Rémillard c. Coopérative fédérée de Québec 2007 QCCS 4122 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE RICHER, J.C.S.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rémillard c. Coopérative fédérée de Québec 2007 QCCS 4122 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE RICHER, J.C.S."

Transcription

1 Rémillard c. Coopérative fédérée de Québec 2007 QCCS 4122 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : DATE : 24 août 2007 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE RICHER, J.C.S. YVES RÉMILLARD SUZANNE BÉRUBÉ GESTION BÉRUBÉ-RÉMILLARD INC. MICHEL RÉMILLARD Parties demanderesses c. COOPÉRATIVE FÉDÉRÉE DE QUÉBEC Et AGROCENTRE ST-PIE INC. Parties défenderesses JUGEMENT [1] Les deux groupes de demandeurs Rémillard (RÉMILLARD), en tant qu'actionnaires d'agrocentre St-Pie (ST-PIE), réclament de la Coopérative Fédérée de Québec (COOP) le paiement de leurs actions ( $ chacun), en vertu d'une clause de rachat forcé incluse dans la convention d'actionnaires (P-2, clause 24). [2] La COOP conteste l'objection de la partie demanderesse basée sous l'article 2863 C.c.Q. (on ne peut, par preuve testimoniale, contredire un écrit valablement fait); JR0926

2 PAGE : 2 elle conteste notamment l'application littérale de cette clause de rachat forcé et invoque le droit d'établir la volonté véritable des parties lors de la rédaction de cette clause en raison de l'absurdité, de l'injustice et du caractère non commercialement raisonnable qui en résulte. [3] La défenderesse ST-PIE estime avoir été poursuivie abusivement et sans droit et elle réclame un dédommagement équivalent aux honoraires encourus pour se défendre et pour participer à toute la durée du procès, soit : ,10 $ POINTS EN LITIGE [4] Décider de l'objection prise sous réserve (2863 C.c.Q.); [5] Y a-t-il lieu de passer outre à la lettre claire de la convention?; [6] Les formalités essentielles au rachat des actions sont-elles accomplies?; [7] La réclamation de la partie demanderesse est-elle bien fondée?; [8] La poursuite introduite contre ST-PIE était-elle abusive et la demande reconventionnelle amendée de ST-PIE ( ,10 $) est-elle bien fondée en faits et en droit? FAITS [9] Avant l'introduction des procédures, les demandeurs sont tous actionnaires enregistrés de ST-PIE et détiennent 50 % de la société, alors que la COOP détient l'autre 50 % des actions. [10] En 1990, la société de gestion familiale de Monsieur Yves Rémillard, Gestion Bérubé-Rémillard inc. (G.B.R.), dont les actions appartenaient à Yves Rémillard et à son épouse Suzanne Bérubé, détient 20 % des actions de ST-PIE et un autre associé, Jacques Blouin, en détient 30 %. [11] En 1999, Jacques Blouin annonce son intention de se retirer en tant qu'actionnaire de ST-PIE et il offre à Yves Rémillard, qui travaille activement pour ST-PIE depuis de nombreuses années, de faire l'acquisition de ses actions. [12] Yves Rémillard propose alors de joindre son cousin Michel Rémillard comme nouvel associé, pour qu'à eux deux ils puissent se porter acquéreur de 50 % des actions de ST-PIE.

3 PAGE : 3 [13] La COOP est favorable à cette idée d'accueillir Michel Rémillard comme nouvel associé dans ST-PIE mais, pour permettre à ce dernier d'acheter les actions, un nouveau montage financier s'avère nécessaire puisqu'il ne bénéficie pas d'un capital suffisant. [14] Ce montage financier préparé par le vérificateur de ST-PIE, Monsieur Bernard Forget (FORGET), a notamment pour effet de transformer toutes les actions déjà existantes de G.B.R. en actions privilégiées non votantes et de les geler pour un certain nombre d'années. La durée peut varier en fonction des données, telles la moyenne des profits nets après impôts des trois dernières années, l'état du rachat des actions privilégiées détenues par les actionnaires, etc. [15] Le 12 mars 1999, après de longues et difficiles négociations qui durent de neuf heures du matin jusqu'à plus de minuit, les parties signent une convention d'actionnaires qui règle d'une part le prix d'achat des actions de Jacques Blouin par les RÉMILLARD et, d'autre part, la nouvelle convention d'actionnaires entre la COOP et les RÉMILLARD, notamment la clause dite «deal breaker» qui a failli faire achopper la signature de l'entente, soit la clause du rachat forcé par la COOP (clause 24 de P-2). [16] Les actions émises et libérées à la suite de cette nouvelle entente sont les suivantes : Yves Rémillard ordinaires Suzanne Bérubé ordinaires Michel Rémillard ordinaires Michel Rémillard privilégiées «F» Michel Rémillard par l'intermédiaire de L.B.G privilégiées «F» COOP ordinaires COOP privilégiées «E» G.R.B privilégiées «E» Les RÉMILLARD détiennent le même nombre d'actions ordinaires que la COOP, soit [17] Dans les mois qui suivent la signature de P-2, les demandeurs travaillent fort à augmenter la rentabilité et les profits nets de l'entreprise et ils réussissent très bien en améliorant leurs techniques de ventes, en rationalisant et en mettant les bouchées doubles.

4 PAGE : 4 [18] Les états financiers de ST-PIE, pour les années 1999, 2000, 2001 et 2002, au 31 août (P-5), nous démontrent une augmentation constante des bénéfices nets : $ $ $ $ Les profits nets ont presque triplé (2.845 fois) entre 1999 et [19] À deux reprises, soit au cours de l'automne 2001 et au printemps 2002, Yves Rémillard avise le représentant de la COOP au conseil d'administration de ST-PIE, Monsieur André Mercure (MERCURE), du fait qu'il est épuisé et il lui propose d'intéresser dès lors une tierce personne compétente à se familiariser avec les fonctions reliées à la tâche de la direction de ST-PIE, en vue de préparer la relève. MERCURE le décourage totalement d'envisager une telle approche. [20] Le 27 février 2003, les demandeurs se prévalent des dispositions de la clause de rachat forcé, soit la clause 24 de l'entente P-2, et ils réclament $ en conséquence du calcul prévu à cette clause, soit en fonction de la moyenne des profits nets après impôts des trois dernières années (re : états financiers de ST-PIE, P-5). [21] Les actionnaires Yves et Michel Rémillard n'ont pas exercé leur droit de premier refus prévu à la convention, de sorte que la demande de rachat forcé devait être effectuée par la COOP, au plus tard le 27 juin [22] Le 25 juin 2003, à 10h30 de l'avant-midi, la COOP est mise en demeure (P-6) de se présenter au cabinet des procureurs des demandeurs, le 27 juin 2003 à 10h00 de l'avant-midi, pour donner suite à la demande de rachat forcé. [23] Le 25 juin 2003, les procureurs de la COOP font parvenir aux procureurs des demandeurs un projet de convention de vente qui établit la valeur de rachat des actions à ,50 $ et qui les invite à une séance de clôture le vendredi, 27 juin [24] La COOP fait défaut de se présenter à la convocation du 27 juin 2003 et elle fait également défaut de payer le prix des actions, tant celui réclamé que celui offert dans la défense. Quant aux demandeurs, ils ne se présentent pas à la séance de clôture convoquée par la COOP. [25] Le 27 juin 2003, les demandeurs démissionnent à titre d'administrateurs, officiers et employés de ST-PIE. Ils signent leur requête en homologation d'une transaction, laquelle demande notamment de constater et déclarer l'obligation de la COOP de payer à Yves, Suzanne et GBR la somme de $ et à Michel et LBG la somme de $.

5 PAGE : 5 [26] Le 14 juillet 2003, la partie demanderesse amende sa requête une première fois; par cet amendement, elle joint ST-PIE à titre de défenderesse, notamment, comme «l'alter ego» de la COOP et elle réclame une ordonnance de sauvegarde, notamment pour qu'il soit ordonné à la COOP de payer les salaires aux demandeurs Yves et Michel Rémillard, depuis le 27 juin 2003 et de continuer jusqu'à ce que la somme de ,50 $ ait été versée aux demandeurs et d'ordonner à la COOP et ST-PIE de payer à la partie demanderesse, dans les cinq jours du jugement, ,50 $ pour les actions des demandeurs, sous réserve des droits des parties quant au surplus réclamé. [27] ST-PIE n'a pas consenti à payer la somme offerte par la COOP et la demande de sauvegarde a été refusée. Il en résulte que la partie défenderesse n'a jamais versé les ,50 $ qu'elle reconnaît devoir à titre de rachat des actions de la partie demanderesse, suivant son calcul et son interprétation de la clause 24 de P-2. [28] La partie demanderesse a de nouveau amendé sa requête en homologation, notamment pour rectifier le montant de la valeur de rachat des actions de la partie demanderesse à $, à la suite d'une erreur de calcul, ainsi que pour retirer les mesures de sauvegarde et d'ordonnances provisoires du paragraphe 44 a) à i) inclusivement. [29] Les conclusions présentement recherchées sont les suivantes : «1. ACCUEILLIR la présente requête; 2. CONSTATER et DÉCLARER qu'une obligation est née ( ) et une transaction est intervenue conformément à l'article 24 de la Convention et qu'en conséquence : a) les demandeurs ont vendu toutes leurs actions de St-Pie à la défenderesse le 27 juin 2003, à 10h00 de l'avant-midi, et ont rempli toutes les autres obligations relatives à cette vente; b) la défenderesse s'est engagée à payer à Yves, Suzanne et GBR la somme de ,00 $ et à Michel et LGB la somme de ,00 $; 3. ORDONNER à la défenderesse d'exécuter en nature ses obligations selon la Convention, soit : 1 de payer aux demandeurs les sommes susdites avec intérêts au taux légal plus l'indemnité prévue à l'article 1619 du Code civil à compter du 27 juin 2003;

6 PAGE : 6 2 de libérer les demandeurs des endossements donnés à la Banque de Montréal, conformément à l'article 28 de la Convention; 4. DONNER ACTE des démissions présentées par les demandeurs, de la remise des certificats d'actions privilégiées endossés et de la disponibilité des demandeurs pour endosser et remettre les certificats d'actions ordinaires lorsque ceux-ci leur auront été remis par la défenderesse, conformément à l'article 28 de la Convention; 5. HOMOLOGUER à toutes fins que de droit et pour valoir jugement final l'obligation née et la transaction intervenue le 27 juin 2003, à 10h00 de l'avantmidi, entre les demandeurs, d'une part, et la défenderesse, d'autre part; 6. ORDONNER aux parties à la présente instance de se conformer aux obligations qui leur sont imposées par la Convention; 7. ( ) 8. ( ) a) ( ) b) ( ) c) ( ) d) (...) e) (...) f) (...) g) ( ) h) ( ) i) ( ) j) ( ) 9. RENDRE toutes autres ordonnances provisoires ou définitives qu'il estimera pertinentes; 10. RÉSERVER tous les autres droits des demandeurs; 11. ( )

7 PAGE : ORDONNER l'exécution provisoire de toutes décisions en cette cause, nonobstant appel; 13. ( ) LE TOUT avec dépens.» [30] Lors de leur plaidoyer, les procureurs de la partie demanderesse ont demandé au Tribunal d'ordonner l'exécution provisoire de la somme de ,50 $, vu l'aveu judiciaire de la COOP à l'effet que cette somme est due. DISCUSSION 1- OBJECTION GÉNÉRALE À LA PREUVE (re : 2863 C.c.Q.) [31] La partie demanderesse s'objecte à ce que la COOP puisse mettre en preuve les circonstances entourant la conclusion de l'entente P-2 et elle s'oppose plus particulièrement à ce qu'elle produise les projets d'ententes antérieurs, soit les pièces P-13 à P-16, lesquelles ne sont pas signées par les parties. Le Tribunal entend maintenir l'objection pour les raisons suivantes. [32] La partie demanderesse invoque l'article 2863 C.c.Q., lequel se lit comme suit : «2863. Les parties à un acte juridique constaté par un écrit ne peuvent, par témoignage, le contredire ou en changer les termes, à moins qu'il n'y ait un commencement de preuve.» [33] Dans les faits, la partie demanderesse s'objecte à la production de ces pièces ainsi qu'à tout témoignage ayant pour but de mettre en preuve les circonstances entourant la signature de l'entente P-2, clause 24, pour rechercher l'intention des parties. La demande soutient que le Tribunal doit s'écarter de tous les éléments de preuve se rapportant aux éléments suivants, en application de l'article 2863 C.c.Q. : les négociations et pourparlers ayant précédé la signature de la convention P-2; les divers projets non signés par les parties, quant à la clause de rachat forcé; l'intention des parties, quant à la clause de rachat forcé; toute autre preuve testimoniale dont l'objectif est de contredire les termes de la clause 24 de la convention P-2. [34] La clause 24 se lit comme suit :

8 PAGE : 8 «Achat forcé par CFQ des actions du GroupeYves-Suzanne et du Groupe Michel 24 Malgré toute disposition contraire ou incompatible, mais sous réserve de l'article 25 des présentes, CFQ devra acheter ou faire acheter toutes les actions de toute catégorie que ce soit détenues par toutes les personnes, partie d'un Groupe d'actionnaires (ci-après appelé aux fins du présent article 24 le "Groupe d'actionnaires vendeur") si celles-ci en font la demande ensemble mais jamais l'une sans les autres, au moyen d'un avis écrit à cet effet transmis à CFQ, dont une copie doit être également transmise simultanément à l'actionnaire gestionnaire de Groupe de l'autre Groupe d'actionnaires, étant entendu qu'une telle demande devra inclure toutes les actions et non pas moins détenues par chacune de ces personnes partie de ce Groupe d'actionnaires vendeur concerné dans la compagnie, le tout pour une considération totale égale à la fraction que représente le nombre d'actions ordinaires de la Compagnie détenues par toutes ces personnes, partie du Groupe d'actionnaires vendeur concerné par rapport au nombre total des actions ordinaires y compris celles détenues par toute personne, partie d'un Groupe d'actionnaires vendeur concerné, alors émises et en circulation de la Compagnie du produit obtenu en multipliant : 24.1 le résultat obtenu par la multiplication par cinq (5) de la moyenne des profits nets après impôt de la Compagnie de ses trois (3) dernières années financières complétées par la Compagnie; 24.2 par la fraction ayant : comme numérateur le montant prévu au susdit article 24.1; et comme dénominateur la somme obtenue en additionnant ensemble les sommes suivantes, à savoir : les soldes alors dus à CFQ sur le billet de CFQ de $ et sur le billet de CFQ de $; la valeur nominale de toutes les actions spéciales et/ou privilégiées, autres bien entendu que les actions ordinaires, de quelque catégorie que ce soit de la Compagnie, alors émises et en circulation, mais à l'exception des actions privilégiées de catégorie «E», «F» et «G»; la valeur de rachat, soit un dollar (1 $) l'action de toutes les actions privilégiées de catégorie

9 PAGE : 9 «E», «F» et «G» alors émises et en circulation; [35] Les parties reconnaissent que la pièce P-4 A, reproduite ci-après, illustre correctement le calcul du prix de rachat, conformément à la rédaction de la clause 24 : «Calcul du prix selon la clause Nombre d'actions ordinaires détenues par un groupe par rapport au nombre total des actions ordinaires: = En multipliant par : A) le résultat de 5 fois la moyenne des profits nets des 3 dernières années de St-Pie Profits nets ,00 $ Profits nets ,00 $ Profits nets ,00 $ Total ,00 $ La moyenne = ,00 $ 3 = ,00 $ 5 x ,00 $ = ,00 $ B) Par la fraction ayant : a) comme numérateur la somme de ,00 $ et b) comme dénominateur le total de : i) solde dû à CFQ sur billet 0,00 $ ii) valeur de toutes les actions privilégiées autres que les E et F 0,00 $ iii) valeur de rachat des actions E, F et G, soit 1,00 $ par action : CFQ E CBR E

10 PAGE : Résultat pour chaque groupe: Michel F Reer Michel F ,00 $ ,00$ 1 4 x (5 x ,00 $) x (5 x ,00 $) ,00 $ PRIX TOTAL ,00 $ [36] La partie demanderesse invoque plus particulièrement que : la clause 24 est claire, non ambiguë et elle ne prête pas à interprétation. À l'appui de son argument, elle invoque notamment les jugements suivants : Messageries de presse Benjamin inc. c. Publications TVA inc., EYB (C.A.); Alexis Nihon Compagnie Ltée c. Dupuis, [1960] R.C.S. 53; Arno Électrique ltée c. Hydro-Québec International inc., J.E (C.S.); les termes d'un écrit ne deviennent pas ambigus du seul fait que les parties ne s'entendent pas sur leur interprétation. Il faut donc appliquer les termes du contrat et se garder de les contredire sous prétexte d'interprétation; face à un contrat clair, le rôle du juge n'est pas de réécrire le contrat mais de l'appliquer tel quel; [37] Le procureur de la partie demanderesse soutient également que lorsque les termes d'un contrat sont clairs, aucune preuve testimoniale ne peut être reçue pour interpréter le contrat ou pour déterminer ce que les parties avaient l'intention de dire mais que, malheureusement, elles n'ont pas consigné par écrit. [38] De la même façon, la partie demanderesse demande que son objection, en vertu de l'article 2863 C.c.Q., trouve également application eu égard aux interrogatoires des demandeurs, produits en preuve suite à une décision de la Cour supérieure dans le cadre d'objections faites au cours de ces interrogatoires préalables, puisque le juge qui entend la cause au fond n'est pas lié par les décisions intérimaires prises lors de tels interrogatoires. [39] La demande soutient ensuite que l'on ne peut remettre en question l'application ou la validité d'une clause contractuelle sur la base du seul motif de l'erreur économique; à son soutien, elle invoque notamment les jugements suivants : Convergia Networks inc. c. Bell Canada, J.E (C.S.); Besnier c. Solution Maximax inc., J.E (C.Q.).

11 PAGE : 11 [40] La demande soutient également que la partie qui affirme avoir commis une erreur doit se décharger de ce fardeau de preuve. Elle ajoute que l'absence de vision, de la part de la partie qui rédige une clause mathématique dans le cadre d'un rachat d'actions, ne permet pas de plaider l'erreur et, à plus forte raison lorsque l'avocat qui la rédige est assisté de comptables agréés d'expérience ainsi que d'un détenteur de MBA et qu'il bénéficie de plus de la présence d'un c.a. fiscaliste qui s'avère être le vérificateur de ST-PIE. À l'appui de son argument, la demande invoque l'arrêt Courtemanche c. Charland, J.E (C.A.). [41] Enfin, la partie demanderesse soutient que l'on ne peut invoquer l'erreur inexcusable pour remettre en cause l'application d'une clause contractuelle et ce, conformément à l'article 1400 C.c.Q., lequel se lit comme suit : «1400. L'erreur vicie le consentement des parties ou de l'une d'elles lorsqu'elle porte sur la nature du contrat, sur l'objet de la prestation ou, encore, sur tout élément essentiel qui a déterminé le consentement. L'erreur inexcusable ne constitue pas un vice de consentement.» [42] Les arguments invoqués par la COOP sont les suivants : l'absurdité de la réclamation; le caractère déraisonnable de l'application littérale de la clause 24 sur le plan commercial; le fait que les parties n'ont jamais eu l'intention de convenir d'une formule mathématique susceptible de donner de tels résultats, soit une réclamation de quelque 5 millions $, à titre de valeur de rachat des actions de la partie demanderesse, soit près du double de la juste valeur marchande (JVM) de 100 % des actions de ST-PIE. [43] Ces arguments proviennent de la jurisprudence de la Cour Suprême du Canada dans les affaires suivantes : Guardian Insurance Company of Canada c. Victoria Tire Sales Ltd. and Peter Greenberg, [1979] 2 R.C.S., pp. 869 et 870; Guarantee Co. of North America c. Gordon Capital Corp., [1999] 3 R.C.S. 423, pp. 29 à 31 ; Exportations Consolidated Bathurst Limitée c. Mutual Boiler and Machinery Insurance Company, [1980] 1 R.C.S. 888, pp. 901 à 903. [44] Dans chacun des trois arrêts de la Cour Suprême précités, une distinction importante s'impose : il s'agissait d'interpréter une clause d'un contrat d'assurance qui, à sa face même, était ambiguë et susceptible d'interprétations divergentes. Il était donc essentiel de rechercher l'intention des parties pour interpréter la clause en question.

12 PAGE : 12 [45] Dans le cas qui nous occupe, la clause 24 et sa formule mathématique sont très claires et cela est admis par la défenderesse COOP. [46] Quant à l'arrêt plus récent de la Cour d'appel du Québec, soit l'affaire Sobeys Québec inc. c. Coopérative des consommateurs de Ste-Foy, J.E , Madame la juge Bich résume ainsi le litige entre les parties : «[44] Le Sous-bail R-5 ne contient pas, au chapitre de la TINR, la clause de non-déductibilité que comportait le Sous-bail R-22. Il ne contient par ailleurs aucune disposition réglant spécifiquement le sort de cette taxe. Qu'ont donc voulu les parties? Ont-elles ou n'ont-elles pas convenu de la non-déductibilité de cette taxe? C'est là le nœud de l'affaire.» (notre soulignement) [47] Après avoir passé en revue les auteurs Baudouin et Jobin, François Gendron, de même que d'autres auteurs français, Madame la juge Bich résume ainsi la doctrine, lorsque la clause clairement rédigée ne représente pas fidèlement la volonté des parties : «[50] Bref, s'il est vrai que la jurisprudence, comme la doctrine du reste, affirme parfois que l'on n'a pas à interpréter ce qui est clair, il demeure néanmoins que ce qui est ou paraît clair [37] n'est pas toujours exact et peut donc requérir interprétation. L'exercice consistera alors à chercher, à travers mais aussi audelà de la volonté déclarée, la volonté réelle des parties, c'est-à-dire leur véritable intention commune, intention dont il faudra bien sûr faire la preuve.» [48] Elle précise cependant ce qui suit : «[52] Le principe de la primauté de la volonté réelle, que nos tribunaux ont avalisé [38], n'est cependant pas absolu, en ce qu'il n'emporte pas que l'on doive faire totalement abstraction de la lettre du contrat, lorsque celui-ci a été consigné par écrit. L'écrit par lequel les parties choisissent de constater leur entente est, après tout, la première manifestation de leur commune intention. Ce texte, qui doit être envisagé dans sa globalité et son contexte, en fonction de son objet, selon les articles 1426 à 1428 C.c.Q. [39] revêt donc une importance particulière dans l'exercice interprétatif. Comme l'écrivent les auteurs Pineau et Gaudet, il reste que : Le principe posé par l'article 1425 C.c.Q. ne soulève pas de difficultés lorsque les termes utilisés par les parties sont ambigus ou ne peuvent manifestement pas être le reflet de leur commune intention : il est alors logique de chercher, à partir d'indices divers, ce que les parties ont voulu dire plutôt que de s'en tenir à la lettre de leur entente. On précisera cependant que, dans la mesure où les termes du contrat ne sont pas ambigus, on doit évidemment présumer qu'ils sont le fidèle reflet de l'intention véritable des parties. Aussi, dans la mesure où les termes utilisés par les parties ne soulèvent pas de difficultés d'interprétation, le

13 PAGE : 13 juge devra les appliquer sans chercher à les transgresser sous prétexte d'interprétation, à moins qu'on ne réussisse à mettre légalement en preuve des éléments donnant lieu de croire que, malgré l'absence d'ambiguïté des termes utilisés, ceux-ci trahissent - plutôt qu'ils ne traduisent - l'intention véritable des parties. [40].(Les italiques sont de la soussignée.) [53] Ainsi, dans la mesure où une partie réussit à prouver que la volonté réelle des parties ou, si l'on préfère, leur véritable et commune intention, est autre que celle qu'exprime ou paraît exprimer le texte du contrat, c'est alors cette volonté, cette intention, qui doit prévaloir. [54] Or, la preuve de la véritable intention des parties n'est pas toujours facile à faire et elle est même prohibée, en principe, s'il s'agit de contredire l'écrit contractuel ou d'en changer les termes. Les articles 2863 à 2865 C.c.Q. rappellent ainsi que : Les parties à un acte juridique constaté par un écrit ne peuvent, par témoignage, le contredire ou en changer les termes, à moins qu'il n'y ait un commencement de preuve La preuve par témoignage est admise lorsqu'il s'agit d'interpréter un écrit, de compléter un écrit manifestement incomplet ou d'attaquer la validité de l'acte juridique qu'il constate Le commencement de preuve peut résulter d'un aveu ou d'un écrit émanant de la partie adverse, de son témoignage ou de la présentation d'un élément matériel, lorsqu'un tel moyen rend vraisemblable le fait allégué. [55] Comme le notent Pineau et Gaudet : En rapprochant l'article 1425 C.c.Q. des règles du droit de la preuve, on constate que la loi cherche un point d'équilibre entre la volonté déclarée et la volonté réelle, plus qu'elle n'établit la prédominance de l'une sur l'autre. [41] [56] L'article 2863 C.c.Q. énonce une règle qui, toutefois, n'est pas d'ordre public en ce que, d'une part, une partie peut consentir à une preuve qui la contredit et que, d'autre part, elle ne peut être soulevée d'office par le tribunal (article 2859 C.c.Q.). Une partie, par voie d'objection en temps utile, peut toutefois s'opposer à ce que l'autre tente de contredire l'écrit, pour autant que ce dernier soit clair, car s'il ne l'est pas, c'est plutôt la règle de l'article 2864 C.c.Q. qui s'applique alors. En l'absence d'une objection, la preuve contraire à l'article 2863 C.c.Q. est recevable, le plaideur défaillant étant tenu pour avoir renoncé à en invoquer l'illégalité [42]. [57] En l'espèce, aucune objection n'ayant été formulée à l'encontre de la preuve qu'a faite Sobeys, seule demeure la question de savoir si cette dernière a réussi, selon le standard usuel de la prépondérance, à démontrer la véracité de la proposition de fait qu'elle avance, c'est-à-dire qu'elle-même et Coop ont

14 PAGE : 14 convenu que le loyer à pourcentage payable par cette dernière aux termes de l'article 4.2 du Sous-bail R-5 ne comporterait pas de déduction relative à la TINR.» (notre soulignement) [49] Dans la présente affaire, le procureur de la partie demanderesse s'est objecté dès le départ et en temps utile à toute preuve ayant pour effet de contredire la clause 24 de P-2. Vu l'importance de l'objection et la complexité de l'affaire, le Tribunal a choisi de permettre la preuve, sous réserve de l'objection en question, afin de bénéficier d'un éclairage plus complet. [50] Dans l'arrêt Sobeys analysé par Madame la juge Bich, les parties ne s'étaient pas objecté à la preuve de l'intention commune des parties, contrairement à ce qui s'est produit ici. En l'espèce, la COOP a rédigé une clause claire comportant un élément sujet à variation, soit la moyenne des profits nets des trois dernières années au moment de la demande de rachat. La clause 24 ne comporte aucune ambiguïté. [51] La COOP ne pouvait ignorer le risque rattaché à cet aléa, à savoir que les demandeurs pouvaient augmenter leur valeur de rachat en augmentant considérablement les profits nets après impôts. Lors de sa rédaction, le directeur des affaires juridiques de la COOP était assisté de deux comptables agréés de la COOP, habitués à ce genre de convention d'actionnaires ainsi que de DESROCHES, détenteur d'un MBA et représentant de la COOP au conseil d'administration de ST-PIE. Il nous apparaît inexcusable d'invoquer l'erreur dans la préparation de l'équation mathématique lorsqu'une équipe aussi qualifiée et aussi compétente assiste à la rédaction d'une clause de rachat forcé. [52] Les demandeurs ont accepté le défi que représentait cette clause de rachat forcé et ils ont réussi, au-delà de leurs espérances, à presque tripler les profits nets après impôts. Ils n'avaient aucun moyen de connaître cette tournure d'évènements au moment de la signature de l'entente, pas plus que la partie adverse; la COOP a choisi de nier systématiquement la demande des RÉMILLARD (soit la JVM) et de proposer plutôt une formule plus complexe permettant de faire varier la valeur de rachat en fonction de la hausse ou de la baisse des profits nets après impôts. [53] La COOP est victime de son choix. [54] Le fait en soi que la valeur de rachat, calculée conformément à la clause 24, soit élevée n'a pas pour effet de rendre la clause absurde. Il ne faut pas confondre l'absurdité d'une clause en soi avec le résultat d'un calcul ou avec le montant réclamé pour le rachat des actions. Lorsque les profits de ST-PIE doublaient année après année, la COOP en était bien aise en tant qu'actionnaire à 50%, et aucune absurdité n'était alors soulevée.

15 PAGE : 15 [55] Enfin, quant à l'argument du procureur de la COOP à l'effet que la clause 24 serait absurde puisqu'elle deviendrait inapplicable au bout de dix ans, le Tribunal ne peut la retenir puisque, d'une part, cela repose entièrement sur des hypothèses et que, d'autre part, rien ne permet de croire que les profits nets de ST-PIE, tels que générés entre 1999 et 2002, se seraient maintenus au même rythme par la suite. Le marché aurait très bien pu se saturer et les profits auraient pu cesser de s'accroître ou même diminuer. [56] Au moment où la réclamation est faite, l'application de la formule mathématique prévue à la clause 24 donne certes un résultat élevé mais pas illogique puisque les parties ont, d'un commun accord, accepté de mettre de côté la JVM comme base de calcul. Il n'y a donc pas lieu de comparer le résultat de la formule de la clause 24 avec la JVM pour savoir si nous sommes en présence d'une absurdité. [57] Nous sommes ici en présence d'une clause claire et les défenderesses ne peuvent légalement mettre en preuve que la formule utilisée par la COOP est contraire à la volonté qu'elle a imposée à la partie adverse au moment de la rédaction de la clause 24. En fait, la COOP invoque, à toute fin pratique, une erreur inexcusable de sa part; elle n'a pas prévu ou n'a pas vu venir une telle montée des profits nets après impôts, malgré sa batterie d'experts sur place. 2- LE COMMENCEMENT DE PREUVE PAR ÉCRIT [58] Les procureurs de la partie demanderesse invoquent non seulement le bénéfice de l'article 2863 C.c.Q. pendant l'audience mais également à l'égard des interrogatoires (tenus hors cour de Messieurs Yves et Michel Rémillard) produits en preuve au dossier de la Cour. [59] Lors de ces interrogatoires, la partie demanderesse s'est objectée aux questions portant sur l'intention des parties ou les circonstances entourant les négociations, mais ces objections ont été rejetées à l'étape interlocutoire. [60] Le Tribunal n'est pas surpris que ces objections aient été rejetées à cette étape, compte tenu de la complexité du dossier; la soussignée a elle-même pris les objections en vertu de 2863 C.c.Q. sous réserve, lors du procès. De plus, la jurisprudence précise clairement que le juge du procès n'est pas lié par la décision du juge qui a tranché les objections, préalablement au procès. C'était notamment le cas dans les affaires suivantes : Kruger c. Kruger, [1987] R.D.J. 11 (C.A.), p.17; Croteau c. Perreault Mathieu cie Ltée, [1990] R.D.J. 217 (C.A.), pp. 2 et 3; Bow Plastics Limited c. Bern, [1993] R.D.J. 584 (C.A.), pp. 586 et 587. [61] Le Tribunal partage cette interprétation jurisprudentielle et, en conséquence, est d'avis que l'objection invoquée en vertu de l'article 2863 C.c.Q. doit s'appliquer aux

16 PAGE : 16 interrogatoires sur affidavit et au préalable tenus auprès de Messieurs Yves et Michel Rémillard, de sorte que la preuve des circonstances des négociations ainsi que la preuve d'une intention des parties, qui aurait pu être différente de ce qui appert clairement à la clause 24, est inadmissible. Le Tribunal est d'avis que l'on ne peut tenter d'obtenir un aveu d'une partie en faisant fi d'une règle de preuve clairement énoncée par le législateur, à plus forte raison quand cette règle de preuve a été clairement invoquée par la partie demanderesse, comme c'est ici le cas. [62] En conséquence, il n'y a pas ici d'aveu ou admission susceptible de constituer un commencement de preuve par écrit. [63] Enfin, l'objection reliée à l'article 2683 C.c. Q. étant maintenue, les pièces P-13 à P-16 ainsi que les interrogatoires ne peuvent être mis en preuve et le Tribunal ne peut les prendre en considération. 3- L'ERREUR ÉCONOMIQUE [64] Les parties reconnaissent que l'application de la clause 24, telle que rédigée, est correctement illustrée à P-4 A. Ce n'est donc pas la méthode de calcul qui est contestée, mais le résultat du calcul que l'on qualifie «d'absurde», de «non commercialement acceptable» et de «non conforme à la volonté des parties». Ayant déjà exclu l'erreur grossière, le Tribunal est d'avis que, si erreur il y a de la part de la COOP, il ne peut s'agir que d'une erreur économique. [65] Or, cet argument n'a pas été soulevé en défense. Me Linteau s'objecte à cette preuve d'erreur invoquée dans le témoignage de Me Garneau, parce que pris par surprise. La Cour d'appel du Québec a déjà décidé de ce point, dans l'arrêt Compagnie d'assurance American Home et al. c. Banque Canadienne Impériale de Commerce, AZ Dans cette affaire, les appelantes attaquent une conclusion du jugement de première instance au motif que le moyen soulevé n'est qu'une question de droit et que les faits qui y donnent ouverture ont déjà été mis en preuve. [66] Monsieur le juge Gendreau, s'exprimant alors pour la Cour, nous dit ce qui suit : «À mon avis, elles ont tort. Le Code de procédure exige de la partie qu'elle «énonce expressément» à ses procédures écrites «tout fait dont la preuve, autrement, serait de nature à prendre par surprise la partie adverse» (art. 77 C.p.c.). Il fallait donc que les assureurs allèguent l'exclusion partielle dont elles voulaient se prévaloir en précisant, entre autres, la valeur qu'elles estimaient être celle des bâtiments assurés et son évaluation des dommages pour ensuite proposer le pourcentage de la perte et le montant de l'indemnité qu'elles devraient assumer et celui que les intimées devraient supporter. La procédure ne pouvait donc pas conclure au rejet de l'action mais à la réduction de la valeur de la perte. Manifestement, le plaidoyer des appelantes ne contenait rien en ce

17 PAGE : 17 sens. Il ne concluait au bris du contrat d'assurance que pour les seuls moyens que j'ai déjà évoqués et aucun d'eux n'avait quelque relation même indirecte et éloignée avec l'exclusion partielle résultant de l'application de la clause dite de proportionnalité. Les intimées ne pouvaient donc qu'être prises par surprise par le nouveau moyen des appelantes.» [67] De plus, la jurisprudence prévoit qu'un co-contractant ne peut remettre en question l'application ou la validité d'une clause contractuelle sur la base de l'erreur économique. Ce principe est clairement illustré dans les affaires suivantes : Groupe Cliffton inc. c. Solution Réseau d'affaires Meta-4 inc., J.E (C.A.), par. 16 à 20; Avi Financial Corporation (1985) inc. c. Norvergaz inc., REJB , (C.S.), par. 44 à 46; Convergia Networks inc. c. Bell Canada, J.E (C.S.), par. 65 à 79; Lafond c. Pétroles Crevier inc., J.E , (C.S.), par. 63 à 69; Besnier c. Solution Maximax inc., J.E (C.Q.), par. 24 et 25; Réalisation Solidel inc. c. Havre du village international inc., J.E (C.S.), par.16 à 19. [68] Plus particulièrement, dans l'affaire Convergia Network précitée, Madame la juge Nicole Duval Hesler, alors qu'elle siégeait à la Cour supérieure, précisait au paragraphe 65 de son jugement : «[65] In particular, error is not a cause of nullity of a contract when a party overestimates the profit to be derived under it or fails to realize that losses may flow from it. If a party enters into an agreement for economic considerations which turn out to be misconstrued, without having been misled by the other side (and in this case, Convergia told Bell of its intention to act as a reseller), the contract will usually stand.» [69] Et elle poursuit, au paragraphe 67 : «[67] Having given Convergia an incentive to exceed set volumes of purchases, Bell is in no position to complain that Convergia is taking full advantage of that incentive. The same argument applies to blended rates covering both landline and mobile destinations, which create an incentive to use the circuits for mobile destinations, normally more costly than landline ones.» [70] De plus, la Cour d'appel du Québec a déjà établi que l'on n'autorise pas une partie à plaider l'erreur lorsqu'elle a manqué de vision ou lorsqu'elle rejette simplement la transaction intervenue. Notamment, dans l'arrêt Courtemanche c. Charland, J.E , p.18, Madame la juge l'heureux-dubé, écrivant pour la Cour, s'exprimait comme suit : «Au sens des considérations ci-dessus, on ne peut pas parler d'erreur, même unilatérale et subjective, de l'appelant. Ce sont ses projections qui se sont

18 PAGE : 18 révélées fausses, et ce par sa propre faute et négligence : il a compté sur des revenus additionnels, ce qu'il n'avait aucune raison sérieuse de faire étant donné les documents explicites qu'il a pu vérifier et analyser. C'est là que je rejoins le premier juge lorsqu'il dit que les connaissances de l'appelant, comptable agréé et étudiant en droit par surcroît, et son expertise dans le genre de commerce qu'il acquérait, jointes à la faculté qu'il a eue d'examiner les livres et d'obtenir tous les renseignements relatifs aux dépenses comme aux revenus de l'entreprise, ne l'autorisent pas à plaider erreur lorsqu'il "a manqué de vision ou regrette simplement la transaction.» [71] En l'espèce, DESROCHES, MBA, siègait déjà au conseil d'administration de ST-PIE depuis plusieurs années. Il connaissait en Yves Rémillard le jeune vendeur qui, grâce à son travail acharné et à sa détermination, avait franchi tous les échelons pour devenir éventuellement actionnaire et, ultimement, président et directeur-général de ST-PIE. DESROCHES était présent pendant toute la durée des négociations, de même que lors de la signature de la convention. [72] En l'espèce, faut-il le répéter, c'est la COOP qui a imposé sa clause de rachat d'actions aux RÉMILLARD et non pas l'inverse; la preuve démontre que ces derniers n'ont rien fait pour induire la partie défenderesse en erreur. Les RÉMILLARD ont été mis au défi, par une clause très exigeante à leur endroit, et ils l'ont relevé brillamment. Cela fait partie des aléas de la vie économique entre actionnaires. [73] Tel que proposé par Madame la juge Bich dans l'affaire Sobeys, le Tribunal présume que les parties ont voulu les termes de l'entente qu'elles ont signée et plus particulièrement pour la défenderesse COOP qui a elle-même rédigé l'entente par l'entremise de ses experts : un avocat, deux comptables agréés, un détenteur de MBA qui, au surcroît, siège au conseil d'administration de ST-PIE, et connaît les rouages de l'entreprise et sert de lien entre ST-PIE et la COOP. [74] Le Tribunal retient également le fait que la COOP s'est comportée avec une certaine désinvolture, voire une négligence certaine, en ce qu'elle ne s'est pas souciée de faire les simulations nécessaires pour avoir une idée plus précise des résultats possibles de la formule de rachat d'actions qu'elle proposait. [75] De plus, la COOP a adopté une attitude intransigeante dès le départ à l'égard de la partie demanderesse en la prévenant que la clause de rachat d'actions était un «deal breaker», ensuite en exigeant que l'entente se signe au cours de cette séance de négociations et, enfin, en ne laissant aucune place à la possibilité de reporter la séance à un autre jour et en rejetant toute alternative provenant d'éléments proposés par la partie demanderesse, soit la JVM.

19 PAGE : 19 [76] Il nous apparaît clair de l'ensemble de la preuve que la COOP tenait à imposer coûte que coûte sa solution aux RÉMILLARD et que la convention d'actionnaires devait se signer ce jour-là. [77] Trois ans après la clôture de l'entente, il est trop tard pour dire : «Nous avons sous-estimé la capacité des demandeurs de générer des profits nets et, ce faisant, d'augmenter considérablement la valeur de rachat des actions.» Il est également trop tard pour dire : «Nous étions fatigués à cette heure tardive et aurions dû reporter la séance de négociations à un autre jour, tel que le voulait la partie demanderesse.» [78] On a tenté de semer le doute sur la crédibilité de Monsieur Yves Rémillard. Notamment, la COOP soutient que la partie demanderesse était assistée du fiscaliste et vérificateur de ST-PIE, FORGET, pour la conclusion de la clause de rachat forcé. Or, ce n'est pas ce que révèle la preuve. [79] FORGET n'a pas été entendu comme témoin, bien que la COOP l'ait annoncé comme témoin. La preuve révèle qu'en début de journée, il a joué son rôle de fiscaliste pour la conclusion de la première partie de l'entente, soit l'achat des actions de Monsieur Blouin par les RÉMILLARD. Cette partie de l'entente concerne davantage le vendeur (Blouin) et les acheteurs (les RÉMILLARD), quant à la détermination du prix de vente et quant aux aspects fiscaux de cette transaction. La COOP n'est intéressée qu'indirectement à cette partie de l'entente en raison du montage financier d'une part et, d'autre part, en raison de la nouvelle convention d'actionnaires qu'elle souhaite conclure avec les RÉMILLARD, une fois cette première partie accomplie. [80] La présence ce jour-là du fiscaliste FORGET s'explique d'abord et avant tout par la clôture de la vente d'actions de gré à gré (Blouin et les RÉMILLARD) qui s'est déroulée en matinée, et cela en soi justifie que l'état de compte pour honoraires professionnels préparé par FORGET ait été adressé aux acquéreurs des actions, soit les RÉMILLARD, et non pas à la COOP. [81] Contrairement à la COOP, la partie demanderesse n'était pas assistée d'avocat, ni de comptable agréé, ni de détenteur de MBA. La preuve non contredite est à l'effet que la partie demanderesse, ayant jusque là eu confiance dans les services professionnels de FORGET, a demandé à ce dernier de rester sur place au cas où ses services seraient à nouveau nécessaires, relativement à d'autres aspects fiscaux à être traités. De plus, la preuve révèle que FORGET jouissait de la confiance de la COOP qui l'acceptait comme vérificateur annuel de ST-PIE de même que dans quelques-autres Agrocentre dans lesquels elle détient également 50 % des actions; il est admis qu'au moment de l'audition, en juin 2007, FORGET continuait de bénéficier de la confiance de la COOP, en ce qu'il est toujours le vérificateur de ST-PIE.

20 PAGE : 20 [82] Le témoignage très affirmatif et non contredit d'yves Rémillard est à l'effet que la partie demanderesse n'a pas donné mandat à FORGET de les représenter dans le cadre de la négociation serrée qui s'est tenue entre la COOP et la partie demanderesse, le 12 mars 1999, en vue de conclure la convention d'actionnaires (P-2). À une occasion seulement, les RÉMILLARD se sont retirés seuls avec FORGET pour une courte durée, afin de s'assurer qu'ils comprenaient bien le sens de la formule de rachat forcé proposée par la COOP. Yves Rémillard affirme que cette courte suspension des négociations ne leur a pas permis d'effectuer quelque simulation que ce soit. Yves Rémillard a compris le risque que comportait une pareille clause (cinq fois la moyenne des profits nets des trois dernières années, après impôts) et il a compris également qu'il serait impossible de convaincre la COOP de reporter la séance de clôture à un autre jour; aussi, après consultation avec Michel Rémillard, il a accepté de relever le défi. Ce témoignage non contredit nous apparaît digne de foi et le Tribunal le croit. [83] La partie défenderesse a allégué la mauvaise foi de la partie demanderesse, sans toutefois en faire la preuve de quelque façon que ce soit. Or, non seulement la bonne foi se présume, mais l'ensemble des faits et circonstances dans lesquels la demande d'application de la clause de rachat forcé s'est présentée confirme cette présomption de bonne foi de la part de la partie demanderesse. En effet, en 2002, Yves Rémillard constate son état de fatigue après avoir assumé des fonctions beaucoup plus lourdes depuis Dès le début de l'année 2002, Yves Rémillard propose à Monsieur André Mercure (MERCURE) (représentant de la COOP au conseil d'administration de ST- PIE), en présence des représentants des autres Agrocentre, la mise sur pied d'un programme d'intéressement d'une relève. MERCURE rejette cette proposition du revers de la main. Au cours de l'été 2002, Yves Rémillard s'adresse à nouveau à MERCURE pour lui faire part de son état de fatigue et de la nécessité de préparer la relève. Ce dernier lui répond d'oublier cela. Le témoignage non contredit de Monsieur Yves Rémillard est à l'effet qu'à l'automne 2002, son état d'épuisement avait encore progressé, en ce qu'il était «au bout du rouleau». Il a consulté Me Linteau le 12 décembre [84] Le Tribunal est d'avis qu'il ne s'agit pas là d'une attitude de mauvaise foi de la part d'yves Rémillard, bien au contraire; cependant, son associée, la COOP, a refusé de le prendre au sérieux. [85] Enfin, le Tribunal constate que la COOP n'a pas demandé l'annulation de la clause 24, ce qui aurait été essentiel pour passer outre à la volonté clairement exprimée par les parties quant à la clause de rachat des actions détenues par la partie demanderesse. Le Tribunal en conclut que la partie défenderesse est consciente du fait que le type d'erreur qu'elle invoque ne donnerait aucunement ouverture à une demande de résiliation de contrat, même partielle.

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à 01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN Demandeur c. CAISSE D ÉCONOMIE DES POMPIERS DE MONTRÉAL Entreprise L'OBJET DU LITIGE son dossier. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès

Plus en détail

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736 Page 1 Intitulé de la cause : Vakilian c. Directeur des poursuites criminelles et pénales SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant [2012]

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE J U G E M E N T

COUR SUPÉRIEURE J U G E M E N T COUR SUPÉRIEURE Canada PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE N : 705-05-006826-047 DATE : Le 13 septembre 2004 SOUS LA PRÉSIDENCE L HONORABLE MARC BEAUDOIN, J.C.S. DE IMPRIMERIE RÉGIONALE ARL LTÉE et

Plus en détail

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES La convention entre actionnaires est un contrat écrit, conclu entre tous les actionnaires d une entreprise incorporée et régissant les droits, pouvoirs et obligations de ceux-ci

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant :

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant : Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur Identification du requérant Nom, prénom ou raison sociale du requérant : (ci-après appelé le «requérant») Nom du commerce ou de

Plus en détail

OBLIGATIONS ET RESPONSABILITES D'UN ADMINISTRATEUR D'UNE COMPAGNIE EN FAILLITE

OBLIGATIONS ET RESPONSABILITES D'UN ADMINISTRATEUR D'UNE COMPAGNIE EN FAILLITE OBLIGATIONS ET RESPONSABILITES D'UN ADMINISTRATEUR D'UNE COMPAGNIE EN FAILLITE Avis est, par les présentes, donné à d'administrateur d'une compagnie en faillite. de ses obligations et responsabilités à

Plus en détail

La partie poursuivie doit connaître les motifs et l'objet de la demande pour pouvoir se préparer à y répondre à l'audience.

La partie poursuivie doit connaître les motifs et l'objet de la demande pour pouvoir se préparer à y répondre à l'audience. Comment se préparer à une audience Introduction Vous avez produit une demande à la Régie du logement, ou reçu copie d'une demande. Que vous soyez demandeur ou défendeur, il est important de bien se préparer

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» Bossé c. Inspecteur canin inc. 2009 QCCQ 6133 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE LOCALITÉ DE SAINT-JÉRÔME «Chambre civile» N : 700-32-020392-088 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

Plus en détail

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux CONVENTION DE VENTE D'ACTIONS ENTRE LES SOUSSIGNES 1.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cédant ou le vendeur». 2.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cessionnaire ou l'acquéreur». IL EST CONVENU

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» Marionnet c. Ani-Puce 2014 QCCQ 2683 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL LOCALITÉ DE LAVAL «Chambre civile» N : 540-32-025647-122 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» DATE : Le 8 avril

Plus en détail

VOTRE PLAINTE À LA RÉGIE DE L ÉNERGIE GUIDE PRATIQUE À L INTENTION DU CONSOMMATEUR

VOTRE PLAINTE À LA RÉGIE DE L ÉNERGIE GUIDE PRATIQUE À L INTENTION DU CONSOMMATEUR VOTRE PLAINTE À LA RÉGIE DE L ÉNERGIE GUIDE PRATIQUE À L INTENTION DU CONSOMMATEUR QUELQUES RÈGLES DE BASE L EXAMEN DE VOTRE DOSSIER Vous avez produit une demande à la Régie et vous demandez à celle-ci

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES MÉDECINS

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES MÉDECINS Loi médicale (L.R.Q., c. M-9, a. 3) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 88) SECTION I CONCILIATION 1. Le syndic transmet une copie du présent règlement à tte personne qui lui en fait la demande.

Plus en détail

CONTRAT DE VENTE ET ROULEMENT D ACTIONS TABLE DES MATIÈRES

CONTRAT DE VENTE ET ROULEMENT D ACTIONS TABLE DES MATIÈRES CONTRAT DE TABLE DES MATIÈRES PAGE 0.00 INTERPRÉTATION... 16 0.01 Terminologie... 16 0.01.01 Actions... 16 0.01.02 Contrat... 17 0.02 Préséance... 17 0.03 Juridiction... 18 0.03.01 Assujettissement...

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98) Groupe d arbitrage et de médiation sur mesure (GAMM) Dossier n o : GAMM

Plus en détail

Université du Québec à Chicoutimi c. Mouvement des associations générales étudiantes de l'université du Québec à Chicoutimi (MAGE-UQAC)

Université du Québec à Chicoutimi c. Mouvement des associations générales étudiantes de l'université du Québec à Chicoutimi (MAGE-UQAC) Université du Québec à Chicoutimi c. Mouvement des associations générales étudiantes de l'université du Québec à Chicoutimi (MAGE-UQAC) 2012 QCCS 2831 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI COUR

Plus en détail

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A.

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. COUR D'APPEL PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL No: (500 05 000061 927) Le 13 décembre 1993 CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. RAYMOND, CHABOT, FAFARD, GAGNON INC. en sa qualité

Plus en détail

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000,

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000, Exempt - appel en matière de travail Audience publique du jeudi seize mai deux mille deux. Numéros 25136 + 25142 du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre ; Romain LUDOVICY, premier

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant.

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 02 45 Date : Le 22 novembre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X -et- Y Demandeurs c. VISA DESJARDINS Entreprise DÉCISION LE LITIGE DEMANDE

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 SOCIETE CREDIT LYONNAIS M. Ouillon Rapporteur M. Toutain Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil

Plus en détail

Cour d appel de Colmar

Cour d appel de Colmar CISG online 2593 GSL REPUBLIQUEFRANCAISE AUNOMDUPEUPLEFRANCAIS COURD'APPELDECOLMAR PREMIÈRECHAMBRECIVILE SECTIONA ARRÊTDU23NOVEMBRE2010 Courd appeldecolmar [SellervsBuyer] 1A09/03661 23/11/2010 Numérod'inscriptionaurépertoiregénéral:1A09/03661

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL Numéro de dossier 120514B ENTRE : Nicole Leblanc Léo Ferré 4545 rue des Sitelles, Montréal, Qc, T.P.S. # : 145111191 T.V.Q. #

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (deuxième chambre) 14 novembre 1996 *

ARRÊT DE LA COUR (deuxième chambre) 14 novembre 1996 * ARRÊT DE LA COUR (deuxième chambre) 14 novembre 1996 * Dans l'affaire C-305/94, ayant pour objet une demande adressée à la Cour, en application de l'article 177 du traité CE, par le tribunal du travail

Plus en détail

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N C A N A D A Province de Québec District de Hull Cour Municipale Ville de Gatineau No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable RAYMOND SÉGUIN LA CORPORATION MUNICIPALE

Plus en détail

01 07 75 PHILIPPE FLAMAND, demandeur. organisme. avec précision dans sa demande d accès du 5 avril 2001.

01 07 75 PHILIPPE FLAMAND, demandeur. organisme. avec précision dans sa demande d accès du 5 avril 2001. 01 07 75 PHILIPPE FLAMAND, demandeur c. COMMISSION DE LA CONSTRUCTION DU QUÉBEC, organisme L OBJET DU LITIGE : M. Flamand s est adressé à l organisme pour obtenir des renseignements qu il a identifiés

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. JUGEMENT

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. JUGEMENT COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000161-022 DATE : 17 e jour de février, 2003, SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. ROBERT CHARTIER, requérant,

Plus en détail

SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE JACQUES BABIN, J.C.S.

SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE JACQUES BABIN, J.C.S. Association des consommateurs pour la qualité dans la construction c. Casgrain 2007 QCCS 2481 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE QUÉBEC N : 200-06-000076-060 DATE : 25 mai 2007 SOUS

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault 1. Description de la Cour du Québec, division des petites créances 1.1 Compétence Les demandes

Plus en détail

ENTRE Monsieur Jalil Amor et madame Maha Bensouda (ci-après «le Bénéficiaire»)

ENTRE Monsieur Jalil Amor et madame Maha Bensouda (ci-après «le Bénéficiaire») ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Société pour la résolution

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC

COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC CHAMBRE COMMERCIALE DIRECTIVES GÉNÉRALES Montréal, le 26 septembre 2013 1. Instance commerciale Constitue une instance commerciale, instruite en Chambre commerciale, toute instance

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 11 34 Date : Le 20 octobre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L OBJET DU

Plus en détail

3. En cas de silence des présentes règles sur une quelconque question de procédure, le

3. En cas de silence des présentes règles sur une quelconque question de procédure, le Annexe A Règles de procédure de la Commission ontarienne d examen Principe général 1. Les présentes règles doivent recevoir une interprétation large afin d'assurer la résolution équitable de chaque affaire

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F PRAT COM - compétence territoriale A2 Bruxelles, le 26 mai 2011 MH/AB/JP A V I S sur UNE PROPOSITION DE LOI MODIFIANT LA LOI DU 6 AVRIL 2010 RELATIVE AUX

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) . ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : CENTRE CANADIEN D ARBITRAGE

Plus en détail

- et - CONDITIONS DE VENTE DU SYNDIC

- et - CONDITIONS DE VENTE DU SYNDIC Dans l'affaire de la faillite de : Centre du Pneu M.C. inc. Débitrice - et - DEMERS BEAULNE INC. Syndic CONDITIONS DE VENTE DU SYNDIC Voici les conditions de vente de DEMERS BEAULNE INC. Les conditions

Plus en détail

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur dans le contexte d un recours collectif Résumé L auteur

Plus en détail

'" )~ DUl "'1: 92 représentée par Me LOMBARDOT, avocat postulant au barreau de Lons-le-Saunier et SCF associés avocat.plaidant a.u barreau de Lyon DUO

' )~ DUl '1: 92 représentée par Me LOMBARDOT, avocat postulant au barreau de Lons-le-Saunier et SCF associés avocat.plaidant a.u barreau de Lyon DUO .~ '" )~ DUl "'1: DUO JUGEMENT CIVIL EN DATE DU 26 Septembre 2006 Audience Publique du 26 Septembre 2006 N de rôle: 05/00745 Suivant assignation du 05 Août 2005 déposée le 22 Septembre 2005 code affaire:

Plus en détail

ALPHA M.O.S. Société anonyme au capital de 4.573.674,80 euros. Siège social : 20 avenue Didier Daurat 31400 TOULOUSE

ALPHA M.O.S. Société anonyme au capital de 4.573.674,80 euros. Siège social : 20 avenue Didier Daurat 31400 TOULOUSE ALPHA M.O.S. Société anonyme au capital de 4.573.674,80 euros Siège social : 20 avenue Didier Daurat 31400 TOULOUSE RCS TOULOUSE B.389.274.846 SIRET N 389.274.846.00036 Avis de réunion Les actionnaires

Plus en détail

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA Avenant de compte de retraite immobilisé (CRI) annexé au contrat de REER autogéré Valeurs mobilières Desjardins inc. (RER 168-066) LE PRÉSENT DOCUMENT EST UN AVENANT AU CONTRAT DE REER CONCLU ENTRE : ET

Plus en détail

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION Dossier : 01 15 48 Date : 20030929 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. RONA Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 20 août 2001, le demandeur s adresse à Rona pour

Plus en détail

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA TRIBUNAL CANTONAL COUR ADMINISTRATIVE ADM 44 et 45 / 2014 Présidente : Sylviane Liniger Odiet Greffière : Gladys Winkler Docourt DÉCISION DU 14 JUILLET 2014 en la cause liée

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 02 11 60 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. SSQ, GROUPE FINANCIER Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le demandeur conteste la décision

Plus en détail

(Recours collectif) No: 500-06-000177-028 REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE AU SOUTIEN DE SA DEMANDE, LE DEMANDEUR EXPOSE CE QUI SUIT:

(Recours collectif) No: 500-06-000177-028 REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE AU SOUTIEN DE SA DEMANDE, LE DEMANDEUR EXPOSE CE QUI SUIT: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL No: 500-06-000177-028 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE FRANÇOIS RIENDEAU Demandeur c. BRAULT & MARTINEAU INC. Défenderesse REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON N 1102334 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. Président M. 5 T ' Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, Audience du

Plus en détail

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba)

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) 625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5 AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) Nature de l avenant Le présent avenant ne s applique qu au preneur pour lequel des prestations

Plus en détail

Numéro du rôle : 1058. Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T

Numéro du rôle : 1058. Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T Numéro du rôle : 1058 Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 4, alinéa 1er, de la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail, posée

Plus en détail

PROMESSE D ACHAT. l' «acheteur» (nom), (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau).

PROMESSE D ACHAT. l' «acheteur» (nom), (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). PROMESSE D ACHAT La présente promesse d achat est conclue entre : l' «acheteur» (nom), (domicile actuel) (téléphone, domicile) (avec coacquéreur) (nom) domicile actuel) (téléphone, domicile) et le «vendeur»

Plus en détail

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement EYB2008REP745 Repères, Septembre 2008 EmmanuelleSAUCIER * Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 05 71 Date : Le 13 juillet 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. SOCIÉTÉ FINANCIÈRE WELLS FARGO CANADA Entreprise DÉCISION OBJET

Plus en détail

LETTRE D ENTENTE. 1. Durée de l entente : Cette entente sera en vigueur du 1 avril 2016 au 31 mars 2017.

LETTRE D ENTENTE. 1. Durée de l entente : Cette entente sera en vigueur du 1 avril 2016 au 31 mars 2017. Entente faite en duplicata ce 2016. LETTRE D ENTENTE ENTRE : ET : (ci-après appelé(e) le «demandeur») HABITAT FAUNIQUE CANADA, société privée sans but lucratif constituée en vertu de la Loi sur les corporations

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

Gestion SPV inc. c. Labelle Marquis inc. 2008 QCCQ 792 COUR DU QUÉBEC SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE GEORGES MASSOL JUGEMENT

Gestion SPV inc. c. Labelle Marquis inc. 2008 QCCQ 792 COUR DU QUÉBEC SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE GEORGES MASSOL JUGEMENT Gestion SPV inc. c. Labelle Marquis inc. 2008 QCCQ 792 COUR DU QUÉBEC CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL «Chambre civile» N : 540-22-010676-061 DATE : 23 JANVIER 2008 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE

Plus en détail

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du mardi 15 septembre 2015 N de pourvoi: 13-24.726 13-25.229 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky,

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (7 ième chambre ) 21 novembre 2001

- JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (7 ième chambre ) 21 novembre 2001 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (7 ième chambre ) 21 novembre 2001 I. Droit civil Contrat de vente Garantie des vices cachés Vendeur marchand

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux Club des juristes Projet de 14 ème directive DIRECTIVE /./CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux LE PARLEMENT EUROPEEN

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 COUR SUPÉRIEURE JUGE: L'honorable Paul-Marcel Bellavance, J.C.S. Le 8 juin 1993 WAHlTEL BOISVERT WUNICIP~ILITÉ DU CANTON DE GRANBY J

Plus en détail

Recours contre une décision rendue le 03 Juillet 2006 par Monsieur l de l'institut National de la Propriété Industrielle (INPI)

Recours contre une décision rendue le 03 Juillet 2006 par Monsieur l de l'institut National de la Propriété Industrielle (INPI) COUR D'APPEL DE PARIS 4ème Chambre - Section A (n', 7 pages) ARRET DU 14 MARS 2007 Numéro d'inscription au répertoire général : 06/13425 Recours contre une décision rendue le 03 Juillet 2006 par Monsieur

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Conseil des aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce IP/C/W/464 14 novembre 2005 (05-5319) Original: anglais/ français L'ACCORD SUR LES

Plus en détail

RÈGLEMENT D ARBITRAGE ENTRE LA BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX ET DES PARTIES PRIVÉES

RÈGLEMENT D ARBITRAGE ENTRE LA BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX ET DES PARTIES PRIVÉES RÈGLEMENT D ARBITRAGE ENTRE LA BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX Date d entrée en vigueur: le 23 mars 2001 ET DES PARTIES PRIVÉES Champ d application et définitions Article 1 1. Le présent Règlement

Plus en détail

Deux sociétés sont associées si, à un moment quelconque de l'exercice, l'une des sociétés contrôle l'autre directement ou indirectement.

Deux sociétés sont associées si, à un moment quelconque de l'exercice, l'une des sociétés contrôle l'autre directement ou indirectement. Mai 2008 SOCIÉTÉS ASSOCIÉES Les lois fiscales renferment plusieurs dispositions concernant les sociétés associées. Entre autres, la notion de sociétés associées est importante pour le partage de la déduction

Plus en détail

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ...

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ... CHRONIQUE TPS/TVQ 207 JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 209 1. TVQ... 209 2. TPS...

Plus en détail

RESOLUTION CANADA À PROPOS DE LA PLAINTE RELATIVE À L'ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE «GREVIN.CA» DECISION

RESOLUTION CANADA À PROPOS DE LA PLAINTE RELATIVE À L'ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE «GREVIN.CA» DECISION RESOLUTION CANADA À PROPOS DE LA PLAINTE RELATIVE À L'ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE «GREVIN.CA» PLAIGNANT Musée Grévin Montréal Inc. a/s Me Richard J. Sheitoyan, avocat 28 Notre-Dame Est, suite 201

Plus en détail

ARRÊT DU 30 Novembre 2006. Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369

ARRÊT DU 30 Novembre 2006. Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369 COUR D'APPEL DE LYON TROISIÈME CHAMBRE CIVILE SECTIONA ARRÊT DU 30 Novembre 2006 Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369 N

Plus en détail

Statut du Tribunal Etudiant de. Règlement des différends internationaux (TERDI)

Statut du Tribunal Etudiant de. Règlement des différends internationaux (TERDI) !!! Statut du Tribunal Etudiant de Règlement des différends internationaux (TERDI) TERDI Bruxelles, le 2 février 2015 Les membres du Centre de droit international de l Université Libre de Bruxelles, Constatant

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 10 septembre 2015 N de pourvoi: 14-17772 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président Me Le Prado, SCP Boutet-Hourdeaux, avocat(s)

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1210804 Société IEF2I Mme Vergnaud Rapporteur M. Kauffmann Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun (10ème Chambre)

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

«SURVOL DES RÉCLAMATIONS AU PAYS!»

«SURVOL DES RÉCLAMATIONS AU PAYS!» «SURVOL DES RÉCLAMATIONS AU PAYS!» PRINCIPE JURIDIQUE PERTINENT EN MATIÈRE DE FAUTE INTENTIONNELLE ET SES RÉPERCUSSIONS AU QUÉBEC LE PRINCIPE JURIDIQUE PERTINENT L'article 2464 du Code civil est la source

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel :

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel : CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL 1. PARTIES ENTRE : Représenté par : Courriel : 2. OBJET DU CONTRAT Les services de L'INSPECTEUR sont retenus par l'acheteur (LE

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL LOCALITÉ DE MONTRÉAL «Chambre civile» N : 500-80-002132-034 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» DATE : Le 12 novembre 2004 SOUS LA PRÉSIDENCE DE

Plus en détail

FORMULAIRE 1. (règles 21,23) DÉCLARATION EN DIVORCE (Art. 813.3 C.p.c.) COUR SUPÉRIEURE PROVINCE DE. Chambre de la famille. N o :

FORMULAIRE 1. (règles 21,23) DÉCLARATION EN DIVORCE (Art. 813.3 C.p.c.) COUR SUPÉRIEURE PROVINCE DE. Chambre de la famille. N o : FORMULAIRE 1 (règles 21,23) DÉCLARATION EN DIVORCE (Art. 813.3 C.p.c.) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE N o : COUR SUPÉRIEURE Chambre de la famille (Divorces) PARTIE(S) DEMANDERESSE(S) -et-, s'il

Plus en détail

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993 COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS 17 juin 1993 Modifié le 20 octobre 2000, le 19 octobre 2001, le 18 octobre 2002, le 17 octobre 2003, le 13 octobre 2006, le 26 octobre 2007, le 29 octobre

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec Page 1 de 6 inc. a droit aux prestations de retraite qui sont régies par la (nom du constituant en caractères d'imprimerie) Loi du, et il désire transférer ces montants dans un Fonds de revenu viager (FRV)

Plus en détail

Recouvrement de créances - Procédure civile italienne - Injonction de paiement INJONCTION DE PAIEMENT EN ITALIE: JURIDICTION ITALIENNE ET PROCÉDURE

Recouvrement de créances - Procédure civile italienne - Injonction de paiement INJONCTION DE PAIEMENT EN ITALIE: JURIDICTION ITALIENNE ET PROCÉDURE Recouvrement de créances - Procédure civile italienne - Injonction de paiement INJONCTION DE PAIEMENT EN ITALIE: JURIDICTION ITALIENNE ET PROCÉDURE Antonio Braggion Avocat au Barreau de Milan 1. Introduction

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE : ET : JEAN-PAUL BÉRUBÉ COMMISSION ADMINISTRATIVE DES RÉGIMES

Plus en détail

CENTRE D'ARBITRAGE COMMERCIAL NATIONAL ET INTERNATIONAL DU QUÉBEC. Demandeurs. Défendeurs. Mise en cause SENTENCE ARBITRALE

CENTRE D'ARBITRAGE COMMERCIAL NATIONAL ET INTERNATIONAL DU QUÉBEC. Demandeurs. Défendeurs. Mise en cause SENTENCE ARBITRALE CENTRE D'ARBITRAGE COMMERCIAL NATIONAL ET INTERNATIONAL DU QUÉBEC NO.: 01-1001 ENTREPRISES CAYA LAURENCE INC. Demandeurs c. LUC LAPOINTE ET ELSIE PROVENCHER Défendeurs et LA GARANTIE RÉNOVATION DE L'APCHQ

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. MOTIFS ET JUGEMENT Art. 66.15(2) L.F.I.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. MOTIFS ET JUGEMENT Art. 66.15(2) L.F.I. COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE RICHELIEU N : 765-11-000635-016 DATE : 27 novembre 2001 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. Dans l'affaire de la proposition de

Plus en détail

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT FONDS DE REVENU VIAGER DU MANITOBA (FRV-Manitoba)

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT FONDS DE REVENU VIAGER DU MANITOBA (FRV-Manitoba) 625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5 AVENANT FONDS DE REVENU VIAGER DU MANITOBA (FRV-Manitoba) Nature de l avenant Le présent avenant ne s applique qu au preneur pour lequel des prestations immobilisées

Plus en détail

C O U R S U P É R I E U R E DISTRICT DE MONTRÉAL

C O U R S U P É R I E U R E DISTRICT DE MONTRÉAL C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL NO : 500-06-000373-064 C O U R S U P É R I E U R E (Recours collectifs) OPTION CONSOMMATEURS Demanderesse et JEAN-FRANÇOIS TREMBLAY et al. Personnes

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : F. D. A. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 1 Appel n o : GE-13-192 ENTRE : F. D. A. et Appelant Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37)

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37) RÈGLEMENT CONCERNANT LE TARIF DES HONORAIRES ET LES DÉBOURS DES AVOCATS DANS LE CADRE DE LA PRESTATION DE CERTAINS SERVICES JURIDIQUES ET CONCERNANT LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS Loi sur l aide

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ

RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ Loi médicale (L.R.Q., c. M-9, a. 3) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93, pars. g et h et 94, par. p) SECTION I OBJET 1. Un médecin

Plus en détail

Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5

Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5 Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5 Dernière mis à jour: avril 2007 L.R.Q., chapitre D-5 Loi sur les dépôts et consignations SECTION I DU BUREAU DES DÉPÔTS ET CONSIGNATIONS Bureau des

Plus en détail

Cégep de l'outaouais c. Beauséjour 2012 QCCA 834 COUR D'APPEL PROCÈS-VERBAL D'AUDIENCE L HONORABLE MARIE ST-PIERRE, J.C.A.

Cégep de l'outaouais c. Beauséjour 2012 QCCA 834 COUR D'APPEL PROCÈS-VERBAL D'AUDIENCE L HONORABLE MARIE ST-PIERRE, J.C.A. Cégep de l'outaouais c. Beauséjour 2012 QCCA 834 COUR D'APPEL CANADA PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL N o : 500-09-022641-120 (550-17-006522-120) PROCÈS-VERBAL D'AUDIENCE DATE: Le 8 mai 2012 L HONORABLE

Plus en détail

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur Garanties diverses fournies par le crédit- preneur 1.- Cautionnement solidaire par la société Est à l'instant intervenu aux présentes :, agissant ici au nom et en sa qualité de président de la société

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 21 99 Date : 3 février 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Croix Bleue, Assurance collective Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom social pour le compte d'un commettant.

Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom social pour le compte d'un commettant. 19 JANVIER 1920 - DÉCRET. DES COMMISSIONNAIRES ET DES TRANSPORTEURS. (B.O., 1920, P.194). Section 1. Des commissionnaires Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 23 Date : 31 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X X Demandeurs c. MELOCHE MONNEX INC. (SÉCURITÉ NATIONALE CIE D ASSURANCE) Entreprise

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 03 04 05 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. BOURSE DE MONTRÉAL Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 3 février 2003, le demandeur exige

Plus en détail

DÉCISION. [1] Le plaignant a saisi la Commission de la plainte suivante concernant Lou-Tec Location Chomedey Inc. («Lou-Tec»):

DÉCISION. [1] Le plaignant a saisi la Commission de la plainte suivante concernant Lou-Tec Location Chomedey Inc. («Lou-Tec»): Dossier : PV 01 18 02 Date : 29 septembre 2003 Commissaires : M e Hélène Grenier M e Diane Boissinot M e Christiane Constant X Plaignant c. LOU-TEC LOCATION CHOMEDEY INC. Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail