Volume Xl, numéro 2 Hiver 2003

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Volume Xl, numéro 2 Hiver 2003"

Transcription

1 Volume Xl, numéro 2 Hiver 2003 Voici un compte rendu de la 39 e assemblée annuelle des Métallos qui s est tenue à Laval, le 19,20,21 novembre Comme à toutes les années, un certain nombre de personnes de l exécutif obtiennent une libération syndicale afin d assister à l assemblée annuelle. L assemblée annuelle est le moment de prendre connaissance des enjeux et des luttes à mener pour contrer et analyser les attaques qui nous proviennent de nos gouvernements. Cette année, le plus gros défi est animé d un sentiment d urgence face au changement politique des dernières élections, sans jamais oublier les enjeux liés à la Mondialisation et le dangers de celle-ci face à nos emplois. L approche est non seulement syndicale mais aussi sociale. L attaque de la Droite doit être prise très au sérieux. Les privatisations, les baisses d impôts au détriment des programmes sociaux, l affaiblissement de l État, l augmentation des inégalités sociales le démontre. Ce gouvernement a une liste d épicerie pour nourrir la déconstruction qui donne froid dans le dos! Voici une liste partielle : défusions municipales, privatisation, sous-traitance, restriction de l accès à des garderies publiques abordables ( que le parti Libéral s était engagé à ne pas toucher), rejet de la Loi sur la lutte à la pauvreté, offensive contre les bénéficiaires de l aide sociale, déréglementation dans l environnement, coupures dans le logement social, modification de la couverture de notre régime d assurance automobile etc... Il ne faut pas laisser ce gouvernement tout détruire et faire des économies de bouts de chandelle au détriment des gens les plus vulnérables. Nous avons nos emplois et une certaine sécurité. Mais chacun d entrenous connaissons une personne qui travaille à des conditions minables où la sécurité est déficiente. Un ami qui en arrache pour arriver ou encore un aïeul qui ne reçoit pas de soins adéquats. Même si on se sent à l abri pour faire avancer et améliorer les choses il faut s unir collectivement.

2 métallos Le Journal Officiel des Membres Métallos - Local 9238/ Équipe du Journal: Jean Hébert & Yvan Ravary Collaboratrice à la Rédaction: Lucie Matte Téléphone: (450) Ext Adresse Électronique: Tirage: 500 copies Président Vice-présidente Sec. Archiviste Sec. Financière Trésorier Garde Garde Syndic Syndic Syndic Guide Rep. prévention L Exécutif Les Comités C.S.S.T. Contestation Comité des Griefs Comité de Négo Hiver Volume 11, Numéro 2 Robert Lord Élise Deschâtelets Christianne Pimparé Lucie Matte Michel Cossette Jean Brisson Michel Arpin Francine Desrochers Martin Jacques Yvon Bourelle Jean Morin Jean Morin Notez que Robert Lord est nommé d office sur tous les comités Jean Morin Élise Deschâtelets Yvon Bourelle Martin Jacques Élise Deschâtelets Michel Cossette Michel Arpin Jean Brisson Le mot de la rédaction Bonjour, cher(e)s lecteurs et lectrices Les saveurs changent au gré des saisons, Le Fouineur aussi. Nous vous offrons un journal beaucoup plus épicés qu à l habitude. La raisons est simple, comme vous l avez remarquez, le climat de paix que nous connaissions depuis plusieurs années semble désormais terni. Et ce, tant à l intérieur de l entreprise, qu à la grandeur du Québec. Nous ne pouvons rester indifférents à ces menaces qui planent sur nous. Nous vous invitons à lire attentivement le contenu de cette édition. En ce temps de controverse, il est d autant plus important d être solidaire. En terminant, nous profitons de l occasion pour vous souhaiter à tous et à toutes, de merveilleuses Fêtes. Prenez bien soins de vous, reposez vous bien et revenez nous en pleine forme... Merci La rédaction Sommaire Stoppons la droite!(suite)... Le mot du président... Ce gouvernement veut nous briser... Les conjoints de faits... Conte de Noël... SNC Story... Vivre... de rire... La page des jeux... Fonds... Solution des jeux... Mieux vaut en rire

3 Attaque contre le mouvement syndical Cette attaque contre les programmes sociaux n épargne personne au Québec. Le mouvement syndical est interpellé durement, au secteur public comme au privé. Le gouvernement Charest veut permettre la sous-traitance tout azimut. C est sous le gouvernement Libéral de Jean Lesage, en 1961, qu est né l Article 10 de la Loi sur les relations de travail. Quelques années plus tard, le texte prend le nom d article 45 lors de l entrée en vigueur du Code du Travail mais son contenu n a jamais changé jusqu en Il vise à empêcher un employeur sans scrupule de se débarrasser d un syndicat en créant de toutes pièces une entreprise pour contourner l accréditation. Le Syndicat des Métallos et la F.T.Q. Ne sont pas contre la sous-traitance. Cependant, elle ne doit pas être un prétexte pour abaisser les conditions de travail ou/et de salaire. Le Gouvernement veut changer les structures paritaires (nombre égal de représentants syndiqués et patronaux) de la commission des lésions professionnelles (CLP). C est toute une philosophie qui avait présidé à l adoption de la Loi en santé/sécurité qui est ici remise en cause. Ce gouvernement ne veut plus travailler avec des structures impliquant les travailleurs et leur syndicat et désire éliminé la défense des accidentés du travail par les permanents syndicaux pour en faire une chasse gardée des avocats. Il faut bloquer ce projet de réforme qui circule dans les officines du gouvernement libéral. En mai 2003, les éducatrices en milieu familial des centres de la petite enfance (CPE) et les ressources intermédiaires recevaient le feu vert pour se syndiquer. Les deux premiers projets de Loi soumis par le gouvernement Charest visaient à empêcher leur syndicalisation. C est une attaque directe contre le droit d association. Un droit pourtant reconnu par les chartes et lois au Québec heureusement, nous avons des outils pour nous défendre. Le Québec demeure l endroit le plus syndiqué en Amérique du Nord. En 2002, le mouvement syndical comptait dans ses rangs 1,260,000 membres. Le secteur public est syndiqué à 82% et celui du privé à 27,4%. Les avantages d être syndiqué sont très nombreux. Le salaire horaire moyen est de 19.60$ pour les syndiqués et de 15.19$ pour les nonsyndiqués. Bientôt Noël et bientôt en congé. Je profite donc de ces quelques lignes pour vous offrir, à vous et à tous les vôtres,au nom de l exécutif ainsi qu en mon nom personnel, un Joyeux Noël à tous et nos meilleurs voeux pour la nouvelle année. Santé et prospérité. Que toutes et tous ensemble et efficacement nous soyons au service les uns des autres en commençant par les plus humbles et les plus démunis. Nous vivons un contexte où les valeurs d équité et de solidarité sont attaquées. Le Québec doit continuer à marquer sa différence notamment en réaffirmant l orientation sociale démocrate dans ses choix de société et en réaffirmant avec force, le rôle indispensable d un état responsable et dynamique. Le Québec doit poursuivre la lutte pour la justice sociale contre l inégalité des revenus et l exclusion sociale. Bonne réflexion... Pour ceux et celles qui ne serait pas encore au courant. L employeur est finalement revenu sur sa décision, (après mûres réflexions )concernant le paiement des congés fériés des employés mis en disponibilité le 19 décembre. Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont contribué à faire avancer le dossier. J espère que les personnes qui demeurent en poste comprendront que s il n y a pas assez de travail pour leurs confrères il ne devrait donc pas en avoir suffisamment pour justifier le surtemps.

4 L E D EVOIR.com Michel Venne Édition du lundi 24 novembre 2003 Le gouvernement de Jean Charest n'est pas un gouvernement courageux comme le prétendait son chef en fin de semaine. C'est un gouvernement autoritaire. Celui-ci est en train de briser le Québec. Les politiques qu'il veut imposer auront pour conséquence d'affaiblir la société, d'accroître l'insécurité économique, de conforter le pouvoir des groupes qui sont déjà les plus puissants et de semer la haine entre les classes sociales. Chaque citoyen assis devant son téléviseur a parfois peine à reconnaître les liens entre les différentes décisions gouvernementales. Le gouvernement actuel agit comme s'il voulait justement profiter de cette dispersion qui devient apathie pour monter les groupes les uns contre les autres, diviser pour régner. Au profit de qui? On se le demande encore. Mais on monte les non-syndiqués contre les syndiqués, les non-parents contre les parents, la classe moyenne contre les assistés sociaux, les banlieusards contre les urbains, les anglophones contre les francophones, la société civile contre les élus municipaux, la santé publique contre la médecine curative, les pauvres contre les riches. Ce gouvernement suscite des querelles, même entre les syndicats, et des jalousies entre groupes sociaux. Quel contraste entre deux anciens ministres conservateurs. Lucien Bouchard, qui prit les commandes de l'état québécois en 1996 et qui, le temps d'une paix, convoqua à deux sommets les groupes représentants divers intérêts et les amena à adopter avec lui des mesures qui, à la fois, ont permis de mettre de l'ordre dans les finances publiques et d'améliorer les conditions des travailleurs, de donner vie à l'économie sociale, de mettre en chantier une politique familiale, de donner de l'espoir aux jeunes et aux régions, de réconcilier les deux solitudes. Bref, de remettre le Québec en marche, même si, au passage, l'application de certaines décisions a causé des frustrations légitimes. Puis vint Jean Charest, qui fait tout le contraire. D'abord qui renie ce que Bouchard avait si bien compris comme étant l'une des grandes forces du Québec moderne : la concertation entre les différents secteurs de la société. Au lieu de faire travailler ensemble, sans nier leurs divergences et leurs conflits, patrons, leaders syndicaux, organisateurs communautaires, artistes, étudiants et agriculteurs, Jean Charest a choisi un camp. Il a choisi le camp de ceux qui sont déjà les plus puissants. Les autres, à ses yeux, défendent des intérêts "corporatistes" et au lieu de les inviter à sa table, les incite à prendre la rue. Or les intérêts d'un ouvrier ou d'un petit fonctionnaire gagnant 15 $ l'heure ne sont pas des intérêts corporatistes. Ce sont les intérêts d'un honnête citoyen, d'une courageuse mère de famille, qui peine à joindre les deux bouts et dont le syndicat lui procure un peu de sécurité que son employeur ne serait pas toujours enclin à lui donner. Si les syndicats s'opposent tant à l'ouverture à la soustraitance sauvage que permettra la modification de l'article 45 du Code du travail, ce n'est pas par corporatisme. C'est parce que cette ouverture va accroître l'insécurité des petits travaillants qui risquent d'aller grossir les rangs de ceux (déjà le tiers des employés au Québec) qui ont un emploi atypique, au statut précaire et vulnérable.

5 Toutes les hausses de tarifs annoncées ou pressenties ont le même effet sur les petits salariés : elles accroissent l'insécurité. Et, avec elle, c'est la peur qui s'insinue, paralysante, qui empêche de se projeter dans l'avenir, d'innover ou de faire des enfants. Le sociologue américain Francis Fukuyama a étudié les sociétés qui, dans la mondialisation, réussissent le mieux ce sont celles qui ont confiance en elles-mêmes. Et ce niveau de confiance se mesure entre autres par la capacité des citoyens de former des groupements en dehors de la famille et de s'y intégrer. Cette sociabilité spontanée incite les gens à prendre des initiatives, tout en travaillant en coopération. Ces sociétés cultivent une vie associative intense. Depuis toujours, le Québec entretient cette capacité de créer des lieux d'innovation et d'action dans les communautés et à tous les niveaux. Jean Charest travaille contre ces initiatives. Il décourage les parents de s'engager dans leur milieu par le harcèlement qu'il exerce sur les centres de la petite enfance. Il tue la concertation en passant outre aux mécanismes de codécision dans le domaine du marché du travail. Au niveau local et régional, Jean Charest est en train de tuer les réseaux et les forums de concertation qui incluaient les centres locaux de développement et les conseils régionaux auxquels participaient la société civile. Charest remet le pouvoir aux seuls élus, consacrant une conception élitiste et partisane du développement et renforçant, au niveau des capitales régionales, une logique de concentration qui laisse à l'abandon les milieux ruraux. Sans parler des grenailles, mais qui étaient essentielles, que l'on ampute rétroactivement aux salons du livre régionaux, décourageant du même coup des gens dévoués, dont la majorité sont bénévoles, et qui croient dans l'accès à la culture pour accroître la capacité des citoyens de se prendre en mains. Ajoutons la fusion forcée des CLSC avec les hôpitaux et l'abolition des régies régionales qui, par l'existence de leurs conseils d'administration, sont des lieux de participation et d'animation dont les citoyens seront privés. Jean Charest nie la société. Au lieu de favoriser le lien social, de lisser les relations entre les citoyens, il exacerbe les tensions, tue le goût de développer. Son idéologie, qui réduit l'état à un Wal-Mart des services publics dont le seul slogan est "le plus bas prix possible" (en anglais, bas prix se dit cheap), a prouvé partout dans le monde ses déficiences. Et, pourtant, lui qui prétendait être pragmatique s'entête à l'appliquer. Il appelle cela du courage. J'appelle cela de l'aveuglement dont nous paierons tous le prix.

6 Jusqu'au 1er juillet 1999, les conjoints ayant vécu en union de fait n'avaient pas le droit de demander que soient partagés leurs revenus de travail qui avaient été inscrits au régime des rentes du Québec. En effet, le patrimoine familial, constitué, entre autres, des revenus de travail inscrits au régime des rentes du Québec, est une notion qui s'applique aux seuls conjoints mariés qui mettent fin à leur union par un divorce, une séparation légale ou une annulation civile. En conséquence, les conjoints de fait ne pouvaient partager leurs gains inscrits au régime des rentes du Québec. Cette règle est maintenant modifiée suite à l'entrée en vigueur, le 1er juillet 1999, de nouvelles dispositions prévues à la Loi sur le régime des rentes du Québec, soit les articles à , introduits par l'article 35 de la Loi portant réforme du régime de rentes du Québec et modifiant diverses dispositions législatives (L.Q. 1997, c. 73, Projet de loi 149). Dorénavant, les conjoints de fait, s ils manifestent tous les deux leur consentement, auront droit au partage de leurs gains inscrits Pour ce faire, les conjoints de fait doivent obéir à certaines conditions, soit: a) ils doivent vivre séparés l'un de l'autre depuis au moins douze mois avant de présenter leur demande; b) ils ne doivent pas être mariés à un autre conjoint au moment de leur séparation; c) ils doivent avoir vécu maritalement pendant au moins trois ans avant la demande, ou pendant un an si un enfant est né de leur union; d) ils doivent absolument présenter une demande conjointe. À noter cependant que le partage pourra être exécuté à la demande d'un seul conjoint si les deux en ont convenu dans une entente écrite au préalable. Les conjoints de fait, avant de procéder à la demande de partage et pour le faire en toute connaissance de cause, peuvent demander à la Régie des rentes du Québec une simulation deseffets du partage. Le partage fait en sorte que les revenus de travail inscrits au régime des rentes pour chacun des conjoints de fait sont pris en compte et considérés pour l'établissement du montant des prestations dont les ex-conjoints bénéficieront lorsqu'ils auront le droit de toucher leur rente de la Régie des Rentes du Québec. Il faut bien retenir que les ex-conjoints ne peuvent toucher quelque somme d'argent avant d'avoir droit à leur rente. Les nouvelles dispositions permettent également aux conjoints mariés d'obtenir le partage de leurs revenus de travail inscrits auprès de la Régie des rentes du Québec pour la période où ils ont vécu ensemble avant leur mariage. Vous recevrez, toutes et tous sous peu par le courrier, une lettre d information accompagnée d un formulaire concernant la prochaine convention. Nous demandons votre collaboration pour y joindre vos commentaires et nous les retourner dans l enveloppe préaffranchie le plus tôt possible. Merci.

7

8

9

10 la maladie, c est sérieux, le rire, pour sa part, s associe de plus en plus à la santé. Une bonne rigolade ne fait pas que remonter le moral. Selon de nombreuses études, le rire constitue une véritable thérapie susceptible de contrer une multitude d affections. Un remède naturel, gratuit, sans ordonnance et sans effet secondaire. Le rire aurait des effets bénéfiques sur des problèmes aussi divers que le diabète, la constipation et même la frigidité. Norman Cousins (voir l encadré Drôle de cas!) a appelé jogging interne tout ce que déclenche le rire dans l organisme, et que décrit la psychologue américaine Suzan Motherway : Un sourire sincère vous mène déjà sur la voie du bien-être. Le sourire, puis le rire déclenchent des réactions chimiques bénéfiques dans l organisme. Sous l effet du rire, la gorge se décontracte, les cordes vocales se relâchent, l air pénètre plus facilement dans les poumons. Ce nouvel apport d oxygène produit une augmentation du volume de la cage thoracique et permet une meilleure circulation du sang. Enrichi d oxygène, le sang élimine plus facilement ses toxines. Les muscles, les articulations et les cellules sont ainsi mieux nourris. Les battements de coeur s accélèrent. Tout le corps ressent un effet de bien-être. Le diaphragme entre en convulsions. Ce délicieux désordre crée un véritable massage des organes vitaux comme l estomac, le foie et les intestins. Au total, on associe 18 effets physiologiques au rire. Des chercheurs ont démontré que les émotions influençaient directement l efficacité du système immunitaire. C est ainsi que le déprimé sera plus facilement sujet aux infections et que le boutentrain, lui, bénéficiera d un atout immunitaire supplémentaire. En effet, des séances de rire fréquentes renforcent le système de défense de l organisme en augmentant notamment le taux immunoglobuline. Les scientifiques ont pris le rire très au sérieux au cours des dernières années et l ont décortiqué dans ses moindres replis. L université d Antioche en Californie s est même dotée d une commission d étude sur le rire regroupant 17 chercheurs. Cette équipe, après avoir analysé le rire de 5000 personnes, en a identifié pas moins de 187 types différents. Du rire jaune au rire gras en passant par le fou rire et le rire aux larmes, chacun produit son petit effet sur l organisme. Il est même devenu vraisemblable de poser l hypothèse, encore farfelue hier, d une molécule ou hormone du rire. D après le Dr Yves Pélicier, chef du service psychiatrique à l hôpital Neker de Paris, il semble que lorsqu on rit franchement, l excitation du rire provoque des modifications biochimiques dans le cerveau et crée un état d euphorie par le biais des neurotransmetteurs. De son côté, le célèbre chercheur Hans Selye, père du stress, a clairement démontré les conséquences nocives des émotions négatives sur la chimie du corps. De là à imaginer les effets bénéfiques du rire sur l organisme, il n y a qu un pas! Le rire se joue de la douleur Un des effets spectaculaire du rire serait sa capacité de déclencher des endorphines dans l organisme. C est ce qu on constaté certains médecins en faisant rire des patients en

11 convalescence. Résultat : il a été possible de diminuer de façon notable leurs doses d analgésiques justement parce que le rire favorisait la sécrétion d endorphines qui sont des hormones connues depuis peu. Sécrétées par l hypophyse, elles ont des propriétés analogues à la morphine, l héroïne et autres opiacés qui calment la douleur. Ainsi, on a découvert que le corps pouvait produire ses propres substances anesthésiantes par l action de certains processus dont peut-être le rire. Comme le rire favorise la production d insuline par le pancréas, les diabétiques peuvent aussi profiter de ses bienfaits. Règle générale, le rire améliore la digestion. On a bien raison de dire que les gens qui ne rient pas sont constipés... Même la sexualité s épanouit davantage dans la bonne humeur puisque le rire accroît la réceptivité sexuelle chez la femme et favorise l érection chez l homme. Le Dr. Henri Rubinstein, spécialiste du système nerveux et auteur de Psychologie du rire, estime que le rire joue un rôle fondamental au chapitre des manifestations musculaires, nerveuses, respiratoire et psychiques. Il soutient que le rire permet de décharger le trop plein de tensions accumulées et de combattre le stress. Selon le Dr. Rubinstein, une minute de rire équivaut à 45 minutes de relaxation. Légal, sans danger et thérapeutique, le rire sera-t-il la drogue de l avenir? Histoire... de rire Cette découverte a ouvert de nouveaux champs d exploration. On sait maintenant que la douleur n est pas une notion purement objective. Elle possède de fortes connotations affectives, émotionnelles et culturelles. Un bon éclat de rire provoque aussi des variations du rythme cardiaque, ce qui produit le relâchement des artères et des vaisseaux sanguins et, par conséquent, la réduction de la pression artérielle. Le rire dilate également 400 millions d alvéoles pulmonaires (trois fois plus que la respiration normale), ce qui permet de diminuer le taux de graisse et de prévenir l artériosclérose. À travers les siècles, plusieurs spécialistes se sont intéressés au rire comme signe de bonne santé physique et mentale et même comme moyen de recouvrer la santé. Déjà dans la bible, on trouve cette maxime qui a traversé les siècles : Un coeur joyeux guérit comme une médecine, mais un esprit chagrin dessèche les os. Hippocrate, médecin de l Antiquité grecque, discourait pour sa part, sur l importance de l attitude mentale à adopter relativement à la santé. Au Moyen-Âge, les traitemenst médicaux basés sur l humour et la gaieté connurent une vogue considérable. Un célèbre chirurgien de l époque, le Dr. Henri de Mondeville, considérait le rire et la bonne humeur comme indispensable au rétablissement de ses patients. Le bouffon du roi, don la fonction était d égayer le monarque, de le distraire de ses problèmes ou de chasser sa tristesse possédait de réels talents de guérisseur de l âme. Le plus célèbre d entreeux, un dénommé Bernardini, bouffon de la reine italienne du XVIe siècle, avait la réputation de pouvoir guérir les maux de l âme et du corps. Ces merveilleux fous, dont on reconnaissait le pouvoir, étaient bien souvent les seuls à oser dire toutes ses vérités sans risque de subir un châtiment. Sir William Osler qualifiait le rire de musique de l`âme, alors que le Père de la psychanalyse, le sérieux Sigmund Freud, affirmait que la gaieté constitue un excellent antidote contre la tension nerveuse et que l humour se révèle un outil efficace en thérapie. Plus près de nous dans le temps, l Université du Québec à Montréal organisait à l automne 1989 un colloque institullé Le rire guérisseur.

12 Le rire éclaire nos lanternes Il semble que le rire peut provoquer un déblocage des deux hémisphères du cerveau. Il aurait une influence particulière sur l hémisphère droit, centre des émotions, de la créativité, de l intuition et de la pensée globale. Les gens qui ont le rire facile sont enclins à trouver plus aisément des solutions à leurs problèmes et à faire confiance à leur intuition. Le rire interrompt le cours de l activité mentale et attire l attention sur un objet qui permet de soulager les tensions. Après avoir ri, une personne retourne à ses occupations les idées plus claires. L expérience suivante le prouve: Des étudiants avaient à résoudre un problème mathématique complexe. À la pause, on divisa le groupe en deux. On laissa le premier sous-groupe à lui-même tandis qu on fit rire les autres. Puis ils retournèrent au travail. Ceux qui avaient ri connurent un taux de réussite plus élevé dans la résolution du problème que le groupe qui n avait pas ri. Certaines personnes rient très rarement ou jamais. Cette incapacité peut résulter d une enfance opprimée, d un climat familial rigide où le rire, perçu comme subversif, n était pas encouragé. Rire signifie aussi se laisser aller, perdre le contrôle, laisser tomber des barrières, ce qui peut effrayer plus ou moins consciemment certains adultes. Bien sûr, il arrive que dans des re accès Drôle de cas! Norman Cousins, auteur de La Volonté de guérir, publié en livre de poche dans la collection Points Actuels, est désormais célèbre. Atteint d une spondylarthrite ankylosante, maladie arthritique qui affecte la colonne vertébrale, ce rédacteur en chef de la prestigieuse revue littéraire américaine Saturday News se voyait condamné à une quasi-immobilité et à des douleurs sans fin. Une chance sur 500 de s en tirer, voilà ce que les médecins avaient conclu. Épaulé par son médecin, il mit son imagination et ses connaissances médicales à contribution pour trouver un moyen d échapper à ce mauvais sort. Doté avant tout d une volonté de vivre à toute épreuve, il misa sur la gaieté et le rire pour recouvrer la santé. Il quitta l hôpital, s installa dans une chambre d hôtel et se fit projeter des émissions de télévision et des films drôles. Très vite, il se rendit compte que 10 minutes de rire lui permettaient de dormir 2 heures sans douleur et sans somnifère. De plus, des tests effectués avant et après ce drôle de traitement marquaient une baisse cumulative du taux de sédimentation dans son sang. Son état s améliora tranquillement. Il mit des années à se rétablir complètement, mais il guérit. D autres facteurs ont joué dans la guérison de Norman Cousins. Certains soutiendront qu il se serait rétabli de toute façon. Peut-être... Mais son cas donne à réfléchir et apporte de l espoir. D ailleurs, certains hôpitaux américains possèdent maintenant des salles de rire thérapeutique. Ce qui jusqu à maintenant relevait des connaissances empiriques passe donc doucement dans le camp de la science. moments difficiles de notre vie, l envie de rire nous quitte. Il faut d abord faire le deuil d une épreuve, puis le rire revient. Car le rire n est pas une panacée, il ne règle pas tout. Penser qu il est possible d échapper à un malheur en le traitant à la légère est la meilleure façon de perdre accès au rire sain. Dans notre société où tout va trop vite, on ne rit plus assez. C est connu. Les statistiques parlent d ellemême. Pendant la grande crise des années 30, on riait en moyenne 19 minutes par jour. Aujourd hui? Cinq minutes à peine... Il en est du rire comme toute chose. Il faut vouloir et prendre le temps. Comment s y prendre? Le principe est simple. Être attentif à tout ce qui peut nous faire rire. D abord modifier, s il y a lieu, le regard que l on porte sur la vie. C està-dire remettre dans une juste perspective les événements quotidiens et éviter de tour prendre sur un mode dramatique. Et puis, chercher toutes les occasions de rire. Les attraper au passage, les provoquer. Rire dans sa barbe, rire sous cape, comme une baleine, aux éclats. Se marrer, rigoler, se tordre, se bidonner... Pourquoi ne pas prendre rendez-vous avec le rire comme avec un ami? C est possible par le biais de films, lectures, émissions de télé, et, bien sûr, en côtoyant des gens dotés d un bon sens de l humour plutôt que d un esprit chagrin.

13 Émerveillement. Individu facétieux. - S enfoncer dans l eau. Greffée. - Mouvement musical tourmenté. Canari. -Vaste étendue d eau salée. En matière de. - Lichen. - Décalage. Disque de plastique. - Organe du vol Lien. -Adresse. -Cavité. Substance aromatique. - Terre entourée d eau. - Être. Tendre. -Engagé dans une coalision. Note. - Francophone de Louisiane. - Terminaison. Avoir. - article espagnol. -Fleuve de France. Dernier. - Bonnet à poil des grenadiers. Note. - Éconduisent. Disciple. - Qui remue les bouteilles. Qui convient. - Science fiction. - Annotation. Ciments. - Quittance. Téméraire. - S entend à l église. - Peau. Matrice. - Contesta. - Pron. pers. Chiffre romain. - Petites maisons. - Quatre-quatre. Numérisateur. - Arrière-train. Père d Andromaque. - Conjonction. Décapite. - Article. - Appris Sans éclat. - Lieux communs de travail. Évaser. - A les couleurs de l arc-en-ciel. Propre. - Plante.- Refus. D une manière qui induit en erreur.

14 Plusieurs d entre vous savent déjà que le gouvernement du Québec nous a imposé lors de son dernier budget un plafonnement de nos entrées de fonds fixé à 600 millions de dollars pour l année financière en cours. Compte tenu de cette situation, nous avons soumis à notre conseil d administration, dès la fin août, différentes stratégies afin de gérer ce plafonnement et d assurer la poursuite de notre objectif premier, soit le développement de la retenue sur le salaire (RSS). Pour ce faire, notre conseil d administration a accepté de provisionner toutes les sommes nécessaires pour permettre à nos actionnaires actuels et futurs de souscrire par RSS ou par prélèvement bancaire tout au cours de l année et ainsi, de ne pas vivre les conséquences du plafonnement. Quant au mode souscription forfaitaire, il a été décidé d appliquer encore cette année le principe premier arrivé, premier servi. Bien entendu, ces décisions ont pour conséquence de restreindre considérablement les sommes disponibles pour les actionnaires forfaitaires et par conséquent, il est fort probable que nous devions cesser d accepter les souscriptions forfaitaires au cours du mois de février prochain. Par conséquent, nous avons décidé de diminuer le nombre de points de service temporaires pour la prochaine campagne REER tout en s assurant de respecter une présence dans chaque région du Québec. Denis Leclerc Premier vice-président à l actionnariat Le budget que vient de présenter le gouvernement du Québec annonce des modifications pour le Fonds de solidarité FTQ et les autres fonds de travailleurs. Voici les principales modifications: 1- Un plafond pour les entrées de fonds de 600 millions de dollars du 1er juillet 2003 au 30 juin Le Fonds estime que ce montant est amplement Modification du service conseil Virâge mc mc Le service conseilvirâge est maintenant offert en collaboration avec les Caisses d économies et les conseils de travail de la FTQ. Le Fonds continuera d accepter les inscriptions de ses actionnaires; les caisses d économies et les conseils de travail offriront les sessions d information dans les milieux de travail qui collaborent avec elles. Voici quelques points de l entente: 1- Les Conseils régionaux FTQ pourront maintenant organiser des ateliers en collaboration avec les Caisses d économie. 2- Les milieux de travail qui n ont pas le service d une Caisse d économie auront aussi la possibilité de recevoir le service. suffisant pour nous permettre d organiser notre campagne d adhésion par retenue sur le salaire, tel que nous le faisons chaque année. Il n y a pas lieu de s inquiéter. Nous pouvons donc poursuivre plus que jamais le développement de la retenue sur le salaire dans nos milieux de travail. Notez que les autres modes de souscription (forfaitaires et prélèvements bancaires) sont aussi acceptés.

15 Au cours du dernier semestre, les différentes équipes des secteurs de l investissement du Fonds de solidarité FTQ ont investi 197 millions de dollars dans l économie québécoise. En date du 30 juin 2003, l actif net du Fonds s établit à 4,6 milliards de dollars, comparativement à 4,3 milliards au 31 décembre Période de 6 mois se terminant le Avoir des actionnaires Produits Bénéfice net / (Perte nette) Investissements à impact économique québécois, à la juste valeur Valeur nette par action ordinaire catégorie A 30 juin , ,36 31 déc ( ) ,26 L organisation de la campagne REER annuelle pour le grand public sera revue et vous serez informés dès qu un plan d action aura été retenu. 2- Fondaction est plafonné à 50 millions et Capital régional Desjardins est réduit à 75 millions. 3- Dorénavant, les fonds de travailleurs devront payer de l impôt au Québec en tant que sociétés, ce qu ils faisaient déjà au fédéral. Par ailleurs, ils seront admissibles aux crédits d impôt des sociétés. Nos fiscalistes étudient actuellement l impact de cette mesure. Richard Mercier Vice-Président au développement de la souscription

16

Une galaxie près de chacun de nous

Une galaxie près de chacun de nous Une galaxie près de chacun de nous Le SSESOCQ c'est comme une galaxie Vu de loin, on peut y voir un ensemble de composantes qui impressionnent et invoquent l admiration. De plus près, ces composantes sont

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Régie des rentes du Québec 2006. En cas

Régie des rentes du Québec 2006. En cas Régie des rentes du Québec 2006 En cas Profitez de nos services en ligne Le relevé de participation au Régime de rentes du Québec ; SimulRetraite, un outil de simulation des revenus à la retraite ; La

Plus en détail

Quand arrive la retraite

Quand arrive la retraite Quand arrive la retraite Régime de rentes du Québec La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Ce document n a pas force de loi. En cas de conflit

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs.

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs. À LA DÉFENSE DES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS D AGENCES DE PLACEMENT TEMPORAIRE IL EST PLUS QUE TEMPS QUE LE GOUVERNEMENT PASSE À L ACTION! AIDEZ NOUS À FAIRE DES GAINS DANS CE DOSSIER PRIMORDIAL MISE

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

En tout temps, vous pouvez accéder à votre dossier à la Régie grâce au service en ligne Mon dossier. Profitez aussi de nos autres services en ligne :

En tout temps, vous pouvez accéder à votre dossier à la Régie grâce au service en ligne Mon dossier. Profitez aussi de nos autres services en ligne : Vous vous séparez Pour connaître les effets de la rupture sur : le Régime de rentes du Québec; les régimes complémentaires de retraite; le Soutien aux enfants. Tout sur le Web Les renseignements contenus

Plus en détail

Formulaire d ouverture

Formulaire d ouverture Formulaire d ouverture Groupe Fondaction Page 1 Étapes d ouverture d un groupe Fondaction (GF) Employeur Fondaction ou SSQ (1) Employés Le responsable du groupe doit remplir le formulaire d ouverture de

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents!

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Mémoire présenté à la Commission des affaires sociales dans le cadre des consultations particulières et des auditions publiques sur le

Plus en détail

Rapport sur le budget du Québec

Rapport sur le budget du Québec le 21 avril 2005 Rapport sur le budget du Québec Faits saillants Introduction Taux d imposition d une société est augmenté Instauration d un taux d imposition pour la petite entreprise Les taux de la taxe

Plus en détail

Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi

Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi Divorcer ou conduire, il faut choisir Le risque de subir un accident de voiture est multiplié par quatre pendant les périodes de divorce

Plus en détail

Commentaires. de l Ordre des conseillers en ressources humaines agréés sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail

Commentaires. de l Ordre des conseillers en ressources humaines agréés sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail Commentaires de l Ordre des conseillers en ressources humaines agréés sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail Présenté au groupe de travail SST Mars 2010 Introduction C est avec beaucoup

Plus en détail

Loi 10. ARGUMENTAIRE CONTRE LE PROJET de. démantèlement FICHE 1 AUCUNE SOLUTION POUR AMÉLIORER LES SERVICES EN ACTION CONTRE LE

Loi 10. ARGUMENTAIRE CONTRE LE PROJET de. démantèlement FICHE 1 AUCUNE SOLUTION POUR AMÉLIORER LES SERVICES EN ACTION CONTRE LE ARGUMENTAIRE CONTRE LE PROJET de Loi 10 FICHE 1 AUCUNE SOLUTION POUR AMÉLIORER LES SERVICES À LA POPULATION DANS LE PROJET DE LOI 10 DU MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX, GAÉTAN BARRETTE, BIEN

Plus en détail

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SYNTHÈSE HISTORIQUE DU VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 Par Jacques Guilmain (Membre de l'association des employés retraités de la ville de Montréal et membre du conseil d'administration

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

Votre avenir est notre MOTIVATION

Votre avenir est notre MOTIVATION Votre avenir est notre MOTIVATION Les dommages corporels, c est notre spécialité. Lorsque vous ou un être cher êtes gravement blessé, votre vie peut devenir sens dessus dessous en un instant. Au milieu

Plus en détail

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC GUIDE À L USAGE DE L EMPLOYEUR LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC un partenaire incontournable dans l intégration réussie de votre main-d œuvre immigrante Visitez-nous au desjardins.com/caissedequebec Être

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version fin mai 2012 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également

Plus en détail

La douleur est une mauvaise habitude.

La douleur est une mauvaise habitude. La douleur est une mauvaise habitude. Vous pourriez avoir envie de dire : "non, c'est impossible! Je ne peux pas me faire du mal à moi-même!" et vous auriez en partie raison. Comme exemple de douleurs

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Parce que la retraite ça se prépare!

Parce que la retraite ça se prépare! RREGOP RREGOP Parce que la retraite ça se prépare! Parce que la retraite, ça se prépare! Octobre 2012 Session de formation RREGOP Sécurité sociale, CSQ-Québec Janvier 2013 Mise en garde Lorsque l on pense

Plus en détail

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus La retraite n est pas un privilège! Fascicule 1 Avantpropos Depuis plusieurs mois déjà, de grands médias tirent à boulets rouges sur les régimes

Plus en détail

Préparation à la retraite

Préparation à la retraite www.rcd-dgp.com 1 866 434-3166 regimescollectifsdesjardins@desjardins.com Préparation à la retraite 1 er semestre 2015 Vice-présidence Régime de rentes du Mouvement Desjardins Tous droits réservés L équipe

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version janvier 2015 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR L ADMISSIBILITÉ AU SARPA

QUESTIONNAIRE SUR L ADMISSIBILITÉ AU SARPA QUESTIONNAIRE SUR L ADMISSIBILITÉ AU SARPA Ce questionnaire vous permet d explorer si, dans votre situation, vous pouvez obtenir les services du SARPA. Pour plus d information, nous vous invitons à visiter

Plus en détail

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA)

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA) PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA) PAR : Alain Proulx, président Syndicat National des employés de l aluminium d Arvida (FSSA) et Pierre Bergeron, actuaire

Plus en détail

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL SOMMAIRE DES DISPOSITIONS TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 ADMISSIBILITÉ ET ADHÉSION AU RÉGIME... 4 COTISATIONS... 5 PARTICIPATION VOLONTAIRE...

Plus en détail

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire Prendre soin de soi À quoi s attendre Que vous travailliez à l extérieur de la maison ou que vous soyez parent au foyer, le cancer du sein pourrait nuire à votre capacité de travailler, ce qui aura inévitablement

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

LE PIRE DES DANGERS C EST D IGNORER QU ON EST EN DANGER

LE PIRE DES DANGERS C EST D IGNORER QU ON EST EN DANGER LE PIRE DES DANGERS C EST D IGNORER QU ON EST EN DANGER Romain Girard Vice-président exécutif Congrès Camping Québec 14 avril 2007 10 ans à la direction d une entreprise de transport par autobus 11 ans

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET Bien que la Sécurité Sociale assimile l accident de trajet aux accidents du travail en matière d indemnisation, il existe des différences. C est pourquoi il convient de déterminer le régime des accidents

Plus en détail

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC SOUTIEN, DÉVELOPPEMENT, REPRÉSENTATION L APER EST LA

Plus en détail

double fiscalité attention à la trappe

double fiscalité attention à la trappe 17 Par Kathy Noël double fiscalité attention à la trappe Le Québec est la seule province du Canada où les contribuables doivent produire deux déclarations d impôt. De nombreuses différences découlent de

Plus en détail

Le Régime de retraite d Hydro-Québec. Sommaire des dispositions. pour mieux. connaître. votre régime de retraite

Le Régime de retraite d Hydro-Québec. Sommaire des dispositions. pour mieux. connaître. votre régime de retraite Le Régime de retraite d Hydro-Québec Sommaire des dispositions connaître pour mieux votre régime de retraite Voici le sommaire des principales dispositions du règlement 734 du Régime de retraite d Hydro-Québec

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010-2011

RAPPORT ANNUEL 2010-2011 RAPPORT ANNUEL 2010-2011 8 juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Mission... 3 Rapport du président... 4 Conseil d'administration 2010-2011... 7 Rapport du trésorier... 8 Rapport de la vérificatrice... 9 Rapport

Plus en détail

La Caisse d économie solidaire Desjardins

La Caisse d économie solidaire Desjardins La Caisse d économie solidaire Desjardins Notre mission Soutenir le développement de l économie sociale et solidaire en misant sur l entrepreneuriat collectif au sein de quatre réseaux : coopératif, communautaire,

Plus en détail

Patrimoines. Question de divorce

Patrimoines. Question de divorce Patrimoines Question de divorce Après toute l'attention suscitée par l'augmentation des taux de divorce au cours des dernières années, vous serez peut-être surpris d'apprendre que les divorces chez les

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Le Québec dispose d un ensemble de mesures permettant aux parents de mieux concilier leurs responsabilités familiales et professionnelles, dont les congés parentaux.

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Comment aborder le sujet de l assurance pour les enfants avec vos clients

Comment aborder le sujet de l assurance pour les enfants avec vos clients Page 1 de 6 Briser les tabous de Judy Williams Comment aborder le sujet de l assurance pour les enfants avec vos clients L un des aspects les plus difficiles du travail d un conseiller est de parler aux

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55

MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55 MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55 INTRODUCTION En juin 2005, le gouvernement fédéral déposait un projet de loi sur la refonte des règles sur l insolvabilité afin

Plus en détail

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol.

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. top ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. 19 n 3 Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu en pense la Cour suprême du Canada? Réunion annuelle de Corporations Canada Délais des services

Plus en détail

Caisse d économie des employés en Télécommunication

Caisse d économie des employés en Télécommunication Caisse d économie des employés en Télécommunication 1 HOMMAGES Hommage à M. Michel Laberge, ex-président du Conseil d administration de la Caisse d économie Desjardins des employés en Télécommunication

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Régimes de retraite des fonctionnaires municipaux de la Ville de Montréal et de la Communauté urbaine de Montréal

Régimes de retraite des fonctionnaires municipaux de la Ville de Montréal et de la Communauté urbaine de Montréal Régimes de retraite des fonctionnaires municipaux de la Ville de Montréal et de la Communauté urbaine de Montréal Brochure à l intention des membres préparée par le Syndicat des fonctionnaires municipaux

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches Programme Traumatologie feuillet informatif destiné aux usagers et à leurs proches Centre de réadaptation Estrie, 2014 Présentation du programme Le programme Traumatologie est l un des cinq programmes

Plus en détail

Règlement intérieur de l association

Règlement intérieur de l association Règlement intérieur de l association Naissance et fonctionnement de l association, informations diverses. Reims Parkour School est une association ayant vu le jour le 4 novembre 2011, sous l impulsion

Plus en détail

régime d assurance collective

régime d assurance collective Ma ligne de protection de revenu régime d assurance collective Mes assurances salaire 2 Bonjour, je suis Fiche Salaire, et je viens vous entretenir d un sujet capital en matière de sécurité financière,

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Comment les entreprises devraient-elles entrevoir l avenir en matière de régime de retraite

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Introduction 1. Quelques définitions 2. Le régime en bref 4. Généralités sur le régime 7. Participation au régime 8. Cotisations 9

Introduction 1. Quelques définitions 2. Le régime en bref 4. Généralités sur le régime 7. Participation au régime 8. Cotisations 9 Le Régime de retraite des fonctionnaires de la Ville de Montréal Sommaire des dispositions à compter du 1 er janvier 2012 Le présent document décrit brièvement les dispositions du Régime de retraite des

Plus en détail

ENTENTE ENTRE LE PROGRAMME COSPAS-SARSAT LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC

ENTENTE ENTRE LE PROGRAMME COSPAS-SARSAT LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC P6NOV05F C/S P.006 ENTENTE ENTRE LE PROGRAMME COSPAS-SARSAT ET LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC CONCERNANT LES EXEMPTIONS, LES AVANTAGES FISCAUX ET LES PRÉROGATIVES DE COURTOISIE CONSENTIS AU PROGRAMME, AUX REPRÉSENTANTS

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant 03 Pour un avenir de classe Permettre à un jeune d obtenir une éducation de qualité, qu il s agisse d études universitaires, collégiales

Plus en détail

Le Régime de retraite des pompiers de la Ville de Montréal

Le Régime de retraite des pompiers de la Ville de Montréal Le Régime de retraite des pompiers de la Ville de Montréal Nous sommes heureux de vous présenter cet aperçu des dispositions de votre régime de retraite en vigueur depuis le 1 er janvier 2006. La Ville

Plus en détail

Trousse des nouveaux arrivants. Impôt sur le revenu. Feuilles de travail

Trousse des nouveaux arrivants. Impôt sur le revenu. Feuilles de travail Trousse des nouveaux arrivants Impôt sur le revenu Feuilles de travail Ottawa Community Loan Fund Fonds d emprunt Communautaire d Ottawa 22 O Meara St., Causeway Work Centre, Ottawa, ON K1Y 4N6 Tel: 613-594-3535

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Livret du participant au régime de retraite du personnel enseignant à temps partiel de l Université d Ottawa

Livret du participant au régime de retraite du personnel enseignant à temps partiel de l Université d Ottawa Livret du participant au régime de retraite du personnel enseignant à temps partiel de l Université d Ottawa Numéro de contrat : 34060 Tous les employés de l unité de négociation Ontario Table des matières

Plus en détail

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au Douleur et gestion de la douleur Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au French - Pain Management Department of Health and Ageing Financé par le gouvernement

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 12 Pension alimentaire pour conjoint FR 012 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Pension alimentaire pour

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Rôle clé dans la structuration de l industrie du CR Modèle de création d emplois de qualité et

Plus en détail

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de 1 Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC allocutions de Bryan P. Davies Président du conseil d administration Société d assurance-dépôts du Canada et Michèle Bourque Présidente

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

L assurance est là pour protéger votre famille

L assurance est là pour protéger votre famille Assurance L assurance est là pour protéger votre famille Vous avez travaillé fort pour venir vous établir ici et commencer une nouvelle vie. L assurance met vos proches et vos biens à l abri des pertes

Plus en détail

APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011

APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011 APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011 C est avec plaisir que je vous présente le rapport d activités de l APRHQ pour l année qui s est terminée le 31 août

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres!

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées

Plus en détail

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE Que vous puissiez voter ou non, vous pouvez contribuer à façonner l avenir de notre pays : Dites aux autres pourquoi il est important de voter. Organisez

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et moins)

LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et moins) FÉDÉRATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR GUIDE POUR LES MEMBRES DU PERSONNEL DE SOUTIEN DES COLLEGES LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et

Plus en détail

Lorsqu un couple se sépare : D R O I T S E T R E S P O N S A B I L I T É S

Lorsqu un couple se sépare : D R O I T S E T R E S P O N S A B I L I T É S Lorsqu un couple se sépare : D R O I T S E T R E S P O N S A B I L I T É S Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick Le Service public d éducation et d information juridiques

Plus en détail

Bilan de la situation des caisses de retraite au Québec

Bilan de la situation des caisses de retraite au Québec SYNDICAT DES FONCTIONNAIRES MUNICIPAUX DE MONTRÉAL (SCFP) Bilan de la situation des caisses de retraite au Québec 25 février 2014 1 Contexte et évolution 22 JUIN 2011 Conférence de presse des maires Gérald

Plus en détail

PROTÉGEONS LES RÉGIMES DE RETRAITE À PRESTATIONS DÉTERMINÉES

PROTÉGEONS LES RÉGIMES DE RETRAITE À PRESTATIONS DÉTERMINÉES PROTÉGEONS LES RÉGIMES DE RETRAITE À PRESTATIONS DÉTERMINÉES Par : Pierre-Guy Sylvestre Service de la recherche Syndicat canadien de la fonction publique 2 Protégeons les régimes de retraite à prestations

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

ANALYSE DE L ENTENTE DE PRINCIPE SUR L EXCÉDENT DE LA CAISSE DE RETRAITE ET DU RÉGIME D ASSURANCE-MALADIE COMPLÉMENTAIRE

ANALYSE DE L ENTENTE DE PRINCIPE SUR L EXCÉDENT DE LA CAISSE DE RETRAITE ET DU RÉGIME D ASSURANCE-MALADIE COMPLÉMENTAIRE ANALYSE DE L ENTENTE DE PRINCIPE SUR L EXCÉDENT DE LA CAISSE DE RETRAITE ET DU RÉGIME D ASSURANCE-MALADIE COMPLÉMENTAIRE 12 juin 2008 Syndicat des communications de Radio-Canada (FNC-CSN) 301-1411, rue

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail