Diagnostic de l humidité dans le bâtiment Evolutions et innovations

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostic de l humidité dans le bâtiment Evolutions et innovations"

Transcription

1 Diagnostic de l humidité dans le bâtiment Evolutions et innovations Sandrine Herinckx CSTC - Laboratoire Rénovation L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 1

2 Programme 9h30: présentation des évolutions et innovations dans le diagnostic de l humidité 11h00 : pause 11h30 : exercice de diagnostic / démonstration pratique à la collégiale de Lobbes L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 2

3 Structure de la présentation INTRODUCTION CAUSES potentielles d humidité dans les constructions DIAGNOSTIC de l humidité dans les constructions L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 3

4 Introduction Pourquoi un diagnostic de l humidité? Identifier (toutes) les causes d humidité pour trouver le ou les traitements adaptés Prévention avant d autres interventions, telles que l isolation thermique des façades Un symptôme peut avoir différentes causes, éviter absolument les automatismes L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 4

5 Introduction Pourquoi mesurer l humidité? Objectiver les constatations et éliminer les effets parasites sur les constatations ou mesures de base Documenter la situation de départ, confirmer la nécessité d une intervention et en contrôler l efficacité Eviter les discussions et litiges L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 5

6 Introduction Faisabilité sur chantier (de petite envergure)? ÉVALUATION MINIMUM Constatation ou mesure ponctuelle, simple et (très) rapide sur chantier VÉRIFICATION OBJECTIVE Mesure plus objective et/ou systématique sur chantier ANALYSE AVANCÉE Analyse en laboratoire ou mesures à long terme sur chantier L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 6

7 Structure de la présentation INTRODUCTION CAUSES potentielles d humidité dans les constructions DIAGNOSTIC de l humidité dans les constructions Pluies battantes infiltrations Condensations Humidité ascensionnelle Sels solubles Autres causes d humidité L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 7

8 Causes potentielles d humidité Pluies battantes - Infiltrations (NIT 224) murs exposés au sud-ouest, massifs et/ou en mauvais état (joints!) infiltrations - matériaux humides dans la masse Importance relative des pluies battantes au cours d une année en fonction de l orientation (sur la base du produit de leur intensité et de leur durée moyenne). L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 8

9 Causes potentielles d humidité Infiltrations par la façade L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 9

10 Causes potentielles d humidité Infiltrations au droit des menuiseries L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 10

11 Causes potentielles d humidité Infiltrations en toiture L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 11

12 Causes potentielles d humidité Condensations (NIT 153) pièces froides et/ou humides (murs nord-est) angles, zones confinées ponts thermiques matériaux humides en surface, gouttelettes parfois visibles L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 12

13 Causes potentielles d humidité Condensation Conditions normales dans les habitations: température avoisinant 20 C et humidité relative comprise entre 30 et 60 % L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 13

14 Causes potentielles d humidité Condensation superficielle L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 14

15 Causes potentielles d humidité Condensation superficielle L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 15

16 Causes potentielles d humidité Condensation superficielle L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 16

17 Causes potentielles d humidité Humidité ascensionnelle (NIT 210) bas des murs en contact avec le sol: absorption d eau souterraine / eau de pluie hauteur proche de 1,5 m la plus destructive matériaux humides dans la masse, variation en fonction de la hauteur, présence de sels L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 17

18 Causes potentielles d humidité Humidité ascensionnelle L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 18

19 Causes potentielles d humidité Humidité ascensionnelle L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 19

20 Causes potentielles d humidité Humidité ascensionnelle L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 20

21 Causes potentielles d humidité Humidité ascensionnelle L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 21

22 Causes potentielles d humidité Humidité ascensionnelle L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 22

23 Causes potentielles d humidité Humidité ascensionnelle L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 23

24 Causes potentielles d humidité Sels solubles sels efflorescents: le plus souvent sulfates ou carbonates sels hygroscopiques: le plus souvent nitrates ou chlorures présence de sels L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 24

25 Causes potentielles d humidité Sels solubles L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 25

26 Causes potentielles d humidité Sels solubles L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 26

27 Causes potentielles d humidité Sels solubles L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 27

28 Causes potentielles d humidité Sels solubles L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 28

29 Causes potentielles d humidité Sels solubles L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 29

30 Causes potentielles d humidité Sels solubles L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 30

31 Causes potentielles d humidité Sels solubles L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 31

32 Causes potentielles d humidité Autres causes d humidité fuites locales: sanitaires, descentes, etc. projections d eau au bas des murs humidité de construction L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 32

33 Causes potentielles d humidité Autres causes d humidité L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 33

34 Causes potentielles d humidité Autres causes d humidité L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 34

35 Causes potentielles d humidité Autres causes d humidité L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 35

36 Structure de la présentation INTRODUCTION CAUSES potentielles d humidité dans les constructions DIAGNOSTIC de l humidité dans les constructions Méthodologie Mesures Interprétation L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 36

37 Diagnostic : méthodologie Dialogue avec les occupants: problèmes observés, localisation, fréquence et circonstances qui accompagnent leur apparition (climat, occupation, etc.), interventions récentes, Premières constatations: visuelles, tactiles, présence d odeur, traces d interventions antérieures, Mesures: Humidité des matériaux: localisation des zones «à risque» (mesure qualitative) et confirmation des zones humides (mesure quantitative) Sels solubles: détection de la présence de sels (mesure qualitative) et analyse éventuelle en laboratoire Conditions hygrométriques ambiantes et températures de surface L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 37

38 Diagnostic : humidité des matériaux L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 38

39 Humidité des matériaux : non destructif Appareils résistifs / capacitifs OBJECTIF : localisation rapide des zones potentiellement humides METHODE : comparaison des valeurs relevées sur zone sèche de référence et zones potentiellement humide d un même élément constructif Valeur = valeur sur zone sèche de référence SEC Valeur >> valeur sur zone sèche de référence POTENTIELLEMENT HUMIDE (mais: possibilité d influence des sels hygroscopiques, éléments métalliques, etc.) L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 39

40 Humidité des matériaux : non destructif Appareils résistifs / capacitifs ATTENTION : valeur influencée par taux d humidité propriétés du matériau éléments métalliques sels solubles ATTENTION : valeur influencée par le type d appareil, ne jamais comparer les mesures de deux appareils différents CONCLUSION : mesure qualitative, ne PAS en déduire de valeur du taux d humidité d un matériau L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 40

