6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR"

Transcription

1 6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR À la rentrée 2011, 297 collèges publics font partie du dispositif ECLAIR (écoles, collèges, lycées pour l ambition, l innovation et la réussite) en France métropolitaine et dans les DOM. Ces établissements scolarisent un peu plus d un collégien sur vingt du secteur public. Plus de huit collèges ECLAIR sur dix étaient en RAR en (Réseau Ambition Réussite), 12 % était en RRS (Réseau de Réussite Scolaire) et 5,5 % n étaient pas en éducation prioritaire. Ces collèges fonctionnent en réseau avec écoles publiques. Par ailleurs, neuf collèges privés sous contrat sont en ECLAIR. Onze lycées et dix-sept lycées professionnels font aussi partie du dispositif. Les collégiens scolarisés dans un établissement ECLAIR sont très massivement d'origine sociale défavorisée : trois quarts d entre eux (72,9 %) ont des parents ouvriers ou inactifs, contre un tiers (34,7 %) dans les établissements hors ECLAIR et RRS. Les collégiens en ECLAIR redoublent plus souvent à l école primaire : 21,7 % ont au moins une année de retard en entrant en sixième contre 18,2 % en RRS et 11,3 % hors éducation prioritaire. Neuf élèves sur dix accèdent au second cycle à l issue de la troisième, en ECLAIR comme hors éducation prioritaire, mais les élèves en ECLAIR se dirigent beaucoup plus souvent vers les formations professionnelles (43 % contre 24 % hors éducation prioritaire). Les élèves en ECLAIR se trouvent généralement dans des classes de plus petites tailles : en collège, la taille moyenne des classes est de 20,4 élèves en ECLAIR contre 24,7 hors éducation prioritaire ; en école, les élèves sont en moyenne 22,2 par classe en ECLAIR contre 23,8 hors éducation prioritaire. Indépendamment des éléments de caractérisation qui sont présentés ci-après, l évolution dans le temps des indicateurs de la LOLF pour les élèves de RAR (Maîtrise des compétences de bases) témoigne aussi d une évidente dégradation de la performance scolaire de ces jeunes entre 2007 et 2011 à la fin du collège : la proportion des élèves de RAR maîtrisant les compétences de base en français passe ainsi de 55 % en juin 2007 à 47 % en juin 2011.

2 ETAT DES LIEUX DE L EDUCATION PRIORITAIRE - CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR À la rentrée 2011, les ECLAIR prennent la place des RAR. Avec les RRS, ils constituent maintenant l éducation prioritaire. Cette note cherche à évaluer l impact de ce changement sur des indicateurs utilisés habituellement pour caractériser l éducation prioritaire (PCS des parents, retard à l entrée en sixième, etc.). Il s agit de voir si les ECLAIR ciblent un public plus ou moins socialement défavorisé ou en difficulté scolaire que les RAR. Pour cela, on présentera les valeurs pour les deux dispositifs en 2010 et en Il sera ainsi possible non seulement de juger de l évolution de ces deux populations sur un an, mais aussi de les comparer entre elles. Cela permet aussi d évaluer la rupture de série, qui va apparaître dans les publications, où l on présentera les données pour les ECLAIR 2011 à côté de celles concernant les RAR Un bref rappel historique La politique des zones d éducation prioritaire (ZEP), initiée en 1981, avait pour objet de «renforcer l action éducative dans les zones où les conditions sociales sont telles qu elles constituent un facteur de risque, voire un obstacle, pour la réussite scolaire des enfants et adolescents qui y vivent et donc, à terme, pour leur intégration sociale». L objectif premier de cette politique était «d obtenir une amélioration significative des résultats scolaires des élèves, notamment des plus défavorisés» (circulaire n parue au BO n 3 de février 1990). Cette lutte contre l échec scolaire, englobant les écoles, les collèges et les lycées, devait reposer sur un «projet de zone» cohérent, mis en œuvre par une équipe pédagogique constituée à cet effet, et chargée d impulser les actions et d en assurer le suivi. À la rentrée 1999, la carte de l éducation prioritaire a été redéfinie et une nouvelle structure ajoutée : le réseau d éducation prioritaire (REP). Les établissements qui y participaient «mutualisent leurs ressources pédagogiques et éducatives ainsi que leurs innovations au service de la réussite scolaire des élèves» (circulaire n , parue au BO n 4 de janvier 1999). L année scolaire a été marquée par une relance de l éducation prioritaire, qui s est notamment traduite par une réorganisation de la carte de l éducation prioritaire. L objectif de ce plan de relance est de renforcer les dispositifs d aide pédagogique mis en place, en distinguant plusieurs niveaux d action. Pour l ensemble de l éducation prioritaire, le collège devient «l unité de référence du réseau qu il crée avec les écoles élémentaires et maternelles d où proviennent ses élèves». Sur ce modèle, en lieu et place des réseaux existants dans l éducation prioritaire, se structurent les 249 réseaux «ambition réussite» (RAR) 1 et les autres réseaux dits «de réussite scolaire» (RRS), qui regroupent tous les autres écoles et établissements qui relèvent de l éducation prioritaire (circulaire n , parue au BO n 14 d avril 2006) (Cf. supra). À la rentrée 2010, suite aux états généraux de la sécurité à l école et de façon expérimentale, le programme CLAIR a été mis en place dans 105 établissements. Outre un rappel sur l importance de l innovation en matière pédagogique, ce programme propose des modalités nouvelles d organisation et de gestion des ressources humaines : rôle du préfet des études, recrutement sur profil des personnels. À la rentrée 2011, «L extension aux écoles et collèges RAR place le programme ECLAIR au centre des politiques de l éducation nationale en faveur de l égalité des chances.» (Cf. le Vademecum Programme ECLAIR). 1 En 2010, du fait des entrées et des sorties du dispositif, 254 collèges étaient têtes d un Réseau Ambition Réussite.

