IMPACT DES SYSTEMES NUAGEUX DANS L HUMIDIFICATION DE LA TROPOSHERE LIBRE TROPICALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMPACT DES SYSTEMES NUAGEUX DANS L HUMIDIFICATION DE LA TROPOSHERE LIBRE TROPICALE"

Transcription

1 Lemaître Cyndie Master 2 ème année ICE Année UVSQ IMPACT DES SYSTEMES NUAGEUX DANS L HUMIDIFICATION DE LA TROPOSHERE LIBRE TROPICALE

2 Remerciements Je remercie tout d abord Hervé de Feraudy et Danièle Hauser de m avoir reçue au sein de leur établissement, ainsi que tout le personnel du département (ABM) qui m a accueillie très chaleureusement et qui, chacun à leur manière, m a permis de mener à bien ce stage. J aimerais ensuite remercier tout particulièrement Hélène Brogniez pour m avoir encadrée et guidée efficacement à travers les diverses embûches rencontrées au cours de ce travail. Je souhaite enfin remercier les personnels du LMD (Laboratoire de Météorologie Dynamique) en particulier Rémy Roca et Karim Ramage qui ont suivi le déroulement de mes travaux et ont mis à ma disposition les données exploitées lors de ce stage. 2

3 Résumé Ce stage avait pour objectif la caractérisation du rôle des nuages et de la convection dans l hygrométrie de la troposphère libre des régions tropicales. Il a pour contexte le projet AMMA (Analyses Multidisciplinaires de la Mousson Africaine) consacré à l étude de la Mousson Africaine. Il s insère dans les nombreux travaux dédiés à la compréhension des processus qui régissent la distribution de la vapeur d eau de ces régions. Les retombées attendues de ce projet sont une estimation de l implication des nuages dans les variations d humidité de la troposphère tropicale. Cette caractérisation a pu être réalisée en documentant les propriétés hygrométriques de la haute et moyenne troposphère en relation avec les propriétés des systèmes nuageux (pression au sommet des nuages, classification des nuages). Les différentes analyses effectuées au cours de ce travail montrent une humidification de la troposphère libre africaine par la convection nuageuse. Il semble cependant que la convection nuageuse ne soit pas la seule raison de cette humidification. Ces analyses devront être complétées dans l avenir par l exploitation des mesures acquises lors du projet AMMA afin de comprendre la raison des variations d humidité de la troposphère. Elles devront également être étendues à d autres années afin de vérifier le caractère systématique de cet impact. Durant ce stage, j ai pu me familiariser à la programmation informatique exploitant différents type de langage tel que le FORTRAN, l IDL ou encore le langage PYTHON pour les calculs statistiques réalisés dans ce travail. Abstract This internship aimed at characterizing the role of clouds and of convection in the hygrometry of the free troposphere in tropical areas. Its context was the AMMA project (Multidisciplinary Analyses of African Monsoon) devoted to the study of the African Monsoon. It dedicated to the comprehension of processes which govern the distribution of water vapour. The awaited repercussions of this project are an estimation of these clouds in humidification. This characterization was carried out by documenting the hygrometric properties of the upper and middle troposphere in relation to those of cloud systems (pressure, classification of the clouds).the various analyses carried out during this work show a humidification of African free troposphere by convection. It seems however that convection is not the only reason of this humidification. These analyses will have to be supplemented in the future by the exploitation of the measurements acquired during the AMMA project in order to understand the reason of variations of humidity. They will have also to be extended to other years in order to check the systematic character of this impact. During this training course, I familiarized with data processing exploiting different languages such as FORTRAN, the IDL or the language PYTHON for the statistical calculations carried out in this work. 3

4 Sommaire Sommaire... 4 I. INTRODUCTION... 5 II. VAPEUR D EAU ET CONVECTION Rôle de la vapeur d eau dans l équilibre radiatif Lien avec la convection... 7 III. CONTEXTE DE L ETUDE La mousson AMMA Données MSG Modèle de transport utilisé Démarche suivie Les outils V. EXPLOITATION ET RESULTATS Etude spatiale de UTH et FTH : échelle hebdomadaire Relation humidité/convection à un instant donné Evolution temporelle de la relation humidité/convection Rôle du transport VI. CONCLUSION Bibliographie Tables des illustrations Annexes

5 I. INTRODUCTION L objectif de ce stage est d évaluer l influence des systèmes convectifs sur les propriétés hygrométriques de la troposphère libre tropicale en relation avec leurs caractéristiques spatiales telles que la pression au sommet des nuages ou la classification des nuages, dans le cas particulier de la mousson africaine. La troposphère libre tropicale (15 à 20 Km au-dessus des régions tropicales), considérée dans ce travail, est la couche atmosphérique comprise entre la couche limite planétaire et la tropopause couvrant l ensemble des zones tropicales. Pour réaliser cette étude une analyse statistique des observations réalisées lors de la campagne AMMA (Analyse Multidisciplinaire de la Mousson Africaine) est faite. Cette analyse s appuie sur les données disponibles du satellite Meteosat Seconde Génération (à partir de 2000), qui permettent d accéder aux propriétés hygrométriques (humidité relative) de la moyenne et de la haute troposphère. Ce travail s insère dans un ensemble de travaux réalisés au CETP qui vont de la documentation fine des propriétés microphysiques et radiatives des systèmes nuageux, à la modélisation numérique et conceptuelle de ces systèmes en passant par l étude des processus d interactions d échelles mis en oeuvre dans la mise en place de la mousson et dans le cycle de vie des systèmes nuageux et précipitants constituant cette mousson. Dans la suite de ce rapport, les données utilisées pour la réalisation de cette étude ainsi que les méthodes d analyses développées dans ce travail pour les exploiter et les analyser sont présentées. Ensuite des exemples d applications sur des cas considérés comme représentatifs de la mousson 2006 sont exposés et une analyse des résultats statistiques obtenus est réalisée. Pour finir les perspectives de cette étude sont abordées. Auparavant, quelques éléments concernant le rôle de la vapeur d eau dans l équilibre radiatif et les liens existant avec la convection ainsi que des généralités sur la mousson africaine et la campagne AMMA sont fournis. Mon laboratoire d accueil est le CETP, Centre d étude des Environnements terrestre et planétaires sous la direction de Hervé de Feraudy, directeur, et Danièle Hauser, directrice adjointe. Ce laboratoire, situé à Vélizy est sous la tutelle du CNRS et de l université de Versailles Saint Quentin (UVSQ). Ses travaux de recherche concernent l environnement proche de la terre (surface terrestre, atmosphère) et les corps célestes du système solaire (planètes, comètes). 5

6 Le CETP développe trois thèmes de recherche principaux : Le cycle de l eau, les interactions et échanges entre les surfaces continentales océaniques et l atmosphère, la formation et la structure des systèmes précipitants. L interaction entre le vent solaire et les objets du système solaire : planètes, comètes Le développement de techniques de mesure et d analyse («Recherches et Développement») en hyperfréquences et de champs électromagnétiques. Mon département d accueil, appelé ABM (Atmosphère Basse et Moyenne), s'intéresse aux phénomènes météorologiques à mésoéchelle des latitudes moyennes et tropicales et à leur effet sur les circulations de plus grande échelle. Ses travaux de recherche ont pour objectif l'étude des processus physiques et leur prise en compte dans les modèles météorologiques ou climatiques. Ils portent sur deux grands types de phénomènes : ceux qui posent des problèmes de prévision, qualifiés d'extrêmes du fait de leur conséquences économiques et humaines, et ceux qui jouent un rôle essentiel dans le contrôle du climat. Ces travaux s'appuient sur des campagnes d'observations nationales ou internationales. L'observation des phénomènes météorologiques par radar et radiomètre au sol, aéroportés ou spatiaux est la spécialité du département. L'exploitation scientifique de ces campagnes s'effectue grâce à des techniques d'inversion d'observations et d'assimilation dans des modèles numériques à mésoéchelle. 6

7 II. VAPEUR D EAU ET CONVECTION 2.1 Rôle de la vapeur d eau dans l équilibre radiatif La vapeur d eau est connue pour être un constituant central du climat de la planète Terre du fait de son impact radiatif important et de son rôle majeur dans les rétroactions climatiques (Held, Soden (2000)). La vapeur d'eau est le principal absorbant du rayonnement électromagnétique dans de larges domaines de l'infrarouge thermique (situés principalement entre 5,5 µm et 7,5 µm et audelà de 25 µm) : elle constitue ainsi, et de loin, l'acteur principal de l effet de serre (les autres gaz à effet de serre étant le dioxyde de carbone, le méthane, les oxydes d azote, l ozone, les aérosols, et les halocarbones). Ce rôle central est amplifié dans le contexte du réchauffement climatique. Il est actuellement estimé que la rétroaction de la vapeur d eau double la sensibilité du climat au réchauffement (IPCC 2001) : on sait aujourd hui que la température moyenne de l atmosphère terrestre augmente et que cette élévation induite par la production anthropique de gaz à effet de serre doit se poursuivre dans les années qui viennent (IPCC (2007) chapitres 2 et 3). Cette augmentation a pour conséquence de permettre à l atmosphère de contenir plus de vapeur d eau (démontré par la relation de Clausius Clapeyron) ce qui accroît encore l effet de serre et constitue ainsi une boucle de rétroaction positive. Enfin, la vapeur est une des sources principales d énergie de la convection : la condensation de la vapeur d eau permet la réalisation de la convection profonde et la formation des nuages aux latitudes tropicales. A priori plus de vapeur d eau induit une augmentation de la couverture nuageuse dont la rétroaction reste encore mal connue (IPCC 2007). 2.2 Lien avec la convection L impact de la convection sur le contenu en vapeur d eau troposphérique est encore très controversé malgré les nombreuses études réalisées jusqu à maintenant. La distribution de l humidité de la haute troposphère tropicale serait influencée plus ou moins directement par l activité convective : par exemple, Lindzen (1990) suggère que l augmentation de la convection nuageuse, dont la rétroaction est aujourd hui identifiée comme la plus grande source d incertitude sur les scénarios climatiques, pourrait assécher la haute troposphère dans les régions environnantes par augmentation des subsidences induites par les tours convectives. D autres études quant à elles mettent en évidence une corrélation positive entre la convection profonde et l humidité de la haute troposphère (UTH=Upper Tropospheric Humidity). 7

8 Ainsi Chung et al. (2003) et Sassi et al. (2001) ont montré que les régions de nuages froids (convectifs ou non) coïncident avec des régions de forte humidité relative de la haute troposphère avec des variations verticales et temporelles identiques. D autre part, Soden et Fu (1995) ont constaté qu une augmentation de la convection tropicale est associée à un accroissement de l humidité relative de la haute troposphère, confirmé par Udelhofen et Hartmann (1995) qui montrent à l aide du satellite GOES, que l humidité relative de la haute troposphère (UTH) décroît de 44% à 75% d humidité au bord du nuage pour atteindre une valeur constante, de seulement 11% à 15%, caractérisant l environnement du nuage. Des études plus statistiques ont également été réalisées telle que celle de Sun et Oort (1995). Cette étude révèle une structure bimodale de la distribution de l humidité relative dans la haute troposphère interprétée en terme d humidification par les processus de dissipation et mélange du nuage avec l environnement, et un assèchement des zones environnantes par les subsidences provoquées par refroidissement radiatif. Des travaux plus récents ont tenté de préciser ces processus de dissipation et de mélange. Ainsi Soden (2004) montre que les cirrus au sommet des tours convectives humidifient ou assèchent la haute troposphère selon qu ils sont en phase de croissance ou de dissipation. La phase de croissance correspond à un transport important d humidité dont une partie est utilisée pour générer le cirrus et l autre partie pour augmenter l humidité de la haute troposphère. Cette étude écarte comme explication des variations d humidité, le processus d évaporation du cirrus (dissipation et mélange) largement proposé par d autres auteurs (Sun et Lindzen (1993)) car leur contenu en glace ne peut permettre d expliquer l humidification observée. On voit donc que le lien entre vapeur d eau troposphérique et systèmes nuageux est complexe Pour obtenir une représentation de qualité du cycle de la vapeur d eau dans les modèles de climat (Held et Soden (2000)), essentielle à la réalisation de bons scénarios climatiques, il est donc encore nécessaire de réaliser des travaux de documentation de ce lien afin de mieux le comprendre et pour mieux représenter les mécanismes régissant la distribution de l humidité dans la moyenne et haute troposphère. 8

9 III. CONTEXTE DE L ETUDE 3.1 La mousson Le système de mousson, essentiellement continental, est généralement décrit comme un changement de direction des vents de surface au passage de l équateur. La signature principale de cette mousson (Redelsperger et al (2002)) est la zone de convergence intertropicale (ITCZ), trace au sol du point de rencontre entre l harmattan (vents de nord-est provenant du Sahara et transportant de l air chaud et sec) et les alizés (vents de sud ouest provenant de l océan Atlantique et transportant de l air plus froid et humide) comme représenté sur la figure 1. Cette zone suit le maximum d ensoleillement. Figure 1: Schéma représentatif de la mousson tiré du site AMMA International La mousson est caractérisée par des systèmes pluviogènes divers, isolés, organisés en amas ou structurés en lignes (appelés «lignes de grains») qui se propagent rapidement d est en ouest et donnent lieu à de violentes pluies. Ces derniers systèmes peuvent s étendrent sur plus de 1000 Km selon un axe nord-sud et plusieurs centaines de kilomètres selon un axe est-ouest avec une zone active (en terme de vent ascendant et de pluie) ne dépassant pas une trentaine de kilomètres. Les masses d air chaudes et souvent très humides, que les alizés transportent, se trouvent soulevées par ces systèmes convectifs qui forment la façade ascendante des cellules de Hadley. 9

10 3.2 AMMA La mousson africaine joue un rôle important dans le système climatique de notre planète, l Afrique tropicale étant l une des principales sources de chaleur d origine continentale des circulations atmosphériques planétaires. Elle peut donc avoir des conséquences indirectes sur le climat de régions plus éloignées. L objectif principal de la campagne AMMA est d améliorer les connaissances nécessaires à l amélioration de la prévision de la mousson, de sa variabilité et de ses impacts sur la vie des populations telles que les ressources végétales, les ressources en eau et la santé. Pour ce faire, AMMA a mis en place un réseau dense d observations pour mieux appréhender les interactions entre l atmosphère, la biosphère et l hydrosphère qui gouvernent la mousson africaine. La carte de la figure 2 suivante donne les différentes zones de mesures réalisées lors d AMMA sur l Afrique de l Ouest. Les deux sites principaux de mesures de cette campagne sont localisés autour de Niamey (8 N- 12 N et 5 W-10 E) et de Dakar (14 N-18 N et 20 W-5 W) (zone encadrée en rouge). Figure 2: Carte représentant les différents sites d'observations de la campagne AMMA tiré du site de l IRD de Bretagne. 10

11 IV. LES DONNEES / LES OUTILS Lors de ce stage deux types de produits satellites ont été exploités : ceux concernant les propriétés hygrométriques de la troposphère et ceux caractérisant les systèmes nuageux. Un modèle de transport a également été utilisé. 4.1 Données MSG La distribution d humidité dans l atmosphère est traditionnellement observée à l aide de radiosondages lâchés depuis les stations météorologiques formant le réseau global d observations. Cependant leur distribution spatiale est fortement concentrée dans les régions habitées et particulièrement dans l hémisphère nord ne couvrant que très peu les zones tropicales. L observation satellitaire permet de pallier cette faiblesse par exemple au-dessus de l Afrique de l ouest et notamment les satellites géostationnaires européens Meteosat observant cette région depuis 1983 avec une haute résolution spatiale et temporelle. Les satellites de Seconde Génération (MSG 1 et 2 depuis 2002) ont à leur bord le radiomètre imageur appelé SEVIRI fonctionnant dans le visible et l infrarouge. Ce radiomètre produit plus de données que ses prédécesseurs (Météosat première génération), avec des résolutions spatiales, temporelles et spectrales plus poussées (1km au sol contre 2,5km; images toutes les 15 minutes au lieu d une demi heure; 12 bandes de fréquences différentes soit 4 fois plus que Meteosat I; voir Annexe 1). Toutes les images produites par SEVIRI sont sous forme numérique et permettent d obtenir les températures de brillance. Afin d interpréter ces images, en variable géophysique, il est nécessaire de prendre en compte les différents processus qui peuvent contribuer à ou affecter ces températures comme par exemple les profils thermodynamiques de l atmosphère, angle de visée, présence de nuages (fins ou épais), etc Il est ainsi possible d obtenir différents paramètres ou produits, concernant l humidité de la moyenne et de la haute troposphère, appelée par la suite respectivement FTH (Free Tropospheric Humidity) et UTH (Upper Tropospheric Humidity). Pour les nuages, on peut aussi en déduire des grandeurs telles que pression et température au sommet du nuage, hauteur moyenne, et type de nuages (cirrus, nuage haut, bas...) Les données vapeur d eau Les canaux C5 et C6 de SEVERI fournissent des estimations de l humidité et du contenu en eau de la troposphère. Ces canaux observent le rayonnement émis par la vapeur d eau de deux couches de la troposphère dans deux bandes spectrales centrées autour de 6,2 µm (UTH) et 7,3 µm (FTH). 11

12 Figure 3: Images prise dans le canal vapeur d'eau 6,2 µm provenant de MSG 1 (7 mars 2007) Dans les cas de ciel clair, c'est-à-dire en absence de nuages moyen ou haut, la luminance METEOSAT des canaux 5 et 6 donne une mesure de l humidité de la haute et moyenne troposphère. La figure 3 donne un exemple d observation du canal 5 : les zones foncées sont des masses d air sèches tandis que les zones claires sont des masses d air très froides associées à des régions de nuages de hautes altitudes. Dans ce cas la température de brillance (température apparente d'un corps noir déterminée à l'aide d'un radiomètre) mesurée peut être convertie en humidité relative moyenne d une couche particulière de la troposphère, en utilisant une modélisation du transfert radiatif (Annexe 2) qui permet d interpréter aisément le rayonnement total mesuré dans les bandes de forte absorption de la vapeur d eau (6,2 µm et 7,3 µm) (Brogniez (2004) et Soden, Bretherton (1993)). La figure 4 permet de situer les couches observées par ces deux canaux pour un profil d atmosphère standard : à 6,2 µm (courbe rouge), la couche observée est située approximativement entre 200hPa et 500hPa (UTH) tandis que à 7,3 µm (courbe bleue) la couche est comprise 300hPa et 600hPa (FTH). Figure 4: Représentation de la fonction de poids dans canaux 6,2 µm (UTH, en rouge) et 7,3 µm (FTH, en bleu) pour un profil tropical standard d humidité relative (pointillé) observé au nadir. 12

13 L altitude du maximum de ces fonctions poids dépend essentiellement du profil vertical d humidité. Plus le profil est sec, plus le canal (C5 ou C6) sonde bas dans l atmosphère et plus le profil est humide plus il sonde haut Les données nuages L analyse des autres canaux de SEVIRI (8,7 µm, 10,8 µm, 12 µm) permet de déterminer les propriétés intrinsèques des nuages ainsi que leurs propriétés morphologiques comme leur taille et leur altitude. Dans ce travail seront utilisés la pression au sommet du nuage et le type des nuages pour caractériser la nébulosité. Le type de nuage dépend de leur épaisseur optique (exemple semi transparent ). Trois catégories de nuages seront considérées : les nuages hauts pour une pression inférieure à 440hPa, les nuages bas pour une pression supérieure à 680hPa et les nuages moyens pour une pression comprise entre 440hPa et 680hPa. Ces trois classes de nuages reprennent la classification produite par l ISCCP (International Satellite Cloud Climatology Project La détection des zones nuageuses repose sur une série de tests seuillés qui supposent une couverture totale des pixels nuageux. 4.2 Modèle de transport utilisé En complément des analyses concernant le lien direct entre la convection et l humidité, au cœur de ce travail, un modèle de rétro-transport a été utilisé afin de proposer un mécanisme expliquant les variations d humidité qui ne semblent pas reliées aux variations de la convection. Ce modèle de rétro-trajectoire est un modèle Lagrangien d advection condensation développé par Pierrehumbert (1998). La variation d humidité spécifique q au cours du temps est reliée aux sources et puits d humidité s (q) selon la relation suivante : dq = s(q). dt Les calculs des trajectoires reposent sur l hypothèse qu il n y a pas d échange de matière entre les masses d air. Le trajet de la vapeur d eau de la troposphère libre repose sur ce schéma : - L humidité spécifique q d une masse d air est conservée tout au long de son transport par les vents (issus des ré-analyses du NCEP (National Centers for Environmental prediction)), sauf lors de sa rencontre avec la source ou le puits d humidité. - La source d humidité est la couche limite planétaire. Dans cette couche, la masse d air voit son humidité relative fixé à 100%. 13

14 - Le puits d humidité est la condensation provoquée lorsque la masse d air pénètre dans une région où l humidité spécifique à saturation (q sat ) est plus faible que son humidité spécifique propre (q). Ainsi toute la matière condensée sort instantanément du bilan en eau de la parcelle sous forme de pluie et son humidité est ramené a q sat. Ce modèle de transport permet de reconstruire les champs d humidité relative au niveau 500hPa à partir de la connaissance de q sat et des conditions de température. Ce genre de modèle a permis de mettre en évidence le rôle du transport horizontal de grande échelle dans la distribution et la variation de la vapeur d eau dans les régions subtropicales (Pierrehumbert (1998)). 4.3 Démarche suivie Dans cette section sont décrites les différentes étapes suivies lors de ce stage afin de déterminer le lien entre l humidité de la troposphère tropicale et la convection. Dans un premier temps, quatre semaines représentatives de l évolution saisonnière de la mousson sont sélectionnées. Dans un deuxième temps, une comparaison de l humidité de la haute (UTH) et de la moyenne (FTH) troposphère est faite. Ensuite, les données d humidité sont confrontées à celles de nébulosité. Pour finir, un modèle de transport est utilisé afin de déterminer d où viennent les masses d air présentes dans les deux régions d étude Sélection des périodes d observations : Les quatre phases de la mousson La sélection des périodes d intérêt pour ce travail a été faite en exploitant les données situées sur le site de l AOC (AMMA Centre Opérationnel) Paris et les bulletins météorologiques pour les différentes journées d observations de la campagne AMMA. Dans un premier temps, l OLR (Outgoing Longwave Radiation) a été exploité afin de déterminer le début de la mousson d été située vers le 14 juillet, et les périodes de forte activité nuageuse telles que celles observées dans la nuit du 19 au 20 juillet. Cet OLR, exprimé en W.m -2, quantifie le rayonnement émit vers l espace par le système Terre-Océan-Atmosphère (TOA) dans les grandes longueurs d onde (10-13µm). La présence de nuage induit la diminution du rayonnement sortant à ces longueurs d ondes, ce qui permet d utiliser l OLR comme indicateur de l activité convective. L activité de la mousson ainsi obtenue peut être représentée dans un diagramme Latitude- Temps qui fournit l évolution temporelle sur la latitude du champ moyen dans une bande de longitude. Un exemple de ce type de diagramme obtenu pour la région 10 W-10 E (proche de celle choisie dans notre étude au dessus de Niamey située entre 5 W-10 E) est donné Figure 5 (a). 14

15 On peut constater un saut brusque en latitude du minimum d OLR entre 5 Nord et 10 N, qui signe le saut de la zone de convergence intertropicale (ITCZ) caractérisant le début de la mousson d été (autour du 14 juillet comme indiqué ci-dessus). La figure 5(b) donne le même type d information mais cette fois ci pour une région située entre 20 W et 10 W (proche de celle utilisée dans la suite au dessus de Dakar entre 20 W et 5 W). (a) (b) Figure 5: Moyenne glissante (11 jours) de l OLR en W.m -2 sur la période janvier- septembre en moyenne zonale entre (a) 10 W-10 E et (b) 20 W -10 W tiré des bulletins météorologiques hebdomadaire de AOC Paris. A l aide de ces deux graphiques, la communauté scientifique travaillant sur AMMA a identifié quatre périodes principales : la période Pre-Onset entre le 1 er et le 24 juin. Elle correspond à l arrivée des vents dans le front intertropical à 5 N, phase qui se situe avant le saut de la mousson. la période Sèche entre le 25 juin et le 18 juillet. la période dite Active entre le 18 juillet et le 14 septembre. Elle est caractérisée par le pic de la saison des pluies au Sahel et une petite saison des pluies sur la côte. et la période de Retrait de la mousson entre le 15 septembre et 30 septembre. Lors de cette phase la mousson se retire vers le sud. 15

16 Dans chacune de ces périodes, j ai sélectionné une semaine considérée comme représentative de la phase de mousson correspondante. Il a donc été ainsi choisi de travailler sur : la semaine du 13 au 19 juin pour la période Pre-Onset, la semaine juillet pour la période Sèche, entre le 27 et le 30 juillet pour la période dite Active (période caractéristique de la mousson), et pour finir la semaine du septembre pour la période de Retrait Méthode d analyse Il est effectué une comparaison entre l humidité de la haute (UTH) et de la moyenne (FTH) troposphère afin de diagnostiquer la structure verticale de l humidité dans la troposphère tropicale pour chacune des semaines sélectionnées et d établir ainsi l évolution temporelle de ce profil au cours de la mousson. La suite consiste à confronter les cartes de pression au sommet des nuages à celle d humidité. Cette approche, va permettre de déterminer les relations qui peuvent exister entre humidité et type de nuages (haut, bas, moyen). Une étude statistique est également faite afin d apporter des informations complémentaires, telles que l évolution temporelle du pourcentages de nuages hauts, bas et moyens, ou celle de l UTH et du FTH, et les corrélations existantes entre ces différents paramètres. La dernière partie de la démarche consiste à déterminer si le transport ne peut pas être aussi une cause de l humidification de la troposphère libre, un modèle de rétro-transport à donc été utilisé afin d évaluer les latitudes de dernières de saturation ce qui permet d estimer d où viennent les masses d air (de régions éloignées ou environnantes). Ces différentes étapes sont réalisées, aux échelles hebdomadaires (comparaison UTH et FTH) et aux échelles journalières (Relation humidité/convection et étude statistique). 4.3 Les outils Les données exploitées dans ce travail étaient disponibles sur le serveur «CLIMSERV» de l IPSL (Institut Pierre- Simon Laplace), sous forme de fichiers brut (qui possèdent les données issues directement du capteur). Ces données sont extraites grâce à des programmes en FORTRAN 90 réalisés lors de ce stage. Elles sont ensuite stockées dans des fichiers NETCDF, et affichée sous forme de cartes générées à l aide du logiciel FERRET. Les analyses statistiques sont quant à elles réalisées à l aide de programmes en PYTHON élaborés au cours du stage. 16

17 V. EXPLOITATION ET RESULTATS 5.1 Etude spatiale de UTH et FTH : échelle hebdomadaire Dans cette section, des exemples de résultats concernant la distribution spatiale (horizontale et verticale) de UTH et de FTH sont présentés Analyse qualitative Ci-dessous (Figure 6), sont données des cartes de l humidité de la haute et moyenne troposphère sur la région ouest Africaine située entre 20 W et 35 E et entre 4 S et 20 N. (a) Semaine SECHE (i) (ii) (b) Semaine ACTIVE (i) (ii) Figure 6: (i) Carte représentant UTH en % moyenné sur la semaine considérée, (ii) FTH en % moyenné sur la semaine considérée. Sur les cartes situées à gauche est donnée l humidité relative de la haute troposphère (UTH) moyennée sur la semaine Sèche du 11 au 19 juillet (en haut) et sur la semaine Active du 24 au 30 juillet (en bas). De même les cartes de droite représentent l humidité relative de la moyenne troposphère (FTH) pour les mêmes périodes. Les cartes obtenues pour les deux autres semaines se trouvent en Annexe 3. 17

18 On constate qu autour des zones les plus humides proches de 50-55% d humidité pour les deux couches de la troposphère, le gradient de FTH est plus marqué que celui d UTH. En effet, FTH devient plus rapidement sec que UTH, ce qui indique une moyenne troposphère beaucoup plus sèche que la haute troposphère autour de ces zones humides. Ainsi on observe, au nord-est et sudouest de ces zones humides, un UTH de l ordre de 10 à 15% alors que le FTH ne dépasse pas 5 et 10%. Cette différence entre UTH et FTH est retrouvée de façon systématique pour les différentes semaines analysées et se montre en accord avec les résultats antérieurs obtenus par Sun et Oort (1995) (voir section 2.2). On constate également que les zones d humidité maximum (en marron, figure 6) sont plus étendues pour FTH que pour UTH, par exemple autour de 10 E-20 E et autour de 8 N-12 N Distributions Les distributions d UTH (histogramme blanc) et de FTH (histogramme bleu) pour les semaines Active et Sèche sont données dans les figures 7 et 8 pour la région de Niamey et de Dakar (en Annexe 5 sont données celles représentant les deux autres semaines). Semaine SECHE (a) Niamey (b) Dakar UTH= 44,7% UTH= 28,5% FTH= 45,28% FTH= 23,67% (a) (c) (d) Figure 7: Histogrammes de UTH et FTH pour la région de Niamey (a) et de Dakar (b) et histogrammes de classification des nuages pour la région de Niamey (c) et de Dakar (d) pour la semaine Sèche. 18

19 Semaine ACTIVE Niamey Dakar (a) UTH= 48,02% (b) UTH= 43,6% FTH= 47,8% FTH= 41,35% (c) (d) Figure 8: Histogrammes de UTH et FTH pour la région de Niamey (a) et de Dakar (b) et histogrammes de classification des nuages pour la région de Niamey (c) et de Dakar (d) pour la semaine Active. Tout d abord, on constate que les distributions d humidité de la troposphère libre sont différentes selon la semaine. En effet, si l on se place au dessus de Niamey pour la semaine Sèche, la distribution est bimodale alors qu elle est gaussienne pour la semaine Active. Pour avoir une valeur représentative de UTH et FTH, il a donc été choisi de travailler avec la médiane plutôt qu avec la moyenne, notion peu adaptée dans ce cas. On note que FTH couvre une plus grande gamme de valeurs que UTH, ce qui signifie que la couche de moyenne troposphère présente des cas plus humides et des cas plus secs que la haute troposphère. Ceci est très visible (pour la semaine Sèche) dans la région de Dakar, où l on observe un déplacement de l histogramme en FTH vers des valeurs plus sèches, tout en gardant des valeurs humides. Ceci se montre en accord avec ce qui a été observé précédemment sur les cartes d humidité moyennée. Malgré ceci, UTH et FTH possèdent à peu près les mêmes valeurs de médiane à quelques unités près. 19

20 On constate également sur les histogrammes de classification des nuages que pour les deux semaines considérées, le type de nuage rencontré diffère : plus de nuages moyens ou bas pour la semaine Sèche et plus de nuages semi transparents et fins pour la semaine Active sur Niamey. Ces histogrammes suggèrent l existence d un lien entre vapeur d eau et nébulosité. Celui ci va être étudié dans la suite en exploitant la haute résolution temporelle et spatiale des données MSG. 5.2 Relation humidité/convection à un instant donné Les résultats précédents peuvent être tout d abord complétés par une étude comparative plus précise à échelle journalière et tous les quarts d heures entre données nuageuses (pression au sommet des nuages) et données d humidité (UTH et FTH). Le fait de travailler sur des pas de temps d un quart d heure, permet d accéder aux caractéristiques fines du comportement de l humidité visà-vis de la nébulosité Analyse qualitative Les cartes suivantes (Figure 9) donnent à gauche la pression au sommet des nuages (hauts, moyens, bas) et à droite UTH pour la journée du 14 Juillet (à 4 TU) de la semaine Sèche (en haut) et la journée du 28 Juillet (à 4 TU) de la semaine Active (en bas). Le choix de 4 TU s explique par le passage d un important système convectif au dessus de Niamey, le 28 juillet (a) (b) UTH (c) (d) UTH Figure 9: Carte de pression au sommet du nuages en hpa pour le 14 juillet 2006 (semaine Sèche) à 4h (a) et le 28 juillet 2006 (semaine Active) à 4h (c), carte de UTH du 14 juillet à 4h (c) et du 28 juillet 2006 à 4h (d). 20

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012 T1.3 (Tropics) Diurnal cycle of cloud cover in the tropical regions: combined use of geostationary satellite, A-Train measurements and lidar/radar ground station measurements. Coordination : G. Sèze (LMD)

Plus en détail

SATELLITES METEO GENERALITES

SATELLITES METEO GENERALITES SATELLITES METEO GENERALITES HISTORIQUE : 1957 1 er satellite lancé dans l espace SPOUTNIK (URSS) 1960 1 er satellite météorologique TIROS 1 (USA) satellite défilant (orbite passant près des pôles 1963

Plus en détail

Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs

Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs Romain MARTEAU Contact : Romain.Marteau@u-bourgogne.fr 1. Le système climatique : Rappels des facteurs déterminants du système climatique Plan

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique

Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique L'expression "télédétection" désigne l'observation de la surface terrestre à partir de l'espace en utilisant les propriétés des ondes électromagnétiques

Plus en détail

L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit!

L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit! - 1 - L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit! Jean-Louis Dufresne, LMD-IPSL, CNRS-Université Paris 6 Jacques Treiner, Paris 6 Par souci de simplicité, l effet de serre atmosphérique

Plus en détail

Habilitation à Diriger des Recherches

Habilitation à Diriger des Recherches Habilitation à Diriger des Recherches Contribution au développement d'une station d'observation de l'atmosphère à la Réunion et à l'étude de l'ozone troposphérique en région tropicale Jean-Luc BARAY 9

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise?

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? LOA (Laboratoire d Optique Atmosphérique, Lille1, CNRS UMR 8518) vendredi 23

Plus en détail

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Introduction ; contexte historique 1 - Présentation générale

Plus en détail

Assimilation des observations satellitaires microondes: avancées pour les surfaces continentales et nouveaux développements en cas de nuages

Assimilation des observations satellitaires microondes: avancées pour les surfaces continentales et nouveaux développements en cas de nuages Assimilation des observations satellitaires microondes: avancées pour les surfaces continentales et nouveaux développements en cas de nuages Fatima Karbou CNRM / GAME En collaboration avec: P. Bauer, W.

Plus en détail

Estimation de l évapotranspiration à partir des images aéroportées et satellitaires à Montréal. Présentée par LEKOUCH Imad

Estimation de l évapotranspiration à partir des images aéroportées et satellitaires à Montréal. Présentée par LEKOUCH Imad Estimation de l évapotranspiration à partir des images aéroportées et satellitaires à Montréal Présentée par LEKOUCH Imad Pr. Yves Baudouin Le 27-03-2014 Plan INTRODUCTION Évapotranspiration (ETP) Landsat-8

Plus en détail

Bilan radiatif de la Terre et changement climatique

Bilan radiatif de la Terre et changement climatique Bilan radiatif de la Terre et changement climatique François-Marie Bréon Chercheur au Laboratoire des Sciences du Climat et de l Environnement Unité Mixte CEA-CNRS La Machine Climatique Atmosphère Système

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Le réchauffement climatique est-il d origine anthropique??

Le réchauffement climatique est-il d origine anthropique?? Le réchauffement climatique est-il d origine anthropique?? Climat et Impact Anthropique FRANCOIS Baptiste MURGIA Aurélia 2008-2009 Introduction 1. Atmosphère et température: effet de serre L'effet de serre

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS Projet EPICEA Etude Pluridisciplinaire des Impacts du Changement climatique à l Echelle de l Agglomération parisienne Rapport

Plus en détail

Base de Données AMMA-SAT. K. Ramage (LMD/IPSL), S. Cloché (IPSL) L. Eymard (CETP/ISPL)

Base de Données AMMA-SAT. K. Ramage (LMD/IPSL), S. Cloché (IPSL) L. Eymard (CETP/ISPL) Base de Données AMMA-SAT K. Ramage (LMD/IPSL), S. Cloché (IPSL) L. Eymard (CETP/ISPL) BDD AMMA-SAT : Les objectifs Le principe : Réunir l ensemble des données satellites utiles à AMMA dans une même base.

Plus en détail

Validation of LMDZ CMIP5 simulations: Comparison with EI reanalyses

Validation of LMDZ CMIP5 simulations: Comparison with EI reanalyses Validation of LMDZ CMIP5 simulations: Comparison with EI reanalyses Validation of LMDZ CMIP5 simulations: Comparison with EI reanalyses Methode de comparaison Proprietes nuageuses LMDZ Donnees AIRS Differentes

Plus en détail

Les nuages : force de la nature

Les nuages : force de la nature Les nuages : force de la nature TPE 1ère S1 Lycée Maurice Eliot 2010-2011 Physique-Chimie / SVT PLAN I-PRINCIPE ET FORMATION DES NUAGES A- ASCENDANCE DUE A LA CONVECTION B- ASCENDANCE DUE A UN FRONT C-

Plus en détail

ARM - ACMAD ASECNA CE - CERMES CILSS - CNES - CNRS GDEEE - IFREMER - INSU-IRD -Météo France Met Office - NERC - NASA - NOAA

ARM - ACMAD ASECNA CE - CERMES CILSS - CNES - CNRS GDEEE - IFREMER - INSU-IRD -Météo France Met Office - NERC - NASA - NOAA ARM - ACMAD ASECNA CE - CERMES CILSS - CNES - CNRS GDEEE - IFREMER - INSU-IRD -Météo France Met Office - NERC - NASA - NOAA Dossier de presse conjoint Campagne internationale AMMA Succès de la première

Plus en détail

L imagerie satellitaire dans l estimation des précipitations

L imagerie satellitaire dans l estimation des précipitations Journées d Animation Scientifique (JAS9) de l AUF Alger Novembre 29 L imagerie satellitaire dans l estimation des précipitations Mlle. Farida SEDDI 1, Mme. Zohra AMEUR 1, M. Mourad LAZRI 1. 1 Laboratoire

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT II LE RAYONNEMENT SOLAIRE Introduction : Le soleil est une étoile. La fusion thermonucléaire de l hydrogène en hélium lui fournit toute son énergie,

Plus en détail

Un simple algorithme mono-canal pour l estimation de la température de surface à partir des images du canal infrarouge thermique de METEOSAT

Un simple algorithme mono-canal pour l estimation de la température de surface à partir des images du canal infrarouge thermique de METEOSAT Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 2 (2010) 327 338 Un simple algorithme mono-canal pour l estimation de la température de surface à partir des images du canal infrarouge thermique de METEOSAT

Plus en détail

Le changement climatique contemporain depuis 1850 : caractéristiques et causes possibles

Le changement climatique contemporain depuis 1850 : caractéristiques et causes possibles Le changement climatique contemporain depuis 1850 : caractéristiques et causes possibles Institut Français Mayence, le 5 mars 2015 Vincent Moron Aix-Marseille Université CEREGE, UM 34 CNRS moron@cerege.fr

Plus en détail

"La vapeur d'eau est le gaz à effet de serre de loin le plus important. Les rejets anthropiques de CO 2 sont donc négligeables."

La vapeur d'eau est le gaz à effet de serre de loin le plus important. Les rejets anthropiques de CO 2 sont donc négligeables. "La vapeur d'eau est le gaz à effet de serre de loin le plus important. Les rejets anthropiques de CO 2 sont donc négligeables." Jingjing Bu Dorothée Robert 19 décembre 2008 M2R OAH-GE UE 543O Climat et

Plus en détail

Real-time Monitoring and forecast of IntraSeasonal Variability over Africa (MISVA)

Real-time Monitoring and forecast of IntraSeasonal Variability over Africa (MISVA) Real-time Monitoring and forecast of IntraSeasonal Variability over Africa (MISVA) R. Roehrig 1,*, F. Couvreux 1, E. Poan 1, P. Peyrillé 1, J.-P. Lafore 1, O. Ndiaye 2, A. Diongue-Niang 2, F. Favot 1,

Plus en détail

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM METEOROLOGIE Aéroclub Besançon La Vèze F-SO au FL65 over LFQM Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1 L air L atmosphère terrestre L humidité La stabilité, l instabilité La convection/l advection Les masses d air

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE Darwin, Australie Du 20 janvier au 13 fevrier 2006 radiosondages Flux radiatifs de surface Flux turbulents de surface Radar CPOL Forçages déduits

Plus en détail

IMAGE SATELLITALE ET BIOSPHÈRE

IMAGE SATELLITALE ET BIOSPHÈRE THÈME : Planète Terre et son environnement Niveau : seconde IMAGE SATELLITALE ET BIOSPHÈRE EXTRAIT DU BO: Planète Terre et environnement global La structure et l'évolution des enveloppes externes de la

Plus en détail

Test d'advection d'un pic Gaussien Distribution initiale Solution exacte (translation) U constant, nombre de Courant U dt/dx = 0,2

Test d'advection d'un pic Gaussien Distribution initiale Solution exacte (translation) U constant, nombre de Courant U dt/dx = 0,2 Test d'advection d'un pic Gaussien Distribution initiale Solution exacte (translation) U constant, nombre de Courant U dt/dx = 0,2 U Schéma amont (Godunov, 1952) c v c t i-1 i i+1 Test d'advection d'un

Plus en détail

XXVII e Colloque de l Association Internationale de Climatologie 2-5 juillet 2014 Dijon (France)

XXVII e Colloque de l Association Internationale de Climatologie 2-5 juillet 2014 Dijon (France) MICROPHYSIQUE DES NUAGES ET RAYONNEMENT SOLAIRE : COMPARAISON DES MESURES IN SITU AU MONT RIGI EN HAUTE BELGIQUE ET DES DONNÉES CLOUD PHYSICAL PROPERTIES (CPP) OBTENUES À PARTIR DES IMAGES METEOSAT-9 BEAUMET

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales

Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales Programme Présentation générale : bilan et poursuite de chaque tâche Pôle Les nuages en Arctique G. Mioche

Plus en détail

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan Le climat Fonctionnement de la machine climatique Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan L'évolution du climat L'effet anthropique sur l'évolution du climat L'évolution du climat

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses

Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses V. Ducrocq, Caumont, O., Brenot, H., Jaubert, G., Walpersdorf, A. (CNRM, LGIT) Plan de la présentation Développement d un système

Plus en détail

L énergie solaire apparaît comme une

L énergie solaire apparaît comme une Applications La Météorologie - n 5 - août 5 Une méthode d estimation du rayonnement solaire global reçu par une surface inclinée Application aux sites marocains R. Tadili et M. N. Bargach Laboratoire d

Plus en détail

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Développement et Evaluation des PHYsiques des modèles atmosphériques BILAN 45 participants 25 CNRM, 12 LMD, 4 LGGE, 2LA, 1 LSCE, 1 GET 8-9-10 septembre 2014 Observatoire

Plus en détail

Réductionnisme : orages, ouragans et smog : Parties 1 et 2

Réductionnisme : orages, ouragans et smog : Parties 1 et 2 Réductionnisme : orages, ouragans et smog : Parties 1 et 2 Nous avons dit au début du cours que la science cherche à découvrir les «règles du jeu» du monde matériel. Pour y arriver, les scientifiques supposent

Plus en détail

Page 1 sur 10. Chap. 12 LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE

Page 1 sur 10. Chap. 12 LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE Page 1 sur 10 Chap. 12 LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE - Déterminer les causes de la circulation atmosphérique ; - Décrire le mécanisme de la circulation atmosphérique générale et ses variations

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Classification des nuages d eau sur les images Météosat

Classification des nuages d eau sur les images Météosat Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 2 (2010) 347 354 Classification des nuages d eau sur les images Météosat M. Mesri *, A. Cheknane, A. Bey Boumezrag et M. Reguigue Département de Génie Electrique

Plus en détail

Vitesse des courants océaniques

Vitesse des courants océaniques Idée: Mesurer les «pentes» de l'océan par altimétrie. Contraintes: * plusieurs dizaines de kilomètres. * temps caractéristique de plusieurs semaines. Les contraintes spatio-temporelles sont difficiles

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

L événement 2015/16 et l explication du phénomène

L événement 2015/16 et l explication du phénomène Eidgenössisches Departement des Innern EDI Bundesamt für Meteorologie und Klimatologie MeteoSchweiz Abteilung Klima El Niño L événement 2015/16 et l explication du phénomène Août 2015 El Niño le phénomène

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest

Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest CENTRE NATIONAL Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest F. Beucher, J.-P. Lafore,F. Karbou, R. Roca, F. CNRM-GAME, Météo-France and CNRS, LEGOS

Plus en détail

Les observations météorologiques sur la tour Eiffel

Les observations météorologiques sur la tour Eiffel Les observations météorologiques sur la tour Eiffel Alfred Angot To cite this version: Alfred Angot. Les observations météorologiques sur la tour Eiffel. J. Phys. Theor. Appl., 1890, 9 (1), pp.169-177.

Plus en détail

Bilan énergétique de la Terre et rôle de l'effet de serre

Bilan énergétique de la Terre et rôle de l'effet de serre Bilan énergétique de la Terre et rôle de l'effet de serre Jean Louis Dufresne LMD/IPSL; CNRS/UPMC dufresne@lmd.jussieu.fr http://web.lmd.jussieu.fr/~jldufres/iufm_creteil/ Bilan énergétique de la Terre

Plus en détail

Reliefs et climats du monde

Reliefs et climats du monde Reliefs et climats du monde Matière : Géographie Domaine : Regard sur le Monde Séance 1 Quels sont les reliefs mondiaux? CM2! Objectif(s) de la séance :! Connaître les caractéristiques des reliefs du monde

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

Introduction à la dynamique du climat

Introduction à la dynamique du climat Introduction à la dynamique du climat Didier Swingedouw didier.swingedouw@u-bordeaux1.fr http://dods.ipsl.jussieu.fr/dssce/public_html/gdpublic.html Qu est-ce que le climat? Définition du climat Larousse

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique n est plus sur l axe, il n y a plus très denses au voisinage d une courbe Pour un point à distance finie, il n y a plus stigmatisme:

Plus en détail

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Après les détecteurs de gaz ponctuels et linéaires, voici un procédé de détection qui donne enfin une image du nuage. 1 Introduction L actualité récente

Plus en détail

Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA

Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA Pour commencer Ce que je veux savoir pour aller voler Emagramme : définition, altitude, température, trucs et vocabulaire, humidité, rapport

Plus en détail

Assimilation des données satellitales de CO (MOPITT) dans le modèle MOCAGE

Assimilation des données satellitales de CO (MOPITT) dans le modèle MOCAGE Assimilation des données satellitales de CO (MOPITT) dans le modèle MOCAGE Jean-Luc Attié, S. Pradier, M. Chong (Laboratoire d Aérologie) V. H. Peuch (Météo-France) J.F Lamarque, D.P Edwards, V. Yudin

Plus en détail

2) Rayonnement visible et rayonnement infrarouge. 4) Température d équilibre d une plaque au soleil

2) Rayonnement visible et rayonnement infrarouge. 4) Température d équilibre d une plaque au soleil ) L émission de rayonnement 2) Rayonnement visible et rayonnement infrarouge 3) L équilibre énergétique 4) Température d équilibre d une au soleil 5) L effet de serre 6) Un peu d'histoire Contenu scientifique

Plus en détail

Rapport final 2004/2071019 pour l'étude CIRENE 2004. Jérôme VIALARD jv@lodyc.jussieu.fr

Rapport final 2004/2071019 pour l'étude CIRENE 2004. Jérôme VIALARD jv@lodyc.jussieu.fr Rapport final 2004/2071019 pour l'étude CIRENE 2004. Jérôme VIALARD jv@lodyc.jussieu.fr Introduction Le projet Cirene a été conçu il y a plusieurs années et a considérablement évolué en cours de route.

Plus en détail

DU BATIMENT ECA N xxx. A xxxxxxxxxxxxxxxxx

DU BATIMENT ECA N xxx. A xxxxxxxxxxxxxxxxx DU BATIMENT ECA N xxx sis sur la parcelle n xxxxxxxx A xxxxxxxxxxxxxxxxx PROPRIETE DE xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Etabli pour xxxxxxxxxxx Lucens, le 28 mars 2013/GS/sr 1. SOMMAIRE 2. GENERALITES INFORMATIONS

Plus en détail

Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale

Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale UMR 5564-INPG-UJF/CNRS/IRD Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale Présenté par TRAN Xuan Truong Sous la direction de Thierry PELLARIN et Jean-Paul LAURENT 1

Plus en détail

Travaux dirigés d analyse d image

Travaux dirigés d analyse d image Travaux dirigés d analyse d image A partir du cours de Claude Kergomard, ENS Paris. http://www.geographie.ens.fr/img/file/kergomard/teledetection/cteledetection.pdf Partie A. Etude d une image NOASS 14-AVHRR

Plus en détail

Monique Dechambre * VIE SCIENTIFIQUE. Physicienne, CETP / IPSL, 10 12, avenue de l Europe, 78140 Vélizy, France

Monique Dechambre * VIE SCIENTIFIQUE. Physicienne, CETP / IPSL, 10 12, avenue de l Europe, 78140 Vélizy, France Natures Sciences Sociétés 11 (2003) 87 91 VIE SCIENTIFIQUE Mesures de l humidité des sols et du contenu en eau de la végétation par radar aéroporté > Estimation of soil moisture and vegetation biomass

Plus en détail

IMPACT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SUR LA GESTION DES RÉSEAUX DE CHALEUR

IMPACT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SUR LA GESTION DES RÉSEAUX DE CHALEUR IMPACT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SUR LA GESTION DES RÉSEAUX DE CHALEUR Auteurs : C. Déandreis (IPSL), P. Braconnot (IPSL), S. Planton (CNRM-GAME) Etude réalisée pour l entreprise DALKIA Traitement des incertitudes

Plus en détail

Le Soleil Les étoiles

Le Soleil Les étoiles Le Soleil Les étoiles Le soleil est une étoile paramètres: Rayon: 695997 km ~ 109 rayons terrestres Masse: 1.989 10 30 kg ~ 333000 masses terrestres Luminosité: 3.826 10 26 W Température de surface: 5770

Plus en détail

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Journées Physique de l'atmosphère et télédétection - 8 et 9 Octobre 2009 Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Laurent Menut (LMD) [menut@lmd.polytechnique.fr] IPSL/LMD/SIRTA:

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION

CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION Ce document présente : les principales caractéristiques cycliques de la consommation d électricité en France, les différents

Plus en détail

> Introduction à la Télédétection

> Introduction à la Télédétection La télédétection est une technique qui permet d étudier la surface de la Terre au moyen de capteurs placés à bord d avions ou de satellites. Ces instruments enregistrent les rayonnements émis ou réfléchis

Plus en détail

LE RAYONNEMENT SOLAIRE ET LES PLANÈTES

LE RAYONNEMENT SOLAIRE ET LES PLANÈTES THÈME : Planète Terre et son environnement Niveau : seconde LE RAYONNEMENT SOLAIRE ET LES PLANÈTES EXTRAIT DU BO: La Terre est une planète du système solaire L'énergie solaire reçue par les planètes varie

Plus en détail

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Par Lucie Vincent 1 et Enric Aguilar 2 1 Climate Research Division, Environment Canada, Toronto, Canada

Plus en détail

ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS

ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS Site pilote de démonstration à EVREUX dans l Eure. 3 trackers R T I type DST 12x18Wc monocristallins Date du rapport : 12/7/212 Date de mise en service de l installation

Plus en détail

Le Changement Climatique

Le Changement Climatique Le Changement Climatique Pr. Jean-François DOUSSIN Objectif Parler du changement climatique Hors de toute polémique C est a dire en partant des bases scientifiques Pour cela commençons par parler du climat

Plus en détail

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Meriem Chakroun Marjolaine Chiriaco (1) Sophie Bastin (1) Hélène Chepfer (2) Grégory Césana (2) Pascal Yiou (3) (1): LATMOS (2):

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

Application de la thermographie infrarouge embarquée en exploitation d'infrastructures

Application de la thermographie infrarouge embarquée en exploitation d'infrastructures Application de la thermographie infrarouge embarquée en exploitation d'infrastructures M. Marchetti, M. Moutton, S. Ludwig CETE de l'est LRPC Nancy-ERA 31 L. Ibos, J.-P. Monchau, V. Feuillet Université

Plus en détail

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B C. Rio, J.-Y. Grandpeix, F. Hourdin, F. Guichard, F. Couvreux, J.-P. Lafore, A. Fridlind, A. Mrowiec, S. Bony, N. Rochetin,

Plus en détail

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

Denys BREYSSE - Myriam CHAPLAIN Philippe MALAURENT GHYMAC

Denys BREYSSE - Myriam CHAPLAIN Philippe MALAURENT GHYMAC Modélisation des variations aléatoires combinées de température et d humidité dans l environnement des ouvrages Denys BREYSSE - Myriam CHAPLAIN Philippe MALAURENT Matériaux et ouvrages sensibles à l environnement

Plus en détail

La fin d un long cycle solaire et le climat alors?

La fin d un long cycle solaire et le climat alors? La fin d un long cycle solaire et le climat alors? Thierry Dudok de Wit Laboratoire de Physique et Chimie de l Environnement et de l Espace Observatoire des Sciences de l Univers en région Centre Une fabuleuse

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

La circulation générale océanique

La circulation générale océanique La circulation générale océanique Auteur : Bruno VOITURIEZ Président du Club des Argonautes, Membre de l Académie de Marine Les causes À l origine des courants marins et de leur configuration, on trouve

Plus en détail

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Niveau Durée Objectif Cycle 3 6 ième -5 ième 1 heure Nombre d enfants 15 à 30 Découvrir comment les scientifiques ont mis en évidence la réalité

Plus en détail

Rappel du Plan du cours

Rappel du Plan du cours Rappel du Plan du cours 1. Généralités et données climatiques 3. Rappels sur les transferts de chaleur 4. Capteur Solaire Plan 5. Application à la production d eau chaude sanitaire (ECS) 6. Bibliographie

Plus en détail

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Méthodes d étude et projections Serge Planton Météo-France, CNRM/GAME Projections climatiques à l échelle planétaire Projections climatiques

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

La suite de TELERIEG

La suite de TELERIEG Objectif : diagnostic thermique de villes et lien ville/campagne autour de l eau et du climat : Séville: une ville Méditerranéenne Agglo d Agen: ville Continentale et Bordeaux: ville Océanique Novembre

Plus en détail