41 Humidité des matériaux : non destructif Appareils à micro-ondes OBJECTIF : évaluation rapide et nondestructive de la teneur en humidité des matériaux en profondeur REVENDICATIONS: non influencé par les sels mesure jusqu à 30 cm de profondeur ATTENTION : apparition récente sur le marché, à vérifier NOUVEAU L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 41

42 Humidité des matériaux : semi-destructif Forage lent OBJECTIF : évaluer de visu l humidité des matériaux METHODE : prélèvement de 5 à 20 g de matière par forage lent à quelques cm de profondeur, de préférence dans un joint de mortier A l aspect, on peut évaluer de façon qualitative l humidité des matériaux prélevés TEMPS: 2 minutes CONCLUSION : évaluation qualitative très rapide L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 42

43 Humidité des matériaux : semi-destructif Bombe à carbure OBJECTIF : mesure rapide de la teneur en humidité des matériaux METHODE : prélèvement de 5 à 20 g de matière par burinage ou forage lent à quelques cm de profondeur, de préférence dans un joint de mortier L humidité présente réagit avec le carbure de calcium pour former du gaz d acétylène la pression augmente en fonction de la teneur en humidité TEMPS: environ 15 minutes L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 43

44 Humidité des matériaux : semi-destructif Séchage sur chantier OBJECTIF : mesure rapide de la teneur en humidité des matériaux METHODE : prélèvement de quelques dizaine de grammes de matière par burinage ou forage lent à quelques cm de profondeur, de préférence dans un joint de mortier NOUVEAU Séchage de l échantillon dans un dessiccateur compact à halogène ou infrarouge TEMPS: quelques dizaines de minutes Source: L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 44

45 Humidité des matériaux : semi-destructif Séchage en étuve / au four à micro-ondes OBJECTIF : mesure précise de la teneur en humidité des matériaux METHODE : prélèvement de 5 à 20 g de matière par burinage ou forage lent à quelques cm de profondeur, de préférence dans un joint de mortier Séchage de l échantillon dans une étuve ventilée (à 45, 70 ou 105 C) ou au four à micro-ondes pesées comparatives TEMPS: séchage en laboratoire, plus rapide au four à micro-ondes L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 45

46 Humidité des matériaux : semi-destructif Bombe à carbure / Pesées comparatives ATTENTION : valeur influencée par la méthode et la température de séchage les conditions environnantes lors du séchage (dessiccateurs) ATTENTION : ne jamais comparer les résultats de mesures de deux méthodes / appareils différents CONCLUSION : mesures quantitatives, on peut en déduire une valeur du taux d humidité d un matériau mais attention à utiliser une même méthode pour pouvoir comparer les valeurs L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 46

47 Humidité des matériaux : semi-destructif Sondes en profondeur OBJECTIF : suivi à long terme d une tendance / du comportement de l humidité dans les matériaux METHODE : mesure de l humidité relative et de la température dans un trou foré au sein du matériau ATTENTION : mesures additionnelles requises afin de relier l humidité relative mesurée dans le trou à la teneur en humidité (% masse) dans le matériau L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 47

48 Diagnostic : sels solubles L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 48

49 Sels solubles : non destructif Bandelettes de détection OBJECTIF : détecter très rapidement une présence (pathologique) de nitrates ou de chlorures METHODE : humidification de la bandelette et du support, application de la bandelette sur le support Evaluation de la présence - pathologique ou non - de chlorures/nitrates dans le matériau TEMPS: 2 minutes ATTENTION : purement qualitatif L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 49

50 Sels solubles : semi-destructif Analyse des sels solubles L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 50

51 Diagnostic : conditions hygrométriques et températures de surface L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 51

52 Conditions hygrothermiques Mesure ponctuelle OBJECTIF : mesurer la température et l humidité relative ambiante de façon ponctuelle APPLICATION : évaluation du risque de condensation superficielle / de développement de moisissures TEMPS: quelques minutes ATTENTION : conditions pas forcément représentatives L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 52

53 Conditions hygrothermiques Enregistreurs de données OBJECTIF : mesurer la température et l humidité relative ambiante à moyen/long terme APPLICATION : évaluation du risque de condensation superficielle / de développement de moisissures TEMPS: quelques jours ou quelques semaines à un an L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 53

54 Conditions hygrothermiques Enregistreurs radio connectés à internet OBJECTIF : mesurer la température et l humidité relative ambiante à moyen/long terme APPLICATION : suivi à distance des données enregistrées via une connection internet NOUVEAU Source: Testo L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 54

55 Température de surface Thermographie infrarouge OBJECTIF : évaluation de la température de surface sur base de la mesure de la densité de rayonnement infrarouge des surfaces APPLICATION : évaluation du risque de condensation superficielle / de développement de moisissures L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 55

56 Température de surface Thermographie infrarouge ATTENTION : l interprétation des images thermiques demande une grande compétence EXEMPLES : mesures sur vitres = ERREUR angle de mesure paramètres : émissivité, température réfléchie, etc. température du senseur etc. L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 56

57 Température de surface Thermographie infrarouge T ambiante 8 C HR 88 % point de rosée 6.1 C L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 57

58 Température de surface Thermographie infrarouge T ambiante 8 C HR 88 % point de rosée 6.1 C L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 58

59 Diagnostic : Interprétation Tableau d aide à l interprétation pp ne remplace pas l expérience et le bon sens! L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 59

60 Diagnostic de l humidité Interprétation des informations, constatations et mesures L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 60

61 Diagnostic de l humidité Interprétation des informations, constatations et mesures L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 61

62 Diagnostic de l humidité Interprétation des informations, constatations et mesures L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 62

63 Diagnostic de l humidité Interprétation des informations, constatations et mesures L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 63

64 Diagnostic de l humidité Interprétation des informations, constatations et mesures L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 64

65 Diagnostic de l humidité Interprétation des informations, constatations et mesures L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 65

66 Diagnostic de l humidité Interprétation des informations, constatations et mesures L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 66

67 Diagnostic de l humidité Interprétation des informations, constatations et mesures L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 67

68 Structure de la présentation INTRODUCTION CAUSES potentielles d humidité dans les constructions DIAGNOSTIC de l humidité dans les constructions TRAJET d accompagnement sur mesure L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 68

69 Trajet d accompagnement sur mesure Assistance technique à l utilisation de nouvelles techniques de diagnostic de l humidité: Technologies nouvelles Caméra thermique Bombe à carbure (si acquisition récente ou prévue) Accompagnement sur 1 à 3 chantiers Contact: ou 02/ L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 69

70 Structure de la présentation INTRODUCTION CAUSES potentielles d humidité dans les constructions DIAGNOSTIC de l humidité dans les constructions INFO & CONTACTS L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 70

71 Plus d information Information & Assistance Publications du CSTC et normes Avis technique L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 71

72 Remerciements L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 72

73 Innovez en construction durable 7 centres de recherche sont là pour vous aider L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 73

74 Guidance technologique Appui technique auprès des PME wallonnes Aide au dépôt de projets Veille technologique Isolation Verre Bois Rénovation Colles/Mastics Béton Métal Installations Routes Acoustique L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 74

75 Guidance Technologique Éco-Construction et Développement Durable en Région de Bruxelles-Capitale Thèmes prioritaires : Énergie et bâtiments Restauration, rénovation et entretien des bâtiments Confort acoustique Accessibilité des bâtiments Utilisation durable des matériaux et la santé Construction durable en bois, les façades et toitures vertes Prospection d innovations Veille technologique Mission : Soutien technologique direct et multidisciplinaire Diffusion d information et formation collective Prospection et stimulation à l'innovation Aide à l introduction de programmes de recherche et à la demande de subsides Bénéficiaires : Service gratuit pour l'ensemble des entreprises bruxelloises du secteur de la construction En collaboration avec la Confédération de la Construction Bruxelles-Capitale Subsidiée par la Région de Bruxelles-Capitale via InnovIRIS Boulevard Poincaré, Bruxelles (0) (0) L humidité dans le bâtiment Traitement de l humidité ascensionnelle février-mars Page 75

23/05/2013. Prise en compte dans la PEB. Chauffage et ventilation. Déperditions calorifiques. Aspects importants pour le chauffage

23/05/2013. Prise en compte dans la PEB. Chauffage et ventilation. Déperditions calorifiques. Aspects importants pour le chauffage Prise en compte dans la PEB Chauffage et ventilation Bâtiments à haute performance énergétique Mai 2013 Les systèmes de chauffage et de ventilation sont pris en compte dans la PEB Consommation en énergie

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Menuiseries extérieures : comment choisir? Bruxelles Environnement EN RÉNOVATION, CONSERVATION, RÉNOVATION ET AMÉLIORATION DES CHÂSSIS Introduction à la thématique Frederic

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail

Performances des fenêtres, châssis et vitrages Antoine Tilmans

Performances des fenêtres, châssis et vitrages Antoine Tilmans Avec le support de la guidance technologique écoconstruction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale subsidiée par l Institut Bruxellois pour la Recherche et l Innovation (InnovIRIS)

Plus en détail

Pression saturante. La pression ambiante ou la présence d autres gaz ou impuretés n a aucune influence sur le comportement représenté cidessus.

Pression saturante. La pression ambiante ou la présence d autres gaz ou impuretés n a aucune influence sur le comportement représenté cidessus. M. K. JUCHHEIM GmbH & Co Adresse de livraison : Mackenrodtstraße 14, 36039 Fulda, Allemagne Adresse postale : 36035 Fulda, Allemagne Téléphone : +49 661 6003-0 Télécopieur : +49 661 6003-607 E-Mail : mail@jumo.net

Plus en détail

Annexe. Rapport de Thermographie Infra Rouge. Maître d ouvrage : Mairie de Chonas l Amballan. Objet de l étude : Bâtiments de la Mairie.

Annexe. Rapport de Thermographie Infra Rouge. Maître d ouvrage : Mairie de Chonas l Amballan. Objet de l étude : Bâtiments de la Mairie. ERMEL Energie Ingénierie de la maîtrise de l énergie et des énergies renouvelables 3 avenue du général Leclerc 38200 Venne Annexe Rapport de Thermographie Infra Rouge Maître d ouvrage : Mairie de Chonas

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Polluants intérieurs : comment les éviter?

Formation Bâtiment Durable : Polluants intérieurs : comment les éviter? Formation Bâtiment Durable : Polluants intérieurs : comment les éviter? Bruxelles Environnement Combattre l humidité dans les constructions Sandrine HERINCKX CSTC - WTCB Humidité dans les constructions

Plus en détail

RAPPORT THERMOGRAPHE

RAPPORT THERMOGRAPHE RAPPORT THERMOGRAPHE Client : assureur Adresse: Montréal Thermographie date: 4 octobre 2012 Thermographe: Patrick Laperrière extérieur température: 17 C intérieur température: 21 C Temp diff In-Out: (Temp)

Plus en détail

Ventilation et rénovation

Ventilation et rénovation Ventilation et rénovation Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction On oublie souvent la qualité de l air Quand on pense

Plus en détail

EFFINOV BOIS : Optimisation de solutions «seconde peau» en ossature bois pour la réhabilitation de bâtiments existants

EFFINOV BOIS : Optimisation de solutions «seconde peau» en ossature bois pour la réhabilitation de bâtiments existants EFFINOV BOIS : Optimisation de solutions «seconde peau» en ossature bois pour la réhabilitation de bâtiments existants L utilisation du bois répond parfaitement au respect de l environnement et aux attentes

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

Diagnostic du bâtiment et remédiation

Diagnostic du bâtiment et remédiation Diagnostic du bâtiment et remédiation Gestion du radon 2 Le diagnostic technique du bâtiment Buts : Identifier les causes de présence de radon points d entrée, voies de transfert, accumulation proposition

Plus en détail

Conserver les fenêtres anciennes et améliorer leurs performances thermiques et acoustiques. Jérôme Bertrand Centre Urbain

Conserver les fenêtres anciennes et améliorer leurs performances thermiques et acoustiques. Jérôme Bertrand Centre Urbain Conserver les fenêtres anciennes et améliorer leurs performances thermiques et acoustiques Jérôme Bertrand Centre Urbain Commune d Etterbeek 25 avril 2012 Pour rénover votre logement aujourd hui: Cycle

Plus en détail

Humidité. un réseau de techniciens, partenaires de vos projets de restaurations.

Humidité. un réseau de techniciens, partenaires de vos projets de restaurations. un réseau de techniciens, partenaires de vos projets de restaurations. Humidité Non diagnostiqués, les remontées capillaires et leurs effets secondaires sont rapidement à l origine de nouvelles dégradations

Plus en détail

DIRECTION DE LA CONSTRUCTION ET DU PATRIMOINE BATI VILLE DE STRASBOURG Centre Administratif 1 Parc de l Etoile 67076 STRASBOURG CEDEX

DIRECTION DE LA CONSTRUCTION ET DU PATRIMOINE BATI VILLE DE STRASBOURG Centre Administratif 1 Parc de l Etoile 67076 STRASBOURG CEDEX DIRECTION DE LA CONSTRUCTION ET DU PATRIMOINE BATI VILLE DE STRASBOURG Centre Administratif 1 Parc de l Etoile 67076 STRASBOURG CEDEX MARCHE A BON DE COMMANDE Marché n 2014_948 Référence étude 2015-579728

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA CONTAMINATION ET DE LA DÉCONTAMINATION EN MILIEU INTÉRIEUR. Marie-Alix d Halewyn, Conseillère scientifique, Gestion des bio-risques

ÉVALUATION DE LA CONTAMINATION ET DE LA DÉCONTAMINATION EN MILIEU INTÉRIEUR. Marie-Alix d Halewyn, Conseillère scientifique, Gestion des bio-risques ÉVALUATION DE LA CONTAMINATION ET DE LA DÉCONTAMINATION EN MILIEU INTÉRIEUR Marie-Alix d Halewyn, Conseillère scientifique, Gestion des bio-risques RTHQ - 6 mai 2014 Contamination et décontamination PLAN

Plus en détail

L'hiver et ses problèmes d'humidité et de condensation. Les dégâts locatifs. La saleté en général

L'hiver et ses problèmes d'humidité et de condensation. Les dégâts locatifs. La saleté en général L'hiver et ses problèmes d'humidité et de condensation Les dégâts locatifs 1) Les principaux dégâts locatifs 2) L'eau, un élément complexe 3) Les condensations et les moisissures 4) Les infiltrations 5)

Plus en détail

Une vision Compétitivité mondiale

Une vision Compétitivité mondiale www.fpinnovations.ca Une vision Compétitivité mondiale Une nouvelle force pour un marché en évolution www.fpinnovations.ca Facteurs qui influencent les méthodes d évaluation de la teneur en humidité Dany

Plus en détail

Principe de la thermographie infrarouge

Principe de la thermographie infrarouge 1 Préambule L enduit de plâtre est très apprécié par les professionnels de la construction pour le parachèvement des surfaces intérieures (murs, plafonds..). C est un revêtement esthétique ( 5 mm d épaisseur)

Plus en détail

Trois produits professionnels que vous devez absolument découvrir

Trois produits professionnels que vous devez absolument découvrir Trois produits professionnels que vous devez absolument découvrir Les matériaux de construction capillaires actifs : l avenir de l isolation et de la construction Les matériaux de construction capillaires

Plus en détail

CONCEPTION CLIMATIQUE

CONCEPTION CLIMATIQUE CONCEPTION CLIMATIQUE Selon les cours de Nicolas TIXIER Attention : l'ensemble de ce cours s'applique à des logiques d'habitat en climat tempéré (froid l'hiver / chaud l'été) - La notion de confort - Pour

Plus en détail

Performance énergétique et thermique des bâtiments

Performance énergétique et thermique des bâtiments Performance énergétique et thermique des bâtiments recueil sur CD-ROM Référence : 3135311CD ISBN : 978-2-12-135311- Année d édition : 2010 Analyse Un diagnostic de Performance Energétique (DPE) est désormais

Plus en détail

Rt 5. L isolant Thermo-réfléchissant. Isolation Maximum... Épaisseur Minimum! 10.2. www.thermosulit.be. Système de recouvrements plats

Rt 5. L isolant Thermo-réfléchissant. Isolation Maximum... Épaisseur Minimum! 10.2. www.thermosulit.be. Système de recouvrements plats 0. L isolant Thermo-réfléchissant Rt 5 m²k/w (Rapport CIM 0/007) Système de recouvrements plats Isolation Maximum... Épaisseur Minimum! www.thermosulit.be Découvrez Thermosulit Thermosulit 0. est un isolant

Plus en détail

Chauffage par le sol à eau chaude

Chauffage par le sol à eau chaude Chauffage par le sol à eau chaude Dimensionnement Christophe Delmotte, Ir Laboratoire Mesure de prestations d Installations Techniques CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 15-03-2016

Plus en détail

L isolation en rénovation: dernières nouveautés

L isolation en rénovation: dernières nouveautés L isolation en rénovation: dernières nouveautés Bruxelles Environnement L importance de traiter le bâtiment dans sa globalité André BAIVIER ISOPROC INNOVISO Plan de l exposé Introduction Rappel de quelques

Plus en détail

DIATHONITE DEUMIX Enduit déshumidifiant, perspirant, éco-compatible, thermique

DIATHONITE DEUMIX Enduit déshumidifiant, perspirant, éco-compatible, thermique 1334512 ISOLANTS THERMO ACOUSTIQUES - enduits DIATHONITE DEUMIX Produit pré-mélangé déshumidifiant fibro-renforcé avec liège (gran. 0-4 mm), de la chaux hydraulique naturelle NHL 5, des poudres de diatomées.

Plus en détail

Norme SIA380/1: éd. 2009 MINERGIE / MINERGIE-P: Bases et exigences

Norme SIA380/1: éd. 2009 MINERGIE / MINERGIE-P: Bases et exigences Norme SIA380/1: éd. 2009 MINERGIE / MINERGIE-P: Bases et exigences Agence MINERGIE romande Nicole Perrenoud Février 2010 Nouveautés 2009/2010 De nombreux règlements, normes et ordonnances ont été modifiés

Plus en détail

Guide de la rénovation thermique

Guide de la rénovation thermique Guide de la rénovation thermique et de la performance énergétique A B C D E F Dépensez moins Polluez moins Vivre mieux Les réponses aux questions que vous vous posez pour la rénovation de votre logement

Plus en détail

Faire des économies en copropriété : c est possible!

Faire des économies en copropriété : c est possible! Faire des économies en copropriété : c est possible! Le dispositif d'accompagnement à la rénovation énérgétique des copropriétés en Bourgogne avec le réseau des Espaces INFO ÉNERGIE en Bourgogne La rénovation

Plus en détail

Humidité des matériaux

Humidité des matériaux Capteur d humidité des matériaux FHA 696 MF Capteur déterminant l humidité dans les matériaux minéraux de construction, les bois et cartons. Mesure indirecte de l humidité par détermination de la constante

Plus en détail

ALFA. Spécialiste de l assèchement et de la localisation de fuites. Des équipes partout en France. Une organisation efficace

ALFA. Spécialiste de l assèchement et de la localisation de fuites. Des équipes partout en France. Une organisation efficace ALFA Des équipes partout en France ufiliale du groupe Sovea France, ALFA est spécialisée dans l assèchement et la localisation de fuites. Déployées dans l ensemble du réseau de proximité des agences Sovea,

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace Confédération de la Construction 6 novembre 2008 Pourquoi isoler?

Plus en détail

L isolation acoustique un projet concret

L isolation acoustique un projet concret L isolation acoustique un projet concret Philippe Broigniez Dia Design Alsemberg au sud de Bruxelles, dans un cadre de campagne magnifique entre la Senne et la Forêt de Soignes, presque un sanctuaire Copyright

Plus en détail

Détermination de la teneur en eau dans des milieux hydratés par une technique micro-ondes

Détermination de la teneur en eau dans des milieux hydratés par une technique micro-ondes Détermination de la teneur en eau dans des milieux hydratés par une technique micro-ondes J.C. Peuch LEN7/ENSEEIHT, 2 rue Ch. Camichel, 31071 Toulouse Tel : 05-61-58-84-87, e-mail : peuch@len7.enseeiht.fr.

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/8 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale PROGRAMME D ACTION 2013-2018 Aides financières Rhône Méditerranée Corse EAU POTABLE Collectivités locales Établissements publics de coopération intercommunale PROTECTION DES CAPTAGES D EAU POTABLE Mettre

Plus en détail

Le Tableau de bord de l activité

Le Tableau de bord de l activité N 70 Octobre 2013 La Lettre AIM Objectif de la lettre : Transmettre à nos partenaires une information régulière sur nos activités et notre actualité, les services que nous sommes à même de leur proposer

Plus en détail

La solution durable pour une isolation intérieure anti-moisissure, écologique et saine

La solution durable pour une isolation intérieure anti-moisissure, écologique et saine L isolation FOAMGLAS La solution durable pour une isolation intérieure anti-moisissure, écologique et saine Pourquoi isoler par l intérieur? L isolation intérieure permet d optimiser les performances énergétiques

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement ATELIER ENVELOPPE Thomas GOETGHEBUER MATRICIEL Présentation du Projet 2 Présentation du Projet 3 Présentation du Projet 4 Présentation du Projet

Plus en détail

Technologische Dienstverlening Duurzaam Bouwen in het Brussels Gewest

Technologische Dienstverlening Duurzaam Bouwen in het Brussels Gewest Guidance Technologique Com-Mat (Wallonie) E. Maldonado Technologische Dienstverlening Duurzaam Bouwen in het Brussels Gewest Cimorné 19/03/2014 - Page 1 Intro Objectifs Améliorer la compétitivité des entreprises

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Bruxelles Environnement POINTS D ATTENTION SUR LES SYSTEMES DE VENTILATION HYGIENIQUE Gauthier KEUTGEN ICEDD asbl Objectif(s) de la

Plus en détail

Programme-cadre et détail du programme des examens relatifs aux modules des cours de technologie, théorie professionnelle

Programme-cadre et détail du programme des examens relatifs aux modules des cours de technologie, théorie professionnelle Profil des compétences professionnelles Programme-cadre et détail du programme des examens relatifs aux modules des cours de technologie, théorie professionnelle Organisation pratique Détail du programme

Plus en détail

Economies d'énergie Amélioration du confort s a v i n g y o u e n e r g y

Economies d'énergie Amélioration du confort s a v i n g y o u e n e r g y Economies d'énergie Amélioration du confort s a v i n g y o u e n e r g y Leader mondial en déstratification thermique Une technologie innovante Homogénéisation de la température sol/plafond Industries

Plus en détail

Les pathologies du bâti ancien et les risques liés à sa réhabilitation. Enora Parent Emma Stéphan Le 2 juillet Poitiers

Les pathologies du bâti ancien et les risques liés à sa réhabilitation. Enora Parent Emma Stéphan Le 2 juillet Poitiers Les pathologies du bâti ancien et les risques liés à sa réhabilitation Enora Parent Emma Stéphan Le 2 juillet 2015 - Poitiers Le bâti ancien 2 3 Le bâti ancien Construit avant 1948 Avant l émergence de

Plus en détail

Bureau de contrôles techniques à taille humaine qui s'adapte à vos projets. Le souci de l'efficacité. www.batiplus.net

Bureau de contrôles techniques à taille humaine qui s'adapte à vos projets. Le souci de l'efficacité. www.batiplus.net Bureau de contrôles techniques à taille humaine qui s'adapte à vos projets PRÉSENTATION Contrôle Technique Construction Diagnostics et Audits Techniques Contrôles Périodiques Régelmentaires Coordination

Plus en détail

«Comment allier performance et coûts dans l intégration des enveloppes du bâtiment» AGPI : Vers Passivhaus 12/13 avril 2016

«Comment allier performance et coûts dans l intégration des enveloppes du bâtiment» AGPI : Vers Passivhaus 12/13 avril 2016 «Comment allier performance et coûts dans l intégration des enveloppes du bâtiment» AGPI : Vers Passivhaus 12/13 avril 2016 Daniel Pearl, architecte Professeur agréé (à mi-temps) à l École d architecture

Plus en détail

L IFAA, votre syndicat professionnel au coeur des défis de demain

L IFAA, votre syndicat professionnel au coeur des défis de demain La mesure des boues À quel endroit doit-on faire la mesure? La fréquence de mesures Conclusion La mesure de la hauteur de boues accumulées est nécessaire pour tous les types de filières La mesure est

Plus en détail

500 LOGEMENTS «BÂTIMENT BASSE CONSOMMATION» EN POITOU-CHARENTES. «Logements BBC» DEMANDE DE SUBVENTION

500 LOGEMENTS «BÂTIMENT BASSE CONSOMMATION» EN POITOU-CHARENTES. «Logements BBC» DEMANDE DE SUBVENTION AIDE RÉGIONALE 500 LOGEMENTS «BÂTIMENT BASSE CONSOMMATION» EN POITOU-CHARENTES «Logements BBC» DEMANDE DE SUBVENTION 8 Pièces à retourner à : FREE Poitou-Charentes 15 rue de l'ancienne Comédie BP 575 86021

Plus en détail

Fissures et regard collecteur EU

Fissures et regard collecteur EU Scope of Work Cette visite technique a eu lieu le 04 Juin 2015 et concerne la zone base vie des travailleurs du site de Tasiast. Ce rapport fait suite à un constat d affaissement partiel des dalles supports

Plus en détail

G E T R A S : *Système d étanchéité liquide

G E T R A S : *Système d étanchéité liquide G E T R A S : Bienvenue dans la gamme de produits et systèmes d étanchéité de Marques : SCHOMBURG (made in Germany) : Cher Visiteur, Une humidité excessive cause des dommages importants à votre bâtiment.

Plus en détail

Chauffage par le sol à eau chaude

Chauffage par le sol à eau chaude Chauffage par le sol à eau chaude Dimensionnement Christophe Delmotte, Ir Laboratoire Mesure de prestations d Installations Techniques CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 15-06-2016

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Bruxelles Environnement ISOLATION DE L ENVELOPPE Gauthier KEUTGEN ICEDD asbl Objectif(s) de la présentation Attirer l attention sur

Plus en détail

Compte rendu de visite De l Expertise Consultative

Compte rendu de visite De l Expertise Consultative L EXPERTISE INDEPENDANTE 1 L EXPERTISE INDEPENDANTE Mr Thierry ROYER Tél. 06 13 66 81 39 / 09 66 85 96 37 - royer.expert@orange.fr Expert en Techniques du Bâtiment et Procédures Judiciaires Prestataire

Plus en détail

Workshop 1 Détails des seuils pour des menuiseries extérieures accessibles

Workshop 1 Détails des seuils pour des menuiseries extérieures accessibles Session d'information L'accessibilité : plus qu'un concept 20 janvier 2014 Ateliers des Tanneurs, Bruxelles Workshop 1 Détails des seuils pour des menuiseries extérieures accessibles Eddy Mahieu Avis technique

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie C. Crispin Division Acoustique CSTC B. Michaux Division Enveloppe du Bâtiment CSTC Rénovations des fenêtres existantes

Plus en détail

BALADE THERMOGRAPHIQUE

BALADE THERMOGRAPHIQUE BALADE THERMOGRAPHIQUE SEPTÈMES-LES-VALLONS QUARTIER DES GENÊTS Samedi 28 février 2015 Animée par l Espace Info-Energie SOMMAIRE 1. L ALEC, une Agence pour la transition énergétique du territoire 2. Retour

Plus en détail

La reproduction ou la traduction, même partielles, des textes et illustrations de cette. consentement écrit de l'éditeur responsable

La reproduction ou la traduction, même partielles, des textes et illustrations de cette. consentement écrit de l'éditeur responsable 08 juin 2010 JOURNÉE THÉMATIQUE Impact des constructions basse énergie sur le gros œuvre Détails de construction acoustiques intégrés - Implications techniques des nouvelles normes et réglementations VAN

Plus en détail

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DOSAGE 17

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DOSAGE 17 WBLOCK est un nouveau matériau de construction à la fois écologique, économique et facile à mettre en œuvre. WBLOCK est un bloc à maçonner, composé en majorité de déchet de bois (à l exclusion de bois

Plus en détail

1. Contrôle : compresseur de réfrigération

1. Contrôle : compresseur de réfrigération MÉMENTO TECHNIQUE : CONTRÔLE CIRCUIT DE RÉFRIGÉRATION 1. Contrôle : compresseur de ATTENTION : Avant toute intervention sur le compresseur de, effectuer une mise à niveau de la charge du circuit de. Si

Plus en détail

Soirée d information. 1. Introduction à la problématique. 2. Exigences en vigueur en Belgique

Soirée d information. 1. Introduction à la problématique. 2. Exigences en vigueur en Belgique Soirée d information ir. Y. Martin ing. S. Eeckhout CSTC/WTCB Traversées de parois résistant au feu Législation et mise en œuvre (consigne de pose) Antenne-Normes Prévention Incendie www.normes.be/feu

Plus en détail

Performance énergétique et mise en œuvre des menuiseries extérieures Bois

Performance énergétique et mise en œuvre des menuiseries extérieures Bois Performance énergétique et mise en œuvre des menuiseries extérieures Bois 5 à 7 de l éco-construction Pierre LERICHE et Jean-Louis ANDRE Aubenas le 25/09/2014 Présentation de CERIBOIS Performances énergétique

Plus en détail

«Aide à la rénovation BBC par étapes de logements individuels»

«Aide à la rénovation BBC par étapes de logements individuels» «Aide à la rénovation BBC par étapes de logements individuels» CONDITIONS D AIDES DETAILLÉES Version en date du 15 juin 2016 Page 1/10 I. Contexte PRÉSENTATION GÉNÉRALE Pour relever le défi du facteur

Plus en détail

Étanchéité à l air des Bâtiments

Étanchéité à l air des Bâtiments Étanchéité à l air des Bâtiments Session d information pratique électriciens Avec le support de la guidance technologique écoconstruction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale subsidiée

Plus en détail

DIATHONITE DEUMIX Enduit déshumidifiant, perspirant, éco-compatible, thermique

DIATHONITE DEUMIX Enduit déshumidifiant, perspirant, éco-compatible, thermique 1424216 ISOLANTS THERMO ACOUSTIQUES - enduits DIATHONITE DEUMIX Produit pré-mélangé déshumidifiant fibro-renforcé avec liège (gran. 0-4 mm), de la chaux hydraulique naturelle NHL 5, des poudres de diatomées.

Plus en détail

L EVOLUTION DE L ISOLATION

L EVOLUTION DE L ISOLATION L EVOLUTION DE L ISOLATION FABRIQUÉ AU CANADA DEPUIS 1986 Icynene.fr, icynene.eu, icynene.com 2012_IcyneneFlipBook_France.indd 1 10/05/2013 1:32:40 PM MOUSSE D ISOLATION PROJETEE C EST VRAI la mousse d

Plus en détail

Stockage inter-saisonnier d énergie solaire pour l habitat performance du procédé en fonction du couple d absorption

Stockage inter-saisonnier d énergie solaire pour l habitat performance du procédé en fonction du couple d absorption Stockage inter-saisonnier d énergie solaire pour l habitat performance du procédé en fonction du couple d absorption Hui LIU 1, Nolwenn LE PIERRES 1 *, Lingai LUO 1 Laboratoire LOCIE, Université de Savoie

Plus en détail

Valide au jour de l'impression

Valide au jour de l'impression NOMENCLATURE DES INSPECTIONS Document INS Inf 05 Révision 01 - Octobre 2004 Section INSPECTION N 1 - INSTALLATIONS ELECTRIQUES 1.1 - Inspections préalables à la mise soustension 1.2 - Inspections d installations

Plus en détail

RECAPITULATIF DES ANNEXES 2 : COMPETENCES DES PERSONNES PHYSIQUES

RECAPITULATIF DES ANNEXES 2 : COMPETENCES DES PERSONNES PHYSIQUES RECAPITULATIF DES S 2 : COMPETENCES DES PERSONNES PHYSIQUES Connaissances THEORIQUES requises Termites Arrêté du 30 octobre 2006 Amiante Arrêté du 21 novembre 2006 1 les généralités sur le bâtiment : la

Plus en détail

L apport des méthodes d essais non-destructifs et du laboratoire au diagnostic d ouvrages pathologiques

L apport des méthodes d essais non-destructifs et du laboratoire au diagnostic d ouvrages pathologiques L apport des méthodes d essais non-destructifs et du laboratoire au diagnostic d ouvrages pathologiques Villeurbanne, le 23 novembre 2016 bernard.quenee@lerm.setec.fr Qu est-ce qu un ouvrage d art «pathologique»?

Plus en détail

REHABILITATION ENERGETIQUE DE DIX MAISONS INDIVIDUELLES APPEL A CANDIDATURE. ADEME Direction régionale des Pays de la Loire

REHABILITATION ENERGETIQUE DE DIX MAISONS INDIVIDUELLES APPEL A CANDIDATURE. ADEME Direction régionale des Pays de la Loire REHABILITATION ENERGETIQUE DE DIX MAISONS INDIVIDUELLES APPEL A CANDIDATURE ADEME Direction régionale des Pays de la Loire 1. Description de l appel à candidature Avec 44 % du bilan énergétique, le secteur

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Sciences Physiques et Chimiques en Laboratoire SESSIN 2014 Sous-épreuve écrite de sciences physiques et chimiques en

Plus en détail

Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments

Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments Bertrand DENIS Défi nergie 66200 ELNE Diagnostic de Performance Energétique Audit & optimisation énergétique Etude d ensoleillement - Thermographie infrarouge

Plus en détail

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Électriciens, sanitaristes, chauffagistes

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Électriciens, sanitaristes, chauffagistes Étanchéité à l air Sessions d information pratiques Électriciens, sanitaristes, chauffagistes Lassoie Laurent CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 2012 Introduction Mesure de l étanchéité

Plus en détail

Effilogis. rénovation mode d emploi en Franche-Comté. www.effilogis.fr

Effilogis. rénovation mode d emploi en Franche-Comté. www.effilogis.fr 2016 PARTICULIERS Un COLLECTIVITÉS investissement BAILLEURS SOCIAUX de bon sens Effilogis rénovation mode d emploi en Franche-Comté www.effilogis.fr HABITATION BBC Bon à savoir Une habitation rénovée Bâtiment

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques Bruxelles Environnement EXEMPLE DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE ET DURABLE: BATEX [120] RUE DU VERGER Thomas

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique

Diagnostic de performance énergétique Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a bis) bureaux, services administratifs, enseignement N : 6142513 / 1 / 2 / 1 Réf. Ademe : 1434V4000104F

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Les aides financières. équipement

Les aides financières. équipement Les aides financières équipement Modification à venir Le début d année 2011 augure des modifications dans les aides financières. Parution prochaine de la loi de finance. Les aides dans le neuf Nouveau

Plus en détail

Evaluer les risques pour la santé liés aux appareils à combustion. Repérer et prévenir les intoxications au monoxyde de carbone

Evaluer les risques pour la santé liés aux appareils à combustion. Repérer et prévenir les intoxications au monoxyde de carbone 1 Evaluer les risques pour la santé liés aux appareils à combustion Repérer et prévenir les intoxications au monoxyde de carbone Journée d information et d échange Habitat Santé 21 juin 2013 Plan 2 Avertissement

Plus en détail

Machine de moulage centrifuge C.300. Manuel. http://www.letrainmagique.com

Machine de moulage centrifuge C.300. Manuel. http://www.letrainmagique.com Machine de moulage centrifuge C.300 Manuel http://www.letrainmagique.com Santé et sécurité Projections Vérifiez que vous portez toujours des protections correctes pour les yeux et que personne d autre

Plus en détail

Verre et isolation thermique

Verre et isolation thermique Verre et isolation thermique 2010 Isolation Thermique Isolation Acoustique Contrôle Solaire Sécurité Esthétique et décoration Verre et isolation thermique Introduction Convection, conduction et rayonnement

Plus en détail

RÉNOVATION LA CARTE NUMÉRIQUE

RÉNOVATION LA CARTE NUMÉRIQUE Paris avril 2015 RÉNOVATION LA CARTE NUMÉRIQUE C est quand qu on va où? André POUGET 01 42 59 53 64 PROJET DE LOI «LTE» * Article 4 bis: carnet numérique de suivi et d entretien Objectif : pour tous les

Plus en détail

MAITRISE DE L ENERGIE ET LUTTE CONTRE L EXCLUSION. Action du PACT Seine et Marne sur la précarité énergétique

MAITRISE DE L ENERGIE ET LUTTE CONTRE L EXCLUSION. Action du PACT Seine et Marne sur la précarité énergétique PREMIER RESEAU ASSOCIATIF NATIONAL AU SERVICE DE L HABITAT MAITRISE DE L ENERGIE ET LUTTE CONTRE L EXCLUSION Action du PACT Seine et Marne sur la précarité énergétique Groupe de travail Fédéral du 7/12/2009

Plus en détail

THERMOGRAPHIE DÉTAILLÉE D UNE MAISON DE PARTICULIER. Dominique ROPERCH. Résumé

THERMOGRAPHIE DÉTAILLÉE D UNE MAISON DE PARTICULIER. Dominique ROPERCH. Résumé Thermogram 2009 41 THERMOGRAPHIE DÉTAILLÉE D UNE MAISON DE PARTICULIER Dominique ROPERCH Dominique ROPERCH THIR-DIAGNOSTICS 2 rue des Fours 91410 DOURDAN 01 64 59 80 79 d.roperch@thir.fr Résumé Le diagnostic

Plus en détail

Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction

Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction Christian Lemaitre Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction Matière & matériaux Propriétés rhéologiques & mécaniques Sécurité & réglementation Comportement thermique, hygroscopique,

Plus en détail

La mention RGE et les aides financières qui en découlent. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.

La mention RGE et les aides financières qui en découlent. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine. La mention RGE et les aides financières qui en découlent Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr SOMMAIRE 1. Les missions et le rôle de l ALEC 2. La mention

Plus en détail

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées INSTALLATIONS TECHNIQUES DANS LA MAISON Conduites d eau froide et d eau chaude Conduites de chauffage/ chauffage au sol Conduites d eaux usées Inspection de cavités Problèmes de condensation Moisissure

Plus en détail

Une collaboration Architecte / Ingénieur pour la construction d un immeuble de bureau d envergure de 30 000 m 2 (7 niveaux) Ilot E à Saint Denis

Une collaboration Architecte / Ingénieur pour la construction d un immeuble de bureau d envergure de 30 000 m 2 (7 niveaux) Ilot E à Saint Denis Ilot E à Saint Denis O. FASSIO, N. Barthes 1 Une collaboration Architecte / Ingénieur pour la construction d un immeuble de bureau d envergure de 30 000 m 2 (7 niveaux) Ilot E à Saint Denis Olivier Fassio

Plus en détail

Post-isolation des murs creux

Post-isolation des murs creux 15/01/20 13 Centre Scientifique et Technique de la Construction www.cstc.be Post-isolation des murs creux Introduction et diagnostique préalable CCB-C 15/01/2013 Avec le support de la guidance technologique

Plus en détail

PONCEBLOC. Système constructif homogène. Bloc thermique à isolation rapportée. PonceBloc 20 (1) (mm) hauteur 250 hauteur 300 (1) Suivant région

PONCEBLOC. Système constructif homogène. Bloc thermique à isolation rapportée. PonceBloc 20 (1) (mm) hauteur 250 hauteur 300 (1) Suivant région 20 Bloc thermique à isolation rapportée PonceBloc 20 (1) (mm) hauteur 250 hauteur 300 (1) Suivant région Dimension du bloc standard 500 x 200 x 250 500 x 200 x 300 ( L x ép. x h en mm) Résistance mécanique

Plus en détail

RAPPORT D ENQUETE TECHNIQUE TECHNISIL M.S. ECO - TECHNISIL M.S TECHNISIL M.H.- TECHNISIL M.S. HYBRIDE SOCOTEC NUMERO DX 1404

RAPPORT D ENQUETE TECHNIQUE TECHNISIL M.S. ECO - TECHNISIL M.S TECHNISIL M.H.- TECHNISIL M.S. HYBRIDE SOCOTEC NUMERO DX 1404 PROCEDE D ASSECHEMENT DES MURS A.T.B. - TECHNICHEM RAPPORT D ENQUETE TECHNIQUE TECHNISIL M.S. ECO - TECHNISIL M.S TECHNISIL M.H.- TECHNISIL M.S. HYBRIDE SOCOTEC NUMERO DX 1404 Date limite de validation

Plus en détail

Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants PREMIUM

Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants PREMIUM Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants PREMIUM 1 - Politiques climat et efficacité énergétique des bâtiments Les engagements européens L efficacité

Plus en détail

CAF de LYON: BILAN DE 1998 à 2009 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT

CAF de LYON: BILAN DE 1998 à 2009 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT 2 CAF de LYON: BILAN DE 1998 à 2009 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT Pourquoi faire des suivis -Tester des nouveaux matériels se faire une opinion -Accompagner nos

Plus en détail

DRAFT. TVA n : BE 407.695.057 Page: 1/18 DEMANDEUR : BLYWEERT ALUMINIUM FACTURATION :BLYWEERT ALUMINIUM ZWAARVELD 44 ZWAARVELD 44

DRAFT. TVA n : BE 407.695.057 Page: 1/18 DEMANDEUR : BLYWEERT ALUMINIUM FACTURATION :BLYWEERT ALUMINIUM ZWAARVELD 44 ZWAARVELD 44 CSTC WTCB CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION ETABLISSEMENT RECONNU PAR APPLICATION DE L'ARRÊTÉ-LOI DU 30 JANVIER 1947 - Station expérimentale : B-1342 Limelette, avenue P. Holoffe, 21

Plus en détail

La protection des bétons en zone littorale STRRES FNTP

La protection des bétons en zone littorale STRRES FNTP www.lerm.fr Ingénierie et Laboratoire conseil en matériaux de construction Marseille, le 27 novembre 2013 La protection des bétons en zone littorale STRRES FNTP Contrôle des Matériaux Diagnostic Constructions

Plus en détail

La fenêtre chauffante pour le chauffage périphérique des locaux

La fenêtre chauffante pour le chauffage périphérique des locaux La fenêtre chauffante pour le chauffage périphérique des locaux AGPI (avril 2008) Alain Moreau,ing., M.Sc.A. Institut de Recherche d Hydro Hydro-Québec Sylvain Caron, ing. CARON, BEAUDOIN ET ASSOCIÉS 1

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Conduit de fumée Chimney Abgasanlagen Avis Technique 14/12-1769 Système d'isolation de traversée d'étage ou de paroi Système "LAHE-SAFE" Titulaire : LAHERA PRODUCTIONS RN 112 La Roubinarié FR-81200 MAZAMET

Plus en détail

Mortier-colle amélioré, déformable, en neuf et en rénovation. Très faible émission de poussières. Classe C2S1-ET.

Mortier-colle amélioré, déformable, en neuf et en rénovation. Très faible émission de poussières. Classe C2S1-ET. Notice Produit Edition Novembre 2013 Numéro 348 Version n 2013-426 Mortier-colle amélioré, déformable, en neuf et en rénovation. Très faible émission de poussières. Classe C2S1-ET. Construction Présentation

Plus en détail

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Approche performantielle et évolutions normatives Principales agressions et attaques des bétons Nathalie CORDIER CETE Méditerranée Labo d

Plus en détail

Isolation des ouvertures

Isolation des ouvertures Isolation des ouvertures Mise à jour le 15/09/2010 Dans une maison aux murs et au toit bien isolés, les déperditions thermiques au niveau des fenêtres peuvent atteindre 40%! Cette fiche a pour but de vous

Plus en détail