Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite"

Transcription

1 DOCUMENT DE TRAVAIL Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce cahier de recherche a éé préparé dans le cadre des ravaux de la Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques. Touefois, le conenu de cee recherche n engage nullemen le minisère des Finances e les conclusions du documen doiven êre considérées comme la seule responsabilié de son aueur. Les vues exprimées son celles des aueurs e ne reflèen pas nécessairemen les opinions du minisère des Finances. Le documen d origine a éé rédigé en français, mais une version anglaise de ce documen es égalemen disponible

2 Édiion réalisée par la Direcion des communicaions du minisère des Finances 12, rue Sain-Louis, RC.01 Québec (Québec) G1R 5L3 Menion légale À venir Tire du documen ISBN xxxxxxxxxxx Dépô légal, mars 2003 Bibliohèque naionale du Québec Gouvernemen du Québec Imprimée au Québec

3 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE REMERCIEMENTS ET MENTIONS À venir. III

4

5 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE RÉSUMÉ Le Québec connaîra au cours des prochaines décennies le vieillissemen démographique le plus rapide des pays de l OCDE après celui du Japon. Dans l ensemble, les analyses de l impac du vieillissemen de la populaion sur les finances publiques on surou poré sur les coûs qui en résuleron. Dans une éude publiée en 2002, l économise Marcel Méree prévoi cependan qu au Canada le vieillissemen démographique s accompagnera aussi d une augmenaion imporane des renrées fiscales découlan des rerais imposables aux régimes privés de reraie. Les incidences des régimes de reraie privés sur les finances publiques regroupen rois composanes disinces: l exonéraion fiscale sur les conribuions, l exonéraion fiscale sur les revenus de placemen e l impô prélevé sur les rerais. Pour l insan, le coû de l exonéraion fiscale consenie sur les versemens e sur les revenus de placemen es supérieur aux bénéfices découlan de l imposiion des rerais, e ainsi de els régimes corresponden à une dépense fiscale nee (DFN) pour les gouvernemens. À long erme, le modèle développé par Méree prévoi une diminuion de la DFN liée aux régimes de reraie privés puisque l impô perçu sur les rerais sera appelé à croîre plus rapidemen que l exonéraion fiscale sur les versemens e les revenus de placemen, éan donné le vieillissemen de la populaion. L aueur prévoi même que l imposiion des rerais surpassera l exonéraion fiscale sur les versemens e les revenus de placemen à comper de 2030, permean d acquier les coûs reliés au vieillissemen. Afin de prendre en considéraion ce phénomène dans ses projecions de long erme des équilibres financiers du gouvernemen du Québec, la Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques (DASFP) a profié des récenes données de Saisique Canada sur les avoirs déenus dans les régimes de reraie par caégories d âge pour développer son propre modèle. Ces nouvelles données permeen de conclure que les nouvelles généraions versen des sommes plus imporanes que les précédenes dans leurs RÉER. Nos projecions monren en conséquence que même si les dépenses fiscales nees diminuen dans l avenir, elles diminueron relaivemen peu e elles coninueron de représener un coû ne pour le gouvernemen. Cee conclusion ien quelles que soien les hypohèses économiques reenues dans la projecion effecuée jusqu en V

6

7 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS ET MENTIONS... III RÉSUMÉ... V TABLE DES MATIÈRES...VII LISTE DES TABLEAUX... IX LISTE DES GRAPHIQUES... XI INTRODUCTION REVUE DE LA LITTÉRATURE SOURCES DE DONNÉES ET PROJECTION Projecions démographiques e cohores Composiion de l avoir Versemens Rerais MÉTHODOLOGIE DE SIMULATION RPA REER RÉSULTATS ANALYSES DE SENSIBILITÉ Hypohèses sur les rerais Hypohèses sur les versemens Hypohèses sur les revenus de placemen Hypohèses sur le aux d imposiion...33 CONCLUSIONS...35 ANNEXE 1. PROJECTION DE LA POPULATION DES DIFFÉRENTES COHORTES...37 ANNEXE 2. MÉTHODOLOGIE POUR ESTIMER L AVOIR MOYEN DANS LES RÉGIMES DE RETRAITE POUR LES COHORTES ÂGÉES DE 75 ANS ET PLUS EN ANNEXE 3. PROJECTION DU VERSEMENT MOYEN DES DIFFÉRENTES COHORTES SELON LE RÉGIME DE RETRAITE...41 ANNEXE 4. PRÉSENTATION DES PRINCIPAUX RÉSULTATS OBTENUS...43 RÉFÉRENCES...47 VII

8

9 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE LISTE DES TABLEAUX TABLEAU Dépenses fiscales nees pour les régimes de reraie privés, Canada e provinces TABLEAU Avoir moyen dans les régimes de reraie privés par ranche d âge en 1999 TABLEAU Versemen moyen dans les régimes de reraie privés par ranches d âge en 1999 TABLEAU Rerai moyen provenan des REER par ranches d âge en 1999 TABLEAU Variaion annuelle des composanes des dépenses fiscales nees de 1999 à 2050 TABLEAU Répariion de l avoir moyen dans un REER par individu en foncion de l âge e de la méhodologie TABLEAU Projecion de la populaion des cohores de 1999 à 2050 TABLEAU Projecion de l évoluion de l avoir moyen des ans, de 1999 à 2014 TABLEAU Avoir moyen dans les régimes de reraie privés par cohore en 1999 TABLEAU Projecion du versemen moyen à un REER, par cohore TABLEAU Projecion du versemen moyen à un RPA, par cohore TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees pour une cohore donnée, IX

10 TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees RPA, TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees REER, TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees, TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees RPA, TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees REER, TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees, X

11 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE LISTE DES GRAPHIQUES GRAPHIQUE Évoluion des composanes des dépenses fiscales nees de 1999 à 2050 GRAPHIQUE Évoluion de l avoir oal dans les régimes de reraie privés de 1999 à 2050 GRAPHIQUE Évoluion des composanes des dépenses fiscales nees, RPA e REER, de 1999 à 2050 GRAPHIQUE Projecion des DFN selon différenes hypohèses sur les rerais des moins de 55 ans GRAPHIQUE Projecion des DFN selon différenes hypohèses sur les rerais des 55 ans e plus GRAPHIQUE Projecion des DFN selon différenes hypohèses sur les versemens GRAPHIQUE Projecion des DFN selon différenes hypohèses sur le aux de rendemen réel GRAPHIQUE Projecion des DFN selon différenes hypohèses sur le aux d imposiion xi

12

13 INTRODUCTION INTRODUCTION Le Québec connaîra au cours des prochaines décennies le vieillissemen démographique le plus rapide des pays de l OCDE après celui du Japon. En effe, la par des personnes âgées de 65 ans e plus dans la populaion du Québec doublera en seulemen 30 ans. Un el phénomène perme d aniciper une hausse des dépenses dans les programmes don les personnes âgées son des bénéficiaires imporans, noammen au niveau de la sané. Suie à la reraie massive des baby-boomers, la populaion acive compera moins de conribuables pour payer la croissance aendue de ces dépenses. Compe enu de ces faceurs, il deviendra de plus en plus difficile pour le gouvernemen du Québec de mainenir le cap sur l équilibre budgéaire. Dans l ensemble, les analyses de l impac du vieillissemen de la populaion au Canada on surou poré sur les coûs associés à ce phénomène. L économise Marcel Méree 1, dans une éude publiée en 2002, propose une vision plus opimise de l impac du vieillissemen de la populaion sur les finances publiques. L aueur souien que le vieillissemen démographique au Canada s accompagnera aussi de endances bénéfiques sur les finances publiques. La réflexion de l aueur repose noammen sur les renrées fiscales qu apporeron les rerais imposables aux régimes enregisrés d épargnereraie (RÉER) e aux régimes de pension agréés (RPA). L incidence des régimes de reraie privés sur les finances publiques regroupe rois composanes disinces : l exonéraion fiscale sur les conribuions, l exonéraion fiscale sur les revenus de placemen e l impô sur les rerais. Pour l insan, le coû ne de l exonéraion fiscale consenie dans le cadre de ces programmes l empore sur les bénéfices découlan des rerais imposables. Ainsi, de els régimes corresponden dans les fais à une dépense fiscale nee (DFN) pour le gouvernemen. À long erme, Méree prévoi une diminuion des DFN puisque les rerais imposables seron appelés à croîre plus rapidemen que le coû des deux exonéraions fiscales, éan donné le vieillissemen de la populaion. L aueur prévoi même que les DFN se ransformeron en une imporane source de revenus après Afin de prendre en considéraion ce phénomène dans ses projecions de long erme des équilibres financiers du gouvernemen du Québec, la Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques (DASFP) du Minisère des Finances du Québec (MFQ) a profié des récenes données de Saisique Canada sur les avoirs déenus dans les régimes de reraie par caégories d âge pour développer 1 Méree, Marcel (2002), «A Brigh Side : A posiive view of he economics of ageing», IRPP, Choices, vol. 8, no. 1 (mars 2002) 1

14 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE son propre modèle de projecion des dépenses fiscales nees pour le Québec. L analyse de cee problémaique se fera en plusieurs éapes. D abord, les hypohèses sur la formalisaion e la projecion des données seron posées. Par la suie, la méhodologie de projecion des dépenses fiscales nees sera présenée au leceur. À parir des résulas obenus, les conclusions de ce documen de ravail seron comparées avec celles de Méree. Mais d abord, un bref survol de l éude de Méree permera d en comprendre les enjeux. 2

15 REVUE DE LA LITTÉRATURE 1. REVUE DE LA LITTÉRATURE Nous proposons, dans cee secion, une descripion déaillée de la méhodologie e des résulas de l éude de Marcel Méree. L objecif de cee secion es de permere au leceur de mieux saisir les enjeux de la problémaique développée par Méree. Deux aures éudes raian des dépenses fiscales nees seron égalemen commenées. Le modèle développé par Méree ien compe du gouvernemen fédéral e des gouvernemens provinciaux. Les données pour les dépenses fiscales nees (DFN) du gouvernemen fédéral proviennen de Finances Canada qui les évaluai, en 1995, à 17,9 milliards de dollars. Pour les provinces, l aueur suppose que la DFN représene 52 % des dépenses fiscales nees du fédéral 2, soi 9,2 milliards de dollars. La même méhodologie a éé uilisée pour exraire les rois composanes des DFN : l exonéraion fiscale sur les conribuions, l exonéraion fiscale sur les revenus de placemen e les rerais imposables. À ce effe, le ableau 1 présene les dépenses fiscales nees en 1995 e 1998 pour les deux paliers de gouvernemen confondus. Tableau 1 Dépenses fiscales nees pour les régimes de reraie privés, Canada e provinces (en M$) (en % du PIB) (en M$) (en % du PIB) REER 11,233 1,45 10,617 1,15 Versemens 8,041 1,04 9,758 1,06 Revenus de placemen 5,852 0,76 4,826 0,52 Rerais -2,660-0,34-3,967-0,43 RPA 15,877 2,05 10,571 1,15 Versemens 7,486 0,97 8,018 0,87 Revenus de placemen 15,261 1,97 12,631 1,37 Rerais -6,870-0,89-10,078-1,09 Toal 27,110 3,5 21,243 2,3 2 Cee hypohèse es basée sur les ravaux de Treff e Perry (1997). 3

16 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE Pour racer l évoluion des DFN, Méree a développé son propre modèle de cycle de vie qui projee le profil d épargne e de décaissemen des acifs de reraie de différenes cohores, sous conraine que l avoir déenu par celles-ci soi enièremen décaissé au momen du décès. La méhodologie développée par l aueur repose sur différenes éapes. D abord, à parir des données du ableau 1 e à l aide du aux marginal d imposiion e du aux de rendemen effecifs en 1995, Méree dérive les versemens oaux, les rerais oaux e l avoir oal pour Pour réparir les versemens e les rerais en foncion de l âge, l aueur uilise la répariion des versemens e des rerais calculés par le modèle de simulaion de poliique sociale de Saisique Canada, à l aide de la base de données du même nom. Pour palier au manque d informaion sur la répariion de l avoir moyen enre les ranches d âge, l aueur consrui sa propre répariion de l avoir moyen. Pour ce faire, la répariion des rerais e des versemens pour 1995 es uilisée afin de projeer le profil d épargne e de décaissemen au cours de l exisence d une cohore ypique 3. Les données obenues (l avoir varie selon l âge moyen de la cohore) permeen de consruire une répariion de l avoir qui sera appliquée à l avoir oal de Pour projeer les DFN, l aueur suppose que le versemen moyen de chaque ranche d âge évolue au ryhme de la croissance anicipée de la producivié per capia. Pour les cohores qui aeignen l âge adule avan 2022, les rerais son évalués à parir de la conraine budgéaire de chacune des cohores. L avoir moyen es foncion des versemens fais, des rerais réalisés e du rendemen qui s applique sur l avoir de la période précédene. Pour les aures cohores, l aueur suppose que les rerais e l avoir son indexés au ryhme de la croissance de la producivié per capia. Méree fai l hypohèse que le aux de rendemen sur l avoir diminue faiblemen dans la première moiié de la période éudiée pour ensuie augmener dans le seconde moiié. Égalemen, l aueur suppose que le aux marginal d imposiion combiné fédéral-provincial sur les rerais es inférieur de 5 % à celui qui s applique sur les versemens e les revenus de placemen. Les projecions de long erme du PIB proviennen d une éude anérieure coréalisée par l aueur 4. Dans cee dernière, les aueurs proposen une croissance du PIB réel per capia inférieure de 0,2 % aux prévisions d un scénario à srucure consane (sans vieillissemen de la populaion). Enfin, les projecions démographiques de 1995 à 2160 pour le Canada proviennen de cee même éude. 3 4 Cee projecion es faie sous conraine que l avoir déenu par la cohore considérée soi enièremen décaissé au momen du décès. Fougére e Méree (2000a) 4

17 REVUE DE LA LITTÉRATURE Le modèle de Méree prévoi que les dépenses fiscales nees, qui représenaien un coû pour le gouvernemen équivalan à 3,5 % du PIB en 1995, deviendron un gain qui équivaudra à 2 % du PIB vers Les DFN diminuen rapidemen après 2010 pour les RPA e après 2020 pour les REER. Elles deviennen négaives pour les deux régimes dans la roisième décennie du siècle présen. Le reard du régime individuel (REER) se jusifie, selon l aueur, par l immaurié du régime acuel. Fai à noer, chaque composane évolue d une manière différene. D abord, la pere de revenus associée à l exonéraion des conribuions demeure modese e sable sur l horizon projeé. D aure par, l exonéraion des revenus de placemen resera imporane, mais sa par relaive diminue avec le emps. Enfin, les revenus découlan de l imposiion des rerais augmenen rapidemen dans les deux régimes pour aeindre environ 4 % du PIB en D aures aueurs, inspirés par les résulas de Méree, on éudié l impac du vieillissemen démographique sur le décaissemen des acifs de reraie. Robbins e Veall (2002) évaluen les bénéfices qu apporeron les rerais imposables aux REER e aux RPA, en supposan que les coisaions aux régimes de reraie prennen fin en 2001 e que les acifs déenus alors son imposés. Les données uilisées par les aueurs proviennen d une enquêe de Saisique Canada 5 réalisée en 1999 sur l épargne-reraie privée des ménages dans les régimes de reraie (REER e RPA). En supposan un aux d imposiion de ving pour cen, Robbins e Veall évaluen les renrées fiscales provenan des acifs de reraie à 375 milliards de dollars pour le gouvernemen fédéral e les gouvernemens provinciaux en De fai, l analyse de Robbins e Veall es incomplèe puisqu elle néglige le coû fiscal des coisaions fuures e des revenus de placemen sur les acifs de reraie. Brown (2002) uilise une méhodologie peu convenionnelle pour projeer les dépenses fiscales nees au Canada. En effe, l aueur suppose que ous les Canadiens âgés de 20 à 64 ans coisen 1 $ à un régime de reraie (RPA e REER confondu) e que ces coisaions génèren un rendemen annuel de 7 %. Lorsque les Canadiens aeignen 65 ans, la somme déenue perme d acquérir une rene consruie de façon à permere le décaissemen oal de l avoir au décès des individus. Le aux d imposiion appliqué aux rois composanes (versemens, rerais e revenus de placemen) es fixé à 40 %. L aueur es conscien que l hypohèse sur les coisaions aux régimes de reraie es irréalise puisque la disribuion des versemens n es pas homogène pour oues les ranches d âge comprises enre 20 e 64 ans. Pour corriger cee lacune, Brown compare l écar de ses prévisions avec les données réelles fournies par Finances Canada enre 1991 e Par la suie, les prévisions de l aueur son corrigées en 5 Saisique Canada (2001), Enquêe sur la sécurié financière 5

18 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE considéran l écar moyen de 1991 à 1995 enre les prévisions du modèle e les données réelles. Une fois les ajusemens fais, le modèle de Brown prévoi que les régimes de reraie, qui représenaien une pere de 14,9 milliards de dollars en 1991, deviendron un gain de 15,5 milliards vers Bien qu inéressane, cee analyse repose sur une méhodologie de simulaion moins précise que celle développée par Méree. En résumé, cerains aueurs prévoien que le vieillissemen démographique s accompagnera au Canada d une augmenaion imporane des renrées fiscales des rerais imposables des régimes de reraie. Marcel Méree va encore plus loin en défendan l idée que la variaion, en pourcenage du PIB, enre 2000 e 2050 des DFN sera suffisane pour acquier la oalié de l augmenaion des dépenses de sané prévue, en plus de financer une diminuion des impôs sur le revenu à moyen e long erme. Une elle vision de l avenir pourrai amener les auoriés à ne prendre aucune acion à cour erme pour faire face aux coûs du vieillissemen. Nore objecif es donc de confirmer ou d infirmer la endance anicipée par Méree pour mieux éclairer les prises de décision des gouvernemens. 6

19 SOURCES DE DONNÉES ET PROJECTION 2. SOURCES DE DONNÉES ET PROJECTION L objecif de ce documen de ravail es de développer une méhodologie qui permera de suivre le profil d épargne de différenes cohores dans les régimes de reraie privés. Pour rendre possible une elle âche, ceraines données son nécessaires : les projecions démographiques, les versemens, les rerais e l avoir. La présene secion défini la provenance de ces données, les modificaions apporées à celles-ci e la règle de projecion proposée Projecions démographiques e cohores Par définiion, une cohore regroupe une série d individus au sein d un inervalle d âge précis don un comporemen spécifique es analysé au cours d une période définie. La consrucion des différenes cohores e la projecion de leur populaion respecive s effecue en plusieurs éapes. L exercice es basé sur les projecions démographiques de l Insiu de la saisique du Québec (ISQ) qui projee, jusqu en 2050, l évoluion de la populaion québécoise par ranches d âge de cinq ans : 0-4 ans, 5-9 ans,, ans e 95 ans e plus. La première éape consise à consruire les différenes cohores en enan compe de l âge des individus en Ainsi, on supposera que la cohore équivau à la ranche d âge des ans du scénario démographique en 1999 ; la cohore 85-89, les ans en L éude ien égalemen compe des individus qui ne son pas encore nés en Pour évier la confusion, ces cohores seron définies par une appellaion négaive : la cohore - 4 à 0 - ans regroupe les individus qui auron ans en 2004, la cohore - 5 à - 9, ceux qui auron ans en 2009, ec. Au oal, 28 cohores son dérivées à parir du scénario démographique de l ISQ. Une fois les cohores définies, l évoluion de leur populaion respecive es projeée. Soi n, la populaion de la cohore g pour la période. Par souci de simplicié, la méhodologie sera précisée à l aide d un exemple concre qui s applique à l ensemble des cohores. Soi la cohore qui équivau à la ranche d âge des ans dans le scénario démographique de l ISQ en Par déducion, on sai qu en 2004, la cohore équivaudra à la ranche d âge des ans dans les projecions démographiques de l ISQ. Enre 1999 e 2004, la cohore se composera de deux ranches d âge du scénario démographique : les ans e les ans. Pour suivre l évoluion de la populaion de la cohore duran cee période, on calcule d abord la différence enre la populaion de la ranche d âge des ans en 1999 e celle des ans en 2004 du scénario démographique de l ISQ. Cee différence représene le solde démographique de cee cohore duran cee période. Enre 1999 e 2004, on supposera que la variaion annuelle de la populaion de la 7

20 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE cohore représene 20 % de ce solde. En 2004, la populaion de la cohore équivaudra à celle de la ranche d âge des ans du scénario démographique de l ISQ. Cee méhodologie pose ouefois problème lorsque la cohore aein 95 ans e plus, soi la dernière ranche d âge définie par le scénario démographique de l ISQ. Dans nore exemple, ce seuil sera aein par la cohore en Comme l espérance de vie d une cohore n es pas éernelle, une méhodologie es proposée afin de permere le décès graduel des membre d une cohore après 95 ans. Cee méhodologie es basée sur l espérance de vie des 95 ans e plus, évaluée à environ 2,5 ans par l ISQ. On fai donc l hypohèse que l exincion d une cohore qui aein le groupe d âge de 95 ans sui une disribuion uniforme, c es-à-dire que 20 % de cee cohore s éein à chaque année pendan 5 ans. Dans nore exemple, ceci équivau à dire que la populaion de la cohore aura complèemen disparu en L annexe 1 présene les projecions démographiques des 28 cohores considérées jusqu en Composiion de l avoir Pour simuler l évoluion de l exonéraion fiscale sur les revenus de placemen, il es nécessaire de projeer l avoir de chaque cohore dans les deux régimes de reraie. Dans son éude, Marcel Méree ne disposai d aucune informaion sur la répariion de l avoir selon l âge dans les régimes de reraie. L aueur avai consrui sa propre répariion de l avoir (basée sur celle des versemens e des rerais) à l aide des données de 1995 de Finances Canada sur les DFN. Dans le cas présen, les données uilisées proviennen d une enquêe de Saisique Canada 6 réalisée en 1999 sur la sécurié financière e l épargnereraie privée des ménages. Cee enquêe présene la disribuion de l avoir moyen des ménages québécois dans les deux régimes de reraie (REER e RPA) enre différens groupes d âge : 0-14 ans, ans,, ans e 75 ans e plus. Les données sur l avoir moyen incluen égalemen la valeur de la conribuion de l employeur au RPA. Comme Saisique Canada ne publie aucune informaion sur la répariion de l avoir moyen pour les 75 ans e plus, un modèle a éé consrui afin d esimer l avoir moyen de ces ranches d âge. L annexe 2 présene une descripion de la méhodologie employée pour esimer l avoir moyen des ans, des ans, des ans, des ans e des 95 ans e plus dans les deux régimes de reraie. De même, l absence de données pour les moins de 25 ans nous incie à faire l hypohèse que ces ranches d âges n on pas d acifs de reraie. 6 Saisique Canada (2001), Enquêe sur la sécurié financière 8

21 SOURCES DE DONNÉES ET PROJECTION Les données de Saisique Canada présenen la disribuion de l avoir moyen par ménage. Or, le modèle développé par le MFQ race l évoluion des individus pluô que l évoluion des ménages. Pour les rendre uilisables, les données sur l avoir moyen son ajusées pour refléer le profil d épargne moyen par individu 7. Le ableau 2 présene la répariion de l avoir moyen par individu en foncion de l âge e du régime de reraie en Tableau 2 Avoir moyen dans les régimes de reraie privés par ranche d âge en 1999 (en dollars par individu) REER RPA Toal 0 14 ans n.d. n.d. n.d n.d. n.d. n.d n.d. n.d. n.d (1) (1) (1) (1) 95 e (1) (1) Approximaion du MFQ source : Finances Canada Pour les années suivanes, l avoir moyen de chaque cohore, dans chacun des régimes de reraie, sera foncion des versemens, des rerais e du rendemen généré. Cee méhodologie sera présenée plus en déails dans le prochain chapire. 7 Selon les données de l ISQ, un ménage se compose en moyenne de 1,83 individus de 20 ans e plus 9

22 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE 2.3. Versemens La projecion de l exonéraion fiscale découlan des versemens aux deux régimes de reraie se base sur les données du documen Saisiques fiscales des pariculiers - Année d imposiion 1999 publié par le MFQ 8. Le documen nous fourni, pour chaque ranche d âge, le versemen moyen à un REER e à un RPA. Des hypohèses son posées pour deux ranches d âge : les 65 ans e plus e les moins de 20 ans. Pour les 65 ans e plus, on suppose que la oalié des versemens aux REER ou aux RPA proviennen de la ranche d âge des ans. En effe, selon la loi de l impô sur le revenu, les individus peuven coiser à un REER ou à un RPA jusqu à l âge de 69 ans. Pour les moins de 20 ans, on suppose que seuls les personnes faisan parie de la ranche d âge des ans versen des sommes d argen. Le versemen de l employeur au RPA es compabilisé à l impô des pariculiers puisqu il es supposé que ce versemen équivau à un avanage social pour l employé. Nous supposons que la conribuion de l employeur équivau à 1,5 fois le monan moyen versé par l individu au RPA 9 (défini à parir du documen Saisiques fiscales des pariculiers). Le ableau 3 présene les versemens moyens par ranche d âge dans les deux régimes de reraie en À parir des données de 1995, Méree avai consrui, à l aide du modèle de simulaion de poliique sociale de Saisique Canada e de la base de données du même nom, sa propre répariion des versemens en foncion de l âge. Selon Saisique Canada (2003), les coisaions des employeurs représenaien 63,7 % des coisaions oales aux RPA en

23 SOURCES DE DONNÉES ET PROJECTION Tableau 3 Versemen moyen dans les régimes de reraie privés par ranches d âge en 1999 (dollars par individu) REER RPA 0-14 ans n.d. n.d ,56 3, ,96 58, ,93 199, ,67 312, ,59 413, ,84 528, ,23 634, ,52 626, ,95 369, ,20 127, ,32 35, n.d. n.d n.d. n.d n.d. n.d n.d. n.d n.d. n.d. 95 e plus n.d. n.d. Source : Saisiques fiscales des pariculiers Année d imposiion 1999 Le versemen moyen pour 2000 e 2001 provien égalemen du documen Saisiques fiscales des pariculiers. Pour les années suivanes, le versemen moyen de chaque ranche d âge évolue au ryhme du salaire moyen 10. Les prévisions de ce indicaeur proviennen des ravaux réalisés par la Direcion de l analyse macroéconomique du MFQ. En plus de croîre au ryhme du salaire moyen, les versemens suiven l évoluion des cohores à ravers le emps. Par définiion, c R représene le versemen moyen à un REER de la cohore g pour la période, andis que c P représene le versemen moyen à un RPA de la cohore g pour la période 11. Pour un individu âgé de 20 ans en 1999, le versemen moyen à un RPA en 2004 (c P 20-24,2004) correspondra au versemen moyen du groupe d âge des ans de 1999 indexé jusqu en 2004 au ryhme du salaire moyen. Enre 1999 e 2004, la méhodologie permean le suivi des cohores es Dans le modèle de Méree, le versemen moyen évolue au ryhme de la producivié per capia. Par convenion, l exposan R réfère au REER, andis que l exposan P réfère au RPA. 11

24 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE la même que celle uilisée pour projeer la populaion des cohores. L annexe 3 présene la projecion du versemen moyen des 28 cohores jusqu en Rerais La projecion du gain fiscal découlan de l imposiion des rerais repose sur une méhodologie spécifique qui ien compe de l imporance des acifs de reraie. Le prochain chapire présenera la méhodologie propre à chacun des régimes de reraie. 12

25 MÉTHODOLOGIE DE SIMULATION 3. MÉTHODOLOGIE DE SIMULATION Mainenan que les hypohèses sur les données son formulées, le présen chapire décri la méhodologie permean le suivi du profil d épargne des différenes cohores dans les régimes de reraie privés. Cee éape permera de générer les composanes des dépenses fiscales nees pour, ainsi, obenir les résulas souhaiés RPA Pour les RPA, l analyse es basée sur un individu représenaif, an e aussi longemps que l âge médian de la cohore es inférieur à 58 ans. Le profil d épargne dans un régime de pension agréées (RPA) se défini ainsi : a P g, où, a c P g, P + π * a P P = a = avoir moyen à un RPA de la cohore g à la période, = coisaion moyenne à un RPA de la cohore g à la période, π = aux de rendemen. 1 2 c P g, + c P, (3.1) Comme l indique l équaion (3.1), l individu représenaif coise à un RPA, mais ne reçoi aucune presaion au cours de cee période. Le aux de rendemen nominal π, qui es posulé égal à 6,5 % (aux de rendemen réel de 4,5 % e aux d inflaion de 2,0 %), pore sur l avoir de la période -1 e sur la moiié du versemen au RPA (individu e employeur). L avoir pour la période équivau à l avoir de la période -1, auquel on ajoue le rendemen e le versemen. En muliplian, à chaque année, les revenus de placemen e la coisaion moyenne par la populaion de chaque cohore, on obien les versemens oaux e le rendemen oal pour chaque cohore e, conséquemmen, pour l ensemble de la populaion. Pour les fins de l exercice, le décaissemen de l avoir provenan d un RPA débue au momen où la cohore aein l âge médian de 58 ans (une parie des membres de la cohore son alors âgés de 60 ans). En fai, les presaions d un RPA son versées à la reraie : dans cee analyse, nous supposons que les individus prennen leur reraie à 60 ans. Conrairemen aux REER, le décaissemen des acifs déenus dans un RPA avan la période de la reraie (noammen dans l évenualié d une cessaion d emploi) es limié dans bon nombre de régimes de reraie. Par conséquen, aucun rerai n es considéré 13

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants.

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants. Exercice 1 : évoluions e pourcenages La populaion d une ville éai de 150 000 habians en 2000. Elle s es accrue chaque année de 20 000 habians. Calculer l augmenaion en pourcenage de 2000 à 2001, de 2001

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704)

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Mahémaiques Nombre d'exercices : 4 exercices Noe : L'exercice 4 es une pure copie d'un exercice d'un devoir surveillé de l'an dernier. Cela ne

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE POUR LE CALCUL DES EFFECTIFS ET CELUI DE LA MASSE SALARIALE(*)? (*) Le calcul de la masse salariale indique à l enreprise l assiee de sa paricipaion, c es-à-dire la somme

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Annexe technique à la Note Économique

Annexe technique à la Note Économique Annexe technique à la Note Économique «Les effets pervers des taxes sur le tabac, l alcool et le jeu» publiée par l Institut économique de Montréal le 22 janvier 2014 Dans le cadre de la publication d

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS هيي ة التوظيف الجماعي للقيم المنقولة الشركة العامة بطاقة بيانية SICAV SG VALEURS OPCVM DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE OPCVM conforme aux normes GIPS (Global Invesmens Sandards) Fiche Signaléique SG VALEURS Averissemen

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

Chapitre 3 Les modèles de dynamique chaotique. Université d Auvergne- L Christopher Grigoriou

Chapitre 3 Les modèles de dynamique chaotique. Université d Auvergne- L Christopher Grigoriou Chapire 3 Les modèles de dynamique chaoique Universié d Auvergne- L3 2008-2009 Chrisopher Grigoriou 3.Principes des modèles de dynamique chaoique Des sysèmes dynamiques avec un éa d équilibre évoluen d

Plus en détail

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information S si Noms : Prénoms : Classe : Dae : Serrure ERM Eude de la foncion caper une informaion TP 2 heures Noe : /20 Problémaique Dans la serrure ERM, lorsque le code es valide, des capeurs son uilisés afin

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

Pourra-t-on réduire la dette publique de la France?

Pourra-t-on réduire la dette publique de la France? Pourra--on réduire la dee publique de la France? Novembre 2009 Thomas Jober 1, Ruhi Tuncer 2 Résumé : Nous éudions la dynamique fuure de la dee publique française en foncion de l environnemen économique

Plus en détail

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO UITÉ 6 : LA PROPORTIOALITÉ UMÉRIQUE POUR DÉBUTER Il fau rappeler - Définiion de grandeur : Une grandeur es une caracérisique qui es mesurée, e la valeur es exprimée par un nombre. Le concep de grandeur

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

Incorporation de ma pratique

Incorporation de ma pratique Incorporation de ma pratique Sujet Incorporation : mythe ou réalité Avantages et désavantages Salaire ou dividende Taux d impôts des particuliers et des compagnies RRQ dans le contexte de l incorporation

Plus en détail

Les principaux comportements macro-économiques

Les principaux comportements macro-économiques Les principaux comporemens macro-économiques Universié de Rennes Faculé de Droi e de Science Poliique Anenne de Sain-Brieuc Consommaion e épargne L analyse keynésienne e ses développemens DEUX CONCEPTS

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L.

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L. 14/1/6 Quesion : Commen régler correcemen le déclencheur élecronique STRE23SE? Réponse : Les déclencheurs élecroniques STRE23SE se monen indifféremmen sur les compacs NS 4 e NS 63 de ype N, H ou L. Le

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Le système de retraite québécois : constats et grands enjeux

Le système de retraite québécois : constats et grands enjeux Le système de retraite québécois : constats et grands enjeux Colloque sur la retraite au Québec Cercle finance du Québec Roland Villeneuve Vice-président aux politiques et aux programmes Le 31 octobre

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Employee Benefits Institute 1. Quels seront les nouveaux taux d intérêt garantis par AXA Belgium

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

Correction de l exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation»

Correction de l exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation» Correcion de l exercice du cours Managemen Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligaion» Quesion : calculer numériquemen la duraion e la convexié de l obligaion de coure maurié e de l obligaion de longue

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

Le financement du Dividende Universel

Le financement du Dividende Universel affiliée au Basic Income European Network Le financement du Dividende Universel Le plan de financement ici proposé a été mis au point par le professeur Yoland Bresson (président de l Aire). Il prouve que

Plus en détail

Document d information n o 5 sur les pensions

Document d information n o 5 sur les pensions Document d information n o 5 sur les pensions Il vous faudra combien d argent comme pension? Partie 5 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions

Plus en détail

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL Le 12 novembre 2014 Préparé par : TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt sur le revenu des particuliers Mesures visant

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail