Modèle de Climat de Titan

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modèle de Climat de Titan"

Transcription

1 Planétologie - GSMA - Université de Reims Champagne-Ardenne Modèle de Climat de Titan Le contexte général : Titan, le plus gros satellite de Saturne, possède une atmosphère dense de 1.4 bar essentiellement composée d azote moléculaire et de méthane (5% à la surface et 1.5% dans la stratosphère) et une température de surface de 93,5 K. Le méthane et le diazote sont détruits par photodissociation et par les particules énergétiques de la magnétosphère de Saturne. Cela forme des molécules plus ou moins complexes et une brume d aérosols qui recouvre toute la planète. Bien que le méthane soit relativement abondant sur Titan, la détection de nuages de méthane dans la basse atmosphère n est survenue qu en 1995, sans toutefois donner d information sur leurs formes et leurs distributions. A partir de 2002, et surtout en 2005, les nuages ont été imagés directement par des télescopes et par Cassini et Huygens. Ces observations ont montré que Titan possède une atmosphère riche en phénomènes météorologiques. Les nuages ont été observés au pôle sud, à 40 S et dans la région polaire d hiver. L'orbiteur Cassini et la sonde Huygens ont observé la surface de Titan et ont révélé que celle-ci est imbibée de méthane liquide, et porte les marques de réseaux fluviatiles vraisemblablement liés à des écoulements de méthane liquide. Enfin, les sondages radars ont montré l existence de très nombreux grands lacs dans la région polaire nord. Depuis 2004, les observations de Cassini et Huygens ont révélé en détail la complexité du climat de Titan, qui devient littéralement un nouveau monde. Titan et la Terre sont à ce jour les seuls corps connus à posséder des étendues liquides stables. Le méthane joue sur Titan, à plusieurs titres, un rôle similaire à celui de l'eau sur la Terre. Cependant, les cycles à court et à long termes du méthane sont quasiment inconnus. De nombreuses similitudes et différences avec d'autres planètes peuvent être soulignées : Le parallèle entre Titan et la Terre est souvent remarqué, comme cela vient d'être encore illustré récemment, par la découverte de molécules organiques de type acides aminés et bases de nucléotides dans des analogues d'aérosols réalisés avec du monoxyde de carbone à l'état de trace, comme sur Titan. Avec cette découverte, Titan devient la seconde planète pouvant potentiellement héberger de telles molécules, briques élémentaires de la vie. Par ailleurs, la brume omniprésente sur Titan est analogue à celle qu'a pu connaître la Terre dans sa prime jeunesse. De nombreux travaux ont été réalisés sur quelques périodes charnières. Par exemple, la période Terre primitive (il y a plus de 1 milliard d années) est une phase pendant laquelle le flux solaire était 20 à 30% plus faible qu aujourd hui. Or la température était proche de la température actuelle, et l eau liquide était présente tôt (avant -3 milliards d années). Ce problème peut être résolu en invoquant la présence du CO2 et de l eau en quantité suffisante dans l'atmosphère. Il est cependant plus probable qu en plus de ces deux gaz, l atmosphère contenait également du méthane (un autre gaz à effet de serre puissant) et de l ammoniac de façon pérenne. Ces deux gaz, facilement détruits par le rayonnement, étant protégés des UV par une brume photochimique similaire à celle de Titan. C'est aussi cette brume primitive qui a pu protéger les prémices de la vie. Le parallèle entre la Terre et Titan est donc particulièrement frappant pour cette partie de l histoire terrestre, et l idée que les molécules fragiles puissent être protégées par de la brume est relativement récente. La climatologie et le cycle du méthane a aussi des résonances avec la climatologie martienne. On y trouve une prédominance de la cellule de Hadley, la source de l'espèce condensable est à la surface, et en région polaire. En particulier, l'une des spécificités de Mars et Titan est l'excentricité de l'orbite et un cycle saisonnier en phase avec le cycle orbital (c.à.d l'aphélie et le périhélie proche des solstices) qui génère une asymétrie du climat. Sur Mars, ce phénomène a été identifié et a été représenté dans un modèle de circulation générale. Il repose sur le fait qu'au solstice d'été nord, la température est plus faible qu'au solstice d'été sud, à cause du phasage orbite-saison. Des nuages se forment dans la branche ascendante de la cellule de Hadley qui transporte l'eau du pôle d'été vers la zone de convergence, puis vers l'hémisphère d'hiver. Or les nuages se forment plus bas et plus massivement, à cause d'une température plus faible, lors de l'été nord que lors de l'été sud. Ainsi, l'eau est piégée plus efficacement lors de son transport du nord vers le sud pendant l'été nord que dans son transport du sud vers le nord dans la saison opposée. Sur l'année, cela crée une asymétrie du transport, résultant en une asymétrie

2 des deux hémisphères et des deux calottes polaires dans leur contenu en eau. Cet effet météorologique est aggravé sur Mars par une dichotomie inter-hémisphérique dans le relief. Sur Titan, le même mécanisme est invoqué pour expliquer l'asymétrie dans la distribution des lacs polaires, mais aucune modélisation climatique n'a été réalisée pour le moment. De surcroît, si un tel processus existe, il faut aussi attendre d'autres asymétries, dans la couverture nuageuse, la couche de brume et les précipitations, qui seront mises en évidences dans les années qui viennent par les observations de Cassini. Le modèle de climat : Un modèle de climat global (GCM) de Titan a été développé au LMD, puis à l'ipsl dès le début des années 1990, avec pour enjeu de préparer la mission CassiniHuygens, arrivée dans le système de Saturne en D'abord développée en 3D au début des années 90, il a ensuite été simplifié en 2D (latitude-altitude) en 1996 pour permettre d'inclure les couplages complexes avec la brume et les nuages puis la chimie. Un effort important a aussi été réalisé pour comprendre le mécanisme de superrotation et mieux paramétriser l'interaction entre les ondes et la circulation moyenne dans la version 2D. Depuis près de 20 ans, ce modèle a permis de comprendre les principaux mécanismes et couplages régissant le climat (Figure 1). Il a aussi été utilisé pour interpréter certaines observations, a donné des clefs de compréhension. Cette version 2D du GCM de l'ipsl a été le premier dans de nombreux domaines, et pour ce qui nous intéresse ici, le premier à traiter de façon complète les cycles de la brume et des nuages. Figure 1 : A gauche : Représentation graphique du Modèle de Climat Global : L'atmosphère est découpée en cellules à l'intérieure desquelles les propriétés de l'atmosphère (pression, température, composante de vent, composition,...) et son contenu (particules, condensats,...) sont décrites. Le modèle gère les transferts de cellules à cellules et les forçages extérieurs grâce aux modèles de processus (équations météo, transfert radiatif, microphysique,...). La surface est découpée également en mailles reprenant le découpage en cellule, et chaque maille contient l'information sur les propriétés du sol (albédo, inertie thermique, quantité de liquide,...) et est soumis également aux processus et aux forçages. Le résultat du modèle est l'évolution temporelle saisonnière des propriétés de l'atmosphère et de la surface (en d'autres termes, le climat). A droite : Schéma montrant l'ensemble des interactions et couplages pris en compte dans le GCM 2D. Le modèle 3D doit évoluer vers ce type de description, et aller plus loin puisque l'on projette d'inclure d'autres processus. Depuis 2004, les nouvelles informations disponibles concernant Titan ; la climatologie complète des nuages et leur évolution temporelle, l'évolution de la couche de brume, les structures de surface montrent que la plupart des grandes structures varient en longitude et qu'un redéploiement du GCM en 3D est pleinement justifiée (Figure 2). L'enjeu est aussi de comprendre

3 le cycle complet du méthane sur Titan (évaporation, condensation, précipitation) et l'interaction avec les lacs et le cycle des aérosols. Ce projet a été aussi rendu possible grâce aux progrès des calculateurs entre 1996 (date du passage en 2D) et maintenant. Le projet de redéveloppement du GCM en 3D a été initié grâce au projet ANR EXOCLIMAT ( ). Pour cela, un coeur dynamique de dernière génération (le LMDZ4), déjà utilisé pour les modèles de climat terrestre, a été utilisé (Lebonnois et al., 2012). Dans ce projet, le rôle dévolu au GSMA était la mise en place du modèle de microphysique des nuages et l'interaction avec le brume et les lacs. Dans ce cadre, une version du GCM 3D avec le modèle de nuages déjà utilisé pour le modèle 2D a été développé. Figure 2 : A gauche : carte latitude-temps des nuages observés depuis 2004 par la sonde Cassini (VIMS, ISS) et par les télescopes terrestres (Rodriguez et al., 2009, 2011). On identifie trois zones nuageuses, la zone polaire d'hiver (nord), la bande à 40 de l'hémisphère d'été (sud) et la zone polaire d'été (sud). Cette cartographie des nuages est fortement associée à la circulation atmosphérique (Rannou et al., 2006). A droite : Un cliché pris par VIMS en 2004, montrant deux nuages élongés le long d'un parallèle de Titan, autour de 40 S (Griffith et al., 2005). L'ensemble des données collectées par les instruments permettent maintenant d'obtenir une climatologie des nuages assez précise. Les observations montrent sans ambiguité que les nuages sont (bien évidemment) des structures à dimension finie dans le sens de la longitude (ce qu'un modèle 2D ne peut appréhender), la distribution statistique des nuages en longitude n'est pas non plus uniforme, et enfin certaines structures nuageuses n'ont pas une structure zonale (Mitchell et al., 2012). En parallèle, l'arrivée de Cassini et Huygens dans le système de Saturne a aussi déclenché, au niveau international, un grand effort pour produire des modèles de climat, surtout aux Etats-Unis, mais aussi en Allemagne. Ces modèles sont plus ou moins sophistiqués, avec différents niveaux de couplage et de forçage. Deux modèles, hormis le notre, sont axés sur la prédiction de la couche nuageuse, l'élément le plus saillant du climat de Titan. Cependant le modèle de l'ipsl reste, de loin, le plus complet, avec une volonté de traiter l'ensemble des processus avec des mécanismes au plus proche de la physique, et la prise en compte du maximum de couplages entre divers processus. L'objectif est de produire un modèle pour Titan analogue en niveau de réalisation aux modèles de la Terre et de Mars. Pourquoi modéliser le climat de Titan? Depuis plusieurs années maintenant, l'atmosphère de Titan est observée de façon régulière sur Titan par les télescopes et surtout les instruments embarqués sur Cassini (VIMS, ISS, UVIS, etc...). Ces observations sont suffisamment nombreuses pour faire une cartographie de la couverture nuageuse et également pour suivre son évolution avec les saisons. L'année de Titan est de 30 ans terrestres et, en août 2009, Titan est passé par son équinoxe de printemps nord, ce qui a permis d'observer pour la première fois une évolution climatique majeure avec le basculement de la circulation. Cela s'est traduit sur les champs de température, les espèces chimiques, la couche d'aérosols et les nuages. Le détail de ces évolutions est directement lié à la circulation atmosphérique, et bien sûr ne peut être interprété qu'avec un modèle de climat. Or, si de nombreux modèles existent actuellement, avec différents niveaux de réalisation, seul le GCM 3D de l'ipsl peut réellement étudier ces changements dans

4 toutes leurs complexités et en y incluant tous les couplages et les processus. Pour aborder ces questions il est essentiel de développer le modèle de microphysique de nuages dans le GCM 3D. En effet, le présent modèle a pour vocation à terme d'étudier l'ensemble des cycles sur Titan et leurs interactions. La physique inhérente aux nuages est bien entendu primordiale pour les aérosols qui servent de noyau de nucléation et pour le méthane. Par exemple, le cycle complet du méthane, en incluant les différents éléments du cycles : évaporation (lacs, sous-surface), nuages et précipitations ainsi que les flux entre les différentes réservoirs (liquides et gazeux essentiellement). La seule manière de contrôler les résultats du modèle est de comparer les quantités observées de ce cycle ; les nuages et aussi les variations de niveau des lacs. D'autre part, les observations déjà réalisées décrivent une évolution de la brume qui met en jeu la circulation mais aussi l'interaction avec les nuages qui sont un puits important d'aérosols. Même si ce puits agit en dessous de 60 ou 80 km, ses effets se répercutent jusque dans les hautes couches puisque les aérosols (agrégats extrêmement ouverts) sont très mobiles et circulent dans toute la stratosphère. La finalisation de ces couplages et la comparaison avec les observations sont donc un passage obligé pour une meilleure compréhension du climat. Une telle approche a déjà été démontrée avec le GCM 2D entre 1990 et Le GCM 3D doit permettre des avancées de même nature, avec un jeu d'observations bien plus détaillé que par le passé, et donc une exigence supérieure pour la réalisation du modèle. Figure 3 : Cartes globales, en latitude, des nuages ou des précipitations sur Titan issues de différents modèles de climat. Les cartes représentent une année de Titan (30 ans terrestes), mais ne démarrent pas toutes à la même date. L'équinoxe de printemps nord est matérialisé par la ligne pointillée verticale. En haut: Cartes des opacités moyennes de nuages en fonction de la latitude et du temps issues du modèle IPSLGCM3D et IPSL-GCM2D. La carte du modèle 3D est un résultat préliminaire non publié, et constitue une moyenne zonale sur la planète. Au milieu: Cartes latitude-temps de la moyenne zonale des taux de précipitations simulés avec le modèle 3D (à gauche) et 2D (à droite) de l'université de Michigan. En bas: cartes latitude-temps de la moyenne zonale de la fréquence de condensation pondérée par la masse, (à gauche) et taux de précipitation moyens (à droite) issues du modèle du Caltech. Les modèles de l'u. of Michigan et du Caltech ne prédisent pas explicitement les nuages mais seulement les précipitations à partir de prescriptions de la convection nuageuse. La carte des masses condensées et des précipitations sont donc utilisées comme proxy des nuages. Que faisons-nous au GSMA? : Le traitement de la microphysique de la brume et des nuages et son inclusion dans le GCM est réalisée à Reims. Jusqu'à présent le modèle de nuages (celui issu du modèle 2D) s'appuyait sur une description classique des distributions en taille sur une grille de rayon. Or, cela devient trop coûteux en temps de calcul pour le GCM 3D. Pour cela, une nouvelle version de la microphysique a été développée pour traiter les distributions d'aérosols et des nuages avec des moments de distribution. Contrairement au cas terrestre et martien, on ne

5 peut pas utiliser sur Titan une distribution de type log-normale, gamma ou gamma modifiée. En effet, la structure en agrégat des aérosols de Titan produit une distribution en taille assez particulière où la queue de distribution vers les grandes tailles suit une loi de puissance. Il a fallu un long travail préparatoire pour définir une loi de distribution spécifique puis pour la re-écriture des équations de la microphysique. Une fois écrite et codée, cette méthode est bien plus rapide. Lorsqu'elle sera inclue dans le GCM 3D, elle accélérera le modèle en gardant néanmoins le principe que nous nous sommes fixé d'avoir un modèle physique sous-jacent pour les nuages (ce que permet le nouveau modèle microphysique en moments) et non une prescription plus ou moins sophistiquée. La mise en place des processus ayant un impact direct sur les nuages (convection nuageuse, équilibre de phase, interaction avec les lacs) se fait également à Reims en lien étroit avec le Laboratoire de Météorologie Dynamique. A terme ce travail nous permettra de présenter des simulations de Titan, et des résultats sur différents champs observables, obtenus avec un modèle de climat complet basé sur des principes analogues aux modèle de climats terrestres. Ce sera le premier modèle de ce type pour Titan.

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Jérôme DREANO 28 Février 2014 1 Introduction Dans le modèle LMDZ, les paramétrisations physiques des nuages

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Motivations : Augmenter la confiance dans les prévision du changement climatique. 1. nécessite d'utiliser les modèles le plus "physiques"

Plus en détail

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan Le climat Fonctionnement de la machine climatique Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan L'évolution du climat L'effet anthropique sur l'évolution du climat L'évolution du climat

Plus en détail

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Développement et Evaluation des PHYsiques des modèles atmosphériques BILAN 45 participants 25 CNRM, 12 LMD, 4 LGGE, 2LA, 1 LSCE, 1 GET 8-9-10 septembre 2014 Observatoire

Plus en détail

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Le méthane (C4) Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. La molécule de Méthane C Le méthane est un hydrocarbure de la famille des alcanes de formule brute C4. C'est un gaz que l'on trouve

Plus en détail

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE Chapitre 1 : Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Intro : Photo de l environnement du lycée : De quoi

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit!

L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit! - 1 - L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit! Jean-Louis Dufresne, LMD-IPSL, CNRS-Université Paris 6 Jacques Treiner, Paris 6 Par souci de simplicité, l effet de serre atmosphérique

Plus en détail

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère Réception du rayonnement solaire à la limite de l atmosphère Processus d appauvrissent du rayonnement solaire par les différentes couches atmosphérique

Plus en détail

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes).

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes). Grille de planification Expédition météo Spécialiste de l atmosphère Spécialiste des vents Spécialiste des nuages Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1

Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1 Sciences 9M1Ch11 2011-2012 NOM: 1 Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1 Section 11.1: Le Soleil et son influence

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

LES PLANÈTES DU SYSTÈME SOLAIRE

LES PLANÈTES DU SYSTÈME SOLAIRE Nom Groupe Date Partenaire LABORATOIRE No 8 LES PLANÈTES DU SYSTÈME SOLAIRE Étude préliminaire Définissez les termes suivants: Révolution Rotation Albédo LABORATOIRE No 8 LES PLANÈTES DU SYSTÈME SOLAIRE

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Quelques Nouvelles. 24 novembre 2015

Quelques Nouvelles. 24 novembre 2015 Quelques Nouvelles 24 novembre 2015 Sur Titan, Cassini observe un curieux nuage géant Un nouveau nuage de glace est apparu rappelant ce qui avait été observé onze ans plus tôt aux antipodes, à la fin de

Plus en détail

Introduction à la dynamique du climat

Introduction à la dynamique du climat Introduction à la dynamique du climat Didier Swingedouw didier.swingedouw@u-bordeaux1.fr http://dods.ipsl.jussieu.fr/dssce/public_html/gdpublic.html Qu est-ce que le climat? Définition du climat Larousse

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

L influence des astres sur. le climat terrestre

L influence des astres sur. le climat terrestre L influence des astres sur le climat terrestre Laurent LONDEIX Introduction Le Soleil nous apporte chaleur et lumière. Ses conjonctions avec la Terre donnent le rythme des jours et des nuits, des saisons,

Plus en détail

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir?

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir? Nom : gr : Notes du Monastère L image du bas illustre très bien ce que cherchait à découvrir Frère Bennig. À cette époque, on voyait le ciel comme une voûte sur laquelle le soleil, les étoiles et les planètes

Plus en détail

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Observations Observations de de Vénus Vénus dans dans le le proche proche infrarouge infrarouge Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Objectifs Objectifs Mesurer la rotation

Plus en détail

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre?

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? I- Les objets du système solaire Activité : Les objets du système solaire (Livre p12-13-14-15) Observations de photos et participation

Plus en détail

La mousson indienne. CO1 Climatologie et hydrologie

La mousson indienne. CO1 Climatologie et hydrologie La mousson indienne CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD Le contexte climatique et topographique le cycle saisonnier des pluies Le RS absorbé en surface Le cycle saisonnier des températures Les

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

Développement durable

Développement durable Développement durable Parcours élèves Correction Jusqu à la 4 è D E V E L O P P E M E N T 2 0 1 5 U R A B L E Département éducation formation Avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.palais-decouverte.fr

Plus en détail

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Niveau Durée Objectif Cycle 3 6 ième -5 ième 1 heure Nombre d enfants 15 à 30 Découvrir comment les scientifiques ont mis en évidence la réalité

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 LES TACHES SOLAIRES En 1611, GALILEE et trois autres observateurs redécouvrent les taches solaires grâce à la lunette (elles

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Frédéric Clette Observatoire Royal de Belgique World Data Center SILSO Structure interne 2 a L atmosphère solaire cm 3 3 Un large spectre de

Plus en détail

PLANETOLOGIE ET EVOLUTION DU CLIMAT INTRODUCTION

PLANETOLOGIE ET EVOLUTION DU CLIMAT INTRODUCTION PLANETOLOGIE ET EVOLUTION DU CLIMAT INTRODUCTION Au cours des dernières années, le débat public concernant le changement climatique de l'atmosphère de la Terre s'est progressivement déplacé d'un débat

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Depuis que l UE s est engagée à réduire les émissions de gaz

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE

CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE 1. Notion de champ Si en un endroit à la surface de la Terre une boussole s'oriente en pointant plus ou moins vers le nord, c'est qu'il existe à l'endroit où elle se trouve,

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

Chapitre 4. La circulation océanique

Chapitre 4. La circulation océanique Chapitre 4 La circulation océanique Equations du mouvement Force et contraintes agissant sur l'océan Equilibre géostrophique Circulation et transport d'ekman Upwelling Les cellules de circulation subtropicales

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT II LE RAYONNEMENT SOLAIRE Introduction : Le soleil est une étoile. La fusion thermonucléaire de l hydrogène en hélium lui fournit toute son énergie,

Plus en détail

Anneaux et satellites de Saturne: L héritage de Huygens #-%4$0 5 $)0 " ) ("$*" () " ( "! ) + " "') ' " " )& " $% )& (, - " "!

Anneaux et satellites de Saturne: L héritage de Huygens #-%4$0 5 $)0  ) ($* ()  ( ! ) +  ') '   )&  $% )& (, -  ! Anneaux et satellites de Saturne: L héritage de Huygens! "#!$%& '()*+, -.++/01 2$3 #-%4$0 5 $)0 Résumé! " #$% &'" ( " ) ("$*" () " ( "! ) + " "') ' " " )& " $% )& (, - " "! ))# " # "!")-.$ / " -010 2")

Plus en détail

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Meriem Chakroun Marjolaine Chiriaco (1) Sophie Bastin (1) Hélène Chepfer (2) Grégory Césana (2) Pascal Yiou (3) (1): LATMOS (2):

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main P a g e 1 Titre : Description de l activité : Mieux appréhender l analyse de la lumière par spectroscopie. Situation déclenchante : La décomposition de la lumière par un prisme de verre est connue depuis

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire)

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Laurent Soulard CEA-DAM Ile-de-France laurent.soulard@cea.fr 1 Problématique La DAM est

Plus en détail

Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE

Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE 1) a) Qu est-ce que l atmosphère? L atmosphère c est l enveloppe gazeuse qui entoure la Terre. b) Quelles sont les 4 couches de l atmosphère? 1 ) La troposphère qui se situe de

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Nicolas Rambaux Nicolas.Rambaux@imcce.fr (Crédit : Antonio Cidadao) 1 Résumé Ce document décrit le mouvement de la Lune autour

Plus en détail

Perspectives en modélisation de l'ionosphère

Perspectives en modélisation de l'ionosphère Perspectives en modélisation de l'ionosphère Aurélie Marchaudon, Pierre-Louis Blelly, Maxime Grandin (*), Mikel Indurain, Baptiste Chide IRAP, CNRS et UPS (*) aussi à Sodankylä Geophysical Observatory,

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA

Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA Pour commencer Ce que je veux savoir pour aller voler Emagramme : définition, altitude, température, trucs et vocabulaire, humidité, rapport

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Journées Physique de l'atmosphère et télédétection - 8 et 9 Octobre 2009 Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Laurent Menut (LMD) [menut@lmd.polytechnique.fr] IPSL/LMD/SIRTA:

Plus en détail

Constructeur bois Document professeur

Constructeur bois Document professeur Constructeur bois Document professeur STI2D Mathématiques SVT Physique Chimie Seconde Première Terminale Quelles approches dans les disciplines scientifiques et technologiques? Compétences scientifiques

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Centres de bandes cm -1

Centres de bandes cm -1 O L importance du rôle l eau dans la physico-chimie de l atmosphère (effet de serre, dynamique des masses d air,.) lui donne une place de tout premier choix parmi les différents constituants atmosphériques.

Plus en détail

SATELLITES METEO GENERALITES

SATELLITES METEO GENERALITES SATELLITES METEO GENERALITES HISTORIQUE : 1957 1 er satellite lancé dans l espace SPOUTNIK (URSS) 1960 1 er satellite météorologique TIROS 1 (USA) satellite défilant (orbite passant près des pôles 1963

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

Opération "Thermo-copro"

Opération Thermo-copro Opération "Thermo-copro" Bilan de la campagne 2010/2011 Opération réalisée en partenariat avec Et avec le concours financier de : Version 1 - Mai 2011 Rédacteur : Nicolas PICHOT Version 1 Juin 2011 Latere

Plus en détail

Fiche pédagogique n 09. Venus - la deuxième planète du système solaire

Fiche pédagogique n 09. Venus - la deuxième planète du système solaire Fiche pédagogique n 09 Venus - la deuxième planète du système solaire La planète Vénus est la deuxième planète la plus proche du Soleil (distance 108 millions de kilomètre ou 0.72 AU) et notre voisine

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011 ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 211 ATMO Champagne-Ardenne dispose en 211, sur la région de stations fixes de fond mesurant en continu les

Plus en détail

Optique : applications Introduction

Optique : applications Introduction Optique : applications Introduction I. Introduction Au premier semestre nous avons abordés l'optique géométrique, nous avons vu les lois de Snell Descartes qui décrivent comment la lumière est réfléchie

Plus en détail

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Qui suis-je? Chapitre 1 et 2 1. Représentation imagée d une vérité inaccessible par les sens. Modèle scientifique 2. Plus petite partie possible de la matière

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT LA MESURE DU VENT Réalisation : Laurent Chevallier La Cinquième, Hachette, Tout l univers, Cité des sciences et de l industrie de La Villette, Les Films d ici, 1995 Durée : 02 min

Plus en détail

Jupiter. Jupiter possède plusieurs anneaux planétaires, très fins. La planète effectue une rotation sur son axe en un peu moins de 10 heures.

Jupiter. Jupiter possède plusieurs anneaux planétaires, très fins. La planète effectue une rotation sur son axe en un peu moins de 10 heures. Jupiter Jupiter est une planète géante gazeuse, La haute atmosphère de Jupiter est composée à 93 % d'hydrogène et 7 % d'hélium en nombre d'atomes, ou à 86 % de dihydrogène et 13 % d'hélium en nombre de

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

Les verbes en -ier, -uer,-ouer : Les nuages et les volcans in Système Terre, Ichtiaque Rasool (Flammarion, 1993) pp

Les verbes en -ier, -uer,-ouer : Les nuages et les volcans in Système Terre, Ichtiaque Rasool (Flammarion, 1993) pp Les verbes en -ier, -uer,-ouer : Les nuages et les volcans in Système Terre, Ichtiaque Rasool (Flammarion, 1993) pp. 47-65 2 écrivez, lorsque cela est indiqué, l infinitif de chaque verbe en caractères

Plus en détail

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux 1) Notion de moment d une force : Les effets d une force sur un solide dépendent de la position de la force par rapport au corps. Pour traduire avec précision les effets d une force, il est nécessaire

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

2. Responsable principal de l effet de serre : le dioxyde de carbone CO 2.

2. Responsable principal de l effet de serre : le dioxyde de carbone CO 2. Etude d une maladie Patient : climat mondial Diagnostic : réchauffement excessif de la planète Terre Cause principale : le gaz carbonique Remède : les énergies renouvelables Un cours d introduction au

Plus en détail

VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland)

VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland) Z(km)= 112 96 80 64 48 32 16 0 VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland) Thermosphère Mésosphère Stratosphère Troposphère Dans

Plus en détail

Modélisation Restitution des contributions au(x) forum(s)

Modélisation Restitution des contributions au(x) forum(s) Modélisation Restitution des contributions au(x) forum(s) Forum Modélisation : 8 contributions Nombreuses contributions dispersées dans d autres forums Gerhard Krinner (LGGE), Gilles Garric (Mercator-Océan),

Plus en détail

Verre et contrôle solaire

Verre et contrôle solaire Verre et contrôle solaire 2004 1 INTRODUCTION... 2 2 LE RAYONNEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE... 3 2.1 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENTS... 3 2.2 LE SPECTRE SOLAIRE... 4 3 FACTEURS ÉNERGÉTIQUES ET LUMINEUX...

Plus en détail

Le rayonnement. Fiche réalisée par L. Borrel (ENM/RP), Y. Esnault (SaE) inspirée du cours de E. Celhay (ENM/EGM)

Le rayonnement. Fiche réalisée par L. Borrel (ENM/RP), Y. Esnault (SaE) inspirée du cours de E. Celhay (ENM/EGM) Le rayonnement Fiche réalisée par L. Borrel (ENM/RP), Y. Esnault (SaE) inspirée du cours de E. Celhay (ENM/EGM) Importance du rayonnement en météorologie Les mouvements qui animent les enveloppes fluides

Plus en détail

Densité Distance au soleil (en million de km)

Densité Distance au soleil (en million de km) Atmosphères d autres planètes : Mercure Mercure, observée par la sonde Mariner-10 en 1974 et 1975, n'a ni atmosphère ni eau, sa pression au sol est quasi nulle ( 10-11 Pa). Cette composition montre qu'elle

Plus en détail

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE Darwin, Australie Du 20 janvier au 13 fevrier 2006 radiosondages Flux radiatifs de surface Flux turbulents de surface Radar CPOL Forçages déduits

Plus en détail

1, 2, 3 Soleil!!! TITRE

1, 2, 3 Soleil!!! TITRE 1, 2, 3 Soleil!!! TITRE Rappels historiques - 1644 : Descartes imagine que le Soleil est une étoile comme les autres - Vers 1850, certains imaginent que le Soleil est constitué de charbon, mais sa durée

Plus en détail

Chapitre II : La force centripète

Chapitre II : La force centripète 33 Chapitre II : La force centripète = une force un peu particulière! 1. Explication 1 Il convient de savoir ce que ces deux termes expriment : force et centripète. Une force est, familièrement, la sensation

Plus en détail

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Grégory Genta Jouve Spectrométrie de masse appliquée aux Substances Naturelles Sommaire Introduction Homogénéisation Les différents types d extraction

Plus en détail

Jour sidéral, jour solaire Équation de temps

Jour sidéral, jour solaire Équation de temps 1 Jour sidéral, jour solaire 1.1 Durée du jour sidéral : Jour sidéral, jour solaire Équation de temps Observations: Lancer le logiciel et enlever l atmosphère. On voit alors les étoiles en plein jour.

Plus en détail

Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires

Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires BLOT Alexis BOULESTEIX Vincent DEGURSE Jean-François PRÉSENTATION ET ANALYSE DES TRAVAUX SUR

Plus en détail

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Il existe un certain nombre de volcans qui ne se trouvent pas en limite de plaque : on dit qu ils sont en contexte

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail