MOUCHES Textes de l exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MOUCHES Textes de l exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel"

Transcription

1 MOUCHES Textes de l exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel Les mouches? Vous croyez les connaître, ces petites bestioles qui s invitent partout avec effronterie. Ces mal aimées, qui voudrait s y intéresser, sinon pour les exterminer? Mais la mouche des maisons est l arbre qui cache la forêt - l extraordinaire diversité, l inventivité exubérante de la vie. Mouches, moustiques ou moucherons: ces termes du langage courant s appliquent tous à des Diptères, les «mouches à deux ailes» des entomologistes. Ce sont les MOUCHES de cette exposition. Chœur et solistes Écoute!... Ecoute le bruit de leurs ailes, pareil au ronflement d'une forge. Elles nous entourent, Oreste. Elles nous guettent; tout à l'heure elles s'abattront sur nous, et je sentirai mille pattes gluantes sur mon corps. Les mouches. Jean-Paul Sartre Volière Mouche domestique Musca domestica Cette souche de mouche domestique est dite «sensible», c est-à-dire qu elle ne présente aucune résistance aux insecticides. Il s agit de la souche de référence de l OMS. Elevée en laboratoire, elle est exempte de germes infectieux. Elevage assuré par Novartis, Centre de Recherche Santé animale SA, St-Aubin FR. Mangeurs de chair En guise de palais, je vous donnerai le trou d un tombeau, obscur et puant, en guise de mets délicieux, des vers qui rongent de l intérieur les chairs pourries. La Dança general de la Muerte. Espagne, XVe siècle Charogne Eboueurs de la nature Il suffit de 3 semaines environ aux asticots nés des pontes de quelques mouches vertes Lucilia sericata pour venir à bout du cadavre d un petit animal de la taille d un lapin. Seuls les os, la peau et les poils ne sont pas consommés, mais d autres espèces de diptères ou de coléoptères s en chargeront. Elevage: Novartis, Centre de Recherche Santé animale SA, St-Aubin FR. Une charogne Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, Ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme Sur un lit semé de cailloux, Les jambes en l'air, comme une femme lubrique, Brûlante et suant les poisons, Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique Son ventre plein d'exhalaisons. Le soleil rayonnait sur cette pourriture, Comme afin de la cuire à point, Et de rendre au centuple à la grande Nature Tout ce qu'ensemble elle avait joint ; Et le ciel regardait la carcasse superbe Comme une fleur s'épanouir. La puanteur était si forte, que sur l'herbe Vous crûtes vous évanouir. Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride, D'où sortaient de noirs bataillons De larves, qui coulaient comme un épais liquide Le long de ces vivants haillons. Tout cela descendait, montait comme une vague, Ou s'élançait en pétillant ; On eût dit que le corps, enflé d'un souffle vague, Vivait en se multipliant. Et ce monde rendait une étrange musique, Comme l'eau courante et le vent, Ou le grain qu'un vanneur d'un mouvement rythmique Agite et tourne dans son van. Les formes s'effaçaient et n'étaient plus qu'un rêve, Une ébauche lente à venir, Sur la toile oubliée, et que l'artiste achève Seulement par le souvenir. Derrière les rochers une chienne inquiète Nous regardait d'un œil fâché, Épiant le moment de reprendre au squelette Le morceau qu'elle avait lâché. Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, À cette horrible infection, Étoile de mes yeux, soleil de ma nature, Vous, mon ange et ma passion! Oui! telle vous serez, ô la reine des grâces, Après les derniers sacrements, Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses, Moisir parmi les ossements. Alors, ô ma beauté! dites à la vermine Qui vous mangera de baisers, Que j'ai gardé la forme et l'essence divine De mes amours décomposés! Charles Baudelaire Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 1/30

2 Asticothérapie ou biochirurgie Cette méthode thérapeutique utilise les asticots de la mouche verte Lucilia sericata, pour le nettoyage des plaies et le traitement de certaines affections difficiles à soigner par d autres moyens: gangrène, ostéomyélite chronique (infection bactérienne osseuse), fractures multiples. Les asticots, élevés stérilement, sont déposés sur les plaies infectées. Ils se nourrissent de la chair morte, éliminant les tissus nécrosés. Ils favorisent en outre la cicatrisation des tissus sains. Mise au point après la Première Guerre mondiale, l asticothérapie avait été abandonnée au moment de l apparition des antibiotiques dans les années Avec les phénomènes de plus en plus fréquents de résistance des microbes aux antibiotiques, elle a fait sa réapparition récemment, y compris en Suisse. Malheureusement, un des principaux obstacles à une plus large utilisation de cette technique semble être d ordre psychologique L idée d utiliser des asticots pour le nettoyage des plaies peut paraître profondément répugnante, et pourtant ces techniques étaient connues depuis longtemps de certaines médecines traditionnelles. Au XVIe siècle, le grand chirurgien Ambroise Paré avait remarqué la belle apparence et la rapide cicatrisation des plaies résultant de blessures si des larves de mouches s y trouvaient. En 1917, le chirurgien américain William Baer fit les mêmes observations chez des soldats abandonnés durant plusieurs jours sur un champ de bataille. Les larves de Lucilia sericata se développent dans toutes sortes de matières animales ou végétales en décomposition. La mouche pond aussi ses œufs dans les blessures ouvertes des bestiaux, où les larves se développent. Baer proposa une méthode de stérilisation des œufs de cette mouche pour l utilisation chirurgicale des larves. L asticothérapie était née! vidéo Asticothérapie/ 1 minute Source: La guerre des mouches, Thierry Berrod 1999 Mona Lisa Production Buveurs de sang Maudite créature de caste méprisée, qui te délectes à sucer le sang de l homme. Fables. Phèdre Chaque année, un demi-milliard d êtres humains contractent une maladie suite à la piqûre d un insecte hématophage (le vecteur). Parmi ces «mangeurs de sang», mouches et moustiques jouent un rôle majeur. Après avoir piqué un mammifère ou un oiseau porteur du germe (l hôte), ces diptères transportent, bien malgré eux, le parasite (l agent de la maladie) et l inoculent à un nouvel hôte (par exemple l Homme) lors de leur prochain repas de sang. Toutes maladies confondues, le bilan annuel est lourd : près de 2 millions de morts. La malaria n'est pas plus dangereuse qu'une mauvaise grippe; le premier médecin venu vous le confirmera. Tout de même, elle profite de l'idée qu'on s'en faisait. Elle rend trembleur, faible, et désireux que les choses vous soient extrêmement facilitées. On ne songe qu'à dormir, et le lit est bon. Mais voilà, il y a les mouches! J'aurai longtemps vécu sans savoir grand-chose de la haine. Aujourd'hui j'ai la haine des mouches. Y penser seulement me met les larmes aux yeux. Une vie entièrement consacrée à leur nuire m'apparaîtrait comme un très beau destin. L'usage du monde. Nicolas Bouvier Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 2/30

3 Maladies (textes sur lits) Les Leishmanioses Les responsables de ces maladies sont des protozoaires du genre Leishmania. Ces êtres unicellulaires microscopiques sont aspirés avec le sang lors du repas de l insecte. Le protozoaire le plus connu est Leishmania donovani, agent des leishmanioses viscérales (appelées aussi kala-azar). Des moucherons minuscules, les phlébotomes, sont les seuls vecteurs connus des Leishmania. Il en existe plus de 600 espèces dans le monde, dont une cinquantaine peuvent transmettre une leishmaniose humaine. Ces «mouches des sables» (sandflies en anglais) vivent dans des milieux plutôt secs (savane, steppe, terrain sablonneux près des habitations). Les différents types de leishmanioses se développent surtout en zone tropicale (Amérique centrale et du Sud, Est africain, Asie du Sud-Est), mais des foyers existent également dans le Bassin méditerranéen, en Asie centrale et en Chine. On a recensé une quinzaine de leishmanioses différentes à travers le monde. Ces maladies sont réunies en deux types ; celles qui se développent dans les viscères (kala-azar) et celles qui sont responsables d éruptions cutanées. Ensemble, ces parasitoses toucheraient plus de 2 millions de personnes par année, dont 60'000 décéderaient. Les symptômes des leishmanioses cutanées sont des éruptions ou des nodules à la surface de la peau (bouton d Orient par exemple). Les malades atteints de leishmanioses viscérales peuvent également avoir des éruptions cutanées, mais ce sont surtout leurs organes internes (foie, rate) qui sont touchés. Les parasites se reproduisent dans les macrophages (cellules lymphatiques), puis les détruisent. La prévention contre ce type de maladie est extrêmement difficile car elle doit être menée sur une très vaste échelle. Les phlébotomes sont très sensibles aux insecticides, mais l épandage de produits chimiques comme le DDT pose de grands problèmes environnementaux. Actuellement, selon des sources de l OMS, une équipe internationale teste un nouveau type de médicament contre les leishmanioses viscérales. Légendes des photos des vecteurs, en microscopie électronique Phlébotome Lutzomyia longipalpis, vecteur des leishmanioses de gauche à droite : tête, extrémité de la trompe, de face et de profil, balancier (photos au microscope électronique à balayage, Jean Wüest) L onchocercose L onchocercose humaine est due à un nématode (filaire) Onchocerca volvulus. A l état adulte ce ver, qui se développe dans l œil ou à proximité, peut atteindre plus d un centimètre. L homme semble être l unique hôte de cet agent parasitaire. Les vecteurs de la maladie sont des petites mouches, les simulies. Il en existe plus de mille espèces, mais seule une dizaine sont incriminées dans la diffusion du parasite. Les rivières et ruisseaux sont les milieux de développement des larves. L onchocercose se développe par foyers, le long des cours d eau, d où son nom commun de «cécité des rivières». Elle existe en Afrique noire, au Yémen et en Amérique tropicale du Brésil au Mexique. On estime que 20 à 30 millions de personnes sont atteintes par cette maladie à travers le monde, dont 95% sur le continent africain. Actuellement, un million d individus seraient aveugles en ayant contracté cette affection. Le parasite infeste l homme lors d une piqûre de simulie. Les larves de filaire, libérées sur la peau, s infiltrent activement. Le développement est sous-cutané. Lorsque ces microfilaires se trouvent près de l œil, elles peuvent provoquer le symptôme le plus grave de la maladie ; la cécité. Actuellement, le programme de prévention de l onchocercose repose presque uniquement sur la lutte contre les vecteurs. Les simulies pouvant être résistantes à certains insecticides chimiques, de nouvelles méthodes en lutte biologique ont été développées. On utilise notamment une bactérie (Bacillus thuringiensis israelensis) pour tuer les larves de simulie. Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 3/30

4 Légendes des photos des vecteurs, en microscopie électronique Simulie Simulium sp., vecteur de l onchocercose de gauche à droite : tête, pièces buccales, balancier, pièces buccales en gros plan (photos au microscope électronique à balayage, Jean Wüest) La maladie du sommeil L agent de ce fléau est un protozoaire, Trypanosoma brucei. On en distingue deux sous-espèces : T. brucei gambiense qui transmet une forme chronique de la maladie, et T. brucei rhodesiense qui provoque la forme aiguë Les vecteurs de la maladie du sommeil sont des mouches du genre Glossina (famille Glossinidae). Elles sont plus connues sous le nom de mouche tsé tsé. On en compte 22 espèces vivant dans une gamme de milieux variée ; de la savane sèche à la forêt humide. La maladie du sommeil menace plus de 60 millions d habitants dans 36 pays de l Afrique subsaharienne. La forme chronique est répandue en Afrique centrale et de l Ouest ; la forme aiguë frappe l Afrique de l Est. Presque éradiquée dans les années 1960, la maladie du sommeil (ou trypanosomiase humaine africaine) resurgit aujourd hui de manière épidémique, notamment dans les pays d Afrique qui sont en guerre. L Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que 1 500'000 personnes sont infectées par cette maladie et que 50'000 en mourraient chaque année. La maladie du sommeil se développe en deux phases. En se multipliant dans le sang, le parasite provoque une forte fièvre. Ce premier stade est caractérisé par la présence de malaises accompagnés de maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires, ainsi que des démangeaisons Lorsque le parasite envahit le système nerveux central, il cause des dommages irréversibles, menant au coma, puis à la mort si le traitement n a pas pu être administré à temps. En l absence de traitement, la maladie est toujours fatale. Pour lutter contre ce fléau, il faut pratiquer des dépistages réguliers afin d administrer les médicaments à temps. D autre part, un programme international d éradication basé notamment sur la capture des mouches tsé-tsé à l aide de pièges attractifs a débuté en octobre Légendes des photos des vecteurs, en microscopie électronique Mouche tsé tsé Glossina sp., vecteur de la maladie du sommeil de gauche à droite : tête et trompe, extrémité de la trompe, antennes, hanche (photos au microscope électronique à balayage, Jean Wüest) Le paludisme (malaria) Les agents qui transmettent cette maladie sont des êtres unicellulaires, des protozoaires du genre Plasmodium. Quatre espèces sont dangereuses, dont Plasmodium falciparum, la plus virulente. Les vecteurs de la maladie sont des moustiques appartenant au genre Anopheles. Une soixantaine d espèces peuvent transmettre le protozoaire parasite, véritable agent de la maladie. Les larves de moustiques ont besoin d eau stagnante pour se développer ; elles sont abondantes dans les milieux humides tels que les marais et les étangs. Maladie des zones humides et marécageuses, le paludisme (de l ancien français palud qui signifie marais) est largement répandu en Amérique centrale, en Amérique du Sud, en Asie du Sud-est et surtout en Afrique subsaharienne (80% des victimes). Il a été éradiqué en Europe dans la seconde moitié du 20 e siècle, mais pourrait réapparaître suite au réchauffement climatique. On estime que 1,5 à 2 millions de personnes meurent du paludisme par année et que 500 millions en souffrent. Plus de 40% de la population mondiale vit en «contact permanent» avec cette menace. Une fois injectés par le moustique, les parasites vont se multiplier dans les globules rouges du sang et les faire éclater avant de s attaquer à de nouveaux globules. Les symptômes du paludisme sont les mêmes que ceux d une grippe ou d une méningite : fortes fièvres, courbatures, maux de tête. La difficulté est donc de pouvoir faire le diagnostic rapidement, car la forme la plus grave peut tuer une personne en quelques heures. Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 4/30

5 L utilisation d une moustiquaire imprégnée d insecticide reste la meilleure prévention. La lutte chimique est toujours délicate, car des phénomènes de résistance aux produits apparaissent autant chez le moustique que chez le parasite. Légendes des photos des vecteurs, en microscopie électronique Moustique anophèle Anopheles gambiae, vecteur principal du paludisme de gauche à droite : tête, base de l antenne, pointe d un stylet de la trompe, œuf (photos au microscope électronique à balayage, Jean Wüest) Les arboviroses Comme leur nom l indique, les arboviroses sont des maladies dont les agents sont des virus. Ce sont des affections difficiles à appréhender car elles sont dues à des complexes de virus dont il existe de nombreuses formes régionales. Parmi la trentaine d arboviroses humaines recensées, les plus connues sont la dengue (film) et la fièvre jaune. Les moustiques de différents genres sont les vecteurs de ces maladies. Le genre Aedes est incriminé dans la transmission de la dengue et de la fièvre jaune. Les larves vivent dans des milieux d eau stagnante, souvent proche des habitations. La dengue, originaire d Asie, s est répandue récemment de façon spectaculaire. Elle est maintenant signalée dans une centaine de pays des Amériques, d Afrique, d Asie et du Pacifique. Elle n a pas encore été signalée en Europe. La fièvre jaune est une maladie des zones tropicales d Amérique et d Afrique. Comme pour la malaria, on estime que 40% de la population mondiale est exposée au risque de contracter la dengue. 20 millions de personnes seraient infectées et en mourraient chaque année selon les données de l OMS. Selon les mêmes sources, la fièvre jaune affecte personnes et en tue par an. Ce sont les enfants qui sont les plus touchés par ces maladies. La dengue et la fièvre jaune sont des maladies hémorragiques aux symptômes presque semblables. Toutes deux donnent des fortes fièvres, des maux de tête et des douleurs musculaires. Les virus attaquent notamment le foie, les reins (fièvre jaune) et le système cardio-vasculaire (dengue). La prévention est difficile, mais la population peut jouer un rôle important dans la lutte contre les moustiques du genre Aedes en éliminant les habitats larvaires (eau croupissant dans les vases, cruches, etc.) et en utilisant des répulsifs. Dans de nombreux pays, on a également recours à la pulvérisation d insecticides dans les habitations, sans toutefois qu on ait pris la peine d évaluer les risques que cela pouvait comporter pour la santé. Légendes des photos des vecteurs, en microscopie électronique Moustique, vecteur de maladies à virus de gauche à droite : base de l antenne, extrémité de la gaine de la trompe, pointe d un stylet de la trompe, ornementation de l oeuf (photos au microscope électronique à balayage, Jean Wüest) Autres maladies Les diptères, mouches ou moustiques, sont vecteurs de nombreuses maladies bien moins connues que le paludisme ou la maladie du sommeil. Outre leur rôle de vecteurs, les mouches peuvent également être les agents de parasitoses que l on apelle des myiases. Enfin, par leurs habitudes alimentaires, de nombreuses espèces transportent passivement des germes infectieux. Filarioses On regroupe sous ce nom les maladies parasitaires provoquées par des filaires (petits vers ronds ou nématodes). Mis à part pour l onchocercose (voir espace consacré à cette maladie) et la loase (voir après), les parasites sont transmis par des moustiques (Culex, Aedes, Anopheles, etc.). L éléphantiasis ou filariose de Bancroft, très spectaculaire, est la plus connue de ces affections (film). Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 5/30

6 Loase La loase est une filariose limitée aux zones forestières d Afrique équatoriale. Les vecteurs ne sont pas des moustiques, mais des taons du genre Chrysops. En une dizaine de mois, le parasite, un nématode nommé Loa loa, passera du stade larvaire à l adulte qui peut mesurer 7 cm. Si la filaire n est pas extraite, elle vivra sous la Peau de son hôte une quinzaine d années! Myases Ce terme vient du grec Myia qui veut dire mouche. L agent est en effet un asticot (larve de mouche) qui se nourrit directement des tissus de l hôte (homme ou autre mammifère). Ce sont surtout des représentants de la famille des Calliphoridés (film) et des Sarcophagidés qui provoquent des myases. Choléra, typhus et dysenterie De nombreuses espèces de mouches qui fréquentent les matières en décomposition et les excréments transportent passivement des germes infectieux sur les muqueuses, les plaies ou encore les aliments. On les soupçonne de favoriser des épidémies de choléra, de typhus ou de dysenterie. Prévention par l hygiène Une stratégie de prévention à l échelle planétaire doit être mise en place pour lutter contre les maladies dont les diptères sont les vecteurs. La cause principale de la transmission de germes par les mouches reste trop souvent un problème d hygiène générale. C est seulement lorsque les milieux de développement de leurs larves sont abondants que les mouches pullulent. Légendes des photos des vecteurs, en microscopie électronique Mouches, transporteurs passifs de germes pathogènes de gauche à droite : tête, trompe, antennes, pelote de l extrémité d une patte (photos au microscope électronique à balayage, Jean Wüest) Mort aux mouches! Pour tuer des mouches, voici la manière la plus expéditive, quoique ça ne soit pas la meilleure: on les écrase entre les deux premiers doigts de la main. Les chants de Maldoror. Lautréamont Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 6/30

7 CINEMA MOUCHES Film-spectacle Salle de projection texte du film "Bonjour Je m'appelle PINGET Ernest. Après un début en biologie, j'ai fini comme soignant en gériatrie Les vieux, c'est pas drôle tous les jours : à côté, je faisais des photos de mariages. Un ami à moi, Amédée CLOTTU, travaillait au Muséum : il m a trouvé une place comme photographe dans la Maison. En plus, on partageait le même hobby : le dimanche, on chassait les insectes, et les soirs, on épinglait nos récoltes en discutant. Certains de nos trophées sont dans l'expo (il montre le haut) Un jour, le patron vient vers moi : "Tu sais bien parler des mouches, c'est toi qui présente l expo! " Pour dire honnêtement, j aurais pas dû accepter. Être ici devant vous, ça donne le trac Bon Parlons enfin des mouches Que fait une mouche dans sa vie de tous les jours? Prenons cette simple "Mouche à viande". Sa vie dure à peu près un mois. Premier point Une mouche passe son temps à faire sa toilette. Dans toutes les situations, vous les verrez se nettoyer. Si c'était un homme, on dirait qu'il a un trouble obsessionnel Chez la mouche c'est une tâche indispensable. Son corps est couvert capteurs sensoriels très sophistiqués. Regardez bien : on voit la poussière dont elle se débarrasse. Le moindre de ses poils sert à repérer ce qu'elle touche. Avec ses palpes, elle perçoit les saveurs, tandis que ses antennes entre les yeux distinguent les odeurs. Sous ses pattes griffues, des coussinets couverts de ventouses expliquent comment elle peut marcher au plafond Sa trompe fonctionne comme une éponge, pour absorber sa nourriture. Les mouches ne consomment que des matières liquides. Ici, notre mouche à viande se délecte de miel. L'appareil génital de la femelle porte un nom très high-tech : "ovipositeur télescopique". ça sert à cacher ses œufs au fond de la moindre cavité. La mouche est une pondeuse record. En six mois, une seule femelle pourrait assurer une descendance de 4'000 milliards d'individus! Toutes les terres de la planète couvertes d'un mètre de mouches en six mois! Alors là Même pour moi, ça fout la chair de poule! Rassurez-vous, c'est juste un calcul de fort-en-thème. Seules 5 mouches sur cent arrivent à l'âge adulte, mais ça fait déjà beaucoup! Combien existe-t'il d'espèces de mouches? Vous verrez, c'est plutôt décoiffant! Pour comprendre, prenons d'abord les fleurs. À l'état sauvage, la nature est un comme immense jardin, composé d'une diversité incroyable de formes et de couleurs : 2'000 espèces de fleurs en Suisse! Pourquoi? Pas seulement pour faire "joli". Pendant des dizaines de millions d'années, chacune de ces fleurs s'est adaptée à un climat ou à terrain particulier pour survivre. Dans la nature, tout se tient! La forme et la couleur d'une fleur résultent de son adaptation à l'habitat qu'elle s'est choisi. 2'000 espèces de fleurs Suisse, on a dit. On y trouve aussi 100 espèces de mammifères et 400 espèces d'oiseaux. Et les mouches? Accrochez-vous, c'est effarant! Il en existe entre 6'000 et 9'000 espèces en Suisse! 134'000 espèces sont connues dans le monde et plusieurs millions restent encore à découvrir. Les mouches les diptères comme les appellent les scientifiques représentent 1/5 de toutes les espèces du monde vivant! Les mouches sont des insectes hyper spécialisés Prenons quelques mouches assez communes : Cette "Mouche à gros yeux" fréquente l'herbe et les feuillages parce qu'elle y trouve les cicadelles. Elle pond ses œufs dans ces minuscules insectes et ses larves les dévorent de l'intérieur pour se développer. Le "Taon des pluies" le tavan des moissonneurs est plutôt branché sur les mammifères. Si le mâle est végétarien, la femelle est une mouche piqueuse, qui boit du sang chaud pour faire prospérer ses œufs. La "Mouche à merde" porte bien son nom : elle pond ses œufs dans les excréments, où ses larves pataugent avec volupté jusqu'à la métamorphose. Les "Mouche des fruits" sont des insectes bucoliques. Certaines choisissent des fleurs pour y déposer leurs œufs, d autres préfèrent les avocats ou les oranges, par exemple. Cette "Hippoboscide" un nom à coucher dehors passe sa vie d'adulte dans une maison volante. Lovée dans le plumage d'une hirondelle ou d'un martinet entre autres elle se balade dans l'azur avec l oiseau Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 7/30

8 Regardez maintenant cette perle Je vous l'agrandis un peu Voilà. Cette mouche, prisonnière de l'ambre, a vécu il y a 40 millions d'années : on dirait une mouche d'aujourd'hui Mais en fait, c'est une jeunette! Plus loin dans l'expo, vous verrez la plus ancienne mouche fossile connue : 240 millions d'années Cette découverte laisse supposer que les mouches sont de très anciennes créatures de l'évolution. Tout ce temps leur a permis de se spécialiser Voyons ça avec un autre exemple La mouche tsé-tsé. Vous l'avez déjà vu, cette buveuse de sang véhicule bien malgré elle des parasites mortels. Terrain de chasse : la savane africaine où paissent ses fournisseurs habituels, les herbivores. Base arrière : le long des cours d'eau, à l abri du soleil. Championne de vitesse, ses démarrages à 60 Km/heure lui permettent des échappées fulgurantes sous le soleil torride. Sa cuirasse la protège des coups de queue et de la déshydratation. Elle chasse à vue car ses yeux repèrent aisément les silhouettes sombres dans le lointain de la savane. Si la Nature, si la sélection naturelle en a fait un ennemi redoutable, elle a aussi donné des armes à ses proies pour s'en défendre: Les ruminants, groupe très anciens dans le cours de l'évolution, ont mis à profit leur longue cohabitation avec la mouche pour développer des anticorps qui rendent ses piqûres inoffensives. Apparu en Afrique beaucoup plus tard, le zèbre a manqué de temps pour s immuniser. Mais la Nature l'a gratifié d'une parade étonnante : son pelage aux rayures verticales noires et blanches! Ce camouflage brouille la vue de la mouche. Pour elle, le zèbre est invisible! C est pas beau, ça? Eh bien, quand j ai raconté cette merveille au patron, il a rigolé : "Les zèbres sont noir et blanc parce qu ils tiennent pour la Juventus", il m a fait! Et l homme, vous me direz? Espèce la plus récente, il n avait aucune défense contre le parasite, sinon la fuite. À ce propos, un scientifique allemand affirme que l'homo sapiens aurait quitté son paradis terrestre à cause d'une recrudescence de l'invasion, provoquée par un basculement soudain du climat. Parmi les savants, il y a des poètes. Adam chassé par la mouche tsé-tsé. Bien entendu, l'homme est revenu en Afrique. (Passage de l'hélicoptère) Aujourd'hui, son arme contre la mouche, c'est son intelligence! Passons Quant à la mouche, vous allez découvrir dans les salles suivantes le rôle qu'elle joue pour l'équilibre de notre planète. Bien entendu, la nature est souvent cruelle. Mais pas plus que nous autres, sur les trottoirs de Bagdad ou à la Bourse de Zürich. Je vous souhaite une bonne visite. Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 8/30

9 12 histoires de mouches Les diptères, des insectes qui ont réussi Bien que largement méconnue ou sous-estimée, l importance des diptères dans la biodiversité est énorme. Au niveau mondial, environ 134'000 espèces de diptères ont été décrites, mais ce nombre est certainement largement en dessous de la réalité. Les estimations, rendues difficiles car bien des régions tropicales sont encore à peine prospectées, oscillent entre 1 et 5 millions d espèces! On estime qu un cinquième de toutes les espèces vivantes de Suisse, animaux et plantes confondus, sont des diptères. Plus de espèces ont déjà été inventoriées, mais le nombre réel d espèces vivant dans notre pays doit être proche de 9 000! En comparaison, le nombre de plantes est un peu supérieur à espèces, celui des oiseaux d un peu plus de 400, celui des mammifères de moins de 100. Malheureusement, bon nombre de ces espèces risquent de disparaître avant même d avoir été répertoriées, en même temps que les milieux naturels où elles vivent, victimes des activités humaines incontrôlées. Les régions tropicales qui abritent une part très importante de la biodiversité mondiale sont les plus menacées. Une espèce, cent espèces, dix mille espèces de mouches de moins, quelle importance? Et pourtant, chacune d entre elles, même le plus petit moucheron, a son rôle à tenir dans l immense partition jouée par toutes les espèces vivantes de la planète, un rôle irremplaçable dont nous ne soupçonnons souvent pas du tout l importance. [texte du "gâteau"] La biodiversité globale de la Terre (l ensemble des espèces vivantes d animaux, de plantes, de champignons et même de bactéries) peut être représentée par un gâteau. Les insectes en occupent plus des trois quarts. A eux seuls, les diptères représentent environ le 20% des espèces vivantes actuelles, c est-à-dire le 1/5 du gâteau! Groupes présentés : Diptères Hyménoptères Coléoptères Lépidoptères autres Insectes autres Arthropodes Mollusques autres Invertébrés Vertébrés Mouches, mouchelettes, moucheronnettes, moucherons... Du plus frêle moucheron à la mouche la plus robuste, la diversité des diptères est extraordinaire, tant du point de vue de leur aspect que de leurs modes de vie. Les quelque espèces connues se répartissent en environ 170 familles*, dont plus de 120 ont des représentants en Europe. Certaines d entre elles sont des reliques, de véritables fossiles vivants, ne comptant plus que quelques espèces limitées à des milieux bien particuliers. D autres au contraire sont florissantes, en pleine évolution, regroupant des milliers d espèces qui occupent les milieux les plus divers. Plus du tiers des familles actuelles de diptères figurent dans cette «procession» qui met en évidence les différentes lignées et leurs parentés. *Dans la classification zoologique, les familles se reconnaissent à leur nom se terminant par -idae. Tipulidae Limoniidae Ptychopteridae Chironomidae Cecidomyiidae Scatopsidae Bibionidae Mycetophilidae Keroplatidae Sciaridae Anisopodidae Culicidae Trichoceridae Ceratopogonidae Psychodidae Xylomyidae Stratiomyidae Rhagionidae Pantophthalmidae Bombyliidae Tabanidae Scenopinidae Asilidae Therevidae Mydidae Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 9/30

10 Coenomyidae Empididae Dolichopodidae Hybotidae Microphoridae Lonchopteridae Phoridae Pipunculidae Syrphidae Nycteribiidae Hippoboscidae Glossinidae Scathophagidae Muscidae Anthomyiidae Fanniidae Sarcophagidae Tachinidae Calliphoridae Neriidae Micropezidae Psilidae Diopsidae Lonchaeidae Ulidiidae Conopidae Platystomatidae Tephritidae Pallopteridae Sciomyzidae Sepsidae Clusiidae Anthomyzidae Agromyzidae Opomyzidae Milichiidae Sphaeroceridae Chloropidae Drosophilidae Ephydridae Heleomyzidae Asticot = mouche! ou les mystères de la métamorphose Chez les diptères, comme chez de nombreux insectes évolués à métamorphose complète, deux «vies» très différentes se succèdent chez un même individu. La larve semble être un tout autre animal que l adulte. Leur apparence, leur régime alimentaire, leur milieu de vie peuvent être complètement différents. A un «ver» rampant et dépourvu de pattes, vivant dans un habitat souvent très spécialisé et restreint, succède une créature volante extrêmement mobile capable d explorer de nouveaux milieux. Entre les deux stades, l insecte passe par une étape généralement immobile, la nymphe, durant laquelle se produit une transformation complète, appelée métamorphose. La durée de chacun des stades peut varier énormément suivant les espèces: la mouche adulte n est souvent qu une étape fugace dans la vie d un diptère en comparaison de la durée de la vie larvaire. Une vie de mouche Chaque diptère est successivement œuf, larve, nymphe et enfin adulte. De l œuf éclôt une larve qui se nourrit activement et, après plusieurs mues, se transforme en nymphe, stade immobile durant lequel s opère la métamorphose. Chez de nombreux diptères la nymphe est enfermée à l intérieur de la dernière mue larvaire durcie, en forme de tonnelet, la pupe. De la nymphe éclora la mouche adulte, appelée aussi imago ou insecte parfait, qui assurera la reproduction sexuée et permettra au cycle de recommencer. La rapidité du développement des mouches est impressionnante. Lorsque les conditions du milieu sont favorables et la nourriture abondante, il suffit de trois ou quatre semaines à la mouche domestique pour boucler son cycle. Les drosophiles sont plus rapides encore: leurs générations peuvent se succéder tous les 15 jours. Dans la nature cependant, les conditions météorologiques jouent un rôle important et un grand nombre d espèces n ont qu une ou deux générations annuelles. Vidéo Une vie de mouche 1 minute Sources : La mouche un monstre de tous les jours K. Mündl 1994, MIF Sciences La mouche, Insectoscope J.-P. Macchioni, 2003 Production MC4 Paris Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 10/30

11 Les diptères ont une longue histoire Le plus ancien diptère fossile connu, Grauvogelia arzvilleriana, est âgé de 240 millions d années On ne connaît que son aile, dont une cinquantaine d empreintes ont été découvertes dans des grès du Trias inférieur des Vosges, en France. Sa nervation montre une parenté avec celle de certains mécoptères. Ces insectes, aujourd hui peu nombreux, étaient alors un élément dominant et diversifié de la faune. On pense que les diptères ont évolué à partir d une de leurs lignées, par réduction et transformation de la paire d ailes postérieures en balanciers. Les diptères ont connu une diversification rapide: dans les dépôts d ambre du Liban et du Pays Basque (125 à 110 millions d années), on trouve des représentants de plusieurs familles actuelles, avec des formes bien reconnaissables, différant peu de celles qui vivent aujourd hui. Les familles les plus évoluées n ont fait leur apparition qu à l Eocène, il y a environ 40 millions d années. Les grands reptiles qui dominaient la Terre à l ère secondaire ont disparu, victimes d une extinction massive à la fin de cette période géologique, alors que des moucherons ont survécu presque sans changements à tous les bouleversements de notre planète depuis 125 millions d années! Au Trias, la Terre présentait une image bien différente d aujourd hui. Le grand continent unique, la Pangée, commençait à se disloquer en Laurasie au nord (qui se séparera bien plus tard en Eurasie et Amérique du Nord actuelles) et Gondwana au sud (les futures Amérique du Sud, Afrique, Inde, Antarctique et Australie). Grâce aux nombreux fossiles retrouvés dans les grès des Vosges, on peut se faire une idée de l environnement de la région à cette époque lointaine: une flore exubérante, dominée par des gingkos et des fougères à graines, recouvrait les terres. Les reptiles étaient en pleine expansion mais les dinosaures n étaient pas encore apparus. Les insectes étaient déjà nombreux et bien diversifiés. Le premier mammifère connu, à l allure et à la taille d une musaraigne, n est apparu que 20 millions d années plus tard Diptères fossiles 1. Aile de Grauvogelia arzvilleriana, le plus ancien diptère connu, âgé de 240 millions d années, fossilisée dans un grès du Trias inférieur des Vosges. (Collection de l Institut de Géologie de l Université Louis-Pasteur, Strasbourg). Les ambres sont des résines fossiles qui permettent la conservation des moindres détails des insectes qui y sont restés englués. (Collection du Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel). 2. Ectaetiinae indéterminé (Scatopsidae), ambre de la Baltique, Eocène (40 millions d années). Un moucheron appartenant à une famille encore actuelle. Comparer avec le n 3 et la photo. 3. Ectaetia clavipes (Ectaetiinae, Scatopsidae), actuel, Europe. Ce groupe de moucherons n a presque pas changé en 125 millions d années! Comparer avec le n2 et la photo. 4. Paleorachicerus (Rachiceridae), ambre de la Baltique, Eocène (environ 40 millions d années). Les rares représentants actuels de cette famille sont pratiquement limités aux régions tropicales. 5. Aile de Protomyia jucunda Heer (? Bibionidae), molasse du Locle NE, Miocène (10-15 millions d années). A cette époque, le climat de notre région était comparable à celui des Canaries aujourd hui. 6. Odiniidae, ambre dominicain, St. Domingue, Miocène/Oligocène (env millions d années). Ce morceau d ambre contient 5 autres insectes, dont un Phoride. Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 11/30

12 Manger et être mangé Importance des diptères dans les écosystèmes Très diversifiés et nombreux, présents dans tous les milieux terrestres et d eau douce, les diptères jouent un rôle majeur dans les écosystèmes. Selon leur régime alimentaire, on peut les classer en phytophages (mangeurs de matière végétale), carnivores (prédateurs et parasites) et saprophages (décomposeurs ou recycleurs). Leur importance dans les chaînes alimentaires est primordiale, leur rôle dans les grands cycles naturels immense, mais ils restent largement méconnus et sousestimés. Par leur abondance, ils constituent une importante source de nourriture pour une multitude de prédateurs: oiseaux, mammifères, reptiles, amphibiens, poissons, araignées, autres insectes. Vidéo Gobemouches en tous genres 1 minute Sources La mouche un monstre de tous les jours K. Mündl 1994, MIF Sciences La mouche, Insectoscope J.-P. Macchioni, 2003 Production MC4 Paris Coupe de sol Décomposeurs, ou recycleurs de la matière organique Feuilles mortes qui tombent sur le sol à l automne, bois mort, souches, restes végétaux de toutes sortes, déjections de tous les animaux, des crottes des chenilles aux bouses des vaches, cadavres, des puces comme des éléphants tout ce qui meurt, tombe et pourrit, s accumulerait au sol ou au fond de l eau sans les cohortes d éboueurs naturels que sont les décomposeurs. Les quantités en jeu sont gigantesques: dans une forêt de feuillus (chênaie à charme) d Europe occidentale, plus de 7 tonnes de matière végétale (en poids sec) par hectare arrivent au sol chaque année, dont plus de 3 tonnes de feuilles mortes! Ces masses considérables de «déchets» formant la litière forestière sont prises en charge par une armée de décomposeurs, bactéries, champignons, vers, acariens, mille-pattes, insectes et leurs larves, etc. Grâce à leur travail de transformation, de fragmentation et de digestion, une grande partie de la matière organique morte est restituée au sol sous forme d humus et de sels minéraux utilisables par les plantes, permettant au cycle de la vie de se perpétuer. Les diptères jouent un rôle important dans ces processus de transformation. Les larves de nombreuses familles participent activement à la dégradation de la litière forestière: sciarides, bibionides, tipulides, phorides, muscides, sont les plus importantes quantitativement. Des mouches qui pèsent lourd De même qu on peut chiffrer la production d un champ cultivé, la productivité d un milieu naturel - c est-à-dire ce qu il «fabrique» ou peut nourrir - peut être estimée. Une forêt, a non seulement une productivité annuelle en bois (accroissement des arbres) ou en feuilles, mais aussi en champignons, en oiseaux, en araignées, en vers de terre, etc. On a pu estimer que 6 millions de diptères éclosent chaque année dans un hectare de forêt feuillue en Europe occidentale, ce qui représente une biomasse de 7 kilos (poids sec), soit une productivité de 7kg/ha/année. La productivité en diptères dépasse celle de la même forêt en mammifères et en oiseaux réunis (6,3 kg/ha/année)! Les larves de diptères assurent une part importante de la dégradation des excréments. Un kilo de crottin de cheval peut nourrir jusqu à 8000 asticots de la mouche domestique. Ce travail d éboueur des matières les moins appréciées rend les mouches suspectes aux yeux de beaucoup. Pourtant, en s attaquant aux déchets et en contribuant à leur recyclage, elles jouent un rôle très important dans les écosystèmes naturels en améliorant du même coup la fertilité du sol. Espèces de mouches sur la bouse : Mouche dorée, mouche à merde Scathophaga stercoraria (Scathophagidae) Mouche verte Lucilia sericata (Calliphoridae) Mouche à damier Sarcophaga sp.(sarcophagidae) Cordilura sp. (Scathophagidae) Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 12/30

13 Mouches amoureuses Une vie de mouche est courte! Se reproduire, et donc assurer la survie de l espèce, est la grande affaire des diptères adultes. Malgré leur petite taille, les mouches montrent des comportements amoureux extraordinairement variés. Les femelles émettent généralement des hormones sexuelles, les phéromones, qui attirent irrésistiblement les mâles. La rencontre des sexes se fait souvent à l occasion de vols nuptiaux en essaim, où se réunissent les mâles et parfois les femelles. L accouplement peut avoir lieu seulement après un rituel parfois complexe de reconnaissance des sexes. Chez certaines familles, les mâles cherchent à séduire les femelles par un comportement de cour sophistiqué, parfois accompagné d un cadeau. Chez d autres, les mâles s affrontent en combat singulier pour conquérir une femelle, ou même se constituer un harem. Tous ces mécanismes compliqués de reconnaissance entre les sexes assurent à l espèce une protection contre l hybridation, en renforçant la barrière génétique souvent étroite qui la sépare des espèces voisines. Pornographie entomologique Avec 153 espèces, les tipules (famille des Tipulidae) offrent un bon exemple de la biodiversité des diptères en Suisse. Souvent très semblables extérieurement, elles se différencient assez facilement par la forme de leurs armatures génitales constituées de pièces nombreuses et aux formes complexes. C est notamment la diversité de ces organes copulateurs qui protège les espèces de l hybridation. Elle fournit également à l entomologiste un précieux moyen de les identifier. A titre d exemple, 72 des planches qui illustreront la future faune des Tipulidae de Suisse préparée par Christophe Dufour et dessinées par Sigitas Podénas, Lituanie. Accouplement de Tipula paludosa (mâle au dessus, femelle au dessous) Vidéo Combats de mouches Les «mouches à andouillers» du genre Phytalmia (Tephritides) vivent dans les forêts tropicales humides de Nouvelle-Guinée et du Nord de l Australie. Les joues des mâles portent, selon les espèces, des expansions allongées en forme de cornes ou ramifiées comme des andouillers. Ils les utilisent pour des combats aussi acharnés que ceux des cerfs toutes proportions gardées puisque ces mouches ont une taille de moins de 1 cm! Le vaincu abandonne le terrain au vainqueur qui pourra s accoupler à une femelle présente et la défendra pendant la ponte des œufs contre les avances des autres mâles. On retrouve un phénomène analogue chez les Drosophiles des îles Hawaii. Les mâles combattent pour les femelles en se poussant au moyen de leurs ailes projetées en avant. 1 minute Source : Islands a splendid isolation, Rod Morris, 1991 Natural History New Zealand Limited Boîte fermée : Achias rothschildi (Platystomatidae), une extraordinaire mouche de Nouvelle-Guinée. Les yeux des mâles sont placés à l extrémité de pédoncules de longueur variable, pouvant atteindre 2 fois la longueur du corps. (Prêt Muséum d histoire naturelle de Genève) Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 13/30

14 Les parasitoïdes, des mouches utiles à l homme Les parasitoïdes sont nombreux chez les diptères. Ils tuent l espèce qui les héberge au contraire des vrais parasites. Leurs larves dévorent leur hôte vivant et ne laissent, lorsqu elles le quittent pour se nymphoser, qu une enveloppe vide et sans vie... Des familles entières de diptères ont adopté un mode de vie parasitoïde. La plupart sont des spécialistes qui s attaquent à un groupe précis d hôtes. Leur cycle est synchronisé au cycle de l hôte et ils ont souvent mis au point des stratégies et des comportements parfaitement adaptés à la recherche de celui-ci. La panoplie des hôtes est immense et comprend pratiquement tous les groupes d invertébrés terrestres. Les insectes sont les plus nombreux, principalement les papillons (lépidoptères), les scarabées (coléoptères), les tenthrèdes, guêpes et abeilles (hyménoptères) et les diptères euxmêmes, mais également les punaises et cicadelles (hémiptères) et les sauterelles (orthoptères). Les araignées, les mille-pattes, les cloportes et les mollusques ont aussi leurs parasitoïdes spécialisés. De nombreux diptères parasitoïdes s attaquent à des ravageurs des cultures. Ce sont des auxiliaires utiles, qu on cherche à utiliser dans la lutte biologique. L emploi de ces ennemis naturels, parasites ou prédateurs, pour combattre les ravageurs, évite ainsi les effets secondaires des insecticides (intoxication du milieu et phénomènes de résistance). Les Tachinides ou tachinaires Les mouches de cette vaste famille (environ 800 espèces en Europe) vivent à l état larvaire en parasitoïdes d autres insectes: lépidoptères, coléoptères, hyménoptères, orthoptères, ou même diptères. Les chenilles des papillons sont les hôtes d un grand nombre de tachinaires : lorsqu on élève des chenilles, on a souvent la surprise de voir émerger une de ces mouche au lieu du papillon espéré! Les «vers gris» sont parmi les hôtes favoris de nombreux tachinaires. Ces grosses chenilles de papillons de nuit (famille des noctuelles) vivent cachées à la base des plantes. Elles s attaquent selon les espèces aux céréales, à de nombreux légumes, choux, salades, etc., et même à la vigne. Elles sortent la nuit pour ronger le collet ou les feuilles et provoquent des dégâts importants, allant jusqu à faire périr les plantes. Les tachinaires contribuent à limiter leur nombre et donc à réduire leurs dégâts aux cultures. D autres espèces s attaquent aux piérides, les papillons blancs dont les chenilles rongent les feuilles des choux, raves et navets. Plusieurs espèces de tachinaires sont des auxiliaires importants en sylviculture car elles se développent aux dépens de chenilles défoliatrices des pins ou des chênes. Les Sciomyzides La famille des Sciomyzides s est spécialisée sur les mollusques. Les larves de ces mouches sont des parasitoïdes ou des prédatrices d escargots et même de limaces, les dévorant de l intérieur et finissant par provoquer leur mort. Des recherches sont en cours pour essayer de les utiliser contre des limaces ravageuses des cultures potagères, ou contre certains mollusques qui sont les hôtes intermédiaires de vers parasites provoquant des maladies tropicales graves comme la bilharziose. Sciomyzidae Trypetoptera elata Mollusques terrestres Helicella Fruticicola Lauria Euthycera chaerophylli Tetanocera elata Limaces Deroceras Limax Arion Renocera pallida Bivalves aquatiques Sphaerium Pisidium Coremacera marginata Pherbellia cinerella Pherbellia albocostata Dichetophora obliterata Mollusques terrestres Cochlicopa Discus Euconulus Retinella zonitoides Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 14/30

15 Limnia paludicola Psacadina verbekei Sepedon spinipes Tetanocera ferruginea Mollusques aquatiques Lymnaea Planorbis Physa Succinea Pherbina coryleti Mollusques terrestres et aquatiques Discus Oxychilus Lymnaea Tachinides Epicampocera succincta Hôtes Piéride de la rave / Pieris rapae Piéride du navet Pieris napi Ravageurs des choux, raves et navets Cyzenis albicans Hôte Phalène brumeuse Operophtera brumata Ravageur des vergers Tachina magnicornis Hôtes Bombyx à livrée Malacosoma neustria Noctuelle du pin Panolis flammea Chetogena obliquata Bombyx du chêne Lasiocampa quercus Ravageurs des forêts Pales processioneae Hôte Processionnaire du chêne Thaumetopoea processioneae Ravageur des forêts de chêne Gymnocheta viridis Nowickia ferox Hôte Noctuelle radicée Apamea monoglypha Ravageurs des prairies Nemorilla maculosa Hôtes Carpocapse des pommes Cydia pomonella Tordeuse verte du chêne Tortrix viridiana Tordeuse rouge des bourgeons Spilonota ocellana Tordeuse du rouvre Archips crataegana Ravageurs des vergers et forêts Linnaemyia picta / Linnaemyia tesselans Tachina fera / Phryxe vulgaris Hôtes Fiancée Noctua pronuba Noctuelle baignée Agrotis ipsilon Noctuelle du choux Mamestra brassicae Noctuelle des pois Melanchra pisi Noctuelle de la persicaire Melanchra persicariae C noir C Eule Xestia c-nigrum Ravageurs des cultures et des potagers Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 15/30

16 Asticots et enquêtes criminelles L entomologie médico-légale s intéresse aux insectes nécrophages - qui se nourrissent de cadavres- afin de les utiliser dans les affaires criminelles. Elle cherche en particulier à déterminer le temps écoulé entre le moment de la mort et la découverte du corps. Elle apporte ainsi des renseignements précieux lorsque d autres indices font défaut et permet à des enquêtes policières d aboutir. Le pionnier de cette discipline est le Français P. Mégnin qui publia en 1894 La faune des cadavres. Il étudia la succession des espèces qui se développent sur un cadavre jusqu à sa décomposition complète, un processus qui peut prendre plusieurs années. Ces insectes sont en fait de véritables éboueurs de la nature, des spécialistes qui chacun prennent en charge une phase particulière de la dégradation de la matière organique. Les mouches, en particulier les mouches à viande du genre Calliphora, sont parmi les premières à venir pondre sur un cadavre frais, même caché sous des broussailles impénétrables. Elles sont capables de repérer à l odeur un cadavre à des kilomètres et apparaissent souvent quelques minutes seulement après la mort. Dès l éclosion, leurs asticots commencent immédiatement à se nourrir, passant par les 3 stades habituels de leur développement larvaire avant de se nymphoser dans une pupe d où éclora l adulte quelques jours plus tard. L entomologiste légal examine soigneusement le cadavre et prélève tous les insectes, adultes ou larves, qu il peut trouver sur lui ou à proximité immédiate. Il les identifie, en précisant leur stade de développement, et en met une partie en élevage pour confirmer l identité de l espèce. Le stade de développement atteint lui permet de déterminer la date de la ponte, c est-à-dire pratiquement celle de la mort. vidéo Une affaire mouche - Asticots et enquêtes criminelles 4 minutes Source: Une affaire mouche, J.-M. Barbe 1989 Ardèche Images Production Pattes de mouches Marcher contre une vitre, ou encore se déplacer à l envers au plafond: une performance quotidienne des mouches. Comme celles de la majorité des insectes, les extrémités de leurs pattes sont équipées d une paire de griffes, mais possèdent en plus deux ou trois petits coussinets adhésifs qui assurent l accrochage, même sur les surfaces les plus lisses, comme le verre. La microscopie électronique à balayage révèle leur structure fine, hérissée de petites crêtes. Chez certaines familles, ces coussinets portent des poils creux à travers lesquels s écoule une substance visqueuse qui augmente encore l adhérence. Atterrir au plafond la tête en bas, c est l exploit que réalise chaque jour des dizaines de fois la mouche domestique! La photographie a permis d élucider ce mystère irritant, resté longtemps inexpliqué car la rapidité de l action empêche notre oeil de saisir la succession des mouvements. Des photos prises en rafale montrent que la mouche vole droit vers le plafond, utilise ses deux pattes antérieures pour établir le contact, puis fait pratiquement un tonneau jusqu à ce que ses quatre autres pattes achèvent l atterrissage. modèle géant de patte photos micr. électr. à balayage (photos au microscope électronique à balayage, Jean Wüest) Hippoboscide hippoboscidae Coussinets adhésifs et griffes bifides des pattes Hippoboscide hippoboscidae Poils des coussinets adhésifs des pattes, fortement grossis Bibionide bibionidae Poils creux des coussinets adhésifs des pattes, fortement grossis Tachinide tachinidae Coussinets adhésifs et griffes des pattes Hippoboscide hippoboscidae Coussinets adhésifs et griffes bifides des pattes Bibionide bibionidae Coussinets adhésifs des pattes Bibionide bibionidae Poils des coussinets adhésifs des pattes, fortement grossis. Tachinide tachinidae Poils creux des coussinets adhésifs fortement grossis Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 16/30

17 Des mouches partout Grâce à la mobilité des adultes et au régime alimentaire extrêmement varié de leurs larves, les diptères ont conquis le monde. Ils ont colonisé tous les milieux terrestres, même les plus extrêmes, des déserts les plus arides jusqu aux montagnes les plus élevées et des sols salins aux tourbières. Il sont particulièrement abondants et diversifiés dans les prairies et les forêts. En eaux douces ou saumâtres, on les rencontre partout: en lacs, étangs ou flaques, rivières ou torrents impétueux, sources thermales, sur les rochers en bord de mer éclaboussés par les vagues, et même dans ces minuscules «piscines» retenues à l aisselle des grandes feuilles des plantes tropicales. Il n y a guère que la pleine mer où les diptères ne se soient pas aventurés Le régime alimentaire des larves de diptères est extraordinairement varié, et chaque famille a ses préférences. Certaines se nourrissent des matières d origine animale ou végétale en décomposition ou des excréments, d autres des tissus végétaux vivants, racines, tiges, feuilles ou graines, ou encore des champignons. D autres encore sont prédatrices, dans le sol ou sous les écorces, d insectes et autres petits animaux divers, ou parasites d insectes, araignées, mille-pattes, escargots, batraciens, oiseaux ou mammifères Dans l eau, beaucoup de larves filtrent les matières organiques en suspension, tandis que d autres broutent les algues microscopiques, minent les feuilles de plantes aquatiques, capturent des petits animaux, parasitent les éponges ou les escargots A part les espèces piqueuses qui se nourrissent de sang, et les espèces prédatrices qui capturent d autres insectes, les diptères adultes visitent les fleurs, les fruits bien mûrs, les aliments et diverses matières en décomposition, comme les végétaux pourrissants ou les cadavres. Tiroirs bois Sous les écorces et dans le bois pourri vivent les larves de Xylophagides. Elles chassent d autres larves d insectes, coléoptères ou diptères, dont elles se nourrissent. Xylophagus compeditus / Xylophagidae / pétrole Les mares de pétrole brut des gisements de Californie abritent les larves de la «mouche du pétrole» Helaeomyia petrolei. Elles se nourrissent des insectes tombés accidentellement dans ce liquide toxique et viennent respirer à la surface. Helaeomyia petrolei / Ephydridae (Prêt Natural History Museum of the San Francisco County) feuilles Vivre dans l épaisseur d une feuille, dans un monde en deux dimensions, et passer les semaines ou les mois de sa vie larvaire à ronger Ainsi font les larves mineuses des Agromyzides, Véritables artistes des feuilles. Agromyzidae indéterminé sable Dans le sable sec, à l abri de la pluie, au pied des vieux murs ou entre des racines, les larves du verlion Vermileo creusent des entonnoirs-pièges pour y capturer les fourmis dont elles se nourrissent. Vermileo vermileo / Vermileonidae grottes On observe parfois par centaines sur les parois des grottes obscures les Speolepta leptogaster. Les larves de ces élégants moucherons vivent dans un tube de soie de leur production, se nourrissant d algues et de débris organiques. Speolepta leptogaster / Mycetophilidae plantes en pot Le terreau des plantes en pot grouille parfois de larves de Sciarides. Les adultes sont d inoffensifs moucherons qui à leur tour peuvent pulluler dans les appartements, à la surprise des habitants. Sciaridae indéterminé sources chaudes Dans les sources chaudes des régions volcaniques d Islande, où la température dépasse 40C, vivent des larves d Ephydrides qui se nourrissent des algues bleues croissant dans ces conditions extrêmes. Scatella tenuicosta thermarum / Ephydridae compost Brillantes mouches métalliques, les Sargus émergent des composts où vivent leurs larves. Sargus cuprarius / Stratiomyiidae algues Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 17/30

18 Sur les rivages de l océan, les tas pourrissants de varech - algues marines rejetées par les marées - nourrissent par millions les larves des Coelopides. Coelopa sp./ Coelopidae fourmis Dans des troncs d arbre creux, les larves de Clitellaria ephipium viventà l intérieur des nids de carton de la fourmi noire des bois Lasius fuliginosus. Elles sont tolérées par les fourmis qui ne les attaquent pas. Clitellaria ephippium / Stratiomyidae roseaux Les tiges des roseaux montrent parfois de curieux renflements en plumet. Ce sont les galles provoquées par les Lipara. Si on les ouvre, on y trouve leurs larves ou ceux qui les parasitent à leur tour. Lipara sp. / Chloropidae (prêt Bernhard Merz, Muséum de Genève) galles C est la piqûre du minuscule moucheron Mikiola fagi qui provoque sur les feuilles de hêtre la formation de ces galles pointues qui abritent ses larves. Mikiola fagi / Cecidomyiidae crapauds Pour le malheur des crapauds, les asticots de Lucilia bufonivora se développent uniquement dans les narines des batraciens, les rongeant petit à petit jusqu à provoquer leur mort. Lucilia bufonivora / Calliphoridae éboulis Le monde minéral des éboulis des Alpes, près des glaciers, semble hostile à la vie. Pourtant les rares taches de végétation abritent, au collet des racines, les larves de quelques tipules. Tipula glacialis / Tipulidae chevreuil A peine a-t-elle trouvé son hôte, chevreuil ou cerf, que Lipoptena cervi se débarrasse de ses ailes et s installe à demeure dans le pelage, se nourrissant de sang et de déchets de peau. Lipoptena cervi / Hippoboscidae provisions Dans les provisions de farine ou de semoule, la larve de la mouche des fenêtres Scenopinus fenestralis pratique la chasse aux larves des ravageurs des denrées. Scenopinus fenestralis / Scenopinidae arbres fruitiers Sans les mouches de saint Marc Bibio marci et leurs congénères, pollinisatrices méconnues, les cerises et autres fruits nous feraient souvent défaut quand les printemps froids retiennent les abeilles à la ruche. Bibio marci / Bibionidae chauves-souris Les Streblides, extraordinairement transformées par la vie de parasite, ne vivent que dans le pelage des chauves-souris des grottes, y accomplissant tout leur cycle. Strebla mirabilis/ Streblidae fange Fondrières aux boues organiques saturées d eau et fange semi-liquide sont l habitat favori des larves de Ptychoptera qu un siphon respiratoire relie à la surface. Ptychoptera sp. Ptychopteridae Fleurs Plusieurs Téphritides pondent leurs œufs dans les fleurs bien protégées des chardons. Leurs larves s y nourriront des graines en formation. Xiphosia miliaria Tephritidae peau et os Lorsque d un cadavre il ne reste plus que la peau et les os, les Piophilides entrent en scène. Les larves de ces petites mouches sont des spécialistes des tendons et autres fragments desséchés négligés par les autres nécrophages. Piophila sp. / Piophilidae nid Les asticots de Protocalliphora se tiennent dans les nids des passereaux, se gorgeant de sang sur les jeunes oiseaux encore incapables de voler. Protocalliphora azurea /Calliphoridae Prêt Muséum de Genève) Cônes Qui connaît les mouches des pives, dont les larves ne se nourrissent que des graines des conifères jalousement enfermées dans l écrin durci des cônes? Lasiomma / Anthomyiidae (prêt B. Merz, Muséum de Genève) Joncs Dans les tiges des laîches et des joncs, creusent les larves des Loxocera, étranges mouches aux antennes coniques, spécialistes de ces plantes des prairies marécageuses. Loxocera / Psilidae terrier Les terriers des campagnols fournissent un microclimat idéal à certains héléomyzides dont les larves se développent dans les crottes de ces rongeurs. Gymnomus sp./ Heleomyzidae mousse Les épais coussins de mousse des forêts humides abritent les larves des Gnoriste. Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 18/30

19 Gnoriste/ Mycetophilidae cheval Les gastérophiles sont parasites des chevaux. Leur cycle compliqué les conduit des poils des jarrets de leur hôte, où sont pondus les œufs, à la paroi de son estomac où s accrochent par grappes les larves âgées, en passant par la langue. Gasterophilus sp. / Gasterophilidae purin Eaux putrides, écoulements de tas de fumier et autres milieux peu reluisants abritent les vers queue de rat. Ces curieuses larves d'eristales sont pourvues d'un siphon téléscopique qui leur permet de respirer à la surface. Eristalis tenax / Syrphidae pucerons Sur les rosiers des jardins où pullulent les pucerons, les larves de syrphides, auxiliaires méconnus des jardiniers, passent leur journée à gober ces ravageurs par dizaines. Episyrphus balteatus Syrphidae rives d étang Les rives des étangs à végétation dense sont le domaine de prédilection de nombreux Dolichopus aux très belles teintes vert métallique, dont les larves sont prédatrices dans le sol. Dolichopus sp. / Dolichopodidae lac salé Les lacs salés et les lagunes saumâtres hébergent de nombreuses espèces d Ephydridae adaptées aux milieux salins. Cirrula hians est même si abondante au bord du lac Mono (Nevada / Californie) que les Indiens Paiutes en faisaient une sorte de pain. Cirrula hians / Ephydridae légumes Les larves de Chamaepsila rosae creusent dans les carottes leurs galeries sinueuses. Rapidement colonisées par des mycéliums de champignons, celles-ci rendent les carottes amères et impropres à la consommation. Mouche de la carotte Chamaepsila rosae / Psilidae cascades Solidement fixées au rocher par leurs ventouses ventrales, les larves des Blephariceridae vivent dans les eaux très oxygénées des cascades et des torrents impétueux. Blephariceridae (larve) cerise Les vers que l on trouve parfois dans les cerises ne sont rien d autre que les asticots de la jolie mais redoutable mouche des cerises Rhagoletis cerasi. Mouche de la cerise Rhagoletis cerasi / Tephritidae oignons Les bulbes des narcisses et d autres liliacées ornementales sont dévorés par les larves des Merodon, gros syrphes à allure de bourdon. Merodon / Syrphidae champignons Les vers des champignons, qui font le désespoir des amateurs, sont souvent des larves de moucherons mycétophilides (c est-à-dire les amis des champignons!). Mycetophilidae indéterminé Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 19/30

20 Le vol des mouches Les ailes des mouches vrombissent à une cadence infernale: 200 battements à la seconde pour les Syrphides, jusqu à 1000 battements à la seconde chez certains moustiques. Sous l action de muscles puissants, le thorax de l insecte subit une suite de déformations rapides: il est alternativement bombé, ce qui a pour effet de faire descendre les ailes, puis aplati, ce qui les fait remonter. Le cerveau le plus rapide n arriverait pas à transmettre aussi vite ses ordres aux muscles thoraciques commandant les mouvements des ailes. Une fois mis en route, ces muscles sont capables d entretenir eux-même leur contraction à haute vitesse et d osciller plusieurs centaines de fois par seconde, une performance unique dans le monde animal. Les ailes des mouches, constituées de fragiles membranes soutenues par un réseau de nervures, sont remarquablement souples et résistantes. Que des organes aussi fins puissent assurer le vol durant les centaines d heure de la vie de l insecte constitue une véritable merveille sur le plan de la technique et du fonctionnement. La transformation en balanciers de la seconde paire d ailes des autres insectes est une particularité unique des diptères. Ces organes en forme d haltères vibrent en même temps que les ailes et renseignent continuellement le cerveau sur la position de vol grâce aux zones sensorielles de leur base. Les performances des diptères varient énormément suivant les familles. Certains frêles moucherons ont un vol faible mais sont souvent emportés à grande distance par les vents et les courants aériens. Beaucoup de mouches ont un vol puissant. Les plus rapides sont les mouches tsé tsé, qui peuvent atteindre des vitesses estimées aux environs de 60 km/heure. Quelques familles, dont les Bombyliides, sont capables de prouesses étonnantes. Ils peuvent non seulement voler sur place, mais aussi faire des démarrages fulgurants dans n importe quelle direction, y compris en arrière. La rapidité des accélérations et la liberté des changements de direction de ces mouches délicates font paraître terriblement lourdaud le plus maniable des hélicoptères. Vidéo Le vol des mouches 1 minute Sources: La mouche un monstre de tous les jours K. Mündl 1994, MIF Sciences La mouche, Insectoscope J.-P. Macchioni, 2003 Production MC4 Paris Des mouches migratrices Certains Syrphides quittent en masse l Europe centrale à la fin de l été et en automne. Ces mouches d une taille de 1 à 2 cm sont capables de parcourir des centaines de kilomètres et de traverser les Alpes. Un flot concentré de ces minuscules migrateurs passe aux cols de Cou et de Bretolet, au fond du Val d Illiez, au Valais. Des pièges fonctionnant en permanence entre juillet et octobre au col de Bretolet ont prouvé l ampleur du phénomène: un piège de 4 m de long sur 2 m de haut a permis de capturer 29'000 Syrphides en un seul jour, le 24 août 1962! Cette même année 1962, 300'000 Episyrphus balteatus ont été pris en 100 jours de piégeage. Plus de 80 espèces de Syrphides ont été capturées à Bretolet, mais le 85% des migrateurs appartiennent à moins d une dizaine d espèces. La plupart ont des larves qui se nourrissent de pucerons. La direction générale du flux migratoire a été déterminée grâce à des campagnes de marquage des mouches - l équivalent du baguement des oiseaux. En 1968, un très grand piège a été installé à Cou : les mouches capturées ont été marquées par dizaines de milliers au moyen d une pulvérisation inoffensive de peinture fluorescente, puis relâchées. Un piège semblable barrant le col de la Golèze, Textes de l'exposition Muséum d histoire naturelle de Neuchâtel 20/30

Bienvenue sur la planète des insectes!

Bienvenue sur la planète des insectes! Bienvenue sur la planète des insectes! Les Entomonautes c/o Youssef Guennoun 49 bis rue du Borrégo 75020 Paris entomonautes(at)gmail.com Des milliards de petites bêtes Les insectes constituent 75 % de

Plus en détail

Introduction. «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes,

Introduction. «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes, Introduction «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes, d histoires insolites et de mystères inexplicables. Elle vous entrainera dans un chaos thématique prédéterminé afin de vous plonger dans

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

Gros plan incroyable d'une tête de fourmi. Les scientifiques estiment à 10 millions de milliards le nombre de fourmis vivant sur terre.

Gros plan incroyable d'une tête de fourmi. Les scientifiques estiment à 10 millions de milliards le nombre de fourmis vivant sur terre. Gros plan incroyable d'une tête de fourmi. Les scientifiques estiment à 10 millions de milliards le nombre de fourmis vivant sur terre. On a recensé seulement 12 000 espèces, il en existerait 10 000 autres.

Plus en détail

Dossier pédagogique Sentier pieds nus

Dossier pédagogique Sentier pieds nus Dossier pédagogique Sentier pieds nus Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 1 Cycle 3 CE2 CM1 CM2 Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 2 Partie 1 : Les cinq sens

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

Surligne les phrases si elles sont justes :

Surligne les phrases si elles sont justes : 1) L escargot a besoin de chaleur. Entoure : L escargot est un : 2) Il sort de sa coquille quand l atmosphère est sèche. VERTEBRE - INVERTEBRE 3) Sans coquille, l escargot meurt. OISEAU REPTILE - MOLLUSQUE

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail

La blatte (coquerelle)

La blatte (coquerelle) Le bourdon Les bourdons sont d importants pollinisateurs : ils sont très utiles à l agriculture et à l horticulture. Leur nid est souvent situé dans un vieux nid de souris sur le sol ou dans la terre,

Plus en détail

LUTTE ANTI-VECTORIELLE EN ETABLISSEMENT DE SANTE

LUTTE ANTI-VECTORIELLE EN ETABLISSEMENT DE SANTE LUTTE ANTI-VECTORIELLE EN ETABLISSEMENT DE SANTE 13.05 Objectif Le risque lié à la présence d ectoparasites et d agents nuisibles dans les établissements de santé est réel pour les patients et pour le

Plus en détail

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie.

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. Une île volcanique vient de se former, que se passe-t-il au bout de plusieurs années? Comment font les êtres vivants pour

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

N 4 Du 16 au 22 nov. 2011

N 4 Du 16 au 22 nov. 2011 N 4 Du 16 au 22 nov. 2011 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE L article choisi de la semaine : C est qui, ce frelon asiatique? FICHE ÉLÈVE LES MOTS DE LA SEMAINE ACTIVITE 1 : JE ME RAPPELLE 1 - Voici les mots

Plus en détail

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL Consulter le site Web inpn.mnhn.fr Présentation de l individu 2 espèces

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

Auxiliaires. du jardin. la petite faune utile au jardin. Les. Quelques conseils pour accueillir

Auxiliaires. du jardin. la petite faune utile au jardin. Les. Quelques conseils pour accueillir Auxiliaires Les du jardin Quelques conseils pour accueillir la petite faune utile au jardin Dour ha Stêroù Breizh Centre Régional d Initiation à la Rivière - 22810 Belle-Isle-en-Terre - Tél : 02 96 43

Plus en détail

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.)

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Protection Biologique Intégrée Lutte phytosanitaire De la lutte «systématique» à la lutte raisonnée La lutte «systématique»

Plus en détail

Le ver luisant. Antonin

Le ver luisant. Antonin L'éphémère Amélie L'éphémère est un petit insecte qui a de courtes antennes et un corps très fin. Il possède deux ailes transparentes et ne peut vivre que quelques heures. Le ver luisant Le ver luisant

Plus en détail

La reconnaissez- vous?

La reconnaissez- vous? La reconnaissez- vous? Qu est ce qu une puce? C est un insecte piqueur sans ailes de couleur brune mesurant quelques millimètres et ayant la capacité de sauter 30 fois sa longueur. L espèce Cténocephalidès

Plus en détail

INTRODUCTION AUX MÉTHODES DE CONTRÔLE DES INSECTES NUISIBLES

INTRODUCTION AUX MÉTHODES DE CONTRÔLE DES INSECTES NUISIBLES INTRODUCTION AUX MÉTHODES DE CONTRÔLE DES INSECTES NUISIBLES On peut souvent prévenir les dommages causés aux plantes de jardin en observant régulièrement cellesci afin de déceler rapidement la présence

Plus en détail

Calopteryx vierge Mâle et femelle ne se ressemblent pas. Le mâle du Calopteryx vierge a des ailes brun noir foncé veinées de bleu. Ce redoutable prédateur reste perché sur des plantes de la berge ou sur

Plus en détail

PREVENTION ASV. Partie réalisée par Aurélys ANTOINE. Le 09/05/2015

PREVENTION ASV. Partie réalisée par Aurélys ANTOINE. Le 09/05/2015 PREVENTION ASV Partie réalisée par Le 09/05/2015 Atelier n 2 : Parasites et intoxication Principaux parasites de l été: - Les puces : c est quoi? - Les tiques : c est quoi? - Les aoutats : c est quoi?

Plus en détail

Infestation par les puces

Infestation par les puces Fiche technique n 16 2 ème édition Infestation par les puces Les puces sont les parasites externes les plus fréquents en médecine féline. Les mâles et les femelles adultes sont des parasites hématophages*,

Plus en détail

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul En septembre 2012, un nid de Frelon asiatique a été découvert au Val-André. Bien camouflé et difficilement accessible au sommet d un conifère, il a cependant

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

2. Les auxiliaires de culture

2. Les auxiliaires de culture III- Maîtriser les ravageurs et les adventices 2. Les auxiliaires de culture Insectes Le principe de la lutte biologique est la régulation des populations de ravageurs de culture par l utilisation de leurs

Plus en détail

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles Atelier Biocontrôle Matthieu BENOIT Chambre régionale d agriculture de Normandie - arboriculture Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l appui financier de l Office national de

Plus en détail

Punaise des lits. À quoi ressemblent-elles? Cycle de vie. Alimentation

Punaise des lits. À quoi ressemblent-elles? Cycle de vie. Alimentation Punaise des lits À quoi ressemblent-elles? Lorsqu elle est à jeun, la punaise des lits présente une coloration allant du brun au brun jaunâtre. Une fois gorgée de sang, elle devient brune rougeâtre et

Plus en détail

Pourquoi, comment, bien se protéger?

Pourquoi, comment, bien se protéger? Moustiques, tiques... Pourquoi, comment, bien se protéger? Pourquoi se protéger? VECTEUR Individu infecté L individu devient infecté Individus sains Le moustique ayant déjà piqué une personne malade est

Plus en détail

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

ARTHROPODES ET VOYAGEURS

ARTHROPODES ET VOYAGEURS JNI Bordeaux 2014 Ils vous rendent «dengues» ARTHROPODES ET VOYAGEURS Arezki IZRI Parasitologie-Mycologie CHU Avicenne, Université Paris 13 93009 Bobigny arezki.izri@avc.aphp.fr 01 48 95 56 52 INTRODUCTION

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

PROTECTION TOTALE CONTRE LES INSECTES

PROTECTION TOTALE CONTRE LES INSECTES PROTECTION TOTALE CONTRE LES INSECTES SOMMEIL SANS INSECTES, SOMMEIL PROFOND Personne n aime l idée de partager son lit avec des invités indésirables, encore moins avec un parasite hautement prolifique

Plus en détail

Le miracle du changement LE CYCLE DES METAMORPHOSES

Le miracle du changement LE CYCLE DES METAMORPHOSES Le miracle du changement LE CYCLE DES METAMORPHOSES L'homme curieux a été longtemps intrigué par les étonnantes lois régissant la croissance et le développement de la plupart des Insectes. On a longtemps

Plus en détail

Association du Parc Animalier de Sainte Croix 57810 RHODES Tél: 03 87 03 92 05 - Fax: 03 87 03 95 36 www.parcsaintecroix.

Association du Parc Animalier de Sainte Croix 57810 RHODES Tél: 03 87 03 92 05 - Fax: 03 87 03 95 36 www.parcsaintecroix. Tél: 03 87 03 92 05 - Fax: 03 87 03 95 36 www.parcsaintecroix.com - courriel : parc.stecroix@wanadoo.fr coloriages Jeu de piste L Entrée et La Cuisine. 1 - Pourquoi chez les fourmis dit-on que «l amour

Plus en détail

Désinfestation Désinfection Dératisation Ferenc Baumann Diplôme fédéral de la Fédération Suisse F.S.D Membre du comité de la F.S.D.

Désinfestation Désinfection Dératisation Ferenc Baumann Diplôme fédéral de la Fédération Suisse F.S.D Membre du comité de la F.S.D. Désinfestation Désinfection Dératisation Ferenc Baumann Diplôme fédéral de la Fédération Suisse F.S.D Membre du comité de la F.S.D.VSS Tél. 078 638 44 75 FAITES APPEL A DES PROFESSIONNELS : Optez pour

Plus en détail

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Brigitte Duval, agronome (MAPAQ Nicolet) et Geneviève Labrie, Ph.D. (CÉROM) en collaboration avec Joëlle Cantin, stagiaire, Mathieu

Plus en détail

Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple

Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple Problèmes environnementaux auxquels l empreinte apporte des solutions : Les chauvessouris sont essentielles pour l écosystème puisqu elles se

Plus en détail

Comment se protéger des frelons asiatiques?

Comment se protéger des frelons asiatiques? PREFET de l AUDE Comment se protéger des frelons asiatiques? Vous trouverez ci-dessous des conseils pour vous protéger du frelon asiatique, que vous soyez particulier, maire ou apiculteur ainsi que des

Plus en détail

Projet mare. La faune des mares

Projet mare. La faune des mares Projet mare La faune des mares CET EXPOSE VOUS EST PRESENTE PAR: Aurélie F. Kelly C. Charly G. Les larves de moustiques Les larves de moustiques sont très nombreuses dans les mares car il y a peu de prédateurs

Plus en détail

Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! français. Guide anti-poux

Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! français. Guide anti-poux Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! Zone libérée des poux français Guide anti-poux Double efficacité: Elimine les poux Endommage la membrane chitineuse des lentes empêchant ainsi l éclosion de

Plus en détail

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés...

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... 2 Contenus... 3 niveaux, disciplines, compétences... 3 notions... 4 Vocabulaire... 4 découpage du film... 5 Suggestions

Plus en détail

Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!»

Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!» Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!» Musette s est lassée. Sous son plancher, «cric, crac, croc», Des enfants grignotent, gigotent et se font des croques. Alors un matin, elle

Plus en détail

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 Zoom 4,50 juin 2011 - n 1326 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 GR : 3,80 - ITA : 4,60 - LUX : 2,60 - MAROC : 25 dh - NL : 5 En rouge et noir M 01054-1326 BEL : 4,50

Plus en détail

Punaises de lit. Les habitations peuvent être infestées par les punaises de différentes manières.

Punaises de lit. Les habitations peuvent être infestées par les punaises de différentes manières. Punaises de lit De récents rapports indiquent que la fréquence des punaises a été multipliée par 500 % ces dernières années il ne fait, du moins, aucun doute que leurs populations augmentent. Un certain

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

Mode d emploi. des lits. MidMos is a subsidiary of Brandenburg UK Ltd

Mode d emploi. des lits. MidMos is a subsidiary of Brandenburg UK Ltd Mode d emploi BB ALERT ACTIVE Détecteur Punaises des lits PUNAISES DE LIT 1 Les punaises des lits sont de petits insectes normalement nocturnes quise nourrissent du sang. Elles passent la plus part de

Plus en détail

Fiche activite c. Insectes incroyables

Fiche activite c. Insectes incroyables Fiche activite c Insectes incroyables résumé de l activité Jeu-questionnaire sur l utilité des insectes. C1. objectifs Susciter l émerveillement et la surprise au sujet des utilisations méconnues des insectes

Plus en détail

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014 BSV n 13 bilan saison 214 Epidémiosurveillance BRETAGNE-NORMANDIE-PAYS DE LA LOIRE : Bilan de la Saison 214 SOMMAIRE BILAN DE LA CAMPAGNE 214 Les observateurs Les observations Les Bulletins de Santé du

Plus en détail

TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 -

TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 - TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 - LA FERME Qui travaille sur la ferme? le facteur l agriculteur le crémier Nommes les 4 saisons, et dessine un arbre pour chacune d elle. Qu est-ce

Plus en détail

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Auxiliaires Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Mouches Blanches L un des ravageurs les plus communs dans de nombreuses cultures. Lors d une forte attaque, la mouche blanche peut s avérer

Plus en détail

Méthodes de lutte contre les moustiques pour les particuliers

Méthodes de lutte contre les moustiques pour les particuliers Méthodes de lutte contre les moustiques pour les particuliers par Dr Robert Anderson Professeur adjoint, département de biologie, Université de Winnipeg Entomologiste provincial spécialiste du virus du

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs)

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) 105 Annexe 3 Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) On trouvera ci-après une description succincte des NIMP adoptées. Le texte intégral des NIMP peut être consulté sur le Site

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

Qu est-ce qu un insecte

Qu est-ce qu un insecte Les INSECTES Qu est-ce qu un insecte Ailes (4) Tête Thorax Abdomen Antennes Pattes (6) Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte

Plus en détail

Le frelon asiatique- Vespa velutina

Le frelon asiatique- Vespa velutina Le frelon asiatique- Vespa velutina Biologie et description : le frelon asiatique Vespa velutina, est très facile à reconnaître car c est la seule guêpe en Europe à posséder une livrée aussi foncée : -

Plus en détail

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Rencontre du groupe RAP Maïs sucré, 3 avril 2013 Jean-Philippe Légaré, M. Sc., biologiste-entomologiste, Laboratoire de diagnostic en

Plus en détail

>> DIAGNOSTIC & PHASES DE TRAITEMENTS DES PUNAISES DE LITS HAMBRES D HÔTES LE DIAGNOSTIC

>> DIAGNOSTIC & PHASES DE TRAITEMENTS DES PUNAISES DE LITS HAMBRES D HÔTES LE DIAGNOSTIC >> DIAGNOSTIC & PHASES DE TRAITEMENTS DES PUNAISES DE LITS LE DIAGNOSTIC HAMBRES D HÔTES L infestation, un point sur la répartition géographique : Contamination explosive depuis 15 ANS : Etats Unis, Canada,

Plus en détail

Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1

Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1 Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1 Introduction : Le syndrome pulmonaire à Hantavirus est une maladie très grave mais rare dont on ne connaît que quatre

Plus en détail

Avant propos. Cherchez la p tite bête! Livret de visite

Avant propos. Cherchez la p tite bête! Livret de visite Avant propos L exposition produite par la Maison écocitoyenne, en partenariat avec des entomologistes passionnés de photographie et le Muséum d Histoire Naturelle de Bordeaux, offre un regard attractif

Plus en détail

Cycle résumé. http://le-stylo-de-vero.eklablog.com

Cycle résumé. http://le-stylo-de-vero.eklablog.com Le Ver de farine est un insecte holométabole de l'ordre des Coléoptères (insectes à carapace dure) et de la famille des Ténébrionidés, d'où son nom de genre : Tenebrio. Ici, l'espèce étudiée est le molitor,

Plus en détail

PUNAISES DE LIT. prévention et intervention

PUNAISES DE LIT. prévention et intervention PUNAISES DE LIT prévention et intervention À quoi ressemble la punaise de lit? La punaise de lit, aussi appelée punaise, est un insecte brunâtre visible à l œil nu qui mesure de 4 à 7 millimètres. Elle

Plus en détail

L odorat. Objectifs de la séance : Déroulement de la séance:

L odorat. Objectifs de la séance : Déroulement de la séance: L odorat Objectifs de la séance : Découvrir l importance de l odorat. Apprendre à ressentir et utiliser ses capacités olfactives. Identifier des parfums alimentaires. Décrire et classer des perceptions

Plus en détail

Notre sortie à la ferme de LA BERTINE

Notre sortie à la ferme de LA BERTINE Notre sortie à la ferme de LA BERTINE Dans cette ferme ils y avaient toutes sortes d'animaux différents comme une cinquantaine de brebis et de chèvres, 2 vaches, 1 poney une dizaine de poules ou encore

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

Tous semblables et tous différents

Tous semblables et tous différents Chap. 1 Tous semblables et tous différents I. Caractères communs et caractères propres Caractère commun : Caractère normalement possédé par tous les êtres humains. On parle aussi d'attribut humain. Caractère

Plus en détail

MESURES PRÉVENTIVES Pour les travailleurs qui peuvent entrer en contact avec des punaises de lit.

MESURES PRÉVENTIVES Pour les travailleurs qui peuvent entrer en contact avec des punaises de lit. MESURES PRÉVENTIVES Pour les travailleurs qui peuvent entrer en contact avec des punaises de lit. Introduction Au cours de la dernière décennie, il y a eu une augmentation exponentielle du nombre d infestation

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

Pièges à insectes. Légumes Petits fruits Plantes ornementales

Pièges à insectes. Légumes Petits fruits Plantes ornementales Pièges à insectes Légumes Petits fruits Plantes ornementales Légumes plein champ Culture Ravageurs Type de piège Nombre de piège Remarques Carotte Mouche de la carotte Psila rosae Rebell orange Min. 2

Plus en détail

Auxiliaires au Jardin

Auxiliaires au Jardin Auxiliaires au Jardin Un grand nombre d'êtres vivants là aussi cohabitent et participent à l'équilibre naturel des milieux. Ils peuvent aussi nous indiquer leur état sanitaire. Et le plus intéressant,

Plus en détail

Notre système. Immunitaire

Notre système. Immunitaire Notre système Immunitaire Notre système Immunitaire Edito L association I.R.I.S. salue l initiative de Sara Lebien, qui en écrivant cet ouvrage et en proposant une illustration gaie et coloré a rendu l

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Identification des principaux ordres d'insectes

Identification des principaux ordres d'insectes Identification des principaux ordres d'insectes Ailes bien apparentes quand l'insecte est au repos------------------------------------ A Ailes peu évidentes quand l'insecte est au repos. Ailes antérieures

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

ALLERGIQUE AUX VENINS D HYMÉNOPTÈRES

ALLERGIQUE AUX VENINS D HYMÉNOPTÈRES ALLERGIQUE AUX VENINS D HYMÉNOPTÈRES L ALLERGIE DÉFINITION L allergie résulte d un dysfonctionnement du système immunitaire conduisant l organisme à réagir de manière anormale au contact d une substance

Plus en détail

Les grandes familles d insectes

Les grandes familles d insectes Les insectes parmi les autres animaux Ces petits animaux sont présents partout, colonisent chaque milieu, et représentent à eux seuls les deux tiers du règne animal, et même peut-être plus! En effet, si

Plus en détail

Il était une fois Une forêt mystérieuse!!! Parcourez cette forêt, explorez la Franche-Comté, partez à la rencontre de ses paysages et de ses

Il était une fois Une forêt mystérieuse!!! Parcourez cette forêt, explorez la Franche-Comté, partez à la rencontre de ses paysages et de ses Il était une fois Une forêt mystérieuse!!! Parcourez cette forêt, explorez la Franche-Comté, partez à la rencontre de ses paysages et de ses richesses. Du massif Vosgien aux plateaux du Jura, en passant

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve.

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Cette année 2006-2007 les élèves de 6 ème Mauve bénéficient de la classe à PAC sur le

Plus en détail

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises Avant d utiliser des produits chimiques, vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web www.biobest.be Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

Plus en détail

Ouvrages de références et objectifs

Ouvrages de références et objectifs Valise pédagogique Ouvrages de références et objectifs MESSAGE IMPORTANT: Prendre le temps de bien lire les histoires et d explorer la valise, ses activités et ce guide. Ouvrages de références Activités

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

Contre les Insectes en Général

Contre les Insectes en Général les Insectes en Général Nettoyant, désodorisant Le Bicarbonate De Soude a bien des vertus! Derrière sa poudre blanche, fine et sans odeur se cache un puissant insecticide biodégradable et non toxique pour

Plus en détail

Savez-vous ce qu'est exactement un vaccin à part un produit qu'on injecte et qui protège contre une maladie?

Savez-vous ce qu'est exactement un vaccin à part un produit qu'on injecte et qui protège contre une maladie? Savez-vous ce qu'est exactement un vaccin à part un produit qu'on injecte et qui protège contre une maladie? C'est en fait, une petite quantité du germe (virus ou bactérie) responsables de la maladie que

Plus en détail

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés Pour étudier méthodiquement les animaux, on étudie leur construction dans l espace : leur plan

Plus en détail

Chapitre 11. L hygiène

Chapitre 11. L hygiène 191 1. Un environnement et un corps propre 193 A. La toilette collective 193 B. Le linge 193 C. L endroit de camp 194 2. Les coups d œil (et non les inspections) 194 3. Les maladies de la nature 194 A.

Plus en détail

LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES

LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES I. La reproduction des animaux Observer le comportement des parents, suivre la croissance des jeunes est si intéressant que, dès le CP, les enfants

Plus en détail

Le monde du vivant : les dents

Le monde du vivant : les dents SEANCE 6 Evaluation SEANCE 5 L hygiène dentaire Téléchargé gratuitement sur http://orpheecole.com SEANCE 4 Le différent rôle des dents SEANCE 3 Nos dents sontelles identiques? EANCE 2 Combien avonsnous

Plus en détail