Les dessous de la Régie du logement sur l insalubrité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les dessous de la Régie du logement sur l insalubrité"

Transcription

1 Les dessous de la Régie du logement sur l insalubrité Me Miriam Morissette Avocate Québec Trois-Rivières Montréal Affiliations internationales Pannone Law Group Lawyers Associated Worldwide jolicoeurlacasse.com

2 Plan de présentation Cheminement d un recours à la Régie du logement 1. Avant l audience : types de recours et procédure applicable 2. Au cours de l audience : notions et règles sur la preuve 3. Après le délibéré: les décisions et leur exécution 2

3 Lois et règlements Preuve, procédure et compétence: Loi sur la Régie du logement, RLRQ c. R-8.1 («L.R.L.») Contenu et forme des recours: Code civil du Québec Règlement sur la procédure devant la Régie du logement, RLRQ c. R-8.1, r 5 («R.P.R.L.») 3

4 4 Notions pertinentes

5 Bon état d habitabilité Le locateur est présumé avoir délivré le bien en bon état (art. 1890(2) C.c.Q.): «[ ] L'état du bien peut être constaté par la description ou les photographies qu'en ont faites les parties; à défaut de constatation, le locataire est présumé avoir reçu le bien en bon état au début du bail.» 5

6 Bon état d habitabilité (suite) Artcle 1910 C.c.Q.: «Le locateur est tenu de délivrer un logement en bon état d'habitabilité; il est aussi tenu de le maintenir ainsi pendant toute la durée du bail. La stipulation par laquelle le locataire reconnaît que le logement est en bon état d'habitabilité est sans effet.» Sauvé c. Payant, AZ : «On peut retenir de l'ensemble de ces définitions que l'habitabilité renferme implicitement une exigence de salubrité dont l'absence peut amener à la conclusion qu'un logement est impropre à l'habitation. En revanche, l'article 1913 C.c.Q. décrit le logement impropre à l'habitation comme celui dont l'état constitue une menace sérieuse pour la santé ou la sécurité des occupants et du public. [...]» 6

7 Bon état de propreté Article 1911 C.c.Q.: «Le locateur est tenu de délivrer le logement en bon état de propreté; le locataire est, pour sa part, tenu de maintenir le logement dans le même état. Lorsque le locateur effectue des travaux au logement, il doit remettre celui-ci en bon état de propreté.» 7

8 Impropre à l habitation Article 1913 C.c.Q.: «Le locateur ne peut offrir en location ni délivrer un logement impropre à l'habitation. Est impropre à l'habitation le logement dont l'état constitue une menace sérieuse pour la santé ou la sécurité des occupants ou du public, ou celui qui a été déclaré tel par le tribunal ou par l'autorité compétente.» 8

9 Impropre à l habitation (suite) Alain c Canada inc.: «( ) pour évaluer si l impropreté d un logement à l habitation constitue une menace sérieuse pour la santé, la Cour doit procéder à ladite évaluation d une façon objective et se demander si une personne ordinaire peut vivre objectivement dans les conditions exposées lors de l audition. Ce ne sont pas les appréhensions subjectives ni l état psychologique du locataire ou des occupants qui doivent prévaloir mais bien la situation ou l état des lieux compris et analysé objectivement lors de la prise de décision du déguerpissement.» 9 Alain c Canada inc., 2002 CanLII (QC CS).

10 Impropre à l habitation (suite) «Menace sérieuse pour la santé ou la sécurité»: Inclus tant la santé physique que la santé mentale Inclus tant la sécurité des occupants que de leurs biens Le lien entre l état des lieux invoqué et le «danger réel» qu il représente pour la santé ou la sécurité du locataire doit être établi «Le préjudice immédiat doit être effectif, non pas seulement potentiel» Pierre C. GAGNON, Droit du louage, Revue du Barreau, Denys-Claude LAMONTAGNE, Les principaux contrats: la vente, le louage, la société et le mandat, Droit spécialisé des contrats, vol. 1, Éditions Yvon Blais, 2001, par. 701.

11 Avant l audience: Recours et procédure applicable 11

12 Recours Exemples les plus fréquents Voici les principaux recours, selon la situation: Résiliation du bail (et expulsion): ~ Pour cause de logement impropre à l habitation (1913 C.c.Q.) ~ Insalubrité comme élément troublant la jouissance normale des autres locataires (1860 et 1863 C.c.Q.) ~ préjudice sérieux (1863 C.c.Q.) Ordonnance (de faire ou ne pas faire) (1863 C.c.Q.) Dommages-intérêts (1863 C.c.Q.) 12

13 Recours Préparation de la demande à la Régie du logement Le contenu (art. 3, 6 R.P.R.L.) Lieu de dépôt (art. 5 R.P.R.L.) Signification (art. 7 R.P.R.L.) 13

14 Recours Préparation de la demande Le contenu Article 3 R.P.R.L: «1 les nom et adresse de la partie qui la produit, ceux de la partie contre qui elle est dirigée de même que leurs prénoms s'il s'agit de personnes physiques; 2 l'adresse du logement concerné; 3 un exposé sommaire des motifs à son appui; 4 les conclusions recherchées.» 14

15 Recours Préparation de la demande (suite) Le contenu Les conclusions (art. 6 R.P.R.L.) : Il peut y en avoir plusieurs, pourvu qu elles ne soient ni incompatibles, ni contradictoires. 15

16 Recours Préparation de la demande (suite) La signification (art. 56 L.R.L. et 7 R.P.R.L.) ~ Une fois la demande produite à un bureau de la Régie du logement ~ Par courrier recommandé, par l huissier ou par tout autre mode permettant de prouver sa réception, ce qui devra être fait devant le régisseur o ex: transmission en personne devant témoin, signature d un document reconnaissant la transmission ~ Le régisseur peut, par requête, ordonner un autre mode de signification 16

17 Recours Modification de la demande L amendement (art R.P.R.L.) Possible en tout temps, avant la prise en délibéré. L amendement doit être signifié à la partie adverse (18 R.P.R.L.); L amendement peut se faire verbalement à l audience, lorsque la partie adverse y est présente. Le régisseur peut l autoriser en le notant au procès-verbal (20 R.P.R.L.); 17

18 Recours Modification de la demande (suite) L amendement (suite) Types d amendement: 1. Ajout de nouvelles conclusions conciliables avec la demande originale (art. 6 & 18 R.P.R.L.) 2. Modification du nom des parties ou ajout d une partie (art. 19 R.P.R.L.) 3. Modification du contenu de la demande ex: nouveaux faits survenus depuis le dépôt de la demande, augmentation du montant des dommages réclamés, etc. 18

19 Au cours de l audience: Notions et règles de preuve 19

20 Audience Notions sur la preuve Notions générales Absence de communication des pièces avant l audience Aucune déclaration de dossier complet Toute la preuve se fait au cours de l audience (voir 36.1 R.P.R.L.) Si une partie est prise par surprise, celle-ci peut verbalement demander au tribunal d accorder une remise Les parties demeurent assises lors de l audience 20

21 Audience Notions sur la preuve Preuve par témoignage (62 L.R.L. & 35 s. R.P.R.L.) Les parties produisent leurs témoins à l audience, sans nécessité d annoncer leur présence et leur posent les questions Autrement, la partie qui requiert la présence d'un témoin fait signifier par huissier, à ses frais, au moins 3 jours avant la date de l'audience, un ordre de comparaître comme témoin délivré par la Régie (35 R.P.R.L.) Idem pour un Subpœna duces tecum 21

22 Audience Notions sur la preuve Règles particulières Peut être prouvé par une copie tenant en lieu et place: 1. un acte juridique constaté dans un écrit 2. Le contenu d un écrit autre qu authentique si le régisseur est satisfait de sa véracité (76 al. 1 L.R.L.) ex: - copies de factures pour les services d un exterminateur - copies de relevés d Hydro-Québec 22

23 Audience Notions sur la preuve Règles particulières (suite) La preuve peut aussi être faite par tous moyens lorsqu une partie établit que, de bonne foi, elle ne peut produire l original de l écrit ou les copies en tenant lieu (76 al. 2 L.R.L.) Équivalent de 2860 al. 2 C.c.Q 23

24 Audience Notions sur la preuve (suite) Règles particulières (suite) Un commencement de preuve est toutefois requis lorsque qu une partie désire prouver un acte juridique dans un litige excédant 1 500,00 $. (Rahaman c. Oukhira, 2012 QCRDL 6849); Une partie peut néanmoins, par preuve testimoniale, et sans commencement de preuve; Contredire ou changer les termes d un écrit lorsque celle-ci veut prouver que la L.R.L. n a pas été respectée (exception à 2863 C.c.Q.); Prouver que le loyer payé n est pas celui apparaissant au bail; Interpréter ou compléter un écrit; (77 L.R.L.) 24

25 Audience Notions sur la preuve (suite) Le rapport d inspection (78 L.R.L.) Rapports y figurant peuvent être déposés en preuve et tiennent lieu de témoignage; La Régie est liée par la conclusion de l «Autorité compétente» quant à la déclaration que le logement est impropre à l habitation 1. Une partie peut cependant requérir la présence de l inspecteur, mais elle peut être tenue aux frais si le tribunal juge que sa présence n était pas nécessaire; ~ Ex: En matière de recours ayant pour cause des situations d insalubrité ou de logement impropre à l habitation, le rapport d un inspecteur municipal s avère fort utile; 25 1 Horowitz c. Holtslander, 2014 QCRDL 33091, par

26 Audience Notions sur la preuve (suite) Le rapport d inspection (suite) Sont visés par 78 L.R.L.: Inspecteur municipal Inspecteur de la Régie du Logement Inspecteur de la Régie du Bâtiment Inspecteur de la Direction de la santé publique Inspecteur du ministère de l Environnement Directeur d arrondissement ou le directeur de la direction de l habitation (Règlement sur la salubrité et l entretien des logement (03-096), Montréal, art. 1) 26

27 Audience Notions sur la preuve (suite) Les autres rapports: 36.1 R.P.R.L. À moins que les parties y consentent, l autorisation du tribunal est requise pour produire tout rapport tenant lieu de témoignage Ex: Le rapport (ou constat) d un policier n est pas visé par 78 L.RL. Sa présence est donc requise pour rendre témoignage à moins que les parties y consentent ou que le tribunal ne l autorise 27

28 Audience Notions sur la preuve (suite) Les autres rapports (suite): Critères de recevabilité selon 36.1 R.P.R.L. : ~ Moins exigeant que les critères de C.p.c., le tribunal pouvant autoriser sa production malgré le refus d une partie; ~ Similitude avec les critères développés sous 2870 al. 2 C.c.Q.: 1. Impossibilité d obtenir la comparution de l auteur du rapport ou déraisonnable de l exiger; 2. Fiabilité du contenu du rapport; ~ Exception: les rapports d expertise. L expert doit être présent à l audience Lamirande c. Grégoire, 2014 QCRDL 14649

29 L insalubrité dans la jurisprudence 29

30 Moisissures (suite) Alain c Canada Inc.: «On y dénote la présence de moisissure toxigénique «stachybotrys atra» en croissance active. Or, fait-elle valoir, le stachybotrys atra «(p)eut produire des toxines très puissantes, de la famille des trichothécènes. Ces toxines attaquent les systèmes immunitaire, gastro-intestinal, la peau, etc. ( ). Il conclut enfin que la quantité de moisissure toxique qu'il a décelée à la date où il a procédé à l'expertise était suffisante pour qualifier l'appartement d'insalubre. [...]» «Le fait que la cité ait elle-même reconnu que non seulement le «2907» était infecté de moisissures toxiques mais qu'après le départ des locataires il ait fallu ouvrir les murs afin de s'assurer que la contamination soit totalement enrayée et arracher les tapis pour obtenir la garantie qu'aucune substance nocive ne survive au traitement convainc le Tribunal qu'à la suite des infiltrations d'eau récurrentes, l'appartement était insalubre.» 30 Alain c Canada Inc., 2002 CanLII (QC CS).

31 Moisissures (suite) Simard c. Jean : «[61] Les photos du plafond de la cave en dessous du logement démontrent que le bois est lourdement affecté et dégradé par l eau. Il lui paraît évident que le bois a pourri sur un certain nombre d années. Or, la pourriture est une forme de moisissures. [62] Les résultats d analyse des échantillons d air et de poussière prélevés dans le logement, le 20 décembre 2007, révèlent la présence de penicillium sp et des levures. Le penicillium sp est une espèce de moisissure qui produit une toxine qui tue les bactéries. Il peut être allergène et pathogène, particulièrement pour une personne enceinte. Les levures indiquent que l humidité est excessive.» 31 Simard c. Jean, 2011 QCRDL 9587.

32 Comportements du locataire L encombrement excessif / «Hoarding» / Syndrôme de Diogène Warak c. D.D.: «Ainsi, l habitude d accumuler des objets disparates («hoarding») peut avoir des conséquences graves, non seulement pour le locataire, mais également pour l immeuble tout entier. Surtout si les choses accumulées sont inflammables, comme c est le cas en l espèce (contenants de plastique, berlingots, nombreuses caisses de plastique contenant des papiers, etc.). Un tel entassement crée également une entrave à l évacuation en cas d incendie.» Aux termes de l article 1913 C.c.Q., «Est impropre à l habitation le logement dont l état constitue une menace sérieuse pour la santé ou la sécurité des occupants ou du public». Il importe de rappeler que dans la présente affaire, la visite de l inspecteur a eu lieu avec une semaine d avis. Malgré la durée de ce préavis, et même si aucune odeur n était perceptible lors de la visite de l expert, ses photographies révèlent un état fort inquiétant d accumulation et d entassement.» 32 Warak c. D.D, 2011 QCRDL 27854

33 Comportements du locataire L encombrement excessif / «Hoarding» / Syndrôme de Diogène (suite) Québec inc. c. Jacques: «[19] La preuve prépondérante démontre que le logement est insalubre, encombré et constitue un danger pour la sécurité des occupants de l immeuble. [20] La locataire a été prévenue de la situation autant par le propriétaire que par les différents intervenants de la ville. [21] Malgré tout, selon les témoignages recueillis, la situation ne s est pas améliorée et c est même dégradée. [22] Les risques d incendie sont présents et la sécurité des occupants est compromise. [23] La locataire, contrairement à l obligation que lui impose la loi, n use pas du bien avec prudence et diligence et le tribunal se doit de résilier le bail.» Québec inc. c. Jacques, 2013 QCRDL

34 Comportements du locataire L encombrement excessif / «Hoarding» / Syndrôme de Diogène (suite) Montréal (Office municipal d'habitation de) c. St-Martin: «[47] En l instance, le locateur a démontré que le logement de la locataire est dans un état d encombrement généralisé et de malpropreté tel que celle-ci est en défaut de respecter ses obligations légales de maintenir le logement dans un bon état de propreté ainsi que dans un bon état d entretien mais aussi d user, en tout temps, du logement avec prudence et diligence. [48] L encombrement généralisé du logement est tel qu il dépasse la simple nécessité de faire le ménage. La situation d encombrement représente un risque déraisonnable d incendie ou de contamination pour la locataire et les autres locataires de l immeuble. [49] Aussi, cette situation contrevient à la règlementation municipale de la Ville de Montréal.» 34 Montréal (Office municipal d'habitation de) c. St-Martin, 2014 QCRDL

35 Comportements du locataire Le surpeuplement Dufour c. Dubreuil: «De plus, il indique que depuis plusieurs mois, le logement des locataires est surpeuplé et que huit personnes y cohabitent, et ce, malgré le règlement de l immeuble qui prévoit que le logement est loué à deux personnes seulement. En raison de cette situation de surpeuplement, il explique que plusieurs locataires se plaignent du bruit excessif qui provient de ce logement. ( ) Il soumet également que le logement des locataires est dans un état de malpropreté important et que de mauvaises odeurs se dégagent même dans l immeuble. ( )» 35 Dufour c. Dubreuil, 2010 QCRDL

36 Punaises de lit / insectes / vermine Ainsi, à moins de prouver la faute du locataire, le locateur doit supporter les coûts des frais d un exterminateur: Québec inc. c. Vinet: «[Conséquemment], en raison de ses obligations, le locateur a l obligation de mandater un exterminateur et il ne peut faire assumer ce coût par les locataires.» De plus, le locateur doit éradiquer entièrement les punaises /insectes/vermine Québec inc. c. Vinet, 2014 QCRDL 6883.

37 Punaises de lit / insectes / vermine Ouellet c. Immeubles Roussin Ltée: «Dans un premier temps, la présence de punaises dans un logement ne résulte pas nécessairement du fait de l un de ses occupants. L apparition de punaises de lit dans un immeuble peut provenir de différentes sources. Les couvertures du déménageur laissées dans un corridor, le sac du postier, les vêtements d un livreur, les vêtements laissés à la buanderie commune, etc. Ces insectes se déplacent d un logement à l autre ou d un espace commun à un logement afin de trouver l humain susceptible de les nourrir. ( )» Dans cette décision le propriétaire a renversé le fardeau de preuve et a démontré que la présence de punaises était due au locataire. 37 Ouellet c. Immeubles Roussin Ltée, 2014 QCRDL 5815.

38 Punaises de lit / insectes / vermine De plus, avant même de procéder à l extermination, le locateur peut, s il peut prouver que son locataire rend le processus irréalisable par sa faute, ou bien a refusé au locateur l accès à son logement, demander au Tribunal de prononcer une ordonnance d exécution Canada inc. c. Masim: «[104] ORDONNE au locataire de : - Nettoyer chaque jour sa cuisine et sa salle de bain et éliminer toute trace de graisse de la cuisine; - Ne laisser traîner aucune nourriture dans le logement; - Ranger toute nourriture dans des bocaux fermés; - Aérer le logement; - Laisser les plinthes libres; - Préparer le logement selon les directives énoncées par l exterminateur.» Canada inc. c. Masim, 2011 QCRDL

39 Après le délibéré: les décisions et leur exécution 39

40 Décisions Règles générales Doivent être rendues dans les trois mois de la prise en délibéré (79 L.R.L & 41.1 R.P.R.L. Le président ou le vice-président de la Régie du logement peut prolonger ce délai (41.1 R.P.R.L.) Doivent être motivées (79 L.R.L.) Le régisseur peut adjuger sur les frais (79.1 L.R.L.) 40

41 Décisions Particularités propres à la Régie du logement La Régie du logement se voulant un tribunal souple et rapide tant en matière procédurale qu en terme de modes d opération, certaines particularités détonnent des tribunaux judiciaires communs Fréquent en matière d insalubrité et de logement impropre à l habitation 41

42 Décisions Pouvoirs de la Régie du logement Rappelons les dispositions pertinentes quant aux pouvoirs du Tribunal: Il peut déclarer, même d office, un logement impropre à l habitation (1913 et 1917 C.c.Q.). Il est donc plus facile de mettre cet état de fait en preuve par la suite, pour tout autre recours. Dans le cas où la résiliation du bail est demandée par le locateur, le Tribunal bénéficie d une large discrétion en statuant sur le recours: il peut refuser rejeter la demande de résiliation et plutôt ordonner au locataire d exécuter ses obligations de la façon et dans le délai qu il détermine (1973 C.c.Q.). 42

43 Décisions Pouvoirs de la Régie du logement (suite) À titre d exemple: «La preuve présentée justifierait la résiliation du bail. Mais en raison des bonnes résolutions qu il a commencé à appliquer, le locataire jouira d une première - et dernière - chance. Son bail ne sera pas résilié. Celui-ci devra toutefois se conformer loyalement aux conditions suivantes : 1. Fournir sans délai au locateur, pour reproduction, un exemplaire de toute clef donnant accès au logement ou à toute autre dépendance (p. ex. espace de rangement); 2. Autoriser et faciliter la visite du logement par un inspecteur du Service des incendies; 3. Respecter en tout temps les directives du Service des incendies concernant la sécurité des lieux; 4. Maintenir en tout temps son logement en état d ordre et de propreté; 5. Permettre au locateur de visiter le logement à intervalles raisonnables après avis de vingt-quatre heures, conformément à l article 1931 C.c.Q. ; 43 Warak c. D.D., 2011 QCRDL

44 Décisions Tendance de la Régie du logement en matière d insalubrité Rappel: afin d obtenir la résiliation du bail, le demandeur doit faire la démonstration que le comportement ou la situation de la partie adverse lui cause un préjudice sérieux (1973 C.c.Q.); Les recours fondés sur des problèmes liés à l insalubrité du logement sont généralement une question de faits mis en preuve, et non de droit; Meilleure est la preuve du locataire (rapports, photos, témoignages), meilleure est sa chance d obtenir la résiliation du bail; Un seul obstacle : le pouvoir de la Régie de substituer toute conclusion par une ordonnance de faire ou ne pas faire 44

45 Décisions Tendance de la Régie du logement en matière d insalubrité (suite) Plus souvent qu autrement, le tribunal sera enclin à donner une «dernière chance» au défendeur-locataire fautif de maintenir son logement en bon état en usant de son pouvoir de rendre toute ordonnance qu il juge appropriée 1 ; Ainsi, tel sera le cas lorsque, notamment: 1. Circonstances particulières 2 : 1. La partie en est à son premier manquement; 2. Durée d occupation du logement; 2. Elle s est conformée à ses obligations depuis la visite d un inspecteur 3 3. Le préjudice peut être facilement corrigé 4 ; 4. Les notions de proportionnalité, de justice, ou d équité sont mises en cause 5 ; 45 1 Lacroix c. Charles, 2014 QCRDL Durocher c. Marigliano, 2014 QCRDL Castellano c. Ducharme, 2014 QCRDL Proteau c. Barshee, 2010 QCRDL Montréal c. Ibrahim, 2010 QCRDL 31576

46 Décisions Tendance de la Régie du logement en matière d insalubrité (suite) Néanmoins, lorsque le régisseur prononce une ordonnance sous 1973 C.c.Q., le moindre défaut par le défendeur de la respecter entrainera la résiliation du bail sous simple preuve dudit défaut 1. 1 Parent c. Howell, 2012 QCRDL

47 Décisions Exécution d une décision Éléments dont on doit tenir compte avant d exécuter une décision: 1. Le défendeur accepte-il de se plier volontairement à la décision? 2. Les conclusions du jugement sont-elles assorties de délais? 3. Y a-t-il matière à contestation ou rectification? 47

48 Décisions Exécution d une décision Cas de l exécution provisoire d une décision (82.1 L.R.L.) : Une ordonnance prononcée par la Régie sera régulièrement assortie de la conclusion : «ORDONNE l exécution provisoire du présent jugement nonobstant appel»; La décision devient donc exécutoire à partir du jour où elle est rendue; 48

49 Décisions Exécution d une décision Étapes à suivre dans le cas d une décision condamnant le défendeur à payer une somme d argent (82-84 L.R.L.): 1. Collecter les informations pertinentes quant à: La source de revenus du défendeur; Nature des biens en sa possession; 2. Émission d un bref d exécution au greffe de la Cour du Québec: Salaires ou traitements: le nom de l employeur et l adresse complète doit être connue; Comptes de banque: nom et adresse complète de l institution requis; Saisie des meubles: devront être vendus sous contrôle de justice; 49

50 Décisions Exécution d une décision Quant à l expulsion du(des) locataire(s) et des autres occupants: L émission d un bref d expulsion par la Cour du Québec s avère aussi nécessaire: Un préavis d'au moins deux jours juridiques francs doit être signifié à la partie condamnée, par huissier, avant d exécuter le bref; L huissier est autorisé à employer la force nécessaire pour l exécution du bref, tout en observant les formalités requises; 50

51 Me Miriam Morissette Avocate 2015, Joli-Cœur Lacasse S.E.N.C.R.L. Québec Trois-Rivières Montréal Affiliations internationales Pannone Law Group Lawyers Associated Worldwide jolicoeurlacasse.com

Réalisé par : SIMON ROBIN ; Étudiant en droit à l Université de Montréal Et l équipe du Comité logement Ville-Marie - 2013 -

Réalisé par : SIMON ROBIN ; Étudiant en droit à l Université de Montréal Et l équipe du Comité logement Ville-Marie - 2013 - LEXIQUE LÉGISLATIF DU LOUAGE (C.c.Q.) Réalisé par : SIMON ROBIN ; Étudiant en droit à l Université de Montréal Et l équipe du Comité logement Ville-Marie - 2013 - LEXIQUE LÉGISLATIF C.c.Q Articles 1851

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 9 Le louage Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le louage Le contrat de location de meuble Le bail de logement Le bail commercial 2 Objectifs Après la lecture du chapitre,

Plus en détail

Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire?

Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire? Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire? Le 25 août 2014 Par M e François Bérubé francois.berube@clcw.ca 2 I. Introduction et mise en contexte II. Les moyens légaux pour les

Plus en détail

CONVENTION D HONORAIRES

CONVENTION D HONORAIRES CONVENTION D HONORAIRES Le, à Evere, au cabinet de l avocat Olivier DUPONT, sis rue Frans Pepermans, n 14, Entre Et ci-après dénommés conjointement «le client», Maître Olivier DUPONT, dont le cabinet est

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault 1. Description de la Cour du Québec, division des petites créances 1.1 Compétence Les demandes

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES NOTE IMPORTANTE Conformément à l alinéa 1 de l article 12 des Lettres patentes constituant l Ordre professionnel des

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

La partie poursuivie doit connaître les motifs et l'objet de la demande pour pouvoir se préparer à y répondre à l'audience.

La partie poursuivie doit connaître les motifs et l'objet de la demande pour pouvoir se préparer à y répondre à l'audience. Comment se préparer à une audience Introduction Vous avez produit une demande à la Régie du logement, ou reçu copie d'une demande. Que vous soyez demandeur ou défendeur, il est important de bien se préparer

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL LOCALITÉ DE MONTRÉAL «Chambre civile» N : 500-80-002132-034 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» DATE : Le 12 novembre 2004 SOUS LA PRÉSIDENCE DE

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé Questions réponses L HABITAT INDIGNE : 1. Quelle définition pour l habitat indigne? L habitat indigne regroupe les différentes situations dans lesquelles des locaux donnés à usage d habitation ne sont

Plus en détail

Si le locataire ne paie pas le loyer

Si le locataire ne paie pas le loyer Si le ne paie pas le loyer Contenu de la présente brochure La Loi de 2006 sur la location à usage d habitation permet l expulsion du qui n a pas payé son loyer. La présente brochure contient des renseignements

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

POUR CONSULTATION PAR LES ÉTUDIANTS

POUR CONSULTATION PAR LES ÉTUDIANTS ÉVALUATION FINALE - JR EXEMPLES DE QUESTIONS CORRIGÉ QUESTION Énoncez SIX irrégularités dans l assignation à comparaître et dans sa signification. Pour chaque irrégularité, motivez votre réponse et faites

Plus en détail

ENTRETIEN DES BÂTIMENTS ET SALUBRITÉ

ENTRETIEN DES BÂTIMENTS ET SALUBRITÉ ENTRETIEN DES BÂTIMENTS ET SALUBRITÉ Dany Moisan Inspecteur en environnement et salubrité Réglementation Entretien des bâtiments Salubrité Conclusion 2 RÉGLEMENTATION R.V.Q. 773 Règlement sur la salubrité

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes)

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes) PROPOSITIONS CONCERNANT LE CONTENU DES INTERVENTIONS DANS LE CADRE DU PROJET «PETITES CRÉANCES» Maître de cérémonie Introduction : o Présentation des participants; Notre avocate et «Maître de cérémonie»,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

2 ) d annuler l avis à tiers détenteur émis le 6 avril 2010 par le directeur départemental des finances publiques du Val-de-Marne ;

2 ) d annuler l avis à tiers détenteur émis le 6 avril 2010 par le directeur départemental des finances publiques du Val-de-Marne ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1301197 Société Orfedor Mme Vergnaud Rapporteur M. Kauffmann Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun, (10 ème

Plus en détail

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES SOMMAIRE I. Le contrat de travail II. Le bail à loyer III. Le contrat de prestation de services IV. Le recouvrement de créances V. La protection du contenu d

Plus en détail

La saisie-gagerie : un «outil» inexploité par les bailleurs

La saisie-gagerie : un «outil» inexploité par les bailleurs La saisie-gagerie : un «outil» inexploité par les bailleurs Par Pierre ROUSSEAUX, avocat, Président SNP Charleroi Le bailleur connaît-il l importance que peut revêtir pour lui la valeur du mobilier se

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

L an deux mil quatorze Et le dix-huit mars

L an deux mil quatorze Et le dix-huit mars KF/KV REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE COUR D APPEL D ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE du 18 mars 2014 RG N 402/14 --------------- La Société Immobilière de Gestion et de Management

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms N 1201552 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. Devillers M agistrat désigné Audience du 20 février 2013 Lecture du 27 mars 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Ville de Stanstead SHE-00022549 (STTV-083)

Ville de Stanstead SHE-00022549 (STTV-083) RÈGLEMENT DE DÉROGATIONS MINEURES AUX RÈGLEMENTS D URBANISME Projet n : SHE-00022549 (STTV-083) Préparé par : Les Services exp inc. 150, rue de Vimy Sherbrooke (Québec) J1J 3M7 www.teknika-hba.com Tél.

Plus en détail

La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial

La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial «Le renouvellement d un contrat de bail commercial n est pas automatique» 1. La demande de renouvellement Il n existe pas de renouvellement

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE. l installation d un avertisseur de fumée peut sauver des vies humaines ;

RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE. l installation d un avertisseur de fumée peut sauver des vies humaines ; CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAC-BROME RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QUE ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QU l installation d un avertisseur de fumée peut

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

Pas d inscription possible (R.532-6)

Pas d inscription possible (R.532-6) 1 er cas : Le créancier dispose d un titre exécutoire (L.511-2) Cas : Décision d une juridiction de l ordre judiciaire ou administratif ayant force exécutoire acte notarié revêtu de la formule exécutoire

Plus en détail

Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce

Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce 1 Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce I. Introduction II. Procédure a)conditions d application b)compétence c)mode d introduction de la demande : - la citation à double détente

Plus en détail

JOURNÉE DES PARTENAIRES ENSEMBLE ET BIEN LOGÉ! ENSEMBLE ON COLLABORE!

JOURNÉE DES PARTENAIRES ENSEMBLE ET BIEN LOGÉ! ENSEMBLE ON COLLABORE! JOURNÉE DES PARTENAIRES ENSEMBLE ET BIEN LOGÉ! ENSEMBLE ON COLLABORE! Robert Dussault, chef de service, Permis, inspections et environnement, Ville de Trois-Rivières Dre Marie-Claude Lacombe et Bruno Cossette,

Plus en détail

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Pourquoi et comment remplir son Agenda d Accessibilité Programmée (Ad AP) SYNOPSIS DE RAPPEL DES OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES LES 6

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER NP N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, Ordonnance du 22 octobre 2010 Vu la renuête. enregistrée

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5698-9585 No du rôle : 28.d-C-15 Licence RBQ : 5698-9585-01 Date : 14 septembre 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur RÉGIE DU BÂTIMENT

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

2014-MC-R208 ADOPTION DU RÈGLEMENT 14-RM-01 POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 12-RM-01 ET PLUS PARTICULIÈREMENT L ARTICLE 3

2014-MC-R208 ADOPTION DU RÈGLEMENT 14-RM-01 POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 12-RM-01 ET PLUS PARTICULIÈREMENT L ARTICLE 3 2014-MC-R208 ADOPTION DU RÈGLEMENT 14-RM-01 POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 12-RM-01 ET PLUS PARTICULIÈREMENT L ARTICLE 3.14 DES DISPOSITIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES ALARMES DANS

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE

OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE 1 OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE Le Décret n 2010-1165 du 1er octobre 2010 relatif à la conciliation et à la procédure orale en matière civile, commerciale et sociale est entré

Plus en détail

Règlement des mutations

Règlement des mutations GdB Règlement des mutations Règlement adoption : CD du 16/03/12 entrée en vigueur : 01/05/12 validité : permanente secteur : ADM remplace : Chapitre 2.3-2013/1 nombre de pages : 6 5 grammes de plumes,

Plus en détail

Colloque Barreau de Montréal / CAIJ. Droit locatif : du dépôt de la demande à l audition en appel

Colloque Barreau de Montréal / CAIJ. Droit locatif : du dépôt de la demande à l audition en appel Colloque Barreau de Montréal / CAIJ Droit locatif : du dépôt de la demande à l audition en appel Les règles de preuve et de procédure devant la Régie du logement Me Joël Simard Conseiller juridique Le

Plus en détail

Composition Président: Adrian Urwyler Jérôme Delabays, Michel Favre

Composition Président: Adrian Urwyler Jérôme Delabays, Michel Favre Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 102 2015 188 Arrêt du 14 septembre 2015 II e Cour d appel civil Composition Président:

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES 1 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1505324 M. E M. Yann Livenais Juge des référés Ordonnance du 7 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la procédure suivante

Plus en détail

G... B... Demanderesse. Organisme DÉCISION

G... B... Demanderesse. Organisme DÉCISION G.B. c. Centre hospitalier universitaire de Québec (Hôpital de L'Enfant-Jésus) 2015 QCCAI 120 Commission d accès à l information du Québec Dossier : 1007202 Date : Le 1 er juin 2015 Membre: M e Christiane

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: (Bail à loyer et à ferme) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: Le code des obligations 2 est modifié

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D N 1202461 SCI DU PONT DE CABOURG M. Lauranson Rapporteur M. Cheylan Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Caen

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC SECTION I CONCILIATION Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 88; 1994,

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010)

Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010) Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010) La location meublée consiste à mettre à la disposition d un locataire un logement comportant des meubles indispensables à la vie quotidienne. Le régime

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT LES ALARMES ET APPLICABLE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC

RÈGLEMENT CONCERNANT LES ALARMES ET APPLICABLE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC Règlements de la municipalité Ste-Clotilde-de-Beauce PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DES APPALACHES MUNICIPALITÉ STE-CLOTILDE-DE-BEAUCE RÈGLEMENT NUMÉRO 2015-RM-SQ-1 RÈGLEMENT CONCERNANT LES ALARMES ET APPLICABLE

Plus en détail

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables :

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Mode général de liquidation des dépens RÈGLE 60 DÉPENS (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Dépens raisonnables a) par une autre partie;

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

LE LOGEMENT IMPROPRE AUX YEUX DE LA RÉGIE DU LOGEMENT

LE LOGEMENT IMPROPRE AUX YEUX DE LA RÉGIE DU LOGEMENT LE LOGEMENT IMPROPRE AUX YEUX DE LA RÉGIE DU LOGEMENT Ensemble et bien logé! 24 septembre 2015 Présenté par : Me Mélanie Chaperon Cabinet-boutique en droit locatif 2 Présentation 1. Mandat et mission de

Plus en détail

RÉSERVATION ET LOCATION DE LOCAUX ET D ESPACES No. : 17 Date : 2007-03-26 Page : 1 de 5

RÉSERVATION ET LOCATION DE LOCAUX ET D ESPACES No. : 17 Date : 2007-03-26 Page : 1 de 5 Page : 1 de 5 BUT Établir la façon de procéder pour traiter les demandes de réservation de locaux et d espaces, locations de locaux et d espaces et autres locations. DÉFINITION Réservation de locaux et

Plus en détail

Me Michel Giroux, maire

Me Michel Giroux, maire PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT RÈGLEMENT NUMÉRO 3-124 Sur les alarmes et systèmes d alarme Session ordinaire du conseil municipal de la municipalité de Lac-Beauport, municipalité régionale

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Règlementation municipale en matière d alarmes

Règlementation municipale en matière d alarmes Règlementation municipale en matière d alarmes ARTICLE 1 DÉFINITIONS Pour l interprétation du présent règlement, à moins que le contexte ne s y oppose, les mots et expressions suivants signifient et ce,

Plus en détail

L an deux mil quatorze ; Et le cinq Mai ;

L an deux mil quatorze ; Et le cinq Mai ; REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE --- COUR D APPEL D ABIDJAN -- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN RG N 868/2014 ------------- ORDONNANCE DU JUGE DES REFERES Affaire La société BENEOUA (SCPA Touré et Pongathié)

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

CONVENTION POUR L INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU EN IMMEUBLE COLLECTIF OU DANS UN ENSEMBLE IMMOBILIER DE LOGEMENTS

CONVENTION POUR L INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU EN IMMEUBLE COLLECTIF OU DANS UN ENSEMBLE IMMOBILIER DE LOGEMENTS CONVENTION POUR L INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU EN IMMEUBLE COLLECTIF OU DANS UN ENSEMBLE IMMOBILIER DE LOGEMENTS ENTRE Le Syndicat Intercommunal d Eau potable de l Ouest Toulousain,

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. R. B., 2014 TSSDA 226 Appel No : 2012-1851 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Appelante et R. B. Intimé DÉCISION DU

Plus en détail

L an deux mil quatorze Et le quatorze août

L an deux mil quatorze Et le quatorze août KF/AN REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE - COUR D APPEL D ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE ---------------- RG N 2127/ 2014 MONSIEUR ANTHONY ELIJAH C/ MONSIEUR KAMAGATE IBRAHIM ------

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

Démêler les responsabilités concepteur fabricant installateur client municipalité assureur. Par : Me Guillaume Charron

Démêler les responsabilités concepteur fabricant installateur client municipalité assureur. Par : Me Guillaume Charron Démêler les responsabilités concepteur fabricant installateur client municipalité assureur Par : Me Guillaume Charron Les intervenants Le fabricant L entrepreneur général et l installateur Le client La

Plus en détail

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE N : 803252530 COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS DATE : 18 AVRIL 2011 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE JACQUES LAVERDURE J.C.M. DIRECTEUR DES POURSUITES

Plus en détail

Chambre des huissiers de justice du Québec

Chambre des huissiers de justice du Québec Chambre des huissiers de justice du Québec 507, Place d Armes, bureau 970 Montréal (Québec) H2Y 2W8 Téléphone (514) 721-1100 Télécopieur: (514) 721-7878 Courriel : chjq@chjq.ca TARIF D HONORAIRES PROFESSIONNELS

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1001920 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Tarik B. M. Dhers Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1001920 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Tarik B. M. Dhers Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 1001920 M. Tarik B. M. Dhers Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG M. Michel Rapporteur public Audience du 24 octobre 2013 Lecture du 14 novembre 2013 19-01-03-01-02-04 C ev RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998) ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d'arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Le Groupe d'arbitrage

Plus en détail

L avis d évaluation foncière Payer sa juste part

L avis d évaluation foncière Payer sa juste part L avis d évaluation foncière Payer sa juste part Pierre Chauvette, avocat Décembre 2013 Québec Trois-Rivières Montréal Affiliations internationales Pannone Law Group Lawyers Associated Worldwide jolicoeurlacasse.com

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PROCÉDURES D EXPULSIONS OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PRÉFET DE SEINE-ET-MARNE SOMMAIRE PROCÉDURE NORMALE DE DROIT COMMUN > La procédure juridictionnelle > La procédure administrative

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

foire aux questions conseils à l intention des propriétaires et des locataires «Réponses aux questions les plus fréquentes...»

foire aux questions conseils à l intention des propriétaires et des locataires «Réponses aux questions les plus fréquentes...» conseils à l intention des propriétaires et des locataires foire aux questions «des consommateurs en confiance des collectivités en sécurité» «Réponses aux questions les plus fréquentes...» Mon propriétaire

Plus en détail

Entretien et réparations

Entretien et réparations Entretien et réparations Renseignements fournis dans cette brochure La Loi sur la location à usage d'habitation (la «Loi») établit des règles relatives à l entretien des logements locatifs et aux réparations

Plus en détail

Loi sur la location à usage d habitation

Loi sur la location à usage d habitation Loi sur la location à usage d habitation mars 2007 2 Table des matières La Loi sur la location à usage d habitation... 4 Contrat de location... 5 Règles relatives au loyer... 10 Dépôts de garantie... 17

Plus en détail

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière?

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière? Foire aux questions Vous avez reçu un constat d infraction et vous avez plusieurs interrogations concernant les procédures judiciaires. Voici des réponses aux questions les plus fréquentes : 1. J'ai reçu

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 05 DECEMBRE 2014

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 05 DECEMBRE 2014 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- COUR D APPEL D ABIDJAN ----------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ------------------- RG 2886/2014 ------------- JUGEMENT CONTRADICTOIRE DU 05 DECEMBRE

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)/

Conditions générales d assurance (CGA)/ Conditions générales d assurance (CGA)/ Assurance de garantie de loyer Edition 01.2014 8054253 09.14 WGR 759 Fr Table des matières Votre assurance en bref................. 3 Conditions générales d assurance...........

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Le co-op broker a assuré la mise en relation entre un Prospect et le Propriétaire d un

Le co-op broker a assuré la mise en relation entre un Prospect et le Propriétaire d un La particularité de ce NDA est son caractère tripartite, signé entre : le prospect, le propriétaire d un business et un broker dit, co-operating broker. Le co-op broker a assuré la mise en relation entre

Plus en détail

Conseil municipal, tenue le 7 mai 2007, le règlement portant le numéro 06-RM-01-1 concernant les alarmes;

Conseil municipal, tenue le 7 mai 2007, le règlement portant le numéro 06-RM-01-1 concernant les alarmes; PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE PAPINEAU RÈGLEMENT NUMÉRO 14-RM-01 POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 12-RM-01 CONCERNANT LES ALARMES DANS LES LIMITES DE LA MUNICIPALITÉ DE LA PÊCHE Attendu

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps.

QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps. QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps. Vrai ou Faux 2. Vous avez le droit de changer les serrures sans la permission du

Plus en détail

Ombudsman des banques suisses

Ombudsman des banques suisses Ombudsman des banques suisses La procédure en bref Résumé de la procédure de médiation INSTANCE D INFORMATION ET DE MÉDIATION NEUTRE L Ombudsman des banques suisses est un médiateur neutre qui examine

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER RÈGLEMENT # 368 concernant la vidange des fosses septiques des résidences isolées du territoire de la municipalité 74.03.09 Règlement portant

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : C. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2013 TSSDA 7 Appel No : 2013-0063 ENTRE : C. B. et Appelante Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N : 2014-033 DÉCISION N : 2014-033-007 DATE : Le 25 février 2015 EN PRÉSENCE DE: MEJEANPIERRE CRISTEL AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE 1 CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE La codification administrative comprend le texte du règlement d origine,

Plus en détail

Réintégrer son logement

Réintégrer son logement Accès au logement interdit illégalement Mon locateur peut-il m empêcher d entrer dans Aux termes de la loi, qui peut m obliger à quitter mon logement? Il est illégal pour votre locateur de vous empêcher

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail