Plan d'intervention pour la revitalisation urbaine intégrée du secteur Airlie/Bayne à LaSalle. Table de développement social de LaSalle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan d'intervention 2010-2020 pour la revitalisation urbaine intégrée du secteur Airlie/Bayne à LaSalle. Table de développement social de LaSalle"

Transcription

1 Plan d'intervention pour la revitalisation urbaine intégrée du secteur Airlie/Bayne à Table de développement social de décembre 2009

2 Murale réalisée par un groupe de citoyens dans le cadre du projet d animation de milieu Airlie-Bayne Atelier animé par Catholic Community Services PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 2 40

3 Table des matières INTRODUION 5 LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE 7 Les objectifs généraux 7 La démarche 7 LES PRINCIPAUX ENJEUX IDENTIFIÉS 8 Aménagement du territoire 8 Le milieu de vie résidentiel 8 Les emprises publiques et la circulation 9 L offre commerciale 9 Les espaces de jeux et de loisirs 10 Développement de la vie communautaire, économique et sociale 11 L accès aux services et les besoins prioritaires 11 L employabilité 11 LE PLAN D INTERVENTION Les orientations retenues 12 Axe 1 : Aménagement du territoire 13 L amélioration du milieu de vie résidentiel 13 L élaboration d un concept d aménagement d ensemble et de verdissement du quartier 18 Le développement de projets immobiliers 21 La création d espaces de jeux et de loisirs 22 Axe 2 : Développement de la vie communautaire, économique et sociale 24 PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 3 40

4 Outil de mise en œuvre du plan 28 Plan synthèse des actions préconisées 30 LES ATTENTES SIGNIFIÉES AUX PARTENAIRES 32 LES PROCHAINES ÉTAPES 34 LES RECOMMANDATIONS À COURT TERME 35 CONCLUSION 36 REMERCIEMENTS 37 LISTE DES ACRONYMES 40 PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 4 40

5 Introduction Malgré les changements positifs observés, il reste encore énormément à faire. Le secteur Airlie-Bayne, compris entre les rues Airlie, Bayne, la 80 e Avenue et la 90 e Avenue, a été identifié par l et les intervenants du milieu comme étant très fortement défavorisé. En 2006, le secteur comptait résidants, soit 671 ménages. Sa population, globalement plus jeune que la moyenne montréalaise, est à près de 60 % immigrante et comporte une proportion importante de personnes arrivées au pays depuis moins de 5 ans. Le secteur accueille essentiellement une population en transit. On y recense une quarantaine de langues maternelles différentes et le français est la langue maternelle de moins du cinquième de la population. Par ailleurs, 35 % des familles du secteur sont monoparentales. Malgré une scolarité plus élevée que la moyenne des LaSallois, la population du secteur Airlie-Bayne connaît un taux de chômage important. On constate des problématiques socioéconomiques lourdes et complexes dans le secteur à l étude, la présence de jeunes et de familles vivant dans des conditions difficiles, ainsi qu une forte part d immigrants ayant des difficultés d intégration. Le mauvais état des logements, l aménagement urbain peu convivial, la cohabitation des usages industriels et résidentiels, la faible vitalité commerciale, la criminalité, le sentiment d insécurité et un état de délabrement important caractérisent toujours ce secteur, malgré des efforts constatés en matière d animation communautaire, de lutte à la criminalité et de rénovation des immeubles à logements. Depuis peu, les organismes du milieu collaborent à des activités sociales et d animation qui favorisent les échanges avec les citoyens et qui sont très appréciées. On se réjouit également d une présence accrue des autorités policières et du sentiment de confiance que la population gagne à leur égard. Il faut noter également l implication récente de certains propriétaires immobiliers dans la rénovation des logements, grâce aux subventions accordées par la Ville de Montréal. C est ainsi que la Table de développement social a été mandatée par l pour coordonner la première phase d une démarche de revitalisation urbaine intégrée du secteur Airlie-Bayne. Bien que suivie avec intérêt par la Ville de Montréal, cette démarche ne fait cependant pas l objet d un financement RUI 1. La démarche de revitalisation urbaine intégrée du secteur Airlie-Bayne à comprend deux étapes. La première étape a consisté en l élaboration d un diagnostic du secteur Airlie-Bayne, réalisé de juin à septembre 2009 et diffusé au mois de septembre La seconde étape de la démarche se conclut avec la réalisation du Plan d intervention pour la revitalisation urbaine intégrée du secteur, présenté ici. L ensemble de la démarche, encadrée par la Table de développement social de (TDS) et le Comité de revitalisation Airlie-Bayne (CRA), a été confiée à la firme Convercité. Le Plan d intervention pour la revitalisation urbaine intégrée du secteur Airlie-Bayne à a été réalisé grâce à la collaboration de nombreux intervenants et dans un processus continu d appropriation collective d une vision de développement pour ce territoire. Le présent document reprend dans un premier temps les fondements de la revitalisation urbaine intégrée et précise la démarche qui a conduit à la réalisation de ce plan. Dans un second temps, il rappelle sous forme de 1 À la suite du Sommet de Montréal en 2002, la Ville de Montréal a mis sur pied un programme de revitalisation urbaine intégrée (RUI), visant à lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale et à agir sur le cadre de vie de milieux défavorisés et sur l amélioration des conditions socioéconomiques de leurs citoyens. À ce jour, huit secteurs défavorisés de Montréal reçoivent un financement de la ville pour mettre en œuvre et développer un plan de revitalisation urbaine intégrée. 2 Projet de revitalisation urbaine intégrée du secteur Airlie-Bayne, Phase I Diagnostic, 29 septembre 2009, PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 5 40

6 synthèse les principaux enjeux identifiés, puis présente les orientations, les actions et moyens retenus pour revitaliser le secteur Airlie-Bayne. Ce plan d intervention se veut évolutif et fera l objet d ajustements au fur et à mesure de sa mise en œuvre. Sa mise en application pourra au besoin nécessiter la précision de certaines pistes de travail à l aide d études, la révision de cibles ou l identification de nouvelles opportunités. PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 6 40

7 La revitalisation urbaine intégrée Les objectifs généraux La revitalisation urbaine intégrée (RUI) vise à améliorer globalement les conditions sociales et économiques d un secteur précis, en l occurrence le secteur Airlie-Bayne. Elle repose sur une vision globale, partagée et à long terme d un quartier et vise à intervenir sur les facteurs qui engendrent la pauvreté. Elle nécessite la coordination, la concentration des efforts et l adaptabilité des acteurs publics, communautaires, institutionnels et privés ainsi que des citoyens ; leur mobilisation est donc essentielle. La revitalisation urbaine intégrée vise le développement durable d une collectivité, en fonction du champ de responsabilité et d expertise des parties prenantes. Elle agit principalement dans les sphères environnementale, sociale et économique. En vue d améliorer la qualité de vie des citoyens du secteur, elle favorise l équité, concernant l accessibilité à l emploi et aux produits et services disponibles (alimentation, vêtements, services sociaux, de santé, en matière de transport et autres). Elle s assure également de l amélioration du milieu de vie, notamment en ce qui a trait à l environnement, au logement et à l aménagement urbain. Finalement, la RUI doit servir à identifier des projets viables permettant d atteindre ces objectifs. La démarche La démarche participative mise en place pour le secteur Airlie-Bayne a été conduite de manière rigoureuse afin que tous les participants puissent s exprimer librement. Elle a donné lieu à des échanges fructueux, amorçant même des débuts de collaborations entre les participants. Rappelons que la Table de développement social de a été mandatée par l arrondissement afin de réaliser la première phase d une démarche de RUI, soit la réalisation d un diagnostic complet du milieu de vie et l élaboration d un plan d intervention pour le secteur Airlie-Bayne. Pour l élaboration du plan d intervention, le Comité de revitalisation Airlie-Bayne (CRA) responsable du suivi et de l encadrement de la démarche, a appuyé la mise sur pied de tables de travail thématiques, ayant pour objectif d approfondir la description des problématiques, de clarifier les orientations de développement et d identifier des pistes de solutions. Cinq tables de travail portant sur les principaux éléments jugés problématiques ont eu lieu en octobre et novembre Ces tables, réunissant différents acteurs locaux et régionaux (citoyens, représentants d organismes et d institutions, propriétaires immobiliers et fonciers, fonctionnaires, etc.), ont porté sur les thématiques suivantes : l aménagement urbain, le développement commercial, le développement communautaire, l employabilité et l aide à l intégration à l emploi ainsi que sur le logement. Les groupes formés ont tenu trois rencontres chacun, exception faite de la table sur l aménagement urbain qui a tenu deux rencontres. Les différents groupes étaient informés tout au long du processus de l ensemble des discussions tenues, afin d assurer une cohérence et une complémentarité des travaux. Entre le 4 et le 17 novembre, l équipe de Convercité a préparé une synthèse des orientations et des actions majeures identifiées par les participants aux tables. Le 17 novembre, le Comité de revitalisation Airlie-Bayne (CRA) s est réuni pour recevoir et discuter de la proposition de Convercité afin d y apporter les correctifs requis. Le 19 novembre, les participants aux tables de travail étaient invités à recevoir, commenter et valider cette première proposition. Une quarantaine de personnes étaient présentes. Chacune d entre-elle a discuté de ses intérêts et engagements possibles en fonction du plan proposé. Le 24 novembre, des citoyens du secteur Airlie-Bayne étaient invités à discuter du plan, tel que présenté le 19 novembre, et à préciser leurs priorités et leurs intérêts en termes d implication. Entre le 24 novembre et le 2 décembre, Convercité a rédigé une première version du plan. Le 2 décembre, le CRA a reçu, commenté et validé ce plan. Le 8 décembre 2009, le Plan d intervention pour le secteur de revitalisation urbaine intégrée Airlie-Bayne était déposé publiquement. PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 7 40

8 Les principaux enjeux identifiés Tel que décrit dans le diagnostic, le secteur Airlie-Bayne présente différentes problématiques qui peuvent être regroupées en deux grandes catégories. La première catégorie concerne l aménagement du territoire et inclut le milieu de vie résidentiel, les emprises publiques et la circulation, l offre commerciale et les espaces de jeux et de loisirs. La seconde catégorie de problématiques cible plus précisément le développement de la vie communautaire, économique et sociale. Bien entendu, ce regroupement thématique n exclut nullement le fait que ces différentes problématiques sont souvent intimement liées. Aménagement du territoire Le milieu de vie résidentiel La salubrité des logements Les immeubles d habitations du secteur Airlie-Bayne ont majoritairement été construits dans les années 1950 à 1960 et se sont considérablement dégradés au cours des 15 à 20 dernières années, en raison d un manque d entretien général. Certains immeubles nécessitent des travaux de rénovation majeurs. La gestion des déchets est problématique dans la plupart des immeubles d habitations, les chutes à déchets ayant été remplacées par des conteneurs placés en façade. De nombreux résidants se plaignent également de la présence de coquerelles et de punaises de lit, du dysfonctionnement de certains équipements fournis par le propriétaire (poêle, frigo, etc.) et de la déficience des systèmes incendie dans certains immeubles. Enfin, le taux de vacance dans certains immeubles d habitations semble en croissance depuis quelques années. tremplin» et incite les résidants qui en ont les moyens à quitter le quartier pour une meilleure qualité de vie. Les résidants des immeubles d habitations constituent souvent une clientèle captive. N ayant pas les moyens d aller s établir ailleurs, ils craignent parfois d intervenir auprès des propriétaires afin de réclamer de meilleurs services. À ce constat, il faut ajouter un manque de connaissance des droits et obligations en matière de logement, du côté des propriétaires comme de celui des locataires (bail, régulation des loyers, entretien, salubrité, etc.). La gestion du stationnement La gestion du stationnement intérieur pose problème dans la plupart des immeubles d habitations : un grand nombre de garages est loué à des non résidants et on y a déjà observé la tenue d activités illégales. Concernant les stationnements extérieurs, ils sont mal agencés, peu accessibles et monopolisent l espace des cours d immeubles. Malgré des nettoyages effectués récemment, les stationnements extérieurs sont encore encombrés de carcasses de voitures. Le traitement des espaces extérieurs privés Les espaces extérieurs privés manquent profondément d entretien et de mise en valeur, et les problèmes recensés sont multiples : dénivellation de terrain, affaissement des murs de soutènement, manque de verdure (présence de conteneurs à déchets en façade et de carcasses d automobiles dans les cours), absence d effort d embellissement et lacunes en matière d espaces de jeux et de socialisation pour les résidants. Les cours des immeubles, majoritairement asphaltées, contribuent à la création d îlots de chaleur importants 3. Les relations entre les locataires et les propriétaires La proportion importante de nouveaux arrivants et la forte mobilité des ménages locataires montrent que le secteur Airlie-Bayne est actuellement utilisé comme un espace de transit. La mauvaise qualité des logements créé un «effet 3 Voir à ce sujet la cartographie des îlots de chaleur urbains produite par l INSPQ, PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 8 40

9 Le sentiment de sécurité De nombreux espaces publics ou privés sont dans un état de délabrement important. On note la présence de recoins, de terrains et de locaux vacants et/ou mal éclairés, de graffitis sur les murs des immeubles, de carcasses de voitures dans les cours, ainsi qu un manque général de propreté et de salubrité, ce qui alimente un sentiment d abandon chez de nombreux résidants du quartier. Outre ces problèmes d aménagement, le quartier est aussi confronté à la tenue d activités illicites. Certains résidants des immeubles d habitations se plaignent de la présence de revendeurs de drogues, lesquels s adonnent occasionnellement à du harcèlement, de l intimidation ou du vol. Ce phénomène est facilité par le manque d un contrôle adéquat des entrées et sorties d immeubles. Les parterres et les zones communes des immeubles d habitations sont régulièrement occupés par des attroupements d individus qui s adonnent à la consommation d alcool et de drogues. Cette artère de transit est peu conviviale pour les déplacements à pied et à vélo. La largeur de la rue, l étroitesse des trottoirs et la densité de la circulation automobile donnent l effet de «couper» le quartier Airlie-Bayne en deux et découragent la circulation piétonne nord-sud. La mauvaise perméabilité nordsud du secteur s illustre à travers la présence de clôtures défoncées, permettant actuellement une circulation piétonne informelle et non sécurisée. La rue Airlie offre un aspect très minéral ; aucun arbre ni végétation ne permettent d agrémenter la promenade ou de procurer de l ombre en été. Le promeneur ne peut que constater l absence de liens piétons évidents et sécuritaires vers les lieux de destination comme les écoles ou les commerces de proximité. Par ailleurs, il n existe pas de liens cyclables intra-arrondissement, permettant de relier le secteur du bord de l eau aux différents lieux de destination situés au centre de l arrondissement, notamment le boulevard Newman et l avenue Dollard. L enclavement du milieu résidentiel et sa cohabitation avec le parc industriel Les immeubles d habitations localisés au nord de la rue Airlie longent deux parcs industriels au nord, pôles d emplois importants pour l. Cette ceinture industrielle au nord génère un enclavement du secteur, tandis que les activités industrielles sont sources de nombreuses nuisances pour le milieu résidentiel : impact visuel, camionnage, poussière, zone de déversement, etc. Aucune zone tampon entre les rues Airlie et Boivin ne permet d atténuer l interface avec cette zone industrielle. Les emprises publiques et la circulation La rue Airlie constitue une porte d entrée dans l depuis le pont Mercier. Cette rue est couramment utilisée comme une voie de contournement de l échangeur Turcot ; une augmentation de la circulation de transit serait d ailleurs à anticiper relativement aux travaux prévus sur l échangeur. L offre commerciale L offre commerciale dans le secteur Airlie-Bayne est de piètre qualité. On y retrouve quelques commerces de proximité mais selon les résidants et les intervenants rencontrés, un accès facile à des fruits et légumes frais fait particulièrement défaut. La majorité des espaces commerciaux sont vacants, abandonnés ou encore peu performants, ce qui illustre une vitalité commerciale en déclin dans le secteur. À titre illustratif, à l intersection de la 90 e Avenue et de la rue Airlie, on trouve un lot vacant laissé en friche, un ancien restaurant abandonné et une clinique médicale fermée. L importance de l armature commerciale le long du boulevard Newman et le Carrefour Angrignon laissent en effet peu de place aux petits commerces indépendants ailleurs dans. La situation des petits commerces de proximité dans le secteur Airlie-Bayne est également entravée par le pouvoir d achat limité des résidants limitrophes. À cela, il faut ajouter que l image négative du secteur Airlie-Bayne nuit également à l attractivité des commerces et à l implantation de nouveaux entrepreneurs dans le quartier. PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 9 40

10 Au plan de l aménagement, les bâtiments commerciaux présents dans le secteur sont désuets. Le manque de verdure, la présence d îlots de chaleur importants ainsi que le recyclage ou la reconversion a priori difficile des bâtiments existants invitent à une réflexion sur la pertinence du maintien de tous les espaces commerciaux actuels et sur le redéveloppement immobilier de certains sites. Le constat est similaire pour les espaces commerciaux localisés sur la rue Airlie, entre la 80 e et la 75 e Avenue. Cette situation appelle donc la mise en place d une stratégie globale du développement commercial à l échelle de l arrondissement, avec une attention particulière portée au secteur Airlie-Bayne, afin d assurer à la population locale une desserte améliorée en services de proximité et en produits alimentaires. Les espaces de jeux et de loisirs Le secteur Airlie-Bayne présente une carence en parcs de proximité et en espaces de jeux sécuritaires pour les enfants. Pour les adultes, les seuls lieux de socialisation proches sont essentiellement des espaces commerciaux ou des débits de boisson, qu il s agisse du dépanneur, lieu de rassemblement informel pour les clients habitués, ou du bar l Excuse sur Place Airlie, dont l entrée est par ailleurs contrôlée. PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 10 40

11 Développement de la vie communautaire, économique et sociale L accès aux services et les besoins prioritaires La population du secteur connaît des difficultés socioéconomiques et d intégration importantes. Certains groupes comme les femmes immigrantes, les familles monoparentales, les enfants, les adolescents ou les personnes ayant des problèmes de santé mentale sont particulièrement vulnérables. De plus, les ressources du milieu, écoles, milieu institutionnel et organismes, ainsi que les citoyens constatent des problèmes importants de sécurité alimentaire : sous-alimentation, carences, malbouffe et difficulté d accès à une alimentation saine à distance de marche. Le sentiment d insécurité et la présence de criminalité (commerce de drogue, violence et abus envers les personnes, prostitution, etc.) causent un préjudice majeur à la population qui réside ou qui travaille dans le quartier (commerçants, propriétaires d immeubles et employés d organismes implantés dans le secteur). Le secteur Airlie-Bayne souffre donc d une image négative aux yeux d une grande partie de LaSallois. L accès aux services et aux activités de loisirs offerts à est difficile pour les enfants, les adolescents et les familles défavorisés du secteur. On dénote ainsi un manque de lieux offrant de l information adaptée aux besoins particuliers de la clientèle du secteur, notamment en matière de logement, de santé, d alimentation, d emploi et de formation. L employabilité Les revenus des ménages du secteur Airlie-Bayne sont très faibles par rapport aux moyennes lasalloise et montréalaise et un fort pourcentage de la population vit dans des ménages sous le seuil de faible revenu (52 % des ménages). De plus, l évolution des données statistiques entre les années 2001 et 2006 démontre un appauvrissement de la population locale. Un autre signe de pauvreté concerne le taux d effort important des ménages : 52 % des ménages locataires consacrent 30 % ou plus de leur revenu pour se loger. À cette vulnérabilité économique s ajoute une fragilité du tissu social dans le secteur : 35 % des familles sont monoparentales et leur nombre a fortement augmenté entre les années 2001 et Les immigrants et les résidants non permanents représentent 58 % de la population du secteur, et une forte majorité d entre eux sont arrivés récemment au pays 4. En dépit d un bon niveau de scolarité par rapport à la moyenne lasalloise, 25 % de la population de ce secteur était au chômage en Les résidants et les intervenants rencontrés évoquent à ce sujet l obstacle que représente la reconnaissance des acquis et des diplômes obtenus à l étranger. Ils soulignent aussi la difficulté d une part de la population immigrante à s adapter à l environnement culturel québécois et à développer un réseau personnel. Le manque de connaissance des programmes existants, que ce soit en francisation ou en matière d aide à l intégration au marché du travail, ainsi que le manque de connaissance du système public d enseignement (éducation aux adultes, formation professionnelle, etc.) ont aussi été évoqués. La mobilité restreinte de la population résidante rend d autant plus difficile la recherche d un emploi. Desserte limitée de l arrondissement en transport en commun, capacité financière restreinte pour les déplacements, difficulté à faire garder les enfants représentent autant d entraves à la mobilité de la population locale. Ces conditions socioéconomiques difficiles font parfois naître un sentiment de découragement, d isolement et d exclusion, en particulier chez les femmes immigrées monoparentales. Selon les commentaires recueillis lors des cafés rencontres avec des femmes immigrantes organisés par le CSSS DLL, cette situation peut générer des problèmes de dépression et de manque d estime de soi, de mauvaise alimentation, de manque d entretien du milieu de vie résidentiel ou encore de manque d attention à l égard des enfants. Les segments de population les plus vulnérables (prestataires de l aide sociale, réfugiés, femmes immigrées monoparentales) sont d ailleurs les plus difficiles à rejoindre pour les organismes œuvrant en insertion à l emploi % des immigrants du secteur sont arrivés depuis PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 11 40

