Marianne Bevand marian.bevand@gmail.com tél : 06 18 37 16 66 Master 2 Professionnel de conduite de projets culturels et connaissance des publics Note de synthèse pour le cours de Mr Emmanuel Wallon 18/01/2006

Plus en détail

Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement

Note de Service spéciale Les modalités d'inspection des enseignants Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015 Tableau d'émargement Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement 1 8 2 9 3 10 4 11 5 12 6 13 7 14 Je demande

Plus en détail

CFA création et innovation industrielle

CFA création et innovation industrielle CFA création et innovation industrielle Inauguration à l Ecole de design Nantes Atlantique Atlanpole La Chantrerie Mardi 28 novembre 2006 à 10h45 Communiqué de synthèse p 2 Région des Pays de la Loire

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève «La citoyenneté active et participative» Des repères pour le chef d établissement novembre 2009 L espace cadre, votre service de proximité http://crdp.ac-besancon.fr/index.php?id=espace-cadres La sélection,

Plus en détail

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences Animation pédagogique Mise en œuvre du LPC 87 Un principe majeur! L école maternelle n est pas un palier du socle commun de connaissances

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Haute Ecole Galilée Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS, MM. Mihai COMAN, Bruno

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

La refondation de l École fait sa rentrée. Année scolaire 2013-2014

La refondation de l École fait sa rentrée. Année scolaire 2013-2014 La refondation de l École fait sa rentrée Année scolaire 2013-2014 Dossier de présentation août 2013 Sommaire Édito des ministres Les moyens nouveaux à la rentrée scolaire 2013-2014 (infographie) Les nouveautés

Plus en détail

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Ce document, présenté comme un tout, se décline en réalité selon deux

Plus en détail

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI)

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI) Département de l'éducation, de la culture et du sport Service de l enseignement Inspectorat de la scolarité obligatoire BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS

Plus en détail

SOCLE COMMUN ET EXCELLENCE EN EUROPE : DE L ÉGALITÉ DES CHANCES À L ÉGALITÉ DES RÉSULTATS

SOCLE COMMUN ET EXCELLENCE EN EUROPE : DE L ÉGALITÉ DES CHANCES À L ÉGALITÉ DES RÉSULTATS N 453 MEUNIER Olivier [Veille scientifique et technologique, INRP] SOCLE COMMUN ET EXCELLENCE EN EUROPE : DE L ÉGALITÉ DES CHANCES À L ÉGALITÉ DES RÉSULTATS L influence des standards anglo-saxons a favorisé

Plus en détail

Aroéven Caen Normandie

Aroéven Caen Normandie Aroéven Caen Normandie Aroéven Caen Normandie Passer du FSE à la Maison des Lycéens, pas si compliqué! Une association, pour quoi faire? Une association, pour faire quoi? Une association dans le lycée

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

S inscrire à l ISFEC pour devenir professeur des collèges et lycées Les concours les formations l alternance l accord collégial

S inscrire à l ISFEC pour devenir professeur des collèges et lycées Les concours les formations l alternance l accord collégial S inscrire à l ISFEC pour devenir professeur des collèges et lycées Les concours les formations l alternance l accord collégial www.isfec-montpellier.org Rentrée 2014 L Institut Saint Joseph : un ISFEC

Plus en détail