B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements"

Transcription

1 B- Météorologie Nuages Brouillard Les brouillards côtiers sont du type: R : brouillard d'advection Il y a brouillard dès que la visibilité est inférieure à: R : 1 km Les facteurs favorisant l'apparition de brouillards matinaux sont en général: R : forte humidité, vent faible, ciel clair la nuit, situation anticyclonique Brume Lorsque de la brume est signalée par les services météorologiques, vous considérez que la visibilité est: R : comprise entre 1 et 5 km Cumulus et cumulonimbus Lors du passage d'un cumulonimbus sur votre aérodrome, vous pouvez vous attendre à: R : une rotation des vents qui se renforceront En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements Les cumulus et les stratus sont des nuages: R : de l'étage inférieur L'orage est caractéristique du: R : cumulonimbus Le nuage qui matérialise une ascendance exploitable par un ULM est: R : Le cumulus Le cumulus (Cu) est un nuage: R : de dimensions très variables, se développant verticalement avec des protubérances très marquées Au retour d'un vol, vous constatez qu'un cumulonimbus est au-dessus de votre terrain; vous décidez: R : d'attendre avant d'entreprendre l'atterrissage ou de vous dérouter. Les phénomènes dangereux associés aux cumulonimbus (Cb) sont: R : - Très fortes averses de pluie ou de grêle. - très fortes turbulences. - très fortes ascendances et descendances - orage

2 Stratus Les stratus et les cirrostratus sont des nuages: R : stables Les cumulus et les stratus sont des nuages: R : de l'étage inférieur Le stratus (St) est un nuage dangereux car il est associé à: R : un plafond très bas Pour l'ulm, les stratus représentent un danger car: R : ils se forment près du sol et s'accrochent au relief Divers L'effet de Foehn est un phénomène observé: R : lors du passage d'une masse d'air humide sur un relief montagneux La présence d'une couverture nuageuse: R : diminue les échanges d'énergie par rayonnement Vous êtes en vol à proximité d'une chaîne montagneuse. Vous observez des nuages lenticulaires au-dessus du relief et une bande de ciel bleu entre le relief et la couche nuageuse située au-dessus de vous. Parmi les affirmations suivantes les conclusions correctes, que l'on peut tirer de la situation météo décrite, sont: R : - le vent est fort en altitude - le vent peut s'inverser brutalement entre le sol et l'altitude Dans l'écoulement sous ondulatoire, accolés à la couche de transition, des nuages en forme de rouleaux plus ou moins développés matérialisent les ressauts successifs. Ces nuages sont dénommés: R : Rotors Le plafond nuageux est défini par une nébulosité au moins égale à : R : FEW Le phénomène de pluie surfondue peut se rencontrer dans les conditions suivantes: R : dans une masse d'air de température négative située sous une masse d'air de température positive Température En atmosphère type, la température au niveau de la mer est: R : +15 C Lorsqu'il y a inversion: R : la température croît avec l'altitude Le principal phénomène responsable des échanges thermiques dans les basses couches de l'atmosphère est:

3 R : la convection La présence d'une couverture nuageuse: R : diminue les échanges d'énergie par rayonnement Une particule est dite instable si: R : au cours d'un soulèvement elle se refroidit moins vite que l'air ambiant La convection est un phénomène déclenché par: R : une couche instable Au cours d'une journée par ciel clair, la température maximale est considérée atteinte: R : 2 heures après le passage du soleil au zénith L'atmosphère type est caractérisée par une décroissance de température de: R : 6,5 C par 1000 m jusqu'à m A 6000 ft la température en atmosphère type est: Aide : La température descend de 2 C par pieds à 6 x 2 C = 12 C La température au niveau de la mer étant de 15 C R : = 3 C Dans l'atmosphère réelle, il y a isothermie lorsque: R : la température reste constante sur une tranche d'altitude Dans un nuage, l'air se refroidit de: R : 0,4 C par 100 m Lorsque la température augmente: R : la portance et la traînée diminuent En règle générale, lorsque l'on s'élève dans l'atmosphère: R : la pression diminue, la température diminue, la densité de l'air diminue Lors de la variation quotidienne de la température en un lieu, le minimum est observé: R : juste après le lever du soleil Les valeurs moyennes de décroissance de la température et de la pression atmosphérique en fonction de l'altitude dans l'atmosphère type sont respectivement: R : 2 C par 1000 ft et 1 hpa pour 28 ft au niveau de la mer La température du point de rosée est la température: R : à partir de laquelle de la vapeur d'eau pourrait se condenser en rosée ou en brouillard Pression La valeur moyenne de la pression atmosphérique au niveau de la mer est de: H : 1013 hpa Le niveau de vol FL 35 correspond à: R : l'indication 3500 pieds sur un altimètre calé à 1013 hpa Lorsque l'altitude augmente, la pression atmosphérique diminue d'environ: R : 1 hpa par 8,5m au niveau de la mer et 1 hpa par 30m à 1000m Sur une carte météorologique, un anticyclone est caractérisé par: R : un système d'isobares fermées dont la cote croit vers l'intérieur Lorsque l'on s'élève en altitude, la pression atmosphérique: R : diminue de 1 hpa tous les 8,5 m au niveau de la mer

4 En règle générale, lorsque l'on s'élève dans l'atmosphère: R : la pression diminue, la température diminue, la densité de l'air diminue Les valeurs moyennes de décroissance de la température et de la pression atmosphérique en fonction de l'altitude dans l'atmosphère type sont respectivement: R : 2 C par 1000 ft et 1 hpa pour 28 ft au niveau de la mer Sur un terrain d'altitude topographique 170m, le QNH est de 1004 hpa, le QFE est de: Aide - 1ft = 0,3 m à 170 / 0,3 = 566ft - 1hPa = 28 ft à 566/28 = 20 hpa = 984 hpa R : 984 hpa Sur une carte météorologique, une dépression est caractérisée par: R : un système d'isobares fermées dont la cote croît vers l'extérieur Une dorsale est: R : un axe de hautes pressions

5 Vent Brises Les brises de vallée ont pour origine: R : un refroidissement ou un réchauffement par rayonnement plus rapide sur les pentes élevées qu'au fond des vallées La brise de vallée descendante s'établit : R : la nuit La brise de vallée descendante s'établit lorsque les versants montagneux: R : de nuit se refroidissent plus vite que la vallée La brise de vallée montante s'établit lorsque les versants montagneux: R : de jour s'échauffent plus vite que la vallée Les conditions favorables à l'établissement d'une brise de terre sont: R : de nuit, ciel clair à peu nuageux; isobares espacées Les conditions favorables à l'établissement d'une brise de mer sont: R : de jour, ciel clair à peu nuageux, isobares espacées Effet de Foehn L'effet de Foehn est un phénomène observé: R : lors du passage d'une masse d'air humide sur un relief montagneux En montagne du côté sous le vent, l'effet de Foehn se caractérise par: R : l'assèchement de la masse d'air et une élévation de sa température Mistral / Autan Le mistral est un vent: R : du nord, associé à une dépression sur l'italie et un anticyclone sur l'espagne Le vent d'autan est un vent de: R : sud-est, violent et turbulent qui s'établit entre le massif Central et les Pyrénées Force La force du vent: R : augmente en altitude En vol stabilisé, une rafale de vent arrière: R : - diminue la portance - diminue la vitesse/air Lors d'un vol en présence de turbulences à bord d'un ULM 3 axes: R : il est nécessaire de s'éloigner au mieux des limites d'utilisation de l'appareil (décrochage et VNE) En cas de vent fort et turbulent en finale: R : vous majorez votre vitesse d'approche.

6 A bord d'un ULM 3 axes, pendant le roulage en ligne droite avec un vent traversier, le manche doit être: R : braqué contre la direction d'où vient le vent, pour aider à tenir le cap En cas de vent fort en présence de relief vous trouverez les ascendances: R : sur la pente au vent Le cisaillement de vent est un phénomène dangereux caractérisé par: R : un changement de vitesse et/ou de direction du vent dans l'espace Les conséquences d'un effet venturi sont: R : une diminution de la pression et une augmentation de la vitesse du fluide En cas de vent fort et turbulent en finale: R : vous majorez votre vitesse d'approche Direction Dans l'hémisphère sud, le vent circule: R : dans le sens inverse des aiguilles d'une montre autour des anticyclones Dans l'hémisphère Nord: R : le vent tourne dans le sens des aiguilles d'une montre autours des anticyclones et dans le sens inverse autours des dépressions Le vent circule: R : en étant sensiblement parallèle aux lignes isobares Un vent de 180 pour 5 noeuds (5 kt) est un vent: R : faible venant du sud Divers En vol, un vent debout aura pour conséquence: R : une augmentation de la pente sol En France métropolitaine à 12H UTC, en l'absence de vent fort, vous trouverez de préférence les ascendances thermiques sur les versants exposés: R : au Sud La dérive est maximale si le vent est: R : perpendiculaire à la route vraie La dérive est: R : d'autant plus forte que la vitesse air est faible La direction du vent s'infléchit de 20 à 30 à droite entre le sol et 3000 ft, ce phénomène résulte de: R : la force de Coriolis Messages Le SIGMET rédigé par les services météorologiques est: R : un avis de phénomène dangereux observé ou prévu (cumulonimbus, orage,...) Le terme "CA VOK" utilisé dans les messages météorologiques rapporte entre autres que les conditions suivantes sont réunies: R : visibilité supérieure ou égale à 10 km et pas de nuages en dessous de 1500 mètres Le METAR est un message émis par les services:

7 R : météorologiques et concerne l'observation du temps Vous prenez connaissance du METAR de Bordeaux - Mérignac: LFBD Z 32012KT 9999 FEW016CB SCT030 BKN100 19/13 Q1013 TEMPO 28020G30KT 4000 TSRA SCT015CB= Parmi les éléments prévus par la partie tendance, vous relevez: R : un vent du 280 avec rafales Vous prenez connaissance du Metar de Rennes Saint-Jacques: LFRN Z 17008KT 9999 FEW021CB SCT030 19/16 Q1009 RETS NOSIG= parmi les éléments observés, vous relevez la présence : R : d'orages récents Généralités Sur les régions continentales, les orages convectifs sont plus nombreux et plus violents: R : en fin d'après-midi Les conditions météorologiques de vol à vue sont: R : différentes au-dessus et en dessous de la surface "S" en espace aérien non contrôlé Lors de la variation quotidienne de la température en un lieu, le minimum est observé: R : juste après le lever du soleil La circulation verticale de l'air due à l'échauffement des couches en contact avec le sol est le phénomène de: R : convection Le phénomène de pluie surfondue peut se rencontrer dans les conditions suivantes: R : dans une masse d'air de température négative située sous une masse d'air de température positive

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

METEO n 1. !"#$%$&$'%() enveloppe gazeuse qui entoure la terre, sur quelques centaines de kilomètres. ( ( ( ( ( (

METEO n 1. !#$%$&$'%() enveloppe gazeuse qui entoure la terre, sur quelques centaines de kilomètres. ( ( ( ( ( ( n 1 "#%&'()*+,+ L atmosphère "#%&'%() enveloppe gazeuse qui entoure la terre, sur quelques centaines de kilomètres. ( ( ( ( ( ( *"+,-&&'%(./-&0,1/() Le gaz se raréfie avec l'altitude. 99% de la masse totale

Plus en détail

L'atmosphère est subdivisée en plusieurs couches qui ont pour nom troposphère, stratosphère, mésosphère et thermosphère.

L'atmosphère est subdivisée en plusieurs couches qui ont pour nom troposphère, stratosphère, mésosphère et thermosphère. L'ATMOSPHERE N 1 Def : enveloppe gazeuse qui entoure la terre, sur quelques centaines de kilomètres Répartition verticale : Le gaz se raréfie avec l'altitude. 99% de la masse totale de l'atmosphère se

Plus en détail

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM METEOROLOGIE Aéroclub Besançon La Vèze F-SO au FL65 over LFQM Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1 L air L atmosphère terrestre L humidité La stabilité, l instabilité La convection/l advection Les masses d air

Plus en détail

METEOROLOGIE. Test : Les NUAGES.

METEOROLOGIE. Test : Les NUAGES. METEOROLOGIE. Test : Les NUAGES. -II- Nuages & précipitations. 1 - La vapeur d'eau se présente sous forme : a) d'un gaz blanchâtre b) de petites gouttelettes d'eau en suspension dans l'air c) d'un gaz

Plus en détail

Météo Marine. Benjamin Aymard. Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie. ./IMAGES/logo-n

Météo Marine. Benjamin Aymard. Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie. ./IMAGES/logo-n Météo Marine Benjamin Aymard Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie 1/41 18 Février 2014, UPMC aymard@ann.jussieu.fr Météo Marine Cours Météo pratique Pourquoi les prévisions météo

Plus en détail

Généralités. Front froid

Généralités. Front froid Apprendre : Les masses d'air, les fronts Tester : Les dictons Pratiquer : Prévoir le temps Prévoir : Les dictons mois par mois Généralités Deux masses d'air de température différente qui se rencontrent,

Plus en détail

CIRCULATION AÉRIENNE GÉNÉRALITÉS

CIRCULATION AÉRIENNE GÉNÉRALITÉS CIRCULATION AÉRIENNE GÉNÉRALITÉS A. Hauteurs minimales de survol Minimum VFR hors atterrissage et décollage Parc, réserve ou installation portant une marque distinctive Agglomération de largeur moyenne

Plus en détail

ACTIVITÉ. Configuration de la pression en surface. Matériel. Pointage et analyse de la pression aux stations sur cartes météorologiques.

ACTIVITÉ. Configuration de la pression en surface. Matériel. Pointage et analyse de la pression aux stations sur cartes météorologiques. ACTIVITÉ Configuration de la pression en surface Lorsque vous aurez complété cette activité, vous devriez être en mesure de : Dessiner des lignes d'égale pression (isobares) pour présenter la configuration

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel

Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel Liens utiles pour les prévisions météorologiques http://meteo.chamonix.org/ 0900 55 21 65 (Haute Savoie) 0900 55 21 68 (Alpes romandes) Par SMS au numéro

Plus en détail

La météo aéro pour le vol en aviation légère les éléments essentiels. Février 2013

La météo aéro pour le vol en aviation légère les éléments essentiels. Février 2013 La météo aéro pour le vol en aviation légère les éléments essentiels. Février 2013 1 La météo pour le vol : qu avons nous besoin de connaître? Pour effectuer un vol en sécurité, je dois avoir une idée

Plus en détail

Tout commence avec une histoire de masses d'air. Lorsque 2 masses d'air se rencontrent, des fronts se forment.

Tout commence avec une histoire de masses d'air. Lorsque 2 masses d'air se rencontrent, des fronts se forment. Tout commence avec une histoire de masses d'air. 2. Lorsque 2 masses d'air se rencontrent, des fronts se forment. Des nuages se forment dans le ciel, dont certains provoquent...... des hydrométéores, 4....

Plus en détail

Les nuages : force de la nature

Les nuages : force de la nature Les nuages : force de la nature TPE 1ère S1 Lycée Maurice Eliot 2010-2011 Physique-Chimie / SVT PLAN I-PRINCIPE ET FORMATION DES NUAGES A- ASCENDANCE DUE A LA CONVECTION B- ASCENDANCE DUE A UN FRONT C-

Plus en détail

La météo aéropour le vol en AL : les éléments essentiels.

La météo aéropour le vol en AL : les éléments essentiels. La météo aéropour le vol en AL : les éléments essentiels. Page 1 Avril 2012- V3 La météo pour le vol : qu avons nous besoin de connaître? Pour effectuer un vol en sécurité, je dois avoir une idée des conditions

Plus en détail

Météorologie. Comprendre les phénomènes météorologiques, et leur observation.

Météorologie. Comprendre les phénomènes météorologiques, et leur observation. Météorologie Comprendre les phénomènes météorologiques, et leur observation. Documentation Site Météo AQUOPS-CyberScol, 1995-2012 pour les Images et textes. Mise en page SRPM Guy Sommaire Notions de Météorologie

Plus en détail

Le CEL exprime la quantité d eau liquide condensée présente dans un mètre cube d air humide (g/m 3 )

Le CEL exprime la quantité d eau liquide condensée présente dans un mètre cube d air humide (g/m 3 ) QU EST CE QUE LE GIVRAGE? Le givrage est dû à la présence d eau sous forme liquide à des températures négatives. En impactant, elle se transforme en glace : il y a accrétion sur l avion. Tair < 0 C Fin

Plus en détail

Atmosphère instable : état de l atmosphère favorisant le mouvement vertical en présence d une couche d air froid au dessus d une couche d air chaud.

Atmosphère instable : état de l atmosphère favorisant le mouvement vertical en présence d une couche d air froid au dessus d une couche d air chaud. glossaire Altocumulus : nuage de l étage moyen (de 2 400 à 6 100 m) se présentant sous l aspect d un amas de galets en rouleaux, en couches ou en bancs, dont les éléments individuels sont plus gros et

Plus en détail

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Jérôme DREANO 28 Février 2014 1 Introduction Dans le modèle LMDZ, les paramétrisations physiques des nuages

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Rapport. sur l incident survenu le 18 mars 2007 en croisière entre Lyon et Montpellier à l ATR 42-300 immatriculé F-GVZY exploité par Airlinair

Rapport. sur l incident survenu le 18 mars 2007 en croisière entre Lyon et Montpellier à l ATR 42-300 immatriculé F-GVZY exploité par Airlinair N ISBN : 978-2-11-098012-0 Rapport sur l incident survenu le 18 mars 2007 en croisière entre Lyon et Montpellier à l ATR 42-300 immatriculé F-GVZY exploité par Airlinair Bureau d Enquêtes et d Analyses

Plus en détail

PARAPENTE PARAPENTE. Manuel de formation. Ce manuel a été téléchargé sur http://www.sxb.rte.fr/ffp-manuel

PARAPENTE PARAPENTE. Manuel de formation. Ce manuel a été téléchargé sur http://www.sxb.rte.fr/ffp-manuel PARAPENTE PARAPENTE Manuel de formation Fédération Française de Parachutisme Ce manuel a été téléchargé sur http://www.sxb.rte.fr/ffp-manuel Il est la propriété de la Fédération Française de Parachutisme,

Plus en détail

1- Durant votre vol, vous entrez dans un thermique. Décrivez, par un schéma simple, l incidence sur votre voile.

1- Durant votre vol, vous entrez dans un thermique. Décrivez, par un schéma simple, l incidence sur votre voile. QUESTIONS OUVERTES POUR LE BREVET DE PILOTE CONFIRME, SUR LES THEMES «Mécanique de vol/aérodynamique», «réglementation/espace aérien», «météo/aérologie», «pilotage». Les questions liées au brevet de pilote

Plus en détail

DEMYSTIFIONS L EMAGRAMME, LE «TEMP» ET L ECHAUFFEMENT DE L ATMOSPHERE, première partie.

DEMYSTIFIONS L EMAGRAMME, LE «TEMP» ET L ECHAUFFEMENT DE L ATMOSPHERE, première partie. DEMYSTIFIONS L EMAGRAMME, LE «TEMP» ET L ECHAUFFEMENT DE L ATMOSPHERE, première partie. Après parution de mon article sur les modèles numériques dans le «Swiss Glider» d avril, qui parlait entre autres

Plus en détail

MODULE 2.7A NÉPHANALYSE. Introduction et techniques

MODULE 2.7A NÉPHANALYSE. Introduction et techniques MODULE 2.7A NÉPHANALYSE Introduction et techniques 1 INTRODUCTION Une néphanalyse est l une des analyses les plus détaillées que fait régulièrement un météorologiste opérationnel. Elle consiste en une

Plus en détail

Rapport d enquête Technique

Rapport d enquête Technique ROYAUME DU MAROC. MINISTERE DE L EQUIPEMENT DU TRANSPORT.. ADMINISTRATION DE L AIR. DIRECTION DE L AERONAUTIQUE CIVILE Réf :ACCID-AG-01/2007 Rapport d enquête Technique relatif à l'accident survenu à l

Plus en détail

DECODER LES METAR. A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs

DECODER LES METAR. A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs DECODER LES METAR A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. DEFINITION : Un METAR (METeorological Airport Report)

Plus en détail

août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel

août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel Bienvenue Tribond - La danse de la pluie L oeil dans la météo A yous que la météo fit dans mon programme Météo everywhere

Plus en détail

LES REGLES DE VOL VFR

LES REGLES DE VOL VFR LES REGLES DE VOL VFR 1. DEFINITION : Un pilote effectue un vol selon les règles de vol à vue ou VFR (Visual Flight Rules), lorsqu'il maintient son avion dans une configuration propre au vol (attitude,

Plus en détail

Calcul du niveau de transition

Calcul du niveau de transition Calcul du niveau de transition I. Pré requis Avant toutes choses, dés que l on parle d altimétrie on prend un crayon et une feuille de papier et on se fait un dessin!!!!! La définitions de l altitude de

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES AGENTS AFIS

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES AGENTS AFIS RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES AGENTS AFIS Les missions de l agent AFIS s articulent autour de trois objets L exécution de fonctions opérationnelles La tenue de documents L exercice de relations avec la

Plus en détail

Rapport. Accident survenu le 11 octobre 2007 à Bellevaux (74) à l avion Piper PA 28-161 «Warrior 2» immatriculé F-GGPO

Rapport. Accident survenu le 11 octobre 2007 à Bellevaux (74) à l avion Piper PA 28-161 «Warrior 2» immatriculé F-GGPO Rapport Accident survenu le 11 octobre 2007 à Bellevaux (74) à l avion Piper PA 28-161 «Warrior 2» immatriculé F-GGPO Bureau d Enquêtes et d Analyses pour la sécurité de l aviation civile Ministère de

Plus en détail

LES GUIDES PRATIQUES METEO FRANCE. Aviation

LES GUIDES PRATIQUES METEO FRANCE. Aviation LES GUIDES PRATIQUES METEO FRANCE Aviation Édition 2014 / 2016 Sommaire Edition Novembre 2013 Version à jour de l amendement 76 Annexe 3 convention OACI 3 8 28 51 Préparez votre vol et trouvez les renseignements

Plus en détail

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre?

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Qu est-ce que la condensation? L air contient de la vapeur d eau en suspension. Des études spécialisées démontrent

Plus en détail

Circulation générale et météorologie

Circulation générale et météorologie Circulation générale et météorologie B. Legras, http://www.lmd.ens.fr/legras I Instabilités convectives de l'atmosphère humide (supposés connues: les notions de température potentielle sèche et d'instabilité

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

-12. Dispersion atmosphérique (Mécanismes et outils de calcul)

-12. Dispersion atmosphérique (Mécanismes et outils de calcul) Méthodes pour l évaluation et la prévention des risques accidentels (DRA-006) -1 Dispersion atmosphérique (Mécanismes et outils de calcul) Ministère de l Ecologie et du Développement Durable Direction

Plus en détail

METAR TAF SPECI SIGMET AIRMET TEMSI SIGMET AIRMET TEMSI VFR METAR TAF SPECI SIGMET AIRMET TEMSI VFR METAR TAF SPECI

METAR TAF SPECI SIGMET AIRMET TEMSI SIGMET AIRMET TEMSI VFR METAR TAF SPECI SIGMET AIRMET TEMSI VFR METAR TAF SPECI METAR TAF SPECI SIGMET AIRMET TEMSI SIGMET AIRMET TEMSI VFR METAR TAF SPECI SIGMET AIRMET TEMSI VFR METAR TAF SPECI SIGMET AIRMET TEMSI VFR METAR TAF SPECI SIGMET AIRMET TEMSI VFR METAR TAF SPECI SIGMET

Plus en détail

Chapitre 4. La circulation océanique

Chapitre 4. La circulation océanique Chapitre 4 La circulation océanique Equations du mouvement Force et contraintes agissant sur l'océan Equilibre géostrophique Circulation et transport d'ekman Upwelling Les cellules de circulation subtropicales

Plus en détail

METEO MARINE. Un talweg correspond à des vallées qui se situent entre les dépressions et les hautes pressions.

METEO MARINE. Un talweg correspond à des vallées qui se situent entre les dépressions et les hautes pressions. METEO MARINE Si réglementairement, pour la plongée, il n est pas clairement stipulé que la connaissance de la situation et des prévisions météorologiques est obligatoire, elle est laissée sous la responsabilité

Plus en détail

AIDE MEMOIRE PILOTE PRIVE (FCL1-PPL)

AIDE MEMOIRE PILOTE PRIVE (FCL1-PPL) A. COMMUNICATION AIDE MEMOIRE PILOTE PRIVE (FCL1-PPL) 1. Alphabet phonétique international : Alpha Echo India Mike Quebec Uniform Yankee Bravo Foxtrot Juliet November Roméo Victor Zulu Charlie Golf Kilo

Plus en détail

LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR

LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. FONCTIONNEMENT DES RADAR : Les radars de contrôles aériens sont des instruments de télédétection utilisés

Plus en détail

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88)

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) Ce document a été réalisé en collaboration avec APAVE Alsacienne SAS 3 rue de l Euron BP 21055 Maxeville 54522 LAXOU Cedex Références

Plus en détail

Programme d autoformation de 2014 destiné à la mise à jour des connaissances des équipages de conduite

Programme d autoformation de 2014 destiné à la mise à jour des connaissances des équipages de conduite Programme d autoformation de 2014 destiné à la mise à jour des connaissances des équipages de conduite Consulter l alinéa 421.05(2)d) du Règlement de l aviation canadien (RAC). Une fois rempli, il permet

Plus en détail

Voile à l école : développer le sens marin

Voile à l école : développer le sens marin Voile à l école : développer le sens marin Météo Activités possibles Sujets d étude Compétences visées Dans le centre nautique Pour et à l école Température Nuages Bulletin météo Différencier la température

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes).

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes). Grille de planification Expédition météo Spécialiste de l atmosphère Spécialiste des vents Spécialiste des nuages Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10

Plus en détail

Heli-Lausanne BIENVENUE AU REFRESHER 2014

Heli-Lausanne BIENVENUE AU REFRESHER 2014 Heli-Lausanne BIENVENUE AU REFRESHER 2014 SOMMAIRE 1. Listede présence 2. Informations générales - 2013 3. Air NavPro 4. Prix charter 2014 et conditions spéciales, assurances 5. SMS 6. Safety documentation

Plus en détail

LES GUIDES PRATIQUES METEO FRANCE. Aviation

LES GUIDES PRATIQUES METEO FRANCE. Aviation LES GUIDES PRATIQUES METEO FRANCE Aviation Édition 2011 / 2013 Sommaire Edition Février 2012 Version à jour de l amendement 75 Annexe 3 convention OACI 4 10 30 54 Préparez votre vol et trouvez les renseignements

Plus en détail

MINIMA OPERATIONNEL. E-SMS Afrijet Business Service

MINIMA OPERATIONNEL. E-SMS Afrijet Business Service MINIMA OPERATIONNEL A. référence réglementaire Reference RAG OPS 1, Sous partie E plus RAG OPS 1 sous partie D. B. Generalité Minimums applicables en préparation des vols Miniums applicables en vol C.

Plus en détail

Paysage de nuages. Objectif. Matériel. Vue d ensemble. Résultats didactiques. Durée. Niveau

Paysage de nuages. Objectif. Matériel. Vue d ensemble. Résultats didactiques. Durée. Niveau Objectif Aider les élèves à identifier certaines caractéristiques des nuages. Permettre aux élèves d observer les nuages, de les décrire avec un vocabulaire simple et de comparer leurs descriptions avec

Plus en détail

SOMMAIRE. PAgE PAgE BIENVENUE 2 LA NAVIGATION 38 COMMENT DÉBUTER? 3 L ATTERRISSAGE 44 LE PREMIER JOUR 4 LES RÈGLES DE PRIORITÉ 46 LE PARACHUTE 5

SOMMAIRE. PAgE PAgE BIENVENUE 2 LA NAVIGATION 38 COMMENT DÉBUTER? 3 L ATTERRISSAGE 44 LE PREMIER JOUR 4 LES RÈGLES DE PRIORITÉ 46 LE PARACHUTE 5 SOMMAIRE PAgE PAgE BIENVENUE 2 COMMENT DÉBUTER? 3 LE PREMIER JOUR 4 LE PARACHUTE 5 LES SYSTÈMES D OUVERTURE 6 LE DÉPLOIEMENT DE LA VOILURE 8 L OUVERTURE DE LA VOILURE EN OA 9 LA VOILURE PRINCIPALE 10 LE

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

CESSNA 150 J F.GMUP 1) P REVOL INTERIEUR

CESSNA 150 J F.GMUP 1) P REVOL INTERIEUR CESSNA 150 J F.GMUP 1) PREVOL INTERIEUR : - Documentation avion A BORD V - Blocage volant ENLEVE - Contact magnétos OFF ENLEVE - VHF VOR Eclairage OFF - Contact batterie ON - Jaugeurs carburant V - Volets

Plus en détail

TS1401-1. Guide de l'utilisateur Français

TS1401-1. Guide de l'utilisateur Français TS1401-1 Guide de l'utilisateur Français Table des matières 1. Spécification... 3 2. Mise en route... 5 2.1. Liste des pièces... 5 2.2. Précautions... 5 2.3. Installation de la pile... 6 3. Instructions

Plus en détail

HISTOIRE DE L'AEROSTATION ET

HISTOIRE DE L'AEROSTATION ET HISTOIRE DE L'AEROSTATION ET L'AVIATION (1783 1939) Jacques Peter Maître de Recherches et responsable d'activités à l'onera (Office National d Études et Recherches Aérospatial) Aérodynamique Simulation

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

ASSOCIATION DES ANCIENS DE LA MÉTÉOROLOGIE. des

ASSOCIATION DES ANCIENS DE LA MÉTÉOROLOGIE. des ASSOCIATION DES ANCIENS DE LA MÉTÉOROLOGIE Bulletin d'informations Techniques des Météorologistes de Réserve N 28 REVUE TRIMESTRIELLE 196, Rue de l'université - PARIS 7 NOVEMBRE 1962 BULLETIN D'INFORMATIONS

Plus en détail

VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland)

VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland) Z(km)= 112 96 80 64 48 32 16 0 VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland) Thermosphère Mésosphère Stratosphère Troposphère Dans

Plus en détail

2 ) Appareillage :L'appareil utilisé est un banc d'essai portatif CEV dont la photo et le schéma de principe indiqués ci-dessous ( figures 1 et 2 )

2 ) Appareillage :L'appareil utilisé est un banc d'essai portatif CEV dont la photo et le schéma de principe indiqués ci-dessous ( figures 1 et 2 ) NOTICE TECHNIQUE N : 026 Date :19/02/08 Révisée le : CONTROLE ETALONNAGE BADIN I ) TEST n 1 1 ) Introduction : La manipulation décrite ci-dessous, permet de controler en place, l'étalonnage de l'anémomètre

Plus en détail

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 II. MODE OPERATOIRE... 3 A. MATERIEL UTILISE... 3 1) Sonomètre... 3 2) Calibreur... 3 B. METHODE DE MESURE... 4 C. POSITIONNEMENT DU MATERIEL... 4 III. CAMPAGNE DE MESURE...

Plus en détail

INFO SECURITE DGAC N 2011/2

INFO SECURITE DGAC N 2011/2 Opérateurs concernés : Sujet : Objectif : Prestataires de services de navigation aérienne Exploitants d aéronefs en transport public, en aviation générale et en aviation de loisir Vent arrière au sol et

Plus en détail

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote.

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. K4. Point triple de l azote I. BUT DE LA MANIPULATION Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. II. BASES THEORIQUES Etats de la matière La matière est constituée

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE Darwin, Australie Du 20 janvier au 13 fevrier 2006 radiosondages Flux radiatifs de surface Flux turbulents de surface Radar CPOL Forçages déduits

Plus en détail

Guide. des services météorologiques à. l aviation

Guide. des services météorologiques à. l aviation Guide des services météorologiques à l aviation Introduction NAV CANADA publie le Guide des services météorologiques à l aviation, un outil de consultation facile destiné à aider les pilotes et les répartiteurs

Plus en détail

Livret d'accompagnement stage de pilotage parapente de Cycle 1

Livret d'accompagnement stage de pilotage parapente de Cycle 1 Ici le nom et les coordonnées de votre école ou de votre club Livret d'information : stage de pilotage de Cycle 1 ICI le logo de votre école ou de votre club Approfondissement des techniques de gonflage

Plus en détail

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Développement et Evaluation des PHYsiques des modèles atmosphériques BILAN 45 participants 25 CNRM, 12 LMD, 4 LGGE, 2LA, 1 LSCE, 1 GET 8-9-10 septembre 2014 Observatoire

Plus en détail

Check-list F 150 L Vitesses en Noeuds F-BOGE AERO CLUB DE L'ACQ

Check-list F 150 L Vitesses en Noeuds F-BOGE AERO CLUB DE L'ACQ Check-list F 150 L Vitesses en Noeuds F-BOGE AERO CLUB DE L'ACQ Les actions encadrées en bleu et/ou écrites sur fond bleu en caractère normal doivent être exécutées de mémoire (utiliser le cas échéant

Plus en détail

ESSAIS COMPLEMENTAIRES du REMORQUEUR ULM DYNAMIC WT 9

ESSAIS COMPLEMENTAIRES du REMORQUEUR ULM DYNAMIC WT 9 ESSAIS COMPLEMENTAIRES du REMORQUEUR ULM DYNAMIC WT 9 EQUIPE DE L HELICE «DURANDAL 100» RESULTATS DES ESSAIS Fédération Française de Vol à Voile Daniel SERRESPEAL 1 OBJET DU PRESENT RAPPORT: Le CENTRE

Plus en détail

ÉQUILIBRES LIQUIDE - VAPEUR

ÉQUILIBRES LIQUIDE - VAPEUR 1 ÉQUILIBRES LIQUIDE - VAEUR I/ REAMBULES IMORTANTS distinction gaz et vapeur: les deux dénominations réfèrent strictement au même état physique, l'état gazeux. On nomme gaz un corps pur existant seulement

Plus en détail

Deux amis de longue date, Jean-Daniel Carrard et Patrick Guerne en unissant

Deux amis de longue date, Jean-Daniel Carrard et Patrick Guerne en unissant De Havilland, la naissance d une nouvelle marque horlogère Pierre Rogé, JDC Electronic SA Uttins 40, CH-1400 Yverdon-les-Bains www.jdc.ch Deux amis de longue date, Jean-Daniel Carrard et Patrick Guerne

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

Consignes d'utilisation de l'aérodrome de Saint Tropez-La Môle. Pour une exploitation en Transport public

Consignes d'utilisation de l'aérodrome de Saint Tropez-La Môle. Pour une exploitation en Transport public Consignes d'utilisation de l'aérodrome de Saint Tropez-La Môle NOTE D INFORMATION A L ATTENTION DES OPERATEURS D APPAREILS DE MTOW INFERIEURE A 5.7t Pour une exploitation en Transport public Page 2 Consignes

Plus en détail

Guide d étude et de référence

Guide d étude et de référence TP 12467F (révisé 10/2004) Guide d étude et de référence Permis de pilote de loisir Avion Quatrième édition Novembre 2002 2 Vous pouvez reproduire ce guide au besoin et il est disponible au http://www.tc.gc.ca/aviationcivile/generale/examens/guides.htm

Plus en détail

Avion British Aerospace Avro RJ85 (BAe 146) immatriculé EI-RJW Date et heure Jeudi 17 juin 2010 vers 17 h 30 (1) Exploitant

Avion British Aerospace Avro RJ85 (BAe 146) immatriculé EI-RJW Date et heure Jeudi 17 juin 2010 vers 17 h 30 (1) Exploitant www.bea.aero RAPPORT INCIDENT Déroutement, remise de gaz en courte finale en situation de bas niveau de carburant (1) Sauf précision contraire, les heures figurant dans ce rapport sont exprimées en temps

Plus en détail

Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy

Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy Le Laboratoire de l Atmosphère et des Cyclones (LACy) UMR (8105) Université de la Réunion CNRS Météo France 15 avenue René Cassin, 97715 Saint Denis messag.,cedex 9 Compte rendu des utilisations du calculateur

Plus en détail

Déroulement du vol. Collision avec le relief d'un aéronef Metro III de Perimeter Aviation à Sanikiluaq (Nunavut), le 22 décembre 2012

Déroulement du vol. Collision avec le relief d'un aéronef Metro III de Perimeter Aviation à Sanikiluaq (Nunavut), le 22 décembre 2012 Rapport d enquête aéronautique A12Q0216 Résumé Collision avec le relief d'un aéronef Metro III de Perimeter Aviation à Sanikiluaq (Nunavut), le 22 décembre 2012 Déroulement du vol Le vol 993 de Perimeter

Plus en détail

Manuel d'utilisation du détecteur de fumée

Manuel d'utilisation du détecteur de fumée Manuel d'utilisation du détecteur de fumée Détecteur de fumée photoélectrique alimenté par pile alcaline 9V. Introduction Merci d'avoir choisi notre produit pour vos besoin en détection de fumée. Vous

Plus en détail

Comparaison des performances d'éclairages

Comparaison des performances d'éclairages Comparaison des performances d'éclairages Présentation Support pour alimenter des ampoules de différentes classes d'efficacité énergétique: une ampoule LED, une ampoule fluorescente, une ampoule à incandescence

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE IMPACT SANS PERTE DE CONTRÔLE CARGAIR LTÉE CESSNA 172N C-GBZG INLET SAINT-PAUL (TERRE-NEUVE) 22 JUILLET 1996 RAPPORT NUMÉRO A96A0134 Le Bureau de la sécurité

Plus en détail

Mesurer les altitudes avec une carte

Mesurer les altitudes avec une carte www.ign.fr > Espace éducatif > Les fiches thématiques > Lecture de la carte Mesurer les altitudes avec une carte Les cartes topographiques ne sont pas uniquement une représentation plane de la surface

Plus en détail

Sillage Météo. Notion de sillage

Sillage Météo. Notion de sillage Sillage Météo Les représentations météorologiques sous forme d animation satellites image par image sont intéressantes. Il est dommage que les données ainsi visualisées ne soient pas utilisées pour une

Plus en détail

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini.

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini. Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d'habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones.( BO n 2739 du 28 Avril 1965)

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A07W0003 PERTE DE MAÎTRISE DANS DES CONDITIONS LIMITES

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A07W0003 PERTE DE MAÎTRISE DANS DES CONDITIONS LIMITES RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A07W0003 PERTE DE MAÎTRISE DANS DES CONDITIONS LIMITES DU CESSNA A185F C-GSDJ EXPLOITÉ PAR ARCTIC SUNWEST CHARTERS À 53 nm AU SUD-EST DE YELLOWKNIFE (TERRITOIRES DU NORD-OUEST)

Plus en détail

RÉGLEMENTATION RELATIVE A L EMPORT DU CARBURANT CIRCUIT CARBURANT ET IMPERFECTIONS LES PIÈGES DU CALCUL DU CARBURANT

RÉGLEMENTATION RELATIVE A L EMPORT DU CARBURANT CIRCUIT CARBURANT ET IMPERFECTIONS LES PIÈGES DU CALCUL DU CARBURANT RÉGLEMENTATION RELATIVE A L EMPORT DU CARBURANT CIRCUIT CARBURANT ET IMPERFECTIONS LES PIÈGES DU CALCUL DU CARBURANT CALCUL DU CARBURANT NECESSAIRE AU VOYAGE CARBURANT ET SÉCURITE DES VOLS Annexe 2 de

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE G U I D E VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE SICAE Une réduction d'impôts peut être obtenue (sous certaines conditions) lors du remplacement de votre chauffe-eau électrique. Renseignez-vous auprès du Centre des

Plus en détail

LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES

LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES ET LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES ET CONTRAINTES SOMMAIRE Caractéristiques des Triples vitrages p.3 Comparatif entre Doubles et Triples vitrages p.4 Bilan p.5 Conclusion p.6 Annexe 1 p.7 Méthodes Industrielles

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

La réglementation aérienne applicable au Vol Libre

La réglementation aérienne applicable au Vol Libre La réglementation aérienne applicable au Vol Libre Auteur du document d origine : Philippe FLAMENT Actualisation suite à la refonte de la réglementation au 1 er Janv 2007 (MAJ Juin 2011) : Gérard DELACOTE.

Plus en détail

LA DISPERSION ATMOSPHERIQUE

LA DISPERSION ATMOSPHERIQUE Compréhension des phénomènes et modélisation : LA DISPERSION ATMOSPHERIQUE Version du 28 décembre 2006 Cette fiche a été établie avec le concours de l INERIS La présente fiche a été rédigée sur la base

Plus en détail

LE CARBURANT POUR BOEING 737-700

LE CARBURANT POUR BOEING 737-700 Cours de formation Par Michel Schopfer LE CARBURANT POUR BOEING 737-700 Il s agit de déterminer l emport de carburant retenu pour l étape. Le calcul du pétrole final pour la mission intègre des variables

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

STATION MÉTÉO «DAVIS VANTAGE PRO2» DOSSIER DE PRÉSENTATION

STATION MÉTÉO «DAVIS VANTAGE PRO2» DOSSIER DE PRÉSENTATION «DAVIS VANTAGE PRO2» DOSSIER DE PRÉSENTATION Pascal BARONI JeanLuc PADIOLLEAU Version du 19 septembre 2011 1ère STI2D spécialité SIN Lycée Jacques de Vaucanson 1 Rue Védrine 37000 TOURS 1. PRÉSENTATION

Plus en détail