12 Le Plan d intervention Les orientations retenues Les orientations retenues ont fait consensus lors des rencontres des tables de travail et des plénières. Ces orientations sont les suivantes : - Développer un milieu de vie résidentiel de qualité ; - Développer un milieu de vie sain et sécuritaire ; - Désenclaver le secteur ; - Favoriser la rétention de la population locale, notamment les jeunes familles. L ensemble des actions identifiées, tant en matière d aménagement du territoire (Axe 1) que du développement de la vie communautaire, économique et sociale (Axe 2), découlent des orientations retenues. Ces actions visent à agir sur l ensemble des facteurs qui influencent la qualité de vie des citoyens du secteur. Les tableaux qui suivent présentent l ensemble des actions préconisées dans les cinq champs d intervention suivants : - Le milieu de vie résidentiel ; - Les emprises publiques et la circulation ; - L offre commerciale ; - Les espaces de jeux et de loisirs ; - Le développement de la vie communautaire, économique et sociale. Ces tableaux présentent les actions suggérées, les moyens qui en découlent, les porteurs de projet et autres partenaires pressentis, les opportunités de financement et l échéancier. À titre indicatif, le court terme () englobe les actions pouvant être réalisées ou amorcées entre 2010 et 2012 ; le moyen terme (MT) correspond à la période ; le long terme (LT) s étale de 2015 à Bien entendu, il s agit d un cadre de référence qui pourra être révisé et ajusté au besoin. PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 12 40

13 Axe 1 : Aménagement du territoire L aménagement du territoire se décline en quatre champs d intervention : l amélioration du milieu de vie résidentiel, l élaboration d un concept d aménagement d ensemble pour la rue Airlie, le développement de projets mixtes et la création d espaces de jeux et de loisirs. L amélioration du milieu de vie résidentiel Compte tenu : - Que les subventions contribuent à rassurer le marché et qu elles représentent un incitatif pour la rénovation du cadre bâti existant, tout en permettant un certain contrôle des loyers 5 ; - Que la demande en logements abordables dépasse largement l offre disponible ; - Du niveau de dégradation des immeubles résidentiels existants ; - Que plusieurs locataires sont de nouveaux arrivants et qu il existe un faible sentiment d appartenance au milieu ; - Du sentiment d insécurité exprimé par les citoyens, des activités illégales et des méfaits observés dans le quartier ; - De la proximité de la zone industrielle, de l image de délabrement général créé par les terrains et espaces commerciaux vacants, de la déficience en espaces publics et semi-publics, du fait que le secteur Airlie-Bayne constitue un îlot de chaleur et une zone enclavée ; Il est recommandé de mettre en œuvre les actions suivantes : 5 Les subventions obtenues doivent être déduites de la somme totale des investissements lors du calcul de la hausse de loyer. PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 13 40

14 Actions Moyens Porteur de projet et partenaires Opportunités de financement Échéancier 1. Soutenir financièrement les propriétaires d immeubles résidentiels 1.1 Faire reconnaître le secteur de la RUI Airlie-Bayne en tant que secteur désigné Ville de Montréal 1.2 Demander la reconduction des programmes actuels («à la carte», «rénovations majeures» et «transformation d immeubles non-résidentiels») 1.3 Rendre les programmes plus performants afin qu ils tiennent compte de la réalité des grands immeubles locatifs tels ceux du secteur Airlie-Bayne (par exemple, majorer le maximum des subventions «à la carte» accordé par immeuble car les bâtiments de 52 logements ont actuellement le même niveau maximum de subvention que les immeubles de 15 logements) 1.4 Rendre les immeubles sur le territoire de l accessibles au programme de subvention «Amélioration de la sécurité» Ville de Montréal Ville de Montréal Ville de Montréal 1.5 Étudier la possibilité de mettre sur pied un programme d aide pour le secteur Airlie-Bayne afin de soutenir des travaux d embellissement des façades résidentielles et d aménagement extérieur (sous forme de crédits de taxes par exemple) 1.6 Informer les propriétaires immobiliers du secteur de la RUI Airlie-Bayne et les citoyens des différents programmes de subventions disponibles continu PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 14 40

15 2. Développer des projets de logement social et communautaire 2.1 Saisir toutes les occasions possibles, dans le cadre des programmes existants, pour développer des projets de logements communautaires (notamment des OBNL), dans le secteur de la RUI, mais aussi ailleurs dans l arrondissement comité logement LL continu Ville de Montréal ROMEL et GRT CSSS DLL 2.2 Soutenir la collaboration entre les différents acteurs clés pour faciliter l émergence de projets 2.3 Rendre le Programme AccèsLogis plus performant afin qu il tienne compte de la réalité du marché (par exemple, rehausser les subventions à la rénovation au même niveau que celles disponibles pour les constructions neuves) continu Ville de Montréal 2.4 Développer un plan de communication pour favoriser la réalisation de projets de logements sociaux et communautaires sur le territoire de la RUI et ailleurs à Voir aussi l action Améliorer la salubrité des immeubles 3.1 Poursuivre l entente entre l arrondissement et la Ville de Montréal en matière de salubrité (tant que les infractions ne sont pas toutes corrigées) Ville de Montréal continu comité logement LL 3.2 Transmettre l état d avancement de l entente entre l arrondissement et la Ville de Montréal en matière de salubrité auprès du comité responsable de la mise en œuvre du plan d intervention de la RUI arrondissement de Ville de Montréal continu 3.3 Réaliser les études nécessaires à la mise sur pied d un plan de gestion des déchets à l échelle du secteur et à l ajustement de la réglementation au besoin PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 15 40

16 3.4 Réaliser des activités d information auprès des propriétaires immobiliers et des locataires sur la gestion parasitaire : nécessité d intervenir, méthode à suivre, produits à utiliser, suivi à faire, registre des activités d extermination, etc. CSSS DLL continu 3.5 Soutenir le développement résidentiel de qualité et miser sur la construction de nouveaux immeubles pour créer une pression et un effet d entraînement afin d améliorer le stock immobilier existant continu 4. Favoriser la prise en charge (l empowerment) des locataires 4.1 Susciter la prise en charge et l implication des locataires vis-à-vis leur qualité de vie par la mise en place d une offre de services et d activités d information, de prévention et de conseil (droits et responsabilités en matière de logement, enjeux de salubrité, contrôle des loyers, allocation logement, sécurité, etc.) comité logement LL ROMEL citoyens continu PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 16 40

17 5. Assurer la sécurité du milieu de vie résidentiel 5.1 Maintenir, voire accentuer, les patrouilles à pied et le porte à porte des policiers : Communiquer régulièrement avec les concierges et les propriétaires d immeubles pour identifier et éliminer les activités illégales Réaliser des activités de sensibilisation des citoyens pour les informer des interventions réalisées par la ville et la sécurité publique et inciter la population à dénoncer les activités illégales PDQ 13 service de sécurité incendie de Montréal citoyens Progr. régional de soutien au développement d environnements sécuritaires dans les collectivités locales (DSP) Progr. de partage des produits de la criminalité (MSPQ) continu SOVERDI Progr. Quartiers 21 et Quartiers verts Fonds d action québécois pour le développement durable entreprises du secteur industriel adjacent 5.2 Poursuivre les démarches de sensibilisation des propriétaires fonciers et des concierges pour mieux contrôler l accès aux propriétés (éclairage et visibilité dans les cours des immeubles, portes sécuritaires, intercom, caméras de surveillance, salles de lavage aux étages plutôt qu au sous-sol, etc.) Voir aussi le point 1.4 PDQ 13 continu 5.3 Valider la nécessité de conserver l ensemble des stationnements intérieurs et étudier d autres utilisations possibles (Communauto, salles communes, logements familiaux, etc.) Voir aussi le point Assurer une veille sur le taux de vacances des immeubles résidentiels comité de suivi à définir continu PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 17 40

18 L élaboration d un concept d aménagement d ensemble et de verdissement du quartier Compte tenu que : - La rue Airlie constitue une porte d entrée de l et contribue à définir l image de l arrondissement ; - Cette artère de transit est peu conviviale pour les déplacements à pied et à vélo ; - Les déplacements nord-sud à l intérieur du secteur sont difficiles ; - Les parcours piétons vers les lieux de destination ne sont ni évidents, ni sécuritaires ; - La rue Airlie a un aspect très minéral et qu aucun aménagement paysager ne permet d agrémenter la promenade ; - Des îlots de chaleur importants sont présents dans le secteur ; - Les liens cyclables intra-arrondissement sont déficients et ne permettent pas de relier le secteur du bord de l eau aux différents lieux de destination de l arrondissement ; Il est recommandé de mettre en œuvre les actions suivantes : Actions Moyens Porteur de projet et partenaires Opportunités de financement Échéancier 6. Élaborer un concept d aménagement d ensemble et de verdissement 6.1 Élaborer un concept d aménagement de la rue Airlie pour marquer la transition entre la porte d entrée du pont Mercier et les quartiers résidentiels, réviser l emprise de la rue pour le bénéfice des piétons et des cyclistes, de la rue Labatt au boulevard de la Vérendrye. Une étude de circulation pour évaluer les diverses stratégies pour réduire la vitesse et gérer adéquatement la circulation de transit est nécessaire. arrondissement de Ville de Montréal 6.2 Élaborer et appliquer des critères d aménagement permettant de définir l image d un boulevard urbain vert et sécuritaire 6.3 Sécuriser les traverses piétonnes aux intersections déjà établies avec une attention particulière pour les accès vers des lieux de destination : accès piéton au centre de la rue Airlie, accès vers le lien vert projeté sur l emprise de la voie ferrée, accès au niveau de la 80 e Avenue en direction des écoles, etc. PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 18 40

19 6.4 Évaluer la création d un lien piétonnier entre les rues Bayne et Airlie, dans l axe de la rue Tremblay MT 6.5 Réaliser la piste cyclable prévue sur la 90 e Avenue Ville de Montréal 6.6 Évaluer la possibilité d intégrer un lien cyclable sur la rue Airlie, de la 90 e à la 75 e Avenue 6.7 Transmettre un avis au MTQ pour la mise en place de mesures d apaisement dans le cadre du chantier de l échangeur Turcot 6.8 Réviser la réglementation du côté sud de la rue Boivin pour ne permettre que des usages industriels légers et présentant un faible risque de nuisances 6.9 Verdir la zone industrielle limitrophe, plus particulièrement les terrains de la rue Boivin ; créer un écran végétal entre les industries de la rue Boivin et les immeubles résidentiels de la rue Airlie SOVERDI propriétaires fonciers Progr. de lutte aux îlots de chaleur (INSPQ) 6.10 Revoir le règlement de zonage et les marges latérales pour permettre d aménager les cours ; réviser les normes relatives aux stationnements, à la circulation et à la gestion des ordures 6.11 Verdir les propriétés privées et plus particulièrement les cours des immeubles d habitations SOVERDI Progr. de lutte aux îlots de chaleur (INSPQ) continu propriétaires fonciers 6.12 Réaliser des études de faisabilité et de conception de projets de verdissement afin de mettre en œuvre des projets pilotes de verdissement et de jardinage sur les espaces extérieurs privés SOVERDI Progr. de lutte aux îlots de chaleur (INSPQ) Héritage Laurentien PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 19 40

20 6.13 Coordonner la concertation avec l ensemble des propriétaires résidentiels et industriels concernés 6.14 Compléter la plantation d arbres en marge avant des propriétés privées le long de la rue Airlie ; aménager deux cours privées dans les principes de développement durable à titre de projets démonstratifs SOVERDI propriétaires fonciers Progr. de lutte aux îlots de chaleur (INSPQ) PLAN D INTERVENTION POUR LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SEEUR AIRLIE-BAYNE À LASALLE 20 40

Pour une population plus active. Le milieu municipal peut faire la différence

Pour une population plus active. Le milieu municipal peut faire la différence Pour une population plus active Le milieu municipal peut faire la différence Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question

Plus en détail

REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SECTEUR «LAURENTIEN-GRENET» : BÂTIR ENSEMBLE UN QUARTIER À NOTRE IMAGE PRIORITÉS AUTOMNE 2009 DÉCEMBRE 2010

REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SECTEUR «LAURENTIEN-GRENET» : BÂTIR ENSEMBLE UN QUARTIER À NOTRE IMAGE PRIORITÉS AUTOMNE 2009 DÉCEMBRE 2010 REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE DU SECTEUR «LAURENTIEN-GRENET» : BÂTIR ENSEMBLE UN QUARTIER À NOTRE IMAGE PRIORITÉS AUTOMNE 2009 DÉCEMBRE 2010 LE CADRE DE VIE Prioriser le développement de projets de logements

Plus en détail

PLAN D ACTION DE SÉCURITÉ POUR LE QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY ET STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE

PLAN D ACTION DE SÉCURITÉ POUR LE QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY ET STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE PLAN D ACTION DE SÉCURITÉ POUR LE QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY ET STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE VERSION FINALE COMITÉ LOCAL DE REVITALISATION INTÉGRÉE DU QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY (RUI 2) 1 TABLE DES MATIÈRE

Plus en détail

PLAN D ACTION POLITIQUE FAMILIALE ET CERTIFICATION MADA 2013-2014-2015. Objectifs Actions Responsables Priorité

PLAN D ACTION POLITIQUE FAMILIALE ET CERTIFICATION MADA 2013-2014-2015. Objectifs Actions Responsables Priorité 03-04-05 Communications Procéder annuellement à la nomination d un responsable des questions familiales au sein du conseil municipal Conseil municipal Effectuer le suivi du plan d action de la politique

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Plan de fidélisation des familles 2014-2017. Soutenir les familles tout au long de leur parcours résidentiel

Plan de fidélisation des familles 2014-2017. Soutenir les familles tout au long de leur parcours résidentiel Plan de fidélisation des familles 2014-2017 Soutenir les familles tout au long de leur parcours résidentiel Montréalaises, Montréalais, Notre ville est riche de près de 300 000 familles sur son territoire,

Plus en détail

Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015

Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015 Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015 Version Finale 4 juin 2012 1 MISE EN CONTEXTE ALLIANCES Le Plan d action gouvernemental pour la solidarité et l inclusion sociale 2010-2015

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Plan de mobilité durable du quartier Saint-Sauveur. Une démarche citoyenne

Plan de mobilité durable du quartier Saint-Sauveur. Une démarche citoyenne Plan de mobilité durable du quartier Saint-Sauveur Une démarche citoyenne Exemples de limites à la mobilité durable Constats en bref Caractéristiques de la population - Les 20-34 ans constituent la

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

Cadre d intervention. Les ateliers d artistes

Cadre d intervention. Les ateliers d artistes Ville de Montréal Service de la culture Division des quartiers culturels Cadre d intervention Les ateliers d artistes 1 Service de la culture Division des quartiers culturels 801, rue Brennan, 5 e étage

Plus en détail

inventaire des mesures existantes définition de la famille

inventaire des mesures existantes définition de la famille 2 POLITIQUE FAMILIALE 3 4 5 6 7 8 8 9 mot du maire mot de la conseillère déléguée à la famille introduction inventaire des mesures existantes portraits de famille mission générale de la politique générale

Plus en détail

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Responsabiliser les propriétaires Impliquer les locataires Objectifs Le Plan d action de lutte à l insalubrité des logements de la Ville de

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR DE QUARTIER VIEUX-QUÉBEC HAUTE-VILLE - BASSE-VILLE ET CAP-BLANC DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LES ORIENTATIONS ET LES OBJECTIFS

PLAN DIRECTEUR DE QUARTIER VIEUX-QUÉBEC HAUTE-VILLE - BASSE-VILLE ET CAP-BLANC DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LES ORIENTATIONS ET LES OBJECTIFS PLAN DIRECTEUR DE QUARTIER VIEUX-QUÉBEC HAUTE-VILLE - BASSE-VILLE ET CAP-BLANC DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LES ORIENTATIONS ET LES OBJECTIFS Note : La consultation publique a lieu le lundi, 27 mars, 18

Plus en détail

Présentation du Programme de prévention et de soutien relié aux tags et aux graffitis

Présentation du Programme de prévention et de soutien relié aux tags et aux graffitis Présentation du Programme de prévention et de soutien relié aux tags et aux graffitis Pour contrer le problème du vandalisme par tags et graffitis, la Ville de Gatineau a mis sur pied un Programme de prévention

Plus en détail

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait...

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait... OUTILS DE RÉALISATION D UN PORTRAIT DE MILIEU IEU DANS LE CADRE DE L L OPÉRATION QUARTIER Août 2003 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 Mise en contexte...4 Fédéral...5 National (Québec)...5 Régional...6

Plus en détail

PANORAMA. organismes communautaires

PANORAMA. organismes communautaires PANORAMA des types de financement accessibles aux organismes communautaires 3 février 2011 Formes de financement Financement direct gouvernemental (soutien à la mission globale, ententes de service, projets)

Plus en détail

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1 CONTEXTE L Union des Tunisiens de Québec (UTQ), et en présence du Consul de la Tunisie à Montréal, a organisé le 18 février 2012 le premier forum sur les préoccupations de la communauté tunisienne de la

Plus en détail

Automne 2005 : Consultation sur les orientations pour la sécurité alimentaire dans le cadre d un budget récurrent.

Automne 2005 : Consultation sur les orientations pour la sécurité alimentaire dans le cadre d un budget récurrent. Initiative de soutien au développement de la sécurité alimentaire dans la région de Montréal. Cadre de référence 2007-2012 Document de consultation Agence de la santé et des services sociaux de Montréal-

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT 1. MISSION ET PHILOSOPHIE D INTERVENTION DU SLCVC En vue de l amélioration de la qualité de vie de tous les Bromontois

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

Enjeu 1 Transport des personnes et des marchandises

Enjeu 1 Transport des personnes et des marchandises Enjeu 1 Transport des personnes et des marchandises 1.1) Offre de transport collectif et actif 1.1.1) Amélioration de l offre de transport collectif et actif 1.1.1.1) Faire les représentations nécessaires

Plus en détail

LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE (RUI) DANS UN SECTEUR DE CHOMEDEY RAPPORT FINAL DE L ENTENTE DE PARTENARIAT 2008-2009-2910

LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE (RUI) DANS UN SECTEUR DE CHOMEDEY RAPPORT FINAL DE L ENTENTE DE PARTENARIAT 2008-2009-2910 LA REVITALISATION URBAINE INTÉGRÉE (RUI) DANS UN SECTEUR DE CHOMEDEY RAPPORT FINAL DE L ENTENTE DE PARTENARIAT 2008-2009-2910 La RUI de Chomedey: une définition, une approche Le territoire visé et la raison

Plus en détail

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Montréal, 2002 Ville de Montréal Le contenu de cette présentation est tiré du guide d aménagement «Pour un environnement urbain sécuritaire»

Plus en détail

Développement du concept d aménagement du centre-ville

Développement du concept d aménagement du centre-ville Développement du concept d aménagement du centre-ville L objectif de la rencontre Présenter le concept d aménagement du centre-ville développé par les comités de travail Le déroulement proposé 1. Rappel

Plus en détail

Version finale, dernière mise à jour : 12 février 2009 Page 1 de 7

Version finale, dernière mise à jour : 12 février 2009 Page 1 de 7 La communauté de Montréal-Nord doit miser sur sa jeunesse. Elle doit fournir un environnement stimulant et valorisant pour que les jeunes aient accès aux services, aux équipements et aux ressources dont

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 NOTE Il faut considérer que le CV est constitué d une petite équipe et de finances limitées. Il faut conserver de l espace

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

Champ d intervention 2 : Loisirs, sports et culture

Champ d intervention 2 : Loisirs, sports et culture PLAN D ACTION 2011-2014 Politique familiale et des aînés de Saint-Ulric Champ d intervention 1 : Communication 1.1. Favoriser une meilleure circulation de l information concernant les initiatives citoyennes,

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Mémoire. Consultation sur le projet immobilier LES ATELIERS CASTELNAU

Mémoire. Consultation sur le projet immobilier LES ATELIERS CASTELNAU Mémoire Consultation sur le projet immobilier LES ATELIERS CASTELNAU Déposé par le Groupe de ressources techniques Bâtir son quartier à l Office de consultation publique de Montréal 12 MARS 2014 Groupe

Plus en détail

La planification stratégique

La planification stratégique 1 Ordre du jour Mot de bienvenue A. La planification stratégique B. La population du territoire C. Les programmes 0-18 ans et jeunes en difficultés: validation de l état de situation D. Les enjeux et les

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INSTITUT NATIONAL D EXCELLENCE EN SANTÉ ET EN SERVICES SOCIAUX (INESSS)

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INSTITUT NATIONAL D EXCELLENCE EN SANTÉ ET EN SERVICES SOCIAUX (INESSS) PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INSTITUT NATIONAL D EXCELLENCE EN SANTÉ ET EN SERVICES SOCIAUX (INESSS) 2014-2015 Table des matières 1 INTRODUCTION... 3 2 PRÉSENTATION DE L ORGANISME...

Plus en détail

Un chantier d intervention dans deux quartiers défavorisés de Sherbrooke

Un chantier d intervention dans deux quartiers défavorisés de Sherbrooke Un chantier d intervention dans deux quartiers défavorisés de Sherbrooke Vendredi, le 12 mars 2010 13 e Journées annuelles de santé publique Intervention de proximité : développement des personnes et des

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur :

Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur : Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur : La traversée de la rue à Montréal : Comment accroître le confort et la sécurité des piétons 10

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

RÉSUMÉ DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DU CITOYEN MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC

RÉSUMÉ DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DU CITOYEN MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC RÉSUMÉ DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DU CITOYEN MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC Novembre 2014 UN BREF RAPPEL : Pourquoi ce sondage a été réalisé? Parce que l opinion du citoyen est importante. La Municipalité

Plus en détail

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE PROJET DE LOGEMENT SOCIAL AVEC SERVICES DE GARDE ET

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes.

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes. Présent dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis 1998, le Centre local de développement s est impliqué fortement dans son milieu pour combler les besoins collectifs. De par ses actions structurantes, le CLDVG

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2014-2017

PLAN STRATÉGIQUE 2014-2017 PLAN STRATÉGIQUE 2014-2017 Présentation Ce plan stratégique décrit les orientations qu a résolu d adopter le (CJSS) pour la réalisation de sa mission 1 au cours de la période 2014-2017. Il vise à guider

Plus en détail

PRIORITÉS D ACTION PLAN D ACTION POUR L AMÉLIORATION DE LA SÉCURITÉ EN MILIEU URBAIN. Agir Pour des LiEux PubLicS SécuritAirES.

PRIORITÉS D ACTION PLAN D ACTION POUR L AMÉLIORATION DE LA SÉCURITÉ EN MILIEU URBAIN. Agir Pour des LiEux PubLicS SécuritAirES. PLAN D ACTION POUR L AMÉLIORATION DE LA SÉCURITÉ EN MILIEU URBAIN octobre 2015 PRIORITÉS D ACTION Agir Pour des LiEux PubLicS SécuritAirES PLAn d Action Pour L AméLiorAtion de LA Sécurité En milieu urbain

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Le CLIC de Bordeaux-Cartierville

Le CLIC de Bordeaux-Cartierville Étude de cas #1 Le CLIC de Atelier sur l impact collectif Mai 2014 Les conditions préalables à l impact collectif Un sentiment d'urgence En 1990, un colloque intitulé "Deux mondes, deux réalités" est organisé

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Assemblée publique de consultation 27 janvier 2015. Requalification d un bâtiment industriel 101, avenue Van Horne

Assemblée publique de consultation 27 janvier 2015. Requalification d un bâtiment industriel 101, avenue Van Horne Assemblée publique de consultation 27 janvier 2015 Requalification d un bâtiment industriel 101, avenue Van Horne Autoriser la requalification des façades du bâtiment, son occupation partielle à des fins

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

4 juin 2015 Présenté par: Maëlle Brouillette, et Athanasios Tommy Mihou,

4 juin 2015 Présenté par: Maëlle Brouillette, et Athanasios Tommy Mihou, S entraider pour faire pousser une communauté projet de verdissement et de potagers urbains- centres d hébergement du CIUSSS de l Est-de-l Îlede-Montréal 4 juin 2015 Présenté par: Maëlle Brouillette, et

Plus en détail

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES»

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» Année 2010-2011 Répondante pour les organismes de Saint-Laurent A/S

Plus en détail

101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones;

101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones; CHAPITRE XI : STATIONNEMENT HORS-RUE 101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones; 2 o s appliquent à toute nouvelle construction

Plus en détail

Action ou mesure non-réalisée. Action ou mesure partiellement réalisée

Action ou mesure non-réalisée. Action ou mesure partiellement réalisée LES ACTIONS 2 0 1 1-2 0 1 2 BILAN Décembre 2011 BILAN LÉGENDES En vert : En bleu : En rouge : Action ou mesure réalisée Action ou mesure partiellement réalisée Action ou mesure non-réalisée page 2 Ville

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président du CRAIM Le 23 novembre 2010

Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président du CRAIM Le 23 novembre 2010 Bilan de l'étude du CRAIM sur les meilleures pratiques observées pour la concertation locale en gestion des risques industriels majeurs - L'expérience des CMMI. Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET Composition du dossier (Arrêté Ministériel du 21 août 2009) Transmis en douze exemplaires ou par voie électronique, plus deux exemplaires supplémentaires par département limitrophe concerné par le projet

Plus en détail

12e congrès national de Métropolis IMMIGRATION ET DIVERSITÉ

12e congrès national de Métropolis IMMIGRATION ET DIVERSITÉ 12e congrès national de Métropolis IMMIGRATION ET DIVERSITÉ Au carrefour des cultures et au cœur du développement économique ATELIER D6, samedi 20 mars 2010 1 RACIALISATION DE LA PAUVRETÉ À MONTRÉAL :

Plus en détail

RAPPORT-SYNTHÈSE SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC ÉTUDE SUR LES IMPACTS SOCIAUX DES ACTIVITÉS DE LA SOCIÉTÉ

RAPPORT-SYNTHÈSE SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC ÉTUDE SUR LES IMPACTS SOCIAUX DES ACTIVITÉS DE LA SOCIÉTÉ SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC SUPPLÉMENT ÉTUDE SUR LES IMPACTS SOCIAUX DES ACTIVITÉS DE LA SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC RAPPORT-SYNTHÈSE LE LOGEMENT SOCIAL ET COMMUNAUTAIRE : DES INTERVENTIONS PAYANTES

Plus en détail

19 ème arrondissement quartier Danube Solidarité

19 ème arrondissement quartier Danube Solidarité 19 ème arrondissement quartier Danube Solidarité Présentation 7 800 habitants 10 hectares 91% de logements sociaux SRU Quartier reconduit, périmètre agrandit (contrat de ville 2000-2006) Déjà inscrit au

Plus en détail

LES ÉCO-QUARTIERS, POUR UNE QUALITÉ DE VIE DURABLE

LES ÉCO-QUARTIERS, POUR UNE QUALITÉ DE VIE DURABLE LES ÉCO-QUARTIERS, POUR UNE QUALITÉ DE VIE DURABLE Par définition, un éco-quartier est un milieu de vie, circonscrit dans un territoire donné, qui respecte et applique les principes du développement durable.

Plus en détail

Commission permanente sur le développement économique et urbain et. qui lui ont fait part de leurs commentaires, suggestions et

Commission permanente sur le développement économique et urbain et. qui lui ont fait part de leurs commentaires, suggestions et Commission permanente sur le développement économique et urbain et Recommandations sur la v LA COMMISSION PERMANENTE SUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET URBAIN ET La commission remercie vivement les citoyens

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL En vigueur à partir du 12 juin 2014 * * * Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches 6, rue Saint-Jean-Baptiste Est, bureau

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION Projet de règlement no. 1 : Règlement sur les stationnements et la mobilité urbaine PRÉSENTATION Présenté par Madame Marie-Ève Dostie, membre du comité exécutif,

Plus en détail

La réalisation de ce scénario de revitalisation a été rendu possible grâce à :

La réalisation de ce scénario de revitalisation a été rendu possible grâce à : La réalisation de ce scénario de revitalisation a été rendu possible grâce à : Comité de travail Céline Parr, présidente, Nicolet Denis Jutras, conseiller municipal, Ville de Nicolet Ginette Germain, agente

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Le ministère du Développement durable, a pour mission d assurer la protection de l environnement, des écosystèmes naturels et de la biodiversité. Le Ministère doit contribuer au bien-être des générations

Plus en détail

MONTRÉAL, PHYSIQUEMENT ACTIVE Mémoire déposé à la Commission permanente sur la culture, le patrimoine et les sports

MONTRÉAL, PHYSIQUEMENT ACTIVE Mémoire déposé à la Commission permanente sur la culture, le patrimoine et les sports MONTRÉAL, PHYSIQUEMENT ACTIVE Mémoire déposé à la Commission permanente sur la culture, le patrimoine et les sports Produit par La Fondation des Canadiens pour l enfance Janvier 2013 MÉMOIRE DÉPOSÉ DANS

Plus en détail

BANQUE D IMAGES www.havremontreal.qc.ca

BANQUE D IMAGES www.havremontreal.qc.ca Réaménagement de l autoroute Bonaventure à l entrée du centre-ville Sommaire des études de faisabilité Avril 2007 BANQUE D IMAGES www.havremontreal.qc.ca Autoroute_Bonaventure_vue_aérienne_2004.jpg Vue

Plus en détail

1. DESCRIPTION DU PROGRAMME 2. MISE EN CONTEXTE

1. DESCRIPTION DU PROGRAMME 2. MISE EN CONTEXTE ENTENTE ADMINISTRATIVE SUR LA GESTION DU FONDS QUÉBÉCOIS D INITIATIVES SOCIALES DANS LE CADRE DES ALLIANCES POUR LA SOLIDARITÉ (MESS-VILLE 2015) GUIDE PRATIQUE 1. DESCRIPTION DU PROGRAMME L Entente administrative

Plus en détail

Plan directeur. Quartier Vieux-Québec et Cap-Blanc 8 MAI 2014

Plan directeur. Quartier Vieux-Québec et Cap-Blanc 8 MAI 2014 Plan directeur Quartier Vieux-Québec et Cap-Blanc 8 MAI 2014 1 Le plan directeur Un outil de gestion et de planification pour le quartier Vise à améliorer la qualité de vie dans les quartiers et à établir

Plus en détail

Jeannette LeBlanc. Séminaire centre affilié universitaire, CSSS-IUGS 25 novembre 2009

Jeannette LeBlanc. Séminaire centre affilié universitaire, CSSS-IUGS 25 novembre 2009 Opérationnalisation du modèle de Duraiappah 2002 : application au processus de travaux majeurs entrepris par l Office municipal d habitation de Montréal Séminaire centre affilié universitaire, CSSS-IUGS

Plus en détail

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau 1971 ST-LOUIS, GATINEAU (QUÉBEC) J8T 4H6 R.B.Q 2592 3533-93 Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau Lots 3 966 254 et 2 957 115 MISE

Plus en détail

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue...

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue... La réinsertion sociale Pour que la rue ait une issue... La philosophie d intervention du service de réinsertion sociale de la Maison du Père repose sur une approche de réduction des méfaits. Elle prône,

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

Le partenariat : indispensable pour supporter le plan d aménagement de l offre de formation

Le partenariat : indispensable pour supporter le plan d aménagement de l offre de formation Le partenariat : indispensable pour supporter le plan d aménagement de l offre de formation Association des cadres scolaires du Québec Le 7 février 2008 Caroline Dion, responsable FPT MELS et Hélène Fortin,

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE Plan de la présentation Élaboration du projet de politique Objet de la Politique Fondements de la Politique Définition de patrimoine Axes d intervention 1 Élaboration

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 Table des matières Présentation...2 Mise en contexte...2 Notre mission...2 Nos employés...2 Plaintes et demandes d accommodement...2 Adoption

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Bilan 2011-2012. Plan d action régional de lutte contre les punaises de lit

Bilan 2011-2012. Plan d action régional de lutte contre les punaises de lit Bilan 2011-2012 Plan d action régional de lutte contre les punaises de lit Plan d action régional de lutte contre les punaises de lit BILAN 2011-2012 Objectif Maximiser l efficacité des interventions visant

Plus en détail

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 STRATÉGIE DES PARTENARIATS DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 Catherine Giroux, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal Objectifs de la séance d information Présenter les orientations

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

Rapport synthèse : Forum citoyen sur le Plan local de déplacement de l arrondissement de Rosemont La Petite-Patrie.

Rapport synthèse : Forum citoyen sur le Plan local de déplacement de l arrondissement de Rosemont La Petite-Patrie. Rapport synthèse : Forum citoyen sur le Plan local de déplacement de l arrondissement de Rosemont La Petite-Patrie 16 octobre 2013 Table des matières Contexte... 3 Mandat... 3 Format du forum... 4 Participation...

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements Le Plan de déplacementsd au Cœur de la Stratégie des Entreprises Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. 25 janvier 2006 Document 7ème SenS libre d utilisation sous réserve d en citer la source

Plus en détail

Présentation de la Fédération lavalloise des OSBL d'habitation (FLOH) à la Conférence régionale des élus de Laval (CRÉ)

Présentation de la Fédération lavalloise des OSBL d'habitation (FLOH) à la Conférence régionale des élus de Laval (CRÉ) Fédération lavalloise des OSBL d'habitation 925, avenue de Bois-de-Boulogne #400 Laval (QC) H7N 4G1 (450) 662-6950 floh@rqoh.com www.rqoh.com Présentation de la Fédération lavalloise des OSBL d'habitation

Plus en détail

politique familiale et des aînés Politique familiale et des aînés 1

politique familiale et des aînés Politique familiale et des aînés 1 politique familiale et des aînés Politique familiale et des aînés 1 Mai 2012 FPO Table des matières Mot du maire et de la conseillère municipale responsable du volet communautaire.... 5 Une Politique pour

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail