UNEP /UNESCO /UNCH / ECA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNEP /UNESCO /UNCH / ECA"

Transcription

1 UNEP /UNESCO /UNCH / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA Bénin, Guinée, Niger, Mali, Côte d Ivoire, Sénégal, Burkina Faso AQUIFERE SUPERFICIEL ET POLLUTION URBAINE EN AFRIQUE Bénin, Burkina Faso, Côte d Ivoire, Mali, Niger, Sénégal RAPPORT D ETAPE - COTE D IVOIRE DECEMBRE COORDONATEUR NATIONAL DU PROJET : Dr Jean Patrice Roger JOURDA

2 SOMMAIRE ) CARTE SIMPLIFIEE AVEC POINTS DE SUIVI DE LA POLLUTION ) VARIATION DES PLUIES ) VARIATION DES NIVEAUX PIEZOMTRIQUES )DIAGRAMME DE LA VARIATION DE LA CONDUCTIVITE, DU Ph ET DE LA TEMPERATURE 5)DIAGRAMME DES INDICATEURS DE POLLUTION 6)BACTERIOLOGIE 7)FIABILITE DES MESURES DE TERRAIN CONCLUSION

3 ) CARTE SIMPLIFIEE AVEC POINTS DE SUIVI DE LA POLLUTION Figure : CARTE DE POINTS DE SUIVI DE LA POLLUTION Nous avons sélectionné stations d enregistrement hebdomadaire de la conductivité, le ph et la température. Ces stations sont des forages profonds captant la nappe d Abidjan servant à l alimentation en eau potable de la ville d Abidjan.

4 ) VARIATION DES PLUIES PLUIE MENSUELLE EN mm 6 5 JAN FEV MARS AVRIL MAI JUIN JUIL AOUT SEPT OCT NOV DATE Figure : Variation des pluies mensuelles à la station Abidjan aéroport de janvier à novembre 8 6 // // // // /5/ PLUIE JOURNALIERE EN mm /6/ /7/ /8/ /9/ // // DATE Figure :Variation des pluies journalières à la station Abidjan aéroport de janvier à novembre Nous avons représenté sur un graphe, les variations des pluies mensuelles et sur deux autres les variations des pluies journalières allant de janvier à novembre. Cela nous donne une idée de l intensité de la recharge au niveau de la nappe d Abidjan et devrait nous permettre d apprécier les variations saisonnières au niveau de la conductivité. Il ressort de l analyse de ces graphes que l année a été beaucoup pluvieuse avec une répartition des pluies sur toute l année.

5 ) VARIATION DES NIVEAUX PIEZOMETRIQUES PIEZOMETRE FILTISSAC PIEZOMETRE ANONKOUA KOUTE Profondeur de la nappe en m // // // // /5/ /6/ /7/ /8/ /9/ // // Profondeur de la nappe en m // // // // /5/ /6/ /7/ /8/ /9/ // // PIEZOMETRE NIANGON PIEZOMETRE SONGON Profondeur de la nappe en m //.5.5 // // // /5/ /6/ /7/ /8/ /9/ // // profondeur de la nappe en m // 5// 5// 5// 5/5/ 5/6/ 5/7/ 5/8/ 5/9/ 5// 5// Figure : Variation des profondeurs de la nappe d Abidjan dans les piézomètres Filtissac, Anonkoua Kouté, Niangon et Songon Nous avons choisi types de piézomètre en fonction de la profondeur de la nappe aquifère : -piézomètre moins profond : Niangon ; -piézomètre à profondeur intermédiaire : Songon, Anonkoua Kouté ; -piézomètre profond : Filtissac. Les piézomètres Filtissac et Anonkoua Kouté sont compris dans la zone d emprise du projet contrairement aux deux autres mais situés qu à même sur la nappe. Les niveaux piézomètriques dans ces piézomètres ont été mesurés, à partir du mois septembre, chaque 5 jours. Il ressort de l analyse de la variation des niveaux piézométriques que la nappe se recharge. Dans les piézomètres ( Filtissac, Niangon, Songon ), le niveau baisse jusqu en Août et Septembre et après ce mois le niveau de la nappe remonte. On constate un décalage dans le temps entre la période pluvieuse et la remontée de la nappe. Ce décalage étant variable en fonction de la profondeur de la nappe. Par contre le piézomètre Anonkoua Kouté n a pas le même comportement que les trois autres. Le niveau de la nappe remonte depuis janvier jusqu au mois d octobre où nous constatons une stabilisation avec un début de descente au mois de décembre.

6 ) DIAGRAMME DE VARIATION DE LA CONDUCTIVITE, DU ph ET DE LA TEMPERATURE VARIATION DE LA CONDUCTIVITE DE L'AQUIFERE D'ABIDJAN SEPTEMBRE/OCTOBRE/NOVEMBRE Conductivité en microsiemens/cm () Adjamé 7/Pollution niveau ( niveau piezom. 58 m ) Adjamé /Pollution niveau ( niveau piezom. 55 m ) () Zone Nord /Pollution niveau () Abobo Avocatier :Eau non polluée 5 () Anonkoua kouté 6: Zone de recharge-zone amont /Eau non polluée ( niveau piezométrique 7 m ) 8/9/ /9/ /9/ /9/ 6/9/ 8/9/ /9/ // // 6// 8// // // // 6// 8// // // // 6// 8// // // // 5// 7// 9// // // 5// 7// 9// // // 5// 7// DATE MOIS/JOUR Figure 5 : Variation de la conductivité dans l aquifère d Abidjan durant les mois de Septembre, Octobre et Novembre Les effets de la variation saisonnière ne sont pas encore perceptibles parce que les observations ont été faites sur trois mois. Il faudra peut être attendre les mesures sur une année ( d ici la fin du projet) pour pouvoir faire des remarques à ce sujet. Il y a une variation mais qui n est pas trop accentuée sur la station (7) d Adjamé. 5

7 TABLEAU :CONDUCTIVITE EN US/CM DES STATIONS DE SUIVI DATE AD7 AD AA ZN AK6 8/9/ 6 6 6/9/ // // // // // // // // // Les diagrammes de la conductivité varient µs/cm et µs/cm. Les eaux non polluées ayant une conductivité autours de à us/cm. Au fur et à mesure que les valeurs des indicateurs de pollution augmentent dans les eaux, les valeurs de conductivités croissent aussi pour atteindre des valeurs de µs/cm jusqu à µs/cm avec des valeurs intermédiaires de µs/cm. DIAGRAMME DE VARIATION DU ph 5 ADJAME7.5 ADJAME ph ZONE NORD ABOBO AVOCATIER ANONKOUA KOUTE 6.5 9/9/ 6/9/ // // 7// // // 7// // // 8// DATE Figure 6 :VARIATION DU PH DANS L AQUIFERE D ABIDJAN 6

8 TABLEAU : MESURES DU PH DES STATIONS DE SUIVI ZONE NORDABOBO ANONKOUA DATE ADJAME 7 AVOCATIER KOUTE 6 9/9/ /9/ // // // // // // // // // L analyse du diagramme de variation des valeurs de ph indique clairement que les eaux sont acides avec des valeurs de ph autours de.5. DIAGRAMME DE VARIATION DE LA TEMPERATURE 8 ADJAME /9/ 6/9/ // // 7// // TEMPERATURE EN C // 7// // // 8// ADJAME ZONE NORD ABOBO AVOCATIER ANONKOUA KOUTE 6 DATE Figure 7 : VARIATION DE LA TEMPERATURE DANS L AQUIFERE D ABIDJAN L étude des diagrammes montrent que les eaux d Abidjan ont des valeurs de température qui oscillent entre 5 C et 7 C. On constate que les températures ne sont pas constantes. 7

9 TABLEAU : MESURES DE LA TEMPERATURE DES STATIONS DE SUIVI DATE ADJAME 7 ZONE NORD ABOBO AVOCATIER ANONKOUA KOUTE 6 9/9/ /9/ // // // // // // // // // L étude des diagrammes permet de dégager niveaux de pollution : -niveau I : zone presque non polluée avec des conductivité autours de µs/cm ;() -niveau II : zone avec une pollution intermédiaire avec de conductivité autours de µs/cm ; -niveau III:zone polluée avec des conductivités autours de µs/cm.() 8

10 5) DIAGRAMME DES INDICATEURS DE POLLUTION Nous avons volontairement laissé de côté la station () parce que nous n avons qu une seule mesure, et que nous ne pouvions tracer une variation des indicateurs de pollution. Actuellement ces trois éléments constituent véritablement un problème dans la nappe d Abidjan. L évolution Nord-Sud de la pollution montre un niveau relativement élevé sur Adjamé 7 (). Tous les indicateurs de pollution sont au dessus des normes de potabilité. Depuis pratiquement deux à trois ans, ces indicateurs de pollution sont en constante évolution. Les nitrates commencent à atteindre un niveau inquiétant ainsi que l aluminium dans les eaux d Abidjan. Cela est parfaitement démontré sur les diagrammes ci-dessous. 5) Nitrates NITRATES ADJAME 7 NITRATES ADJAME NO en mg/l 6 8 Norme de potabilité NO en mg/l 6 8 NORME DE POTABILITE juin-95 juin-96 juin-97 juin-98 juin-99 juin- juin- juin-95 déc-95 juin-96 déc-96 juin-97 déc-97 juin-98 déc-98 juin-99 déc-99 juin- déc- juin- DATE Figure 7 : Variation des nitrates à la station Adjamé 7 () et Adjamé NITRATES ZONE NORD NITRATES ANONKOUA KOUTE 6 N O en m g/l 6 8 NO en mg/l 6 8 juin-95 Norme de potabilité déc-95 juin-96 déc-96 juin-97 déc-97 juin-98 déc-98 juin-99 déc-99 juin- déc- juin- Figure 8:Variation des nitrates à la station Zone Nord () et Anonkoua Kouté 6 () 9

11 ) Ammonium AMMONIUM ADJAME 7 AMMONIUM ADJAME NH en Mg/l juin-95 juin-96 juin-97 juin-98 juin-99 juin- juin- NH en mg/l juin-95 déc-95 juin-96 déc-96 juin-97 déc-97 juin-98 déc-98 juin-99 déc-99 juin- déc- juin- Figure 9 : Variation de l ammonium aux stations Adjamé 7 () et Adjamé AMMONIUM ZONE NORD AMMONIUM ANONKOUA KOUTE 6 NH en mg/l juin-95 juin-96 juin-97 juin-98 juin-99 juin- juin- NH en mg/l jui dé jui dé jui dé jui dé jui dé jui dé jui Figure :Variation de l ammonium aux stations Zone Nord de la station () et Anonkoua Kouté 6 () ) Aluminium ALUMINIUM ADJAME 7 ALUMINIUM ADJAME Al en mg/l avr-99 août-99 déc-99 avr- août- déc- avr- août- AL en mg/l avr-99 juin-99 août-99 oct-99 déc-99 févr- avr- juin- août- oct- déc- févr- avr- juin- août- oct- Figure :Variation de l aluminium aux stations Adjamé 7 () et Adjamé

12 ALUMINIUM ZONE NORD ALUMINIUM ANONKOUA KOUTE 6 Al en mg/l janv-97 mai-97 sept-97 janv-98 mai-98 sept-98 janv-99 mai-99 sept-99 janv- mai- sept- janv- mai- sept- Al en mg/l sept-99 nov-99 janv- mars- mai- juil- sept- nov- janv- mars- mai- juil- sept- Figure :Variation de l aluminium aux stations Zone Nord () et Anonkoua Kouté 6 () 6) BACTERIOLOGIE Durant deux jours, des échantillons d eau ont été prélevés par une équipe de l Institut National d Hygiène Publique d Abidjan (INHP). Sur le plan bactériologique, les eaux, de façon surprenante, ne contiennent pas de bactéries. Les prélèvements et les analyses ont été faits en respectant toutes les normes recommandées dans ces circonstances par l organisme qui avait la charge de les faire. Nous avons représenté sur un diagramme la bactériologie de la campagne du mois d octobre de toutes les stations prélevées en plus des stations sélectionnées. A notre grande surprise toutes ces eaux ne contiennent pas de bactéries. STREPTOCOQUES FECAUX Nombre de streptocoques fécaux dans ml.5 AdjameF ADJAME AdjameF9 ZO5 ZO7 ABOBO ZE NG stations Figure : Concentration de streptocoques fécaux dans les eaux de chaque station Nombre de coliformes fécaux dans ml.5 AdjameF COLIFORMES FECAUX ADJAME AdjameF9 ZO5 ZO7 ABOBO Stations ZE NG

13 Figure : Concentration de Coliformes fécaux dans les eaux de chaque station Nombre de coliformes totaux dans ml.5 AdjameF COLIFORMES TOTAUX ADJAME AdjameF9 ZO5 ZO7 ABOBO ZE NG Stations Figure 5: Concentration de Coliformes totaux dans les eaux de chaque station 7)FIABILITE DES MESURES DE TERRAIN Pour démontrer la fiabilité de nos mesures de terrain, nous avons comparé sur le diagramme ci-dessous le ph de terrain et le ph de laboratoire. Nous aurions voulu le faire justement avec la conductivité, mais cette valeur n a pas été dosé au laboratoire. On constate une parfaite similitude entre ces valeurs. Ce qui confirme la fiabilité de nos mesures de terrain. COMPARAISON DES phl et pht Mésures de ph 8 6 AdjameF ADJAME AdjameF9 ZO5 ZO7 ABOBO ZE NG phl pht stations Figure 6 : Comparaison entre le ph mesuré sur le terrain (pht) et le ph mesuré au laboratoire (phl)

14 CONCLUSION La nappe d Abidjan pour ce qui concerne les sites de suivi présente des eaux, sur le plan chimique, avec des indicateurs de pollution (nitrates et ammonium) en constante progression atteignant parfois à fois la norme indiquée. En outre, depuis un certain temps, les eaux d Abidjan ont des valeurs d aluminium en constante évolution largement au-dessus des valeurs de référence exigées pour les eaux de boisson. Cela commence à constitué un problème dans les eaux d Abidjan.

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES EVALUATION DE LA POLLUTION ET DE LA VULNERABILITE DES AQUIFERES DES GRANDES CI TES

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-16 12h04 16h56 - - 1h54 57 14h05 52 8h48 21h10 0h42 5h29 13h02 17h32 2h43 47 14h56 43 9h32 21h57 1h45 6h18 13h48 18h22 3h48 40 16h08 37 10h28 22h58 2h44 7h24 15h07 19h36 5h04 37 17h27 38 11h38

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-17 9h13 14h42 21h43 3h04* 11h26 82 23h50 81 6h18 18h37 9h52 15h19 22h24 3h43* 12h05 79 --:-- --- 6h55 19h15 10h35 15h58 23h09 4h26* 0h30 77 12h46 74 7h34 19h55 11h22 16h41 23h59 5h13* 1h14 71 13h32

Plus en détail

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA Bénin, Burkina Faso, Côte d Ivoire, Mali, Niger, Sénégal AQUIFERE SUPERFICIEL ET POLLUTION

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

VALEURS DES INDICES. PPEI val.définitive. Réf: 2000 (Prix à la Production de l'industrie et des

VALEURS DES INDICES. PPEI val.définitive. Réf: 2000 (Prix à la Production de l'industrie et des à la Contrats 97-07 et Biogaz valeur juillet 04 112,3 (juillet 04) valeur juillet 04 104,3 (juillet 04) connue en janvier 05 113,2 (déc.04) connue en janvier 05 104,8 (sept.04) connue en janvier 05 127,1

Plus en détail

Cours de photographie, agenda cours vendredi semaine A et B, École d'arts P

Cours de photographie, agenda cours vendredi semaine A et B, École d'arts P ven. 30 sept. 2016 ven. 7 oct. 2016 ven. 14 oct. 2016 mer. 19 oct. 2016 jeu. 20 oct. 2016 ven. 21 oct. 2016 sam. 22 oct. 2016 dim. 23 oct. 2016 lun. 24 oct. 2016 mar. 25 oct. 2016 mer. 26 oct. 2016 jeu.

Plus en détail

Figure 5:Variation des pluies moyennes mensuelles à la station Abidjan Aéroport (37-03).

Figure 5:Variation des pluies moyennes mensuelles à la station Abidjan Aéroport (37-03). 3-DONNEES CLIMATOLOGIQUES Figure 5:Variation des pluies moyennes mensuelles à la station Abidjan Aéroport (37-03). Nous avons comparé la moyenne des pluies mensuelles de 1937 à 2000 aux données des pluies

Plus en détail

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv.

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv. COMPARAISON DES TAUX FIXES ET DES TAUX VARIABLES ET TAUX MOYEN DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES À L HABITATION À 5 ANS 2 Taux fixes Taux variables Réservé à l usage interne de. TAUX FIXES DES 25 DERNIÈRES ANNÉES

Plus en détail

PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE

PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE - DEPARTEMENT DU LOT Commune de Leyme PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE Captages eau potable de la commune de Leyme. ANNEXES SOMMAIRE ANNEXE 1 : ANNEXE 2 : ANNEXE 3 : ANNEXE 4 : ANNEXE 5

Plus en détail

2013 ARROND janv 06-janv 13-janv 20-janv 27-janv 03-févr

2013 ARROND janv 06-janv 13-janv 20-janv 27-janv 03-févr 2013 ARROND 10 01-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47 70 06 70 06-janv 13-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47 70 06 70 20-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47

Plus en détail

Analyses physico-chimiques et microbiologiques des échantillons d'eaux de source et de surface

Analyses physico-chimiques et microbiologiques des échantillons d'eaux de source et de surface Analyses physico-chimiques et microbiologiques des échantillons d'eaux de source et de surface 1. Origines des eaux analysées Nous avons analysé à la fois des eaux de source et des eaux de surface. 1.1.

Plus en détail

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE La ville de Cotonou qui compte environ 700000 habitants selon le recensement général de la population et de l'habitat (RGHP) de février 1992) est située dans son

Plus en détail

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre ASSOCIATION RÉGIONALE DE SURVEILLANCE DE LA QUALITÉ DE L AIR évaluation de la qualité de l air mesures du dioxyde d azote par tubes passifs Commune du Robert novembre 2014 à janvier 2015 Parution : Avril

Plus en détail

[Bénin - Burkina Faso - Côte d Ivoire Guinée-Bissau Mali Niger Sénégal Togo] Date de parution : Février 2013

[Bénin - Burkina Faso - Côte d Ivoire Guinée-Bissau Mali Niger Sénégal Togo] Date de parution : Février 2013 UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ [Bénin - Burkina Faso - Côte d Ivoire Guinée-Bissau Mali Niger Sénégal Togo] Date de parution : Février 2013 INDICE

Plus en détail

Calendrier prévisionnel "Responsable en Ressources Humaines" 2015-2016

Calendrier prévisionnel Responsable en Ressources Humaines 2015-2016 Calendrier prévisionnel "Responsable en Ressources Humaines" 2015-2016 Semaine Jour Date Institut ou Jours Heures Lundi 05-oct 15 Entreprise Mardi 06 oct 15 Semaine 41 Mercredi 07 oct 15 Jeudi 08-oct-15

Plus en détail

LE MINISTRE DE l AGRICULTURE, DES RESSOURCES HYDRAULIQUES, DE l ASSAINISSEMENT ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE LE MINISTRE DE LA SANTE

LE MINISTRE DE l AGRICULTURE, DES RESSOURCES HYDRAULIQUES, DE l ASSAINISSEMENT ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE LE MINISTRE DE LA SANTE BURKINA FASO ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE Arrêté Conjoint N../MARHASA/MS portant définition des normes de potabilité de l eau destinée à la consommation humaine. Vu la constitution ; LE MINISTRE DE

Plus en détail

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES I Objectifs qualitatifs (5) Risque non atteinte des objectifs des Pas de dépassement du seuil

Plus en détail

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE Auteurs : Réjean Brousseau, Ph. D. et Sébastien Dewey, ing. jr Enpar Corrosion Contrôle Inc. Denis Bérubé, ing. et Daniel Bouchard, ing. Ministère

Plus en détail

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo-

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo- Programme RExHySS -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates -ooo- Influence de la prise en compte de la rétroaction des prélèvements par irrigation sur le bilan hydrique

Plus en détail

Séminaire modélisation des hydrosystèmes 22 et 23 avril 2010 - MINES ParisTech APR VMC 2006

Séminaire modélisation des hydrosystèmes 22 et 23 avril 2010 - MINES ParisTech APR VMC 2006 Séminaire modélisation des hydrosystèmes APR VMC 2006 Schéma méthodologique simplifié Scénarios climatiques 2020 I 2040 Modélisation des hydrosystèmes Impact sur la ressource Impact en sur eau la ressource

Plus en détail

Quantification des boues de vidange. Exemple de la ville de Ouahigouya, Burkina Faso *

Quantification des boues de vidange. Exemple de la ville de Ouahigouya, Burkina Faso * Quantification des boues de vidange. Exemple de la ville de Ouahigouya, Burkina Faso * P. Blunier 1, H. Koanda 1, D. Koné 3, M. Strauss 3, A. Klutsé 2, J. Tarradellas 1 1 École Polytechnique Fédérale de

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016)

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE TAMATAVE La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) Centre Technique Horticole de Tamatave Tél.

Plus en détail

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la Société de Calcul Mathématique, S. A. Algorithmes et Optimisation Le nombre de morts sur la route en fonction des évolutions de la réglementation Rapport adressé à AutoPlus par la Société de Calcul Mathématique

Plus en détail

Evolution du parc de véhicules du

Evolution du parc de véhicules du Étude de la gestion de la qualité de l air à Ouagadougou Ministère de l environnement et du cadre de vie BURKINA FASO Présenté par Dr Paul W. SAVADOGO Directeur Général de l'amélioration du Cadre de Vie

Plus en détail

ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE - PROGRAMME DE L OPERATION AVRIL 2013

ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE - PROGRAMME DE L OPERATION AVRIL 2013 DEPARTEMENT DE LA DRÔME DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT SERVICE GESTION DE L EAU Cellule d Assistance Technique ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE DE LA CAISSE DE COMPENSATION

RAPPORT D ACTIVITE DE LA CAISSE DE COMPENSATION RAPPORT D ACTIVITE DE LA CAISSE DE COMPENSATION MOIS DE JANVIER 2015 1 CONTEXTE INTERNATIONAL LE GAZ DE PETROLE LIQUEFIE (GPL) La part des échanges internationaux des gaz de pétrole liquéfiés ne représente

Plus en détail

Mise en œuvre d un nouveau contrat de nappe

Mise en œuvre d un nouveau contrat de nappe La nappe des sables astiens dans l Hérault Mise en œuvre d un nouveau contrat de nappe 2004-2008 La nappe des sables astiens dans l Hérault 450 km2 plus de 700 forages (de 30 à 120 m de profondeur) 4 millions

Plus en détail

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS 24h/24 @ indice en ligne www.atmo-poitou-charentes.org BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS Association Régionale pour la mesure de la Qualité de l'air en Poitou-Charentes Rue

Plus en détail

Descriptif du chantier test :

Descriptif du chantier test : Descriptif du chantier test : Réfection du réseau d ECS en cuivre dans un pavillon individuel de 1982, le réseau cuivre a été refait avec des tubes multicouches préisolés avec 10mm de silice morphe 2inToob.

Plus en détail

! " # " $ % "!&'( ) ** "!&'!* "! * $! %! +,-.//( 0!"1*! * " 2 *3 4 4 ' " " #! (

!  #  $ % !&'( ) ** !&'!* ! * $! %! +,-.//( 0!1*! *  2 *3 4 4 '   #! ( ! "#$%$"&! " # " $ % "!&'( ) ** "!&'!* "! * $! %! +,-.//(!"1*! * " 2 *3 4 4 ' " " #! ( 5! * " " ( 5 *6 $ 6! 6 (! *6 6 ( " #!$ 6 * " ( 5 "!&' # 7* (8( #! 3 ( '()* +$" $+%,-)./%! +) $ % * $%!) *!&1!) **1!

Plus en détail

CITÉ DE DORVAL USINE DE PRODUCTION D EAU POTABLE 55, AVENUE LILAS DORVAL, QUÉBEC, H9S 3L 8 TÉLÉPHONE : (514) TÉLÉCOPI EUR : (514)

CITÉ DE DORVAL USINE DE PRODUCTION D EAU POTABLE 55, AVENUE LILAS DORVAL, QUÉBEC, H9S 3L 8 TÉLÉPHONE : (514) TÉLÉCOPI EUR : (514) CITÉ DE DORVAL USINE DE PRODUCTION D EAU POTABLE 55, AVENUE LILAS DORVAL, QUÉBEC, H9S 3L 8 TÉLÉPHONE : (514) 633-409 0 TÉLÉCOPI EUR : (514) 633-422 1 RAPPORT ANNUEL 2011 Préparé par : Simon Martel, coordonnateur

Plus en détail

LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI SAMEDI DIMANCHE

LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI SAMEDI DIMANCHE 05-janv 06-janv 07-janv 08-janv 09-janv 10-janv 11-janv LA GARE LA GARE LA GARE LA GARE LA GARE LA GARE LA GARE DU CENTRE DU CENTRE DU CENTRE DU CENTRE DU CENTRE DU CENTRE DU CENTRE 12-janv 13-janv 14-janv

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

ASCOPARG. Membre agréé du réseau

ASCOPARG. Membre agréé du réseau La qualité de l air aux abords de l aéroport Lyon-Saint ASCOPARG Membre agréé du réseau Etude préliminaire de la qualité de l air Etude préliminaire de la qualité de l air Objectif de l étude de l étude

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques»

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques» Colloque «les eaux Souterraines du Québec» UQAC, Chicoutimi, 14 Octobre 2010. Groupe de Recherche Interuniversité sur les Eaux Souterraines. «Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière

Plus en détail

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Risque verse Comment bien prélever? AGRO-METEO Les températures enregistrées ces derniers mois restent exceptionnelles. Pour les premiers semis

Plus en détail

Etude énergétique de la nappe. Ville de Grenoble

Etude énergétique de la nappe. Ville de Grenoble Etude énergétique de la nappe Ville de Grenoble 1 Etude énergétique de la nappe phréatique de Grenoble Réunion ALE 4 mars 2010 Politique de développement durable de la Ville de Grenoble Guide pour la Qualité

Plus en détail

LES PARTICULES EN SUSPENSION SUR LE SITE DE LA MEDE

LES PARTICULES EN SUSPENSION SUR LE SITE DE LA MEDE FÉVRIER 2004 LES PARTICULES EN SUSPENSION SUR LE SITE DE LA MEDE 1 Table des matières MESURE DES PARTICULES PM10 SUR LE SITE DE LA MEDE 3 Les objectifs de l étude 3 Les moyens 3 Dispositif de prélèvement

Plus en détail

INDICE DES PRIX A LA CONSOMMATION (base 100 : 2006)

INDICE DES PRIX A LA CONSOMMATION (base 100 : 2006) ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN DIRECTION REGIONALE DE LAAYOUNE INDICE DES PRIX A LA CONSOMMATION (base 100 : 2006) I - APERCU METHODOLOGIQUE : L indice des prix à la consommation (base 100

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

INNOVIA - Gestion des Eaux Pluviales Cas de Grenoble

INNOVIA - Gestion des Eaux Pluviales Cas de Grenoble Bienvenue INNOVIA - Gestion des Eaux Pluviales Cas de Grenoble Objectifs Exutoire Aucun rejet au réseau = infiltration des eaux à la parcelle Sinon dérogation = ouvrages de stockage-restitution avant

Plus en détail

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Arnaud Foulquier, Florian Malard, Janine Gibert UMR CNRS 5023, Écologie des Hydrosystèmes Fluviaux Université Lyon 1, Bât. Forel

Plus en détail

Statistiques climatiques des communes belges Neufchâteau (ins 84043)

Statistiques climatiques des communes belges Neufchâteau (ins 84043) Statistiques climatiques des communes belges Neufchâteau (ins 8443) 1. Températures de l air et précipitations....... 2 2. Vent à 1 mètres..................... 4 3. Rayonnement solaire et durée d insolation.....

Plus en détail

Benchmark sur le tarif de connexion Internet

Benchmark sur le tarif de connexion Internet Autorité de Réglementation des secteurs de Postes et de Télécommunications REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail - Liberté - Patrie Benchmark sur le tarif de connexion Internet DAJR/Service réglementation et études

Plus en détail

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Analyse des résultats du questionnaire mensuel Les résultats présentés ici sont issus des réponses au questionnaire envoyé

Plus en détail

Statistiques climatiques des communes belges Hotton (ins 83028)

Statistiques climatiques des communes belges Hotton (ins 83028) Statistiques climatiques des communes belges Hotton (ins 8328) 1. Températures de l air et précipitations....... 2 2. Vent à 1 mètres..................... 4 3. Rayonnement solaire et durée d insolation.....

Plus en détail

Statistiques climatiques des communes belges Antwerpen (ins 11002)

Statistiques climatiques des communes belges Antwerpen (ins 11002) Statistiques climatiques des communes belges Antwerpen (ins 112) 1. Températures de l air et précipitations....... 2 2. Vent à 1 mètres..................... 4 3. Rayonnement solaire et durée d insolation.....

Plus en détail

Les nitrates fiche guide

Les nitrates fiche guide Les nitrates fiche guide Notions abordées Chimie Sciences Mathématiques - Réactions chimiques - Concentration - Filtration - Rôle de l azote - Etude d un écosystème - Proportionnalité Objectifs d apprentissage

Plus en détail

Bilan trimestriel des analyses du contrôle sanitaire sur le réseau d'eau potable dans la commune de : CHAVILLE

Bilan trimestriel des analyses du contrôle sanitaire sur le réseau d'eau potable dans la commune de : CHAVILLE Agence Régionale de Santé Délégation Territoriale des Hauts-de-Seine Préfecture des Hauts-de-Seine Bilan trimestriel des analyses du contrôle sanitaire sur le réseau d'eau potable dans la commune de :

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES DE CONTAMINATION LIEE AU PRELEVEMENT ET AU PRE-TRAITEMENT DES SEDIMENTS

EVALUATION DES RISQUES DE CONTAMINATION LIEE AU PRELEVEMENT ET AU PRE-TRAITEMENT DES SEDIMENTS EVALUATION DES RISQUES DE CONTAMINATION LIEE AU PRELEVEMENT ET AU PRE-TRAITEMENT DES SEDIMENTS Action I-A-01 - Amélioration des méthodes de prélèvements pour les paramètres physicochimiques Lionard E.,

Plus en détail

Indices des prix relatifs à la consommation de boissons alcoolisées en France depuis janvier 1998

Indices des prix relatifs à la consommation de boissons alcoolisées en France depuis janvier 1998 Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page. Thématique : Offre Substance considérée : Alcool Indices des prix relatifs à la consommation de boissons alcoolisées en France

Plus en détail

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Direction de santé publique Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Monique Beausoleil, M.Sc., toxicologue 12 novembre 2014 MISE EN CONTEXTE Le 10

Plus en détail

Marché Financier Régional UEMOA Enhancing Capital Markets Cooperation Among IDB Countries. Jeddah, du 2 au 4 juin 2008

Marché Financier Régional UEMOA Enhancing Capital Markets Cooperation Among IDB Countries. Jeddah, du 2 au 4 juin 2008 UEMOA Enhancing Capital Markets Cooperation Among IDB Countries Jeddah, du 2 au 4 juin 2008 BR\/M - DC/BR Jean Paul GILLET Directeur Général Directeur Général ;: Jean-Paul Gillet Abidjan, janvier 2007

Plus en détail

Essais de traçage dans le bassin versant de Birohe, Gitega. Rapport N 1

Essais de traçage dans le bassin versant de Birohe, Gitega. Rapport N 1 Essais de traçage dans le bassin versant de Birohe, Gitega Rapport N 1 Hanovre, Août 2013 Auteurs: Dr. Sara Vassolo, Torsten Krekeler Commissionné par: Ministère Fédéral pour la Coopération Économique

Plus en détail

Statistiques climatiques des communes belges Saint-Georges-sur-Meuse (ins 64065)

Statistiques climatiques des communes belges Saint-Georges-sur-Meuse (ins 64065) Statistiques climatiques des communes belges Saint-Georges-sur-Meuse (ins 6465) 1. Températures de l air et précipitations....... 2 2. Vent à 1 mètres..................... 4 3. Rayonnement solaire et durée

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque,

Le CAC vu de Nouillorque, Le CAC vu de Nouillorque, (Sem 15, 13 avril 12) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La crise redémarre en Europe Création des OAT futures, le 16 avril Profitez

Plus en détail

Bilan 2011 de la qualité de l air dans le parc naturel de la Vanoise et dans les territoires d altitude

Bilan 2011 de la qualité de l air dans le parc naturel de la Vanoise et dans les territoires d altitude Bilan 2011 de la qualité de l air dans le parc naturel de la Vanoise et dans les territoires d altitude L Air de l Ain et des Pays de Savoie Savoie Technolac - BP 339-73377 LE BOURGET DU LAC Cedex Tél.

Plus en détail

EAUX DESTINEES A LA CONSOMMATION HUMAINE COM. DE COM. ILL ET GERSBACH

EAUX DESTINEES A LA CONSOMMATION HUMAINE COM. DE COM. ILL ET GERSBACH Pôle Santé et Risques Environnementaux Courriel : ars-alsace-sante-environnement@ars.sante.fr Téléphone : 03 69 49 30 41 Fax : 03 89 26 69 26 28 rue du Maréchal Joffre 68640 WALDIGHOFFEN EAUX DESTINEES

Plus en détail

Taxation des services; taxation du trafic international entrant. Saliou Touré Département Interconnexion et Relations Internationales

Taxation des services; taxation du trafic international entrant. Saliou Touré Département Interconnexion et Relations Internationales ITU Séminaire sur les coûts et les tarifs pour le Groupe régional de la Commission d études 3 pour l Afrique (SG3RG-AFR) ( Cotonou, Bénin,8-9 Mai 2012 ) Taxation des services; taxation du trafic international

Plus en détail

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne EVOLUTION DES PRIX DANS LES ETATS MEMBRES D AFRISTAT DE 1970 A 1999

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne EVOLUTION DES PRIX DANS LES ETATS MEMBRES D AFRISTAT DE 1970 A 1999 Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne EVOLUTION DES PRIX DANS LES ETATS MEMBRES D AFRISTAT DE 1970 A 1999 SERIE ETUDES N 4 Février 2001 PREFACE La Direction générale d AFRISTAT

Plus en détail

SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES

SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES LISTE DES RÉFÉRENCES (Dernière mise à jour : 12/02/2013) SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES IDEES-EAUX - AGENCE DE LA DRÔME - Depuis 2010 CHATUZANGE LE GOUBET (26) ONYX SANET : Réalisation

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 51, 18 déc. 15) Hemve 31

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 51, 18 déc. 15) Hemve 31 Le CAC vu de Nouillorque (Sem 51, 18 déc. 15) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La FED relève enfin ses taux, Le rallye de fin d année, sur fond de récession

Plus en détail

Fontaine les Boulans (62)

Fontaine les Boulans (62) Fontaine les Boulans (62) Réseau patrimonial de surveillance piézométrique du bassin Artois-Picardie Analyse et synthèse des données pluviométriques et piézométriques du deuxième semestre 2002 Rapport

Plus en détail

ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS

ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS Site pilote de démonstration à EVREUX dans l Eure. 3 trackers R T I type DST 12x18Wc monocristallins Date du rapport : 12/7/212 Date de mise en service de l installation

Plus en détail

Installation de La Glacière

Installation de La Glacière Installation de La Glacière Villeneuve-Loubet (06) Bilan d activité 2012 SUD-EST ASSAINISSEMENT 1 Suivi environnemental Suivi des effluents et de la stabilité SUD-EST ASSAINISSEMENT I Suivi environnemental

Plus en détail

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie.

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. 13. Analyse de l eau Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. Les eaux des rivières, des fleuves, des mares ou des

Plus en détail

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories Les pompes à chaleur ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds Elles valorisent les calories du sol ou de l eau des. nappes par le biais de réseaux de capteurs, de sondes ou de forages d eau.

Plus en détail

Robert Lapalme EnviroLac Février 2011

Robert Lapalme EnviroLac Février 2011 PROGRAMME DE SUIVI ENVIRONNEMENTAL DU LAC-LA-TORTUE POUR LA SAISON 2010 RAPPORT D ANALYSE DES RÉSULTATS Préparé pour La Ville de Shawinigan Et L association de protection environnementale du Lac à la Tortue

Plus en détail

CHARGE DE COMPENSATION JANVIER-SEPTEMBRE 2012-2013

CHARGE DE COMPENSATION JANVIER-SEPTEMBRE 2012-2013 RAPPORT D ACTIVITE DE LA CAISSE DE COMPENSATION DU MOIS DE NOVEMBRE I CHARGE DE COMPENSATION Depuis le début de l année 2013, le cours du brent sur les marchés internationaux a connu une accalmie avec

Plus en détail

brgm Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR U- A.CARN-DHEILLY Vérificateur :

brgm Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR U- A.CARN-DHEILLY Vérificateur : Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR ua o Étude réalisée dans le cadre des projets de Service public du B R G M 8EAUG6 U- A.CARN-DHEILLY

Plus en détail

BILAN D ACTIVITÉD PLAN PARI 2008

BILAN D ACTIVITÉD PLAN PARI 2008 BILAN D ACTIVITÉD PLAN PARI 2008 Rédacteur : Coordinateur plan pari Hervé Vizioz 1 INTRODUCTION Ce bilan présente les résultats du plan PARI pour l année 2008 sur :! L accidentologie globale du réseau!

Plus en détail

Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger

Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger Albichir Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger Points saillants pour janvier 2014 No. 51 Janvier 2014 Une animation relativement bonne des marchés née de l affluence des

Plus en détail

Compte rendu de la campagne d échantillonnage des eaux souterraines et de surface au Lac Tee, Témiscamingue

Compte rendu de la campagne d échantillonnage des eaux souterraines et de surface au Lac Tee, Témiscamingue Compte rendu de la campagne d échantillonnage des eaux souterraines et de surface au Lac Tee, Témiscamingue Présenté à l Association des riverains du lac Tee Par : Daniel Blanchette Eric Rosa Vincent Cloutier

Plus en détail

Mesurage de la qualité acoustique de revêtements. acoustique de revêtements

Mesurage de la qualité acoustique de revêtements. acoustique de revêtements Monitoring de la performance acoustique d un d revêtement phonoabsorbant en milieu urbain François Aballéa, Pierre-Jean René a Olivier Schalbetter, Lucien Pignat b Daniel Vaucher de la Croix, Fabien Lassablière

Plus en détail

Repeat. Conjoncture publicitaire. aami. Février 2015. Powered by. Str atégie, Achats et Pr og r amming Media

Repeat. Conjoncture publicitaire. aami. Février 2015. Powered by. Str atégie, Achats et Pr og r amming Media Repeat Str atégie, Achats et Pr og r amming Media Conjoncture publicitaire Février 2015 aami Powered by L AAMi, «Association des Agences Media Indépendantes», regroupe les agences suivantes : Anacrouse,

Plus en détail

Evaluation des niveaux de pollution en proximité trafic dans la vallée de la Thur ASPA10040602-ID Avril 2010

Evaluation des niveaux de pollution en proximité trafic dans la vallée de la Thur ASPA10040602-ID Avril 2010 Evaluation des niveaux de pollution en proximité trafic dans la vallée de la Thur ASPA1462-ID Avril 21 Contrat 6-8 : Evaluation de la qualité de l air en proximité trafic sur Thann 1 Conditions de diffusion

Plus en détail

Statistiques climatiques des communes belges Cerfontaine (ins 93010)

Statistiques climatiques des communes belges Cerfontaine (ins 93010) Statistiques climatiques des communes belges Cerfontaine (ins 931) 1. Températures de l air et précipitations....... 2 2. Vent à 1 mètres..................... 4 3. Rayonnement solaire et durée d insolation.....

Plus en détail

Contenu. Compétences

Contenu. Compétences Séance 2 Correction Contenu Composition chimique d une eau de consommation Compétences Analyse qualitative d une eau Exercice I Les différentes eaux L eau minérale naturelle possède des propriétés favorables

Plus en détail

RAPPORT DE L ATELIER DE FORMATION SUR LE LOGICIEL DE GESTION DES PLANS DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES)

RAPPORT DE L ATELIER DE FORMATION SUR LE LOGICIEL DE GESTION DES PLANS DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES) Atelier régional de formation sur Le logiciel de suivi et de gestion des PGES Cotonou, Les 20 et 21 janvier 2011 RAPPORT DE L ATELIER DE FORMATION SUR LE LOGICIEL DE GESTION DES PLANS DE GESTION ENVIRONNEMENTALE

Plus en détail

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain BILAN 212 «SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain Mars 213 Unité Innovation et développement durable EVOLUTION DES PARAMETRES ENTRE 24 ET 212 1. Le dioxyde d azote (NO

Plus en détail

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011 ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 211 ATMO Champagne-Ardenne dispose en 211, sur la région de stations fixes de fond mesurant en continu les

Plus en détail

PREFECTURE DE LA CHARENTE ****** Observatoire de l Eau en Charente ****** 29 Octobre 2013 ******

PREFECTURE DE LA CHARENTE ****** Observatoire de l Eau en Charente ****** 29 Octobre 2013 ****** PREFECTURE DE LA CHARENTE ****** Observatoire de l Eau en Charente ****** 29 Octobre 2013 ****** Sommaire 1- Bilan année 2013: au 20.10.13. 2- Bilan saison agronomique 2013: du 01.03 au 31.08.13. 3- Début

Plus en détail

Caractérisation risation hydrodynamique et hydrochimique du gisement d eau d minérale de Vals les Bains

Caractérisation risation hydrodynamique et hydrochimique du gisement d eau d minérale de Vals les Bains Université de Montpellier II Master Gestion Evaluation des Ressource en eau Soutenance de stage de 2 ème année Caractérisation risation hydrodynamique et hydrochimique du gisement d eau d minérale de Vals

Plus en détail

CONSTRUCTION DE RÉSEAUX D AQUEDUC ET D ÉGOUT SANITAIRE SECTEUR DES ÉRABLES SOIRÉE D INFORMATION 27 FÉVRIER 2007 ORDRE DU JOUR

CONSTRUCTION DE RÉSEAUX D AQUEDUC ET D ÉGOUT SANITAIRE SECTEUR DES ÉRABLES SOIRÉE D INFORMATION 27 FÉVRIER 2007 ORDRE DU JOUR CONSTRUCTION DE RÉSEAUX D AQUEDUC ET D ÉGOUT SANITAIRE SECTEUR DES ÉRABLES SOIRÉE D INFORMATION 27 FÉVRIER 2007 ORDRE DU JOUR 1- Mot d accueil par monsieur Richard Bélanger, maire d arrondissement 2- Présentation

Plus en détail

Les Espaces de Livraison de Proximité

Les Espaces de Livraison de Proximité Les Espaces de Livraison de Proximité L expérience rouennaise Origine du projet Depuis 90 s: différentes études en partenariat CCI- agglomération sur le thème des marchandises en ville un groupe de travail

Plus en détail

BTS NRC 1e année Devoir du 12/11/2008 Corrigé

BTS NRC 1e année Devoir du 12/11/2008 Corrigé Dossier MAZET SA Note de synthèse : rappels : une note doit comprendre : un titre un expéditeur un ou plusieurs destinataires une date une note doit être structurée (plan apparent), en introduction elle

Plus en détail

Point Fort #2 : Relation constructeur

Point Fort #2 : Relation constructeur ACSM: Aerosol Chemical Speciation Monitor: Instrument de suivi en temps réel des sources principales (locales et importées) de la pollution aux particules très fines Point Fort #1 : Achat anticipé Achat

Plus en détail

JOURNÉES EAU ET ENVIRONNEMENT

JOURNÉES EAU ET ENVIRONNEMENT Étude de la pollution des sols aéroportuaires et de ses impacts environnementaux et sanitaires Céline HEBRARD - LRPC Lille Page 2/X Contexte Première démarche d appréciation de la qualité des sols aéroportuaires

Plus en détail

ORIGINE DE LA SALINITE DE LA NAPPE ALLUVIALE DE GUELTA ZERGUA

ORIGINE DE LA SALINITE DE LA NAPPE ALLUVIALE DE GUELTA ZERGUA First International Conference on saltwater Intrusion and Coastal Aquifers- Monitoring, Modeling, and Management. Essaouira, Morocco, April 23-25,21 ORIGINE DE LA SALINITE DE LA NAPPE ALLUVIALE DE GUELTA

Plus en détail

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Dimensionnement, mise en œuvre et retour d expérience 30/11/12 Présentation du site Industriel situé

Plus en détail

Développement d une méthodologie de caractérisation de la vulnérabilité des aquifères en milieu forestier

Développement d une méthodologie de caractérisation de la vulnérabilité des aquifères en milieu forestier Développement d une méthodologie de caractérisation de la vulnérabilité des aquifères en milieu forestier Lorienne Thüler Mai 2011 1. Introduction But: Développer une méthode pour caractériser des zones

Plus en détail

Les eaux souterraines de Midi- Pyrénées : préjugés et vérités. BRGM Midi-Pyrénées

Les eaux souterraines de Midi- Pyrénées : préjugés et vérités. BRGM Midi-Pyrénées Les eaux souterraines de Midi- Pyrénées : préjugés et vérités Qu est-ce qu un aquifère? Les grands types d aquifères de Midi-Pyrénées > 3 Les grands types d aquifères de Midi-Pyrénées AQUIFERES ALLUVIAUX

Plus en détail

Simulation numérique de la pollution atmosphérique

Simulation numérique de la pollution atmosphérique Simulation numérique de la pollution atmosphérique Vivien Mallet 1,2 1 INRIA 2 CEREA, laboratoire commun ENPC - EDF R&D, université Paris-Est Maths en mouvement, université Paris-Descartes, juin 2013 V.

Plus en détail

Gestion des Ressources en Eau dans la région Afrique Centrale

Gestion des Ressources en Eau dans la région Afrique Centrale Gestion des Ressources en Eau dans la région Afrique Centrale Bulletin Mensuel d Avril 2016 Suivi du cycle hydrologique dans les principaux sous bassins de la Région. Sommaire 1. Situation pluviométrique

Plus en détail

Manuel d utilisation du formulaire «études de sol» à l attention des experts agréés en pollution du sol en Région de Bruxelles-Capitale.

Manuel d utilisation du formulaire «études de sol» à l attention des experts agréés en pollution du sol en Région de Bruxelles-Capitale. 1 POLLUTION DES SOLS Manuel d utilisation du formulaire «études de sol» à l attention des experts agréés en pollution du sol en Région de Bruxelles-Capitale. SOMMAIRE CHAPITRE I : INTRODUCTION... 2 CHAPITRE

Plus en détail