Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement. A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement. A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques :"

Transcription

1 ANNEXE 7 Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques : 1 carte est fournie pour l effet toxique : Carte N 1 «Taux d'atténuation cible» ; I- GENERALITES I.1 - Définition du coefficient d atténuation cible Les caractéristiques du local de confinement, conjuguées à celles du bâtiment dans lequel il se situe, doivent garantir que le taux de renouvellement d'air du local de confinement est suffisamment faible pour maintenir la concentration en produit toxique dans le local, après 2 heures de confinement, en deçà de la concentration maximale admissible définie pour chaque produit toxique ou chaque mélange identifié. Cette concentration maximale admissible est définie égale au seuil des effets irréversibles pour une durée d'exposition de deux heures. C'est une valeur propre à chaque produit ou mélange toxique. La perméabilité à l'air du local de confinement devra être dimensionnée pour respecter l'objectif de performance face à la réalisation du «phénomène dangereux le plus contraignant». Le phénomène dangereux le plus contraignant peut être défini comme étant celui qui présente le plus faible rapport entre la concentration maximale admissible à l'intérieur du local et la concentration du nuage toxique extérieur. Ce rapport, appelé «taux d'atténuation», doit être calculé pour chaque phénomène dangereux susceptible d'impacter l'enjeu. Le phénomène dangereux le plus contraignant, c'est-à-dire celui dont le taux d'atténuation est le plus faible, est utilisé pour dimensionner la perméabilité du (des) local (locaux) de confinement. Objectif de performance Concentration dans le local après 2 heures de confinement inférieure au seuil des effets irréversibles défini pour une durée d'exposition de 2 heures (SEI- 2h) pour tout produit toxique susceptible de dispersion atmosphérique accidentelle. I.2 - Modalités de calcul du coefficient d atténuation cible Les modalités de calcul sont les suivantes ; elles sont précisées dans le guide PPRT «complément technique relatif à l effet toxique» réalisé par le Cete de Lyon et l INERIS et édité par le Ministère en charge de l Ecologie. Le «taux d'atténuation cible» relatif à chaque produit est la division de la concentration correspondant au seuil des effets irréversibles (SEI 2h) par la concentration du nuage conventionnel correspondant à une durée d exposition équivalente à 1 heure. Taux Atténuation Cible produit=sei 2h00 produit / Concentration nuage 1h00 produit

2 Le calcul du «taux d'atténuation cible» est fait pour chaque produit et chaque mélange susceptible d'impacter l'enjeu ou la zone d'aléa étudié. Le «taux d'atténuation cible» est la plus faible des valeurs obtenues parmi les taux calculés pour chaque produit ou mélange. Pour le PPRT liée à la société Chemtura (devenue Addivant France SAS), les phénomènes ayant des effets toxiques à l'extérieur du site sont liés au mélange gazeux acide chlorhydrique, chlore et dioxyde de soufre. Les seuils de toxicité de l'acide chlorhydrique sont : SEI (2h) SPEL (1h) SELS (1h) Les seuils de toxicité du chlore sont: SEI (2h) SPEL (1h) SELS (1h) Les seuils de toxicité du dioxyde de soufre sont : SEI (2h) SPEL (1h) SELS (1h) D'après l'étude de dangers, les différents phénomènes dangereux majorants avec des effets toxiques (phénomènes dangereux en hauteur non pris en compte) sont les suivants : N Phénomènes dangereux tox-60 nuage toxique HCl/SO2/Cl2 consécutif à un épandage de SCl2 avec présence d'eau liquide pour une durée de fuite de 60 min 12-tox dispersion toxique d'acide chlorhydrique suite à un épandage de trichlorure de phosphore (Pcl3) Distances d'effets (en mètres) Effets létaux significatifs Effets létaux Effets irréversibles Pour déterminer le taux d'atténuation cible, il faut déterminer le taux d'atténuation majorant entre le mélange gazeux d'acide chlorhydrique, de dioxyde de soufre et de chlore et le nuage d'acide chlorhydrique seul.

3 I.2 Calcul des seuils équivalents pour un mélange Les débits massiques, issus de l'étude de dangers, sont les suivants : pour l'acide chlorhydrique : 82 g/s, pour le chlore : 46g/s, pour le dioxyde de soufre : 36g/s. Pour pouvoir appliquer la note explicative sur le calcul du taux d atténuation pour un mélange de substances toxiques sur les effets toxiques de l'ineris du 8 mars 2012, il faut déterminer les concentrations volumiques. 1- Pour déterminer la masse volumique de chaque gaz, les formules suivantes sont utilisées: la formule des gaz parfaits : PV = nrt avec P la pression du gaz ( en pascal); V le volume occupé par le gaz ( en m3); n la quantité de matière (en mole); N est le nombre de particules ; R est la constante universelle des gaz parfaits : R= 8, J K -1 mol -1 la formule de la masse volumique : ρ = m donc V= m V ρ avec m en kilogramme (kg) V en mètre cube (m3) ρ en kilogramme par mètre cube ( kg.m-3) Donc, P*m/ ρ=nrt Donc ρ =P*m/nRT La masse molaire de chaque gaz est : Chlore Acide chlorhydrique Dioxyde de soufre MASSE MOLAIRE (g/mol) M1=35,5*2=71 M2=36,5 M3=64,066 Par application de la formule ρ =P*m/nRT, les résultats obtenus sont les suivants : MASSE VOLUMIQUE (kg/m3) Chlore Acide chlorhydrique Dioxyde de soufre (101325*M1)/(8,314*298)=2,90 (101325*M2)/(8,314*298)=1,49 (101325*M3)/(8,314*298)=2,62

4 2- Calcul du débit volumique pour chaque gaz Débit volumique = Débit massique / masse volumique DEBIT VOLUMIQUE(m3/s) Chlore 0,046/2,9 = 0,016 Acide chlorhydrique 0,082/1,49 = 0,055 Dioxyde de soufre 0,036/2,62 = 0,014 Le débit volumique total est de 0, Calcul de la concentration volumique pour chaque gaz Concentration volumiquegaz1 = Débit volumique gaz1 / débit volumique total CONCENTRATION VOLUMIQUE Chlore C1= 0,016/0,085 * = ,8176 Acide chlorhydrique C2= 0,055/0,085 * = ,1211 Dioxyde de soufre C3= 0,014/0,085 * = , Calcul des valeurs de concentration seuil équivalent Concentration SEI équivalent= 1/ (concentration volumique gaz1 / Concentration SEI gaz1 + concentration volumique gaz2 / Concentration SEI gaz2 ) * SEUIL EQUIVALENT CONCENTRATION (en ppm) SEI 2h 1/(C1/14+C2/40+C3/67)* = 31,18 SPEL 1h 1/(C1/110+C2/240+C3/725)* = 215,63 SELS 1h 1/(C1/127+C2/379+C3/858)* = 295,73

5 II- APPLICATION AU CAS de Chemtura (devenu Addivant France SAS) II.1 - Calcul du coefficient d atténuation cible dans la zone des effets très graves (ZETG) Dans cette zone, une étude au cas par cas devra être réalisée afin de déterminer le coefficient d'atténuation correspondant. II.2 - Calcul du coefficient d atténuation cible dans la zone des effets graves (ZEG) Dans la zone des effets létaux, la concentration en mélange gazeux pour une durée de 1 heure est : supérieure au seuil équivalent des effets létaux égal à 215,63 ppm ; inférieure au seuil équivalent des effets létaux significatifs égal à 295,73 ppm. Taux d atténuation Cible = SEI Equivalent (2 heure) = 31,18 SELS Equivalent (1 heure) 295,7 Soit un taux d'atténuation cible de 10,54 %. II.3 - Calcul du coefficient d atténuation cible dans la zone des effets significatifs (ZES) Dans la zone des effets irréversibles, la concentration en ammoniac pour une durée de 1 heure est : supérieure au seuil équivalent des effets irréversibles égal à 31,18 ppm ; inférieure au seuil équivalent des effets létaux égal à 215,63 ppm. Taux d atténuation Cible = SEI Equivalent (2 heure) = 31,18 SPEL Equivalent (1 heure) 215,6 Soit un taux d'atténuation cible de 14,46 %. *SPEL : Seuil des premiers effets létaux En respectant le calcul précédent, nous obtenons pour l acide chlorhydrique, les taux d'atténuations suivants : 10,55 % dans la zone des effets graves, 16,67 % dans la zone des effets significatifs. Ainsi, le taux atténuation cible à respecter dans les différentes zones d'effets sont celles liées au mélange gazeux (acide chlorhydrique, chlore et dioxyde de soufre): 10,54 % dans la zone des effets graves, 14,46 % dans la zone des effets significatifs.

6 B- Protection d une construction vis-à-vis des effets de surpression : 3 cartes sont fournies pour l effet de surpression : - Carte N 2 «Intensité surpression» ; - Carte N 2-1 «surpression maximale de 50mbar» ; - Carte N 2-2 «surpression maximale de 140mbar - onde de choc» ; Carte N 2 «Intensité de surpression» : Dans la zone jaune : le projet doit résister à 35 mbar. Dans la zone verte : le projet doit résister à 50 mbar. Dans la zone orange : le projet doit résister à 140 mbar. Dans la zone rouge : le projet doit résister à 200 mbar. Dans la zone violette : le projet doit résister à plus de 200 mbar. Une étude spécifique doit être menée afin d identifier l intensité maximale des phénomènes dangereux concernés. Carte N 2-1 «surpression maximale de 50mbar» : Dans cette zone, les projets doivent résister à une onde de choc ou à une déflagration avec un temps d'application > à 150 ms. Carte N 2-2 «surpression maximale de 140mbar - onde de choc» : Dans cette zone les projets doivent résister à un effet de surpression de 140 mbar caractérisé par une onde de choc avec un temps d'application compris entre 20 et 100 ms. C- Protection d une construction vis-à-vis des effets thermiques : 3 cartes sont fournies pour l effet thermique : - Carte N 3-1 «Intensité thermique continu» ; - Carte N 3-2 «Intensité thermique transitoire de type boule de feu» ; - Carte N 3-3 «Intensité thermique transitoire de type feu de nuage». Carte N 3-1 «Intensité thermique continu» : Dans la zone orange : le projet doit résister à 5 kw/m 2. Dans la zone rouge : le projet doit résister à 8 kw/m 2. Dans la zone violette : le projet doit résister à plus de 8 kw/m2. Une étude spécifique doit être menée afin d identifier l intensité maximale des phénomènes dangereux concernés. Carte N 3-2 «Intensité thermique transitoire de type boule de feu» : Dans la zone orange : le projet doit résister à 1000 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s Dans la zone rouge : le projet doit résister à 1800 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s Dans la zone violette : le projet doit résister à plus de 1800 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s. Une étude spécifique doit être menée afin d identifier l intensité maximale des phénomènes dangereux concernés.

7 Carte N 3-3 «Intensité thermique transitoire de type feu de nuage» : Dans la zone orange : le projet doit résister à 1000 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s. Dans la zone violette : le projet doit résister à plus de 1800 [(kw/m 2 ) 4/3 ].s. Une étude spécifique doit être menée afin d identifier l intensité maximale des phénomènes dangereux concernés.

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures Journée PPRT - CNFPT Marseille - 19 juin 2014 INERIS Benjamin Le Roux Effets d un phénomène dangereux

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE

DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE Le dimensionnement des évents vis-à-vis du phénomène de pressurisation d un bac dans un incendie a été

Plus en détail

Chaufferie CPCU de Vaugirard

Chaufferie CPCU de Vaugirard Expéditeur : Bureau Veritas - Service Risques Industriels Immeuble "Le Guillaumet" 60 avenue Charles de Gaulle 92046 Paris La-Défense Destinataire : CPCU - Site de Vaugirard Mikael GUILLOT 25 Rue Georges

Plus en détail

Synthèse des résultats des études de vulnérabilité

Synthèse des résultats des études de vulnérabilité Synthèse des résultats des études de vulnérabilité PPRT ArcelorMittal (57) Réunion des POA n 3 25 juin 2012 Centre d'études Techniques de l'équipement 1 Bâtiments ayant fait l'objet d'une étude de vulnérabilité

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Technologiques autours des établissements de YARA et ALFI. Annexes au règlement

Plan de Prévention des Risques Technologiques autours des établissements de YARA et ALFI. Annexes au règlement Plan de Prévention des Risques Technologiques autours des établissements de YARA et ALFI Annexes au règlement PPRT de PARDIES POA_Annexes règlement SOMMAIRE Annexe 1 Dispositions constructives pour faire

Plus en détail

PPRT - Les zones bleues B et b. Autorisations et prescriptions constructives

PPRT - Les zones bleues B et b. Autorisations et prescriptions constructives PPRT - Les zones bleues B et b. Autorisations et prescriptions constructives Projets de construction nouvelle Journée PPRT - CNFPT Marseille - 19 juin 2014 INERIS Benjamin Le Roux CEREMA Mathieu Maupetit

Plus en détail

L AIR ET L AÉRAULIQUE

L AIR ET L AÉRAULIQUE Roger Cadiergues MémoCad ne03.a L AIR ET L AÉRAULIQUE SOMMAIRE ne03.1. Les applications de l aéraulique ne03.2. L utilisation des débits ne03.3. Ecoulements : débits et vitesses ne03.4. Vitesses et pressions

Plus en détail

Installations Classées pour la Protection de l'environnement Calculs de flux thermiques SOMMAIRE

Installations Classées pour la Protection de l'environnement Calculs de flux thermiques SOMMAIRE SOMMAIRE I. OBJECTIF... 2 II. CALCUL DE FLUX THERMIQUES CORRELATION DE THOMAS... 2 A- Méthodologie... 2 1) Principe... 2 2) Evolution de l'incendie... 4 3) Montée rapide de la température ambiante... 4

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l'établissement EURENCO à Sorgues

Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l'établissement EURENCO à Sorgues Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l'établissement EURENCO à Sorgues du 1 PPRT D'EURENCO à Sorgues Périmètre d'étude Le PPRT d'eurenco a été prescrit par arrêté interdépartemental

Plus en détail

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN Troyes, le 11 juillet 2014, ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN FLUMilog Hauteur de stockage

Plus en détail

INERIS DRA-14-141797-09789B

INERIS DRA-14-141797-09789B RAPPORT D ÉTUDE 24/11/2014 INERIS DRA-14-141797-09789B Addendum au cahier applicatif du complément technique de la vulnérabilité du bâti aux effets de surpression version 1 référencé DRA-08-9946115249A

Plus en détail

DRA-14-141835-08814A. Guide de détermination des effets dominos sur l enveloppe des engins de transport

DRA-14-141835-08814A. Guide de détermination des effets dominos sur l enveloppe des engins de transport RAPPORT D ÉTUDE 30/03/2015 DRA-14-141835-08814A Guide de détermination des effets dominos sur l enveloppe des engins de transport Guide de détermination des effets dominos sur l enveloppe des engins de

Plus en détail

Contexte et méthodologie de l étude

Contexte et méthodologie de l étude Contexte et méthodologie de l étude Bâtiments étudiés : Pavillon propriété Martin et Varin Aléas toxique (Fai) et thermique (M+) Etablissement Intermarché aléa Toxique (Fai) PHASE 1 Synthèse des phénomènes

Plus en détail

SOMMAIRE. PPRT du dépôt de munitions de Neubourg Règlement 2/27

SOMMAIRE. PPRT du dépôt de munitions de Neubourg Règlement 2/27 SOMMAIRE Titre I -Portée du PPRT, dispositions générales...4 Chapitre 1 -Champ d application...4 Article 1- Objet et objectifs du PPRT...4 Article 2- La portée des dispositions...4 Article 3- Le plan de

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) BIMA 83

Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) BIMA 83 1/7 Département du Haut-Rhin ------ Communes de Cernay, Uffholtz et Wittelsheim Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) BIMA 83 DOSSIER SOUMIS A L'ENQUETE PUBLIQUE Note de présentation Document

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

Séminaire : Résistance des structures aux actions accidentelles PPRT ET BÂTIMENTS INDUSTRIELS : VULNÉRABILITÉ FACE AUX EFFETS THERMIQUES

Séminaire : Résistance des structures aux actions accidentelles PPRT ET BÂTIMENTS INDUSTRIELS : VULNÉRABILITÉ FACE AUX EFFETS THERMIQUES Séminaire : Résistance des structures aux actions accidentelles PPRT ET BÂTIMENTS INDUSTRIELS : VULNÉRABILITÉ FACE AUX EFFETS THERMIQUES INERIS, 3 Juin 2014, Paris 1 CONTEXTE Objectif des études de vulnérabilité

Plus en détail

3. Les limites d inflammations ou d explosivités.

3. Les limites d inflammations ou d explosivités. L explosimétrie 1. Qu est ce qu une explosion? L explosion est due à la présence d un combustible mélangé à un comburant dans des proportions données, qui en présence d une source d ignition ou de chaleur,

Plus en détail

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre PARTIE A GENIE CHIMIQUE Du gaz de Lacq au soufre Plus de la moitié du soufre produit dans le monde provient du traitement des gaz naturels et des pétroles. En France, il est produit principalement à partir

Plus en détail

11 Annexe V : Modélisations des scénarios catastrophes

11 Annexe V : Modélisations des scénarios catastrophes $+ (% &&) $%&'()')&(% $%&'()')&(% $) 11 Annexe V : Modélisations des scénarios catastrophes #))*!"# Unité de méthanisation et de compostage Modélisations - Etude de Dangers Département de la Gironde Commune

Plus en détail

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers Eras Metal Calais / Note d information du Préfet / Présentation des modifications SCDC- Bissy Résumé non technique de l étude de dangers Réf. Entime 3302-006-007 / Rév. A /16.07.2013 DOC. ICPE / 2211-006-008

Plus en détail

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Objectifs de la présentation Connaître les origines de la perméabilité à l air et sa mécanique Identifier les enjeux de l étanchéité à l air

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL POUR L'ACCES AU CORPS DES INGENIEURS DE L INDUSTRIE ET DES MINES SESSION 2015. Option «environnement et sécurité industriels»

EXAMEN PROFESSIONNEL POUR L'ACCES AU CORPS DES INGENIEURS DE L INDUSTRIE ET DES MINES SESSION 2015. Option «environnement et sécurité industriels» EXAMEN PROFESSIONNEL POUR L'ACCES AU CORPS DES INGENIEURS DE L INDUSTRIE ET DES MINES SESSION 2015 Remarques préliminaires Le sujet comporte 4 parties distinctes : - Partie A sur l'organisation de l'inspection

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1.

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1. CHALEUR, TRAVAIL & ENERGIE INTERNE DES GAZ PARFAITS LES 4 TRANSFORMATIONS THERMODYNAMIQUES DE BASE EQUATION CARACTERISTIQUE DES GAZ PARFAITS GAZ PARFAITS L'état d'un gaz parfait est décrit par ses trois

Plus en détail

RAPPORT D ÉTUDE 18/01/2010 N DRA-09-101660-12814A

RAPPORT D ÉTUDE 18/01/2010 N DRA-09-101660-12814A RAPPORT D ÉTUDE 18/01/2010 N DRA-09-101660-12814A Scénarios accidentels et modélisation des distances d effets associés pour des installations de méthanisation de taille agricole et industrielle Scénarios

Plus en détail

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47)

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) VI. RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Novembre 2009 Mise à jour juillet 2011 Réf. : RP/ER/MM/2009/092

Plus en détail

Aide à l application de la réglementation ATEX. établissements d enseignement supérieur) J. CHAINEAUX Jacques.chaineaux@ineris.

Aide à l application de la réglementation ATEX. établissements d enseignement supérieur) J. CHAINEAUX Jacques.chaineaux@ineris. Aide à l application de la réglementation ATEX (pour une amélioration de la sécurité dans les établissements d enseignement supérieur) J. CHAINEAUX Jacques.chaineaux@ineris.fr 03 44 55 65 18 Sommaire Phénoménologie

Plus en détail

Proposition de contenu des supports d information sur les mesures PPRT relatifs aux travaux de protection dans le bâti

Proposition de contenu des supports d information sur les mesures PPRT relatifs aux travaux de protection dans le bâti Proposition de contenu des supports d information sur les mesures PPRT relatifs aux travaux de protection dans le bâti Attention, ce document n augure pas de l organisation des supports de communication

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T6.2 : Analyser l installation, diagnostiquer Compétence C1.2 : Interpréter, analyser, décoder Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE U31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE U31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 2016 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E3 SCIENCES PHYSIQUES U31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN

PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN Afin de pallier la raréfaction donc la hausse du coût des combustibles d origine fossile, le gouvernement et le secteur automobile se sont lancés depuis

Plus en détail

PPRT - Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées

PPRT - Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées PPRT - Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées 3 Juin 2014 Vincent LARDIERE Les incertitudes liées au diagnostic visuel et les conséquences économiques associées

Plus en détail

Les infrastructures de transport face aux risques technologiques Un exemple d étude

Les infrastructures de transport face aux risques technologiques Un exemple d étude Les infrastructures de transport face aux risques technologiques Un exemple d étude Les problématiques Les effets redoutés sur les personnes Les effets de surpression Les effets thermiques Les effets toxiques

Plus en détail

Le GNL Journées techniques incendie SDIS13 19 mai 2015. Marie-Véronique DEYDIER Antoine SECHET

Le GNL Journées techniques incendie SDIS13 19 mai 2015. Marie-Véronique DEYDIER Antoine SECHET Le GNL Journées techniques incendie SDIS13 19 mai 2015 Marie-Véronique DEYDIER Antoine SECHET Agenda Le Gaz Naturel Liquide Où trouve-t-on du GNL? Les phénomènes dangereux du GNL Moyens d extinction film

Plus en détail

RDP : Bilan carbone d une centrale électrique thermique au gaz

RDP : Bilan carbone d une centrale électrique thermique au gaz 1S Thème : AGIR RDP : Bilan carbone d une centrale électrique thermique au gaz DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Technologiques LEGENDRE-DELPIERRE AUNEAU (28) Cahier de Recommandations

Plan de Prévention des Risques Technologiques LEGENDRE-DELPIERRE AUNEAU (28) Cahier de Recommandations PREFET D'EURE ET LOIR Plan de Prévention des Risques Technologiques LEGENDRE-DELPIERRE AUNEAU (28) Cahier de Recommandations Annexé à l'arrêté préfectoral du xx xx 2013 approuvant le PPRT DREAL Centre

Plus en détail

Référentiel de travaux de prévention des risques technologiques dans l habitat existant

Référentiel de travaux de prévention des risques technologiques dans l habitat existant UE SURPRESSION TOXIQUE THERMIQUE SURPRESSION Guide TOXIQUE à destination THERMIQUE SURPRESSION des professionnels TOXIQUE THERMIQUE du SURPRESSION bâtiment TOXIQU ERMIQUE SURPRESSION TOXIQUE THERMIQUE

Plus en détail

Annexe I. Substances dangereuses aux fins de la définition des activités dangereuses 1

Annexe I. Substances dangereuses aux fins de la définition des activités dangereuses 1 Annexe I Substances dangereuses aux fins de la définition des activités dangereuses 1 Les quantités indiquées ci-après se rapportent à chaque activité ou groupe d activités. Lorsqu une substance ou une

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique Cours CH4 Description d un système physico-chimique Transformation chimique David Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Description d un système

Plus en détail

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Exercice 1 : Le diagramme binaire isobare du mélange binaire formé par le propan-2-ol (noté 2) et du 2-méthylpropan-2-ol (noté 1) est donné ci-dessous.

Plus en détail

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR L'objectif du TP est de tracer un diagramme isobare en équilibre liquide vapeur du binaire H 2 O / HCl, par une méthode utilisant le principe de la distillation

Plus en détail

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé éée e en 1963 1976 : achat de Transports Trainpo 1979 :Construction des premiers entrepôts 3000 m2 1979 à 1988 : Construction de 18000 m2

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403 ANNEXE : RISQUES ASSOCIES AUX GAZ COMPRIMES GAZ COMBUSTIBLES DIHYDROGÈNE : H 2 H220 - extrêmement inflammable. SGH02 Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Aucune Masse molaire 2 g.mol -1 Masse

Plus en détail

Présentation des scénarios d accidents

Présentation des scénarios d accidents Présentation des scénarios d accidents Dont les effets sortent des limites des sites Réunion POA du 25 avril 2013 SFDM La Ferté-Alais Parcs A et B - Réunion POA du 25 avril 2013-1 Qu est-ce qu un dépôt

Plus en détail

DST de sciences physiques

DST de sciences physiques Terminales S DST de sciences physiques (5 pages) Exercice n 1 (7 points) Acide et base faible Toutes les solutions aqueuses sont à 25 C. 1. On dispose d'une solution S a d'acide éthanoïque CH 3 COOH de

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Ammoniac G003

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Ammoniac G003 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Ammoniac G003 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Ammoniac N FDS : G003 Formule chimique : NH3 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

DE LA NOUVELLE APPROCHE D ANALYSE DES RISQUES DANS LES INSTALLATIONS CLASSEES

DE LA NOUVELLE APPROCHE D ANALYSE DES RISQUES DANS LES INSTALLATIONS CLASSEES MISE EN ŒUVRE DE LA NOUVELLE APPROCHE D ANALYSE DES RISQUES DANS LES INSTALLATIONS CLASSEES Principes généraux pour l élaboration des études de dangers Références : auteur : Jean Claude Couronneau Société

Plus en détail

La sécurité des canalisations de transport de gaz. Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer

La sécurité des canalisations de transport de gaz. Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer La sécurité des canalisations de transport de gaz Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer CARACTERISTIQUES DU GAZ NATUREL Le gaz naturel contient essentiellement :

Plus en détail

LES GAZ ET LES VAPEURS

LES GAZ ET LES VAPEURS LES GAZ ET LES VAPEURS Objectifs: Appliquer la loi des gaz parfaits Utiliser la loi des pressions partielles de Dalton Interpréter les limites de la loi des gaz parfaits Comprendre les différentes notions

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE EDTA, sel disodique dihydraté, dose pour préparer 1L de solution 0,1 mol/l (0,1N)

FICHE DE DONNEES DE SECURITE EDTA, sel disodique dihydraté, dose pour préparer 1L de solution 0,1 mol/l (0,1N) 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1. Identificateur de produit Nom commercial Code du produit : : EDTA-01C-1K0 1.2. Utilisations identifiées pertinentes de la

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Pat de la Vatine BP 108 76134 MONT SAINT AIGNAN PROJET : EXTENSION D UN SITE DE STOCKAGE DE CEREALES ET OLEOPROTEAGINEUX ET D APPROVISIONNEMENT D541 «Le Chemin sec» 60360 DOMELIERS RESUME NON TECHNIQUE

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE. STI Génie Civil STI Génie Énergétique

SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE. STI Génie Civil STI Génie Énergétique 9PYCEAGl SESSION 2009 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE STI Génie Civil STI Génie Énergétique Temps alloué: 2 heures Coefficient: 5 La calculatrice (conforme à la circulaire

Plus en détail

1.2. les schémas 2 et 3 1.3. Etude énergétique : pour cette étude, on utilisera le schéma 1 1.3.1. 1.3.2. 1.3.3. 1.3.4. 1.3.1 1.3.

1.2. les schémas 2 et 3 1.3. Etude énergétique : pour cette étude, on utilisera le schéma 1 1.3.1. 1.3.2. 1.3.3. 1.3.4. 1.3.1 1.3. Le sujet comporte 8 pages numérotées de 1/8 à 8/8. / Texte inspiré d un article de journal régional relatant un accident de la route Le temps de réaction est la durée écoulée entre l instant où un conducteur

Plus en détail

Fiche de Sécurité. Oxygène. Version : 3.01 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE

Fiche de Sécurité. Oxygène. Version : 3.01 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE Page :1/5 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE N FDS WAG-..-097A-02 Nom du produit Formule chimique O2 Identification de la société Westfalen France Sarl Z.I. Carrefour de l Europe

Plus en détail

LA PISCINE OLYMPIQUE DE PEKIN

LA PISCINE OLYMPIQUE DE PEKIN SEssrorv 2009 BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DOMOTIQUE LA PISCINE OLYMPIQUE DE PEKIN Durée : 2 heures Coefticient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N'99J86 du l6-11-99) est autorisée, La clarté

Plus en détail

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre ASSOCIATION RÉGIONALE DE SURVEILLANCE DE LA QUALITÉ DE L AIR évaluation de la qualité de l air mesures du dioxyde d azote par tubes passifs Commune du Robert novembre 2014 à janvier 2015 Parution : Avril

Plus en détail

LE CHLORE L intervention et le Règlement sur les urgences. environnementales. Québec Avril 2008

LE CHLORE L intervention et le Règlement sur les urgences. environnementales. Québec Avril 2008 LE CHLORE L intervention et le Règlement sur les urgences Québec Avril 2008 environnementales. Robert Reiss, B.Sc. Chimie appliquée Responsable aux opérations d urgence Section Urgences Environnementales

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE MELANGE DE GAZ : O2 (50%) + N2O (50%)

FICHE DE DONNEES DE SECURITE MELANGE DE GAZ : O2 (50%) + N2O (50%) Page : 1/6 2.2 : Gaz non inflammable et non toxique. 5.1 : Substances comburantes Danger 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise Identificateur de produit Nom commercial

Plus en détail

Le risque chimique dans L Académie de la Réunion

Le risque chimique dans L Académie de la Réunion Le risque chimique dans L Académie de la Réunion Christian ECOLIVET Inspecteur Hygiène et Sécurité Cellule Académique de Prévention et de Sécurité 40 Rue Kerveguen Tél : 0262 73 11 32 Mail : ihs-caps.secretariat@ac-reunion.fr

Plus en détail

CLP - INFLAMMABLES GAZ INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification LIQUIDES INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification

CLP - INFLAMMABLES GAZ INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification LIQUIDES INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification CLP - INFLAMMABLES GAZ INFLAMMABLES Un gaz inflammable est un gaz ou un mélange de gaz ayant un domaine d inflammabilité en mélange avec l air à 20 C et à une pression normale de 101,3 kpa Catégorie 1

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Vanilline 99.9% Analytical Grade

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Vanilline 99.9% Analytical Grade 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1. Identificateur de produit Nom commercial : Code du produit Identification du produit : VANI-00A-100 Formule chimique : C8H8O3

Plus en détail

RISQUE INDUSTRIEL Source : www.mementodumaire.net I - Définition II - Les principaux phénomènes redoutés

RISQUE INDUSTRIEL Source : www.mementodumaire.net I - Définition II - Les principaux phénomènes redoutés Source : www.mementodumaire.net RISQUE INDUSTRIEL Sommaire : I - Définition II - Les principaux phénomènes redoutés III - Les effets possibles en cas d'accident industriel IV - Prévention du risque industriel

Plus en détail

Produits chimiques posant des risques excessifs

Produits chimiques posant des risques excessifs A n n e x e G Produits chimiques posant des risques excessifs Produits chimiques Acide chromique solution (chrome (VI) solution d oxyde) CrO 3(aq) Acide fluorhydrique - solution HF (aq) Acide perchlorique

Plus en détail

BTS 2011 partie commune

BTS 2011 partie commune BTS 2011 partie commune EXERCICE 1 : ETUDE DE LENTILLES MINCES ET D'UN MICROSCOPE 1. Etude d'une lentille mince On considère une lentille L de vergence c = + 8,0 δ a. La lentille est-elle convergente ou

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS RESUME NON TECHNIQUE 1 INTRODUCTION La présente étude de dangers a été rédigée dans le cadre d un dossier de demande d autorisation d exploiter déposé par la

Plus en détail

LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS

LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS UE3 I) Niveaux d organisation de la matière A. Caractéristiques des 3 états de la matière 1 er niveau = atome. 2 ème niveau = molécule (H2O ; Buthane ; ADN). 3 ème niveau = état

Plus en détail

Partie A : Le superéthanol E85

Partie A : Le superéthanol E85 BTS AA 2011 Pour répondre aux différentes contraintes en terme de disponibilité des ressources énergétiques d origine fossile et pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, de

Plus en détail

Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) ---PICOTY - SDLP. Réunion de la CSS le 1er juillet 2013. Commune de La Rochelle

Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) ---PICOTY - SDLP. Réunion de la CSS le 1er juillet 2013. Commune de La Rochelle Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) ---PICOTY - SDLP Commune de La Rochelle Réunion de la CSS le 1er juillet 2013 DDTM de la Charente Maritime DREAL Poitou-Charentes Sommaire 1. - Démarche

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

PPRT de DONGES. Philippe Alvarez Département Laboratoire et CECP d'angers 10 janvier 2013

PPRT de DONGES. Philippe Alvarez Département Laboratoire et CECP d'angers 10 janvier 2013 PPRT de DONGES VULNERABILITE DES OUVERTURES VITREES AU RISQUE SURPRESSION DANS LA ZONE 20 A 50 mbar Philippe Alvarez Département Laboratoire et CECP d'angers 0 janvier 203 Centre d'études Techniques de

Plus en détail

Dispositif de prévention de la pénibilité

Dispositif de prévention de la pénibilité LA PREVENTION DE LA PÉNIBILITÉ sans difficulté! 9 rue Patrice Lumumba - ZA Ravine à Marquet - 97419 La Possession Tel : 0262 59 01 16 - Fax : 0262 24 27 17 E-mail : contact@ssa974.com Site web : www.ssa974.com

Plus en détail

SCA DISTILLERIE D ARGELIERS SITE D ARGELIERS (11) RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS *****************

SCA DISTILLERIE D ARGELIERS SITE D ARGELIERS (11) RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS ***************** N 08490309AI1 SITE D ARGELIERS (11) DE L ETUDE DE DANGERS ***************** FEVRIER 2009 / 15/03/09 / Patrick SIMON, AIRMES Rév. Date Objet Rédigé par Vérifié par Approuvé par REVISIONS DU DOCUMENT DE.

Plus en détail

Fiche de données de sécurité Standapol EA-1 Date de révision : 02.03.2013 page: 1/6

Fiche de données de sécurité Standapol EA-1 Date de révision : 02.03.2013 page: 1/6 Date de révision : 02.03.2013 page: 1/6 1. Identification du produit et de la société Société BASF Canada Inc. 100 Milverton Drive Mississauga, ON L5R 4H1, CANADA Information 24 heures en cas d'urgence

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4222-1 à 26, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1, 2, 13, 14, 26, R. 4724-2 et 3 et R. 4212-1 à 7; Arrêté du 8 octobre 1987: contrôle périodique des installations

Plus en détail

LES OXYDES D AZOTE (NO x )

LES OXYDES D AZOTE (NO x ) LES OXYDES D AZOTE (NO x ) Qu appelle-t-on NO x? Où, quand et comment se forme-t-il? Quels sont ses dangers? Les émissions de NO 2 sont-elles réglementées? Comment peut-on s en débarrasser? Quel est le

Plus en détail

Chapitre 16, TP 2 : «Etude d une transformation chimique»

Chapitre 16, TP 2 : «Etude d une transformation chimique» Chapitre 16, TP 2 : «Etude d une transformation chimique» Objectifs : Décrire un système chimique et son évolution. Identifier un réactif limitant. Ecrire l équation-bilan de réaction. Document 1 : Présentation

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne)

Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne) PREFECTURE DE LA DORDOGNE Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne) PROJET DE REGLEMENT Version du 07 octobre 2010 SOMMAIRE TITRE I : PORTEE DU

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse CHAMPREDONDE Renaud DAUNIS Mélanie TP III Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse Module de géochimie Responsable : J.-L. DANDURAND SOMMAIRE INTRODUCTION I / Etude théorique

Plus en détail

WDS ISOL ANT MICROPOREUX

WDS ISOL ANT MICROPOREUX WDS 950 GLASS Page 1/4 Caractéristiques : Wacker WDS 950 Glass est un isolant thermique microporeux présentant un excellent pouvoir isolant, donc un coefficient de conductivité thermique très faible. Wacker

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 4 janvier 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conformément au règlement (CE) n 1907/2006 Date de création : 07/12/2011 Révision (0)

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conformément au règlement (CE) n 1907/2006 Date de création : 07/12/2011 Révision (0) FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conformément au règlement (CE) n 1907/2006 Date de création : 07/12/2011 Révision (0) 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Nom du produit

Plus en détail

CLIC DÉPOT SARA DDC 15 Janvier 2010. date 2009. 1

CLIC DÉPOT SARA DDC 15 Janvier 2010. date 2009. 1 CLIC DÉPOT SARA DDC 15 Janvier 2010 date 2009. 1 CLIC DÉPOT SARA DDC 15 Janvier 2010 Présentation Générale du dépôt Présentation des Installations et Activités du dépôt Actions réalisées et Coûts associés

Plus en détail

Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN)

Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN) Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN) Année (une) : durée de la révolution de la Terre autour du Soleil. Une année est égalée 365,25 jours. Aqueux (adj.): se dit d'un mélange dont le constituant

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Dioxyde de soufre G050

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Dioxyde de soufre G050 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Dioxyde de soufre G050 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Dioxyde de soufre N FDS : G050 Formule chimique : SO2

Plus en détail

Calibro Plus Evaporation

Calibro Plus Evaporation Calibro Plus Evaporation Le produit CALIBRO P. E., est un système spécifiquement formulé pour réaliser les enduits anti-humidité, anti-sel et anti-condensation sur maçonneries humides. Est constitué de

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail