La lettre trimestrielle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La lettre trimestrielle"

Transcription

1 La lettre trimestrielle T-1 1er trimestre 2012 Résumé du trimestre: Un début d année robuste suite à un apaisement en Europe. Nous sommes heureux de souhaiter la bienvenue à nos client référés Desjardins pour qui cette lettre représente la première depuis le 3 e trimestre Nous avons préparé une courte vidéo qui est accessible à tous sur notre site Nous souhaitions en ce début de 2012 présenter nos vues sur la gestion de nos titres à revenu et sur notre allocation d actifs. Ces textes se retrouvent aux pages 6 et 7. Il en ressort que bien que nous soyons fort optimistes que le grand ménage en cours dans les finances des pays occidentaux sera très bénéfique à moyen et long terme et que le marché boursier connaîtra une assez longue période de croissance importante, les risques de dérapage à court terme sont trop importants pour que l on n adoptent pas un conservatisme plus grand qu à l habitude. Nous aurons l occasion de présenter nos vues à court et à long terme lors de notre conférence annuelle le 18 avril prochain au Club St-James. Cette allocution sera enregistrée et disponible sur notre site dans les jours suivants. Elle s intitule: Que réserve la prochaine décennie à l investisseur patient? Nous sommes en général heureux de notre début d année. En 2011, notre performance de portefeuille avait souffert de la durée courte de nos titres à revenu; c est l inverse qui se produit en 2012 à ce jour où la montée des taux d intérêt n a pas fait mal à notre portefeuille obligataire d échéance courte. Aussi, nos investissements dans les marchés émergents qui après deux années de performance exceptionnelles en 2009 et 2010, ont connu une année difficile en 2011, sont les principaux responsables de la croissance de nos portefeuilles en ce début d année, connaissant un départ canon. Enfin, nous croyons que nos clients apprécieront certains changements à venir prochainement rendus possible par notre nouvelle association avec Richardson GMP, et décrits à la page 5. Merci de votre confiance. Contenu 2 Le marché obligataire 2 Le marché des changes 3 Bourse canadienne 4 Bourse américaine 4 Bourses internationales 5 Revue des activités de gestion de portefeuille 8 Informations de base Quelques statistiques Mois Déc Janv Fév Taux d intérêt/canada Bourses Devises Court terme Moyen terme Long terme CAN TSX/ SPX USA DJII Intern. EAFE $USA EURO YEN 0,80 1,28 1, ,9789 0, ,31 0,87 0,93 0, ,9959 0, ,98 1,25 1,44 1, ,0135 0, ,11 Mars ,89 1,99 2, ,001 0, ,98

2 DalpéMilette - La lettre trimestrielle - 1er trimestre Le marché obligataire «Sans surprise, les taux directeurs au Canada et aux États-Unis restent inchangés. C est sans surprise que la Banque du Canada a laissé son taux directeur inchangé à 1,00 % le 8 mars dernier, pour une douzième fois consécutive. En ce qui a trait au message envoyé, il contient un climat d amélioration sur le plan économique et financier mondial, mais contient aussi une dose de prudence pour la suite des choses. La Banque du Canada manifeste un peu moins d inquiétude qu au cours des derniers mois tant à l échelle internationale que canadienne. Elle pense que l économie intérieure progressera à un taux «tendanciel tandis que les exportations nettes seront freinées par la faible demande étrangère. «L évolution récente donne à penser que les perspectives de l économie canadienne se sont légèrement améliorées par rapport à celles présentées dans le rapport sur la politique monétaire en janvier. Même si l économie connaîtra probablement une expansion plus rapide que prévu au premier trimestre en raisons de facteurs temporaires, le rythme de l activité demeure aux alentours de son niveau tendanciel, la robustesse de la demande intérieure contrebalançant la faiblesse de la conjoncture extérieure. Dans son communiqué La Réserve fédérale fait mention de l amélioration récente des conditions économique et financière. C est donc sans surprise qu elle s est contentée le 13 mars dernier de reconduire toutes les mesures annoncées au cours de réunions précédentes tout en prenant acte des nouvelles données économiques. Depuis décembre 2008, son taux directeur oscille dans une fourchette de 0 % à 0,25 %. Les prix des obligations ont diminué et les rendements ont augmenté en février et mars alors que les investisseurs sont devenus plus confiants quant à la croissance et moins préoccupés par la crise de la dette souveraine européenne. Les taux de dix ans, un taux clé pour les États-Unis à emprunter sur les marchés financiers, ont augmenté à aussi haut que 2,36 %, le plus haut niveau depuis la fin octobre Les taux canadiens ont également augmentés, l indice canadien DEX Universe a chuté de 0,40 % en février. Dans ce contexte, l indice canadien Dex Universe a réalisé un rendement négatif de -0,22 % pour le premier trimestre de Pour nos voisins du Sud, pour la même période, l indice J.P. Morgan a réalisé un rendement de +0,30 %. Le marché des changes «La baisse des tensions en Europe profite à certaines devises. Les difficultés reliées à l endettement des pays européens ont continué à faire les manchettes en ce début d année Cependant, l apaisement des tensions financières sur la situation des dettes souveraines en Europe a fait perdre du tonus au billet vert qui profitait depuis un moment de son statut de valeur refuge. De plus, le fait que la Réserve fédérale ait annoncé qu elle ne prévoyait pas augmenter ses taux d intérêt directeurs avant tard en 2014 a également contribué au recul de la devise. Enfin, l éventualité d un troisième programme quantitatif aux États-Unis, pourrait aussi entraîner le dollar américain à la baisse comme cela avait été le cas lors des interventions précédentes. De notre côté de la frontière, le dollar canadien continue de frôler la parité avec le billet de nos voisins du sud profitant lui aussi de la baisse des tensions européennes et de l annonce de la Réserve fédérale sur les taux d intérêt. Le cours élevé des matières premières contribue également à la bonne santé de la devise cana- dienne même si le huard est moins prompt à suivre celui du pétrole qu auparavant. Il a par ailleurs moins bien performé que les autres monnaies associées aux prix des matières premières. Il termine le trimestre à 1,00 $US soit une hausse de 2,3 % depuis le début de l année. De l autre côté de l océan, l euro a aussi profité du vent d optimisme créé par la première opération de financement de trois ans de la Banque centrale européenne et de l engagement de la Réserve fédérale. Le maintien d un taux directeur élevé en zone euro offre également un certain soutien à la devise. Cependant, même si un défaut de paiement de la Grèce a été évité, la situation des finances publiques ainsi que les élections dans ce pays continuent à faire frissonner les marchés mondiaux. Notons cependant que les craintes concernant les autres pays en difficultés de la zone euro ont diminuées. L euro termine la session à 0,75 $ CAD.

3 DalpéMilette - La lettre trimestrielle - 1er trimestre Le marché boursier canadien «Début d année solide pour le marché boursier canadien. Depuis que le calme est revenu concernant la crise des dettes souveraines en Europe, les principaux indices boursiers ont augmenté de 4-5% sans jamais reculer. Les ventes de maisons ont augmenté de 8,6 % par rapport à l'année dernière, le taux de chômage est passé à 8,5% et celui de l'inflation à 2,6 %. Le dollar canadien est à parité avec le billet vert et le lingot d'or tourne autour de 1 660$ us l'once. Le TSX termine à 4,4 % au cours du 1er trimestre. L'industrie termine à 2,7 %. Suite aux contrats obtenus du ministère de la défense du Canada et d'autres en Malaisie, les profits de CAE se sont élevés à 45,6 millions$ versus 38,5 millions$ pour la même période l'année dernière. Ses revenus ont augmenté de 10%. CAE exerce des activités en modélisation, simulation et formation pour les secteurs de l'aviation civile et de la défense. La société compte plus de employés dans plus de 100 sites et centres de formation répartis dans plus de 20 pays. Les télécommunications terminent à 2,1 %. Les nouveaux fournisseurs de téléphonie sans fil (Wind Mobile, PublicMobile, Mobilicity et Videotron) arrivés récemment sur le marché au Canada, enlèvent des clients à des géants bien établi comme Rogers, Bell et Telus et aident à faire fondre les prix. Ces fournisseurs ont attiré nouveaux abonnés comparativement à pour les anciens joueurs. Le secteur des matériaux termine à 0,0 %. Les prix des métaux industriels ont été soutenus à la hausse lors du dernier trimestre par des indices encourageants venant de la Chine (premier pays consommateur de ces métaux) et des États-Unis. L'aluminium a atteint un sommet depuis mi-septembre Les cours des métaux de base ont connu un regain démontrant ainsi que l'intérêt des investisseurs à leur égard reste solide. La finance termine à 9,8 %. La réputation des banques canadiennes est en hausse. Le Canada se classe quatrième au chapitre de la valeur de la marque de commerce de ses banques. Selon le magazine Global Finance, la Banque Royale qui a vu son dividende haussé de 6% se retrouve au 10e rang, Toronto Dominion suit de près au 11e, la Banque Scotia au 14e, BMO dont le bénéfice net a bondi de 34% ce trimestre se classe au 23e rang et la CIBC au 24e. La Banque Nationale qui vient d'entrer dans le top 50 des banques les plus sûres, arrive au 40e rang. La consommation discrétionnaire termine à 13,2 %. Certains constructeurs automobiles ont vu leurs ventes canadiennes augmenter d'au moins 10% en février dernier. Une hausse des prix de l'essence a incité les consommateurs à se tourner vers les véhicules à faible consommation de carburant. Chrysler Canada a vu ses ventes augmenter de 9% par rapport à la même période il y a un an, du côté de General Motors du Canada, une hausse de 16% de ses ventes de véhicules à faible consommation d'essence. Toyota Canada a enregistré une hausse de 31 % de ses ventes tandis que chez Honda Canada, il y eu une progression de 14 %. Le secteur de l'énergie termine à 1,2 %. L'Arabie Saoudite, premier exportateur de pétrole brut mondial, a soutenu son engagement de maintenir et stabiliser l'offre mondiale en pétrole suite aux sanctions internationales contre Téhéran et celui de l'embargo pétrolier décidé en janvier par l'union européenne (UE), qui devrait être mis en place en juillet prochain. Selon Barack Obama, les tensions actuelles au Moyen-Orient, et surtout dans le dossier nucléaire iranien, ont pour conséquence de gonfler les cours du baril de pétrole de 20 à 30 dollars. Les biens à la consommation termine à 0,1 %, la santé termine à 15,5 %, et celui des services publics à 6,8 %.

4 DalpéMilette - La lettre trimestrielle - 1er trimestre Le marché boursier américain «Un départ positif à l année. Les marchés américains ont connu un début d année positif. Le Dow Jones a gagné 8,1 % au cours du trimestre. L indice S&P a pour sa part terminé le trimestre en hausse de 12,6 % alors que le NASDAQ a terminé en hausse de 18,7 %. L économie américaine a évité en 2011 une nouvelle récession et a même réussi à s accélérer d un trimestre à l autre. Le début d année 2012 semble vouloir continuer sur cette même lancée avec de solides données sur l emploi et des indicateurs économiques sains. En effet, le marché du travail a surpris par son apport en janvier de plus de nouveaux emplois nets dans le secteur privé pour une moyenne de de décembre à février. Le taux de chômage global est tombé à son plus bas niveau depuis trois ans, soit celui de février 2009, à 8,3 % et les nouvelles inscriptions ont chuté en février à leur plus bas en quatre ans. Le commerce de détail a également connu sa plus forte progression en février depuis septembre 2011,avec une augmentation des ventes de 1,1% suite à hausse en janvier de 0,6 %. La production industrielle s est quant à elle stabilisée à la même période après deux mois de hausse pour une progression de 4 % sur 12 mois. Les résultats des tests de résistance menés par la Réserve fédérales auprès des banques ont contribué à la hausse des marchés boursiers alors que seulement quatre banques, comparativement à dix lors de l exercice précédent, ont échoué. Autre événement marquant, le très populaire réseau social Facebook a officiellement déposé une demande d entrée en Bourse auprès de la Security Exchange Commission le 14 février dernier. L entrée en bourse de la société est un des événements les plus attendus sur les marchés boursiers cette année. Avec en plus les républicains et les démocrates qui se préparent pour la campagne présidentielle, 2012 promet d être encore une fois riche en rebondissements. Les marchés boursiers internationaux «Un chapitre de plus dans la saga des dettes souveraines. Je suis le symbole de l intégration et de la coopération, nous avons commencé à 12, nous sommes maintenant 17 et je fête cette année mon 10 e anniversaire : je suis l euro. Le cœur est loin d être à la fête pour la zone euro qui débute 2012 sous le signe de la récession en Italie et au Portugal et avec un taux de chômage record en Espagne, mais que dire de sa préoccupation première : la Grèce. Acculé au pied du mur avec une échéance de remboursement de 14,5 milliards d euro à la fin mars, la zone euro se mobilise pour octroyer à la Grèce un second plan d aide de l ordre de plus de 230 milliards d euro afin d éviter au pays la faillite et sa sortie de l union monétaire. Malgré tout, les indices vedettes européens ont connu un de leur meilleur début d année. En Allemagne, l indice de confiance des entreprises a monté plus que prévu en février en atteignant un sommet inégalé depuis sept mois, car le progrès dans la maîtrise de la crise des dettes européennes a tempéré le risque d une récession. D ailleurs, le taux de chômage en février s est maintenu à son plus bas niveau en plus de deux décennies. Son indice de référence, l indice DAX, termine ce premier trimestre en hausse de 17,8 %. En France, l indice CAC-40 a progressé de 8,4 % depuis le début de l année. La confiance économique dans la zone euro s est amélioré en février, signe de la stabilisation de l économie, après une contraction au 4 e trimestre et ce, malgré un taux de chômage qui a grimpé à son niveau le plus élevé en plus de 14 ans. Au Royaume-Uni, le taux de chômage a atteint son plus haut niveau depuis 17 ans laissant craindre le spectre qu une nouvelle récession se rapproche. Par contre, de son côté, l indice de fabrication a bondi en janvier à un sommet des huit derniers mois et pourrait signaler un retour inattendu à l expansion, cela reste à voir. L indice de référence termine ce trimestre en hausse de 3,5 %. Du côté de l Asie, l indice Hang Seng de Hong Kong et le Nikkei 225 de Tokyo terminent ce premier trimestre en hausse de 11,5 % et 19,3 % respectivement. En Chine, la croissance du secteur de la fabrication s est accélérée en janvier et en février et un indicateur révèle aussi une croissance en Inde, ce qui démontre que les économies d Asie maintiennent leur élan même si la crise des dettes européennes plafonne les exportations.

5 DalpéMilette - La lettre trimestrielle - 1er trimestre Revue des activités de gestion de portefeuille «Richardson GMP nous offre une panoplie d outils en gestion de portefeuille que nous mettons maintenant à profit. Lors de notre arrivée chez Richardson GMP il y a cinq mois, nous insistions auprès de nos clients sur les diverses facettes de son offre à ses clients et ses conseillers, en particulier en gestion de portefeuille, dont nous allions pouvoir bénéficier. Voici en sommaire ce que nous comptons mettre en place dans un avenir rapproché : Nouvelle politique d investissement et accès à de nouveaux profils d investisseurs. En plus de pouvoir bénéficier d une gamme nettement plus étendue de véhicules de placement à des prix très compétitifs, nous avons maintenant accès à un des logiciels de gestion de portefeuille les plus puissants au Canada. Sans entrer dans trop de détails, sachez qu il nous est maintenant beaucoup plus facile de créer et surtout de gérer et de suivre un plus grand nombre de profils d investissement. Grâce à cela, nous avons décidé d ajouter une catégorie de portefeuilles dont le principal but est la création de revenus de placement réguliers, plutôt que la croissance du capital. Ces nouveaux portefeuilles sont susceptibles d intéresser les retraités ou ceux qui souhaitent réduire la volatilité du rendement de leur portefeuille. Ceux-ci sont aussi en partie différents dépendant qu ils s appliquent à des comptes taxables ou non-taxables (comme les REER par exemple). Le tableau qui suit présente maintenant les choix disponibles. Nous communiquerons avec vous dans les prochaines semaines, à moins que vous ne le fassiez vous-mêmes, afin de vérifier votre intérêt à modifier votre profil d investisseur, le cas échéant. Nouveau rapport de performance plus professionnel et complet. Nous devions auparavant produire nousmêmes les rapports de performance que vous receviez, en plus de notre lettre trimestrielle rédigée entièrement par nous-mêmes depuis Richardson GMP produit automatiquement des rapports de performance pour chaque client, ce qui est un net progrès, autant par son contenu que par sa forme, sur ce que nous vous envoyions nous-mêmes. Ce rapport, disponible à partir de la fin du 2 e trimestre de 2012, incorporera du texte que nous continuerons à produire et qui est pertinent à notre propre gestion de votre portefeuille. En fin d année, en plus du rapport trimestriel de performance, nous vous ferons parvenir dans un document séparé une analyse de notre performance de l année ainsi qu un historique depuis les débuts de DalpéMilette, comme nous le faisions avant au sein même de notre lettre trimestrielle de fin d année. Nous sommes confiants que nos clients apprécierons les changements apportés. Description des profils de portefeuille > $ % encaisse et titres à revenus % titres de participation Code Nom Max Cible Min Max Cible Min PORTEFEUILLES REVENUS Comptes taxables RT Portefeuille revenus taxables 100% 100% 100% 0% 0% 0% EDT Portefeuille équilibré défensif taxables 100% 85% 70% 25% 15% 0% EPT Portefeuille équilibré prudent taxables 85% 70% 60% 40% 30% 15% Comptes non-taxables RNT Portefeuille revenus non-taxables 100% 100% 100% 0% 0% 0% EDNT Portefeuille équilibré défensif non-taxables 100% 85% 70% 25% 15% 0% EPNT Portefeuille équilibré prudent non-taxables 85% 70% 60% 40% 30% 15% PORTEFEUILLES CROISSANCE EPM Portefeuille équilibré prudent modéré 80% 60% 50% 50% 40% 20% EM Portefeuille équilibré modéré 75% 50% 40% 60% 50% 25% EC Portefeuille équilibré croissance 70% 40% 30% 70% 60% 30% ECP Portefeuille équilibré croissance plus 67% 33% 23% 77% 67% 33% ECM Portefeuille équilibré croissance max 63% 25% 15% 85% 75% 37% A Portefeuille actions 55% 10% 0% 100% 90% 45% AE Portefeuille actions étrangères 55% 10% 0% 100% 90% 45% AC Portefeuille actions Canada 55% 10% 0% 100% 90% 45%

6 DalpéMilette - La lettre trimestrielle - 1er trimestre Revue des activités de gestion de portefeuille (suite) «Le marché obligataire nous paraît surévalué, ce qui explique notre gestion prudente des titres à revenus. À éviter: les obligations à long terme. Titres à revenus Depuis quelques trimestres, nous mettons en garde nos clients sur la vulnérabilité du marché obligataire. En effet, au niveau actuel des taux d intérêt, une hausse même légère de ceux-ci est susceptible de faire chuter de façon assez nette la valeur des obligations, peu importe la qualité. Cette baisse potentielle de valeur est proportionnelle à la durée des titres détenus: plus la durée est longue, plus la baisse de valeur de l obligation sera importante pour la même hausse de taux. Ceci explique pourquoi nous optons depuis quelque temps pour une durée moyenne très courte pour nos titres à revenus. Ceci nous a nui en 2011 alors qu au lieu de monter, malgré un niveau historiquement très bas déjà, les taux d intérêt connaissaient leur plus grande baisse en proportion depuis 34 ans. Ceux qui détenaient des titres à revenus de longue échéance en ont profité, mais pas nos portefeuilles à échéance moyenne courte qui étaient davantage positionnés pour protéger le capital en cas de hausse probable de taux d intérêt. Le rendement relativement ordinaire de notre client type en 2011 provient en grande partie de cette décision prudente que nous avons prise en cours d année. C était en Les taux d intérêt ont défié temporairement la logique et baissé l an passé principalement en raison du rapatriement en Amérique de sommes importantes venant de la vente de titres européens et des interventions de la Fed américaine qui achetait des obligations en cours d année. Nous sommes maintenant en 2012 et ce qui «devait arriver se produit maintenant. Depuis environ un mois, les taux d intérêt à moyen et long terme ont augmenté de façon importante (par ex. les taux sur les obligations 10 ans du gouvernement du Canada sont passés de 1,90 % à 2,30 %, une hausse de 21%) et le marché obligataire a connu sa pire baisse de valeur depuis fort longtemps. Et ce n est pas fini à notre avis. Warren Buffet disait il y a quelques semaines que selon lui, les obligations à long terme représentaient le pire placement au monde présentement. Au Canada, quelques éléments montrent à quel point le niveau très bas des taux d intérêt est insoutenable: 1. le taux des obligations 30 ans est de loin le plus bas depuis 50 ans, malgré une activité économique faible mais tout de même pas si faible; 2. la plupart des nouvelles économiques sont meilleures que ce à quoi s attendaient les prévisionnistes, ce qui devrait aider les taux à remonter; 3. depuis 9 mois, le marché boursier remonte (signe d une confiance un peu meilleure dans l économie) alors que les taux d intérêt baissent (signe d une dégradation économique); 4. les taux d intérêt sur les obligations de 30 ans sont inférieurs à l inflation, une anomalie qui se produit très rarement et qui ne dure pas longtemps. Si l on prend une moyenne sur 50 ans, avec l inflation en vigueur aujourd hui, les taux à 30 ans devraient approcher 6,0-6,5 %, versus 3,40 % présentement. Pour mettre les choses en perspectives, si les taux de 30 ans remontaient à 6,0 % (ce qu on ne croit pas probable à court terme), la valeur des obligations gouvernementales 30 ans chuterait d environ 50 %, soit la même correction que le marché boursier mondial durant la crise de ; 5. le taux de dividende du marché des actions canadiennes est supérieur au taux des obligations canadiennes à long terme, une autre anomalie parce le plus souvent il se trouve à fort escompte. A notre avis, le retour à la normale risque de se faire plus par la montée des taux d intérêt que par la hausse des actions à dividendes; et 6. une autre explication de l engouement soudain pour les obligations canadiennes en particulier, est que depuis la décote des obligations des gouvernements américain et français en 2011, le poids du Canada dans l univers des obligations cotées AAA est passé de 3,6 % à 11,9 % en quelques mois seulement et il a dû se produire un rajustement car plusieurs investisseurs mondiaux ne touchent qu à des AAA. Nous croyons que la hausse des taux des obligations n est pas terminée et que l on pourrait d ici 12 à 18 mois voir des taux à long terme aux environs de 3,5-4,0 % versus 2,15 % présentement. Notre portefeuille obligataire est bien positionné pour cette éventualité et sa valeur résistera très bien à cette hausse possible de taux d intérêt. Il se peut que nous fassions quelques transactions sous peu dans notre portefeuille obligataire mais nous conserverons ce biais vers des titres de très courte durée.

7 DalpéMilette - La lettre trimestrielle - 1er trimestre Revue des activités de gestion de portefeuille (suite) «Il n est pas facile de concilier nos vues claires et généralement optimistes à long terme avec celles plus nébuleuses et défavorables à court terme. Répartition d actifs Plusieurs grandes tendances lourdes se retrouvent présentement dans la même arène: la mondialisation des économies et le changement de leadership des pays occidentaux vers les pays émergents, en particulier asiatiques; la démographie favorable qui stimule la consommation de la classe moyenne en Asie, et le vent de face d une population vieillissante et décroissante dans la plupart des pays occidentaux; le fardeau sans précédent d un endettement de plus en plus lourd sur les pays occidentaux, et le ménage qui est en train de se produire en ce moment avec toutes ses conséquences déstabilisatrices; le modèle chinois qui doit migrer d une économie exportatrice et fortement dirigée vers une société plus ouverte et consommatrice; un marché obligataire qui performe de façon exceptionnelle depuis 20 ans en raison des baisses incessantes de taux d intérêt mais dont les beaux jours sont derrière lui; un marché boursier anémique depuis une douzaine d années et dont la valeur est dépréciée. Si, comme Warren Buffett le dit souvent, nous pouvions placer notre argent et ne pas s en préoccuper pour 10 à 15 ans, il me semble que les choix seraient plus simples. Mais malheureusement, bien que nos clients aient pour la plupart un horizon de placement long, ils ouvrent leur relevé de portefeuille mensuellement. Il nous faut donc concilier le court et le long terme en même temps. Nous aurons l occasion de présenter nos vues à court et à long terme lors de notre conférence annuelle le 18 avril prochain au Club St-James. Cette allocution sera enregistrée et disponible sur notre site dans les jours suivants. En gros, nous sommes très optimistes pour le rendement des actions de sociétés au cours de la prochaine décennie. Nous croyons que celles-ci feront significativement mieux que la plupart des alternatives d investissement. D abord parce que leur valeur est dépréciée par rapport aux prix payés pour les autres formes d investissement, mais aussi parce que le contexte économique et financier qui prévaudra au sortir du présent ménage des finances des pays occidentaux sera très porteur de confiance et de croissance économique. Le degré d avancement de ce dit ménage est inégal dans le monde. Aux États-Unis, il est plutôt avancé si l on exclut celui des finances publiques qui sera probablement pris en compte au cours des deux prochaines années. En Europe, ça avance mais il en reste beaucoup à faire dans les pays périphériques. Au Japon, tout est à faire encore. Il est impossible de prévoir avec certitude comment tout se résorbera. Lentement sans trop de chocs mais avec une économie qui stagne pendant de nombreuses années. Ou bien rapidement et avec éclat, mais selon un mode davantage bust boom. Si nous avions la réponse, il serait facile de positionner les portefeuilles en conséquence. Mais n ayant pas assurément la réponse à cette question et étant de nature équilibrée plutôt qu extrémiste, nous optons pour une approche posée. Nous croyons que les marchés boursiers pourraient vivre difficilement la prochaine année. Il est vrai que les cours boursiers sont raisonnables, mais les ratios d évaluation ne sont pas de bons indicateurs du moment d un renversement de tendance, seulement de l amplitude de celle-ci lorsqu elle se produit. Pour des raisons obscures, le marché boursier suit des cycles de quatre ans; celui-ci se terminera au printemps Il aura vu les cours progresser de façon significative depuis mars 2009, au sortir de la crise de Pour la période mars 2009-février 2012, l indice boursier mondial MSWI est en hausse de 45 % en dollars canadiens (versus 69 % pour notre bloc actions) et la bourse canadienne de 56 % (versus 93 % pour nos actions canadiennes). Les élections américaines seront derrière nous et la gestion des finances publiques sera de retour dans l actualité. Dans ce contexte, on pourrait voir plusieurs incitatifs fiscaux en place depuis 2008 disparaître, en plus de voir apparaître de nouvelles mesures restrictives. Nous sommes assez convaincus que ça ira pire en Europe avant d aller mieux et pensons que les chances que s estompe l apparente stabilité retrouvée avec les derniers accords avec la Grèce, sont grandes à court terme. Les marges bénéficiaires des sociétés, à des niveaux record en ce moment, seront appelées à un retour à la normale si les conditions économiques déjà faibles se détériorent davantage. Dans ce contexte, nous souhaitons réduire encore (nous l avions fait en février 2011 avec succès) le poids des actions en portefeuille. Mais aussi, nous désirons réduire un peu la variabilité de notre bloc actions à un contexte potentiellement difficile à court terme en ajoutant des titres dont le comportement en bourse est susceptible d être plus résistant à une période animée, en partie à cause du support du dividende. Si l on se trompe et que le paradis est à nos portes, au moins ces titres nous apporteront un certain potentiel de plus-value par rapport à des obligations à court terme.

8 DalpéMilette - La lettre trimestrielle - 1er trimestre Renseignements DalpéMilette a comme mission d être le principal conseiller financier de ses clients. Rendue dans le cadre d un service personnalisé courtois, attentif et professionnel, son offre de services repose sur une équipe très expérimentée, dotée d une capacité d analyse et d outils d évaluation de haut niveau. Une approche équilibrée, dynamique et systématique en plus d une rémunération concurrentielle et libre de tout conflit d intérêts potentiel caractérisent ses activités de gestion de portefeuille. Lauréat national du prix Distinction de l Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières DalpéMilette Richardson GMP Limitée 1250 ouest, boul. René-Lévesque Bureau 1500 Montréal (Québec) H3B 4W8 Télécopieur : Marc Dalpé Gestionnaire de portefeuille Jean-Marc Milette Conseiller en placement Développement des affaires Jean Quintin Conseiller en placement Adjointes au service à la clientèle Anna Gastaldi Christina Giusti Christine Ouellet Francesca Pannunzio Adjointes administratives Isabelle Bernier Marie-Béatrice Faussat Pour ceux qui désirent une information plus complète sur l évolution des marchés financiers et sur les points d intérêt qui animent nos pensées et dictent nos décisions de portefeuille, notre service Info DalpéMilette répond à ce besoin. Il est envoyé par courriel quotidiennement à nos clients intéressés à suivre de plus près leur portefeuille et ce qui le touche. Communiquez avec nous pour en savoir plus. Avertissement : Les opinions exprimées dans ce bulletin sont des opinions de l'auteur; le lecteur ne doit pas supposer qu'elles reflètent les opinions ou les recommandations de Richardson GMP ou de ses sociétés affiliées. Les hypothèses, opinions et estimations représentent notre jugement en date de publication de ce document et peuvent faire l objet de modifications sans préavis. Nous ne garantissons pas l intégralité ou l exactitude des renseignements contenus dans ce document, et, en conséquence, vous ne devez pas les utiliser comme référence. Avant de suivre des recommandations, vous devriez évaluer si elles sont adaptées à vos circonstances particulières et, au besoin, demander conseil à des professionnels. Le rendement passé n'est pas révélateur des résultats futurs. Richardson GMP Limitée est membre du Fonds canadien de protection des épargnants. Richardson est une marque de commerce de James Richardson & Fils, Limitée. GMP est une marque de commerce déposée de GMP Valeurs Mobilières S.E.C. Ces deux marques sont utilisées sous licence par Richardson GMP Limitée. Monsieur Marc Dalpé est inscrit à titre de gestionnaire de portefeuille auprès des organismes d autoréglementation. Il est autorisé conformément aux dispositions du Règlement 1300 de l OCRCVM à prendre des décisions de placement et à donner des conseils relativement à des titres pour des comptes gérés. À l exception de Monsieur Marc Dalpé, aucun membre du groupe Dalpé- Milette ne peut exercer des pouvoirs discrétionnaires sur le compte d un client ou approuver des ordres discrétionnaires pour un compte géré, ou participer à la formulation de décisions de placement prises au nom d un compte géré ou de conseils donnés relativement à ce dernier.

Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants :

Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants : Groupe Ouellet Bolduc CONSEILLERS EN PLACEMENT LE RAPPORTEUR LE RAPPORTEUR PREMIER TRIMESTRE DE 2015 Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants : Des variations rapides

Plus en détail

La lettre trimestrielle

La lettre trimestrielle La lettre trimestrielle T-2 2e trimestre Résumé du dernier trimestre: Le trimestre où l autruche s est sorti la tête du sable! Notre scepticisme face à la nonchalance des marchés qui sont confrontés à

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

PRINCIPALES NOUVELLES

PRINCIPALES NOUVELLES Semaine clôturée le vendredi 16 octobre 2015 PRINCIPALES NOUVELLES : Les marchés boursiers mondiaux ont clôturé la semaine en hausse, parce que les faibles statistiques économiques en provenance de la

Plus en détail

Points saillants. T3 2014 Octobre 2014. Titres à revenu fixe canadiens et américains. Actions canadiennes. Actions américaines

Points saillants. T3 2014 Octobre 2014. Titres à revenu fixe canadiens et américains. Actions canadiennes. Actions américaines Octobre 2014 Points saillants Titres à revenu fixe canadiens et américains Les marchés des titres à revenu fixe nord-américains ont inscrit de solides rendements au troisième trimestre de 2014, soutenus

Plus en détail

La lettre trimestrielle

La lettre trimestrielle LE GROUPE DALPÉ- MILETTE, CONSEILLERS EN PLACEMENT CHEZ VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS 3e trimestre La lettre trimestrielle En résumé au cours du dernier trimestre... Publiée depuis 1992 Contenu: Le marché

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

2013 : la grande rotation des actifs?

2013 : la grande rotation des actifs? 1 janvier 213 213 : la grande rotation des actifs? MARTIN LEFEBVRE Stratège Placement et répartition de l actif 514 871-799 martin.lefebvre@bnc.ca Revue annuelle En dépit des nombreuses incertitudes, le

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T3 2015 - Opinions au 7 octobre 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life Les Fonds

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre Les marchés boursiers ont rebondi de façon marquée au cours du troisième trimestre, réagissant aux politiques accommodantes annoncées par les principales banques centrales dans le monde et au progrès dans

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Source : DalpéMilette. Date : 21 janvier 2014

Source : DalpéMilette. Date : 21 janvier 2014 Sujet : Transactions de portefeuille : on rajoute un fonds de couverture (hedge fund). / Portfolio transactions: we are adding a hedge fund. Source : DalpéMilette Date : 21 janvier 2014 Les opinions exprimées

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

commentaires trimestriels

commentaires trimestriels commentaires trimestriels Sécuritaire boursier L Europe s est encore retrouvée à l avant plan de la scène économique et financière durant le dernier trimestre de 2011. Les problèmes reliés à la perte de

Plus en détail

Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD

Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD Deuxième trimestre de 2013 Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD Le Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine reste d avis que nous sommes dans une période

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles Quand les marchés sont volatils, il est tout à fait normal de s inquiéter de l incidence sur votre portefeuille. Et quand vous vous inquiétez, vous voulez agir. Cinq stratégies pour faire face aux marchés

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE. Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES

ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE. Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES ASSEMBLÉE ANNUELLE Jeudi 7 mai 2015 200 Bloor Street Toronto Merci, Monsieur

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013

Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013 Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013 Revue des marchés Rendement des indices en 2013 Rendement (base 100) 114 110 +12,85 % +9,67 % 106 102 98 Janv. Fevr. Mars +3,34 % +0,69 % TSX S&P 500

Plus en détail

Premier trimestre 20X1

Premier trimestre 20X1 FIGURE 10.1 La diversification d un portefeuille de fonds communs de placement Premier trimestre 20X1 Investisseur prudent 15 % 45 % Investisseur équilibré 5 % 35 % Investisseur axé sur la croissance 5

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010 La grande déception Krishen Rangasamy, économiste Novembre 21 La grande déception 6 Croissance annuelle mondiale du PIB réel 5 5 % +4,4 % +3,9 % 4 +3,6 % 3 2 4 ans avant la récession 21 211 212 Prévision

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Les taux d intérêt demeureront relativement bas

Les taux d intérêt demeureront relativement bas juin Les taux d intérêt demeureront relativement bas Faits saillants Après un hiver à oublier, l économie américaine envoie des signaux encourageants. L inflation se replace, mais la Banque du Canada demeure

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

INDICES BOURSIERS Clôture % var. semaine % var. ÀCJ INDICES BOURSIERS Clôture % var. semaine % var. ÀCJ

INDICES BOURSIERS Clôture % var. semaine % var. ÀCJ INDICES BOURSIERS Clôture % var. semaine % var. ÀCJ Semaine clôturée le vendredi 8 août 2014 PRINCIPALES NOUVELLES : Les marchés ont obtenu des résultats divergents parce que les statistiques économiques américaines plus encourageantes que prévu ont été

Plus en détail

Revue de l année. Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014. Marchés mondiaux

Revue de l année. Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014. Marchés mondiaux Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014 Marchés mondiaux INDICES BOURSIERS 31 Dec 14 31 Dec 13 % var. INDICES BOURSIERS 31 Dec 14 31 Dec 13 % var. CAN : S&P/TSX 14 632 13 622 7,4 Suisse : SMI 8 983

Plus en détail

Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD

Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD Deuxième trimestre de 2014 Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD Le Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD («nous») juge toujours que malgré les politiques

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

5 prévisions pour 2015

5 prévisions pour 2015 Mars 2015 Wim Meulemeester Expert placements L année 2014 a été une année surprenante en termes de placements. Même si un taux faible correspondait aux attentes, de nombreux experts ont été étonnés de

Plus en détail

La Chine inquiète les investisseurs et fait hésiter la Réserve fédérale

La Chine inquiète les investisseurs et fait hésiter la Réserve fédérale La Chine inquiète les investisseurs et fait hésiter la Réserve fédérale septembre 1 Faits saillants Un vent de panique a soufflé sur les marchés à la mi-août. La Banque du Canada et la Réserve fédérale

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Fonds COTE 100 Revenu

Fonds COTE 100 Revenu Un rendement RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS AU 30 JUIN 2014 Fonds COTE 100 Revenu Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds contient les

Plus en détail

L OBSERVATEUR FINANCIER

L OBSERVATEUR FINANCIER L OBSERVATEUR FINANCIER Services économiques TD TURBULENCES SUR LES MARCHÉS ÉMERGENTS: POSSIBLE REPORT DU RELÈVEMENT DU TAUX DIRECTEUR DE LA FED Faits saillants Pour un deuxième mois consécutif, les mouvements

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 11 novembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : Les marchés financiers : entre attentes et réalités Ce soir le 5ème sommet des pays

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2015

Perspective des marchés financiers en 2015 Perspective des marchés financiers en 2015 20/01/2015 14 ème édition 1 2 BIENVENUE! 3 Nouveautés Fortuneo Le PEA-PME 4 Nouveautés Fortuneo Les Portefeuilles Types 3 profils à suivre : prudent, équilibré

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

MMR Monthly Market Report Octobre 2010

MMR Monthly Market Report Octobre 2010 Contexte économique mondial Le ralentissement de l économie mondiale reste modéré L économie mondiale traverse actuellement une phase de ralentissement après la forte reprise initiée par les plans gouvernementaux

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES ET RÉPONSES

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES ET RÉPONSES 1. QUI EST M. DENNIS GARTMAN? Dennis Gartman est l auteur de «The Gartman Letter» qui publie quotidiennement ses observations concernant les marchés des capitaux et qui traite en particulier des titres

Plus en détail

Le Mois en Bref. Dans cette édition. Les Conservateurs proposent. une bonification volontaire du RPC Actualités géopolitiques

Le Mois en Bref. Dans cette édition. Les Conservateurs proposent. une bonification volontaire du RPC Actualités géopolitiques Aon Hewitt Le Mois en Bref Mai 2015 Dans cette édition Les Conservateurs proposent une bonification volontaire du RPC 1 Actualités géopolitiques 2 Actualités économiques 2 Actualités financières 2 Marchés

Plus en détail

PROTÉGER ÉPARGNER, INVESTIR. ET MAXIMISER le rendement de vos placements. votre vie, votre santé et vos acquis

PROTÉGER ÉPARGNER, INVESTIR. ET MAXIMISER le rendement de vos placements. votre vie, votre santé et vos acquis PROTÉGER votre vie, votre santé et vos acquis INVESTIR ÉPARGNER, ET MAXIMISER le rendement de vos placements Un rêve accessible grâce au Portefeuille de sécurité financière SOMMUM MD Carrière prometteuse,

Plus en détail

Evolution contrastée selon les secteurs

Evolution contrastée selon les secteurs Evolution contrastée selon les secteurs Reprise sous conditions Paris, le 20 mars 2014 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur de la Communication - UIC 01.46.53.11.65 / 06.71.06.72.49 - hmejean@uic.fr

Plus en détail

Commentaire Mise à jour sur le marché et le rendement Troisième trimestre 2013

Commentaire Mise à jour sur le marché et le rendement Troisième trimestre 2013 Commentaire Mise à jour sur le marché et le rendement Troisième trimestre 2013 À la fin du trimestre, toute l attention était tournée vers les États-Unis et leurs négociations budgétaires à venir. Les

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Caisse de retraite Université de Sherbrooke Rendements au 31 décembre 2008 Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Plan de la présentation Rétrospective 2008 Contexte économique

Plus en détail

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ EUR/USD USD/JPY GBP/USD USD/CHF GOLD OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ Analyses du Mardi 29 Septembre 2015 Devises Les actions européennes devraient ouvrir en baisse, dans le sillage des Bourses

Plus en détail

Commentaire sur les marchés La volatilité nous réserve un dur périple

Commentaire sur les marchés La volatilité nous réserve un dur périple Par Daniel Theriault, CFA, MBA, Chef stratège en placements Commentaire sur les marchés La volatilité nous réserve un dur périple «Seul le désert exerce cet attrait, celui d un périple solitaire sous le

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

DESTINÉE Assurance vie universelle. Sommaire des comptes de placement

DESTINÉE Assurance vie universelle. Sommaire des comptes de placement DESTINÉE Assurance vie universelle Sommaire des comptes de placement Destinée, contrat d assurance vie universelle, procure une protection d assurance permanente en cas de décès, pour votre famille ou

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Un nouveau répit pour les emprunteurs

Un nouveau répit pour les emprunteurs février Un nouveau répit pour les emprunteurs Faits saillants Nouvelles inquiétudes concernant les pays émergents. Les perspectives de croissance économique demeurent favorables. Le discours de la Banque

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

La remontée des taux d intérêt débutera un peu plus tard

La remontée des taux d intérêt débutera un peu plus tard des taux de détail Juin www.desjardins.com/economie juin La remontée des taux d intérêt débutera un peu plus tard FAITS SAILLANTS Les économies nord-américaines semblent avoir faibli au printemps, mais

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

Patrimoine Immobilier Finance Retraite

Patrimoine Immobilier Finance Retraite Patrimoine Immobilier Finance Retraite Numéro 47 Février 2013 EDITO Situation du marché immobilier d habitation L heure de vérité Le mois dernier, nous nous interrogions sur les hypothèses de croissance

Plus en détail

Pour bâtir votre avenir financier. Groupe Lavoie Bergeron Racette

Pour bâtir votre avenir financier. Groupe Lavoie Bergeron Racette Pour bâtir votre avenir financier Groupe Lavoie Bergeron Racette Notre équipe Martin Lavoie, B.A.A Conseiller en placement et directeur de succursale Compte une quinzaine d années dans le domaine du placement

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Marché mondial de l automobile

Marché mondial de l automobile Carlos Gomes 1..73 carlos.gomes@scotiabank.com En route vers des ventes mondiales records en 1 Les marchés développés mènent le bal Les ventes mondiales de voitures ont progressé de % pendant le premier

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY 5 Novembre 212 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu France : Kiss 6 France - Croissance du PIB vs.

Plus en détail

Devises ANALYSE JOURNALIÈRE J.V.A.T. Vendredi 17 Juillet 2015. EUR/USD Analyse technique. USD/JPY Analyse technique. Point Pivot: 1,0940

Devises ANALYSE JOURNALIÈRE J.V.A.T. Vendredi 17 Juillet 2015. EUR/USD Analyse technique. USD/JPY Analyse technique. Point Pivot: 1,0940 EUR/USD USD/JPY GBP/USD USD/CHF GOLD OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 Analyses du Vendredi 17 Juillet 2015 Devises L'euro devrait rester sous pression face au dollar et au yen, car les progrès dans la résolution

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Fonds d investissement Tangerine

Fonds d investissement Tangerine Fonds d investissement Tangerine Prospectus simplifié Portefeuille Tangerine revenu équilibré Portefeuille Tangerine équilibré Portefeuille Tangerine croissance équilibrée Portefeuille Tangerine croissance

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail