Mesures pour le financement des services publics

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesures pour le financement des services publics"

Transcription

1 Mesures pour le financement des services publics Avis sur la fiscalité québécoise Présenté dans le cadre de la 165 e réunion régulière du Conseil d administration (CGS-144) 26 septembre 2014 Montréal Fédération*étudiante*universitaire*du*Québec*

2 La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) est une organisation qui regroupe 13 associations étudiantes comptant étudiants de tous les cycles d études et de toutes les régions du Québec. Établie depuis 1989, elle a pour principal mandat de défendre les droits et intérêts des étudiants auprès des gouvernements et des intervenants du domaine de l éducation. Tout au long de ses vingt années d existence, elle s est employée à défendre une éducation humaniste comme choix de société. Elle s attarde particulièrement à défendre ses membres avant, pendant et après leur passage à l université en revendiquant, en particulier, une éducation accessible et de qualité. Fédération étudiante universitaire du Québec 15, rue Marie-Anne Ouest 2 e étage Montréal (Québec) H2W 1B6 Téléphone : (514) Télécopieur : (514) Supervision Analyse et rédaction Révision linguistique Annie Marier, vice-présidente aux affaires sociopolitiques Antoine Genest-Grégoire, recherchiste Annie Marier, vice-présidente aux affaires sociopolitiques Tous droits réservés FEUQ

3 Table des matières * Table&des&matières&...&2! Tables&des&illustrations&...&3! Liste&des&recommandations&...&4! Sommaire&...&5! Liste&des&acronymes&...&7! 1.! Introduction&...&8! 2.! Introduction&aux&finances&publiques&...&1! 2.1.! Principes!de!base!...!1! 2.2.! Critères!d évaluation!...!2! 2.3.! Mises!en!garde!...!3! 3.! Financement&de&mesures&en&éducation&...&5! 3.1.! Abolition!du!crédit!d impôt!pour!frais!de!scolarité!...!5! 3.2.! Abolition!de!l incitatif!québécois!pour!l épargnebétudes!...!7! 3.3.! Abolition!de!la!portion!salaire!des!crédits!d impôts!remboursables!pour!la!recherche! scientifique!et!le!développement!expérimental!...!7! 4.! Économies&et&revenus&supplémentaires&pour&l État&...&9! 4.1.! Allongement!de!la!durée!des!prescriptions!pour!les!médicaments!d ordonnance!...!9! 4.2.! Fin!de!la!sousBtraitance!en!informatique!au!sein!du!gouvernement!du!Québec!...!10! 4.3.! Nouveau!palier!d imposition!sur!le!revenu!des!particuliers!...!10! 4.4.! Réduction!de!la!déduction!pour!les!gains!en!capitaux!des!particuliers!...!12! 4.5.! Droits!d immatriculation!supplémentaires!sur!les!voitures!de!luxe!...!13! 4.6.! Système!de!redevancesBremises!à!l immatriculation!des!véhicules!en!fonction!de!leurs! émissions!de!co 2!...!14! 4.7.! Report!du!déficit!zéro!...!15! 5.! Conclusion&...&17! 6.! Références&...&18! & 2

4 Tables des illustrations TABLEAU!1!SIMULATION!D UNE!TAXE!DE!LUXE!AMÉLIORÉE!ET!COMBINÉE!À!UNE!RÉFORME!DE!LA!TAXE!VERTE!SUR!MODÈLES! SÉLECTIONNÉS!...!15!! FIGURE!1!RÉPARTITION!DU!CRÉDIT!D IMPÔT!ET!DU!MONTANT!TRANSFÉRÉ!POUR!FRAIS!DE!SCOLARITÉ!OU!D EXAMEN!SELON!LES! TRANCHES!DE!REVENUS!PERSONNELS!(2011)!...!6! FIGURE!2!RÉPARTITION!ET!TAUX!EFFECTIF!DE!L IMPÔT!SUR!LE!REVENU!DES!PARTICULIERS!SELON!LES!TRANCHES!DE!REVENUS! PERSONNELS!(2011)!...!12! FIGURE!3!RÉPARTITION!DE!LA!DÉDUCTION!POUR!GAINS!EN!CAPITAUX!SELON!LES!TRANCHES!DE!REVENUS!PERSONNELS!(2011)!13!!! 3

5 Liste des recommandations Recommandation 1. Que le gouvernement du Québec abolisse le crédit d impôt pour frais de scolarité ou d examen (48 M$) afin que les sommes dégagées soient mises dans le Programme d aide financière aux études. Recommandation 2. Que le gouvernement du Québec abolisse l Incitatif québécois pour l épargne-études enregistré (IQÉE) (59 M$) afin que les sommes dégagées soient mises dans le Programme d aide financière aux études. Recommandation 3. Que le gouvernement du Québec abolisse la portion de salaire des crédits d impôt remboursables pour la recherche scientifique et le développement expérimental (756 M$) afin de l investir dans une couverture complète des frais directs et indirects de recherche universitaire québécoise. Recommandation 4. Que le gouvernement du Québec autorise l allongement des prescriptions d ordonnance (144 M$) afin de limiter les dépenses en relation avec le renouvèlement de la prescription pour ainsi pouvoir l investir dans différents programmes sociaux. Recommandation 5. Que le gouvernement du Québec se dote d une stratégie relative aux ressources humaines qui vise la rétention des employés et le développement des capacités à l intérieur des organismes gouvernementaux afin de réduire le recours aux ressources externes en matière de technologies de l information (240 M$). Recommandation 6. Que le gouvernement du Québec ajoute, dans une perspective de fiscalité progressive, un palier d imposition sur le revenu des particuliers qui déclarent plus de $ (150 M$). Recommandation 7. Que le gouvernement du Québec augmente le taux d inclusion des gains en capitaux des particuliers de 50 % à 75 % (93 M$) afin de conserver une logique d équité verticale. Recommandation 8. Que le gouvernement du Québec porte de 1 % à 5 % la taxe sur les voitures de luxe (40 M$). 4

6 Recommandation 9. Que le gouvernement du Québec mette en place un système de redevances-remises sur l immatriculation en fonction du CO 2 émis par kilomètres parcourus (630 M$). Recommandation 10. Que le gouvernement du Québec se dote d un plan de retour à l équilibre budgétaire qui soit conséquent au contexte économique, afin d éviter les conséquences négatives sur les services publics et la reprise économique. 5

7 Sommaire Dans le cadre des démarches de rationalisation de la fiscalité et de révision des programmes publics entrepris par le gouvernement du Québec, la FEUQ souhaite développer et faire connaitre la perspective des étudiants universitaires sur ces questions d importance pour les générations futures. La FEUQ considère que différentes mesures d économies au sein des programmes actuels pourraient être réalisées afin d améliorer le financement des programmes les plus efficaces. L aide financière aux études devrait par exemple être privilégiée par rapport aux mesures fiscales telles que le crédit d impôt pour frais de scolarité. De façon analogue, il est préférable de soutenir le financement de la recherche universitaire par le biais des Fonds de recherche du Québec plutôt que de soutenir par des mesures fiscales la recherche au sein des entreprises. La FEUQ estime également qu il est possible d augmenter les revenus nécessaires au financement des services publics tout en favorisant une plus grande redistribution de la richesse. La FEUQ suggère notamment dans ce domaine qu une hausse du taux d inclusion des gains en capitaux et qu une surtaxe sur les véhicules de luxe ou polluants sont des moyens permettant d augmenter les entrées d argent du gouvernement du Québec. Finalement, il est à souligner que l atteinte précipitée du déficit zéro peut avoir de graves répercussions sur l efficacité des programmes gouvernementaux et la dispensation des services sociaux. La FEUQ est d avis que tant la composition de la fiscalité que la révision des programmes sont des exercices qui peuvent faire ressortir une vision progressiste et pragmatique des services publics québécois. 6

8 Liste des acronymes AFE CO2 DPB ESG-UQAM G IQÉÉ M MELS MESRS MESRST PNRI RÉEE REER SAAQ TVQ VGQ Aide financière aux études Dioxyde de carbone Directeur parlementaire du budget du Canada École des sciences de la gestion de l Université du Québec à Montréal Milliard(s) Incitatif québécois pour l épargne-études Million(s) Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Ministère de l Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science Ministère de l Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie Politique nationale de la recherche et de l innovation Régime d épargne-études enregistré Régime enregistré d épargne-retraite Société de l Assurance-automobile du Québec Taxe de vente du Québec Vérificateur général du Québec 7

9 1. Introduction Dans le cadre des orientations adoptées par le gouvernement lors du dépôt du budget de juin 2014, l appareil d État québécois sera appelé à connaitre d importantes mutations dans l objectif de l atteinte de l équilibre budgétaire lors de l exercice financier (Finances Québec, 2014(a)). Le gouvernement précise que ce processus passe principalement par la réduction des dépenses de programmes et, dans une moindre mesure, par une rationalisation de la fiscalité. L exercice sera piloté de front par deux commissions, créées à la suite du premier budget du gouvernement Couillard : la Commission d examen sur la fiscalité québécoise et la Commission de révision permanente des programmes. La première de ces commissions devra «dégager» des sommes de l ordre de 650 millions de dollars, alors que la seconde devra établir des économies ou compressions dans les programmes gouvernementaux de l ordre de 3,2 milliards de dollars (Finances Québec, 2014(a)). De prime abord, la FEUQ considère les cibles du gouvernement irréaliste, sans qu il y ait d atteinte grave aux services dispensés à la population. Le dogme de la réduction des dépenses dans une période de temps si brusque aura certainement un impact majeur sur la qualité des programmes gouvernementaux et n est pas dans l intérêt social ou économique du Québec. De même, l exercice fiscal de la Commission d examen sur la fiscalité devrait être une occasion non seulement de réaliser des économies, mais d explorer de nouvelles sources de revenus pour l État. Les solutions existent pour assainir les finances publiques tout en finançant adéquatement les services publics et les programmes sociaux. Dans cette perspective, la FEUQ souhaite proposer des moyens d améliorer l efficacité et l efficience des programmes gouvernementaux en n occasionnant aucun nouveau cout pour l État, amener des avenues d économies, de même que proposer des sources de revenus supplémentaires et équitables afin d assurer le financement stable des programmes gouvernementaux. En somme, la Fédération fait ici des propositions pour offrir aux citoyens de meilleurs services publics ainsi que les moyens de les financer. 8

10 2. Introduction aux finances publiques Le lecteur trouvera ici les éléments nécessaires à la compréhension des positions de la FEUQ et à leur mise en contexte dans le domaine des finances publiques. Plusieurs de ces éléments et diverses sections de cette étude s appuient sur l étude Mesures fiscales et éducation postsecondaire (FEUQ, 2011). La FEUQ invite d ailleurs les lecteurs préoccupés par les enjeux soulevés ici à la consulter pour un regard plus large sur les mesures fiscales concernant l enseignement supérieur et une perspective plus théorique sur les questions de finances publiques Principes de base L étude des finances publiques s appuie sur certaines notions élémentaires. D abord, il importe de se pencher sur les notions comptables en cause. Le budget d un gouvernement représente l ensemble des dépenses et sources de fonds qui seront disponibles pour un exercice financier. Il détaille donc les dépenses courantes que le gouvernement prévoit effectuer pour l année en question afin de faire fonctionner les différentes composantes de l État. Il y oppose les différentes sommes que le gouvernement prévoit recevoir de par ses différentes activités de prélèvement fiscal ou de versements de la part de ses entreprises d État. La différence entre les dépenses totales et les revenus totaux est le solde budgétaire de l exercice, qui constitue un surplus, un déficit, ou qui est en équilibre. Le budget est un exercice de prévision et sa réciproque est le bilan financier du gouvernement, qui est un exercice de vérification financière effectué une fois l année financière terminée. Dans les deux cas, il est important de comprendre qu il s agit d une mesure de flux. Le budget prévoit, et le bilan constate, les revenus et les dépenses encourues pour une année. À l opposé, le gouvernement du Québec dispose d actifs tels que des bâtiments ou du matériel ainsi que de passifs, principalement des titres de dettes, qui constituent des stocks. Ainsi, la quantité d argent que le gouvernement consacre à construire des infrastructures est un flux de dépense pour une seule année, alors que la quantité d infrastructures qu il possède constitue un stock. Le stock d infrastructure que détient le gouvernement est évidemment affecté par la quantité des dépenses de chaque année, qui font grandir ce stock, alors que l usure et l usage font, à l opposé, diminuer sa valeur. Le solde budgétaire du gouvernement constitue un flux annuel qui détermine le niveau du stock de la dette publique du gouvernement. Ces distinctions sont d importance parce que l analyse présentée ne concerne que l aspect budgétaire et n est donc pas à confondre avec la question de la dette publique. Il importe également de spécifier que le gouvernement du Québec est contraint par la loi sur l équilibre budgétaire (Québec, 2014). Cette loi, dont la première version date de 1996, prescrit que l État québécois ne puisse enregistrer de déficit à répétition sans que le gouvernement ne soit forcé de déposer un plan de retour à l équilibre budgétaire. Dans une perspective plus pragmatique, les deux partis ayant occupé le pouvoir au cours des deux dernières décennies ont tous deux marqué leur attachement au principe de l atteinte de l équilibre budgétaire, même si la vigueur d un tel engagement peut avoir 1

11 varié dans leurs actes. Le gouvernement de Philippe Couillard a également fait siens les objectifs d atteinte d un budget où dépenses et revenus sont en équilibre. Dans une telle perspective d équilibre budgétaire, toute nouvelle dépense nécessite la réduction d une autre dépense ou l ajout de revenus supplémentaires, c est l idée derrière le terme de «cran d arrêt sur les dépenses publiques» employé par les ministres du gouvernement Couillard. Il importe également de se pencher, dans cette optique, sur les dépenses fiscales. On entend par dépense fiscale : «[ ] des allègements fiscaux à des groupes déterminés de particuliers ou d entreprises ou à l égard de certaines activités. Les dépenses fiscales ont notamment pour effet de réduire ou de différer les impôts et taxes autrement payables par les contribuables. Elles peuvent prendre plusieurs formes, par exemple celles de revenus non assujettis à l impôt, d exemptions de taxe, de remboursements de taxe, de déductions dans le calcul du revenu imposable, de crédits d impôt ou de reports d impôt.» (ministère des Finances, 2014(b)) Le fait que ces dépenses constituent des revenus auxquels le gouvernement renonce permet de les considérer à la fois dans la catégorie des dépenses ou des sources de revenus. Elles peuvent constituer des dépenses parce qu elles sont pratiquement identiques à des subventions ou des allocations. C est par exemple le cas du Crédit d impôt pour la Solidarité, qui est versé directement aux citoyens plusieurs fois par année. On peut également les considérer comme des éléments de perception des revenus puisqu elles font parfois partie intégrante du système fiscal. On peut alors penser à la détaxation des produits alimentaires de base au sein du régime de la TVQ. Au-delà des considérations comptables, les finances publiques sont une question d importances dans une perspective économique. Les dépenses des gouvernements, autant en salaires qu en transferts ou en investissements en infrastructures, constituent une large portion de l activité économique au Québec comme ailleurs. Les prélèvements fiscaux effectués par le gouvernement pour financer ces dépenses ne sont pas sans effets non plus sur l activité économique. Les dépenses et surtout la composition de la fiscalité sont également un moyen employé par les gouvernements pour tenter de modifier les comportements des citoyens, par le biais d incitatifs économiques. Le traitement fiscal avantageux offert aux personnes qui cotisent dans un Régime enregistré d épargneretraite (RÉER) est un exemple d emploi, par les gouvernements provincial et fédéral, de la fiscalité pour influencer les citoyens. Dans ce cas-ci, pour les inciter à épargner pour leurs vieux jours Critères d évaluation Les principaux critères d appréciation d évaluation concernant les politiques publiques sont l efficacité, l efficience et l équité. La notion d efficacité fait référence au fait que la politique mise en place atteint effectivement les objectifs formulés lors de sa mise en place. Par exemple, on s attend des politiques en santé qu elles améliorent l état de santé de la population, ou des politiques en matière de sécurité routière qu elles diminuent la fréquence des accidents. En pratique, on s attardera par exemple à savoir si une subvention à la rénovation a favorisé de plus grands achats de matériel de construction 2

12 ainsi que l embauche de plus d entrepreneurs de ce secteur, par rapport à la situation qui aurait normalement prévalu. La notion d efficience s intéresse aux couts de renonciation associés à une mesure. On s intéresse à la rentabilité des ressources investies dans le projet, et donc à savoir si on aurait pu mieux faire avec les mêmes ressources. Dans le cas d une dépense, le critère de base concerne la justification de l action par l État : est-ce que le citoyen aurait préféré utiliser cet argent lui-même pour sa propre consommation plutôt que de le voir être utilisé pour financer ce programme? Une fois ce test passé, le critère suivant serait : a-ton choisi le programme le plus socialement utile à financer parmi les programmes disponibles? Ce critère renvoie au fait qu il existe un nombre de besoins beaucoup plus grand que les ressources dont disposent les gouvernements. Le critère final serait : a-ton choisi l option qui maximise les effets du programme choisi? Il s agit de savoir si on a choisi la meilleure méthode pour mettre en place le programme. Dans le cas d une ponction fiscale, le critère d efficience va se juger sur le degré d influence sur le comportement des acteurs économiques. Le prélèvement le plus efficient est celui qui, à revenu levé constant, affecte le moins les choix de consommation ou de production des citoyens ou des firmes (FEUQ, 2011). Finalement, le critère de l équité pose la question de la répartition équitable entre les citoyens des effets d une politique. Dans le cadre de l analyse des finances publiques, à la fois les dimensions horizontale et verticale de l équité seront analysées. L équité verticale s intéresse à la différence de traitement des individus, lorsque la seule chose qui les distingue est leur niveau de revenu 1. C est par exemple sur ce principe que s appuie l impôt proportionnel sur le revenu des particuliers. L équité horizontale, pose quant à elle, la question de la différence de traitement entre des individus qui n ont en commun que leur niveau de revenu. C est ce critère qui se trouve derrière les programmes ciblant les familles comme le Crédit d impôt remboursable pour le soutien aux enfants Mises en garde Certaines précautions s imposent afin de ne pas interpréter certaines des informations qui seront présentées dans les sections subséquentes de façon erronée ou qui dépassent leur portée réelle. Elles sont présentées ici. D abord, cette étude ne se penche que sur les finances publiques québécoises dans une perspective d enseignement supérieur. Le Québec n opère toutefois pas seul dans cette sphère d activité. En effet, bien que la constitution canadienne définisse l éducation comme une compétence provinciale, le gouvernement fédéral fait appel dans ce domaine à ce qu on appelle le pouvoir fédéral de dépenser. De cette façon, même s il ne dispose pas de pouvoir légal ou règlementaire sur les activités des institutions d enseignement supérieur, le gouvernement fédéral peut agir pour affecter leur 1 Ce critère est celui auquel on se réfère le plus souvent lorsque l on réfléchit à la notion de justice sociale et ouvre évidemment la porte à une série de débats sur la redistribution, alimenté par des perspectives utilitaristes ou rawlsiennes par exemple. 3

13 comportement ainsi que celui des étudiants ou de leurs parents par le biais de subventions, de transferts ou par le biais de sa propre fiscalité. Le lecteur intéressé par ces aspects peut se référer à la recherche sur la fiscalité produite par la FEUQ en 2011, qui s attarde aux deux paliers de gouvernement. Ensuite, une large partie des analyses présentées ici comprennent des évaluations des couts ou des revenus potentiels pouvant être tirées de nouvelles mesures gouvernementales. Ces évaluations sont des prévisions et ne devraient pas être interprétées de la même façon que les données comptables qui seront également présentées. Si l on peut être plutôt certain du montant qui a été versé en impôts sur le revenu en 2011, il est beaucoup plus hasardeux de prétendre pouvoir prévoir au dollar près quels seront les revenus tirés de cette forme de fiscalité en 2015, surtout si l on propose de modifier la structure de cet impôt. Les estimations effectuées pour l impôt sur le revenu sont, par exemple, calculées dans un contexte dit d «équilibre partiel», c est-à-dire que l on ne peut prévoir les effets qu ils auront sur l ensemble des autres secteurs économiques qui ne sont touchés directement par la mesure. La très grande majorité des analyses de ce type sont produites de cette façon, en raison des complexités méthodologiques techniques plus précises. 4

14 3. Financement de mesures en éducation Le premier ministre, Philippe Couillard, a introduit lors de son entrée au pouvoir sa politique du «cran d arrêt» : toute nouvelle mesure devrait être financée à partir du même budget ministériel. Cette première section propose des mesures de financement de bonifications de l aide financière aux études et des bourses de recherche de par l abolition d enveloppes distribuées par le MESRS et de MEIE. Ces propositions sont motivées par une amélioration de l efficacité qu auraient les sommes dégagées si elles étaient investies directement en aide aux étudiants, plutôt qu en aide indirecte Abolition du crédit d impôt pour frais de scolarité Le Crédit pour frais de scolarité ou d examen et montant des frais de scolarité ou d examen transféré par un enfant est un programme fiscal permettant à l étudiant de bénéficier d une réduction de ses impôts pouvant aller jusqu à un montant équivalent à 8 % des frais de scolarité ou d examen encourus au cours de l année. Le crédit est transférable à un parent ou un employeur, il est reportable, mais n est pas remboursable (ministère des Finances, 2014(b)). La FEUQ revendique depuis de nombreuses années le transfert des sommes allouées à ce crédit, tant de la part du gouvernement fédéral que provincial, sur la base de son inefficacité à favoriser la participation universitaire. En effet, en raison de son caractère non remboursable, le crédit d impôt ne peut bénéficier qu à ceux dont les revenus sont assez élevés pour payer des impôts ou à ceux dont les études sont prises à charge par un parent ou en employeur. Le fait que le crédit soit versé suite à la production de la déclaration de revenus et non pas au début de l année scolaire vient également miner l utilité d une telle mesure pour favoriser la participation universitaire. Dans une perspective d efficience, une telle politique est clairement inférieure à une aide versée dès le début des études et en fonction des revenus comme l AFE est très nettement supérieure. Le fait que le crédit soit reportable permet aux diplômés d en bénéficier une fois qu ils ont des revenus suffisamment élevés, mais l objectif d accessibilité est alors évacué, alors que l on parle dans ce cas plutôt d un type de prime à la diplomation. La figure 1 illustre les montants des réclamations du crédit d impôt pour frais de scolarité ou de son transfert à un parent. Les données sont présentées pour chacune des classes de revenus individuels et on retrouve également la réclamation moyenne par contribuable pour chacune de ces classes, afin de tenir compte de leur taille non homogène. On y voit clairement que le crédit d impôt ne bénéficie que pour de faibles montants aux membres de la classe moyenne, mais est utilisé de façon beaucoup plus importante par les contribuables à revenus élevés. 5

15 Figure 1 Répartition du crédit d impôt et du montant transféré pour frais de scolarité ou d examen selon les tranches de revenus personnels (2011) Crédit*d;impôt*et*montant*transféré*(M$)9 1"000"$$ 900"$$ 800"$$ 700"$$ 600"$$ 500"$$ 400"$$ 300"$$ 200"$$ 100"$$ 0"$$ 5"000"$$ 10"000"$$ 15"000"$$ 20"000"$$ Crédit"d6impôt"et"somme" transféré"aux"parents" (GAUCHE)$ Réclamation"moyenne" (DROITE)$ 25"000"$$ 30"000"$$ 35"000"$$ 40"000"$$ 45"000"$$ 50"000"$$ 60"000"$$ 70"000"$$ Revenu*personnel*($)9 100"000"$$ 130"000"$$ 150"000"$$ 200"000"$$ 250"000"$$ "+"de"250000" 160"$$ 140"$$ 120"$$ 100"$$ 80"$$ 60"$$ 40"$$ 20"$$ 0"$$ Réclamation*moyenne*(milliers*$)*9 Source : Québec (2013). Statistiques fiscales des particuliers. Québec : ministère des Finances du Québec. Les crédits d impôt, comme instruments fiscaux, souffrent également de leur complexité. En effet, à quelques exceptions près, les crédits d impôt ne sont versés que sur demande des contribuables. La littératie financière étant généralement corrélée avec le revenu (voir entre autres Lalime et Michaud, 2012), le choix d un crédit d impôt comme instrument de politique est en soi régressif, c est-à-dire qu il pèse plus sur les plus pauvres que sur les plus riches. Le fait que la mise en place d un tel instrument ne requiert pas de vote à l Assemblée nationale, par opposition à une subvention classique, peut par ailleurs constituer une explication à la présence d un grand nombre de ces crédits dans l appareil fiscal québécois. Les sommes dédiées à ce crédit d impôt sont de l ordre de 48 M$, selon les estimations du MESRST lors du Sommet sur l enseignement supérieur. Ces sommes seraient mieux utilisées dans le cadre du programme d aide financière aux études. Recommandation 1. Que le gouvernement du Québec abolisse le crédit d impôt pour frais de scolarité ou d examen (48 M$) afin que les sommes dégagées soient mises dans le régime d aide financière aux études. 6

16 3.2. Abolition de l incitatif québécois pour l épargne-études L incitatif québécois pour l épargne-études (IQÉÉ) est une mesure mise en place en 2007 afin de favoriser l épargne des parents en vue des études postsecondaires de leurs enfants. Le programme alloue une somme pouvant aller jusqu à 300 $ par année, versée directement dans un Régime d épargne-études enregistré (RÉÉE). Bien que les montants versés soient fonction des revenus des parents, la mesure est fortement régressive en raison de son arrimage au programme de Subvention canadienne pour l épargneétudes. Ces programmes appuient les parents qui disposent de revenus suffisants pour épargner en vue des études de leurs enfants, mais sont inefficaces par rapport à la situation des ménages à faibles revenus. De façon plus générale, ce type d aide est axée sur un type de famille en particulier et présente une flexibilité nettement moins grande que le régime d AFE, qui se base sur la situation personnelle de l étudiant et non pas sur les décisions de ses parents en amont. L IQÉÉ a les mêmes désavantages qu un crédit d impôt, soit qu il nécessite de payer pour y avoir accès et demande de disposer de connaissances financières pour pouvoir en bénéficier. Le gouvernement du Québec estime que les sommes dédiées à cet incitatif fiscal s élevaient à 59 M$ pour l année 2013 (ministère des Finances, 2014(b)). De façon analogue à celles dédiées au crédit d impôt pour frais de scolarité ou d examen, de telles sommes seraient utilisées de façon beaucoup plus efficace pour favoriser l accessibilité aux études postsecondaires si elles étaient investies au sein du régime d AFE. Recommandation 2. Que le gouvernement du Québec abolisse l incitatif québécois pour l épargne-études enregistré (IQÉE) (59 M$) afin que les sommes dégagées soient mises dans le régime d aide financière aux études Abolition de la portion salaire des crédits d impôts remboursables pour la recherche scientifique et le développement expérimental Le Québec consacrait en 2013 près de 792 M$ à une panoplie de crédits d impôt destinés à favoriser la recherche et le développement (R&D) au sein des entreprises établies au Québec. Une part de ces mesures apparaissent efficaces aux yeux de la FEUQ, telles que le crédit pour la recherche universitaire ou le crédit pour les cotisations ou droit à un consortium de recherche, parce qu elles favorisent l investissement de la part des entreprises dans l écosystème de la recherche au Québec. La FEUQ considère toutefois que la portion des crédits qui concerne les salaires des chercheurs ou la recherche par sous-traitance privée serait mieux investie ailleurs. Ce crédit d impôt est chiffré à 739 M$. En effet, la FEUQ estime que le gouvernement du Québec devrait privilégier le financement de la recherche publique par le biais de ces sommes. Le gouvernement du Québec prévoit déjà réduire ce crédit d impôt de 20 % d ici et prévoit ainsi épargner près de 151,2 M$. La FEUQ propose plutôt de l abolir pour affecter les près de 739 M$ ainsi dégagés dans le financement des Fonds de recherche du Québec et à la couverture complète des frais directs et indirects de 7

17 recherche universitaire au Québec. En plus d encourager l excellence des étudiants aux cycles supérieurs, les bénéfices des bourses ne sont plus à démontrer. En effet, les étudiants-chercheurs sont à l origine d une part importante de la production scientifique au Québec et prennent part activement à l innovation, notamment par le biais de partenariats entre les universités et les entreprises. Elles sont également un moyen efficace pour améliorer la formation des étudiants et leur insertion professionnelle par l entremise notamment des stages en milieu de pratique, qui plus est, permettant aux entreprises, en particulier les PME, d engager des étudiants hautement compétents et très créatifs agissant comme un catalyseur de l innovation, à la fois technologique et sociale. Recommandation 3. Que le gouvernement du Québec abolisse la portion de salaire des crédits d impôt remboursables pour la recherche scientifique et le développement expérimental (756 M$) afin de l investir dans une couverture complète des frais directs et indirects de recherche universitaire québécoise. 8

18 4. Économies et revenus supplémentaires pour l État Les coupes imminentes de 3,2 G$ puis de 2,35 G$ en dans l appareil étatique auront des répercussions irréparables si elles sont appliquées telles qu elles sont présentées. Ces sommes combinées représentent plus de 7 % du budget actuel du Québec une somme phénoménale. C est pourquoi il est important de pallier au déficit budgétaire en cherchant également à augmenter les revenus de manière à avoir un effet minimal sur les citoyens dans le besoin. De même, la FEUQ remet en cause la primauté de l atteinte du déficit zéro, particulièrement lorsque celle-ci fait abstraction de la conjoncture économique et fait fi de l impact dévastateur qu elle aurait sur le financement des services publics québécois. La section présente avance des solutions novatrices à la réalisation d économies sans répercussion pour la population, de même qu à l augmentation des revenus de l État de manière équitable Allongement de la durée des prescriptions pour les médicaments d ordonnance La gestion du système de santé québécois mériterait, à elle seule, une analyse beaucoup plus volumineuse que cette étude et nous ne tenterons pas ici de nous substituer à un tel exercice. Toutefois, une proposition très simple quant à la gestion du domaine du médicament pourrait permettre d épargner des sommes conséquentes au système de santé québécois, nous estimons donc pertinent de l inclure ici. Dans un rapport financé par la Coalition canadienne en santé (Gagnon, 2010) le professeur Marc-André Gagnon évalue les effets des politiques des différentes provinces canadiennes concernant le domaine du médicament. Parmi les aspects abordés, on note l analyse des dépenses par personne par province canadienne. La décomposition de ces dépenses révèle que le Québec se distingue par un écart significatif par rapport à la moyenne canadienne, autant les effets des prix, des volumes et des choix thérapeutiques. L analyse des effets des volumes de prescriptions faits au Québec s avère particulièrement intéressante : cet effet comprend à la fois le nombre de prescriptions par patient que le volume des prescriptions individuelles. Si la question du degré de médicamentation, ou de surmédicamentation, de la population québécoise est très complexe à étudier, l auteur observe une divergence très claire entre le Québec et les autres provinces quant à la taille des prescriptions. En effet, le Régime public d assurance médicament québécois exige le renouvèlement des prescriptions chaque mois. Cette mesure augmente significativement les couts pour le régime, puisque les frais d ordonnance s appliquent à chaque renouvèlement, sans compter le temps requis par les pharmaciens qui pourraient être mieux utilisés ailleurs. Selon les estimations du Professeur Gagnon, le fait de lever cette restriction, qui pèse particulièrement lourdement sur les malades chroniques, pourrait permettre de dégager des économies de l ordre de 144 M$, selon les données de Cette estimation se base sur l évaluation de la taille moyenne des prescriptions et sur leur effet sur les dépenses en médicaments, le Québec ayant des tailles de prescriptions de 37,8 % inférieures à la moyenne canadienne, le simple fait d adopter les mêmes pratiques que d autres 9

19 provinces comme la Colombie-Britannique permettrait de réaliser des économies conséquentes. Recommandation 4. Que le gouvernement du Québec autorise l allongement des prescriptions d ordonnance (144 M$) afin de limiter les dépenses en relation avec le renouvèlement de la prescription pour ainsi pouvoir l investir dans différents programmes sociaux Fin de la sous-traitance en informatique au sein du gouvernement du Québec Dans son rapport annuel pour , le Vérificateur général du Québec (VGQ) analyse les couts et les pratiques du gouvernement du Québec quant aux ressources informationnelles. Il note, entre autres, qu une forte proportion des projets entrepris dans ce domaine ne respectent pas leurs paramètres initiaux, que ce soit au niveau des couts, des délais ou autres, et que le gouvernement ne dispose pas d une stratégie par rapport à la main d œuvre interne et externe dans ce domaine. Le Vérificateur constate par exemple que sur les 905 M$ dépensés par le gouvernement provincial pour les dépenses de main d œuvre liée aux ressources informationnelles, près de 470,6 sont alloués à des ressources externes. La proportion de l emploi de telles ressources est plutôt de l ordre de 8 à 24 % dans les autres juridictions comparables au Québec (VGQ, 2011). Le Vérificateur mesure également que les ressources externes embauchées dans le domaine des technologies de l information au sein du gouvernement du Québec coutent entre 400 et 950 $ par jour, alors que le cout des ressources internes s échelonne de 215 à 475 $. Sur la base de tels chiffres, on peut établir que le remplacement de telles ressources externes, qui sont dans plusieurs cas d anciens employés des mêmes ministères embauchés comme consultants, par des ressources internes permettrait des économies de l ordre de 240 M$. Un tel changement ne peut évidemment se produire que dans le cadre d une politique en ressources humaines qui vise la rétention des employés et le développement de solides capacités à l intérieur des organismes gouvernementaux. Recommandation 5. Que le gouvernement du Québec se dote d une stratégie relative aux ressources humaines qui vise la rétention des employés et le développement des capacités à l intérieur des organismes gouvernementaux afin de réduire le recours aux ressources externes en matière de technologies de l information (240 M$) Nouveau palier d imposition sur le revenu des particuliers Comme l éducation et l ensemble des services publics devraient être accessibles pour tous et qu un de ses bienfaits est la possibilité de gagner un salaire plus élevé tout au long de sa vie, l impôt sur le revenu des particuliers est un des moyens les plus logiques 10

20 pour financer les services d éducation supérieure. On peut augmenter le caractère progressif de l impôt sur le revenu actuel en y ajoutant des paliers visant les contribuables à revenus élevés. La FEUQ a produit une simulation des rentrées supplémentaires potentielles pouvant être obtenues par l ajout d un palier d imposition supplémentaire. Cette simulation s appuie sur les statistiques fiscales des particuliers et calcule combien auraient payé les contribuables des différentes tranches de revenus sous un régime fiscal plus progressif. L hypothèse retenue a été celle de l ajout d un nouveau palier d imposition de 28 % sur les citoyens déclarant des revenus de plus de $. Comme illustré à la figure 2, cette classe de contribuables bénéficie d un taux d imposition effectif légèrement plus faible que celui des contribuables faisant de $ à $, potentiellement en raison de l usage accru par ce groupe de mesures fiscales telles que les crédits d impôt ou les déductions diverses. On peut donc estimer qu il existe un espace fiscal disponible auprès de cette population, dans une perspective d une fiscalité progressive. Les sommes supplémentaires correspondent aux montants supplémentaires prélevés sur les revenus dépassant des quelques citoyens québécois les plus fortunés. La FEUQ a effectué une correction pour l élasticité-revenu imposable. Cette mesure considère l effet décourageant pour le travail d une augmentation du taux de taxation marginal. En effet, pour chaque dollar de revenu supplémentaire qu il gagne, le contribuable fait face à un taux de taxation croissant qui, toute chose étant égale par ailleurs, rend le fait de travailler pour ce dollar supplémentaire moins attrayant. Cet effet se traduit par des revenus déclarés, donc imposables, plus faibles. Il est à noter qu on ne parle pas ici d élasticité par l évitement fiscal, mais simplement par une quantité de travail moindre. L ampleur de cet effet a été estimée à partir des paramètres limites utilisés par le Directeur parlementaire du budget du Canada (DPB) lorsqu il effectue ce type de simulation (DPB, 2014a). L ajout de ce palier rapporterait, selon cette simulation, entre et 150 et 160 M$, pour une augmentation de la charge fiscale d environ 3700 $ à 3900 $ par contribuable gagnant plus de $ par année, selon le niveau d élasticité-revenu imposable. 11

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec et au ministre des Finances du Canada, lors

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Stratégie canadienne pour l égalité des chances Aider à gérer la dette d études février 1998 «Il est inutile de rappeler aux Canadiens que l endettement

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Investir dans l enseignement supérieur Février 1997 «Les Canadiennes et les Canadiens savent qu une meilleur e instruction est synonyme de meilleurs emplois.»

Plus en détail

RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec (le Fonds).

RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec (le Fonds). Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec 08.01.0 Page 1 de 8 DATE DE MISE À JOUR 2015-07-15 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 Page 1 de 12 Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015 Université d Ottawa Cadre de référence Budget 2014-2015 L Université d Ottawa souhaite communiquer à la communauté universitaire les priorités, les enjeux et les défis auxquels elle fera face pour la préparation

Plus en détail

Devis de recherche Fiscalité du Québec

Devis de recherche Fiscalité du Québec Fiscalité du Québec Présenté dans le cadre de la 164 e séance du conseil d administration (CAO-16414) Les 20-21-22 juin 2014 À Sutton Fédération étudiante universitaire du Québec Orientation CASP 0814

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

Modernisation du régime d aide financière aux études : Une Mise à jour nécessaire. Document de référence pour la campagne annuelle de la FEUQ

Modernisation du régime d aide financière aux études : Une Mise à jour nécessaire. Document de référence pour la campagne annuelle de la FEUQ Modernisation du régime d aide financière aux études : Une Mise à jour nécessaire Document de référence pour la campagne annuelle de la FEUQ Octobre 2014 La Fédération étudiante universitaire du Québec

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Le 22 avril 2013 LE RAPPORT D AMOURS EN BREF SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 13-06. La rente longévité SOMMAIRE

Le 22 avril 2013 LE RAPPORT D AMOURS EN BREF SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 13-06. La rente longévité SOMMAIRE SOMMAIRE La rente longévité Loi RCR : - La fin des mesures de financement particulières dans les régimes du secteur public Une capitalisation renforcée - Une solvabilité allégée - Les valeurs de transfert

Plus en détail

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC Mise à jour de novembre 2015 LE plan économique du québec NOTE Le masculin générique

Plus en détail

ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation

ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation Luc Godbout 2 Suzie St-Cerny Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques

Plus en détail

Nouveaux arrivants au Canada Étudiants étrangers

Nouveaux arrivants au Canada Étudiants étrangers Nouveaux arrivants au Canada Étudiants étrangers But de la présentation Cette présentation s adresse à vous si vous avez quitté un pays, ou une province ou un territoire du Canada, pour venir vous établir

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009 52%86 264185027452867253 3294097452 264185%02272354926418 548232940927%2 4%3939548$2329272354926 2723%549264185027 850%27452867253%46507 %5272354$9264185%02272 0227235492%641850 452867253465%074%39395

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO)

Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO) Ministère du Revenu Imposition des sociétés 33, rue King Ouest CP 620 Oshawa ON L1H 8E9 Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO) Ce formulaire s applique aux années d imposition

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Stratégie canadienne pour l égalité des chances Aider les Canadiens à parfaire leurs compétences février 1998 «Les Canadiens savent que, pour bien

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009 À propos de l auteur Guillaume Charron, CA, M. Fisc. est Comptable Agréé et détient une Maitrise en Fiscalité de l Université de Sherbrooke. M. Charron est chargé de cours

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale CADRE FINANCIER D OPTION NATIONALE POUR L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC Autorisé et payé par Sylvain Gauthier, agent officiel du parti Document préparé par l équipe économique d Option nationale Vers un Québec

Plus en détail

ALERTE budget provincial

ALERTE budget provincial Mars 2015 ALERTE budget provincial présence locale portée mondiale Dans un premier budget équilibré depuis des années, le ministre des Finances Carlos Leitão a introduit plusieurs changements qui affectent

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres!

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

ANALYSE DES IMPACTS DE LA HAUSSE DES DROITS DE SCOLARITÉ ET DE LA BONIFICATION DU PROGRAMME DES PRÊTS ET BOURSES

ANALYSE DES IMPACTS DE LA HAUSSE DES DROITS DE SCOLARITÉ ET DE LA BONIFICATION DU PROGRAMME DES PRÊTS ET BOURSES ANALYSE DES IMPACTS DE LA HAUSSE DES DROITS DE SCOLARITÉ ET DE LA BONIFICATION DU PROGRAMME DES PRÊTS ET BOURSES Luc Godbout Professeur, Université de Sherbrooke Chercheur, Chaire de recherche en fiscalité

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

NOTE D INTERVENTION DE L

NOTE D INTERVENTION DE L NOTE D INTERVENTION DE L Numéro 40/Février 2015 Les fonds de travailleurs au Québec (Fonds de solidarité FTQ, Fondaction CSN) offrent un RÉER qui est assorti d un crédit d impôt en plus de la déduction

Plus en détail

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS)

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) Raj K. Chawla La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) est entrée en vigueur en 1991. Contrairement à la taxe sur les ventes des fabricants qu elle a remplacée, laquelle était perçue seulement

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

RÉGIME ENREGISTRÉ D ÉPARGNE-ÉTUDES

RÉGIME ENREGISTRÉ D ÉPARGNE-ÉTUDES RÉGIME ENREGISTRÉ D ÉPARGNE-ÉTUDES Table des matières. les frais d études EN 2030, UNE RÉALITÉ FRAPPANTE 2 2. Des subventions attrayantes canadienne pour l épargne-études (SCEE) 4 Bon d études canadien

Plus en détail

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises Faits saillants Budget Québec Mesures concernant les particuliers Élimination graduelle de la contribution santé à compter du 1er janvier 2017 Mise en place en place d un bouclier fiscal Croissance de

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LA FÉDÉRATION INTERPROFESSIONNELLE DE LA SANTÉ DU QUÉBEC (FIQ) LA FÉDÉRATION AUTONOME DE L'ENSEIGNEMENT (FAE) POUR LES

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX PRB 06-40F RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX FÉDÉRAUX INTRODUITS ENTRE 1998 ET 2005 Alexandre Laurin Alexandre Martin Division de l économie Le 28 août 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION

Plus en détail

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs :

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs : Introduction Auteure : Nicole Racette (Équipe de production) Gérer son crédit Objectifs : Atteindre une santé financière afin d avoir une meilleure qualité de vie; Considérer l épargne comme une solution

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Pour un avenir de classe Conçu pour vous aider à financer des études postsecondaires à temps plein ou à temps partiel, le REEE vous donne

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales

Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales Financement municipal : prendre l équité au sérieux Congrès de 2015 de la Fédération canadienne des municipalités Edmonton (Alberta),

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA DÉCISION

SOMMAIRE DE LA DÉCISION Communiqué La Régie de l'énergie rend sa décision relative à la demande de modifier les tarifs de distribution d Hydro-Québec, en appliquant une hausse tarifaire de2,9 % pour l ensemble des tarifs et de

Plus en détail

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Par : Service de fiscalité PRÉSENTATION Veuillez prendre note qu'il ne s'agit pas d'un résumé exhaustif de toutes les mesures contenues

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

Budget provincial 2015

Budget provincial 2015 Budget provincial 2015 Le 26 mars 2015, le gouvernement du Québec a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines pourraient avoir un impact sur les membres de l Association

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Le 2 février 2012 CREPUQ PRÉSENTATION DE LA CREPUQ AU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DES RÉGIMES COMPLÉMENTAIRES

Plus en détail

1. Du budget de l État au déficit public

1. Du budget de l État au déficit public 1. Du budget de l État au déficit public QCM 1. Qu est-ce que la LOLF? a. la loi d orientation des lois financières b. la loi d organisation des limites financières c. la loi organique relative aux lois

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances Protégez vos employés tout en réalisant des économies Table des matières Protégez vos employés tout en réalisant des économies 1 Qu est-ce qu

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

Investir dans le savoir.

Investir dans le savoir. Investir dans le savoir. Il faut commencer dès aujourd hui à économiser en vue des études postsecondaires de votre enfant. C est le meilleur moment pour le faire. Et le meilleur moyen de le faire est un

Plus en détail

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES Document d information Le coût élevé des études retarde l accès des étudiants à l autonomie financière Compte tenu

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes sources de revenus de placement et leur imposition; De connaître des stratégies afin de réduire

Plus en détail

Exploitation du gaz naturel au Québec

Exploitation du gaz naturel au Québec Exploitation du gaz naturel au Québec Présentation au Bureau d audiences publiques sur l environnement Le 12 octobre 2010 L:\SPBE\Commun\Presentations_PowerPoint\2009 1 Exploitation du gaz naturel au Québec

Plus en détail

RÔLE ET IMPORTANCE DE LA PLANIFICATION FINANCIÈRE...

RÔLE ET IMPORTANCE DE LA PLANIFICATION FINANCIÈRE... INTRODUCTION MODULE I HISTORIQUE 2 RÔLE ET IMPORTANCE DE LA PLANIFICATION FINANCIÈRE... 2 3 HISTORIQUE QUÉBÉCOIS... 3 4 LA LOI 188 ET LA PLANIFICATION FINANCIÈRE... 4 4.1 Objectifs de la loi... 4 4.2 Le

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Le dilemme de la rémunération : Toucher un salaire ou des dividendes?

Le dilemme de la rémunération : Toucher un salaire ou des dividendes? décembre 2013 Le dilemme de la rémunération : Toucher un salaire ou des dividendes? Jamie Golombek Avec l arrivée prochaine de la fin d exercice de plusieurs entreprises, les propriétairesdirigeants devront

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

DÉTAIL DE L OFFRE GOUVERNEMENTALE DU 5 MAI 2012

DÉTAIL DE L OFFRE GOUVERNEMENTALE DU 5 MAI 2012 Acces DÉTAIL DE L OFFRE GOUVERNEMENTALE DU 5 MAI 2012 Document à l attention des associations étudiantes Léo Bureau- Blouin, président de la (FECQ) CONTENU Ce document vise à vulgariser l offre faite par

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 :

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 : SOMMAIRE À LA DIRECTION Dans un nouveau sondage mené à l échelle nationale auprès de 3 000 Canadiens par Greenberg Quinlan Rosner Canada pour le compte de l Institut Broadbent, on a posé des questions

Plus en détail

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi 5.1 Financement du soutien de l emploi Sommaire de la directive Décrire le cadre de financement

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Bulletin d information

Bulletin d information Bulletin d information Gouvernement du Québec Ministère des Finances 98-8 Le 22 décembre 1998 Sujet : Modalités d application de la réforme de la fiscalité des entreprises et autres mesures fiscales Le

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés».

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés». Dette Dette L ENDETTEMENT L administration municipale a recours à l emprunt à long terme principalement pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est influencé par

Plus en détail

Aperçu du budget fédéral de 2016

Aperçu du budget fédéral de 2016 RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Aperçu du budget fédéral de 2016 Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a déposé le premier budget du gouvernement libéral le mardi 22 mars 2016. Il s agit du premier budget

Plus en détail

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant Cet article est le deuxième d une série de quatre visant à examiner les implications fiscales canadiennes et états-uniennes dans le cadre d une affectation temporaire d un employé du Canada aux États-Unis.

Plus en détail

SYNDICAT DES ENSEIGNANTES ET ENSEIGNANTS du CEGEP DE SOREL-TRACY

SYNDICAT DES ENSEIGNANTES ET ENSEIGNANTS du CEGEP DE SOREL-TRACY L austérité, c est quoi? Les mesures d austérité sont des mesures visant à équilibrer les finances publiques d un État ou à réduire l endettement public par une réduction des dépenses de l État (compressions

Plus en détail

Droits de scolarité : contexte et argumentaire

Droits de scolarité : contexte et argumentaire Droits de scolarité : contexte et argumentaire Plan de la présentation Contexte actuel Les prochaines hausses Argumentaire du gouvernement Contre-argumentaire Conclusion et discussion Contexte actuel Augmentation

Plus en détail

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 1 Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 2 Les infrastructure dans l économie Depuis plusieurs années,

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

Pour une gestion responsable des investissements dans le secteur des transports

Pour une gestion responsable des investissements dans le secteur des transports Pour une gestion responsable des investissements dans le secteur des transports Proposition de moratoire sur le développement du réseau routier au profit de la réfection des infrastructures existantes

Plus en détail

SECTEUR MANUFACTURIER, VOUS POURRIEZ TIRER AVANTAGE DE RÉCENTES ANNONCES DOCUMENT INFORMATIF

SECTEUR MANUFACTURIER, VOUS POURRIEZ TIRER AVANTAGE DE RÉCENTES ANNONCES DOCUMENT INFORMATIF SECTEUR MANUFACTURIER, VOUS POURRIEZ TIRER AVANTAGE DE RÉCENTES ANNONCES DOCUMENT INFORMATIF Pour De Tous Service de fiscalité Marcel Bergeron, CPA auditeur, CA Date Le 1 er décembre 2013 SECTEUR MANUFACTURIER,

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014 PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015 novembre 2014 4. COMPARAISON DES TAUX D INDEXATION DES RÉGIMES D IMPOSITION QUÉBÉCOIS, FÉDÉRAL ET PROVINCIAUX En 2015,

Plus en détail

Module 5 - L épargne Document 5-7

Module 5 - L épargne Document 5-7 Document 5-7 Outils d épargne (notions détaillées) Compte d épargne à intérêt élevé Il s agit d un type de compte de dépôt, sur lequel la banque vous verse un intérêt. Ce taux d intérêt, qui est variable,

Plus en détail

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005 Respecter ses engagements Le budget de 2005 Forger une économie productive et durable le 23 février 2005 Les résultats économiques et financiers remarquables du Canada Depuis l élimination du déficit en

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Chronique. Planification financière. La vraie nature du REÉR. Éric Brassard

Chronique. Planification financière. La vraie nature du REÉR. Éric Brassard hronique Planification financière Chronique La vraie nature du REÉR Le régime enregistré d épargne-retraite («REÉR») est un type de véhicule de placement particulier qui, le plus souvent, fait l objet

Plus en détail

Collège Jean-de-Brébeuf. Les frais de scolarité et vos impôts

Collège Jean-de-Brébeuf. Les frais de scolarité et vos impôts Collège Jean-de-Brébeuf Les frais de scolarité et vos impôts Année fiscale 2014 Direction des ressources financières 24 octobre 2014 Objectifs Présenter les déductions et les crédits d impôts applicables

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

Pour une éducation supérieure accessible

Pour une éducation supérieure accessible Les Services Collectifs inc. Pour une éducation supérieure accessible Mémoire présenté dans le cadre du Sommet de l éducation post-secondaire Hiver 2013 Association étudiante du Cégep de Sainte-Foy L Association

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail