ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey"

Transcription

1 ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey Août 2009 modifié Avril : Feuille décor imprimée ou teintée dans la masse, imprégnée de résine mélamine 2 : Surface de protection imprégnée de résine (overlay) pour les décors imprimés 3 : Couche support empilage de 3 krafts imprégnés de résine phénolique Cette déclaration est présentée en s inspirant du modèle de Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire selon la NF P validé par l AIMCC (FDE&S Version 2005)

2 PLAN PLAN... 2 INTRODUCTION... 4 GUIDE DE LECTURE... 5 AFFICHAGE ENVIRONNEMENTAL ET SANITAIRE Caractérisation du produit Définition de l Unité Fonctionnelle (UF) Masses et données de base pour le calcul de l unité fonctionnelle (UF) Données d Inventaire et commentaires relatifs aux effets environnementaux et sanitaires du produit Consommations des ressources naturelles Consommation de ressources naturelles énergétiques et indicateurs énergétiques Consommation de ressources naturelles non énergétiques Consommation d eau (prélèvements) Consommation d énergie et de matière récupérées Emissions dans l air, l eau et le sol Emissions dans l air Emissions dans l eau Emissions dans le sol Production de déchets Déchets valorisés Déchets éliminés Impacts environnementaux Contribution du produit à l évaluation des risques sanitaires et de la qualité de vie à l intérieur des bâtiments Informations utiles à l évaluation des risques sanitaires Contribution à la qualité sanitaire des espaces intérieurs Contribution à la qualité sanitaire de l eau Contribution du produit à la qualité de vie à l intérieur des bâtiments Caractéristiques du produit participant à la création des conditions de confort hygrothermique dans le bâtiment Caractéristiques du produit participant à la création des conditions de confort acoustique dans le bâtiment Caractéristiques du produit participant à la création des conditions de confort visuel dans le bâtiment Caractéristiques du produit participant à la création des conditions de confort olfactif dans le bâtiment... 20

3 5 Autres contributions du produit notamment par rapport à des préoccupations d écogestion du bâtiment, d économie et de politique environnementale globale Ecogestion du bâtiment Gestion de l énergie Gestion de l eau Entretien et maintenance Préoccupation économique Politique environnementale globale Ressources naturelles Emissions dans l air et dans l eau Déchets Annexe : Caractérisation des données pour le calcul de l Inventaire de Cycle de Vie (ICV) Définition du système d ACV (Analyse de Cycle de Vie) Etapes et flux inclus Etapes et flux exclus Règle de délimitation des frontières Sources de données Caractérisation des données principales Données énergétiques Données non-icv Traçabilité Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 3

4 INTRODUCTION Cette déclaration a pour but de mettre à la disposition des acteurs du bâtiment les caractéristiques environnementales et sanitaires de la production du stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey. Le cadre utilisé pour la présentation de l éco-profil a été inspiré par celui de la Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire selon la norme NF P élaborée par l AIMCC (FDE&S version 2005). Un rapport d accompagnement de la déclaration a été établi, et peut être consulté, sous accord de confidentialité, auprès de Polyrey. Producteur des données Les informations contenues dans cette déclaration sont fournies sous la responsabilité de l entreprise Polyrey. Exploitation de la déclaration Toute exploitation, totale ou partielle, des informations ainsi fournies devra au minimum être constamment accompagnée de la référence complète de la déclaration d origine : «titre complet, date d édition, adresse de l émetteur» qui pourra remettre un exemplaire authentique. Contact Sandrine GRELLIER POLYREY Usine de Couze LALINDE Tel : Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 4

5 GUIDE DE LECTURE Organisation du document Cette déclaration comprend deux parties : L affichage environnemental et sanitaire Cet affichage présente de manière synthétique les principales caractéristiques environnementales et sanitaires de la production du stratifié PHL mince fabriqué par Polyrey, objet de la déclaration. La déclaration proprement dite Elle fournit les justifications et les calculs des informations fournies dans l affichage ainsi que des données complémentaires dont la lecture est recommandée Présentation des résultats chiffrés Les chiffres inférieurs à 0,0001 (10-4) sont affichés en format scientifique. Exemple de lecture : -4.2 E-06 = -4.2 X 10-6 = Toutes les valeurs des tableaux d Inventaire de Cycle de Vie (ICV) ont été conservées par souci de transparence. Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 5

6 AFFICHAGE ENVIRONNEMENTAL ET SANITAIRE Caractérisation du produit - Définition de l unité fonctionnelle (UF) : La production d un (1) m 2 de stratifié HPL mince. - Caractéristiques techniques non contenues dans l UF : Ø épaisseur 0.8 mm Ø masse volumique 1430 kg/m 3 - Contenu (selon position AIMCC n 3-07) : principaux constituants Ø Feuille décor imprimée ou teintée dans la masse, imprégnée de résine mélamine Ø Surface de protection imprégnée de résine (overlay) pour les décors imprimés Ø Couche support empilage de 3 krafts imprégnés de résine phénolique Contribution du produit à l évaluation des risques sanitaires et de la qualité de vie à l intérieur des bâtiments Contribution du produit A l évaluation des risques sanitaires Qualité sanitaire des espaces intérieurs Qualité sanitaire de l eau Expression Emission de COVT durant la vie en œuvre : quantité de 78.7 mg par m² par an Emission de formaldéhyde durant la vie en œuvre : quantité de 13.4 mg par m² par an Emission radioactive : pas de mesure réalisée Emission de fibres et particules : pas de mesure réalisée Microorganismes et moisissures : pas de mesure réalisée Autres substances dangereuses : ne contient pas de produit de préservation Migration globale jugée inférieure aux limites fixées par la réglementation dans les liquides simulateurs représentant les aliments aqueux, acides et gras (simulant B des directives 85/572 et 97/48, isooctane et éthanol 95%, simulants de substitution de l huile d olive préconisés par la directive 97/48/CE). A la qualité de la vie Confort hygrothermique Coefficient de conductivité thermique λ : 0,3 W/m.K Résistance thermique R : m 2.K/W Confort acoustique Confort visuel Confort olfactif Pas de mesure réalisée Le revêtement stratifié HPL mince constitue un des éléments influant sur l harmonie et l ambiance du bâtiment. Pour cela, un large choix de décor sont possibles (couleur, motif et texture). Pas de mesure réalisée Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 6

7 Indicateurs environnementaux N Impact environnemental Valeur de l indicateur unité 1 Consommation de ressources énergétiques Energie primaire totale* 137 MJ Energie renouvelable** 29.9 MJ Energie non renouvelable 107 MJ 2 Epuisement de ressources (ADP) kg éq. antimoine (Sb) 3 Consommation d eau totale 79.5 litre 4 Déchets solides Déchets valorisés (total) kg Déchets éliminés Déchets dangereux kg Déchets non dangereux kg Déchets inertes kg Déchets radioactifs kg 5 Changement climatique 3.58 kg éq. CO 2 6 Acidification atmosphérique kg éq. SO 2 7 Pollution de l air 298 m 3 8 Pollution de l eau 3.64 m 3 9 Destruction de la couche d ozone stratosphérique 2.92 E-09 kg CFC éq. R11 10 Formation d ozone photochimique kg éq. éthylène Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 7

8 1 Caractérisation du produit 1.1 Définition de l Unité Fonctionnelle (UF) La production d un (1) m² de stratifié HPL mince en 0.8 mm d épaisseur 1.2 Masses et données de base pour le calcul de l unité fonctionnelle (UF) Quantité de produit dans l UF : 1.1 kg de stratifié HPL mince en 0.8 mm 2 Données d Inventaire et commentaires relatifs aux effets environnementaux et sanitaires du produit Les données d inventaire de cycle de vie qui sont présentées ci-après ont été calculées pour l unité fonctionnelle définie en 1.1 et 1.2 Un guide de lecture des tableaux est disponible page Consommations des ressources naturelles Consommation de ressources naturelles énergétiques et indicateurs énergétiques Mise en Vie en Transport Fin de vie œuvre œuvre Flux Unités Production Consommation de ressources naturelles énergétiques Bois kg 1.78 Charbon kg Lignite kg Gaz naturel kg 1.24 Pétrole kg Uranium (U) kg 3.95 E-05 Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité Total cycle de vie Pour toute la DVT Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 8

9 Indicateurs énergétiques Energie Primaire Totale MJ 137 Energie Renouvelable MJ 29.9 Energie Non Renouvelable MJ 107 Energie procédé MJ 112 Energie matière MJ 25.1 Electricité kwh Commentaires relatifs à la consommation de ressources naturelles énergétiques et aux indicateurs énergétiques : Consommation de ressources naturelles énergétiques : La consommation de bois comptabilisée à ce niveau correspond au bois prélevé dans la forêt, utilisé à la fois comme combustible et à la fois comme matière première pour la fabrication du papier. Indicateur énergie primaire totale : L indicateur énergie primaire totale additionne à la même hauteur l énergie matière et l énergie procédé, d origine non renouvelable ou l énergie renouvelable. L impact environnemental de telles sources d énergie étant très différent, il est préférable d analyser chacun des indicateurs séparément, leur somme ne correspondant pas à un indicateur pertinent Consommation de ressources naturelles non énergétiques Flux Unités Production Antimoine (Sb) kg 8.08 E-12 Mise en Vie en Transport Fin de vie Total cycle de vie œuvre œuvre Pour toute Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité la DVT Argent (Ag) kg 4.77 E-09 Argile kg Arsenic (As) kg 0 Bauxite (Al 2 O 3 ) kg Bentonite kg Bismuth (Bi) kg 0 Bore (B) kg 8.98 E-10 Cadmium (Cd) kg 0 Calcaire kg Carbonate de Sodium (Na 2 CO 3 ) Chlorure de Potasium (KCl) Chlorure de Sodium (NaCl) kg 0 kg kg Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 9

10 Chrome (Cr) kg 6.29 E-07 Cobalt (Co) kg 1.54 E-09 Cuivre (Cu) kg Dolomie kg Etain (Sn) kg 3.11 E-06 Feldspath kg 1.40 E-08 Fer (Fe) kg Fluorite (CaF 2 ) kg Gravier kg Lithium (Li) kg 0 Kaolin (Al 2 O 3, 2SiO 2,2H 2 O) kg Magnésium (Mg) kg Manganèse (Mn) kg 8.61 E-05 Mercure (Hg) kg 2.75 E-08 Molybdène (Mo) kg Nickel (Ni) kg Or (Au) kg 2.89 E-11 Palladium (Pd) kg 3.23 E-09 Platine (Pt) kg 7.12 E-11 Plomb (Pb) kg 1.05 E-06 Rhodium (Rh) kg 2.26 E-11 Rutile (TiO 2 ) kg 4.73 E-08 Sable kg Silice (SiO 2 ) kg 0 Soufre (S) kg 8.64 E-05 Sulfate de Baryum (Ba SO 4 ) kg Titane (Ti) kg 1.20 E-08 Tungstène (W) kg 0 Vanadium (V) kg 0 Zinc (Zn) kg 2.05 E-08 Zirconium (Zr) kg 0 Matières premières végétales non spécifiées avant Matières premières animales non spécifiées avant Produits intermédiaires non remontés (total) m kg 0 kg Commentaires relatifs à la consommation de ressources naturelles non énergétiques : Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 10

11 Consommation d eau (prélèvements) Mise en Vie en Transport Fin de vie œuvre œuvre Flux Unités Production Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité Eau : Lac litre Total cycle de vie Pour toute la DVT Eau : Mer litre 1.23 Eau : Nappe Phréatique litre 1.34 Eau : Origine non Spécifiée litre 34.9 Eau: Rivière litre 38.0 Eau Potable (réseau) litre 4.02 Eau d origine industrielle litre 0 Eau Consommée (total) litre 79.5 Commentaires relatifs à la consommation d eau (prélèvements) : Consommation d énergie et de matière récupérées Mise en Vie en Transport Fin de vie œuvre œuvre Flux Unités Production Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité Energie Récupérée MJ 0 Total cycle de vie Pour toute la DVT Matière Récupérée : Total kg Matière Récupérée : Acier kg 5.03 E-06 Matière Récupérée : Aluminium kg 0 Matière Récupérée : Métal (non spécifié) kg 0 Matière Récupérée : Papier-Carton kg Matière Récupérée : Plastique kg 0 Matière Récupérée : Calcin kg 0 Matière Récupérée : Bois kg Matière Récupérée : Biomasse autres kg Matière Récupérée : Minérale kg 0 Matière Récupérée : Non spécifiée kg 0 Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 11

12 Commentaires relatifs à la consommation d énergie et de matière récupérées : 2.2 Emissions dans l air, l eau et le sol Emissions dans l air Flux Unités Production Hydrocarbures (non spécifiés) g Hydrocarbures (non spécifiés, excepté g 3.04 méthane) HAP a (non spécifiés) g Mise en Vie en Transport Fin de vie Total cycle de vie œuvre œuvre Pour toute Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité la DVT Méthane (CH 4 ) g 11.6 Composés organiques volatils (par exemple, acétone, acétate, etc.) + g 3.66 formaldéhyde Dioxyde de Carbone (CO 2 biomasse) g Dioxyde de Carbone (CO 2 fossile) g Dioxyde de Carbone (CO 2 total) g 7.43 Monoxyde de Carbone (CO) g 8.17 Oxydes d'azote (NOx en NO 2 ) g Protoxyde d'azote (N 2 O) g Ammoniaque (NH 3 ) g 2.16 Poussières (non spécifiées) g Oxydes de Soufre (SOx en SO 2 ) g 7.30 Hydrogène Sulfureux (H 2 S) g Acide Cyanhydrique (HCN) g Acide phosphorique (H3PO4) g 0 Composés chlorés organiques (en Cl) g 8.56 E-05 Acide Chlorhydrique (HCl) g Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 12

13 Composés chlorés inorganiques (en Cl) g Composés chlorés non spécifiés (en Cl) g 4.08 E-05 Composés fluorés organiques (en F) g 8.20 E-05 Composés fluorés inorganiques (en F) g Composés halogénés (non spécifiés) g Composés fluorés non spécifiés (en F) g 0 Métaux (non spécifiés) g Antimoine et ses composés (en Sb Arsenic et ses composés (en As) Cadmium et ses composés (en Cd) Chrome et ses composés (en Cr) Cobalt et ses composés (en Co) Cuivre et ses composés (en Cu) Etain et ses composés (en Sn) Manganèse et ses composés (en Mn) Mercure et ses composés (en Hg) Nickel et ses composés (en Ni) Plomb et ses composés (en Pb) Sélénium et ses composés (en Se) Tellure et ses composés (en Te) Zinc et ses composés (en Zn) Vanadium et ses composés (en V) Silicium et ses composés (en Si) g 5.92 E-05 g g g g g g 6.00 E-05 g g g g g g 0 g g g a HAP : Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques NOTE : Concernant les émissions radioactives, ce tableau devra être complété dès que la transposition de la directive européenne Euratom sur les émissions radioactives sera publiée. Commentaires relatifs aux émissions dans l air : Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 13

14 2.2.2 Emissions dans l eau Flux Unités Production DCO (Demande Chimique en Oxygène) g 17.4 DBO5 (Demande Biochimique en g 14.2 Oxygène à 5 jours) Matière en Suspension (MES) g 1.96 Mise en Vie en Transport Fin de vie Total cycle de vie œuvre œuvre Pour toute Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité la DVT Cyanure (CN-) g AOX (Halogènes des composés organiques g adsorbables) Hydrocarbures (non spécifiés) g 9.15 Composés azotés (en N) g Composés phosphorés (en P) g Composés fluorés organiques (en F) g 0 Composés fluorés inorganiques (en F) g Composés fluorés non spécifiés (en F) g 0 Composés chlorés organiques (en Cl) g Composés chlorés inorganiques (en Cl) g 23.0 Composés chlorés non spécifiés (en Cl) g HAP (non spécifiés) g 9.15 E-05 Métaux (non spécifiés) g Aluminium et ses composés (en Al) Arsenic et ses composés (en As) Cadmium et ses composés (en Cd) Chrome et ses composés (en Cr) Cuivre et ses composés (en Cu) Etain et ses composés (en Sn) Fer et ses composés (en Fe) g 1.43 g g g g g g Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 14

15 Mercure et ses composés (en Hg) g 4.65 E-05 Nickel et ses composés (en Ni) g Plomb et ses composés (en Pb) g Zinc et ses composés (en Zn) g Eau rejetée Litre Commentaires sur les émissions dans l eau : Emissions dans le sol Flux Unités Production Arsenic et ses composés (en As) g 8.61 E-06 Biocides a g Cadmium et ses composés (en Cd) g 3.50 E-07 Chrome et ses composés (en Cr) g Cuivre et ses composés(en Cu) g Etain et ses composés (en Sn) g 9.85 E-08 Fer et ses composés (en Fe) g Plomb et ses composés (en Pb) g 1.95 E-05 Mercure et ses composés (en Hg) g E-07 Nickel et ses composés (en Ni) g 1.36 E-05 Zinc et ses composés (en Zn) g Métaux lourds (non spécifiés) g Mise en Vie en Transport Fin de vie Total cycle de vie œuvre œuvre Pour toute Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité la DVT a Biocides : par exemple, pesticides, herbicides, fongicides, insecticides, bactéricides, etc. Commentaires sur les émissions dans le sol : Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 15

16 2.3 Production de déchets Déchets valorisés Flux Unités Production Energie Récupérée MJ 0 Matière Récupérée : Total kg Matière Récupérée : kg Acier Matière Récupérée : kg Aluminium 0 Matière Récupérée : kg Métal (non spécifié) 0 Matière Récupérée : kg Papier-Carton Matière Récupérée : kg Plastique Matière Récupérée : kg Calcin 0 Matière Récupérée : kg Déchets bois 0 Matière Récupérée : kg Biomasse autre 0 Matière Récupérée : kg Minérale Matière Récupérée : kg Non spécifiée 0 Mise en Vie en Transport Fin de vie Total cycle de vie œuvre œuvre Pour toute Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité la DVT Déchets éliminés Flux Unités Production Déchets dangereux kg Mise en Vie en Transport Fin de vie Total cycle de vie œuvre œuvre Pour toute Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité Par annuité la DVT Déchets non dangereux kg Déchets inertes kg Déchets radioactifs kg Commentaires relatifs à la production et aux modalités de gestion des déchets : Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 16

17 3 Impacts environnementaux Tous ces impacts sont renseignés ou calculés conformément aux indications du 6.1 de la norme NF P01-010, à partir des données du 2 et pour l unité fonctionnelle de référence définie au 1.1 et 1.2 de la présente déclaration. N Impact environnemental Valeur de l indicateur pour l unité fonctionnelle 1 Consommation de ressources énergétiques Energie primaire totale* 137 MJ/UF Energie renouvelable 29.9 MJ/UF Energie non renouvelable 107 MJ/UF 2 Epuisement de ressources (ADP) kg éq. antimoine (Sb)/UF 3 Consommation d eau totale 79.5 litre/uf 4 Déchets solides Déchets valorisés (total) kg/uf Déchets éliminés Déchets dangereux kg/uf Déchets non dangereux kg/uf Déchets inertes kg/uf Déchets radioactifs kg/uf 5 Changement climatique 3.58 kg éq. CO 2 /UF 6 Acidification atmosphérique kg éq. SO 2 /UF 7 Pollution de l air 298 m 3 /UF 8 Pollution de l eau 3.64 m 3 /UF 9 Destruction de la couche d ozone kg CFC éq E-09 stratosphérique R11/UF 10 Formation d ozone photochimique kg éq. éthylène/uf *Cet indicateur est à utiliser avec précaution car il additionne des énergies d origine très différentes qui n ont pas les mêmes impacts environnementaux (voir commentaire du chapitre 2.1.1). Changement climatique : Le calcul de l indicateur changement climatique a été réalisé en tenant compte des gaz à effet de serre d origine fossile comme biomasse. Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 17

18 4 Contribution du produit à l évaluation des risques sanitaires et de la qualité de vie à l intérieur des bâtiments Contribution du produit A l évaluation des risques sanitaires A la qualité de la vie Qualité sanitaire des espaces intérieurs Voir Qualité sanitaire de l eau Voir Confort hygrothermique Voir Confort acoustique Voir Confort visuel Voir Confort olfactif Voir Expression Emission de COVT durant la vie en œuvre : quantité de 78.7 mg par m² par an Emission de formaldéhyde durant la vie en œuvre : quantité de 13.4 mg par m² par an Emission radioactive : pas de mesure réalisée Emission de fibres et particules : pas de mesure réalisée Microorganismes et moisissures : pas de mesure réalisée Autres substances dangereuses : ne contient pas de produit de préservation Migration globale jugée inférieure aux limites fixées par la réglementation dans les liquides simulateurs représentant les aliments aqueux, acides et gras (simulant B des directives 85/572 et 97/48, isooctane et éthanol 95%, simulants de substitution de l huile d olive préconisés par la directive 97/48/CE). Coefficient de conductivité thermique λ du HPL mince : 0,3 W/m.K Résistance thermique R : m 2.K/W Pas de mesure réalisée Le revêtement stratifié HPL mince constitue un des éléments influant sur l harmonie et l ambiance du bâtiment. Pour cela, un large choix de décor sont possibles (couleur, motif et texture). Pas de mesure réalisée Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 18

19 4.1 Informations utiles à l évaluation des risques sanitaires Contribution à la qualité sanitaire des espaces intérieurs Emissions de COV et de formaldéhyde durant la vie en œuvre : Des essais d émissions de COVT et de formaldéhyde ont été réalisés suivant la norme NF EN ISO : 2006 sur le stratifié compact en 6 mm d épaisseur au laboratoire de qualité de l air intérieur de Porto en avril 2008 (rapport d essais n 176/2008). A partir de la concentration stationnaire d émission obtenue par ces essais, les émissions de COVT et de formaldéhyde durant la vie en œuvre ont été estimées. La concentration stationnaire d émission correspond à la valeur émise par 1 m² dans 1 m 3 d air renouvelé toutes les heures à 23 C et 45% d humidité relative. L estimation de la valeur émise au cours d une année a donc été la suivante : concentration stationnaire x 24h x j. La concentration stationnaire du compact en 6 mm d épaisseur a été mesurée en COVT à 8.98 µg/m 3 d air par m 2 et en formaldéhyde à 1.53 µg/m 3 d air par m 2. La quantité émise par le HPL mince 0.8 mm a donc été estimée à 78.7 mg par m² par an de COVT et à 13.4 mg par m² par an de formaldéhyde. Enfin aucune évaluation de l exposition n a été réalisée. Comportement face à la croissance fongique et bactérienne : Le produit n a pas subi d essais de caractérisation de son comportement à une croissance fongique. Emissions radioactives naturelles des produits de construction : Aucune mesure de la radioactivité naturelle du HPL n a été réalisée. Substances dangereuses : Le produit ne contient pas de produit de préservation Contribution à la qualité sanitaire de l eau Des essais sur l aptitude du HPL au contact alimentaire ont été réalisés par le laboratoire IANESCO Chimie en 2006 (rapport d essais n RE-06/01329 du 14 février 2006). Dans les conditions d essai retenues, la migration globale a été jugée inférieure aux limites fixées par la réglementation dans les liquides simulateurs représentant les aliments aqueux, acides et gras (simulant B des directives 85/572 et 97/48, isooctane et éthanol 95%, simulants de substitution de l huile d olive préconisés par la directive 97/48/CE). 4.2 Contribution du produit à la qualité de vie à l intérieur des bâtiments Caractéristiques du produit participant à la création des conditions de confort hygrothermique dans le bâtiment La conductivité thermique du HPL est de 0.3 W/(m.K) selon la norme NF EN Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 19

20 La résistance thermique R du HPL de 0.8 mm d épaisseur est égale à m 2.K/W Caractéristiques du produit participant à la création des conditions de confort acoustique dans le bâtiment Aucune mesure n a été effectuée Caractéristiques du produit participant à la création des conditions de confort visuel dans le bâtiment Le revêtement stratifié HPL mince constitue un des éléments influant sur l harmonie et l ambiance du bâtiment. Pour cela, un large choix de décor sont possibles (couleur, motif et texture) Caractéristiques du produit participant à la création des conditions de confort olfactif dans le bâtiment Aucune mesure n a été effectuée. 5 Autres contributions du produit notamment par rapport à des préoccupations d écogestion du bâtiment, d économie et de politique environnementale globale 5.1 Ecogestion du bâtiment Gestion de l énergie Le HPL mince n est pas un isolant et donc n intervient pas directement dans la gestion de l énergie du bâtiment Gestion de l eau Sans objet Entretien et maintenance Pas d entretien pendant la vie en œuvre 5.2 Préoccupation économique Sans objet Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 20

21 5.3 Politique environnementale globale Ressources naturelles Sans objet Emissions dans l air et dans l eau Sans objet Déchets Sans objet Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 21

22 6 Annexe : Caractérisation des données pour le calcul de l Inventaire de Cycle de Vie (ICV) Cette annexe est issue du rapport d accompagnement de la déclaration (cf. Introduction) 6.1 Définition du système d ACV (Analyse de Cycle de Vie) Description des flux pris en compte dans la phase de production du HPL Etapes et flux inclus Fabrication du HPL [1] Mise à disposition du gasoil et combustion pour les transports par camion [2] Fabrication du papier décor [3] Fabrication du papier Kraft [4] Fabrication de la colle PVAc [5] Production et transport de l'électricité française et des autres ressources énergétiques utilisées (fioul, gaz naturel ) [6] Transport par mer [7] Fabrication du formaldéhyde [8] Fabrication de l éthylène glycol [9] Fabrication du silicone [10] Fabrication de l hydroxyde de sodium [11] Fabrication de l oxyde d aluminium [12] Fabrication du sucre de betterave [13] Fabrication du caprolactame [14] Fabrication de l oxyde de magnésium [15] Etapes et flux exclus La norme NF P permet d omettre des frontières du système les flux suivants : le transport des employés, la fabrication de l outil de production et des systèmes de transport (machines, camions, etc..). Par ailleurs, en l absence de données, certaines étapes du système étudiées n ont pas pu être incluses : Production de certains consommables (produits d entretien, ) Règle de délimitation des frontières La norme NF P a fixé le seuil de coupure à 98% selon le paragraphe de la norme. Dans le cadre de cette déclaration, le pourcentage des flux remontés est de %. Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 22

23 6.2 Sources de données Caractérisation des données principales [1] Fabrication du HPL Données collectées sur le site de fabrication de Couze de Polyrey : Année : 2008 Représentativité : Production Polyrey [3], [4], [5], [7], [8], [9], [10], [11], [12], [13], [14], [15] : Données génériques européennes issues des bases de données Ecoinvent ou DEAM [2], [6] : Données issues du fascicule de documentation AFNOR P Données énergétiques Les données énergétiques, qui ont été utilisées, sont celles du fascicule AFNOR FD P Données non-icv Les données ont été collectées par Polyrey 6.3 Traçabilité L écoprofil a été réalisée par FCBA. Contact : Claire Cornillier Polyrey Eco-profil de la production du stratifié mince HPL 23

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2 EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE et SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 PROFILES PVC DE DECORATION ET D AMENAGEMENT INTERIEURS ET EXTERIEURS Edition DECEMBRE 2005 SNEP - Profilés PVC de

Plus en détail

REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE ET SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 DU

REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE ET SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 DU Démarche HQE REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER FDES (extrait) Les données suivantes ont été établies sur la base des connaissances rassemblées par les entreprises : Forbo Flooring Systems, Gerflor

Plus en détail

Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire

Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire Mur en maçonnerie de blocs en béton cellulaire d épaisseur 30 cm. Conforme à la norme NF P 01-010 Novembre 2007 1/28 Sommaire Avant propos... 1. Caractérisation

Plus en détail

FICHE DE DÉCLARATION ENVIRONNEMENTALE ET SANITAIRE

FICHE DE DÉCLARATION ENVIRONNEMENTALE ET SANITAIRE FICHE DE DÉCLARATION ENVIRONNEMENTALE ET SANITAIRE Fosse septique en béton conforme à la norme NF P 01-010 177.E ISSN 0249-6224 ND/NPE/JRO EAN 9782857552161 Développement Durable Fiche de déclaration environnementale

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

l essentiel Guide pratique des Fiches de Déclaration environnementale et sanitaire des produits en béton

l essentiel Guide pratique des Fiches de Déclaration environnementale et sanitaire des produits en béton l essentiel Guide pratique des Fiches de Déclaration environnementale et sanitaire des produits en béton Éléments d aide à la décision pour l éco-réalisation d ouvrages introduction Construction en béton

Plus en détail

CENTRE DE PROMOTION DU GENIE DES PROCEDES DANS L INDUSTRIE

CENTRE DE PROMOTION DU GENIE DES PROCEDES DANS L INDUSTRIE CENTRE DE PROMOTION DU GENIE DES PROCEDES DANS L INDUSTRIE Répondre à des problématiques industrielles en génie des procédés et environnement en s appuyant sur les compétences de laboratoires académiques

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard Convention N 2393 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1663 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i Massifs divers Epaisseur mini 30 IRS1636 0,47 0,40 0,78 0,029 0,037 (0,060)... 0,092 Acier non allié

Plus en détail

Laine de roche. Fiche réalisée par l ADEME à but informatif et non commercial CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET DIMENSIONNELLES

Laine de roche. Fiche réalisée par l ADEME à but informatif et non commercial CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET DIMENSIONNELLES 1/5 Fiche réalisée par l ADEME à but informatif et non commercial USAGES ET FONCTIONNALITÉS Usages principaux Usages secondaires Dimensions standard (L x l x e) Densité (kg/m 3 ) Modèles Conductivité thermique

Plus en détail

ADEME Analyse comparée des impacts environnementaux de la communication par voie électronique

ADEME Analyse comparée des impacts environnementaux de la communication par voie électronique de la communication par voie électronique Volet Clé USB : Synthèse Contact Bio Intelligence Service S.A.S. Yannick Le Guern/Laura Farrant + 33 (0)1 53 90 11 80 yannick.leguern@biois.com laura.farrant@biois.com

Plus en détail

L ACV dans les projets de recherche :

L ACV dans les projets de recherche : L ACV dans les projets de recherche : - Les fondamentaux de l éco-conception - Les démarches, les outils - L ACV dans les projets de recherche - Exemples de projets européens Présentation ACV 6 Septembre

Plus en détail

Canalisations SYSTEM O

Canalisations SYSTEM O Canalisations SYSTEM O destinées à la réalisation de réseaux de distribution d eau chaude et froide sanitaire FICHE DE DECLARATION ENVIRONNEMENTALE et SANITAIRE (FDES) conforme à la norme NF P 01-010 V1

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Sites et Sols pollués. Tableau de bord Santé-Environnement Rhône-Alpes. Contexte. Définition. Sources de pollutions

Sites et Sols pollués. Tableau de bord Santé-Environnement Rhône-Alpes. Contexte. Définition. Sources de pollutions Tableau de bord Santé-Environnement Rhône-Alpes Contexte Le sol provient de la décomposition et de l altération des roches par l action de l eau, de l air et des êtres vivants. Tout usage des sols par

Plus en détail

Cette étude utilise les modèles de l outil d éco-conception Toolbox développé par l ECI.

Cette étude utilise les modèles de l outil d éco-conception Toolbox développé par l ECI. ECO-PROFIL http://fr.leonardo-energy.org/ Chauffage gaz contre chauffage électrique selon différents types de production électrique Septembre 2007 Par Sergio Ferreira 1 Email : saf@eurocopper.org Cet éco-profil

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

L éco-responsabilité appliquée à l informatique

L éco-responsabilité appliquée à l informatique L éco-responsabilité appliquée à l informatique //////////////////////////////////////////////////////// IMPACTS SUR L ENVIRONNEMENT DU MATERIEL ////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

Classification périodique des éléments

Classification périodique des éléments Classification périodique des éléments Table des matières 1 Tableau périodique à dix-huit colonnes 1.1 Présentation du tableau périodique.................... 1. Analyse de la classification.........................

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon

Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 200 Mét. 1.2 Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon 2014-05-09 (révision 5) Comment

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Le risque toxique lors des. dans le secteur du BTP

Le risque toxique lors des. dans le secteur du BTP Le risque toxique lors des opérations de brasage fort dans le secteur du BTP F. MICHIELS 1, B. BOUARD 1, F. RIVIERE 1, C.MALLANTS 2 1: service de santé des armées 2: APSMT Blois Rappels technologiques

Plus en détail

VERITAS TUNISIE CATALOGUE ANALYSES LABORATOIRE

VERITAS TUNISIE CATALOGUE ANALYSES LABORATOIRE VERITAS TUNISIE CATALOGUE ANALYSES LABORATOIRE Agro-alimentaire et Environnement SOMMAIRE Page Introduction 1 Analyses microbiologiques 5 Microbiologie des aliments 6 Microbiologie des eaux 7 Microbiologie

Plus en détail

Liste des maladies professionnelles de l OIT. (révisée en 2010)

Liste des maladies professionnelles de l OIT. (révisée en 2010) Liste des maladies professionnelles de l OIT (révisée en 2010) CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL Recommandation 194 Recommandation concernant la liste des maladies professionnelles et l enregistrement

Plus en détail

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Version du

Plus en détail

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances?

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? 1 Contexte L effet de serre un phénomène naturel Contexte Le changement climatique en chiffres 2 Contexte Contexte Le climat en 2100

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

Région du lac de Gras

Région du lac de Gras E. Davey and W. Puznicki le 3 août 1997 Division de la gestion des eaux Affaires indiennes et du Nord canadien, Yellowknife (T. N.-O.) Résumé Dans ce rapport, on présente les résultats d'une étude sur

Plus en détail

PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE?

PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE? PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE? F R A N Ç O I S E B E R T H O U D G D S E C O I N F O / C N R S w w w. e c o i n f o. c n r s. f r F r a n c o i s e. B e r t h o u d @ g

Plus en détail

Compensation carbone produits bois : Comment estimer l impact sur le changement climatique des produits?

Compensation carbone produits bois : Comment estimer l impact sur le changement climatique des produits? Compensation carbone produits bois : Comment estimer l impact sur le changement climatique des produits? Claire Cornillier, claire.cornillier@fcba.fr Estelle Vial, estelle.vial@fcba.fr Conférence-Débat

Plus en détail

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

Notes. Schéma général PRODUCTION ÉLECTROLYTIQUE Composés inorganiques, nonmétaux

Notes. Schéma général PRODUCTION ÉLECTROLYTIQUE Composés inorganiques, nonmétaux XXXX C25 PROCÉDÉS ÉLECTROLYTIQUES OU ÉLECTROPHORÉTIQUES; APPAREILLAGES À CET EFFET (électrodialyse, électro-osmose, séparation de liquides par l électricité B01D; usinage du métal par action d une forte

Plus en détail

Applications Multiples. > Pavilion Germany EXPO Shanghai 2010 Shanghai, China Architect: Schmidhuber + Kaindl (Munich)

Applications Multiples. > Pavilion Germany EXPO Shanghai 2010 Shanghai, China Architect: Schmidhuber + Kaindl (Munich) Applications Multiples > Pavilion Germany EXPO Shanghai 2010 Shanghai, China Architect: Schmidhuber + Kaindl (Munich) Activité B to B Nos fournisseurs Client final «C» Nos clients «B» 2 Recycler Recycler

Plus en détail

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS Rapport d évaluation + + + + + ACV et Evaluation environnementale Outils logiciels R&D Transfert de compétences Eco-conception Eco-communication

Plus en détail

déversements de pétrole? convertisseur catalytique? convertisseur catalytique? catalytique en bon état?

déversements de pétrole? convertisseur catalytique? convertisseur catalytique? catalytique en bon état? Des oxydes d azote se forment à haute température Les gaz d échappement contiennent aussi des oxydes d azote comme NO(g) et NO2(g) (section 5.1). L azote gazeux est normalement très peu réactif. Par contre,

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 416 RÈGLEMENT SUR LA QUANTITÉ ET LA QUALITÉ DES EAUX USÉES

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 416 RÈGLEMENT SUR LA QUANTITÉ ET LA QUALITÉ DES EAUX USÉES VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 416 RÈGLEMENT SUR LA QUANTITÉ ET LA QUALITÉ DES EAUX USÉES Avis de motion donné le 18 août 2003 Adopté le 2 septembre 2003 En vigueur le 6 août 2004 NOTES EXPLICATIVES

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques Les effluents des établissements hospitaliers J. DROGUET - Présentation Hopitech 2007 Contexte Les établissements hospitaliers sont de gros consommateurs d eau (env 800-1000 L/lit). Les différents types

Plus en détail

Les émissions anthropiques, biogéniques et naturelles

Les émissions anthropiques, biogéniques et naturelles Analyse et modélisation de la composition atmosphérique régionale Les émissions anthropiques, biogéniques et naturelles Laurent MENUT IPSL/Laboratoire de Météorologie Dynamique Plan général du cours La

Plus en détail

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique Action 2.6. : Analyse environnementale de la filière microalgues-biodiesel Séminaire Final, Vitoria, 27 Mars 2014 Objectifs

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

L enfouissement des déchets ultimes

L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E LE CENTRE D ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (C.E.T.)

Plus en détail

Pour les produits à destination du marché français et/ou européen, il existe deux écolabels officiels :

Pour les produits à destination du marché français et/ou européen, il existe deux écolabels officiels : Les écolabels Des produits plus respectueux de l environnement Les écolabels sont des signes officiels de reconnaissance des avantages environnementaux des produits qui les portent. Les produits doivent

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

L avenir de l habitat. Depuis 1665.

L avenir de l habitat. Depuis 1665. Des vitrages performants pour un habitat durable saint-gobain glass L avenir de l habitat. Depuis 1665. Sommaire 04 Répondre aux défis énergétiques et climatiques 06 Garantir confort et bien-être en toutes

Plus en détail

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES Water Treatment Chemicals L eau pure nécessite des solutions extrêmement pures Même les eaux d égout doivent répondre à des normes strictes. Les habitants

Plus en détail

Fiche-guide de TD sur le calcul des émissions de CO2 dans les cycles à combustion

Fiche-guide de TD sur le calcul des émissions de CO2 dans les cycles à combustion Fiche-guide de TD sur le calcul des émissions de CO2 dans les cycles à combustion 1) Objectifs du TD L'objectif de cette fiche-guide est d'expliquer comment calculer les émissions de gaz à effet de serre

Plus en détail

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif 1. Question 1 Etant donné que le germanium (Ge) est dans la même colonne que le carbone, cela implique qu il possède 4 électrons

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

DES ISOLANTS ISSUS D UNE

DES ISOLANTS ISSUS D UNE CATALOGUE PRODUITS 204 DES ISOLANTS ISSUS D UNE ÉCO-CONCEPTION Utiliser du bois pour s isoler est triplement efficace pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre : en fixant du CO 2, en réduisant

Plus en détail

EXTRAIT de l AVIS du 10 octobre 2014 de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

EXTRAIT de l AVIS du 10 octobre 2014 de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Saisine n 2014-SA-0111 Le directeur général Maisons-Alfort, le 14 janvier 2015 EXTRAIT de l AVIS du 10 octobre 2014 de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 15.1.2011 FR Journal officiel de l Union européenne L 12/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 10/2011 DE LA COMMISSION du 14 janvier 2011 concernant les matériaux et objets en matière

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON Sylvain BERNHARD - Marion DESRAY - A L G A D E Membre de l UPRAD, Union Nationale des Professionnels du Radon LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

STI2D ANALYSE COMPARATIVE DE CYLE DE VIE TERRAIN EN GAZON NATUREL OU SYNTHETIQUE

STI2D ANALYSE COMPARATIVE DE CYLE DE VIE TERRAIN EN GAZON NATUREL OU SYNTHETIQUE STI2D ANALYSE COMPARATIVE DE CYLE DE VIE TERRAIN EN GAZON NATUREL OU SYNTHETIQUE Caractéristiques des terrains étudiés Complétez le schéma ci- dessus et le tableau ci- dessous Unité fonctionnelle A partir

Plus en détail

AUDIT. Code: FTS 0413 070 Description: Nouveau programme de fauteuils

AUDIT. Code: FTS 0413 070 Description: Nouveau programme de fauteuils Code: FTS 0413 070 Description: Nouveau programme de fauteuils INSTALLATION ET ACCESIBILITE INSTALLATION ET ACCESIBILITE - PIED LATERAUX ACTIU fabrique 2 références; une pour installation sur sols droites

Plus en détail

Indicateurs de ph Tests qualitatifs Tests semi-quantitatifs. Tests rapides pour plus de 40 substances MACHEREY-NAGEL

Indicateurs de ph Tests qualitatifs Tests semi-quantitatifs. Tests rapides pour plus de 40 substances MACHEREY-NAGEL Indicateurs de ph Tests qualitatifs Tests semi-quantitatifs Tests rapides pour plus de 40 substances MACHEREY-NAGEL MACHEREY-NAGEL Bienvenue MACHEREY-NAGEL, entreprise indépendante, fondée en 1911, son

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Exemples de clauses et outils

Exemples de clauses et outils Exemples de clauses et outils Des critères au cahier des charges Léa CHAMPON Chargée de mission écoconso Choix d un matériau de finition Essai de classement des priorités Caractéristiques techniques du

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 13 FÉVRIER 2006 2006/6197 - INSTALLATION CLASSÉE POUR L'ENVIRONNEMENT SOUMISE À AUTORISATION - DEMANDE D'AUTORISATION PRÉSENTÉE PAR LA SOCIÉTÉ OMNITHERM EN VUE DE MODIFIER LES INSTALLATIONS

Plus en détail

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Présentation d Ecoval Maroc 2 Sommaire Présentation d Ecoval Maroc Perception du Marché de déchets Objectifs de la plateforme Ecoval

Plus en détail

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON P.1/11 Sommaire Préambule... 3 1. Politique sectorielle... 4 1.1 Objectif... 4 1.2 Portée...

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Épreuve collaborative

Épreuve collaborative Épreuve collaborative Épreuve collaborative 1. Faire une présentation de quelqu idé fort relativ au mix énergétique (ou bouquet énergétique). (Exposé de 5 minut maximum) 2. Faut-il encore brûler le charbon?

Plus en détail

Evaluation de la performance environnementale des bâtiments. Définition d ordres de grandeur. Traitement statistique.

Evaluation de la performance environnementale des bâtiments. Définition d ordres de grandeur. Traitement statistique. Evaluation de la performance environnementale des bâtiments. Définition d ordres de grandeur. Traitement statistique. Rapport Final LEBERT Alexandra, CHEVALIER Jacques, ESCOFFIER Faustine, LASVAUX Sébastien,

Plus en détail

N DRC-12-126318-06147A-V2

N DRC-12-126318-06147A-V2 NOTE D ETUDE 14/6/213 N DRC-12-126318-6147A-V2 Note sur l assimilation d un produit (bois faiblement adjuvanté) à un combustible de référence et sur la surveillance des installations classées dans la rubrique

Plus en détail

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Renforcer la compétitivité des entreprises françaises des secteurs forêt, bois, pâte à papier, bois construction, ameublement face à la mondialisation et à la concurrence inter-matériaux Institut technologique

Plus en détail

Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie?

Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie? Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie? 8 juin 2010 Journée InTech (INRIA) Françoise Berthoud Francoise.Berthoud@grenoble.cnrs.fr Groupe

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 Objet : Utilisation des fluides frigorigènes dans les installations de réfrigération A l'attention de(s) : Pour information : Monsieur l'administrateur général de l'administration

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre 21-211 Méthode Bilan Carbone - Rapport final - février 212 II. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE Page 6 Sommaire I. CONTEXTE III. ANNÉE DE REPORTING ET ANNÉE

Plus en détail

1 Clean Tuesday 03-2010 26/03/2010

1 Clean Tuesday 03-2010 26/03/2010 1 Clean Tuesday 03-2010 Un jeune homme israélien de 16 ans, découvre, presque par hasard, les effets de différents alliages sur l air utilisée dans les moteurs à combustion. Deux années de recherche et

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

Listing des produits (ordre alphabétique)

Listing des produits (ordre alphabétique) Listing des produits (ordre alphabétique) acide borique acide chromique anhydre écaille acide chromique solution 50% / 37,5 % acide fluoborique acide fluorhydrique 70% à 20% acide fluosilicique acide fluotitanique

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Viandes, poissons et crustacés

Viandes, poissons et crustacés 4C la Tannerie BP 30 055 St Julien-lès-Metz F - 57072 METZ Cedex 3 url : www.techlab.fr e-mail : techlab@techlab.fr Tél. 03 87 75 54 29 Fax 03 87 36 23 90 Viandes, poissons et crustacés Caractéristiques

Plus en détail

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Correction des ponts thermiques Maçonnerie de type a RT 2012 Mur Hybride R = 1,45 Pose rapide Porotherm GF R20 Th+ Mur Hybride énergie économie écologie émotion

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique CRM: Centre de Recherches Métallurgiques ASBL établie en Belgique Créée en 1948 par l industrie sidérurgique belge Certifiée ISO 17025 et

Plus en détail

RÈGLEMENT 90-4. Règlement modifiant le règlement 90 relatif à l'assainissement de l'air

RÈGLEMENT 90-4. Règlement modifiant le règlement 90 relatif à l'assainissement de l'air RÈGLEMENT 90-4 Règlement modifiant le règlement 90 relatif à l'assainissement de l'air A une assemblée du Conseil de la Communauté urbaine de Montréal tenue le Il est décrété et statué: 1. Le règlement

Plus en détail

Eurothane Autopro SI, le panneau haute performance d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses.

Eurothane Autopro SI, le panneau haute performance d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Eurothane Autopro SI, le panneau haute performance d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Sur béton, bois ou dérivés du bois. Le panneau EUROTHANE AUTOPRO SI apporte à votre

Plus en détail