MISE EN ŒUVRE/RÉEXAMEN DE LA STRATÉGIE D'ENSEMBLE ET SITUATION GÉNÉRALE CONCERNANT LES PRIX UNESCO. Résumé

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MISE EN ŒUVRE/RÉEXAMEN DE LA STRATÉGIE D'ENSEMBLE ET SITUATION GÉNÉRALE CONCERNANT LES PRIX UNESCO. Résumé"

Transcription

1 Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dixième session 190 EX/ EX/17 PARIS, le 24 septembre 2012 Original anglais Point 17 de l'ordre du jour provisoire MISE EN ŒUVRE/RÉEXAMEN DE LA STRATÉGIE D'ENSEMBLE ET SITUATION GÉNÉRALE CONCERNANT LES PRIX UNESCO Résumé Le présent document contient un projet de révision de la Stratégie d ensemble pour les prix UNESCO qui tient compte des décisions adoptées par le Conseil exécutif à ses 185 e et 189 e sessions (décisions 185 EX/38 et 189 EX/16) ainsi que des recommandations formulées par le Service d'évaluation et d'audit de l UNESCO à l issue de son évaluation des prix UNESCO (document IOS/EVS/PI/114). Par conséquent, le contenu du présent document, s il était approuvé, remplacerait les principes énoncés dans le document 171 EX/19 et approuvés par la décision 171 EX/24, et servirait de cadre et de principes directeurs pour la gestion et la promotion des prix UNESCO existants ainsi que pour la création, l'administration et la promotion des futurs prix. L annexe I au présent document contient le modèle proposé de cadre pour les études de faisabilité, qui devrait être considéré comme une troisième annexe s ajoutant au deux annexes existantes à la stratégie pour les prix UNESCO, à savoir le Modèle de texte type pour les statuts (document 171 EX/19, annexe I) et le Modèle standard de règlement financier applicable au Compte spécial (document 171 EX/19, annexe II). Après approbation par le Conseil exécutif de la stratégie révisée, il devrait être nécessaire d amender les articles 5.1, 6.1, 6.2 et 8.1 du Modèle de texte type pour les statuts. Pour référence, la révision proposée du Modèle de texte type pour les statuts figure à l annexe II. Décision proposée : paragraphe Le présent document vient compléter la Stratégie d'ensemble pour les prix UNESCO et les critères à respecter approuvés par le Conseil exécutif à sa 171 e session. Il tient compte de toutes les décisions adoptées par le Conseil exécutif (décisions 185 EX/38 et 189 EX/16) ainsi que de toutes les recommandations formulées par le Service d'évaluation et d'audit (IOS) de l UNESCO à

2 190 EX/17 page 2 l issue de son évaluation des prix UNESCO (document IOS/EVS/PI/114). Il contient un cadre pour les études de faisabilité, comme l avait demandé le Conseil exécutif dans sa décision 182 EX/ L objectif de la stratégie pour les prix est double : (i) renforcer l impact et la visibilité des prix UNESCO, ce qui contribue à améliorer l image et à rehausser le prestige de l Organisation ; (ii) mettre en place une approche et une pratique cohérentes et uniformes de la gestion des prix et des procédures qui s y rapportent. 3. En l état actuel des choses, ce sont les sous-directeurs généraux des secteurs de programme qui veillent à ce que les prix soient conformes aux programmes sectoriels et assurent la gestion financière et administrative des prix placés sous leur responsabilité (par l intermédiaire d un point focal désigné pour chaque prix). Techniquement, la coordination d ensemble des prix incombe au Secteur des relations extérieures et de l'information du public (ERI). Toutefois, comme l a noté IOS, un rôle plus important et plus actif doit lui être dévolu pour assurer une coordination efficace des prix, notamment entre les différents points focaux désignés pour les prix dans les secteurs. Il est recommandé de conserver au sein d ERI un poste permanent de responsable de la coordination d ensemble des prix, financé par le budget du Programme ordinaire. Le Coordonnateur des prix au sein d ERI assurerait la gestion, le suivi et l établissement de rapports concernant les prix existants et contribuerait à l étude de faisabilité de chaque nouveau prix proposé. 4. Le projet de révision ci-après concernant la Stratégie d ensemble pour les prix UNESCO comporte également une proposition de cadre pour les études de faisabilité qui doivent être présentées au Conseil exécutif chaque fois que ce dernier examine la création de nouveaux prix. 5. La stratégie ci-après, si elle était approuvée, remplacerait celle qui figure dans le document 171 EX/19, approuvée par le Conseil exécutif dans sa décision 171 EX/24. Elle énonce un cadre et des principes directeurs révisés pour la gestion et la promotion des prix UNESCO existants, ainsi que des modalités pour la création, l administration et la promotion des futurs prix. Après approbation par le Conseil exécutif de cette stratégie révisée, il devrait être nécessaire d amender les articles 5.1, 6.1, 6.2 et 8.1 du Modèle de texte type pour les statuts. Pour référence, la révision proposée du Modèle de texte type pour les statuts figure à l annexe II. STRATÉGIE D'ENSEMBLE RÉVISÉE POUR LES PRIX UNESCO ET CRITÈRES À RESPECTER 1. Définition d un prix UNESCO 1. Les prix sont décernés à des individus ou à des institutions en reconnaissance de leurs réalisations remarquables dans un domaine particulier relevant du mandat de l UNESCO. Toute proposition concernant la création d un prix doit respecter les principes ci-après : (a) (b) (c) Les prix doivent avoir de préférence une portée mondiale ou, dans de rares cas, régionale. Aux niveaux sous-régional et national, un terme autre que celui de «prix», tel que «certificat» par exemple, doit être utilisé pour désigner les distinctions conférées par l'unesco en consultation avec la (les) commission(s) nationale(s) concernée(s). Les prix doivent être appuyés par un financement et des capacités appropriés afin d en assurer la visibilité mondiale. La récompense pécuniaire associée au prix doit être d un montant considérable, et, de préférence, pas inférieure à dollars des États-Unis. 2. Les prix existants qui ne sont pas conformes à ces principes doivent être renégociés ou supprimés.

3 190 EX/17 page 3 3. Tout nouveau prix qui serait présenté au Conseil exécutif pour approbation doit d abord avoir fait l objet d une étude de faisabilité et doit respecter certains principes essentiels. 4. En principe, l UNESCO s efforce de faire en sorte que le nombre de prix qu elle décerne reste dans des limites raisonnables. 2. Cohérence et correspondance des prix UNESCO avec le programme 1. Les prix doivent contribuer aux objectifs stratégiques et aux priorités de programme de l Organisation. Par conséquent, pour assurer plus de cohérence et de correspondance avec le programme, chaque prix UNESCO doit renvoyer à au moins un objectif stratégique de la Stratégie à moyen terme de l'organisation (C/4) et/ou à une ou plusieurs priorités de programme des grands programmes qui figurent dans le Programme et budget (C/5). Dans l'ensemble, les prix UNESCO doivent appuyer la réalisation des objectifs des programmes de l'organisation. 2. Il convient d'éviter les chevauchements thématiques de prix UNESCO dans un domaine de programme donné. 3. Financement des prix UNESCO 1. Il n'est pas utilisé de fonds provenant du Programme et budget ordinaires (C/5) pour financer des prix UNESCO et leur administration, sauf si la Conférence générale en décide autrement. 2. Tout donateur qui finance un prix UNESCO assure l'intégralité de ce financement pendant toute la durée de vie du prix, ce qui comprend le montant du prix, la promotion de la visibilité du prix, toutes les dépenses de personnel et les dépenses logistiques liées à l'administration du prix, y compris le coût du jury, ainsi que le coût de la cérémonie de remise du prix et les matériels d'information et publications qui s'y rapportent. À cette fin, le Directeur général applique un taux de frais généraux standard, dont le montant est prélevé sur le compte spécial ouvert pour le prix. De manière générale, un ratio raisonnable doit être maintenu entre le coût de l'administration du prix et son montant. Le financement d un prix ne doit en aucun cas être accepté si le don est inférieur aux dépenses administratives anticipées. 3. Lorsque des prix UNESCO ne sont pas dotés de ressources financières suffisantes, il convient d'envisager de les regrouper par priorité de programme, de les fusionner en un seul prix ou d'en réduire la fréquence de manière à accroître le montant du prix décerné et à couvrir les dépenses administratives. Si aucune de ces options n est faisable ou souhaitable, le prix doit être supprimé. Les donateurs doivent être dûment consultés avant toute décision à cet égard. 4. Visibilité et information du public 1. Une stratégie d'information publique et de relations publiques claire et efficace doit être élaborée pour chaque prix UNESCO, en tenant compte de la stratégie d ensemble, de manière à rehausser l'image de l'organisation, son prestige et son impact. Cette stratégie doit être mise au point en collaboration avec le donateur et doit comprendre des informations concernant le calendrier et les arrangements pour la remise du prix, la préparation du matériel d'information du public et la publication de ces informations sur le site Web de l UNESCO. Elle prévoit en outre les activités à mener pour obtenir et maintenir un certain degré de visibilité entre les cérémonies de remise d'un prix. Le Directeur général doit assurer un contrôle strict de la qualité des produits d information destinés au public.

4 190 EX/17 page 4 2. Les prix UNESCO sont normalement remis lors d'une cérémonie qui a lieu au Siège, à Paris. Les prix de portée mondiale ne peuvent être remis ailleurs que dans des circonstances exceptionnelles. Les prix de portée régionale sont normalement remis dans un lieu approprié de la région concernée. 3. Le Directeur général prépare et diffuse un calendrier biennal des cérémonies de remise de prix, pour que celles-ci soient réparties de façon rationnelle sur toute l'année. Dans tous les cas, ces cérémonies doivent être planifiées de sorte à bénéficier de la plus large couverture possible. 4. Le Secrétariat, en collaboration avec le donateur, prépare du matériel d'information de qualité sur tous les prix UNESCO et les arrangements y relatifs, et en assure la large diffusion sur supports imprimés et numériques. 5. Mise en œuvre des prix et clause de caducité automatique 1. Un prix, quel qu il soit, peut à tout moment être réexaminé par le Conseil exécutif si le respect des critères est remis en cause. Le Conseil exécutif peut adopter en conséquence toute nouvelle décision sur l opportunité de poursuivre l attribution d un prix ou d y mettre fin. 2. L abandon progressif et durable de certains prix UNESCO existants doit être envisagé afin de ne conserver qu un nombre limité de prix à fort impact. 3. Les statuts de chaque prix doivent contenir une disposition de caducité automatique prévoyant que le prix considéré a une durée maximum de six ans à l'issue desquels un renouvellement peut être envisagé. Le Directeur général établit un document faisant la synthèse de tous les faits pertinents pour en informer le Conseil exécutif. 6. Gestion des prix 1. Le rôle et les responsabilités des différentes entités participant à la gestion des prix sont les suivants : (a) (b) les points focaux de chaque prix au sein des secteurs de programme sont chargés, en collaboration avec les représentants du donateur, de gérer le processus de présentation des candidatures, les délibérations du jury et l organisation de la cérémonie de remise du prix ; ils sont également chargés d assurer le suivi de la performance du prix tout au long de son cycle de vie ; au sein du Secrétariat, ERI coordonne dans leur ensemble le suivi et les rapports concernant les prix UNESCO, ainsi que le processus conduisant à la mise en place de chaque prix existant, et rationalise les stratégies de communication pour les prix UNESCO. 7. Statuts et règlements financiers 1. Les statuts et le règlement financier de chaque prix UNESCO existant et futur doivent être conformes aux dispositions des textes types contenus aux annexes I et II du document 171 EX/19 et approuvés par la décision 171 EX/24, tels qu amendés par le présent document. Pour chaque prix, le Directeur général doit proposer tout amendement aux statuts et règlements financiers au Conseil exécutif pour approbation. 2. Les candidatures peuvent être présentées par les gouvernements des États membres, en consultation avec leurs commissions nationales, ainsi que par les organisations non gouvernementales entretenant un partenariat officiel avec l UNESCO dans un domaine

5 190 EX/17 page 5 visé par le prix. Un nombre suffisant de candidatures de valeur doit être transmis au jury pour examen. 3. Le règlement financier de chaque prix UNESCO fixe avec précision les modalités de versement des fonds par les donateurs concernés, une somme fixe ou des versements périodiques, avant le lancement de tout processus de présentation des candidatures. 8. Établissement et fonctionnement d'un jury d'un prix UNESCO 1. Une procédure uniforme régit les processus de présentation des candidatures et de sélection des lauréats. Désormais, chaque prix UNESCO sera doté d'un «jury» indépendant dont les membres seront désignés par le Directeur général. Des termes tels que «comité» ne seront plus utilisés pour les prix UNESCO. 2. Pour chaque prix UNESCO, le Directeur général nomme des jurés honoraires, qui sont des personnalités réputées dans le domaine considéré, pour un mandat dont la durée n excède pas trois périodes consécutives de deux ans, en tenant compte du critère de répartition géographique équitable, du respect de la parité et du principe de nonpaiement d'honoraires. Les membres du Conseil exécutif et leurs suppléants ne peuvent être choisis comme jurés. 3. Le jury recommande au Directeur général un lauréat ou des lauréats. Ceux-ci peuvent être des particuliers, des institutions, des ONG ou d'autres entités. Tous les prix UNESCO peuvent être soit décernés à un lauréat, soit partagés entre un nombre de lauréats allant jusqu'à trois, conformément aux statuts du prix. Aucune mention d'honneur ne peut être décernée. 4. En cas de décès d'un lauréat avant la cérémonie de remise du prix, il appartient au Directeur général de décerner ce prix à titre posthume ou de sélectionner un autre lauréat en se fondant sur les recommandations du jury. Si le lauréat est souffrant ou empêché, il désigne un représentant qui accepte le prix à sa place. 5. Les principes généraux régissant le fonctionnement de chaque jury sont énoncés dans les statuts types, y compris les langues de travail du jury et le quorum à atteindre pour que les délibérations puissent avoir lieu. En cas de conflit d'intérêts réel ou potentiel, un juré se récuse ou est prié par le Directeur général de le faire. Le Directeur général peut remplacer des membres du jury pour une raison légitime. 6. S'agissant de la nomination des lauréats d'un prix UNESCO et du processus de sélection, y compris la présentation des candidatures et les documents d'information s'y rapportant, qui sont établis en anglais et en français seulement, le jury est tenu de respecter les principes directeurs contenus dans les statuts types joints à l'annexe I. Une date limite est fixée pour chaque processus de présentation de candidatures. Nul ne peut présenter sa propre candidature et tous les candidats doivent être des personnes vivantes ou des institutions existantes. Il ne peut être fait appel de la décision de l'unesco relative à la remise d'un prix. 9. Création de prix UNESCO 1. La création d'un prix UNESCO peut être proposée par des États membres, des organisations intergouvernementales, des organisations non gouvernementales, des fondations ou des entités du secteur privé. Toutes les propositions reçoivent l attention qui leur est due et un traitement égal, notamment en ce qui concerne l étude de faisabilité, menée selon le même processus. 2. Chaque prix UNESCO avec ses statuts et ses arrangements financiers et administratifs doit être approuvé et créé par le Conseil exécutif de l'unesco, à

6 190 EX/17 page 6 l issue d une étude de faisabilité menée par le Secrétariat et financée par le donateur potentiel (notamment pour couvrir les coûts de personnel et les éventuels voyages), et sur recommandation du Directeur général. 3. L'étude de faisabilité concernant la création d un nouveau prix, qui doit être présentée par le Directeur général, conformément aux critères de sélection renforcés figurant à l annexe I au présent document, doit veiller à ce que toute l attention voulue soit portée aux risques financiers ainsi qu aux risques d atteinte à la réputation de l Organisation. 4. Chaque prix UNESCO véhicule des valeurs éthiques, morales et symboliques qui sont plus importantes que la récompense pécuniaire qui lui est associée. Ce principe doit être clairement pris en compte dans l étude de faisabilité requise. 5. Chaque prix UNESCO porte le nom de l'unesco («prix UNESCO...») et, si un donateur ou le Conseil exécutif en fait la demande, celui d une autre entité. Tout prix portant un nom de personne doit désigner une personne dont l héritage moral, intellectuel, scientifique ou artistique considérable correspond aux idéaux et aux objectifs de l UNESCO. 6. Le Directeur général veille à ce que tout ait été fait pour s'assurer, par des évaluations sur les plans éthique et moral, de l'intégrité de tout donateur, public ou privé, avant d'accepter un don destiné à financer un prix. Décision proposée 6. Compte tenu de ce qui précède, le Conseil exécutif souhaitera peut-être adopter une décision libellée comme suit : Le Conseil exécutif, 1. Rappelant ses décisions 171 EX/24, 185 EX/38 et 189 EX/16, 2. Ayant examiné l évaluation des prix UNESCO établie par le Service d'évaluation et d'audit (IOS) de l UNESCO, ainsi que les recommandations qu elle contient (document IOS/EVS/PI/114), 3. Ayant examiné également le document 190 EX/17, et en particulier ses annexes I et II, 4. Exprime sa satisfaction quant aux propositions de la Directrice générale concernant la révision de la Stratégie d ensemble pour les prix UNESCO ; 5. Adopte l inclusion d un cadre pour les études de faisabilité concernant la création de prix UNESCO, tel qu il figure à l annexe I du document 190 EX/17 ; 6. Approuve la version révisée de la Stratégie d ensemble pour les prix UNESCO, telle qu énoncée dans le document 190 EX/17 ; 7. Adopte en outre les amendements aux articles 5.1, 6.1, 6.2 et 8.1 du Modèle de texte type proposé pour les statuts (document 171 EX/19, annexe I), tels que reproduits à l annexe II au présent document ; 8. Prie la Directrice générale de lui rendre compte, à sa 192 e session, de la mise en œuvre de la version révisée de la Stratégie d ensemble pour les prix UNESCO, ainsi que de la situation générale des prix UNESCO.

7 190 EX/17 Annexe I ANNEXE I Cadre pour les études de faisabilité concernant la création des prix UNESCO En 2009, dans sa décision 182 EX/25, le Conseil exécutif a demandé qu une étude de faisabilité soit soumise avant toute proposition de création d un prix UNESCO. Cette étude doit fournir des informations précises sur les performances et retombées potentielles du prix dans les domaines suivants : 1. Pertinence programmatique du prix par rapport aux objectifs stratégiques de l UNESCO 2. Prestige du prix 3. Intégrité du prix 4. Gestion du prix 5. Considérations financières. L étude sera effectuée par le Secrétariat (c est-à-dire un fonctionnaire de l UNESCO dont la fonction est en rapport direct avec le thème et les aspects programmatiques du prix proposé et le Coordonnateur des prix UNESCO). Le financement du recouvrement des coûts afférents aux dépenses de personnel et aux éventuels coûts additionnels (frais de voyage, par exemple) sera assuré par le donateur potentiel. 1. Pertinence programmatique du prix et conformité avec les objectifs stratégiques de l UNESCO La pertinence stratégique du prix proposé est déterminée par sa conformité avec la mission fondamentale de l UNESCO ainsi qu avec les objectifs stratégiques de programme définis dans la Stratégie à moyen terme et le Programme et budget approuvés par la Conférence générale. 1.1 Précisions sur la façon dont le prix s inscrit dans les priorités globales de l UNESCO. 1.2 Informations sur les prix existants, comparaison avec le nouveau prix et justification de la pertinence du prix proposé. 1.3 Informations/preuves démontrant en quoi les activités du donateur se rapprochent de celles de l UNESCO. Le Conseil exécutif peut, à tout moment, réexaminer un prix quel qu il soit si le respect des critères est remis en cause, et adopter en conséquence toute nouvelle décision sur l opportunité de poursuivre l attribution du prix ou d y mettre fin. Il convient de procéder à l abandon progressif de certains prix afin de ne conserver qu un nombre limité de prix à fort impact. 2. Prestige du prix La stratégie pour les prix UNESCO appliquée depuis 2005 vise essentiellement à renforcer l impact et la visibilité des prix et, ce faisant, à améliorer l image et à rehausser le prestige de l Organisation. Le prestige d un prix conditionne sa visibilité et l intérêt qu il suscite auprès des institutions et organisations de haut niveau, des personnalités très respectées ainsi que des grands médias internationaux.

8 190 EX/17 Annexe I page Informations sur le montant de la dotation, qui doit être considérable et ne pas être inférieure à dollars des États-Unis. 2.2 Évaluation de la possibilité d attirer dans le jury des personnalités de haut niveau. 2.3 Informations sur le processus de présentation des candidatures (importance et diversité des réseaux impliqués) visant à garantir des candidatures de qualité en grand nombre. 3. Intégrité du prix Des informations doivent être fournies sur tous les donateurs, publics ou privés, afin de permettre d évaluer les risques potentiels pour la réputation de l UNESCO, notamment au plan moral et éthique, et de garantir une gestion transparente du prix. Informations/preuves à fournir : 3.1 Rapport annuel, rapport financier, statuts, affiliation à d autres organismes des Nations Unies, dossiers professionnels, dossiers universitaires, distinctions honorifiques, etc. (dans le cas d un organisme privé). 3.2 Informations sur la mission ainsi que sur les activités présentes et passées du donateur (dans le cas d un organisme privé). 3.3 Projet de statut et de règlement financier des prix, conformément au document 171 EX/19, annexes I et II, tel qu approuvé dans la décision 171 EX/24 et amendé par le Conseil exécutif à sa 190 e session. 3.4 Preuves de l indépendance du jury, dans sa composition et sa sélection. 3.5 Proposition de titre pour le prix, eu égard aux risques potentiels pour la réputation de l Organisation. 4. Gestion du prix De la gestion avisée et diligente du prix dépendra son rapport coût-efficacité. Les méthodes de gestion mises en place doivent garantir une bonne gouvernance du prix entre le Secrétariat de l UNESCO et le donateur. 4.1 Informations à fournir sur les deux parties (Secrétariat de l UNESCO et donateur). 4.2 Garantie du respect par le donateur des responsabilités incombant au Secrétariat dans le fonctionnement du prix et le processus de validation. 5. Considérations financières Ces considérations doivent être prises en compte dans le projet de statuts et de règlement financier mentionné au point 4. Le financement du nouveau prix doit provenir exclusivement de ressources extrabudgétaires. Ce financement doit être identifié et garanti pour la durée initiale du prix, compte tenu de la longévité maximum définie par la clause de caducité. Le financement peut également déterminer la périodicité du prix. Le financement doit couvrir tous les coûts associés : - à la remise du prix

9 190 EX/17 Annexe I page 3 - aux dépenses de personnel et dépenses logistiques liées à l'administration et à la remise du prix (13 % de frais généraux) - au jury (voyages et réunions programmées) - à la cérémonie de remise (si elle se tient à l UNESCO) - aux documents d information et à la publicité.

10 190 EX/17 Annexe II Article premier But ANNEXE II Modèle de texte type pour les statuts du [nom du Prix] Le [nom du Prix] est destiné à [par exemple, récompenser les travaux de/d'une [personne(s)] qui, par [nature des travaux], a/ont contribué au développement et à la diffusion de [dans le monde/au plan régional]. Le but de ce Prix est conforme aux orientations de l'unesco et se rattache au programme de l'organisation dans le domaine de [programme, objectif stratégique et/ou priorité de programme]. Article 2 Dénomination, montant et périodicité du Prix 2.1 Le Prix s'intitule " " [nom du Prix]. 2.2 (a) Montant fait d'une donation unique : le Prix est financé par [donateur ou source de financement] et consiste en une [donation unique] d'un montant de dollars des États-Unis, qui recouvre à la fois la valeur monétaire du Prix et le coût de son administration. Les intérêts éventuellement produits par cette somme s'ajouteront à la contribution générale. [Indiquer si le Prix comprend aussi d'autres éléments, comme des médailles] ou (b) Montant fait de plusieurs donations : le Prix est financé par [donateur ou source de financement] et consiste en un versement périodique de dollars des États- Unis [fréquence à déterminer en consultation avec le donateur]. Le montant du Prix est fixé par le Directeur général [en consultation avec le donateur] en fonction de la contribution reçue de [indiquer le nom du donateur ou la source de financement], des intérêts produits par la somme déposée sur le compte spécial, conformément au Règlement financier de l'unesco, et des frais d'administration du Prix qui sont imputés sur le compte. [Indiquer si le Prix comprend aussi d'autres éléments comme des médailles] 2.3 Tous les fonds reçus et les intérêts produits sont conservés sur un compte spécial produisant des intérêts ouvert pour le Prix [se reporter au Règlement financier à l'annexe II]. 2.4 Toutes les dépenses de personnel et tous les frais de fonctionnement/gestion du Prix, y compris la totalité du coût de la cérémonie de remise du Prix et de l'information du public, d'un montant estimatif de [montant minimum à décider] sont intégralement à la charge du. [donateur ou source de financement - nom et pays]. À cette fin, le Directeur général prélève un montant obligatoire au titre des frais généraux sur le compte spécial qui doit être ouvert conformément au Règlement financier du Prix. 2.5 Le Prix est décerné [périodicité à décider], initialement pour exercices biennaux [à décider par le donateur et l'unesco]. [Si le partage du Prix est envisagé, en consultation avec le donateur :] Le montant du Prix peut être divisé en parts égales entre trois lauréats au maximum. Article 3 Conditions/critères applicables aux candidats Les candidats doivent avoir apporté une contribution importante à... [but du Prix]. Le Prix peut être décerné à une personne, une institution, une autre entité ou une organisation non gouvernementale.

11 190 EX/17 Annexe II page 2 Article 4 Désignation/choix du/des lauréat(s) Le/les lauréat(s) [nombre de lauréats] est/sont choisi(s) par le Directeur général de l'unesco à la lumière de l'évaluation des candidatures faites par un jury et sur sa recommandation. Article 5 Jury 5.1 Le jury se compose de trois ou cinq membres indépendants [à fixer dans chaque cas], de nationalité et de sexe différents, qui sont des personnalités réputées dans le domaine considéré, compte tenu de la nécessité d une répartition géographique équitable, du respect de la parité et du principe de non-paiement d'honoraires. Les membres sont nommés par le Directeur général pour des périodes de deux ans sur une durée de six ans maximum [à moins qu'il n'en soit décidé autrement, en consultation avec le donateur dans chaque cas], renouvelable [à décider dans chaque cas]. Les membres du Conseil exécutif et leurs suppléants ne peuvent pas être désignés comme jurés. En cas de conflit d'intérêts réel ou potentiel, un juré se récuse ou est prié par le Directeur général de le faire. Le Directeur général peut remplacer des membres du jury pour une raison légitime. 5.2 Le jury élit son/sa président(e) (s'il est composé de trois membres) et son/sa viceprésident(e) (s'il est composé de cinq membres). Les jurés ne sont pas rémunérés mais perçoivent une indemnité de voyage et de logement, le cas échéant. Il faut un quorum de deux personnes (pour un jury de trois membres) ou de trois personnes (pour un jury de cinq membres) pour que le jury puisse délibérer. Les langues de travail du jury sont l'anglais et le français. 5.3 Le jury conduit ses travaux et ses délibérations conformément aux présents Statuts et avec l'assistance d'un membre du Secrétariat de l'unesco, désigné par le Directeur général. Les décisions sont prises par consensus dans la mesure du possible et, sinon, à bulletins secrets jusqu'à ce qu'une majorité simple se dégage. Un juré ne prend pas part au vote sur une candidature présentée par son pays. 5.4 Le jury se réunit... tous les... ans [fréquence à décider en fonction de la périodicité du Prix]. 5.5 Le jury adresse au Directeur général de l'unesco une évaluation des candidatures, accompagnée de recommandations le... de... (année) au plus tard [date de clôture à fixer]. Article 6 Présentation des candidatures 6.1 Une fois que l'unesco a reçu le financement du Prix [et d'autres éléments, le cas échéant], comme indiqué à l'article 2 ci-dessus, le Directeur général de l'unesco invite officiellement les gouvernements des États membres, en consultation avec leur commission nationale, ainsi que les organisations non gouvernementales entretenant des relations de consultations formellesun partenariat officiel avec l'organisation et actives dans un domaine visé par le Prix, à présenter des candidatures au Secrétariat du Prix d'ici à... [date précise et périodicité à décider]. 6.2 Les candidatures sont proposées au Directeur général par les gouvernements des États membres, en consultation avec leur commission nationale, ou par des organisations non gouvernementales entretenant des relations formellesun partenariat officiel avec l'unesco. Nul ne peut présenter sa propre candidature spontanée.

