VÉRIFICATION DES BÉNÉFICIAIRES INITIATIVE D ADAPTATION ÉCONOMIQUE, INDUSTRIELLE ET COMMUNAUTAIRE POUR LE SECTEUR DU BOIS D ŒUVRE (INAEICB)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VÉRIFICATION DES BÉNÉFICIAIRES INITIATIVE D ADAPTATION ÉCONOMIQUE, INDUSTRIELLE ET COMMUNAUTAIRE POUR LE SECTEUR DU BOIS D ŒUVRE (INAEICB)"

Transcription

1 VÉRIFICATION DES BÉNÉFICIAIRES INITIATIVE D ADAPTATION ÉCONOMIQUE, INDUSTRIELLE ET COMMUNAUTAIRE POUR LE SECTEUR DU BOIS D ŒUVRE (INAEICB) Rapport de vérification Préparé par CONSEILS ET VÉRIFICATION CANADA Pour le compte de la Direction générale, Vérification interne POUR LES RÉGIONS DU QUÉBEC Mars 2007

2 1. CONTEXTE L imposition de droits par les États-Unis sur les exploitations canadiennes de bois d œuvre a eu un impact socio-économique important sur plusieurs collectivités au Canada où les économies locales dépendent fortement de la production de bois d œuvre. Pour contrer les pertes permanentes d emplois liées au différend sur le bois d œuvre, le gouvernement fédéral a mis sur pied, sur une base urgente, le programme sur l Initiative national d adaptation économique industrielle et communautaire pour le secteur du bois résineux (INAEICB). Ce programme de courte durée (deux ans) a bénéficié d une injection de 110 millions de dollars, dont 34,6 pour les régions du Québec. Il favorise, entre autres, la diversification des activités des régions touchées. L initiative a permis à DEC de participer au financement de 322 projets, dont 288 clients. En octobre 2005, conformément au Cadre de vérification axé sur les risques (CVAR) pour l INAEICB, Industrie Canada a demandé à Développement économique Canada (DEC) d effectuer des vérifications de clients de cette Initiative. 2. OBJECTIFS DE LA VÉRIFICATION Conformément au CVAR, l objectif de cette vérification est de fournir une assurance raisonnable de la conformité des clients aux conditions des ententes de contribution, aux lois et règlements les régissant et ce, par rapport à : l admissibilité des dépenses; l obligation de rendre compte des résultats des projets; et la mise en place de procédures financières et administratives pour protéger les intérêts du gouvernement fédéral. 3. PORTÉE Ce présent examen a été effectué entre le 20 février et le 10 mars 2006 et porte sur des contributions accordées à 16 clients provenant de différentes régions du Québec. Ces derniers ont été choisis par DEC en fonction de critères de sélection basés sur les risques ainsi qu en fonction des fonds limités et de l échéancier serré consenti à la réalisation de ce mandat. La répartition des clients par région se détaille comme suit : Région Nombre de clients Nombre de clients par région sélectionnés Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine 1 19 Saguenay - Lac-St-Jean 8 60 Bas Saint-Laurent 3 68 Québec-Chaudière-Appalaches 3 25 Laurentides 1 29 Il est à noter que cet examen exclut la vérification de la gestion du programme qui relève de la responsabilité de la direction générale de la vérification et de l évaluation d Industrie Canada. 1

3 4. MÉTHODOLOGIE La vérification a été effectuée conformément aux critères de vérification des bénéficiaires identifiés dans le cadre de vérification axé sur les risques (CVAR) approuvés par le Secrétariat du Conseil du Trésor. Ces critères visent surtout la vérification du respect des ententes de contribution dans le but de s assurer de la bonne utilisation et gestion des fonds pendant la durée entière des ententes. La vérification des bénéficiaires a été exécutée selon les normes de vérification généralement reconnues au Canada. Ces normes exigent que les vérifications soient planifiées et exécutées de manière à fournir un degré raisonnable de certitude, que les réclamations soient exemptes de fausses déclarations importantes et que le client a adhéré aux conditions générales de l Entente de contribution. Ces vérifications comprennent l examen des éléments probants qui appuient les montants réclamés. Les vérifications comprennent également, le cas échéant, l évaluation des principes comptables suivis en fonction des principes comptables généralement reconnus et des estimations importantes faites par la direction du client selon le jugement professionnel des vérificateurs. La préparation des réclamations et le respect des conditions générales de l Entente de contribution incombent au client. Notre responsabilité consiste à exprimer une opinion sur le respect des conditions générales des ententes de contribution et de leurs modifications en nous fondant sur notre vérification. Afin de réaliser ce mandat, nous avons utilisé les procédés suivants : Examen préliminaire des documents relatifs à l Initiative et des dossiers clients; Visites chez les clients; Revue de la documentation disponible chez les clients dont, entre autres, les états financiers et les factures; Entrevues avec les clients; Analyse et vérification des données disponibles sur les résultats; et Analyse des modalités de l Entente et des mécanismes mis en place par le Client concernant les contributions remboursables, s il y a lieu. 5. REMERCIEMENTS L équipe de projet désire remercier le personnel de DEC ainsi que les clients concernés par cette vérification pour leur excellente collaboration tout au long des travaux. 6. OBSERVATIONS GÉNÉRALES Cette section fait état de situations générales décelées lors de notre vérification chez plusieurs clients de l INAEICB concernant les aspects suivants : 6.1 Critères des ententes de contribution Clauses adéquates Dans l ensemble, nous avons noté lors de notre vérification que les ententes de contribution disposaient de clauses appropriées. Toutefois, une des exigences du CVAR approuvées par le Conseil du Trésor n a pas été respectée. 2

4 En effet, nous avons observé que l obligation du CVAR demandant au client de faire un rapport advenant des conditions de marchés faibles n était stipulée dans aucune des ententes vérifiées, y inclus des ententes de contributions remboursables. Recommandation n o 1 Afin de gérer les ententes de contribution remboursables toujours en vigueur selon les risques et mesures d atténuation identifiés dans le cadre de vérification axé sur les risques (CVAR), l Agence devrait envisager l ajout de clauses demandant au client de faire un rapport advenant des conditions de marchés faibles. Acceptation de l offre de contribution Suite à notre vérification, nous avons constaté que les ententes de contribution avaient été formellement acceptées par les clients. Ces dernières étaient, en effet, toutes signées par une personne en autorité. Modification des ententes Nous avons constaté que les ententes étaient généralement modifiées lorsque cela s avérait nécessaire. Ainsi, si la date de fin de projet, le montant de la contribution ou les aides gouvernementales allouées au client devaient être changés pendant la durée de l Entente, le conseiller responsable du dossier envoyait alors une lettre au client mentionnant que certaines clauses de l Entente devaient être modifiées. Nous avons toutefois constaté que le changement de date de fin de projet pour quatre des seize clients vérifiés n avait pas été effectué bien qu il ait été approprié de procéder à cette modification pour se conformer à cette obligation de l entente. Surveillance du projet Nous avons noté lors de nos visites sur place que la personne affectée au projet par l entreprise avait généralement une très bonne connaissance du projet et que lors de sa réalisation, cette compréhension lui permettait de bien planifier, organiser et coordonner les activités. De plus, certains clients ont fait affaires avec des firmes d ingénieurs qui coordonnaient les opérations et leur assuraient du bien fondé des réclamations des sous-traitants et de l avancement des travaux. Mentionnons également que lorsque des rapports de surveillance environnementale étaient requis par l Entente, les clients ont fourni ces informations au conseiller responsable de leur dossier à DEC. Rapport de vérification Lors de notre vérification, nous avons remarqué que les états financiers des clients étaient généralement vérifiés par des vérificateurs externes qualifiés. Toutefois, un des clients n avait produit aucun état financier pour la période se terminant le 31 mai 2005 et conséquemment, aucune vérification des registres comptables n a pu être effectuée. De plus, nous avons constaté que les fonds alloués au projet étaient, dans tous les cas, présentés dans le rapport de vérification. En effet, lorsque des états financiers étaient produits, ils étaient inscrits soit au passif comme aide gouvernementale reportée, à l encontre des immobilisations ou à titre de dette lorsqu il s agissait d une contribution remboursable. Nous avons aussi observé que lorsqu un rapport d expert-comptable externe était requis par leur Entente, les clients le soumettaient au conseiller responsable du dossier. 3

5 Début de projet Toutes les ententes stipulent que les projets doivent débuter au plus tard à une date précise convenue par les deux parties telle qu identifiée dans l Entente. Nous avons constaté que trois des seize clients vérifiés ne respectaient pas cette date et que les travaux liés à leur projet ont débuté plusieurs mois après celle-ci. Recommandation n o 2 L Agence devrait s assurer d un suivi plus rigoureux des ententes de contribution dans le but de minimiser le risque que les clients ne rencontrent pas les délais prescrits pour l exécution des projets. Variabilité des clauses contractuelles Les ententes examinées lors de notre vérification concernent toutes un même programme, mais nous avons constaté que les termes et conditions des ententes divergent d un projet à un autre. En effet, nous avons constaté qu une clause obligeant le client à faire des soumissions si le coût d un service était de plus de $ ou si le coût d achat ou de location d un bien était de plus de $ ne se retrouvait pas dans six des seize ententes vérifiées et ce, bien qu il aurait été approprié de l y inscrire. Recommandation n o 3 Par souci d équité envers les clients et pour faciliter le suivi des ententes, l Agence devrait, dans le futur, envisager une forme générale et unique pour les ententes de contribution de programmes semblables à celui de l INAEICB. 6.2 Admissibilité des dépenses Engagement des coûts Les ententes stipulent que les coûts engagés avant la date de début de projet sont inadmissibles. Toutefois, le terme «coût engagé», n est pas défini dans les ententes. Il serait important de préciser ce terme, car l admissibilité des dépenses réclamées par les clients dépend de la date d engagement de ces dernières. Aux fins de notre vérification, nous avons déterminé qu un coût peut être qualifié comme étant engagé lorsqu une entente entre les parties est signée ou lorsqu un bon de commande est rempli par le client. Si aucun de ces documents n est utilisé dans le cadre d un achat de biens ou de services, la facture constituera alors la preuve d engagement de la dépense. Nous avons remarqué lors de notre vérification que dans les cas où un bon de commande ou un contrat avec le fournisseur était disponible, la date y étant inscrite cadrait généralement avec la période d admissibilité des dépenses stipulée à l Entente. Toutefois, nous avons constaté qu un des clients avait commandé plusieurs équipements avant la date d engagement de coûts stipulée à son Entente et que le rapport soumis par la firme comptable a déterminé les coûts admissibles de ce dernier en se basant sur la date des factures et non celle des bons de commande. Recommandation n o 4 L Agence devrait définir le terme «coût engagé» dans les futures ententes de contributions pour les programmes semblables à celui de l INAEICB afin d éviter toute interprétation différente par les parties concernées et de s assurer que les clients soient traités de façon uniforme en ce qui concerne l acceptation de coûts réclamés. 4

6 Ambiguïté des dépenses À la lumière de nos vérifications chez les différentes entités, nous avons constaté que la description des coûts admissibles ciblés à l annexe A des ententes n était parfois pas assez détaillée. En effet, dans quatre des seize ententes vérifiées, nous retrouvions des termes tels que «et autres», «etc.» ou «incluant». Ces expressions ne permettent pas de déterminer avec certitude la nature des dépenses qui sont admissibles à l Entente. Ces imprécisions ouvrent la porte à des réclamations qui sont sujettes à l interprétation des parties et qui peuvent conduire à des litiges. Recommandation n o 5 En l absence de modalités adaptées (et approuvées par le Conseil du Trésor) pour des programmes ponctuels et de courte durée tel que l INAEICB, l Agence devrait, dans le contexte de futurs programmes semblables, s assurer que la description du projet et la nature des dépenses ciblées par l Entente soient clairement définies. De plus, il devrait indiquer dans l Entente la liste de tous les documents internes de DEC qui incluent des spécifications supplémentaires liées au projet et y préciser leur préséance en cas de conflits. Catégories de dépenses Selon l Annexe A des ententes, les montants pouvant être réclamés par catégorie de dépenses admissibles, bien qu ils soient estimés, sont limités. Lors de notre vérification, nous avons toutefois constaté que les montants réclamés et approuvés étaient parfois supérieurs à ces limites spécifiées dans les ententes. Cependant, nous tenons à mentionner que les coûts admissibles réclamés, toutes catégories de dépenses confondues, ne dépassent jamais les coûts autorisés du projet. Recommandation n o 6 L Agence devrait clarifier la définition et l usage des estimés budgétaires cités à l annexe A des ententes et s assurer que tous les conseillers de l Agence emploient des pratiques uniformes de contrôle reliées aux estimés de chaque catégorie de dépenses admissibles. Coûts internes Lors de la vérification, nous avons observé que les salaires et les matériaux réclamés et encourus par les clients étaient raisonnables et admissibles. Coûts réclamés Nous avons remarqué que les coûts réclamés par les clients étaient supportés par des pièces justificatives adéquates telles que des factures et des chèques. De plus, lorsque l Entente d un client requérait un rapport d admissibilité des dépenses d un vérificateur externe pour les justifier, il était bien produit et transmis au conseiller responsable du dossier. 6.3 Obligation de rendre compte des résultats du projet Selon les ententes, les clients devaient fournir un rapport de fin de projet. Dans l ensemble, nous avons remarqué que ces derniers faisaient parvenir des rapports d activités qui relataient l évolution du projet pendant toutes ses phases. Toutefois, nous tenons à préciser que deux des seize rapports soumis à notre analyse ne nous apparaissaient pas suffisamment détaillés pour permettre au conseiller de bien cerner les activités réalisées. 5

7 Recommandation n o 7 L Agence devrait s assurer de bien définir le contenu d un rapport de fin de projet dans les ententes futures. De plus, les conseillers devraient s assurer que les rapports de fin de projet sont conformes à cette définition. 6.4 Mise en place de procédures financières et administratives pour protéger les intérêts du gouvernement fédéral Suite à notre vérification, nous avons constaté que les clients avaient des couvertures d assurance suffisantes en ce qui a trait aux actifs financés dans le cadre de leur projet. De plus, nous avons remarqué que sept clients sur seize comptabilisaient les coûts reliés à leur projet dans des comptes distincts, ce qui leur permettait, entre autres, d en avoir un meilleur suivi. Si le projet, de par sa nature, ne nécessitait aucun suivi particulier, les transactions étaient alors comptabilisées directement dans les comptes d immobilisations. CONCLUSION Suite à nos travaux de vérification qui ont été effectués à partir d un ensemble de critères préétablis, et tels qu identifiés dans notre entente de services, nous sommes d avis que : a) les clients se sont conformés à tous égards importants, nonobstant les observations générales et spécifiques du présent rapport, aux conditions générales de leur Entente de contribution; b) sur les seize ententes de contribution vérifiées qui représentent une aide totale versée de $, sept d entre elles ont fait l objet de suggestions d'ajustements potentiels pouvant atteindre un montant total de $, à moins de mesures correctives. Notons qu un des clients vérifiés représente, à lui seul, 92 % de ces ajustements potentiels. c) les clients se sont conformés à tous égards importants à leur obligation de rendre compte des résultats de leur projet; et d) les clients se sont conformés à tous égards importants à la mise en place de procédures financières et administratives pour protéger les intérêts du gouvernement fédéral. Commentaire de la gestion Pour faire suite à la conclusion ci-dessus, qui met en évidence des ajustements potentiels aux ententes d'une valeur de 2,16 M$, le bureau d'affaires responsable d'un des dossiers, qui représente 92 % des ajustements signalés, s'est assuré que le promoteur avait rempli ses obligations. Mentionnons que l'entreprise procède présentement à la commercialisation de ses produits sur les marchés internationaux. 6

8 Recommandation (s) 6.1 Critères des ententes de contribution Recommandation n o 1 Plan d action Entité Actions de l Agence responsable Date prévue d achèvement Afin de gérer les ententes de contribution remboursables toujours en vigueur selon les risques et mesures d atténuation identifiés dans le cadre de vérification axé sur les risques (CVAR), l Agence devrait envisager l ajout de clauses demandant au client de faire un rapport advenant des conditions de marchés faibles. Dans le cadre de la livraison future d une initiative nationale, une clause demandant au client de faire un rapport à DEC advenant des conditions de marchés faibles sera ajoutée à tous les contrats, lorsque requis par le CVAR. S/O Recommandation n o 2 L Agence devrait s assurer d un suivi plus rigoureux des ententes de contribution dans le but de minimiser le risque que les clients ne rencontrent pas les délais prescrits pour l exécution des projets. Un guide de suivi des ententes de contributions a été créé et une formation a été donnée à tous les conseillers de l Agence pour remédier à ce genre de détails problématiques. Réalisé Recommandation n o 3 Par souci d équité envers les clients et pour faciliter le suivi des ententes, l Agence devrait, dans le futur, envisager une forme générale et unique pour les ententes de contribution de programmes semblables à celui de l INAEICB. La variabilité existe uniquement entre les organismes à but non lucratif (OBNL) et les PME. Compte tenu qu une contribution faite à un OSBL peut atteindre jusqu à 90 % du coût total du projet, cette clause nous assure d obtenir les meilleurs prix. Quant à la PME, celle-ci doit assumer un minimum de 50 % du coût total du projet, ce qui a pour effet que les dirigeants ont intérêt à obtenir les meilleurs prix ce qui élimine le besoin de cette clause. Pour ces raisons, cette clause continuera d être exigée uniquement dans les offres de contributions faites à des OSBL. Aucune action Prévue 7

9 Recommandation (s) 6.2 Admissibilité des dépenses Recommandation n o 4 Plan d action Entité Actions de l Agence responsable Date prévue d achèvement L Agence devrait définir le terme «coût engagé» dans les futures ententes de contributions pour les programmes semblables à celui de l INAEICB afin d éviter toute interprétation différente par les parties concernées et de s assurer que les clients soient traités de façon uniforme en ce qui concerne l acceptation de coûts réclamés. La lettre d offre a été revue complètement pour la mise en place des nouveaux programmes. Celle-ci sera disponible très bientôt et contient une définition du terme «coût engagé» qui permettra d éviter toute interprétation. Réalisé Recommandation n o 5 En l absence de modalités adaptées (et approuvées par le Conseil du Trésor) pour des programmes ponctuels et de courte durée tel que l INAEICB, le ministère devrait, dans le contexte de futurs programmes semblables, s assurer que la description du projet et la nature des dépenses ciblées par l Entente soient clairement définies. De plus, il devrait indiquer dans l Entente la liste de tous les documents internes de DEC qui incluent des spécifications supplémentaires liées au projet et y préciser leur préséance en cas de conflits. Depuis le début 2006, la direction Qualité et cohérence opérationnelle révise tous les dossiers et s assure que les annexes A sont clairement définies. Un manuel couvrant cet aspect est en développement et sera disponible pour tous les bureaux d affaires. Réalisé Printemps

10 Recommandation (s) 6.2 Admissibilité des dépenses Recommandation n o 6 Plan d action Entité Actions de l Agence responsable Date prévue d achèvement L Agence devrait clarifier la définition et l usage des estimés budgétaires cités à l annexe A des ententes et s assurer que tous les conseillers de l Agence emploient des pratiques uniformes de contrôle reliées aux estimés de chaque catégorie de dépenses admissibles. 6.3 Obligation de rendre compte des résultats du projet Les coûts supérieurs approuvés dans une catégorie sont toujours compensés par des coûts inférieurs dans une autre catégorie. Comme il s agit de coûts estimatifs établis lors de l analyse du projet, nous considérons qu il est normal de retrouver de légères variances entre les coûts prévus et les coûts réels. Lorsque les variances sont importantes une revue du projet est effectuée et une modification du projet peut découler s il y a lieu. Un manuel de gestion des programmes est présentement en élaboration et une attention particulière sera portée sur ce que l Agence entend par «variances légères» et «variances importantes» autorisées entre les postes budgétaires de l annexe A. Cette exercice devrait permettre aux conseillers d être uniformes dans le contrôle relié aux estimés de chacun des postes budgétaires de l annexe A. Septembre 2007 Recommandation n o 7 L Agence devrait s assurer de bien définir le contenu d un rapport de fin de projet dans les ententes futures. De plus, les conseillers devraient s assurer que les rapports de fin de projet sont conformes à cette définition. Un guide de traitement des réclamations a été créé et tous les conseillers ont suivi la formation s y rattachant. Une section traite des documents (rapport de fin de projet) requis pour procéder aux paiements finaux. Réalisé 9

Le régime général d assurance médicaments

Le régime général d assurance médicaments Le régime général d assurance médicaments Régie de l assurance maladie du Québec Rapport d activité 2000-2001 du régime général d assurance médicaments Rappel de la Loi sur l assurance-médicaments et de

Plus en détail

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS DESCRIPTION Le Fonds collège-industrie pour l innovation (FCII)

Plus en détail

POLITIQUE 08-05 POLITIQUE CONCERNANT LA VENTE DE BIENS ET SERVICES PRODUITS PAR LES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE OBJET : ÉNONCÉ :

POLITIQUE 08-05 POLITIQUE CONCERNANT LA VENTE DE BIENS ET SERVICES PRODUITS PAR LES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE OBJET : ÉNONCÉ : POLITIQUE 08-05 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL SOURCE Ressources matérielles CIBLE TITRE : POLITIQUE CONCERNANT LA VENTE DE BIENS ET SERVICES PRODUITS PAR LES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE SECTEUR RÉSOLUTION

Plus en détail

Notre promesse en matière de respect de la vie privée

Notre promesse en matière de respect de la vie privée Notre promesse en matière de respect de la vie privée Le Code de TELUS sur la protection de la vie privée contient les dix principes du code type sur la protection des renseignements personnels de l Association

Plus en détail

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités de surveillance concernant l intégrité de l information financière

Plus en détail

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation

Plus en détail

Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers de 2012-2013

Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers de 2012-2013 Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers de 2012-2013 Bureau du vérificateur général du Canada N o de catalogue FA1-14/1-2013F-PDF

Plus en détail

Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers

Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers La responsabilité de l intégrité et de l objectivité des états financiers ci-joints pour l

Plus en détail

ENTENTE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL ENTRE:

ENTENTE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL ENTRE: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL ENTENTE ENTRE: DE LAVAL, personne morale de droit public légalement constituée (S.Q. 1965, c. 89), ayant son siège au 1, Place du Souvenir, à Chomedey, en les

Plus en détail

Norme ISA 700 (révisée), Opinion et rapport sur des états financiers

Norme ISA 700 (révisée), Opinion et rapport sur des états financiers IFAC Board Prise de position définitive 2015 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 700 (révisée), Opinion et rapport sur des états financiers Élaborée par : Traduite par : Le présent document a

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du contrôle interne en matière de rapports financiers Préparé par la Direction générale des services de

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT GEORGE WESTON LIMITÉE

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT GEORGE WESTON LIMITÉE CHARTE DU COMITÉ D AUDIT de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5.

Plus en détail

Coûts associés à la gestion des changements apportés aux plans et devis en cours d exécution

Coûts associés à la gestion des changements apportés aux plans et devis en cours d exécution Coûts associés à la gestion des changements apportés aux plans et devis en cours d exécution Corporation des entrepreneurs généraux du Québec 6800, boulevard Pie-IX Montréal (Québec) H1X 2C8 Tél : (514)

Plus en détail

Vérification du processus de recouvrement des paiements contractuels en trop Rapport final Septembre 2011

Vérification du processus de recouvrement des paiements contractuels en trop Rapport final Septembre 2011 Revu par le CS Ex conformément à la Loi sur l accès à l information (LAI). Renseignements NON CLASSIFIÉS. Vérification du processus de recouvrement des paiements contractuels en trop Septembre 2011 7053-75

Plus en détail

GUIDE D APPLICATION DE LA POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

GUIDE D APPLICATION DE LA POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS D APPLICATION DE LA POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS Le présent guide a pour but de fixer les paramètres ainsi que les

Plus en détail

CET 006M C.P. P.L. 35 Industrie de la construction

CET 006M C.P. P.L. 35 Industrie de la construction CET 006M C.P. P.L. 35 Industrie de la construction Mémoire présenté par L Association canadienne de caution à La Commission de l économie et du travail Assemblée Nationale du Québec Sujet : Consultations

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF À L'INTENTION DES BÉNÉVOLES ET DES EMPLOYÉ.E.S DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA

GUIDE ADMINISTRATIF À L'INTENTION DES BÉNÉVOLES ET DES EMPLOYÉ.E.S DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA GUIDE ADMINISTRATIF À L'INTENTION DES BÉNÉVOLES ET DES EMPLOYÉ.E.S DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA Mise en place en mai 2006 Révision en date du 31 mars 2012 telle qu adoptée par l

Plus en détail

FONDS EN FIDUCIE D ÉNERGIE ATOMIQUE DU CANADA LIMITÉE (Loi sur les déchets de combustible nucléaire) ÉTATS FINANCIERS 31 DÉCEMBRE 2009

FONDS EN FIDUCIE D ÉNERGIE ATOMIQUE DU CANADA LIMITÉE (Loi sur les déchets de combustible nucléaire) ÉTATS FINANCIERS 31 DÉCEMBRE 2009 ÉTATS FINANCIERS 31 DÉCEMBRE 2009 États financiers 31 décembre 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Rapport des vérificateurs 1 Bilan 2 État des résultats et du capital 3 État des flux de trésorerie 4 5 13 RAPPORT

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

Barreau de Montréal États financiers au 31 mars 2015

Barreau de Montréal États financiers au 31 mars 2015 États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 2-3 États financiers Résultats 4 Évolution des soldes de fonds 5 Flux de trésorerie 6 Situation financière 7 Notes complémentaires 8-15 Annexe 16 Rapport

Plus en détail

ÉVALUATION DES DEMANDES. Annexes

ÉVALUATION DES DEMANDES. Annexes Procès verbal Processus d évaluation Organisme Plan d action Type de demande États financiers ÉVALUATION DES DEMANDES Appuis Documents accompagnateurs Conflit d intérêt Annexes Signature PROCESSUS D ÉVALUATION

Plus en détail

Création d'entreprises «DB_sb_Survey_Economy_FullName1» http://francais.doingbusiness.org/

Création d'entreprises «DB_sb_Survey_Economy_FullName1» http://francais.doingbusiness.org/ Création d'entreprises «DB_sb_Survey_Economy_FullName1» http://francais.doingbusiness.org/ «FirstName» «LastName», Nous tenons à vous remercier pour votre collaboration au projet Doing Business. Votre

Plus en détail

Vérification de la conformité à la Politique sur le contrôle interne du Conseil du Trésor Phase 1

Vérification de la conformité à la Politique sur le contrôle interne du Conseil du Trésor Phase 1 Vérification de la conformité à la Politique sur le contrôle interne du Conseil du Trésor Phase 1 Bureau du dirigeant principal de la vérification et de l évaluation Direction des services de vérification

Plus en détail

TENCE INTERCULTURELLE ET DE PARTICIPER ACTIVEMENT À LEUR PROCESSUS D INTÉGRATION.SOUTENIR L

TENCE INTERCULTURELLE ET DE PARTICIPER ACTIVEMENT À LEUR PROCESSUS D INTÉGRATION.SOUTENIR L SOUTENIR LA PERSONNE IMMIGRANTE DANS SA DÉMARCHE D APPRENTISSAGE DU FRANÇAIS LANGU D INTÉGRATION ET FACILITER SA PARTICIPATION PLEINE ET ENTIÈRE À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE. AIDER LA PER SONNE IMMIGRANTE À

Plus en détail

FONDS EN FIDUCIE D ÉNERGIE ATOMIQUE DU CANADA LIMITÉE (Loi sur les déchets de combustible nucléaire) ÉTATS FINANCIERS 31 DÉCEMBRE 2011

FONDS EN FIDUCIE D ÉNERGIE ATOMIQUE DU CANADA LIMITÉE (Loi sur les déchets de combustible nucléaire) ÉTATS FINANCIERS 31 DÉCEMBRE 2011 ÉTATS FINANCIERS 31 DÉCEMBRE 2011 États financiers 31 décembre 2011 TABLE DES MATIÈRES Page Rapport de l auditeur indépendant 1-2 Bilan 3 État des résultats et du capital 4 État des flux de trésorerie

Plus en détail

VÉRIFICATION INTERNE DES MESURES D ADAPTATION DES COLLECTIVITÉS DE PÊCHES DU QUÉBEC. Préparé par : CONSEILS ET VÉRIFICATION CANADA

VÉRIFICATION INTERNE DES MESURES D ADAPTATION DES COLLECTIVITÉS DE PÊCHES DU QUÉBEC. Préparé par : CONSEILS ET VÉRIFICATION CANADA DES MESURES D ADAPTATION DES COLLECTIVITÉS DE PÊCHES DU QUÉBEC Préparé par : CONSEILS ET VÉRIFICATION CANADA Pour le compte de la : Direction générale Qualité, information et technologies DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Accord de libre circulation nationale

Accord de libre circulation nationale Accord de libre circulation nationale Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada / Federation of Law Societies of Canada 445, boulevard Saint-Laurent, bureau 480 Montréal (Québec) H2Y 2Y7

Plus en détail

Examen du contrat de gestion de la construction du projet de réhabilitation de l édifice Ouest

Examen du contrat de gestion de la construction du projet de réhabilitation de l édifice Ouest Examen du contrat de gestion de la construction du projet de réhabilitation de l édifice Ouest Factures émises par PCL pour la période du 22 décembre 2012 au 31 mars 2015 (factures n o 19 à 45) Le 29 mars

Plus en détail

FONDS DE DÉVELOPPEMENT MÉTROPOLITAIN PROGRAMME D ACQUISITION ET DE CONSERVATION D ESPACES BOISÉS 1

FONDS DE DÉVELOPPEMENT MÉTROPOLITAIN PROGRAMME D ACQUISITION ET DE CONSERVATION D ESPACES BOISÉS 1 1 1. INTRODUCTION Le conseil de la Communauté métropolitaine de Montréal a constitué le Fonds de développement métropolitain en faveur des municipalités sises sur son territoire afin de susciter leur essor

Plus en détail

Ligne directrice sur la gestion et le financement des services de garde d enfants et des programmes de soutien à la famille de l Ontario 2016

Ligne directrice sur la gestion et le financement des services de garde d enfants et des programmes de soutien à la famille de l Ontario 2016 Ministère de l Éducation Ligne directrice sur la gestion et le financement des services de garde d enfants et des programmes de soutien à la famille de l Ontario 2016 Gestionnaires des services municipaux

Plus en détail

Compte du régime de pension de la Gendarmerie royale du Canada

Compte du régime de pension de la Gendarmerie royale du Canada Compte du régime de pension de 38 Rapport des vérificateurs Compte du régime de pension de Au conseil d administration du Compte du régime de pension de de l Office d investissement des régimes de pensions

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES CONDITIONS GÉNÉRALES Dépôt et paiement Un dépôt de 500$ par personne est requis au moment de votre réservation ainsi que la prime d assurance-annulation si désiré. Le solde devra être payé au complet au

Plus en détail

SESSION D INFORMATION «PARS EN AFFAIRES!» MESURE SOUTIEN AU TRAVAIL AUTONOME (STA)

SESSION D INFORMATION «PARS EN AFFAIRES!» MESURE SOUTIEN AU TRAVAIL AUTONOME (STA) SESSION D INFORMATION «PARS EN AFFAIRES!» MESURE SOUTIEN AU TRAVAIL AUTONOME (STA) MESURE SOUTIEN AU TRAVAIL AUTONOME : Pour plus de détails concernant votre admissibilité à la mesure soutien au travail

Plus en détail

Audit du processus d appel du CRSNG

Audit du processus d appel du CRSNG Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada Le 17 décembre 2013 1 TABLE DES MATIÈRES CRSNG 1 SOMMAIRE...3 2 CONTEXTE...7 3 OBJECTIF ET PORTÉE DE L AUDIT...8 4 MÉTHODE DE L AUDIT...8

Plus en détail

ADMINISTRATION DE PILOTAGE DES LAURENTIDES RÉSUMÉ DU PLAN D ENTREPRISE 2012-2016 RÉSUMÉ DU BUDGET D EXPLOITATION RÉSUMÉ DU BUDGET D INVESTISSEMENT

ADMINISTRATION DE PILOTAGE DES LAURENTIDES RÉSUMÉ DU PLAN D ENTREPRISE 2012-2016 RÉSUMÉ DU BUDGET D EXPLOITATION RÉSUMÉ DU BUDGET D INVESTISSEMENT ADMINISTRATION DE PILOTAGE DES LAURENTIDES RÉSUMÉ DU PLAN D ENTREPRISE 2012-2016 RÉSUMÉ DU BUDGET D EXPLOITATION 2012 RÉSUMÉ DU BUDGET D INVESTISSEMENT 2012 FÉVRIER 2012 Résumé du plan L orientation stratégique

Plus en détail

Précisions relatives à la comptabilisation du passif au titre des sites contaminés

Précisions relatives à la comptabilisation du passif au titre des sites contaminés Précisions relatives à la comptabilisation du passif au titre des sites contaminés A) Préambule À compter de l exercice 2015, les organismes municipaux doivent appliquer les nouvelles normes comptables

Plus en détail

Vice-présidence au financement Direction de la gestion des produits financiers

Vice-présidence au financement Direction de la gestion des produits financiers GUIDE DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS AVEC LES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Vice-présidence au financement Direction de la gestion des produits financiers Mai 2016 Table des matières GUIDE DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS

Plus en détail

Société mère Rapport de gestion

Société mère Rapport de gestion 1 Société mère Rapport de gestion Principales activités Arla Foods amba exerce des activités laitières au Danemark et achète du lait auprès de ses associés-coopérateurs dans sept pays. Le lait collecté

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

POLITIQUE D ACHAT RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION POLITIQUE D ACHAT RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté le 26 septembre 2000 par le conseil d administration (216 e assemblée - résolution n o 1784)

Plus en détail

Fondation pour la recherche scientifique sur la sclérose en plaques. États financiers 31 décembre 2015

Fondation pour la recherche scientifique sur la sclérose en plaques. États financiers 31 décembre 2015 Fondation pour la recherche scientifique sur la sclérose en plaques États financiers 31 décembre Le 22 juin 2016 Rapport de l auditeur indépendant Aux membres de la Fondation pour la recherche scientifique

Plus en détail

Au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du Territoire (MAMROT)

Au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du Territoire (MAMROT) Rapport de l auditeur indépendant sur l état des subventions octroyées (versées) du Fonds de Développement Régional (FDR), sur l état des engagements du Fonds de Développement Régional (FDR) et sur l état

Plus en détail

CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Nature et portée du comité d audit CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «comité») est un comité permanent dont les membres sont nommés par le conseil d administration

Plus en détail

sur l homologation en ski de fond : www.fis-ski.com/uk/disciplines/cross-country-rules/crosscountry-rules/homologations.html.

sur l homologation en ski de fond : www.fis-ski.com/uk/disciplines/cross-country-rules/crosscountry-rules/homologations.html. Ski de fond Canada Directives sur l homologation des parcours de compétition Révision : octobre 2012 1.0 Présentation Ces directives ont pour but d encadrer le travail des inspecteurs canadiens en homologation,

Plus en détail

Effets attendus de l Offre sur les actifs, la position financière et les résultats de Sanofi-Aventis

Effets attendus de l Offre sur les actifs, la position financière et les résultats de Sanofi-Aventis Suite à la prise de contrôle d par, détient indirectement 98,09% de Hoechst AG, filiale d. En application des sections 35 paragraphe premier et 10 paragraphe 3 de la loi sur l acquisition de Valeurs Mobilières

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES ACHATS ET D OCTROI DE CONTRATS D APPROVISIONNEMENT OU DE SERVICES

POLITIQUE DE GESTION DES ACHATS ET D OCTROI DE CONTRATS D APPROVISIONNEMENT OU DE SERVICES POLITIQUE DE GESTION DES ACHATS ET D OCTROI DE CONTRATS D APPROVISIONNEMENT OU DE SERVICES POUR LES FONDS DE SOUTIEN À LA RÉINSERTION SOCIALE (FONDS SRS) DE L ÉTABLISSEMENT DE DÉTENTION DE QUÉBEC Fonds

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

DÉCLARATION DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION ENGLOBANT LE CONTRÔLE INTERNE EN MATIÈRE DE RAPPORTS FINANCIERS

DÉCLARATION DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION ENGLOBANT LE CONTRÔLE INTERNE EN MATIÈRE DE RAPPORTS FINANCIERS DÉCLARATION DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION ENGLOBANT LE CONTRÔLE INTERNE EN MATIÈRE DE RAPPORTS FINANCIERS La responsabilité de l intégrité et de l objectivité des états financiers ci joints pour l

Plus en détail

SOCIÉTÉ CANADIENNE D'ÉVALUATION ÉTATS FINANCIERS POUR L'EXERCICE CLOS LE 30 JUIN 2015 CONTENU

SOCIÉTÉ CANADIENNE D'ÉVALUATION ÉTATS FINANCIERS POUR L'EXERCICE CLOS LE 30 JUIN 2015 CONTENU SOCIÉTÉ CANADIENNE D'ÉVALUATION ÉTATS FINANCIERS POUR L'EXERCICE CLOS LE 30 JUIN 2015 CONTENU Rapport des vérificateurs indépendants État de la situation financière État des changements des actifs nets

Plus en détail

La CVMO propose de nouvelles règles sur la mobilisation de capitaux

La CVMO propose de nouvelles règles sur la mobilisation de capitaux Davies Ward Phillips & Vineberg S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le 21 mars 2014 La CVMO propose de nouvelles règles sur la mobilisation de capitaux Le 20 mars 2014, la Commission des valeurs mobilières de l Ontario

Plus en détail

DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC

DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC Actualisé au 24/01/2011 DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC Mode opératoire à l attention des maîtres d ouvrage Préambule L Assemblée régionale a validé lors

Plus en détail

munération selon les normes IFRS? Conseil Supérieur de l'ordre des Experts-Comptables Commission de droit comptable **** 22 octobre 2009

munération selon les normes IFRS? Conseil Supérieur de l'ordre des Experts-Comptables Commission de droit comptable **** 22 octobre 2009 Complément ment de prix (earn( earn-out) ) : complément ment de coût t d'acquisition ou complément ment de rémunr munération selon les normes IFRS? Conseil Supérieur de l'ordre des Experts-Comptables Commission

Plus en détail

NORME EXIGENCES 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA

NORME EXIGENCES 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA S Ces normes et les exigences qui s y rattachent servent de cadre aux collèges de l Ontario en vue d évaluer le degré de conformité de leurs mécanismes d assurance de la qualité. Ces normes et ces exigences

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 106/2010 France Prolongation des financements des CTI et des CPDE.

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 106/2010 France Prolongation des financements des CTI et des CPDE. COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 08.09.2010 C(2010)6217 Objet : Aide d État N 106/2010 France Prolongation des financements des CTI et des CPDE. Monsieur le Ministre, 1. Procédure (1) Par courrier électronique

Plus en détail

> ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

> ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS 74A PCGR DU CANADA BANQUE ROYALE DU CANADA RAPPORT ANNUEL 2004 > ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS > ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION DANS LA PRÉPARATION DES ÉTATS FINANCIERS Les présents

Plus en détail

I. Contexte ch. 1-7 Entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat faisant l objet d un contrôle annuel

I. Contexte ch. 1-7 Entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat faisant l objet d un contrôle annuel Autorité fédérale de surveillance en matière de révision ASR Circulaire 1/2010 concernant le reporting des entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat à l intention de l Autorité de surveillance

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE W GUIDE DU DEMANDEUR www.tc.gc.ca/pfpc 1.0 Aperçu Le Programme de financement de la participation communautaire («PFPC» ou «le Programme») fournit

Plus en détail

Directives de pratique. concernant. l adjudication des frais

Directives de pratique. concernant. l adjudication des frais Ontario Energy Board Commission de l énergie de l Ontario Directives de pratique concernant l adjudication des frais Février 2003 DIRECTIVES DE PRATIQUE CONCERNANT L ADJUDICATION DES FRAIS 1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Délégation de pouvoirs Rapport d audit final Rapport n o 22/16 30 mars 2016

Délégation de pouvoirs Rapport d audit final Rapport n o 22/16 30 mars 2016 Délégation de pouvoirs Rapport d audit final Rapport n o 22/16 30 mars 2016 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

PROGRAMME INNOV ACTION

PROGRAMME INNOV ACTION PROGRAMME INNOV ACTION AGROALIMENTAIRE 2013-2018 Dépôt légal 2013 Bibliothèque et Archives nationales du Québec ISBN (version PDF) : 978 2 550 68131 1 ISBN (version imprimé): 978 2 550 68148 9 Contexte

Plus en détail

1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD).

1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD). 1. DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR 1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD). 1.2. La présente politique remplace la Politique du CNRC relative aux conflits d intérêts

Plus en détail

Programme services-conseils (PSC)

Programme services-conseils (PSC) Programme services-conseils (PSC) Dans le présent document, l emploi du masculin pour désigner des personnes n a d autres fins que celle d alléger le texte. Des mesures d aide décrites dans ce programme

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 3.12 POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 1.0 ÉNONCÉ La Commission scolaire des Navigateurs considère que la communication est une partie intégrante de sa gestion. En conséquence,

Plus en détail

Guide à l intention des auditeurs Audit d états financiers résumés

Guide à l intention des auditeurs Audit d états financiers résumés Guide à l intention des auditeurs Audit d états financiers résumés NORME ABORDÉE NCA 810, Missions visant la délivrance d un rapport sur des états financiers résumés MISE EN ŒUVRE DES NORMES CANADIENNES

Plus en détail

Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion des services de soutien

Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion des services de soutien COLLECTION Implantation des centres de santé et de services sociaux Guide d implantation des centres de santé et de services sociaux Volume 2 Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion

Plus en détail

Chaque candidat est laissé seul juge de ses capacités et aptitudes à s adapter au programme qu il aura choisi.

Chaque candidat est laissé seul juge de ses capacités et aptitudes à s adapter au programme qu il aura choisi. Rubrique Jobs et Stages du Contrat Qualité de L Office juin2009 RUBRIQUE «LES JOBS ET STAGES EN ENTREPRISE A L ETRANGER» DU CONTRAT QUALITE Jobs à l étranger Il s agit de programmes ayant pour but de se

Plus en détail

La démarche de certification. La certification des organismes communautaires partenaires du ministère de l Immigration et des Communautés culturelles

La démarche de certification. La certification des organismes communautaires partenaires du ministère de l Immigration et des Communautés culturelles La démarche de certification La certification des organismes communautaires partenaires du ministère de l Immigration et des Communautés culturelles Table des matières Introduction... 4 Historique...

Plus en détail

Info TPS/TVH. Élimination graduelle de la récupération des crédits de taxe sur les intrants en Ontario

Info TPS/TVH. Élimination graduelle de la récupération des crédits de taxe sur les intrants en Ontario Info TPS/TVH GI-171 Juin 2015 Élimination graduelle de la récupération des crédits de taxe sur les intrants en Ontario Le présent document d information explique l élimination graduelle de l exigence pour

Plus en détail

2. CONDITIONS RELATIVES AUX UNITÉS ACCRÉDITÉES PAR LA SCHL

2. CONDITIONS RELATIVES AUX UNITÉS ACCRÉDITÉES PAR LA SCHL 1. CONDITIONS GÉNÉRALES a) L enregistrement de l entrepreneur et de chacune des unités à un programme de garantie de maison neuve est requis. b) Au niveau des prix de revente, le droit de premier refus

Plus en détail

POLITIQUE. de la. Fédération de natation du Québec

POLITIQUE. de la. Fédération de natation du Québec FNQ 2015-09-23 POLITIQUE de la Fédération de natation du Québec «Politique d inscription des clubs» 23 septembre 2015 Politique d inscription des clubs 2015-2016 Page 1 sur 11 Table des matières Définition

Plus en détail

(Mise à jour le : 5 avril 2007)

(Mise à jour le : 5 avril 2007) CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR LA SOCIÉTÉ DE CRÉDIT COMMERCIAL DU NUNAVUT L.R.T.N.-O. 1988, ch. 107 (Suppl.) En vigueur le 1 er octobre 1991 : TR-013-91 (Mise à jour le : 5 avril 2007) Les dispositions

Plus en détail

Sommaire. Mettre en place le contrôle interne. Une mesure nécessaire? Qu est-ce que le contrôle interne? Qu est-ce que le contrôle interne?

Sommaire. Mettre en place le contrôle interne. Une mesure nécessaire? Qu est-ce que le contrôle interne? Qu est-ce que le contrôle interne? Samedi 2 octobre 2010 Sommaire Mettre en place le contrôle interne Une mesure nécessaire? Définition du contrôle interne Les composantes du contrôle interne L environnement de contrôle Identifier les risques

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES «CARTE PROS PRIVILEGES» En vigueur à compter du 06/02/2014

CONDITIONS GENERALES «CARTE PROS PRIVILEGES» En vigueur à compter du 06/02/2014 CONDITIONS GENERALES «CARTE PROS PRIVILEGES» En vigueur à compter du 06/02/2014 Les Conditions Générales ou le Contrat : les présentes conditions générales, l ensemble des formulaires liés à la carte PROS

Plus en détail

Centre de services partagés du Québec

Centre de services partagés du Québec Audit du processus d appel d offres n o 999107478 pour les achats regroupés de microordinateurs de table, de portables, de serveurs x86 et de tablettes électroniques Centre de services partagés du Québec

Plus en détail

MODÈLE D ÉTATS FINANCIERS

MODÈLE D ÉTATS FINANCIERS D2 INFORMATION FINANCIÈRE RELATIVE AUX RECETTES LOCALES MODÈLE D ÉTATS FINANCIERS 1 ER AVRIL 2016 INFORMATION FINANCIÈRE RELATIVE AUX RECETTES LOCALES MODÈLE D ÉTATS FINANCIERS D2 Tableau 1 LISTE DES DOCUMENTS

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT SEMESTRIEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour la période close le 30 juin 2015 Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport

Plus en détail

Demande de proposition

Demande de proposition Demande de proposition Le 19 mai 2004 La présente est une Demande de proposition seulement. Financement agricole Canada n est pas tenue et ne peut être considérée comme tenue d accepter toute proposition

Plus en détail

Document de consultation publique

Document de consultation publique Document de consultation publique Rénovations et réparations domiciliaires Devis, contrats et coûts finaux Protéger les intérêts des consommateurs le 5 février 2014 Introduction Les maisons sont les plus

Plus en détail

La vérification interne de programmes gouvernementaux d aide au développement économique

La vérification interne de programmes gouvernementaux d aide au développement économique 14e Colloque annuel Société québécoise d évaluation de programmes La vérification interne de programmes gouvernementaux d aide au développement économique Montréal, novembre 2005 Eric Gélinas CA, MBA Vérificateur

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCE ET D EXPÉRIENCE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION

PROFIL DE COMPÉTENCE ET D EXPÉRIENCE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PROFIL DE COMPÉTENCE ET D EXPÉRIENCE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration Le 13 octobre 2010 Résolution n CA-470-10-44 Reconduit le 5 décembre 2012 Profil de

Plus en détail

Les sociétés de personnes

Les sociétés de personnes 7 NOVEMBRE 2012 CANADIAN TAX FOUNDATION Les sociétés de personnes 1 LES SOCIÉTÉS DE PERSONNES Aspects juridiques 2 2 Les sociétés des personnes Définition de société «Le contrat de société est celui par

Plus en détail

VOLET EXPÉRIMENTAL PROGRAMME PILOTE POUR LES PROJETS COMMERCIAUX PRINCIPES DIRECTEURS 2016-2017

VOLET EXPÉRIMENTAL PROGRAMME PILOTE POUR LES PROJETS COMMERCIAUX PRINCIPES DIRECTEURS 2016-2017 VOLET EXPÉRIMENTAL PROGRAMME PILOTE POUR LES PROJETS COMMERCIAUX PRINCIPES DIRECTEURS 2016-2017 TABLE DES MATIÈRES 1. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX... 1 Interprétation, application, avis de non-responsabilité

Plus en détail

ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE

ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE CONVENTION DE SUBVENTION DU CER ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE TABLE DES MATIERES CAHIER DES CHARGES POUR UN RAPPORT INDÉPENDANT SUR LES CONSTATATIONS FACTUELLES

Plus en détail

États financiers MATCH INTERNATIONAL. Exercice clos le 31 mars 2013

États financiers MATCH INTERNATIONAL. Exercice clos le 31 mars 2013 États financiers MATCH INTERNATIONAL Exercice clos le 31 mars 2013 RAPPORT DES AUDITEURS INDÉPENDANTS Aux administrateurs de Match International Rapport sur les états financiers Nous avons effectué l audit

Plus en détail

DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS NUMÉRO : Services d évaluation d équipements spécialisés et de biens immobiliers. commerciaux et industriels

DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS NUMÉRO : Services d évaluation d équipements spécialisés et de biens immobiliers. commerciaux et industriels Financement agricole Canada Directeur de l approvisionnement d entreprise C.P. 4320, 1800, rue Hamilton Regina, SK S4P 4L3 mike.humble@fcc-fac.ca DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS NUMÉRO : 2014-02-014 Services

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

POLITIQUE SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE POLITIQUE SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 16 FÉVRIER 2015 Politique sur la protection de la vie privée (adoptée 2015-02) Page 1 de 14 TABLE DES MATIÈRES TABLE

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente 1. Généralités 1.1. Toute vente des produits du vendeur est soumise aux présentes conditions générales de vente qui constituent le socle de la négociation commerciale, conformément

Plus en détail

PLAN DE TRANSITION ESR Passage de la version 2 à la version 3

PLAN DE TRANSITION ESR Passage de la version 2 à la version 3 PLAN DE TRANSITION ESR Passage de la version 2 à la version 3 A partir du 15 Juin 2013 les audits ESR se feront selon la nouvelle version du référentiel ESR. Les clients déjà attestés à cette date bénéficient

Plus en détail

Rappel des conditions de reconnaissance des fonds propres dans le référentiel Solvabilité II : R 351-22

Rappel des conditions de reconnaissance des fonds propres dans le référentiel Solvabilité II : R 351-22 Date 20/05/2016 Version V. 2.0 Titre TABLEAU DE RACCORDEMENT ENTRE LES COMPTES DU PLAN COMPTABLE ASSURANCE ET LES FONDS PROPRES SOLVABILITE II Remarques préalables : Ce tableau n'a qu'une valeur indicative

Plus en détail

Ressources humaines et Développement des compétences Canada

Ressources humaines et Développement des compétences Canada Ressources humaines et Développement des compétences Canada État consolidé des frais administratifs imputés au compte du Régime de pensions du Canada par Ressources humaines et Développement des compétences

Plus en détail

Frais d administration imputés au compte du Régime de pensions du Canada, rapport financier pour l exercice se terminant le 31 mars 2016

Frais d administration imputés au compte du Régime de pensions du Canada, rapport financier pour l exercice se terminant le 31 mars 2016 Frais d administration imputés au compte du Régime de pensions du Canada, rapport financier pour l exercice se terminant le 31 mars 2016 11 octobre 2016 - Comité de vérification et d évaluation Rapport

Plus en détail

Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération

Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération Pour l exercice terminé le 31 décembre 2014 4.3 Participation de la Société de transport de Montréal

Plus en détail

CONVENTION D UTILISATION DU SITE TRANSACTIONNEL DE SECOND CYCLE INC. («SECOND CYCLE»)

CONVENTION D UTILISATION DU SITE TRANSACTIONNEL DE SECOND CYCLE INC. («SECOND CYCLE») CONVENTION D UTILISATION DU SITE TRANSACTIONNEL DE SECOND CYCLE INC. («SECOND CYCLE») Présomption d acceptation de cette convention. Veuillez noter que votre utilisation du site Internet transactionnel

Plus en détail

DÉCLARATION DE RENSEIGNEMENTS ANNUELLE DU RÉGIME DE RETRAITE À COTISATION DÉTERMINÉE SIMPLIFIÉ

DÉCLARATION DE RENSEIGNEMENTS ANNUELLE DU RÉGIME DE RETRAITE À COTISATION DÉTERMINÉE SIMPLIFIÉ Bureau du surintendant Commission des pensions 401, avenue York, bureau 1004 Winnipeg (Manitoba) R3C 0P8 Téléphone : 204 945-2740 Télécopieur : 204 948-2375 DÉCLARATION DE RENSEIGNEMENTS ANNUELLE DU RÉGIME

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2012 NOTE Le présent document prend effet à compter du 1 er avril 2012 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Documents à transmettre à la SHQ au plus tard le 30 avril 2016 :

Documents à transmettre à la SHQ au plus tard le 30 avril 2016 : PROGRAMME RÉNOVATION QUÉBEC AIDE-MÉMOIRE Documents à transmettre à la SHQ au plus tard le 30 avril 2016 : Le Rapport de l auditeur indépendant pour chacune des phases du programme. L'État des débours et

Plus en détail

Fonds alloués aux centres locaux de développement

Fonds alloués aux centres locaux de développement Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2014-2015 Vérification de l information financière et autres travaux connexes Hiver 2015 Fonds alloués aux centres locaux

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

Politique no 15. Politique d'approvisionnement. Cette politique s'adresse à : Toute la communauté de l UQAM. Adoptée le 18 juin 2013, Résolution

Politique no 15. Politique d'approvisionnement. Cette politique s'adresse à : Toute la communauté de l UQAM. Adoptée le 18 juin 2013, Résolution RECUEIL DES POLITIQUES DE L'UQAM Politique no 15 Politique d'approvisionnement Cette politique s'adresse à : Toute la communauté de l UQAM Responsable : Vice-rectorat aux affaires administratives et financières

Plus en détail

PROGRAMMES DE LANGUES EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES. A. Définition des programmes de langues en alternance travail-études

PROGRAMMES DE LANGUES EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES. A. Définition des programmes de langues en alternance travail-études PROGRAMMES DE LANGUES EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES A. Définition des programmes de langues en alternance travail-études Les programmes de langues en alternance travail-études sont des programmes qui allient

Plus en détail

s/n CENTRE DE RÉADAPTATION POST-AVC DE LA FONDATION DES MALADIES DU CŒUR

s/n CENTRE DE RÉADAPTATION POST-AVC DE LA FONDATION DES MALADIES DU CŒUR États financiers duf CENTRE DE RÉADAPTATION POST-AVC DE LA FONDATION DES MALADIES DU CŒUR s/n PARTENARIAT CANADIEN POUR LE RÉTABLISSEMENT DE L AVC DE LA FONDATION DES MALADIES DU CŒUR Exercice clos le

Plus en détail