André Noël CHAKER Bonne gouvernance dans le sport. Une étude européenne Conseil de l Europe. Voici un bref panorama de la situation en Europe.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "André Noël CHAKER Bonne gouvernance dans le sport. Une étude européenne Conseil de l Europe. Voici un bref panorama de la situation en Europe."

Transcription

1 PANORAMA DE DIFFERENTS SYSTEMES DE GOUVERNANCE DU SPORT : QUELQUES EXEMPLES EUROPEENS Synthèse réalisée d après l étude d André Noël Chaker, Bonne gouvernance dans le sport. Une étude européenne, Edition du Conseil de l Europe, Septembre «La gouvernance sportive est la mise en place de réseaux performants d agences sportives nationales, d organisations sportives non gouvernementales et de procédures qui opèrent conjointement et indépendamment en vertu de législations, de politiques et de règles privées spécifiques pour promouvoir des activités sportives éthiques, démocratiques, efficaces et transparentes». Voici un bref panorama de la situation en Europe. André Noël CHAKER Bonne gouvernance dans le sport. Une étude européenne Conseil de l Europe L Autriche suit un modèle de législation non interventionniste en matière de sport. Comme en Allemagne, l autorité principale en matière de sport revient aux instances provinciales (Länder). La loi sert principalement de base pour le financement des organisations sportives (le chancelier fédéral est chargé des subventions pour la promotion du sport). Elle ne constitue pas un point de référence pour la structure et l organisation du mouvement sportif et le règlement interne à chaque organisme sportif est donc la principale source de normes de gouvernance. L Organisation autrichienne pour le sport (BSO) est chargée de gérer et de contrôler l allocation des subventions spéciales par la loterie.

2 La République Tchèque a adopté un modèle de législation non interventionniste en matière de sport. Le Ministère de l Education, de la Jeunesse et du Sport est le principal représentant public du sport au sein du gouvernement. Il attribue des subventions directement aux organisations sportives et soutient le «sport pour tous». Les autorités régionales et municipales ont pour fonction principale d assurer la construction, l entretien et le fonctionnement de leurs installations sportives. Le mouvement sportif, confédéré, n est pas consolidé (Comité Olympique tchèque séparé de l Association sportive tchèque et de l Académie de tous les sports). La plupart des organisations sportives dépendent beaucoup des recettes de la loterie (certaines ONG dépendent à 80% de ces recettes et du financement public). La loi nationale sur le sport du 30 juin 1998 établit la base juridique et organisationnelle générale du sport. L Estonie a adopté un modèle de législation interventionniste en matière de sport. Le Conseil sportif estonien, qui a statut de comité intergouvernemental, a pour rôle de coordonner et de conseiller l Etat. Les quinze comtés du pays sont chargés de mettre en œuvre la politique nationale du sport au niveau régional. Le gouvernement a joué un rôle important dans la mise en place d une base démocratique dans le sport. Le mouvement sportif estonien s est consolidé en l an Le Congrès sportif estonien (gouvernement + mouvement sportif) a adopté en 1998 une Charte sur le sport. En moyenne, les organisations sportives reçoivent les deux tiers de leur financement sous forme de subvention de l Etat et des collectivités locales, le tiers restant provenant de sources privées. La Finlande suit un modèle de législation non interventionniste en matière de sport. En vertu de la loi sur le sport, l Etat et les municipalités ont la responsabilité limitée de mettre en place les conditions générales préalables à l exercice physique. Aussi, le ministère de l Education accorde des subventions aux municipalités, en fonction de la population, pour les aider à assumer leurs fonctions dans le domaine du sport. L organisation de l exercice physique relève principalement des organisations sportives pertinentes. Le mouvement sportif finlandais n est pas consolidé : le Comité olympique finlandais est membre de la Fédération sportive finlandaise (FSF) mais fonctionne comme une entité distincte. La FSF a récemment adopté un texte censé définir les principes de gouvernance et d administration du sport. Certaines fédérations finlandaises ont d ores et déjà pris des mesures juridiques pour appliquer ces principes.

3 Plus de 95% des contributions publiques au sport viennent des recettes des loteries et des jeux de paris. En moyenne, les fédérations sportives nationales reçoivent 75% de leur revenu des cotisations des membres et des parrainages. En vertu de la loi de 2000 sur le sport, qui réaffirme le principe de collaboration étroite entre l Etat et le mouvement sportif, la France suit un modèle de législation interventionniste dans le domaine du sport : le mouvement sportif du pays fonctionne sur une base réglementaire déterminée par la loi. Cependant, les fédérations ont bénéficié d un grand degré d autonomie pour développer le mouvement sportif du pays : par délégation, elles ont le pouvoir d organiser et de promouvoir la pratique sportive. Toutes les organisations sportives en France ont été créées conformément aux dispositions de la loi sur les associations du 1 er juillet Toutes les associations sportives suivent des règles de représentation démocratique. En France, les deux principales sources de financement du sport sont le budget de l Etat et le Centre national pour le développement du sport (qui est un établissement public administratif qui contribue au financement des politiques territoriales du sport menées conjointement par les associations et les collectivités locales. Cet établissement dispose de recettes affectées par la loi de finances : d une part, le prélèvement sur les sommes misées sur les jeux exploités en France métropolitaine et dans les départements d outre-mer par la Française des Jeux ; d autre part, le produit de la contribution sur la cession des droits de diffusion de manifestation ou de compétitions sportives à un service de télévision). La Constitution allemande ne comporte pas de référence spécifique au sport et il n existe pas de loi spécifique sur le sport au niveau fédéral. C est au niveau des provinces (Länder) que s effectue la majorité de l implication gouvernementale dans le sport. L Allemagne a adopté une législation non interventionniste. Au niveau des Länder, la promotion du sport est réglementée par des directives et des instructions régionales. Le ministère de l Intérieur est responsable du sport au niveau fédéral et s occupe des questions d importance nationale dans le sport (représentation dans les compétitions internationales, relations sportives internationales ). La construction et l entretien des installations sportives relèvent fondamentalement de la responsabilité des municipalités. En Allemagne, le mouvement sportif n est pas consolidé : la Confédération Allemande des Sports (DSB) est distincte du Comité National Olympique. Par principe, la DSB respecte l autonomie financière et technique de ses membres. La plupart des organisations sportives fonctionnent selon les règles des associations prévues par le Code civil allemand. Dans certains Länder, les ressources financières accordées aux

4 organisations sportives proviennent du budget fédéral ; dans d autres, les organisations sportives sont financées par les recettes de la loterie. Le mécénat constitue une source importante de financement pour les fédérations. En 2001, un amendement constitutionnel a redistribué les pouvoirs législatifs de l Etat et des régions, notamment en matière de sport : la réglementation des activités sportives relève désormais d une législation convergente entre les autorités régionales et l Etat. L Italie suit un modèle de législation interventionniste. Des décrets législatifs récents (1999, 2002 et 2004) donnent aux organisations sportives un grand rôle à jouer, en coordination avec le CONI. Le CONI conserve son statut d organe public non gouvernemental, tout en exerçant les fonctions d une confédération sportive nationale et d un comité national olympique. Les fédérations sportives nationales ont cessé d être des organes du CONI (statut public) et ont acquis une personnalité morale privée. Depuis 2002, une entreprise de services (la Coni Servizi S.p.A.) a été créée et constitue l «instrument de travail» du CONI et une autorité administrative distincte gère la loterie. Le mouvement sportif italien reste cependant consolidé. Les règles de gouvernance établies au sein du CONI sont un bon exemple d autorégulation du mouvement sportif. Le gouvernement central ne verse au secteur sportif aucune indemnité directe annuelle. Les lois et décrets qui réglementent le système des loteries sportives au profit du CONI constituent la principale forme d assistance publique au mouvement sportif central du pays. Les Pays-Bas ne possèdent pas de loi sur le sport, mais de nombreuses mesures réglementaires concernent son domaine. La politique de l état en matière de sport est non interventionniste et il a été décidé de laisser une plus grande responsabilité aux partenaires non gouvernementaux. Le rôle du Ministère des Affaires Sanitaires, Sociales et Sportives est d abord celui de déterminer le cadre général des activités sportives. Les autorités provinciales jouent un rôle de plus en plus important dans le domaine du sport. Les Pays-Bas ont un mouvement sportif consolidé ; le CNO-FSN (Comité National Olympique-Fédération sportive néerlandaise) représente les intérêts de ses membres et fait également office d interlocuteur politique du mouvement sportif auprès de l Etat. En vertu de la législation nationale sur la loterie, le CNO reçoit directement un certain pourcentage des ces recettes.

5 Le pays a adopté un modèle de législation non interventionniste : il n a pas de Constitution écrite ni de cadre législatif général pour le sport. Le cabinet des Sports, qui est chargé d identifier les priorités stratégiques, regroupe les ministres des Sports et d autres personnes étroitement impliquées dans le développement du sport au Royaume-Uni. Dans le système en vigueur, les conseils des sports sont des agences chargées de développer et de financer le sport. Ce mandat vise à respecter l autonomie complète du mouvement sportif (même s ils jouent un rôle important dans les activités sportives du pays par leur apport financier considérable et la création de partenariats importants avec le mouvement sportif). Le mouvement sportif au Royaume-Uni n est pas consolidé. Il n existe pas une confédération nationale non gouvernementale des sports pour l ensemble du Royaume- Uni. En 2001, le gouvernement a lancé, par l entremise de UK Sports, le Programme de modernisation destiné à aider les instances dirigeantes sportives à améliorer leur administration, avec pour objectif de garantir l intégrité et l efficacité des dépenses publiques en matière de sport. Les deux principales sources de financement du sport au Royaume-Uni sont les subventions de l Etat et les recettes de la loterie. Les collectivités locales sont de loin les plus grands financiers du sport. Les conseils des sports administrent également un système d incitation visant à développer le mécénat des organisations sportives.

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 3.12 POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 1.0 ÉNONCÉ La Commission scolaire des Navigateurs considère que la communication est une partie intégrante de sa gestion. En conséquence,

Plus en détail

CONVENTION de PARTENARIAT. Ville de Châlons-en-Champagne Office de Tourisme de Châlons-en-Champagne

CONVENTION de PARTENARIAT. Ville de Châlons-en-Champagne Office de Tourisme de Châlons-en-Champagne CONVENTION de PARTENARIAT Ville de Châlons-en-Champagne Office de Tourisme de Châlons-en-Champagne ENTRE : - La Ville de Châlons-en-Champagne représentée par son Député-Maire, Monsieur Bruno BOURG-BROC,

Plus en détail

Séminaire des Présidents de Ligues et Comités Régionaux

Séminaire des Présidents de Ligues et Comités Régionaux 18, rue Jean Moulin 45073 ORLEANS Tél. : 02 38 49 88 50 Fax : 02 38 49 88 51 E-mail : centre@ franceolympique.com Site Internet : http://centre. franceolympique.com Comité Régional Olympique et Sportif

Plus en détail

LE RÉSEAU DES ASSOCIATIONS TOURISTIQUES RÉGIONALES

LE RÉSEAU DES ASSOCIATIONS TOURISTIQUES RÉGIONALES LE RÉSEAU DES ASSOCIATIONS TOURISTIQUES RÉGIONALES CATALYSEUR DE L ÉCONOMIE TOURISTIQUE DANS TOUTES LES RÉGIONS DU QUÉBEC 2 e ÉDITION JANVIER 2015 LE RÉSEAU DES ATR 9651 ENTREPRISES ET ORGANISMES Le Québec

Plus en détail

Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015

Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015 Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015 1. Aperçu de l'approche du gouvernement fédéral concernant le développement

Plus en détail

Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire. Politique de soutien. aux organismes du milieu

Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire. Politique de soutien. aux organismes du milieu Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire Politique de soutien aux organismes du milieu Adoptée le 8 avril 2014 Amendée le 15 décembre 2014 Introduction La Ville de Matane regroupe

Plus en détail

Loi pour assurer l occupation et la vitalité des territoires

Loi pour assurer l occupation et la vitalité des territoires DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 34 Loi pour assurer l occupation et la vitalité des territoires Présentation Présenté par M. Laurent Lessard Ministre des Affaires municipales,

Plus en détail

CADRE LOGIQUE DU FONCTIONNEMENT DES STRUCTURES DU MOUVEMENT SPORTIF SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE NATIONAL

CADRE LOGIQUE DU FONCTIONNEMENT DES STRUCTURES DU MOUVEMENT SPORTIF SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE NATIONAL MINISTERE DE LA PROMOTION DE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DES LOISIRS Union-Discipline-Travail --------------------- ------------- OFFICE IVOIRIEN DES SPORTS SCOLAIRES ET UNIVERSITAIRES

Plus en détail

Statuts-types de fondation de coopération scientifique. «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation.

Statuts-types de fondation de coopération scientifique. «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation. MESR 27 octobre 2006 Statuts-types de fondation de coopération scientifique «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation Article 1 er «Le réseau thématique de recherche avancée» 1

Plus en détail

Les transferts de prestations sociales entre la France et les pays étrangers. dans le cadre des règlements européens CLEISS

Les transferts de prestations sociales entre la France et les pays étrangers. dans le cadre des règlements européens CLEISS CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 23 mai 212 à 9 h 3 «Coopération et coordination en matière de retraite entre la France et l'étranger» Document N 4 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

À quoi servent vos impôts

À quoi servent vos impôts À quoi servent vos impôts Voici un bref aperçu de l usage qui a été fait de vos impôts et de leur provenance au cours de l année financière qui s est terminée le 31 mars 2011 Table des matières Transferts

Plus en détail

Le Plan de développement durable : son encadrement légal. par Léopold Gaudreau, sous-ministre adjoint

Le Plan de développement durable : son encadrement légal. par Léopold Gaudreau, sous-ministre adjoint Le Plan de développement durable : son encadrement légal par Léopold Gaudreau, sous-ministre adjoint Présentation à la journée de travail sur l intégration des principes de développement durable dans les

Plus en détail

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT CHARTE LOCALE DU SPORT La charte locale du sport fixe les enjeux du développement du sport et des activités physiques et sportives sur le territoire d Aulnay- sous- bois en partenariat avec le monde sportif

Plus en détail

STATUTS. Association PAS SAGE

STATUTS. Association PAS SAGE STATUTS Association PAS SAGE Article 1 : Nom - Objet - Durée - Siège Social L association dite «Pas-Sage», fondée en Octobre 1994, est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901. Elle a pour

Plus en détail

ETUDE COMPAREE DE LA FISCALITE DU DON EN EUROPE

ETUDE COMPAREE DE LA FISCALITE DU DON EN EUROPE ETUDE COMPAREE DE LA FISCALITE DU DON EN EUROPE Pays Allemagne Belgique Espagne France Italie Royaume- Uni Suisse Bund (fédération) Régime général des OSBL Impôt sur le revenu Impôt sur les sociétés Impôt

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/L.79*

Assemblée générale. Nations Unies A/65/L.79* Nations Unies A/65/L.79* Assemblée générale Distr. limitée 17 juin 2011 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Point 33 de l ordre du jour Prévention des conflits armés Allemagne, Australie,

Plus en détail

CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS

CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS ANNEXE 2015-CA619-04.08.02-R6676 CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS Adopté le 7 décembre 2015. Table des matières 1.0 Préambule... 1 2.0 Objectifs et portée... 1 2.1 Objectifs... 1 2.2 Portée...

Plus en détail

LES MISSIONS DU DIRECTEUR DES PROGRAMMES JEUNESSE

LES MISSIONS DU DIRECTEUR DES PROGRAMMES JEUNESSE LES MISSIONS DU DIRECTEUR DES PROGRAMMES JEUNESSE Sous l'autorité du Secrétaire Général, et en concertation avec le Conseiller technique chargé de la Jeunesse et le Directeur Adjoint/Jeunesse, le Directeur

Plus en détail

FEUILLE D INFORMATION

FEUILLE D INFORMATION FEUILLE D INFORMATION LA SOLIDARITE OLYMPIQUE MISE À JOUR - FEVRIER 2016 HISTORIQUE L idée d une aide de la part du CIO dans le but de soutenir un certain nombre de CNO, à la suite de l'indépendance de

Plus en détail

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE 013-2015 Table des matières M p E 03 Message du président et chef de la direction 04 Contexte 06 Actions 15 Annexe 1 : Tableau synoptique du plan d action de développement

Plus en détail

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens FONDATION ifrap STATUTS I - But de la fondation Article 1 er - Objet et siège L'établissement dit «Fondation ifrap» a pour but d'effectuer des études et des recherches scientifiques sur l'efficacité des

Plus en détail

SOCIÉTÉ HIPPIQUE FRANÇAISE

SOCIÉTÉ HIPPIQUE FRANÇAISE SOCIÉTÉ HIPPIQUE FRANÇAISE ÉTABLISSEMENT D UTILITÉ PUBLIQUE STATUTS 21, rue du Sentier 75002 Paris www.shf.eu ARRÊTÉ DU 25 AVRIL 2006 portant agrément de la Société Hippique Française Le Ministre de l

Plus en détail

IR LA TÊTE À L EMP O LO AV I 32E CONGRÈS-JEUNES THÉMATIQUE NATIONALE

IR LA TÊTE À L EMP O LO AV I 32E CONGRÈS-JEUNES THÉMATIQUE NATIONALE AVOIR LA TÊTE À L EMPLOI 32 E CONGRÈS-JEUNES THÉMATIQUE NATIONALE RÉSOLUTIONS - THÉMATIQUE NATIONALE 2014 La tête à l emploi pour un système d éducation plus performant Gouvernement du Québec s emploie

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 16 avril 2013 Français Original: anglais TD/B/EX(57)/R.1 Conseil du commerce et du développement Cinquante-septième

Plus en détail

ANNEXE II. (Article 8, paragraphe 1) Dispositions de conventions de sécurité sociale qui restent applicables:

ANNEXE II. (Article 8, paragraphe 1) Dispositions de conventions de sécurité sociale qui restent applicables: ANNEXE II (1) (A) DISPOSITIONS DE CONVENTIONS BILATÉRALES MAINTENUES EN VIGUEUR ET LIMITÉES, LE CAS ÉCHÉANT, AUX PERSONNES COUVERTES PAR CES DISPOSITIONS BILATÉRALES (Article 8, paragraphe 1) Observations

Plus en détail

Projet de loi n o 29 (2009, chapitre 2) Loi n o 1 sur les crédits,

Projet de loi n o 29 (2009, chapitre 2) Loi n o 1 sur les crédits, PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 29 (2009, chapitre 2) Loi n o 1 sur les crédits, 2009-2010 Présenté le 24 mars 2009 Principe adopté le 24 mars 2009 Adopté le 24 mars 2009

Plus en détail

COMITÉS DE L ORDRE ET MANDATS

COMITÉS DE L ORDRE ET MANDATS COMITÉS STATUTAIRES COMITÉS DE L ORDRE ET MANDATS 1. Conseil d administration 2. Comité exécutif 3. Comité d'inspection professionnelle 4. Conseil de discipline 5. Comité de révision des plaintes 6. Comité

Plus en détail

Accompagnement de l Etat pour pérenniser le financement du transport urbain

Accompagnement de l Etat pour pérenniser le financement du transport urbain Royaume du Maroc مديرية الميزانية Atelier 3 : Quel (s) modèle (s) de financement pérenne (s) pour le développement des transports publics urbains Accompagnement de l Etat pour pérenniser le financement

Plus en détail

TEXTES REGLEMENTAIRES ET LEGISLATIFS REGISSANT L OCCUPATION TEMPORAIRE DU DOMAINE PUBLIC MARITIME GESTION, PROTECTION ET PRESERVATION DU DPM

TEXTES REGLEMENTAIRES ET LEGISLATIFS REGISSANT L OCCUPATION TEMPORAIRE DU DOMAINE PUBLIC MARITIME GESTION, PROTECTION ET PRESERVATION DU DPM TEXTES REGLEMENTAIRES ET LEGISLATIFS REGISSANT L OCCUPATION TEMPORAIRE DU DOMAINE PUBLIC MARITIME GESTION, PROTECTION ET PRESERVATION DU DPM Ces textes sont relatifs au Processus Occupation Temporaire

Plus en détail

Ordonnance sur l assistance administrative internationale en matière fiscale (Ordonnance sur l assistance administrative fiscale, OAAF)

Ordonnance sur l assistance administrative internationale en matière fiscale (Ordonnance sur l assistance administrative fiscale, OAAF) Ordonnance sur l assistance administrative internationale en matière fiscale (Ordonnance sur l assistance administrative fiscale, OAAF) du... Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 2 bis, 18, al.

Plus en détail

PLAN D ACTION ANNUEL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION ANNUEL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION ANNUEL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2016 2017 Ce plan d action permet d officialiser l engagement de l Office des professions du Québec à l égard des personnes handicapées en ce qui

Plus en détail

Préambule. Rapport du Président Exercice 2015 Version du Conseil d administration du 09 mars 2016 Page 1 sur 29

Préambule. Rapport du Président Exercice 2015 Version du Conseil d administration du 09 mars 2016 Page 1 sur 29 Rapport du Président du Conseil d administration sur les conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil, ainsi que sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques mises

Plus en détail

Plan d action favorisant l intégration des personnes vivant avec une incapacité ou un handicap Page 2

Plan d action favorisant l intégration des personnes vivant avec une incapacité ou un handicap Page 2 !" #$#%&!# Sanctionné le 17 décembre 2004, le projet de loi n o 56 modifie substantiellement la Loi assurant l'exercice des droits des personnes handicapées en vigueur depuis 1978, et la rebaptise en y

Plus en détail

LA POLITIQUE DE JEUNESSE EN BULGARIE

LA POLITIQUE DE JEUNESSE EN BULGARIE LA POLITIQUE DE JEUNESSE EN BULGARIE Elitza Neshevska Vice-ministre de la Jeunesse et des Sports, responsable des Questions de jeunesse Ministère de la Jeunesse et des Sports de la République de Bulgarie

Plus en détail

Décret n 82-179 du 15 mai 1982 fixant le contenu et le mode de financement des oeuvres sociales, p. 709.J.O.R.A. N 20 DU 18/05/1982

Décret n 82-179 du 15 mai 1982 fixant le contenu et le mode de financement des oeuvres sociales, p. 709.J.O.R.A. N 20 DU 18/05/1982 Décret n 82-179 du 15 mai 1982 fixant le contenu et le mode de financement des oeuvres sociales, p. 709.J.O.R.A. N 20 DU 18/05/1982 Le Président de la République, Vu la constitution, notamment ses articles

Plus en détail

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES Diversité des expressions culturelles 4 IGC Distribution limitée CE/10/4.IGC/205/INF.4 Paris, le 9 novembre 2010 Original : français COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA

Plus en détail

1. Cadre général : Octroi et recherche de commandites et partenariats

1. Cadre général : Octroi et recherche de commandites et partenariats Politique d octroi et de recherche de commandites et partenariats Adopté par l Équipe de direction le 1 er septembre 2015 1. Cadre général : Octroi et recherche de commandites et partenariats 1.1 Mise

Plus en détail

ROF 2010_071. Loi. sur le sport (LSport) Le Grand Conseil du canton de Fribourg. Décrète : du 16 juin 2010

ROF 2010_071. Loi. sur le sport (LSport) Le Grand Conseil du canton de Fribourg. Décrète : du 16 juin 2010 Loi du 16 juin 2010 Entrée en vigueur : 01.01.2011 sur le sport (LSport) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la législation fédérale sur le sport et l activité physique ; Vu l article 80 de la Constitution

Plus en détail

Ministère du Conseil exécutif

Ministère du Conseil exécutif Plan stratégique 2015 2017 Ministère du Conseil exécutif Une équipe forte de son savoirfaire et engagée dans l efficacité et la cohérence de l action gouvernementale, pour une société prospère et équitable

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE SACRÉ-COEUR SACRÉ-CŒUR, LE 12 JANVIER 2015. Mme Marie-Chantal Dufour. Tous membres et formant quorum.

MUNICIPALITÉ DE SACRÉ-COEUR SACRÉ-CŒUR, LE 12 JANVIER 2015. Mme Marie-Chantal Dufour. Tous membres et formant quorum. PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SACRÉ-COEUR SACRÉ-CŒUR, LE 12 JANVIER 2015 À une séance ordinaire du conseil de la Municipalité de Sacré- Cœur, Comté de la Haute-Côte-Nord, tenue le 12 janvier 2015

Plus en détail

guide à l intention des premiers délégués

guide à l intention des premiers délégués www.piarc.org 2011 guide à l intention des premiers délégués Vous êtes le Premier Délégué de votre pays auprès de l Association mondiale de la Route grâce à la place prépondérante que vous occupez dans

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION Projet de règlement no. 2 : Règlement sur le financement de la lutte à l itinérance PRÉSENTATION Présenté par Madame Maurane Cloutier, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Gouvernance et principes

Gouvernance et principes Table des matières 1. Introduction 2 2. Principes de gouvernance 3 2.1 Fonctions parlementaires 3 2.2 Principes 4 3. Structure de gouvernance 5 4. Administration de la Chambre 6 Le 14 juin 2016 Page 1

Plus en détail

Convention sur l Institut européen de la forêt

Convention sur l Institut européen de la forêt Convention sur l Institut européen de la forêt Les Parties à la présente Convention, ci-après dénommées les Parties contractantes, Rappelant les décisions en matière forestière adoptées lors de la Conférence

Plus en détail

Pour un sport tolérant et sûr La Convention européenne sur la violence des spectateurs

Pour un sport tolérant et sûr La Convention européenne sur la violence des spectateurs Pour un sport tolérant et sûr La Convention européenne sur la violence des spectateurs Pourquoi une Convention européenne sur la violence et les débordements de spectateurs lors de manifestations sportives

Plus en détail

INFORMATIONS PROVENANT DES ÉTATS MEMBRES

INFORMATIONS PROVENANT DES ÉTATS MEMBRES C 4/2 FR Journal officiel de l'union européenne 9.1.2015 INFORMATIONS PROVENANT DES ÉTATS MEMBRES Les notifications prévues à l article 76 du règlement (UE) n o 1215/2012 du Parlement européen et du Conseil

Plus en détail

La Loi sur la qualité de l Environnement, des origines à nos jours Jean Piette Associé principal Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l.

La Loi sur la qualité de l Environnement, des origines à nos jours Jean Piette Associé principal Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. La Loi sur la qualité de l Environnement, des origines à nos jours Jean Piette Associé principal Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 5 février 2015 Colloque du réseau de l environnement (Hôtel

Plus en détail

d assurer la représentation de l ensemble des associations et mouvements des jeunes auprès du ministère ayant la jeunesse dans ses attributions;

d assurer la représentation de l ensemble des associations et mouvements des jeunes auprès du ministère ayant la jeunesse dans ses attributions; ARRÊTÉ MINISTÉRIEL MJS/CAB/ 2100/024/99 du 31 décembre 1999 portant organisation et fonctionnement du Conseil national de la jeunesse en République démocratique du Congo. (Ministère de la Jeunesse et des

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE DE LA REGIE DU BATIMENT DU QUEBEC

POLITIQUE LINGUISTIQUE DE LA REGIE DU BATIMENT DU QUEBEC Code PDG-02-00 Entrée en vigueur mai 2005 Mise à jour mai 2005 POLITIQUE LINGUISTIQUE DE LA REGIE DU BATIMENT DU QUEBEC 1. OBJET Déterminer et faire connaître à tout le personnel de la Régie du bâtiment

Plus en détail

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS Titre du poste : Nature du poste : DIRECTEUR GÉNÉRAL Poste cadre à temps complet 1 Sommaire des responsabilités : Le directeur général est responsable de la planification

Plus en détail

DÉCISION DE LA CONFÉRENCE ALPINE SUR LE SECRÉTARIAT PERMANENT DE LA CONVENTION SUR LA PROTECTION DES ALPES (CONVENTION ALPINE)

DÉCISION DE LA CONFÉRENCE ALPINE SUR LE SECRÉTARIAT PERMANENT DE LA CONVENTION SUR LA PROTECTION DES ALPES (CONVENTION ALPINE) DÉCISION DE LA CONFÉRENCE ALPINE SUR LE SECRÉTARIAT PERMANENT DE LA CONVENTION SUR LA PROTECTION DES ALPES (CONVENTION ALPINE) Consciente de l importance à attribuer à la mise en œuvre et au développement

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE A.C.A. ET APROCA

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE A.C.A. ET APROCA Association Cotonnière Africaine African Cotton Association CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE A.C.A. ET APROCA Dakar, 27 août 2009 Convention de partenariat A.C.A/AProCA, Dakar, 27 août 2009 1 Association

Plus en détail

Schola Europaea Bureau du Secrétaire général. Réf. : D-18-fr-1 Orig: DE Version : FR. Comité budgétaire. Procédure écrite

Schola Europaea Bureau du Secrétaire général. Réf. : D-18-fr-1 Orig: DE Version : FR. Comité budgétaire. Procédure écrite Schola Europaea Bureau du Secrétaire général Administration Comptabilité Réf. : 2011-02-D-18-fr-1 Orig: DE Version : FR MODIFICATION de la décision relative à l adaptation annuelle des traitements du personnel

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2012 NOTE Le présent document prend effet à compter du 1 er avril 2012 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

I.E.P. de Toulouse - Conférences de méthode d économie S4 Séance du 3 avril 2006 - groupes de M. Lang

I.E.P. de Toulouse - Conférences de méthode d économie S4 Séance du 3 avril 2006 - groupes de M. Lang 2.1.1. Le FMI 2.1.2. Le groupe Banque mondiale 2.1.2.1. Composition et fonctionnement La «Banque Mondiale» est, en fait, un groupe comprenant cinq institutions différentes. Les deux plus importantes sont

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2008 NOTE Le présent document prend effet à compter du 15 août 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Charte de l Alliance française

Charte de l Alliance française Charte de l Alliance française Charte de l Alliance française Préambule L Alliance française est un mouvement international créé en 1883, apolitique et non confessionnel, qui s est donné pour mission d

Plus en détail

La priorité : répondre aux besoins

La priorité : répondre aux besoins La priorité : répondre aux besoins Avis présenté par la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec sur le plan d action de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, avec ou

Plus en détail

ÉVALUATION DES DEMANDES. Annexes

ÉVALUATION DES DEMANDES. Annexes Procès verbal Processus d évaluation Organisme Plan d action Type de demande États financiers ÉVALUATION DES DEMANDES Appuis Documents accompagnateurs Conflit d intérêt Annexes Signature PROCESSUS D ÉVALUATION

Plus en détail

Le régime fiscal des associations loi 1901

Le régime fiscal des associations loi 1901 Le régime fiscal des associations loi 1901 1 Sommaire I) Le principe de la fiscalité associative II) Comment déterminer son statut fiscal III) Les impôts IV) Les exonérations possibles V) Les factures

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION

FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION DÉMARCHE ET DOCUMENTS À FOURNIR Afin de devenir membre du ROCGÎM, un organisme communautaire autonome doit remplir une demande d'adhésion dûment complétée et adresser cette

Plus en détail

Club de Biathlon Vaudreuil-Soulanges Règlements généraux

Club de Biathlon Vaudreuil-Soulanges Règlements généraux Club de Biathlon Vaudreuil-Soulanges Pouvoirs des membres du conseil d administration Description des tâches du conseil d administration Table des matières Chapitre 1 Chapitre 2 Pouvoirs des membres du

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana. Loi n 95-028. portant création des Fondations à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana. Loi n 95-028. portant création des Fondations à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana Loi n 95-028 portant création des Fondations à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS L Accord de subvention du Projet KEPEM (Knowledge and Effective

Plus en détail

FRANCE DIRECCTE Unité Territoriale du Val d Oise

FRANCE DIRECCTE Unité Territoriale du Val d Oise FRANCE DIRECCTE Unité Territoriale du Val d Oise «Toutes les générations en entreprise, avec l Europe les Acteurs du Val d Oise s engagent» www.toutes-les-generations-en-entreprise.com Audition Plateforme

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT GEORGE WESTON LIMITÉE

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT GEORGE WESTON LIMITÉE CHARTE DU COMITÉ D AUDIT de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5.

Plus en détail

Règlement n o 3 concernant la gestion financière du Cégep

Règlement n o 3 concernant la gestion financière du Cégep Règlement n o 3 concernant la gestion financière du Cégep Le présent règlement a été adopté pour la première fois en application de la résolution numéro 236-09 le 12 avril 1994 et a ensuite été modifié

Plus en détail

RÉUNION ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL

RÉUNION ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL RÉUNION ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL MARDI 28 OCTOBRE 2014, À 18 H 30, À LA SALLE 107 DE L AGENCE 7 RAPPORT DU COMITÉ D ALLOCATION DES RESSOURCES

Plus en détail

Périmètre : les associations au cœur de l ESS

Périmètre : les associations au cœur de l ESS La version définitive du projet de loi sur l Économie sociale et solidaire a été adoptée lundi 21 juillet 2014 par le Parlement. Fruit de près de deux ans de réflexion et de travaux auxquels Le Mouvement

Plus en détail

(Dimin,) expl, Source des recettes (Dimin,) expl, FONDS DE FONCTIONNEMENT

(Dimin,) expl, Source des recettes (Dimin,) expl, FONDS DE FONCTIONNEMENT Sommaire des recettes selon la source Recettes Recettes Augment, Note Recettes Recettes Augment, Note réelles réelles rélles prévues 2003-2004 2004-2005 (Dimin,) expl, Source des recettes 2004-2005 2004-2005

Plus en détail

OFFICE INTERNATIONAL

OFFICE INTERNATIONAL OFFICE INTERNATIONAL du Coin de Terre et des Jardins Familiaux association sans but lucratif Regroupement des fédérations européennes des jardins familiaux Statut participatif auprès du Conseil de l Europe

Plus en détail

Relatif aux règles comptables applicables aux fondations et fonds de dotation, modifiant le règlement n 99-01

Relatif aux règles comptables applicables aux fondations et fonds de dotation, modifiant le règlement n 99-01 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2009-01 DU 5 FÉVRIER 2009 Relatif aux règles comptables applicables aux fondations et fonds de dotation, modifiant le règlement n 99-01 Sommaire 1 Périmètre des

Plus en détail

Schola Europaea Bureau du Secrétaire général. Réf.: D-19-fr-1 Orig: DE Version: FR. Comité budgétaire. Procédure écrite

Schola Europaea Bureau du Secrétaire général. Réf.: D-19-fr-1 Orig: DE Version: FR. Comité budgétaire. Procédure écrite Schola Europaea Bureau du Secrétaire général Administration Comptabilité Réf.: 2011-02-D-19-fr-1 Orig: DE Version: FR Proposition relative à l adaptation annuelle des traitements du personnel détaché,

Plus en détail

Le régime général d assurance médicaments

Le régime général d assurance médicaments Le régime général d assurance médicaments Régie de l assurance maladie du Québec Rapport d activité 2000-2001 du régime général d assurance médicaments Rappel de la Loi sur l assurance-médicaments et de

Plus en détail

Photo : Réjean Savard POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN DES ORGANISMES. de l Arrondissement de Sainte-Foy Sillery Cap-Rouge

Photo : Réjean Savard POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN DES ORGANISMES. de l Arrondissement de Sainte-Foy Sillery Cap-Rouge Photo : Réjean Savard Photo : Réjean Savard POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN DES ORGANISMES de l Arrondissement de Sainte-Foy Sillery Cap-Rouge Table des matières 1 Introduction...4 2 Mission

Plus en détail

Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR

Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR Introduction : Arrivées irrégulières et «pressions

Plus en détail

Projet rédigé par. Daniel Turp Professeur titulaire à la Faculté de droit de l Université de Montréal

Projet rédigé par. Daniel Turp Professeur titulaire à la Faculté de droit de l Université de Montréal CHARTE QUÉBÉCOISE DE LA LAÏCITÉ * Projet rédigé par Daniel Turp Professeur titulaire à la Faculté de droit de l Université de Montréal 21 décembre 2012 CHARTE QUÉBÉCOISE DE LA LAÏCITÉ CONSIDÉRANT l importance

Plus en détail

CAT 037M C.P. P.L. 27 Économie sociale

CAT 037M C.P. P.L. 27 Économie sociale CAT 037M C.P. P.L. 27 Économie sociale Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire dans le cadre de consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n 27 Loi

Plus en détail

Interaction PBF et Mutuelles de santé: Expérience du Sud-Kivu. Pacifique MUSHAGALUSA AAP Sud Kivu RDC aap_sudkivu@yahoo.fr

Interaction PBF et Mutuelles de santé: Expérience du Sud-Kivu. Pacifique MUSHAGALUSA AAP Sud Kivu RDC aap_sudkivu@yahoo.fr Interaction PBF et Mutuelles de santé: Expérience du Sud-Kivu Pacifique MUSHAGALUSA AAP Sud Kivu RDC aap_sudkivu@yahoo.fr 1 Complémentarité Mutuelle - FBP Deux pilliers: pour renforcer le système de santé

Plus en détail

Chapitre 5 Le comité consultatif sur le Développement communautaire

Chapitre 5 Le comité consultatif sur le Développement communautaire Chapitre 5 Le comité consultatif sur le Développement communautaire 3.5.1 Le mandat du comité sur le Développement communautaire Le mandat du comité sur le Développement communautaire consistait à définir

Plus en détail

Partenaires pour l Europe

Partenaires pour l Europe Partenaires pour l Europe En 2007, les fondations ASKO EUROPA-STIFTUNG, Sarrebruck, Stiftung Europrofession, Sarrebruck, Stiftung europäische Kultur und Bildung, Sarrebruck, Stiftung Forum EUROPA Luxembourg

Plus en détail

Loi fédérale sur la recherche

Loi fédérale sur la recherche Loi fédérale sur la recherche (Loi sur la recherche, LR) Modification du 25 septembre 2009 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 5 décembre 2008 1, arrête:

Plus en détail

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille)

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille) Réponses de la Commission Nationale Consultative de Promotion et de Protection des Droits de l Homme Algérie au rapport du secrétaire général de l Assemblée générale des Nations Unies concernant «le suivi

Plus en détail

Règlements types. Guide établissant un cadre pour le fonctionnement, les procédures et les règlements d une chambre

Règlements types. Guide établissant un cadre pour le fonctionnement, les procédures et les règlements d une chambre Règlements types Guide établissant un cadre pour le fonctionnement, les procédures et les règlements d une chambre Avril 2015 Avant-propos Les règlements d une chambre de commerce sont très importants,

Plus en détail

Ordonnance concernant les structures suprarégionales du cycle d'orientation du 12 janvier 2011

Ordonnance concernant les structures suprarégionales du cycle d'orientation du 12 janvier 2011 - 1-411.200 Ordonnance concernant les structures suprarégionales du cycle d'orientation du 12 janvier 2011 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu les articles 8, 43, 56, 58 et 59 de la loi sur le cycle

Plus en détail

LA NOUVELLE CONCEPTION DU RÔLE DE L ETAT AU MAROC

LA NOUVELLE CONCEPTION DU RÔLE DE L ETAT AU MAROC 1 LA NOUVELLE CONCEPTION DU RÔLE DE L ETAT AU MAROC (A la lumière du plan quinquennal, de la nouvelle charte communale et du projet de décret relatif à la déconcentration) M. Abdallah HARSI Professeur

Plus en détail

Arrêté du Conseil fédéral

Arrêté du Conseil fédéral Arrêté du Conseil fédéral instituant la participation obligatoire au fonds en faveur de la formation professionnelle de l Association des fournisseurs suisses de systèmes de protection contre le soleil

Plus en détail

d administration Principes publique : Un cadre pour les pays du voisinage européen

d administration Principes publique : Un cadre pour les pays du voisinage européen Creating Change Together Principes d administration publique : Un cadre pour les pays du voisinage européen Karen Hill, Chef du Programme SIGMA, autorise la publication de ce document SIGMA est une initiative

Plus en détail

PLAN D'ACTION 2012-2017 PLAN MÉTROPOLITAIN D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT. Décembre 2011

PLAN D'ACTION 2012-2017 PLAN MÉTROPOLITAIN D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT. Décembre 2011 PLAN D'ACTION 2012-2017 DU PLAN MÉTROPOLITAIN D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT Décembre 2011 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES...1 INTRODUCTION...2 LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS ET LES CRITÈRES

Plus en détail

Une étude du Crédit Foncier

Une étude du Crédit Foncier Une étude du Crédit Foncier Décembre 2013 Synthèse Le Crédit Foncier a réalisé, en collaboration avec le Cabinet Asterès, une étude sur l état du marché du crédit immobilier souscrit par les particuliers

Plus en détail

POLITIQUE DE DIVULGATION DE L INFORMATION

POLITIQUE DE DIVULGATION DE L INFORMATION POLITIQUE DE DIVULGATION DE L INFORMATION 1. MISE EN CONTEXTE ET OBJECTIF POURSUIVI À titre d organisme gouvernemental administrant les régimes publics d assurance maladie et d assurance médicaments ainsi

Plus en détail

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS DESCRIPTION Le Fonds collège-industrie pour l innovation (FCII)

Plus en détail

Conseil d administration de. l Association des économistes québécois LE PROJET DE LOI 123 : UN BON VÉHICULE MAIS POUR ALLER OÙ?

Conseil d administration de. l Association des économistes québécois LE PROJET DE LOI 123 : UN BON VÉHICULE MAIS POUR ALLER OÙ? Conseil d administration de l Association des économistes québécois LE PROJET DE LOI 123 : UN BON VÉHICULE MAIS POUR ALLER OÙ? MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION PARLEMENTAIRE DES FINANCES PUBLIQUES 18 novembre

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 6 juillet 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/17/4 Conseil des droits de l homme Dix-septième session Point 3 de l ordre du jour Promotion et protection

Plus en détail

Ordonnance sur les systèmes d information dans le domaine de l agriculture

Ordonnance sur les systèmes d information dans le domaine de l agriculture Ordonnance sur les systèmes d information dans le domaine de l agriculture (OSIAgr) 919.117.71 du 23 octobre 2013 (Etat le 1 er janvier 2016) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 165c, al. 3, let. d,

Plus en détail

Modèle de prestation de services par l entremise d un tiers : Expérience relative à la Stratégie des partenariats de lutte contre l itinérance

Modèle de prestation de services par l entremise d un tiers : Expérience relative à la Stratégie des partenariats de lutte contre l itinérance Modèle de prestation de services par l entremise d un tiers : Expérience relative à la Stratégie des partenariats de lutte contre l itinérance Présentation pour la Conférence nationale pour mettre fin

Plus en détail

FRANCE BOIS FORET NOUVEAU RÈGLEMENT INTÉRIEUR 2016

FRANCE BOIS FORET NOUVEAU RÈGLEMENT INTÉRIEUR 2016 FRANCE BOIS FORET NOUVEAU RÈGLEMENT INTÉRIEUR 2016 Adoption des Statuts par le Conseil d administration de France Bois Forêt (FBF) le 10.12.2015 et l Assemblée générale extraordinaire du 06.01.2016. Les

Plus en détail

Marie-Michèle Dion, Pierre Lalanne Direction du transport terrestre des personnes. Le transport collectif régional

Marie-Michèle Dion, Pierre Lalanne Direction du transport terrestre des personnes. Le transport collectif régional Marie-Michèle Dion, Pierre Lalanne Direction du transport terrestre des personnes Le transport collectif régional 8-9Juin 2010 1 Table des matières Politique québécoise du transport collectif Programme

Plus en détail

Le Service de l Administrateur assiste l Administrateur pour le fonctionnement quotidien.

Le Service de l Administrateur assiste l Administrateur pour le fonctionnement quotidien. Administration générale de la Fiscalité Administration Grandes Entreprises Soutien au Management Organisation Circulaire AGFisc N 37/2015 (n Ci.702.794) d.d. 01.10.2015 Création des Centres Grandes Entreprises

Plus en détail

DIRECTIVES RELATIVES À LA PERCEPTION DE L IMPÔT À LA SOURCE 2012

DIRECTIVES RELATIVES À LA PERCEPTION DE L IMPÔT À LA SOURCE 2012 DIRECTIVES RELATIVES À LA PERCEPTION DE L IMPÔT À LA SOURCE 2012 1. Personnes soumises à l impôt à la source A teneur des articles 108 ss de la loi fiscale du 10 mars 1976 (LF), les personnes suivantes

Plus en détail