12 190 EX/17 Annexe II page Chaque candidature doit être accompagnée d'une recommandation écrite comprenant notamment, en anglais ou en français : (a) la description du profil et des réalisations du candidat ; (b) (c) le résumé des travaux ou les résultats des travaux, publications et autres documents pertinents ayant une importance majeure, soumis à l'attention du jury ; la définition de la contribution du candidat à l'objectif du Prix. Article 7 Modalités d'attribution du Prix 7.1 Le Prix est décerné par le Directeur général lors d'une cérémonie officielle organisée à cet effet à... [lieu à décider] à l'occasion de... [manifestation officielle, le cas échéant, à décider]. L'UNESCO remet au(x) lauréat(s) un chèque correspondant au montant du Prix [ainsi qu'un diplôme et une médaille, à décider]. L'UNESCO annonce officiellement le/les nom(s) du/des lauréat(s). 7.2 Si les travaux récompensés sont l'œuvre de deux ou trois personnes, le Prix leur est décerné conjointement. Le montant d'un Prix ne peut en aucun cas être partagé entre plus de trois personnes. 7.3 Si possible, le/les lauréat(s) fait/font un exposé sur les travaux récompensés. Cet exposé a lieu lors de la cérémonie de remise du Prix ou en liaison avec elle. 7.4 Les travaux effectués par une personne entre-temps décédée ne sont pas pris en considération pour l'attribution du Prix. Toutefois, en cas de décès d'un lauréat avant la remise du Prix, celui-ci peut lui être décerné à titre posthume [il est remis à des membres de sa famille ou à une institution]. 7.5 Si un lauréat refuse le Prix, le jury soumet une nouvelle proposition au Directeur général. Article 8 Clause de caducité automatique - renouvellement obligatoire du Prix 8.1 À l'issue d'une période de six anssix mois avant la date d expiration convenue du Prix, le Directeur général de l'unesco, avec le donateur, fait le point de tous les aspects du Prix et décide de le maintenir ou de le supprimer. Il informe le Conseil exécutif de l'unesco des conclusions de cet examen. 8.2 En cas de suppression du Prix, le Directeur général décide de l'emploi de tout solde inutilisé, conformément au Règlement financier du Prix. Article 9 Appel Il ne peut être fait appel de la décision de l'unesco concernant l'attribution du Prix. Les candidatures proposées au Prix ne sont pas divulguées. Article 10 Amendements aux Statuts du Prix Tout amendement aux présents Statuts doit être soumis au Conseil exécutif pour approbation. Ce document est imprimé sur du papier recyclé.

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

QUESTIONS D ORGANISATION. Ordre du jour provisoire annoté INTRODUCTION

QUESTIONS D ORGANISATION. Ordre du jour provisoire annoté INTRODUCTION CBD Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/WG-ABS/7/1/Add.1/Rev.1 25 mars 2009 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS GROUPE DE TRAVAIL SPÉCIAL À COMPOSITION NON LIMITÉE SUR L'ACCÈS ET LE PARTAGE DES AVANTAGES Septième réunion

Plus en détail

I. Dénomination, siege social et objectifs. Article 1 (Dénomination et cadre légal)

I. Dénomination, siege social et objectifs. Article 1 (Dénomination et cadre légal) I. Dénomination, siege social et objectifs Article 1 (Dénomination et cadre légal) Par les présents statuts, il est constitué une fédération internationale d associations dénommée EURODOC le Conseil Européen

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

Statuts de l Association Internationale de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescents, et des Professions Associées Constitution Amendé 2004

Statuts de l Association Internationale de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescents, et des Professions Associées Constitution Amendé 2004 Statuts de l Association Internationale de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescents, et des Professions Associées Constitution Amendé 2004 Statuts IACAPAP version française 2004 p. 1 Statuts de L Association

Plus en détail

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2015

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2015 L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/7 15 août 2014 Distribution générale Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 12 de l ordre du jour provisoire (GC(58)/1, Add.1

Plus en détail

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. )

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ARTICLE 1 : FORMATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er Juillet

Plus en détail

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association.

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association. STATUTS du 25 juin 2003 Fondée le 9 juillet 1869 Siège social: Wallisellen Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique I. Nom, but, siège et durée de l'association Art. 1 Siège social,

Plus en détail

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE L 82/56 2.6.204 RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE LE CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/7 Conseil économique et social Distr. générale 26 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l innovation, de la compétitivité et des

Plus en détail

ASSOCIATION SUISSE POUR LA PROTECTION DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE (AIPPI SUISSE) S T A T U T S. A. Nom, siège et but de l'association

ASSOCIATION SUISSE POUR LA PROTECTION DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE (AIPPI SUISSE) S T A T U T S. A. Nom, siège et but de l'association ASSOCIATION SUISSE POUR LA PROTECTION DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE (AIPPI SUISSE) S T A T U T S A. Nom, siège et but de l'association 1 Sous le nom de "Association suisse pour la protection de la propriété

Plus en détail

Principes régissant les travaux du GIEC PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC)

Principes régissant les travaux du GIEC PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC) Principes régissant les travaux du GIEC Appendice B PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC) Adoptées à la douzième session du GIEC (Mexico, 11-13

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève CONSEIL EXÉCUTIF EB136/39 Cent trente-sixième session 12 décembre 2014 Point 13.2 de l ordre du jour provisoire Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

Ordonnance concernant la gestion et le contrôle financier et des prestations de la HES-SO Valais/Wallis du 16 décembre 2014

Ordonnance concernant la gestion et le contrôle financier et des prestations de la HES-SO Valais/Wallis du 16 décembre 2014 - 1-414.703 Ordonnance concernant la gestion et le contrôle financier et des prestations de la HES-SO Valais/Wallis du 16 décembre 2014 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu l'article 57 de la Constitution

Plus en détail

Le commissaire aux comptes et le premier exercice d un nouveau mandat

Le commissaire aux comptes et le premier exercice d un nouveau mandat Le commissaire aux comptes et le premier exercice d un nouveau mandat Objectifs de la conférence n Préciser les modalités pratiques de mise en œuvre de la NEP 510 - Contrôle du bilan d ouverture du premier

Plus en détail

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Vienne, 2010 Résolutions

Plus en détail

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance CONSEIL EXÉCUTIF EB126/25 Cent vingt-sixième session 30 décembre 2009 Point 7.2 de l ordre du jour provisoire Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance Rapport

Plus en détail

Programme UNITWIN/Chaires UNESCO : directives et modalités de participation

Programme UNITWIN/Chaires UNESCO : directives et modalités de participation ED/HED/UNITWIN/2006/PI/1 rev. 4 UNESCO, 2009 Programme UNITWIN/Chaires UNESCO : directives et modalités de participation Introduction UNITWIN est l abréviation de «University Twinning and Networking» (Système

Plus en détail

Remarque préliminaire Pour faciliter leur lecture, les statuts, rédigés au masculin, s'adressent également aux conservatrices-restauratrices.

Remarque préliminaire Pour faciliter leur lecture, les statuts, rédigés au masculin, s'adressent également aux conservatrices-restauratrices. STATUTS Remarque préliminaire Pour faciliter leur lecture, les statuts, rédigés au masculin, s'adressent également aux conservatrices-restauratrices. A. Nom, siège social et buts Art. 1. Nom Sous la dénomination

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT L UTILISATION DU NOM, DE L ACRONYME, DE L EMBLEME ET DES NOMS DE DOMAINE INTERNET DE L UNESCO

DIRECTIVES CONCERNANT L UTILISATION DU NOM, DE L ACRONYME, DE L EMBLEME ET DES NOMS DE DOMAINE INTERNET DE L UNESCO DIRECTIVES CONCERNANT L UTILISATION DU NOM, DE L ACRONYME, DE L EMBLEME ET DES NOMS DE DOMAINE INTERNET DE L UNESCO À compter du 1 er novembre 2007, l utilisation du nom, de l acronyme, de l emblème et

Plus en détail

I Buts, Composition et Ressources de l'association

I Buts, Composition et Ressources de l'association I Buts, Composition et Ressources de l'association Article 1. Il est fondé entre les différents adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base

Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Office DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen

Plus en détail

CONVENTION POUR LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL

CONVENTION POUR LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL 5 COM ITH/10/5.COM/CONF.202/INF.7 Paris, le 27 octobre 2010 Original : anglais/français CONVENTION POUR LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE

Plus en détail

ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session

ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session Participation des organisations

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties Distr. : générale 29 octobre 2013 ICC-ASP/12/47 FRANÇAIS Original : anglais Douzième session The Hague, 20-28 novembre 2013 Rapport de la Commission

Plus en détail

S T A T U T S (Association loi 1901)

S T A T U T S (Association loi 1901) CERCLE DAMIEN KONDOLO (La Fraternelle de la République Démocratique du Congo en Europe) S T A T U T S (Association loi 1901) Nous, membres de diverses institutions philanthropiques, réunis en Assemblée

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex Cent vinet-sixième session 126 EX/33 PARIS, le ler avril 1987 Original anglais/français Point 8.2 de l'ordre

Plus en détail

STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER. Article premier Dispositions générales SECTION 1. ORGANISATION DU TRIBUNAL. Article 2 Composition

STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER. Article premier Dispositions générales SECTION 1. ORGANISATION DU TRIBUNAL. Article 2 Composition STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Article premier Dispositions générales 1. Le Tribunal international du droit de la mer est créé et fonctionne conformément aux dispositions de la Convention

Plus en détail

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2);

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2); Décret exécutif n 2006-223 du 25 Joumada El Oula 1427 correspondant au 21 juin 2006 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l'organisme de prévention des risques professionnels

Plus en détail

united nations educational, scientific and cultural organization organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture CL/3727

united nations educational, scientific and cultural organization organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture CL/3727 U united nations educational, scientific and cultural organization organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture 7, place de Fontenoy, 75352 Paris 07 SP 1, rue Miollis, 75732

Plus en détail

ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE STATUTS

ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE STATUTS ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE STATUTS I. DISPOSITIONS GENERALES Art. 1 Nom et siège Sous la dénomination ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE est constituée une association, au sens des articles 60 et suivants du

Plus en détail

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos 1 sur 7 Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos Présentation générale Le ministère chargé de la recherche et de la technologie

Plus en détail

ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs

ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21 Distr. générale 9 janvier 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe

Plus en détail

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION I. OBJET La corruption est interdite par le droit de presque tous les pays et territoires de la planète. Danaher Corporation («Danaher»)

Plus en détail

MODALITÉS D APPLICATION DE LA «POLITIQUE RELATIVE À LA RECONNAISSANCE

MODALITÉS D APPLICATION DE LA «POLITIQUE RELATIVE À LA RECONNAISSANCE MODALITÉS D APPLICATION DE LA «POLITIQUE RELATIVE À LA RECONNAISSANCE D UN CENTRE DE RECHERCHE» DOCUMENT RECOMMANDÉ À LA COMMISSION DE LA RECHERCHE DU 15 SEPTEMBRE 2004 ADOPTÉ AU CONSEIL ACADÉMIQUE DU

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture 7, place de Fontenoy, 75352 Paris 07 SP téléphone : (33.1) 45.68.10.00 télex: 204461 Paris 270602 Paris téléfax UNESCO: (33.1)

Plus en détail

Association Suisse des Managers du Sport Statuts

Association Suisse des Managers du Sport Statuts Association Suisse des Managers du Sport Statuts Statuts Association Suisse des Managers du Sport Page 1 / 11 Statuts de l'association Suisse des Managers du Sport (ASMS) I. NOM ET SIEGE Article 1. L'Association

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 17 DECEMBRE 2014 PROJET DE RESOLUTIONS

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 17 DECEMBRE 2014 PROJET DE RESOLUTIONS Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 155 742 320 euros RCS PARIS n 493 455 042 Siège social : 50, avenue Pierre Mendès France 75201 PARIS Cedex 13 ASSEMBLEE GENERALE MIXTE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

STATUTS. Adoptés par l Assemblée générale du 19 juin 2013

STATUTS. Adoptés par l Assemblée générale du 19 juin 2013 membre de wohnbaugenossenschaften schweiz verband der gemeinnützigen wohnbauträger coopératives d habitation Suisse fédération des maîtres d ouvrage d utilité publique STATUTS Adoptés par l Assemblée générale

Plus en détail

RÈGLES DE FONCTIONNEMENT RELATIVES À LA NÉGOCIATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE UNITÉ «FONCTIONNAIRES»

RÈGLES DE FONCTIONNEMENT RELATIVES À LA NÉGOCIATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE UNITÉ «FONCTIONNAIRES» RÈGLES DE FONCTIONNEMENT RELATIVES À LA NÉGOCIATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE UNITÉ «FONCTIONNAIRES» Adoptées par le Conseil syndical du 14 juin 2013 25-CS-02 Amendées par le Conseil syndical des 15 et

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2007-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Séance du 6 juillet 2007 Lors de la séance du

Plus en détail

Recommandation n 22 relative à l ouverture d un compte bancaire ou postal séparé (06 novembre 2001).

Recommandation n 22 relative à l ouverture d un compte bancaire ou postal séparé (06 novembre 2001). Recommandation n 22 relative à l ouverture d un compte bancaire ou postal séparé (06 novembre 2001). La Commission, Considérant la 14e recommandation de la Commission portant sur le libellé de la question

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/CONF.5/1 17 mars 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUES

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS. www.templedeparis.fr

ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS. www.templedeparis.fr ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS 40 rue des Blancs Manteaux - 75004 Paris www.templedeparis.fr STATUTS DE L ASSOCIATION Article 1 Titre Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

S T A T U T S (Version française) Association pour la gestion d un centre de renseignements sur le crédit à la consommation (IKO)

S T A T U T S (Version française) Association pour la gestion d un centre de renseignements sur le crédit à la consommation (IKO) S T A T U T S (Version française) Association pour la gestion d un centre de renseignements sur le crédit à la consommation (IKO) V2.2014-04-04 1 Nom, siège et but Art. 1 Sous le nom de Verein zur Führung

Plus en détail

CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE. Section 1

CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE. Section 1 Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction Administrative ICC/AI/2004/005 Date : 04 novembre 2004 CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE Section 1 L'article 116

Plus en détail

RÈGLES DE PRATIQUE RELATIVES AUX AFFAIRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

RÈGLES DE PRATIQUE RELATIVES AUX AFFAIRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES RÈGLES DE PRATIQUE RELATIVES AUX AFFAIRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES (Adoptées le 7 février 2013, par la résolution no B-13-11453) SECTION I LE CONSEIL D'ADMINISTRATION 1.

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières Marché Public de Services Cahier des Clauses Administratives Particulières n 2011 20 73 du 18/11/2011 Personne publique Ville de Sainte Geneviève des Bois Personne Responsable du Marché Monsieur le Maire

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Règlement intérieur du Conseil d administration

Règlement intérieur du Conseil d administration Règlement intérieur du Conseil d administration Le présent règlement intérieur a été adopté par le Conseil d administration à sa première session, le 14 décembre 1977. À sa cinquante-quatrième session,

Plus en détail

Théâtre de l'escalier des Doms en Avignon Adresse du siège social : rue de Flandre, 46 à 1000 Bruxelles N d'entreprise : 477049364.

Théâtre de l'escalier des Doms en Avignon Adresse du siège social : rue de Flandre, 46 à 1000 Bruxelles N d'entreprise : 477049364. Théâtre de l'escalier des Doms en Avignon Adresse du siège social : rue de Flandre, 46 à 1000 Bruxelles N d'entreprise : 477049364 Statuts modifiés TITRE Ier. Dénomination, siège, objet et durée Article

Plus en détail

Statuts du Collectif des Plateformes d Affiliation

Statuts du Collectif des Plateformes d Affiliation I - BUT ET COMPOSITION Art. 1 : DENOMINATION Il est fondé un syndicat régi par les présents statuts, sous la dénomination de : Collectif des Plateformes d Affiliation (CPA). Art. 2 : OBJET Ce syndicat

Plus en détail

Statuts de l association MEMORIAV

Statuts de l association MEMORIAV Traduction française des statuts de Memoriav; La version allemande fait foi. Statuts de l association MEMORIAV Association pour la sauvegarde de la mémoire audiovisuelle suisse Article premier Dénomination

Plus en détail

Le 18/09/2015 à 12h00 à Pessac en Gironde (voir article 6 du présent règlement)

Le 18/09/2015 à 12h00 à Pessac en Gironde (voir article 6 du présent règlement) LA MONNAIE DE PARIS 11, quai de Conti - 75 270 Paris cedex 06 Voie Romaine - 33 600 Pessac www.monnaiedeparis.fr Direction des Finances et de la Performance MAPA 75-15 RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION Version

Plus en détail

RAPPORT DE PRESENT A TION

RAPPORT DE PRESENT A TION République du Sénégal Un Peuple -un But -une Foi Décret modifiant le décret n 2004-1038 du 23 Juillet 2004 portant création et fixant les règles d'organisation et de fonctionnement de l'agence de l'informatique

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS Direction de l'urbanisme Sous-Direction de l Action Foncière 2014 DU 1005 Aménagement 2-6, rue Gerty Archimède (12 e ). Réalisation d un programme de bureaux et d un équipement public sportif. Cession

Plus en détail

RCS NANTES 350 807 947 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

RCS NANTES 350 807 947 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EUROFINS SCIENTIFIC Société Anonyme Européenne au capital de 1.388.167,60 Siège social : Site de la Géraudière - Rue Pierre Adolphe Bobierre 44300 NANTES RCS NANTES 350 807 947 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL

Plus en détail

Statuts GS1 Suisse. Ensemble pour créer des valeurs

Statuts GS1 Suisse. Ensemble pour créer des valeurs Statuts GS1 Suisse Ensemble pour créer des valeurs GS1 Suisse Statuts Statuts Association GS1 Suisse I Nom, siège et objectif de l association Art. 1 Nom et siège 1. Sous le nom Association GS1 Suisse

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Les novations dans la copropriété

Les novations dans la copropriété Les novations dans la copropriété Le document que nous publions a comme objet de faire le point sur les dernières modifications importantes en matière de copropriété. Ce secteur de la consommation est

Plus en détail

SITUATION DE LA CAISSE D'ASSURANCE-MALADIE ET MISE EN PLACE DE LA NOUVELLE STRUCTURE DE GOUVERNANCE PRÉSENTATION

SITUATION DE LA CAISSE D'ASSURANCE-MALADIE ET MISE EN PLACE DE LA NOUVELLE STRUCTURE DE GOUVERNANCE PRÉSENTATION 37 e session, Paris 2013 37 C 37 C/38 5 novembre 2013 Original anglais Point 12.4 de l ordre du jour provisoire SITUATION DE LA CAISSE D'ASSURANCE-MALADIE ET MISE EN PLACE DE LA NOUVELLE STRUCTURE DE GOUVERNANCE

Plus en détail

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/RES/11 Septembre 2014 Distribution limitée Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 14 de l ordre du jour (GC(58)/22) Sécurité

Plus en détail

Statuts. au 1. janvier 2008

Statuts. au 1. janvier 2008 Statuts au 1. janvier 2008 I. Dispositions générales Art. 1 Nom Sous le nom de «Danse Suisse», nommée ci après l «Association», il est constitué une association nationale au sens des articles 60 et suivants

Plus en détail

Statuts de la SSP. Nom, siège et but de la société. À propos des membres de la SSP* Art. 1 Nom et siège. Art. 2 Buts. Art.

Statuts de la SSP. Nom, siège et but de la société. À propos des membres de la SSP* Art. 1 Nom et siège. Art. 2 Buts. Art. Statuts de la SSP A Nom, siège et but de la société Art. 1 Nom et siège Sous le nom de «Société Suisse de Parodontologie, Schweizerische Gesellschaft für Parodontologie, Società svizzera di Parodontologia

Plus en détail

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Crawford & Compagnie et toutes ses filiales à travers le monde sont soumises à certaines

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. Restreinte UNEP/OzL.Pro/ExCom/40/5 19 juin 2003 FRANÇAIS ORIGINAL: ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Conditions générales de prestations de services

Conditions générales de prestations de services Conditions générales de prestations de services Article 1 Objet Les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») ont pour objet de préciser les modalités d intervention de GEVERS

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT RELATIF À LA NOMINATION ET AU RENOUVELLEMENT DE MANDAT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL ET DU DIRECTEUR DES ÉTUDES (R-02)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT RELATIF À LA NOMINATION ET AU RENOUVELLEMENT DE MANDAT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL ET DU DIRECTEUR DES ÉTUDES (R-02) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT RELATIF À LA NOMINATION ET AU RENOUVELLEMENT DE MANDAT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL ET DU DIRECTEUR DES ÉTUDES (R-02) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT RELATIF À LA

Plus en détail

U-CH Statuts Commission suisse de validation des modules informatiques pour utilisateurs

U-CH Statuts Commission suisse de validation des modules informatiques pour utilisateurs U-CH Statuts Commission suisse de validation des modules informatiques pour utilisateurs Secrétariat U-CH J. Bertschi c/o CPLN SFC Adresse Maladière 6, 00 Neuchâtel Tél. 0/77 40 0 E-mail : jeanine.bertschi@cpln.ch

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-HUITIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A68/49 Point 24.1 de l ordre du jour provisoire 8 mai 2015 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.5/2012/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 14 novembre 2011 Français Original: anglais Groupe

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général : Jérôme Valcke Adresse : FIFA FIFA-Strasse 20

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

LES CRITÈRES D'ATTRIBUTION ET RÈGLES D APPLICATION DE RÉMUNÉRATIONS ADDITIONNELLES POUR LES EMPLOYÉS COUVERTS PAR L UNITÉ SCRC

LES CRITÈRES D'ATTRIBUTION ET RÈGLES D APPLICATION DE RÉMUNÉRATIONS ADDITIONNELLES POUR LES EMPLOYÉS COUVERTS PAR L UNITÉ SCRC LES CRITÈRES D'ATTRIBUTION ET RÈGLES D APPLICATION DE RÉMUNÉRATIONS ADDITIONNELLES POUR LES EMPLOYÉS COUVERTS PAR L UNITÉ SCRC PRÉPARÉ PAR LE COMITÉ PATRONAL SUR L'ÉGALITÉ SALARIALE LE 30 JANVIER 2006

Plus en détail

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE COMMISSION DE VERIFICATION DES COMPTES DU CONSEIL EXECUTIF Septième réunion Point 2.1 de l ordre du jour provisoire EBAC7/2 30 décembre 2002 Etat de la mise en oeuvre

Plus en détail

ASSOCIATION NATIONALE DES SOUS-OFFICIERS DE RESERVE DE L ARMÉE DE L AIR

ASSOCIATION NATIONALE DES SOUS-OFFICIERS DE RESERVE DE L ARMÉE DE L AIR STATUTS DE L ANSORAA PLAN CHAPITRE I BUTS SIEGE DUREE MEMBRES SECTION 1 CONSTITUTION DENOMINATION PRINCIPES SECTION 2 BUTS SECTION 3 SIEGE SECTION 4 DUREE SECTION 5 MEMBRES A) Les membres actifs B) Les

Plus en détail

1. Contexte de l activité.

1. Contexte de l activité. REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA TECHNOLOGIE TERMES DE REFERENCES relatifs AU DEUXIEME APPEL A PROPOSITIONS DANS LE CADRE DU PROGRAMME D'APPUI

Plus en détail

Statuts. Les soussignés :

Statuts. Les soussignés : Statuts Les soussignés : APICIL PRÉVOYANCE, institution de prévoyance régie par le titre III du livre IX du Code de la Sécurité sociale, dont le siège social est situé 38 rue François Peissel 69300 Caluire

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

SOCIETE DE TIR DES ARMES-REUNIES LA CHAUX-DE-FONDS STATUTS

SOCIETE DE TIR DES ARMES-REUNIES LA CHAUX-DE-FONDS STATUTS SOCIETE DE TIR DES ARMES-REUNIES LA CHAUX-DE-FONDS STATUTS 1 But de la société 1.1 La Société de Tir des Armes-Réunies a été fondée le 12 juin 1820 avec siège social à La Chaux-de-Fonds. Dissoute le 27

Plus en détail

MANITOWOC. Bulletin d'orientation de l'entreprise. Circulaire originale En remplacement de la circulaire 103 datée du 22 septembre 1999

MANITOWOC. Bulletin d'orientation de l'entreprise. Circulaire originale En remplacement de la circulaire 103 datée du 22 septembre 1999 Page 1 MANITOWOC Bulletin d'orientation de l'entreprise Objet : Éthique Circulaire originale En remplacement de la circulaire 103 datée du 22 septembre 1999 CIRCULAIRE 103 2 décembre 2002 EXPIRATION :

Plus en détail

Les mises à disposition de personnels ou de matériels

Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les associations sont souvent confrontées à des besoins précis et ponctuels en matériel ou en personnel. Or, l'achat, la location ou l'embauche s'avèrent

Plus en détail

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du :

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Commune d Esneux Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Aides déjà octroyées sur l exercice : oui / non FORMULAIRE A REMPLIR POUR LA DEMANDE DE MISE A DISPOSITION GRATUITE

Plus en détail

STATUTS. Swissstream (Association suisse des prestataires de services de streaming)

STATUTS. Swissstream (Association suisse des prestataires de services de streaming) Statuts Swissstream du 8 mars 2007 STATUTS Swissstream (Association suisse des prestataires de services de streaming) 1. Nom et siège Article premier Sous le nom «Swissstream», il est créé une association

Plus en détail

CONCOURS DE PHOTOGRAPHIE FACEBOOK. 08 sept au 14 novembre. Thème : Génération 25, les droits de l enfant

CONCOURS DE PHOTOGRAPHIE FACEBOOK. 08 sept au 14 novembre. Thème : Génération 25, les droits de l enfant CONCOURS DE PHOTOGRAPHIE FACEBOOK 08 sept au 14 novembre Thème : Génération 25, les droits de l enfant " L humanité doit donner à l enfant ce qu elle a de meilleur" Déclaration de Genève. Contexte Tous

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE Une entreprise est une entité économique et sociale qui permet la production et la vente de biens et de services répondant à un besoin par le biais de

Plus en détail

LA GOUVERNANCE DES SERVICES À L ENFANCE

LA GOUVERNANCE DES SERVICES À L ENFANCE LA GOUVERNANCE DES SERVICES À L ENFANCE GOUVERNANCE D UN SERVICE À L ENFANCE Vision Valeurs Mission Planification Priorités Politiques Gestion efficace Embaucher et encadrer la direction générale Fonctionnemen

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Charte

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Charte Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Charte Janvier 2013 La présente publication est disponible sur le site de la BRI (www.bis.org). Banque des Règlements Internationaux 2013. Tous droits réservés.

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail