Maintenir une perte de poids: une question de volonté? Maaike Kruseman & Isabelle Carrard, Professeures HES Nutridays, Berne, avril 2016

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maintenir une perte de poids: une question de volonté? Maaike Kruseman & Isabelle Carrard, Professeures HES Nutridays, Berne, avril 2016"

Transcription

1 Maintenir une perte de poids: une question de volonté? Maaike Kruseman & Isabelle Carrard, Professeures HES Nutridays, Berne, avril 2016

2 Le maintien de la perte de poids (MPP) Définition Perte intentionnelle 10% du poids Maintien 1 an Est-ce possible? 20% des personnes qui débutent un régime dans la population générale [MCGuire 1999; de Zwaan 2008] Page 2

3 Pourquoi s intéresser au MPP? Peu d études Quantitatives, Qualitatives, Cohortes, Transversales Gestion du poids imbriquée dans une multitude de facteurs bio-psycho-sociaux Peu probable que notre environnement s améliore dans un futur proche Etudier les personnes qui parviennent à maintenir une perte de poids, pour transférer leurs compétences à celles qui n y arrivent pas Page 3

4 Sur quoi porte cette présentation Éléments de la littérature Étude de cohorte et études qualitatives Présentation de l étude HOMAWLO HOw to MAintain Weight LOss Facteurs diététiques et activité physique Facteurs psychologiques Que peut-on faire pour contribuer au MPP? Page 4

5 Plusieurs types d études Étude de cohorte National Weight Control Registry (NWCR) Établi en 1994 Recrutement au niveau national et local, courriers envoyés par des programmes de perte de poids commerciaux à leurs membres, articles dans les journaux de santé Taille, poids et perte de poids demandés ainsi que de la documentation (p.ex. photo avant après) Questions: variables sociodémographiques, stratégies PP et MPP, effet de la perte de poids sur certains aspects de leur vie Klem, Wing, McGuire, Seagle, & Hill (1997) Page 5

6 Identification de stratégies principales (Klem et al., 1997) Une alimentation contrôlée en énergie et pauvre en graisses (ex. petit déjeuner, moins de fast food ou de boissons sucrées ) Une activité physique régulière (variation individuelle, pratiques non documentées) Surveiller son poids en se pesant régulièrement (nécessaire pour rectifier les reprises même légères) Page 6

7 Identification de sous-groupes Selon les sous-groupes, besoin de recourir à plus ou moins de stratégies: on ne connait pas les facteurs prédicteurs Plus d activité physique ne veut pas dire plus de liberté alimentaire: inégalités physiologiques! (thermogenèse adaptative ou hormones) individualiser la prise en charge Page 7

8 Etudes qualitatives Facteurs psychologiques défavorables L insatisfaction avec le poids atteint, une influence excessive du poids et de la silhouette sur l estime de soi Le manque de vigilance relativement au contrôle du poids, le fait de se peser moins souvent Un style de pensée en tout ou rien Une gestion des problèmes moins efficace, la propension à utiliser l alimentation pour réguler ses émotions, les pertes de contrôle alimentaires La difficulté à gérer les obstacles de la vie quotidienne (parfois trop durs à surmonter), comme les engagements professionnels, les blessures ou la maladie, la gestion de son temps Byrne et al., 2003; Gupta, 2014; Kayman et al., 1990; Reyes et al., 2012 Page 8

9 HOw to MAintain Weight LOss Étude pilote mai 2013 à avril sujets cible (20-50 ans) Perte volontaire d au moins 10% du poids (chirurgie bariatrique exclue) Stabilisation durant au moins 1 an IMC initial contrôles appariés (âge, sexe, statut socioprofessionnel) Poids stable ± 3kg toute sa vie d adulte Page 9

10 Méthodologie mixte Interview (45 à 1h30) Cinétique du poids et événements de vie Stratégies PP et MPP Aides et obstacles au MPP Habitudes et comportements alimentaires Activité physique Image corporelle Aspects médicaux Questionnaires (n=17) Alimentation; Activité physique; Comportement alimentaire; Image du corps Stress et gestion du stress; santé psychologique; dimensions de personnalité Cibles: t 0 et t 3mois ; Contrôles: t 0 Page 10

11 Caractéristiques Groupe N N femmes (%) Âge (ET) IMC (ET) MPP (61%) 39.3 (8.2) 25.8 (2.9) Contrôle (61%) 39.4 (10.1) 21.3 (2.1) Tous (61%) 39.3 (9.1) 23.6 (3.4) MPP Poids perdu: 25.2 kg ± 11.1 (entre 10 et 45 kg) Durée MPP: 3.9 ans ± 3.6 (entre 1 et 12 ans) Page 11

12 Résultats: MPP vs Contrôles Ce qui est similaire Santé psychologique Stress et gestion du stress Tempérament Ce qui est différent Insatisfaction corporelle Restriction cognitive Contrôle de l alimentation Contrôle de l activité physique Vigilance Page 12

13 Contrôle de l alimentation - Vigilance (interviews) MPP Contrôles Règles strictes Sensations et Goûts Réflexion permanente Habitudes Vigilance et Calculs Confiance et Régulation > Sources protéines > Produits allégés en graisses > Produits light Page 13

14 Contrôle de l alimentation Apports alimentaires similaires Energie (Kcal/kg poids) Glucides et Lipides (%) Protéines (g/kg poids) Page 14

15 Contrôle de l activité physique C est une règle, entre 1½ et 2h de sport 3 à 5 fois par semaine 53.3 % MPP rapportent un niveau élevé d activité physique (vs 23.5 % chez les Contrôles) Privilégient activités structurées, organisées Effort nécessaire pour s y tenir Page 15

16 Contrôle de l activité physique Définition activité physique différente selon MPP et Contrôles Durées similaires entre MPP et Contrôles (96±67 vs 66±42 min/jour) Page 16

17 Vigilance «Se peser, c est» MPP Indispensable Un mal nécessaire Une à plusieurs fois par semaine Contrôles Inutile Je sens mon poids Jamais ou très rarement Début durant perte poids Puis par sécurité ou habitude Permet correction rapide si poids monte Page 17

18 Se peser régulièrement Des conséquences psychologiques? La dépendance à la balance vue comme négative: «je vais devenir fou» Conséquences sur l humeur et l image de soi qui peuvent être importantes Ajoute un coût à la vigilance déjà nécessaire et donc augmente le risque de rechute Paradoxe : être vigilant sans devenir excessivement préoccupé Conseil : apprendre au patient à gérer la balance Page 18

19 Facteurs additionnels Difficulté à comprendre les liens entre apports/dépenses et résultats sur la balance La gestion des émotions rendait difficile le contrôle alimentaire Absence de soutien social une fois le poids perdu, manque de compréhension de l entourage Page 19

20 Que faire pour aider au MPP? Préparer le MPP dès que possible Individualiser et ajuster car stratégies doivent évoluer selon les besoins Encourager la vigilance, la planification et le monitoring Enseigner composition des aliments, la densité énergétique, le fonctionnement de la balance énergétique Améliorer les capacités d organisation, promouvoir la flexibilité et une vision à long terme Examiner la gestion des émotions, les liens entre l image du corps et l estime de soi S ajuster aux possibilités réelles du patient Page 20

21 Conclusion Le maintien de la perte de poids, une question de volonté? La volonté est nécessaire La volonté ne suffit pas Facteurs à investiguer: Composition corporelle Dépense énergétique Impulsivité Page 21

Introduction aux plans expérimentaux

Introduction aux plans expérimentaux Licence 3 Semestre 5 Initiation à la recherche dans le domaine des Sciences et Techniques de la Réadaptation Introduction aux plans expérimentaux Laure HUOT laure.huot@chu-lyon.fr Unité de Recherche Clinique,

Plus en détail

Plusieurs millions de Français présentent des dysfonctionnements de leur thyroïde.

Plusieurs millions de Français présentent des dysfonctionnements de leur thyroïde. ETUDE PERSONNELLE : Thyroïdectomie et prise de poids Plusieurs millions de Français présentent des dysfonctionnements de leur thyroïde. Cette glande s apparente à notre «Bouclier du bien-être» quotidien

Plus en détail

Maigrir avec le sport. Pratiquer correctement pour maigrir sans s épuiser Aurèle Mariage

Maigrir avec le sport. Pratiquer correctement pour maigrir sans s épuiser Aurèle Mariage Maigrir avec le sport Pratiquer correctement pour maigrir sans s épuiser Aurèle Mariage Sommaire Mise en garde... 5 A propos de l auteur... 6 Changer son Corps... 8 PREMIÈRE PARTIE : MAIGRIR... 10 Introduction...

Plus en détail

Mots clés : insulinothérapie fonctionnelle, diabète, insuline, diététique INTRODUCTION

Mots clés : insulinothérapie fonctionnelle, diabète, insuline, diététique INTRODUCTION Article de synthèse L insulinothérapie fonctionnelle (I.F.) ou Une approche différente du traitement du diabète de type I Nathalie Manderlier, diététicienne. Nancy Chique, infirmière d éducation du diabète.

Plus en détail

Starter-kit. addiction et changement. Dresse Rita Manghi Mme Françoise Bourrit. Starter-kit / addiction et changement / RM

Starter-kit. addiction et changement. Dresse Rita Manghi Mme Françoise Bourrit. Starter-kit / addiction et changement / RM Starter-kit addiction et changement Dresse Rita Manghi Mme Françoise Bourrit Objectifs du cours Comprendre la dimension temporelle du changement Repérer le stade de changement dans lequel se trouve le

Plus en détail

LA MUSCULATION CHEZ LES JEUNES

LA MUSCULATION CHEZ LES JEUNES CADRE DE RÉFÉRENCE POUR L ENTRAÎNEMENT DE LA FORCE AVANT ET PENDANT LA PUBERTÉ Par: Noël Décloître B. Sc., Raymond Veillette B. Sc. SIMILITUDES & DIFFÉRENCES Système neuromusculaire SOURCE: ACSM S HEALTH

Plus en détail

Chapitre 2 : LA POLITIQUE D EMPLOI DES RH

Chapitre 2 : LA POLITIQUE D EMPLOI DES RH Chapitre 2 : LA POLITIQUE D EMPLOI DES RH 2 ÈME SECTION : LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES INTRODUCTION La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, c'est : la conception,

Plus en détail

SOMMAIRE. Page 4 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX - CONFERENCE. Page 5 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LE DOCUMENT UNIQUE NIVEAU 1

SOMMAIRE. Page 4 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX - CONFERENCE. Page 5 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LE DOCUMENT UNIQUE NIVEAU 1 AJOUT CATALOGUE SOMMAIRE SANTE ET TRAVAIL Page 3 ÉTUDE DIAGNOSTIC DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Page 4 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX - CONFERENCE Page 5 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LE DOCUMENT UNIQUE

Plus en détail

Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte

Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte Un élément de base de l évaluation du statut nutritionnel des patients Le calcul de l IMC, un geste à intégrer dans l examen clinique initial

Plus en détail

L'insatisfaction à l'égard de son image corporelle : quelles sont les tendances actuelles chez les jeunes de 9 à 24 ans?

L'insatisfaction à l'égard de son image corporelle : quelles sont les tendances actuelles chez les jeunes de 9 à 24 ans? L'insatisfaction à l'égard de son image corporelle : quelles sont les tendances actuelles chez les jeunes de 9 à 24 ans? Jacinthe Dion, Ph.D., Professeure Département des sciences de la santé, UQAC En

Plus en détail

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON TOULOUSE Mme Isabelle BORDAT Dr Emmanuel GRANIER Quelle expérience? 2 Depuis 2012, Un projet d établissement

Plus en détail

Alimentation saine, vie active, sommeil et santé mentale

Alimentation saine, vie active, sommeil et santé mentale Alimentation saine, vie active, sommeil et santé mentale Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : B 7.1 comparer leurs choix personnels

Plus en détail

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS Trouble bipolaire module 2 Toulouse 2008 Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé 75014 PARIS Partie 1 Les programmes TCC spécifiques au trouble bipolaire TABLEAU COMPARATIF

Plus en détail

Beautysané la méthode

Beautysané la méthode Beautysané la méthode Depuis 30 ans, les hommes et les femmes font des régimes sans succès. 80% des sujets ayant suivi un régime ont repris le poids perdu : c est le phénomène du yoyo, avec en bonus quelques

Plus en détail

tique et Diabète de type 2

tique et Diabète de type 2 Diététique tique et Diabète de type 2 Démarche éducative au RSND41 DU Education pour la santé / Education thérapeutique SALHI Latifa Diététicienne Réseau Santé Nutrition Diabète 41 Réseau Santé Nutrition

Plus en détail

H. El kaoukabi DIETETICIENNE SERVICE D ENDOCRINOLOGIE DIABETOLOGIE ET MALADIES METABOLIQUE ET NUTRITION CHU MED IV MARRAKECH

H. El kaoukabi DIETETICIENNE SERVICE D ENDOCRINOLOGIE DIABETOLOGIE ET MALADIES METABOLIQUE ET NUTRITION CHU MED IV MARRAKECH H. El kaoukabi DIETETICIENNE SERVICE D ENDOCRINOLOGIE DIABETOLOGIE ET MALADIES METABOLIQUE ET NUTRITION CHU MED IV MARRAKECH I. Introduction II. Plan But de l enquête alimentaire III. Méthodes des enquêtes

Plus en détail

Le stress au travail Conditions de travail et état de santé des entrepreneurs, dirigeants de PME, indépendants, résultats d une enquête

Le stress au travail Conditions de travail et état de santé des entrepreneurs, dirigeants de PME, indépendants, résultats d une enquête Le stress au travail Conditions de travail et état de santé des entrepreneurs, dirigeants de PME, indépendants, résultats d une enquête Fribourg, le 8 avril 2014 WWW.OBSERVATOIREAMAROK.CH Mathias Rossi

Plus en détail

Le Destructeur de Poids. Par Michael Wren

Le Destructeur de Poids. Par Michael Wren Le Destructeur de Poids Par Michael Wren Le Destructeur de Poids par Michael Wren Le Destructeur de Poids [Par Michael Wren] Si vous avez entendu parler du Programme Destructeur de Poids de Michael Wren

Plus en détail

La chirurgie bariatrique : modalités de préparation. 3 ème journée de pathologie digestive Jeudi 17 avril 2017 Docteur Agnès Sallé Endocrinologue

La chirurgie bariatrique : modalités de préparation. 3 ème journée de pathologie digestive Jeudi 17 avril 2017 Docteur Agnès Sallé Endocrinologue La chirurgie bariatrique : modalités de préparation 3 ème journée de pathologie digestive Jeudi 17 avril 2017 Docteur Agnès Sallé Endocrinologue Eléments de réflexion - Modalités de constitution de l obésité

Plus en détail

SIA - Urbanités Construire en protégeant les sols

SIA - Urbanités Construire en protégeant les sols SIA - Urbanités Construire en protégeant les sols Valeur du sol et pratique concrète de la protection des sols sur les chantiers Département du territoire et de l environnement (DTE) Direction Générale

Plus en détail

Alimentation et Emotions :

Alimentation et Emotions : Alimentation et Emotions : les rôles des pratiques éducatives parentales sur le comportement alimentaire de l enfant Sandrine Monnery-Patris, INRA CSGA DIJON Paris, le 24/01/09 - Colloque Promotion de

Plus en détail

Qu est-ce qu un facteur de risque?

Qu est-ce qu un facteur de risque? Edito Cette enquête est le fruit d une collaboration exemplaire de l Union Régionale des Médecins Libéraux et de l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie de Corse. Elle témoigne de la volonté

Plus en détail

L Innovation à l IUCPQ Université Laval. Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval

L Innovation à l IUCPQ Université Laval. Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval L Innovation à l IUCPQ Université Laval Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval Ce qui nous distingue Notre mission Trois grands axes cliniques etde recherche Cardiologie Pneumologie

Plus en détail

Les nouveaux programmes pour l école maternelle : quels enjeux? quelles évolutions?

Les nouveaux programmes pour l école maternelle : quels enjeux? quelles évolutions? Les nouveaux programmes pour l école maternelle : quels enjeux? quelles évolutions? Illfurth, 13 octobre 2015 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l éducation nationale 1 Plan 1. Repérer les évolutions

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail

Etape 0 - Lancement de la démarche et identification de l'origine principale de gaspillage alimentaire dans le RU

Etape 0 - Lancement de la démarche et identification de l'origine principale de gaspillage alimentaire dans le RU Fiche-intervention «prévention du gaspillage alimentaire» Mobiliser les étudiants dans un projet de réduction du gaspillage alimentaire d un restaurant universitaire Organisme rédacteur de la fiche intervention

Plus en détail

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT DEMENCE ET DENUTRITION A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Maladie d Alzheimer et perte de poids la perte de poids touche 30 à 40 % des patients atteints des patients atteints des formes légères

Plus en détail

AFFÛTAGE PERTE DE POIDS

AFFÛTAGE PERTE DE POIDS AFFÛTAGE PERTE DE POIDS Table des matières Mécanisme du corps humain... 2 Le métabolisme de base... 2 Quand commencer sa diète?... 3 Comment s'y prendre?... 4 Vos meilleurs alliés pour la perte de poids...

Plus en détail

Le contexte. 0 Réussir en santé

Le contexte. 0 Réussir en santé Le contexte 0 Réussir en santé 0 Démarche lancée par l Université en juin 2012 0 Objectif # 1 de la démarche: «Promouvoir l adoption et la consolidation de saines habitudes de vie, principalement en matière

Plus en détail

Les Troubles des Conduites Alimentaires

Les Troubles des Conduites Alimentaires Les Troubles des Conduites Alimentaires Lausanne 2010 Dr Alain Perroud Clinique Belmont ÉPIDÉMIOLOGIE Qui et où? Les troubles des conduites alimentaires frappent 1% de la population des pays occidentaux

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer Anne Ghisolfi-Marque Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Première rencontre Mme A. 75 ans bénéficie b pour la

Plus en détail

Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité. Les bénéfices attendus. limoges.fr

Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité. Les bénéfices attendus. limoges.fr Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité Les bénéfices attendus CSO@chu limoges.fr Objectifs généraux Amélioration de la qualité de vie Réduction ou maintien de la perte pondérale

Plus en détail

Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité. Les bénéfices attendus.

Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité. Les bénéfices attendus. Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité Les bénéfices attendus CSO@chu-limoges.fr Objectifs généraux Amélioration de la qualité de vie Réduction ou maintien de la perte pondérale

Plus en détail

Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches?

Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches? Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches? Charles M. Morin, Ph.D. Chaire de recherche du Canada sur les troubles du sommeil Professeur et Directeur, Centre d étude des troubles du sommeil

Plus en détail

Objectifs Principaux: Ralentir / stopper l augmentation de l IMC Augmenter l estime de soi Diminuer la stigmatisation familiale

Objectifs Principaux: Ralentir / stopper l augmentation de l IMC Augmenter l estime de soi Diminuer la stigmatisation familiale *Patients souffrant d obésité sévère de grade II et évolutive = IMC en *Filles et garçons de 2 à 20 ans: groupes selon l âge *Prises en charge médicale et médico-chirurgicale Travail préparatoire du programme

Plus en détail

Comprendre, mesurer et développer la capacité à changer des organisations complexes

Comprendre, mesurer et développer la capacité à changer des organisations complexes Comprendre, mesurer et développer la capacité à changer des organisations complexes Alain RONDEAU, Ph.D. Directeur Centre d études en des organisations HEC Montréal Présentation faite dans le cadre des

Plus en détail

Recommence. Décide de modifier

Recommence. Décide de modifier Prochaska and Di Clemente, Am Psychologist 1999,47:1102 Ne recommence pas Consommateur satisfait Recommence Arrête Envisage de Modifie Décide de Prochaska and Di Clemente, Am Psychologist 1999,47:1102

Plus en détail

L analyse rétrospective

L analyse rétrospective L analyse rétrospective En faire bon usage Par Claude Chevalier Agglomération de Longueuil Plan de présentation Qu'est-ce que c est? Pourquoi en faisons-nous? Quels sont les types d analyse et d animation?

Plus en détail

Prise de poids progressive (+10kg) depuis l arrêt du tabac il y a 5 ans. Pas de complications

Prise de poids progressive (+10kg) depuis l arrêt du tabac il y a 5 ans. Pas de complications Etude de cas pour le devoir sur table Patient diabétique de type2 Homme de 49 ans, marié, 2 enfants, DNID diagnostiqué il y a 2 ans traité par metformine, travail de bureau avec repas d affaire et sédentaire.

Plus en détail

Aide au sevrage tabagique

Aide au sevrage tabagique Capitole Stop Tabac RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN MÉDECINE GÉNÉRALE Décembre 4 Référentiel d auto-évaluation des pratiques en médecine générale I. PROMOTEURS Agence nationale d accréditation

Plus en détail

Gérer son poids après un diagnostic de cancer. Un guide pour les patients et leurs familles

Gérer son poids après un diagnostic de cancer. Un guide pour les patients et leurs familles Gérer son poids après un diagnostic de cancer Un guide pour les patients et leurs familles À PROPOS DE L AMERICAN SOCIETY OF CLINICAL ONCOLOGY Fondée en 1964, l American Society of Clinical Oncology (Société

Plus en détail

Mise en place des escortes à l occasion des contrôles anti- dopage

Mise en place des escortes à l occasion des contrôles anti- dopage Mise en place des escortes à l occasion des contrôles anti- dopage La réglementation de la lutte contre le dopage en France La loi du 5 avril 2006 codifiée dans le Code du sport avec trois objectifs :

Plus en détail

MEEF second degré M2 Enseignement efficace, accessibilité aux savoirs pour tous et évaluation apports transversaux à tous les parcours

MEEF second degré M2 Enseignement efficace, accessibilité aux savoirs pour tous et évaluation apports transversaux à tous les parcours Pr. Univ. Alpes - France Laboratoire des Sciences de l Education (L.S.E. - EA 602) second degré M2 Enseignement efficace, accessibilité aux savoirs pour tous et évaluation apports transversaux à tous les

Plus en détail

Aurélie Lampuré. Directeurs de thèse : Pr Serge Hercberg et Dr Caroline Méjean

Aurélie Lampuré. Directeurs de thèse : Pr Serge Hercberg et Dr Caroline Méjean Relations entre l attirance sensorielle des consommateurs pour le gras, le salé et le sucré et leurs comportements alimentaires et leur état nutritionnel. Rôle modulateur des facteurs sociodémographiques,

Plus en détail

Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales. En tant qu entraîneur, et d un point de vue psychologique.

Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales. En tant qu entraîneur, et d un point de vue psychologique. Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales Natalie Durand-Bush, PhD École des sciences de l activité physique Université d Ottawa ndbush@uottawa.ca En tant qu entraîneur, et d un point

Plus en détail

Récessions Gingivales Que faire? Information des patients Traitement des récessions

Récessions Gingivales Que faire? Information des patients Traitement des récessions Récessions Gingivales Que faire? Information des patients Traitement des récessions Que se passe-t-il si les récessions gingivales ne sont pas traitées? L absence de traitement des récessions gingivales

Plus en détail

La chirurgie bariatrique épisode II : le point de vue du chirurgien. 33 Participants Réunion ouverte aux nouveaux diplômés 2014

La chirurgie bariatrique épisode II : le point de vue du chirurgien. 33 Participants Réunion ouverte aux nouveaux diplômés 2014 Activité AFDN - Région : Alpes Maritimes Thème La chirurgie bariatrique épisode II : le point de vue du chirurgien Date Jeudi 11 Décembre 2014 Nombre de participants 33 Participants Réunion ouverte aux

Plus en détail

Balance d analyse corporelle Mode d'emploi

Balance d analyse corporelle Mode d'emploi Balance d analyse corporelle Mode d'emploi 1 La balance a été spécialement conçue pour évaluer votre poids, votre pourcentage de gras, votre pourcentage d hydratation, votre pourcentage de muscle et votre

Plus en détail

LA NUTRITION ET LE CANCER DU SEIN. Élisabeth-Anne Hébert Dt.P Cancer du sein Mise à jour 2010 Vendredi 1 er octobre 2010 Centre des Congrès de Québec

LA NUTRITION ET LE CANCER DU SEIN. Élisabeth-Anne Hébert Dt.P Cancer du sein Mise à jour 2010 Vendredi 1 er octobre 2010 Centre des Congrès de Québec LA NUTRITION ET LE CANCER DU SEIN Élisabeth-Anne Hébert Dt.P Cancer du sein Mise à jour 2010 Vendredi 1 er octobre 2010 Centre des Congrès de Québec Aucun conflit d intérêt déclaré. BUTS Informer sur les

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Les questions que vous n avez jamais osé poser au médecin du sport!

Les questions que vous n avez jamais osé poser au médecin du sport! Département de l appareil locomoteur Les questions que vous n avez jamais osé poser au médecin du sport! G. Gremion MD, PD & MER Faut-il arrêter de courir après 50 ans? Dr med G. Gremion PD & MER Dudler

Plus en détail

Ultra trails contraintes nutritionnelles et organiques

Ultra trails contraintes nutritionnelles et organiques Ultra trails contraintes nutritionnelles et organiques A.X. Bigard Agence Française de Lutte contre le Dopage, Paris Institut National du Sport, de l Expertise et de la Performance, Paris Président de

Plus en détail

Accompagnement éducatif individuel pour l amélioration de la santé par l activité physique, la modification des habitudes alimentaires et la perte de

Accompagnement éducatif individuel pour l amélioration de la santé par l activité physique, la modification des habitudes alimentaires et la perte de Programme aerris Accompagnement éducatif individuel pour l amélioration de la santé par l activité physique, la modification des habitudes alimentaires et la perte de poids Le but du programme : Rendre

Plus en détail

LE SEVRAGE TABAGIQUE Une démarche de santé active (ou l impact du tabagisme sur les habitudes de vie) Congrès SFT 2014

LE SEVRAGE TABAGIQUE Une démarche de santé active (ou l impact du tabagisme sur les habitudes de vie) Congrès SFT 2014 LE SEVRAGE TABAGIQUE Une démarche de santé active (ou l impact du tabagisme sur les habitudes de vie) Congrès SFT 2014 Session AFIT LOUIS Lionel Infirmier Tabacologue Centre Hospitalier Spécialisé de la

Plus en détail

Qu est-ce que le travail décent

Qu est-ce que le travail décent Qu est-ce que le travail décent Le concept de «travail décent» apparaît pour la première fois en 1999, dans le rapport présenté par le Directeur général de l OIT à la 87 e session de la Conférence internationale

Plus en détail

Bénéfices du sport à l adolescence vus par le médecin du sport

Bénéfices du sport à l adolescence vus par le médecin du sport Bénéfices du sport à l adolescence vus par le médecin du sport Stéphane Tercier FMH Chirurgie Pédiatrique Médecin du Sport SSMS Macolin 17 novembre 2016 Bénéfices sur la santé physique Appareil locomoteur

Plus en détail

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information Knowledge Conseil en Système d Information La Localisation d Expertise Introduction AVRIL 2003 1 La localisation d expertise Le défi à relever Imaginons qu un collaborateur souhaite comprendre le concept

Plus en détail

Traitement de l obésité par l activité physique. Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen

Traitement de l obésité par l activité physique. Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen Traitement de l obésité par l activité physique Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen Définition «Tout mouvement corporel produit par la contraction des muscles squelettiques

Plus en détail

Prise en charge diététique de l obésité. Taminiau Titiana Michel Sandrine CHR Haute Senne

Prise en charge diététique de l obésité. Taminiau Titiana Michel Sandrine CHR Haute Senne Prise en charge diététique de l obésité Taminiau Titiana Michel Sandrine CHR Haute Senne Plan Introduction Définition Objectifs de prise en charge Enquête diététique Objectifs de perte de poids Conseils

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel IDB.38/5- Distr. générale 22 juin 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-huitième session Vienne, 24-26

Plus en détail

Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse

Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse Etude réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Novembre 2009 Table des matières 2 Page 1. Descriptif

Plus en détail

Risque et conduite suicidaire chez l enfant, l adolescent et l adulte

Risque et conduite suicidaire chez l enfant, l adolescent et l adulte Risque et conduite suicidaire chez l enfant, l adolescent et l adulte Dr Charles-Alban Vieillard Psychiatre CHU de DIJON 6 mai 2016 D après le Référentiel de Psychiatrie Introduction Définitions Les conduites

Plus en détail

La Plateforme de l Obésité

La Plateforme de l Obésité La Plateforme de l Obésité Peut-être avez-vous certainement déjà essayé une multitude de régimes rapides trouvés dans la presse ou ailleurs. En vain Peut-être avez-vous même déjà consulté un médecin ou

Plus en détail

La santé dans le programme de développement pour l après-2015

La santé dans le programme de développement pour l après-2015 SOIXANTE-SIXIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A66/47 Point 14.1 de l ordre du jour provisoire 1 er mai 2013 La santé dans le programme de développement pour l après-2015 Rapport du Secrétariat 1. Les

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l enfant et de l adolescent Septembre 2011 COMMENT ET QUAND DÉPISTER LE SURPOIDS ET L OBÉSITÉ DES

Plus en détail

activité Beaucoup d entre nous savons qu un poids-santé est important pour notre santé.

activité Beaucoup d entre nous savons qu un poids-santé est important pour notre santé. Poids-santé et activité physique Beaucoup d entre nous savons qu un poids-santé est important pour notre santé. Cependant, nous savons aussi que ce n est pas facile de gérer notre poids corporel. La bonne

Plus en détail

Obésité : suite Approche comportementale et nutritionnelle Des outils pratiques pour le MPR

Obésité : suite Approche comportementale et nutritionnelle Des outils pratiques pour le MPR Obésité : suite Approche comportementale et nutritionnelle Des outils pratiques pour le MPR Delphine Amstutz Diététicienne diplômée HES Service de médecine de premier recours delphine.amstutz@hcuge.ch

Plus en détail

LE POIDS EN QUESTIONS

LE POIDS EN QUESTIONS LE POIDS EN QUESTIONS Programme d ET pour la prise en charge des problèmes de poids chez l ADULTE en ambulatoire David LANDRY, Médecin Généraliste Julie FONTAINE, Diététicienne Libérale LE POIDS EN QUESTIONS

Plus en détail

«Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION

«Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION «Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION «Comment intégrer une démarche d' Education Thérapeutique du Patient dans notre Unité

Plus en détail

Caractérisation des différentes aptitudes physiques

Caractérisation des différentes aptitudes physiques Caractérisation des différentes aptitudes physiques Aptitude Physique Voie métabolique Zone d intensité Séances types Rappels des zones d intensités de l échelle d ESIE 7 niveaux perceptifs d intensités

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Cardio training et perte de poids

Cardio training et perte de poids Cardio training et perte de poids La perte de poids J ai pu le constater par moi-même, marcher vite fait maigrir et en ce qui me concerne, sans faire de régime strict. (ce qui ne veut pas dire manger n

Plus en détail

Capacité de performance

Capacité de performance CAUSES ET CONSEQUENCES DU SURENTRAINEMENT CHEZ LE COUREUR CYCLISTE (Stéphane PALAZZETTI, Docteur en Sciences du Mouvement Humain) Un peu de théorie La performance sportive, quelque soit le niveau de pratique

Plus en détail

Des trucs pour dépister les problèmes visuels liés à l apprentissage scolaire

Des trucs pour dépister les problèmes visuels liés à l apprentissage scolaire Des trucs pour dépister les problèmes visuels liés à l apprentissage scolaire D R L A N G I S M I C H A U D, O P T O M É T R I S T E. M. S C. F A A O ( D I P L ) F S L S F B C L A P R O F E S S E U R T

Plus en détail

L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque. Joanne Larocque diététiste Septembre 2011

L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque. Joanne Larocque diététiste Septembre 2011 L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque Joanne Larocque diététiste Septembre 2011 Plan de présentation Dénutrition et cachexie cardiaque L évaluation nutritionnelle : pour qui,

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée 1 Une recommandation L alimentation est un soin de base. Elle doit être une priorité absolue

Plus en détail

Taxes et emballages. Objectifs

Taxes et emballages. Objectifs Taxes et emballages Muriel Piazza Marc Vandercammen Enquête réalisée avec le soutien du Ministre wallon de l environnement Objectifs Mesurer la perception des consommateurs en matière de taxation des emballages.

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles)

Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles) Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles) Janvier 2013 1 Liste de contrôle des allégations fondées sur des études non expérimentales N o Liste

Plus en détail

1. Obésité. Test d effort métabolique (Pérez-Martin et al., 2001) Point de croissement (Crossover concept )

1. Obésité. Test d effort métabolique (Pérez-Martin et al., 2001) Point de croissement (Crossover concept ) 11 Généralités 1 Obésité 21 Bases physiopathologiques 31 Prise en charge de l individu obèse - Diagnostique Test d effort métabolique (Pérez-Martin et al, 2001) - Détermination des paramètres qualitatifs

Plus en détail

Epidémiologie Conséquences de la dénutrition

Epidémiologie Conséquences de la dénutrition Epidémiologie Conséquences de la dénutrition Cours DES. 04/04/09 Pauline HOUSSEL Définition «Apports alimentaires insuffisants pour couvrir les besoins nutritionnels d un patient» «Déficit d apport quantitatif,

Plus en détail

VASCULAIRES et ce, au moins aux périodes clés de la vie de la femme : - Première contraception - Grossesse - Ménopause

VASCULAIRES et ce, au moins aux périodes clés de la vie de la femme : - Première contraception - Grossesse - Ménopause Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de mortalité chez la femme dans le monde occidental. C est la raison pour laquelle il faut favoriser : 1 la PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE CHEZ LA FEMME.

Plus en détail

Devenir médecin Sentinelles

Devenir médecin Sentinelles UNE COLLABORATION ENTRE MEDECINS LIBERAUX ET CHERCHEURS EN FRANCE METROPOLITAINE Devenir médecin Sentinelles Un réseau de médecins généralistes et pédiatres répartis sur le territoire métropolitain français

Plus en détail

Restitution de l étude sur la

Restitution de l étude sur la Restitution de l étude sur la dynamique des AOP fromagères C o n s e i l s p é c i a l i s é f i l i è r e s l a i t i è r e s F r a n c e A g r i M e r L e 2 1 j u i n 2 0 1 6 CONTEXTE La dynamique des

Plus en détail

L accompagnement diététique du patient en chirurgie bariatrique

L accompagnement diététique du patient en chirurgie bariatrique L accompagnement diététique du patient en chirurgie bariatrique Isabelle DUMONTIER Margot HUBERT Diététicienne Nutritionniste CHR Metz-Thionville 1 4 étapes : Temps de la décision opératoire Préparation

Plus en détail

Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt 59777 EURALILLE - 03.62.72.77.00 Site Internet : http://ars.nordpasdecalais.sante.fr

Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt 59777 EURALILLE - 03.62.72.77.00 Site Internet : http://ars.nordpasdecalais.sante.fr Recommandations pour l identification de consultations interdisciplinaires d évaluation oncogériatrique en hôpital de jour dans le cadre des missions régionales de l UCOG et des filières gériatriques.

Plus en détail

Institut de la statistique du Québec Direction des statistiques sociodémographiques et Direction de la méthodologie et de la qualité 27 février 2012

Institut de la statistique du Québec Direction des statistiques sociodémographiques et Direction de la méthodologie et de la qualité 27 février 2012 Le Recensement de 2011 et l Enquête nationale auprès des ménages de Statistique Canada État actuel des connaissances à l intention des utilisateurs du Québec Institut de la statistique du Québec Direction

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES

LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES PÔLE ABDOMEN ET MÉTABOLISME SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE, DIABÉTOLOGIE ET NUTRITION CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES INTRODUCTION Vous êtes suivi(e)

Plus en détail

Formulaire de consentement et procédure de consentement* Aptitude du ou des investigateurs (dont les CV)

Formulaire de consentement et procédure de consentement* Aptitude du ou des investigateurs (dont les CV) Comité de Protection des Personnes Catégorie de recherche : REGION I.. Numèro CPP de la recherche : Un protocole du promoteur x adresse., présenté par le Dr, Service de.., CHU de. N identification : 2015-..

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

FORMATION MANAGEMENT CYCLE CERTIFIANT

FORMATION MANAGEMENT CYCLE CERTIFIANT FORMATION MANAGEMENT CYCLE CERTIFIANT Table des matières PROGRAMME DU PARCOURS DE CERTIFICATION... 5 MODULE 1 : LES FONDAMENTAUX DU MANAGEMENT... 6 MODULE 2 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE... 8 MODULE

Plus en détail

La chirurgie de l obésité permet de perdre du poids. Elle permet par ailleurs une amélioration du diabète de type 2.

La chirurgie de l obésité permet de perdre du poids. Elle permet par ailleurs une amélioration du diabète de type 2. Diabétique en surpoids, je m'informe sur la chirurgie de l'obésité La chirurgie de l obésité permet de perdre du poids. Elle permet par ailleurs une amélioration du diabète de type 2. Diabétique, puis-je

Plus en détail

Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Qu en est-il de la santé des hommes au Québec?

Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Gilles Tremblay, PhD, t.s. Université Laval Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Plan de la présentation - Mise en contexte - État de la santé physique

Plus en détail

pour La baisse de la TVA dans la restauration perceptions croisées des Français et des restaurateurs

pour La baisse de la TVA dans la restauration perceptions croisées des Français et des restaurateurs pour La baisse de la TVA dans la restauration perceptions croisées des Français et des restaurateurs Octobre 2009 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l'étude A Le contexte économique de la

Plus en détail

le télétravail chez econocom

le télétravail chez econocom le télétravail chez econocom avril 2013 Définition et contexte La loi définit le télétravail comme un travail à distance qui s effectue pour un employeur à l aide de l informatique et des télécommunications,

Plus en détail

Variabilité hommes/femmes dans le bilan psychologique des sportifs de haut niveau

Variabilité hommes/femmes dans le bilan psychologique des sportifs de haut niveau Variabilité hommes/femmes dans le bilan psychologique des sportifs de haut niveau Madame Les objectifs de ce projet étaient de créer un recueil épidémiologique à partir des bilans psychologiques annuels

Plus en détail

CONFORT THERMIQUE ET ANXIETE PRE-OPERATOIRE

CONFORT THERMIQUE ET ANXIETE PRE-OPERATOIRE CONFORT THERMIQUE ET ANXIETE PRE-OPERATOIRE TONDUT JEREMY Promotion MACKENZIE 2013-2015 Sous la direction de Me DUGUEY Isabelle et la co-direction de Me HERNANDEZ Christine INTRODUCTION L anxiété préopératoire

Plus en détail

Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants

Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants Ce rapport présente les principaux résultats des questionnaires administrés aux participants 1 ayant suivi les

Plus en détail

Comment aborder les changements de comportement

Comment aborder les changements de comportement Comment aborder les changements de comportement Ou comment motiver vos patients en 3 minutes Christiane Lampron, M.Ps. Dre Isabelle Gagnon Objectifs d apprentissage évaluer rapidement la motivation au

Plus en détail

- 1 - Définition des désordres alimentaires PLAN 10/03/09. Attitudes inadaptées et des comportements de contrôle du poids. Des restrictions sérieuses

- 1 - Définition des désordres alimentaires PLAN 10/03/09. Attitudes inadaptées et des comportements de contrôle du poids. Des restrictions sérieuses PLAN PARTIE COURS Définition des DA Les DA dans le sport Principaux facteurs psychosociologiques des DA Démarche de prévention Stéphanie SCOFFIER Doctorante 2 e année sur les facteurs psychosociologiques

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail