Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites"

Transcription

1 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées» Documen N 3 Documen de ravail, n engage pas le Conseil Le mode de foncionnemen des régimes en annuiés Secréaria général du Conseil d orienaion des reraies 1

2 Le mode de foncionnemen des régimes en annuiés 1 Dans un régime en annuiés, la pension de reraie es définie expliciemen en foncion des revenus d acivié e des caracérisiques de la carrière professionnelle de l assuré (durée de la carrière, hisorique des rémunéraions ). Les régimes en annuiés meen ainsi en avan un objecif de revenu de remplacemen. La plupar des régimes de base obligaoire en France, en pariculier le régime général (CNAV) e les régimes de la foncion publique, son des régimes en annuiés. Dans ce ype de régime, le monan annuel de la pension à la dae de liquidaion es le produi de la durée de carrière, du aux d annuié e du salaire de référence : P = D A SR - D es la durée de la carrière de l assuré ; - A représene le aux d annuié servi par le régime ; - SR es le salaire de référence, pris en compe dans le calcul de la reraie. Cee formule de base de calcul d une pension dans un régime en annuiés peu en praique êre modifiée par la prise en compe d élémens supplémenaires : minimum ou maximum forfaiaire de pension (par exemple, minimum conribuif à la CNAV e minimum garani dans la foncion publique), majoraion pour enfans (par exemple de 10 % à la CNAV pour les parens de 3 enfans ou plus) En oure, les régimes de reraie pouvan se superposer les uns aux aures (par exemple un régime d enreprise venan s ajouer aux régimes de droi commun), il arrive que ceraines formules prennen en compe les presaions déjà garanies par d aures régimes. La pension liquidée es ensuie revalorisée chaque année au cours de la période de reraie selon un indice, qui peu suivre enre aures l évoluion des salaires ou l évoluion des prix. En France, les pensions de la plupar des régimes de base en annuiés, don la CNAV e les régimes de la foncion publique (depuis la réforme de 2003 pour ces derniers), son revalorisées sur la base de l évoluion de l indice des prix à la consommaion hors abac. Dans la suie de la noe, on défini plus précisemen les différens paramères qui inerviennen dans la formule de calcul de la pension servie par un régime en annuiés, à savoir la durée de carrière, le aux d annuié e le salaire de référence. 1 Pour rédiger cee noe, nous nous sommes principalemen inspirés de l ouvrage de Pierre Devolder (2005), Le financemen des régimes de reraie, Economica, de l ouvrage de Jean-Marc Dupuis e Claire El Moudden (2003), Économie des reraies, Economica e du mémoire d acuaria de Jacques Tanchoux (1989), Voies de réforme pour les régimes de reraie de base : consiuion e uilisaion d un modèle de prévision à ving ans de charges e ressources du régime général d assurance vieillesse, Insiu de Saisique de l Universié de Paris (ISUP). 2

3 1. Définiion de la durée de carrière Dans les régimes en annuiés, la durée de carrière s exprime sous la forme d un nombre d années ou de rimesres validés par l assuré dans le régime. Aux périodes validées par coisaions peuven s ajouer ceraines périodes d inacivié validées sans qu il y ai de coisaions de la par de l assuré e de son employeur (majoraions de durée d assurance pour enfans, périodes de chômage, service miliaire ). La durée oale d assurance peu aussi êre limiée à un maximum e/ou soumise à une condiion de sage correspondan à une durée minimale de coisaion pour que les drois soien ouvers (quinze années dans la foncion publique, par exemple). À la CNAV, la durée d assurance validée dans le régime es composée de durées coisées au ire de l acivié, de durées validées à d aures ires e de majoraions de durée d assurance (MDA). Les rimesres validés (par coisaion ou non) son plafonnés à 4 rimesres par année civile. Les coisaions permeen de valider 1 rimesre par unié de salaire de 200 heures au SMIC. Ainsi, un mi-emps au SMIC sur l ensemble de l année perme de valider 4 rimesres. 2. Définiion du aux d annuié Le aux d annuié représene le monan de pension acquis chaque année validée e exprimé en pourcenage du salaire de référence. Il peu s écrire : A = T D max où T es le aux de liquidaion de la pension (en première approche, rappor enre la pension au aux plein e le salaire de référence) e D max la durée d assurance requise pour une pension au aux plein. La pension es ainsi égale au produi du aux de liquidaion T, du salaire de référence de l assuré, e du coefficien de proraisaion (rappor enre la durée de l assuré e la durée requise). P = T SR ( D / D max) Les règles pour déerminer le aux plein e le aux de liquidaion son rès variées. Elles reposen en général sur le couple âge/durée d assurance. Le aux de liquidaion peu êre défini par rappor à un âge de référence (appelée «âge du aux plein») e/ou par rappor à une durée d assurance requise. Si un assuré liquide sa reraie avan l âge du aux plein (respecivemen avec une durée inférieure à la durée requise), une minoraion du aux de liquidaion peu êre appliquée (décoe). À l inverse, en cas de dépar après l âge de référence ou avec une durée supérieure à la durée requise, une majoraion du aux de liquidaion peu êre appliquée (surcoe). 3

4 a) Le aux d annuié à la CNAV À la CNAV, le aux de liquidaion correspondan au aux plein es de 50 %. Il es obenu : - si la durée d assurance ous régimes es au moins égale à la durée d assurance requise pour une pension au aux plein (D max ), soi, par exemple, 161 rimesres pour la généraion 1949 ; - ou si l âge de liquidaion es égal à 65 ans ou plus ; - ou si l assuré avai le sau d invalide jusqu à la veille de ses 60 ans ; - ou s il es jugé dans l incapacié de ravailler. Si l assuré ne rempli aucune de ces quare condiions, le aux de liquidaion es rédui par l applicaion d une décoe proporionnelle au nombre de rimesres manquans pour aeindre le aux plein, dans la limie maximum de 20 rimesres. En praique, le nombre de rimesres manquans es nul si l individu a aein l âge de 65 ans ou s il a validé ous régimes un nombre de rimesres suffisan (égal à 161 rimesres pour la généraion 1949 par exemple) e, sinon, vau le nombre minimum de rimesres resan à courir pour remplir une des deux condiions (l âge de 65 ans ou la durée requise). Lorsque l assuré prolonge son acivié après 60 ans au-delà de la durée d assurance requise pour une pension au aux plein, la pension es majorée par l applicaion d une surcoe proporionnelle au nombre de rimesres supplémenaires coisés. Le aux de liquidaion peu donc s écrire : { 1 max[ 0, min( 4 (65 âge), D D) ]} ( + s ) T = 50% δ D max 1 supplémenaire - δ es le aux de décoe par rimesre manquan pour aeindre le aux plein (pour les généraions 1949 e suivane, ce aux es égal à 1,75 %) ; - s es le aux de surcoe par rimesre supplémenaire au-delà du aux plein (depuis le 1 er janvier 2009, ce aux es égal à 1,25 %) ; - D supplémenaire es le nombre de rimesres supplémenaires au-delà de la durée requise pour une pension au aux plein. Un assuré de la généraion 1949 liquidan sa reraie en 2009 sans décoe ni surcoe obiendra donc un aux d annuié de 1,24 % 2 (soi 0,31 % 3 par rimesre). b) Le aux d annuié dans la foncion publique Dans la foncion publique, le aux de liquidaion correspondan au aux plein es de 75 % si la durée d assurance ous régimes es au moins égale à la durée d assurance requise pour une pension au aux plein (D max ) ou si l assuré par à la reraie à parir de 65 ans ou dans des condiions pariculières (par exemple, pour les parens de 3 enfans avec 15 ans de service ou les personnes reconnues inapes au ravail). Dans le cas conraire, comme à la CNAV, le aux de liquidaion es rédui par l applicaion d une décoe en foncion du nombre de rimesres manquans pour aeindre la durée 2 50 % / 40, % /

5 d assurance requise pour une pension au aux plein (D max ) ou par rappor à l âge du aux plein (qui augmene progressivemen e sera égal à 65 ans pour les sédenaires à parir de la généraion 1960), le calcul le plus favorable pour l assuré éan reenu. La décoe ne peu s appliquer sur une durée supérieure à 20 rimesres. Lorsque l assuré prolonge son acivié au-delà de 60 ans e au-delà de la durée d assurance maximum prise en compe, comme à la CNAV, la pension es majorée par l applicaion d une surcoe proporionnelle au nombre de rimesres supplémenaires. Le aux de liquidaion peu donc s écrire : { 1 max[ 0, min( 4 (âge pivo âge), D D) ]} ( + s ) T = 75% δ D max 1 supplémenaire - δ es le aux de décoe par rimesre manquan pour aeindre le aux plein (pour la généraion 1949, ce aux es égal à 0,5 %, il sera de 1,25 % à parir de la généraion 1955) ; - s es le aux de surcoe par rimesre supplémenaire au-delà du aux plein (depuis le 1 er janvier 2009, ce aux es égal à 1,25 %) ; - D supplémenaire es le nombre de rimesres supplémenaires au-delà de la durée d assurance requise pour une pension au aux plein. Un foncionnaire sédenaire de la généraion 1949 liquidan sa reraie en 2009 sans décoe ni surcoe obiendra donc un aux d annuié de 1,86 % 4 (soi 0,47 % 5 par rimesre). 3. Définiion du salaire de référence pris en compe dans le calcul de la reraie Dans un régime en annuiés, le salaire pris en compe dans le calcul de la reraie es un salaire représenaif de la carrière. Les formules reenues reposen sur la combinaison de plusieurs crières. a) La par du salaire reenu Le salaire peu êre reenu dans son inégralié ou êre plafonné, ce qui fixe une limie au monan des pensions versées par le régime. Les salaires peuven êre égalemen découpés en ranches 6. À la CNAV, les salaires reenus son limiés au plafond annuel de la sécurié sociale. Dans les régimes en annuiés de la foncion publique, le monan de la pension es déerminé en foncion de la rémunéraion hors primes 7. b) Le nombre e la posiion dans la carrière des salaires pris en compe Il peu s agir de oues les années de la carrière ou d une seule année, voire d une demi-année. Plus le nombre d années reenues es imporan, plus la reraie es foncion de l ensemble de la carrière e plus le régime es conribuif. La formule prenan en compe oues les années de la carrière reien alors en pariculier les plus mauvais salaires. À l inverse, reenir les % / 40, % / Par exemple, à ire illusraif, SR = 100 % du dernier salaire annuel jusqu à euros + 75 % du solde. 7 Les primes, à haueur de 20 % du raiemen, enren dans l assiee de coisaion du régime addiionnel. 5

6 meilleures années au lieu des 10 dernières peu enraîner une hausse du salaire pris en compe e par conséquen de la reraie versée. À la CNAV, pour les généraions 1948 e suivanes, le salaire pris en compe es la moyenne des 25 meilleures années de salaires dans la limie des plafonds annuels de la sécurié sociale. Dans les régimes de la foncion publique, le salaire pris en compe es le dernier salaire mensuel (hors primes) perçu pendan au moins 6 mois. Pour la déerminaion du salaire de référence, peuven égalemen êre pris en compe des salaires ficifs correspondan à des périodes duran lesquelles l assuré n a pas coisé, qu il s agisse de périodes d inoccupaion volonaire (éudes, éducaion des enfans ) ou involonaire (chômage, maladie ). Ces salaires ficifs peuven êre forfaiaires (SMIC par exemple) ou êre liés au salaire de l inéressé au momen de l inerrupion d acivié. Lorsque le salaire de référence es calculé à parir d une chronique de salaires de la carrière, se pose la quesion du mode de revalorisaion de ces salaires. Ainsi, afin de reenir les 25 meilleures années de la carrière, comme c es le cas à la CNAV, les salaires de chacune des années de la carrière doiven d abord êre revalorisés pour pouvoir êre ensuie comparés e classés. Depuis 1987, le mode de revalorisaion des salaires pris en compe dans le calcul de la reraie es l indice d évoluion des prix à la consommaion hors abac. 4. Quelques formules sandard a) Formule de calcul de la pension de base à la CNAV Un assuré de la généraion 1949 liquidan sa reraie en 2009 sans décoe, ni surcoe aura une pension de base annuelle égale à : 50% P = SR D SR es la moyenne des 25 meilleurs salaires annuels d acivié revalorisés en foncion de l évoluion des prix à la consommaion hors abac, chacun d enre eux éan limié au plafond annuel de la sécurié sociale ; - D es la durée de la carrière. b) Formule de calcul de la pension de base dans la foncion publique Un foncionnaire sédenaire de la généraion 1949 liquidan sa reraie en 2009 sans décoe, ni surcoe aura une pension de base annuelle égale à : 75% P = SR D SR es le dernier salaire (hors primes) perçu pendan au moins 6 mois ; - D es la durée de la carrière. 6

7 5. La déerminaion du aux de coisaion Dans les régimes en annuiés, les presaions son définies selon les modaliés déaillées cidessus. Lorsque le régime s engage sur une formule de presaions, l équilibre insanané ne pourra êre aein que par un ajusemen du aux de coisaion. En répariion pure, il n y a pas de réserves e l égalié enre les coisaions versées par les acifs e les presaions à verser aux reraiés doi donc en principe êre réalisée à chaque période. On noe : - P la pension moyenne à verser en ; - S le salaire moyen soumis à coisaions en ; - π le aux de coisaion de la répariion pure en. Les coisaions reçues par le régime en son égales à : π S Nombre de coisans. Les dépenses de pension en son égales à : P Nombre de reraiés. L égalié enre les coisaions versées par les acifs e les presaions versées à ous les reraiés s écri donc : soi : π S Nombre de coisans = P Nombre de reraiés π = P S Nombre de reraiés Nombre de coisans où le raio nombre de reraiés sur nombre de coisans es le raio de dépendance démographique (ou quoien de vieillesse). Lorsque le raio pension moyenne sur salaire moyen soumis à coisaion es consan, le régime es à maurié. Par ailleurs, dans une populaion saionnaire, le raio de dépendance démographique es consan. Par conséquen, dans une populaion saionnaire e pour un régime de pension à maurié, le aux de coisaion en répariion pure es consan. Dans ous les aures cas, le financemen de ce ype de régime n es pas sable dans le emps. Le aux de coisaion peu connaîre des variaions plus ou moins imporanes d une année à l aure. Il es à noer que dans un régime en annuiés l équilibre peu êre égalemen obenu en modifian le aux d annuié e/ou le calcul du salaire de référence e/ou l indice de revalorisaion des pensions (par exemple, augmenaion de la durée de coisaion nécessaire pour obenir le aux plein e passage des 10 aux 25 meilleures années pour le calcul du salaire de référence avec revalorisaion en foncion des prix e non des salaires à la CNAV). 7

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques G 2015 / 02. Indicateurs de rendement du système de retraite français

Direction des Études et Synthèses Économiques G 2015 / 02. Indicateurs de rendement du système de retraite français Direcion des Éudes e Synhèses Économiques G 215 / 2 Indicaeurs de rendemen du sysème de reraie français Yves DUBOIS e Anhony MARINO Documen de ravail Insiu Naional de la Saisique e des Éudes Économiques

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Formation maîtriser la gestion de la retraite des fonctionnaires (Ref : 2209) Conditions réglementaires de l'accès à la retraite des agents publics.

Formation maîtriser la gestion de la retraite des fonctionnaires (Ref : 2209) Conditions réglementaires de l'accès à la retraite des agents publics. Formaion maîriser la gesion de la reraie des foncionnaires (Ref : 2209) réglemenaires de l'accès à la reraie des agens publics. COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION OBJECTIFS Appréhender le sysème des reraies

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

La réforme des régimes de pension entre choix politiques et contraintes économiques

La réforme des régimes de pension entre choix politiques et contraintes économiques La réforme des régimes de pension enre choix poliiques e conraines économiques Florence Legros * p. 53-65 L'hisoire de la proecion sociale moderne commence en 1871 en Allemagne, quand le chancelier Bismarck

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel.

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel. Piloage echnique d un régime de renes viagères : idenificaion e mesure des risques, allocaion d acif, suivi acuariel. Frédéric Planche To cie his version: Frédéric Planche. Piloage echnique d un régime

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Réformes fiscales, systèmes de retraite et chômage involontaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable

Réformes fiscales, systèmes de retraite et chômage involontaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable Réformes fiscales, sysèmes de reraie e chômage involonaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable Mouez Fodha Paricia Le Maire Résumé Le vieillissemen de la populaion issu à

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index)

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index) Méhodologie de l Indice Ehical Europe Equiy (Ehical Europe Equiy Inde) Version 1.3 en dae du 19 Mars 2014 1 Sommaire Inroducion 1. Descripion de l Indice 1.1. Tickers e ISIN 1.2. Valeur iniiale 1.3. Disribuion

Plus en détail

Journée de la Régionale de Poitou-Charentes 16 octobre 2013

Journée de la Régionale de Poitou-Charentes 16 octobre 2013 es Maéaiques dans l assurance-vie Journée de la Régionale de Poiou-arenes 6 ocobre 23 es aéaiques uilisées dans les éiers de l'assurance ou de la banque Associaion des Professeurs de Maéaiques de l Enseigneen

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Épargne retraite et redistribution 1

Épargne retraite et redistribution 1 Épargne reraie e redisribuion 1 Alexis Direr 2 Le plan d épargne reraie populaire (PERP), mis en place en 2003, occupe une place cenrale dans le disposiif d'épargne reraie par capialisaion en France avec

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Aviva Emprunteur ARTICLE 1 - PREAMBULE... 1 ARTICLE 2 - OBJET DU CONTRAT AVIVA EMPRUNTEUR...1 ARTICLE 3 LE FONCTIONNEMENT DE VOTRE ADHESION...

Aviva Emprunteur ARTICLE 1 - PREAMBULE... 1 ARTICLE 2 - OBJET DU CONTRAT AVIVA EMPRUNTEUR...1 ARTICLE 3 LE FONCTIONNEMENT DE VOTRE ADHESION... Aviva Empruneur Noice valan Noe d Informaion... 1 à 11 SOMMAIRE ARTICLE 1 - PREAMBULE... 1 1-1. Naure du conra Nom e adresse du souscripeur 1-2. Prise d effe, durée e résiliaion du conra par l associaion

Plus en détail

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013 LCD Physique ebc 1 Exercices M1: Cinémaique du poin A) Quesions de compréhension 1) Un voyageur dans un rain en mouvemen à viesse consane laisse omber un obje. Esquisser l allure de la rajecoire : pour

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Guide pratique du recrutement. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement

Guide pratique du recrutement. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement Guide praique du recruemen Prevenir les discriminaions e favoriser l egalie de raiemen Réalisé en parenaria avec SOMMAIRE Inroducion p. 4 I. Rappel du cadre juridique p. 5 1.1 Définiions... p. 5 1.2 Règles

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

AMPLIFICATEUR LINEAIRE INTEGRE (A.L.I) Montages Fondamentaux à base d A.L.I

AMPLIFICATEUR LINEAIRE INTEGRE (A.L.I) Montages Fondamentaux à base d A.L.I Chapire C1 Leçon C1 AMPLIFICATEU LINEAIE INTEGE (A.L.I) Monages Fondamenaux à base d A.L.I I. Uilisaion d un A.L.I en régime non linéaire : 1) Acivié praique : a) A l aide d une maquee fournie ou à parir

Plus en détail

Guide pratique de l evolution professionnelle. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement

Guide pratique de l evolution professionnelle. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement Guide praique de l evoluion professionnelle Prevenir les discriminaions e favoriser l egalie de raiemen Réalisé en parenaria avec Pee Sone pee.sone@jusdifferen.eu hp://www.jusdifferen.eu/ SOMMAIRE Inroducion...p.

Plus en détail

pour un régime de rentiers

pour un régime de rentiers Les Crières normes d allocaion IFRS en assurance d acifs pour un régime de reniers 1 er juille 2004 Frédéric PLANCHET Acuaire associé Pierre THEROND Acuaire 1 er juille 2004 Page 1 Conexe (1) La déerminaion

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Crise économique et crise du système de retraite au Cameroun. Economic crisis and crisis of the pension system in Cameroon

Crise économique et crise du système de retraite au Cameroun. Economic crisis and crisis of the pension system in Cameroon Crise économique e crise du sysème de reraie au Cameroun Kemeze Francis Hypolie PhD candidae in Applied Agriculural Economics and Policy, Universiy of Ghana, Legon Email: kefrhy@gmail.com Résumé : Proégé

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres

Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres Une union pour les employeurs de l' conomie sociale - grande Conférence sociale - les posiionnemens e proposiions de l usgeres Juille 212 1 «développer l emploi e en priorié l emploi des jeunes» le posiionnemen

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

Formation La réglementation des déclarations annuelles de données sociales (Ref : 3467) Connaitre et maîtriser la norme N4DS et les DADS.

Formation La réglementation des déclarations annuelles de données sociales (Ref : 3467) Connaitre et maîtriser la norme N4DS et les DADS. Formaion La réglemenaion des déclaraions annuelles de données sociales (Ref : 3467) Connaire e maîriser la norme N4DS e les DADS. OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Connaîre la nouvelle réglemenaion liée

Plus en détail

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques Parie. L'uilisaion des saisiques économiques Enseignan A. Direr Licence 2, er semesre 2008-9 Universié Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suie Nous avons vu dans l'inroducion que l'uilisaion des

Plus en détail

Segmentation d images couleur par fusion de régions.

Segmentation d images couleur par fusion de régions. SETIT 2005 3 rd Inernaional Conference: Sciences of Elecronic, Technologies of Informaion and Telecommunicaions March 27-31, 2005 TUNISIA Segmenaion d images couleur par fusion de régions. Mme AMEUR Zohra,

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Les marchés publics d'assurances (Ref : 3397) Maîrisez le cadre légal spécifique e les ouils permean une meilleure gesion des marchés publics d'assurances OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

UNITE D ENSEIGNEMENT «ECONOMIE DE L EDUCATION 2E» ------------------------------------- SOUS-MODULE DE BASE

UNITE D ENSEIGNEMENT «ECONOMIE DE L EDUCATION 2E» ------------------------------------- SOUS-MODULE DE BASE UNITE D ENSEIGNEMENT «ECONOMIE DE L EDUCATION 2E» ------------------------------------- SOUS-MODULE DE BASE «NOTIONS FONDAMENTALES DE L ECONOMIE DE L EDUCATION» ----------------- E-THEME N 1 «CAPITAL HUMAIN

Plus en détail

Demande de travail et âge de la retraite 1

Demande de travail et âge de la retraite 1 emande de raail e âge de la reraie 1 imiri Paolini * ésumé Ce aricle explore le rôle de la demande de raail des personnes âgées dans l analyse des poliiques de reraie e de préreraie. Plus précisémen, nous

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Distributeur automatique de café

Distributeur automatique de café BACCALAUREAT GENERAL Session 2002 Série S Sciences de l Ingénieur ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Coefficien : 6 Durée de l épreuve : 4 heures Son auorisés les calcularices élecroniques e le maériel

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

MEMOIRE DE FIN D ETUDES Année universitaire 2007-2008 MASTER EN ACTUARIAT. Réalisé par JAFFAL MOUSSA HANAN

MEMOIRE DE FIN D ETUDES Année universitaire 2007-2008 MASTER EN ACTUARIAT. Réalisé par JAFFAL MOUSSA HANAN MEMOIRE DE FIN D ETUDES Année universiaire 2007-2008 MASTER EN ACTUARIAT Réalisé par JAFFAL MOUSSA HANAN «Impac du risque de moralié dans Solvabilié2» Sage réalisé Au Cabine MOEGLIN CABINET D ACTUAIRES

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

DEVOIR DE SYNTHESE N 1 SECTION TECHNIQUE

DEVOIR DE SYNTHESE N 1 SECTION TECHNIQUE LYCEE KHAZNADAR DEVOIR DE SYNTHESE N 1 Proposé par : MLAOUHI S & ABAAB T Disciplines echniques SECTION TECHNIQUE Consiuion du suje : un dossier echnique : pages 1/4 2/4 3/4 e 4/4 Des feuilles réponses

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Concours de conseiller principal d'éducaion - Ecri (Ref : 2323) Duran 4 jours, les candidas au concours de conseiller principal d'éducaion en voie exerne pourron maîriser la méhodologie des épreuves écries

Plus en détail