3 2. Les écoles, collèges et lycées pour l ambition, la réussite et l innovation (ECLAIR) Rentrée 2011 À la rentrée 2011, 297 collèges publics font partie du dispositif ECLAIR en France métropolitaine et dans les DOM. Ces établissements scolarisent un peu plus d un collégien sur vingt du secteur public. Leur répartition n est pas homogène sur le territoire. Ainsi, en métropole, la part des collégiens en ECLAIR oscille entre 11,6 % pour l académie d Aix-Marseille, 10,0 % pour celle d Amiens et 0,2 % pour celle de Grenoble. Dans les DOM, 22,3 % des collèges sont en ECLAIR contre 4,9 % en France métropolitaine. La part de collégiens qui y suivent leur scolarité, nettement plus élevée qu en France métropolitaine en moyenne, varie entre 9,1 % en Guadeloupe et 48,3 % en Guyane. L académie de Mayotte n a aucun établissement en éducation prioritaire. Plus de huit collèges ECLAIR de 2011 sur dix étaient en RAR en 2010 (245 sur 297, soit 82,5 %), 12 % était en RRS (36 collèges) et 5,5 % n étaient pas en éducation prioritaire (soit 16 collèges). Parmi les 16 collèges ajoutés à l EP, 10 faisaient partie de l expérimentation CLAIR menée à la rentrée À l inverse, les 9 collèges RAR qui ne sont pas devenus ECLAIR sont sortis de l EP ils ne sont pas devenus des RRS. En effet, «concernant, le ciblage des établissements, l extension du programme ECLAIR est l occasion d une refonte de l éducation prioritaire. La plupart des collèges et des écoles des réseaux ambition réussite intègrent à la rentrée 2011 le programme ECLAIR. Il n y aura plus de RAR à la rentrée Les recteurs choisissent la façon dont ils accompagnent les écoles et les collèges ambition réussite qui ne deviennent pas ECLAIR.» (Vademecum Programme ECLAIR). Par ailleurs, neuf collèges privés sous contrat sont en ECLAIR : trois dans chacune des académies d Aix-Marseille et de Versailles et un dans chacune des académies d Amiens, Bordeaux et Lille. Onze lycées et dix-sept lycées professionnels font aussi partie du dispositif. On dénombre écoles publiques ECLAIR à la rentrée Elles accueillent 6 % des écoliers ( élèves). Les diversités académiques sont semblables à celles constatées pour les collèges : la part des écoliers en ECLAIR oscille entre 11,7 % pour l académie d Aix-Marseille, 10,8 % pour celle d Amiens et 0,4 % pour celle de Grenoble. Dans les DOM, 20,5 % des écoliers sont dans une école ECLAIR contre 5,3 % en France métropolitaine. En France métropolitaine, 5,6 % des élèves de maternelle et 5,0 % des élèves d élémentaire sont en ECLAIR contre respectivement 20,3 % et 20,7 % dans les DOM. À la rentrée 2011, 801 collèges et écoles correspondantes relèvent du réseau de réussite scolaire. Ils rassemblent élèves dans le premier degré et jeunes dans les collèges. Il convient de noter que cette caractérisation en volume du réseau RRS est un peu moindre que celle observable précédemment à la rentrée Le décalage est essentiellement imputable au passage de certaines écoles et établissements correspondants d un statut de RRS à un statut ECLAIR. 3. Indicateurs sur les ECLAIR Données de cadrage sur la population scolaire À la rentrée 2011, collégiens, soit un collégien sur vingt, sont scolarisés dans un collège ECLAIR. Comme attendu, ces élèves sont très massivement d'origine sociale défavorisée : trois quarts d entre eux (72,9 %) ont des parents ouvriers ou inactifs, contre un tiers (34,7 %) dans les établissements hors ECLAIR et réseau de réussite scolaire (RRS). Ces constats restent vrais, mais dans une moindre mesure, pour les élèves scolarisés dans un collège RRS (tableau 1).

4 Tableau 1 - Structure de la population scolaire à la rentrée 2011 (en %) Scolarisation dans un collège : en ECLAIR en RAR en RRS hors EP Ensemble Proportion d'enfants d'ouvriers et d'inactifs 72,9 73,9 57,0 34,7 42,8 Proportion d'enfants de cadres et d'enseignants 9,1 8,4 18,7 38,4 31,1 Proportion d'élèves entrant en 6 e en retard 21,7 22,1 18,2 11,3 12,8. En , les élèves des collèges ECLAIR sont plutôt défavorisés et en retard mais légèrement moins que ne l étaient les élèves de RAR en Il y a en effet plus de collèges et donc de collégiens en ECLAIR qu il n y en avait en RAR (297 contre 254 et élèves contre ). La structure des élèves des collèges RRS est restée plus stable au regard de ce critère. Tableau 2 - Structure de la population scolaire à la rentrée 2010 (en %) Scolarisation dans un collège : En ECLAIR En RAR En RRS Hors EP Ensemble Proportion d'enfants d'ouvriers et d'inactifs 72,9 74,1 57,4 35,0 42,6 Proportion d'enfants de cadres et d'enseignants 9,1 8,2 18,5 38,0 31,3 Proportion d'élèves entrant en 6ème en retard 23,9 24,6 20,2 12,2 13,7. En comparant les RAR de 2010 et les ECLAIR de 2011, on constate une baisse de 3 points de la proportion d élèves en retard parmi ceux entrant en sixième, soit trois fois plus qu au niveau national. Cependant, cette baisse apparente doit être dissociée entre un effet de composition et un effet d évolution dans le temps : la baisse entre 2010 et 2011 est en fait de 2,5 points dans les collèges de RAR et de 2,2 points dans les collèges ECLAIR. Il existe donc dans cette baisse un «effet de structure» dû à la différence de champ entre ECLAIR et RAR, de 0,4 point en 2011 (22,1 % de retard pour les RAR contre 21,7 % pour les ECLAIR). Résultats au diplôme national du brevet (DNB) Le diplôme national du brevet (DNB) comprend un examen écrit de trois épreuves (français, mathématiques et histoiregéographie - éducation civique), et depuis la session 2011 une épreuve orale en histoire de l art. À la session 2011, 32,1 % des élèves des collèges RAR et 43,9 % des élèves des RRS ont obtenu plus de 10 sur 20, en moyenne, aux épreuves finales, contre 61,3 % ailleurs, soit un écart de 29 points entre RAR et hors éducation prioritaire. Cependant, en prenant en compte le contrôle en cours de formation, les écarts diminuent : 71,1 % des élèves des RAR et 75,5 % des élèves des RRS ont obtenu leur DNB contre 83,3 % ailleurs, soit un écart de 12 points (graphique 1).

5 Graphique 1 Répartition des élèves selon la moyenne de leurs notes aux épreuves finale du DNB ,0% % d'élèves ayant eu aux épreuves écrites du DNB ,0% 12,0% 10,0% en RAR en RRS hors EP ensemble 8,0% 6,0% 4,0% 2,0% 0,0% Lecture : dans les collèges ambition réussite, 13,8 % des élèves ont eu entre 9 et 10 aux épreuves finales du diplôme national du brevet (DNB) à la session de juin 2011 contre 13,7 % des élèves des collèges en réseau de réussite scolaire, 11,8 % des élèves des collèges hors éducation prioritaire et 12,1 % de l'ensemble des élèves. 71,1 % des élèves scolarisés dans des collèges qui sont rentrés dans le dispositif ECLAIR à la rentrée 2011 ont été admis au DNB à la session de juin Comme pour la moyenne, la répartition des notes est très proche de celle pour les collèges RAR. Orientation des élèves en fin de troisième Un élève de troisième a près de 9 chances sur 10 d arriver au second cycle (i.e. en seconde générale et technologique ou en seconde professionnelle ou CAP), qu il soit scolarisé dans un collège ECLAIR ou non (tableau 3). Cependant, les élèves des collèges ECLAIR sont plus souvent orientés en seconde professionnelle et en CAP : le taux d accès de troisième en seconde professionnelle est de 33 % pour les élèves scolarisés dans un collège ECLAIR contre 24 % ailleurs et le taux d accès de troisième en CAP est de 10 % pour les élèves scolarisés dans un collège ECLAIR contre 4 % ailleurs. Tableau 3 - Taux d accès en seconde - année scolaire (en %) Taux d accès de 3 e en 2 nde GT professionnelle de 3 e en CAP (CAP+GT+pro) de 6e en 3 e ECLAIR RAR ECLAIR et RRS Hors ECLAIR et RRS Ensemble

6 Les taux d accès de troisième en seconde sont du même ordre de grandeur pour les collégiens scolarisés dans un collège RAR en (tableau 4). Par ailleurs, la comparaison des deux dispositifs pour une même année ne fait pas apparaître de différence importante. Il faut remarquer que l extension de la politique liée spécifiquement aux ECLAIR n a été effective qu à la rentrée 2011 et cette extension n a pas encore pu avoir d effet significatif sur ces taux d accès. Tableau 4 - Taux d accès en seconde - année scolaire (en %) Taux d accès de 3 e en 2 nde GT professionnelle de 3 e en CAP (CAP+GT+pro) de 6e en 3 e RAR Moyens ECLAIR RAR et RRS Hors RAR et RRS Ensemble Le taux d encadrement au collège (nombre d élèves divisé par nombre de divisions) est meilleur en ECLAIR (20,4 élèves par classe en ECLAIR en 2011 contre 24,7 hors éducation prioritaire, soit 4 points d écart) (tableau 5). Les efforts observés dans les collèges ne sont pas aussi importants dans les écoles correspondantes : il y a 22,2 élèves par classe en ECLAIR contre 23,8 hors éducation prioritaire, soit 1,6 point (tableau 6). Tableau 5 - Taux d encadrement au collège (E/D) En RAR En ECLAIR En RRS Hors EP Ensemble En ,1 20,3 21,5 24,3 23,6 En ,2 20,4 21,5 24,7 23,9 Tableau 6 - Taux d encadrement à l école (E/C) En RAR En ECLAIR En RRS Hors EP Ensemble En ,9 22,1 22,3 23,8 23,5 En ,9 22,2 22,3 23,8 23,7 En termes d évolution, ces indicateurs semblent augmenter si on ne retient que les indicateurs qui seront publiés : il passe de 20,1 pour les collèges RAR en à 20,4 pour les collèges ECLAIR en Il passe de 20,1 élèves à 20,4. De même, le taux d encadrement à l école (nombre d élèves divisé par nombre de classes) augmente entre pour les écoles RAR et pour les écoles ECLAIR (de 21,9 élèves à 22,2). Cependant, cette comparaison est artificielle, car il ne s agit pas des mêmes zonages. Ainsi, le nombre de collèges en ECLAIR a augmenté de 14,5 % par rapport au nombre de collèges en RAR. L augmentation est de 18,9 % pour les écoles. Ces hausses expliquent les augmentations des taux d encadrement, car les moyens alloués pour l éducation prioritaire en général, et les RAR devenus ECLAIR en particulier, sont restés constants. Ainsi, dans le second degré, l «augmentation» de 0,3 du E/D par comparaison des ECLAIR 2011 avec les RAR 2010 peut se décomposer en 0,1 d augmentation réelle, constatée tant pour les ECLAIR que pour les RAR (à comparer à l augmentation de 0,4 hors EP) et 0,2 tenant au différentiel entre RAR et ECLAIR.

Réseaux d éducation prioritaire

Réseaux d éducation prioritaire Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire Réseaux d éducation prioritaire de Lille Données 2013-2014 1 - Année 2013-2014 EP = éducation prioritaire HEP = hors éducation

Plus en détail

focus 04/2015 SERVICE PROSPECTIVE ET STATISTIQUE DE L ACADÉMIE DE LYON / JUILLET 2015

focus 04/2015 SERVICE PROSPECTIVE ET STATISTIQUE DE L ACADÉMIE DE LYON / JUILLET 2015 focus 04/2015 SERVICE PROSPECTIVE ET STATISTIQUE DE L ACADÉMIE DE LYON / JUILLET 2015 UNE REFONTE AMBITIEUSE DE LA CARTE DE L'ÉDUCATION PRIORITAIRE À la rentrée 2015, la nouvelle carte de l éducation prioritaire

Plus en détail

Réseaux d éducation prioritaire

Réseaux d éducation prioritaire Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire Réseaux d éducation prioritaire de Paris Données 2013-2014 1 - Année 2013-2014 EP = éducation prioritaire HEP = hors éducation

Plus en détail

Réseaux d éducation prioritaire

Réseaux d éducation prioritaire Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire Réseaux d éducation prioritaire de Créteil Données 2013-2014 1 - Année 2013-2014 EP = éducation prioritaire HEP = hors éducation

Plus en détail

L éducation prioritaire État des lieux

L éducation prioritaire État des lieux note d information 13.07 MAI À la rentrée 2012, 1 082 collèges publics sont en éducation prioritaire dont 301 en Éclair. La population scolaire des collèges Éclair est particulièrement défavorisée. Depuis

Plus en détail

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Éducation prioritaire

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Éducation prioritaire Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire Éducation prioritaire de Lille Données 2012-2013 1 EP = éducation prioritaire HEP = hors éducation prioritaire ECLAIR = écoles,

Plus en détail

Les bacheliers du panel 1995 : évolution et analyse des parcours

Les bacheliers du panel 1995 : évolution et analyse des parcours note d informationseptembre 10.13 La proportion de bacheliers au sein d une génération a connu, ces dernières années, une légère hausse : 63 % des élèves entrés en sixième en 1995 ont obtenu le baccalauréat,

Plus en détail

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Réseaux d éducation prioritaire

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Réseaux d éducation prioritaire Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire Réseaux d éducation prioritaire de Versailles Données 2014-2015 1 Indicateurs synthétiques d'efficience Éducation prioritaire

Plus en détail

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Réseaux d éducation prioritaire

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Réseaux d éducation prioritaire Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire Réseaux d éducation prioritaire de Lille Données 2014-2015 1 Indicateurs synthétiques d'efficience Éducation prioritaire

Plus en détail

Les élèves du premier degré à la rentrée 2015 dans les écoles publiques et privées d Orléans-Tours

Les élèves du premier degré à la rentrée 2015 dans les écoles publiques et privées d Orléans-Tours #15. 03 Novembre Les écoles des secteurs public et privé sous contrat du premier degré scolarisent 255 074 à la rentrée dans l académie d Orléans-Tours. Le premier degré gagne 168 (+0,1%) après une baisse

Plus en détail

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Réseaux d éducation prioritaire

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Réseaux d éducation prioritaire Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire Réseaux d éducation prioritaire de Nantes Données 2014-2015 1 Indicateurs synthétiques d'efficience Éducation prioritaire

Plus en détail

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Réseaux d éducation prioritaire

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Réseaux d éducation prioritaire Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire Réseaux d éducation prioritaire de Caen Données 2014-2015 1 Indicateurs synthétiques d'efficience Éducation prioritaire Radar

Plus en détail

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Réseaux d éducation prioritaire

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Réseaux d éducation prioritaire Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire Réseaux d éducation prioritaire de Montpellier Données 2014-2015 1 Indicateurs synthétiques d'efficience Éducation prioritaire

Plus en détail

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Réseaux d éducation prioritaire

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Réseaux d éducation prioritaire Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire Réseaux d éducation prioritaire d Aix-Marseille Données 2014-2015 1 Indicateurs synthétiques d'efficience Éducation prioritaire

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2008 ENSEIGNEMENT SCOLAIRE. Version du 28/09/2007 à 10:43:04

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2008 ENSEIGNEMENT SCOLAIRE. Version du 28/09/2007 à 10:43:04 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2008 ENSEIGNEMENT SCOLAIRE Version du 28/09/ à 10:43:04 NOTE EXPLICATIVE Cette annexe au projet de loi de finances est prévue par l article 51-5 de la loi organique du 1er

Plus en détail

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Éducation prioritaire Tableau de bord national

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Éducation prioritaire Tableau de bord national Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire Éducation prioritaire Tableau de bord national Données 2014-2015 Tableau de bord national de l'éducation prioritaire 2014

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Résultats au diplôme national Du brevet (DNB) : Session juin N 14/09 d octobre 2014 E X A M E N S

NOTE D INFORMATION. Résultats au diplôme national Du brevet (DNB) : Session juin N 14/09 d octobre 2014 E X A M E N S NI 14/09 dnb 2014 Rectorat, DEPP, octobre 2014 ----------- NOTE D INFORMATION N 14/09 d octobre 2014 Rectorat Division Evaluation Prospective et Pilotage Résultats au diplôme national Du brevet (DNB) :

Plus en détail

Les zones d éducation prioritaires à la rentrée 1994

Les zones d éducation prioritaires à la rentrée 1994 M I N I S T È R E D E L É D U C A T I O N N A T I O N A L E NOTE d INFORMATION 95.25 Mai 1995 Les zones d éducation prioritaires à la rentrée 1994 Les modifications apportées par les recteurs à la carte

Plus en détail

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Éducation prioritaire Tableau de bord national

Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire. Éducation prioritaire Tableau de bord national Repères pour l analyse de gestion Direction générale de l enseignement scolaire Éducation prioritaire Tableau de bord national Données 2013-2014 Tableau de bord national de l'éducation prioritaire 2013

Plus en détail

Alors que l ensemble des indicateurs

Alors que l ensemble des indicateurs ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE00.19 JUIN En 1998, pour la première fois depuis cinq ans, l activité des GRETA et des CAFOC augmente. Les groupements d établissements du second degré

Plus en détail

N 13 Décembre Des résultats académiques à améliorer

N 13 Décembre Des résultats académiques à améliorer N 13 Décembre 2011 Les évaluations CE1 et CM2 en 2011 Académie de Poitiers Des résultats académiques à améliorer Les résultats aux évaluations CE1 Dans l académie, en français comme en mathématiques, 22

Plus en détail

Les établissements. Pour en savoir plus - Notes d Information, 07.05, 08.01, 10.04, 11.09.

Les établissements. Pour en savoir plus - Notes d Information, 07.05, 08.01, 10.04, 11.09. 2 Les établissements 2 2.1 Les écoles 36 2.2 Les classes du premier degré 38 2.3 Collèges et lycées : types d établissement et classes 40 2.4 Collèges et lycées par académie 42 2.5 Collèges et lycées :

Plus en détail

Diplôme national du brevet Session 2012

Diplôme national du brevet Session 2012 note d information 13.04 AVRIL 84,7 % des candidats au diplôme national du brevet (DNB) ont réussi l examen en 2012, soit 1,3 point de plus qu en 2011. Les candidats de la série Collège obtiennent le meilleur

Plus en détail

Résultats provisoires du baccalauréat France métropolitaine et DOM Session de juin 2007

Résultats provisoires du baccalauréat France métropolitaine et DOM Session de juin 2007 MINISTÈRE DE L EDUCATION NATIONALE SECRETARIAT GENERAL Direction de l évaluation, de la prospective et de la performance 9 juillet 2007 Résultats provisoires du baccalauréat A la session de juin 2007,

Plus en détail

Le contexte scolaire

Le contexte scolaire Le contexte scolaire Le contexte scolaire 6. La scolarisation dans le premier degré En dix ans, une hausse du nombre d élèves en élémentaire et un fort recul de la scolarité à deux ans stoppé en 2013 _

Plus en détail

Regards sur l'éducation 2012 : Les indicateurs de l'ocde. Sous embargo jusqu au 11 septembre 2012, 11h, heure de Paris

Regards sur l'éducation 2012 : Les indicateurs de l'ocde. Sous embargo jusqu au 11 septembre 2012, 11h, heure de Paris NOTE PAYS Regards sur l'éducation 2012 : Les indicateurs de l'ocde FRANCE Sous embargo jusqu au 11 septembre 2012, 11h, heure de Paris Pour toute question, veuillez contacter Eric Charbonnier (Eric.Charbonnier@oecd.org)

Plus en détail

Entre 2000 et 2011, les

Entre 2000 et 2011, les La scolarisation à deux ans Linda Ben Ali 1 DEPP B1 - Bureau des études statistiques sur les élèves Dans le système scolaire français, les enfants de deux à cinq ans ne sont pas soumis à l obligation scolaire.

Plus en détail

Un niveau de formation à améliorer

Un niveau de formation à améliorer Un niveau de formation à améliorer Le système éducatif picard se caractérise par un niveau de scolarisation plus faible qu'en moyenne métropolitaine. La proportion de bacheliers dans une génération, les

Plus en détail

Résultats des brevets de techniciens supérieurs Session 2006

Résultats des brevets de techniciens supérieurs Session 2006 note d information 07.19 MAI www.education.gouv.fr À la session 2006, 102 1 brevets de techniciens supérieurs (BTS) ont été délivrés en métropole et dans les DOM par le ministère de l Éducation nationale,

Plus en détail

Les langues vivantes dans le second degré

Les langues vivantes dans le second degré ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE00.40 OCTOBRE En 1999-2000, la quasi-totalité des élèves du second degré des établissements publics et privés de France métropolitaine apprend au moins

Plus en détail

BILAN DE LA RENTREE SCOLAIRE 2012 DANS LE SECOND DEGRE PUBLIC

BILAN DE LA RENTREE SCOLAIRE 2012 DANS LE SECOND DEGRE PUBLIC DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SCOLAIRE BILAN DE LA RENTREE SCOLAIRE 2012 DANS LE SECOND DEGRE PUBLIC France métropolitaine et DOM (public) décembre 2012 Bureau du programme «enseignement scolaire

Plus en détail

PUBLICATIONS STATISTIQUES

PUBLICATIONS STATISTIQUES PUBLICATIONS STATISTIQUES Rectorat NOTE D'INFORMATION N 12/06 Avril 2012 Division Evaluation Prospective et Pilotage Parcours scolaires dans le secondaire des élèves de l académie d Amiens P A R C O U

Plus en détail

NI 12/09a Rectorat DEPP Juin 2012

NI 12/09a Rectorat DEPP Juin 2012 NOTE D INFORMATION N 12/9a de Juin 212 Rectorat Division Evaluation Prospective et Pilotage A P P R E N T I S S A G E L apprentissage en Picardie 211/212 Le ministère de l Education nationale en accord

Plus en détail

Éducation prioritaire : les nouvelles propositions de Gilles de Robien 200 collèges «Ambition Réussite» Relancer l Éducation prioritaire

Éducation prioritaire : les nouvelles propositions de Gilles de Robien 200 collèges «Ambition Réussite» Relancer l Éducation prioritaire > Éducation prioritaire : les nouvelles propositions de Gilles de Robien 200 collèges «Ambition Réussite» Relancer l Éducation prioritaire Conférence de presse du Ministre Mardi 13 décembre 2005 S o m

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 10 ème anniversaire du rapport de l Observatoire national de la petite enfance :

DOSSIER DE PRESSE. 10 ème anniversaire du rapport de l Observatoire national de la petite enfance : DOSSIER DE PRESSE 29 janvier 2016 10 ème anniversaire du rapport de l Observatoire national de la petite enfance : Depuis 10 ans, les parents confient davantage la garde de leurs jeunes enfants aux professionnels

Plus en détail

Les élèves du second degré à la rentrée 2009 dans les établissements publics ou privés

Les élèves du second degré à la rentrée 2009 dans les établissements publics ou privés note d informationfévrier 10.03 À la rentrée 2009, les établissements publics et privés du second degré de France métropolitaine et des DOM accueillent 5 331 700 élèves, soit 8 000 élèves de moins qu en

Plus en détail

2.1 LES ÉCOLES. définitions. pour en savoir plus

2.1 LES ÉCOLES. définitions. pour en savoir plus .1 LES ÉCOLES À la rentrée 015, l enseignement du premier degré compte 51 700 écoles en France métropolitaine et dans les DOM (1). Entre 014 et 015, la baisse se poursuit dans le secteur public (- 1,1

Plus en détail

LE CONTEXTE SCOLAIRE. Géographie de l école Le contexte scolaire

LE CONTEXTE SCOLAIRE. Géographie de l école Le contexte scolaire LE CONTEXTE SCOLAIRE 7 La scolarisation dans le premier degré 8 La scolarisation au collège 9 La scolarisation au lycée 10 L'enseignement privé 11 La scolarisation dans l'enseignement supérieur 12 La scolarisation

Plus en détail

Résultats provisoires du baccalauréat

Résultats provisoires du baccalauréat note d information 08.27 AOÛT À la session de juin 2008, le taux de réussite global est identique à celui de la session 2007 avec 83,3 % d admis. Il augmente au baccalauréat technologique (+ 0,7 point)

Plus en détail

Une augmentation considérable du niveau de formation.mais une inégalité de destins qui reste forte

Une augmentation considérable du niveau de formation.mais une inégalité de destins qui reste forte Une augmentation considérable du niveau de formation.mais une inégalité de destins qui reste forte L augmentation du niveau de formation Rappel pour les «nostalgiques de l âge d or» Au début des années

Plus en détail

80,2 % de lauréats au BTS en 2016

80,2 % de lauréats au BTS en 2016 80,2 % de lauréats au BTS en 2016 À la session 2016 du Brevet de Technicien Supérieur (BTS), 1 586 candidats scolaires des lycées publics et privés sous contrat de l éducation nationale se sont inscrits

Plus en détail

Les allocataires du RSA dans le. Département du Nord

Les allocataires du RSA dans le. Département du Nord Les allocataires du RSA dans le Département du Nord Evolution depuis 2009 et Profil des bénéficiaires Direction Générale de la Solidarité DPMC - Service pilotage et observation sociale Paule Laidebeur

Plus en détail

Orientation et réussite scolaire dans le secondaire

Orientation et réussite scolaire dans le secondaire 97 Orientation et réussite scolaire dans le secondaire Le taux de réussite au diplôme national du brevet des collèges (DNB) est globalement d autant plus faible que la part des quartiers est élevée au

Plus en détail

Loi Organique des Lois de Finances - LOLF

Loi Organique des Lois de Finances - LOLF Loi Organique des Lois de Finances - LOLF Le RECTEUR Pr Éric MARTIN Juin 2010 Les grands principes de la LOLF 1. Réformer le cadre de la gestion publique pour l orienter vers le contrôle de la performance,

Plus en détail

Les élèves du premier degré à la rentrée 2014 dans les établissements publics et privés sous contrat d Orléans-Tours

Les élèves du premier degré à la rentrée 2014 dans les établissements publics et privés sous contrat d Orléans-Tours #17 Mars 2015 Les écoles des secteurs public et privé sous contrat du premier degré scolarisent 254 906 élèves à la rentrée 2014 dans l académie d Orléans-Tours. Le premier degré voit une légère baisse

Plus en détail

Les élèves du second degré à la rentrée 2012 dans les établissements publics et privés

Les élèves du second degré à la rentrée 2012 dans les établissements publics et privés note d informationdécembre 12.25 Avec 6 400 élèves de plus qu en 2011, les établissements publics et privés du second degré de France métropolitaine et des cinq DOM accueillent 5 422 000 élèves à la rentrée

Plus en détail

Essentiel Bilan ADMISSION POST-BAC 2014

Essentiel Bilan ADMISSION POST-BAC 2014 Essentiel Bilan ADMISSION POST-BAC 2014 Le dispositif «Admission Post-», mis en place en 2009, recueille les candidatures de poursuite d études dans l enseignement supérieur. Il regroupe sur un seul site

Plus en détail

Bilan national des réseaux «ambition réussite»

Bilan national des réseaux «ambition réussite» Bilan national des réseaux «ambition réussite» Juin 2010 Sommaire Le mot du directeur général de l enseignement scolaire La politique d éducation prioritaire a été renouvelée en 2006 avec, pour principale

Plus en détail

les résidences principales en côtes d armor

les résidences principales en côtes d armor 266.353 résidences principales en : + 92.450 par rapport à (+ 53 ) 579.277 personnes habitant dans les résidences principales : + 69.774 par rapport à (+ 14 ) Progressions les plus fortes dans l espace

Plus en détail

BESOIN D AIDES-SOIGNANTS

BESOIN D AIDES-SOIGNANTS BESOIN D AIDES-SOIGNANTS EN AQUITAINE D ICI 2020 LE QUATRE PAGES INSEE AQUITAINE INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES En 2006, 20 000 aides-soignants résident en Aquitaine. La

Plus en détail

Adhérents et montant des cotisations pour les produits de retraite supplémentaire

Adhérents et montant des cotisations pour les produits de retraite supplémentaire 21 Adhérents et montant des cotisations pour les produits de retraite supplémentaire Fin 2014, 11,5 millions de personnes détiennent un contrat de retraite supplémentaire en cours de constitution auprès

Plus en détail

ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ

ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ Introduction Cette étude a pour but de dresser un premier bilan de la situation de l entreprenariat féminin à la suite de l obtention

Plus en détail

information Plus d un demi-million de bacheliers à la session 2003

information Plus d un demi-million de bacheliers à la session 2003 note d information 04.07 MARS www.education.gouv.fr/stateval Avec 627 520 candidats et 502 671 lauréats, le taux de réussite à la session 2003 du baccalauréat augmente de 1,5 point pour se situer à 80,1

Plus en détail

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent 1 - Une diminution de l épargne pour la première fois depuis 6 ans Si on neutralise les effets de la suppression des contingents communaux

Plus en détail

Quelques chiffres-clés

Quelques chiffres-clés Rentrée 2017 Quelques chiffres-clés de l Éducation nationale à Saint-Barthélemy et Saint-Martin Si les chiffres ne disent pas tout, ils nous donnent le plus souvent des informations sur lesquelles nous

Plus en détail

L effondrement des crédits immobiliers au premier trimestre pèsera sur la production de l année 2012

L effondrement des crédits immobiliers au premier trimestre pèsera sur la production de l année 2012 1 Numéro 177, juillet 2012 L effondrement des crédits immobiliers au premier trimestre pèsera sur la production de l année 2012 I) Immobilier : un premier trimestre en chute libre Chute de 39,4% des crédits

Plus en détail

Les effets du statut d activité des mères sur les loisirs des enfants : la découverte de la lecture par les 3 à 5 ans

Les effets du statut d activité des mères sur les loisirs des enfants : la découverte de la lecture par les 3 à 5 ans Claire LETROUBLON, CIRR-EHESP-Paris Thème Famille et transmission Les effets du statut d activité des mères sur les loisirs des enfants : la découverte de la lecture par les 3 à 5 ans Cette communication

Plus en détail

Pour la reussite de chaque eleve

Pour la reussite de chaque eleve 2012 Présentation du budget Pour la reussite de chaque eleve UN BUDGET 2012 EN PRoGREssIoN En 2012, le budget de l éducation nationale reste, avec plus de 61 Mds e, le premier budget de l État (plus d

Plus en détail

2. Les élèves et les moyens en emplois.

2. Les élèves et les moyens en emplois. 2. Les élèves et les moyens en emplois. 2.1 Les conditions d encadrement des élèves. 2.1.1 L évolution des effectifs d élèves, du nombre d élèves par classe à la rentrée 2007 et les prévisions 2008. A

Plus en détail

Diversité des lycées d enseignement professionnel de l Éducation nationale

Diversité des lycées d enseignement professionnel de l Éducation nationale Diversité des lycées d enseignement professionnel de l Éducation nationale Les lycées professionnels et polyvalents publics ou privés de la métropole et des DOM, au sein du ministère de l Éducation nationale,

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Les données chiffrées sont parfois arrondies, en général au plus près de leurs valeurs réelles. Le résultat arrondi d une combinaison de chiffres (qui fait intervenir leurs valeurs réelles)

Plus en détail

Mission Observatoire Régional Emploi Formation Rhône-Alpes. ql insertion professionnelle. mars 2008 - n 2 Enquête Insertion

Mission Observatoire Régional Emploi Formation Rhône-Alpes. ql insertion professionnelle. mars 2008 - n 2 Enquête Insertion Mission Observatoire Régional Emploi Formation Rhône-Alpes q ql insertion professionnelle des scolaires en Rhône-Alpes sortis de formation professionnelle en 2005 mars 2008 - n 2 Enquête Insertion s Sommaire

Plus en détail

Diplôme national du brevet Session 2017

Diplôme national du brevet Session 2017 Diplôme national du brevet Session 2017 Jeudi 29 et vendredi 30 juin 2017 #EducationFrance www.education.gouv.fr/presse SOMMAIRE LES ÉLÉMENTS CLÉS DE LA SESSION 2017... 3 LE PREMIER EXAMEN IMPORTANT DE

Plus en détail

Concours de recrutement de professeurs des écoles Session 2009

Concours de recrutement de professeurs des écoles Session 2009 note d informationnovembre 10.19 En 2009, 7 905 postes ont été ouverts aux concours de recrutement de professeurs des écoles publiques contre 11 909 en 2008. 46 236 candidats se sont présentés aux épreuves,

Plus en détail

Les différentes mesures en faveur de l équité en France. Dominique BARNICHON

Les différentes mesures en faveur de l équité en France. Dominique BARNICHON Les différentes mesures en faveur de l équité en France Dominique BARNICHON Conférence de Paris Vendredi 14 Novembre 2008 1.Équité en France (problématique française) Deux principes fondamentaux 1 er principe

Plus en détail

De l académie à l école : contextes académique et départemental. Le parcours scolaire des élèves. Points spécifiques sur les missions du directeur :

De l académie à l école : contextes académique et départemental. Le parcours scolaire des élèves. Points spécifiques sur les missions du directeur : De l académie à l école : contextes académique et départemental Le parcours scolaire des élèves Points spécifiques sur les missions du directeur : axe pédagogique le projet académique 2015 la continuité

Plus en détail

BILAN DU 1 er SEMESTRE 2007 DU PLAN NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL

BILAN DU 1 er SEMESTRE 2007 DU PLAN NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL PREMIER MINISTRE MINISTERE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ DILTI Délégation Interministérielle à la Lutte contre le Travail Illégal BILAN DU 1 er SEMESTRE 2007 DU PLAN NATIONAL DE

Plus en détail

Les concours de recrutement de professeurs des écoles dans l enseignement public à la session 2011

Les concours de recrutement de professeurs des écoles dans l enseignement public à la session 2011 note d information 13.3 AVRIL 3 324 postes ont été ouverts au recrutement 211 d enseignants du premier degré public, soit près de 4 3 postes de moins qu en 21. Aux concours externes, au même titre que

Plus en détail

C H A P I T R E LES FAMILLES ET LE MARCHÉ DU TRAVAIL4

C H A P I T R E LES FAMILLES ET LE MARCHÉ DU TRAVAIL4 C H A P I T R E LES FAMILLES ET LE MARCHÉ DU TRAVAIL4 L examen des données sur le marché du travail confirme des tendances déjà bien connues, soit la progression de l activité des mères, la prédominance

Plus en détail

QUE S EST-IL PASSÉ EN 2014?

QUE S EST-IL PASSÉ EN 2014? QUE S EST-IL PASSÉ EN 2014? SOMMAIRE 1. Editorial - Immobilier ancien : bilan d un marché locatif impacté par la loi Alur p. 04 2. Evolution des loyers moyens en 2014 p. 07 3. Evolution des loyers moyens

Plus en détail

Fiches. Activité, inactivité

Fiches. Activité, inactivité Fiches Activité, inactivité Avertissement Les données chiffrées sont parfois arrondies, en général au plus près de leurs valeurs réelles. Le résultat arrondi d une combinaison de chiffres (qui fait intervenir

Plus en détail

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Octobre 2015 Sommaire 1. Le programme Adultes-Relais...3 Présentation du programme adultes-relais pour l année 2014... 4 Les domaines

Plus en détail

Projet Stratégique Académique

Projet Stratégique Académique Académie de La Réunion Projet Stratégique Académique 2012-2016 Garantir l égalité des chances et viser l excellence Mot du recteur Depuis sa création en 1984, l académie de La Réunion a progressé de manière

Plus en détail

Résultats au diplôme national du brevet session 2015

Résultats au diplôme national du brevet session 2015 Note d information n 61 février 2016 Résultats au diplôme national du brevet session 2015 EN BREF Lors de la session 2015, dans l académie de Reims, 14 060 candidats ont obtenu leur diplôme national du

Plus en détail

CO L L E CT I V E. Étude. métier

CO L L E CT I V E. Étude. métier LES RESPONSABLES DE SATELLITE EN RESTAURATION CO L L E CT I V E HÔTELLERIE - RESTAURATION & ACTIVITÉS CONNEXES 2009 Étude métier Nourrir D après une étude réalisée pour le compte de l Observatoire prospectif

Plus en détail

Par rapport à 2005, 23 600

Par rapport à 2005, 23 600 Emploi lié à la dépendance 17 L évolution d ici 2020 du nombre de personnes âgées dépendantes et de leurs modes de vie entraînera un besoin accru d aidants professionnels, à domicile comme en institution.

Plus en détail

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France Composition des ménages et des familles, modes de garde des enfants Modes de cohabitation > Huit jeunes Parisiens sur dix de 15-19 ans vivent chez leurs parents. > Deux Parisiennes sur cinq de 20-34 ans

Plus en détail

DIRECCTE A Q U I T A I N E. Les Emplois d Avenir en Aquitaine Evaluation à partir des retours d expérience des employeurs et des jeunes bénéficiaires

DIRECCTE A Q U I T A I N E. Les Emplois d Avenir en Aquitaine Evaluation à partir des retours d expérience des employeurs et des jeunes bénéficiaires Les Emplois d Avenir en Aquitaine Evaluation à partir des retours d expérience des employeurs et des jeunes bénéficiaires SESE Bordeaux, 8 Septembre 2015 Chiffres-clés Plus de 7600 jeunes concernés Durée

Plus en détail

Filles et garçons dans le système éducatif depuis vingt ans

Filles et garçons dans le système éducatif depuis vingt ans Éducation, formation 2 Filles et garçons dans le système éducatif depuis vingt ans Fabienne Rosenwald* En 2004, comme vingt ans auparavant, les parcours scolaires des filles se distinguent de ceux des

Plus en détail

Les effectifs d étudiants dans le supérieur en 2007 : deuxième année consécutive de baisse

Les effectifs d étudiants dans le supérieur en 2007 : deuxième année consécutive de baisse note d informationfévrier 09.01 En 2007, le nombre d étudiants dans l enseignement supérieur en France métropolitaine et dans les départements d outre-mer a diminué de 1,1 %. Alors que le nombre de bacheliers

Plus en détail

La dépense par élève ou étudiant en France et dans l OCDE

La dépense par élève ou étudiant en France et dans l OCDE note d informationdécembre 12.29 En 211, en France, la dépense par élève ou étudiant s élève à 8 25 euros tous financeurs confondus. En dépense cumulée, une scolarité complète de la maternelle au master,

Plus en détail

Cambodge OFFRIR DES SERVICES DE SANTÉ AUX POPULATIONS DÉFAVORISÉES. Sous-traiter des services de santé destinés aux populations rurales pauvres

Cambodge OFFRIR DES SERVICES DE SANTÉ AUX POPULATIONS DÉFAVORISÉES. Sous-traiter des services de santé destinés aux populations rurales pauvres OFFRIR DES SERVICES DE SANTÉ AUX POPULATIONS DÉFAVORISÉES 2007 Cambodge Sous-traiter des services de santé destinés aux populations rurales pauvres La démarche consistant à sous-traiter à des ONG la gestion

Plus en détail

2.1 LES ÉCOLES. définitions. pour en savoir plus

2.1 LES ÉCOLES. définitions. pour en savoir plus . LES ÉCOLES À la rentrée 06, l enseignement du premier degré compte 5 00 écoles en France métropolitaine et dans les DOM (). Entre 05 et 06, la baisse se poursuit dans le secteur public (-, % après -,

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

Ecole de la Deuxième Chance Marseille

Ecole de la Deuxième Chance Marseille Ecole de la Deuxième Chance Marseille FONCTIONNEMENT TYPE DES ANTENNES DE l E2C MARSEILLE Juillet 2014 1 1. Un fonctionnement déjà éprouvé Dans le cadre de sa mission assurer, par l éducation et la formation,

Plus en détail

Public, privé et éducation prioritaire : une analyse de la mixité sociale selon le secteur du collège. Séminaire, Le Mans, 12 Janvier 2017

Public, privé et éducation prioritaire : une analyse de la mixité sociale selon le secteur du collège. Séminaire, Le Mans, 12 Janvier 2017 Public, privé et éducation prioritaire : une analyse de la mixité sociale selon le secteur du collège Pierre Courtioux (EDHEC & CES) Tristan-Pierre Maury (EDHEC) Séminaire, Le Mans, 12 Janvier 2017 1 Motivations

Plus en détail

CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE

CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE Le renforcement et la consolidation du cadre de la supervision bancaire en Algérie se sont poursuivis en 2014, année marquée notamment par la promulgation

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 8 août 4 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 4 SOLIDES PERFORMANCES COMMERCIALES RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 4 MILLIONS D EUROS RÉSULTAT NET : 4 MILLIONS D EUROS, BÉNÉFICIANT D ÉLÉMENTS

Plus en détail

COLLOQUE DES IREM LYON, MAI 2013

COLLOQUE DES IREM LYON, MAI 2013 COLLOQUE DES IREM LYON, MAI 2013 SYNTHESE Trois conférences et douze ateliers nous ont permis de faire un point général sur la réforme des programmes du lycée, en mathématique et en physique, et leurs

Plus en détail

LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC. Rencontre thématique

LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC. Rencontre thématique LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC Rencontre thématique Contribution de la Fédération des cégeps Le 30 novembre 2012 LES CÉGEPS PARTICIPENT À LA CONSTRUCTION DE LA SOCIÉTÉ DU SAVOIR Au Québec,

Plus en détail

L'ÉDUCATION NATIONALE EN CHIFFRES

L'ÉDUCATION NATIONALE EN CHIFFRES 1 052 700 12 775 400 L'ÉDUCATION NATIONALE EN CHIFFRES 2015 1645112548965874568590626521415217 7 760 Sauf mention contraire, toutes les sources sont : MENESR-DEPP. Ministère de l'éducation nationale, de

Plus en détail

Méthodologie. 1. Concernant les résultats aux examens, voir le n 50 d Ofipe résultats 4.623 diplômes délivrés en 2003.

Méthodologie. 1. Concernant les résultats aux examens, voir le n 50 d Ofipe résultats 4.623 diplômes délivrés en 2003. # 6 1HKRGTÃUWNVCVU! " $# %& # ' (*) +-,./ 10323254 798 ::/;# 9= " &GXGPKTGPFGUFKRNÏOÃUFG&'# En 2002, 171 étudiants inscrits à l université de Marne-la-Vallée ont obtenu

Plus en détail

Ce que nous apportent les évaluations nationales sur les connaissances des élèves

Ce que nous apportent les évaluations nationales sur les connaissances des élèves NOMBRES ET OPÉRATIONS : PREMIERS APPRENTISSAGES Lycée Buffon, Paris XV 12-13 novembre 2015 Ce que nous apportent les évaluations nationales sur les connaissances des élèves Jean-François Chesné Directeur

Plus en détail

Résultats DNB Session 2014

Résultats DNB Session 2014 C O M M U N I Q U É Référence : MB/79-13.14 Besançon, le 8 juillet Résultats du diplôme national du brevet (DNB) Le taux de réussite au DNB reste stable au niveau de l académie 85,1 % de taux de réussite

Plus en détail

La Licence mention Droit

La Licence mention Droit La Licence mention Droit Qui sont ceux qui entrent en licence mention Droit? La licence mention Droit a pour objectif principal d offrir aux étudiants une formation juridique générale et approfondie en

Plus en détail

Etat des lieux de la création reprise en Bretagne : en avantpremière, Animé par : Ronan Lhermenier (Direccte) Laurent Auzet (Insee)

Etat des lieux de la création reprise en Bretagne : en avantpremière, Animé par : Ronan Lhermenier (Direccte) Laurent Auzet (Insee) Etat des lieux de la création reprise en Bretagne : en avantpremière, étude 2015 de l'insee Animé par : Ronan Lhermenier (Direccte) Laurent Auzet (Insee) CREATIONS D ENTREPRISE DEPUIS 2009 en milliers

Plus en détail

Le travail, entre prescription et réalisation

Le travail, entre prescription et réalisation Journées professionnelles de formation de l Association Nationale des Directeurs de Mission Locale «Direction des Missions Locales : Nouveaux enjeux, nouveaux métiers» 25 et 26 Juin 2015, Rennes Le travail,

Plus en détail

L académie de Rouen en chiffres

L académie de Rouen en chiffres L académie de Rouen en chiffres 2007 Les grands chiffres 2006 et 2007 Elèves et apprentis (nombre total d inscrits) Nombre d élèves des 1er et 2nd degrés 1er degré 2nd degré dont public l dont écoliers

Plus en détail

PERFORMANCES DES ETUDIANTS INSCRITS EN ESPE A LA SESSION 2015 DES CONCOURS ENSEIGNANTS ET DE PERSONNELS D EDUCATION EXTERNES DU SECOND DEGRE PUBLIC

PERFORMANCES DES ETUDIANTS INSCRITS EN ESPE A LA SESSION 2015 DES CONCOURS ENSEIGNANTS ET DE PERSONNELS D EDUCATION EXTERNES DU SECOND DEGRE PUBLIC PERFORMANCES DES ETUDIANTS INSCRITS EN ESPE A LA SESSION 2015 DES CONCOURS ENSEIGNANTS ET DE PERSONNELS D EDUCATION EXTERNES DU SECOND DEGRE PUBLIC 47 % des admis aux concours externes du second degré

Plus en détail