Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement. A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques :

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement. A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques :"

Transcription

1 ANNEXE 7 Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques : 1 carte est fournie pour l effet toxique : Carte N 1 «Taux d'atténuation cible» ; I- GENERALITES I.1 - Définition du coefficient d atténuation cible Les caractéristiques du local de confinement, conjuguées à celles du bâtiment dans lequel il se situe, doivent garantir que le taux de renouvellement d'air du local de confinement est suffisamment faible pour maintenir la concentration en produit toxique dans le local, après 2 heures de confinement, en deçà de la concentration maximale admissible définie pour chaque produit toxique ou chaque mélange identifié. Cette concentration maximale admissible est définie égale au seuil des effets irréversibles pour une durée d'exposition de deux heures. C'est une valeur propre à chaque produit ou mélange toxique. La perméabilité à l'air du local de confinement devra être dimensionnée pour respecter l'objectif de performance face à la réalisation du «phénomène dangereux le plus contraignant». Le phénomène dangereux le plus contraignant peut être défini comme étant celui qui présente le plus faible rapport entre la concentration maximale admissible à l'intérieur du local et la concentration du nuage toxique extérieur. Ce rapport, appelé «taux d'atténuation», doit être calculé pour chaque phénomène dangereux susceptible d'impacter l'enjeu. Le phénomène dangereux le plus contraignant, c'est-à-dire celui dont le taux d'atténuation est le plus faible, est utilisé pour dimensionner la perméabilité du (des) local (locaux) de confinement. Objectif de performance Concentration dans le local après 2 heures de confinement inférieure au seuil des effets irréversibles défini pour une durée d'exposition de 2 heures (SEI- 2h) pour tout produit toxique susceptible de dispersion atmosphérique accidentelle. I.2 - Modalités de calcul du coefficient d atténuation cible Les modalités de calcul sont les suivantes ; elles sont précisées dans le guide PPRT «complément technique relatif à l effet toxique» réalisé par le Cete de Lyon et l INERIS et édité par le Ministère en charge de l Ecologie. Le «taux d'atténuation cible» relatif à chaque produit est la division de la concentration correspondant au seuil des effets irréversibles (SEI 2h) par la concentration du nuage conventionnel correspondant à une durée d exposition équivalente à 1 heure. Taux Atténuation Cible produit=sei 2h00 produit / Concentration nuage 1h00 produit

2 Le calcul du «taux d'atténuation cible» est fait pour chaque produit et chaque mélange susceptible d'impacter l'enjeu ou la zone d'aléa étudié. Le «taux d'atténuation cible» est la plus faible des valeurs obtenues parmi les taux calculés pour chaque produit ou mélange. Pour le PPRT liée à la société Chemtura (devenue Addivant France SAS), les phénomènes ayant des effets toxiques à l'extérieur du site sont liés au mélange gazeux acide chlorhydrique, chlore et dioxyde de soufre. Les seuils de toxicité de l'acide chlorhydrique sont : SEI (2h) SPEL (1h) SELS (1h) Les seuils de toxicité du chlore sont: SEI (2h) SPEL (1h) SELS (1h) Les seuils de toxicité du dioxyde de soufre sont : SEI (2h) SPEL (1h) SELS (1h) D'après l'étude de dangers, les différents phénomènes dangereux majorants avec des effets toxiques (phénomènes dangereux en hauteur non pris en compte) sont les suivants : N Phénomènes dangereux tox-60 nuage toxique HCl/SO2/Cl2 consécutif à un épandage de SCl2 avec présence d'eau liquide pour une durée de fuite de 60 min 12-tox dispersion toxique d'acide chlorhydrique suite à un épandage de trichlorure de phosphore (Pcl3) Distances d'effets (en mètres) Effets létaux significatifs Effets létaux Effets irréversibles Pour déterminer le taux d'atténuation cible, il faut déterminer le taux d'atténuation majorant entre le mélange gazeux d'acide chlorhydrique, de dioxyde de soufre et de chlore et le nuage d'acide chlorhydrique seul.

3 I.2 Calcul des seuils équivalents pour un mélange Les débits massiques, issus de l'étude de dangers, sont les suivants : pour l'acide chlorhydrique : 82 g/s, pour le chlore : 46g/s, pour le dioxyde de soufre : 36g/s. Pour pouvoir appliquer la note explicative sur le calcul du taux d atténuation pour un mélange de substances toxiques sur les effets toxiques de l'ineris du 8 mars 2012, il faut déterminer les concentrations volumiques. 1- Pour déterminer la masse volumique de chaque gaz, les formules suivantes sont utilisées: la formule des gaz parfaits : PV = nrt avec P la pression du gaz ( en pascal); V le volume occupé par le gaz ( en m3); n la quantité de matière (en mole); N est le nombre de particules ; R est la constante universelle des gaz parfaits : R= 8, J K -1 mol -1 la formule de la masse volumique : ρ = m donc V= m V ρ avec m en kilogramme (kg) V en mètre cube (m3) ρ en kilogramme par mètre cube ( kg.m-3) Donc, P*m/ ρ=nrt Donc ρ =P*m/nRT La masse molaire de chaque gaz est : Chlore Acide chlorhydrique Dioxyde de soufre MASSE MOLAIRE (g/mol) M1=35,5*2=71 M2=36,5 M3=64,066 Par application de la formule ρ =P*m/nRT, les résultats obtenus sont les suivants : MASSE VOLUMIQUE (kg/m3) Chlore Acide chlorhydrique Dioxyde de soufre (101325*M1)/(8,314*298)=2,90 (101325*M2)/(8,314*298)=1,49 (101325*M3)/(8,314*298)=2,62

4 2- Calcul du débit volumique pour chaque gaz Débit volumique = Débit massique / masse volumique DEBIT VOLUMIQUE(m3/s) Chlore 0,046/2,9 = 0,016 Acide chlorhydrique 0,082/1,49 = 0,055 Dioxyde de soufre 0,036/2,62 = 0,014 Le débit volumique total est de 0, Calcul de la concentration volumique pour chaque gaz Concentration volumiquegaz1 = Débit volumique gaz1 / débit volumique total CONCENTRATION VOLUMIQUE Chlore C1= 0,016/0,085 * = ,8176 Acide chlorhydrique C2= 0,055/0,085 * = ,1211 Dioxyde de soufre C3= 0,014/0,085 * = , Calcul des valeurs de concentration seuil équivalent Concentration SEI équivalent= 1/ (concentration volumique gaz1 / Concentration SEI gaz1 + concentration volumique gaz2 / Concentration SEI gaz2 ) * SEUIL EQUIVALENT CONCENTRATION (en ppm) SEI 2h 1/(C1/14+C2/40+C3/67)* = 31,18 SPEL 1h 1/(C1/110+C2/240+C3/725)* = 215,63 SELS 1h 1/(C1/127+C2/379+C3/858)* = 295,73

5 II- APPLICATION AU CAS de Chemtura (devenu Addivant France SAS) II.1 - Calcul du coefficient d atténuation cible dans la zone des effets très graves (ZETG) Dans cette zone, une étude au cas par cas devra être réalisée afin de déterminer le coefficient d'atténuation correspondant. II.2 - Calcul du coefficient d atténuation cible dans la zone des effets graves (ZEG) Dans la zone des effets létaux, la concentration en mélange gazeux pour une durée de 1 heure est : supérieure au seuil équivalent des effets létaux égal à 215,63 ppm ; inférieure au seuil équivalent des effets létaux significatifs égal à 295,73 ppm. Taux d atténuation Cible = SEI Equivalent (2 heure) = 31,18 SELS Equivalent (1 heure) 295,7 Soit un taux d'atténuation cible de 10,54 %. II.3 - Calcul du coefficient d atténuation cible dans la zone des effets significatifs (ZES) Dans la zone des effets irréversibles, la concentration en ammoniac pour une durée de 1 heure est : supérieure au seuil équivalent des effets irréversibles égal à 31,18 ppm ; inférieure au seuil équivalent des effets létaux égal à 215,63 ppm. Taux d atténuation Cible = SEI Equivalent (2 heure) = 31,18 SPEL Equivalent (1 heure) 215,6 Soit un taux d'atténuation cible de 14,46 %. *SPEL : Seuil des premiers effets létaux En respectant le calcul précédent, nous obtenons pour l acide chlorhydrique, les taux d'atténuations suivants : 10,55 % dans la zone des effets graves, 16,67 % dans la zone des effets significatifs. Ainsi, le taux atténuation cible à respecter dans les différentes zones d'effets sont celles liées au mélange gazeux (acide chlorhydrique, chlore et dioxyde de soufre): 10,54 % dans la zone des effets graves, 14,46 % dans la zone des effets significatifs.

6 B- Protection d une construction vis-à-vis des effets de surpression : 3 cartes sont fournies pour l effet de surpression : - Carte N 2 «Intensité surpression» ; - Carte N 2-1 «surpression maximale de 50mbar» ; - Carte N 2-2 «surpression maximale de 140mbar - onde de choc» ; Carte N 2 «Intensité de surpression» : Dans la zone jaune : le projet doit résister à 35 mbar. Dans la zone verte : le projet doit résister à 50 mbar. Dans la zone orange : le projet doit résister à 140 mbar. Dans la zone rouge : le projet doit résister à 200 mbar. Dans la zone violette : le projet doit résister à plus de 200 mbar. Une étude spécifique doit être menée afin d identifier l intensité maximale des phénomènes dangereux concernés. Carte N 2-1 «surpression maximale de 50mbar» : Dans cette zone, les projets doivent résister à une onde de choc ou à une déflagration avec un temps d'application > à 150 ms. Carte N 2-2 «surpression maximale de 140mbar - onde de choc» : Dans cette zone les projets doivent résister à un effet de surpression de 140 mbar caractérisé par une onde de choc avec un temps d'application compris entre 20 et 100 ms. C- Protection d une construction vis-à-vis des effets thermiques : 3 cartes sont fournies pour l effet thermique : - Carte N 3-1 «Intensité thermique continu» ; - Carte N 3-2 «Intensité thermique transitoire de type boule de feu» ; - Carte N 3-3 «Intensité thermique transitoire de type feu de nuage». Carte N 3-1 «Intensité thermique continu» : Dans la zone orange : le projet doit résister à 5 kw/m 2. Dans la zone rouge : le projet doit résister à 8 kw/m 2. Dans la zone violette : le projet doit résister à plus de 8 kw/m2. Une étude spécifique doit être menée afin d identifier l intensité maximale des phénomènes dangereux concernés. Carte N 3-2 «Intensité thermique transitoire de type boule de feu» : Dans la zone orange : le projet doit résister à 1000 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s Dans la zone rouge : le projet doit résister à 1800 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s Dans la zone violette : le projet doit résister à plus de 1800 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s. Une étude spécifique doit être menée afin d identifier l intensité maximale des phénomènes dangereux concernés.

7 Carte N 3-3 «Intensité thermique transitoire de type feu de nuage» : Dans la zone orange : le projet doit résister à 1000 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s. Dans la zone violette : le projet doit résister à plus de 1800 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s. Une étude spécifique doit être menée afin d identifier l intensité maximale des phénomènes dangereux concernés.

DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE

DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE Le dimensionnement des évents vis-à-vis du phénomène de pressurisation d un bac dans un incendie a été

Plus en détail

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures Journée PPRT - CNFPT Marseille - 19 juin 2014 INERIS Benjamin Le Roux Effets d un phénomène dangereux

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

INERIS DRA-14-141797-09789B

INERIS DRA-14-141797-09789B RAPPORT D ÉTUDE 24/11/2014 INERIS DRA-14-141797-09789B Addendum au cahier applicatif du complément technique de la vulnérabilité du bâti aux effets de surpression version 1 référencé DRA-08-9946115249A

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) BIMA 83

Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) BIMA 83 1/7 Département du Haut-Rhin ------ Communes de Cernay, Uffholtz et Wittelsheim Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) BIMA 83 DOSSIER SOUMIS A L'ENQUETE PUBLIQUE Note de présentation Document

Plus en détail

PPRT - Les zones bleues B et b. Autorisations et prescriptions constructives

PPRT - Les zones bleues B et b. Autorisations et prescriptions constructives PPRT - Les zones bleues B et b. Autorisations et prescriptions constructives Projets de construction nouvelle Journée PPRT - CNFPT Marseille - 19 juin 2014 INERIS Benjamin Le Roux CEREMA Mathieu Maupetit

Plus en détail

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47)

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) VI. RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Novembre 2009 Mise à jour juillet 2011 Réf. : RP/ER/MM/2009/092

Plus en détail

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Fiche d application : Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Date Contenu de la mise à jour Version 7 janvier 2009 2 Préambule : La détermination des classes BR1, BR2 BR3 s effectue en fonction du

Plus en détail

PPRT - Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées

PPRT - Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées PPRT - Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées 3 Juin 2014 Vincent LARDIERE Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 4 janvier 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative

Plus en détail

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR L'objectif du TP est de tracer un diagramme isobare en équilibre liquide vapeur du binaire H 2 O / HCl, par une méthode utilisant le principe de la distillation

Plus en détail

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1.

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1. CHALEUR, TRAVAIL & ENERGIE INTERNE DES GAZ PARFAITS LES 4 TRANSFORMATIONS THERMODYNAMIQUES DE BASE EQUATION CARACTERISTIQUE DES GAZ PARFAITS GAZ PARFAITS L'état d'un gaz parfait est décrit par ses trois

Plus en détail

Installations Classées pour la Protection de l'environnement Calculs de flux thermiques SOMMAIRE

Installations Classées pour la Protection de l'environnement Calculs de flux thermiques SOMMAIRE SOMMAIRE I. OBJECTIF... 2 II. CALCUL DE FLUX THERMIQUES CORRELATION DE THOMAS... 2 A- Méthodologie... 2 1) Principe... 2 2) Evolution de l'incendie... 4 3) Montée rapide de la température ambiante... 4

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 5 octobre 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative à la prise en compte

Plus en détail

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Objectifs de la présentation Connaître les origines de la perméabilité à l air et sa mécanique Identifier les enjeux de l étanchéité à l air

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

L AIR ET L AÉRAULIQUE

L AIR ET L AÉRAULIQUE Roger Cadiergues MémoCad ne03.a L AIR ET L AÉRAULIQUE SOMMAIRE ne03.1. Les applications de l aéraulique ne03.2. L utilisation des débits ne03.3. Ecoulements : débits et vitesses ne03.4. Vitesses et pressions

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T6.2 : Analyser l installation, diagnostiquer Compétence C1.2 : Interpréter, analyser, décoder Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE PENIBILITE

LE COMPTE PERSONNEL DE PENIBILITE LE COMPTE PERSONNEL DE PENIBILITE Textes applicables Loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 D. n 2014-1155, n 2014-1156, n 2014-1157, n 2014-1158, n 2014-1159 et n 2014-1160 du 9 octobre 2014, JO du 10 octobre

Plus en détail

SOMMAIRE. PPRT du dépôt de munitions de Neubourg Règlement 2/27

SOMMAIRE. PPRT du dépôt de munitions de Neubourg Règlement 2/27 SOMMAIRE Titre I -Portée du PPRT, dispositions générales...4 Chapitre 1 -Champ d application...4 Article 1- Objet et objectifs du PPRT...4 Article 2- La portée des dispositions...4 Article 3- Le plan de

Plus en détail

11 Annexe V : Modélisations des scénarios catastrophes

11 Annexe V : Modélisations des scénarios catastrophes $+ (% &&) $%&'()')&(% $%&'()')&(% $) 11 Annexe V : Modélisations des scénarios catastrophes #))*!"# Unité de méthanisation et de compostage Modélisations - Etude de Dangers Département de la Gironde Commune

Plus en détail

Synthèse des résultats des études de vulnérabilité

Synthèse des résultats des études de vulnérabilité Synthèse des résultats des études de vulnérabilité PPRT ArcelorMittal (57) Réunion des POA n 3 25 juin 2012 Centre d'études Techniques de l'équipement 1 Bâtiments ayant fait l'objet d'une étude de vulnérabilité

Plus en détail

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse CHAMPREDONDE Renaud DAUNIS Mélanie TP III Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse Module de géochimie Responsable : J.-L. DANDURAND SOMMAIRE INTRODUCTION I / Etude théorique

Plus en détail

Présentation des scénarios d accidents

Présentation des scénarios d accidents Présentation des scénarios d accidents Dont les effets sortent des limites des sites Réunion POA du 25 avril 2013 SFDM La Ferté-Alais Parcs A et B - Réunion POA du 25 avril 2013-1 Qu est-ce qu un dépôt

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs Fiche d application RT2005 : Bâtiments accolés Date Modification Version 15/10/2008 3 06/06/2012 Fiche pour RT2005 4 Préambule Cette fiche d application apporte des précisions sur la prise en compte des

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * * SESSION 2006 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE Durée : 2 heures Les calculatrices sont autorisées * * * NB : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

PRÊT À TAUX ZERO + LES BARÈMES DU PRÊT À TAUX ZÉRO + Montant de l'opération. Le montant du PTZ+

PRÊT À TAUX ZERO + LES BARÈMES DU PRÊT À TAUX ZÉRO + Montant de l'opération. Le montant du PTZ+ PRÊT À TAUX ZERO + Le «Prêt à taux zéro plus» appelé aussi «Prêt à taux zéro renforcé» ou «Prêt à taux zéro universel» est le nouveau dispositif d'aide gouvernementale qui entre en vigueur à partir du

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l'établissement EURENCO à Sorgues

Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l'établissement EURENCO à Sorgues Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l'établissement EURENCO à Sorgues du 1 PPRT D'EURENCO à Sorgues Périmètre d'étude Le PPRT d'eurenco a été prescrit par arrêté interdépartemental

Plus en détail

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique Cours CH4 Description d un système physico-chimique Transformation chimique David Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Description d un système

Plus en détail

conteneurs dans des ports petits et moyens

conteneurs dans des ports petits et moyens PIANC Groupe de Travail 135 (MarCom) Termes de référence 0BPrPrincipes de conception de terminaux à conteneurs dans des ports petits et moyens 1B 1- Définition du problème Les terminaux à conteneurs dans

Plus en détail

Saisie des systèmes de ventilation naturelle par conduits et de ventilation hybride

Saisie des systèmes de ventilation naturelle par conduits et de ventilation hybride Fiche d application : Saisie des systèmes de ventilation naturelle par conduits et de ventilation hybride Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 7 avril 2009 1 Préambule : Cette

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants Fiche d application : Système de ventilation changé Date Modification Version 7 juin 2012 1 Préambule Dans le cadre de la méthode Th-C-Eex, la prise en compte des systèmes de ventilation (et donc leur

Plus en détail

PLAN LOCAL URBANISME. DELIBERATIONS ET ARRETES Modification N 3 du 15 décembre 2014. Commune de Grenoble

PLAN LOCAL URBANISME. DELIBERATIONS ET ARRETES Modification N 3 du 15 décembre 2014. Commune de Grenoble Commune de Grenoble D' PLAN LOCAL URBANISME Approuvé par délibération du DCM du 24 octobre 2005 DELIBERATIONS ET ARRETES Modification N 3 du 15 décembre 2014 APPROBATION DE LA MODIFICATION N 3 DU

Plus en détail

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011 ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 211 ATMO Champagne-Ardenne dispose en 211, sur la région de stations fixes de fond mesurant en continu les

Plus en détail

Annexe cartographique des effets

Annexe cartographique des effets PREFECTURE DU NORD Plan de Prévention des Risques Technologiques ALUMINIUM DUNKERQUE Communes de Gravelines et Loon-Plage Annexe cartographique des effets Janvier 2012 a) Préambule Les Plans de Prévention

Plus en détail

Les ATmosphères EXplosives. Prévention des Risques et Protection des Salariés. R. REVALOR INERIS Méditerranée

Les ATmosphères EXplosives. Prévention des Risques et Protection des Salariés. R. REVALOR INERIS Méditerranée Les ATmosphères EXplosives («ATEX») Prévention des Risques et Protection des Salariés R. REVALOR INERIS Méditerranée 1 ATEX : Les produits concernés ATMOSPHERE EXPLOSIVE Mélange avec l air, dans les conditions

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

Les tolérances et critères de réception des menuiseries et des vitrages

Les tolérances et critères de réception des menuiseries et des vitrages Les tolérances et critères de réception des menuiseries et des vitrages Que ce soit lors de défaut de production, de dégradation lors du transport ou lors de la pose ou plus simplement suite à une méconnaissance

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux.

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux. Ventilation d écurie Le confort des personnes et des animaux, dans un bâtiment, dépend principalement du système de ventilation et de chauffage. Les divers buts de l exploitant du bâtiment dicteront les

Plus en détail

Contexte et méthodologie de l étude

Contexte et méthodologie de l étude Contexte et méthodologie de l étude Bâtiments étudiés : Pavillon propriété Martin et Varin Aléas toxique (Fai) et thermique (M+) Etablissement Intermarché aléa Toxique (Fai) PHASE 1 Synthèse des phénomènes

Plus en détail

Instrum : BTS1 1-a Capteur, transmetteur et environnement Cours n 12 Atex ATEX (Atmosphères Explosives) Page 1 sur 5

Instrum : BTS1 1-a Capteur, transmetteur et environnement Cours n 12 Atex ATEX (Atmosphères Explosives) Page 1 sur 5 Atex ATEX (Atmosphères Explosives) Page 1 sur 5 1 Définition d'une Atex Une atmosphère explosive (ATEX) est un mélange avec l air, dans les conditions atmosphériques, de substances inflammables sous forme

Plus en détail

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Introduction La présente fiche traite du risque d explosion susceptible d

Plus en détail

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PIÈCE 4.2 : ÉTUDE D IMPACT SOUS-SOL RÉSUMÉ NON TECHNIQUE NOVEMBRE 2014 2 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 I. LE CONTEXTE DE LA NOTICE D IMPACT SOUS-SOL...

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Pat de la Vatine BP 108 76134 MONT SAINT AIGNAN PROJET : EXTENSION D UN SITE DE STOCKAGE DE CEREALES ET OLEOPROTEAGINEUX ET D APPROVISIONNEMENT D541 «Le Chemin sec» 60360 DOMELIERS RESUME NON TECHNIQUE

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

COMITE DE LIAISON DES APPAREILS DESTINES A ÊTRE UTILISES EN ATMOSPHERES EXPLOSIBLES

COMITE DE LIAISON DES APPAREILS DESTINES A ÊTRE UTILISES EN ATMOSPHERES EXPLOSIBLES CLATEX COMITE DE LIAISON DES APPAREILS DESTINES A ÊTRE UTILISES EN ATMOSPHERES EXPLOSIBLES Alain Czyz - INERIS - BP2 60550 VERNEUIL EN HALATTE Tél: 03 44 55 65 42 Fax: 03 44 55 67 04 Alain.Czyz@ineris.fr

Plus en détail

Un Objectif du Grenelle Environnement

Un Objectif du Grenelle Environnement Un saut énergétique Avec la RT2012, le Grenelle Environnement prévoit de diviser par 3 la consommation énergétique des bâtiments neufs d habitation et d usage tertiaire, soit : une consommation d énergie

Plus en détail

Exercices sur les écoulements compressibles

Exercices sur les écoulements compressibles Exercices sur les écoulements compressibles IUT - GTE - Marseille 2012-13 1 Exercice 1 Calculer la température et la pression d arrêt sur le bord d attaque de l aile d un avion volant à Mach Ma = 0.98

Plus en détail

REGLE APSAD R13 Extinction automatique à gaz (Edition Juin 2010) Prise en compte des déclencheurs manuels de secours

REGLE APSAD R13 Extinction automatique à gaz (Edition Juin 2010) Prise en compte des déclencheurs manuels de secours ADDITIF Juin 2012 REGLE APSAD R13 Extinction automatique à gaz (Edition Juin 2010) Prise en compte des déclencheurs manuels de secours Harmonisation de la qualité des câbles d une installation Propriétés

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN M.R.C de Lotbinière Mars 2004 RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN PAR: Stéphane Larivée, ing. MRC de Lotbinière Mars 2004 Rapport sur le projet de déchiquetage

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises 1 sur 6 28/03/2008 17:10 Texte non paru au Journal officiel 1144 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises Direction de l action régionale, de la qualité

Plus en détail

Annexe commune. au règlement et. au cahier de recommandations - Détermination et cartographies des intensités par type d effet

Annexe commune. au règlement et. au cahier de recommandations - Détermination et cartographies des intensités par type d effet Annexe commune au règlement et au cahier de recommandations - Détermination et cartographies des intensités par type d effet Table des matières I - Contexte...5 II - Application concrète...7 II.1 - Pour

Plus en détail

Etape n 10 : Test d étanchéité à l air

Etape n 10 : Test d étanchéité à l air Etape n 10 : Test d étanchéité à l air Le test d étanchéité à l air Les travaux de gros œuvre et une grande partie du second œuvre sont terminés. Avant de s attaquer aux finitions, un test d étanchéité

Plus en détail

DOSSIER VANNES 3 VOIES

DOSSIER VANNES 3 VOIES DOSSIER VANNES 3 VOIES REGULATION CIRCUIT DE CHAUFFAGE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT TECHNOLOGIES PRINCIPE DE REGULATION MONTAGE EN MELANGE MONTAGE EN REPARTITION MONTAGE EN DECHARGE MONTAGE EN INJECTION

Plus en détail

Constante d acidité d un couple acide/base

Constante d acidité d un couple acide/base ACTIVITE-COURS CHIMIE N 3 TS 1/6 CONSTANTE D ACIDITE D UN COUPLE ACIDE/ABASE Objectifs de l'activité Activité-cours de chimie N 3 Constante d acidité d un couple acide/base Connaître la réaction d autoprotolyse

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne)

Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne) PREFECTURE DE LA DORDOGNE Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne) PROJET DE REGLEMENT Version du 07 octobre 2010 SOMMAIRE TITRE I : PORTEE DU

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012

La Réglementation Thermique 2012 La Réglementation Thermique 2012 La réglementation thermique 2012 ou RT 2012 est le fruit d une réflexion de deux ans des acteurs des différents secteurs du bâtiment, faisant suite au dernier Grenelle

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

3. Les limites d inflammations ou d explosivités.

3. Les limites d inflammations ou d explosivités. L explosimétrie 1. Qu est ce qu une explosion? L explosion est due à la présence d un combustible mélangé à un comburant dans des proportions données, qui en présence d une source d ignition ou de chaleur,

Plus en détail

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION DÉFINITIONS L exergie d un système dans des conditions (T, S, U ) données correspond au travail utile maximal que ce système pourrait fournir en

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD

Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

DST de sciences physiques

DST de sciences physiques Terminales S DST de sciences physiques (5 pages) Exercice n 1 (7 points) Acide et base faible Toutes les solutions aqueuses sont à 25 C. 1. On dispose d'une solution S a d'acide éthanoïque CH 3 COOH de

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Niveau de production croissant

Niveau de production croissant En effet, la fonction de production définit : l ensemble de production l ensemble des paniers de facteurs qui permettent de produire un niveau donné de bien. Cette fonction permet de définir des courbes

Plus en détail

Sécurité industrielle 70%

Sécurité industrielle 70% Sécurité industrielle 70% de PPRT approuvés (285 sur 407 PPRT à l échelle nationale). L objectif du Ministère de l Ecologie est d approuver 95% des PPRT à fin 2014. La gestion de la sécurité et son amélioration

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE

MARCHE PUBLIC DE SERVICE MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) POUVOIR ADJUDICATEUR DEPARTEMENT DE LA CHARENTE OBJET DE LA CONSULTATION RÉALISATION D UNE MISSION DE DIAGNOSTIC SUR L ACCESSIBILITÉ

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN Troyes, le 11 juillet 2014, ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN FLUMilog Hauteur de stockage

Plus en détail

Résumé non technique de l étude de. GINGER Environnement & Infrastructures Page 5

Résumé non technique de l étude de. GINGER Environnement & Infrastructures Page 5 Résumé non technique de l étude de GINGER Environnement & Infrastructures Page 5 A. Principes généraux de réduction des risques 1. Rôle central de l étude de L étude de : expose les que peuvent présenter

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

Synthèse du dispositif pénibilité applicable à compter du 1er janvier 2015.

Synthèse du dispositif pénibilité applicable à compter du 1er janvier 2015. Synthèse du dispositif pénibilité applicable à compter du 1er janvier 2015. Les décrets sur la pénibilité, ont été publiés au Journal officiel vendredi 10 octobre 2014. Ils y a 10 facteurs de pénibilité,

Plus en détail

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé éée e en 1963 1976 : achat de Transports Trainpo 1979 :Construction des premiers entrepôts 3000 m2 1979 à 1988 : Construction de 18000 m2

Plus en détail

CH X Intérêts composés - Amortissements

CH X Intérêts composés - Amortissements CH X Intérêts composés - Amortissements I) Les intérêts composés : 1) Situation : Un capital de 20 000,00 est placé à un taux d intérêts de 4 % l an pendant 5 ans. Chaque année les intérêts produits viennent

Plus en détail

LES COLLISIONS FRONTALES ENTRE VÉHICULES

LES COLLISIONS FRONTALES ENTRE VÉHICULES LES COLLISIONS FRONTALES ENTRE VÉHICULES Quel est le rôle de la masse dans un choc frontal entre deux véhicules? Quel est le rôle de la vitesse? Quelle est la force délivrée par chacun des deux véhicules?

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Chapitre 10 : Condensateur et circuit RC I. Notions de base en électricité : a) Courant électrique

Plus en détail

Analyse des accidents majeurs relative au projet de Centre sportif de Malley

Analyse des accidents majeurs relative au projet de Centre sportif de Malley Centre intercommunal de glace de Malley (CIGM) Analyse des accidents majeurs relative au projet de Centre sportif de Malley Mesures de sécurité Le 07 octobre 2015 Équipe projet Locher Peter Dr. Lorenz

Plus en détail

Chauffe-eau solaire collectif (France d outre-mer)

Chauffe-eau solaire collectif (France d outre-mer) Certificats d économies d énergie Opération n BAR-TH-135 Chauffe-eau solaire collectif (France d outre-mer) 1. Secteur d application Bâtiment résidentiel existant ou projets de construction de bâtiments

Plus en détail

Un atout pour la RT 2012!

Un atout pour la RT 2012! LE COFFRE DE VOLET-ROULANT, Un atout pour la RT 2012! LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES LES CARACTÉRISTIQUES THERMIQUES DES COFFRES POURQUOI UN COFFRE EST INDISPENSABLE EN BBC? LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE PRODUIT DETECTEUR VIREx

NOTICE TECHNIQUE PRODUIT DETECTEUR VIREx Page : 0 NOTICE TECHNIQUE PRODUIT DETECTEUR Le présent document comporte 9 pages. G. SAMIER Chef de projet Rédaction Fonction Visa - Date L. DESARNAUD-CAULY Chef de Laboratoire Vérification Fonction Visa

Plus en détail

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel)

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel) Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) une obligation peut être revendue avant son échéance un emprunt peut être renégocié Actualisation d une séquence

Plus en détail

Les infrastructures de transport face aux risques technologiques Un exemple d étude

Les infrastructures de transport face aux risques technologiques Un exemple d étude Les infrastructures de transport face aux risques technologiques Un exemple d étude Les problématiques Les effets redoutés sur les personnes Les effets de surpression Les effets thermiques Les effets toxiques

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 01/10/96 Origine : DRP MME et MM. les Directeurs des Caisses Régionales d'assurance Maladie MM.

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE. STI Génie Civil STI Génie Énergétique

SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE. STI Génie Civil STI Génie Énergétique 9PYCEAGl SESSION 2009 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE STI Génie Civil STI Génie Énergétique Temps alloué: 2 heures Coefficient: 5 La calculatrice (conforme à la circulaire

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Journée Industrielle Méthanisation Règles de sécurité des installations de méthanisation agricole Chambéry, 05 Octobre 2011

Journée Industrielle Méthanisation Règles de sécurité des installations de méthanisation agricole Chambéry, 05 Octobre 2011 Journée Industrielle Méthanisation Règles de sécurité des installations de méthanisation agricole Chambéry, 05 Octobre 2011 Sébastien EVANNO (sebastien.evanno@ineris.fr) Contexte Programme d appui annuel

Plus en détail

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment 1 Atelier: Conception d un bâtiment adapté à son climat Le confort d été dans la RT 2012 Dominique CACCAVELLI CSTB 2 RT 2012 : les trois exigences de performance globale Exigence d efficacité énergétique

Plus en détail