UQAM Négligence aux résidences : j'ai une punaise qui ne veut pas mourir P.4

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UQAM Négligence aux résidences : j'ai une punaise qui ne veut pas mourir P.4"

Transcription

1 UQAM Négligence aux résidences : j'ai une punaise qui ne veut pas mourir P.4 Société S'approprier l'histoire canadienne dans les musées : dérives idéologiques à prévoir? P.5

2 Mots tabous Montée de lait On entre en journalisme comme on entre en religion. Par rêve d incarner le prochain Alain Gravel ou la prochaine Michèle Ouimet, des centaines de jeunes ou moins jeunes appliquent au programme de journalisme de l UQAM. Parmi eux, quelque 60 s embarquent dans une folle aventure où la passion de l information côtoie la rigueur, la critique, l euphorie et la déception. Bien au centre des principaux médias d information du Québec, l UQAM voit passer les «communicateurs» de demain. En attendant la Mecque radio-canadienne, les micros de radio ont droit aux larmes des plus gênés, alors que les salles de montage voient venir des insomniaques armés de sandwichs du Vua. Les premiers articles écrits, eux, saignent à l encre rouge des professeurs découragés. Mais certains nouveaux journaleux osent s aventurer sur la rue Sainte-Catherine, dans un pavillon uqamien méconnu caché entre un sex shop et le chapelier Henri Henri. Guidés par l odeur du café et des beignes, ils se rendront jusqu au très chic V Certains n y verront qu une salle de rédaction bordélique avec des chefs de pupitre cernés. Les autres y vivront pendant toute la durée de leur baccalauréat. Ces personnes sont Michel Venne, Hugo Dumas, Alexandre Pratt, Sophie Thibault, Bruno Bisson, Brian Myles, Isabelle Hachey, Alexandre Sirois, Manon Cornellier, Noémi Mercier, Judith Lachapelle, Vincent Marissal, Nathalie Collard, Lisa-Marie Gervais et ô combien d autres. Depuis bientôt 32 ans, des centaines de journalistes ont osé le Montréal Campus avant de braver la tempête médiatique des grands quotidiens. Depuis bientôt 32 ans, le journal indépendant de l UQAM navigue à contre-courant de l administration, qui nous a habitués à des cachoteries et à des scandales. Depuis bientôt 32 ans, l UQAM peut se targuer de former d excellents journalistes francophones. Le Montréal Campus a toujours été un pilier du journalisme étudiant indépendant. Qu on se le dise : le monde des médias est en crise. Il converge vers le web, vers le médium-qui-ne-coûtera-pas-cher. Là où le bât blesse, c est que le Montréal Campus est un journal universitaire. En bref Dans une université qui se vante abondamment de son programme de communications. Entre vous et moi, un programme de journalisme reconnu à travers la province sans journal, ça fait dur. Ça fait petit. Des petits moyens pour des petites ambitions. C est ça, l effet UQAM? Nous fonctionnons au ralenti. Nous imprimons des journaux de huit pages du jamais vu tout en tentant d aborder les problématiques étudiantes. Nous voulons innover, pousser l expérience journalistique plus loin pour toute la communauté uqamienne. Or, nous avons les mains liées. C est un retour en arrière inacceptable pour ce journal qui n a cessé de croitre et de se développer depuis L UQAM, elle, ne voit en cette institution qu un groupe étudiant qui ne devrait pas déranger. Récemment, le rectorat a signifié que le Montréal Campus devait se mettre en veilleuse en attendant une possible cotisation étudiante. Aucun souci de l indépendance journalistique qui a formé notre réputation. Merci, bonsoir. Heureusement, les journalistes sont des têtes de cochon. Quand la menace de ne plus imprimer notre journal me guette, je me remémore les mots de l ex-rédacteur en chef Naël Shiab, à l occasion de notre 30 e anniversaire : «Montréal Campus est notre Étoile du Nord et les boussoles de nos cœurs pointeront toujours vers lui. Comme eux, quand je laisserai le gouvernail à un autre, je ne pourrai cacher ma rage, ma frustration. Car je quitterai alors un grand navire voué à l exploration et aussi libre que l air, dans un monde où les idéaux semblent échoués sur une île déserte. Mais je poserai pied à terre le cœur serein. Les rêves ne vieillissent ni ne meurent, et il y aura toujours une relève passionnée pour faire de Montréal Campus le vaisseau amiral des journaux étudiants.» Catherine Lévesque Rédactrice en chef À la une Inspiration artistique en région Bivouac éloigné du tumulte des grandes villes pour certains, création zen pour d autres, les campagnes attirent les artistes en quête d inspiration. 4 Sommaire UQAM Traitement des punaises de lit dans les résidences de l UQAM Aux prises avec d indésirables colocataires, des habitants des résidences quittent devant le laisser-aller des responsables. Société L histoire canadienne prise à «parti» Sur le portail d accueil du Musée canadien des civilisations, la reine vous fait son traditionnel salut de la main, insouciante. À Ottawa les partis d opposition accusent d une poigne beaucoup plus ferme l appropriation idéologique du patrimoine canadien. 7 5 W W W. M O N T R E A L C A M P U S. C A TÉLÉPHONE: L instance décisionnelle de Montréal Campus est la société des rédacteurs (SDR). Pour en faire partie, il faut avoir collaboré à trois numéros ou être membre du personnel régulier. Volume XXXIII, numéro 6 / 7 novembre 2012 RÉDACTEUR EN CHEF / Catherine Lévesque - CHEFS DE PUPITRE / UQAM / Étienne Dupuis - SOCIÉTÉ / Émilie Bergeron - CULTURE / Audrey Desrochers - WEB / Sandrine Champigny - STAGIAIRE / Laura Pelletier B. - GRAPHISME DE LA UNE / Gabriel Pelletier / CONTRÔLEUSE FINANCIÈRE / Jessica Pomerleau - GRAPHISME ET MONTAGE / Fleur de lysée design graphique - PHOTOGRAPHIE / Vincent Champoux - ILLUSTRATIONS / Cloé Létourneau + Dominique Morin - PHOTOGRAPHIE DE LA UNE / Daphné Caron - IMPRESSION / Payette et Simms - Ont collaboré à ce numéro / Marie-Ange Zibi + Isabelle L Héritier + Simon Dansereau + Sébastien Ruiz + Catherine Query. PUBLI CITÉ / Étienne Gagnon-Lalonde: Prochaine parution: 21 novembre 2012 Dépot Légal: Bibliothèque nationale du Québec - Bibliothèque nationale du Canada Montréal Campus est publié par les éditions Montréal Camping Inc. C.P succ. Centre-Ville, Montréal (QUEBEC) H3C 3P8 Téléphone: / Télécopieur: Courriel: / Internet: Toutes les personnes intéressées à participer à la production du journal Montréal Campus sont invitées à se présenter au local du journal (V-1380), au pavillon V, 209 rue Sainte-Catherine Est, ou encore à se manifester par téléphone au Un nouveau site web santé pour l UQAM Audrey Neveu Désireuse de mettre de l avant sa contribution dans le domaine de la santé, l UQAM a lancé le tout nouveau site web sante.uqam.ca. Grâce à ce portail web, l UQAM espère non seulement attirer de futurs étudiants, mais aussi des chercheurs de tous les domaines liés à la santé. D autres facettes moins connues du domaine uqamien de la santé seront mises de l avant, comme le Centre de recherche sur la communication et la santé. «On peut dire que la santé était méconnue à l UQAM, explique le vice-recteur à la recherche et à la création, Yves Mauffette. Ce site nous permet de diffuser et promouvoir la santé, tout en informant le public par rapport à la formation qui est donnée chez nous.» «L UQAM apporte une contribution notable en santé, que ce soit dans les aspects biomédicaux, mais aussi ce qu on appelle les déterminants socioéconomiques», poursuit la directrice de la promotion institutionnelle, Nathalie Benoît. Bien qu elle ne possède pas de faculté de médecine comme McGill ou l Université de Montréal, l UQAM se démarque en misant sur une approche préventive de la médecine. Son département de psychologie est d ailleurs le plus grand du Québec, avec ses 70 professeurs, continue Yves Mauffette. Cette volonté de se faire plus visible ne veut pas nécessairement dire de nouveaux cours à l horaire pour les futurs étudiants, mais signifie sûrement une mise en valeur de ceux-ci. Un tout nouveau doctorat en santé et société unique en son genre a d ailleurs été mis de l avant l an dernier. La maîtrise et le doctorat en sexologie sont également des particularités de l Université du peuple. Au final, la direction de l UQAM est très enthousiaste vis-à-vis de ce projet qu elle qualifie de vivant. «Le retour de l intérêt est très grand, on découvre quelque chose. C est comme un secret gardé qu il y avait de santé qui se faisait à l UQAM», conclut Yves Mauffette, souriant. À vos moustaches, messieurs! Maxime Van Houtte L UQAM délaisse le rasoir ce mois-ci, alors que plusieurs équipes se laissent prendre au jeu du «Movember». Pour y participer, rien de plus simple. Il suffit simplement de se laisser pousser une moustache pour le mois en entier. L objectif de ce boycott du rasoir? Amasser des fonds et accroître la visibilité auprès du public de la santé des hommes en général, du cancer aux maladies mentales. Depuis sa création en 2003, le mouvement «Movember» a pris une envergure impressionnante. À l UQAM, plusieurs facultés ont même monté leur propre équipe pour prendre part à la campagne. C est le cas, notamment, des facultés de communication et de droit. Alors que cette dernière compte près de 120 membres sur sa page Facebook «Movember droit UQAM», l équipe de la faculté de communication s est donné comme objectif d amasser $. Pour Olivier Morneau, étudiant en journalisme qui participe à l événement pour une deuxième année consécutive, le «Movember» représente à la fois une façon originale et amusante d amasser des fonds pour une bonne cause. «On est en Les téléthons, les campagnes traditionnelles, c est dépassé. On a du plaisir à se faire une moustache, c est encore mieux en groupe parce qu on peut s encourager entre nous. Et malgré ce qu elles disent, on sait que les filles aiment ça», ajoute l étudiant dont le but personnel est de battre le montant de 250 $ qu il a recueilli l an dernier. Bien que le mouvement du «Movember» soit maintenant reconnu, ses origines le sont bien moins. Les premiers à avoir eu l idée de ce concept ludique provenaient d Australie. Mais c est un autre groupe, toujours Australien, qui a fait du mouvement «Movember» ce qu il est devenu aujourd hui, en voulant remettre la moustache en vogue. L évènement créé en 2003 rassemblait 30 participants, qui se sont laissé pousser la moustache pour trente jours. À l époque, aucun don n avait été recueilli. C est ce groupe qui deviendra, l année suivante le «Movember Foundation Charity» qui est à la base du mouvement mondial. Petites annonces LES VACANCES GRATUITES, C EST POSSIBLE! Réunissez un groupe d amis et de collègues pour assister à une activité culturelle ou sportive, prendre part à une réunion de famille, fêter la relâche scolaire ou simplement partir en excursion! Appelez-nous pour les détails! Corail Bleu 6293 rue St-Hubert, Montréal Titulaire d un permis du Québec 2 Montréal Campus 7 novembre 2012

3 UQAM Chargés de cours en situation précaire D un nid à l autre Laura Pelletier B. Des chargés de cours universitaires font le pied de grue pour obtenir un poste. Plusieurs migrent finalement vers les Cégeps et les écoles secondaires pour joindre les deux bouts. Le jeudi soir, Agathe Roman enseigne à l UQAM un cours d initiation à la langue grecque. L année dernière, la chargée de cours a donné des cours simultanément à l UQAM, à l Université McGill et à l Université de Montréal (UdeM) pour réussir à vivre de l enseignement. Cette session, elle a obtetnu un contrat d enseignement plus stable dans une école secondaire privée de Montréal, ne lui laissant qu une soirée hebdomadaire pour s adonner à sa passion pour les études anciennes. Avec les postes d enseignants permanents restreints qui s ouvrent dans les universités, plusieurs chargés de cours s envolent vers des classes plus jeunes. Les chargés de cours de certains domaines ont de la difficulté à obtenir un poste régulier, et ce, même après des années d expérience. «L UQAM a tendance, depuis quelques années, à embaucher des chargés de cours plutôt que d ouvrir des postes permanents d enseignants», observe l ex-chargé de cours à l École des médias, Éric Martin. Ce département, qui «Ça serait le fun de choisir l université où on veut enseigner selon nos convictions, mais la situation des chargés de cours universitaires est tellement précaire qu on va là où il y a des postes disponibles.» Éric Martin, professeur au Cégep Édouard-Monpetit compte 35 professeurs et une centaine de chargés de cours, n ouvrira en effet que trois postes réguliers po ur l année «À l UQAM, j enseignais un seul cours par session. J ai eu la chance d être embauché par le Département de philosophie du Collège Édouard- Montpetit, où je donne cinq cours», affirme Éric Martin. Il a rapidement compris qu il est rare qu un pédagogue choisisse l endroit où il va travailler. «Ça serait le fun de choisir l université où on veut enseigner selon nos convictions, mais la situation des chargés de cours universitaires est tellement précaire qu on va là où il y a des postes disponibles.» Si les départements d histoire et de linguistique des universités francophones sont aussi touchés par ce gel de postes réguliers, l École des sciences de la gestion de l UQAM (ESG) va à contrecourant de la tendance. Environ 100 professeurs y ont été engagés depuis trois ans. «C était une des revendications de la grève des enseignants de 2009», explique le professeur au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l UQAM, René Audet. La convention collective des professeurs de l ESG prévoit en effet l embauche de 145 nouveaux professeurs jusqu en Il ajoute que cette école qui accueille le tiers de tous les étudiants de l UQAM est en pleine croissance et a une très bonne réputation, ce qui incite l ouverture de postes réguliers d enseignants. Son collègue Raoul Graf, professeur au Département de marketing, justifie l ouverture de nombreux postes par un ratio élèves-professeur trop élevé. Trop éduqués Beaucoup de doctorants dont les finances battent de l aile misent sur le collégial pour retrouver l équilibre. Les emplois permanents n y sont pas plus disponibles que dans les universités, selon Éric Martin, mais les chances d obtenir un contrat dans un Cégep sont plus nombreuses. Trouver un emploi au collégial lorsqu on n y a pas de contact est toutefois très difficile, nuance la chargée de cours à l UQAM en histoire de l Antiquité et en latin, Hélène Leclerc. «J ai postulé quelques fois au collégial, mais je n y connaissais personne. Je n ai jamais été rappelée.» Elle soupçonne que son doctorat y est aussi pour quelque chose. «Les doctorants coûtent trop cher aux institutions collégiales.» Ceux qui détiennent une formation psychopédagogique présentent aussi leur candidature à des écoles secondaires, où la détention d un doctorat ne semble pas freiner l embauche. «C est un hasard si aucun de nos professeurs ne détient un doctorat», mentionne l adjointe aux ressources humaines du Collège Mont-Saint-Louis, Sylvie Dorion. À la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, où 21 enseignants sur possèdent un doctorat, on ne limite pas non plus l embauche de érudits. «On parle d une différence de salaire d environ $ entre les professeurs ayant une maîtrise et ceux ayant un doctorat, indique le porte-parole Jean- Michel Nahas. Sur un budget de 400 millions de dollars, ce n est qu une goutte d eau.» À ses yeux, détenir un doctorat est même avantageux dans les secteurs spécialisés comme l enseignement de l anglais et de la musique. Professeurs nomades Certains spécialistes arrivent tout de même à cumuler assez de charge de cours pour avoir un salaire décent. Le professeur d histoire Warren Wilson procède ainsi depuis 20 ans. «Je «J ai postulé quelques fois au collégial, mais je n y connaissais personne. Je n ai jamais été rappelée.» Hélène Leclerc, chargée de cours à l UQAM suis chargé de cours à Concordia depuis 1986 et à l UQAM depuis 1992.» Sur son vélo, il pédale à toute vitesse entre les deux institutions pour arriver à temps à ses cours. «C est arrivé juste une fois qu il pleuvait et que je suis arrivé trempé en classe!» lancet-il en ricanant. Entre les murs bruns de l Université du peuple, Agathe Roman se promène d un étudiant à un autre pour répondre aux questions. Alors qu elle enseigne au secondaire le jour, son cours de soir à l UQAM, lui, est sa dernière attache à l enseignement de la langue grecque. En bref Benedetti contre le SCCUQ, prise trois Par Camille Carpentier Pour la troisième fois en deux ans, un jugement a condamné le syndicat des chargés de cours de l UQAM (SCCUQ) pour préjudice moral causé à un de ses anciens membres. Il y a quelques semaines, l exécutif du syndicat a balayé les mesures de redressement formulées par la Commission des droits de la personne et de la jeunesse (CDPDJ). Toutefois, la saga pourrait trouver son dénouement, permettant à l ancien chargé de cours de l UQAM, Claudio Benedetti, impliqué dans ce bras de fer juridique avec le SCCUQ, d obtenir gain de cause. À la suite d une plainte pour propos discriminatoires déposée par Claudio Benedetti le 25 janvier 2010 contre le syndicat et l agent de relations de travail, Jean-François Tremblay, la Commission des droits de la personne et de la jeunesse la CDPDJ avait énoncé à l intention du syndicat des mesures de redressement qui incluaient, a-t-on appris de bonne source, un «montant punitif». Elles ont été rejetées par le SCCUQ le 12 octobre dernier. Le syndicat a cependant fait volte-face il y a quelques jours. Au moment de mettre sous presse, les procureurs des deux parties étaient en négociation pour trouver une entente hors-cours. Lié au SCCUQ par un accord de confidentialité, Claudio Benedetti s est gardé de tout commentaires sur les derniers développements. De son côté, la vice-présidente à l information du syndicat Marjolaine Béland assurait qu une entente aurait eu lieu et était en attente d officialisation. Joint au téléphone la semaine dernière, Claudio Benedetti ignorait alors les derniers développements de l affaire. Contrairement à ce qu affirmait le SCCUQ, il n avait pas été mis au courant de la nouvelle position du syndicat et c est le Montréal Campus qui l en a informé. Marjolaine Béland justifie ce changement de cap par de nouvelles informations de nature juridique transmises par la commission le 19 octobre dernier et qui n avaient par été prises en compte lors de la première décision. Le comité exécutif se garde toutefois d émettre davantage de commentaires sur le dossier dit confidentiel. Claudio Benedetti a été scandalisé lorsque son ancien syndicat avait refusé de satisfaire aux recommandations de la CDPDJ. «Le dédommagement monétaire recommandé était minime», affirme l ingénieur de formation qui reste prudent dans ses commentaires. Après quatre ans de procédures judiciaires, il ne s étonnait plus que le conflit dure encore. À ses yeux, le SCCUQ faisait délibérément traîner le dossier. «Ils espèrent qu avec l âge je jette la serviette, mais il n en est pas question!», s indigne-t-il. Si les négociations échouent à nouveau, la CDPDJ a le pouvoir, si elle le juge nécessaire, de traîner la cause devant le Tribunal des droits de la personne. Rappelons que Claudio Benedetti avait porté plainte à la CDPDJ suite à des propos inappropriés concernant ses origines italiennes tenus à son endroit par l agent de relations de travail du SCCUQ Jean-François Tremblay. L UQAM menaçait alors de le renvoyer suite à des informations erronées dans sa déclaration de statut d emploi. Lors d une rencontre avec Jean-François Tremblay le 2 juillet 2009, le conseiller a usé de sarcasme en lui demandant s il connaissait Tony Accurso et en abordant la polémique des compteurs d eau, car Claudio Benedetti était aussi conseiller à la Ville de Brossard. Mis à la porte de l UQAM quelques jours plus tard après 27 années de service, Claudio Benedetti se promet de tout faire pour que justice lui soit rendue. Il s empresse de traîner son syndicat devant la Commission des relations du travail, puis le SCCUQ porte le jugement en Cour supérieure. Dans les deux cas, les tribunaux, indépendants l un de l autre, ont jugé les propos de Jean-François Tremblay inacceptables. Aujourd hui, l affaire concernant son renvoi est en attente d un jugement en Cour d appel. 7 novembre 2012 Montréal Campus 3

4 UQAM Traitement des punaises de lit dans les résidences de l UQAM Cauchemar à six pattes Laura Pelletier B. Aux prises avec d indésirables colocataires, des habitants des résidences quittent devant le laisser-aller des responsables. Chaude soirée d août. Jean- Philippe Barrière se lance dans le grand ménage de sa chambre des résidences de l UQAM, rue Sanguinet. Sous son lit, il remarque d étranges petites bestioles à longues pattes. Les démangeaisons qui le tracassent depuis quelque temps s expliquent alors; des punaises de lit occupent la pièce. Malgré la visite prompte d un exterminateur chez Jean-Philippe, le problème persiste. Les responsables des résidences uqamiennes surveillent peu le déroulement des opérations d extermination, laissant place au laxisme. «Il avait l air pressé, constate Jean-Philippe, en parlant de l expert de la compagnie Steritech qui lui a rendu visite le 17 août dernier. Quelques minutes après être entré, il s est plaint que la chambre n était pas prête.» L uqamien n a pas reçu de directives claires sur la façon dont il devait préparer son logement au passage du spécialiste. «Walid Adhieb, le concierge à ce moment-là, m avait dit de ne pas m énerver et de passer l aspirateur. Je n ai pas eu d autres indications.» Organiser son logement en vue d un traitement demande pourtant beaucoup plus que cela, précise le spécialiste en gestion parasitaire et président des entreprises Extermination Maheu, Harold Leavey. «Tous les meubles doivent être vidés. Les vêtements et la literie doivent être lavés, puis mis dans des sacs hermétiquement fermés.» Après avoir lancé sa remarque, l exterminateur asperge en partie la chambre de Jean- Philippe. Il inspecte les deux autres chambres du logement, sans y faire de traitement. Deux jours plus tard, c est avec dégoût que Vincent *, un autre résident de l appartement, fait la connaissance des bestioles dans la salle de bain et dans son lit, dont les draps sont tachés de sang. L histoire de Jean-Philippe est un cas isolé, aux yeux du directeur du Service des entreprises auxiliaires de l UQAM, André Robitaille. «Règle générale, l entreprise traite toutes les chambres d un logement et les appartements voisins.» L administration des résidences fait pleinement confiance aux exterminateurs pour prendre cette décision, ajoute-t-il. André Robitaille n est toutefois pas témoin des opérations. Il s occupe de la signature des contrats entre l UQAM et les entreprises. «Lorsqu on croit qu il y a un problème, on fait une petite enquête dans le bâtiment», indique-t-il. Le concierge et les exterminateurs sont donc seuls à gérer la situation. Le directeur général québécois de la compagnie Steritech, en charge de l extermination aux résidences, Michel Rochon, n a pas voulu répondre aux questions du Montréal Campus concernant les méthodes de travail de ses experts. Selon la plupart des entreprises d extermination, il faut traiter tous les appartements adjacents à celui qui est infecté, puisque les punaises de lit passent à travers les murs. Tous les étages d une bâtisse doivent être vérifiées, parce que les étudiants se côtoient tous dans la buanderie commune, expose l expert Harold Leavey. Ne traiter qu une chambre à la fois ne fait que déplacer le problème, précise-t-il. «Les punaises qui survivent fuient le produit chimique. Elles migrent dans les pièces qui n ont pas été traitées.» C est peut-être pour cette raison que Vincent a trouvé des punaises de lit ailleurs dans l appartement quelques jours après le passage de l exterminateur, estime-t-il. Il est aussi probable que des punaises déjà présentes dans sa chambre se soient reproduites. Au bout du rouleau Las de partager son lit avec des bestioles aux tendances vampiriques, Jean-Philippe déménage chez ses parents de manière précipitée. Il n a pas revu de punaises de lit depuis. Le 1 er septembre, l ancien concierge, Walid Adhieb, intercepte son ex-colocataire, Vincent. L employé l informe que son appartement devait être vide avant le 4 septembre, date de la prochaine visite de l exterminateur. L étudiant n a plus rencontré ces visiteurs indésirables dans l appartement après le traitement, mais il en remarque parfois dans le corridor de son étage. Il a rompu son bail à la mi-septembre. Deux autres étudiants habitent maintenant dans les anciennes chambres de Vincent et de Jean-Philippe. Un des nouveaux locataires, arrivé dans la semaine du 24 septembre, affirme ne pas avoir vu de punaises de lit à ce jour. Questionné quant à la façon de préparer une chambre à la venue d un exterminateur, le nouveau concierge Marouene Chebi se contente d un conseil. Selon lui, l étudiant n a qu à passer l aspirateur. *nom fictif Illustration: Dominique Morin Le SCCUQ a des réponses à vos besoins L histoire a de quoi désillusionner le plus fervent des syndicalistes. Elle débute en Un ancien chargé de cours de l UQAM se fait montrer la porte de sortie par l Université parce qu il a fait une erreur dans sa déclaration d emploi. L enseignant en question, Claudio Benedetti, surpris, se tourne vers le Syndicat des chargés de cours de l Université du Québec à Montréal (SCCUQ) pour contester la décision. Jusque-là ne devait se dessiner qu une anodine bataille entre syndicat et employeur (voir texte p.3). Le tableau peint par la suite, d un illogisme déconcertant, est pourtant bien sombre. En quête de conseils auprès de son syndicat, Claudio Benedetti ne récolte que du sarcasme et du racisme. L agent de relations de travail du SCCUQ, Jean-François Tremblay, interpellé par Claudio Benedetti, associe de façon mesquine les origines italiennes de l ancien chargé de cours à l entrepreneur en construction Tony Accurso. «Le SCCUQ donne des réponses à vos besoins.» Le slogan de l association professionnelle ne pourrait être plus éloquent. Jean-François Tremblay a reconnu avoir fait de telles «blagues». Dans un premier jugement de la Commission des relations du travail, le juge Benoît Monette avait condamné les paroles discriminatoires de l agent du SCCUQ et avait, entres autres, sommé le syndicat à verser $ en mesures réparatrices au plaignant. Devant l aveu de culpabilité de son employé et le jugement de la Commission des relations du travail, on se serait attendu à ce que le SCCUQ accède à la demande du juge et tente de limiter l écho de l histoire. Un agent syndical coupable de discrimination raciale envers un de ses membres, ce n est jamais très glorieux. Eh bien non! Le syndicat, sans consulter sa base, a contesté la décision devant la Cour supérieure, qui a débouté le jugement Monette, mais a tout de même reconnu le préjudice moral qui avait été porté à l ancien chargé de cours de l UQAM. Claudio Benedetti a également déposé une plainte contre les propos tenus par Jean-François Tremblay devant la Commission des droits de la personne (CDPDJ). La commission a récemment rendu sa décision. Si le jugement est confidentiel, le Montréal Campus a appris de source sûre qu il contiendrait un montant punitif. En clair, cela signifie qu une troisième instance vient de taper sur les doigts du SCCUQ depuis le début de la saga. Rien de nature à accabler l exécutif du syndicat qui a signifié dans une lettre envoyée à Claudio Benedetti qu il rejetait les mesures réparatrices formulées dans le jugement. Le SCCUQ n est donc soit pas très habile dans l art de la subtilité ou tente délibérément d étirer l affaire pour essouffler Benedetti. Guidé par la ténacité du légionnaire romain - sûrement dû à son sang! -, Claudio Benedetti n a nullement l intention d enterrer la hache de guerre. «Ils espèrent qu avec l âge je jette la serviette, mais il n en est pas question!» a-t-il lancé en entrevue avec notre journaliste. Ces paroles sont peut-être parvenues jusqu aux oreilles des bonzes du SCCUQ, à moins que ce ne soit la perspective d une quatrième condamnation annoncée devant le tribunal des droits de la personne, puisqu ils ont décidé de faire volteface il y a quelques jours. Leurs procureurs seraient maintenant en discussion avec ceux de la CDPDJ pour une entente à l amiable. Tout cet entêtement pour finalement s avouer coupable? En fin de compte, ce sont les membres du SCCUQ qui, à même leurs cotisations, auront payé pour l erreur d un de leur collègue et l entêtement d un exécutif borné. Mais Esprit de clocher Le SCCUQ a réponse à vos besoins. Étienne Dupuis Chef de pupitre UQAM 4 Montréal Campus 7 novembre 2012

5 Fahrenheit 451 Méfaits divers À 21 ans, un jeune travailleur peut déjà commencer à en avoir marre d accepter des petites jobines, «temporairement», pour pouvoir payer son loyer, ses études et ses quelques autres modiques dépenses. S il est légitime pour un jeune dans la vingtaine de restreindre ses critères de sélection dans une recherche d emploi, ce l est d autant plus pour un travailleur dans la quarantaine qui vient de perdre son boulot. Dans la foulée du titanesque projet C-38 du gouvernement Harper, les réformes de l assurance-emploi pourraient bien voir des chômeurs forcés d accepter n importe quelle offre d emploi dont le salaire représente 70 % de leurs revenus antérieurs. Pour bénéficier des prestations d assurance-emploi, un citoyen devra faire état de ses démarches actives, à concurrence d au moins deux tentatives par jour, cinq jours semaine, dans sa recherche d emploi. C est ridicule. C est sûr que plus ça va et plus il s éloigne de ses critères de recherche initiaux simplement pour rendre des comptes au gouvernement. Et qu en est-il des travailleurs saisonniers des industries maraîchères, des pêcheries et du tourisme? Ils iront flipper une couple de burgers 5 mois par année? Ce qui me happe au plus haut point, c est que de plus en plus d hommes et de femmes de 55 ans et plus, qui n ont pas passé leur vie à chômer allègrement, paresseusement, se retrouvent dans la rue. Ils perdent tardivement leur emploi et, vieillissant, n arrivent pas à en trouver un autre. Sans l espoir de percevoir des rentes, leur retraite se passe à la rue. *** Au moment d écrire ces lignes, dans moins de 24h, le monde entier saura qui sera le nouveau calife, le nouveau pilote, le nouveau père de la patrie. Le monde entier saura qui de Romney ou d Obama sera président des États-Unis. Imaginons deux secondes attention cœurs sensibles s abstenir que Mitt Romney soit élu. Ma première réaction sera d abord la même, sinon pire, que lorsque Harper a été réélu majoritaire. Je vais plus que tomber en bas de ma chaise, je vais littéralement me pitcher du haut de ses quatre pattes. Le lendemain matin, je me réveillerai dans un monde où la piredystopie de Ray Bradbury a déjà commencé dans mon innocent sommeil. J espérerai me réveiller d un long et pénible cauchemar au cours duquel le sort de la planète a basculé dans les mains d un horrible prophète, pour me pincer, pensant rêver encore, puis me rendre à la triste évidence. Si Romney est élu, on peut s attendre à ce qu on retourne à la même logique selon laquelle les systèmes de réglementations en matière d économie, d environnement, you name it, seront assouplis dans les intérêts des grandes entreprises de ce monde. La même pensée magique selon laquelle pour essuyer les difficultés que connaît l industrie de l automobile en Ohio, notamment, il ne faudrait pas intervenir comme Obama l a fait, mais plutôt laisser agir les lois du marché, laisser GM faire faillite pour qu elle renaisse miraculeusement de ses cendres. Tu me niaises-tu là? Bref, j espère vraiment que les électeurs de ce swing state n auront pas voté aveuglément en fonction de cette sainteté de logique de spéculations. La même qui a fait basculer les États-Unis et la terre entière, un coup parti, dans la pire récession depuis les années 30. *** Fahrenheit 451 est paru en 1955 et imaginait le pire de ce que la science-fiction pouvait prédire. Des fois je me dis que j exagère, mais d autres fois je me dis qu on n en est pas si loin. Si Mitt Romney remporte les présidentielles, on peut déjà se préparer à cacher nos livres pour qu ils ne passent pas au feu. Émilie Bergeron Chef de pupitre Société L histoire canadienne prise à «parti» Les modifications du nom et de la mission du Musée canadien des civilisations, annoncées par le gouvernement Harper en octobre dernier, ont ramené à l avant-scène la question du traitement de l histoire dans nos musées. Alors que la communauté muséale a prudemment applaudi l annonce, les partis d opposition à Ottawa ont vertement critiqué la décision des Conservateurs. La volonté du gouvernement de vouloir célébrer la guerre de 1812 et le jubilé de la reine n ont fait qu amplifier leurs craintes d ingérence gouvernementale dans les affaires muséales. Selon eux, le gouvernement se servira du nouveau musée pour présenter une vision partisane de l histoire canadienne. Pour les partis d opposition, cette décision s est prise sans démarches consultatives et sert des intérêts politiques. Pour le chef du Bloc québécois Daniel Paillé, le processus consultatif initié par les Conservateurs n est que mascarade. «Les Conservateurs ne nous ont pas habitués aux consultations. La tournée pan canadienne de consultation et le site Internet qui va avec sont plus un amuse-gueule qu autre chose.» Le député libéral de Westmount-Ville-Marie, Marc Garneau, dénonce quant à lui l ingérence du gouvernement canadien dans la transmission de l histoire. «Le gouvernement veut contrôler le message en s ingérant dans un endroit où il n a pas d affaires», soutient-il. Selon lui, il est légitime de modifier un musée en fonction des évolutions de la société, mais il pense que les Conservateurs vont trop loin en lui donnant une vocation exclusivement historique. Pour le député, ces changements occasionneront en outre des dépenses inutiles pour les contribuables. Le professeur d histoire au Cégep du Vieux Montréal et à l UQAM Gilles Laporte, qualifie de «procès d intention» les inquiétudes exprimées parmi les partis d opposition sur la présence anticipée de plus de monarchie et de militarisme dans le nouveau musée. «Cerner le nationalisme de Harper uniquement selon ces deux éléments est trop simpliste», prétend-il. Il pense que l aspect militaire restera au Musée de la guerre et n investira pas en masse le nouveau musée d histoire. Quant aux symboles monarchiques, leur considération sera marginale, avance-t-il. Le chef du Bloc québécois, Daniel Paillé se défend de faire un procès d intention aux Conservateurs. La décision de changer le nom du Musée canadien des civilisations, qui jouissait déjà d une grande popularité, survient selon lui dans une logique idéologique inquiétante. «Les dépenses entourant la promotion de la guerre de 1812, les faits tronqués qu ils y ont présentés, le remplacement des tableaux de Pellan au Ministère des affaires étrangères par des portraits de la reine font qu on se pose beaucoup de questions sur le genre d histoire qu ils vont y mettre.» «Un musée c est toujours un projet idéologique», tranche pour sa part le professeur de science politique au Collège Jean-de- Brébeuf, Jano Bourgeois. «Les Conservateurs s approprient l histoire pour construire l imaginaire national», poursuit-il. SOCIÉTÉ Musées sous surveillance Simon Dansereau Sur le portail d accueil du Musée canadien des civilisations, la reine vous fait son traditionnel salut de la main, insouciante. À Ottawa les partis d opposition accusent d une poigne beaucoup plus ferme l appropriation idéologique du patrimoine canadien. Gilles Laporte abonde dans le même sens. Pour l historien, les Conservateurs cherchent à parler de l expérience canadienne avec des valeurs positives, en puisant dans le passé «Un musée c est toujours un projet idéologique. Les Conservateurs s approprient l histoire pour construire l imaginaire national» -Jano Bourgeois, professeur de science politique au Collège Jean-de-Brébeuf pionnier et les conquêtes du pays, sans se préoccuper du Québec, pour aller chercher une base citoyenne et susciter sa fierté canadienne. À ses yeux, le changement de mission du musée est le résultat direct de cette nouvelle approche. Deux solitudes, deux visions opposées L utilisation du mot «civilisation» dans l appellation du Musée canadien des civilisations plaçait l histoire nationale dans une perspective multiculturelle selon Gilles Laporte. Le changement pour le mot «histoire» vient revaloriser l appartenance canadienne. «En ce sens, je ne peux qu applaudir pour le Canada», soulignet-il. Il souhaite par ailleurs que le Québec se recentre, sur sa propre histoire, à l image de ce que fait le Canada. «La muséologie québécoise et canadienne fonctionne depuis trente ans selon ce paradigme multiculturel», affirme Gilles Laporte. À travers les expositions, on fait des portraits de gens d une communauté en occultant la dimension collective et nationale de l événement. Il cite le Musée Pointeà-Callière et le Musée de la civilisation de Québec qui fonctionnent beaucoup selon cette façon de faire. Les muséologues sont attachés idéologiquement à la façon multiculturelle de traiter l histoire. Toutefois, ils sont réticents à critiquer le changement de nom du Musée des civilisations, puisqu ils dépendent financièrement du gouvernement. Le professeur d histoire à l UQAM et à l Université de Montréal, Michel Sarra-Bournet, reconnaît que ce changement de paradigme dans la vision de l identité et de l histoire canadienne donne une nouvelle direction au musée, mais ne s en inquiète pas outre-mesure. «Je ne crois pas que ce soit un foyer de propagande, car le musée est indépendant. Il n y aura pas de contrôle du contenu comme il y a eu avec la promotion de la guerre de 1812 et avec les portraits de la reine au ministère des Affaires étrangères.» Une nouvelle image de l identité canadienne à l international La volonté des Conservateurs de se réapproprier l imaginaire collectif, la «canadiennité» en repensant le mandat du Musée des civilisations s exprime aussi dans le nouveau passeport présenté dernièrement, selon la professeure adjointe à l École des études canadiennes de l Université Carleton, Anne Trépanier. «Le lien avec le nouveau passeport est intéressant, car il témoigne aussi de la même volonté des conservateurs de refonder les institutions, l histoire et la géographie du Canada. On y retrouve un ensemble des éléments canadiens unificateurs, comme entre autres les trois symboles autochtones, la ville de Québec, les Chutes Niagara, le Bluenose et l ancien premier ministre Laurier, pour ne nommer que ceux-là», mentionne-t-elle. 7 novembre 2012 Montréal Campus 5

6 CU LT U RE Inspiration artistique en région Création champêtre Isabelle L Héritier Bivouac éloigné du tumulte des grandes villes pour certains, création zen pour d autres, les campagnes attirent les artistes en quête d inspiration. Un pied en ville et l autre en campagne, Yann Perreau retrouve le calme après la tempête. Après les séries de spectacles et les tournées de bars, il revient aux effluves de la forêt et des grands espaces de Saint- Liguori. «L avantage c est le silence, le calme de la rivière», estime-t-il. Que ce soit pour composer ou pour enregistrer, un nombre croissant de musiciens québécois plie bagage pour aller faire le plein dans le calme paisible de la campagne. Le conteur Fred Pellerin croit que cet éloignement est nécessaire et permet de focaliser sur la musique. «Juste pour sortir de la routine. Se concentrer complètement sur une chose. En ville, je finirais au resto ou assis dans un théâtre! Dans le bois, il n y a rien. Ou tout. Mais dans le sens de ce qu il faut», confie celui qui est originaire de Saint-Élie-de- Caxton. Il avoue que dans l industrie musicale, les moments où il est possible de créer sans se faire déranger par des coups de téléphone ou des visiteurs se font rares. Selon lui, il est nécessaire de s isoler des grands centres urbains pour se concentrer à 100 % sur un projet. «Pour moi, il est naturel de ne pas courir après la ville. Je penche naturellement vers le village, là où je suis le moins dépaysé, reconnaît cet amoureux de la nature. Le fait que ça permette de s isoler, de sortir de son cadre habituel, ça joue beaucoup sur l efficacité de l aventure.» En ville, la pression de la vie sociale est grande, avoue quant à lui le chanteur et guitariste du groupe québécois Vulgaires Machins, Guillaume Beauregard. Dur de résister à la tentation de sortir dans un bar avec des amis. Pour remédier à la situation, il s éloigne de la ville et compose lorsqu il en a l occasion. «C est pertinent pour éliminer les distractions et augmenter le focus. Ça permet souvent de travailler plus d heures dans une journée et même la nuit.» Jérôme Dupras, bassiste des Cowboys Fringants, croit pour sa part que la chimie du groupe peut se faire autant à Montréal qu en région. «Sortir de la ville permet de composer dans le calme, mais il est tout aussi possible de le faire dans la grande métropole», constatet-il. Pour Yann Perreau, les deux environnements restent tout aussi inspirants. «J ai autant besoin de la ville que de la campagne, soutient-il. Les deux ont leurs avantages et m apportent quelque chose d unique.» Ambiance en bois rond Le propriétaire du Wild Studio à Saint-Zénon, Pierre Rémillard, possède un studio d enregistrement situé sur le flanc du lac Sawin. Au fil des ans, les équipements d enregistrement sont devenus portatifs et ont permis à Pierre Rémillard de quitter son studio à Montréal. Éloigné des autres habitations, son studio rustique attire les artistes en quête d isolement qui leur est bénéfique. «L avantage, c est qu on ne se sent pas pressé. Il est important de miser sur les sentiments du groupe. Ça permet de travailler plus efficacement», reconnait-il. Entouré d une équipe de cinq réalisateurs et ingénieurs, il fait l enregistrement en entier et le mastering à même le studio. Les tarifs sont plutôt similaires à ceux des studios à Montréal. Les artistes qui y vont pour enregistrer un album au complet restent en moyenne de 15 à 30 jours. «Le fait d être 24h sur 24 avec les gars, de les côtoyer lors de repas par exemple, me permet de mieux capter l énergie du groupe et comprendre ce qu ils recherchent», explique Pierre Rémillard. Au moment d enregistrer leur troisième album, les Vulgaires Machins se sont retirés durant un mois au Wild Studio. Un lieu idéal pour se retrouver dans une bulle artistique, estime Guillaume Beauregard. À ses yeux, l opportunité que le groupe se retrouve en entier dans un chalet, loin du train-train quotidien, permet de créer des liens plus solides au sein des membres du groupe. «Enregistrer dans un environnement comme celui-là est simplement fantastique, confie le musicien. C est inspirant!» Yann Perreau observe la rivière. Submergé par la nature, à Saint- Liguori, il attend l inspiration. Illustration: Cloé Létourneau Baromètre Théâtre Des mots qui frappent Catherine Querny Le 30 octobre dernier, au Théâtre d Aujourd hui, les amoureux du théâtre ont pu assister à la première de la pièce Tout ce qui tombe. Écrite par Véronique Côté et mise en scène par Frédéric Dubois, l œuvre nous plonge dans un univers chaotique se déroulant entre l Allemagne et le Québec. Tout ce qui tombe, c est sept personnages, trois décennies et quatre histoires d amour. Des histoires très différentes représentant diverses formes de relations, diverses façons d aimer. Le décor désordonné et sens dessus-dessous plonge le spectateur dans un univers chaotique. C est un aperçu réussi de la vie des personnages et de ce qui les tracassent. Chaque élément de la scénographie voyage d une histoire à l autre et demeure sur scène tout au long de la représentation, tout comme les personnages. C est avec sincérité et émotion que les comédiens présentent les personnages. Avec un jeu très réaliste, ils réussissent tous à toucher le public de façon très différente, lui permettant ainsi de s identifier facilement. Ils parviennent également à transmettre le texte d une profondeur étonnante avec justesse et sensibilité. Véronique Côté, visiblement, a charmé les spectateurs avec la beauté de ses mots. Un texte simple qui touche énormément, qui fait réfléchir et voyager. Les scènes en allemand sont surprenantes : bien placées, maîtrisées et touchantes. La traduction de ces quelques extraits est projetée sur un grand écran. Les diverses formes de typographie et d effets visuels sont remarquables. Un seul bémol : la traduction est souvent trop rapide. Ces instants sont plutôt longs et l on doit se concentrer davantage sur l écran que sur le jeu des comédiens. Tout ce qui tombe est une belle représentation de l amour et, sans tomber dans les diverses clichés, la pièce offre de magnifiques images dans un univers réaliste. On en ressort un peu plus grand et touché par les mots de cette dramaturge à découvrir. Tout ce qui tombe, mise en scène de Frédéric Dubois, au Théâtre d Aujourd hui jusqu au 17 novembre Photo: Vincent Champoux 6 Montréal Campus 7 novembre 2012

7 CU LT U RE Les jeunes et la danse traditionnelle S dégourdir les jambes Marie-Ange Zibi Des jeunes gens swignent et chauffent le plancher de danse au rythme des vieux airs venus d Acadie. Philippe Jetté pratique la danse traditionnelle depuis plus de 12 ans. Il n a pourtant rien du vieux pépé se trémoussant sur un air accrocheur que l on pourrait associer à de la danse folklorique. Quelques fois par semaine, il se rend dans la petite salle de pratique de sa troupe et troque ses running shoes pour des souliers de bois. Un, deux, trois pas, et le voilà qui gigue sur le plancher de danse. Aujourd hui âgé de 27 ans, Philippe fait partie de ces jeunes danseurs qui font brasser la cabane sur fond de folklore. «C est la musique qui m a graduellement mené vers la danse, explique d emblée l artiste. À la base, je suis un joueur d accordéon.» C est en suivant des cours avec Martin Mayotte, un professeur réputé, qu il s est découvert un véritable amour pour la danse traditionnelle. Président de la troupe folklorique Les Petits Pas Jacadiens depuis plus d un an, Philippe Jetté bûche fort pour transmettre sa passion. Créé il y a plus de 37 ans dans la région de Lanaudière, le collectif se donne pour mission de transmettre les rudiments des danses anciennes aux plus jeunes. Aux dires du jeune homme, les ateliers de danse traditionnelle organisés toutes les Baromètre deux semaines attirent une horde de jeunes adultes entre 17 et 30 ans. «En général, ils viennent jeter un coup d œil pour rigoler un peu. Très vite, ils embarquent avec nous et finissent toujours par y prendre goût», affirme le danseur lanaudois. En plus d être un passe-temps au même titre que le ballet ou le hockey, la danse traditionnelle se veut un moyen efficace de socialiser et de se rassembler. «Il y a véritablement des sentiments d appartenance et d identité très fort qui y sont associés», indique Philippe Jetté. Le constat est le même du côté du professeur de danse en ligne Ronald Lacoste. «En général, les jeunes qui vont aux soirées de danse en ligne trippent, commente-t-il. Il n est pas rare de voir des jeunes se joindre à nous essentiellement pour rencontrer d autres jeunes comme eux.» La mal-aimée Contrairement au swing ou à la danse contemporaine, la danse folklorique a encore des croûtes à manger pour conquérir le cœur de la jeunesse. Plusieurs considèrent cette danse comme étant dépassée. C est le cas de l étudiante au Cégep régional de Lanaudière à Joliette, Julie Grégoire, qui n y a pas trouvé «Très vite, ils embarquent avec nous et finissent toujours par y prendre goût» - Philippe Jetté, président des Petits Pas Jacadiens son compte. «Quand je suis allée dans un atelier de danse en ligne, je me suis sentie très quétaine. J étais entourée de personnes plus ou moins âgées et j avais honte!», avoue-t-elle à la rigolade. Pour le professeur Ronald Lacoste, l incompréhension entourant l univers de la danse traditionnelle chez les jeunes ne date pas d hier. «Ce type de danse vient principalement de la culture acadienne, une culture qui touche davantage nos Passer le flambeau grands-parents, voire nos arrièregrands-parents, beaucoup plus que nos jeunes», observe-t-il. Philippe Jetté est du même avis. «Il s agit là du jugement typique que les gens posent sur ce qui leur est étranger, comme n importe quoi», soutient-il. Ronald Lacoste se réjouit toutefois de la couverture médiatique de plus en plus significative dont bénéficie la danse folklorique, grâce, notamment, aux nombreuses festivités qui s organisent durant l été, comme le Festival mémoires et racines à Joliette. Fier de l ampleur du mouvement, le jeune président des Petits Pas Jacadiens, Philippe Jetté, entrevoit aussi l avenir de cette danse sous un œil optimiste. Loin de ranger ses souliers au vestiaire, il s installe à l accordéon, tappe du pied et fait danser ses petits jacadiens au rythme d un air traditionnel. Depuis quelques années, la troupe des Petits Pas Jacadiens tente d élargir son public cible en initiant les enfants de quatre à douze ans. «On essaie progressivement d incorporer la danse traditionnelle dans les camps de jour durant l été et les jeunes enfants semblent vraiment s amuser», explique le président Philippe Jetté La troupe compte actuellement plus d une trentaine de membres et s est produite en spectacle un peu partout en Europe. En coulisse Les ringards du folklore Fanny a 19 ans. Elle étudie en éducation spécialisée. Elle joue au hockey et aime affreusement le chocolat. Sinon, quoi vous dire Ah! Oui! Elle danse. Elle danse en ligne. Les vendredis soirs, parfois les jeudis, elle enfile un beau chandail, des jeans, ses petits souliers jaunes et elle s éclate dans le sous-sol d une taverne près de chez elle. Je vous entends déjà dire: «Elle ne doit pas avoir ben des amis, pauvre fille.» Eh bien, oui, elle a autant d amis qu il est d usage d en avoir. Elle en a même quelques-uns qui dansent avec elle. Comme le beau Simon (sans blague, il est assez beau garçon). Elle ne voulait pas que je vous le dise, mais quand c est une danse à deux, elle se glisse subtilement à côté de lui en espérant qu un jour, il l invite à partager un rigodon. Fanny n est pas gênée de parler de sa passion. Elle n a pas honte de pratiquer la danse en ligne. Comme elle, de plus en plus de jeunes s intéressent au folklore québécois. Surtout en région, là où la flamme traditionnelle n était pas tout à fait éteinte. Il reste cependant de nombreux préjugés à déconstruire. Parce que tsé, c est tellement quétaine, la danse en ligne pis les chansons à répondre, disent certains. Ce sont des traditions qui ne concernent que quelques mamies encore assez en forme pour swinguer leur partenaire une ou deux fois par semaine, disent d autres.la danse et la musique traditionnelles, le tressage de la ceinture fléchée, la vannerie, les contes, tout ça fait pourtant partie intégrante des us et coutumes du Québec. Il y a donc beaucoup d éducation à faire. J ai entendu quelqu un, la semaine dernière, affirmer que les Cowboys Fringants font du folklore. C est ben pour dire. La plupart des jeunes de ma génération ne savent pas faire la différence entre un groupe de folk pop québécois plate et les Charbonniers de l enfer. La Chasse-Galerie, ce n est pas seulement une salle de spectacle à Lavaltrie. C est aussi un des contes les plus significatifs de la littérature québécoise. Honoré Beaugrand, ce n est pas seulement une station de métro sur la ligne verte. Les feux follets n ont pas été inventés par Fred Pellerin. Mais tout le monde sait ça *** Après la Révolution tranquille, le Québec s est mis à regarder de l avant. Tellement en avant qu on en a oublié nos traditions. «Icitte y a juste les plaques de char qui ont encore un petit peu de mémoire», comme le chante si bien un supposé groupe trad. Cinéma FLIGHT ou comment devenir libre Sébastien Ruiz Flight raconte l histoire du commandant Whip Whitaker, qui a évité un écrasement d avion en effectuant une manœuvre spectaculaire (regardez la bandeannonce, vous comprendrez). Un bris mécanique est à l origine de l accident. Cependant, Whip avait consommé de l alcool et de la cocaïne avant le vol. Après cette épreuve qui, bien sûr, fait de lui un héros national, il est bien décidé à en finir avec son alcoolisme. Il rencontrera sur son parcours Nicole, une toxicomane en pleine rédemption. Robert Zemeckis, le réalisateur de Cast Away et Forrest Gump, signe ici un retour aux sources, après dix années de films d animation. Inutile de préciser que la scène de l écrasement d avion vaut son pesant d or. Denzel Washington qui, on le sait, a toujours été attiré par les personnages complexes, a pour sa part trouvé un défi à la portée de son talent. Écrit par John Gatins, lui-même ex-alcoolique devenu sobre, cette œuvre est en fait le très long processus vers l acceptation d une dépendance. Paradoxalement à l histoire, le film est construit avec un ton sobre. La mise en scène est en effet tout à fait propre, maîtrisée et sans artifice. Le jeu de Denzel Washington reste lui-aussi toujours dans la subtilité. Ç aurait été facile de jouer grossièrement l homme qui a bu. Fidèle à luimême, l acteur de 58 ans donne toutefois une authenticité désarmante à son personnage. Kelly Reilly incarne avec juste ce qu il faut d émotion et d innocence l ex-héroïnomane dont Whip tombe amoureux. John Goodman et Don Cheadle ajoutent le sel et le poivre à cette fiction américaine qui, on ne peut le nier, rappelle à notre souvenir l histoire du commandant Piché. De par l écrasement évité, bien sûr, mais aussi par le traitement des médias face à un homme tantôt héroïque, tantôt criminel. Cependant, le scénariste a habilement posé des pivots inattendus et originaux qui font filer les 131 minutes du film. D ailleurs, après cette fin originale, parions que vous vous sentirez plus libre. Tout ça devrait faire notre fierté. Mais tout ça se perdra si on continue de catégoriser ces pratiques comme quétaines. Je vous jure, Fanny n est pas une ringarde. Je vous jure, ce n est pas ringard de participer à faire renaître de ses cendres un folklore trop longtemps boudé. Suggestions. *** Si l envie vous prend de vous dégourdir les mollets avec un bon groupe de trad ou simplement d enrichir votre ipod de musique d ici je vous propose d écouter Belzébuth ou Hommage aux aînés. En bonus, vous pourrez impressionner mamie au Jour de l an en poussant la chansonnette. Excusez-là. Audrey Desrochers Chef de pupitre Culture 7 novembre 2012 Montréal Campus 7

8 ^ŽƵīƌĞnjͲǀŽƵƐ Ě ĂĐŶĠ ƐĠǀğƌĞ Innovaderm Recherches conduit présentement une étude de ƌğđśğƌđśğ ĠǀĂůƵĂŶƚ ůă ƐĠĐƵƌŝƚĠ Ě ĞŵƉůŽŝ Ğƚ ů ĞĸĐĂĐŝƚĠ Ě ƵŶ ŐĞů ĞŶ ĂƐƐŽĐŝĂƟŽŶ ĂǀĞĐ ƵŶ ŵġěŝđăŵğŷƚ ŽƌĂů Ğƚ Ě ƵŶ ĂƵƚƌĞ médicament oral dans le traitement possible de l acné sévère. Depuis plus de 25 an s Toute la technologie à votre service Tous les services au même endroit Dre Joëlle Marcil Chirurgien Dentiste Dre Roxane Katiya Chirurgien Dentiste URGENCE , rue Sherbrooke Est, Montréal (Québec) Orthodontie invisible - Invisalign Admissibilité : ͻ Être âgé(e) de 18 à 35 ans inclusivement ͻ ǀŽŝƌ ƵŶ ĚŝĂŐŶŽƐƟĐ Ě ĂĐŶĠ ƐĠǀğƌĞ ͻ Avoir un poids entre 50 et 110 kg Suivez Montréal Campus sur le Web Que ce soit sur montrealcampus.ca, Facebook ou Twitter, vous trouverez des articles exclusifs et de l information au jour le jour. L étude comporte 8 à 9 visites sur une période de 24 à 28 semaines. >ĞƐ ĨƌĂŝƐ ĚĞ ĚĠƉůĂĐĞŵĞŶƚ Ğƚ ĚĞ ƐƚĂƟŽŶŶĞŵĞŶƚ seront remboursés. Membres de l A.S.E.Q. Métro Papineau Métro Sherbrooke 45 coin Sherbrooke 24 est coin Papineau Ligne verte Ligne orange WŽƵƌ ƉůƵƐ Ě ŝŷĩžƌŵăɵžŷɛ ĂƉƉĞůĞnjͲŶŽƵƐ ĂƵ ϱϭϰͳϱϯϭͳϯϭϭϭ ŽƵ ǀŝƐŝƚĞnj CET ESPACE PUBLICITAIRE POURRAIT ÊTRE LE VÔTRE Montréal Campus est à la recherche... d un stagiaire Le journal étudiant indépendant de l UQAM proposera un stage rémunéré à l hiver 2013 à un étudiant de l Université. Les candidats doivent fournir un curriculum vitae, une lettre de présentation, ainsi qu un article publiable dans le premier numéro d hiver du Montréal Campus avant le 16 décembre Les dossiers de candidature peuvent être envoyés à l adresse Le stage peut être crédité par l École des médias dans le cadre du baccalauréat en journalisme pour les candidats admissibles.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Le traitement des questions économiques dans les médias. Le point de vue de Marie-Agnès Thellier, MBA Directrice Affaires Le Journal de Montréal

Le traitement des questions économiques dans les médias. Le point de vue de Marie-Agnès Thellier, MBA Directrice Affaires Le Journal de Montréal Le traitement des questions économiques dans les médias Le point de vue de Marie-Agnès Thellier, MBA Directrice Affaires Le Journal de Montréal Notes pour une participation à un panel au 30 e Congrès de

Plus en détail

ix questions à Guy Bérubé galeriste

ix questions à Guy Bérubé galeriste D ix questions à Guy Bérubé galeriste Guy Bérubé a complété des études dans le domaine de la photographie à Ottawa. Il a ensuite été photographe professionnel pendant dix ans. De 1990 à 2000, il a vécu

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Volume 1 Numéro 2 Février 2009

Volume 1 Numéro 2 Février 2009 Volume 1 Numéro 2 Février 2009 Sommaire Lancement du concours Je prends ma place...1 Lancement du concours Je prends ma place Entrevue avec Annie Patenaude, lauréate 2008...2 En collaboration avec le Secrétariat

Plus en détail

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25%

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% Tâche 1 5 Vous allez entendre deux fois une série d annonces. Examinez les séries d images cidessous, puis, écoutez bien. Choisissez l image de

Plus en détail

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud Thèmes : la famille, les rapports avec les autres. Parcours niveaux B1 : en bref Après une mise en route autour

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

Concours AEFE Paroles de Presse Edition 2015

Concours AEFE Paroles de Presse Edition 2015 Concours AEFE Paroles de Presse Edition 2015 Cette année, dans le cadre du concours Parole de Presse, la classe de CE2 de M. Sébastien Allaire de la Petite Ecole d Hydra d Alger (école d Entreprise du

Plus en détail

Contact avec les employeurs. Pour te démarquer auprès des employeurs, fais-toi connaître!

Contact avec les employeurs. Pour te démarquer auprès des employeurs, fais-toi connaître! Contact avec les employeurs Pour te démarquer auprès des employeurs, fais-toi connaître! Document réalisé par le Carrefour jeunesse-emploi Rivière-du-Nord 2015 TU ENVOIES TON CV PAR COURRIEL? Écrire :

Plus en détail

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA Explo ra Sup IFSI Rockefeller, Lyon 1 Introduction J ai effectué un stage infirmier dans une maison de santé

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Transforme les phrases au passé récent a) Il a changé de travail b) Nous avons pris une décision importante c) Elle a téléphoné à Jean d) J ai envoyé un SMS à ma collègue

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

VIVRE ENSEMBLE EN FRANÇAIS

VIVRE ENSEMBLE EN FRANÇAIS VIVRE ENSEMBLE EN FRANÇAIS Le volet Concrétisation et Action développé par Vision Diversité parallèlement à la démarche d écoute et de concertation de l INM a permis d apporter à l approche éducative d

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

PRÉSCOLAIRE. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà mon nom, hein? Je m'appelle Andrée.

PRÉSCOLAIRE. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà mon nom, hein? Je m'appelle Andrée. PRÉSCOLAIRE Enfants qui chantent Une tête remplie d idées Qui me permet de rêver Qui me permet d inventer Imagine. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Allocution de. Serge Leclerc. Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc.

Allocution de. Serge Leclerc. Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc. Allocution de Serge Leclerc Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc. Deuxième conférence annuelle de L Association de Planification Fiscale et Financière (APFF) Sur le thème

Plus en détail

Programme de formation continue 2012-2013

Programme de formation continue 2012-2013 Programme de formation continue 2012-2013 1. Logiciel d éclairages WISYWIG Présentation Le logiciel Wisywig a été développé spécifiquement par et pour des concepteurs d éclairages. Très performant, il

Plus en détail

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon)

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) 12/06/2013 Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) Coop alternatives 47, rue de la Garde 69005 Lyon - 06 48 03 74 14 - contact@coop-alternatives.fr This document

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Auxiliaire avoir au présent + participe passé

Auxiliaire avoir au présent + participe passé LE PASSÉ COMPOSÉ 1 1. FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ Formation : Auxiliaire avoir au présent + participe passé PARLER MANGER REGARDER J ai parlé Tu as parlé Il/elle/on a parlé Nous avons parlé Vous avez parlé

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Mon argent pour la vie

Mon argent pour la vie Mon argent pour la vie Bâtir son épargne. Protéger ses avoirs. Prendre sa retraite en toute confiance. QUESTIONNAIRE SUR LE STYLE DE VIE À LA RETRAITE NAME DATE CURRENT AGE AGE YOU HOPE TO RETIRE La vie

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LA CULTURE AUTREMENT. Pour diffusion immédiate

COMMUNIQUÉ LA CULTURE AUTREMENT. Pour diffusion immédiate COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Télé-Québec lance une plateforme culturelle sur le Web La Fabrique culturelle : le seul espace public collectif dédié à la culture au Québec 11 mars 2014 Montréal La

Plus en détail

Merci de nous aider à offrir plus de bourses!

Merci de nous aider à offrir plus de bourses! Merci de nous aider à offrir plus de bourses! Campagne de financement auprès des parents 2013-2014 Quel est l objectif de la Fondation? Favoriser l engagement et la réussite des étudiants en attribuant

Plus en détail

Nos clients une réussite!

Nos clients une réussite! BULLETIN SARCA Commission scolaire des Premières-Seigneuries Volume 4, n o 3 Juin 2014 CONTENU Au babillard... 1 Nos clients une réussite!... 1 Retourner en classe Moi?.. 2 Démystifier la formation professionnelle...

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

C est ainsi que tout a commencé!

C est ainsi que tout a commencé! Nous sommes un jeudi du mois de Juin 2007, je travaille comme tous les soirs au Bar 1515 de l hôtel Marignan à Paris. Mon ami Michele, dirigeant de Roberta traiteur, passe déguster un cocktail et me demande

Plus en détail

Le droit d espérer. Didier Chastagnier

Le droit d espérer. Didier Chastagnier Février 2013 MULHOUSE STRASBOURG COLMAR Notre mission, plus que jamais, grâce à vous: Donner à chaque enfant le droit d être un enfant Le droit d espérer Chers Amis d Action Quartiers C est une joie pour

Plus en détail

Merci de lire ce merveilleux magazine. Romane M. directrice du magazine.

Merci de lire ce merveilleux magazine. Romane M. directrice du magazine. Bonjour, chers lecteurs et lectrices. Voici votre 2 ème numéro du Romane Actu, et à mon avis ce bimensuel est assez réussi. Mais vous n avez encore rien vu ce numéro est plus grand que le précédent, car

Plus en détail

LE PIRE DES DANGERS C EST D IGNORER QU ON EST EN DANGER

LE PIRE DES DANGERS C EST D IGNORER QU ON EST EN DANGER LE PIRE DES DANGERS C EST D IGNORER QU ON EST EN DANGER Romain Girard Vice-président exécutif Congrès Camping Québec 14 avril 2007 10 ans à la direction d une entreprise de transport par autobus 11 ans

Plus en détail

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation.

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation. Connaître les techniques de présentation collective Grâce à une journée de formation interne, les ingénieurs de ont fait le point sur l animation de séquences de présentation. Moments opportuns pour utiliser

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Le prince Olivier ne veut pas se laver

Le prince Olivier ne veut pas se laver Le prince Olivier ne veut pas se laver Il était une fois un roi, une reine et leurs deux enfants. Les habitants du pays étaient très fiers du roi Hubert, de la reine Isabelle et de la princesse Marinette,

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier 30 trucs et astuces à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier Par Olivier Seban, auteur de : TOUT LE MONDE MERITE D ETRE RICHE Ou tout ce que vous n avez jamais appris à l école à propos

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

kilimax 5 à 7 ans l école des loisirs livres 2015-2016

kilimax 5 à 7 ans l école des loisirs livres 2015-2016 kilimax 8 un livre par mois d livres e novembre à juin 5 à 7 ans 2015-2016 l école des loisirs kilimax l école des loisirs présente huit livres en couleurs, réunis dans l abonnement kilimax pour les enfants

Plus en détail

Les visiteurs du soir Rencontre avec Hervé Tullet

Les visiteurs du soir Rencontre avec Hervé Tullet Les visiteurs du soir Rencontre avec Hervé Tullet Le Jeudi 20 mars 2008, La Joie par les livres recevait Hervé Tullet interviewé par Véronique Soulé. Votre premier livre «Comment Papa a rencontré Maman»,

Plus en détail

Jouets nationaux. Une exposition dans la salle de classe - Explorez le site avec vos élèves. Activités pour les niveaux 4-6

Jouets nationaux. Une exposition dans la salle de classe - Explorez le site avec vos élèves. Activités pour les niveaux 4-6 Une exposition dans la salle de classe - Explorez le site avec vos élèves Activités pour les niveaux 4-6 Les activités de Le Canada au jeu! appuient les objectifs en matière d initiation aux médias à travers

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Explo RA Sup. Ecole polytechnique de Montréal CANADA

Rapport de fin de séjour Explo RA Sup. Ecole polytechnique de Montréal CANADA ASTIER Marine Université Jean Monnet Saint -Etienne Rapport de fin de séjour Explo RA Sup Ecole polytechnique de Montréal CANADA 2010-2011 L opportunité m a été offerte de pouvoir effectuer mon stage de

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00.

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé présente des actions passées, ponctuelles, et d une durée délimitée dans le passé. Formation : avoir ou être (au

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

Dossier de presse. Les Créatures

Dossier de presse. Les Créatures Dossier de presse Les Créatures Spectacle hommage à Félix Leclerc Par Hélène MAURICE, Isabelle BAZIN et Marie MAZILLE www.facebook.com/mauricehelenemusic MAJ Mars 2012 1 Une œuvre qui résiste à l épreuve

Plus en détail

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion.

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion. Rencontre Notre secteur AREQ vient de fêter son 25 e anniversaire d existence. En 1986, sous la présidence de Rita Fortin, quarante membres se sont réunis. Deux ans plus tard, Anne-Marie Roy Coulombe était

Plus en détail

Jean-Marc Chaput fait partie de cette race d hommes ayant toujours réussis à tirer leur épingle du jeu malgré les obstacles et les difficultés.

Jean-Marc Chaput fait partie de cette race d hommes ayant toujours réussis à tirer leur épingle du jeu malgré les obstacles et les difficultés. BIOGRAPHIE Jean-Marc Chaput fait partie de cette race d hommes ayant toujours réussis à tirer leur épingle du jeu malgré les obstacles et les difficultés. Aujourd hui grand-père, ce père de cinq enfants

Plus en détail

Le cabaret mobile eauzone

Le cabaret mobile eauzone le théâtre cabines présente Le cabaret mobile eauzone Fable théâtrale tout public A partir de 8 ans SYNOPSIS Le cabaret mobile eauzone est une fable onirique et sensible qui nous entraîne dans un univers

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur..

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. Fiche Pédagogique Le 14 juillet Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6 Transcription 7 Sources 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR, compréhension

Plus en détail

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses!

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses! LE SPECTACLE Dolores Dulce, une vieille dame venue d'un pays lointain d'amérique latine, Cuba, parcourt le monde avec son chariot porteur de friandises et d'histoires. Au passage, elle partage son univers

Plus en détail

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 -

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 - Guide d intervention sur l intimidation destiné aux intervenants - 1 - Rédaction Linda Laliberté : Mélanie Blais : Michèle Gariépy : Joanie Charrette : Espace Bois-Francs InterVal Pacte Bois-Francs organisme

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Stromae Alors on danse

Stromae Alors on danse Chanson Stromae Alors on danse Alors on danse (x 3) Qui dit études dit travail, Qui dit taf 1 te dit les thunes 2, Qui dit argent dit dépenses, Qui dit crédit dit créance 3, Qui dit dette te dit huissier

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

PROVINCIAL 20 mai, 18h30. www.tourdusilencequebec.com

PROVINCIAL 20 mai, 18h30. www.tourdusilencequebec.com PROVINCIAL 20 mai, 18h30 www.tourdusilencequebec.com COMMUNIQUÉ DE PRESSE POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Tour du Silence : rouler pour sensibiliser! Montréal, 12 mai 2015 Pour l édition 2015 du Tour du Silence,

Plus en détail

Semestre d étude à l Université de Limerick

Semestre d étude à l Université de Limerick Camille DESTOMBES Rapport fin de séjour Semestre d étude à l Université de Limerick Année 2013-2014 J ai passé le semestre d automne 2013-2014 dans l université de Limerick dans le sud-ouest de l Irlande

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion!

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion! Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion Il existe une économie, qu on appelle l immobilier du 21 e siècle, et très peu de gens sont conscient du potentiel ahurissant qu offre cette économie.

Plus en détail

PVCA20130526 Page i. 1. Présidium PROPOSITION CA20130526-01 PROPOSITION CA20130526-02. 2. Élections/Démissions PROPOSITION CA20130526-07

PVCA20130526 Page i. 1. Présidium PROPOSITION CA20130526-01 PROPOSITION CA20130526-02. 2. Élections/Démissions PROPOSITION CA20130526-07 PROCÈS VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE L ASSOCIATION DES ÉTUDIANTS DE POLYTECHNIQUE INC. TENUE LE DIMANCHE 26 MAI 2013 À 18H AU B-316.3 1. Présidium PROPOSITION CA20130526-01 PROPOSITION

Plus en détail

N-10 : 67 professionnelles et professionnels au service de l enseignement collégial Unité 10-Montmorency de la section N-Collèges du SPGQ

N-10 : 67 professionnelles et professionnels au service de l enseignement collégial Unité 10-Montmorency de la section N-Collèges du SPGQ Projet d ordinateurs portables pour le personnel professionnel 29 avril 2014 Bonjour, Lors de sa 238 e assemblée générale, l unité syndicale 10-Montmorency de la section N-Collèges du SPGQ (Syndicat de

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

2 Quelles vacances! Pourquoi pas! 3. A. À deux, lisez ces textes et complétez le tableau.

2 Quelles vacances! Pourquoi pas! 3. A. À deux, lisez ces textes et complétez le tableau. fiche de travail FT 3.39-3A U1P10 2 Quelles vacances! A. À deux, lisez ces textes et complétez le tableau. 1 2 Salut, Un petit mot pour te dire que tout se passe super bien On passe d excellentes vacances.

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde,

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde, L éthique dans les relations commerciales Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012 Bonjour tout le monde, Aujourd hui j ai l intention de vous expliquer ce qui m a amenée à réfléchir sur

Plus en détail

Révision de l ombudsman à propos du reportage au Téléjournal/Saguenay-Lac-Saint-Jean sur les négociations au Quotidien et au Progrès-Dimanche

Révision de l ombudsman à propos du reportage au Téléjournal/Saguenay-Lac-Saint-Jean sur les négociations au Quotidien et au Progrès-Dimanche 1 Révision de l ombudsman à propos du reportage au Téléjournal/Saguenay-Lac-Saint-Jean sur les négociations au Quotidien et au Progrès-Dimanche SOMMAIRE Par la voie de son avocat, le président du syndicat

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

La structure du texte explicatif (sec. 3)

La structure du texte explicatif (sec. 3) Phase de questionnement (Pourquoi?) : (environ 40 à 50 mots) prépare le lecteur et elle fournit une vision globale de ce dont il va être question dans le texte. Sujet amené Historique Actuelle L idée générale

Plus en détail

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT Activité pédagogique autour du roman, de Danielle Malenfant ISBN 978-2-922976-38-0 ( 2013, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités autour du roman RÉSUMÉ DU

Plus en détail

présente Métro, boulot, dodo enquête sur la vie de bureau

présente Métro, boulot, dodo enquête sur la vie de bureau présente Métro, boulot, dodo enquête sur la vie de bureau Septembre 2014 Avant-propos Avec la tertiarisation de l économie et des emplois, notre activité professionnelle se déroule de plus en plus souvent

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail