UNEP /UNESCO /UNCH / ECA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNEP /UNESCO /UNCH / ECA"

Transcription

1 UNEP /UNESCO /UNCH / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA Bénin, Guinée, Niger, Mali, Côte d Ivoire, Sénégal, Burkina Faso AQUIFERE SUPERFICIEL ET POLLUTION URBAINE EN AFRIQUE Bénin, Burkina Faso, Côte d Ivoire, Mali, Niger, Sénégal RAPPORT D ETAPE - COTE D IVOIRE DECEMBRE COORDONATEUR NATIONAL DU PROJET : Dr Jean Patrice Roger JOURDA

2 SOMMAIRE ) CARTE SIMPLIFIEE AVEC POINTS DE SUIVI DE LA POLLUTION ) VARIATION DES PLUIES ) VARIATION DES NIVEAUX PIEZOMTRIQUES )DIAGRAMME DE LA VARIATION DE LA CONDUCTIVITE, DU Ph ET DE LA TEMPERATURE 5)DIAGRAMME DES INDICATEURS DE POLLUTION 6)BACTERIOLOGIE 7)FIABILITE DES MESURES DE TERRAIN CONCLUSION

3 ) CARTE SIMPLIFIEE AVEC POINTS DE SUIVI DE LA POLLUTION Figure : CARTE DE POINTS DE SUIVI DE LA POLLUTION Nous avons sélectionné stations d enregistrement hebdomadaire de la conductivité, le ph et la température. Ces stations sont des forages profonds captant la nappe d Abidjan servant à l alimentation en eau potable de la ville d Abidjan.

4 ) VARIATION DES PLUIES PLUIE MENSUELLE EN mm 6 5 JAN FEV MARS AVRIL MAI JUIN JUIL AOUT SEPT OCT NOV DATE Figure : Variation des pluies mensuelles à la station Abidjan aéroport de janvier à novembre 8 6 // // // // /5/ PLUIE JOURNALIERE EN mm /6/ /7/ /8/ /9/ // // DATE Figure :Variation des pluies journalières à la station Abidjan aéroport de janvier à novembre Nous avons représenté sur un graphe, les variations des pluies mensuelles et sur deux autres les variations des pluies journalières allant de janvier à novembre. Cela nous donne une idée de l intensité de la recharge au niveau de la nappe d Abidjan et devrait nous permettre d apprécier les variations saisonnières au niveau de la conductivité. Il ressort de l analyse de ces graphes que l année a été beaucoup pluvieuse avec une répartition des pluies sur toute l année.

5 ) VARIATION DES NIVEAUX PIEZOMETRIQUES PIEZOMETRE FILTISSAC PIEZOMETRE ANONKOUA KOUTE Profondeur de la nappe en m // // // // /5/ /6/ /7/ /8/ /9/ // // Profondeur de la nappe en m // // // // /5/ /6/ /7/ /8/ /9/ // // PIEZOMETRE NIANGON PIEZOMETRE SONGON Profondeur de la nappe en m //.5.5 // // // /5/ /6/ /7/ /8/ /9/ // // profondeur de la nappe en m // 5// 5// 5// 5/5/ 5/6/ 5/7/ 5/8/ 5/9/ 5// 5// Figure : Variation des profondeurs de la nappe d Abidjan dans les piézomètres Filtissac, Anonkoua Kouté, Niangon et Songon Nous avons choisi types de piézomètre en fonction de la profondeur de la nappe aquifère : -piézomètre moins profond : Niangon ; -piézomètre à profondeur intermédiaire : Songon, Anonkoua Kouté ; -piézomètre profond : Filtissac. Les piézomètres Filtissac et Anonkoua Kouté sont compris dans la zone d emprise du projet contrairement aux deux autres mais situés qu à même sur la nappe. Les niveaux piézomètriques dans ces piézomètres ont été mesurés, à partir du mois septembre, chaque 5 jours. Il ressort de l analyse de la variation des niveaux piézométriques que la nappe se recharge. Dans les piézomètres ( Filtissac, Niangon, Songon ), le niveau baisse jusqu en Août et Septembre et après ce mois le niveau de la nappe remonte. On constate un décalage dans le temps entre la période pluvieuse et la remontée de la nappe. Ce décalage étant variable en fonction de la profondeur de la nappe. Par contre le piézomètre Anonkoua Kouté n a pas le même comportement que les trois autres. Le niveau de la nappe remonte depuis janvier jusqu au mois d octobre où nous constatons une stabilisation avec un début de descente au mois de décembre.

6 ) DIAGRAMME DE VARIATION DE LA CONDUCTIVITE, DU ph ET DE LA TEMPERATURE VARIATION DE LA CONDUCTIVITE DE L'AQUIFERE D'ABIDJAN SEPTEMBRE/OCTOBRE/NOVEMBRE Conductivité en microsiemens/cm () Adjamé 7/Pollution niveau ( niveau piezom. 58 m ) Adjamé /Pollution niveau ( niveau piezom. 55 m ) () Zone Nord /Pollution niveau () Abobo Avocatier :Eau non polluée 5 () Anonkoua kouté 6: Zone de recharge-zone amont /Eau non polluée ( niveau piezométrique 7 m ) 8/9/ /9/ /9/ /9/ 6/9/ 8/9/ /9/ // // 6// 8// // // // 6// 8// // // // 6// 8// // // // 5// 7// 9// // // 5// 7// 9// // // 5// 7// DATE MOIS/JOUR Figure 5 : Variation de la conductivité dans l aquifère d Abidjan durant les mois de Septembre, Octobre et Novembre Les effets de la variation saisonnière ne sont pas encore perceptibles parce que les observations ont été faites sur trois mois. Il faudra peut être attendre les mesures sur une année ( d ici la fin du projet) pour pouvoir faire des remarques à ce sujet. Il y a une variation mais qui n est pas trop accentuée sur la station (7) d Adjamé. 5

7 TABLEAU :CONDUCTIVITE EN US/CM DES STATIONS DE SUIVI DATE AD7 AD AA ZN AK6 8/9/ 6 6 6/9/ // // // // // // // // // Les diagrammes de la conductivité varient µs/cm et µs/cm. Les eaux non polluées ayant une conductivité autours de à us/cm. Au fur et à mesure que les valeurs des indicateurs de pollution augmentent dans les eaux, les valeurs de conductivités croissent aussi pour atteindre des valeurs de µs/cm jusqu à µs/cm avec des valeurs intermédiaires de µs/cm. DIAGRAMME DE VARIATION DU ph 5 ADJAME7.5 ADJAME ph ZONE NORD ABOBO AVOCATIER ANONKOUA KOUTE 6.5 9/9/ 6/9/ // // 7// // // 7// // // 8// DATE Figure 6 :VARIATION DU PH DANS L AQUIFERE D ABIDJAN 6

8 TABLEAU : MESURES DU PH DES STATIONS DE SUIVI ZONE NORDABOBO ANONKOUA DATE ADJAME 7 AVOCATIER KOUTE 6 9/9/ /9/ // // // // // // // // // L analyse du diagramme de variation des valeurs de ph indique clairement que les eaux sont acides avec des valeurs de ph autours de.5. DIAGRAMME DE VARIATION DE LA TEMPERATURE 8 ADJAME /9/ 6/9/ // // 7// // TEMPERATURE EN C // 7// // // 8// ADJAME ZONE NORD ABOBO AVOCATIER ANONKOUA KOUTE 6 DATE Figure 7 : VARIATION DE LA TEMPERATURE DANS L AQUIFERE D ABIDJAN L étude des diagrammes montrent que les eaux d Abidjan ont des valeurs de température qui oscillent entre 5 C et 7 C. On constate que les températures ne sont pas constantes. 7

9 TABLEAU : MESURES DE LA TEMPERATURE DES STATIONS DE SUIVI DATE ADJAME 7 ZONE NORD ABOBO AVOCATIER ANONKOUA KOUTE 6 9/9/ /9/ // // // // // // // // // L étude des diagrammes permet de dégager niveaux de pollution : -niveau I : zone presque non polluée avec des conductivité autours de µs/cm ;() -niveau II : zone avec une pollution intermédiaire avec de conductivité autours de µs/cm ; -niveau III:zone polluée avec des conductivités autours de µs/cm.() 8

10 5) DIAGRAMME DES INDICATEURS DE POLLUTION Nous avons volontairement laissé de côté la station () parce que nous n avons qu une seule mesure, et que nous ne pouvions tracer une variation des indicateurs de pollution. Actuellement ces trois éléments constituent véritablement un problème dans la nappe d Abidjan. L évolution Nord-Sud de la pollution montre un niveau relativement élevé sur Adjamé 7 (). Tous les indicateurs de pollution sont au dessus des normes de potabilité. Depuis pratiquement deux à trois ans, ces indicateurs de pollution sont en constante évolution. Les nitrates commencent à atteindre un niveau inquiétant ainsi que l aluminium dans les eaux d Abidjan. Cela est parfaitement démontré sur les diagrammes ci-dessous. 5) Nitrates NITRATES ADJAME 7 NITRATES ADJAME NO en mg/l 6 8 Norme de potabilité NO en mg/l 6 8 NORME DE POTABILITE juin-95 juin-96 juin-97 juin-98 juin-99 juin- juin- juin-95 déc-95 juin-96 déc-96 juin-97 déc-97 juin-98 déc-98 juin-99 déc-99 juin- déc- juin- DATE Figure 7 : Variation des nitrates à la station Adjamé 7 () et Adjamé NITRATES ZONE NORD NITRATES ANONKOUA KOUTE 6 N O en m g/l 6 8 NO en mg/l 6 8 juin-95 Norme de potabilité déc-95 juin-96 déc-96 juin-97 déc-97 juin-98 déc-98 juin-99 déc-99 juin- déc- juin- Figure 8:Variation des nitrates à la station Zone Nord () et Anonkoua Kouté 6 () 9

11 ) Ammonium AMMONIUM ADJAME 7 AMMONIUM ADJAME NH en Mg/l juin-95 juin-96 juin-97 juin-98 juin-99 juin- juin- NH en mg/l juin-95 déc-95 juin-96 déc-96 juin-97 déc-97 juin-98 déc-98 juin-99 déc-99 juin- déc- juin- Figure 9 : Variation de l ammonium aux stations Adjamé 7 () et Adjamé AMMONIUM ZONE NORD AMMONIUM ANONKOUA KOUTE 6 NH en mg/l juin-95 juin-96 juin-97 juin-98 juin-99 juin- juin- NH en mg/l jui dé jui dé jui dé jui dé jui dé jui dé jui Figure :Variation de l ammonium aux stations Zone Nord de la station () et Anonkoua Kouté 6 () ) Aluminium ALUMINIUM ADJAME 7 ALUMINIUM ADJAME Al en mg/l avr-99 août-99 déc-99 avr- août- déc- avr- août- AL en mg/l avr-99 juin-99 août-99 oct-99 déc-99 févr- avr- juin- août- oct- déc- févr- avr- juin- août- oct- Figure :Variation de l aluminium aux stations Adjamé 7 () et Adjamé

12 ALUMINIUM ZONE NORD ALUMINIUM ANONKOUA KOUTE 6 Al en mg/l janv-97 mai-97 sept-97 janv-98 mai-98 sept-98 janv-99 mai-99 sept-99 janv- mai- sept- janv- mai- sept- Al en mg/l sept-99 nov-99 janv- mars- mai- juil- sept- nov- janv- mars- mai- juil- sept- Figure :Variation de l aluminium aux stations Zone Nord () et Anonkoua Kouté 6 () 6) BACTERIOLOGIE Durant deux jours, des échantillons d eau ont été prélevés par une équipe de l Institut National d Hygiène Publique d Abidjan (INHP). Sur le plan bactériologique, les eaux, de façon surprenante, ne contiennent pas de bactéries. Les prélèvements et les analyses ont été faits en respectant toutes les normes recommandées dans ces circonstances par l organisme qui avait la charge de les faire. Nous avons représenté sur un diagramme la bactériologie de la campagne du mois d octobre de toutes les stations prélevées en plus des stations sélectionnées. A notre grande surprise toutes ces eaux ne contiennent pas de bactéries. STREPTOCOQUES FECAUX Nombre de streptocoques fécaux dans ml.5 AdjameF ADJAME AdjameF9 ZO5 ZO7 ABOBO ZE NG stations Figure : Concentration de streptocoques fécaux dans les eaux de chaque station Nombre de coliformes fécaux dans ml.5 AdjameF COLIFORMES FECAUX ADJAME AdjameF9 ZO5 ZO7 ABOBO Stations ZE NG

13 Figure : Concentration de Coliformes fécaux dans les eaux de chaque station Nombre de coliformes totaux dans ml.5 AdjameF COLIFORMES TOTAUX ADJAME AdjameF9 ZO5 ZO7 ABOBO ZE NG Stations Figure 5: Concentration de Coliformes totaux dans les eaux de chaque station 7)FIABILITE DES MESURES DE TERRAIN Pour démontrer la fiabilité de nos mesures de terrain, nous avons comparé sur le diagramme ci-dessous le ph de terrain et le ph de laboratoire. Nous aurions voulu le faire justement avec la conductivité, mais cette valeur n a pas été dosé au laboratoire. On constate une parfaite similitude entre ces valeurs. Ce qui confirme la fiabilité de nos mesures de terrain. COMPARAISON DES phl et pht Mésures de ph 8 6 AdjameF ADJAME AdjameF9 ZO5 ZO7 ABOBO ZE NG phl pht stations Figure 6 : Comparaison entre le ph mesuré sur le terrain (pht) et le ph mesuré au laboratoire (phl)

14 CONCLUSION La nappe d Abidjan pour ce qui concerne les sites de suivi présente des eaux, sur le plan chimique, avec des indicateurs de pollution (nitrates et ammonium) en constante progression atteignant parfois à fois la norme indiquée. En outre, depuis un certain temps, les eaux d Abidjan ont des valeurs d aluminium en constante évolution largement au-dessus des valeurs de référence exigées pour les eaux de boisson. Cela commence à constitué un problème dans les eaux d Abidjan.

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES EVALUATION DE LA POLLUTION ET DE LA VULNERABILITE DES AQUIFERES DES GRANDES CI TES

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA Bénin, Burkina Faso, Côte d Ivoire, Mali, Niger, Sénégal AQUIFERE SUPERFICIEL ET POLLUTION

Plus en détail

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv.

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv. COMPARAISON DES TAUX FIXES ET DES TAUX VARIABLES ET TAUX MOYEN DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES À L HABITATION À 5 ANS 2 Taux fixes Taux variables Réservé à l usage interne de. TAUX FIXES DES 25 DERNIÈRES ANNÉES

Plus en détail

Calendrier prévisionnel "Responsable en Ressources Humaines" 2015-2016

Calendrier prévisionnel Responsable en Ressources Humaines 2015-2016 Calendrier prévisionnel "Responsable en Ressources Humaines" 2015-2016 Semaine Jour Date Institut ou Jours Heures Lundi 05-oct 15 Entreprise Mardi 06 oct 15 Semaine 41 Mercredi 07 oct 15 Jeudi 08-oct-15

Plus en détail

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE La ville de Cotonou qui compte environ 700000 habitants selon le recensement général de la population et de l'habitat (RGHP) de février 1992) est située dans son

Plus en détail

T E C H N I Q U E S D E S S Y S T E M E S E T R E S E A U

T E C H N I Q U E S D E S S Y S T E M E S E T R E S E A U U S Y S T E M E S E T R E S E A U T I C P L A N D E C O U R S R I M E S T R E D E P R I N T E M P S 2 0 1 3 A la fin de chaque trimestre, un contrôle de compétences est organisé sous la forme 26 mars 28

Plus en détail

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES I Objectifs qualitatifs (5) Risque non atteinte des objectifs des Pas de dépassement du seuil

Plus en détail

! " # " $ % "!&'( ) ** "!&'!* "! * $! %! +,-.//( 0!"1*! * " 2 *3 4 4 ' " " #! (

!  #  $ % !&'( ) ** !&'!* ! * $! %! +,-.//( 0!1*! *  2 *3 4 4 '   #! ( ! "#$%$"&! " # " $ % "!&'( ) ** "!&'!* "! * $! %! +,-.//(!"1*! * " 2 *3 4 4 ' " " #! ( 5! * " " ( 5 *6 $ 6! 6 (! *6 6 ( " #!$ 6 * " ( 5 "!&' # 7* (8( #! 3 ( '()* +$" $+%,-)./%! +) $ % * $%!) *!&1!) **1!

Plus en détail

brgm Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR U- A.CARN-DHEILLY Vérificateur :

brgm Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR U- A.CARN-DHEILLY Vérificateur : Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR ua o Étude réalisée dans le cadre des projets de Service public du B R G M 8EAUG6 U- A.CARN-DHEILLY

Plus en détail

Mise en œuvre d un nouveau contrat de nappe

Mise en œuvre d un nouveau contrat de nappe La nappe des sables astiens dans l Hérault Mise en œuvre d un nouveau contrat de nappe 2004-2008 La nappe des sables astiens dans l Hérault 450 km2 plus de 700 forages (de 30 à 120 m de profondeur) 4 millions

Plus en détail

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS 24h/24 @ indice en ligne www.atmo-poitou-charentes.org BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS Association Régionale pour la mesure de la Qualité de l'air en Poitou-Charentes Rue

Plus en détail

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la Société de Calcul Mathématique, S. A. Algorithmes et Optimisation Le nombre de morts sur la route en fonction des évolutions de la réglementation Rapport adressé à AutoPlus par la Société de Calcul Mathématique

Plus en détail

Analyses physico-chimiques et microbiologiques des échantillons d'eaux de source et de surface

Analyses physico-chimiques et microbiologiques des échantillons d'eaux de source et de surface Analyses physico-chimiques et microbiologiques des échantillons d'eaux de source et de surface 1. Origines des eaux analysées Nous avons analysé à la fois des eaux de source et des eaux de surface. 1.1.

Plus en détail

Le nouveau mode de paiement de la prime d assurance

Le nouveau mode de paiement de la prime d assurance Le nouveau mode de paiement de la prime d assurance Présentation à 11 juin 2010 à Montréal 1 Partie 1 Nouveau mode de paiement de la prime d assurance 0. Historique 1. Solution général 2. Décision de classification

Plus en détail

Séminaire modélisation des hydrosystèmes 22 et 23 avril 2010 - MINES ParisTech APR VMC 2006

Séminaire modélisation des hydrosystèmes 22 et 23 avril 2010 - MINES ParisTech APR VMC 2006 Séminaire modélisation des hydrosystèmes APR VMC 2006 Schéma méthodologique simplifié Scénarios climatiques 2020 I 2040 Modélisation des hydrosystèmes Impact sur la ressource Impact en sur eau la ressource

Plus en détail

Marché Financier Régional UEMOA Enhancing Capital Markets Cooperation Among IDB Countries. Jeddah, du 2 au 4 juin 2008

Marché Financier Régional UEMOA Enhancing Capital Markets Cooperation Among IDB Countries. Jeddah, du 2 au 4 juin 2008 UEMOA Enhancing Capital Markets Cooperation Among IDB Countries Jeddah, du 2 au 4 juin 2008 BR\/M - DC/BR Jean Paul GILLET Directeur Général Directeur Général ;: Jean-Paul Gillet Abidjan, janvier 2007

Plus en détail

PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE

PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE - DEPARTEMENT DU LOT Commune de Leyme PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE Captages eau potable de la commune de Leyme. ANNEXES SOMMAIRE ANNEXE 1 : ANNEXE 2 : ANNEXE 3 : ANNEXE 4 : ANNEXE 5

Plus en détail

CONSTRUCTION DE RÉSEAUX D AQUEDUC ET D ÉGOUT SANITAIRE SECTEUR DES ÉRABLES SOIRÉE D INFORMATION 27 FÉVRIER 2007 ORDRE DU JOUR

CONSTRUCTION DE RÉSEAUX D AQUEDUC ET D ÉGOUT SANITAIRE SECTEUR DES ÉRABLES SOIRÉE D INFORMATION 27 FÉVRIER 2007 ORDRE DU JOUR CONSTRUCTION DE RÉSEAUX D AQUEDUC ET D ÉGOUT SANITAIRE SECTEUR DES ÉRABLES SOIRÉE D INFORMATION 27 FÉVRIER 2007 ORDRE DU JOUR 1- Mot d accueil par monsieur Richard Bélanger, maire d arrondissement 2- Présentation

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Nitrates et qualité de l eau Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Programme régional d études sur sites bougies poreuses 1999-25 Contexte

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE DE LA CAISSE DE COMPENSATION

RAPPORT D ACTIVITE DE LA CAISSE DE COMPENSATION RAPPORT D ACTIVITE DE LA CAISSE DE COMPENSATION MOIS DE JANVIER 2015 1 CONTEXTE INTERNATIONAL LE GAZ DE PETROLE LIQUEFIE (GPL) La part des échanges internationaux des gaz de pétrole liquéfiés ne représente

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INDUSTRIEL EN 2012, DONT BILAN DU SGS

GESTION DU RISQUE INDUSTRIEL EN 2012, DONT BILAN DU SGS GESTION DU RISQUE INDUSTRIEL EN 2012, DONT BILAN DU SGS Commission de Suivi de Site S3PI Béthune 15 octobre 2013 Xavier Mouterde Site Manager SI Group-Béthune SAS 2 Sommaire Incidents et accidents Actualités

Plus en détail

Statistiques des données de qualité de l'air en Alsace. PM 10 et PM 2,5

Statistiques des données de qualité de l'air en Alsace. PM 10 et PM 2,5 Année 2008 Statistiques des données de qualité de l'air en Alsace Cf. Normes de qualité de l'air Particules en suspension PM 10 et PM 2,5 13 années d'évolution statistique. Particules en suspension - Type

Plus en détail

Installation de La Glacière

Installation de La Glacière Installation de La Glacière Villeneuve-Loubet (06) Bilan d activité 2012 SUD-EST ASSAINISSEMENT 1 Suivi environnemental Suivi des effluents et de la stabilité SUD-EST ASSAINISSEMENT I Suivi environnemental

Plus en détail

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Analyse des résultats du questionnaire mensuel Les résultats présentés ici sont issus des réponses au questionnaire envoyé

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8659

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8659 AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8659 EAU DE SOURCE GRAND BARBIER Allégation «convient pour la préparation des aliments des nourrissons» 4 août 2010 1. INTRODUCTION ET QUESTION Un dossier, introduit

Plus en détail

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo-

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo- Programme RExHySS -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates -ooo- Influence de la prise en compte de la rétroaction des prélèvements par irrigation sur le bilan hydrique

Plus en détail

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne L information hydroclimatique en Afrique de l Ouest, base de la maîtrise de l eau pour la Sécurité alimentaire Welcome to AGRHYMET Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger

Plus en détail

SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES

SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES LISTE DES RÉFÉRENCES (Dernière mise à jour : 12/02/2013) SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES IDEES-EAUX - AGENCE DE LA DRÔME - Depuis 2010 CHATUZANGE LE GOUBET (26) ONYX SANET : Réalisation

Plus en détail

Tableau de bord. 1 janv. 2011-31 déc. 2011 Comparaison avec : 1 janv. 2010-31 déc. 2010. 19 628 Visites. 37,26 % Taux de rebond

Tableau de bord. 1 janv. 2011-31 déc. 2011 Comparaison avec : 1 janv. 2010-31 déc. 2010. 19 628 Visites. 37,26 % Taux de rebond www.cnaop.gouv.fr Tableau de bord 1 janv. 211-31 déc. 211 Comparaison avec : 1 janv. 21-31 déc. 21 Précédente : Visites Visites 2 2 1 1 3 janv. 5 févr. 1 mars 12 avr. 15 mai 17 juin 2 juil. 22 août 24

Plus en détail

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012 Ville de Clermont-Ferrand Gestion de la ressource en eau potable Journée technique 02.02.2012 Plan Le circuit de l eau à Clermont-Ferrand Ouvrages de production d eau Sources et réservoirs L Usine Elévatoire

Plus en détail

Les principales similitudes. Les principales différences

Les principales similitudes. Les principales différences BTS technico- rénové versus BTS technico- actuel Les principales similitudes Les principales différences Rénovation du BTS Technico- Les principales similitudes Cycle d études de 2 ans Heures hebdomadaires

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

RECUPERATION DE L EAU DE PLUIE

RECUPERATION DE L EAU DE PLUIE RECUPERATION DE L EAU DE PLUIE Ce document permet de donner quelques notions en termes de récupération de l eau de pluie dans le cadre des bâtiments HQE. Il va aborder les notions de quantité, qualité,

Plus en détail

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques»

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques» Colloque «les eaux Souterraines du Québec» UQAC, Chicoutimi, 14 Octobre 2010. Groupe de Recherche Interuniversité sur les Eaux Souterraines. «Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière

Plus en détail

EAUX DESTINEES A LA CONSOMMATION HUMAINE COM. DE COM. ILL ET GERSBACH

EAUX DESTINEES A LA CONSOMMATION HUMAINE COM. DE COM. ILL ET GERSBACH Pôle Santé et Risques Environnementaux Courriel : ars-alsace-sante-environnement@ars.sante.fr Téléphone : 03 69 49 30 41 Fax : 03 89 26 69 26 28 rue du Maréchal Joffre 68640 WALDIGHOFFEN EAUX DESTINEES

Plus en détail

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Dimensionnement, mise en œuvre et retour d expérience 30/11/12 Présentation du site Industriel situé

Plus en détail

ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS

ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS Site pilote de démonstration à EVREUX dans l Eure. 3 trackers R T I type DST 12x18Wc monocristallins Date du rapport : 12/7/212 Date de mise en service de l installation

Plus en détail

Le centre sera fermé du 20 au 31 juillet 2015

Le centre sera fermé du 20 au 31 juillet 2015 Calendrier officiel des 2015-2016 Date des 2 premières Cours de jour : Mercredi 26 août 2015 Mardi 8 septembre 2015 du 1 e juin au 8 juillet ET du 3 au 5 août 2015 Cours de soir : Inscriptions les lundis

Plus en détail

SEMINAIRE du CRIES Le logement en Midi-Pyrénées

SEMINAIRE du CRIES Le logement en Midi-Pyrénées SEMINAIRE du CRIES Le logement en Midi-Pyrénées Quelle information pour éclairer les politiques de l habitat? Les statistiques de la Banque de France Patrick BERGER Directeur Régional Le 15 novembre 2012

Plus en détail

Chapitre 1.1 : Prospections géophysiques

Chapitre 1.1 : Prospections géophysiques Chapitre 1.1 : Prospections géophysiques Roger Guérin et Hocine Bendjoudi 1. Introduction Les prospections géophysiques sont employées ici pour l étude du fonctionnement hydrodynamique d une zone humide,

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour une eau de qualité

Les bonnes pratiques pour une eau de qualité Les bonnes pratiques pour une eau de qualité en élevages de volailles label RÉSUMÉ Les résultats d une enquête menée par l ARVOL (Association Régionale des Volailles de Chair d Aquitaine) en 2004 ont montré

Plus en détail

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne EVOLUTION DES PRIX DANS LES ETATS MEMBRES D AFRISTAT DE 1970 A 1999

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne EVOLUTION DES PRIX DANS LES ETATS MEMBRES D AFRISTAT DE 1970 A 1999 Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne EVOLUTION DES PRIX DANS LES ETATS MEMBRES D AFRISTAT DE 1970 A 1999 SERIE ETUDES N 4 Février 2001 PREFACE La Direction générale d AFRISTAT

Plus en détail

COURS ANGLAIS COJURIB ANNEE SCOLAIRE 2015-2016. lundi mardi mercredi jeudi vendredi 28 sept. 29 30 1 oct. 2

COURS ANGLAIS COJURIB ANNEE SCOLAIRE 2015-2016. lundi mardi mercredi jeudi vendredi 28 sept. 29 30 1 oct. 2 octobre 2015 28 sept. 29 30 1 oct. 2 40 41 5 6 7 8 9 12 13 14 15 16 42 19 20 21 22 23 De 17 oct. Vacances de la Toussaint Zone B (Aix Marseille, Amiens, Caen, Lille, Nancy Metz, Nantes, Nice, Orléans Tours,

Plus en détail

Point INTERNET à fin 2014

Point INTERNET à fin 2014 Janvier 2015 Point INTERNET à fin 2014 www.france-adot.org Ce document dresse le bilan de la fréquentation et de l exploitation du site Internet www.france-adot.org de la fédération FRANCE ADOT à fin 2014,

Plus en détail

Caractérisation des eaux souterraines de la région de Niamey, Niger

Caractérisation des eaux souterraines de la région de Niamey, Niger Projet AGES Appui à l Autorité du Bassin du Fleuve Niger pour la Gestion des Eaux Souterraines Caractérisation des eaux souterraines de la région de Niamey, Niger Rapport N 2 Niamey, Mai 2015 Autorité

Plus en détail

DECRET N 2001-094 DU 20 FEVRIER 2001 FIXANT LES NORMES DE QUALITE DE L EAU POTABLE EN REPUBLIQUE DU BENIN

DECRET N 2001-094 DU 20 FEVRIER 2001 FIXANT LES NORMES DE QUALITE DE L EAU POTABLE EN REPUBLIQUE DU BENIN DECRET N 2001-094 DU 20 FEVRIER 2001 FIXANT LES NORMES DE QUALITE DE L EAU POTABLE EN REPUBLIQUE DU BENIN LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ; CHEF DE L'ETAT ; CHEF DU GOUVERNEMENT ; Vu Vu Vu Vu la loi n 90-032

Plus en détail

Etude énergétique de la nappe. Ville de Grenoble

Etude énergétique de la nappe. Ville de Grenoble Etude énergétique de la nappe Ville de Grenoble 1 Etude énergétique de la nappe phréatique de Grenoble Réunion ALE 4 mars 2010 Politique de développement durable de la Ville de Grenoble Guide pour la Qualité

Plus en détail

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016)

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE TAMATAVE La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) Centre Technique Horticole de Tamatave Tél.

Plus en détail

Point Fort #2 : Relation constructeur

Point Fort #2 : Relation constructeur ACSM: Aerosol Chemical Speciation Monitor: Instrument de suivi en temps réel des sources principales (locales et importées) de la pollution aux particules très fines Point Fort #1 : Achat anticipé Achat

Plus en détail

Bulletin de l observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise Institut de Physique du Globe de Paris Juin 2009

Bulletin de l observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise Institut de Physique du Globe de Paris Juin 2009 Bulletin de l observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise Institut de Physique du Globe de Paris Juin 2009 Activité volcanique du Piton de la Fournaise Le Piton de la Fournaise est un volcan bouclier

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION Ce bulletin vise à permettre de suivre régulièrement l évolution générale des conditions agrométéorologiques prévalant dans les différentes régions du pays décade après décade, au

Plus en détail

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE. Bénédicte WELTE

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE. Bénédicte WELTE TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE Bénédicte WELTE AVANT TOUT TRAITEMENT SE POSER TROIS QUESTIONS POURQUOI TRAITER? QUE TRAITER? COMMENT TRAITER? POURQUOI TRAITER? L'eau est toujours recyclée

Plus en détail

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA DECEMBRE 2014 (*)

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA DECEMBRE 2014 (*) BULLE TIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA DECEMBRE 2014 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA DECEMBRE 2014 (*) (*) : Ce bulletin, qui remplace celui dénommé «Bulletin

Plus en détail

Gestion du risque industriel en 2013, dont bilan du sgs

Gestion du risque industriel en 2013, dont bilan du sgs Gestion du risque industriel en 2013, dont bilan du sgs Commission de Suivi de Site S3PI Béthune 2014 Xavier Mouterde Site Manager SI Group-Béthune SAS 2 Sommaire Incidents et accidents Actualités administratives

Plus en détail

Date de publication : 1 er juin 2015 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA DU MOIS D'AVRIL 2015 (*)

Date de publication : 1 er juin 2015 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA DU MOIS D'AVRIL 2015 (*) BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA AVRIL 2015 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA DU MOIS D'AVRIL 2015 (*) Date de publication : 1 er juin 2015 (*) : Le «Bulletin

Plus en détail

Guinée - Epidémie de la Maladie à virus Ebola Rapport de la Situation Epidémiologique Maladie a Virus Ebola en Guinée 07 Juin 2015

Guinée - Epidémie de la Maladie à virus Ebola Rapport de la Situation Epidémiologique Maladie a Virus Ebola en Guinée 07 Juin 2015 Rapport de la Situation Epidémiologique Maladie a Virus Ebola en Guinée 7 Juin 215 I. Points saillants Deux (2) nouveaux cas confirmés ont été notifié ce jour dans les préfectures de Forécariah et de Kindia

Plus en détail

LA GESTION DE LA QUALITE DES EAUX A TRIPOLI (LIBAN) WATER QUALITY MANAGMENT IN TRIPOLI (LEBANON)

LA GESTION DE LA QUALITE DES EAUX A TRIPOLI (LIBAN) WATER QUALITY MANAGMENT IN TRIPOLI (LEBANON) Larhyss Journal, ISSN 1112-3680, n 03, Juin 2004, pp.79-89 2004 Laboratoire de Recherche en Hydraulique Souterraine et de Surface LA GESTION DE LA QUALITE DES EAUX A TRIPOLI (LIBAN) WATER QUALITY MANAGMENT

Plus en détail

Rapport d activités de la CLE et de la cellule d animation. Année 2013

Rapport d activités de la CLE et de la cellule d animation. Année 2013 Rapport d activités de la CLE et de la cellule d animation Année 2013 Adopté en séance plénière du 9 décembre 2014 Présentation du SAGE et contexte Le périmètre du SAGE Les masses d eau Le SAGE Val Dhuy

Plus en détail

UNE OFFRE MODERNE DE BANQUE À DOMICILE

UNE OFFRE MODERNE DE BANQUE À DOMICILE Le réseau Société Générale UNE OFFRE MODERNE DE BANQUE À DOMICILE Alain Brunet Journée Société Générale - 20 juin 2000 1 Sommaire Une utilisation massive et un impact important sur notre exploitation Une

Plus en détail

INNOVIA - Gestion des Eaux Pluviales Cas de Grenoble

INNOVIA - Gestion des Eaux Pluviales Cas de Grenoble Bienvenue INNOVIA - Gestion des Eaux Pluviales Cas de Grenoble Objectifs Exutoire Aucun rejet au réseau = infiltration des eaux à la parcelle Sinon dérogation = ouvrages de stockage-restitution avant

Plus en détail

Nouvelles offres commerciales de Gaz de France à l ouverture du marché des particuliers. 11 septembre 2007

Nouvelles offres commerciales de Gaz de France à l ouverture du marché des particuliers. 11 septembre 2007 Nouvelles offres commerciales de Gaz de France à l ouverture du marché des particuliers 11 septembre 2007 Bilan à date de l ouverture 2004 Ventes gaz et électricité entre 2004 et 2006 Depuis 2004, plus

Plus en détail

Schéma directeur d assainissement des eaux pluviales

Schéma directeur d assainissement des eaux pluviales Commune du Folgoët (29) Schéma directeur d assainissement des eaux pluviales Source : LeFolgoët.fr Mai 2013 Siège Social 11 bis, rue Gabriel Péri - B.P. 286 54515 Vandoeuvre-lès-Nancy cedex 03 83 50 36

Plus en détail

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie.

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. 13. Analyse de l eau Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. Les eaux des rivières, des fleuves, des mares ou des

Plus en détail

Comité Lait de chèvre

Comité Lait de chèvre Comité Lait de chèvre Point de conjoncture 2 octobre 2014 FranceAgriMer - Montreuil France Vers une stabilisation de la collecte de lait de chèvre pour 2014? million de litres Collecte cumul fin août :

Plus en détail

Rapport de stage. «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain»

Rapport de stage. «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain» GRAPE-CEEP Rapport de stage «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain» Vallette Jean-Vincent Master II Gestion des Ressources Naturelles

Plus en détail

Département Econome. Indicateur de Conjoncture

Département Econome. Indicateur de Conjoncture Département Econome Indicateur de Conjoncture Septembre 211 Conjoncture Economique Sommaire SOMMAIRE... 2 1. CREATIONS D ENTREPRISES... 4 2. CONSOMMATION... 4 3. TOURISME... 5 4. BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS...

Plus en détail

Statistiques concernant la protection internationale au Grand-Duché de Luxembourg Mois d août 2015

Statistiques concernant la protection internationale au Grand-Duché de Luxembourg Mois d août 2015 Statistiques concernant la protection internationale au Grand-Duché de Luxembourg Mois d août 2015 Date de publication par la Direction de l immigration 8 août 2015 Guichets et bureaux : Adresse postale

Plus en détail

Cours Statistiques descriptives

Cours Statistiques descriptives C. Terrier 1/5 29/9/24 Cours Statistiques descriptives Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Arnaud Foulquier, Florian Malard, Janine Gibert UMR CNRS 5023, Écologie des Hydrosystèmes Fluviaux Université Lyon 1, Bât. Forel

Plus en détail

Projet PACES 10/04/2015

Projet PACES 10/04/2015 Projet PACES 10/04/2015 1. Mise en contexte 2. Description des travaux réalisés 3. Résultats 4. Conclusions et recommandation Cartographie des eaux souterraines du sud-ouest de la Mauricie 3 900 km 2

Plus en détail

CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION

CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION Ce document présente : les principales caractéristiques cycliques de la consommation d électricité en France, les différents

Plus en détail

ATELIER REGIONAL SUR LA REDUCTION DU SOUFRE DANS LE CARBURANT --------------------------- Du 18 au 19 mai 2015 à l Hôtel Belle Côte, Abidjan

ATELIER REGIONAL SUR LA REDUCTION DU SOUFRE DANS LE CARBURANT --------------------------- Du 18 au 19 mai 2015 à l Hôtel Belle Côte, Abidjan ATELIER REGIONAL SUR LA REDUCTION DU SOUFRE DANS LE CARBURANT --------------------------- Du 18 au 19 mai 2015 à l Hôtel Belle Côte, Abidjan ------------------------------ LISTE DES PARTICIPANTS ------------------------------

Plus en détail

In t r o d u c t i o n

In t r o d u c t i o n In t r o d u c t i o n Qu allez-vous trouver dans ce livre? Ce livre présente une méthode en six étapes pour élaborer votre plan de formation. Son objectif est de vous permettre de concevoir un plan qui

Plus en détail

Mesurage de la qualité acoustique de revêtements. acoustique de revêtements

Mesurage de la qualité acoustique de revêtements. acoustique de revêtements Monitoring de la performance acoustique d un d revêtement phonoabsorbant en milieu urbain François Aballéa, Pierre-Jean René a Olivier Schalbetter, Lucien Pignat b Daniel Vaucher de la Croix, Fabien Lassablière

Plus en détail

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16 9. Revue des Marchés Charles Gagné 2015-04-16 Les faits saillants 1. Inventaires de porcs aux É.-U. ( Hogs & Pigs) Croissance de 2 % du troupeau reproducteur 2. Baisse des exportations américaines Valeur

Plus en détail

OPTIMISATION DES SYSTÈMES CLIENTÈLES (OSC)

OPTIMISATION DES SYSTÈMES CLIENTÈLES (OSC) OPTIMISATION DES SYSTÈMES CLIENTÈLES (OSC) Page 1 de 6 1 2 Conformément à la décision D-2011-058 1 rendue le 3 mai 2011, le Distributeur dépose le suivi 2012 du projet Optimisation des systèmes clientèles

Plus en détail

Les Cahiers de PRED CONSEIL

Les Cahiers de PRED CONSEIL Les Cahiers de PRED CONSEIL Série Savoir & Comprendre N 3 L eau potable Introduction Elle fait régulièrement la une des informations, mais savons-nous réellement ce qu est l eau potable, qu elles sont

Plus en détail

kçìîéä=áåçáåé=çé=åáêåìä~íáçå=ëìê== äé=ê ëé~ì=êçìíáéê=å~íáçå~ä o ëìäí~íë=çé=ommu=

kçìîéä=áåçáåé=çé=åáêåìä~íáçå=ëìê== äé=ê ëé~ì=êçìíáéê=å~íáçå~ä o ëìäí~íë=çé=ommu= = Note d'information ^ìíéìê=w=p íê~= ã~á=ommv= = kçìîéä=áåçáåé=çé=åáêåìä~íáçå=ëìê== äé=ê ëé~ì=êçìíáéê=å~íáçå~ä o ëìäí~íë=çé=ommu= = qê~åëéçêíë= MP= L'Indice National de Circulation est le baromètre de

Plus en détail

Technical assistance Planning in the African Region TEMPLATE FOR COUNTRIES CÔTE D IVOIRE

Technical assistance Planning in the African Region TEMPLATE FOR COUNTRIES CÔTE D IVOIRE Technical assistance Planning in the African Region TEMPLATE FOR COUNTRIES CÔTE D IVOIRE Contexte Créé par Arrêté N 279 du 08 Août 2001 MSHP modifié par l arrêté N 118 du 06 mai 2009 Siège: situé dans

Plus en détail

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale Produit Paramètre microbiologiques Valeur de tolérance UFC Eau potable Salmonelles spp nd/5 l Eau potable non traitée: - à la source - dans le réseau de distribution Eau potable traitée: - après le traitement

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Repeat. Conjoncture publicitaire. aami. Février 2015. Powered by. Str atégie, Achats et Pr og r amming Media

Repeat. Conjoncture publicitaire. aami. Février 2015. Powered by. Str atégie, Achats et Pr og r amming Media Repeat Str atégie, Achats et Pr og r amming Media Conjoncture publicitaire Février 2015 aami Powered by L AAMi, «Association des Agences Media Indépendantes», regroupe les agences suivantes : Anacrouse,

Plus en détail

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly Si les niveaux des différents polluants du trafic routier sont toujours plus importants à proximité du boulevard

Plus en détail

Janvier 2015 11 2 16 7

Janvier 2015 11 2 16 7 TABLEAU DE BORD DE LA SECURITE ROUTIERE DANS L YONNE - JANVIER Accidents Corporels Tués Blessés dont Hospitalisés Janvier 6 7 Janvier 4 6 6 Evolution Janvier / 4 YONNE - 4 % - 66,7 % % - 4,7 % Évolution

Plus en détail

Caractérisation et modélisation système hydrominéral de Vals les Bains

Caractérisation et modélisation système hydrominéral de Vals les Bains Caractérisation et modélisation système hydrominéral de Vals les Bains Projet SEMEAU SITHERE-LIFE+-AGENCE DE L EAU RMC H. Xiao, E. Ledoux, J.F. Terrisse Organisation du SITHERE Syndicat Intercommunal,

Plus en détail

guide pratique l eau... de vos puits, sources et forages édité par la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales

guide pratique l eau... de vos puits, sources et forages édité par la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales Service Santé-Environnement 8 rue du Père Joseph Wresinski - BP 1408-16017 ANGOULÊME Cedex Tél. 05 45 97 46 47 - Fax : 05 45 97 46 46 Tous droits

Plus en détail

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Direction de santé publique Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Monique Beausoleil, M.Sc., toxicologue 12 novembre 2014 MISE EN CONTEXTE Le 10

Plus en détail

Teneurs en nitrates et nitrites de la Vologne (partie 1) TAUX AUTORISES POUR UNE EAU DE CONSOMMATION

Teneurs en nitrates et nitrites de la Vologne (partie 1) TAUX AUTORISES POUR UNE EAU DE CONSOMMATION L eau de la Vologne est-elle de bonne qualité? Les élèves du lycée Jean LURCART ont commencé leurs études sur des bases de données, les conditions climatiques actuelles ne permettant pas de réaliser une

Plus en détail

Étude des facteurs de pollution des ressources en eau en milieu urbain : cas de Bafoussam (Ouest-Cameroun)

Étude des facteurs de pollution des ressources en eau en milieu urbain : cas de Bafoussam (Ouest-Cameroun) Lien vers la présentation PowerPoint Étude des facteurs de pollution des ressources en eau en milieu urbain : cas de Bafoussam (Ouest-Cameroun) H.G. MPAKAM 1, G.R. KOUAM KENMOGNE 2, T. TAMO TATIÉTSÉ 3,

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 51, 18 déc. 15) Hemve 31

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 51, 18 déc. 15) Hemve 31 Le CAC vu de Nouillorque (Sem 51, 18 déc. 15) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La FED relève enfin ses taux, Le rallye de fin d année, sur fond de récession

Plus en détail

TOURISME... 3 FREQUENTATION TOURISTIQUE... 3 PREVISIONS... 8 CROISIERE... 9 TRANSPORTEURS INTERNATIONAUX... 10 TRANSPORTEURS DOMESTIQUES...

TOURISME... 3 FREQUENTATION TOURISTIQUE... 3 PREVISIONS... 8 CROISIERE... 9 TRANSPORTEURS INTERNATIONAUX... 10 TRANSPORTEURS DOMESTIQUES... TABLEAU DE BORD DU 4 ème TRIMESTRE 28 TOURISME... 3 FREQUENTATION TOURISTIQUE... 3 ACTIVITE DE L HOTELLERIE INTERNATIONALE... 6 PREVISIONS... 8 CROISIERE... 9 TRANSPORTEURS INTERNATIONAUX... 1 TRANSPORTEURS

Plus en détail

Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé

Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé Tableau de choix d analyseurs Domaines d application Paramètres mesurés en continu Hydrocarbures HC DCO Nitrates NO 3 Ions Ammonium NH 4 + Température C ph

Plus en détail

COMITÉS LOCAUX ANIMATION ET DÉVELOPPEMENT EN 2013

COMITÉS LOCAUX ANIMATION ET DÉVELOPPEMENT EN 2013 COMITÉS LOCAUX ANIMATION ET DÉVELOPPEMENT EN 23 Vierzon Bourges - Nevers Bourges St Amand Montrond SNCF DIRECTION DÉLÉGUÉE TER CENTRE 3 PÔLE décembre CONVENTION 23 SOMMAIRE CHAPITRE Les acteurs ferroviaires

Plus en détail

CHARGE DE COMPENSATION JANVIER-SEPTEMBRE 2012-2013

CHARGE DE COMPENSATION JANVIER-SEPTEMBRE 2012-2013 RAPPORT D ACTIVITE DE LA CAISSE DE COMPENSATION DU MOIS DE NOVEMBRE I CHARGE DE COMPENSATION Depuis le début de l année 2013, le cours du brent sur les marchés internationaux a connu une accalmie avec

Plus en détail

IND N ICA C TEURS S CL C ES

IND N ICA C TEURS S CL C ES INDICATEURS CLES LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Un indicateur est : - Une donnée c'est-à-dire un élément ou un ensemble d éléments d information significative, ex un taux. - un indice

Plus en détail

Les transactions immobilières

Les transactions immobilières Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Les transactions immobilières 6 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés

Plus en détail

Descriptif du chantier test :

Descriptif du chantier test : Descriptif du chantier test : Réfection du réseau d ECS en cuivre dans un pavillon individuel de 1982, le réseau cuivre a été refait avec des tubes multicouches préisolés avec 10mm de silice morphe 2inToob.

Plus en détail

... 11... 13... 16... 17...17...17...19...20...23...23...24...25...26...27... 30...30...34 35 36...36...37...40...40...41...42...42...46...47...47...48...49...49...49...53...53...57...66...72...74...76

Plus en détail