DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE"

Transcription

1 DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE Marie-Noëlle Lombarte. Diététicienne CHU Besançon Service de Radiothérapie-Oncologie médicale/gastroentérologie-nutrition Référent CLAN Référence: Programme National Nutrition Santé Ministère de la santé, de la famille et des personnes âgées Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins 1

2 Le dépistage et le traitement de la dénutrition à un stade précoce de son évolution est un élément important de la prise en charge du patient en cancérologie 2

3 LES BÉNÉFICES LA PRISE EN CONSIDÉRATION DES BESOINS NUTRITIONNELS DES PATIENTS Amélioration de nombreux paramètres pronostiques Amélioration de la qualité de vie 3

4 DÉPISTAGE DE LA DÉNUTRITION C est l affaire de tous Sensibilisation et formation Médecin Personnel soignant IDE, AS, ASH Manipulateur en radiothérapie Diététicien. 4

5 ORIGINE DES OUTILS DE DÉPISTAGE Experts désignés par la DHOS pour mettre en place une politique nutritionnelle dans les établissements de santé Mission = Élaborer des outils de dépistage de la dénutrition en se basant sur des critères cliniques simples Démarche inscrite dans le prolongement des actions engagées dans le cadre du PNNS 5

6 OUTILS Outils de base = algorithmes décisionnels en fonction de la population concernée seuils significatifs précisés pour classer le malade dans une catégorie à risque ou non Outils type «échelle de risque» Indice de Busby ou NRI 1,519 x (albuminémie( en g/l) + 0,417 x( poids actuel/poids habituel x 100) 6

7 DÉPISTAGE À 3 NIVEAUX NIVEAU 1 Dépistage de la dénutrition à l admission Index de Masse Corporelle ( IMC = P/T 2 ) Perte de poids 7

8 ACTEURS ET RÔLES Organigramme adapté aux moyens locaux Proposition: IDE OU AS Détermine le poids Et la taille Médecin, interne, externe IDE, diététicien Détermine l IMC et le % de perte de poids 8

9 IMPORTANCE DU POIDS ET DE LA TAILLE Critères retenus au niveau 1 du dépistage ( Perte de poids et calcul de l IMC ) Toise Taille Distance genou talon ( toise pédiatrique ) Carte d identité ou interroger le patient Poids Balance ou lève malade Poids antérieur interroger le malade ou la famille 9

10 IMC ET % DE PERTE DE POIDS IMC = Poids / Taille ² ( en m ) Se servir du nutrimètre % PERTE DE POIDS ( Poids habituel poids actuel ) x 100 / poids habituel ) 10

11 INTERPRÉTATION DES INDICES Seuil de malnutrition Si : IMC # 18,5 et / ou Perte de poids: 2 % en 1 semaine 5 % en 1 mois 10 % en 6 mois Si dépistage négatif Pas d autres investigations sauf poids 1fois/ semaine Si dépistage positif Dosage de l albuminémie 11

12 NIVEAU 2 Dans les 48 premières heures Patients pour lesquels les résultats du niveau 1 font suspecter une dénutrition Acteurs et rôles: Médecin et diététicien Index de Buzby ( NRI ) Niveau de dénutrition 12

13 ACTIONS RECOMMANDÉES Suivant niveau de dénutrition Absence de dénutrition NRI > 97,5 Surveillance hebdomadaire du poids Surveillance alimentaire sur signalement du soignant Dénutrition: NRI # 97,5 Niveau 3 13

14 NIVEAU 3 Patients chez lesquels le niveau 2 suggère une dénutrition modérée ou sévère Dénutrition modérée: 83,5 < NRI < 97,5 Acteurs et rôles: Le diététicien calcule le niveau des ingesta, enrichi l alimentation en énergie et en protéines, avec ou sans compléments oraux suivant les besoins du patient L équipe soignante mobilise et pèse le patient L équipe spécialisée en nutrition propose une nutrition artificielle si nécessaire 14

15 Dénutrition sévère NRI < 83,5 Discussion pour une nutrition entérale Intervention de l équipe spécialisée en nutrition si elle existe dans l établissement Nutrition artificielle Voie entérale préférée à la voie parentérale Pesée hebdomadaire 15

16 Indices retenus: Calcul des ingesta +/-Dosage de la transthyrétine Sévérité de l agression métabolique et de l hypercatabolisme Facteurs aggravants le risque nutritionnel Ingesta insuffisants Terrain = immunodépression, déficit vasculaire diabète Douleurs Chirurgie / Chimiothérapie / radiothérapie Hospitalisation > 15 jours 16

17 17

18 HISTOIRE DE M. R Homme de 61 ans, vivant seul, alcool +, tabac + EOA épidermoïde de la cavité buccale et de tout le plancher Dysphagie de grade II Indication de chimio-radiothérapie concomitante Taille: 1,75 m Poids habituel: 82 kg Poids actuel: 70 kg Cs Diététique prescrite par le médecin au début de la 3ème semaine de traitement perte de 4 kg en 1 semaine 18 20

19 IMC = 22,8 % de perte de poids = 5 % en 1 semaine = 15 % en 3 mois Enquête alimentaire: 900 Kcal, 36 g de protéines Texture mixée Besoins estimés : 2000 à 2200 kcal 80 g de protèines Expliquer au patient l enjeu d une nutrition correcte Conseils alimentaires: Fractionnement de son alimentation Recettes enrichies mixées et liquides Répartition journalière avec 2 compléments oraux / jour (600 kcal / 28 g de prot) 19 21

20 Le patient est revu 3 semaines après la première consultation diététique. Il mange mieux, son poids est stabilisé, il a repris 1 kg, il semble plus tonique. Il reste 15 jours de traitement Le patient ne revient pas à sa consultation post CT /RT 4 mois après la fin du traitement, nouvelle demande de consultation diététique, le patient est revenu avec évolution locale de son carcinome. Dysphagie grade III, 10 Kg SNG nutrition entérale à domicile. GPE programmée, la NE > à 1 mois

21 La consultation diététique consistera à expliquer au malade: Le but de la nutrition entérale Son fonctionnement. Sa prise en charge Le programme de réalimentation Adapter le débit et les horaires des prises Contacter le prestataire de service 21 23

22 A RETENIR Dépistage minimum: mesure du poids et de la taille Calcul de L IMC et du % de perte de poids Les patients atteints de cancer ont des besoins en réadaptation alimentaire de différents types en fonction de leur état général, de la localisation de la tumeur et du traitement. Tout patient dénutris ou à risque de dénutrition devrait pouvoir bénéficier d une prise en charge nutritionnelle

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES 1 1 - DEFINITION La dénutrition est un état de déficit en énergie, en protéines

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer Anne Ghisolfi-Marque Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Première rencontre Mme A. 75 ans bénéficie b pour la

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE Dans le plan cancer 2003-2007 la mesure 42 prévoit le développement des soins

Plus en détail

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire?

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? Pr JC Desport Réseau LINUT / ARS du Limousin Isle Unité de nutrition et Centre de l Obésité Sévère CHU Limoges INSERM UMR 1094 Faculté de Médecine

Plus en détail

Quelle stratégie de prise en charge nutritionnelle recommander?

Quelle stratégie de prise en charge nutritionnelle recommander? BROCKER Patrice CHU NICE SIMON-RAYNAUD Agathe AP-HP WOOLMARK Yves AP-HP SIMON-RAYNAUD Agathe AP-HP WOOLMARK Yves AP-HP BROCKER Patrice CHU NICE WOOLMARK Yves AP-HP BROCKER Patrice CHU NICE SIMON-RAYNAUD

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Diagnostic

Plus en détail

Évaluation des pratiques professionnelles en nutrition clinique

Évaluation des pratiques professionnelles en nutrition clinique Société Francophone Nutrition Clinique et Métabolisme Évaluation des pratiques professionnelles en nutrition clinique Le dépistage de la dénutrition chez l adulte hospitalisé 2013 grille d évaluation Membres

Plus en détail

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité.

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. NUTRITION ET VIH La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. L équipe médicale et soignante doit prendre en compte l intérêt de la nutrition avant toute perte de

Plus en détail

Recommandations HAS 2007

Recommandations HAS 2007 Recommandations HAS 2007 Docteur Alain RICHARD Médecin coordonnateur «Korian Ville en Vert» BRETEUIL Toutes les personnes âgées Les personnes âgées à risque de dénutrition 1 1 fois/an en ville 1 fois/mois

Plus en détail

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT DEMENCE ET DENUTRITION A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Maladie d Alzheimer et perte de poids la perte de poids touche 30 à 40 % des patients atteints des patients atteints des formes légères

Plus en détail

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Bruno BLOT Diététicien CHR Orléans Powerpoint Templates Page 1 Sommaire Dénutrition : facteur pronostique Prévalence de la dénutrition

Plus en détail

Nutrition et Personnes Agées

Nutrition et Personnes Agées FMC Haguenau 19 mai 2016 Nutrition et Personnes Agées Alain PRADIGNAC Unité de Nutrition Thérapeutique Médecine Interne et Nutrition Pôle MIRNED Hôpitaux Universitaires de Strasbourg NUTRITION ET PERSONNES

Plus en détail

Journée des équipes 3C de la région CENTRE - 21 juin La prise en charge diététique en cancérologie. au CHR Orléans

Journée des équipes 3C de la région CENTRE - 21 juin La prise en charge diététique en cancérologie. au CHR Orléans La prise en charge diététique en cancérologie au CHR Orléans Alimentation et cancer L importance des répercussions alimentaires au cours de la maladie et de ses traitements varie, mais plus de la moitié

Plus en détail

Reconnaitre et traiter la dénutrition en ambulatoire Pascal Crenn

Reconnaitre et traiter la dénutrition en ambulatoire Pascal Crenn Reconnaitre et traiter la dénutrition en ambulatoire Pascal Crenn GH A. Paré-R. Poincaré (APHP) EA 4497 (UVSQ) Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2011 Pascal CRENN

Plus en détail

Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte

Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte Un élément de base de l évaluation du statut nutritionnel des patients Le calcul de l IMC, un geste à intégrer dans l examen clinique initial

Plus en détail

Diagnostic de la dénutrition et de ses facteurs de risque

Diagnostic de la dénutrition et de ses facteurs de risque 1 Diagnostic de la dénutrition et de ses facteurs de risque Données générales - La dénutrition est définie comme un changement mesurable des fonctions et/ou de la composition corporelle, associé à une

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Nutrition en oncogériatrie - Valérie Royer-Garabige

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Nutrition en oncogériatrie - Valérie Royer-Garabige Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie Plan v Spécificités liées à la gériatrie v Initiation de la PEC diététique v Bilan diététique v Plan de soin diététique v Intérêt de la PEC diététique

Plus en détail

Item 110 : Diagnostic de la dénutrition et de ses facteurs de risque

Item 110 : Diagnostic de la dénutrition et de ses facteurs de risque Item 110 : Diagnostic de la dénutrition et de ses facteurs de risque Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Données

Plus en détail

Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt 59777 EURALILLE - 03.62.72.77.00 Site Internet : http://ars.nordpasdecalais.sante.fr

Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt 59777 EURALILLE - 03.62.72.77.00 Site Internet : http://ars.nordpasdecalais.sante.fr Recommandations pour l identification de consultations interdisciplinaires d évaluation oncogériatrique en hôpital de jour dans le cadre des missions régionales de l UCOG et des filières gériatriques.

Plus en détail

Dépister la DÉNUTRITION. des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC. Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique

Dépister la DÉNUTRITION. des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC. Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique Dépister la DÉNUTRITION des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique en dehors de l enquête alimentaire et du dépistage des erreurs,

Plus en détail

Nutrition et cancer: aujourd hui et demain

Nutrition et cancer: aujourd hui et demain Nutrition et cancer: aujourd hui et demain P. Senesse Gastro-nutrition CRLC Val d Aurelle Aujourd hui Dépistage systématique de l état nutritionnel Patients de moins de 70 ans SFNEP 2006 Age du patient

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod AU DOMICILE : 4 à 10 % des PA sont dénutries * EN INSTITUTION

Plus en détail

«Optimisation du codage des troubles de l état nutritionnel»

«Optimisation du codage des troubles de l état nutritionnel» «Optimisation du codage des troubles de l état nutritionnel» INTERCLAN 2016 D R B A R R É V I N C E N T S O P H I E E S T R A N 2 8 O C T O B R E 2 0 1 6 CAS n 1 Jocelyne 62 ans Hospitalisation pour chimiothérapie

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DÉNUTRITION COMPLÉMENTS NUTRITIONNELS ORAUX QUEL NOUVEAU CADRE DE PRESCRIPTION?

GUIDE PRATIQUE DÉNUTRITION COMPLÉMENTS NUTRITIONNELS ORAUX QUEL NOUVEAU CADRE DE PRESCRIPTION? GUIDE PRATIQUE DÉNUTRITION COMPLÉMENTS NUTRITIONNELS ORAUX QUEL NOUVEAU CADRE DE PRESCRIPTION? DÉNUTRITION PLUSIEURS MILLIERS DE PERSONNES CONCERNÉES La dénutrition peut toucher jusqu à 70 % des patients

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon Marie-Noëlle Lombarte FF Cadre Service Diététique CHU de Besançon Une volontéaffichée

Plus en détail

Nutrition et cancer. P Senesse, JL Legoux, FFCD 2008

Nutrition et cancer. P Senesse, JL Legoux, FFCD 2008 Nutrition et cancer P Senesse, JL Legoux, FFCD 2008 Dénutrition et conséquences Indication d un support nutritionnel Chirurgie Radio/chimiothérapie Palliatif Critères de dénutrition validés Patients de

Plus en détail

Nutrition et cancer digestif

Nutrition et cancer digestif Nutrition et cancer digestif P. Senesse Gastro-nutrition CRLC Val d Aurelle Dépistage systématique de l état nutritionnel Patients de moins de 70 ans SFNEP 2006 Age du patient : 18 à 70 ans Critères A

Plus en détail

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition NUTRITION ET PLAIES LA COMPLÉMENTATION ET LA SURVEILLANCE BIOLOGIQUE Dr Eric Béguier Centre de Biologie Narbonne / Sérignan 1 PLAN I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE EN ONCOLOGIE au. Haute - Loire (43)

PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE EN ONCOLOGIE au. Haute - Loire (43) PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE EN ONCOLOGIE au Haute - Loire (43) Lors de l hospitalisation de jour du patient pour son traitement 2 documents ses repas servis, de cette façon, seront adaptés à ses besoins

Plus en détail

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»?

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? D. GEDOUIN Rennes, le 12 juin2015 CAS CLINIQUE Madame L Paulette, née le 23/04/1929 (86 ans), ancienne

Plus en détail

Diabète et grossesse

Diabète et grossesse Diabète et grossesse I. Définition du diabète gestationnel Le diabète gestationnel (DG) est un trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant

Plus en détail

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante»

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Le rôle du diététicien Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Virginie DUBOIS Diététicienne-nutritionniste (Paris) Observations et Rôles du diététicien Interrogations et remarques de patients

Plus en détail

Soins infirmiers en gériatrie

Soins infirmiers en gériatrie Soins infirmiers en gériatrie UE 2.7 Définitions La vieillesse, plusieurs définitions OMS retient le critère d âge 65 ans et plus. Définition sociale utilise l âge de cessation d activité professionnelle

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins de support: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien

Plus en détail

Support nutritionnel et son bon usage dans les cancers gynécologiques en situation palliative

Support nutritionnel et son bon usage dans les cancers gynécologiques en situation palliative Support nutritionnel et son bon usage dans les cancers gynécologiques en situation palliative Dr François TALARMIN Médecine interne UTNC Cliniques Brestoises Fréquence de la dénutrition Causes de la dénutrition

Plus en détail

Page d accueil du logiciel

Page d accueil du logiciel Page d accueil du logiciel L accès au logiciel NutriPDA Réa 2.0 se fait via la page d accueil de l assistant personnel. Pour plus de commodité, le programme peut être regroupé dans un sous-menu incluant

Plus en détail

Indicateurs DPE. Clinique Médicale Brugnon Agache - Beaujeu Dr FARRET Médecin chef Gériatre, onco-gériatre

Indicateurs DPE. Clinique Médicale Brugnon Agache - Beaujeu Dr FARRET Médecin chef Gériatre, onco-gériatre Indicateurs DPE Identification points forts Clinique Médicale Brugnon Agache - Beaujeu Dr FARRET Médecin chef Gériatre, onco-gériatre 04 décembre 2014 INSTANCES DE PILOTAGE CLAN STRUCTURATION MULTIPROFESSIONNELLE

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE. Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE. Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon Une volonté affichée des pouvoirs publics Prévalence de la dénutrition en cancérologie

Plus en détail

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie.

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie. Mme Nathalie GROUAS, IDE service de Diabétologie Dr SANGUIN, Médecin Diabétologue Dr Anne-Marie CAMINONDO, Pharmacien Dr Annie ATHOUEL, Pharmacien Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient

Plus en détail

4 e colloque annuel du réseau de soins

4 e colloque annuel du réseau de soins 4 e colloque annuel du réseau de soins Détection, prévention et prise en charge de la dénutrition à domicile institution de maintien, d aide et de soins à domicile C. Busnel Sommaire Contexte suisse Contexte

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée 1 Une recommandation L alimentation est un soin de base. Elle doit être une priorité absolue

Plus en détail

Audit de connaissances auprès du personnel infirmier

Audit de connaissances auprès du personnel infirmier Audit de connaissances auprès du personnel infirmier nutrition artificielle et sondes naso-gastriques GANTZ D. interne en pharmacie RAGAZZON GANTZ D. interne C. pharmacienne RAGAZZON C. pharmacienne PINÈDE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 4 novembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 4 novembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 4 novembre 2015 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 22 juillet 2015 a fait l objet d une audition le 4 novembre 2015 CETORNAN 5 g, poudre pour solution

Plus en détail

Amaigrissement involontaire

Amaigrissement involontaire Amaigrissement involontaire Quels éléments pour améliorer notre pratique en Médecine générale? Un problème fréquent Les cancéreux Les porteurs de maladies inflammatoires chroniques Les insuffisants cardiaques,

Plus en détail

SYNTHÈSE DES QUESTIONNAIRES D ÉVALUATION

SYNTHÈSE DES QUESTIONNAIRES D ÉVALUATION THÉMATIQUE NUTRITION, DÉNUTRITION, ALIMENTATION SYNTHÈSE DES QUESTIONNAIRES D ÉVALUATION ÉVALUATION INTERNE 2013 Une évaluation interne visant à apprécier l utilisation des contenus des mallettes mises

Plus en détail

NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE. Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras

NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE. Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras Généralités cliniques ETUDE CAS-TEMOINS INTERHEART Lancet, 2004 12 461 IDM et 14 637 témoins entre février

Plus en détail

DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION. Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor

DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION. Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor Académie Nationale de Pharmacie 18 mars 2015 DECLARATION

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce»

Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce» Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce» CHRU Besançon Marie LANCRENON Ghislain GRODARD Jeudi 12 Février

Plus en détail

Interprétation mammographique Classification BI-RADS. Houriya Amrani Mikou Centre Radiodiagnostic Roudani Casablanca

Interprétation mammographique Classification BI-RADS. Houriya Amrani Mikou Centre Radiodiagnostic Roudani Casablanca Interprétation mammographique Classification BI-RADS Houriya Amrani Mikou Centre Radiodiagnostic Roudani Casablanca définition Lexique publié par l American Collège of Radiology = ACR Uniformise les comptes

Plus en détail

Approche diététique en dysphagie

Approche diététique en dysphagie Approche diététique en dysphagie VI ème symposium interdisciplinaire Actualité en Dysphagie et Nutrition Bachmair O., Desmet V., Novalet M. Service diététique 13/11/15 29 octobre 2015 Plan de la présentation

Plus en détail

DÉNUTRITION ET ENRICHISSEMENT : CONTEXTE, PRINCIPE ET MISE EN ŒUVRE. Virginie Pouyet Responsable gamme dénutrition, Nutrisens

DÉNUTRITION ET ENRICHISSEMENT : CONTEXTE, PRINCIPE ET MISE EN ŒUVRE. Virginie Pouyet Responsable gamme dénutrition, Nutrisens AFDN-EST, Strasbourg, 15 juin 2017 Actualités autour des protéines DÉNUTRITION ET ENRICHISSEMENT : CONTEXTE, PRINCIPE ET MISE EN ŒUVRE Virginie Pouyet Responsable gamme dénutrition, Nutrisens vpouyet@nutrisens.fr

Plus en détail

Nutrition péri-opératoire. Emmanuel Heuzé, Diététicien, Paris

Nutrition péri-opératoire. Emmanuel Heuzé, Diététicien, Paris Nutrition péri-opératoire Emmanuel Heuzé, Diététicien, Paris Recommandations Nutrition pré-opératoire C. Chambrier, F. Sztark. Recommandations de bonnes pratiques cliniques sur la nutrition péri-opératoire.

Plus en détail

Les mots pour convaincre. Dr Annie Reksa AFDN 2009

Les mots pour convaincre. Dr Annie Reksa AFDN 2009 Dr Annie Reksa AFDN 2009 Le paradoxe de devoir convaincre Malgré sa prévalence : près d une hospitalisation sur deux ses conséquences de morbidité l existence de recommandations françaises et européennes

Plus en détail

Nutrition et pied diabétique infecté

Nutrition et pied diabétique infecté Nutrition et pied diabétique infecté 13 DÉCEMBRE 2013 DR AMANDINE BEHAGUE MÉDECIN NUTRITIONNISTE DR CHRISTINE LEMAIRE SERVICE DE DIABÉTOLOGIE - ENDOCRINOLOGIE- MALADIES DE LA NUTRITION CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail

La dénutri+on. Journée APHAL, préparateurs en pharmacie hospitalière Dr SCHIRMEYER C. Septembre 2015

La dénutri+on. Journée APHAL, préparateurs en pharmacie hospitalière Dr SCHIRMEYER C. Septembre 2015 La dénutri+on Journée APHAL, préparateurs en pharmacie hospitalière Dr SCHIRMEYER C. Septembre 2015 Défini+on de la dénutri+on La dénutri+on est un état pathologique qui résulte d'un déficit persistant

Plus en détail

NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER

NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER LE 30 JUIN 2017, CORALIE MAHE-REMEUR DIÉTÉTICIENNE- HÔPITAL SUD RENNES NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER Les besoins nutritionnels des enfants de 0 à 18 ans Les besoins spécifiques

Plus en détail

RESUME. TITRE Etude ANC1 Age Nutrition Chirurgie

RESUME. TITRE Etude ANC1 Age Nutrition Chirurgie RESUME TITRE Etude ANC1 Age Nutrition Chirurgie Impact d une intervention gériatrique dans le dépistage et la prise en charge de la dénutrition chez des patients âgés de plus de 70 ans devant être opérés

Plus en détail

Gastrostomie et Démence: Questionnements éthiques

Gastrostomie et Démence: Questionnements éthiques Gastrostomie et Démence: Questionnements éthiques Dr Sornay-Soares Soins aux Grands Vieillards Clermont-Ferrand 22 et 23 janvier 2009 La petite histoire Patiente de 87 ans adressée par une EHPAD car elle

Plus en détail

CANCER ET ANOREXIE. Intervention du Mardi 8 Octobre 2013

CANCER ET ANOREXIE. Intervention du Mardi 8 Octobre 2013 CANCER ET ANOREXIE INTERCLAN PACA Intervention du Mardi 8 Octobre 2013 Claude ARNAUD- Diététicienne Hôpital Saint Joseph- MARSEILLE CANCER ET ANOREXIE 1 30 % à 50% des patients atteints de cancer sont

Plus en détail

DEMARCHE DE SOINS DIETETIQUES

DEMARCHE DE SOINS DIETETIQUES DEMARCHE DE SOINS DIETETIQUES Par Carole Meilhat Au vue de l évolution thérapeutique diététique, il nous parait essentiel de vous présenter un outil auquel doit se former tous les diététiciens. Cette démarche

Plus en détail

Cas clinique cancer de l oesophage

Cas clinique cancer de l oesophage Cas clinique cancer de l oesophage P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie CHU de Rouen www.tncd.org Evolution du cancer de l oesophage en 2010 en France en fonction de l année de naissance Tout cancer

Plus en détail

CHUV/UNC/PCB/lds/Dysphagie et dénutrition 1

CHUV/UNC/PCB/lds/Dysphagie et dénutrition 1 Fragilité nutritionnelle et troubles de la déglutition AVDEMS - Septembre 2012 P. Coti Bertrand Nutrition Clinique - EDM 1 Symptômes liés à la dysphagie Impact de la dysphagie sur l état nutritionnel Fausses

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé. Juin 2007

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé. Juin 2007 Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Juin 2007 Prévalence de la dénutrition chez les personnes âgées A domicile : 4-10 % En institution : 15-38

Plus en détail

Groupe de travail REPAréa Service de Réanimation Polyvalente CHU DUPUYTREN - Limoges

Groupe de travail REPAréa Service de Réanimation Polyvalente CHU DUPUYTREN - Limoges Groupe de travail REPAréa Service de Réanimation Polyvalente CHU DUPUYTREN - Limoges 1006 admissions en 2010 22 lits répartis dans 5 unités Durée moyenne de séjour : 6,89 jours 7 Praticiens hospitaliers

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Nutrition en oncogériatrie - Valérie Royer-Garabige / Betty Peignelin

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Nutrition en oncogériatrie - Valérie Royer-Garabige / Betty Peignelin Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie Plan Spécificités liées à la gériatrie Initiation de la PEC diététique Bilan diététique Plan de soin diététique Intérêt de la PEC diététique Cas

Plus en détail

Evaluation initiale par un réseau de nutrition des patients atteints de SLA en région Limousin

Evaluation initiale par un réseau de nutrition des patients atteints de SLA en région Limousin Evaluation initiale par un réseau de nutrition des patients atteints de SLA en région Limousin Pierre Jésus 1, Aude Massoulard 2, Olivier Laplagne 2, Benoît Marin 3,5, Marie Nicol 4, Philippe Couratier

Plus en détail

Partie 3 : Nutrition et AVC. Médecin-Nutritionniste du ROLAND Dr GAHIER

Partie 3 : Nutrition et AVC. Médecin-Nutritionniste du ROLAND Dr GAHIER Partie 3 : Nutrition et AVC Médecin-Nutritionniste du ROLAND Dr GAHIER Plan La dénutrition : définition, dépistage et complications Causes de la dénutrition chez le patient post AVC Déficit Moteur : troubles

Plus en détail

Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé I. Causes de la dénutrition du sujet âgé II. Diagnostic clinique de la dénutrition chez le sujet âgé III. Attitude thérapeutique OBJECTIFS

Plus en détail

Sommaire. CH-jacques Monod : S.Delasalle-Frontin (aide-soignante), A. Marie (diététicienne) B.Masson(Cadre de Santé)

Sommaire. CH-jacques Monod : S.Delasalle-Frontin (aide-soignante), A. Marie (diététicienne) B.Masson(Cadre de Santé) Sommaire Au décours de la consultation d annonce infirmière. Lors d une hospitalisation pour cure de chimiothérapie. Au décours d une RCP soins de support. 2 Audécours de la consultation d annonce (1/2)

Plus en détail

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Contexte Vieillissement de la population Concerné par le cancer Progrès de l anesthésie et de la chirurgie Attitude

Plus en détail

LE BON GESTE : DE LA PRESCRIPTION A LA REALISATION Mirentxu Ithurria Diététicienne CH Côte Basque

LE BON GESTE : DE LA PRESCRIPTION A LA REALISATION Mirentxu Ithurria Diététicienne CH Côte Basque LE BON GESTE : DE LA PRESCRIPTION A LA REALISATION Mirentxu Ithurria Diététicienne CH Côte Basque DEFINITIONS Alimentation : ingestion orale d aliments. On distingue une notion de plaisir et de satisfaction

Plus en détail

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE Eliminer toute source d inconfort (douleurs, besoins impérieux ) Prévoir un temps suffisant pour le repas: 45 mn environ en évitant toute sollicitation intempestive è gain de 25% des apports alimentaires

Plus en détail

Profil diététique chez les diabétiques au stade de néphropathie diabétique

Profil diététique chez les diabétiques au stade de néphropathie diabétique Profil diététique chez les diabétiques au stade de néphropathie diabétique Bouznad N, El Mghari G, El Ansari N Service d Endocrinologie Diabétologie, Maladies Métaboliques et Nutrition. Laboratoire PCIM,

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

Qu est-ce qu un facteur de risque?

Qu est-ce qu un facteur de risque? Edito Cette enquête est le fruit d une collaboration exemplaire de l Union Régionale des Médecins Libéraux et de l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie de Corse. Elle témoigne de la volonté

Plus en détail

Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015

Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015 Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015 Gestion du péri-opératoire du sujet âgé en cancérologie Rôle de l équipe de gériatrie Dr Nathalie STEFAN, gériatre Plan Introduction Fallait-il

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon Marie Lancrenon Marie-Noelle Lombarte Diététiciennes CHU de Besançon Une volonté affichée

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle du cancer colo-rectal. Dr Maria NACHURY Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU Besançon

Prise en charge nutritionnelle du cancer colo-rectal. Dr Maria NACHURY Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU Besançon Prise en charge nutritionnelle du cancer colo-rectal Dr Maria NACHURY Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU Besançon La dénutrition au cours du cancer L incidence de la dénutrition oscille entre

Plus en détail

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline PLAN Besoins nutritionnels. Apports alimentaires. Dénutrition. Régime sans sel. Régime diabétique.

Plus en détail

ALIMENTATION EQUILIBRÉE. - IFSI Étudiants 1ère année

ALIMENTATION EQUILIBRÉE. - IFSI Étudiants 1ère année ALIMENTATION EQUILIBRÉE - IFSI Étudiants 1ère année 1 Rôle de l IDE Extrait du référentiel d activités: Observation et recueil de données cliniques Mesure des paramètres corporels Recueil de données portant

Plus en détail

H. El kaoukabi DIETETICIENNE SERVICE D ENDOCRINOLOGIE DIABETOLOGIE ET MALADIES METABOLIQUE ET NUTRITION CHU MED IV MARRAKECH

H. El kaoukabi DIETETICIENNE SERVICE D ENDOCRINOLOGIE DIABETOLOGIE ET MALADIES METABOLIQUE ET NUTRITION CHU MED IV MARRAKECH H. El kaoukabi DIETETICIENNE SERVICE D ENDOCRINOLOGIE DIABETOLOGIE ET MALADIES METABOLIQUE ET NUTRITION CHU MED IV MARRAKECH I. Introduction II. Plan But de l enquête alimentaire III. Méthodes des enquêtes

Plus en détail

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Introduction La dénutrition : 30 à 50 % des patients de hospitalisés

Plus en détail

Perdre du poids en EMS Pourquoi s en préoccuper? AVDEMS - Janvier 2014

Perdre du poids en EMS Pourquoi s en préoccuper? AVDEMS - Janvier 2014 Perdre du poids en EMS Pourquoi s en préoccuper? AVDEMS - Janvier 2014 P. Coti Bertrand Nutrition Clinique - EDM 1 Introduction La dénutrition est une maladie Santé et qualité de vie compromises La dénutrition

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS Direction des Affaires Médicales, de la Recherche, des Usagers et de la Qualité USAGERS ET QUALITÉ RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS 1. INDICATEURS DU TABLEAU DE BORD DE LUTTE

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Introduction, définition de la dénutrition Généralités sur la dénutrition du patient cancéreux Evaluation de la dénutrition Mise en place d une alimentation artificielle pourquoi?

Plus en détail

XXIIe congrès AFICV Paris 2012

XXIIe congrès AFICV Paris 2012 XXIIe congrès AFICV Paris 2012 PROJET D ACCUEIL ET DE SORTIE DU PATIENT EN CHIRURGIE VASCULAIRE : une démarche qualité DUDORET ELISE infirmière CAQUELARD MARC aide soignant CHU DE ROUEN - PR PLISSONNIER

Plus en détail

Cancer de l œsophage : Prise en charge nutritionnelle

Cancer de l œsophage : Prise en charge nutritionnelle Cancer de l œsophage : Prise en charge nutritionnelle Jean-Louis Legoux Service d Hépato-Gastroentérologie et Oncologie Digestive Centre Hospitalier Régional d Orléans Pierre Senesse Service d Oncologie

Plus en détail

Quels besoins, quels accompagnements, comment être au plus proche des personnes en matière d alimentation? Différentes approches

Quels besoins, quels accompagnements, comment être au plus proche des personnes en matière d alimentation? Différentes approches 8 ÈME JOURNÉE ROMANDE DE FORMATION CONTINUE DE SOINS EN ONCOLOGIE SUISSE Sécurité à l hôpital Sécurité à la maison 8 septembre 2017 Lausanne Quels besoins, quels accompagnements, comment être au plus proche

Plus en détail

Le petit livret du soignant Tome 4 : Suivi Nutritionnel des résidents

Le petit livret du soignant Tome 4 : Suivi Nutritionnel des résidents PR-NUT-FT-11 Le petit livret du soignant Tome 4 : Suivi Nutritionnel des résidents Nutrition Alimentation I N T RO D U C T I O N Introduction Selon les critères de la Haute Autorité de Santé (HAS), la

Plus en détail

Importance de la nutrition en cancérologie. Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce»

Importance de la nutrition en cancérologie. Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce» Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce» Ghislain GRODARD CHRU Besançon ggrodard@chu-besancon.fr Jeudi 07

Plus en détail

Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales

Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales Pascale ROUX Responsable du service diététique CLB et IHOP Unité de nutrition-disspo 1 Quelle alimentation orale?

Plus en détail

PREVALENCE DE LA DENUTRITION CHEZ LES PATIENTS HOSPITALISES EN PEDIATRIE EN HIVER 2016

PREVALENCE DE LA DENUTRITION CHEZ LES PATIENTS HOSPITALISES EN PEDIATRIE EN HIVER 2016 PREVALENCE DE LA DENUTRITION CHEZ LES PATIENTS HOSPITALISES EN PEDIATRIE EN HIVER 2016 Dr A.Ghouzlaoui Service de pédiatrie 2 Chu ibn rochd Casablanca J. de Printemps ACPP/1ères Rencontres Africaines INTRODUCTION

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS 1. INDICATEURS DU TABLEAU DE BORD DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES Le ministère de la santé met à disposition un tableau de bord

Plus en détail

Mr F, 45 ans, 2 enfants, artisan en milieu rural Carcinose péritonéale d origine digestive, métastases hépatiques ; dénutrition +++ Pas de traitement

Mr F, 45 ans, 2 enfants, artisan en milieu rural Carcinose péritonéale d origine digestive, métastases hépatiques ; dénutrition +++ Pas de traitement Nutrition en soins palliatifs : Quel rationnel et quelle éthique? JC Desport UF Nutrition et CLAN - CHU EA 3174 - Faculté de Médecine, Limoges nutrition@unilim.fr 1/4/1989 Mme X, 68 ans, femme au foyer

Plus en détail

VASCULAIRES et ce, au moins aux périodes clés de la vie de la femme : - Première contraception - Grossesse - Ménopause

VASCULAIRES et ce, au moins aux périodes clés de la vie de la femme : - Première contraception - Grossesse - Ménopause Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de mortalité chez la femme dans le monde occidental. C est la raison pour laquelle il faut favoriser : 1 la PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE CHEZ LA FEMME.

Plus en détail

Mention : Diplôme Universitaire Nutrition, agression, maladies chroniques

Mention : Diplôme Universitaire Nutrition, agression, maladies chroniques Diplôme Universitaire Nutrition, agression, maladies chroniques Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : Diplôme Universitaire Nutrition, agression, maladies chroniques Organisation : Faculté

Plus en détail

Réunion Diaménord 20 novembre 2010

Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Introduction Dénutrition hospitalière : Problème majeur de santé publique 30 à 40% des patients à l entrée Agressions aiguës et pathologies chroniques 40% des patients

Plus en détail

L albuminémie en pratique clinique: diagnostic et pronostic

L albuminémie en pratique clinique: diagnostic et pronostic L albuminémie en pratique clinique: diagnostic et pronostic Prof. Ronan THIBAULT, MD, PhD Unité de Nutrition, Service d Endocrinologie, Diabétologie et Nutrition, Pôle Abdomen et Métabolisme, CHU Rennes,

Plus en détail

De l indépendance à la dépendance, comment évoluent les besoins nutritionnels du senior?

De l indépendance à la dépendance, comment évoluent les besoins nutritionnels du senior? De l indépendance à la dépendance, comment évoluent les besoins nutritionnels du senior? Virginie VAN WYMELBEKE, Docteur en Nutrition, CHU de Dijon Virginie.vanwymelbeke@chu dijon.fr Le contexte démographique

Plus en détail