Cour suprême du Canada

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cour suprême du Canada"

Transcription

1 Dossier no : OEVANT LA Cour suprême du Canada EN APPEL D'UNE DÉCISION DE LA COUR D'APPEL DU QUÉBEC ENTRE: SA MAJESTÉ LA REINE APPELANTE (Appelante) ET: ET: ANDREW SIMPSON et KIZZY-ANN FARELL INTIMÉS (Intimés) VILLE DE MONTRÉAL INTERVENANTE ET: WALID HIJAZI AMICUS CURIAE MÉMOIRE DE L'INTERVENANTE VILLE DE MONTRÉAL Me Éric Couture Dagenais Gagnier Biron 775, rue Gosford, 4e étage Montréal (Québec) H2Y 3B9 Tél. : Téléc.: Procureur de l'intervenante Me Frédérick Langlois Deveau, Bourgeois, Gagné, Hébert & Associés, s.e.n.c.r.l. 867, boul. Saint-René O., bureau 8 Gatineau (Québec) J8T 7X6 Tél. : Téléc.: Correspondant de l'intervenante Thémis Multifactum inc. 4, rue Notre-Dame Est, bur. 100, Montréal (Québec) H2Y 1 B8 Téléphone: Télécopieur:

2 Dossier no : DEVANT LA Cour suprême du Canada Me Dennis Galiatsatos Me Christian Jarry Procureurs aux poursuites criminelles et pénales 1, rue Notre-Dame Est, # Montréal (Québec) H2Y 1B6 Tél. : , p Téléc.: dennis. Procureurs de l'appelante Me Jean Campeau Procureur aux poursuites criminelles et pénales 17, rue Laurier, # Gatineau (Québec) J8X 4C1 Tél. : , p Téléc.: Correspondant de l'appelante M. Andrew Simpson Mme Kizzy-Ann Farell 78, avenue Vimy Cornwall (Ontario) K6H 3B7 Tél. : Intimés Me Walid Hijazi Desrosiers, Joncas, Nouraie, Massicotte 500, place d'armes, bureau 1940 Montréal (Québec) H2Y2W2 Tél: Téléc.: Amicus Curiae Me Frédérick Langlois Deveau, Bourgeois, Gagné, Hébert & Associés, s.e.n.c.r.l. 867, boul. Saint-René O., bureau 8 Gatineau (Québec) J8T 7X6 Tél. : Téléc.: Correspondant de l'amicus Curiae Thémis Multifactum inc. 4, rue Notre-Dame Est, bur. 100, Montréal (Québec) H2Y 1 B8 Téléphone: Télécopieur:

3 TABLE DES MATIÈRES MÉMOIRE DE L'INTERVENANTE VILLE DE MONTRÉAL PARTIE 1 LES FAITS... 1 PARTIE II LA QUESTION INTÉRESSANT L'INTERVENANTE... 2 PARTIE III LES ARGUMENTS PARTIE IV LES DÉPENS... PARTIE V LES ORDONNANCES DEMANDÉE PARTIE VI LES SOURCES PARTIE VII LA LÉGISLATION Règlement sur la salubrité l'entretien et la sécurité des logements (Ville de Montréal) Règlement de permis et certificats numéro 2528 (Ville de Montréal)... 47

4 Mémoire de l'intervenante " COUR SUPREME DU CANADA (EN APPEL D'UNE DECISION DE LA COUR D'ApPEL DU QUEBEC) Dossier no : ENTRE: SA MAJESTÉ LA REINE APPELANTE (Appelante) ET: ANDREW SIMPSON -et- KIZZY-ANN FARELL INTIMÉS (Intimés) ET: VILLE DE MONTRÉAL INTERVENANTE ET: WALID HIJAZI AMICUS CURIAE MÉMOIRE DE L'INTERVENANTE VILLE DE MONTRÉAL

5 Mémoire de l'intervenante 1 PARTIE 1 - LES FAITS Les faits 1. La première question que pose l'appelante à cette Cour est de déterminer si les visites de l'inspecteur en bâtiment de la Ville de Montréal Pierre Dubois, accompagné par les policiers étaient légales. 2. La Ville de Montréal soumet respectueusement que les visites de son inspecteur en bâtiment étaient légales. 3. Le présent pourvoi concerne notamment des dispositions réglementaires adoptées par la Ville de Montréal lui permettant de s'assurer du respect de sa réglementation en contrôlant les usages qui sont exercés sur son territoire de même que la conformité des bâtiments. 4. La Ville de Montréal soutient qu'en vertu de la loi habilitante et conséquemment de la réglementation qu'elle a adoptée ses inspecteurs en bâtiment ont le pouvoir d'inspecter l'intérieur des bâtiments peu importe l'usage auquel ils sont destinés et que les propriétaires ou occupants ne peuvent s'y opposer. De plus, aux fins de l'exécution de leur travail, ses inspecteurs en bâtiment peuvent être accompagnés de policiers qui seront utiles afin d'assurer leur sécurité lors de l'inspection. 5. La Ville de Montréal est d'avis que ce pouvoir d'inspection est essentiellement de nature administrative et ne saurait être assimilé à une perquisition ou une fouille ou une saisie abusive au sens de la Charte canadienne des droits et liberté ou au sens de la Charte des droits et libertés de la personne. 6. La Ville de Montréal est donc d'opinion qu'aucun mandat et qu'aucune autorisation ne sont nécessaires pour que ses inspecteurs en bâtiment puissent pénétrer dans un immeuble. 7. Dans les mois précédant les faits ayant conduit à l'accusation des Intimés, l'inspecteur en bâtiment Pierre Dubois avait des raisons de croire qu'il y avait infraction à un règlement municipal et qu'un espace commercial était utilisé à des fins résidentielles. Les inspections visaient donc d'une part à vérifier si l'usage exercé était conforme au règlement de zonage et d'autre part à vérifier, le cas échéant, si l'espace habité était équipé, tel que la réglementation relative à la salubrité l'exige, des équipements relatifs à l'hygiène personnelle. Il faut ajouter que cette occupation «résidentielle» se faisait à l'insu du propriétaire. L'inspecteur en bâtiment avait requis la présence de policiers afin d'assurer sa sécurité pendant l'inspection.

6 Mémoire de l'intervenante 2 La question intéressant l'intervenante 8. Les inspections effectuées par l'inspecteur en bâtiment M. Dubois ont effectivement révélé l'occupation à des fins résidentielles d'un espace commercial ne comprenant pas les équipements hygiéniques obligatoires en vertu de la réglementation municipale. 9. Suivant ces inspections, un «avis ordonnant l'évacuation et la fermeture des locaux» a été émis en application de l'article 19 du Règlement sur la salubrité, l'entretien et la sécurité des logements et l'accès du rez-de-chaussée du bâtiment fut condamné en conséquence. 10. Les Intimés ont été acquittés de toutes les accusations portées contre eux par la juge de première instance Manon Ouimet de la Cour du Québec qui a notamment mentionné: «With all the respect l may have for municipal employees, the fact that a bylaw allows them to make inspection does not allow them to enter private premises without rights.». Il. La Couronne a porté cette décision en appel et l'appel a été rejeté par la Cour d'appel. Le jugement de la Cour d'appel comporte toutefois une dissidence de la juge France Thibault : «12J For her part, justice Thibault, in dissent, would have allowed the appeal and ordered a new trial, on the basis that the absence of a right of occupation had been demonstrated beyond reasonable doubt and that the inspector 's visit accompanied by policeman was legal (Chabalar c. Ville de Laval, [2004] lq. 149).» La Ville de Montréal demande donc à cette Cour d'infirmer l'énoncé de la juge de première instance dans le présent dossier à l'effet que la présence de l'inspecteur en bâtiment dans l'immeuble était illégale. La Ville de Montréal demande à cette Cour de confirmer l'opinion de la dissidence de la Cour d'appel à l'effet que la visite de l'inspecteur en bâtiment accompagné des policiers était légale. PARTIE II - LA QUESTION INTÉRESSANT L'INTERVENANTE L'inspecteur en bâtiment Pierre Dubois, accompagné de policiers, avait-il le pouvoir de pénétrer dans l'immeuble occupé par les Intimés sans leur autorisation? La Ville de Montréal soumet respectueusement que cette Cour doit répondre par l'affirmative à cette question. 1 La décision citée par la juge Thibault est jointe en annexe sous la référence: Chabotar c. Laval (Ville de), 2004 CanLII (QC CS), Recueil de sources de l'intervenante, ci-après «R.S. )), onglet 4.

7 Mémoire de l'intervenante La réglementation adoptée 3 PARTIE III - LES ARGUMENTS Les arguments 13. Le pouvoir habilitant se retrouve à l'article 411 de la Loi sur les cités et villes, RLRQ c C Conformément cette habilitation, la Ville de Montréal a adopté les articles 7 à 9 du Règlement sur la salubrité, l'entretien et la sécurité des logements et l'arrondissement de Lachine de la Ville de Montréal a adopté les articles 2.3 et 2.4 du Règlement de permis et certificats numéro «411. Le conseil peut faire des règlements : 1 pour autoriser les fonctionnaires ou employés de la municipalité à visiter et à examiner, à toute heure raisonnable, toute propriété immobilière ou mobilière, ainsi que l'intérieur ou l'extérieur des maisons. bâtiments ou édifices quelconques, pour constater si les règlements du conseil y sont exécutés, pour vérifier tout renseignement ou pour constater tout fait nécessaire à l'exercice par la municipalité du pouvoir de délivrer un permis, d'émettre un avis de conformité d'une demande, de donner une autorisation ou toute autre forme de permission, qui lui est conféré par une loi ou un règlement et pour obliger les propriétaires ou occupants de ces propriétés, bâtiments et édifices, à y laisser pénétrer les fonctionnaires ou employés de la municipalité; 2 (paragraphe abrogé); 3 pour autoriser, lors d'une inspection, la saisie de tout article offert en vente, vendu ou livré en contravention avec les règlements faits en vertu de la présente loi ou de la charte. Sur demande, les fonctionnaires ou employés qui procèdent à une inspection doivent établir leur identité et exhiber le certificat, délivré par la municipalité, attestant leur qualité.» (nos soulignés) «7. L'autorité compétente peut pénétrer dans un bâtiment ou un logement, le visiter et l'examiner pour les fins de l'application du présent règlement. 8. L'autorité compétente doit, sur demande, s'identifier au moyen d'une carte d'identité, comportant sa photographie, qui lui est délivrée par la Ville. 9. Toute personne doit permettre à l'autorité compétente de pénétrer dans un bâtiment sans nuire à l'exécution de ses fonctions.» «2.3 Fonctions et pouvoirs du fonctionnaire désigné Le fonctionnaire désigné exerce les pouvoirs qui lui sont conférés par le présent règlement, notamment: 1) il peut visiter et examiner toute propriété immobilière pour constater si les règlements de zonage, de lotissement, de construction et le présent règlement sont respectés ; 2) il peut émettre un avis au propriétaire, à l'occupant ou à leur mandataire prescrivant de corriger une situation qui constitue une infraction au présent règlement, aux règlements de zonage, de lotissement ou de construction ; 3) il émet les permis et certificats prévus à ce règlement ; 4) il peut faire rapport au Conseil des permis et certificats émis; 5) il peut demander que des essais soient faits conformément aux exigences du présent règlement sur les matériaux de construction, les éléments fonctionnels ou structuraux de construction ou sur la condition des fondations, s'il devient nécessaire de prouver que les matériaux, les dispositifs, les méthodes de construction, les éléments fonctionnels ou structuraux ou la condition des fondations répondent aux prescriptions des règlements de construction et de zonage; 6) il peut faire évacuer provisoirement tout bâtiment qui représente un danger pour la santé ou la vie; faire exécuter tout ouvrage de réparation qui lui semble opportun pour rendre la construction sécuritaire, faire démolir si nécessaire et en faire ensuite rapport au Conseil; 7) il peut faire suspendre l'érection d'une construction non conforme aux permis ou certificat émis ou aux dispositions des règlements de zonage et de construction; 8) il peut faire clôturer un terrain vague où il existe une excavation présentant un danger pour le public, fermer, aussi longtemps que le danger subsiste, tout trottoir, toute rue ou partie de rue; 9) il recommande au Conseil de prendre toute mesure nécessaire pour que cesse une contravention à ce règlement et aux règlements de zonage et construction ; 10) il est mandaté et spécifiquement autorisé à intenter une poursuite pénale au nom de la Ville de Lachine pour une contravention à ce règlement et aux règlements de zonage, lotissement et construction. 2.4 Visite de bâtiment Le fonctionnaire désigné, dans l'exercice de ses fonctions peut visiter et examiner ou faire visiter et examiner par ses représentants, en tout temps, toute propriété immobilière ou mobilière ainsi gue l'intérieur et l'extérieur des habitations, bâtiments ou édifices quelconques pour constater si les règlements sont observés. Le propriétaire, locataire ou occupant de la propriété immobilière visitée ou examinée doit laisser pénétrer le fonctionnaire désigné et ses représentants.» (notre souligné)

8 Mémoire de l'intervenante 4 Les arguments 14. La Ville de Montréal soumet respectueusement qu'en vertu de la réglementation qu'elle a adoptée, ses inspecteurs en bâtiment peuvent procéder à des visites de l'intérieur de tous les bâtiments, incluant les bâtiments d'habitation, sans mandat et sans autorisation de la Cour. Ces règlements sont présumés valides et n'ont fait l'objet d'aucune contestation. Les inspecteurs en bâtiment peuvent, lors de ces visites, pour assurer leur sécurité, être accompagnés de policiers. 15. La juge de première instance a erré en droit en déclarant que les articles 7 et 8 de la Charte des droits et libertés de la personne étaient violés puisque le fait de pénétrer à l'intérieur du bâtiment par l'inspecteur en bâtiment et par la police était illégal. 16. Les articles 7, 8 et 9.1 de la Charte des droits et libertés de lapersonne énoncent: «7. La demeure est inviolable. 8. Nul ne peut pénétrer chez autrui ni y prendre quoi que ce soit sans son consentement exprès ou tacite. (...) 9.1. Les libertés et droits fondamentaux s'exercent dans le respect des valeurs démocratiques, de l'ordre public et du bien-être général des citoyens du Québec.» 17. La majorité de la Cour d'appel a erré en droit en rejetant l'appel. La Ville de Montréal soumet respectueusement que cette Cour devrait confirmer l'énoncé de la juge France Thibault dissidente, à l'effet que la visite de l'inspecteur en bâtiment accompagné d'un policier était légale. 18. La Ville de Montréal soumet que l'inspection effectuée en vertu de la réglementation municipale n'est que de nature administrative. Une telle inspection ne peut donner lieu à aucune accusation criminelle elle n'a donc pas le caractère aussi stigmatisant qu'une inspection pouvant impliquer une accusation criminelle. La présence policière n'avait pour but que d'assurer la sécurité de l'inspecteur, la présence policière n'altère pas la nature administrative de l'inspection. 19. Les jugements de la Cour du Québec et de la Cour d'appel laissent sous-entendre que pour procéder à une inspection d'un bâtiment un inspecteur en bâtiment devrait obtenir une autorisation préalable. Dans les faits il serait impraticable que les inspections des bâtiments requièrent un avis préalable ou une autorisation préalable, alors qu'aucun forum approprié n'existe même à cet égard, ce qui nécessiterait le recours aux tribunaux de droit commun et

9 Mémoire de l'intervenante 5 Les arguments imposerait aux villes un fardeau lourd au point où l'activité d'inspection en serait somme toute paralysée. 20. La Ville de Montréal soumet que ces jugements vont à l'encontre de la jurisprudence de cette Cour notamment dans la décision Comité paritaire de l'industrie de la chemise c. Potash5 et à l'encontre de la jurisprudence canadienne. 21. Il y a donc lieu devant cette Cour de distinguer une inspection faite dans un cadre criminel d'une autre faite dans un cadre administratif, lors de l'inspection des bâtiments visant le respect de la réglementation relative à la salubrité, au zonage et à la construction. 22. La jurisprudence canadienne ne requiert pas qu'un inspecteur en bâtiment obtienne un mandat dans le cadre de l'exercice de ses fonctions d'inspection. 6 Bien qu'une inspection demeure soumise aux exigences de la Charte canadienne des droits et libertés et de la Charte des droits et libertés de la personne, le tribunal doit jauger plusieurs facteurs comme l'importance de l'intrusion, le but de l'inspection et le degré d'expectative de vie privée rattachée aux lieux visités. Dans le cas sous étude, il est important de préciser qu'il s'agit d'un local commercial, d'une occupation clandestine d'un lieu que les Intimés n'étaient pas autorisés à occuper par le propriétaire, que l'inspecteur en bâtiment avait de forts doutes quant à la salubrité de l'espace occupé à des fins d'habitation et qu'il voulait vérifier s'il existait des sources possibles d'incendie. La Cour supérieure, dans la décision Robidoux c. Sherbrooke a mentionné que, dans un contexte fortement réglementé par l'état qui concerne la protection contre un incendie ou encore la préservation de l'hygiène et de la santé publique, les attentes raisonnables qu'un exploitant peut entretenir en matière de vie privée sont très réduites Le «droit du public de ne pas être importuné par le gouvernement doit céder le pas au droit du gouvernement de s'immiscer dans la vie privée des particuliers afin de réaliser ses fins et, notamment, d'assurer l'application de la loi». 8 Le but des articles 8 et 9.1 de la Charte des droits et libertés de la personne est de protéger les particuliers contre les intrusions injustifiées de l'état dans de leur vie privée. Il ne serait pas toujours raisonnable d'exiger une autorisation au 5 [1994],2 R.C.S. 406, RS., onglet 5. 6 Robidoux c. Sherbrooke, 2011 QCCS 951 (CanLII) (par. 38), RS., onglet 10. Voir aussi Yorkville North Development Ltd. v. City of North York, 1988 CanLII 4701 (ON CA) et 1986 CanLII 2802 (ON SC), RS., onglet 13, Caledon (Town) v. Mik, 31 M.P.L.R. (2d) 112 (Ontario Court of Justice, 1995), RS., onglet 3, Orillia (City) v. Nicol, (O.C.A. 1997) 41 M.P.L.R. (2d) 1, RS., onglet 7, de même que les autres décisions citées ci-après dans le mémoire. 7 Robidoux c. Sherbrooke (Ville de), 2011 QCCS 951 (CanLII) (par. 37), RS., onglet 10. g Hunter c. Southam Inc., [1984] 2 R.C.S. 145, (par. 25), RS., onglet 6.

10 Mémoire de l'intervenante 6 Les arguments préalable aux fins de valider les attentes du gouvernement face aux expectatives des particuliers en matière de vie privée. 24. Dans la décision R c. Feisf, l'inspecteur en bâtiment avait reçu des plaintes de voisins et devait procéder à l'inspection d'une propriété. Son inspection n'avait pas été annoncée à l'avance et il était accompagné de policiers. Lors de l'inspection, des plants de marijuana ont été découverts par les policiers ce qui a mené à des accusations criminelles. La Cour supérieure confirme la possibilité pour l'inspecteur en bâtiment de se faire accompagner par des policiers lors d'une inspection non annoncée qui demeurera une inspection de nature administrative dont le but est d'examiner le respect de la réglementation de zonage et de construction. Bien que le tribunal ait noté qu'il puisse y avoir une expectative de vie privée différente dans le cas de l'inspection d'une entreprise par rapport à l'inspection d'une résidence privée, le juge confirme le pouvoir de la ville de procéder à une inspection d'une résidence pour vérifier la conformité à la réglementation. lo Le tribunal base sa décision sur le fait que les inspections relatives au zonage et à la construction n'ont pas le même caractère et la même stigmatisation que les inspections effectuées dans le but de découvrir des infractions criminelles. ll Le pouvoir de l'inspecteur en bâtiment de procéder à une visite d'une résidence accompagné de policiers a donc été confirmé par la cour même si l'inspection a mené à des accusations criminelles. 25. La décision rendue par la Cour d'appel de la Colombie-Britannique dans le dossier R. v. Bichel12 visait l'inspection de l'intérieur d'une résidence pour en vérifier la conformité au règlement de zonage. La cour a jugé que l'inspection menée dans ce cadre n'implique qu'une intrusion minimale dans la vie privée d'une personne et qu'il n'y a pas de stigmatisation rattachée à une telle inspection. Dans ce cas, l'inspection n'était qu'une inspection de routine et n'avait été initiée par aucune plainte ou aucun doute de la part de l'inspecteur qu'il pouvait y avoir une nonconformité, nous sommes donc d'autant plus d'opinion que la Cour peut le considérer comme un exemple d'application similaire. La Cour d'appel de la Colombie-Britannique mentionne notamment: «An inspection involves a minimal intrusion into the privacy of a person, if conducted at a reasonable time. It do es not involve a search or a seizure of personal property. It involves 9 REJB (C.S.), R.S., onglet 9. lu Idem paragraphes 46 à 51. Il Idem paragraphes 56 et CanLII 102 (BC CA), R.S., onglet 8.

11 Mémoire de l'intervenante 7 Les arguments looking at construction, wiring, plumbing and heating, and at things which may affect health or safety. There is no stigma attached to the inspection. It is something that may be reasonably expected by al! members of the community, in whose interest it is to maintain health and safety standards. Once it is recognized that such inspections must proceed on a routine basis, area by are a, without proof in advance of an infraction by any particular householder, then it would be an empty and futile gesture, in my opinion, to have an inde pendent official hear the reasons why a search is to be made and give a prior authorization. The fact that an infraction may be discovered, and a penalty imposed, does not persuade me that a cumbersome and ineffective procedure should be put in place. Il would not protect the individual violator from being discovered Nor is it in the public interest that he should be so protected» Après la décision R. v. Bichel rendue en 1986, la Cour d'appel de la Colombie-Britannique a rendu une autre décision d'importance sur le sujet en 2010 : Arkinstal! v. Surrey (Cityy4. Dans ce dossier, les inspecteurs voulaient visiter une résidence afin de vérifier le système électrique pour des raisons de sécurité. La visite découlait de la constatation par l'autorité que la résidence consommait une importante quantité d'énergie pouvant laisser croire que le propriétaire cultivait des plants de marijuana. 27. L'inspecteur n'avait pas de mandat et avait requis la présence de policiers. Le propriétaire ne voulait pas laisser entrer les policiers mais était prêt à laisser l'inspecteur visiter sa résidence. Citant la décision R. v. Bichel, la Cour d'appel mentionne: «..., this Court held that a warrantless search of residential premises by a building inspector for the purpose of investigating compliance with a municipal zoning by-law did not constitute a breach of the homeowner 's s. 8 Charter rights.» La Cour d'appel mentionne toutefois que dans le cas sous étude, puisque l'inspection visait la sécurité des systèmes électriques associée à la culture de plants de marijuana, pouvant mener à des accusations criminelles, il n'était pas possible de forcer un propriétaire à accepter une visite de sa résidence sans qu'un mandat ait été préalablement émis. Toutefois, la Cour d'appel ajoute au paragraphe 48 de sa décision: «48. 1 would emphasize that this analysis and conclusion concern only SSA inspections of private residences for the pur pose of inspecting electrical systems for safety risks that may be associated with grow-operations. These reasons do not stand for the proposition that it is necessary to obtain administrative warrants for al! regulatory inspections of private residences. Further, nothing in these reasons should be taken as commenting on the need for administrative warrants in relation to SSA inspections of homes for pur poses other than 13 Idem page BCCA 250 (CanLII), RS., onglet 2. IS Idem paragraphe 4.

12 Mémoire de l'intervenante 8 Les arguments inspecting electrical systems for safety risks that may be associated with grow-operations.» 29. Dans la décision Rossdeutscher c. Montréal16, le juge Sansfaçon de la Cour supérieure, qui rejette une requête en injonction interlocutoire intentée par un propriétaire afin d'empêcher l'inspecteur en bâtiment de la Ville de Montréal de visiter des logements, mentionne: «69. La visite de policiers, lesquels portent généralement l'uniforme et utilisent des voitures balisées, crée habituellement un stigmate certain chez le citoyen, stigmate considérablement moindre, sinon inexistant, dans le cas de la visite d'un inspecteur municipal; alors qu'on associe au policier le pouvoir d'entrer par la force dans un appartement, tel n'est pas le cas lors de la visite de l'inspecteur, alors que les policiers dûment autorisés peuvent pénétrer dans une maison à toute heure du jour et de la nuit, les visites des inspecteurs se font généralement durant les heures normales de travail; alors que la visite de policiers est généralement plus susceptible d'entraîner une poursuite criminelle, puisque cela fait partie intrinsèque de leurs fonctions, la visite de l'inspecteur n'entraînera généralement que des sanctions prenant la forme d'amendes à la suite de la remise d'un constat d'infraction. 70. Les attentes du citoyen en matière de vie privée, comme le souligne le juge Laforest, sont donc considérablement moindres lorsque celui-ci reçoit la visite non pas de la police, mais d'un inspecteur chargé de vérifier si la réglementation est respectée. Puisque les visites des inspecteurs sont essentiellement de nature administrative, elles ne sauraient être assimilées à une perquisition, une fouille ou une saisie abusive au sens de l'article 8 de la Charte canadienne des droits et libertés, et, j'ajouterai, au sens de l'article de la Charte des droits et libertés de la personne.» 30. Avant d'accéder à la magistrature, le juge Sansfaçon avait écrit en 1996 un article de doctrine où il reprend la jurisprudence applicable au droit de visite de l'inspecteur Enfin, l'examen en vertu des articles 7, 8 et 9.1 de la Charte des droits et libertés de la personne et en vertu de l'article 8 de la Charte canadienne des droits et libertés doit se faire en fonction de l'expectative de vie privée selon les circonstances et la raisonnabilité de l'intrusion. La Ville de Montréal soumet respectueusement que l'expectative de vie privée dans le présent dossier est diminuée pour les raisons suivantes: une inspection visant à vérifier la conformité au règlement de zonage et à la réglementation relative à la salubrité est sujettte à moins de stigmatisation qu'une inspection menée dans un cadre criminel; QCCS 2392 (CanLII), R.S., onglet 11 (Requête pour pennission d'en appeler rejetée 2014 QCCA 1384 (CanLII), R.S., onglet S. Sansfaçon, <<La visite de l'inspecteur municipal: les règles du jeu et les conséquences de leur non-respect», dans Barreau du Québec, Développements récents en droit municipal (1996), vol. 74, Cowansville, Editions Yvon Blais, pages , R.S., onglet 1.

13 Mémoire de l'intervenante 9 Les dépens Les ordonnances recherchées le local occupé et ayant fait l'objet de l'inspection n'était pas un local d'habitation mais un local commercial occupé à des fins d'habitation sans qu'il ne comporte les équipements sanitaires minimaux requis par la réglementation; les Intimés n'étaient pas autorisés par le propriétaire à occuper le local commercial et l'inspection a été menée suite à une demande de la part du représentant du propriétaire du bâtiment; l'inspection n'était pas très intrusive, elle ne visait pas à tout inspecter les lieux en détail mais uniquement à voir de manière générale si, suivant les prescriptions réglementaires applicables, les lieux étaient utilisés comme habitation et s'ils avaient les équipements sanitaires minimaux. 32. Pour toutes ces raisons, la Ville de Montréal soumet respectueusement à cette Cour que les inspections de l'inspecteur en bâtiment étaient légales. La Ville de Montréal soumet également très respectueusement que la décision de cette Cour ne doit pas semer un doute sur le pouvoir des inspecteurs en bâtiment de visiter tout bâtiment sans autorisation préalable. PARTIE IV -LES DÉPENS 33. La Ville de Montréal ne sollicite l'octroi d'aucuns dépens. PARTIE V - LES ORDONNANCES RECHERCHÉES 34. Considérant l'ensemble de ce qui précède, la Ville de Montréal demande respectueusement à cette Cour de l'autoriser à présenter une plaidoirie orale lors de l'audition de l'appel dans le but de convaincre cette Cour que l'inspecteur en bâtiment Pierre Dubois était habilité à procéder à l'inspection des lieux occupés par les Intimés les 1 er et 18 février 20 Il et que ses inspections, alors qu'il était accompagné de policiers, étaient légales. Fait à Montréal, Province de Québec, le 16 décembre (S) DAGENAIS GAGNIER BIRON Dagenais Gagnier Biron Me Éric Couture Procureurs de l'intervenante Ville de Montréal

14 Mémoire de l'intervenante 10 PARTIE VI -LES SOURCES Les sources Paragr. DOCTRINE S. Sansfaçon, La visite de l'inspecteur municipal: les règles du jeu et les conséquences de leur non-respect, dans Barreau du Québec, Développements récents en droit municipal (1996), vol. 74, Cowansville, Éditions Yvon Blais, pages JURISPRUDENCE - Arkinstall v. Surrey (City), 2010 BCCA 250 (CanLII) Caledon (Town) v. Mik, 31 M.P.L.R. (2d) 112 (Ontario Court of Justice 1995) Chabotar c. Laval (Ville de), 2004 CanLII (QC CS)... Il Comité paritaire de l'industrie de la chemise e. Potash, [1994] 2 R.C.S Hunter e. Southam Ine., [1984] 2 R.C.S Orillia (City) v. Nicol, (O.c.A. 1997) 41 M.P.L.R. (2d) R. v. Bichel, 1986 CanLII 102 (BC CA)... - R. v. Feist, REJB (C.S.)... - Robidoux e. Sherbrooke (Ville de), 2011 QCCS 951 (CanLII)... - Rossdeutscher e. Montréal (Ville de), 2014 QCCS 2392 (CanLII)... - Rossdeutcher e. Montréal (Ville de), 2014 QCCA 1384 (CanLII)... 25, 26, Yorkville North Development Ltd. v. City of North York, 1988 CanLII 4701 (ON CA) et 1986 CanLII 2802 (ON SC)... 22

15 Mémoire de l'intervenante 11 PARTIE VII -LA LÉGISLATION La législation Charte canadienne des droits et libertés, partie 7 de la Loi constitutionnelle de 1982 [annexe B de la Loi de 1982 sur le Canada, 1982, c. 11 (R.-U.)]; Charte des droits et libertés de la personne, RLRQ c C-12; Loi sur les cités et villes, RLRQ c C-19, article 411;..; Règlement sur la salubrité l'entretien et la sécurité des logements (Ville de Montréal); Règlement de permis et certificats numéro 2528 (Ville de Montréal).

16 12 VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT (Codification administrative) MISE EN GARDE,' Cette codification a été préparée uniquement pour la commodité du lecteur et n'a aùcune valeur officielle. Aucune garantie 11 'est offerte quant à l'exactitude du texte. Pour toutes fins légales le lecteur devra consulter la version officielle du règlement et de chacun de ses amendements. RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ, L'ENTRETIEN ET LA SÉCURITÉ DES LOGEMENTS ; , a. 1. CODIFICATION ADMINISTRATIVE AU 22 JUIN 2012 (03-096, modifié par ; ; ; ; ; ; ; RCG ; ) Attendu que l'administration municipale désire assurer des conditions de logement acceptables pour tous les Montréalais et Montréalaises; Vu les articles 369, 41 1 et 413 de la Loi sur les cités et villes (L.R.Q., chapitre C-19); Vu les articles 48, 51 et 80 de l'annexe C de la Charte de la Ville de Montréal (L.R.Q., chapitre C-ll.4); À l'assemblée du 16 juin 2003, le conseil de la Ville de Montréal décrète : CHAPITRE 1 DÉFINITIONS 1. Dans le présent règlement, les mots suivants signifient : «autorité compétente» : la directrice du Service du développement et des opérations; «chambre d'une maison de chambres» : une pièce louée ou offerte en location dans une maison de chambres, servant ou destinée à servir de domicile et comportant au plus deux des trois équipements suivants: un WC, une baignoire ou une douche, une cuisinette; «Code de construction» : le Code tel que définit dans le règlement relatif à la construction des bâtiments applicable sur le territoire de l'arrondissement; Dernière mise à jour : 22 juin / 1

17 13 «espace habitable» : un espace ou une pièce destiné à la préparation ou à la consommation de repas, au sommeil ou au séjour en excluant, notamment une salle de bains, une salle de toilettes, un espace de rangement, une penderie et une buanderie; «extermination» : la désinsectisation, la dératisation, la désinfection et toute autre méthode. d'élimination des bactéries, germes, parasites, insectes, rats et souris, sauf la fumigation; «hauteur de bâtiment}) : hauteur établie selon les règlements de construction en vigueur à la date de construction du bâtiment, ou, à défaut, le nombre d'étages compris entre le plancher du premier étage et le toit; «logement»: pièce ou ensemble de pièces servant ou destinées à servir de domicile, incluant notamment les chambres offertes en location et les ateliers d'artistes servant de domicile; «maison de chambres}) : un immeuble ou une partie d'immeuble défini comme tel dans la réglementation de l'arrondissement; «surface utile» : la surface des espaces habitables mesurée entre la face des murs, excluant la surface occupée par une armoire de cuisine , a. 1; , a. 1; , a. 2; , a. 1; , a Les mots qui ne sont pas définis à l'article 1 ont le sens qui leur est donné dans le Code de construction , a. 2; , a. 3. CHAPITRE II APPLICATION 3. Le présent règlement s'applique à l'ensemble du territoire de la ville à l'exception des articles à qui ne s'appliquent qu'au territoire correspondant à celui de la Ville de Montréal au 31 décembre , a. 3; , a Le présent règlement s'applique à tout bâtiment ou partie de bâtiment servant ou destiné à servir à des fins résidentielles ainsi qu'à leurs accessoires, notamment un hangar, un balcon, un garage, un abri d'automobile et une remise, ci-après désignés «bâtiment» , a Le présent règlement ne s'applique pas à un bâtiment : 10 à caractère exclusivement institutionnel; /2 Dernière mise à jour : 22 juin 20 12

18 , a à caractère exclusivement commercial desservant ou destiné à desservir une clientèle de passage; 3 occupé ou destiné à être occupé exclusivement par un établissement visé par la Loi sur les services de santé et les services sociaux (L.R.Q., chapitre S-4.2) Seules les dispositions suivantes s'appliquent àun atelier d'artiste servant de domicile : 1 les dispositions du Chapitre 1; 2 les dispositions du Chapitre II; 3 les dispositions du Chapitre III; , a les paragraphes 2, 4, 8 et 9 de l'article 25 du Chapitre IV. 6. À moins d'indication contraire au présent règlement, les exigences relatives aux logements s'appliquent aux chambres des maisons de chambres , a Un bâtiment résidentiel construit conformément aux exigences du Code du bâtiment du Québec 1976 (S-3, r. 2), du Code national du bâtiment 1980 (S-3, r. 0.1), du Code national du bâtiment 1985 (S-3, r. 0.2), du Code national du bâtiment 1990 (S-3, r. 0.3) ou du Code de construction du Québec, chapitre 1 -Bâtiment (R.R.Q., 1981, chapitre B-1.l, r ) tel qu'adopté par le décret no ou modifié par le décret no du 19 mars 2008, est réputé conforme aux exigences du chapitre X. 1 «Normes d'aménagement relatives à la sécurité» du présent règlement , a. 6. Dernière mise à j our : 22 juin /3

19 15 CHAPITRE III ADMINISTRATION SECTION 1 POUVOJRS 7. L'autorité compétente peut pénétrer dans un bâtiment ou un logement, le visiter et l'examiner pour les fins de l'application du présent règlement , a L'autorité compétente doit, sur demande, s'identifier au moyen d'une carte d'identité, comportant sa photographie, qui lui est délivrée par la Ville , a Toute personne doit permettre à l'autorité compétente de pénétrer dans un bâtiment sans nuire à l'exécution de ses fonctions , a Les occupants d'un logement visé par une intervention d'extermination de la vermine, faite en vertu du présent règlement, ne peuvent refuser l'accès aux lieux à l'autorité compétente ou au gestionnaire de parasites. Au besoin, ils doivent nettoyer et préparer les lieux en vue de l'intervention , a. 10; , a L'autorité compétente peut faire des essais et prendre des photographies ou enregistrements dans un bâtiment ou toute partie adjacente , a. Il. 12. L'autorité compétente peut, dans l'exercice des pouvoirs qui lui sont conférés par le présent règlement, exiger tout renseignement relatif à l'application du règlement, de même que la production de tout document s'y rapportant. La personne à qui une telle exigence est formulée doit s'y conformer , a. 12; , a L'autorité compétente peut, suite à une intervention faite en vertu du présent règlement, exiger d'un propriétaire d'un bâtiment qu'il effectue ou fasse effectuer un essai, une analyse ou une vérification d'un matériau, d'un équipement ou d'une installation afin de s'assurer de sa conformité au présent règlement et qu'il fournisse une attestation de la /4 Dernière mise àjour : 22 juin 2012

20 16 conformité, de la sécurité et du bon fonctionnement. La personne à qui une telle exigence est formulée doit s 'y conformer , a. 13; , a L'autorité compétente peut, suite à une intervention faite en vertu du présent règlement, installer un appareil de mesure ou ordonner à un propriétaire d'un bâtiment d'en installer un et de lui transmettre les données recueillies. La personne à qui un tel ordre est donné doit s'y conformer , a. 14; , a Toute intervention faite en vertu du présent règlement doit être effectuée selon les règles de l'art , a. 15. SECTION II INTERVENTION DE LA VILLE 16. Le propriétaire d'un immeuble doit respecter toutes les normes relatives à l'immeuble prévues au présent règlement , a L'autorité compétente peut, en cas de défaut du propriétaire d'un immeuble, en plus de tout autre recours prévu par la loi, faire ou faire faire, aux frais de ce propriétaire, toute chose que le présent règlement lui impose de faire en rapport avec cet immeuble. L'autorité compétente peut également procéder à la suppression des conditions d'insalubrité décrites à l'article 25 et ce, aux frais du propriétaire , a. 17; , a La Ville peut faire clôturer un terrain qui présente un danger lorsque le propriétaire est introuvable, ou qu'il refuse, néglige ou est incapable de faire les travaux visant à éliminer ce danger après en avoir reçu l'ordre des employés autorisés de la Ville , a Les frais encourus par la Ville en application de l'article 17 ou de l'article 17.1 constituent une créance prioritaire sur l'immeuble visé, au même titre et selon le même rang que les créances visées au paragraphe 5 de l'article 2651 du Code civil du Québec; ces frais sont également garantis par une hypothèque légale sur cet immeuble , a. 18; , a. 8. Dernière mise à jour: 22 juin /5

RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS

RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT 03-096 RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS Attendu que l administration municipale désire assurer des conditions de logement acceptables pour tous les Montréalais

Plus en détail

Dans le présent règlement, les mots suivants signifient :

Dans le présent règlement, les mots suivants signifient : PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MONT-LAURIER RÈGLEMENT NUMÉRO : 119 Règlement sur la salubrité et l entretien des logements. À la séance ordinaire du conseil municipal de la Ville de Mont-Laurier, tenue le

Plus en détail

ATTENDU QUE la Ville de Richmond souhaite développer et promouvoir le développement résidentiel dans la ville de Richmond;

ATTENDU QUE la Ville de Richmond souhaite développer et promouvoir le développement résidentiel dans la ville de Richmond; PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU VAL-SAINT-FRANÇOIS VILLE DE RICHMOND L assemblée régulière du conseil de la Ville a eu lieu au 745 rue Gouin, le lundi 1 er octobre 2012 à 19 h, sous la présidence de monsieur

Plus en détail

RÈGLEMENT 569. Et résolu à l unanimité des conseillers présents que le règlement suivant soit adopté :

RÈGLEMENT 569. Et résolu à l unanimité des conseillers présents que le règlement suivant soit adopté : 2011-06-117 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DRUMMOND MUNICIPALITÉ DE SAINT-FÉLIX-DE-KINGSEY RÈGLEMENT 569 RÈGLEMENT ÉTABLISSANT LES CONDITIONS DE SALUBRITÉ ET D'ENTRETIEN DES LOGEMENTS CONSIDÉRANT QU en

Plus en détail

RÈGLEMENT 942-14 Concernant la salubrité et l entretien des bâtiments résidentiels

RÈGLEMENT 942-14 Concernant la salubrité et l entretien des bâtiments résidentiels PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE BONAVENTURE VILLE DE NEW RICHMOND RÈGLEMENT 942-14 Concernant la salubrité et l entretien des bâtiments résidentiels Considérant que la Loi sur l aménagement et l urbanisme

Plus en détail

RÈGLEMENT 2012-24 VERSION REFONDUE

RÈGLEMENT 2012-24 VERSION REFONDUE PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI VILLE DE VAL-D'OR RÈGLEMENT 2012-24 VERSION REFONDUE Règlement concernant la salubrité et l entretien des habitations. PRÉAMBULE CONSIDÉRANT QUE la Loi sur l aménagement

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ, L ENTRETIEN ET LA SÉCURITÉ DES LOGEMENTS

RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ, L ENTRETIEN ET LA SÉCURITÉ DES LOGEMENTS VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT 03-096 (Codification administrative) MISE EN GARDE : Cette codification a été préparée uniquement pour la commodité du lecteur et n a aucune valeur officielle. Aucune garantie

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS SECTION I DOMAINE D'APPLICATION

RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS SECTION I DOMAINE D'APPLICATION Codification administrative Ce document n'a pas de valeur officielle RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-HYACINTHE

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-HYACINTHE PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-HYACINTHE RÈGLEMENT NUMÉRO 290 RELATIF À LA SALUBRITÉ ET À L'ENTRETIEN DES BÂTIMENTS (Refonte administrative du règlement numéro 290 et de son amendement, le règlement

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION

RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION VILLE DE MONTRÉAL ARRONDISSEMENT DE VILLE-MARIE CA-24-107 RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION Vu l article 119 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (L.R.Q., chapitre A-19.1);

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LE SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE DE MONTRÉAL. Vu l article 62 de la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., chapitre C-47.

RÈGLEMENT SUR LE SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE DE MONTRÉAL. Vu l article 62 de la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., chapitre C-47. VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT RCG 12-003 RÈGLEMENT SUR LE SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE DE MONTRÉAL Vu l article 62 de la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., chapitre C-47.1); Vu la Loi sur la sécurité

Plus en détail

Qu est-ce qu un logement décent?

Qu est-ce qu un logement décent? direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d évaluation Qu est-ce qu un logement décent? Que vous soyez propriétaire ou locataire Quelques éléments de réponse... Octobre

Plus en détail

3. À moins d'indication contraire au présent règlement, les exigences relatives aux logements s'appliquent aux chambres des maisons de chambres.

3. À moins d'indication contraire au présent règlement, les exigences relatives aux logements s'appliquent aux chambres des maisons de chambres. VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT 94-075 RÈGLEMENT ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT À l'assemblée du 8 août 1994, le Conseil de la Ville de Montréal décrète : CHAPITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES SECTION I APPLICATION

Plus en détail

ENTRETIEN DES BÂTIMENTS ET SALUBRITÉ

ENTRETIEN DES BÂTIMENTS ET SALUBRITÉ ENTRETIEN DES BÂTIMENTS ET SALUBRITÉ Dany Moisan Inspecteur en environnement et salubrité Réglementation Entretien des bâtiments Salubrité Conclusion 2 RÉGLEMENTATION R.V.Q. 773 Règlement sur la salubrité

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.02 TITRE ET BUT DU RÈGLEMENT

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.02 TITRE ET BUT DU RÈGLEMENT PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN RÈGLEMENT NUMÉRO 349-11 RÈGLEMENT CONCERNANT LES NUISANCES, LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES BÂTIMENTS D HABITATION CHAPITRE 1 DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a)

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a) CODE DU TRAVAIL Art. R. 235-4.- Les dispositions de la présente section s'appliquent aux établissements mentionnés à l'article R. 232-12. Les bâtiments et les locaux régis par la présente section doivent

Plus en détail

Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013

Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013 Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013 Plan de la présentation 1. Mandat de la Régie du bâtiment- secteur bâtiment 2. Législation antérieure

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROTECTION DES BÂTIMENTS CONTRE LES REFOULEMENTS D ÉGOUT

RÈGLEMENT SUR LA PROTECTION DES BÂTIMENTS CONTRE LES REFOULEMENTS D ÉGOUT VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT 11-010 RÈGLEMENT SUR LA PROTECTION DES BÂTIMENTS CONTRE LES REFOULEMENTS D ÉGOUT Vu les articles 118, 119 et 120 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (L.R.Q., chapitre

Plus en détail

LSSSS. Aux fins du deuxième alinéa: Page 1 sur 13

LSSSS. Aux fins du deuxième alinéa: Page 1 sur 13 LSSSS Fonctions reliées à l'identification et à la certification des résidences privées pour aînés et de certaines ressources offrant de l'hébergement pour des clientèles vulnérables 346.0.1. Afin d'identifier

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE PERMIS POUR LA RÉNOVATION D UN BÂTIMENT SANS AGRANDISSEMENT

FORMULAIRE DE DEMANDE DE PERMIS POUR LA RÉNOVATION D UN BÂTIMENT SANS AGRANDISSEMENT FORMULAIRE DE DEMANDE DE PERMIS POUR LA RÉNOVATION D UN BÂTIMENT SANS AGRANDISSEMENT Coordonnées du propriétaire Nom et prénom du propriétaire (incluant les copropriétaires) : Adresse civique : Numéro

Plus en détail

Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien

Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien PROPRIÉTAIRE ou LOCATAIRE vous avez des obligations VOUS AVEZ SIGNÉ UN BAIL. CE CONTRAT DE LOCATION, RENFORCÉ PAR LES DISPOSITIONS LÉGALES, PRÉCISE

Plus en détail

CONSIDÉRANT que tous les membres du conseil présents ont déclaré avoir lu ledit règlement et qu ils ont renoncé à sa lecture;

CONSIDÉRANT que tous les membres du conseil présents ont déclaré avoir lu ledit règlement et qu ils ont renoncé à sa lecture; PROVINCE DE QUÉBEC VILLE D OTTERBURN PARK RÈGLEMENT NUMÉRO 426 CONCERNANT L INSTALLATION ET L ENTRETIEN D AVERTISSEURS ET DE DÉTECTEURS DE FUMÉE ET ABROGEANT LE RÈGLEMENT NUMÉRO 329 TEL QU AMENDÉ CONSIDÉRANT

Plus en détail

Règlement numéro 13-2000 concernant les systèmes d alarme

Règlement numéro 13-2000 concernant les systèmes d alarme Règlement numéro 13-2000 concernant les systèmes d alarme Adopté lors de la séance ordinaire tenue le 5 février 2001 Entré en vigueur le 11 février 2001. Modifié par : Règlement numéro 07-2001 - Modification

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL Numéro de dossier 120514B ENTRE : Nicole Leblanc Léo Ferré 4545 rue des Sitelles, Montréal, Qc, T.P.S. # : 145111191 T.V.Q. #

Plus en détail

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI VILLE DE VAL-D'OR RÈGLEMENT 2012-22 Règlement relatif à la vidange périodique des boues des fosses septiques, des fosses de rétention et des puisards et abrogeant

Plus en détail

PROVINCE DE QUEBEC M.R.C. DE L'ISLET MUNICIPALITE DE SAINT-AUBERT

PROVINCE DE QUEBEC M.R.C. DE L'ISLET MUNICIPALITE DE SAINT-AUBERT PROVINCE DE QUEBEC M.R.C. DE L'ISLET MUNICIPALITE DE SAINT-AUBERT REGLEMENT # 343-2001 RÈGLEMENT MODIFIANT LE REGLEMENT # 223-90 ET SES AMENDEMENTS AFIN DE CRÉER LES ZONES 1 Rd ET 5 P ATTENDU QUE la municipalité

Plus en détail

SECTION I : DISPOSITIONS INTERPRÉTATIVES

SECTION I : DISPOSITIONS INTERPRÉTATIVES PROVINCE DE QUÉBEC VILLE D'AMOS RÈGLEMENT NUMÉRO VA- 638 CONCERNANT LE SERVICE DE VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET LA PRÉSENCE DE NUISANCES CONSIDÉRANT QU en vertu de l article 88 du Règlement sur l évacuation

Plus en détail

CONSIDÉRANT QUE la Ville désire attirer sur son territoire de nouvelles familles et favoriser la construction de nouvelles habitations;

CONSIDÉRANT QUE la Ville désire attirer sur son territoire de nouvelles familles et favoriser la construction de nouvelles habitations; RÈGLEMENT NUMÉRO 252 INTITULÉ «RÈGLEMENT ÉTABLISSANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION FAVORISANT LA CONSTRUCTION DE NOUVELLES HABITATIONS DANS CERTAINS SECTEURS DE LA VILLE» CONSIDÉRANT QUE la Ville désire

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DE-LA-PAIX RÈGLEMENT NUMÉRO : SQ 06-007 AVIS DE MOTION : 8 JANVIER 2007 ADOPTÉ LE : 5 FÉVRIER 2007

MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DE-LA-PAIX RÈGLEMENT NUMÉRO : SQ 06-007 AVIS DE MOTION : 8 JANVIER 2007 ADOPTÉ LE : 5 FÉVRIER 2007 MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DE-LA-PAIX RÈGLEMENT NUMÉRO : SQ 06-007 AVIS DE MOTION : 8 JANVIER 2007 ADOPTÉ LE : 5 FÉVRIER 2007 PUBLICATION : 9 FÉVRIER 2007 ENTRÉE EN VIGUEUR : 9 FÉVRIER 2007 Avis de motion

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel :

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel : CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL Numéro de dossier 1. PARTIES ENTRE : Représenté par : 2. OBJET DU CONTRAT Les services de L'INSPECTEUR sont retenus par l'acheteur

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 194-2015 Relatif aux chiens et chats sur le territoire de la municipalité

RÈGLEMENT NUMÉRO 194-2015 Relatif aux chiens et chats sur le territoire de la municipalité PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-PIE RÈGLEMENT NUMÉRO 194-2015 Relatif aux chiens et chats sur le territoire de la municipalité ATTENDU qu en vertu de l article 63 de la Loi sur les Compétences municipales,

Plus en détail

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Pôle Aménagement du Territoire Plan Départemental d'action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Bas-Rhin DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Fiche

Plus en détail

RÈGLEMENT 1 0 0 5-05. Règlement sur les systèmes d'alarme.

RÈGLEMENT 1 0 0 5-05. Règlement sur les systèmes d'alarme. RÈGLEMENT 1 0 0 5-05 Règlement sur les systèmes d'alarme. CONSIDÉRANT QUE le Conseil désire réglementer l'installation et le fonctionnement des systèmes d'alarme sur le territoire de la municipalité; CONSIDÉRANT

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 172 ÉTABLISSANT UN SERVICE DE VIDANGE PÉRIODIQUE DES BOUES DE FOSSES SEPTIQUES

RÈGLEMENT NUMÉRO 172 ÉTABLISSANT UN SERVICE DE VIDANGE PÉRIODIQUE DES BOUES DE FOSSES SEPTIQUES RÈGLEMENT NUMÉRO 172 ÉTABLISSANT UN SERVICE DE VIDANGE PÉRIODIQUE DES BOUES DE FOSSES SEPTIQUES Mise à jour Numéro de règlement Date d entrée en vigueur 1 172-1 13 mars 2013 MISE EN GARDE : Cette codification

Plus en détail

conséquence, en cas d'une alarme pour les biens, d'une intrusion non permise ou d'une tentative, ou en cas d'une alarme pour les personnes, d'un

conséquence, en cas d'une alarme pour les biens, d'une intrusion non permise ou d'une tentative, ou en cas d'une alarme pour les personnes, d'un 25 AVRIL 2007. - Arrêté royal fixant les conditions d'installation, d'entretien et d'utilisation des systèmes d' et de gestion de centraux d' ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents

Plus en détail

Exigences concernant les mécanismes de verrouillage de portes CNB 2005 modifié Québec et prochaine version du CNB 2010 modifié Québec (non en vigueur)

Exigences concernant les mécanismes de verrouillage de portes CNB 2005 modifié Québec et prochaine version du CNB 2010 modifié Québec (non en vigueur) Exigences concernant les mécanismes de verrouillage de portes CNB 2005 modifié Québec et prochaine version du CNB 2010 modifié Québec (non en vigueur) Association canadienne de la sécurité 2015 Plan de

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel :

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel : CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL 1. PARTIES ENTRE : Représenté par : 2. OBJET DU CONTRAT Les services de L'INSPECTEUR sont retenus par l'acheteur (LE CLIENT)

Plus en détail

Mise à disposition d'un local

Mise à disposition d'un local Mise à disposition d'un local La mise à disposition des locaux obéit à un certain nombre de règles visant à assurer l égalité de traitement entre les citoyens. L'article L.2144-3 du Code général des collectivités

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT LES ALARMES

RÈGLEMENT CONCERNANT LES ALARMES PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DE L'AMIANTE MUNICIPALITÉ D ADSTOCK RÈGLEMENT NUMÉRO 7-01 RÈGLEMENT CONCERNANT LES ALARMES CONSIDÉRANT QUE le Conseil juge nécessaire et d'intérêt public de réglementer la possession,

Plus en détail

CONSIDÉRANT qu un avis de présentation de ce règlement a été donné lors de la séance ordinaire du Conseil de Ville, tenue le 17 mai 1999;

CONSIDÉRANT qu un avis de présentation de ce règlement a été donné lors de la séance ordinaire du Conseil de Ville, tenue le 17 mai 1999; VILLE DE CANDIAC RÈGLEMENT NUMÉRO 1007-99 CONCERNANT LES SYSTÈMES D'ALARME CONSIDÉRANT la création de la Régie intermunicipale de police Roussillon, regroupant les corps policiers des villes de Candiac,

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LE REMORQUAGE DES VÉHICULES. CODIFICATION ADMINISTRATIVE AU 1 er JANVIER 2014 (03-098 modifié par 03-098-1, 03-098-2, RCG 13-022)

RÈGLEMENT SUR LE REMORQUAGE DES VÉHICULES. CODIFICATION ADMINISTRATIVE AU 1 er JANVIER 2014 (03-098 modifié par 03-098-1, 03-098-2, RCG 13-022) VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT 03-098 (Codification administrative) MISE EN GARDE : Cette codification a été préparée uniquement pour la commodité du lecteur et n a aucune valeur officielle. Aucune garantie

Plus en détail

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc Le ROL est un document à usage des intervenants de terrain non techniciens du bâtiment.

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION SAISONNIERE

CONTRAT DE LOCATION SAISONNIERE CONTRAT DE LOCATION SAISONNIERE Entre les soussignés, M., Mme, Mlle (nom, prénom)... né le...à... demeurant... désigné(s) ci-après le bailleur et M., Mme, Mlle (nom, prénom)... né le...à... demeurant...

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION B. LIGNES DIRECTRICES C. COMMENTAIRES

TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION B. LIGNES DIRECTRICES C. COMMENTAIRES TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION A-1 Domaine d application 1 A-2 Principes généraux 1 A-3 Contenu du Guide d application 2 A-4 Référence au chapitre I, Bâtiment 3 A-5 Entretien et réparation 4 A-6 Mise

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D INSPECTION PRÉACHAT D UN IMMEUBLE RÉSIDENTIEL

CONVENTION DE SERVICE D INSPECTION PRÉACHAT D UN IMMEUBLE RÉSIDENTIEL CONVENTION DE SERVICE D INSPECTION PRÉACHAT D UN IMMEUBLE RÉSIDENTIEL 1. PARTIES La présente convention de service est conclue Entre et Claude Couture inspecteur en bâtiments 1765, rue Roberval Québec

Plus en détail

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique PSDC99 NSEC99 CPGaa CPGEaa CPGELaa CPGEOaa HCaa HCCHaa CPG1aa CPGE1aa CPGEL1aa CPGEO1aa HC0aa HCCH0aa CPG2aa CPGE2aa CPGEL2aa CPGEO2aa HC1aa

Plus en détail

CONSOLIDATION OFFICIEUSE

CONSOLIDATION OFFICIEUSE 30 AOÛT 2007. Arrêté du Gouvernement wallon déterminant les critères minimaux de salubrité, les critères de surpeuplement et portant les définitions visées à l article 1 er, 19 à 22 bis, du Code wallon

Plus en détail

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini.

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini. Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d'habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones.( BO n 2739 du 28 Avril 1965)

Plus en détail

Y voir plus clair dans la définition des surfaces...

Y voir plus clair dans la définition des surfaces... Y voir plus clair dans la définition des surfaces... La notion de «surface» se retrouve à différents stades des projets immobiliers (permis de construire, vente, coefficient d'occupation des sols,...),

Plus en détail

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LA PAROISSE DE SAINT-LAZARE M.R.C. DE VAUDREUIL-SOULANGES RÈGLEMENT NUMÉRO 627 RÈGLEMENT VISANT À INTERDIRE L UTILISATION

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE 1 er mars 2001 Aux intéressés : Vous trouverez ci-joint le texte révisé de la police d'assurance

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec

Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec 13 mars 2012 Plan Présentation I - Législation actuelle pour les bâtiments occupés II - Futur Code de sécurité III - Structure du Code de sécurité

Plus en détail

Le conseiller Christian Caron et résolu unanimement

Le conseiller Christian Caron et résolu unanimement PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LA PRAIRIE RÈGLEMENT NUMÉRO 1267-M PRÉVOYANT CERTAINES MESURES RELATIVES AUX ALARMES-INCENDIES NON FONDÉES EN VUE D AMÉLIORER LA PRÉVENTION DES INCENDIES ET LA SÉCURITÉ PUBLIQUE

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2013-783 MODIFIANT LE RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL

RÈGLEMENT CO-2013-783 MODIFIANT LE RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL RÈGLEMENT CO-2013-783 MODIFIANT LE RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : 1. Le Règlement CO-2009-577 établissant un code du logement

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ LAC ST-JEAN VILLE DE MÉTABETCHOUAN-LAC-À-LA-CROIX

PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ LAC ST-JEAN VILLE DE MÉTABETCHOUAN-LAC-À-LA-CROIX PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ LAC ST-JEAN VILLE DE MÉTABETCHOUAN-LAC-À-LA-CROIX Résolution numéro 157.6.2005 ADOPTION DU RÈGLEMENT NUMÉRO 1005-05 Considérant que tous les membres du Conseil municipal ont reçu

Plus en détail

564-2010 2010-08-19 670-2012 2012-02-20. Codification administrative

564-2010 2010-08-19 670-2012 2012-02-20. Codification administrative PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI REGLEMENT 33-2002 CONCERNANT LES SYSTEMES D ALARME ADOPTE PAR LE CONSEIL MUNICIPAL LE DIX-NEUF AOUT DEUX MILLE DEUX ET MODIFIE PAR LES REGLEMENTS SUIVANTS: Numéro Date

Plus en détail

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 9 - Le louage

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 9 - Le louage Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 9 - Le louage Réponses aux questions 9.1 Le louage de meubles est le contrat par lequel une personne, le locateur,

Plus en détail

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE JUIN 1999 Exigences minimales relatives à la protection des

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur»)

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur») ACCORD DE PRÊT INTERVENU CE jour du mois de 20. N o de prêt du Prêteur : ENTRE : La Société canadienne d'hypothèques et de logement ou Un prêteur approuvé par la Société canadienne d'hypothèques et de

Plus en détail

Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration?

Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration? Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration? Quelle surface indiquer sur la déclaration? Le détail de la surface totale de votre local est à indiquer dans

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE ET DE LA PREVENTION DES RISQUES

DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE ET DE LA PREVENTION DES RISQUES DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques pour le Public DDSC/SDDCPR/DDSC6/CC/GO/N

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 306 RELATIF AUX ANIMAUX ET POUR ABROGER LE RÈGLEMENT NUMÉRO 249

RÈGLEMENT NUMÉRO 306 RELATIF AUX ANIMAUX ET POUR ABROGER LE RÈGLEMENT NUMÉRO 249 C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DUPLESSIS VILLE DE FERMONT RÈGLEMENT NUMÉRO 306 RELATIF AUX ANIMAUX ET POUR ABROGER LE RÈGLEMENT NUMÉRO 249 LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : ARTICLE 1 PRÉAMBULE Le

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 COUR SUPÉRIEURE JUGE: L'honorable Paul-Marcel Bellavance, J.C.S. Le 8 juin 1993 WAHlTEL BOISVERT WUNICIP~ILITÉ DU CANTON DE GRANBY J

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE RÈGLEMENT NUMÉRO 110-2008. Règlement relatif aux usages conditionnels

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE RÈGLEMENT NUMÉRO 110-2008. Règlement relatif aux usages conditionnels PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE RÈGLEMENT NUMÉRO 110-2008 Règlement relatif aux usages conditionnels PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE CERTIFICAT D APPROBATION ET/OU PROCESSUS D ADOPTION RÈGLEMENT

Plus en détail

inspecteur en environnement et salubrité dans les cas d insalubrité morbide

inspecteur en environnement et salubrité dans les cas d insalubrité morbide Point de vue d un d inspecteur en environnement et salubrité dans les cas d insalubrité morbide présent senté par Dany Moisan Inspecteur en environnement et salubrité Division de la gestion du territoire

Plus en détail

RÈGLEMENT 2504-2014. Relatif à l établissement des terrasses extérieures sur le domaine public au centre-ville

RÈGLEMENT 2504-2014. Relatif à l établissement des terrasses extérieures sur le domaine public au centre-ville CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MAGOG RÈGLEMENT 2504-2014 Relatif à l établissement des terrasses extérieures sur le domaine public au centre-ville À une séance ordinaire du conseil municipal de la

Plus en détail

TITRE 5 - PROTECTION DE LA PERSONNE ET DE LA PROPRIÉTÉ

TITRE 5 - PROTECTION DE LA PERSONNE ET DE LA PROPRIÉTÉ TITRE 5 - PROTECTION DE LA PERSONNE ET DE LA PROPRIÉTÉ CHAPITRE 9 - SYSTÈMES D'ALARME Section 1 - Dispositions déclaratoires et interprétatives 5.9.1 Définitions À moins de déclaration contraire, expresse

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE ===================================================================== PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-JUSTINE-DE-NEWTON RÈGLEMENT NUMÉRO 328 ===================================================================== RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

Le logement décent. L ADIL 63 vous informe : Juin 2011. Votre propriétaire a l obligation de vous délivrer un logement décent :

Le logement décent. L ADIL 63 vous informe : Juin 2011. Votre propriétaire a l obligation de vous délivrer un logement décent : L ADIL 63 vous informe : Juin 2011 Le logement décent Les logements concernés : logements loués à titre d habitation principale (ou mixte : habitation principale et professionnelle) nus ou meublés. Sauf

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL > Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de l'employeur LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL L'ÉVALUATION DES RISQUES DANS L'ENTREPRISE...

Plus en détail

Conditions Générales Location d équipements terminaux

Conditions Générales Location d équipements terminaux Conditions Générales Location d équipements terminaux Vous trouverez dans le présent document les conditions générales qui s'appliquent à la location des équipements terminaux de Orange. Elles peuvent

Plus en détail

CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME

CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME Ville de Blainville Ce document n'a pas de valeur officielle. En cas de divergence entre ce document et les règlements originaux, ceux-ci prévaudront. PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BLAINVILLE RÈGLEMENT 1334

Plus en détail

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS Avis de motion donné le 18 janvier 2010 Adopté le 1 er février

Plus en détail

François Dussault, T.P. Inspecteur en bâtiment. Repentigny, le 31 août 2010

François Dussault, T.P. Inspecteur en bâtiment. Repentigny, le 31 août 2010 Repentigny, le 31 août 2010 Monsieur François Dussault, propriétaire 76 rue Vinet Repentigny, Qc. J6A 1K9 Objet : Infiltration dans la salle de bains au 76 Vinet Monsieur Dussault, C est avec plaisir que

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

REGLEMENT SUR LES EAUX USEES

REGLEMENT SUR LES EAUX USEES 15 mars 1972 REGLEMENT SUR LES EAUX USEES LE CONSEIL GENERAL DE LA VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS vu la loi cantonale sur les constructions, du 12 février 1957, et son règlement d'application, du 12 novembre

Plus en détail

Demande de soumissions

Demande de soumissions Demande de soumissions Dans l affaire de la faillite de 43-1861735, Cliche Madore inc., syndic, requiert des soumissions à l'égard de l actif décrit ci-dessous. Description de l actif Bâtiments et terrain

Plus en détail

2 269 $ (2013) Frais de cop. (369 $/mois) 4 428 $ 36 400 $ Scolaires. Eau Electricité 471 $ Mazout Gaz

2 269 $ (2013) Frais de cop. (369 $/mois) 4 428 $ 36 400 $ Scolaires. Eau Electricité 471 $ Mazout Gaz Olga Ouspenski, Courtier immobilier GROUPE SUTTON-ACTUEL INC. Agence immobilière 115, ST-CHARLES OUEST LONGUEUIL (QC) J4H 1C7 http://www.olgaouspenski.com 514-999-9260 / 450-651-1079 Télécopieur : 450-651-1329

Plus en détail

Les nouvelles notions de surface de plancher et d emprise au sol et le recours obligatoire à l architecte

Les nouvelles notions de surface de plancher et d emprise au sol et le recours obligatoire à l architecte Les nouvelles notions de surface de plancher et d emprise au sol et le recours obligatoire à l architecte La réglementation applicable aux autorisations d urbanisme vient d être significativement modifiée.

Plus en détail

Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2014 est une continuité du budget adopté par le conseil.

Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2014 est une continuité du budget adopté par le conseil. PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SHAWINIGAN Règlement SH-466 Établissant les taux de taxes et les compensations pour l exercice financier 2014 Note explicative Ce règlement sur les taxes et compensations pour

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LE COMITÉ D'INSPECTION PROFESSIONNELLE DU COLLÈGE DES MÉDECINS DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LE COMITÉ D'INSPECTION PROFESSIONNELLE DU COLLÈGE DES MÉDECINS DU QUÉBEC Loi médicale (L.R.Q., c. M-9, a. 3) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 90) SECTION I COMITÉ D'INSPECTION PROFESSIONNELLE 1. Le Conseil d'administration nomme 11 médecins pour agir à titre de membres

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE RÈGLEMENT NUMÉRO 263 CONCERNANT L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SYSTÈMES D ALARME ATTENDU QUE le conseil municipal désire réglementer l

Plus en détail

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Référence: SIB10 CCLB 110 Date : 22/10/2010 Page 1/9 Table des matières 1 PRELIMINAIRES... 3 2 ABREVIATIONS... 3 3 ACCESSIBILITE

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION SUR UN PROJET DE CUEILLETTE DE RENSEIGNEMENTS PAR LE MINISTÈRE DU REVENU DU QUÉBEC AUPRÈS DE

AVIS DE LA COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION SUR UN PROJET DE CUEILLETTE DE RENSEIGNEMENTS PAR LE MINISTÈRE DU REVENU DU QUÉBEC AUPRÈS DE AVIS DE LA COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION SUR UN PROJET DE CUEILLETTE DE RENSEIGNEMENTS PAR LE MINISTÈRE DU REVENU DU QUÉBEC AUPRÈS DE LES BUREAUX DE CRÉDIT DU NORD DOSSIER 03 00 49 MARS 2003 1. Mise

Plus en détail

PPE sise à Chapelle REGLEMENT D'ADMINISTRATION ET D'UTILISATION

PPE sise à Chapelle REGLEMENT D'ADMINISTRATION ET D'UTILISATION REGLEMENT D'ADMINISTRATION ET D'UTILISATION Chapitre I : objet de la propriété par étages Article premier L'immeuble ci-après désigné est constitué en propriété par étages, régie par le présent règlement

Plus en détail

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation.

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation. ORDONNANCE 41-48 DU 12 FEVRIER 1953 SUR LES ETABLISSEMENTS DANGEREUX, INSALUBRES OU INCOMMODES. Article 1 er Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés en deux classes

Plus en détail

Charte régissant l'usage du système d information par les personnels du ministère de l éducation nationale

Charte régissant l'usage du système d information par les personnels du ministère de l éducation nationale Charte régissant l'usage du système d information par les personnels du ministère de l éducation nationale DGRH Version du 21/08/2008 1/ 9 Sommaire Article I. Champ d'application...4 Article II. Conditions

Plus en détail

STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER. Article premier Dispositions générales SECTION 1. ORGANISATION DU TRIBUNAL. Article 2 Composition

STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER. Article premier Dispositions générales SECTION 1. ORGANISATION DU TRIBUNAL. Article 2 Composition STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Article premier Dispositions générales 1. Le Tribunal international du droit de la mer est créé et fonctionne conformément aux dispositions de la Convention

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Pour un bâtiment non détenu en copropriété et pour la partie privative d un bâtiment détenu en copropriété

Pour un bâtiment non détenu en copropriété et pour la partie privative d un bâtiment détenu en copropriété Inspections régionales Inc. http://www.inspectionsregionales.com/ courriel: info@inspectionsregionales.com Téléphone : 819-893-3460 (Gatineau) Téléphone : 514-312-8240 (Montréal) Télécopieur : 1-855-587-8858

Plus en détail

Règlement n o 5.2 concernant les normes de comportement sur le réseau de trains de banlieue

Règlement n o 5.2 concernant les normes de comportement sur le réseau de trains de banlieue Règlement n o 5.2 concernant les normes de comportement sur le réseau de trains de banlieue ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 27 MAI 1998 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 98-CA(AMT)-101 Règlement n o

Plus en détail

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois Chapitre 27 Dispositions relatives au noyau villageois Table des matières 27 DISPOSITIONS RELATIVES AU NOYAU VILLAGEOIS...27-3 27.1 CHAMPS D APPLICATION...27-3 27.2 USAGES ET ÉQUIPEMENTS PERMIS DANS LA

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2008-536 SUR L UTILISATION DE L EAU POTABLE CHAPITRE I DÉFINITIONS

RÈGLEMENT CO-2008-536 SUR L UTILISATION DE L EAU POTABLE CHAPITRE I DÉFINITIONS RÈGLEMENT CO-2008-536 SUR L UTILISATION DE L EAU POTABLE LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I DÉFINITIONS 1. Aux fins d application de ce règlement, les mots et expressions suivants signifient :

Plus en détail

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ...

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ... CHRONIQUE TPS/TVQ 207 JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 209 1. TVQ... 209 2. TPS...

Plus en détail