Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite"

Transcription

1 DOCUMENT DE TRAVAIL Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce cahier de recherche a éé préparé dans le cadre des ravaux de la Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques. Touefois, le conenu de cee recherche n engage nullemen le minisère des Finances e les conclusions du documen doiven êre considérées comme la seule responsabilié de son aueur. Les vues exprimées son celles des aueurs e ne reflèen pas nécessairemen les opinions du minisère des Finances. Le documen d origine a éé rédigé en français, mais une version anglaise de ce documen es égalemen disponible

2 Édiion réalisée par la Direcion des communicaions du minisère des Finances 12, rue Sain-Louis, RC.01 Québec (Québec) G1R 5L3 Menion légale À venir Tire du documen ISBN xxxxxxxxxxx Dépô légal, mars 2003 Bibliohèque naionale du Québec Gouvernemen du Québec Imprimée au Québec

3 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE REMERCIEMENTS ET MENTIONS À venir. III

4

5 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE RÉSUMÉ Le Québec connaîra au cours des prochaines décennies le vieillissemen démographique le plus rapide des pays de l OCDE après celui du Japon. Dans l ensemble, les analyses de l impac du vieillissemen de la populaion sur les finances publiques on surou poré sur les coûs qui en résuleron. Dans une éude publiée en 2002, l économise Marcel Méree prévoi cependan qu au Canada le vieillissemen démographique s accompagnera aussi d une augmenaion imporane des renrées fiscales découlan des rerais imposables aux régimes privés de reraie. Les incidences des régimes de reraie privés sur les finances publiques regroupen rois composanes disinces: l exonéraion fiscale sur les conribuions, l exonéraion fiscale sur les revenus de placemen e l impô prélevé sur les rerais. Pour l insan, le coû de l exonéraion fiscale consenie sur les versemens e sur les revenus de placemen es supérieur aux bénéfices découlan de l imposiion des rerais, e ainsi de els régimes corresponden à une dépense fiscale nee (DFN) pour les gouvernemens. À long erme, le modèle développé par Méree prévoi une diminuion de la DFN liée aux régimes de reraie privés puisque l impô perçu sur les rerais sera appelé à croîre plus rapidemen que l exonéraion fiscale sur les versemens e les revenus de placemen, éan donné le vieillissemen de la populaion. L aueur prévoi même que l imposiion des rerais surpassera l exonéraion fiscale sur les versemens e les revenus de placemen à comper de 2030, permean d acquier les coûs reliés au vieillissemen. Afin de prendre en considéraion ce phénomène dans ses projecions de long erme des équilibres financiers du gouvernemen du Québec, la Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques (DASFP) a profié des récenes données de Saisique Canada sur les avoirs déenus dans les régimes de reraie par caégories d âge pour développer son propre modèle. Ces nouvelles données permeen de conclure que les nouvelles généraions versen des sommes plus imporanes que les précédenes dans leurs RÉER. Nos projecions monren en conséquence que même si les dépenses fiscales nees diminuen dans l avenir, elles diminueron relaivemen peu e elles coninueron de représener un coû ne pour le gouvernemen. Cee conclusion ien quelles que soien les hypohèses économiques reenues dans la projecion effecuée jusqu en V

6

7 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS ET MENTIONS... III RÉSUMÉ... V TABLE DES MATIÈRES...VII LISTE DES TABLEAUX... IX LISTE DES GRAPHIQUES... XI INTRODUCTION REVUE DE LA LITTÉRATURE SOURCES DE DONNÉES ET PROJECTION Projecions démographiques e cohores Composiion de l avoir Versemens Rerais MÉTHODOLOGIE DE SIMULATION RPA REER RÉSULTATS ANALYSES DE SENSIBILITÉ Hypohèses sur les rerais Hypohèses sur les versemens Hypohèses sur les revenus de placemen Hypohèses sur le aux d imposiion...33 CONCLUSIONS...35 ANNEXE 1. PROJECTION DE LA POPULATION DES DIFFÉRENTES COHORTES...37 ANNEXE 2. MÉTHODOLOGIE POUR ESTIMER L AVOIR MOYEN DANS LES RÉGIMES DE RETRAITE POUR LES COHORTES ÂGÉES DE 75 ANS ET PLUS EN ANNEXE 3. PROJECTION DU VERSEMENT MOYEN DES DIFFÉRENTES COHORTES SELON LE RÉGIME DE RETRAITE...41 ANNEXE 4. PRÉSENTATION DES PRINCIPAUX RÉSULTATS OBTENUS...43 RÉFÉRENCES...47 VII

8

9 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE LISTE DES TABLEAUX TABLEAU Dépenses fiscales nees pour les régimes de reraie privés, Canada e provinces TABLEAU Avoir moyen dans les régimes de reraie privés par ranche d âge en 1999 TABLEAU Versemen moyen dans les régimes de reraie privés par ranches d âge en 1999 TABLEAU Rerai moyen provenan des REER par ranches d âge en 1999 TABLEAU Variaion annuelle des composanes des dépenses fiscales nees de 1999 à 2050 TABLEAU Répariion de l avoir moyen dans un REER par individu en foncion de l âge e de la méhodologie TABLEAU Projecion de la populaion des cohores de 1999 à 2050 TABLEAU Projecion de l évoluion de l avoir moyen des ans, de 1999 à 2014 TABLEAU Avoir moyen dans les régimes de reraie privés par cohore en 1999 TABLEAU Projecion du versemen moyen à un REER, par cohore TABLEAU Projecion du versemen moyen à un RPA, par cohore TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees pour une cohore donnée, IX

10 TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees RPA, TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees REER, TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees, TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees RPA, TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees REER, TABLEAU Projecion des dépenses fiscales nees, X

11 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE LISTE DES GRAPHIQUES GRAPHIQUE Évoluion des composanes des dépenses fiscales nees de 1999 à 2050 GRAPHIQUE Évoluion de l avoir oal dans les régimes de reraie privés de 1999 à 2050 GRAPHIQUE Évoluion des composanes des dépenses fiscales nees, RPA e REER, de 1999 à 2050 GRAPHIQUE Projecion des DFN selon différenes hypohèses sur les rerais des moins de 55 ans GRAPHIQUE Projecion des DFN selon différenes hypohèses sur les rerais des 55 ans e plus GRAPHIQUE Projecion des DFN selon différenes hypohèses sur les versemens GRAPHIQUE Projecion des DFN selon différenes hypohèses sur le aux de rendemen réel GRAPHIQUE Projecion des DFN selon différenes hypohèses sur le aux d imposiion xi

12

13 INTRODUCTION INTRODUCTION Le Québec connaîra au cours des prochaines décennies le vieillissemen démographique le plus rapide des pays de l OCDE après celui du Japon. En effe, la par des personnes âgées de 65 ans e plus dans la populaion du Québec doublera en seulemen 30 ans. Un el phénomène perme d aniciper une hausse des dépenses dans les programmes don les personnes âgées son des bénéficiaires imporans, noammen au niveau de la sané. Suie à la reraie massive des baby-boomers, la populaion acive compera moins de conribuables pour payer la croissance aendue de ces dépenses. Compe enu de ces faceurs, il deviendra de plus en plus difficile pour le gouvernemen du Québec de mainenir le cap sur l équilibre budgéaire. Dans l ensemble, les analyses de l impac du vieillissemen de la populaion au Canada on surou poré sur les coûs associés à ce phénomène. L économise Marcel Méree 1, dans une éude publiée en 2002, propose une vision plus opimise de l impac du vieillissemen de la populaion sur les finances publiques. L aueur souien que le vieillissemen démographique au Canada s accompagnera aussi de endances bénéfiques sur les finances publiques. La réflexion de l aueur repose noammen sur les renrées fiscales qu apporeron les rerais imposables aux régimes enregisrés d épargnereraie (RÉER) e aux régimes de pension agréés (RPA). L incidence des régimes de reraie privés sur les finances publiques regroupe rois composanes disinces : l exonéraion fiscale sur les conribuions, l exonéraion fiscale sur les revenus de placemen e l impô sur les rerais. Pour l insan, le coû ne de l exonéraion fiscale consenie dans le cadre de ces programmes l empore sur les bénéfices découlan des rerais imposables. Ainsi, de els régimes corresponden dans les fais à une dépense fiscale nee (DFN) pour le gouvernemen. À long erme, Méree prévoi une diminuion des DFN puisque les rerais imposables seron appelés à croîre plus rapidemen que le coû des deux exonéraions fiscales, éan donné le vieillissemen de la populaion. L aueur prévoi même que les DFN se ransformeron en une imporane source de revenus après Afin de prendre en considéraion ce phénomène dans ses projecions de long erme des équilibres financiers du gouvernemen du Québec, la Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques (DASFP) du Minisère des Finances du Québec (MFQ) a profié des récenes données de Saisique Canada sur les avoirs déenus dans les régimes de reraie par caégories d âge pour développer 1 Méree, Marcel (2002), «A Brigh Side : A posiive view of he economics of ageing», IRPP, Choices, vol. 8, no. 1 (mars 2002) 1

14 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE son propre modèle de projecion des dépenses fiscales nees pour le Québec. L analyse de cee problémaique se fera en plusieurs éapes. D abord, les hypohèses sur la formalisaion e la projecion des données seron posées. Par la suie, la méhodologie de projecion des dépenses fiscales nees sera présenée au leceur. À parir des résulas obenus, les conclusions de ce documen de ravail seron comparées avec celles de Méree. Mais d abord, un bref survol de l éude de Méree permera d en comprendre les enjeux. 2

15 REVUE DE LA LITTÉRATURE 1. REVUE DE LA LITTÉRATURE Nous proposons, dans cee secion, une descripion déaillée de la méhodologie e des résulas de l éude de Marcel Méree. L objecif de cee secion es de permere au leceur de mieux saisir les enjeux de la problémaique développée par Méree. Deux aures éudes raian des dépenses fiscales nees seron égalemen commenées. Le modèle développé par Méree ien compe du gouvernemen fédéral e des gouvernemens provinciaux. Les données pour les dépenses fiscales nees (DFN) du gouvernemen fédéral proviennen de Finances Canada qui les évaluai, en 1995, à 17,9 milliards de dollars. Pour les provinces, l aueur suppose que la DFN représene 52 % des dépenses fiscales nees du fédéral 2, soi 9,2 milliards de dollars. La même méhodologie a éé uilisée pour exraire les rois composanes des DFN : l exonéraion fiscale sur les conribuions, l exonéraion fiscale sur les revenus de placemen e les rerais imposables. À ce effe, le ableau 1 présene les dépenses fiscales nees en 1995 e 1998 pour les deux paliers de gouvernemen confondus. Tableau 1 Dépenses fiscales nees pour les régimes de reraie privés, Canada e provinces (en M$) (en % du PIB) (en M$) (en % du PIB) REER 11,233 1,45 10,617 1,15 Versemens 8,041 1,04 9,758 1,06 Revenus de placemen 5,852 0,76 4,826 0,52 Rerais -2,660-0,34-3,967-0,43 RPA 15,877 2,05 10,571 1,15 Versemens 7,486 0,97 8,018 0,87 Revenus de placemen 15,261 1,97 12,631 1,37 Rerais -6,870-0,89-10,078-1,09 Toal 27,110 3,5 21,243 2,3 2 Cee hypohèse es basée sur les ravaux de Treff e Perry (1997). 3

16 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE Pour racer l évoluion des DFN, Méree a développé son propre modèle de cycle de vie qui projee le profil d épargne e de décaissemen des acifs de reraie de différenes cohores, sous conraine que l avoir déenu par celles-ci soi enièremen décaissé au momen du décès. La méhodologie développée par l aueur repose sur différenes éapes. D abord, à parir des données du ableau 1 e à l aide du aux marginal d imposiion e du aux de rendemen effecifs en 1995, Méree dérive les versemens oaux, les rerais oaux e l avoir oal pour Pour réparir les versemens e les rerais en foncion de l âge, l aueur uilise la répariion des versemens e des rerais calculés par le modèle de simulaion de poliique sociale de Saisique Canada, à l aide de la base de données du même nom. Pour palier au manque d informaion sur la répariion de l avoir moyen enre les ranches d âge, l aueur consrui sa propre répariion de l avoir moyen. Pour ce faire, la répariion des rerais e des versemens pour 1995 es uilisée afin de projeer le profil d épargne e de décaissemen au cours de l exisence d une cohore ypique 3. Les données obenues (l avoir varie selon l âge moyen de la cohore) permeen de consruire une répariion de l avoir qui sera appliquée à l avoir oal de Pour projeer les DFN, l aueur suppose que le versemen moyen de chaque ranche d âge évolue au ryhme de la croissance anicipée de la producivié per capia. Pour les cohores qui aeignen l âge adule avan 2022, les rerais son évalués à parir de la conraine budgéaire de chacune des cohores. L avoir moyen es foncion des versemens fais, des rerais réalisés e du rendemen qui s applique sur l avoir de la période précédene. Pour les aures cohores, l aueur suppose que les rerais e l avoir son indexés au ryhme de la croissance de la producivié per capia. Méree fai l hypohèse que le aux de rendemen sur l avoir diminue faiblemen dans la première moiié de la période éudiée pour ensuie augmener dans le seconde moiié. Égalemen, l aueur suppose que le aux marginal d imposiion combiné fédéral-provincial sur les rerais es inférieur de 5 % à celui qui s applique sur les versemens e les revenus de placemen. Les projecions de long erme du PIB proviennen d une éude anérieure coréalisée par l aueur 4. Dans cee dernière, les aueurs proposen une croissance du PIB réel per capia inférieure de 0,2 % aux prévisions d un scénario à srucure consane (sans vieillissemen de la populaion). Enfin, les projecions démographiques de 1995 à 2160 pour le Canada proviennen de cee même éude. 3 4 Cee projecion es faie sous conraine que l avoir déenu par la cohore considérée soi enièremen décaissé au momen du décès. Fougére e Méree (2000a) 4

17 REVUE DE LA LITTÉRATURE Le modèle de Méree prévoi que les dépenses fiscales nees, qui représenaien un coû pour le gouvernemen équivalan à 3,5 % du PIB en 1995, deviendron un gain qui équivaudra à 2 % du PIB vers Les DFN diminuen rapidemen après 2010 pour les RPA e après 2020 pour les REER. Elles deviennen négaives pour les deux régimes dans la roisième décennie du siècle présen. Le reard du régime individuel (REER) se jusifie, selon l aueur, par l immaurié du régime acuel. Fai à noer, chaque composane évolue d une manière différene. D abord, la pere de revenus associée à l exonéraion des conribuions demeure modese e sable sur l horizon projeé. D aure par, l exonéraion des revenus de placemen resera imporane, mais sa par relaive diminue avec le emps. Enfin, les revenus découlan de l imposiion des rerais augmenen rapidemen dans les deux régimes pour aeindre environ 4 % du PIB en D aures aueurs, inspirés par les résulas de Méree, on éudié l impac du vieillissemen démographique sur le décaissemen des acifs de reraie. Robbins e Veall (2002) évaluen les bénéfices qu apporeron les rerais imposables aux REER e aux RPA, en supposan que les coisaions aux régimes de reraie prennen fin en 2001 e que les acifs déenus alors son imposés. Les données uilisées par les aueurs proviennen d une enquêe de Saisique Canada 5 réalisée en 1999 sur l épargne-reraie privée des ménages dans les régimes de reraie (REER e RPA). En supposan un aux d imposiion de ving pour cen, Robbins e Veall évaluen les renrées fiscales provenan des acifs de reraie à 375 milliards de dollars pour le gouvernemen fédéral e les gouvernemens provinciaux en De fai, l analyse de Robbins e Veall es incomplèe puisqu elle néglige le coû fiscal des coisaions fuures e des revenus de placemen sur les acifs de reraie. Brown (2002) uilise une méhodologie peu convenionnelle pour projeer les dépenses fiscales nees au Canada. En effe, l aueur suppose que ous les Canadiens âgés de 20 à 64 ans coisen 1 $ à un régime de reraie (RPA e REER confondu) e que ces coisaions génèren un rendemen annuel de 7 %. Lorsque les Canadiens aeignen 65 ans, la somme déenue perme d acquérir une rene consruie de façon à permere le décaissemen oal de l avoir au décès des individus. Le aux d imposiion appliqué aux rois composanes (versemens, rerais e revenus de placemen) es fixé à 40 %. L aueur es conscien que l hypohèse sur les coisaions aux régimes de reraie es irréalise puisque la disribuion des versemens n es pas homogène pour oues les ranches d âge comprises enre 20 e 64 ans. Pour corriger cee lacune, Brown compare l écar de ses prévisions avec les données réelles fournies par Finances Canada enre 1991 e Par la suie, les prévisions de l aueur son corrigées en 5 Saisique Canada (2001), Enquêe sur la sécurié financière 5

18 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE considéran l écar moyen de 1991 à 1995 enre les prévisions du modèle e les données réelles. Une fois les ajusemens fais, le modèle de Brown prévoi que les régimes de reraie, qui représenaien une pere de 14,9 milliards de dollars en 1991, deviendron un gain de 15,5 milliards vers Bien qu inéressane, cee analyse repose sur une méhodologie de simulaion moins précise que celle développée par Méree. En résumé, cerains aueurs prévoien que le vieillissemen démographique s accompagnera au Canada d une augmenaion imporane des renrées fiscales des rerais imposables des régimes de reraie. Marcel Méree va encore plus loin en défendan l idée que la variaion, en pourcenage du PIB, enre 2000 e 2050 des DFN sera suffisane pour acquier la oalié de l augmenaion des dépenses de sané prévue, en plus de financer une diminuion des impôs sur le revenu à moyen e long erme. Une elle vision de l avenir pourrai amener les auoriés à ne prendre aucune acion à cour erme pour faire face aux coûs du vieillissemen. Nore objecif es donc de confirmer ou d infirmer la endance anicipée par Méree pour mieux éclairer les prises de décision des gouvernemens. 6

19 SOURCES DE DONNÉES ET PROJECTION 2. SOURCES DE DONNÉES ET PROJECTION L objecif de ce documen de ravail es de développer une méhodologie qui permera de suivre le profil d épargne de différenes cohores dans les régimes de reraie privés. Pour rendre possible une elle âche, ceraines données son nécessaires : les projecions démographiques, les versemens, les rerais e l avoir. La présene secion défini la provenance de ces données, les modificaions apporées à celles-ci e la règle de projecion proposée Projecions démographiques e cohores Par définiion, une cohore regroupe une série d individus au sein d un inervalle d âge précis don un comporemen spécifique es analysé au cours d une période définie. La consrucion des différenes cohores e la projecion de leur populaion respecive s effecue en plusieurs éapes. L exercice es basé sur les projecions démographiques de l Insiu de la saisique du Québec (ISQ) qui projee, jusqu en 2050, l évoluion de la populaion québécoise par ranches d âge de cinq ans : 0-4 ans, 5-9 ans,, ans e 95 ans e plus. La première éape consise à consruire les différenes cohores en enan compe de l âge des individus en Ainsi, on supposera que la cohore équivau à la ranche d âge des ans du scénario démographique en 1999 ; la cohore 85-89, les ans en L éude ien égalemen compe des individus qui ne son pas encore nés en Pour évier la confusion, ces cohores seron définies par une appellaion négaive : la cohore - 4 à 0 - ans regroupe les individus qui auron ans en 2004, la cohore - 5 à - 9, ceux qui auron ans en 2009, ec. Au oal, 28 cohores son dérivées à parir du scénario démographique de l ISQ. Une fois les cohores définies, l évoluion de leur populaion respecive es projeée. Soi n, la populaion de la cohore g pour la période. Par souci de simplicié, la méhodologie sera précisée à l aide d un exemple concre qui s applique à l ensemble des cohores. Soi la cohore qui équivau à la ranche d âge des ans dans le scénario démographique de l ISQ en Par déducion, on sai qu en 2004, la cohore équivaudra à la ranche d âge des ans dans les projecions démographiques de l ISQ. Enre 1999 e 2004, la cohore se composera de deux ranches d âge du scénario démographique : les ans e les ans. Pour suivre l évoluion de la populaion de la cohore duran cee période, on calcule d abord la différence enre la populaion de la ranche d âge des ans en 1999 e celle des ans en 2004 du scénario démographique de l ISQ. Cee différence représene le solde démographique de cee cohore duran cee période. Enre 1999 e 2004, on supposera que la variaion annuelle de la populaion de la 7

20 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE cohore représene 20 % de ce solde. En 2004, la populaion de la cohore équivaudra à celle de la ranche d âge des ans du scénario démographique de l ISQ. Cee méhodologie pose ouefois problème lorsque la cohore aein 95 ans e plus, soi la dernière ranche d âge définie par le scénario démographique de l ISQ. Dans nore exemple, ce seuil sera aein par la cohore en Comme l espérance de vie d une cohore n es pas éernelle, une méhodologie es proposée afin de permere le décès graduel des membre d une cohore après 95 ans. Cee méhodologie es basée sur l espérance de vie des 95 ans e plus, évaluée à environ 2,5 ans par l ISQ. On fai donc l hypohèse que l exincion d une cohore qui aein le groupe d âge de 95 ans sui une disribuion uniforme, c es-à-dire que 20 % de cee cohore s éein à chaque année pendan 5 ans. Dans nore exemple, ceci équivau à dire que la populaion de la cohore aura complèemen disparu en L annexe 1 présene les projecions démographiques des 28 cohores considérées jusqu en Composiion de l avoir Pour simuler l évoluion de l exonéraion fiscale sur les revenus de placemen, il es nécessaire de projeer l avoir de chaque cohore dans les deux régimes de reraie. Dans son éude, Marcel Méree ne disposai d aucune informaion sur la répariion de l avoir selon l âge dans les régimes de reraie. L aueur avai consrui sa propre répariion de l avoir (basée sur celle des versemens e des rerais) à l aide des données de 1995 de Finances Canada sur les DFN. Dans le cas présen, les données uilisées proviennen d une enquêe de Saisique Canada 6 réalisée en 1999 sur la sécurié financière e l épargnereraie privée des ménages. Cee enquêe présene la disribuion de l avoir moyen des ménages québécois dans les deux régimes de reraie (REER e RPA) enre différens groupes d âge : 0-14 ans, ans,, ans e 75 ans e plus. Les données sur l avoir moyen incluen égalemen la valeur de la conribuion de l employeur au RPA. Comme Saisique Canada ne publie aucune informaion sur la répariion de l avoir moyen pour les 75 ans e plus, un modèle a éé consrui afin d esimer l avoir moyen de ces ranches d âge. L annexe 2 présene une descripion de la méhodologie employée pour esimer l avoir moyen des ans, des ans, des ans, des ans e des 95 ans e plus dans les deux régimes de reraie. De même, l absence de données pour les moins de 25 ans nous incie à faire l hypohèse que ces ranches d âges n on pas d acifs de reraie. 6 Saisique Canada (2001), Enquêe sur la sécurié financière 8

21 SOURCES DE DONNÉES ET PROJECTION Les données de Saisique Canada présenen la disribuion de l avoir moyen par ménage. Or, le modèle développé par le MFQ race l évoluion des individus pluô que l évoluion des ménages. Pour les rendre uilisables, les données sur l avoir moyen son ajusées pour refléer le profil d épargne moyen par individu 7. Le ableau 2 présene la répariion de l avoir moyen par individu en foncion de l âge e du régime de reraie en Tableau 2 Avoir moyen dans les régimes de reraie privés par ranche d âge en 1999 (en dollars par individu) REER RPA Toal 0 14 ans n.d. n.d. n.d n.d. n.d. n.d n.d. n.d. n.d (1) (1) (1) (1) 95 e (1) (1) Approximaion du MFQ source : Finances Canada Pour les années suivanes, l avoir moyen de chaque cohore, dans chacun des régimes de reraie, sera foncion des versemens, des rerais e du rendemen généré. Cee méhodologie sera présenée plus en déails dans le prochain chapire. 7 Selon les données de l ISQ, un ménage se compose en moyenne de 1,83 individus de 20 ans e plus 9

22 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE 2.3. Versemens La projecion de l exonéraion fiscale découlan des versemens aux deux régimes de reraie se base sur les données du documen Saisiques fiscales des pariculiers - Année d imposiion 1999 publié par le MFQ 8. Le documen nous fourni, pour chaque ranche d âge, le versemen moyen à un REER e à un RPA. Des hypohèses son posées pour deux ranches d âge : les 65 ans e plus e les moins de 20 ans. Pour les 65 ans e plus, on suppose que la oalié des versemens aux REER ou aux RPA proviennen de la ranche d âge des ans. En effe, selon la loi de l impô sur le revenu, les individus peuven coiser à un REER ou à un RPA jusqu à l âge de 69 ans. Pour les moins de 20 ans, on suppose que seuls les personnes faisan parie de la ranche d âge des ans versen des sommes d argen. Le versemen de l employeur au RPA es compabilisé à l impô des pariculiers puisqu il es supposé que ce versemen équivau à un avanage social pour l employé. Nous supposons que la conribuion de l employeur équivau à 1,5 fois le monan moyen versé par l individu au RPA 9 (défini à parir du documen Saisiques fiscales des pariculiers). Le ableau 3 présene les versemens moyens par ranche d âge dans les deux régimes de reraie en À parir des données de 1995, Méree avai consrui, à l aide du modèle de simulaion de poliique sociale de Saisique Canada e de la base de données du même nom, sa propre répariion des versemens en foncion de l âge. Selon Saisique Canada (2003), les coisaions des employeurs représenaien 63,7 % des coisaions oales aux RPA en

23 SOURCES DE DONNÉES ET PROJECTION Tableau 3 Versemen moyen dans les régimes de reraie privés par ranches d âge en 1999 (dollars par individu) REER RPA 0-14 ans n.d. n.d ,56 3, ,96 58, ,93 199, ,67 312, ,59 413, ,84 528, ,23 634, ,52 626, ,95 369, ,20 127, ,32 35, n.d. n.d n.d. n.d n.d. n.d n.d. n.d n.d. n.d. 95 e plus n.d. n.d. Source : Saisiques fiscales des pariculiers Année d imposiion 1999 Le versemen moyen pour 2000 e 2001 provien égalemen du documen Saisiques fiscales des pariculiers. Pour les années suivanes, le versemen moyen de chaque ranche d âge évolue au ryhme du salaire moyen 10. Les prévisions de ce indicaeur proviennen des ravaux réalisés par la Direcion de l analyse macroéconomique du MFQ. En plus de croîre au ryhme du salaire moyen, les versemens suiven l évoluion des cohores à ravers le emps. Par définiion, c R représene le versemen moyen à un REER de la cohore g pour la période, andis que c P représene le versemen moyen à un RPA de la cohore g pour la période 11. Pour un individu âgé de 20 ans en 1999, le versemen moyen à un RPA en 2004 (c P 20-24,2004) correspondra au versemen moyen du groupe d âge des ans de 1999 indexé jusqu en 2004 au ryhme du salaire moyen. Enre 1999 e 2004, la méhodologie permean le suivi des cohores es Dans le modèle de Méree, le versemen moyen évolue au ryhme de la producivié per capia. Par convenion, l exposan R réfère au REER, andis que l exposan P réfère au RPA. 11

24 IMPACT DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE SUR L IMPÔT PRÉLÉVÉ SUR LES RETRAITS DES RÉGIMES PRIVÉS DE RETRAITE la même que celle uilisée pour projeer la populaion des cohores. L annexe 3 présene la projecion du versemen moyen des 28 cohores jusqu en Rerais La projecion du gain fiscal découlan de l imposiion des rerais repose sur une méhodologie spécifique qui ien compe de l imporance des acifs de reraie. Le prochain chapire présenera la méhodologie propre à chacun des régimes de reraie. 12

25 MÉTHODOLOGIE DE SIMULATION 3. MÉTHODOLOGIE DE SIMULATION Mainenan que les hypohèses sur les données son formulées, le présen chapire décri la méhodologie permean le suivi du profil d épargne des différenes cohores dans les régimes de reraie privés. Cee éape permera de générer les composanes des dépenses fiscales nees pour, ainsi, obenir les résulas souhaiés RPA Pour les RPA, l analyse es basée sur un individu représenaif, an e aussi longemps que l âge médian de la cohore es inférieur à 58 ans. Le profil d épargne dans un régime de pension agréées (RPA) se défini ainsi : a P g, où, a c P g, P + π * a P P = a = avoir moyen à un RPA de la cohore g à la période, = coisaion moyenne à un RPA de la cohore g à la période, π = aux de rendemen. 1 2 c P g, + c P, (3.1) Comme l indique l équaion (3.1), l individu représenaif coise à un RPA, mais ne reçoi aucune presaion au cours de cee période. Le aux de rendemen nominal π, qui es posulé égal à 6,5 % (aux de rendemen réel de 4,5 % e aux d inflaion de 2,0 %), pore sur l avoir de la période -1 e sur la moiié du versemen au RPA (individu e employeur). L avoir pour la période équivau à l avoir de la période -1, auquel on ajoue le rendemen e le versemen. En muliplian, à chaque année, les revenus de placemen e la coisaion moyenne par la populaion de chaque cohore, on obien les versemens oaux e le rendemen oal pour chaque cohore e, conséquemmen, pour l ensemble de la populaion. Pour les fins de l exercice, le décaissemen de l avoir provenan d un RPA débue au momen où la cohore aein l âge médian de 58 ans (une parie des membres de la cohore son alors âgés de 60 ans). En fai, les presaions d un RPA son versées à la reraie : dans cee analyse, nous supposons que les individus prennen leur reraie à 60 ans. Conrairemen aux REER, le décaissemen des acifs déenus dans un RPA avan la période de la reraie (noammen dans l évenualié d une cessaion d emploi) es limié dans bon nombre de régimes de reraie. Par conséquen, aucun rerai n es considéré 13

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION *

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * Alexis Direr (1) Version février 2008 Docweb no 0804 Alexis Direr (1) : Universié de Grenoble e LEA (INRA, PSE). Adresse : LEA, 48 bd Jourdan 75014 Paris. Téléphone

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Mémoire Emmanuel Hamel Maîrise en acuaria Maîres ès sciences (M.Sc.) Québec, Canada Emmanuel Hamel, 03 Résumé

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES Thomas Jeanjean To cie his version: Thomas Jeanjean. CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES. 22ÈME

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON Ibrahima Soumare To cie his version: Ibrahima Soumare. LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie Copules e dépendances : applicaion praique à la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur non vie David Cadoux Insiu des Acuaires (IA) GE Insurance Soluions 07 rue Sain-Lazare, 75009 Paris FRANCE

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels.

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels. L impac de l acivisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Invesisseurs Insiuionnels. Fabrice HERVE * Docoran * Je iens à remercier ou pariculièremen Anne Lavigne e Consanin Mellios

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette No 2000 02 Janvier Le passage des reraies de la répariion à la capialisaion obligaoire : des simulaions à l'aide d'une maquee Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 2000-02 TABLE DES MATIÈRES Résumé...

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

Sur les Obligations Convertibles à Option Retardée de Remboursement Anticipé au Gré de l Émetteur 1

Sur les Obligations Convertibles à Option Retardée de Remboursement Anticipé au Gré de l Émetteur 1 ur les Obligaions Converibles à Opion Reardée de Remboursemen Anicipé au Gré de l Émeeur F. ANDRE-LE POGAMP F. MORAUX florence.andre@univ-rennes.fr franck.moraux@univ-rennes.fr Universié de Rennes I-IGR

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria Jour 10 L'esimaion de la réacion dnamique de l'offre par Colin Thirle e Rober Townsend, Universié de Reading e Universié de Preoria Table des maières Inroducion 1. La héorie de base de la producion e de

Plus en détail

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention République du Cameroun Paix - Travail - Parie Universié de Yaoundé I Faculé des sciences Déparemen de Mahémaiques Maser de saisique Appliquée Republic of Cameroon Peace Wor Faherland The Universiy of Yaoundé

Plus en détail

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 Idriss Tchapda Djamen UniversiéClaudeBernardLyon1 Insiu de Science F inancière e d 0 Assurances (ISFA) 1. Résumé. Évaluaion des produis dérivés de

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Rapport annuel 2014-15. Croissance grâce au service et à la collaboration

Rapport annuel 2014-15. Croissance grâce au service et à la collaboration Rappor annuel 2014-15 Croissance grâce au service e à la collaboraion Conenu 1 Fais saillans + Volume oal des aciviés 2 Message de la présidene du conseil d adminisraion 4 Message de la direcrice exécuive

Plus en détail

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT DE L'ÉALUAION DU RISQUE DE CRÉDI François-Éric Racico * Déparemen des sciences adminisraives Universié du Québec, Ouaouais Raymond héore Déparemen Sraégie des Affaires Universié du Québec, Monréal RePAd

Plus en détail

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse Crise de liquidié Piloage du LCR ou du risque de liquidié? Salwa Fariji / Vincen Boisbourdain Salwa Fariji es consulane chez Opus Finance. Diplômée de L ESEC de Barcelone en analyse financière e gesion

Plus en détail

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin*

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin* Théorie de la poliique monéaire : Esquisses d'une refondaion Jean-Paul Pollin* Résumé : Nous nous proposons de rendre compe du renouvellemen de la héorie de la poliique monéaire impulsé par les ravaux

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail