Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement. A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement. A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques :"

Transcription

1 ANNEXE 7 Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques : 1 carte est fournie pour l effet toxique : Carte N 1 «Taux d'atténuation cible» ; I- GENERALITES I.1 - Définition du coefficient d atténuation cible Les caractéristiques du local de confinement, conjuguées à celles du bâtiment dans lequel il se situe, doivent garantir que le taux de renouvellement d'air du local de confinement est suffisamment faible pour maintenir la concentration en produit toxique dans le local, après 2 heures de confinement, en deçà de la concentration maximale admissible définie pour chaque produit toxique ou chaque mélange identifié. Cette concentration maximale admissible est définie égale au seuil des effets irréversibles pour une durée d'exposition de deux heures. C'est une valeur propre à chaque produit ou mélange toxique. La perméabilité à l'air du local de confinement devra être dimensionnée pour respecter l'objectif de performance face à la réalisation du «phénomène dangereux le plus contraignant». Le phénomène dangereux le plus contraignant peut être défini comme étant celui qui présente le plus faible rapport entre la concentration maximale admissible à l'intérieur du local et la concentration du nuage toxique extérieur. Ce rapport, appelé «taux d'atténuation», doit être calculé pour chaque phénomène dangereux susceptible d'impacter l'enjeu. Le phénomène dangereux le plus contraignant, c'est-à-dire celui dont le taux d'atténuation est le plus faible, est utilisé pour dimensionner la perméabilité du (des) local (locaux) de confinement. Objectif de performance Concentration dans le local après 2 heures de confinement inférieure au seuil des effets irréversibles défini pour une durée d'exposition de 2 heures (SEI- 2h) pour tout produit toxique susceptible de dispersion atmosphérique accidentelle. I.2 - Modalités de calcul du coefficient d atténuation cible Les modalités de calcul sont les suivantes ; elles sont précisées dans le guide PPRT «complément technique relatif à l effet toxique» réalisé par le Cete de Lyon et l INERIS et édité par le Ministère en charge de l Ecologie. Le «taux d'atténuation cible» relatif à chaque produit est la division de la concentration correspondant au seuil des effets irréversibles (SEI 2h) par la concentration du nuage conventionnel correspondant à une durée d exposition équivalente à 1 heure. Taux Atténuation Cible produit=sei 2h00 produit / Concentration nuage 1h00 produit

2 Le calcul du «taux d'atténuation cible» est fait pour chaque produit et chaque mélange susceptible d'impacter l'enjeu ou la zone d'aléa étudié. Le «taux d'atténuation cible» est la plus faible des valeurs obtenues parmi les taux calculés pour chaque produit ou mélange. Pour le PPRT liée à la société Chemtura (devenue Addivant France SAS), les phénomènes ayant des effets toxiques à l'extérieur du site sont liés au mélange gazeux acide chlorhydrique, chlore et dioxyde de soufre. Les seuils de toxicité de l'acide chlorhydrique sont : SEI (2h) SPEL (1h) SELS (1h) Les seuils de toxicité du chlore sont: SEI (2h) SPEL (1h) SELS (1h) Les seuils de toxicité du dioxyde de soufre sont : SEI (2h) SPEL (1h) SELS (1h) D'après l'étude de dangers, les différents phénomènes dangereux majorants avec des effets toxiques (phénomènes dangereux en hauteur non pris en compte) sont les suivants : N Phénomènes dangereux tox-60 nuage toxique HCl/SO2/Cl2 consécutif à un épandage de SCl2 avec présence d'eau liquide pour une durée de fuite de 60 min 12-tox dispersion toxique d'acide chlorhydrique suite à un épandage de trichlorure de phosphore (Pcl3) Distances d'effets (en mètres) Effets létaux significatifs Effets létaux Effets irréversibles Pour déterminer le taux d'atténuation cible, il faut déterminer le taux d'atténuation majorant entre le mélange gazeux d'acide chlorhydrique, de dioxyde de soufre et de chlore et le nuage d'acide chlorhydrique seul.

3 I.2 Calcul des seuils équivalents pour un mélange Les débits massiques, issus de l'étude de dangers, sont les suivants : pour l'acide chlorhydrique : 82 g/s, pour le chlore : 46g/s, pour le dioxyde de soufre : 36g/s. Pour pouvoir appliquer la note explicative sur le calcul du taux d atténuation pour un mélange de substances toxiques sur les effets toxiques de l'ineris du 8 mars 2012, il faut déterminer les concentrations volumiques. 1- Pour déterminer la masse volumique de chaque gaz, les formules suivantes sont utilisées: la formule des gaz parfaits : PV = nrt avec P la pression du gaz ( en pascal); V le volume occupé par le gaz ( en m3); n la quantité de matière (en mole); N est le nombre de particules ; R est la constante universelle des gaz parfaits : R= 8, J K -1 mol -1 la formule de la masse volumique : ρ = m donc V= m V ρ avec m en kilogramme (kg) V en mètre cube (m3) ρ en kilogramme par mètre cube ( kg.m-3) Donc, P*m/ ρ=nrt Donc ρ =P*m/nRT La masse molaire de chaque gaz est : Chlore Acide chlorhydrique Dioxyde de soufre MASSE MOLAIRE (g/mol) M1=35,5*2=71 M2=36,5 M3=64,066 Par application de la formule ρ =P*m/nRT, les résultats obtenus sont les suivants : MASSE VOLUMIQUE (kg/m3) Chlore Acide chlorhydrique Dioxyde de soufre (101325*M1)/(8,314*298)=2,90 (101325*M2)/(8,314*298)=1,49 (101325*M3)/(8,314*298)=2,62

4 2- Calcul du débit volumique pour chaque gaz Débit volumique = Débit massique / masse volumique DEBIT VOLUMIQUE(m3/s) Chlore 0,046/2,9 = 0,016 Acide chlorhydrique 0,082/1,49 = 0,055 Dioxyde de soufre 0,036/2,62 = 0,014 Le débit volumique total est de 0, Calcul de la concentration volumique pour chaque gaz Concentration volumiquegaz1 = Débit volumique gaz1 / débit volumique total CONCENTRATION VOLUMIQUE Chlore C1= 0,016/0,085 * = ,8176 Acide chlorhydrique C2= 0,055/0,085 * = ,1211 Dioxyde de soufre C3= 0,014/0,085 * = , Calcul des valeurs de concentration seuil équivalent Concentration SEI équivalent= 1/ (concentration volumique gaz1 / Concentration SEI gaz1 + concentration volumique gaz2 / Concentration SEI gaz2 ) * SEUIL EQUIVALENT CONCENTRATION (en ppm) SEI 2h 1/(C1/14+C2/40+C3/67)* = 31,18 SPEL 1h 1/(C1/110+C2/240+C3/725)* = 215,63 SELS 1h 1/(C1/127+C2/379+C3/858)* = 295,73

5 II- APPLICATION AU CAS de Chemtura (devenu Addivant France SAS) II.1 - Calcul du coefficient d atténuation cible dans la zone des effets très graves (ZETG) Dans cette zone, une étude au cas par cas devra être réalisée afin de déterminer le coefficient d'atténuation correspondant. II.2 - Calcul du coefficient d atténuation cible dans la zone des effets graves (ZEG) Dans la zone des effets létaux, la concentration en mélange gazeux pour une durée de 1 heure est : supérieure au seuil équivalent des effets létaux égal à 215,63 ppm ; inférieure au seuil équivalent des effets létaux significatifs égal à 295,73 ppm. Taux d atténuation Cible = SEI Equivalent (2 heure) = 31,18 SELS Equivalent (1 heure) 295,7 Soit un taux d'atténuation cible de 10,54 %. II.3 - Calcul du coefficient d atténuation cible dans la zone des effets significatifs (ZES) Dans la zone des effets irréversibles, la concentration en ammoniac pour une durée de 1 heure est : supérieure au seuil équivalent des effets irréversibles égal à 31,18 ppm ; inférieure au seuil équivalent des effets létaux égal à 215,63 ppm. Taux d atténuation Cible = SEI Equivalent (2 heure) = 31,18 SPEL Equivalent (1 heure) 215,6 Soit un taux d'atténuation cible de 14,46 %. *SPEL : Seuil des premiers effets létaux En respectant le calcul précédent, nous obtenons pour l acide chlorhydrique, les taux d'atténuations suivants : 10,55 % dans la zone des effets graves, 16,67 % dans la zone des effets significatifs. Ainsi, le taux atténuation cible à respecter dans les différentes zones d'effets sont celles liées au mélange gazeux (acide chlorhydrique, chlore et dioxyde de soufre): 10,54 % dans la zone des effets graves, 14,46 % dans la zone des effets significatifs.

6 B- Protection d une construction vis-à-vis des effets de surpression : 3 cartes sont fournies pour l effet de surpression : - Carte N 2 «Intensité surpression» ; - Carte N 2-1 «surpression maximale de 50mbar» ; - Carte N 2-2 «surpression maximale de 140mbar - onde de choc» ; Carte N 2 «Intensité de surpression» : Dans la zone jaune : le projet doit résister à 35 mbar. Dans la zone verte : le projet doit résister à 50 mbar. Dans la zone orange : le projet doit résister à 140 mbar. Dans la zone rouge : le projet doit résister à 200 mbar. Dans la zone violette : le projet doit résister à plus de 200 mbar. Une étude spécifique doit être menée afin d identifier l intensité maximale des phénomènes dangereux concernés. Carte N 2-1 «surpression maximale de 50mbar» : Dans cette zone, les projets doivent résister à une onde de choc ou à une déflagration avec un temps d'application > à 150 ms. Carte N 2-2 «surpression maximale de 140mbar - onde de choc» : Dans cette zone les projets doivent résister à un effet de surpression de 140 mbar caractérisé par une onde de choc avec un temps d'application compris entre 20 et 100 ms. C- Protection d une construction vis-à-vis des effets thermiques : 3 cartes sont fournies pour l effet thermique : - Carte N 3-1 «Intensité thermique continu» ; - Carte N 3-2 «Intensité thermique transitoire de type boule de feu» ; - Carte N 3-3 «Intensité thermique transitoire de type feu de nuage». Carte N 3-1 «Intensité thermique continu» : Dans la zone orange : le projet doit résister à 5 kw/m 2. Dans la zone rouge : le projet doit résister à 8 kw/m 2. Dans la zone violette : le projet doit résister à plus de 8 kw/m2. Une étude spécifique doit être menée afin d identifier l intensité maximale des phénomènes dangereux concernés. Carte N 3-2 «Intensité thermique transitoire de type boule de feu» : Dans la zone orange : le projet doit résister à 1000 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s Dans la zone rouge : le projet doit résister à 1800 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s Dans la zone violette : le projet doit résister à plus de 1800 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s. Une étude spécifique doit être menée afin d identifier l intensité maximale des phénomènes dangereux concernés.

7 Carte N 3-3 «Intensité thermique transitoire de type feu de nuage» : Dans la zone orange : le projet doit résister à 1000 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s. Dans la zone violette : le projet doit résister à plus de 1800 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s. Une étude spécifique doit être menée afin d identifier l intensité maximale des phénomènes dangereux concernés.

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures Journée PPRT - CNFPT Marseille - 19 juin 2014 INERIS Benjamin Le Roux Effets d un phénomène dangereux

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE

DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE Le dimensionnement des évents vis-à-vis du phénomène de pressurisation d un bac dans un incendie a été

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL POUR L'ACCES AU CORPS DES INGENIEURS DE L INDUSTRIE ET DES MINES SESSION 2015. Option «environnement et sécurité industriels»

EXAMEN PROFESSIONNEL POUR L'ACCES AU CORPS DES INGENIEURS DE L INDUSTRIE ET DES MINES SESSION 2015. Option «environnement et sécurité industriels» EXAMEN PROFESSIONNEL POUR L'ACCES AU CORPS DES INGENIEURS DE L INDUSTRIE ET DES MINES SESSION 2015 Remarques préliminaires Le sujet comporte 4 parties distinctes : - Partie A sur l'organisation de l'inspection

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Technologiques autours des établissements de YARA et ALFI. Annexes au règlement

Plan de Prévention des Risques Technologiques autours des établissements de YARA et ALFI. Annexes au règlement Plan de Prévention des Risques Technologiques autours des établissements de YARA et ALFI Annexes au règlement PPRT de PARDIES POA_Annexes règlement SOMMAIRE Annexe 1 Dispositions constructives pour faire

Plus en détail

Chaufferie CPCU de Vaugirard

Chaufferie CPCU de Vaugirard Expéditeur : Bureau Veritas - Service Risques Industriels Immeuble "Le Guillaumet" 60 avenue Charles de Gaulle 92046 Paris La-Défense Destinataire : CPCU - Site de Vaugirard Mikael GUILLOT 25 Rue Georges

Plus en détail

Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l'établissement EURENCO à Sorgues

Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l'établissement EURENCO à Sorgues Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l'établissement EURENCO à Sorgues du 1 PPRT D'EURENCO à Sorgues Périmètre d'étude Le PPRT d'eurenco a été prescrit par arrêté interdépartemental

Plus en détail

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers Eras Metal Calais / Note d information du Préfet / Présentation des modifications SCDC- Bissy Résumé non technique de l étude de dangers Réf. Entime 3302-006-007 / Rév. A /16.07.2013 DOC. ICPE / 2211-006-008

Plus en détail

Synthèse des résultats des études de vulnérabilité

Synthèse des résultats des études de vulnérabilité Synthèse des résultats des études de vulnérabilité PPRT ArcelorMittal (57) Réunion des POA n 3 25 juin 2012 Centre d'études Techniques de l'équipement 1 Bâtiments ayant fait l'objet d'une étude de vulnérabilité

Plus en détail

PPRT - Les zones bleues B et b. Autorisations et prescriptions constructives

PPRT - Les zones bleues B et b. Autorisations et prescriptions constructives PPRT - Les zones bleues B et b. Autorisations et prescriptions constructives Projets de construction nouvelle Journée PPRT - CNFPT Marseille - 19 juin 2014 INERIS Benjamin Le Roux CEREMA Mathieu Maupetit

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre PARTIE A GENIE CHIMIQUE Du gaz de Lacq au soufre Plus de la moitié du soufre produit dans le monde provient du traitement des gaz naturels et des pétroles. En France, il est produit principalement à partir

Plus en détail

L AIR ET L AÉRAULIQUE

L AIR ET L AÉRAULIQUE Roger Cadiergues MémoCad ne03.a L AIR ET L AÉRAULIQUE SOMMAIRE ne03.1. Les applications de l aéraulique ne03.2. L utilisation des débits ne03.3. Ecoulements : débits et vitesses ne03.4. Vitesses et pressions

Plus en détail

DE LA NOUVELLE APPROCHE D ANALYSE DES RISQUES DANS LES INSTALLATIONS CLASSEES

DE LA NOUVELLE APPROCHE D ANALYSE DES RISQUES DANS LES INSTALLATIONS CLASSEES MISE EN ŒUVRE DE LA NOUVELLE APPROCHE D ANALYSE DES RISQUES DANS LES INSTALLATIONS CLASSEES Principes généraux pour l élaboration des études de dangers Références : auteur : Jean Claude Couronneau Société

Plus en détail

RISQUE INDUSTRIEL Source : www.mementodumaire.net I - Définition II - Les principaux phénomènes redoutés

RISQUE INDUSTRIEL Source : www.mementodumaire.net I - Définition II - Les principaux phénomènes redoutés Source : www.mementodumaire.net RISQUE INDUSTRIEL Sommaire : I - Définition II - Les principaux phénomènes redoutés III - Les effets possibles en cas d'accident industriel IV - Prévention du risque industriel

Plus en détail

INERIS DRA-14-141797-09789B

INERIS DRA-14-141797-09789B RAPPORT D ÉTUDE 24/11/2014 INERIS DRA-14-141797-09789B Addendum au cahier applicatif du complément technique de la vulnérabilité du bâti aux effets de surpression version 1 référencé DRA-08-9946115249A

Plus en détail

Proposition de contenu des supports d information sur les mesures PPRT relatifs aux travaux de protection dans le bâti

Proposition de contenu des supports d information sur les mesures PPRT relatifs aux travaux de protection dans le bâti Proposition de contenu des supports d information sur les mesures PPRT relatifs aux travaux de protection dans le bâti Attention, ce document n augure pas de l organisation des supports de communication

Plus en détail

Aide à l application de la réglementation ATEX. établissements d enseignement supérieur) J. CHAINEAUX Jacques.chaineaux@ineris.

Aide à l application de la réglementation ATEX. établissements d enseignement supérieur) J. CHAINEAUX Jacques.chaineaux@ineris. Aide à l application de la réglementation ATEX (pour une amélioration de la sécurité dans les établissements d enseignement supérieur) J. CHAINEAUX Jacques.chaineaux@ineris.fr 03 44 55 65 18 Sommaire Phénoménologie

Plus en détail

RAPPORT D ÉTUDE 18/01/2010 N DRA-09-101660-12814A

RAPPORT D ÉTUDE 18/01/2010 N DRA-09-101660-12814A RAPPORT D ÉTUDE 18/01/2010 N DRA-09-101660-12814A Scénarios accidentels et modélisation des distances d effets associés pour des installations de méthanisation de taille agricole et industrielle Scénarios

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

LE RISQUE INDUSTRIEL. Comment se manifeste le risque industriel?

LE RISQUE INDUSTRIEL. Comment se manifeste le risque industriel? LE RISQUE INDUSTRIEL Comment se manifeste le risque industriel? Ce risque majeur est un événement accidentel survenant sur un site industriel. Deux grandes branches industrielles sont concernées, avec

Plus en détail

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403 ANNEXE : RISQUES ASSOCIES AUX GAZ COMPRIMES GAZ COMBUSTIBLES DIHYDROGÈNE : H 2 H220 - extrêmement inflammable. SGH02 Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Aucune Masse molaire 2 g.mol -1 Masse

Plus en détail

Annexe 4 Glossaire et définitions des termes techniques du PPRT

Annexe 4 Glossaire et définitions des termes techniques du PPRT Annexe 4 du règlement du PPRT de BREST Annexe 4 Glossaire et définitions des termes techniques du PPRT Annexe 4 du règlement du PPRT de BREST GLOSSAIRE et DEFINITIONS Accident majeur : Un accident majeur

Plus en détail

SCA DISTILLERIE D ARGELIERS SITE D ARGELIERS (11) RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS *****************

SCA DISTILLERIE D ARGELIERS SITE D ARGELIERS (11) RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS ***************** N 08490309AI1 SITE D ARGELIERS (11) DE L ETUDE DE DANGERS ***************** FEVRIER 2009 / 15/03/09 / Patrick SIMON, AIRMES Rév. Date Objet Rédigé par Vérifié par Approuvé par REVISIONS DU DOCUMENT DE.

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Dioxyde de soufre G050

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Dioxyde de soufre G050 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Dioxyde de soufre G050 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Dioxyde de soufre N FDS : G050 Formule chimique : SO2

Plus en détail

Référentiel de travaux de prévention des risques technologiques dans l habitat existant

Référentiel de travaux de prévention des risques technologiques dans l habitat existant UE SURPRESSION TOXIQUE THERMIQUE SURPRESSION Guide TOXIQUE à destination THERMIQUE SURPRESSION des professionnels TOXIQUE THERMIQUE du SURPRESSION bâtiment TOXIQU ERMIQUE SURPRESSION TOXIQUE THERMIQUE

Plus en détail

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Exercice 1 : Le diagramme binaire isobare du mélange binaire formé par le propan-2-ol (noté 2) et du 2-méthylpropan-2-ol (noté 1) est donné ci-dessous.

Plus en détail

Samira CHELHAOUI, Claire JOLY Direction des Risques Accidentels

Samira CHELHAOUI, Claire JOLY Direction des Risques Accidentels Samira CHELHAOUI, Claire JOLY Direction des Risques Accidentels Juin 2001 1 I- Les propriétés de l hydrogène II- L'accidentologie disponible le point sur l'hindenburg bilan sur les accidents répertoriés

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE MELANGE DE GAZ : O2 (50%) + N2O (50%)

FICHE DE DONNEES DE SECURITE MELANGE DE GAZ : O2 (50%) + N2O (50%) Page : 1/6 2.2 : Gaz non inflammable et non toxique. 5.1 : Substances comburantes Danger 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise Identificateur de produit Nom commercial

Plus en détail

Contexte et méthodologie de l étude

Contexte et méthodologie de l étude Contexte et méthodologie de l étude Bâtiments étudiés : Pavillon propriété Martin et Varin Aléas toxique (Fai) et thermique (M+) Etablissement Intermarché aléa Toxique (Fai) PHASE 1 Synthèse des phénomènes

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Technologiques LEGENDRE-DELPIERRE AUNEAU (28) Cahier de Recommandations

Plan de Prévention des Risques Technologiques LEGENDRE-DELPIERRE AUNEAU (28) Cahier de Recommandations PREFET D'EURE ET LOIR Plan de Prévention des Risques Technologiques LEGENDRE-DELPIERRE AUNEAU (28) Cahier de Recommandations Annexé à l'arrêté préfectoral du xx xx 2013 approuvant le PPRT DREAL Centre

Plus en détail

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé éée e en 1963 1976 : achat de Transports Trainpo 1979 :Construction des premiers entrepôts 3000 m2 1979 à 1988 : Construction de 18000 m2

Plus en détail

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47)

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) VI. RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Novembre 2009 Mise à jour juillet 2011 Réf. : RP/ER/MM/2009/092

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne)

Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne) PREFECTURE DE LA DORDOGNE Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne) PROJET DE REGLEMENT Version du 07 octobre 2010 SOMMAIRE TITRE I : PORTEE DU

Plus en détail

RDP : Bilan carbone d une centrale électrique thermique au gaz

RDP : Bilan carbone d une centrale électrique thermique au gaz 1S Thème : AGIR RDP : Bilan carbone d une centrale électrique thermique au gaz DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

Le GNL Journées techniques incendie SDIS13 19 mai 2015. Marie-Véronique DEYDIER Antoine SECHET

Le GNL Journées techniques incendie SDIS13 19 mai 2015. Marie-Véronique DEYDIER Antoine SECHET Le GNL Journées techniques incendie SDIS13 19 mai 2015 Marie-Véronique DEYDIER Antoine SECHET Agenda Le Gaz Naturel Liquide Où trouve-t-on du GNL? Les phénomènes dangereux du GNL Moyens d extinction film

Plus en détail

RAPPORT D ÉTUDE 28/10/2009 INERIS- DRA-09-103154-07092D

RAPPORT D ÉTUDE 28/10/2009 INERIS- DRA-09-103154-07092D RAPPORT D ÉTUDE 28/10/2009 INERIS- DRA-09-103154-07092D Cahier technique de la vulnérabilité du bâti aux effets thermiques transitoires Réf. : Erreur! Source du renvoi introuvable. Page 1 sur 78 Cahier

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2012 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

La sécurité des canalisations de transport de gaz. Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer

La sécurité des canalisations de transport de gaz. Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer La sécurité des canalisations de transport de gaz Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer CARACTERISTIQUES DU GAZ NATUREL Le gaz naturel contient essentiellement :

Plus en détail

3. Les limites d inflammations ou d explosivités.

3. Les limites d inflammations ou d explosivités. L explosimétrie 1. Qu est ce qu une explosion? L explosion est due à la présence d un combustible mélangé à un comburant dans des proportions données, qui en présence d une source d ignition ou de chaleur,

Plus en détail

Séminaire : Résistance des structures aux actions accidentelles PPRT ET BÂTIMENTS INDUSTRIELS : VULNÉRABILITÉ FACE AUX EFFETS THERMIQUES

Séminaire : Résistance des structures aux actions accidentelles PPRT ET BÂTIMENTS INDUSTRIELS : VULNÉRABILITÉ FACE AUX EFFETS THERMIQUES Séminaire : Résistance des structures aux actions accidentelles PPRT ET BÂTIMENTS INDUSTRIELS : VULNÉRABILITÉ FACE AUX EFFETS THERMIQUES INERIS, 3 Juin 2014, Paris 1 CONTEXTE Objectif des études de vulnérabilité

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

Établissement Entrepôt Pétrolier de Dijon (EPD) à Longvic. Approbation du plan de prévention des risques technologiques (PPRT) Jeudi 6 février 2014

Établissement Entrepôt Pétrolier de Dijon (EPD) à Longvic. Approbation du plan de prévention des risques technologiques (PPRT) Jeudi 6 février 2014 Établissement Entrepôt Pétrolier de Dijon (EPD) à Longvic Approbation du plan de prévention des risques technologiques (PPRT) Jeudi 6 février 2014 Dossier de presse Approbation PPRT EPD Longvic 6 février

Plus en détail

Canalisations de transport

Canalisations de transport janvier 2014 DRA - 13-133665-09977B Canalisations de transport Guide de détermination des mesures de protection propres aux bâtiments Version 1 janvier 2014 Canalisations de transport - Guide de détermination

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) BIMA 83

Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) BIMA 83 1/7 Département du Haut-Rhin ------ Communes de Cernay, Uffholtz et Wittelsheim Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) BIMA 83 DOSSIER SOUMIS A L'ENQUETE PUBLIQUE Note de présentation Document

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN

PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN Afin de pallier la raréfaction donc la hausse du coût des combustibles d origine fossile, le gouvernement et le secteur automobile se sont lancés depuis

Plus en détail

F I C H E D E D O N N E E S D E S E C U R I T E. Anti-moisissures 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

F I C H E D E D O N N E E S D E S E C U R I T E. Anti-moisissures 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE F I C H E D E D O N N E E S D E S E C U R I T E Anti-moisissures 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Utilisation de la substance/de la préparation Fungicide. Alguicide.

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE Edition révisée n : 2-10 SECURITE Date de révision : 8 / 6 / 2010. 2.2 : Gaz non inflammable et non toxique.

FICHE DE DONNEES DE Edition révisée n : 2-10 SECURITE Date de révision : 8 / 6 / 2010. 2.2 : Gaz non inflammable et non toxique. Page : 1 2.2 : Gaz non inflammable et non toxique. Attention 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise Identificateur de produit Nom commercial : N FDS : Description chimique

Plus en détail

Éléments pour mettre en œuvre une stratégie de «confinement» en cas de pollution atmosphérique accidentelle

Éléments pour mettre en œuvre une stratégie de «confinement» en cas de pollution atmosphérique accidentelle Éléments pour mettre en œuvre une stratégie de «confinement» en cas de pollution atmosphérique accidentelle 2008 CERTU Centre d'études sur les Réseaux, les Transports, l'urbanisme, et les constructions

Plus en détail

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1.

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1. CHALEUR, TRAVAIL & ENERGIE INTERNE DES GAZ PARFAITS LES 4 TRANSFORMATIONS THERMODYNAMIQUES DE BASE EQUATION CARACTERISTIQUE DES GAZ PARFAITS GAZ PARFAITS L'état d'un gaz parfait est décrit par ses trois

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Cellulose i3

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Cellulose i3 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Cellulose i3 1. Identification du produit et de la Société Produit Matériaux d isolation à base de papier journaux recyclés destiné à être insuffler dans une structure fermée

Plus en détail

R-3. la création d un bassin de stockage d eaux épurées de 50.000 m³ pour préserver le bon état écologique de l AFF en période d étiage.

R-3. la création d un bassin de stockage d eaux épurées de 50.000 m³ pour préserver le bon état écologique de l AFF en période d étiage. R-2 INTRODUCTION La Société MIX BUFFET est une jeune entreprise créée en 1998, implantée dans une nouvelle usine construite sur la Zone d Activités du Val Coric de la commune de GUER. Elle est spécialisée

Plus en détail

PPRT - Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées

PPRT - Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées PPRT - Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées 3 Juin 2014 Vincent LARDIERE Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées

Plus en détail

WDS ISOL ANT MICROPOREUX

WDS ISOL ANT MICROPOREUX WDS 950 GLASS Page 1/4 Caractéristiques : Wacker WDS 950 Glass est un isolant thermique microporeux présentant un excellent pouvoir isolant, donc un coefficient de conductivité thermique très faible. Wacker

Plus en détail

DEVOIR DE THERMOCHIMIE

DEVOIR DE THERMOCHIMIE DEVOIR DE THERMOCHIMIE Données fournies Constante des gaz parfaits: R= 8,31 kpa.l.k-1.mol -1 Nombre d'avogadro: N A = 6,02 x 10 23 mol -1. Capacité thermique massique de l'eau solide: 2,14 J/g. C. Capacité

Plus en détail

PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE. Du gaz de Lacq à l'acide sulfurique

PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE. Du gaz de Lacq à l'acide sulfurique PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE Du gaz de Lacq à l'acide sulfurique Le sujet de chimie inorganique comporte quatre parties indépendantes consacrées à différentes étapes mises en jeu lors de la synthèse industrielle

Plus en détail

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercice n : (revoir la nomenclature des alcanes) question : a) Écrire les formules semi-développées des alcanes suivants : le n-hexane le -méthylpentane

Plus en détail

Calibro Plus Evaporation

Calibro Plus Evaporation Calibro Plus Evaporation Le produit CALIBRO P. E., est un système spécifiquement formulé pour réaliser les enduits anti-humidité, anti-sel et anti-condensation sur maçonneries humides. Est constitué de

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Guide professionnel. pour la définition du périmètre. de l arrêté ministériel du 04/10/2010

Guide professionnel. pour la définition du périmètre. de l arrêté ministériel du 04/10/2010 Guide professionnel pour la définition du périmètre de l arrêté ministériel du 04/10/2010 Plan de Modernisation des installations industrielles DT 90 Avril 2011 Avertissement Ce document technique ne doit

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

Guide de la Protection Respiratoire

Guide de la Protection Respiratoire Guide de la Protection Respiratoire Produits pour l Hygiène et la Sécurité Numéro2/P MAJ 0603 Innovation Généralités sur la Protection Respiratoire Evaluer les risques au niveau du poste de travail. 1.

Plus en détail

Acides et Bases en solution aqueuse. Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1

Acides et Bases en solution aqueuse. Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1 Acides et Bases en solution aqueuse Acides Exercice 1 Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1 Exercice 2 L acide nitrique est un acide fort. On dissout dans un

Plus en détail

Tableaux d avancement évaluation

Tableaux d avancement évaluation obs. 8 Tableaux d avancement évaluation Classe : Nom : Note : /20 appréciation: Problème n 1 : Document n 1 : Le nitrate de potassium, connu depuis le Moyen Âge sous le nom de salpêtre (du latin médiéval

Plus en détail

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique Cours CH4 Description d un système physico-chimique Transformation chimique David Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Description d un système

Plus en détail

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN Troyes, le 11 juillet 2014, ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN FLUMilog Hauteur de stockage

Plus en détail

PAGE 1 DE 7 FICHE DE DONNEES DE SECURITE. Mars 10. NUMERO D'APPEL D'URGENCE : 03 88 53 36 76 (DRUSENHEIM / Bas Rhin)

PAGE 1 DE 7 FICHE DE DONNEES DE SECURITE. Mars 10. NUMERO D'APPEL D'URGENCE : 03 88 53 36 76 (DRUSENHEIM / Bas Rhin) PAGE 1 DE 7 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Dow AgroSciences S.A.S. Service Commercial Marco Polo, Bâtiment B ZAC du Font de l Orme 1, BP 1220 790 Avenue du Docteur Donat 06254 MOUGINS CEDEX

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4222-1 à 26, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1, 2, 13, 14, 26, R. 4724-2 et 3 et R. 4212-1 à 7; Arrêté du 8 octobre 1987: contrôle périodique des installations

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

EQUIPEMENTS CLAPET PARE FLAMME 85-30

EQUIPEMENTS CLAPET PARE FLAMME 85-30 EQUIPEMENTS CLAPET PARE FLAMME 85-30 Arrête les retours de flamme Montage sur canalisation après détente Grand débit Basse pression En laiton Compatibilité avec les gaz Les clapets pare flammes 85-30 sont

Plus en détail

1. LES POTENTIELS pe DANGERS

1. LES POTENTIELS pe DANGERS Demande d'autorisation Préfectorale les Délices d'auzan - Castelnau d'auzan (32) 1. LES POTENTIELS pe DANGERS Les potentiels de danger sont présentés dans le tableau suivant: SYSTEME Stock cartons, POTENTIEL

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS RESUME NON TECHNIQUE 1 INTRODUCTION La présente étude de dangers a été rédigée dans le cadre d un dossier de demande d autorisation d exploiter déposé par la

Plus en détail

CHIMIE INDUSTRIELLE. Premier exercice : le dioxyde de soufre un polluant atmosphérique

CHIMIE INDUSTRIELLE. Premier exercice : le dioxyde de soufre un polluant atmosphérique CHIMIE INDUSRIELLE Le dioxyde de soufre (SO 2 ), provenant de la combustion des combustibles fossiles (charbons, gaz naturels, dérivés du pétrole comme le fioul lourd par exemple) et des rejets de l industrie

Plus en détail

Les gaz et leur utilisation dans les brûleurs de verrerie

Les gaz et leur utilisation dans les brûleurs de verrerie 8 eme réunion de l'association des souffleurs de verre Les gaz et leur utilisation dans les brûleurs de verrerie SOMMAIRE GENERAL DE LA PRESENTAION 1 Généralités sur les gaz Caractéristiques principales

Plus en détail

RAID DIFFUSEUR ANTI-MOUSTIQUES 45 NUITS 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID DIFFUSEUR ANTI-MOUSTIQUES 45 NUITS 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID DIFFUSEUR ANTI-MOUSTIQUES 45 NUITS 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID

Plus en détail

Pain de sel ammoniac pour le nettoyage de fers et pannes à souder 1249945 - Griffon Nettoyant de fer à souder 150 g

Pain de sel ammoniac pour le nettoyage de fers et pannes à souder 1249945 - Griffon Nettoyant de fer à souder 150 g DR Nettoyant de fer à souder Pain de sel ammoniac pour le nettoyage de fers et pannes à souder 1249945 - Griffon Nettoyant de fer à souder 150 g iche de données de sécurité Page : 1/5 * 1 Identification

Plus en détail

RAPPORT D ESSAI. Contrôle des émissions atmosphériques Système Econokit. Pour UBIQUITY Ecoparc 361, avenue des Romarins 34130 ST AUNES

RAPPORT D ESSAI. Contrôle des émissions atmosphériques Système Econokit. Pour UBIQUITY Ecoparc 361, avenue des Romarins 34130 ST AUNES RAPPORT D ESSAI Contrôle des émissions atmosphériques Système Econokit Réalisé par BUREAU VERITAS 685 rue Georges Claude CS 60401 13591 AIX EN PROVENCE cedex 03 Pour UBIQUITY Ecoparc 361, avenue des Romarins

Plus en détail

Fiche de Sécurité. Oxygène. Version : 3.01 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE

Fiche de Sécurité. Oxygène. Version : 3.01 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE Page :1/5 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE N FDS WAG-..-097A-02 Nom du produit Formule chimique O2 Identification de la société Westfalen France Sarl Z.I. Carrefour de l Europe

Plus en détail

Retour d expériences bâtiment basse consommation

Retour d expériences bâtiment basse consommation Retour d expériences bâtiment basse consommation Qualité de l air intérieur Jean-Luc PAUMIER et Nicolas LAVEISSIERE Qualité de l air intérieur Les polluants de l air intérieur - quelques rappels : les

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1 Identificateur de produit Expo-Line 08 Konzentrat (36500-010000) 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits

Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits Gaz parfaits...3 BTS Fluides énergie environnement épreuve de physique 2001...3 BTS Travaux publics 1990...3 BTS Bâtiment 1994...3 BTS Esthétique et Cosmétique

Plus en détail

fiche-industriel-v1-04-04-13 Le risque industriel

fiche-industriel-v1-04-04-13 Le risque industriel fiche-industriel-v1-04-04-13 Le risque industriel GENERALITES G.1 - QU EST-CE QUE LE RISQUE INDUSTRIEL? Un risque industriel majeur est un événement accidentel se produisant sur un site industriel et entraînant

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Technologiques des établissements

Plan de Prévention des Risques Technologiques des établissements Plan de Prévention des Risques Technologiques des établissements DPA, FORESA France et SIMOREP & Cie SCS MICHELIN Communes d'ambarès-et-lagrave, Bassens et Saint Louis de Montferrand Pièce 2 Règlement

Plus en détail

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Version «organismes accrédités» SOMMAIRE Etablissements recevant du public concernés par la surveillance de la qualité de l air intérieur

Plus en détail

MACHINES THERMIQUES (THERMO2)

MACHINES THERMIQUES (THERMO2) École Nationale d Ingénieurs de Tarbes MACHINES THERMIQUES (THERMO2) 1 ère année Semestre 2/2* EXERCICES - Rendement - Cycles Thermodynamiques - Écoulement en régime permanent Vous devez vous munir de

Plus en détail

La Réfrigération mécanique. Journée de consultation sur les systèmes de réfrigération dans les arénas et clubs de curling

La Réfrigération mécanique. Journée de consultation sur les systèmes de réfrigération dans les arénas et clubs de curling La Réfrigération mécanique Journée de consultation sur les systèmes de réfrigération dans les arénas et clubs de curling Par : Madiha Kotb, ingénieure, Régie du bâtiment du Québec Date : 9 décembre 2010

Plus en détail

Les ATmosphères EXplosives. Prévention des Risques et Protection des Salariés. R. REVALOR INERIS Méditerranée

Les ATmosphères EXplosives. Prévention des Risques et Protection des Salariés. R. REVALOR INERIS Méditerranée Les ATmosphères EXplosives («ATEX») Prévention des Risques et Protection des Salariés R. REVALOR INERIS Méditerranée 1 ATEX : Les produits concernés ATMOSPHERE EXPLOSIVE Mélange avec l air, dans les conditions

Plus en détail

Annexe I. Substances dangereuses aux fins de la définition des activités dangereuses 1

Annexe I. Substances dangereuses aux fins de la définition des activités dangereuses 1 Annexe I Substances dangereuses aux fins de la définition des activités dangereuses 1 Les quantités indiquées ci-après se rapportent à chaque activité ou groupe d activités. Lorsqu une substance ou une

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

I - Les unités de mesure. II Etats de la matière

I - Les unités de mesure. II Etats de la matière I - Les unités de mesure Système métrique décimal Système international (S.I.) II Etats de la matière A - Les lois des gaz parfaits B - Les lois des mélanges de gaz C - Les lois des gaz réels D - La vaporisation

Plus en détail

Résumé non-technique de l étude d impact et de l étude de dangers

Résumé non-technique de l étude d impact et de l étude de dangers SOCOTEC HSE Le Mans 1 rue Thérèse Bertrand Fontaine CS 51 413 72 014 Le Mans Cedex 2 Téléphone : 02.43.28.16.52 ICL France Zone Industrielle «Le Roineau» 72 500 Vaas Résumé non-technique de l étude d impact

Plus en détail

Transport des substances radioactives par route

Transport des substances radioactives par route 9 Transport des substances radioactives par route L envoi de substances radioactives par voie postale est désormais réservé au titulaire d un agrément délivré par l ASN. L utilisation de véhicule personnel

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

DECRET N 2001-110 DU 04 AVRIL 2001 FIXANT LES NORMES DE QUALITE DE L AIR EN REPUBLIQUE DU BENIN

DECRET N 2001-110 DU 04 AVRIL 2001 FIXANT LES NORMES DE QUALITE DE L AIR EN REPUBLIQUE DU BENIN DECRET N 2001-110 DU 04 AVRIL 2001 FIXANT LES NORMES DE QUALITE DE L AIR EN REPUBLIQUE DU BENIN LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ; CHEF DE L'ETAT ; CHEF DU GOUVERNEMENT ; VU la Loi n 90-032 du 11 décembre

Plus en détail

LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS

LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS UE3 I) Niveaux d organisation de la matière A. Caractéristiques des 3 états de la matière 1 er niveau = atome. 2 ème niveau = molécule (H2O ; Buthane ; ADN). 3 ème niveau = état

Plus en détail